Version classiqueVersion mobile

L’impuissance du cinéma

 | 
Suzanne Beth

Chapitre II

Unité familiale et médium cinématographique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La communauté comme telle n’est pas la solution : c’est sa disparition, partout et tout le temps, qui est le problème.
Tiqqun, Appel

Le processus par lequel Ozu a dissocié sa réalisation du registre mélodramatique indique que la vie collective est un enjeu majeur de ses films. Ceux-ci divergent des effets de privatisation et de psychologisation dont Brooks, Lang et Turim soulignent qu’ils sont à l’œuvre dans le mélodrame. Ce pas de côté implique de reformuler la description communément faite du cinéma d’Ozu, selon laquelle il offrirait une chronique et un commentaire de la disparition de la famille, au sens de l’observation historique et anthropologique de l’institutionnalisation progressive de la famille nucléaire dans le Japon en cours de modernisation. Le cinéma d’Ozu paraît plutôt proposer une élaboration des rapports entre médium cinématographique et communauté, la famille y étant avant tout conçue comme expérience d’un hors de soi. Aussi, à la différence du mélodrame filmique ja...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search