Version classiqueVersion mobile

L’impuissance du cinéma

 | 
Suzanne Beth

Chapitre I

Logique médiatique de la destruction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le cinéma démocratise le savoir, et donc nous l’impose comme une bénédiction qui est aussi une malédiction.
Stanley Cavell, Le cinéma nous rend-il meilleurs ?

Cette étude part de l’hypothèse suivant laquelle la destruction mise en scène dans les films d’Ozu est immanente aux images : elle est avant tout causée par le fait du film lui-même. Nous nous arrêterons donc, dans un premier temps, sur la part malheureuse de la technique cinématographique telle qu’elle nous est donnée à éprouver par la réalisation d’Ozu. La menace pesant sur la cohésion de familiale dans des films notoirement adramatiques conduit en effet à s’interroger sur la logique qui y donne lieu. Ses films ne témoignent pas de la destructivité du médium cinématographique sous la forme d’une dénonciation explicite et réflexive, mais en habitant ses limites médiatiques, ils s’efforcent de trouver des images pour la transmettre. Les confins expressifs du médium sont donc le lieu depuis lequel le film énonce sa destructivité....

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search