Version classiqueVersion mobile

L’impuissance du cinéma

 | 
Suzanne Beth

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Penser – mais lire aussi – signifie se souvenir de la matière.
Giorgio Agamben, Le feu et le récit

Né le 12 décembre 1903 à Tokyo, Ozu Yasujirô est mort le jour de ses soixante ans, une année après avoir achevé son dernier film, Le goût du saké, sorti en novembre 1962. Il travaillait alors à l’écriture d’un nouveau scénario, finalement réalisé par Shibuya Minoru (Radis et carottes, 1965), et d’un script pour la télévision nationale japonaise, la NHK (La classe est finie, 1963). Sa filmographie compte cinquante-quatre films dont vingt sont à ce jour perdus, en totalité ou en majorité. Il a tourné le premier en 1927, quatre ans après être entré à la Shôchiku, le grand studio au sein duquel il a réalisé la quasi-totalité de son œuvre, à l’exception de trois films : Les sœurs Munekata (1950, Shintôhô/Tôhô), Herbes flottantes (1959, Daiei) et Dernier caprice (1961, Tôhô). Conformément aux usages de l’époque, il a sorti plusieurs films chaque année jusqu’en 1936 – date de son passage au par...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search