Version classiqueVersion mobile

Lectures contemporaines du droit islamique

 | 
Franck Frégosi

Première partie. Statut et sources du droit musulman

Le droit musulman en langue française dans les librairies islamiques en France

Hervé Bleuchot

Texte intégral

1En dehors des institutions d’enseignement, on peut apprendre aussi le droit musulman en achetant des livres et en travaillant en autodidacte. C’est un mode de diffusion du savoir pratique et théorique sur le droit musulman qui s’est beaucoup développé ces dernières années. Que peut donc trouver un musulman francophone et non arabisant dans les librairies ? On s’est intéressé à ce qu’on trouvait en français dans les librairies islamiques en constituant un corpus dont on a examiné le contenu.

I. Le corpus et sa classification

2On doit d’abord examiner les types de librairies visant une clientèle musulmane. Puis on s’interrogera sur la représentativité du corpus constitué par nos soins. Enfin on tentera d’établir une typologie qui nous servira dans la partie suivante.

1. Les librairies visant une clientèle musulmane

3Il faut distinguer deux sortes de librairies visant la clientèle musulmane.

a) Les librairies arabes

  • 1 Les gérants de la chaîne des librairies Avicenne sont libres dans le choix des ouvrages qu’ils vend (...)

4Ce sont des librairies généralistes sur le monde arabe. Elles vendent un peu de tout, des ouvrages scientifiques, des ouvrages pieux, des ouvrages littéraires et historiques. C’est le cas de la librairie de l’Institut du monde arabe ou de la Librairie Avicenne de Paris (mais pas celle de Marseille1). Ces librairies visent la clientèle des curieux du monde arabo-musulman aussi bien que la clientèle musulmane pieuse et celle qui l’est moins et qui vient chercher des romans, des études politiques, des ouvrages de voyage, des dictionnaires, etc. Le but de ces librairies est de servir la langue et la civilisation arabe de manière très large, islam compris. Du point de vue de la langue, l’arabe et le français sont à peu près à égalité. Le droit musulman n’est pas ignoré, mais vu le nombre et l’importance des autres domaines proposés à la vente, il n’a qu’une place restreinte. Ces librairies se trouvent en concurrence à la fois avec les librairies généralistes (de type FNAC) mais qui ne vendent pas d’ouvrages en arabe, avec les librairies orientalistes qui vendent aussi des livres en arabe (comme Maisonneuve et Larose, Samuélian), et avec les librairies islamiques dont on va parler.

b) Les librairies islamiques

5Ce sont celles qui ne vendent que des ouvrages de piété ou des ouvrages favorables à l’islam. La quasi-totalité des livres offerts à la vente est en arabe. Le but de ces librairies est uniquement de servir l’islam. Elles opèrent donc un choix parmi les ouvrages et l’étude de ce choix est très révélateur. Le droit musulman y tient une place importante, mais elle n’est pas la première. C’est le Coran et les commentaires du Coran, puis le hadîth et ses commentaires qui dominent. Le droit musulman vient en troisième position. En dernier lieu, on trouve, c’est le « quatrième rayon », l’apologétique, l’actualité, des dictionnaires et des méthodes de langue, divers ouvrages mineurs (notamment pour enfants), enfin les ouvrages en français.

6On observe la même dichotomie dans les librairies chrétiennes : il existe des librairies vendant de tout (type La Procure) et des librairies ne vendant que des ouvrages pro-chrétiens (type Maison de la Bible).

7À ces librairies « sédentaires », il faut ajouter les stands mobiles dans les foires (à la braderie de Lille par exemple) ou aux « puces » (Clignancourt, Marseille). Le choix offert est plus restreint, mais les ouvrages de vulgarisation en français y semblent majoritaires.

2. Un choix représentatif des préoccupations actuelles

8C’est le choix des librairies islamiques qui nous intéresse principalement. Nous en avons extrait un corpus de langue française dont il faut examiner la représentativité selon deux optiques.

a) Par rapport à ce qui se vend en arabe dans les mêmes librairies

  • 2 Ibn Abû Zayd Al-Qayrawani, La Risâla, ou Épître sur les éléments du dogme et de la loi de l’islam s (...)
  • 3 An-Nawâwî, Le jardin des dévots, trad. française sous le nom de As-Suyûtî.
  • 4 Aboubaker Djaber Eldjazaïri, La voie du musulman, 3 vol. en 1, [Paris ?], Aslim éditions, 1966, Imp (...)

9Notre corpus de langue française a des caractéristiques propres. Le choix des ouvrages arabes fait une très large place à la réédition des textes classiques. Comme on l’a dit, la place principale est tenue par le commentaire du Coran et par le hadîth, en troisième position par le droit musulman, enfin par une littérature apologétique. La partie française de la librairie voudrait être la traduction de la partie arabe. Dans une certaine mesure elle y parvient : on trouve en effet des traductions de la classique Risâla d’Ibn Abu Zayd al-Qayrawânî2, du Jardin des dévots d’An-Nawâwî3, à côté de celles d’ouvrages récents comme La voie du musulman de Eldjazayri4. Mais les difficultés de la traduction et l’ampleur de la tâche, obligent à laisser le commentaire du Coran, la majeure partie du hadîth et du droit classique. La partie traduite est en revanche bien représentative du quatrième rayon de la librairie : apologétique, actualité, ouvrages mineurs. Le droit musulman n’y tient que la place que lui mesurent les nécessités de l’apologétique dans le contexte français ou l’éducation des enfants et des convertis.

b) Par rapport à tout ce qui a été vendu en France dans le même genre et dans les mêmes librairies

10Notre corpus est surtout représentatif de la littérature des vingt dernières années. Peu de titres sont antérieurs à 1980. L’exploration des librairies a surtout été faite à Paris et à Marseille. Rien ne semble distinguer ces deux villes quant au choix des ouvrages mis en vente. La littérature vendue dans les marchés a aussi été explorée, et elle offre sensiblement le même choix.

11Il ne semble pas que des ouvrages importants puissent nous avoir échappé. La notion d’ouvrage important est d’ailleurs difficile à cerner. Les ouvrages importants ne sont pas non plus nécessairement les plus représentatifs, si leur importance vient de leur originalité. Comme on le verra mieux par la suite, on a affaire à une production répétitive, redondante, peu originale, et la question de la représentativité de notre corpus ne nous semble pas un problème majeur, compte tenu de la classification que nous proposons.

3. Des critères juridiques simplifiés pour une classification

12À la suite de différentes recherches portant sur les positions prises par les auteurs dans les débats actuels en matière de droit musulman, on a établi une classification des auteurs. Elle est fondée sur la plus ou moins grande liberté du juriste par rapport aux sources fondamentales, ou si l’on veut sur sa manière de procéder à l’ijtihâd (recherche de la loi divine). Le critère relève donc d’une discipline spéciale, celle des fondements du droit musulman (usûl al-fiqh). On peut ainsi distinguer

a) Les traditionalistes

  • 5 Éric Chaumont, Le livre des rais illuminant les fondements de la compréhension de la Loi, traductio (...)

13Ce sont les tenants du droit musulman classique (c’est-à-dire celui des traités de langue arabe écrits du 3e/ixe siècle au 13e/xixe siècle). Ils ne contestent pas les usûl al-fiqh les plus classiques et les règles de l’ijtihâd précisées par les différentes doctrines, règles qui sont nombreuses et précises et qu’il est inutile de rappeler ici (voir Shîrâzî traduit par Chaumont5). Le plus souvent d’ailleurs elles ne sont pas évoquées et sont implicites. Le résultat est que les traditionalistes admettent la polygamie, le jihâd offensif, la condamnation à mort de l’apostat, l’ablation de la main du voleur et qu’ils refusent toute séparation entre l’État et l’islam.

b) Les réformistes

  • 6 Jacques Jomier, Le commentaire coranique du Manâr, Paris, Maisonneuve et Larose, 1954, 366 p.

14Ils peuvent être placés dans la ligne du chaykh ‘Abduh. Ils n’admettent pas les usûl classiques, mais se sentent tenus de suivre le Coran et la Sunna quand le texte est clair et ne donne pas lieu à divergences. Ils se donnent beaucoup de libertés dans l’interprétation du texte clair et encore plus dès qu’il y a divergences. Les résultats sont les suivants : par le rapprochement de différents versets du Coran, ils excluent la polygamie et ils interprètent le jihâd comme étant uniquement défensif ; en l’absence d’un texte du Coran et après avoir contesté un hadîth ’âhâd (unique), ils jettent des doutes sur la légitimité de la condamnation à mort de l’apostat ; mais ils doivent admettre l’ablation de la main du voleur (texte clair) ; de même ils se refusent à séparer l’islam de l’État, le Coran obligeant le souverain à appliquer la loi islamique dans la justice (voir Jomier, Le commentaire coranique du Manâr6, qui résume les positions réformistes).

c) Les modernistes

  • 7 Mohammed Charfi, Islam et Liberté, le grand malentendu, Paris, Albin-Michel, 1998, 274 p.

15Ces derniers dépassent complètement la problématique des usûl al-fiqh en introduisant une interprétation anthropologique de la révélation coranique. Pour eux le Prophète a opéré une révolution religieuse en Arabie, mais il n’est pas allé jusqu’au bout, parce que les Arabes ne l’auraient pas supporté. Ainsi, la femme qui n’avait pas droit à l’héritage dans le droit préislamique (du moins à ce que dit la doctrine habituelle de l’islam), put recevoir une part des biens du de cujus, variable selon qu’elle était épouse, mère ou fille, mais toujours inférieure à celle de l’homme. Selon les modernistes cette révolution inachevée doit être poursuivie dans le sens qu’a indiqué le Prophète, c’est-à-dire l’égalité des sexes. Le résultat de cette interprétation permet de considérer le Coran comme une morale, de rejeter l’islam (donc le droit musulman) dans la sphère privée et d’instaurer des lois conformes aux droits de l’homme (voir Charfi, Islam et Liberté7, qui résume bien les positions modernistes).

d) Les islamistes

  • 8 Olivier Roy, L’échec de l’islam politique, Paris, Seuil, 1992.
  • 9 Bruno Étienne, L’islamisme radical Paris, Hachette, 1987.
  • 10 François Burgat, L’islamisme en face, Paris, La Découverte, 1996.
  • 11 Gilbert Delanoue, « al-Ikhwân al-muslimîn », Encyclopédie de l’islam, t. 3, 2e éd., Leiden, Brill, (...)

16L’emploi du terme dans la littérature des politologues (voir les travaux d’Olivier Roy8, Bruno Etienne9, François Burgat10) renvoie à des groupes qui ont surtout un style politique commun et un objectif de conquête du pouvoir, mais des doctrines variées. Cette catégorisation ne convient pas à notre point de vue qui se veut plus juridique. Nous n’avons pas hésité à classer certains « islamistes » dans les catégories précédentes, par exemple les Frères musulmans, que nous considérons comme traditionalistes : Gilbert Delanoue a bien souligné dans l’Encyclopédie de l’islam11 que leur point de vue n’apporte rien de bien nouveau par rapport aux positions traditionnelles, si ce n’est cette manière nouvelle de s’exprimer et cet objectif politique. ‘Abd al-Qâdir Awda en est l’exemple. D’autres sont réformistes, comme ceux qui admettent la chûrâ (la consultation, substitut de la démocratie) ou le jihâd défensif.

17Dans le sens juridique, on réservera le terme islamiste à ceux qui ont des positions ne relevant d’aucune des deux positions orthodoxes (traditionaliste ou réformiste) et qui ne peuvent pas être considérés comme modernistes par leur refus des droits de l’homme. Ce sont en général des petits groupes qui prônent le jihâd contre tous, musulmans compris, et qui rejoignent des positions kharidjites en visant l’extermination des familles de mécréants (théorie de l’isti‘râd), ou bien qui exagèrent certaines positions hostiles à la femme, etc.

II. Contenu du corpus

1. Les ouvrages traditionalistes

a) Les traductions de textes classiques

  • 12 Malek Ibn Anas, Al-Mouwatta’, 2 vol., trad. Iman Sayad et Fawzi Chaaban, Beyrouth, Dar al Fikr, 199 (...)

18En droit musulman, on trouve d’abord le Muwattâ’ de l’imam Mâlik (ob. 179/795)12, dans une traduction on ne peut plus mauvaise.

  • 13 Ibn Abû Zayd Al-Qayrawani, La Risâla, op. cit. ci-dessus note 2.

19On trouve plus rarement la Risâla d’Ibn Abû Zayd Al-Qayrawânî (ob. 386/996) dans la traduction de Bousquet, rééditée en 1975 à Alger, par les Éditions populaires de l’armée13. Une nouvelle traduction a été faite, mais nous ne l’avons pas eue en mains.

  • 14 Al-Juwaynî (Imâm al-Haramayn), Kitâb al-waraqât, traité de méthodologie juridique musulmane, Paris, (...)

20En matière d’usûl al-fiqh, on trouve aussi la réédition de l’ouvrage d’al-Juwaynî (imâm al-Haramayn, ob.478/1085), le Kitâb al-waraqât14 dans la traduction de Bercher parue dans la Revue tunisienne en 1930.

  • 15 Az-Zahabi (Muhammad bn Ahmad bn Uthman), Les grands péchés, trad. Fawzi Chaaba, Beyrouth, Dar al-ku (...)
  • 16 Abdul Jawad (Ahmed), L’invocation exaucée, trad. Saïd al-Laham, Beyrouth, Dar el-Fikr, 1992, Imprim (...)
  • 17 An-Nawâwî, Le jardin des dévots, trad, française.
  • 18 Al-Muhâsibî (al-Harith bn Asad), Les règles de la bienséance de l’âme, trad. Abdallah as-Saber, Par (...)
  • 19 Al-Muhâsibî (al-Harith bn Asad), La volonté du retour à Dieu, trad. Abdallah as-Saber, Paris, Éd. I (...)

21Dans le domaine de la piété, les ouvrages sont un peu plus nombreux. Signalons Les grands péchés du chaféite az-Zahabi15 (Muhammad bn Ahmad bn ‘Uthman adh-Dhahabî, ob. 749/1348), qui est un texte composite où domine le hadîth. L’ouvrage de Abdul Jawad (Ahmed), L’invocation exaucéd16, est un recueil de prières puisées dans les compilations d’as-Suyûtî (chaféite, ob. 911/1505). Chaque texte est présenté en français, puis en transcription, puis en arabe. Le jardin des dévots d’an-Nawâwî17 (chaféite, ob. 676/1277) est un classique fort en usage chez les Tablighis (dont on reparlera bientôt). Les ouvrages de l’auteur surnommé al-Muhâsibî, « celui qui s’exerce à l’examen de conscience » (al-Harith bn Asad, ob. 243/857), Les règles de la bienséance de l’âme18 et La volonté du retour à Dieu19 sont servis par une traduction correcte de Abdallah as-Saber. Pour al-Muhâsibî, le jihâd est avant tout la lutte contre Satan et les passions de l’âme. Une citation célèbre (qui ne se trouve pas dans les ouvrages cités) : « Que les fidèles (de Dieu) se comportent donc avec les autres hommes, comme il s’est comporté avec eux, tous étant entraînés par la même loi d’amour vers la même unité. »

  • 20 Anselm Turmeda, Pourquoi j’ai embrassé l’islam, [Emerainville, France], Association de l’unité, 198 (...)

22Une autre traduction fort intéressante est celle du livre de Anselm Turmeda, un prêtre andalou converti à l’islam à la fin du xive siècle, La réfutation des gens de la Croix qui est publiée sous le titre Pourquoi j’ai embrassé l’islam20. Dans un premier chapitre autobiographique, l’auteur dit s’être converti en secret à l’islam, lors de ses études à Bologne, sous l’influence d’un autre prêtre, musulman en secret lui aussi. Parvenu à Tunis, et après quatre mois de résidence parmi les commerçants chrétiens de la ville, il fit une conversion publique devant le sultan hafside Abû Fâris ‘Abd al-‘Azîz (1394-1434), se maria et écrivit ce livre. Dans les deux autres chapitres qui constituent le corps de l’ouvrage, l’auteur tire parti de toutes les contradictions de la Bible et de l’irrationalité des dogmes chrétiens pour prouver que le message de Jésus-Christ a été déformé. Puis, notamment grâce au passage de St-Jean sur le Paraclet, il s’efforce d’établir l’au thenticité de la mission de Mahomet et la supériorité de l’islam. La traduction est celle que fit Spiro vers 1880. Une préface nous présente sa réédition comme une contribution au dialogue islamo-chrétien. Tout cela serait « de bonne guerre » si l’on pouvait, dans le monde musulman, publier en arabe des ouvrages chrétiens apologétiques du même genre.

b) Les textes modernes traditionalistes

  • 21 Abul A‘la Maudoudi, Comprendre l’islam, Islamic foundation, England, sans lieu d’impression [Lahore (...)

23On peut classer ici le livre d’Abul A‘la Maudoudi, Comprendre l’islam21, parce qu’il a des positions strictement traditionalistes en droit. Son apologétique de l’islam reprend aussi le style moderniste, faisant flèche de tout bois. De l’esprit moderniste ressort également le silence sur les peines fixes (hudûd) (amputation de la main du voleur, etc.).

  • 22 Al-Alwânî (Taha Jâbir), Islam, conflit d’opinions, pour une éthique du désaccord, Paris, Éditions a (...)

24Islam, conflit d’opinions, pour une éthique du désaccord par Al-Alwânî22 (Taha Jâbir) est un livre bien traduit, de haut niveau, qui prône le respect de certaines règles de discussion dans les controverses entre musulmans. C’est une accumulation d’exemples de divergences où les protagonistes ont fait preuve de tolérance.

  • 23 Hazrat Mawlana M. Zakariah Kandhlawi, Les enseignements de l’islam, sans éditeur ni lieu d’édition (...)

25Sept ouvrages touffus de Mohammed Zakariah Kandhlawi : Les six points du Tablîgh ; Vertus du Tablîgh ; Vertus du salat ; Vertus du ramadan ; Appel aux musulmans ; Récits des compagnons du prophète ; Qu’est-ce qui se passe après la mort ?sont réunis en un seul volume intitulé Les enseignements de l’islam23. On sait que le Tablîgh est l’association fondée par Mohammad Ilyas, en Inde, en 1927, et que son objectif est la réislamisation « par le bas ». La doctrine du Tablîgh se signale par son refus absolu de tout contact, de tout dialogue avec ce qui n’est pas musulman : « La religion est parfaite lorsqu’on a adopté exclusivement le mode de vie islamique (p. 320)... La plus petite inclination vers quelque chose d’étranger est intolérable à l’islam. C’est pourquoi le Prophète était si fâché contre Umar qui lisait la Torah » (p. 321).

  • 24 Aboubaker Djaber Eldjazaïri, La voie du musulman, op. cit. ci-dessus note 4.

26Dans le même esprit de fermeture, il existe un livre fort répandu en France, mais aussi fort critiqué « pour ses erreurs » (au témoignage de l’imâm de la Mosquée d’Aix-en-Provence, en 1990), c’est celui d’Eldjazaïri (Aboubaker Djaber), La voie du musulmarr24. Il reprend tous les textes coraniques et un grand nombre de hadîth sur chaque question traitée. Son commentaire ne se signale pas par son ouverture. En matière de jihâd, tout le droit traditionnel est repris, y compris la mise à mort des polythéistes, le statut des dhimmîs avec l’obligation de porter des vêtements distinctifs et l’interdiction de construire de nouveaux lieux de culte (p. 367-380). Le comportement du musulman à l’égard de l’infidèle est décrit en termes traditionnels et contradictoires : s’il doit être équitable envers lui, lui porter secours en cas de besoin, en revanche il ne doit pas l’aimer, ni l’imiter, ni s’allier avec lui, ni sympathiser, ni même le saluer le premier (p. 129-132). Un chapitre sur l’esclavage rapporte les règles classiques et ne propose nullement sa suppression. On y lit que les Européens pratiquaient les razzias d’esclaves en Afrique et la piraterie mais que l’islam n’autorise que la guerre sainte pour se procurer des esclaves. Apologétique typique par comparaison faussée : d’un côté les faits des autres (les razzias, la piraterie), de l’autre le devoir-être, le droit des musulmans, mais pas les faits commis par les musulmans, ni le devoir-être des autres (Évangile, droits de l’Homme). L’institution de l’esclavage est même justifiée d’une certaine manière : les esclaves ont leur vie protégée, ils sont mieux traités en islam que partout ailleurs, etc. (p. 557-560).

  • 25 Tariq Ramadan, Les musulmans dans la laïcité, responsabilités et droit des musulmans dans les socié (...)
  • 26 Slim Laghmani, Éléments d’histoire de la philosophie du droit, t. 1 : Le discours fondateur du droi (...)

27Le livre de Tariq Ramadan, Les musulmans dans la laïcité, responsabilités et droit des musulmans dans les sociétés occidentale25, adopte un tout autre ton. Il se donne pour but de proposer quelque chose de positif dans le débat concernant la laïcité défiée par l’islam : « Nous ne pouvons nous borner à critiquer ceux qui nous critiquent sans chercher une issue aux impasses devant lesquelles nous nous trouvons » (p. 21). Dans sa première partie l’auteur retrace l’histoire et les fondements de la laïcité en Occident en soulignant qu'elle s’est faite contre l’Église catholique. Est-ce le souci de vulgarisation ? Toujours est-il que l’auteur est entraîné à reprendre des clichés de toutes sortes. Ainsi le Moyen-Âge serait une période d’obscurantisme clérical que seul tempérait le recours aux paganismes grec et romain. L’option en faveur de la raison ne se serait faite qu’à la Renaissance. La Révolution française aurait fondé la démocratie, etc. Nombre d’historiens ont démontré qu’il fallait en finir avec cette idée du Moyen-Age (R. Pernoud, G. Duby par exemple). On sait aussi et surtout que l’option en faveur de la raison est un formidable pari fait par l’Église aux XIIe et XIIIe siècle (Abélard, Saint Thomas, etc.) dont les conséquences furent incalculables, car à l’époque la théologie était le modèle de la connaissance. L’Église catholique tenta, plus tard, par l’Inquisition, de contrôler l’usage de la raison, il est vrai ; mais c’est elle qui, en refusant une théologie scripturaire en faveur d’une théologie philosophique, avait déclenché le mouvement. Les Églises protestantes à leur tour s’efforcèrent de restreindre le champ d’application de la raison. Une comparaison avec l’islam est aussi nécessaire, et elle a été faite par Slim Laghmani26 : l’abandon du rationalisme mutazilite pour le littéralisme acharite ferma totalement la recherche en théologie et par voie de conséquence dans les autres domaines, notamment en droit. Quant à la démocratie, qui ne sait qu'elle a été inventée par les anglicans et protestants anglais pour mettre un terme à leurs luttes, mais qu’ils ne firent que très tardivement une place aux catholiques, se montrant longtemps en retrait par rapport à l’antique l’Édit de Milan (313). Tout cela n’est pas évoqué par Tariq Ramadan. La séparation de l’Église et de l’État n’est pas seulement l’œuvre des laïques, des protestants et des juifs, mais aussi des catholiques libéraux : Briand a négocié en secret les termes de la loi de 1905 avec l’archevêque de Paris. En tout cas cette séparation n’est pas le tout de l’histoire religieuse de l’Occident ; il y a aussi la nouvelle théologie, Vatican II, l’irruption des sectes, le terrorisme des islamistes, etc. Bref, ce qu’on veut suggérer par ces contre-exemples, c’est que l’histoire ne se satisfait pas de ce type d’apologétique.

  • 27 Malek Ibn Anas, Al-Mouwatta’, op. cit. ci-dessus note 12.
  • 28 Hervé Bleuchot, Droit musulman, t. 1 : histoire, Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Mars (...)
  • 29 Nasr Abu Zeid, Critique du discours religieux, Paris, Sinbad-Actes Sud, 1999, 228 p.
  • 30 Slim Laghmani, Éléments d’histoire de la philosophie du droit, op. cit. note 26.

28La seconde partie du livre présente l’islam, les cinq piliers et le droit islamique. Selon l’auteur, il faut distinguer entre la sharî‘a et le fiqh. La sharî‘a, éternelle, est constituée par le Coran et la Sunna. Mais notre auteur oublie que les premiers recueils de hadîth (Zayd Ben Ali, Mâlik et son Muwatta’27) ont un plan juridique, ce qui signifie que le fiqh a précédé la Sunna, et on peut dire que la Sunna est du fiqh (Bleuchot, Droit musulman28.) Pour l’auteur, il n’y a pas de conflit entre la raison et la foi islamique (p. 59 s.). Ici, en contradiction avec sa première partie, il concède que l’Occident a opté pour la raison au Moyen-Âge, mais sous l’influence de l’islam, et il cite Gerbert et Frédéric II. Cette influence est incontestable, et elle a été occultée dans la mémoire de l’Occident. Mais l’histoire n’est pas simple : Frédéric II a aussi fixé pour la première fois les règles de l’Inquisition. L’influence de l’islam ne s’est pas exercée en matière juridique parce que le droit musulman était trop lié à la religion islamique et que les Occidentaux du Moyen-Âge disposaient du droit romain et n’avaient pas le même sentiment d’infériorité en cette matière que dans les autres. On peut soutenir aussi que s’il n’y a pas eu de conflit entre la raison et la foi en terre d’islam c’est aussi parce que les partisans de la raison (les mutazilites) avaient été éliminés. D’ailleurs les citations coraniques ne prouvent pas la réalité historique postérieure : elles peuvent être restées lettre morte. Enfin, expliquer la décadence de l’islam uniquement par des causes politiques est dangereux : cette position donne raison aux promoteurs d’un islam du Moyen-Âge (inutile de le réformer puisqu’il n’est pas responsable !) et renforce leur détermination à prendre le pouvoir (puisque la question est seulement politique !). Il faut voir au contraire, dans la lignée des recherches arabes actuelles (Nasr Abu Zeid29, Laghmani30), que l’acharisme, responsable au premier chef de la décadence, a des racines profondes dans la culture islamique, et dans le chaféisme notamment. Encore une fois, en proposant des contre-exemples et des contre-théories, ce n’est pas tant parce qu’on soutient toujours des points de vue diamétralement opposés, mais parce qu’on veut souligner que les vues cavalières sont périlleuses.

29La troisième partie traite de l’attitude que doivent prendre les musulmans dans la laïcité. Il reconnaît l’existence d’une authentique liberté religieuse en Occident, supérieure à celle des pays d’origine des immigrés (p. 101) ; les possibilités d’apprendre et de se former y sont incomparables (p. 102) ; la liberté d’association offre des possibilités immenses (p. 104) ; que l’État de droit, malgré ses défauts, est une réalité (p. 111). Il recommande aux musulmans la transparence, l’esprit de dialogue (p. 125-126), une stratégie d’intervention sociale, de lutte contre la délinquance, de collaboration avec les acteurs sociaux, en un mot, de participation. Il stigmatise ceux qui se bornent à critiquer (ou à donner des leçons) en restant spectateurs... (p. 128).

  • 31 Sur le même débat j’ai fait un compte-rendu dans l'ΑΑΝ 1996 (p. 1298-1299) du livre de Dr Abdallah,(...)

30Sur le fond du problème l’attitude de l’auteur est plus ambiguë. Il écrit : « Affirmer que le sentiment communautaire est indissociable de la foi musulmane n’a jamais voulu dire qu’on exigeait une législation spécifique pour la communauté » (p. 97). Mais, tout en s’en défendant, il soutient le droit à l’identité (p. 118), car « tout n’est pas toujours adaptable à merci » (p. 116). Il dénie le droit de coller l’étiquette « intégriste » ou « islamiste » sur tous ceux qui sont pour le voile, etc. Le refus du voile serait une sorte de contrôle inquisitorial des consciences (p. 120) et il souhaite en remettre le choix à la jeune fille, hors de toute contrainte familiale ou institutionnelle. Il manifeste une vraie réticence devant les tentatives d’islam moderne ou d’islam à la française et dénonce la « prétention » des Occidentaux qui veulent « apprendre aux musulmans ce qu’est le “véritable islam” pour les libérer de leur emprisonnement millénaire » (p. 117). Mais peut-on laisser les musulmans définir seuls ce qui est compatible avec l’Occident ? N’est-ce pas là aussi une « prétention » que de vouloir apprendre aux Occidentaux ce qui fait l’essence de l’Occident ? Et ce qui précède montre bien que les musulmans peuvent se tromper sur ce qu’est l’histoire de l’Occident. Le dialogue exige que les deux parties aient leur mot à dire sur toutes les questions. Et donc les Occidentaux sont fondés à faire ressortir ce qu’ils considèrent eux-mêmes comme compatible ou incompatible avec les citoyennetés occidentales31.

  • 32 Fatima Naseef, Droits et devoirs de la femme en islam à la lumière du Coran et de la Sunna, Lyon, É (...)

31La question féminine inspire toute une série d’ouvrages traditionalistes à vocation normative. L’ouvrage de Fatima Naseef, Droits et devoirs de la femme en islam à la lumière du Coran et de la Sunna32, est typique. Une première partie décrit la situation de la femme avant l’islam (dans les autres civilisations) d’une manière très sombre. Les deuxième et troisième parties constituent un exposé très traditionnel des droits et des devoirs de la femme en islam d’après le Coran et la Sunna et divers commentaires anciens.

  • 33 Hani Ramadan, La femme en islam, Paris, Éditions Maison d’Ennour, 1996, Imprimerie Najah el Jadida (...)

32Le livre de Hani Ramadan, frère de Tariq : La femme en islam33, reprend les poncifs de l’anticléricalisme contre le christianisme : le concile sur l’âme de la femme (p. 9) ; la femme occidentale n’aurait vu que récemment ses droits reconnus (p. 18, à propos du choix du conjoint) ; les biens de l’occidentale devenaient jusqu’en 1887 la propriété du mari (p. 22), etc. Mais il reprend aussi les poncifs de l’apologétique islamique. La femme, inférieure physiquement, est destinée à la procréation et à l’élevage des enfants (p. 20-21 et citation d’Alexis Carrel, p. 58). Pour justifier la polygamie, il démontre qu'elle a toujours existé, y compris dans le christianisme : « C’est arbitrairement que l’on assimile aujourd’hui l’idée de monogamie au christianisme » (p. 31). Or cette polygamie était illimitée. Seul l’islam la limite et la réduit à quatre. La polygamie est par ailleurs naturelle (la femme est le plus souvent stérile) et elle est nécessaire pour des raisons démographiques (p. 35-38). On apprend dans ce livret des choses bien étonnantes : que le divorce est rare en islam, très fréquent en Europe (p. 22) ; que la femme occidentale n’avait pas accès aux livres sacrés car elle les aurait souillés (p. 46)... Le ton se fait violent à propos du voile : celui-ci est une obligation, et l’interdire en France est « digne du fanatisme moyenâgeux qui a ravagé l’Europe, au temps même où l’islam florissait et accueillait au sein de son oeuvre civilisatrice les tenants des autres religions » (p. 52). Ou encore : « Contraindre (la femme) à se dévoiler n'est-ce pas refaire le geste de l’inquisition impitoyable et des bourreaux communistes ? » (p. 53). Dans la même page : « La liberté dont on nous parle si souvent ne se réduirait-elle pas à ce beau discours “Vous êtes libres d’être libres à ma façon” [...] c’est-à-dire en affichant au grand jour les sous-produits d’une “culture” dont la monnaie courante est le sexe, la violence et l’horreur » [...] « “Pas de contrainte en religion”, leçon que les tortionnaires laïcs ne nous ont pas apprise ! » Mis à part le ton, le raisonnement est le même que celui de Tariq Ramadan. On nous dit ce que la laïcité devrait être (p. 53, la liberté d’exprimer ses convictions), mais on ne veut pas d’immixtion dans l’islam. Ce livre nous apprend cependant quelque chose de plus : que certains musulmans ne détesteraient pas être persécutés. Ils ne seraient plus tenus par le devoir de reconnaissance, ni par l’obligation du dialogue et trouveraient une identité de persécutés qui leur rallierait bien des appuis.

  • 34 Fdal Haja, Guide de la femme musulmane, trad. Hebri Bousserouel, Paris, Universel ( ?), 1996, Impri (...)

33L’ouvrage de Fdal Haja (al-Figuigui), Guide de la femme musulman34, a été écrit en arabe puis traduit par Hebri Bousserouel. Il est très traditionaliste. La plus grande partie de l’ouvrage est consacrée à la pratique de la pureté (il détaille les prescriptions relatives aux règles, à l’accouchement, etc.), et du culte (prière, zakat, jeûne, pèlerinage, etc.). Le voile est obligatoire, le chant est interdit. L’ouvrage est sommaire et contient quelques incohérences [par exemple : le divorce à la demande de la femme est dans une subdivision « divorce du malade ou du fuyard » (p. 114-115) et le sous-titre « abolition de l’acte du mariage par la femme » (p. 116 s.) ne contient que le khulʻ et les formes sur années de divorce par anathème ou serment du dos]. Le livre se termine sur le droit pénal musulman « choisi » : adultère (avec fouet ou lapidation), la consommation de boissons alcooliques (et drogues), hérésie et apostasie (avec un catalogue des paroles impies). À la différence des autres ouvrages, on ne trouve pas cette volonté d’affirmer que l’islam est favorable à la femme. Celle-ci apparaît plutôt comme est un être impur, impudique et susceptible d’apostasie...

2. Les ouvrages à tendance réformiste

a) Les rééditions de textes du xxe siècle

  • 35 Christian Cherfils, L’esprit de modernité dans le monothéisme islamique, Saint-Ouen, Centre ABAAD, (...)

34L’ouvrage de Christian Cherfils, L’esprit de modernité dans le monothéisme islamique35, appartient à cette catégorie. Christian Cherfils est un positiviste de la troisième génération qui écrit dans les années 1910-1920. Il publia une anthologie des passages d’Auguste Comte consacrés à l’islam. On sait que le fondateur du positivisme était séduit par la simplicité du dogme islamique et par son souci social. Cherfils fit plusieurs articles et conférences favorables à l’islam et, semble-t-il, finit par se convertir. Les textes ici repris (Le monothéisme islamique et De l’esprit de modernité dans l’islam) sont des textes très curieux mais qui tendent à conforter les positions réformistes. Ainsi, à la page 44, le jihâd est dit être uniquement défensif ; page 61, la vraie guerre sainte est définie comme étant la lutte contre l’ignorance ; pages 47-48, les banques et les prêts non usuraires sont considérés comme légitimes ou encore pages 48-52, l’auteur soutient que l’islam n’a pas condamné les images, mais l’idolâtrie...

  • 36 Muhammad Hamidullah, Initiation à l’islam, Alger, Imprimerie bilingue, 1981, réédité par La Mosquée (...)
  • 37 Malek Bennabi, Le phénomène coranique, sans éditeur, 1976, 194 p., impr. BM. Paris avec en tampon : (...)

35La présence fréquente des ouvrages réédités de Muhammad Hamidullah, Initiation à l’islam36 et de Malek Bennabi, Le phénomène coranique37, ne surprend pas. Les deux auteurs sont dans la mouvance réformiste, mais sont en fait assez proches des traditionalistes. Hamidullah par exemple ne prend pas position contre la polygamie, contre le jihâd offensif, contre le voile. Toutefois, il reconnaît le droit naturel (p. 140-141), escamote la question des peines corporelles (p. 116-117), admet l’emprunt, l’adaptation du droit (p. 149 s.). Le texte de Bennabi n’est pas juridique.

b) Les ouvrages récents traduits de l’arabe

  • 38 Youssef Qaradhawi, Le licite et l’illicite en islam, trad. Salaheddine Kechrid, 2e édition corrigée (...)

36Le licite et l’illicite en islam de Yousef Qaradawi38 est un ouvrage qui a été interdit pendant quinze jours en France, à la suite d’une erreur, semble-t-il. Son contenu n’a rien de subversif. C’est un ouvrage de morale pratique, bourré de citations du Coran et de la tradition. Il est à classer parmi les ouvrages réformistes parce qu’il ne s’appuie pas sur les écoles juridiques, mais sur un travail direct à partir du Coran et de la Sunna – ce que des censeurs lui ont reproché dans le monde arabe. Le ton n’a rien d’agressif et il est favorable à une attitude ouverte envers les non-musulmans. Le jihâd, les peines islamiques ne sont pas traités.

  • 39 Muhammad Said Ramadan Bouti, Le jihâd en Islam, comment le comprendre ? et comment le pratiquer ?, (...)

37Celui de Muhammad Said Ramadan Bouti, Le jihâd en Islam, comment le comprendre ? et comment le pratiquer ?39 a été traduit de l’arabe. C’est un ouvrage réformiste important. Après de longues approches qui s’efforcent d’être très rigoureuses, le point de vue réformiste du jihâd défensif est mis en valeur. Ce livre exigerait une plus longue analyse, mais elle serait inévitablement très technique puisqu’il faudrait entrer dans le détail des règles d’interprétation, ce qui n’est pas notre objectif ici. Il faut aussi signaler l’introduction du traducteur, Mohamed Nabil El-Khayat, qui a fait l’analyse de contenu du texte de Bouti. On remarquera comment les réformistes opèrent un glissement constant du vocabulaire : jihâd devient résistance, hirâba (brigandage) devient combativité, kufr (impiété) devient dénégation... Cette introduction est un bel exemple des procédés de relecture de l’islam que le réformisme emploie. Mais est-il possible de garder les vieux mots, même en cherchant à en changer le sens ? Ne vaut-il pas mieux créer des mots nouveaux ? Quoiqu’il en soit, cet ouvrage est à mettre au rang de ceux qui comptent, tant il relance la réflexion sur un sujet fondamental.

c) Les ouvrages directement écrits en français

  • 40 Mohamed Badr el-islam Belamine, Tout sur l’islam, questions et réponses, t. 2, Pratique, Paris, El (...)

38Voici d’abord sur le culte, Mohamed Badr el-islam Belamine, Tout sur l’islam, questions et réponses, t. 2, Pratique40, qui est un petit ouvrage bien fait, clair et pratique. Le droit pénal, le jihâd ne sont pas abordés. Le dernier chapitre sur le mode de vie islamique se signale par son refus du chauvinisme (religieux), du racisme et de la xénophobie, et tout est dit sans aucune exagération apologétique ou autre.

  • 41 M. Boudjenoun, Le mariage en islam, modalités et finalités, Paris, Éditions Maison d’Ennour, 1996, (...)

39Sur le mariage, M. Boudjenoun, Le mariage en islam, modalités et finalités41, commence par une charge contre l’occidentalisation qui engendre la perte des valeurs. Pour lui, l’islam protège la famille, veille à l’éducation des enfants, etc. Si « l’émancipation de la femme se conçoit dans le moule façonné par la loi » (p. 31), la conception de la femme qu’a l’auteur est ouverte : « Sa féminité n’est pas une imperfection » (p. 31). Donc il ne reprend pas les thèmes classiques de l’infériorité de la femme. L’escamotage de la question de la polygamie et de la contrainte matrimoniale indique qu’on a affaire à un réformiste ou peut-être à un moderniste. Son but est semble-t-il de promouvoir une attitude d’affection forte entre l’homme et la femme et de chasser les thèmes misogynes de la tradition, en mettant en valeur leurs opposés.

  • 42 Hacene Benmansour, L’islam et le riba, pour une nouvelle approche du taux d’intérêt, Paris, Dialogu (...)
  • 43 Zouheir Obeidi, La banque islamique, une nouvelle technique d’investissement, [Beyrouth ?], Dar al- (...)

40Sur le riba et les banques islamiques, Hacene Benmansour, L’islam et le riba, pour une nouvelle approche du taux d’intérêt42, défend la distinction entre prêt usuraire et prêt non usuraire, assez laborieusement d’ailleurs. Le livre de Zouheir Obeidi, La banque islamique, une nouvelle technique d’investissement43, est une thèse soutenue à Paris IV. Comme c’est souvent le cas dans ce genre, l’originalité est peu marquée, mais le travail fourmille de renseignements sur l’histoire des banques islamiques, leurs statuts, leurs difficultés.

3. Les ouvrages modernistes

  • 44 Sadek Sellam, Être musulman aujourd’hui, Paris, Nouvelle cité, 1989, 184 p.
  • 45 Martine Gozlan, L’islam et la République : des musulmans de France contre l'intégrisme, Paris, Belf (...)

41Il n’y en a pas dans notre corpus. Le lieu de vente des ouvrages modernistes n’est pas la librairie islamique, mais la librairie arabe ou la librairie généraliste ou universitaire. Car ce sont surtout les universitaires qui sont de tendance moderniste. Mais il est certain que chez les musulmans de France, des ouvrages modernistes circulent, comme Être musulman aujourd’hui de Sadek Sellam44 ou L’Islam et la République de Martine Gozlan et Soheib Bencheikh45.

42L’absence de ces ouvrages dans la librairie islamique n’est pas seulement dû au fait que les libraires ne les retiennent pas. Le fait qui nous semble le plus décisif est qu’il n’existe pas une piété moderniste.

4. Les ouvrages islamistes

  • 46 Saïd Qotb, Jalons sur la route de l’islam, Bruxelles, s. d., Ar-Rissala (avec adresse, tel et fax), (...)

43Si l’on s’en tient à la définition juridique que nous avons donnée de l’islamisme, un seul ouvrage peut être retenu dans notre corpus. Il s’agit de la traduction de Saïd Qotb, Jalons sur la route de l’islam46 édité à Bruxelles. On sait que son auteur prône le Coran seul, qu’il refuse le droit musulman et encore plus cette « mauvaise plaisanterie... la réadaptation de la jurisprudence islamique ». Il rejette la théorie de la guerre sainte défensive et prône la séparation d’avec l’idolâtrie (jâhilîya). Pour lui les sociétés musulmanes elles-mêmes sont idolâtres et toute coexistence est impossible... Cet ouvrage est la Bible des islamistes.

5. Les autres ouvrages de la liste

  • 47 Ghulam Sarwar, L’islam expliqué aux enfants, Paris, Éditions Maison d’Ennour, 1996, Collection Vivr (...)
  • 48 Yacoub Roty, Le but de l’islam expliqué aux jeunes, illustré par l’auteur, Paris, Éditions Maison d (...)

44Ce sont des ouvrages neutres et inclassables. Appartiennent à cette catégorie les ouvrages pour enfants, comme celui de Ghulam Sarwar, L’islam expliqué aux enfants47 qui est un ouvrage très bien fait. L’auteur est obligé de dire que les chrétiens et les juifs ont falsifié les écritures, mais c’est la doctrine islamique. Celui de Yacoub Roty, Le but de l’islam expliqué aux jeunes48 illustré par l’auteur, est plus difficile et en même temps contestable sur le plan pédagogique. Est-il nécessaire pour apprendre la morale aux enfants de faire intervenir Satan constamment et de présenter l’islam comme une citadelle assiégée par le mal ? N’y a-t-il pas aussi parmi les « incroyants » (tous ceux qui ne sont pas musulmans) des alliés de Dieu ?

  • 49 Younous et Nefissa Geoffroy, Le livre des prénoms arabes, Paris, Éditions Maison d’Ennour, 1998, Co (...)
  • 50 Pour le droit musulman tout acte humain est juridique et relève de sa compétence. Son ambition est (...)

45Pour les parents, on a le livre de Younous et Nefissa Geoffroy, Le livre des prénoms arabes49, qui est un ouvrage bien fait et intéressant. Les premiers chapitres font une petite étude sur le nom arabe. L’islam n’impose pas d’avoir un nom arabe, mais il le recommande50.

  • 51 Hébri Boussarouel, Les savants musulmans oubliés de l’histoire, Barcelone, La Plume universelle, Pr (...)
  • 52 Moussa Mussawi, Les chiites et la réforme, Paris, Éditions Maison d’Ennour, 1997, Imprimerie Najah (...)
  • 53 Saïbi de Houba, Guide pratique du musulman en France, Paris, Éditions du Dauphin, 1984, Imprimé en (...)

46Les ouvrages restants sont difficiles à classer. Celui de Hébri Boussarouel, Les savants musulmans oubliés de l’histoire51, est une suite de notices hagiographiques où les juristes sont nombreux. C’est un travail de vulgarisation, valorisant la créativité des temps passés et, somme toute, encourageant la recherche du savoir. On est surpris de trouver Moussa Mussawi, Les chiites et la réforme52 qui est un ouvrage de polémique anti-chiite. En revanche celui de Saïbi, Guide pratique du musulman en France53, est bien à sa place. Il ne parle que très sommairement du droit musulman, ce qui est normal puisque son but est d’aider le musulman, souvent immigré, dans sa vie quotidienne en France.

Conclusion

47Résumons nos observations. On constate principalement, quant à la répartition des ouvrages de droit musulman dans le corpus, une domination des traditionalistes, une assez bonne représentation des réformistes, une grande discrétion des islamistes, mais une absence totale des modernistes. Pour ce qui est du contenu de cet « enseignement », on peut dire qu’il est orienté vers la piété plus que vers le droit et la technique juridique. Les audaces modernistes se portent en général sur les sujets les moins tabous, l’économie en particulier, quoique l’ouvrage de Bouti sur le jihâd soit une belle exception. Le conservatisme s’est spécialisé sur la famille. Quant au pénal, il ne fait pas recette. En général le niveau est faible, c’est celui de la vulgarisation, ce qui n’exclut pas quelques ouvrages intéressants.

  • 54 Mohammed Charfi, Islam et Liberté, le grand malentendu, op. cit. ci-dessus note 7.

48On a souvent souligné l’importance de la « bataille des livres » (encore récemment Mohammed Charfi dans Islam et liberté54). Il est probable que tant que les réformistes et les modernistes ne s’affirmeront pas plus dans les librairies islamiques (c’est-à-dire en produisant des ouvrages de piété), il sera difficile d’éviter que l’islam le plus hostile au dialogue devienne la pensée dominante de l’immigration.

Notes

1 Les gérants de la chaîne des librairies Avicenne sont libres dans le choix des ouvrages qu’ils vendent.

2 Ibn Abû Zayd Al-Qayrawani, La Risâla, ou Épître sur les éléments du dogme et de la loi de l’islam selon le rite malékite, trad. Bousquet, 6e éd., Alger, Éditions populaires de l’armée, 1975, 372 p. (Il existe une nouvelle traduction).

3 An-Nawâwî, Le jardin des dévots, trad. française sous le nom de As-Suyûtî.

4 Aboubaker Djaber Eldjazaïri, La voie du musulman, 3 vol. en 1, [Paris ?], Aslim éditions, 1966, Imprimé en France, 584 p.

5 Éric Chaumont, Le livre des rais illuminant les fondements de la compréhension de la Loi, traduction du Kitâb al-Luma ‘fî usûl al-fiqh de Al-Shîrâzî, Londres, Robbins Collection, 1998.

6 Jacques Jomier, Le commentaire coranique du Manâr, Paris, Maisonneuve et Larose, 1954, 366 p.

7 Mohammed Charfi, Islam et Liberté, le grand malentendu, Paris, Albin-Michel, 1998, 274 p.

8 Olivier Roy, L’échec de l’islam politique, Paris, Seuil, 1992.

9 Bruno Étienne, L’islamisme radical Paris, Hachette, 1987.

10 François Burgat, L’islamisme en face, Paris, La Découverte, 1996.

11 Gilbert Delanoue, « al-Ikhwân al-muslimîn », Encyclopédie de l’islam, t. 3, 2e éd., Leiden, Brill, 1975.

12 Malek Ibn Anas, Al-Mouwatta’, 2 vol., trad. Iman Sayad et Fawzi Chaaban, Beyrouth, Dar al Fikr, 1993, Hareth Horeik imprimeur (Liban), t. 1 : 644 + 20 p. ; t. 2 : 510+ 12 p.

13 Ibn Abû Zayd Al-Qayrawani, La Risâla, op. cit. ci-dessus note 2.

14 Al-Juwaynî (Imâm al-Haramayn), Kitâb al-waraqât, traité de méthodologie juridique musulmane, Paris, Éditions IQRA, 1995.

15 Az-Zahabi (Muhammad bn Ahmad bn Uthman), Les grands péchés, trad. Fawzi Chaaba, Beyrouth, Dar al-kutub al-ilmiya, 1992, 250 p.

16 Abdul Jawad (Ahmed), L’invocation exaucée, trad. Saïd al-Laham, Beyrouth, Dar el-Fikr, 1992, Imprimé par l’éditeur, 474 p.

17 An-Nawâwî, Le jardin des dévots, trad, française.

18 Al-Muhâsibî (al-Harith bn Asad), Les règles de la bienséance de l’âme, trad. Abdallah as-Saber, Paris, Éd. IQRA, 1996, Imprimé à Saint-Étienne, 258 p. Autre édition, reproduisant la première, Union islamique mondiale (en arabe), Kuwait, Sahaba islamic press, 1985.

19 Al-Muhâsibî (al-Harith bn Asad), La volonté du retour à Dieu, trad. Abdallah as-Saber, Paris, Éd. IQRA, 1996, Imprimé à Saint-Étienne, 226 p.

20 Anselm Turmeda, Pourquoi j’ai embrassé l’islam, [Emerainville, France], Association de l’unité, 1989, sans lieu d’impression, 98 p.

21 Abul A‘la Maudoudi, Comprendre l’islam, Islamic foundation, England, sans lieu d’impression [Lahore ?], 1973, 174 p.

22 Al-Alwânî (Taha Jâbir), Islam, conflit d’opinions, pour une éthique du désaccord, Paris, Éditions al-Qalam et Institut international de la pensée islamique (Herndon, USA), 1995, Imprimé à Saint-Étienne, 160 p.

23 Hazrat Mawlana M. Zakariah Kandhlawi, Les enseignements de l’islam, sans éditeur ni lieu d’édition ni d’impression, 1986, 684 p. (livre réunissant sept ouvrages).

24 Aboubaker Djaber Eldjazaïri, La voie du musulman, op. cit. ci-dessus note 4.

25 Tariq Ramadan, Les musulmans dans la laïcité, responsabilités et droit des musulmans dans les sociétés occidentales, Lyon, Tawhid, 1994 (1995), 158 p.

26 Slim Laghmani, Éléments d’histoire de la philosophie du droit, t. 1 : Le discours fondateur du droit, Tunis, Céres Production, 1993, 310 p.

27 Malek Ibn Anas, Al-Mouwatta’, op. cit. ci-dessus note 12.

28 Hervé Bleuchot, Droit musulman, t. 1 : histoire, Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2000, 420 p.

29 Nasr Abu Zeid, Critique du discours religieux, Paris, Sinbad-Actes Sud, 1999, 228 p.

30 Slim Laghmani, Éléments d’histoire de la philosophie du droit, op. cit. note 26.

31 Sur le même débat j’ai fait un compte-rendu dans l'ΑΑΝ 1996 (p. 1298-1299) du livre de Dr Abdallah, Le foulard islamique et la République française, Mode d’emploi, Paris, Éd. Intégrité, 1995, 152 p. J’y souligne l’incompatibilité totale entre la philosophie politique de la laïcité et celle de l’islam, l’une souhaitant faire disparaître tout signe extérieur, l’autre souhaitant au contraire les multiplier. Je critique le point de vue illogique qui refuse le dialogue sur la loi islamique mais qui l’exige sur la laïcité.

32 Fatima Naseef, Droits et devoirs de la femme en islam à la lumière du Coran et de la Sunna, Lyon, Éd. Tawhîd, 1995, 272 p.

33 Hani Ramadan, La femme en islam, Paris, Éditions Maison d’Ennour, 1996, Imprimerie Najah el Jadida à Casablanca, 64 p.

34 Fdal Haja, Guide de la femme musulmane, trad. Hebri Bousserouel, Paris, Universel ( ?), 1996, Imprimé à Saint-Étienne, 142 p.

35 Christian Cherfils, L’esprit de modernité dans le monothéisme islamique, Saint-Ouen, Centre ABAAD, 1992, Imprimé à Saint-Étienne, 64 p.

36 Muhammad Hamidullah, Initiation à l’islam, Alger, Imprimerie bilingue, 1981, réédité par La Mosquée des étudiants de l’Université d’Alger, 312p.

37 Malek Bennabi, Le phénomène coranique, sans éditeur, 1976, 194 p., impr. BM. Paris avec en tampon : « Édité par l’Association des étudiants islamiques en France, Paris ».

38 Youssef Qaradhawi, Le licite et l’illicite en islam, trad. Salaheddine Kechrid, 2e édition corrigée, Paris, Éd. Al Qalam, 1992, 364 p.

39 Muhammad Said Ramadan Bouti, Le jihâd en Islam, comment le comprendre ? et comment le pratiquer ?, Damas, Dar al-fikr, 1996, sans lieu d’impression.

40 Mohamed Badr el-islam Belamine, Tout sur l’islam, questions et réponses, t. 2, Pratique, Paris, El Mounir, 1992, Collection l’essentiel de l’islam, Imprimé au Liban, 80 p.

41 M. Boudjenoun, Le mariage en islam, modalités et finalités, Paris, Éditions Maison d’Ennour, 1996, Collection Vivre l’islam, Imprimerie Najah el Jadida à Casablanca, 80 p.

42 Hacene Benmansour, L’islam et le riba, pour une nouvelle approche du taux d’intérêt, Paris, Dialogue éditions, s. d. [1996], imprimé à Barcelone, 182 p.

43 Zouheir Obeidi, La banque islamique, une nouvelle technique d’investissement, [Beyrouth ?], Dar al-Rashad al-islamiya, 1988, sans lieu d’impression, 292 p.

44 Sadek Sellam, Être musulman aujourd’hui, Paris, Nouvelle cité, 1989, 184 p.

45 Martine Gozlan, L’islam et la République : des musulmans de France contre l'intégrisme, Paris, Belfond, 1994, 179 p.

46 Saïd Qotb, Jalons sur la route de l’islam, Bruxelles, s. d., Ar-Rissala (avec adresse, tel et fax), Impr. Hamza Press (tel et fax).

47 Ghulam Sarwar, L’islam expliqué aux enfants, Paris, Éditions Maison d’Ennour, 1996, Collection Vivre l’islam, Imprimerie Najah el Jadida à Casablanca, illustrations, 62 p.

48 Yacoub Roty, Le but de l’islam expliqué aux jeunes, illustré par l’auteur, Paris, Éditions Maison d’Ennour, 1994, Collection Vivre l’islam, Imprimerie Najah el Jadida à Casablanca, 120 p.

49 Younous et Nefissa Geoffroy, Le livre des prénoms arabes, Paris, Éditions Maison d’Ennour, 1998, Collection Vivre l’islam, Imprimerie Najah el Jadida à Casablanca, 248 p.

50 Pour le droit musulman tout acte humain est juridique et relève de sa compétence. Son ambition est de donner un statut (hukm) à chaque acte humain qui peut être ainsi obligatoire, recommandé, indifférent, déconseillé, interdit.

51 Hébri Boussarouel, Les savants musulmans oubliés de l’histoire, Barcelone, La Plume universelle, Presse de Viking, 1998, 498 p.

52 Moussa Mussawi, Les chiites et la réforme, Paris, Éditions Maison d’Ennour, 1997, Imprimerie Najah el Jadida à Casablanca, 238 p.

53 Saïbi de Houba, Guide pratique du musulman en France, Paris, Éditions du Dauphin, 1984, Imprimé en France, 168 p.

54 Mohammed Charfi, Islam et Liberté, le grand malentendu, op. cit. ci-dessus note 7.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search