Version classiqueVersion mobile

Actualité des protestantismes évangéliques

 | 
Christopher Sinclair

Deuxième partie. Spécificité et organisation de trois courants de l'évangélisme en Alsace

Les Églises de la Bonne Nouvelle

Gwénaël Juhl

Texte intégral

1En préalable, il nous semble important de préciser l’objet de cet exposé. En effet, si pour les Strasbourgeois la notion de Bonne Nouvelle renvoie à une famille d’églises spécifique issue de l’Église Évangélique « La Bonne Nouvelle » de Strasbourg, dans le reste du territoire régional et national, de nombreuses autres églises ont pris également ce nom. La majorité d’entre elles sont issues des dénominations baptistes ; on peut citer par exemple l’église « la Bonne Nouvelle » de Colmar, qui est membre de l’Association Évangélique d’Églises Baptistes de Langue Française (AEEBLF). C’est uniquement du mouvement d’origine strasbourgeoise que nous parlerons ici, et plus précisément encore de l’église « la Bonne Nouvelle » de Strasbourg et de sa relation aux valeurs du libéralisme politique moderne. Ajoutons que cet exposé prend appui sur une étude à caractère ethnographique assez approfondie réalisée en 1999. Il portera donc la trace des avantages et des inconvénients de cette méthode.

I. Histoire et présentation

2L’histoire de la Bonne Nouvelle trouve son origine en 1939, quand trois jeunes étudiants protestants de l’École Normale d’instituteurs de Strasbourg décident de créer un petit groupe de prière et d’étude biblique. En septembre, la guerre survenant, ils sont évacués avec le reste de la population strasbourgeoise en Dordogne. C’est donc à Périgueux, où l’école a été transplantée, que le petit noyau commence à croître pour atteindre douze personnes un an plus tard. Il devient alors mixte et prend le nom de « Communauté de Jeunes ». Très rapidement, des contacts se lient avec divers représentants de la mouvance évangélique, en particulier le pasteur baptiste Dubarry et certains représentant des mouvements de frères. Ces contacts seront déterminants quand il s’agira, quelques temps plus tard, de choisir une structure ecclésiale. Dans la même période, quelques membres du groupe font l’expérience du baptême de l’esprit, mais après de vives discussions le groupe prend définitivement ses distances avec le mouvement de pentecôte.

3Lors du retour en Alsace en été 1945, le groupe comprend 23 personnes auxquelles se rajoutent 10 membres rentrés dès 1940. La question du maintien ou non d’un groupe autonome vis-à-vis des églises existantes, y compris évangéliques, est alors posée, mais le facteur linguistique s’avère rapidement déterminant. En effet, plusieurs jeunes épouses étant francophones, l’intégration dans des communautés où l’allemand prédomine s’avère par trop problématique. Le caractère purement francophone de la Bonne Nouvelle sera, par la suite, un facteur non négligeable de sa réussite. Il lui permettra notamment d’intégrer plus aisément les générations nées après-guerre, dont la familiarité avec l’allemand est bien moindre que celle de leurs aînés. Après quelques hésitations, ce n’est qu’en 1963 que la communauté prend le nom qui est le sien aujourd’hui : Église Évangélique de la Bonne Nouvelle de Strasbourg.

4Pendant ses années de jeunesse, la communauté emprunte des locaux aux églises avec lesquelles elle entretient des affinités, c’est-à-dire les Frères « larges » et les Baptistes. La tension entre les deux ecclésiologies se transforme en conflit ouvert en 1951. L’église connaît alors la plus grave crise de son histoire. Finalement, le départ de plusieurs personnes rend possible une solution de compromis et, pour le groupe qui a surmonté la crise, vient alors le temps de la structuration. L’organisation de la Bonne Nouvelle est, jusqu’à ce jour, un savant dosage entre les deux systèmes, et sa direction par un collège d’Anciens, élu par les membres, est à ce titre significative. En 1970, la communauté s’installe dans une nouvelle salle de 350 places au 13 rue de la Douane. Entre 1979 et 1981, elle entreprend l’élaboration d’une confession de foi et obtient en 1980 le statut d’association cultuelle de droit local, ce qui lui permet de recevoir donations et legs. En 1981, le petit groupe qui s’était créé à Barr fait de même. Enfin en 1987, des projets d’essaimage aboutissent à la création de deux nouvelles églises à Vendenheim et Lingolsheim. Une commission de liaison « inter-B.N. » se charge de maintenir un lien entre ces différentes communautés, tout en respectant leur indépendance.

5Enfin, la dernière évolution n’est pas la moins importante. En 1996, l’église change à nouveau de locaux pour s’installer dans un bâtiment neuf au 4 rue des Magasins après plusieurs années de travaux. Le bouleversement est considérable ! Et cela d’autant plus que dès 1998, le fonctionnement institutionnel de l’église est, à son tour, modifié de façon substantielle. Nous insisterons particulièrement sur ces événements, car ces mutations récentes mais profondes sont pour nous hautement symptomatiques de l’évolution, tant de la communauté de la Bonne Nouvelle, que, de manière plus générale, d’une partie de la France évangélique. Cette évolution, nous pouvons la résumer de manière imparfaite par la fameuse « routinisation du charisme » de Max Weber.

6Avant de poursuivre notre démonstration, complétons encore notre portrait de l’église de la Bonne Nouvelle. Tout d’abord, il nous semble utile de préciser que cette église, composée de 274 membres au moment de l’enquête, a très tôt bénéficié, en raison de sa composition socioprofessionnelle particulière, d’un rayonnement intellectuel hors de proportion avec son importance numérique. Et même si aujourd’hui la part des enseignants tend à diminuer, le taux de salariés de l’Éducation Nationale y reste tout de même proche de 20 % des actifs. De plus la diversification, bien réelle, a amené dans l’assemblée, outre une majorité de classe moyenne, une part non négligeable de membres de professions supérieures : médecin spécialistes, universitaires, ingénieurs ou juristes. Si la spécificité de cette composition reste relative comparée à celle d’autres groupes religieux, elle est particulièrement nette dans le monde évangélique. Cette composition n’influence par ailleurs pas uniquement le rayonnement extérieur de la Bonne Nouvelle, tant intellectuel que financier, il préside aussi à l’ensemble du fonctionnement interne de la communauté. Pour finir, nous ajouterons que la Bonne Nouvelle est membre fondateur de la Fédération Évangélique de France (FEF), de l’Entente des Églises Évangéliques Libres de la Communauté Urbaine de Strasbourg (EEEL-CUS) et membre plus récent des Communautés et Assemblées Évangéliques de France (CAEF). Sa confession de foi est classique pour une assemblée évangélique non-pentecôtiste.

II. De nouvelles structures pour une nouvelle stratégie ?

1. Les nouveaux locaux

  • 1 Partage, no 59, septembre 1996, p. 13-17.

7Certes, il n’existe pas de rapport direct entre l’installation dans des nouveaux locaux à la rentrée 96 et la nouvelle organisation expérimentée en 1999. Pourtant, il nous a semblé important de souligner le lien possible entre ces deux événements. En effet, les bouleversements provoqués par le déménagement du centre-ville vers le quartier de la gare ne semblent pas avoir été sans conséquences sur l’état d’esprit de la communauté. En 1996, l’église entre dans un immeuble entièrement neuf et à l’architecture moderne. Il comprend, sur quatre étages, une grande salle de culte de 350/400 places, plusieurs salles de réunions de moindre importance, un parking de 30 places, ainsi qu’un appartement de fonction pour un gardien. Le financement a été assuré majoritairement par un très important legs provenant d’un membre âgé de l’église, complété par des dons divers ainsi qu’un prêt bancaire1, mais après liquidation des anciens locaux et une nouvelle donation, l’opération pouvait être clôturée sur un solde très positif.

8La perception de l’église, tant par les autres assemblées évangéliques que par les institutions publiques ou privées, semble aussi avoir évolué, et ce dans des directions diverses. D’une part, ce signe extérieur de richesse peut paraître en porte-à-faux avec l’éthique évangélique qui, par réaction aux christianismes traditionnels, refuse d’accorder aux locaux une quelconque valeur cultuelle. D’autre part, il peut sembler contradictoire avec le contenu du message néo-testamentaire, qui invite à ne pas surinvestir l’aspect matériel, pour privilégier le spirituel. Un tel choix a entraîné la réprobation d’une partie des évangéliques strasbourgeois. On peut citer, par exemple, la réflexion ironique de ce visiteur, issu d’une autre communauté, et s’exclamant : « ça doit être dur de prêcher l’évangile aux pauvres dans un tel bâtiment ! ». Néanmoins, l’existence de ce bâtiment a incontestablement permis à la Bonne Nouvelle de renforcer son influence sur l’échiquier religieux strasbourgeois. Ainsi, l’existence d’un bâtiment imposant a, selon l’expression d’un des membres, donné « une dignité institutionnelle» à l’église. Celle-ci a, de plus, fait la preuve de sa capacité à s’intégrer dans le tissu associatif local en réussissant assez bien, par divers moyens, son intégration dans son nouveau quartier. Elle a enfin, par son face-à-face gagné avec l’administration fiscale, toujours soupçonneuse à l’égard des mouvements religieux minoritaires, apporté des garanties de sérieux et d’honnêteté vis-à-vis des pouvoirs publics. Ces différents éléments expliquent le sentiment global de satisfaction, voire de fierté, qui prédomine à l’intérieur de la communauté.

9Pourtant, du point de vue de la fonctionnalité des locaux, le bilan apparaît plus mitigé et les avis sont partagés. Mais en règle générale, nos conclusions rejoignent les observations de Mme D. : « Au niveau de la convivialité, il a fallu recréer une façon de vivre, les gens ont tous perdu leurs places, leurs repères. Il y a eu une redistribution des cartes ». C’est donc dans ce contexte de remise en question de l’ensemble des habitudes et traditions de la communauté qu’il faut situer la mise en place de la nouvelle organisation et ses conséquences.

2. La commission « nouvelle organisation » et les enjeux de la redistribution

10C’est en 1997 que l’église prend conscience d’un dysfonctionnement institutionnel et qu’une commission « nouvelle organisation » est créée. Elle est présidée par un ex-Ancien qui choisit lui-même les personnes de son équipe. On peut noter accessoirement que celle-ci ne comprendra aucune femme.

11Deux dysfonctionnements principaux servent de base à la réflexion de la commission. Tout d’abord, « des ralentissements manifestes dans le traitement de certaines questions de fond » par le Conseil des Anciens, dus à la multiplication et à la complexification des problèmes qui leur sont soumis, ainsi qu’à une moindre disponibilité professionnelle de leur part (à l’origine, la majorité des Anciens était enseignants...). L’objectif est donc de favoriser une délégation accrue des responsabilités, notamment matérielles, afin que le Conseil « retrouve sa véritable fonction pastorale et visionnaire ». Le second dysfonctionnement majeur dénoncé par la commission se situe au niveau du Conseil d’église. Cette instance, qui avait progressivement remplacé l’assemblée de frères, était composée des responsables de groupes ou de secteurs d’activités, de personnes d’expérience (principalement les ex-Anciens) ainsi que de toute personne invitée par le Conseil des Anciens pour ses compétences particulières. Or, cette instance, qui cumulait les rôles de coordination fonctionnelle et d’organe consultatif, était, toujours d’après la commission, de moins en moins représentative des responsabilités réelles de chacun et ne possédait pas la souplesse nécessaire pour accompagner les évolutions de l’Église. Il s’agissait, en quelque sorte, d’une chambre basse très dépendante du Conseil d’Anciens et largement marquée par l’histoire de l’église, mais possédant néanmoins une certaine influence sur la vie de la communauté. C’était, par exemple, au Conseil d’église qu’étaient discutées des questions de fond aussi cruciales pour la communauté que « divorce et mariage », ainsi que les questions générales de fonctionnement. Or cette instance était de plus en plus contestée par l’assemblée, qui en supportait difficilement le caractère oligarchique et peu fonctionnel. Néanmoins, c’est le profond remaniement de cette instance historique de l’église qui suscitera le plus d’oppositions.

12Par-delà les préoccupations exprimées dans le bilan dressé par la commission à la veille de la mise en place du nouveau fonctionnement, des enjeux plus globaux et plus fondamentaux nous semblent se dessiner implicitement. Comme nous l’avons déjà montré ci-dessus, le changement des locaux s’était accompagné d’un bouleversement des mentalités à l’intérieur même de la communauté. L’église quittait alors définitivement son statut d’église « champignon» d’après-guerre pour acquérir une certaine honorabilité institutionnelle. Or un élément limitait encore cette évolution d’un point de vue politique : la grande puissance du Conseil des Anciens et l’organisation quelque peu oligarchique de la communauté. Ce sont ces deux points que va tenter de modifier la nouvelle organisation. Accessoirement, mais dans la même optique, ce sera aussi l’occasion de revoir la place des femmes dans la communauté. Nous pensons donc discerner une énorme influence des valeurs libérales sur les réformes récentes à l’église de la Bonne Nouvelle, et cette influence est d’autant plus remarquable qu'elle est régulièrement niée ou minorée, y compris par les réformateurs eux-mêmes, afin de maintenir la cohérence idéologique de la communauté.

3. Les nouvelles instances

13Le premier objectif déclaré de la commission est une évolution du fonctionnement du Conseil des Anciens vers une meilleure délégation des tâches, notamment matérielles. Pour cela, la commission a imaginé un nouveau découpage de l’activité de l’église en plusieurs secteurs (l’église était antérieurement divisée en grands départements). Chacun des douze secteurs possède à sa tête un diacre (exceptionnellement deux) et un Ancien référent. Chaque Ancien peut être référent de plusieurs domaines, ce qui est une obligation, compte tenu du nombre réduit d’Anciens, dont le nombre a varié jusqu’à présent de cinq à huit. Par contre, le diacre est l’homme d’un secteur (ou la femme, c’est une nouveauté). Cette solution aurait pour avantage de réduire la charge des Anciens, désormais secondés par les diacres, tout en sauvegardant le principe de la collégialité. De plus, le système a pour conséquence une rationalisation de l’organigramme.

14Ainsi, les diacres (par opposition aux Anciens) sont avant tout chargés du bon fonctionnement matériel des activités de l’église, bien que, évoluant dans une sphère à caractère religieux, ils soient aussi les garants d’une certaine éthique spirituelle.

15Pourtant, cette définition ne nous semble pas devoir épuiser la fonction du collège diaconal dans l’organisation de la Bonne Nouvelle. Pour expliciter notre pensée, nous utiliserons une notion qui nous vient de Montesquieu et des sciences politiques : celle de séparation des pouvoirs. Cette séparation consiste, pour la résumer sommairement, à séparer le plus possible les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, afin que ceux-ci se contrôlent mutuellement. Or, alors qu’avant la réforme, le Conseil des Anciens concentrait entre ses mains quasiment l’ensemble de ces pouvoirs, la nouvelle organisation tend, selon nous, a créer une division semblable à celle observable au niveau de l’État libéral moderne. Ainsi, bien que les deux corps (celui des Anciens et celui des diacres) soient élus quasiment de la même manière, par l’assemblée des membres, il nous semble possible de discerner une différence fondamentale entre le statut symbolique et la fonction des deux instances. Les premiers sont chargés de l'intégrité spirituelle de l’église, de la pureté de sa doctrine, de la justesse de ses orientations générales, par rapport à ses statuts et sa vocation primitive, bref d’une fonction principalement éthique et juridictionnelle. Les seconds, au contraire, se cantonnent à rendre effectives les décisions prises par le Conseil ou l’assemblée, il s’agit donc d’une fonction à caractère surtout exécutif. Certes, nous sommes conscient des limites d’une telle comparaison. Tout d’abord, les modèles organisationnels de l’église et de l’État sont quantitativement et qualitativement extrêmement différents. De plus, l’activité du Conseil des Anciens actuel est loin de se résumer à une simple fonction juridictionnelle, et il s’agit plus d’une évolution que d’un fait établi. Pourtant, vu les différents éléments analysés plus haut, il ne nous semble pas excessif de parler d’une forte attraction du libéralisme politique sur les nouvelles structures de la Bonne Nouvelle.

16L’évolution du Conseil d’église est aussi remarquable sur ce point. Alors qu’il cumulait jusqu’à présent les fonctions de coordination et d’organe consultatif, il est aujourd’hui scindé en deux, voire trois instances spécialisées : la réunion de coordination, le comité consultatif et enfin, sous une forme particulière, le forum. La réunion de coordination, comme son nom l’indique, est une instance purement fonctionnelle. Elle réunit, trois ou quatre fois par an, les Anciens, les diacres, les responsables de secteurs et de commissions, afin d’aborder les questions de coordination générale, d’évaluer les activités et de traiter de certaines questions pastorales. Contrairement au Conseil d’église, ses membres sont clairement identifiés par une fonction effective au sein de l’assemblée, ce qui exclut de fait les anciens cadres ou les membres informels. Il s’agit de la personnalisation du corps administratif de l’église.

17Pour compenser cette rationalisation de l’instance fonctionnelle a été créé le comité consultatif, qui est composé, selon les termes de la commission, de « personnes d’expérience nommées par le Conseil d’Anciens ». Il s’agit en fait largement des ex-Anciens et autres membres fondateurs. Le comité se réunit uniquement sur demande du Conseil des Anciens et ne possède aucun pouvoir décisionnel. Cette instance permet dans les faits de reconnaître les compétences des anciens cadres de la Bonne Nouvelle, en évitant que leur participation excessive n’en paralyse le fonctionnement.

18Enfin, afin de ne pas exclure certains membres de la discussion des décisions les plus importantes, il est prévu des réunions en forum régulières, regroupant l’ensemble des membres de l’église autour d’une thématique particulière. Cette instance est un simple espace de discussion et ne possède pas de pouvoir décisionnel. Elle complète le processus de rationalisation de l’administration de l’église, la commission voulant ainsi éviter les distinctions de statut arbitraires de l’ancien Conseil d’église, qui créaient une certaine frustration.

III. Perception du nouveau fonctionnement

1. Le processus de légitimation et le risque de bureaucratisation

19Max Weber nous rappelle que toutes les dominations, y compris à caractère religieux « cherchent à éveiller et à entretenir la croyance en leur « légitimité ». Mais, selon le genre de légitimité revendiquée, le type d’obéissance de la direction administrative destiné à le garantir et le caractère de l’exercice de la domination sont fondamentalement différents. (...) Par conséquent, il faut distinguer les formes de domination suivant la revendication de légitimité qui leur est propre ». Ainsi, cet auteur distingue trois types de « domination légitime » dont les caractères déterminants sont respectivement la rationalité, la tradition ou le charisme. La première repose sur « la croyance en la légalité des règlements arrêtés et du droit de donner des directives qu’ont ceux qui sont appelés à exercer la domination par ces moyens (domination légale) », la seconde, sur « la croyance quotidienne en la sainteté de traditions valables de tout temps (...) » et la troisième, sur « la soumission extraordinaire au caractère sacré, à la vertu héroïque ou à la valeur exemplaire d’une personne (...) ». En suivant la direction indiquée par cet auteur, il peut donc s’avérer intéressant de nous interroger sur cette notion de légitimité et sur ses caractéristiques à l’église de la Bonne Nouvelle.

  • 2 Weber M., Économie et Société 1, Pocket, Paris, 1995, p. 326.
  • 3 Idem, p. 286.

20Le risque de « bureaucratisation » est sans doute celui qui revient le plus souvent dans les craintes exprimées par les membres à propos du nouveau fonctionnement. Il est vrai qu’il s’agit d’une évolution notable dans la production normative à la Bonne Nouvelle. Jusqu’à présent, les règles étaient principalement issues d’un consensus au Conseil des Anciens, l’autorité charismatique de ce dernier en garantissant largement la réception par les membres. Elles sont, actuellement, de plus en plus l’aboutissement d’un processus de légitimation à caractère juridique. On retrouve ici partiellement ce que Max Weber nomme « la routinisation du charisme ». Pour lui, en effet, « la domination charismatique [qui] est de caractère spécifiquement extraordinaire et (...) présente une relation sociale strictement personnelle, liée à la valeur charismatique des qualités personnelles et à leur confirmation (...) est amenée, dans son essence, à changer de caractère : elle se traditionalise ou se rationalise (se légalise), ou les deux en même temps, à des points de vue différents »2. Certes, la domination à la Bonne Nouvelle n’a jamais été purement charismatique et est encore loin aujourd’hui d’être de pur type rationnel, mais comme le rappelle Max Weber « aucune domination ne se contente de bon gré de fonder sa pérennité sur des motifs ou strictement matériels, ou strictement affectuels, ou strictement rationnels en valeur »3. Il s’agit donc bien ici, comme pour toute classification typologique, d’une commodité de raisonnement.

21Néanmoins, plusieurs éléments nous rapprochent d’une telle évolution. Tout d’abord, et comme nous l’avons brièvement soulevé dans notre introduction, la création quasi-mythique de la Bonne Nouvelle a été largement mise en valeur ultérieurement pour affermir l’identité propre de la communauté. Cette attitude a eu pour conséquence de renforcer considérablement le prestige des membres-fondateurs (et des adhérents les plus anciens), accentuant ainsi le fort charisme personnel dont plusieurs étaient déjà nantis. De plus, la croissance continue de la communauté depuis sa création n’a fait qu’entretenir (confirmer, selon les mots de Weber) cette consécration divine. Pendant de très nombreuses années, c’est donc la génération des fondateurs qui monopolisera les responsabilités dans l’église, avant de laisser progressivement la place aux membres adhérents les plus anciens (membres de l’église dans les années 50). Or, depuis une dizaine d’années, c’est cette seconde génération qui s’efface et les nouveaux cadres ne peuvent plus puiser dans cette légitimité historique chère à leurs prédécesseurs. Cela explique sans doute partiellement le besoin de créer une nouvelle source de légitimité basée sur le modèle de la démocratie libérale. La fin de la présence des ex-Anciens dans les instances permanentes de l’église vient confirmer cette évolution.

  • 4 Weber M., Sociologie des Religions, Gallimard, Paris, 1996, p. 375.

22Selon Max Weber, l’église peut alors suivre deux évolutions, le traditionalisme qui est « l’attitude mentale consistant à se régler sur les habitudes quotidiennes et à croire qu’elles constituent une norme inviolable pour l’action» ou le rationalisme, dont l’une des variétés est la domination de type légal ou bureaucratique et qui se caractérise par « l’attachement impersonnel au « devoir de la fonction » dans sa définition générale et objective »4. C’est en effet entre ces deux alternatives que semble hésiter la Bonne Nouvelle. En même temps que certains responsables privilégient une certaine continuité, en maintenant la place prépondérante du Conseil d’Anciens sur l’ensemble des aspects de la vie de la communauté et le maintien d’une direction de type patriarcal. Un Ancien de longue date craint notamment que l’adaptation de « points de vue et concepts de l’industrie et de la production » à l’église ne transforme celle-ci en « entreprise technocratique ». M. R. appréhende que la sectorisation et la hiérarchisation n’entraîne une fragilisation excessive du Conseil et que celui-ci ne puisse conserver son rôle de référence. Cette position est aussi partagée par certains membres, notamment âgés, qui craignent une perte des valeurs spirituelles du groupe au profit d’agissements matériels. Mme P. fait ainsi observer qu’« une organisation trop systématisée, trop schématisée peut couper certains élans » et regrette qu’on ne privilégie pas la prière sur le débat.

23À l’inverse, beaucoup de cadres moyens et la quasi-totalité de la dernière génération de responsables (25 à 35 ans) voient favorablement l’évolution actuelle vers une rationalisation fonctionnelle des structures. Μ. V., membre de la commission, se défend en arguant que dans tout groupe humain, « ça ne va pas sans un minimum d’organisation, et de clarification de qui fait quoi, qui est responsable devant qui, etc. ». Μ. V. se déclare néanmoins conscient de certains dangers dans le processus actuel : « il y a constamment un effort à faire pour rappeler que l’organigramme n’est pas tout ». Il craint aussi que l’on en vienne à estimer les membres en fonction de leur capacité à s’inscrire dans le fonctionnement de l’Église. Pourtant, Μ. V. pense que le nouveau cadre « permet aux gens de mieux trouver leur place et d’exercer leurs dons au service de Dieu ou de l’église ». On voit ici une logique radicalement différente de celle du traditionalisme. Alors que la première tend à la défense de l’identité communautaire par une orthodoxie doctrinale et une sacralisation des structures, la seconde privilégie l’adaptation aux attentes du groupe et une structure de type fonctionnel. La bureaucratisation est alors la seule alternative à un pouvoir centralisateur. M. J. résume ainsi la situation : « Si l’église était centralisée, avec deux pasteurs par exemple pour une église de cette taille, ce serait plus facile. La structure, ce n’est pas une question de bureaucratie, c’est de dire : si l’on veut que tout le monde soit au travail, comment faire pour qu’une organisation de 400 membres fonctionne, sachant qu’il n’y a pas de pouvoir fort ». La concession est implicite : la bureaucratisation, dans le sens d’une hiérarchie fortement formalisée est inévitable, dans ce sens qu'elle est la seule alternative à une monopolisation des pouvoirs.

2. Une dynamique d’intégration ?

24Comme nous l’avons vu, un des objectifs du nouveau fonctionnement est de multiplier les délégations de responsabilités en vue, d’une part, d’éviter une centralisation excessive du pouvoir et d’autre part, de permettre l’investisse, ment du plus grand nombre. Il peut donc paraître intéressant de s’interroger sur ce second objectif. L’organigramme de la Bonne Nouvelle comprenait, à la mise en place du nouveau fonctionnement, 45 noms différents de personnes ayant une quelconque responsabilité. Il faut ajouter tous ceux qui participent à certaines activités sans en être responsables (ménage, accueil, moniteurs d’école du dimanche, membres des commissions...), ce qui aboutit effectivement à la participation d’une part non négligeable des membres de l’église à son fonctionnement. De ce point de vue, le nouveau fonctionnement semble donc plutôt être une réussite, et cela même si la majorité de ces fonctions existaient de fait auparavant. En effet, le nouveau fonctionnement donne alors un statut, ce qui renforce le sentiment d’appartenance du nouveau promu.

25L’une des réussites les plus significatives à ce niveau semble être la mise en place de commissions de réflexion, permanentes ou non. Celles-ci permettent, en effet, non seulement de faire participer le maximum de personnes, quels que soient leur âge ou leur sexe, au fonctionnement de l’église, mais encore à la réflexion sur le fonctionnement lui-même. Ces structures sont donc d’autant plus appréciées quelles donnent à beaucoup de membres une occasion inhabituelle de participer au travail d’élaboration des règles de l’église. Mme B. par exemple s’exprime très favorablement à ce sujet : « Je fais partie de la commission (...) et d’ailleurs j’étais très étonnée qu’on m’y invite, car les commissions sont des tous petits groupes et là, non seulement je suis une femme, c’est vrai, mais en plus je suis très jeune, je me suis dit – Tiens c’est bizarre, pourquoi ils me demandent à moi ? Je pense que c’est justement dans le souci d’avoir plusieurs personnes différentes, pour pouvoir leur donner un regard autre par rapport à la jeunesse, enfin c’est ce qu’ils m’ont dit en tout cas. C’est effectivement appréciable qu’ils m’invitent... ». Mme H., membre récent de l’église, se dit, elle aussi, heureusement surprise que les responsables aient pensé à elle pour une commission. Pour elle, l’intégration à la Bonne Nouvelle est facile avec un minimum d’investissement. Pourtant si l’accueil fait à la nouvelle organisation semble très favorable en ce qui concerne les personnes qui s’y investissent, le bilan apparaît beaucoup plus contrasté en dehors de ce cercle.

26Ainsi, deux catégories de personnes semblent avoir vécu négativement l’expérience. D’une part, et nous l’avons déjà évoqué, les tenants d’une évolution plus traditionnelle et notamment, certains cadres ou anciens cadres. D’autre part, les personnes ne désirant ou ne pouvant pas s’investir dans les nouvelles instances de l’église et que la rationalisation du système risque de marginaliser par une fonctionnalité accrue. Ces personnes sont soit hostiles, soit tout simplement indifférentes au changement. L’un des responsables fait ainsi un bilan partagé : « ça dépend, les gens qui sont impliqués (...) sont enthousiastes, mais je ne sais pas si le membre qui n’est pas impliqué, qui vient juste le dimanche, je ne sais pas s’il a encore perçu quelque choses ». Les entretiens confirment cette impression, Mlle C. par exemple, qui n’exerce aucune responsabilité dans l’église avoue n’avoir perçu aucune évolution puisque « le déroulement de l’étude biblique, de la chorale et du culte le dimanche matin n’a pas été modifié ». M. S. quant à lui, va plus loin dans la contestation et déplore une logique obsessionnelle qu’il considère incompatible avec la vocation de l’église. Ces réactions ont néanmoins relativement peu d’écho dans la communauté puisque, justement, elles émanent de personnes peu investies ; la contestation la plus importante reste donc celle que l’on a qualifiée de « traditionnelle ».

Conclusion

27Comme nous l’avons indiqué au départ, ce compte rendu très partiel est celui d’une étude ethnographique, il rend donc compte des problèmes rencontrés par une église donnée à un moment particulier de son histoire. Néanmoins il nous semble que bien des enjeux sous-tendus par notre problématique sont repérables dans d’autres communautés. Cette évolution qui semble se dessiner dans le cas de la Bonne Nouvelle et qui s’accompagne de changements majeurs dans l’organigramme de la communauté, son rapport à l’autorité (nous n’avons malheureusement pas le temps d’envisager la question de la démocratie sinon pour souligner le contrôle de plus en plus étroit des responsables par l’assemblé des membres), mais surtout son rapport à la croyance elle-même avec un fondamentalisme élaboré, médiatisé voire relativisé, nous conduit à envisager aujourd’hui l’émergence d’un évangélisme modéré, largement influencé par les principales valeurs occidentales, et bien intégré dans la cité. Et c’est bien ce rapport à la croyance, bien plus que le contenu de cette dernière, qui nous semble devoir être au cœur de l’analyse des évolutions de l’évangélisme contemporain. Cette constatation pose aussi a contrario, et c’est particulièrement le cas dans le cadre du débat social sur les « sectes », la question de l’homogénéité du monde évangélique autour de critères doctrinaux communs mais interprétés et vécus de manière radicalement différente.

Notes

1 Partage, no 59, septembre 1996, p. 13-17.

2 Weber M., Économie et Société 1, Pocket, Paris, 1995, p. 326.

3 Idem, p. 286.

4 Weber M., Sociologie des Religions, Gallimard, Paris, 1996, p. 375.

Auteur

Université Marc Bloch, Strasbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search