Version classiqueVersion mobile

Actualité des protestantismes évangéliques

 | 
Christopher Sinclair

Deuxième partie. Spécificité et organisation de trois courants de l'évangélisme en Alsace

L’actualité d’une identité mennonite

Yves Klopfenstein

Texte intégral

I. Enjeux

1Le terme d’actualité offre deux directions de compréhension, selon que nous considérons ce vocable comme traduisant un certain nombre de caractéristiques de notre époque, ou selon que nous l’appréhendons comme le véhicule d’une certaine permanence. Dans le premier cas de figure, il s’agit d’établir un descriptif actuel. Dans le second cas, il est question de relever un certain nombre de paramètres significatifs qui permettent de mesurer l’évolution d’un état en termes de permanence possible, ou de filiation manifeste. Il s’agit alors de mesurer, non plus des marqueurs ou des propriétés, mais des relations qui subsistent. Nous parlons ainsi de l’actualité en termes de ce qui reste présent. Mais ces deux possibilités de sens interfèrent avec la réalité de l’identité que nous définissons avec Hume, par la permanence de certains critères intérieurs, tels que le sentiment d’appartenance, par exemple, et extérieurs, comme un appareil idéologique attesté, à travers et dans le changement. Aussi, parler de l’actualité de l’assemblée mennonite de Strasbourg implique que nous prenions en compte la double réalité de l’identité et de la permanence. Comme les mennonites sont présents à Strasbourg depuis la fin de la première moitié du xvie siècle, nous avons une période significative pour tenter de souligner à la fois la question de la permanence des critères extérieurs et celle de la persistance d’une actualisation, c’est-à-dire d’une modification interprétative de la relation entre un idéal et son application dans un contexte variable. Ces critères extérieurs sont-ils toujours des marqueurs de l’identité mennonite ? Mais qu’en est-il des critères intérieurs dont nous ne disposons que partiellement et qui permettent de rendre compte de la cohésion identitaire à l’intérieur d’un système de représentation et d’adhésion ? Aussi, la question que nous voulons soulever est celle des critères marquants pour une actualité de l’identité mennonite strasbourgeoise. Toutefois, ces marqueurs reflètent-ils une identité spécifique ou indiquent-ils le travail d’intégration propre au processus identitaire lui-même qui signifie la prégnance d’un mythe à travers sa modification d’interprétation en contexte ? Autrement dit, la pertinence de l’actualité des mennonites se mesure-t-elle par la référence à la permanence de critères extérieurs modélisés, ou doit-elle être décrite par son renvoi à un processus identitaire complexe qui exclut une conception trop tranchée de l’identité ? L’enjeu est de taille car, outre le fait qu’il implique à la fois la prise en compte des effets de déperdition ou de transformation d’une identité, et le processus d’actualisation et d’interprétation à partir d’une identité préalablement donnée, il renvoie à la double acception de l’actualité que nous avons dégagée ci-dessus.

  • 1 Nous basons cette étude historique sur nos travaux de maîtrise et de DEA, soutenus à la Faculté de (...)

2Pour y répondre, nous procéderons en trois étapes. La première retracera l’histoire spécifique de l’anabaptisme pacifique à Strasbourg en lien avec le mouvement mennonite1. Dans cette partie, nous signalerons déjà quelques marqueurs spécifiques d’une identité mennonite, tels l’idéal, idéologique et éthique, de restitution évangélique, ainsi que l’ecclésiologie volontariste. La seconde étape dégagera des critères extérieurs de permanence possible pour une actualité mennonite. Dans cette section, nous soulignerons la relation entre le mythe, ou l’idéal de restitution, et sa manifestation concrète. Quant au troisième moment de cet exposé, il cherchera à rendre compte de la nécessité d’élargir notre conception de l’identité en la rapportant à la notion de processus d’actualisation identitaire. Ainsi nous aurons à la fois un tableau sur le sens de l’évolution de l’identité, et sur l’actualité du processus de développement identitaire des mennonites strasbourgeois.

II. Présence anabaptiste à Strasbourg

  • 2 Blough N. et collaborateurs, Jésus-Christ aux marges de la Réforme, coll. Jésus et Jésus-Christ, De (...)
  • 3 Seguy J., « Anabaptisme » in Encyclopœdia Universalis, s. 1., 1985.
  • 4 Lienhard M., « Les anabaptistes », in Mayeur J.-M., Pietri C., Vauchez A., Venard M. (éd.), Histoir (...)

3L’anabaptisme regroupe étymologiquement les doctrines des groupes qui préconisent un second baptême réservé aux adultes. Historiquement, ce terme désigne les mouvements radicaux du xvie siècle qui, s’ils suivent les deux grands principes que sont sola scriptura et sola fide2, se démarquent de la Réforme par une ecclésiologie volontariste3. Néanmoins, ce mouvement est aussi caractérisé, d’une part, par l’absence de naissance commune des différents groupes, une diversité de courants doctrinaux qui englobent à la fois des idées millénaristes, des aspirations pacifiques et des tendances spiritualistes et, d’autre part, des résurgences d’éléments du Moyen-Age et des influences de la mystique allemande4.

  • 5 Rilliet J., Zwingle. Le troisième homme de la Réforme, coll. Les temps et les destins, Fayard, Pari (...)

4L’anabaptisme pacifique voit le jour en 1525 à Zürich, à la suite d’une séparation entre Zwingli et ses proches collaborateurs, Grebel et Mantz5, sur la question de l’administration du baptême des enfants. Ces derniers s’appuyaient sur la conviction que la foi naissait de la prédication et d’un acte volontaire, responsable et librement consenti. Une telle orientation impliquait à la fois l’idée d’une église professante et son corollaire, l’inutilité du baptême des enfants. Invités par les autorités civiles de la ville, sous peine d’exclusion, à renoncer à leur conception séparatiste, Grebel et Mantz, loin de s’y soumettre, fondèrent une église dissidente née du re-baptême d’adultes faisant suite à une démarche motivée de leur part par une profession de foi. Or, dès son entrée officielle dans l’histoire, ce groupe sera confronté aux persécutions, à l’exil et à la menace de disparition. Cependant, en 1536, ce mouvement anabaptiste pacifique est réorganisé par un ancien prêtre, Menno Simons, lequel donnera son nom à cette branche que l’on appellera, à partir de cette date, mennonite.

  • 6 Lienhard M., « La liberté de conscience à Strasbourg au xvie siècle », in La liberté de conscience (...)
  • 7 Seguy J., « L’anabaptisme à Strasbourg et en Alsace de 1523 à 1671 », in Les assemblées mennonites (...)
  • 8 Blough N., Christologie anabaptiste. Pilgram Marpeck et l’humanité du Christ, coll. Histoire et soc (...)

5Mais, quel rapport existe-t-il entre l’anabaptisme pacifique suisse et Strasbourg ? Strasbourg commence à adhérer à la Réforme en 1523, sous l’influence de Matthieu Zell6. Sa position tolérante à l’égard des dissidences religieuses en fait rapidement un lieu de refuge pour les anabaptistes de Suisse, de Hollande et d’Allemagne. Aussi, dès 1525, une présence anabaptiste est attestée dans la « cité de l’espoir »7. En 1526, on compte des représentants des trois grandes tendances de l’anabaptisme, les biblistes pacifiques influencés par Michaël Sattler et Léopold Scharnschlager, les spiritualistes marqués par l’influence de Hans Denck et les millénaristes regroupés autour de Melchior Hoffman8.

  • 9 Bender H. et Smith H. (éd.), « Strasbourg » in The Mennonite Encyclopedia, s. l., 1959, vol. IV.

6En contact avec les autorités de la ville, Michaël Sattler écrit, entre 1526 et 1527, une lettre adressée à Bucer et Capiton, dans laquelle il dresse vingt différences entre la Réforme et l’anabaptisme. Toutefois, la divergence essentielle porte sur la conception de l’Église. Pour Sattler, celle-ci doit être composée de croyants et doit être séparée de l’État9, car ce dernier ne saurait légiférer en matière religieuse. Parallèlement à son action politique, Sattler va influencer le groupe pacifique et leur donner une identité axée autour de l’idéal de restitution évangélique manifestée, dans ce contexte précis, par le baptême des adultes, le refus du port d’armes, le refus du serment quel qu’en soit le motif, et une discipline communautaire très stricte impliquant l’exclusion.

  • 10 Luther M., « De l’autorité temporelle et des limites de l’obéissance qu’on lui doit », in Œuvres, L (...)

7Mais les autorités de la ville ne l’entendent pas ainsi et vont rapidement réagir. Dès 1527, un premier mandat est pris contre les anabaptistes, taxés alors de séparatistes, mettant en péril le droit absolu du gouvernement de la ville. Ce mandat formule l’obligation de ne pas loger d’anabaptistes, ni de leur venir en aide. Sattler quitte Strasbourg la même année, après avoir appris la contestation de Scharnschlager, lequel demandait aux autorités de la ville de ne pas légiférer en matière de foi individuelle. Une commission est alors constituée pour s’occuper des affaires anabaptistes : les Wiedertäuferherren. Emprisonné pour sa prise de position, Scharnschlager écrit, en 1534, une défense dans laquelle il justifie sa position en se fondant sur le texte de Luther : De l’autorité temporelle et des limites de l’obéissance qu’on lui doit. Ce texte de 1523, qui distingue deux gouvernements, l’un temporel et l’autre spirituel, établit non seulement que chaque gouvernement doit avoir ses propres lois, mais encore que l’autorité temporelle ne saurait ni juger ni régler les affaires spirituelles, car c’est l’affaire de Dieu. Cela implique alors que l’autorité civile ne saurait contraindre un homme à embrasser telle ou telle croyance10. Par ailleurs, Scharnschlager se défendait aussi contre une assimilation de son mouvement aux illuminés de Münster, expliquant que la position de son groupe consistait à refuser de forcer quelqu’un à devenir anabaptiste. Chassé de Strasbourg le 27 mai 1534, le groupe pacifique va perdre l’un de ses meilleurs dirigeants. Plusieurs anabaptistes quittent la ville, mais cela ne provoque pas la disparition du groupe pacifique.

  • 11 Bender H. et Smith H. (éd.), « Strasbourg » in The Mennonite Encyclopedia, 1959, vol. IV.
  • 12 Horsh J., Mennonites in Europe, vol. 1, Scottdale, Pennsylvania, Herald Press, 1950.

8Aussi, le 23 mars 1535, le conseil de la ville édicte-t-il un nouveau décret plus dur que le premier. Les anabaptistes doivent être bannis. En cas de retour, ils doivent être emprisonnés durant quatre semaines au régime du pain et de l’eau, puis expulsés à nouveau. En cas d’un second retour, ils sont passibles de mutilation corporelle avant d’être, à nouveau, expulsés. En cas d’un troisième retour, ils sont condamnés à la mort par noyade11. Malgré ces menaces, les anabaptistes restent présents à Strasbourg, et un dernier mandat est adopté en 1540 qui précise que ces derniers doivent choisir entre se convertir à la Réforme ou quitter la ville. Après ce mandat, la plupart des anabaptistes quittent la ville. Il ne reste plus à Strasbourg qu’un groupe pacifique issu du mouvement zurichois, mais privé de chefs marquants12. En 1590, la commission des Wiedertaüferherren est supprimée. Mais cette communauté continuera pourtant à exister jusqu’au xviiie siècle, où elle se consolidera et se restructurera autour des fugitifs mennonites expulsés du canton de Berne. Cette communauté vivra alors en vase clos jusqu’à la fin du xixe siècle, où elle se désagrégera à la mort de son ancien. Il restera toutefois des mennonites à Strasbourg, mais ces familles perdront rapidement tout contact entre elles, ayant supprimé les réunions régulières qui cimentaient leur unité. Or, en 1978, une assemblée mennonite est reconstituée, suite au travail d’un prédicateur itinérant chargé d’assurer un lien entre les diverses familles mennonites de France.

III. Marqueurs extérieurs spécifiques d’une actualité de l’identité anabaptiste mennonite

  • 13 On appelle religion ethnique de transplantation l’instauration d’églises et de communautés autonome (...)
  • 14 Règlement intérieur de l’Église évangélique mennonite de Strasbourg, art. 13, 1978.

9À partir de cette histoire d’une présence anabaptiste pacifique à Strasbourg, quels sont les éléments qui nous permettent de parler aujourd’hui d’une actualité de l’identité mennonite ? Nous disposons de plusieurs contenus à la fois sociologiques et idéologiques qui nous permettent d’envisager la question de la permanence ou non de caractéristiques communes. D’un point de vue sociologique, il nous semble que l’un des marqueurs de cette actualité mennonite réside dans le mode de recrutement des membres du groupe. Avant l’arrivée des Bernois aux xviie et xviiie siècles, le critère d’admission résidait dans une démarche volontaire, le re-baptême et la confession de foi. Toute personne qui le souhaitait pouvait alors se joindre au groupe. La plupart de ces personnes extérieures au mouvement anabaptiste pacifique provenaient des Églises officielles. Avec la restructuration bernoise, cet apport extérieur cessa complètement et l’on peut parler pour cette période de religion ethnique de transplantation13. Or, il est intéressant de remarquer que l’assemblée mennonite actuelle est composée à la fois par des mennonites issus de cette période marquée par une religion ethnique de transplantation, et par des personnes extérieures qui ont manifesté le désir de se joindre à cette assemblée, qui ont été baptisés et ont accepté les principes de la foi14. Nous avons donc là un trait marquant d’une actualité mennonite qui repose sur une conception essentiellement volontariste.

  • 15 Loewen H.-J., « Peace in the mennonite tradition », in Bender R.-T. et Sell P.-F. (éd.), Baptism, p (...)
  • 16 Bender H. et Smith H. (éd.), « Bible », « Bibelstunde », The Mennonite Encyclopedia, 1955, vol. I.
  • 17 Confession de foi de l’Église évangélique mennonite de Strasbourg, art. 1., 1978.

10Mais c’est surtout au niveau idéologique que les marqueurs sont significatifs. Nous en avons relevé quatre : l’autorité de la Bible, en particulier du Nouveau Testament, la non-violence, la non-mondanité et l’exclusion. Concernant l’autorité de la Bible, il faut noter que cette tradition mennonite ne débute pas avec un credo ni une théologie systématique mais uniquement sur le texte biblique15. Cette autorité de la Bible est l’élément fondamental du critère d’actualisation identitaire. En effet, gouverné par l’idéal de restitution, nous sommes en présence du mythe, ou principe à travers lequel va s’actualiser la relation du groupe à la société environnante. C’est donc à travers cet idéal que va pouvoir être mesurée l’actualisation du travail d’interprétation collectif en matière de relation du groupe au monde, à travers la non-violence, la non-mondanité et la discipline communautaire. Trois indices sont repérables au xvie siècle, l’autorité absolue et incontestable de la Bible en matière de vie et de salut, une lecture littérale de celle-ci et la pratique d’études bibliques régulières, à savoir plusieurs fois par semaine16.. Quatre siècles plus tard, la Bible reste encore l’autorité en matière de salut et de vie17. Pour le reste, nous pouvons dire que la lecture de la Bible est toujours littérale, par opposition à une approche historico-critique, et que les études bibliques restent une donnée importante de la vie de l’assemblée. À partir de cette lecture littérale, les anabaptistes du xvie siècle ont appliqué à la lettre les commandements du Nouveau Testament, cherchant à mettre en pratique l’idéal éthique proposé par le Christ. Aussi, ont-ils prôné et mis en pratique la non-violence, la non-mondanité et l’exclusion communautaire en les justifiant par de nombreuses références aux textes du Nouveau Testament.

  • 18 Confession de Schleitheim, art. 6, 1527.
  • 19 Grebel C, Lettre à Thomas Müntzer, art. 9, 5 sept. 1524.
  • 20 Confession de Schleitheim, art. 4, 1527.
  • 21 Confession de Schleitheim, art. 7, 1527.

11La non-violence concernait le refus d’utiliser une arme à la fois contre un ennemi et pour défendre un ami18. Dans la première lettre de Grebel à Müntzer, celui-ci rend compte de la non-violence comme l’expression d’un combat spirituel. La non-violence est une attitude qui débouche sur l’épreuve de « l’affliction, les tribulations, la persécution, la souffrance et la mort ». C’est un combat contre la tentation d’appartenir encore à « l’ancienne loi »19. La non-mondanité touchait à la fois au refus du serment civil et économique, et par corollaire aux métiers qui l’impliquaient, et une séparation physique d’avec le monde mauvais, c’est-à-dire à la fois les catholiques, les protestants et les débauchés20. Cette non-mondanité sous-tendait ainsi une vision communautaire constituée de « purs », engagés à suivre « la perfection de la loi » enseignée par le Christ21. Quant à l’exclusion communautaire, elle représentait la seule manière de se protéger, à l’intérieur de la communauté, des déviances de certains de ses membres. Sa valeur était hautement significative, car elle prenait effet au moment de la Cène impliquant par là une exclusion spirituelle et communautaire.

  • 22 Règlement intérieur de l’Église évangélique mennonite de Strasbourg, art. 15, 1978.

12En ce qui concerne l’actualité de ces marqueurs à notre époque, il faut constater la disparition de la non-mondanité, de la non-violence en tant que principe idéologique explicite, et de l’exclusion comme rupture spirituelle22. En effet, ni dans la confession de foi de Strasbourg ni dans le règlement intérieur il n’est fait mention de ces deux principes que sont la non-mondanité et la non-violence. Quant à l’exclusion, elle perd sa valeur spirituelle et communautaire au profit d’une perte de pouvoir décisionnel. L’exclusion ne concerne pas la Cène mais uniquement un droit de vote en matière de décisions communautaires.

  • 23 Confession de foi de l’Église évangélique mennonite de Strasbourg, point 7, 1978.

13Quel bilan pouvons-nous dresser à partir de ces quelques marqueurs extérieurs qui décrivent l’orientation institutionnelle et idéologique adoptée par cette assemblée ? Tout d’abord, la permanence de l’idéal d’une ecclésiologie volontariste. L’église « est composée de ceux qui sont nés de nouveau et qui ont décidé de vivre selon l’enseignement de l’Évangile »23. Puis, le statut des Écritures comme canon en matière de vie et de salut. À partir de ces quelques marqueurs, pouvons-nous affirmer une actualité qui ait sens ? Si, pour les anabaptistes du xvie siècle, ces principes étaient conscients et soutenaient un idéal de restitution évangélique animant un courant contestataire, peut-on affirmer que ces marqueurs actuels visiblement transformés et non-contestataires représentent des indices suffisants pour établir une actualité de l’identité mennonite ? Doit-on parler d’une assimilation progressive au courant évangélique et piétiste ? Il nous semble qu’il ne saurait être question d’une telle assimilation compte tenu de l’antériorité de certaines tendances anabaptistes au piétisme ou au « revivalisme » du xixe siècle. Parmi ces tendances, signalons l’importance accordée à la conversion individuelle, la prétention à l’orthodoxie fondée sur la Bible comme seule autorité en matière de salut et de vie, et l’idée d’ecclésiologie volontariste. Aussi, nous pensons plutôt qu’il s’agit là d’une rencontre inévitable de deux tendances proches par certains de leurs aspects. Mais une telle remarque nous conduit à nouveau à poser la question de l’actualité mennonite. Peut-elle se résumer à un double constat, celui d’une perte manifeste d’identité spécifiquement anabaptiste et celui d’une rencontre naturelle avec le protestantisme évangélique ?

14C’est là que se joue la question du rapport entre l’identité et l’actualité. L’identité telle qu'elle se dégage des textes du xvie siècle correspond-elle à celle que l’on peut esquisser aujourd’hui pour pouvoir parler d’actualité ?

IV. Processus identitaire et actualité mennonite

15Nous pouvons envisager deux approches de la correspondance ou de la permanence pour décrire l’identité en termes d’actualité. La première consiste à retenir les critères extérieurs de l’identité qui, une fois modélisés, décrivent le sens de l’actualité. C’est ce que nous avons fait dans cette présentation. L’autre consiste à prendre en compte le processus d’actualisation de l’identité afin de rendre compte de sa permanence, c’est-à-dire de situer la phase dans laquelle nous nous trouvons au moment où nous en parlons. Toutefois, il nous semble important de souligner qu’un processus identitaire n’implique pas forcément une actualisation de l’identité, dans la mesure où celle-ci relève de la permanence des relations et non des propriétés. C’est ce que nous voulons esquisser maintenant.

16Si nous nous rapportons aux seuls critères extérieurs pour établir l’actualité de l’identité, nous sommes alors conduits à mesurer, dans le cadre de notre étude sur l’anabaptisme, une certaine forme de perte ou de dépréciation identitaire. Prendre en compte les critères extérieurs revient à modéliser ces critères de façon à pouvoir les rendre opératoires. Le risque consiste alors à réduire l’identité à une conception mécaniste dans laquelle nous ne retenons que les éléments que nous jugeons nécessaires. Une telle approche conduit inévitablement à une conception fixiste de l’identité. En effet, une telle analyse confrontée à la « flèche du temps » conduit à rendre compte de l’identité en termes de dégradation ou de transformation irréversible. La « flèche » identitaire est alors irrémédiablement orientée vers la mort ou le désordre par rapport au modèle idéal constitué.

  • 24 Mucchielli A., L’identité, coll. Que sais-je ? no 2288, Paris, PUE 1999, (première édition 1986).

17Aussi la question qui se pose est celle de savoir si l’identité peut être comparée à un espace psychosociologique clos à l’intérieur duquel se remplit, se vide ou se désorganise l’identité initiale. Les socio-psychologues comme Mucchielli24 ont suffisamment attiré l’attention sur le fait que l’identité est un processus complexe qui ne saurait être conçu comme un modèle isolé idéal. L’identité est un processus complexe ouvert sur de nombreuses influences extérieures. Ne pouvant pas réunir toutes les influences qui rentrent en jeu dans la composition identitaire, nous pouvons alors simplement prendre en compte les étapes du processus, et penser que l’identité se crée en créant son propre espace.

18Nous proposons ainsi de prendre en compte certains éléments de l’épistémologie des sciences. Au lieu de retenir la modalité de nécessité, nous pensons qu’il convient de privilégier la modalité de la contingence. En effet, si les critères qui interviennent dans la construction de l’identité sont multiples et variés, cela implique que toute modélisation opératoire du critère identitaire doit être considérée comme conduisant à une détermination probabiliste de l’évolution globale de l’identité. Certes, l’irréversibilité du temps conduit à une certaine évolution ou dévolution de l’identité. Mais celle-ci ne saurait être déterministe, comme peut le laisser supposer une approche mécaniste des marqueurs extérieurs de l’identité. Parce que l’identité est soumise à de nombreuses influences, elle ne saurait être totalement prédictible. Son futur ne saurait dépendre ou être entièrement déduit de son passé.

  • 25 Piettre B., Philosophie et science du temps, coll. Que sais-je ? no 2909, PUF, Paris, 1996 (premièr (...)
  • 26 Ferret S., L'identité, textes choisis et présentés par, coll. Corpus, Flammarion, Paris, 1998.
  • 27 Brandt P.-Y., « Identité subjective, identité objective : l’importance du nom », in Archives de Psy (...)

19Cela nous amène alors à reconsidérer les notions d’ordre et de désordre. À l’ordre identitaire mécaniste, relatif à des critères stables sur lesquels il est possible d’obtenir des informations déterminées sur l’évolution du noyau identitaire en termes de continuité et d’intégration, s’oppose la notion de désordre qui repose sur un manque évident d’informations entrant en ligne de compte dans l’acquisition de l’identité. Tout l’enjeu des mathématiques cahotiques est de nous rendre attentif au fait que, dans ce désordre apparent, peuvent émerger des structures nouvelles25. Celles-ci sont contingentes. La prise en compte de la contingence devient alors un critère incontournable du processus identitaire. Ce critère de contingence peut ainsi servir à comprendre l’enjeu de l’actualité en termes d’identité et de diversité. Comme l’a montré Ferret26, l’identité n’est pas incompatible avec le changement. Il distingue deux types de changements : ceux qui affectent et préservent l’identité de la chose qui change, et ceux qui la détruisent. Si l’identité demeure malgré le changement, il sera question d’une identité numérique comprenant une variation qualitative. Par contre, si l’identité, définie comme ce que l’homme ou le groupe entretient avec lui-même tout au long de son existence, disparaît, il s’agit de l’émergence d’une autre nature identitaire. Or, cette émergence est contingente, elle est liée au processus même d’acquisition identitaire qui ne saurait être envisagé sans prendre en compte la manière dont un groupe humain découvre sa propre identité en cherchant à l’élaborer par un processus de reprise, de transformation ou d’abandon. Autrement dit, l’identité se détermine en interaction avec une prise de conscience progressive27, à travers laquelle s’élabore un processus possible d’identification et de reconnaissance. Ce processus de continuité et d’intégration, qui suppose une identité donnée préalablement, doit alors être posé à nouveau tout au long de l’histoire individuelle ou collective, pour ne pas risquer de figer l’identité dans une dépendance aliénante à une identité donnée. Au cours des phases d’intégration, nous observons alors des moments de séparation, d’autonomisation, d’affirmation ou de différenciation, idéologiques ou affectives.

  • 28 Klopefenstein Y., Religion, tradition, transmission. Le cas de la communauté mennonite de Strasbour (...)

20En nous référant à notre questionnaire, élaboré dans le cadre d’un travail sur la transmission de l’identité mennonite strasbourgeoise28, nous avions remarqué que l’identité ressentie, le sentiment d’être, confirmait la perte d’une identité extérieure, marquée idéologiquement. À la question « Vous sentez-vous plutôt mennonite, protestant, chrétien ou évangélique ?», les réponses indiquaient clairement la préférence à une identification « chrétienne ». Seuls les mennonites de souche de l’assemblée de Strasbourg se sentaient avant tout « mennonites ». Par contre, dès qu’il s’agissait de l’identité présentée au regard de l’autre, nous pouvions répartir les réponses en trois catégories.

21Un tiers se définissait différemment selon l’interlocuteur. Nous pouvons y voir soit l’effet d’une identité en train de se construire par une confrontation au regard de l’autre, soit le reflet de la distinction entre les critères d’identification internes au groupe et les aspects marquants pour une présentation identitaire extérieure au groupe. En effet, la conscience identitaire ne se marque pas de la même manière selon le niveau de co-appartenance entre deux interlocuteurs. Si les deux interlocuteurs appartiennent à la mouvance évangélique, il est possible que l’identité mennonite soit présentée et défendue comme spécificité interne à la mouvance. Par contre, si l’interlocuteur n’appartient pas à une tradition chrétienne, il est fort probable que le mennonite porte l’accent sur son appartenance à la chrétienté. L’important ici serait de considérer le niveau de co-appartenance des deux interlocuteurs, puisque la conscience identitaire ne se marque pas à tous les plans de la même manière, mais qu'elle se différencie selon le sentiment de co-appartenance ressentie.

  • 29 Maffesoli M., La contemplation du monde : figures du style communautaire, Grasset, Paris, 1993.

22Un autre tiers se définissait comme « protestant ». Cela peut certes indiquer une identité commode et présentable. Mais surtout, nous avons là un trait du processus de l’actualité de l’identité mennonite en tant que celle-ci ne se définit plus par la permanence de critères idéologiques, mais par le sentiment d’appartenance à une communauté émotionnelle. Les critères idéologiques spécifiques étant dévalués, et l’identité ressentie étant assez vague tout en revendiquant une étiquette « chrétienne », l’adhésion à cette communauté mennonite se fait par sensibilité. Celle-ci repose sur un idéal communautaire valorisant une forme de « l’être ensemble », comme le souligne justement Maffesoli29. Cette manifestation de l’appartenance à une communauté émotionnelle est principalement repérable au niveau de l’intégration d’une personne à la communauté mennonite. En effet, celle-ci ne rejoint généralement pas cette assemblée sur la considération de sa dénomination. L’église locale est principalement perçue comme un lieu de partage communautaire ouvert à qui le désire. Sur les trente-neuf questionnaires reçus pour un total de soixante-quatorze questionnaires distribués dans l’assemblée, seules trois personnes avaient rejoint la communauté par choix relatif à l’idéal mennonite.

23Enfin, un dernier tiers se déclarait « mennonite ». Relevons au passage que cette prise de position concernait spécifiquement des mennonites de souche. Nous aurions donc affaire à une identité ethnique revendiquée en tant que particularité historique et non pas idéologique. La revendication d’appartenance étant axée sur une tradition. À travers ces résultats, nous avons ainsi un indicateur précieux en ce qui concerne le processus global d’actualisation, dont nous pouvons dire que la période actuelle décrit un moment de séparation et d’autonomisation par rapport à l’identité idéologique donnée. Toutefois, cette phase est encore portée par un idéal de restitution évangélique, soutenu par le statut de la Bible en tant que norme de vie et de salut.

Conclusion

24Au cours de cette présentation, nous avons voulu rendre compte de l’actualité mennonite à Strasbourg. Pour y parvenir, nous avons montré comment les critères extérieurs marquants d’une identité spécifique s’étaient modifiés au cours des relations entre le mythe fondateur de l’anabaptisme pacifique, l’idéal de restitution, et ses expressions en situations concrètes.

25À la question de savoir si l’actualité mennonite reflète une identité particulière, ou plus généralement, un moment du processus d’actualisation identitaire, nous avons montré que l’actualité mennonite exprime le cheminement d’une conscience progressive qui n’échappe pas aux tendances actuelles décrites par les tenants de la post-modernité.

26Aussi, l’actualité mennonite décrit ce processus identitaire qui, loin de se donner une identité qui ne correspond plus à ce que la grande majorité de ses membres ressentent, cherche, à travers la permanence de son idéal de restitution, des éléments d’une identité dynamique qui ne les enfermerait ni de l’intérieur ni à l’extérieur. Ainsi, nous avons affaire à une identité numérique à variation qualitative dont les expressions sont non seulement contingentes mais ouvertes sur un avenir à imaginer. Nous avons donc bien un idéal identique, celui de la restitution évangélique, qui caractérise l’identité numérique, tout en impliquant des variations qualitatives au niveau de l’expression de cet idéal dans et à travers le temps.

Notes

1 Nous basons cette étude historique sur nos travaux de maîtrise et de DEA, soutenus à la Faculté de théologie de Strasbourg, consacrés à l’attitude mennonite face à la guerre (1993) et à la transmission de l’identité mennonite au sein de l’assemblée de Strasbourg (1994).

2 Blough N. et collaborateurs, Jésus-Christ aux marges de la Réforme, coll. Jésus et Jésus-Christ, Desclée de Brouwer, Paris, 1992, no 54.

3 Seguy J., « Anabaptisme » in Encyclopœdia Universalis, s. 1., 1985.

4 Lienhard M., « Les anabaptistes », in Mayeur J.-M., Pietri C., Vauchez A., Venard M. (éd.), Histoire du christianisme, Desclée de Brouwer, Paris, 1992, tome 8.

5 Rilliet J., Zwingle. Le troisième homme de la Réforme, coll. Les temps et les destins, Fayard, Paris, 1959.

6 Lienhard M., « La liberté de conscience à Strasbourg au xvie siècle », in La liberté de conscience (xvie-xviie siècles), Actes du colloque de Mulhouse et de Bâle (1989), Études de philologie et d’histoire no 44, Paris, Droz, 1991.

7 Seguy J., « L’anabaptisme à Strasbourg et en Alsace de 1523 à 1671 », in Les assemblées mennonites de France, Mouton & Co et École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 1977.

8 Blough N., Christologie anabaptiste. Pilgram Marpeck et l’humanité du Christ, coll. Histoire et société, Labor et Fides, Genève, 1984, no 4.

9 Bender H. et Smith H. (éd.), « Strasbourg » in The Mennonite Encyclopedia, s. l., 1959, vol. IV.

10 Luther M., « De l’autorité temporelle et des limites de l’obéissance qu’on lui doit », in Œuvres, Labor et Fides, Genève, 1958, Tome IV.

11 Bender H. et Smith H. (éd.), « Strasbourg » in The Mennonite Encyclopedia, 1959, vol. IV.

12 Horsh J., Mennonites in Europe, vol. 1, Scottdale, Pennsylvania, Herald Press, 1950.

13 On appelle religion ethnique de transplantation l’instauration d’églises et de communautés autonomes suite à l’installation d’immigrants. Le groupe se referme sur lui-même afin de préserver son idéologie et ses valeurs éthiques. Ce processus de conservation conduit alors à la reproduction d’un héritage religieux. La communauté devient ainsi rapidement le lieu de regroupement de familles, le centre et le symbole de l’ethnie qui assure par là même une fonction substitutive d’intégration. Cf. Lalive D’epinay Ch., Religion, dynamique sociale et dépendance, Paris, Mouton, 1975.

14 Règlement intérieur de l’Église évangélique mennonite de Strasbourg, art. 13, 1978.

15 Loewen H.-J., « Peace in the mennonite tradition », in Bender R.-T. et Sell P.-F. (éd.), Baptism, peace and the state in the reformed and mennonite tradition, Wilfrid Laurier University Press, Waterloo, Ontario, 1991.

16 Bender H. et Smith H. (éd.), « Bible », « Bibelstunde », The Mennonite Encyclopedia, 1955, vol. I.

17 Confession de foi de l’Église évangélique mennonite de Strasbourg, art. 1., 1978.

18 Confession de Schleitheim, art. 6, 1527.

19 Grebel C, Lettre à Thomas Müntzer, art. 9, 5 sept. 1524.

20 Confession de Schleitheim, art. 4, 1527.

21 Confession de Schleitheim, art. 7, 1527.

22 Règlement intérieur de l’Église évangélique mennonite de Strasbourg, art. 15, 1978.

23 Confession de foi de l’Église évangélique mennonite de Strasbourg, point 7, 1978.

24 Mucchielli A., L’identité, coll. Que sais-je ? no 2288, Paris, PUE 1999, (première édition 1986).

25 Piettre B., Philosophie et science du temps, coll. Que sais-je ? no 2909, PUF, Paris, 1996 (première édition, 1994).

26 Ferret S., L'identité, textes choisis et présentés par, coll. Corpus, Flammarion, Paris, 1998.

27 Brandt P.-Y., « Identité subjective, identité objective : l’importance du nom », in Archives de Psychologie, 1997, no 65.

28 Klopefenstein Y., Religion, tradition, transmission. Le cas de la communauté mennonite de Strasbourg, mémoire de DEA, Faculté de théologie protestante de Strasbourg, 1994.

29 Maffesoli M., La contemplation du monde : figures du style communautaire, Grasset, Paris, 1993.

Auteur

Université de Genève

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search