Version classiqueVersion mobile

Actualité des protestantismes évangéliques

 | 
Christopher Sinclair

Première partie. Le protestantisme évangélique alsacien aujourd'hui

Églises évangéliques en Alsace : implications aux plans juridique, communal et religieux

Philippe Le Vallois

Texte intégral

1De prime abord, l’évangélisme apparaît très morcelé au plan sociologique (des assemblées, des dénominations, des grands courants), et relativement homogène et uniforme au plan de la confession de foi et de l’organisation ecclésiale. Pourtant il existe des lignes de tension, voire des lignes de partage au sein de ce courant.

2Un des domaines où elles apparaissent de manière particulière, ce sont les relations : relations avec le « monde » pour reprendre une terminologie évangélique, relations avec la société civile (dans les domaines de la reconnaissance juridique et de la reconnaissance sociale), et relations avec les Églises établies, particulièrement.

3Traditionnellement, pour des raisons théologiques, ces assemblées de confessants, ou professants, se vivent en « rupture » ; leur rapport au monde, un monde pécheur, se caractérise par une frontière nette, voulue par l’adhésion volontaire à une communauté de croyants ; ils pratiquent également la séparation ecclésiastique ; les Églises établies, ouvertes à la multitude, sont en effet considérées comme compromises avec et dans ce monde. Pourtant, il apparaît que ces frontières ne sont pas si étanches à l’écoute des assemblées rencontrées.

4Nous allons donc nous rendre attentifs à l’état de leurs implications sous les trois angles juridique, communal et religieux, à ce qu’elles traduisent, aux évolutions éventuelles remarquables et aux motifs de ces évolutions autant qu’on peut en avancer, enfin aux convergences ou aux divergences qui peuvent se dégager d’un domaine de relations à l’autre.

  • 1 Cette enquête réalisée dans le cadre de l’Institut de Droit Local et du centre Société, Droit et Re (...)
  • 2 Les résultats de cette enquête ont été communiqués dans le cadre du colloque Les régulations locale (...)

5Deux enquêtes nous aideront pour cela. Réalisées en 1996 et en 1998 par nos soins, elles portent respectivement sur : « L’organisation des cultes non reconnus en Alsace-Moselle »1 et sur la relation « Assemblées religieuses – collectivités territoriales »2 dans la Communauté Urbaine de Strasbourg. Trente-neuf églises évangéliques représentant trente-deux dénominations différentes avaient répondu à la première, sur les quatre-vingt-quatre contactées. Vingt et une assemblées implantées dans six municipalités de la Communauté Urbaine de Strasbourg, sur vingt-six contactées, avaient répondu à la seconde.

6Dans la perspective de cette journée d’études, ces enquêtes ont été actualisées et étoffées par diverses rencontres et consultations téléphoniques.

I. Implications au plan juridique

7La contribution de Francis Messner au présent ouvrage décrit une forme d’organisation juridique appropriée aux églises évangéliques dans le cadre du droit local des cultes. Nous allons maintenant observer la connaissance que les églises évangéliques ont effectivement de ce régime des cultes et de cette forme d’organisation, puis nous demander si elles en usent, et si elles en sont satisfaites.

1. Appréhension du régime local des cultes

8Le régime local des cultes est connu par près des deux tiers des assemblées évangéliques, mais essentiellement par le biais de l’existence de cultes reconnus et de cultes non reconnus dans le cadre du droit public. En ce sens, les deux champs d’application les mieux appréhendés par plus de la moitié de ces assemblées sont, quasiment à part égale, les ministres du culte et les avantages fiscaux auxquels ont droit les cultes reconnus.

9Les raisons avancées pour lesquelles l’état reconnaît certains cultes portent essentiellement : sur des attendus de type historique, sur des attendus quantitatifs, et enfin sur des attendus de type lobbying. Autrement dit, les attendus de type juridique, tels la liberté de religion ou l’intérêt général que représentent ces cultes, n’apparaissent quasiment jamais explicitement.

10Les motifs de la reconnaissance apparaissent effectivement flous au plus grand nombre. « S’agit-il d’une reconnaissance par la société civile ? par la population ? par Dieu ? » s’interrogent plusieurs. Un de nos correspondants écrit : « Il ne peut exister qu’un culte reconnu, c’est celui que Dieu reconnaît parce qu’il est conforme à sa Parole, la Bible ».

11À la question « Selon vous, les avantages accordés aux cultes reconnus sont-ils différents de ceux accordés aux cultes non reconnus ? », vingt-sept églises, soit plus de deux tiers, répondent « oui ». Pour dix-sept d’entre elles, ces avantages sont d’ordre financier, pour quatorze, ils sont d’ordre administratif, juridique et politique, et pour treize, ils ont trait à la reconnaissance sociale.

12Pour plus de la moitié des assemblées évangéliques, le régime local constitue une injustice, parce qu’il est jugé discriminatoire, selon la majeure partie des arguments avancés ; pour vingt pour cent, c’est aussi un inconvénient, au regard du principe de laïcité. À partir de ces premières affirmations, on pourrait supposer que l’inconvénient que représente ce régime local concerne en premier lieu les « désavantagés » du régime, c’est-à-dire les cultes non reconnus qui répondent. Or, il n’en est rien. L’inconvénient, selon eux, est d’abord et essentiellement pour les cultes reconnus, en externe pour des raisons de dépendance envers la puissance publique, en interne pour des raisons de sécularisation des institutions religieuses. C’est aussi un inconvénient pour les cultes non reconnus, parce qu’il favorise un sentiment d’exclusion, de mise à part, le fait d’être considérés comme « de seconde zone ».

13On l’entend, au-delà des avantages financiers et administratifs, reviennent régulièrement dans les réponses les questions de notoriété, à tel point que c’est l’absence de reconnaissance sociale qui paraît appeler le désir de reconnaissance juridique. Une assemblée écrit : « La reconnaissance légale s’accompagne chez les citoyens d’une reconnaissance morale ». Dès lors, dans la mesure où la reconnaissance sociale existe, et que l’assemblée ne se perçoit pas victime d’une discrimination, il semble que la quête de reconnaissance juridique s’atténue. Il est patent que le débat social sur « les sectes » a largement contribué à cette quête de reconnaissance. L’enquête a été réalisée au lendemain de la parution en France du rapport parlementaire consacré aux « sectes » en France (janvier 1996).

14Des lignes de partage se font jour, quoiqu’encore floues :

  • d’une part, pour certaines églises, le régime local des cultes ne comporte pas d’inconvénient : « la séparation de l’Église et de l’État convient parfaitement ». Cette affirmation est encore renforcée par la lecture très typée « évangélique » des inconvénients ou privilèges dommageables que ce régime cause aux cultes reconnus.

  • et, par ailleurs, pour d’autres assemblées, le régime local ne convient pas : « les cultes reconnus disposent de privilèges que nous aimerions partager en tant que chrétiens évangéliques », est-il dit. Ceci devient encore plus flagrant lorsque les églises évangéliques expriment leur souhait concernant le régime cultuel.

15En dépit des inconvénients inhérents à ce régime soulignés par la quasi-totalité des églises qui ont répondu à notre enquête, à la question « Souhaiteriez-vous bénéficier de certains des avantages des cultes reconnus ? », la moitié des assemblées répond « oui », vingt pour cent « non », dix pour cent ne savent pas. Quels avantages ? Fiscaux d’abord et, presque à égalité, reconnaissance sociale. Une expression résume bien cela : « mettre fin à la ségrégation et aux malentendus ».

16Et à la question : « Souhaiteriez-vous devenir un culte reconnu ? » : « oui », répondent seize églises, soit plus de quarante pour cent, « non » déclarent douze autres. Les motivations pour le oui, souvent agrémentées d’observations restrictives, se résument à la phrase : « les mêmes droits pour tous ». Le non est essentiellement justifié par des raisons de principe : « être reconnu par les hommes nous indiffère, l’essentiel est d’être en accord avec les principes bibliques ».

2. Organisation au plan juridique

  • 3 Quoiqu’il soit difficile d’interpréter ces chiffres faute de questions plus précises, il nous sembl (...)

17Si maintenant nous considérons comment les assemblées évangéliques se sont organisées au plan du droit local, et si elles sont satisfaites de cette organisation, les premiers constats se renforcent. Sur les trente-trois assemblées qui se disent inscrites en Alsace, vingt-six répondent qu’elles connaissaient le droit local au moment de leur inscription. Vingt-six également affirment qu’elles savaient que la forme d’organisation de l’association inscrite la plus appropriée pour un culte non reconnu est celle dont les statuts prévoient un objet exclusivement cultuel. Mais dix-sept seulement ont choisi cette forme d’organisation. En ce qui concerne la possibilité d’attribution d’exonérations fiscales, vingt la connaissaient, mais douze seulement en bénéficient3.

18À la question : « Êtes-vous satisfait de votre situation en tant que culte non reconnu ? », treize églises se disent satisfaites de leur situation ; quatorze se disent insatisfaites. Les assemblées satisfaites le sont pour des raisons d’indépendance, parce qu’elles sont favorables à la séparation de l’Église et de l’État, parce qu’elles estiment qu’il y a adéquation entre le statut proposé et le caractère propre de l’association. Les insatisfactions portent massivement sur l’absence de reconnaissance sociale et morale.

19À la question : « Le statut des cultes non reconnus est-il un frein à la mise en œuvre de vos diverses activités ? », dix-huit assemblées, soit près de la moitié, répondent « oui », vingt-cinq pour cent répondent « non », cinq pour cent ne savent pas. Le « oui » est une nouvelle fois fondé sur l’absence de reconnaissance de l’opinion publique, des autorités publiques et administratives, et des médias.

20Ainsi, parmi les treize assemblées satisfaites de leur situation, sept veulent tout de même bénéficier de certains avantages des cultes reconnus et quatre veulent devenir un culte reconnu ; et parmi celles qui ne sont pas satisfaites de leur situation, toutes, soit les quatorze, veulent bénéficier de certains avantages, mais deux ne voudraient pas devenir un culte reconnu.

Conclusion partielle

21En dépit de la confusion produite par le terme de « reconnaissance », et de la méconnaissance de tout ce que permet la forme d’organisation qui échoit aux cultes non reconnus – ce qui brouille encore la clarté des réponses-, on peut dégager quelques lignes fondamentales. Treize pour cent des assemblées (5), quelles que soient leurs satisfactions ou insatisfactions, ne désirent pas profiter des avantages des cultes reconnus, et a fortiori ne souhaitent pas devenir des cultes reconnus. Un deuxième ensemble, représentant dix huit pour cent (7), souhaite bénéficier de certains avantages dans la mesure où ils ne remettent pas en question les principes commandés par leur profession de foi ; ils ne veulent pas devenir des cultes reconnus. Enfin, en troisième lieu, vient une catégorie qui rassemble plus d’assemblées que les deux premières, soit quarante et un pour cent (16). Leurs revendications en terme de reconnaissance sont claires, toutefois certaines de ces églises, à travers des restrictions ou bémols exprimés dans leurs commentaires, laissent entendre que cette quête de reconnaissance demeure soumise à leur profession de foi, tandis que d’autres n’en font absolument pas mention.

22Les lignes de partage ainsi dégagées correspondent-elles à des identités, à des sensibilités caractérisées ? Il apparaît que les douze assemblées qui ne veulent pas devenir des cultes reconnus sont des églises évangéliques que l’on pourrait dire traditionnelles, quatre d’entre elles sont membres de la Fédération Évangélique de France, non favorable à l’œcuménisme et au charismatisme ; une seule est pentecôtiste. Par contre, parmi les seize assemblées qui souhaiteraient être associées aux cultes reconnus, onze sont des assemblées pentecôtistes et charismatiques, cinq sont des églises baptistes, dont deux appartiennent à une dénomination membre de la Fédération Protestante de France.

II. Implications au plan communal

23À partir de notre enquête de 1998, nous avons constaté que les relations avec les communes se nouent à trois moments particuliers : celui de l’implantation de ces assemblées, celui des demandes émanant d’elles à l’occasion de trois types de sollicitations (location de salle municipale, implantation temporaire de chapiteau, demande de subventions), enfin celui des relations au quotidien.

24Nous allons survoler l’état de ces relations grâce à quelques tableaux sans nous arrêter sur les commentaires exprimés, puis nous synthétiserons dans un second temps les appréciations des églises libres concernant ces relations.

1. État des relations

25Observons ces moments particuliers :

Lors de l’implantation, entrée en relation avec la municipalité ?

x

x

x

x

x

x

x

x

x

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui 9
Réponses des municipalités : Négatives 2, Mitigées 2, Positives 3, Très positive 1

Location de salle ?

x

x

x

x

x

x

x

x

x

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui 9
Réponses des municipalités : Négatives 3, Positives 6

Demande d’implantation temporaire d’un chapiteau ?

x

x

x

x

x

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui 5
Réponses des municipalités : Négatives 1, Positives 4

Demande de subventions ?

x

x

x

x

x

x

x

x

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui 7 (dont 2 deux fois = 9)
Réponses des municipalités : Négatives 2, Positives 7

26Avec les relations au quotidien, dernier « moment » de la relation assemblées évangéliques – municipalités pris en compte –, nous faisons un pas de plus. En effet, il ne s’agit pas d’abord de relations qui se comprennent à partir de besoins exprimés par les assemblées religieuses, mais davantage d’espaces et de moments de sociabilité entre ces deux réalités.

27Nous reprenons donc les trois questions posées : « Avez-vous invité la municipalité à des manifestations particulières ? », « Avez-vous proposé des activités à la municipalité ? », et « Avez-vous été invités par la municipalité ? ».

Invitations de l’assemblée à la municipalité

4 assemblées n’ont pas invité

14 ont invité (dont 1, deux fois)

12 assemblées ont été honorées

3 manifestations non honorées

Propositions d’activités de l’assemblée à la municipalité

17 assemblées n’ont pas proposé

3 ont proposé

3 ont été honorées

Invitations de la municipalité à l’assemblée

12 assemblées n’ont pas été invitées

6 ont été invitées

6 ont accepté l’invitation

28Loin de constater des attitudes uniformes dans la relation que ces assemblées ont avec la société civile, c’est une certaine diversité qui se dessine, où le pragmatisme semble l’emporter pour certaines assemblées. Il apparaît que la stricte séparation Église-État qui leur est coutumière est réaménagée par un certain nombre, au vu des invitations qu’elles font à leur municipalité, mais aussi des invitations qu'elles reçoivent et auxquelles elles donnent un avis favorable. Reste que les motivations sous-jacentes à ces relations ne sont pas obvies : intérêt personnel, volonté de relations claires et cordiales, témoignage chrétien ? La question demeure ouverte. Seules deux assemblées font part de motivations : l’une évoque une action explicitement motivée par sa confession de foi : il s’agit en la circonstance de contacts « pour obtenir des soutiens dans des domaines qui concernent les valeurs chrétiennes », une autre exprime son engagement social.

2. Appréciation de ces relations

29À la question : « À ce jour, comment qualifiez-vous les relations que vous avez avec votre mairie ? », sur vingt et une assemblées, deux ne répondent pas, deux répondent « très positives », douze répondent « positives », quatre les jugent « inexistantes » et une « négatives ».

30Si quatorze, soit les 2/3, les perçoivent comme étant positives, c’est parce que les relations sont « bonnes, cordiales, polies, courtoises, correctes, équitables ». Ces réponses traduisent toutefois des engagements différents : certaines assemblées se réjouissent des relations alors que celles-ci sont dites minimales, ou limitées : elles sont bonnes « parce que respectueuses d’une stricte neutralité ». D’autres églises sont satisfaites parce que toutes leurs demandes ont été accordées, que toutes les démarches faites ont reçu un écho favorable, ou encore que ces relations sont en progrès. Enfin d’autres le sont parce que, je cite : « nous n’avons pas de difficultés ».

31Celles qui perçoivent ces relations comme étant négatives ou inexistantes, ajoutent : « elles sont encore trop prudentes », voire « discriminatoires ». Et, je cite : « Les collectivités locales ne connaissent pas bien l’existence ni la raison d’être des assemblées évangéliques, elles nous considèrent souvent comme des « sectes » parce que nous ne sommes pas conformes au moule traditionnel ».

32Enfin, deux assemblées expriment le souhait d’être mieux connues, prises en considération et informées.

33En reprenant l’ensemble des réponses données, on peut tenter de dresser un état des lieux des relations engagées par les assemblées religieuses avec leur municipalité. Nous distinguons quatre types d’assemblées :

  1. Celles qui ne cherchent pas de relations (au nom de leur confession de foi essentiellement). Elles ont le souci de vivre et signifier leur indépendance.

  2. En second lieu, celles qui vivent ces relations mais dans le strict respect de l’autonomie des domaines de chacun ; le souci de neutralité est affiché, mais il n’équivaut pas à « absence de relations » ; ces relations sont souhaitées positives et appréciées tant pour le bien de l’assemblée que pour la qualité des relations, qu’au nom de l’Évangile.

  3. En troisième lieu, celles qui sollicitent des relations au nom du droit d’exister et d’être considérées et reconnues tant au plan cultuel qu’au plan social. Généralement parce que s’est présenté un problème particulier, ou encore parce que l’assemblée est perçue comme « secte », elles souhaitent enrayer une perception négative, une méconnaissance, une méfiance, voire l’absence de réactions de la part de la municipalité.

    • 4 On pourrait aussi évoquer dans ce cadre l’action promue par la Fédération Évangélique de France en (...)

    Enfin, celles qui souhaitent et engagent des relations soit au nom de leurs préoccupations sociales, soit au nom de leurs préoccupations chrétiennes4.

34Les assemblées qui vivent ou sollicitent des relations (positions deux et trois), montrent un certain pragmatisme ; dans le deuxième cas, un pragmatisme qui demeure soumis à la confession de foi ; dans le troisième cas, le besoin de « reconnaissance » semble marquer le pas sur la confession de foi dont il n’est fait nullement mention. Il est intéressant, dans cette perspective, de noter deux réactions d’églises qui expriment à propos de leurs municipalités respectives ce qu’on pourrait dire des attitudes traditionnelles de ces églises ; je cite : « L’engagement officiel des autorités est très prudent à l’égard des cultes non reconnus, à cause de la crainte de quitter le terrain de la stricte laïcité », et « n’étant pas une Église protestante concordataire, on peut noter souvent de leur part une prudence et une réserve compréhensibles ».

Conclusion partielle

35Toutes les assemblées qui répondent, à part une, ont ou souhaitent des relations avec leurs municipalités, c’est sans doute cela qui apparaît le plus probant. Même parmi les quatre qui ne cherchent pas explicitement de relations au nom de leur confession de foi, trois en ont. Ceci est notable de la part d’assemblées traditionnellement en retrait ou à distance de la société civile. La demande expresse de relations émane d’assemblées récentes, méconnues semble-t-il des municipalités où elles sont implantées. Les trois plus revendicatives sont des assemblées pentecôtistes ou charismatiques. Paradoxalement, la majorité des assemblées que nous qualifierons de traditionnelles sont en même temps plus engagées dans ces relations ; elles n’associent donc pas, ou plus nécessairement, stricte neutralité avec absence de relations. Ces relations sont dites cordiales et positives, mais leur désir d’indépendance fondé par leur confession de foi demeure explicite, sans qu’il y ait tension, affrontement, crispation. À l’exclusion des deux extrêmes, on a le sentiment ici d’une relative homogénéité, relations : « oui », perte d’autonomie : « non ».

III. Implications au plan religieux

36Dans notre enquête de 1998, deux questions ont directement visé les relations interreligieuses, la première « Avez-vous pris l’initiative de contacter d’autres assemblées religieuses ? » et la seconde « Avez-vous été contacté par d’autres assemblées religieuses ? ». Nous nous sommes rendu compte, à la lecture des réponses, que nos questions n’avaient pas été assez précises. Par « autres assemblées religieuses », nous entendions aussi et spontanément, pour notre part, les assemblées autrement religieuses (autres confessions, autres religions). Or, celles-ci, dans les réponses apportées, ont la portion congrue. Il n’y a rien concernant d’autres religions. L’Église catholique, ou une quelconque réalité catholique, n’est jamais citée dans les vingt-huit réponses commentées reçues, à l’exception d’une lettre bienveillante d’un évêque de Strasbourg à l’adresse d’une assemblée évangélique. « Les églises protestantes » sont mentionnées à deux reprises, le Conseil Protestant de Strasbourg quatre fois, et une assemblée évoque une relation très favorable avec la paroisse luthérienne voisine.

37Voyons de plus près ces relations interreligieuses, interconfessionnelles et inter-évangéliques.

1. Relations interreligieuses

  • 5 Deux exceptions tout de même nous ont été signalées : un membre d’une assemblée mulhousienne engagé (...)

38Nous avons interrogé des personnes en position de responsabilité dans le courant évangélique en Alsace, afin de savoir s’il existait au plan régional des relations engagées par des évangéliques avec des religions non chrétiennes. Tant à Strasbourg qu’à Mulhouse, il nous a été répondu que non. La position par rapport à ces religions demeure le témoignage5. Voir annexe, tableau 1.

2. Relations avec les Églises chrétiennes établies

  • 6 Ceux-ci se déclarent à cause de comportements militants d’assemblées évangéliques aux portes de par (...)

39Les relations engagées avec les Églises chrétiennes établies sont extrêmement réduites. Lorsque ces relations sont évoquées, c’est souvent parce qu’il y a conflits6.

  • 7 Témoigne encore de ce climat général l’ignorance mutuelle qui prévaut : elle se traduit notamment p (...)

40Il y a donc d’abord un climat, lié à une confession de foi qui prône la séparation ecclésiastique, lié à une histoire de minorité et à un régime juridique. Ce climat est traduit par les expressions suivantes : « Absence de reconnaissance, absence de connaissance tout court, méfiance, mépris, difficulté de compréhension, de communication, discrimination, injustice ». L’heure est donc toujours à la distance et à la réserve7.

41À ce climat s’ajoute un fait nouveau. Les Églises de multitude se vidant, et les Églises évangéliques de confessants gagnant de nouveaux membres, particulièrement les Églises évangéliques charismatiques et les Églises pentecôtistes, ces dernières suscitent au minimum des tensions, mais plus encore quelquefois, des jalousies. Des assemblées écrivent : « Nous sommes considérés comme des éléments gênants, nous sommes ressentis comme une concurrence par certains ; nous sommes l’objet de jalousies, de critiques, d’opposition à notre œuvre ».

42Notons encore que le terme œcuménique n’est employé, dans les réponses reçues, que par deux assemblées. L’une mentionne des invitations d’ordre œcuménique, en disant qu'elle les a déclinées. Une autre dit avoir participé à une prière œcuménique pour la paix. Cela dit, des relations existent, quelles sont-elles ? Nous distinguons trois cadres : des lieux de rencontres et d’appartenance « institutionnels » ; des lieux de rencontre locaux ; et enfin, le lieu de rencontre de la transversalité charismatique et pentecôtiste.

Les lieux de rencontres et d’appartenance « institutionnels »

  • 8 On peut encore évoquer ici deux faits :
    - L’appartenance d’un évangélique présent en Alsace à une in (...)

43Nous en citerons quatre8 :

  • La participation au Conseil protestant de Strasbourg : cinq assemblées évangéliques strasbourgeoises en sont membres.

  • La participation à la commission protestante (ECAAL-ERAL) œcuménique : y est invitée l’Entente des Églises Évangéliques Libres de la CUS, et son président y prend régulièrement part. En outre, l’Entente est informée et associée à certains projets, tel CAP 2001 (rassemblement des protestants de l’est de la France).

  • L’adhésion à la Fédération Protestante de France (née en 1905) de deux assemblées strasbourgeoises et de deux assemblées mulhousiennes (cinq autres – membres de trois dénominations – étant engagées dans un dialogue avec cette Fédération),

  • Enfin un dialogue entre responsables évangéliques (ceux de l’Entente EELCUS et de l’Alliance Évangélique Française – section de Mulhouse) et un service de l’Église catholique en Alsace.

Des lieux de rencontre locaux

  • À Mulhouse, deux des responsables de l’Alliance Évangélique ont des relations dites fraternelles avec deux pasteurs réformés. De plus, deux assemblées participent régulièrement au culte réformé.

  • À Erstein, existe un groupe « œcuménisme et partage » qui réunit des catholiques, des luthériens et un mennonite depuis une vingtaine d’années (des pentecôtistes présents dans les premières années ne sont pas restés).

  • À Munster, le groupe du Bircken réunit régulièrement depuis 1993 des catholiques, des protestants, des méthodistes, l’Église de Dieu, et quelquefois des baptistes (Association) et des Chrischona.

  • À Strasbourg, des relations de type interparoissial impliquant des évangéliques existent sur deux paroisses.

  • Enfin, il existe quelques relations interpersonnelles qui sont nées à l’occasion d’invitations mutuelles, de rencontres, notamment dans le cadre de l’enseignement religieux à l’école, dans le cadre d’aumôneries. Certaines sont ponctuelles. D’autres engagent sur le long terme.

Le lieu de rencontre de la transversalité charismatique et pentecôtiste

44Un autre lieu de rencontre existe à travers l’appartenance à des courants proches : le pentecôtisme ou le charismatisme. Divers pasteurs et responsables d’assemblées pentecôtistes et charismatiques, évangéliques, luthériennes et catholiques se sont réunis et ont collaboré dans la perspective d’une tournée du fondateur d’une église américaine en Alsace. Cet événement fut perçu par tous comme important, mais cela a aussi rapidement donné lieu à des tensions. Ces relations ont donc cessé. Les liens n’existent aujourd’hui que par le passage des membres ou des personnes d’un groupe à un autre, plus rarement par l’association de quelques assemblées pour des temps forts ponctuels. Une initiative promue par les Hommes d’Affaires du Plein Évangile, mouvement pentecôtiste interconfessionnel, a été prise dans ce sens en 1999 à Strasbourg.

3. Les relations interévangéliques

  • 9 Expositions-bibles, campagnes d’évangélisation, actions d’entraide, semaines de prière, confé rence (...)

45Dans le domaine des relations d’ordre religieux, ce sont évidemment les relations interévangéliques qui priment. C’est ce qui ressort des deux questions posées déjà citées9.

46Nous allons donc examiner maintenant les différents cadres dans lesquels se jouent ces relations. Nous n’évoquerons pas les relations interpersonnelles, évidemment nombreuses, qui se nouent lors de pastorales, de rassemblements ou d’engagements dans de mêmes œuvres. Quelles sont donc les relations inter-églises ? Quatre domaines apparaissent :

  • au sein des dénominations, entre Église mère et annexes ou entre églises-sœurs ;

  • entre dénominations et églises appartenant à une même sensibilité ;

  • entre dénominations au plan local ;

  • et à travers des actions communes d’évangélisation et/ou de solidarité.

Relations au sein des dénominations, entre Église mère et annexes ou entre églises sœurs

47Association des Églises Évangéliques Baptistes (AEEB), Assemblées Évangéliques de Frères (AEF), Association des Églises Évangéliques Mennonites de France (AEEMF), Assemblées de Dieu (ADD), Armée du Salut (AS), Communautés et Assemblées Évangéliques de France (CAEF), Communautés Nazaréennes (CN), Église de Dieu (ED), Frères (F), Fédération des Églises et Communautés Baptistes Charismatiques (FECBC), Fédération des Églises et Communautés du Plein Évangile (FECPE), Fédération des Églises Évangéliques Baptistes (FEEB), Fédération Évangélique Missionnaire (FEM), Fédération des Églises du Plein Évangile de France (FEPEF), France Mission (FM), France Pour Christ (FPC), Fédération Parole Vivante (FPV), Mission Évangélique Tzigane (METZ), Union des Églises Évangéliques Chrischona (UEEC), Union des Églises Évangéliques Libres (UEEL), Union de l'Église Évangélique Méthodiste (UEEM), La Bonne Nouvelle (BN) : soit 22 dénominations.

Relations entre dénominations et églises, appartenant à une même sensibilité.

48Citons ici quatre réalités :

  • les assemblées et églises qui sont membres de la Fédération Évangélique de France (née au mois de mars 1969) et celles qui, plus largement, se reconnaissent dans sa base doctrinale. La FEF prend explicitement ses distances avec le pentecôtisme et le charismatisme, et considère l’œcuménisme comme équivoque. En sont membres une vingtaine d’assemblées dans le Haut-Rhin, et une trentaine dans le Bas-Rhin, mais ses pastorales rassemblent un public plus large.

  • autre réalité, plus récente : la Communion d’Églises et d’Œuvres Évangéliques de l'Est, née en 1995, qui réunit des assemblées évangéliques charismatiques.

  • et puis à Mulhouse, il existe deux regroupements d’églises : d’une part l’Entente Mulhousienne d’Églises Évangéliques, dont l’origine remonte à 1964 ; elle s’est structurée en 1998 et regroupe six églises ; et d’autre part le Groupe d’Églises Charismatiques Mulhousiennes qui regroupe trois églises membres de la Communion d’Églises et d’Œuvres Évangéliques de l’Est déjà citée.

Relations entre dénominations au plan local

  • À Haguenau existe un projet d’union.

  • À Mulhouse, un grand nombre de responsables des églises des regroupements déjà cités et d’autres églises non membres de ces regroupements sont présents dans la section locale de l’Alliance Évangélique Française (née de chrétiens membres d’églises issues de la Réforme. Celle-ci veut établir et développer le dialogue entre les chrétiens, et les unir dans la prière). Ceci depuis 1997. La section mulhousienne, qui rassemble les responsables de quinze assemblées différentes, comprend en son sein une pastorale, animée par un coordinateur.

  • À Strasbourg, l’Entente des Églises Évangéliques Libres de la Communauté Urbaine de Strasbourg (EEELCUS) a fait ses premiers pas au lendemain de la dernière guerre mondiale ; elle a pris le nom d’entente dans les années 70, s’est donnée une charte en 1992, puis est devenue association en 1993. Elle regroupe à ce jour onze églises et douze œuvres dont le siège est à Strasbourg. Sa spécificité est de réunir des églises qui ne se rencontrent pas toujours ailleurs. En sont effectivement membres, des Églises dont les dénominations adhèrent à la Fédération Protestante de France ou sont en dialogue avec elle (cinq), des églises membres de la Fédération Évangélique de France (cinq), des Églises pentecôtistes, et des Églises charismatiques.

Relations à travers des actions communes de prière, d’évangélisation, de diaconie ou de solidarité (les œuvres)

49Citons ici des œuvres comme Radio Phare (Mulhouse), SOS Jeunes, créé en 1975, aujourd’hui géré par un Conseil d’administration inter-églises, les réunions de prière mensuelles inter-églises, ou encore l'Association de Chrétiens Témoins dans leur Entreprise (Acte), les Gédéons, l'Union Évangélique Médicale et Paramédicale,... qui favorisent des rencontres interdénominationnelles.

Conclusion partielle

50Ici encore, des lignes de tension apparaissent manifestement. C’est seulement autour du refus de l’interreligieux que semblerait se dessiner une certaine unanimité.

51En ce qui concerne les relations interconfessionnelles, on distingue une ligne de partage entre adhérents à la FEF et adhérents à la FPF. Cela dit, cette clarté apparaît toute relative lorsqu’on se rend compte que le président de l’Entente de la CUS, qui participe régulièrement aux réunions des commissions œcuméniques catholique et protestante, est membre d’une Église qui adhère à la FEE 20 % des églises de Mulhouse et de Strasbourg ont des relations avec une, voire deux, Églises établies. C’est là un fait marquant qui ne semble pas avoir d’équivalent ailleurs en Alsace. Les expériences vécues à Erstein et tout particulièrement dans la vallée de Munster qui réunissent des « confessants » de cinq à sept confessions et dénominations chrétiennes différentes depuis plusieurs années sont elles aussi uniques.

52Enfin, au plan interévangélique, de 10 à 20 % des assemblées semblent n’avoir – en tant qu’assemblées – aucune relation avec des assemblées d’autres dénominations (certaines églises indépendantes n’en ayant avec aucune autre assemblée). Les 80 à 90 % restants ont essentiellement des relations avec des assemblées de dénominations qui partagent la même sensibilité. Quoique l’on observe une dissymétrie : les membres de la FEF n’ont pas de relations avec les charismatiques et les pentecôtistes et pas spontanément avec les dénominations adhérentes à la FPF, alors que les relations sont possibles dans l’autre sens. Seules les ententes ou alliances locales interdénominationnelles et certaines œuvres et initiatives permettent des rencontres entre assemblées appartenant à des dénominations différentes.

Conclusion

53Reprenons les tableaux de synthèse de chaque domaine d’implications, au plan juridique, communal, religieux et comparons-les. Voir annexe, tableau 2.

54Premier constat : de 10 à 20 % des assemblées évangéliques n’ont quasiment aucune implication dans quelque domaine de relation que ce soit. Cela conduit à se poser la question de leur dynamisme missionnaire, élément fondamental de l'identité évangélique.

55Deuxième constat : un noyau d’assemblées (soit 13 à 15 % de l’ensemble), constituées en associations inscrites, répondent aux invitations de leurs municipalités, sont en relation avec d’autres assemblées évangéliques, mais ne vont pas au-devant des relations.

56Troisième constat : un autre noyau situé à l’opposé semble prendre ses distances par rapport aux traits caractéristiques de l’identité évangélique, étant donné son désir de devenir culte reconnu ou d’avoir des relations plus affirmées.

57Quatrième constat : si l’on compare les tableaux A et B, on se rend compte qu’on a une forte proportion (59 % dans le premier cas, plus de 72 % dans l’autre) d’assemblées qui souhaitent bénéficier d’avantages des cultes reconnus, et qui souhaitent des relations avec leurs municipalités. Il nous semble que c’est là, pour une grande part, que se joue l’évangélisme alsacien dans une position équilibrée par rapport à la société civile, entre accommodement et séparatisme hostile.

58Cinquième constat : si, par contre, on compare les derniers pourcentages donnés – soit 59 % et 72 % – à ceux que présentent les relations interconfessionnelles, la relation est inversement proportionnelle. La grande majorité des églises libres n’a pas de relations avec les Églises établies.

59Sixième constat : un autre secteur des implications au plan religieux semble faire l’unanimité : l’interreligieux. Il n’y a pas de relations, pas de dialogue. Il s’agit là du seul lieu d’unanimité, alors que pour les autres domaines d’implication, on constate une réelle pluralité d’attitudes.

60Au regard de ces constats, il apparaît que si les clivages traditionnels entre orthodoxes et libéraux, entre établis et militants, entre œcuméniques et identitaires sont éclairants, pour autant ils ne rendent pas compte de tout le réel et de sa complexité grandissante : ces lignes de clivage peuvent être à géométrie variable et une analyse fouillée oblige à les nuancer considérablement. C’est dire qu’à côté des déterminants traditionnels, essentiellement de type doctrinal, d’autres se font jour. Nous avons évoqué le débat social sur les « sectes », l’appréciation discriminante de collectivités locales, ou de membres d’Églises établies, par exemple. Mais il en est d’autres, tels l’évolution du paysage socio-religieux et ses répercussions sur les chrétiens, les mariages mixtes (catholiques, luthériens, ou réformés avec des évangéliques), l’évolution des Églises établies dans leurs relations aux chrétiens évangéliques, les évolutions internes de ces Églises – devenir du courant charismatique, passage du multi-tudinisme à des assemblées de confessants. Arrêtons-nous un instant sur ce point : si certains traits d’identification des assemblées évangéliques sont demain partagés par des assemblées luthériennes, réformées ou catholiques, les relations entre ces diverses assemblées évolueront nécessairement. On rejoint là ce que constatent certains observateurs : le fait que des membres d’Églises établies, tout en restant dans leurs Églises, deviennent effectivement des « évangéliques » ; les expériences évoquées plus haut (à Erstein et plus encore à Munster) nous semblent tout à fait significatives de telles évolutions. Et les mouvements évangéliques interconfessionnels, pentecôtistes notamment, que nous n’avons pas cités, contribuent à cette situation.

61Mentionnons encore un autre facteur qui pourrait façonner l’avenir de l’évangélisme alsacien : il s’agit de l’évolution des attitudes des collectivités territoriales par rapport aux instances intermédiaires, et particulièrement aux associations : les ouvertures manifestes de certaines municipalités rencontrées à travers les enquêtes sont elles aussi déterminantes. À côté de ces facteurs extérieurs, il y a évidemment ce qui revient aux assemblées évangéliques elles-mêmes. Cela concerne leur âge, la date de leur implantation, leur évolution interne.

62Pour terminer, évoquons deux éléments significatifs dans cette perspective. Des dénominations évangéliques sont aujourd’hui membres de la FPF, d’autres s’engagent dans un dialogue officiel, d’autres encore sont en approche de cette fédération. Il est évident que les adhésions potentielles à venir provoqueront des vagues tant dans le protestantisme luthéro-reformé français que dans le protestantisme évangélique, et l’Alsace, du fait de l’implantation protestante qu'elle connaît – de son importance et de sa diversité–, ne sera pas à l’abri de telles vagues. Deuxième élément qui caractérise également la situation alsacienne : c’est la part que prennent certaines ententes interdénominationnelles locales dans les relations interévangéliques et interconfessionnelles, mais aussi dans les relations avec les pouvoirs publics. Chaque église membre n’est qu’indirectement engagée dans les relations et plus encore dans les processus relationnels et pourtant chacune y participe et s’en trouve d’une manière ou d’une autre affectée. Il y a là, selon nous, un laboratoire déterminant pour l’avenir du protestantisme évangélique en Alsace, en même temps qu’un lieu d’observation privilégié des tensions religieuses contemporaines.

Annexes

Annexe

Tableau 1

Interreligieux

pas de relation

Interconfessionnel

  • Mulhouse

    • Participation de deux assemblées (dont une membre de la FPF) à des cultes réformés.

    • Relations fraternelles entre deux pasteurs responsables de la pastorale de l’AEF – section de Mulhouse avec un service de l’Église catholique en Alsace

    • FPF : deux assemblées
      Trois assemblées de Mulhouse sur quinze — soit 20 % — (plus les responsables de la pastorale de l’AEF – section de Mulhouse) sont en relation avec les Églises établies

  • Strasbourg

    • Conseil protestant de Strasbourg : cinq assemblées (dont deux membres de dénominations adhérant à la FPF)

    • Commission protestante œcuménique : présence de responsables de l’EEELCUS à titre d’invités

    • Relations d’une assemblée avec les paroisses catholiques et luthérienne dans un quartier, d’une assemblée avec la paroisse luthérienne dans un autre.

    • Dialogue des responsables de l’EEELCUS avec un service de l’Église catholique en Alsace

    • FPF : 2 assemblées
      Cinq assemblées de Strasbourg sur vingt-six — près de 20 % — (plus les responsables de l’EEELCUS) sont en relation avec les Églises établies

  • Munster : groupe du Bircken (des responsables et membres de 4 assemblées)

  • Erstein : œcuménisme et partage (1 membre d’une assemblée)

Interévangélique

  • Au sein des dénominations et entre Église mère et églises filles ou annexes : 22 dénominations

  • Entre dénominations et églises appartenant à une même sensibilité

    • la FEF, membres (une cinquantaine en Alsace) et proches

    • la Communion d’Églises et d’œuvres évangéliques de l’Est (11 églises en 1995)

    • Entente Mulhousienne d’Églises Évangéliques (6 églises)

    • Groupe d’Églises Charismatiques Mulhousiennes (3 églises)

  • Entre dénominations et églises de sensibilité diverses

    • Pastorale au sein de l’AEF – section de Mulhouse (15 églises)

    • Entente des Églises Évangéliques Libres de la CUS (11 églises)

    • Entente en projet à Haguenau

  • À travers des actions communes de prière, d’évangélisation, de diaconie ou de solidarité (place des œuvres).

Tableau 2

A. Implications au plan juridique

18 % (7)

13 % (5)

18 % (7)

10 % (4)

41 % (16)

N’ont pas répondu

Ne désirent pas profiter des avantages...

Désirent profiter de certains avantages à condition que...

Ne savent pas

Désirent profiter de certains avantages...

Ne désirent pas devenir cultes reconnus

Ne désirent pas devenir des cultes reconnus

Désirent devenir des cultes reconnus

B. Implications au plan communal

14,5 % (3)

14,5 % (3)

48 % (10)

9,6 % (2)

14,5 % (3)

N’ont pas répondu

Ont des relations mais ne cherchent pas de relations

Ont et souhaitent des relations

Souhaitent des relations

Sont demandeurs de relations

et souci d’autonomie

et souci d’autonomie

C. Implications au plan religieux

Interreligieux

100 %

Pas de relations

Interconfessionnel

80 % des églises sur Mulhouse et sur Strasbourg

20 %

Pas de relations

Relations

+ Relations par des responsables d’alliances

Interévangélique

10-20 %

80

à 90 %

Trente assemblées en Alsace (à Mulhouse, Strasbourg, Munster) vivent une expérience interdénominationnelle ouverte

Pas de relations

Relations avec assemblées de dénominations de même sensibilité (FEF)

Relations premières avec dénominations de même sensibilité (Pentecôtistes, charismatiques) mais aussi avec des assemblées de dénominations de sensibilité autre

Notes

1 Cette enquête réalisée dans le cadre de l’Institut de Droit Local et du centre Société, Droit et Religion en Europe a donné lieu à une communication : L’organisation des cultes non reconnus en Alsace-Moselle, le 29 mars 1996 et à un article : « Les réactions des cultes « non reconnus » par rapport au droit local », in RDL no 20, janvier 1997.

2 Les résultats de cette enquête ont été communiqués dans le cadre du colloque Les régulations locales du pluralisme religieux en France, organisé les 5 et 6 novembre 1998 par le centre Société, Droit et Religion en Europe. Voir Le Vallois P., « Associations religieuses et autorités locales : une enquête auprès des groupements religieux non concordataires de la communauté urbaine de Strasbourg », in Frégosi F. et Willaime J.P., Le religieux dans la commune : les régulations locales du pluralisme religieux en France, Labor et Fides, Genève, 2001.

3 Quoiqu’il soit difficile d’interpréter ces chiffres faute de questions plus précises, il nous semble que ces réponses traduisent, pour une part, une méconnaissance du droit local et des possibilités qu’il comporte pour les cultes non reconnus, mais aussi une volonté de cohérence avec leur confession de foi.

4 On pourrait aussi évoquer dans ce cadre l’action promue par la Fédération Évangélique de France en novembre 1994 auprès des maires et parlementaires d’Alsace. Tous avaient été invités à lire ou à relire le Nouveau Testament et à prendre connaissance de la FEF.

5 Deux exceptions tout de même nous ont été signalées : un membre d’une assemblée mulhousienne engagé dans une association de dialogue judéo-chrétienne d’une part et une assemblée strasbourgeoise associée aux initiatives interreligieuses de la paroisse catholique voisine d’autre part. Des musulmans sont par ailleurs touchés par des actions de certaines œuvres évangéliques, mais ni la relation ni le dialogue interreligieux ne sont visés dans ce cadre.

6 Ceux-ci se déclarent à cause de comportements militants d’assemblées évangéliques aux portes de paroisses des Églises instituées ou lors de passages de membres d’Églises instituées à des assemblées évangéliques, avec tout ce que peut induire un tel passage au plan de comportements individuels. D’autres tensions naissent d’initiatives évangéliques adressées à des protestants réformés ou luthériens (initiative de Chrétiens pour la Vérité en 1996, par exemple), ou au contraire d’initiatives de réformés adressées à des évangéliques (déclaration en faveur du PACS et de pasteurs homosexuels en 1999).

7 Témoigne encore de ce climat général l’ignorance mutuelle qui prévaut : elle se traduit notamment par l’ignorance des termes, des auteurs, des théologiens propres aux Églises établies d’un côté, propres aux Églises évangéliques de l’autre. À la librairie évangélique CLC, il y a encore un an, l’Église catholique figurait sous « autres mouvements religieux ». À l’inverse, il est toujours aussi difficile de trouver des ouvrages concernant les évangéliques dans des librairies chrétiennes catholiques ou protestantes. Et dans les ouvrages consacrés aux chrétiens d’Alsace, les évangéliques occupent de deux à quatre pages et toujours avant autres mouvements et sectes (Voir L'Histoire des Chrétiens d’Alsace de Vogler B. p. 382-384 sur 430 pages, et Catholiques, Protestants, Juifs en Alsace, protestants : p. 117-187, églises évangéliques libres : p. 181-184 !).

8 On peut encore évoquer ici deux faits :
- L’appartenance d’un évangélique présent en Alsace à une instance nationale informelle qui réunit des catholiques et des évangéliques au titre de son engagement au plan éthique, instance mise sur pied par l’ancien président de la Commission épiscopale française pour l’Unité des Chrétiens.
- Et puis une rencontre au mois d’octobre 1998, qui a réuni à Strasbourg les responsables des Mennonites dans le monde et un haut représentant du Conseil pontifical pour l’Unité des Chrétiens.

9 Expositions-bibles, campagnes d’évangélisation, actions d’entraide, semaines de prière, confé rences et concerts sont autant d’actions communes citées. Mais il y a aussi des travaux en commun, des projets communs, des cultes communs, des rencontres pastorales, des collaborations, des transferts de membres d'une église à une autre, des prêts de locaux, l’organisation de baptêmes, et deux réalités sont citées : l'AEF (branche française de l’Alliance Évangélique Universelle, fondée en 1846) – alliance interdénominationnelleet l'EEELCUS, entente locale de Strasbourg, citée cinq fois.

Auteur

CNRS — Université Robert Schuman, Strasbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search