Version classiqueVersion mobile

Actualité des protestantismes évangéliques

 | 
Christopher Sinclair

Première partie. Le protestantisme évangélique alsacien aujourd'hui

L’évangélisme alsacien : lieux et contours

Solange Wydmusch

Texte intégral

  • 1 Voir Sondage réalisé par l’ISERCO à la demande de l’Institut du Droit Local Alsacien-Mosellan, du C (...)
  • 2 Vidal de la Blache P., La France de l’Est, La Découverte, Paris, 1994 (nouvelle édition, fac-similé (...)

1L’Alsace est une région caractérisée par la pluriconfessionnalité. Les Alsaciens demeurent croyants et n’hésitent pas à se ranger sous une étiquette religieuse1. Les catholiques sont majoritaires (71 %), les protestants rassemblent 8 % de la population, les musulmans 7 %. La région offre, par conséquent, un excellent terrain d’analyse pour la religiosité. D’autant plus que les Alsaciens ont souvent été caractérisés précisément par celle-ci. Vidal de la Blache écrivait en 1918 : « Il y a chez ce peuple alsacien un fond de gravité qui se teinte aisément de religiosité et peut même s’assombrir de puritanisme, mais qu’un équilibre de tempérament préserve de l’intolérance »2. Au fil du temps, un véritable partage des rôles s’était établi entre les membres des communautés présentes. Au village, le paysan protestant louait ses terres aux catholiques, en ville la Haute Société Protestante contrôlait les banques, le commerce et l’industrie tandis que les juifs dominaient le barreau et la médecine.

  • 3 Dernières Nouvelles d’Alsace, mardi 6 octobre 1998, page Région 1.
  • 4 Voir Sondage CSA/ Le Monde/ La Vie/ Forum des communautés chrétiennes/ l’Actualité religieuse dans (...)
  • 5 Voir Sondage ISERCO et Dernières Nouvelles d’Alsace, mercredi 7 octobre 1998, page Région 4.

2Cette caricature largement simplificatrice est dépassée dans les faits, mais la réalité des réseaux religieux qu’elle sous-entend ne saurait être niée. Jean-Paul Willaime3, commentant les résultats de l’enquête ISERCO 1998, fait remarquer l’importance de l’appartenance religieuse, l’affaiblissement du protestantisme et l’émergence d’un forte minorité musulmane. Selon lui, le paysage religieux des départements alsaciens se rapproche à présent de celui des autres régions françaises. La pratique religieuse (9 % de pratiquants réguliers, 20 % d’occasionnels) est à peine plus importante que dans le reste de l’hexagone (17 %), mais cette variable ne rend pas véritablement compte de la religiosité ambiante. L’appartenance religieuse demeure majoritaire en Alsace ; seuls 10 % des interrogés se déclarent sans religion, ce qui est bien moins qu’à l’échelle nationale (23 % en 19944.) De plus, dans les départements concordataires, l’implication des acteurs religieux dans la vie sociale et politique est manifeste. En raison de la sécularisation, la religion n’encadre plus à présent la vie quotidienne alsacienne, mais son influence, même non explicite, demeure toutefois déterminante, même si les Alsaciens constatent un déclin du rôle de la religion depuis une décennie et s’ils souhaitent une moindre prise de position des Églises sur les questions de morale, de société et de politique5.

  • 6 Il s’agit, pour mémoire, de l’Église catholique, des Églises protestantes luthérienne et réformée e (...)
  • 7 Leur organisation juridique ne relève pas du droit général, mais des principes du droit local, même (...)

3L’Alsace-Moselle conserve de plus une grande originalité : son statut juridique propre. En raison du maintien du statut concordataire, après 1870, c’est-à-dire durant la période du Reichsland, l’Alsace n’a pas connu les lois de séparation de l’Église et de l’État de 1903. Par conséquent, il y a en Alsace-Moselle deux types de groupes religieux : les cultes reconnus6 dans le cadre du droit public et les cultes non reconnus, organisés par conséquent dans le cadre du droit privé7. Les contreparties de la situation largement avantageuse des premiers s’inscrivent dans l’obligation de se conformer à certaines règles et à l’acceptation d’un droit de regard de l’État sur le fonctionnement de l’Église allant jusqu’à la nomination de l’évêque de Strasbourg.

  • 8 Voir Assemblée Nationale, Les Sectes en France. Rapport fait au nom de la commission d’enquête sur (...)

4Sur ce terreau religieux particulier, il existe, depuis de nombreux siècles, des partisans d’une autre forme de protestantisme que je qualifierai, pour simplifier, par le vocable contemporain d’« évangéliques ». Et ce sont précisément les lieux et les contours de l’évangélisme alsacien qui constituent la question centrale de la présente contribution. Depuis une trentaine d’années, de nouveaux groupes religieux se sont installés dans le département. La presse et les médias ont évoqué, à plusieurs reprises au cours des dernières années, la prolifération de groupes sectaires dans l’Est de la France. Lors du rapport parlementaire sur les sectes8, l’Alsace a été présentée comme une région fortement touchée par le phénomène des nouveaux mouvements religieux. Ils sont décriés par les uns, loués pour leurs fonctions sociales par d’autres. Mais les connaît-on vraiment ? Dispose-t-on de données stables sur lesquelles on puisse s’appuyer ? Force est de constater que les données au niveau macrosociologique sont quasiment inexistantes. Il existe en revanche nombre d’études microsociologiques, que ce soient des enquêtes in situ dans des lieux de culte particuliers ou des études régionales.

5Pour l’Alsace, les données disponibles sont disparates. Il n’existe pas d’enquête concernant les groupes religieux minoritaires. Ces derniers sont, certes, connus partiellement de la population : ils ont pignon sur rue. Pour s’en convaincre, il suffit de penser au bâtiment de l’Église de Sion (méthodiste) dans le quartier de la petite France à Strasbourg. Aussi est-ce un véritable défi que de vouloir présenter les lieux et contours de l’évangélisme alsacien. Les données que je vais présenter sont issues de plusieurs campagnes de terrain. Tous les chiffres ont été recueillis au cours des années 90.

  • 9 Voir Wydmusch S., Citoyen responsable ? Un dilemme protestant, Mémoire de DEA Études Politiques sou (...)

6La première source est constituée par les données que j’ai recueillies lors d’une enquête sur Strasbourg menée dans le cadre d’un DEA d’études politiques9, présenté à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble. Il s’agissait d’une enquête par questionnaires diffusés lors d’un culte le 7 avril 1991 (n = 713) dans certaines paroisses de l’agglomération strasbourgeoise choisies selon la méthode aléatoire. Il s’agissait d’un dimanche ordinaire, suivant Pâques. Les données permettent de présenter un portrait des pratiquants réguliers. Les paroisses concernées sont l’Église Réformée du Bouclier (réformée), l’Église Saint-Paul (réformée), la paroisse luthérienne de Vendenheim, l’Église Saint-Pierre-le-Jeune (luthérienne), l’Église Baptiste de la rue du Languedoc et l’Assemblée de Dieu de la rue des Frères Eberts à Strasbourg, l’Assemblée évangélique de Frères sise rue de la Gare à Schiltigheim. Pour le présent texte, j’ai isolé les données concernant les membres des trois dernières églises citées (église baptiste, assemblée de Dieu, assemblée de frères) (n = 369).

  • 10 Voir Wydmusch S., Les attitudes religieuses et politiques des protestants français, thèse de doctor (...)

7La seconde campagne de terrain correspond à une enquête qualitative par entretiens semi-directifs réalisée entre avril et juin 1992. Cette campagne d’interviews n’était pas limitée à l’Alsace, elle concernait 9 régions de France. Les entretiens ont été analysés dans ma thèse de doctorat10. J’ai recueilli 23 entretiens en Alsace, dont 9 auprès de membres de groupes évangéliques (Strasbourg, Haguenau, Wissembourg, Colmar, Mulhouse).

  • 11 Voir Wydmusch S., « Les maires du Bas-Rhin face au pluralisme religieux », in Frégosi F., dirigé pa (...)
  • 12 Problèmes de financement, de recueil des données et de traitement de l’enquête.
  • 13 En 1962, la part des protestants dans le Bas-Rhin est d’environ 25 %, pour environ 10 % % dans le H (...)
  • 14 Il s’agit principalement des cantons du nord du Bas-Rhin.

8Enfin, la troisième source est constituée par une enquête quantitative diffusée auprès des maires du Bas-Rhin en mai-juin 1998 (n = 527) portant sur le pluralisme religieux11. Pour des raisons techniques12, seules les communes du Bas-Rhin ont été concernées par l’enquête. Ce département est le plus contrasté des départements alsaciens sur le plan religieux. La présence protestante plus importante13, l’existence de fiefs protestants spatialement clairement définis14, et enfin le poids de la métropole strasbourgeoise légitiment pleinement ce choix.

9Pour des raisons de commodité et de compréhension, je me propose de distinguer deux grandes familles au sein de l’évangélisme alsacien.

  • 15 Voir Willaime J.-P., « Les définitions sociologiques de la secte », Les « sectes » et le droit en F (...)

10Il s’agit d’une part de ce que je souhaiterais appeler l’évangélisme traditionnel, laissant entendre par cette appellation que c’est là un phénomène ancien et implanté de longue date en Alsace. Cette famille se développe principalement en terres protestantes, il s’agit de sectes au sens webero-troeltschien15, c’est-à-dire essentiellement de groupes de « purs » se détachant d’une confession afin de préserver leur identité religieuse dans sa radicalité. Ce phénomène est ancien. Des générations successives issues de mêmes familles se retrouvent dans ces Églises. La généalogie, les familles, les clans et les tribus constituent des repères importants dans le milieu. Sur le plan religieux, cet évangélisme traditionnel se distingue par ses tendances piétiste et bibliste, très strictes. Leurs mots d’ordre théologiques sont, dans l’ordre, la sanctification et l’évangélisation.

11L’évangélisme pentecôtisant constitue la seconde grande famille. Il se distingue non seulement sur le plan théologique de la famille précédente, mais également sur le plan sociologique. Il n’est pas davantage présent sur les terres protestantes que catholiques, et c’est essentiellement un phénomène urbain. Le profil sociologique des membres est très proche de celui des adeptes des nouveaux mouvements religieux. Les membres sont souvent célibataires et les familles dont tous les membres sont pentecôtistes sont rares. Il s’agit essentiellement d’un phénomène touchant des jeunes à la recherche d’un sens pour leur existence, et en quête d’expériences religieuses émotionnelles. Une importance toute particulière est accordée à l’expérience religieuse de type émotionnel ; la conversion et l’évangélisation jouent un rôle essentiel. Un second phénomène de type initiatique est expérimenté, en plus de la conversion. Il s’agit du baptême du Saint-Esprit. Les membres ne demeurent pas dans une même communauté durant des années et pratiquent un certain nomadisme dans la mouvance pentecôtiste. L’ancrage religieux n’est pas spécifiquement protestant.

  • 16 Nicole J.-M., Précis de doctrine chrétienne, Éditions de l’Institut Biblique de Nogent, Nogent-sur- (...)
  • 17 Ibid., p. 196.
  • 18 Ibid, p. 198.
  • 19 Brandt-Bessire D., Aux sources de la spiritualité pentecôtiste, Labor et Fides, Genève, 1986, p. 18 (...)
  • 20 Ibid., p. 186.
  • 21 Ibid, p. 188.
  • 22 Ibid, p. 190-91.

12Il est important de rappeler que le préalable de la conversion individuelle existe aussi bien chez les évangéliques que chez les pentecôtistes. Il n’est pas aisé de définir en quelques mots l’expérience de la conversion. Aussi vais-je recourir à la définition présentée par un théologien évangélique reconnu, Jules-Marcel Nicole. Dans son Précis de doctrine chrétienne16, Jules-Marcel Nicole présente le terme conversion comme un « terme religieux technique ». Il définit la conversion comme « l’acte par lequel nous nous détournons du péché pour faire demi-tour et nous tourner vers le Seigneur »17. Cette conversion, aussi appelée nouvelle naissance, est due à la régénération, à la grâce divine. La régénération est l’aspect intérieur, la transformation de la nature profonde ; la conversion est l’attitude extérieure, le changement d’orientation. « La conversion comporte la repentance, par laquelle nous nous détournons de nos péchés, et la foi, par laquelle nous nous orientons vers le Christ. Elle peut être un brusque volte-face, elle peut aussi s’opérer d’une manière progressive et presque imperceptible, comme un lent mouvement tournant. L’essentiel est qu’elle aboutisse »18. Lorsqu’une personne est née de nouveau, le Saint-Esprit vient demeurer en elle. Pour les évangéliques non-charismatiques, cette étape n’est pas marquée par une expérience mystique. Les Églises pentecôtistes insistent au contraire sur cette deuxième expérience. C’est une « expérience physiquement palpable, marquée par la manifestation des dons spirituels, dont le parler en langues est le signe par excellence »19 écrit Daniel Brandt-Bessire, théologien pentecôtiste. Il qualifie cette expérience de « dynamite céleste, d’extase »20. Le parler en langues est « un langage du cœur pré-conceptuel »21. « La quête de l’expérience de Pentecôte, c’est encore cette recherche éternelle de l’homme, consciente ou inconsciente, de posséder et d’être possédé par le divin... Seul celui qui fait l’expérience du surnaturel peut juger de sa valeur »22.

Les évangéliques et les pentecôtistes : tableau synthétique

 

Évangélisme traditionnel

Pentecôtisme

Ancrage religieux

Protestant

Sans spécificité

Expérience religieuse

Conversion

Conversion et baptême de l’Esprit

Prédication

Sanctification et évangélisation

Évangélisation et Saint-Esprit

Recrutement

Familial, plusieurs générations

Individuel, jeunes

Appartenance religieuse

Stable

Nomade

Appartenance à la famille protestante

Revendiquée fortement

Faiblement revendiquée

13Pour décrire l’évangélisme alsacien, je procéderai en 3 étapes successives :

  1. La géographie de l’évangélisme alsacien

  2. La composition sociale de l’évangélisme strasbourgeois

  3. Les relations entre les maires du Bas-Rhin et les communautés évangéliques.

14Enfin, en conclusion, je tenterai de situer les évangéliques dans le spectre plus large des protestantismes français.

1. La géographie de l’évangélisme alsacien

15Il n’est pas possible de donner des chiffres précis sur le nombre d’évangéliques présents dans les deux départements. Les données religieuses ayant été retirées depuis 1962 de la batterie des questions du recensement général de la population, aucun chiffre fiable sur le nombre de membres n’est disponible.

Les cantons d’Alsace : carte de repérage

Les cantons d’Alsace : carte de repérage

Les implantations évangéliques en Alsace

Les implantations évangéliques en Alsace
  • 23 Voir sa contribution dans le présent volume.

16De plus, il conviendrait là encore de préciser les termes. Dans certaines assemblées ne sont membres que les adultes baptisés par immersion. Les sympathisants, pratiquants réguliers, non baptisés par immersion ne sont alors pas pris en compte. Dans d’autres mouvements, toutes les personnes présentes régulièrement ont la qualité de membres dès lors qu’elles se font inscrire. Les disparités dans le décompte seraient par conséquent telles qu'elles remettraient en cause sa qualité scientifique. Aussi ai-je décider de présenter non pas le décompte des membres, mais le décompte des implantations. Afin de prendre conscience de l’importance numérique des évangéliques et de leur répartition spatiale en Alsace, j’ai établi des cartes. Celles-ci sont très précises pour le Bas-Rhin. En 1998, j’avais en effet effectué un repérage de l’ensemble des groupes religieux présents dans ce département. Pour le Haut-Rhin, j’ai établi la carte à partir des éléments fournis par Philippe Le Vallois23, complétés par les informations d’amis haut-rhinois. Afin de faciliter le repérage géographique, une carte des cantons a été élaborée (p. 49).

17La carte ci-contre sur les implantations évangéliques permet de prendre conscience de leur ampleur numérique. Les évangéliques sont présents dans 36 communes du Bas-Rhin et dans 27 communes du Haut-Rhin.

18Pour la seule ville de Strasbourg, j’ai dénombré 11 implantations différentes. Certaines appellations constituent de véritables réseaux. On peut ainsi citer pour mémoire :

  • Les Églises méthodistes. Elles remontent au Réveil suscité au xviiie siècle en Angleterre à la suite de l’activité de John Wesley (1703-1791). Elles existent en Alsace depuis 1868 suite aux activités missionnaires du pasteur Schnatz. La première communauté fut celle de Strasbourg, qui construisit en 1882 le temple de Sion. Aujourd’hui, l’Église méthodiste est implantée à Strasbourg, Bischwiller, Munster, Muntzenheim et Mulhouse. Il existe par ailleurs de nombreuses annexes.

  • Les Églises baptistes sont présentes sous la forme de deux fédérations : la Fédération des Églises Évangéliques Baptistes et l’Association Évangélique d’Églises Baptistes de Langue Française. Elles sont implantées depuis 1891 à Strasbourg. Elles sont également présentes dans les villes de Mulhouse, de Munster et de Sélestat.

  • Les Églises mennonites. Elles remontent aux anabaptistes du xvie siècle et sont implantées dans le Sud de l’Alsace, dans la vallée de la Bruche et dans la région de Wissembourg. Depuis quelques dizaines d’années, il existe un groupe mennonite à Strasbourg.

  • Les Églises Chrischona portent le nom d’une montagne suisse où se situe leur siège. Elles sont implantées en Alsace depuis le milieu du xixe siècle. Elles sont présentes à Bouxwiller, Brumath, Colmar, Mulhouse, Munster, Saverne, Woerth et Wissembourg.

  • L’Église de la Bonne Nouvelle est également très présente. Elle fut créée pendant la seconde guerre mondiale. Implantée à Strasbourg, elle a ouvert plusieurs nouveaux centres dans les dernières années à Barr, Vendenheim et Lingolsheim.

Les implantations pentecôtistes en Alsace

Les implantations pentecôtistes en Alsace

19Il conviendrait d’ajouter à la présente liste les Églises darbystes, les multiples Églises de frères larges et tous les groupes indépendants. Sur la carte on peut repérer un évangélisme rural dans le nord de l’Alsace et le long du Rhin.

20La carte pentecôtiste présente des caractéristiques légèrement différentes. On dénombre 11 lieux d’implantation dans le Bas-Rhin et 14 dans le Haut-Rhin. Les implantations pentecôtistes sont situées principalement en périphérie des grandes agglomérations. Elles n’ont pas privilégié les centres-villes mais plutôt les zones industrielles ou commerciales, afin de pallier les difficultés de stationnement et de limiter les coûts de location ou de construction. Elles présentent un milieu moins homogène que le milieu évangélique traditionnel. Les querelles théologiques ou doctrinales produisent des scissions et de nombreux sous-groupes. Elles n’adoptent pas une stratégie claire en ce qui concerne leur positionnement dans le camp protestant ou évangélique ; certaines développent des liens fraternels avec d’autres Églises évangéliques, voire avec les Églises protestantes reconnues, d’autres privilégient exclusivement le camp charismatique, voire n’entretiennent aucune relation avec une communauté d’une autre dénomination.

21Le pentecôtisme alsacien date du début du siècle. Il se développe après la guerre, et est essentiellement germanophone jusque dans les années soixante. Intégré à la Schweizer Pfingstmission, il se développe dans la vallée de Munster et à Wasselonne. Une grande diversification aura lieu à partir de 1960. L’Église de Dieu, d’originaire américaine, s’implante à Colmar et à Munster. Elle est depuis 1983 membre de la Fédération Protestante de France. Un autre mouvement a surtout évangélisé dans les milieux ouvriers italophones, en particulier autour de Mulhouse et dans le bassin potassique.

22Mais ce sont les Assemblées de Dieu en France qui rassemblent le plus grand nombre de communautés. Il s’agit d’une organisation nationale très décentralisée qui met l’accent sur l’autonomie de l’église locale et dont le principal prédicateur est l’Anglais D. R. Scott. Il est venu dès 1956 en Alsace.

L’implantation des protestants en Alsace

L’implantation des protestants en Alsace

23Très vite, des communautés seront fondées à Strasbourg et à Colmar. Afin de ne plus être identifiée comme une secte, cette fédération est actuellement en étroit dialogue avec la Fédération Protestante de France.

24Actuellement, le plus grand dynamisme est observable dans des communautés autonomes telles que « Plein Évangile », « La Porte Ouverte », « Pain de Vie », « Pierre Vivante », « Agape » « Grain de Sénevé », « Arbre de Vie », « Arc en Ciel » et « Flambeau ». La plupart de ces groupes disposent de plusieurs lieux d’implantations.

25Il est intéressant de comparer les implantations évangéliques et pentecôtistes, celles-ci sont semblables pour le milieu urbain mais diffèrent en Alsace du Nord et dans les cantons de Sélestat, Soultz (68), Ferrette et Schirmeck.

26Si on compare à présent les cartes des implantations évangéliques et pentecôtistes avec la carte du protestantisme alsacien (données du recensement de 1962), force est de constater que les Églises évangéliques se développent en terre protestante. Elles sont présentes dans les zones à fort taux de protestants, en particulier dans les cantons de Hochfelden, de Bouxwiller et de Sarre-Union. Mais elles sont également présentes dans toutes les grandes villes et dans les zones péri-urbaines ou industrielles comme Wittenheim, Haguenau ou Bischwiller. Les pentecôtistes sont présents surtout dans les zones urbaines ou péri-urbaines, et la corrélation avec le milieu protestant n’est pas évidente.

27Il est possible d’apporter quelques précisions pour le département du Bas-Rhin, dans lequel j’ai recueilli des données couvrant 70 % des communes en 1998. Dans l’échantillon ainsi constitué, on comptait 36 implantations évangéliques. Toutes les communes où sont implantés des évangéliques ou des pentecôtistes avaient répondu. Il ne fut pas possible de distinguer entre les deux familles précédemment isolées, les maires ne faisant pas de distinction entre évangélisme traditionnel et évangélisme pentecôtiste.

Les implantations religieuses dans le Bas-Rhin (Enquête de SW auprès des maires du Bas-Rhin, 1998)

Types de communauté

Nombre d’implantations

Catholique

300

Protestante

198

Évangélique

36

Israélite

26

Musulmane

23

Témoins de Jéhovah

34

Néo-apostolique

18

Bouddhiste

3

Autres

8

28Quand on considère les implantations religieuses dans le Bas-Rhin, on remarque que les évangéliques constituent le troisième groupe derrière les Églises protestantes et catholiques. Les communautés évangéliques sont plus nombreuses que les communautés juives ou musulmanes. À ce propos, il est intéressant de noter que, contrairement aux idées reçues, le nombre d’implantations des Témoins de Jéhovah est supérieur à celui des Israélites ou des musulmans.

Les implantations religieuses dans le Bas-Rhin, graphique (Enquête de SW auprès des maires du Bas-Rhin, 1998)

Les implantations religieuses dans le Bas-Rhin, graphique (Enquête de SW auprès des maires du Bas-Rhin, 1998)

29Quelle est la répartition spatiale des lieux d’implantation des Églises évangéliques ? Sous ce terme ont été regroupées toutes les Églises se réclamant de la Réforme hors cultes reconnus, qu'elles soient rattachées à la Fédération Protestante de France ou à la Fédération Évangélique de France, ou qu’elles soient totalement indépendantes. Un tri par le nombre d’habitants des communes concernées met en évidence que les communautés évangéliques sont implantées tant dans les communes rurales que dans les centres urbains. Il ne s’agit donc pas d’un phénomène résultant de la seule urbanisation.

Communautés évangéliques par taille de communes (Enquête de SW auprès de maires du Bas-Rhin, 1998)

Communautés évangéliques par taille de communes (Enquête de SW auprès de maires du Bas-Rhin, 1998)

30La comparaison des cartes d’implantations évangéliques et de la carte protestante a permis de mettre en évidence une probable corrélation entre protestantisme et évangélisme. Toutefois, l’échelle choisie, le canton, est trop grande pour être explicite. En effet, ces derniers ne sont jamais homogènes. Il existe toujours des enclaves protestantes dans des cantons catholiques et des enclaves catholiques dans des cantons protestants. Si l’on observe le phénomène au niveau communal, on remarque que la présence évangélique est très fortement corrélée à la présence protestante. Mais, le protestantisme n’est pas toujours la religion dominante de la commune. On peut donc affirmer que les Églises évangéliques s’implantent principalement dans des communes où est déjà implantée une paroisse protestante relevant des cultes reconnus. 33 communes sur 36 concernées par une ou plusieurs implantations évangéliques sont des communes où existe par ailleurs une ou plusieurs Églises protestantes.

Tri croisé communes avec une/des paroisse(s) protestante(s) et présence d’une communauté évangélique

Communes

Présence d’un groupe évangélique

Pas de groupe évangélique

avec une paroisse protestante

n = 198

33

16,7 %

165

83,3 %

sans paroisse protestante

n = 136

3

2,2 %

133

97,8 %

2. La composition sociale de l’évangélisme strasbourgeois

  • 24 Hervieu-léger D., La religion en mouvement, Flammarion, Paris, 1999.

31Avant de présenter les données chiffrées de l’enquête in situ de 1990, je souhaiterais m’arrêter sur la figure type du membre des Églises évangéliques, à savoir le converti. Dans son ouvrage, Le religieux en mouvement : le pèlerin et le converti24, Danièle Hervieu-Léger présente deux nouvelles figures caractéristiques du religieux contemporain : celle du pèlerin et celle du converti. Ces deux figures ne remplacent pas la figure traditionnelle du pratiquant, mais sont simplement plus en vogue. Le pèlerin comme le converti sont à la recherche d’un religieux émotionnel et communautaire.

  • 25 Voir op. cit., p. 78.

32Danièle Hervieu-Léger propose une rose des vents avec 4 marqueurs25. Elle voit dans chaque dimension de l’identification religieuse un nouvel axe possible de la recomposition de l’identité religieuse. Le converti se situe sur le schéma ci-dessus au nord-ouest, entre le pôle communautaire et le pôle émotionnel.

  • 26 Voir op. cit., p. 119-155.

33Elle distingue trois figures de convertis26 :

  • l’individu qui change de religion et qui revêt une nouvelle identité religieuse (avec ou sans rejet) ;

  • l’individu qui n’avait pas de religion et qui la découvre après un cheminement personnel (elle cite l’islam de seconde génération, mais on pourrait également placer là des évangéliques issus de milieux protestants non pratiquants) ;

  • enfin, l’individu réaffilié. C’est le converti de l’intérieur qui n’avait jusque là qu’une identité formelle ou a minima. La conversion correspond alors à un régime fort d’intensité religieuse, à une appropriation et à une invention de sa propre tradition.

34Dans les milieux évangéliques traditionnels ou pentecôtistes, on retrouve les trois figures de convertis. Lors de l’enquête strasbourgeoise, j’avais demandé aux personnes interrogées d’indiquer la religion des parents. Afin de pouvoir différencier au sein des évangéliques traditionnels entre baptistes et frères, j’avais créé deux catégories distinctes. Le milieu baptiste est proche du milieu protestant réformé et luthérien et le mode d’organisation de l’assemblée est de type pastoral. L’Église de frères prise en compte dans l’enquête est une Église n’entretenant aucun lien avec le protestantisme établi et qui est dirigée par un conseil d’anciens. Ces deux Églises représentent donc en quelque sorte les deux pôles opposés de l’évangélisme traditionnel.

Religion des parents

(Données Enquête dans les lieux de cultes, Strasbourg, 1990) n = 369

Type d’Église

<24 ans

24-34 ans

35-49 ans

50-64 ans

> 65 ans

Frères

19 %

50 %

17 %

7 %

7 %

Baptiste

14 %

42 %

30 %

11 %

2 %

Pentecôtiste

39 %

24 %

29 %

7 %

2 %

35À la lecture du tableau ci-dessus, force est de constater que les personnes fréquentant les Églises baptistes sont souvent issues du milieu protestant (70 % ont des parents protestants). Il s’agit donc principalement de protestants réaffiliés. Les interviews ont confirmé cette hypothèse : issues de milieux non pratiquants ou peu pratiquants, les personnes interrogées ont manifesté de l’intérêt pour la religion et ont alors décidé de se convertir. Les pentecôtistes correspondent à la première figure du converti, ils affirment souvent changer de religion. Ils sont de familles mixtes, catholico-protestantes sans véritable pratique. Leur socialisation religieuse est très lacunaire. Enfin, dans le dernier cas, dans le milieu frères, on remarque le fort taux de personnes dont l’un des parents ou les deux étaient catholiques. Il s’agit là, soit de personnes réaffiliées soit de personnes se convertissant et déclarant n’avoir eu aucune religion auparavant.

36La structure par âge laisse entrevoir de fortes disparités entre les différentes communautés. Il est important de noter que les trois groupes sont d’implantation récente. Les baptistes de la Fédération baptiste s’implantent à Strasbourg dans les années 60 et construisent dans les années 70 une Église dans la rue du Languedoc à la Meinau. L’Assemblée de frères de la rue de la Gare à Schiltigheim a été fondée dans les années 60 également. Enfin, les Assemblées de Dieu se sont implantées dans la région à la fin des années 50. Bref, les trois communautés interrogées existent dans l’agglomération strasbourgeoise depuis environ trente à trente-cinq ans au moment de l’enquête. Les disparités constatées ne dépendent donc pas de la date de fondation de la communauté.

Structure des âges

(Données Enquête dans les lieux de cultes, Strasbourg, 1990) n = 369

 

Religion de la mère

Religion du père

Prot.

Catho.

Autre

Prot.

Catho.

Autre

Frères

45 %

48 %

2 %

57 %

33 %

5 %

Baptiste

71 %

23 %

3 %

70 %

24 %

1 %

Pentecôtiste

50 %

40 %

8 %

49 %

40 %

8 %

37L’Assemblée de frères rassemble beaucoup de personnes entre 24 et 35 ans, c’est-à-dire des personnes s’insérant dans la vie active ou déjà insérées. La tranche d’âge des plus de 65 ans est également bien représentée ; ce sont là essentiellement des personnes réaffiliées. Enfin, on remarque que les personnes de 50 à 64 ans sont peu représentées. La communauté recrute donc essentiellement des jeunes, mais accueille également des personnes retraitées.

38Les Baptistes ont un profil analogue en ce qui concerne les jeunes, mais un décalage existe avec la précédente communauté. Il y a moins de personnes de moins de 24 ans et plus de personnes de 35 à 49 ans. La communauté rassemble essentiellement des familles d’âge moyen avec des enfants. Il y a très peu de retraités ou de personnes de plus de 50 ans.

39Le profil de l’Assemblée de Dieu est encore plus jeune. 39 % des personnes ont moins de 24 ans, c’est une clientèle étudiante ou en voie d’insertion professionnelle. Sinon, les jeunes familles sont également bien représentées mais pas les plus de 50 ans.

40La structure par âge montre pour les trois communautés quelles ont un profil inverse de celui des communautés réformées et luthériennes. Les jeunes sont nombreux et les personnes âgées sont absentes. On comprend dès lors que les Églises établies considèrent que les évangéliques leur « piquent » les jeunes en les attirant avec une musique plus rythmée et un discours très revivaliste.

Situation familiale

(Données Enquête dans les lieux de cultes, Strasbourg, 1990) n = 369

Type d’Église

célibataire

marié

autres

Frères

35 %

60 %

5 %

Baptiste

14 %

42 %

30 %

Pentecôtiste

39 %

24 %

29 %

(autres = unions libres, veufs et divorcés)

41Une analyse de la situation familiale vient confirmer ces hypothèses. Dans l’Assemblée de frères, les personnes mariées sont les plus nombreuses ; il s’agit en général de jeunes couples. Le contrôle de la moralité est très fort dans ce type de milieu piétiste. La catégorie « autres » est composée de personnes veuves ou divorcées avant leur conversion.

42La situation est très différente chez les baptistes. On remarque que les célibataires sont peu nombreux, le public est donc, là encore, un public de jeunes familles, mais la communauté accueille bien plus de personnes divorcées. Au dépouillement, on remarque aussi quelques personnes vivant en union libre. Cette situation n’est pas encouragée par la communauté ; le mariage est considéré comme la seule forme d’engagement au niveau d’un couple ; mais elle est tolérée chez les jeunes convertis.

43Enfin, chez les pentecôtistes, on remarque que les personnes mariées constituent une minorité. L’assistance est un public jeune, principalement étudiant, ou alors un public de personnes divorcées vivant à présent une expérience spirituelle.

44En ce qui concerne la structuration en catégories socioprofessionnelles, il faut remarquer là encore de fortes disparités. Le milieu baptiste rassemble un public de classe moyenne. On compte un grand nombre d’enseignants du secondaire ainsi que de professionnels de la santé, en particulier des infirmières. Les métiers de service sont souvent privilégiés en raison de leur caractère altruiste. Le milieu frères rassemble également ce type de personnes mais on dénombre également un fort taux d’ouvriers et d’employés. Le milieu est donc plus modeste que le milieu baptiste. L’Assemblée de Dieu rassemble de nombreux étudiants, des professions intermédiaires et des inactifs. Il s’agit souvent de personnes au chômage ou en voie de réinsertion professionnelle, voire sociale. La communauté développe beaucoup d’énergie pour atteindre ce type de public et on le retrouve par conséquent dans la structure professionnelle. Les ouvriers mais aussi les chefs d’entreprise semblent peu présents dans la communauté.

Répartition par professions et catégories sociales

(Données Enquête dans les lieux de cultes, Strasbourg, 1990) n = 369

 

Frères

Baptiste

Pent.

Artisans, Commerçants, Chefs d’Entreprise

 

6 %

3 %

Cadres Supérieurs, Prof. Intellect. Sup.

12 %

17 %

4 %

Prof. Intermédiaires

20 %

25 %

14 %

Employés

19 %

13 %

13 %

Ouvriers

10 %

8 %

6 %

Retraités

4 %

3 %

2 %

Étudiants

15 %

11 %

32 %

Inactifs

19 %

17 %

20 %

45Un tri par niveau de diplôme renforce cette hypothèse. L’Assemblée de frères et l’Assemblée de Dieu comptent respectivement 31 % et 19 % de personnes n’ayant que le certificat d’études primaires. Ce sont là des chiffres bien supérieurs à la moyenne nationale. Les personnes ayant suivi une voie professionnelle sans obtenir le baccalauréat sont également nombreuses dans ces communautés. On peut donc affirmer qu’elles rassemblent des personnes peu diplômées et issues des milieux populaires. Les Baptistes ont un profil proche de la moyenne nationale. Plus de 60 % des membres ont un niveau de formation supérieur ou égal au baccalauréat.

Niveau de diplôme

(Données Enquête dans les lieux de cultes, Strasbourg, 1990) n = 369

Type d’Église

CEP

<Bac

Bac

> Bac

Frères

31 %

21 %

14 %

33 %

Baptiste

9 %

30 %

18 %

43 %

Pentecôtiste

19 %

25 %

26 %

30 %

46Il convient d’ajouter quelques chiffres concernant la piété et l’exercice de la religiosité. Les indicateurs de religiosité ont des niveaux très proches, voire identiques, entre les trois communautés. 70 % des évangéliques affirment lire la Bible de façon quotidienne, contre 24 % chez les luthériens. 83 % affirment prier tous les jours (la prière avant les repas est une pratique courante, que j’ai souvent observée). 70 % affirment verser régulièrement une participation financière, 40 % affirment pratiquer la dîme. Les évangéliques se sentent très proches de leur communauté et n’hésitent pas, par conséquent, à la soutenir financièrement. Enfin, 94 % affirment participer au culte tous les dimanches. Le milieu évangélique rassemble des convaincus, à très fort taux de pratique. Les chiffres avancés me semblent toutefois supérieurs à la réalité. La lecture quotidienne de la Bible, la prière et la participation hebdomadaire au culte est sollicitée par les responsables. Il existe également une sorte de contrôle social. Même si ces indicateurs sont surestimés, ils demeurent la marque particulière du milieu évangélique par rapport aux autres dénominations protestantes.

47Au terme de cette présentation des indicateurs socio-économiques, je voudrais attirer l’attention sur le fait qu’il s’agit d’une étude portant sur l’évangélisme urbain. Les données seraient bien sûr sensiblement différentes dans le milieu rural.

3. Les relations entre les maires du Bas-Rhin et les communautés évangéliques

48En 1998, lors d’une enquête menée auprès des maires du Bas-Rhin sur les relations entre les cultes et la municipalité, j’ai découvert à quel point les évangéliques étaient méconnus des maires. L’analyse des relations entre les cultes évangéliques et les municipalités révèle un climat tendu et douloureux. Le grand nombre de commentaires et de remarques figurant sur les questionnaires témoigne de l’actualité de la question. Il n’est certainement pas juste de considérer en bloc l’ensemble des groupes religieux organisés dans le cadre du droit privé. Mais la faiblesse des effectifs et surtout la présence de communautés très disparates sur une même commune ne permet pas une analyse plus fine.

49Les groupes religieux les plus nombreux en Alsace peuvent être classés en deux catégories :

  • Les dissidences chrétiennes ou les groupes qui se sont développés à partir de la tradition chrétienne : les Églises évangéliques, les Témoins de Jéhovah et les Églises néo-apostoliques.

  • Les groupes sans lien avec la tradition chrétienne : les musulmans, les bouddhistes. Les relations entre les communes et les dissidences chrétiennes semblent plus difficiles que les relations avec les religions non-chrétiennes.

50Il n’est pas possible d’évaluer la fréquence des relations entre communes et cultes non reconnus, cependant elle paraît faible. Je déplore au moment de l’analyse l’absence d’une question sur les relations entre communes et cultes non reconnus. Nombreux ont été les commentaires des maires à ce sujet. Certains ont l’impression d’être sans cesse consultés ou invités, d’être « envahis », d’autres ont l’impression d’être ignorés. Les cultes non reconnus ne soignent pas particulièrement les relations avec les municipalités, soit en raison de leurs options religieuses (méfiance par rapport au monde), soit en raison du jugement discriminatoire qui les frappe.

51La première prise de contact entre culte non reconnu et commune concerne les demandes d’implantations (construction, location ou rénovation d’un bien immobilier...). Les municipalités se succédant dans les communes, il n’est pas possible d’enquêter sur un temps long. Seules ont été prises en compte les demandes d’implantations sur le territoire communal au cours des 10 dernières années. Dans notre échantillon, 24 communes ont été concernées par des demandes d’implantations.

52En dépit du faible nombre d’implantations, force est de constater que les plus nombreuses demandes ont été déposées dans des communes de moins de 2000 habitants. Généralement, le groupe religieux achète ou construit une maison individuelle. Les motifs d’ordre économique (marché non saturé et moindre coût du terrain ou de la maison) sous-tendent le choix en faveur des communes rurales. Mais, ce n’est pas là la seule explication. Pour les Églises évangéliques et les Témoins de Jéhovah, il s’agit d’un second palier d’implantation. Après s’être implantés dans les agglomérations, ils essaiment à la campagne. Les Églises évangéliques sont presque toujours implantées dans une commune protestante ou mixte.

53Les communes n’hésitent pas à louer les salles communales aux groupes religieux qui en font la demande. Près de 40 % des communes ont accepté de louer des locaux pour des cérémonies religieuses ou des activités religieuses. Les demandes d’implantation d’un chapiteau en vue d’activités religieuses sont rares (seulement 6 %). Mais, dans certaines communes, il s’agit d’une pratique annuelle. Les demandes sont déposées par des Églises évangéliques et concernent des campagnes d’évangélisation. En général, il s’agit de communes où un groupe évangélique soit est déjà implanté et tente de se faire connaître, soit essaie de rassembler des fidèles en vue de la constitution d’une Église locale. Des manifestations sont organisées tous les soirs de la semaine. Des chanteurs ou des orateurs sont en général invités par une Église située soit dans la commune concernée, soit dans une commune proche. Ces activités touchent principalement les agglomérations et les chefs lieux de canton.

54Est-ce que les responsables des communautés évangéliques sont invités par les municipalités concernées ? En règle générale, non. Les municipalités n’invitent que les représentants catholiques et/ou protestants. Ils n’étendent pas leurs invitations aux cultes non reconnus. Il est vrai que les fidèles de ces cultes ne résident pas forcément dans la commune d’implantation. Les communautés évangéliques attirent en moyenne des fidèles habitant dans un rayon de 20 km autour du lieu de culte. Ce sont des communautés professantes et les fidèles n’hésitent pas à parcourir de nombreux kilomètres pour célébrer leur culte.

  • 27 Lienhard M., « Les protestants » in EPP R., Lienhard M. et Raphaël R., Catholiques, Protestants, Ju (...)

55Ces Églises de type évangélique sont considérées par les maires comme des dissidences protestantes sectaires. Les maires sont fort peu renseignés et s’adressent en général aux interlocuteurs religieux présents dans la commune, c’est-à-dire le(s) pasteurs ou curé(s) pour se renseigner. Ces derniers ont du mal à les situer et ne les classent que rarement dans la famille protestante, en raison de leur profonde méconnaissance des Églises du Réveil. Les maires ignorent vraisemblablement que certaines de ces Églises sont membres de la Fédération Protestante de France, ou qu’elles participent activement aux activités du Conseil Protestant de Strasbourg, qui rassemblent des représentants des communautés réformées, luthériennes et évangéliques, que ces dernières soient membres ou non de la Fédération Protestante de France. Les relations tendues qu’entretiennent en général les cultes protestants reconnus avec ces Églises expliquent, en partie, le regard sceptique des élus en terroir protestant. « Les rapports avec les Églises protestantes officielles vont de la collaboration amicale à une opposition plus vive. Dans l’ensemble, les Églises évangéliques sont aussi plus réservées que l’ECAAL et l'ERAL vis-à-vis de l’œcuménisme avec l’Église catholique »27.

Invitation d’un représentant évangélique par type de communes

Invitation d’un représentant évangélique par type de communes

56En situation de concurrence, les groupes religieux, cultes reconnus et non reconnus, paraissent soigner davantage les relations avec la municipalité. Ce rapport reste fort même après contrôle de la variable population et confession dominante. Les invitations émanent-elles dans ce cas des cultes reconnus ou des cultes non reconnus ? Paradoxalement, ce sont donc les cultes reconnus qui invitent davantage en situation de concurrence, car ces derniers souhaitent préserver leurs acquis en soignant particulièrement les relations avec la municipalité. Les représentants des cultes non reconnus gardent, lorsque l’on se réfère aux opinions des maires, leurs distances à l’égard de la municipalité.

57Les administrés réagissent à l’implantation de nouveaux groupes religieux en demandant des renseignements au premier magistrat. Les questions sont fort peu nombreuses et ne concernent que des communes où un groupe religieux est implanté ou régulièrement présent. Elles sont donc circonstanciées. « Prosélytisme local des pentecôtistes et des Témoins de Jéhovah : demande de renseignement des habitants », commentait un maire de commune rurale.

Conclusion

58Au terme de ce tour d’horizon sur l’évangélisme alsacien, j’aimerais ajouter quelques remarques sur l’identité évangélique. Celle-ci n’est pas aisée à déterminer. Dans la presse et les médias, on évoque souvent la participation active des protestants à la vie publique. Depuis le début du siècle, peut-être en raison de leur rôle sous la iiie république, les protestants apparaissent détenteurs d’un grand pouvoir. La presse hebdomadaire fait régulièrement l’inventaire des protestants qui gouvernent la France. Ils sont décrits austères, responsables, sérieux, dignes de confiance. Ils ne sont pas particulièrement drôles, mais plutôt sévères et recherchant sans cesse la perfection. Tout en revendiquant une identité propre et un rapport au monde propre, ils valorisent, également, la discrétion et la modestie, de façon presque excessive. Or, les évangéliques ne correspondent que très partiellement à cette image d’Épinal. Comme le montre l’enquête auprès des maires, ils se tiennent à distance de la politique locale et de la politique en général.

  • 28 Voir Wydmusch S., Les attitudes religieuses et politiques de protestants français, thèse de doctora (...)

59Dans mon travail de doctorat, j’ai analysé l’auto-identification protestante. Mon étude de terrain28 m’a permis de recueillir l’opinion de paroissiens de tous âges et de toutes catégories sociales. Ils ont été confrontés à la question suivante : « Vous êtes protestant, qu’est-ce que cela signifie pour vous ? ». Ils n’avaient pas de réponse pré-construite, aussi ont-ils exprimé leurs hésitations et leurs doutes.

60Loin de restituer la certitude identitaire prêtée généralement au groupe protestant français, les réponses recueillies traduisent un réel embarras. Dans leur grande majorité, les protestants interrogés ne se sentent pas membres d’une communauté protestante nationale, ils manifestent un esprit de clocher, s’intéressant essentiellement à la vie paroissiale et ne s’occupant, ni ne s’informant des activités de leur Église d’appartenance ou de la Fédération Protestante de France. Ils revendiquent souvent, au cours de la conversation, un héritage protestant, tout en étant incapables de le spécifier. Ils n’utilisent plus une terminologie religieuse ou théologique : ils ne parlent plus de sacerdoce universel, de libre arbitre, de Bible, de salut par la grâce mais d’expérience et de sentiment religieux.

  • 29 Voir Wydmusch S., « La constellation protestante », Foi et Vie, XCVII (décembre 1998) no 5, p. 71-9 (...)

61La typologie élaborée à partir des entretiens29 met en évidence trois grandes catégories de protestants :

  • Les protestants par destin social (n = 24) : ils revendiquent très peu, ou pas du tout, leur identité protestante. Ils sont incapables de fournir une définition positive du protestantisme, et de dire ce qu’il représente pour eux. Ils affichent en quelque sorte un défaut d’identité ;

  • Les protestants militants (n = 38) : ils revendiquent et défendent une spécificité protestante. Ils se distinguent de la première catégorie par leur capacité à donner des éléments positifs de définition. Ils affichent volontiers une identité confessionnelle ou de conviction ;

  • Enfin, les évangéliques (n = 23) : ils se situent délibérément à la marge, récusant l’appellation de protestant au profit du terme de chrétien, et pratiquent le prosélytisme. C’est en quelque sorte une identification par défi. Toutes les personnes affiliées à des Églises ou des communautés évangéliques, à l’exception d’une seule, se situent dans cette catégorie, ainsi que quelques membres de l’Église Réformée Évangélique Indépendante.

Typologie des protestants français

Typologie des protestants français

62Les évangéliques forment un groupe à part dans ce travail typologique sur l’auto-identification protestante, cultivant leurs spécificités, récusant partiellement l’appellation protestante, optant pour le prosélytisme. Les évangéliques sont traversés par trois courants principaux : un courant fondamentaliste, qui insiste sur la nécessité d’une conformité doctrinale stricte et la littéralité des textes bibliques, un courant piétiste se situant dans la lignée des Réveils du xixe siècle, un courant pentecôtiste mettant l’accent sur les dons de l’Esprit.

63Pour les évangéliques, l’identité religieuse puise dans l’expérience. Se définir ne nécessite nullement des concepts mais fait appel à une expérience de type initiatique, et donc au récit de vie. Dans leur grande majorité, les évangéliques préfèrent se dire chrétiens, ou évangéliques. Cependant face à un interlocuteur qui n’est pas au fait de cette terminologie, ils utilisent le terme protestant comme un terme générique compréhensible dans le cadre hexagonal. Ils établissent un clivage net entre les chrétiens nés de nouveau et les membres des Églises de multitude. Ils sont convaincus que les convertis auront part au royaume de Dieu, qu’ils partageront son éternité. Les évangéliques sont intransigeants en matière d’éthique, on peut les qualifier de rigoristes. Ils veulent se vouer entièrement au royaume de Dieu qui est entendu dans son acception transcendante, voire céleste, situé dans l’au-delà. Leur intégration sociale est souvent minimaliste, leurs activités associatives se limitant aux offres de leurs paroisses ou communautés d’appartenance. Prenant leur foi très au sérieux, ils présentent la figure exemplaire du croyant.

Notes

1 Voir Sondage réalisé par l’ISERCO à la demande de l’Institut du Droit Local Alsacien-Mosellan, du Centre « Société, Droit et Religion en Europe » du CNRS et de l’Université Robert Schuman, en partenariat avec les Dernières Nouvelles d’Alsace. Il a été réalisé par téléphone entre le 13 et le 26 juin 1998 sur un échantillon de 804 personnes du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle composé en tenant compte des équilibres de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle et d’habitat.

2 Vidal de la Blache P., La France de l’Est, La Découverte, Paris, 1994 (nouvelle édition, fac-similé ; première édition 1918), p. 27.

3 Dernières Nouvelles d’Alsace, mardi 6 octobre 1998, page Région 1.

4 Voir Sondage CSA/ Le Monde/ La Vie/ Forum des communautés chrétiennes/ l’Actualité religieuse dans le monde réalisé auprès d’un échantillon représentatif de 1014 personnes en 1994.

5 Voir Sondage ISERCO et Dernières Nouvelles d’Alsace, mercredi 7 octobre 1998, page Région 4.

6 Il s’agit, pour mémoire, de l’Église catholique, des Églises protestantes luthérienne et réformée et de la confession israélite.

7 Leur organisation juridique ne relève pas du droit général, mais des principes du droit local, même s’ils font partie de religions ou de confessions établies (orthodoxes, anglicans, islam, bouddhisme...).

8 Voir Assemblée Nationale, Les Sectes en France. Rapport fait au nom de la commission d’enquête sur les sectes, Documents d’informations de l’Assemblée nationale, no 2468, Paris, 1996.

9 Voir Wydmusch S., Citoyen responsable ? Un dilemme protestant, Mémoire de DEA Études Politiques sous la direction de Pierre Bréchon, Institut d’Études Politiques de Grenoble, 1990, 167 p. + annexes.

10 Voir Wydmusch S., Les attitudes religieuses et politiques des protestants français, thèse de doctorat écrite sous la direction de Jean-Paul Willaime, soutenue à l’École Pratique des Hautes Études en Sorbonne à Paris, décembre 1995, 519 p.

11 Voir Wydmusch S., « Les maires du Bas-Rhin face au pluralisme religieux », in Frégosi F., dirigé par Willaime J.-P., Les régulations locales du pluralisme religieux en France, Labor et Fides, Genève, 2001.

12 Problèmes de financement, de recueil des données et de traitement de l’enquête.

13 En 1962, la part des protestants dans le Bas-Rhin est d’environ 25 %, pour environ 10 % % dans le Haut-Rhin.

14 Il s’agit principalement des cantons du nord du Bas-Rhin.

15 Voir Willaime J.-P., « Les définitions sociologiques de la secte », Les « sectes » et le droit en France, dirigé par Francis Messner, PUF, Paris, 1999, p. 21-62 (Politique d’aujourd’hui).

16 Nicole J.-M., Précis de doctrine chrétienne, Éditions de l’Institut Biblique de Nogent, Nogent-sur-Marne, 1983, p. 196-198.

17 Ibid., p. 196.

18 Ibid, p. 198.

19 Brandt-Bessire D., Aux sources de la spiritualité pentecôtiste, Labor et Fides, Genève, 1986, p. 184.

20 Ibid., p. 186.

21 Ibid, p. 188.

22 Ibid, p. 190-91.

23 Voir sa contribution dans le présent volume.

24 Hervieu-léger D., La religion en mouvement, Flammarion, Paris, 1999.

25 Voir op. cit., p. 78.

26 Voir op. cit., p. 119-155.

27 Lienhard M., « Les protestants » in EPP R., Lienhard M. et Raphaël R., Catholiques, Protestants, Juifs en Alsace, Alsatia, Strasbourg, 1992, p. 181.

28 Voir Wydmusch S., Les attitudes religieuses et politiques de protestants français, thèse de doctorat écrite sous la direction de Jean-Paul Willaime, soutenue à l’École Pratique des Hautes Études en Sorbonne à Paris, décembre 1995, 519 p. La thèse repose sur une enquête qualitative réalisée, durant la période postélectorale de 1992, auprès de 8 Églises (Assemblées de Dieu en France, Église de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine, Église évangélique luthérienne de France, Église réformée d’Alsace et de Lorraine, Église réformée évangélique indépendante, Église réformée de France, Fédération des Églises évangéliques baptistes, Union des Églises évangéliques libres de France), membres de la Fédération protestante de France, ou en dialogue étroit avec celle-ci. Les 3 composantes principales du protestantisme, à savoir réformée, luthérienne et évangélique, ont été prises en compte. 85 entretiens semi-directifs portant sur la perception de la politique, de la religion, essentiellement le protestantisme, et sur l’interaction religion et politique ont été recueillis auprès de paroissiens pratiquants réguliers dans 25 paroisses, réparties entre 9 régions.

29 Voir Wydmusch S., « La constellation protestante », Foi et Vie, XCVII (décembre 1998) no 5, p. 71-91.

Table des illustrations

Titre Les cantons d’Alsace : carte de repérage
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/14610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Les implantations évangéliques en Alsace
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/14610/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Les implantations pentecôtistes en Alsace
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/14610/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre L’implantation des protestants en Alsace
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/14610/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Les implantations religieuses dans le Bas-Rhin, graphique (Enquête de SW auprès des maires du Bas-Rhin, 1998)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/14610/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Communautés évangéliques par taille de communes (Enquête de SW auprès de maires du Bas-Rhin, 1998)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/14610/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/14610/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Invitation d’un représentant évangélique par type de communes
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/14610/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Typologie des protestants français
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/14610/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

Auteur

Europa Universität Viadrina, Francfort/Oder

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search