Version classiqueVersion mobile

La circoncision rituelle

 | 
Vincente Fortier

Pour aller plus loin

La circoncision rituelle est-elle éthiquement admissible ?

Alain Grimfeld

Texte intégral

I. Situation de la démarche réflexive

1L’actualité du sujet sur la circoncision rituelle en Europe provient de la décision en 2012 d’un tribunal allemand de Cologne, jugeant que la circoncision pour raisons religieuses était condamnable au motif que « le droit fondamental de l’enfant à l’intégrité physique l’emporte sur les droits fondamentaux des parents ». La polémique au sein des institutions représentatives des religions juive et musulmane a été relancée avec la résolution du Conseil de l’Europe du 1er octobre 2013 sur « le droit des enfants à l’intégrité physique », qui classe au rang des atteintes à cette intégrité la circoncision des jeunes garçons et invite les États membres à en réglementer la pratique, notamment en s’assurant que l’enfant soit en mesure d’exprimer son consentement.

2D’emblée nous nous situons en contexte de tension entre morale religieuse et éthique des sciences de la vie et de la santé : la morale, notamment religieuse, impose de fait un mode de pensée, puis une décision et finalement un type d’action obéissant à un dogme préétabli, parfois ancestral, pratiquement immuable. Dès lors, on peut estimer que cette morale s’adapte peu ou mal aux évolutions sociétales. La démarche éthique, pour sa part, se développe conjointement aux évolutions de nos sociétés, qu’elles soient notamment scientifiques ou politiques, sans pour autant s’y soumettre ni s’y conformer. Simplement, elle permet de les prendre en compte pour un ensemble de questionnements, notamment dans la perspective d’une décision, en particulier lorsque celle-ci doit être prise en situation d’incertitude. Cette adaptation de la démarche éthique au contexte social, en termes précisément de questionnements séquentiels, lui donne toute légitimité, dans sa forme conclusive, au moment de la prise de décision dans l’intérêt de tous, pour le « mieux vivre » et le « mieux exister ».

3Cependant, dans ce cas très particulier de la circoncision rituelle (nous n’envisagerons ici que le cas de la personne de sexe masculin), la réflexion éthique doit dès l’abord prendre en compte les considérants qui suivent.

4L’acte de circoncire pour celui qui l’exécute fait partie de l’accompagnement du circoncis, selon les croyances du groupe humain concerné, soit vers une entrée définitive parmi les protégés de Dieu, soit vers la condition affirmée d’homme au sein de son groupe, ou les deux.

5Pour le circoncis, le don d’une partie de soi issue d’un organe destiné en premier lieu « naturellement » à procréer, mais aussi à ressentir certaines formes de plaisir, comporte une valeur symbolique affirmée par sa communauté. Il l’identifiera dans son appartenance religieuse, ou le légitimera dans son groupe social, et cela de manière indélébile, définitive. Certains soulignent ainsi la nécessité de prendre en compte, dans le débat, cette dimension symbolique de la circoncision, signe à la fois de filiation dans la lignée paternelle et de filiation au groupe.

6La démarche réflexive se situe donc d’emblée dans cet environnement. Elle ne pourra pas se limiter, si l’on peut dire, à prendre appui sur les principes tels que le respect de l’intégrité de la personne, la bienfaisance et la non-malfaisance qui, en première instance, devraient alors interdire la circoncision. Il en serait de même si l’on mettait en avant les principes d’une éthique libertarienne, prônée notamment par Leonard Reed, Robert Nozick, ou encore Murray Rothbard, au nom de laquelle chacun est propriétaire de lui-même, ce qui impliquerait de demander l’avis de l’enfant promis à la circoncision, ou bien encore d’une éthique conséquentialiste portée notamment par John Stuart Mill, qui suppose que l’on devrait tenir compte, avant d’accomplir cet acte, des risques auxquels serait exposé cet enfant, risques vitaux parfois.

II. Menée de la réflexion éthique

7Eu égard à ces considérants, quels sont les enjeux éthiques soulevés ? Nous reprendrons pour cela certains des principes d’éthique déjà cités.

A. Le cadre religieux

8Au nom de la bienfaisance et de la non-malfaisance, est-il justifié, selon les buts recherchés, de continuer à pratiquer cet acte ? Suivant l’évolution de notre société et de celle des communautés religieuses concernées, est-il toujours si impératif, pour un garçon, de devoir témoigner par ce don de soi de son adhésion inconditionnelle à sa communauté ? Selon les responsables et représentants religieux habilités, l’affirmation en réponse à cette question reste sans ambiguïté. Donc par ce geste, au nom de la religion, « on fait bien, et on fait le bien » pour le garçon circoncis, et cela pour toute son existence.

9Dans le judaïsme, la circoncision est une prescription inscrite dans la Torah (brit milah) ; elle incarne « l’alliance perpétuelle », instaurée par Dieu avec son peuple en échange d’une multiple descendance (Genèse 17,10-12) ; elle est considérée comme la mitzvah (ou commandement) centrale du judaïsme, et continue à être perçue comme la marque de l’identité juive, même par les non-pratiquants ; elle doit être effectuée au huitième jour précisément après la naissance (sauf en cas d’empêchement impérieux, pour raison de santé notamment), ce qui l’inscrit dans une temporalité qui ne peut elle aussi que questionner. Cependant, comme nous l’enseigne le Deutéronome (30,6), ce qui est véritablement exigé pour accéder au divin est lié à l’architecture du cœur, pas à une marque inscrite au niveau des parties sexuelles mâles.

10Dans l’islam, la circoncision (khitân) n’est pas inscrite dans le Coran ; elle est cependant prônée par un hadith (al-Bukhâri, vol. 7, liv. 72, num. 779) ; elle est habituellement pratiquée entre l’enfance et l’adolescence, en général entre 7 et 15 ans ; le rituel célébré publiquement, dont le vocable évoque aussi le marquage par un sceau, consacre la cohésion du groupe fondée sur l’acceptation d’une blessure commune, toujours au niveau du sexe masculin. Cette pratique, selon l’avis des représentants du culte musulman, n’est pas négociable dès lors qu’elle est recommandée (ce qui n’est pas, semble-t-il, le cas de toutes les communautés musulmanes). En cette circonstance, elle ne peut être remise en question par des non-musulmans, dans le contexte actuel.

  • 1 Goldman Ronald, “The psychological impact of circumcision”, BJU International, 1999, 83, suppl. 1, (...)
  • 2 Cotton Marc-André, « Circoncision : c’est aux parents de dire non ! », http://www.regardconscient.n (...)

11Dans les deux cas, la circoncision rituelle étant souvent effectuée sans anesthésie, la douleur ressentie est brutale et ne pourra que laisser des traces sur le plan psychologique et neurocomportemental, et possiblement sur le plan du comportement sexuel. Les formes que prendront ces manifestations seront certes diverses, en fonction de la « qualité » de l’acte, du profil psychologique propre de l’enfant, de l’âge auquel l’acte aura été accompli et des caractéristiques socio-culturelles de son environnement1. Une éthique libertarienne, déjà citée, au nom de laquelle chacun est seul propriétaire de son corps et peut donc seul décider de sa disponibilité éventuelle, ou simplement le principe d’autonomie, ne pourraient être invoqués que chez l’enfant capable de comprendre la signification religieuse profonde de l’acte, et de lui laisser le choix. Cependant, en la circonstance, l’acceptation ou non de la circoncision ne serait pas uniquement soumise pour le promis à une analyse des composantes du ou des risque(s) encouru(s), mais au-delà, à la mise en balance entre, respectivement, la volonté ou non d’appartenir à la communauté religieuse, ou sociale, correspondante. En la circonstance, certains en infèrent que ce serait finalement, dans une république laïque, aux parents de prendre la décision, et éventuellement de savoir dire « non ! »2.

B. En dehors du cadre religieux

  • 3 Lafargue Paul, « La circoncision, sa signification sociale et religieuse », Bulletin de la Société (...)

12Le cadre culturel peut être abordé à partir du texte publié par Paul Lafargue en 18873 :

  • 4 Casalis Eugène, Les Bassoutos, chap. XIII, Paris, Librairie de Ch. Meyrueis, 1859 ; Livingstone Dav (...)
  • 5 Harris, Memoirs of the Anthropological Society of London, 1805, p. 31.

« B. Casatis, qui en qualité de missionnaire résida vingt-trois ans dans le sud de l’Afrique, décrit des cérémonies qui accompagnent la circoncision chez les (garçons) Bassoutos : son récit est confirmé par celui de Livingstone. Comme ce n’est qu’en étudiant les mœurs des sauvages et des barbares, qui, selon l’énergique expression du docteur Letourneau, sont la préhistoire vivante, que l’on pourra reconstituer les premières phases de l’évolution humaine, je résumerai les récits de ces deux voyageurs en les complétant par des observations faites en Australie, nous pourrons ainsi remonter à l’origine probable de cette coutume4.
La circoncision se pratique chez les Bassoutos et les Béchouanas vers l’âge de treize à quinze ans ; d’enfants (pueri) qu’ils étaient, elle en fait des hommes (viri). Cette cérémonie, qui ne revient que tous les cinq ou six ans, est si importante, que les Béchouanas comptent leur histoire par cérémonies de circoncision, comme autrefois les Grecs le faisaient par olympiades.
[…] Le lendemain on construit des cabanes appelées mapato (mystère), où après leur circoncision ils doivent demeurer pendant six à huit mois sous la direction d’instructeurs spéciaux qui les exercent au maniement des armes […]
[…] (Devant se plier à divers rites) Ils endurcissent leur corps à la fatigue, à la faim, à la douleur ; ils commencent là leur apprentissage d’hommes et de guerriers […] Les mentors les moralisent : “Amendez-vous ! Soyez hommes ! Fuyez le vol et l’adultère ! Honorez votre père et votre mère ! Obéissez à vos chefs !”. Ils ont le droit de tuer le garçon qui essayerait d’échapper à cette terrible discipline sous laquelle les faibles succombent.
[…] Les femmes sont rigoureusement écartées du mapato, mais tout homme a le droit d’y venir et de joindre ses coups et ses préceptes à ceux des instructeurs.
[…] Après six à huit mois de ce régime disciplinaire, les jeunes gens, oints de la tête aux pieds, reçoivent des vêtements et un nom qu’ils doivent conserver leur vie durant, et retournent dans le village au milieu des danses et des acclamations : le mapato est livré aux flammes dès qu’ils l’ont quitté.
[…] Jusqu’à leur mariage, les nouveaux circoncis continuent à vivre ensemble dans des espèces de corps de garde.
[…] Livingstone n’hésite pas à considérer la circoncision “comme une cérémonie civile plutôt que religieuse. Et comme il n’existe pas de chaîne continue entre les Arabes et les Béchouanas, et comme elle n’est pas une cérémonie religieuse, elle ne peut être attribuée à une origine mahométane, ainsi qu’on a l’habitude de le faire”.
[…] Les filles de treize à quatorze ans passent aussi par une semblable initiation que certaines tribus désignent du nom de circoncision.
[…] les coups et les mauvais traitements ne leur sont pas épargnés.
[…] Chez les Gallinas de Sierra Leone, les jeunes filles après avoir appris les danses qui accompagnent toutes leurs occupations […] ont leur clitoris excisé, au milieu de la nuit, quand la lune est pleine ; elles reçoivent ensuite leur nom5.
[…] Les cérémonies d’initiation sont spéciales à chaque sexe : il est aussi dangereux pour un homme de se glisser parmi les jeunes filles que pour une femme de pénétrer dans le mystique mapato ; tout violateur des mystères de l’initiation risquerait de payer son audace de sa vie. Avant d’être élevés au rang de femmes et d’hommes, les filles vivent ensemble, plus particulièrement sous la direction des femmes ; mais quand ils ont été initiés, ils se séparent et vivent, les filles avec les filles et les garçons avec les garçons, jusqu’à ce que le mariage rapproche de nouveau les sexes ».

13Quelle que soit la latitude où est pratiquée la circoncision, une question paraît centrale : au nom de quel précepte, cette partie du corps offerte est-elle la seule pouvant représenter, d’une part dans un cadre religieux, le niveau de valeur nécessaire pour mériter la reconnaissance de Dieu parmi les siens, d’autre part dans un cadre plus simplement social, culturel, au sein de certaines populations, la reconnaissance des enfants masculins parmi les hommes disons « accomplis » de leur communauté ?

14Les textes en ce domaine sont peu informatifs, pauvres ou inexistants.

  • 6 Julien, Sur la mère des dieux, § 4, 8, 10, traduction Talbot Eugène, Œuvres complètes de l’empereur (...)

15Rappelons que l’empereur Julien considérait les diverses et épouvantables mutilations pratiquées alors, comme des symboles moraux qui prescrivaient de se « mutiler, non du corps, mais de tous les appétits déraisonnables de l’âme, et de tous les mouvements superflus et inutiles à la cause intelligente »6.

16Dans son texte, Paul Lafargue fournit beaucoup d’autres exemples de pratiques de la circoncision, plus ou moins accompagnées de rites de violences, mutilations et cruautés diverses, selon les populations chez lesquelles elle est pratiquée. Pour résumer, il écrit :

« La circoncision présente des caractères nettement tranchés suivant les classes et les peuples chez qui on l’observe. Dans les classes sacerdotales de l’Égypte et de l’Asie antérieure, elle est probablement la forme la plus atténuée d’horribles mutilations pratiquées pour honorer les premières déesses. Les peuplades sauvages font de la circoncision un des rites de l’initiation à la classe des guerriers. Chez d’autres peuplades barbares, elle est une cérémonie religieuse, un hommage rendu à la divinité, toujours malfaisante et cruelle, à qui il faut sacrifier une partie pour conserver le reste ; elle est la marque ineffaçable du contrat entre l’homme et Dieu ».

17Toutefois, on ne peut tirer des écrits dont nous disposons une réponse suffisamment éclairante sur le plan éthique, loin s’en faut. Dans ces conditions, il est permis d’avancer certaines hypothèses.

III. Hypothèses

  • 7 Maïmonide Moïse, Le guide des égarés, III, ch. 49., trad. de l’arabe par Munk Salomon, Paris, Verdi (...)

18D’un point de vue religieux, le pénis serait dévolu par essence à une fonction de procréation, si ce n’est de reproduction de l’homme à l’image du Dieu créateur. Rappelons qu’un grand érudit du judaïsme, le philosophe talmudiste médiéval Maïmonide (1135-1204), exprime sans détour que l’ablation du prépuce a pour but de réduire le plaisir7, considéré comme impur par toutes les religions. La circoncision pourrait alors être l’acte limitant, évitant empiriquement une certaine dérive vers un usage du pénis pour le plaisir, y compris l’onanisme. Des études récentes, non univoques d’ailleurs dans leurs conclusions, révèlent en effet que la circoncision, pour des raisons de modifications anatomiques cutanéomuqueuses, pourrait entraîner une diminution de la sensation érogène du gland chez l’homme, mais également chez la femme au niveau vaginal. La circoncision serait ainsi un moyen de favoriser la vie spirituelle des hommes, en dehors des actes voire des pulsions sexuels, motivés par l’instinct de procréation. Ce serait, par le biais d’une diminution finalement de la libido, une voie permettant de consacrer le temps nécessaire à la méditation, à la spiritualité religieuse, chez les hommes. À ce propos, il est à noter que Paul Lafargue dans son ouvrage cité précédemment, insiste sur la redevance aux déesses à laquelle sont soumis les humains, beaucoup plus qu’aux dieux, au cours de l’histoire de l’humanité. Est-ce là un dû de l’être masculin, considéré alors comme né imparfait (contrairement à ce qu’affirment certains, selon la volonté de Dieu), à la femme pour accéder à l’harmonie du couple ?

19Quoiqu’il en soit, dans la religion juive, il n’y a pas d’« explication », au sens notamment de conclusion d’une réflexion exégétique de la circoncision. C’est un commandement. Le mot motivant le rite est celui, dit et redit dans les textes bibliques, d’un acte d’« alliance », scellant le juif à Dieu. Cependant, la circoncision n’est pas la condition sine qua non pour être et devenir juif. Pour exemple, légalement, l’identité juive est définie à la fois par la halachah (la loi juive) et par la Cour suprême israélienne d’après le statut de la mère de l’enfant : si la mère est juive, l’enfant est juif. La circoncision ne l’emporte pas sur le lignage maternel.

20Dans la religion musulmane, comme il a été rappelé plus haut, la circoncision n’est pas inscrite dans le Coran. Elle est citée dans un hadith, propos rapporté du Prophète, et peut, selon les interprétations du droit religieux, être soit obligatoire, soit « recommandée » sans plus de contrainte. En fait, face à l’absence de « commandement », à la différence de la prescription juive, l’islam a confié aux juristes de la religion le soin de décider, selon le groupe islamique concerné, de l’obligation ou non de l’accomplissement de l’acte de circoncire.

21Dans les populations chez lesquelles la circoncision est le rituel obligatoire de passage de l’enfance, ou de l’adolescence à l’âge adulte, en fait à « l’homme » confirmé, reconnu comme tel par ses proches et ses congénères, il est possible d’envisager une autre finalité. Les rites pratiqués lors de ces cérémonies montrent combien les actes de circoncision doivent être cachés aux yeux des femmes, sous peine de sanctions sévères, sous forme de châtiments corporels, voire de mort. À l’étude de ces rites, il semble qu’on agisse là comme si le sacré résidait dans le mystère. Comme si la différence des sexes, encore visuellement accessible par les jeunes enfants, était exacerbée par la transformation du sexe masculin dont le résultat resterait inconnu par les personnes de « l’autre sexe », créant ainsi et entretenant le mystère de la différence des « genres ». Peut-on imaginer que pour ces peuples, la différence des genres ainsi instituée soit nécessaire à la bonne conception des générations suivantes ? Et pour cela, sait on si ultérieurement, dans l’intimité des couples qui se formeront, le mystère ne sera pas respecté, préservé, au cours de l’acte sexuel ?

22Une autre raison tenant à l’hygiène a été avancée par certains, y compris pour justifier l’acte religieux ancien, si ce n’est ancestral. Les prêtres d’Égypte, dit Hérodote (II, § 37), se circoncisaient par mesure de propreté :

  • 8 Gardner Wilkinson John, Manners and customs of the ancient Egyptians, I, London, John Murray, 1873, (...)

« mais cette coutume n’était pas confinée aux classes sacerdotales, ainsi que le prouvent les sculptures et les momies ; la circoncision était la marque qui distinguait les Égyptiens de leurs ennemis, et dans la suite, quand l’Égypte se peupla d’étrangers, elle était le signe qui empêchait de confondre l’orthodoxe égyptien avec l’étranger infidèle. Son institution dans le pays remonte à la plus extrême antiquité : on la retrouve établie à la primitive époque dont il reste des monuments, plus de 2500 ans avant notre ère, et elle datait d’une époque antérieure »8.

23Cette raison hygiéniste ne semble pas (ou plus) occuper une place prépondérante, ou en tout cas justificative. Certaines études récentes semblent montrer certes un moindre risque de contamination vis-à-vis des infections sexuellement transmissibles (IST), notamment par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), chez les hommes circoncis. Ces raisons, en y adjoignant la prévention du phimosis, ont prévalu suffisamment durant un temps pour justifier le taux élevé de circoncisions chirurgicales dans certains pays, notamment aux États-Unis. L’étude du rapport bénéfice/risque et les éventuelles conséquences sur la vie sexuelle de la circoncision, ont considérablement atténué depuis l’engouement pour cette intervention.

  • 9 Par exemple : Bertaux-Navoiseau Michel-Hervé, « La circoncision, une dangereuse folie collective : (...)
  • 10 Meadow Roy, “Münchhausen Syndrom by Proxy : the Hinterland of Child Abuse”, The Lancet, 1977, vol.  (...)
  • 11 Maïmonide Moïse, op. cit.

24Au-delà de ces réflexions, dont le but est de tenter de comprendre « pourquoi ? » la circoncision, le propos n’étant en rien de l’« excuser », certains écartent de parti pris le questionnement pour affirmer l’appartenance de la circoncision à une manifestation de psychose9 dans des modes d’expression qui sont particulièrement violents et à cet égard discutables. Une avancée récente de criminologie psychiatrique s’intéresse aux agents et aux raisons des mutilations sexuelles. Elle en tire un diagnostic de syndrome de Münchhausen par procuration10, trans-générationnel et collectif. Les tenants de cette thèse estiment que, fortement soudés par la complicité ethnique, les auteurs de l’acte en tireraient honneur, gloriole, pouvoir, empathie du groupe et supériorité ethnique. Cela proviendrait non seulement de la mutilation qu’ils infligent à leurs victimes, mais encore de celle qu’ils ont eux-mêmes subie de leurs propres parents. Ils l’estiment donc bénéfique dans cette assertion. Normalement simple signe particulier, la circoncision serait alors sublimée comme signe d’identité collective, impossible à mettre, ou à remettre, en question sans provoquer un tollé, une abjuration. Les mutilations sexuelles frapperaient directement l’organe estimé a priori coupable d’éventuels délits moraux inconjurables (« Ce commandement n’a pas été institué pour corriger une déficience congénitale mais une déficience morale »11), pour la plus grande satisfaction d’adultes névrosés, culpabilisés et culpabilisateurs. Par là même, la circoncision discrimine l’étranger, voire l’ennemi, comme cela a été évoqué plus haut, et l’incroyant.

  • 12 Freud Sigmund, L’homme Moïse et la religion monothéiste, Paris, Gallimard, 1986, p. 184.

25Sigmund Freud l’exprime ainsi : « L’hypothèse selon laquelle nous pouvons aussi chercher ici une racine de ces haines des Juifs (judenhasses) qui émergent de façon si primaire et génèrent des comportements si irrationnels chez les occidentaux, me paraît incontournable. La circoncision est inconsciemment assimilée à la castration »12.

  • 13 Miller Alice, La connaissance interdite : affronter les blessures de l’enfance par la thérapie, Par (...)

26Alice Miller ajoute : « Les pratiques rituelles de circoncision et d’excision ont des effets qui atteignent non seulement l’individu et sa descendance, mais même les autres hommes »13.

  • 14 Tractenberg Moisés, Psychoanalysis of circumcision. Male and female circumcision, New York, Dennist (...)

27Selon Moisés Tractenberg, « Une autre conséquence psychologique de la circoncision précoce est qu’elle imprime dans l’esprit du nouveau-né une situation agressive et traumatique […] L’impossibilité d’appréhender une aussi effroyable introjection d’agression dirigée vers l’intérieur peut conduire, a posteriori, à l’émergence de comportements psychopathes et violents ou, dans de nombreux cas, à l’émergence d’un masochisme extrême »14.

28Parmi les auteurs précédents, certains vont encore plus loin, et accusent. Ils disent et écrivent que les conséquences de ce racisme réciproque sont dramatiques.

  • 15 Frisch Morten, Simonsen Jacob, “Ritual circumcision and risk of autism spectrum disorder in 0-to-9- (...)

29Enfin d’après une récente étude danoise, dont nous soulignons le caractère controversé, la circoncision chez les enfants de moins de cinq ans serait à l’origine d’une augmentation de 46 % des risques d’autisme et de troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Selon les chercheurs, la douleur et le stress causés par l’acte en seraient la cause majeure15.

30Au plan éthique, il faut examiner ces données avec beaucoup de circonspection, et les proposer à un débat contradictoire.

31Cependant, face à ce débat émergent et extensif, n’est-il pas possible d’appeler à une Éthique de la discussion, telle que prônée notamment par Jürgen Habermas et Karl-Otto Apel, pour amener à revoir les termes de cette obligation rituelle ouvrant à la « bénédiction », religieuse ou non ? Une solution se dessinerait, dont un exemple pourrait être emprunté à certains représentants de la religion juive, d’un rituel non sanglant d’« alliance sans coupure » (brit shalom) pour mériter sa place dans sa communauté religieuse, ou se faire un nom dans sa société.

  • 16 Pollack Miriam, “Circumcision : Identity, Gender and Power”, Tikkun, 26(3), 2011. http://archives-l (...)

32Miriam Pollack, mère juive qui, face à la pratique de la circoncision, pose les questions fondamentales d’identité, de genre et de pouvoir, écrit : « Sans compromettre, soit l’identité de nos enfants, soit la survie de notre peuple, nous pouvons inviter tous nos enfants juifs, nos bébés filles et nos bébés garçons, à un brit b’lee milah, une alliance sans circoncision, et leur enseigner la sagesse, l’amour et la beauté de la tradition juive. […] seul le pénis a besoin de rédemption (au sens conditionnel, d’après l’auteure). La vérité est que le bébé tout entier est pur, corps et âme, y compris ses tendres parties sexuelles, et c’est à la fois une mitzvah et notre devoir le plus sacré de la protéger »16, sous-entendu sans obligation d’effraction corporelle.

33Quoiqu’il en soit, puisque le sujet de la circoncision rituelle a été soulevé (une nouvelle fois) à l’occasion d’une décision judiciaire, ouvrons la discussion, si possible sur de nouvelles bases, munis de nouvelles données, avant que nous ne soyons débordés par des attitudes et des comportements extrêmes, sinon extrémistes.

Notes

1 Goldman Ronald, “The psychological impact of circumcision”, BJU International, 1999, 83, suppl. 1, p. 93-103.

2 Cotton Marc-André, « Circoncision : c’est aux parents de dire non ! », http://www.regardconscient.net/archi13/1301peps2.html.

3 Lafargue Paul, « La circoncision, sa signification sociale et religieuse », Bulletin de la Société d’Anthropologie, Séance du 16 juin 1887.

4 Casalis Eugène, Les Bassoutos, chap. XIII, Paris, Librairie de Ch. Meyrueis, 1859 ; Livingstone David, Missionary travels in south Africa, London, John Murray, 1857, p. 146-149 ; Angas George-French, Savage life and scenes in Australia and New Zealand, vol. I, chap. III, vol. II, chap. VII, London, Smith, Elder and Co., 1847.

5 Harris, Memoirs of the Anthropological Society of London, 1805, p. 31.

6 Julien, Sur la mère des dieux, § 4, 8, 10, traduction Talbot Eugène, Œuvres complètes de l’empereur Julien, traduction nouvelle, Paris, Henri Plon, 1863.

7 Maïmonide Moïse, Le guide des égarés, III, ch. 49., trad. de l’arabe par Munk Salomon, Paris, Verdier, 2012.

8 Gardner Wilkinson John, Manners and customs of the ancient Egyptians, I, London, John Murray, 1873, p. 183-184.

9 Par exemple : Bertaux-Navoiseau Michel-Hervé, « La circoncision, une dangereuse folie collective : d’une psychose individuelle à une psychose collective, psychiatrie, psychanalyse et circoncision », http://independent.academia.edu/MichelHerv%C3%A9BertauxNavoiseau/Circumcision-and-psychoanalysis (mise à jour 28.12.2014).

10 Meadow Roy, “Münchhausen Syndrom by Proxy : the Hinterland of Child Abuse”, The Lancet, 1977, vol. 310, p. 343-345 ; Matteoli Richard, “Blood Ritual, the Münchhausen complex”, Nunzio press, 2008, 146 p.

11 Maïmonide Moïse, op. cit.

12 Freud Sigmund, L’homme Moïse et la religion monothéiste, Paris, Gallimard, 1986, p. 184.

13 Miller Alice, La connaissance interdite : affronter les blessures de l’enfance par la thérapie, Paris, Aubier, 1990.

14 Tractenberg Moisés, Psychoanalysis of circumcision. Male and female circumcision, New York, Denniston et al,. Plenum publishers, 1999.

15 Frisch Morten, Simonsen Jacob, “Ritual circumcision and risk of autism spectrum disorder in 0-to-9-year-old boys : national cohort study in Denmark”, Journal of the Royal Society of Medicine, 8 janvier 2015.

16 Pollack Miriam, “Circumcision : Identity, Gender and Power”, Tikkun, 26(3), 2011. http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/10/30/2626137_circoncision-identite-genre-pouvoir.

Auteur

Médecin. Professeur honoraire de pédiatrie - Université Pierre et Marie Curie, Paris VI. Président d’honneur du Comité Consultatif National d’Éthique. Président du Comité d’éthique de l’association ADEF-Résidences.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search