Version classiqueVersion mobile

La circoncision rituelle

 | 
Vincente Fortier

Chapitre 2. L’inscription théologique de la circoncision

Origines chrétiennes : l’abandon des observances judaïques et le respect de l’intégrité physique

Marcel Metzger

Texte intégral

  • 1 L’Index thématique de l’édition d’Alberigo Giuseppe (Les conciles œcuméniques, vol. 2, Paris, Éd. d (...)

1En parcourant les éditions des canons des conciles œcuméniques on s’attendrait à découvrir dès la première page des règlements déterminant l’organisation des Églises. Or la première norme ainsi enregistrée concerne une mutilation, à savoir la castration. Il s’agit bien du canon 1 de l’important concile de Nicée (325). Que la collection des canons commence ainsi, cela n’a rien d’étonnant, puisqu’il s’agit des décisions disciplinaires de ce concile. En effet, ces assemblées réglaient les affaires survenues en leur temps, autant les questions relevant de la doctrine que la discipline à observer. Quant à notre sujet, en parcourant l’ensemble des canons des conciles œcuméniques du premier millénaire, on n’en trouve aucun traitant de la circoncision1.

  • 2 Voir plus loin, n. 8.

2Ce silence s’explique, car l’affaire avait été réglée dès les débuts de l’Église à propos de l’admission de convertis venus de « l’incirconcision », c’est-à-dire de non-juifs ; tel était en effet le langage de l’époque2. Selon les Actes des Apôtres, les difficultés surgies dans ce contexte avaient été résolues par « l’Assemblée de Jérusalem » (vers l’an 51), que des traditions antiques considéraient comme un concile des apôtres (Ac 15,1-29). Alors que des convertis issus du judaïsme estimaient que ceux venus du paganisme devaient se soumettre comme eux aux observances de la Loi de Moïse, à commencer par la circoncision, l’assemblée prit cette décision, inscrite dans une lettre rédigée au nom des Apôtres et des Anciens :

L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas vous imposer d’autres charges que celles-ci, qui sont indispensables : vous abstenir des viandes immolées aux idoles, du sang des chairs étouffées et des unions illégitimes (Ac 15,28-29).

  • 3 La réception de ce principe dans les Églises : Join-Lambert Arnaud, « Circoncision et baptême, un r (...)
  • 4 Join-Lambert Arnaud, art. cit., p. 53-56 ; Cannuyer Christian, Les Coptes, Turnhout, Brepols, coll. (...)

3L’apôtre Paul revient plusieurs fois sur le sujet et réitère avec constance la même affirmation : la foi dans le Christ ne requiert pas la circoncision (Ga 5,6 ; etc.). De fait, les Églises chrétiennes n’ont pas inscrit la pratique de la circoncision dans leurs traditions3, hormis des exceptions locales, comme les Églises copte et éthiopienne4.

  • 5 Présentation de cette littérature : Metzger Marcel, L’Église dans l’Empire romain. Le culte. Vol. 1 (...)

4En élargissant l’enquête au-delà des conciles œcuméniques, on parvient au même constat : les mesures relatives à la circoncision tiennent peu de place dans l’ancienne littérature canonique. Il y est davantage question de la castration, et encore. Cette documentation réunit des collections conciliaires locales et une littérature d’un genre spécifique, formée avant l’époque des conciles et contemporaine des premiers d’entre eux, les recueils de traditions apostoliques5. C’est surtout dans cette documentation qu’on peut recueillir des indications sur les questions qui nous intéressent ici.

  • 6 Édition usuelle : Rordorf Willy et Tuilier André, La Doctrine des douze Apôtres (Didachè), Sources (...)
  • 7 Éditions usuelles : Nau François, La Didascalie des Douze Apôtres traduite du syriaque, Paris, Leth (...)

5Ces écrits ont recueilli des enseignements et des règlements ecclésiastiques sur divers sujets, en les présentant sous un revêtement pseudo-apostolique. Le plus ancien est la Didachè, dont la rédaction finale semble avoir été effectuée au début du deuxième siècle6. Mais les questions relatives à la circoncision sont traitées dans deux autres écrits, qui sont apparentés et qui ont recueilli les mêmes traditions, mais sous une forme plus développée dans le second ; il s’agit de la Didascalie et des Constitutions apostoliques, des compilations constituées dans la région d’Antioche en Syrie, respectivement au cours de la première moitié du IIIe siècle et un siècle et demi plus tard, autour de 3807. On en citera des extraits, en les transcrivant selon la version la plus développée, celle des Constitutions apostoliques, les variantes entre les deux documents n’étant pas significatives dans les domaines étudiés ici.

6Pour aider à la compréhension des normes chrétiennes relatives aux mutilations, on traitera d’abord de la circoncision, puis on étendra l’examen à la discipline concernant la castration, dans la mesure où les arguments développés à ce sujet éclairent sur les motivations chrétiennes en ces domaines. On complètera ces investigations par l’étude d’autres règlements ecclésiastiques, qui ont développé la même argumentation en des domaines voisins, l’accès à des ministères en cas d’infirmités et les conseils sur les soins de beauté.

I. La circoncision

  • 8 À l’inverse, le mot άκροβυστία, prépuce, impliquant le refus de la circoncision, peut désigner des (...)
  • 9 La controverse la plus développée est celle de Justin de Rome († 165) avec le juif Tryphon. Édition (...)

7Dans la littérature chrétienne, le mot περιτоμή, circoncision, est appliqué non seulement à la pratique en question, mais aussi à la confession religieuse elle-même ou à l’ensemble des fidèles attachés à cette observance8 : « les croyants issus de la circoncision », « Abraham père de la circoncision », comme en Ac 10,45 ; 11,2 ; Rm 4,10.12 ; Ga 2,7.9.12 ; Ep 2,11 : Ph 3,3 ; Col 4,11 ; Tt 1,10. S’il est rarement question de la circoncision dans la documentation canonique, comme on l’a signalé plus haut, par contre le sujet est souvent abordé par les apologistes et les prédicateurs chrétiens, surtout dans les controverses avec les juifs9.

  • 10 De même, dans les extraits transcrits, les passages en italiques sont des emprunts aux écrits bibli (...)

8L’argumentation chrétienne justifie l’abandon de la circoncision par l’Église. On en trouve un écho dans la Didascalie et dans les Constitutions apostoliques. Il y est fait référence de façon constante, et appuyée, à la décision des apôtres. En effet, les deux écrits présentent l’Assemblée de Jérusalem, dans un style pseudépigraphique qui met le récit dans la bouche des apôtres et ajoute divers détails au texte des Actes des Apôtres ; ces interpolations sont mises en évidence par la typographie dans l’extrait qui suit, le récit initial provenant des Actes des Apôtres étant transcrit en italiques10 :

  • 11 Constitutions apostoliques, VI, 12,2-3 ; éd. SC 329, p. 326-329 ; passage correspondant dans la Did (...)

Car des gens étaient descendus de Judée à Antioche et enseignaient les frères de cette cité en leur disant : « Si vous ne vous faites pas circoncire selon la loi de Moïse et ne suivez pas les autres règles qu’il a établies vous ne pouvez être sauvés (Ac 15,1) 3. Cela provoqua conflits et controverses, et non des moindres (Ac 15,2), et les frères d’Antioche, sachant que nous étions tous réunis pour examiner cette question, nous envoyèrent des hommes de confiance versés dans les Écritures, pour s’instruire sur cette question. Arrivés à Jérusalem, ils nous informèrent des débats menés dans l’Église d’Antioche, à savoir que certains disaient qu’il faut se faire circoncire et observer les autres règles de pureté11 (Ac 15,4-5).

9La suite du texte, dans les deux documents, la Didascalie et dans les Constitutions apostoliques, rapporte les interventions de l’apôtre Pierre et de Jacques, et transcrit la lettre des apôtres sur les observances à respecter, la circoncision en étant exclue (Ac 15,28-29) ; un extrait en a été cité plus haut. Ce récit amplifié est placé au cœur d’une section qui traite des hérésies et des schismes et qui, par réaction, met en évidence les traditions authentiques des Églises chrétiennes, pour les distinguer des autres mouvements religieux de l’époque. Dans ce contexte, les deux documents, la Didascalie et les Constitutions apostoliques, justifient la décision des apôtres en s’appuyant sur trois argumentations : la contestation des hérésies et des schismes, l’interprétation de la Loi de Moïse et l’œuvre du Christ. En voici quelques extraits significatifs, dans la version des Constitutions apostoliques.

La dénonciation de doctrines jugées hérétiques

  • 12 Constitutions apostoliques, VI, 10,3 ; éd. SC 329, p. 322-323.

10Mais d’autres parmi eux (les hérétiques) ont dit qu’il fallait s’abstenir uniquement de la viande de porc, manger les aliments purs selon la Loi et être circoncis selon la Loi, croire en Jésus en le reconnaissant comme un homme saint et un prophète ; d’autres, dans leur doctrine, disent de forniquer impudemment et d’abuser de la chair, de passer par toutes les souillures, que ce serait aussi la seule façon de soustraire l’âme aux puissances cosmiques. Ces gens sont tous des instruments du diable et des fils de la colère12 (Ep 2,3).

11Voici, en réaction, l’énoncé de la doctrine authentique :

  • 13 Constitutions apostoliques, VI, 11,10 ; éd. SC 329, p. 326-327.

12Nous ne nous faisons pas circoncire comme les juifs, car nous savons qu’est venu celui pour qui les générations étaient en réserve et à cause de qui elles étaient préservées, l’espoir des nations (Gn 49,10), Jésus le Christ, celui qui a surgi de Juda (He 7,14), le fils issu du rejeton, la fleur sortie de Jessé, sur l’épaule de qui est placé le commandement13 (Is 11,1 ; 9,5).

  • 14 Constitutions apostoliques, VI, 14,5 ; éd. SC 329, p. 340-341.

13On ne se fera pas non plus circoncire la chair, car la circoncision du cœur, selon l’esprit (Rm 2,29) suffit aux fidèles. En effet il est dit : « Soyez circoncis pour votre Dieu et circoncisez le prépuce de votre cœur14 (Jr 4,4).

L’interprétation de la Loi de Moïse par l’enseignement et l’œuvre du Christ

14Les deux documents traitent de façon critique des législations s’imposant aux chrétiens, pour démontrer que le Christ a libéré ses fidèles de certaines des prescriptions de la Loi ancienne. Le principe de discernement est expliqué dans la première section des deux compilations en des termes identiques. Il s’agit de conseils adressés aux fidèles sur la lecture des livres bibliques :

  • 15 Constitutions apostoliques, I, 6,7 ; éd. SC 320, p. 116-119.

Toutefois, en lisant la Loi, écarte ce qui lui a été rajouté, sinon tout, du moins certains passages, ceux de la seconde loi ; ne les lis qu’au titre de l’histoire, pour connaître et glorifier Dieu de ce qu’il t’ait délivré de liens si pesants et si nombreux. 8. Ouvre l’œil pour reconnaître ce qui est loi naturelle et ce qui relève de la seconde loi, additions données dans le désert aux adorateurs du veau. 9. Car la Loi, c’est ce que le Seigneur Dieu a dit avant que le peuple ne se rendît idolâtre, c’est-à-dire le décalogue. Mais ces liens qui leur furent imposés après leur péché, toi, ne t’en surcharge pas. 10. Car notre Sauveur n’est venu pour rien d’autre sinon pour porter à leur achèvement la Loi et les Prophètes (Mt 5,17) et pour supprimer ou changer les liens de la seconde loi, celle des additions. Voilà pourquoi, en nous appelant, il a dit : « Venez, vous tous qui peinez et êtes chargés et moi je vous donnerai le repos15 » (Mt 11,28).

15La circoncision est rangée parmi les « liens », ou « additions », rajoutés par la seconde loi, ou deuterôsis. Ce principe de discernement entre deux genres de lois est exposé de façon plus systématique dans le chapitre 26 de la Didascalie et dans la section correspondante, plus développée, des Constitutions apostoliques, livre VI, 20-23. Les conclusions les plus explicites sont formulées dans des exposés propres à ce dernier document :

  • 16 Constitutions apostoliques, VI, 22,5 ; éd. SC 329, p. 368-369.
  • 17 Constitutions apostoliques, VI, 23,4-6 ; éd. SC 329, p. 370-373.

Puisque dès avant sa venue, plutôt que des sacrifices il souhaitait trouver un cœur pur et un esprit brisé (Ps 50,12.19), à plus forte raison lors de son avènement a-t-il supprimé ces sacrifices, c’est-à-dire les sacrifices sanglants. Il les a supprimés, mais en les portant d’abord à leur achèvement, car il fut circoncis et purifié (Lc 2,21-24), il offrit des sacrifices et des holocaustes et il pratiqua les autres rites ; le législateur devint lui-même la plénitude de la Loi, non pas en abrogeant la loi naturelle, mais en supprimant les compléments de la seconde loi, pas tous pourtant16.
Il (le Christ) a aboli la circoncision en la portant à son achèvement en lui-même (Lc 2,21) […] 5. Le baptême, le sacrifice, le sacerdoce, le culte lié à un lieu, il les a transformés : à la place des ablutions quotidiennes il a institué un seul baptême en sa mort (Rom. 6,3) ; au lieu que ce soit dans une seule tribu, il a prescrit de choisir pour le sacerdoce les meilleurs de chaque nation et d’examiner avec soin non pas leur corps (Lév. 21,17), mais leur piété et leur comportement. […] 6. Il ne nous a donc pas débarrassés de la Loi, mais des liens17 […]

16Ces propos sur la circoncision développent une argumentation doctrinale, ou théologique, à l’appui de la décision prise par l’Assemblée de Jérusalem, pour démontrer que les observances mosaïques, dont la circoncision, ne s’imposent pas aux chrétiens, car le Christ y a mis fin, en les assumant lui-même et en les remplaçant par de nouvelles institutions. Il s’agit là d’un enseignement. Mais pour trouver des règlements sur la pratique même de la circoncision, il faut ouvrir le Code Théodosien, dans lequel ont été recueillies des mesures disciplinaires à ce sujet ; il s’agit d’interdictions et de sanctions à l’encontre de juifs qui auraient circoncis des chrétiens :

  • 18 Code Théodosien, 8.26 (9 avril 423) ; éd. SC 497, p. 410-411.
  • 19 Code Théodosien, 9,1 (21 octobre 335) ; éd. SC 497, p. 418-419.
  • 20 Code Théodosien, 9, 2 (13 août 339) ; éd. SC 497, p. 420-421.

Que, maintenant comme à l’avenir, personne ne s’empare de leurs synagogues, que personne ne les incendie. Cependant les juifs eux-mêmes seront condamnés et à la confiscation de leurs biens et à l’exil perpétuel s’il était établi qu’ils ont circoncis ou ordonné de circoncire quelqu’un de notre foi18.
Si un juif, après avoir acheté un esclave chrétien ou de quelque autre secte, le circoncit, il ne pourra en aucun cas retenir en servitude la personne circoncise19[…]
Si un juif croit bon d’acheter un esclave d’une autre secte ou nation, cet esclave sera aussitôt revendiqué par le fisc. Et s’il circoncit la personne achetée, non seulement il sera puni par la perte de l’esclave, mais il sera en outre frappé de sentence capitale20.

II. La castration

17Les Églises chrétiennes ne pratiquant pas la circoncision, elles n’ont pas pris de mesures disciplinaires à cet effet. Par contre, elles en ont pris à propos de la castration, d’abord au concile de Nicée I (325), dans son premier canon, comme on l’a expliqué plus haut. En voici le texte :

  • 21 Éd. G. Alberigo, Les conciles œcuméniques, vol. 2, p. 37.

Sur ceux qui se rendent eux-mêmes eunuques et ceux qui le deviennent du fait d’autrui.
Si quelqu’un a subi de la part de médecins une opération durant une maladie, ou a été châtré par des barbares, qu’il reste dans le clergé ; mais si quelqu’un s’est châtré lui-même, alors qu’il était en bonne santé, il convient qu’il cesse d’être rangé dans le clergé, et à l’avenir on ne devra admettre aucun de ceux qui auront agi ainsi. Mais, de même que ce qui vient d’être dit ne regarde évidemment que ceux qui font la chose de propos délibéré et qui osent se châtrer eux-mêmes, de même, si certains ont été rendus eunuques par des barbares ou par leurs maîtres et que par ailleurs ils se trouvent dignes, ceux-là, la règle ecclésiastique les admet dans le clergé21.

18Des mesures semblables ont été recueillies dans les Canons apostoliques, une collection de 85 canons placée à la fin des Constitutions apostoliques et qui a aussi été diffusée indépendamment de la compilation. Quatre canons traitent de la castration :

19Canon 21. Un eunuque, qui l’est devenu par la cruauté humaine ou qui a été privé de sa virilité dans une persécution ou encore qui est né ainsi, s’il est digne de l’épiscopat, qu’on l’admette.

20Canon 22. Si quelqu’un s’est châtré lui-même, il ne sera pas clerc ; car il est son propre meurtrier et un ennemi de la création de Dieu.

21Canon 23. Si un clerc se châtre lui-même, on le déposera, car il est son propre meurtrier.

  • 22 Dans l’édition des Constitutions apostoliques, SC 336, p. 280-281.

22Canon 24. Si un laïc se châtre lui-même, on l’exclura pendant trois ans, car il est l’ennemi de sa propre vie22.

  • 23 « Il y en a qui se sont eux-mêmes rendus eunuques à cause du Royaume des cieux » (Mt 19,12) ; Eusèb (...)

23Ces règlements étaient justifiés. On connaît en effet plusieurs cas célèbres d’automutilations de ce genre. Le plus connu est celui d’Origène, reconnu comme Père de l’Église, exégète et prédicateur, qui a produit une œuvre considérable. Né vers 185, il était d’un tempérament ardent, volontiers radical ; aussi a-t-il pris à la lettre le propos de Jésus sur les eunuques pour le Royaume de Dieu23. L’historien Socrate de Constantinople rapporte un cas semblable, celui de Léonce, évêque d’Antioche en 344 :

  • 24 Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique, II, 26,9 ; éd. Pierre Périchon et Pierre Marava (...)

24Celui-ci, lorsqu’il était presbytre, fut déposé de son rang parce qu’il cohabitait avec une femme nommée Eustolios ; voulant faire disparaître tout honteux soupçon à son égard, il se trancha les parties génitales et vivait ainsi en toute liberté avec la femme, puisqu’il n’avait plus ce qui provoquait l’accusation contre elle24.

25À titre documentaire, on complètera cette collecte de documents en y intégrant un autre canon de la même collection des Canons apostoliques et qui traite de l’accès aux ministères de candidats infirmes, car il témoigne de l’opinion chrétienne quant à l’intégrité physique :

  • 25 Dans l’édition des Constitutions apostoliques, SC 336, p. 304-305.

26Canon 77. Si un infirme, handicapé de la vue ou estropié, est digne de l’épiscopat, qu’on l’y admette ; car les défauts du corps ne peuvent le souiller, mais les taches de l’âme25.

27La fin du propos peut faire allusion aux règles imposées au sacerdoce du Temple, et qui sont explicitement rappelées dans un autre passage des Constitutions apostoliques, déjà cité plus haut : VI, 23,5. Cette argumentation explique sur quoi porte l’examen des candidats aux ministères dans les Églises, non pas sur l’intégrité physique, mais sur les qualités morales : « examiner avec soin non pas leur corps, mais leur piété et leur comportement ».

28Cinq siècles après le concile de Nicée I (325), en 861, un synode de Constantinople commentait le canon du premier concile concernant la castration. La collection des canons dont il s’agit est intitulée « Synode appelé Prime-Second », en référence à la tenue de deux synodes à quelques mois d’intervalle, du fait de difficultés survenues dans la succession sur le siège patriarcal de Constantinople. Voici le texte concerné :

  • 26 Il s’agit des Canons apostoliques transcrits plus haut.
  • 27 Canon 8, éd. Périclès-Pierre Joannou, Discipline générale antique (ive-ixe s.), Grottaferrata Rome, (...)

De ceux qui procèdent à la castration sans raison de maladie.
Le divin et sacré canon des saints apôtres26 condamne comme des meurtriers d’eux-mêmes ceux qui se châtrent eux-mêmes ; et si ce sont des prêtres (ίερεĩς), il les dépose ; s’ils y aspirent, il les empêche d’avancer vers le sacerdoce ; il nous manifeste par là, que si celui qui se châtre lui-même est son propre meurtrier, celui qui châtre un autre est de toute façon un meurtrier ; et l’on pourrait à juste titre considérer un tel comme un blasphémateur de la création.
C’est pourquoi le saint synode a ordonné que si un évêque ou un presbytre ou un diacre est convaincu d’avoir rendu eunuque un homme, soit de sa propre main soit en ordonnant de le faire, il sera soumis à la déposition ; si c’est un laïc il sera excommunié. Excepté si une maladie survenant par hasard forçait à la castration du malade ; car de même que le premier canon du concile de Nicée ne punit point ceux qui furent mutilés pendant la maladie, à cause de la maladie, de même nous ne condamnons pas les prêtres (ίερεĩς) qui commandent de rendre eunuques les malades, ni ne tenons pour responsables les laïcs, qui procèdent de leur propre main à la castration ; car nous estimons cela comme un remède à la maladie, non point comme un violence faite à la créature ou une injure à la création27.

29Tous ces documents s’accordent pour interdire la castration, ne l’admettant que pour des motifs thérapeutiques. L’argumentation justifiant cette interdiction l’assimile à un meurtre, ce qui revient à la soumettre au décalogue, et par là-même à condamner toute atteinte à l’intégrité physique comme une forme de meurtre.

III. Le christianisme antique et le refus des artifices, par respect pour la création de Dieu

30Dans la Didascalie et dans les Constitutions apostoliques il est également question de l’intégrité physique dans les recommandations concernant les soins du corps. La teneur du propos est la même dans les deux documents. Il s’agit de conseils donnés respectivement aux hommes, puis aux femmes.

  • 28 Constitutions apostoliques, I, 3,8 ; éd. SC 320, p. 112-113.
  • 29 Constitutions apostoliques, I, 8,24 ; éd. SC 320, p. 130-131.

Conseils aux hommes :
Ne surajoute pas d’embellissements à la beauté que la nature t’a donnée et qui vient de Dieu, mais par souci d’humilité tempère-la devant les hommes. Ainsi, ne cultive pas ta chevelure, raccourcis-la plutôt et coupe-la, car tu risques en te peignant élégamment, en protégeant ta chevelure du désordre ou en te parfumant, d’attirer à toi les femmes qui se laissent ainsi séduire, quand elles ne séduisent pas. 9. Ne t’habille pas avec recherche28
Conseils aux femmes :
Ne te maquille pas le visage ; il a été fait pour toi par Dieu ; aussi rien en toi n’a besoin de parure, puisque « tout ce que Dieu a fait est très bien » (Gn 1,31). Orner impudemment une belle chose, c’est outrager le talent de l’artisan. Quand tu circules, baisse les yeux et couvre-toi d’un voile, comme il convient aux femmes29.

31L’argumentation développée dans ces deux séries de recommandations demande de respecter la nature, en tant qu’œuvre de Dieu, et donc d’éviter les artifices, c’est-à-dire toute intervention de la main de l’homme.

Conclusion

32L’enseignement et les normes de ces deux documents peuvent se résumer en ces deux principes : 1/ la pratique de la circoncision, imposée par la Loi de Moïse, ne s’impose pas aux chrétiens, et 2/ la création doit être respectée, comme œuvre de Dieu. La conséquence à en tirer est évidente : c’est le respect de l’intégrité physique des êtres humains.

Notes

1 L’Index thématique de l’édition d’Alberigo Giuseppe (Les conciles œcuméniques, vol. 2, Paris, Éd. du Cerf, 1994, p. 2364) comporte deux renvois, mais il s’agit de conciles du second millénaire : le concile de Florence, session XI (1442) déclare la circoncision, le sabbat et les autres observances de l’ancienne Loi étrangers à la foi dans le Christ, et le concile de Trente, session VI (1547), sur la justification, qui rappelle ce propos de saint Paul (1 Co 7,19 ; Ga 5,6 ; 6,15 ; Col 3,11) : « dans le Christ Jésus ni la circoncision ni l’incirconcision n’ont de valeur » (Ibid. p. 576 et 674).

2 Voir plus loin, n. 8.

3 La réception de ce principe dans les Églises : Join-Lambert Arnaud, « Circoncision et baptême, un recto verso qui s’ignore », in Burnet Régis, Luciani Didier (dir.), La circoncision aujourd’hui, Paris, Éd. Feuilles, coll. « Questions de religion », 2014, p. 45-67 ; Id., « La disparition de la fête liturgique de la Circoncision du Seigneur. Une question historico-théologique complexe », Ephemerides liturgicae, 2013, 127, p. 307-327.

4 Join-Lambert Arnaud, art. cit., p. 53-56 ; Cannuyer Christian, Les Coptes, Turnhout, Brepols, coll. « Fils d’Abraham », 1996, p. 165 ; Stoffregen-Pedersen Kirsten, Les Éthiopiens, Turnhout, Brepols, coll. « Fils d’Abraham », 1990, p. 130. Dans ces populations la pratique de la circoncision a été adoptée sous diverses influences et de façon variable : références à l’héritage du temps des pharaons et aux usages bibliques. Des patriarches de ces Églises s’y sont opposés, selon les époques.

5 Présentation de cette littérature : Metzger Marcel, L’Église dans l’Empire romain. Le culte. Vol. 1 : Les institutions, Rome, Studia Anselmiana, 2015, p. 86-129.

6 Édition usuelle : Rordorf Willy et Tuilier André, La Doctrine des douze Apôtres (Didachè), Sources chrétiennes 248 bis (1977, 1998). Dans la suite des notes, l’indication Sources chrétiennes (collection publiée à Paris, Éd. du Cerf, depuis 1941), sera abrégée en SC.

7 Éditions usuelles : Nau François, La Didascalie des Douze Apôtres traduite du syriaque, Paris, Lethielleux, 1912 ; Vööbus Arthur, The Didascalia Apostolorum in syriac, CSCO Scriptores syri, t. 175, 176, 179, 180 ; Metzger Marcel, Les Constitutions apostoliques, SC 320, 329 et 336.

8 À l’inverse, le mot άκροβυστία, prépuce, impliquant le refus de la circoncision, peut désigner des non-juifs : « Vous les nations selon la chair, appelés incirconcision par la soi-disant circoncision selon la chair » (Ep 2,11, traduction littérale) ; traduction de la Bible liturgique : « Vous qui autrefois étiez païens, traités de “non-circoncis” par ceux qui se disent circoncis […] ». Autre exemple : « L’évangélisation de l’incirconcision m’avait été confiée (Paul), comme à Pierre celle de la circoncision » (Ga 2,7). Voir aussi Rm 2,27 ; 1 Co 7,18 ; Ep 2,11 ; etc.

9 La controverse la plus développée est celle de Justin de Rome († 165) avec le juif Tryphon. Édition critique et traduction française : Justin, Dialogue avec Tryphon, éd. Philippe Bobichon, Fribourg (CH), Academic Press, « Paradosis 47/1-2 », 2003, 2 vol. Les arguments du débat sur la circoncision : voir l’Index analytique, p. 1056, et l’Appendice VII, p. 959-963.

10 De même, dans les extraits transcrits, les passages en italiques sont des emprunts aux écrits bibliques.

11 Constitutions apostoliques, VI, 12,2-3 ; éd. SC 329, p. 326-329 ; passage correspondant dans la Didascalie : éd. F. Nau, p. 191-194.

12 Constitutions apostoliques, VI, 10,3 ; éd. SC 329, p. 322-323.

13 Constitutions apostoliques, VI, 11,10 ; éd. SC 329, p. 326-327.

14 Constitutions apostoliques, VI, 14,5 ; éd. SC 329, p. 340-341.

15 Constitutions apostoliques, I, 6,7 ; éd. SC 320, p. 116-119.

16 Constitutions apostoliques, VI, 22,5 ; éd. SC 329, p. 368-369.

17 Constitutions apostoliques, VI, 23,4-6 ; éd. SC 329, p. 370-373.

18 Code Théodosien, 8.26 (9 avril 423) ; éd. SC 497, p. 410-411.

19 Code Théodosien, 9,1 (21 octobre 335) ; éd. SC 497, p. 418-419.

20 Code Théodosien, 9, 2 (13 août 339) ; éd. SC 497, p. 420-421.

21 Éd. G. Alberigo, Les conciles œcuméniques, vol. 2, p. 37.

22 Dans l’édition des Constitutions apostoliques, SC 336, p. 280-281.

23 « Il y en a qui se sont eux-mêmes rendus eunuques à cause du Royaume des cieux » (Mt 19,12) ; Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, éd. Gustave Bardy, SC 41, p. 95-97.

24 Socrate de Constantinople, Histoire ecclésiastique, II, 26,9 ; éd. Pierre Périchon et Pierre Maraval, SC 493, p. 124-125.

25 Dans l’édition des Constitutions apostoliques, SC 336, p. 304-305.

26 Il s’agit des Canons apostoliques transcrits plus haut.

27 Canon 8, éd. Périclès-Pierre Joannou, Discipline générale antique (ive-ixe s.), Grottaferrata Rome, Tipografia Italo-Orientale, t. I, 2, 1962, p. 460-462 (traduction avec modifications.)

28 Constitutions apostoliques, I, 3,8 ; éd. SC 320, p. 112-113.

29 Constitutions apostoliques, I, 8,24 ; éd. SC 320, p. 130-131.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search