Version classiqueVersion mobile

La circoncision rituelle

 | 
Vincente Fortier

Chapitre 2. L’inscription théologique de la circoncision

La circoncision, parcours biblique

Didier Luciani

Texte intégral

  • 1 Dans le monde, une circoncision se pratique toutes les 2,4 secondes.

1La circoncision a beau être un acte chirurgical très fréquent1 et pratiqué – dans nos pays occidentaux, au moins – dans des conditions sanitaires en général satisfaisantes, le débat passionné qu’elle a récemment suscité prouve bien que cette coutume ancestrale mobilise aujourd’hui des enjeux sociétaux complexes et délicats concernant notamment la place des religions dans l’espace public, l’articulation entre différents niveaux de droit (droit à l’intégrité physique, à la liberté religieuse et au libre choix de l’éducation) et finalement, la question du rapport entre l’universel et le particulier (comment défendre une conception de l’universel qui n’abolisse pas toute possibilité d’option singulière ?).

  • 2 Pour une approche plus complète du dossier biblique (Ancien et Nouveau Testaments), voir Burnet Rég (...)

2Le retour aux sources – scripturaires, en l’occurrence – peut-il apporter quelque éclairage à ce débat ? C’est le défi que je voudrais tenter de relever dans cette brève contribution consacrée à la Bible non sans avoir, au préalable, précisé mon propos2. Premièrement, mon approche ne sera pas tant historique que synchronique et herméneutique. Autrement dit, je n’analyse pas ces textes anciens comme des documents témoignant de l’origine et de l’évolution d’un rite ancestral, mais je vais plutôt me demander ce qu’ils peuvent encore nous dire aujourd’hui, dans l’état où nous les recevons et dans l’ordre où ils nous sont présentés. Deuxièmement, comme je me limite aux Écritures juives (surtout) et chrétiennes (un peu), il est clair que je ne traiterai pas directement des fondements scripturaires et de la circoncision en Islam et encore moins dans d’autres cultures.

I. La Bible hébraïque (ou Ancien Testament)

  • 3 1 Maccabées (dernière ligne du tableau), écrit en grec, n’appartient pas au canon hébraïque (et don (...)
  • 4 Les références concernant la circoncision du cœur sont en gras ; celles sur les Philistins incircon (...)

3Un relevé synthétique des occurrences vétéro-testamentaires (Bible hébraïque + 1 Maccabées)3 permet déjà de se faire une première idée4.

 

Racine moûl (circoncire)

Racine ‘âral (prépuce)

Genèse

17,10-27 [Abraham, Ismaël et toute sa maison] ; 21,4 [Isaac] ; 34,15-24 [Sichem et Dina]

17,11-25 [Abraham, etc.] ; 34,14 [Sichem et Dina]

Exode

4,26 [Moïse] ; 12,44-48 [célébrer la Pâque]

4,25 [Moïse] ; 6,12.30 [lèvres] ; 12,48 [Pâque]

Lévitique

12,3 [naissance d’un garçon]

12,3 ; 19,23 [arbre] ; 26,41 [leur cœur incirconcis s’humiliera]

Deutéronome

10,16 [circoncisez le prépuce de votre cœur] ; 30,6 [Yhwh ton Dieu circoncira ton cœur]

10,16

Josué

5,2-8 [la génération du désert]

5,3.7

Juges

 

14,3 ; 15,18

1 Samuel

 

14,6 ; 17,26.36 ; 18,25-27 [100 prépuces de Philistins que David doit apporter à Saül pour pouvoir épouser Mikal] ; 31,4

2 Samuel

 

1,20 ; 3,14

Isaïe

 

52,1 [l’incirconcis ne viendra plus à Sion]

Jérémie

4,4 ; 9,24

4,4 ; 6,10 [oreille] ; 9,24.25

Ezéchiel

 

28,10 ; 31,18 ; 32,19-32 ; 44,7-9

Habaquq

 

2,16 [Bois et montre ton prépuce]

1 Chroniques

 

10,4

1 Maccabées

1,15.48.60

 

  • 5 Celui de « fructifier » (Gn 1,28) est donné à l’humanité entière.

4Dans ce corpus, somme toute assez réduit, Genèse 17 est un texte triplement fondateur puisque : 1) il est le premier à parler de ce rite ; 2) il concerne Abraham, l’origine généalogique du peuple juif ; 3) il présente le premier commandement donné à Israël5. À ces divers titres, il mérite une attention toute particulière.

« 1Alors qu’Abram avait 99 ans, le Seigneur apparut à Abram et lui dit :
2Je mets mon alliance entre moi et toi : je te multiplierai à l’ extrême.
3Abram tomba face contre terre ; Dieu lui dit :
4Pour ma part, voici mon alliance avec toi : tu deviendras le père d’une multitude de nations. 5On ne t’appellera plus du nom d’Abram : ton nom sera Abraham, car j’ai fait de toi le père d’une multitude de nations. 6Je te rendrai extrêmement fécond, je ferai de toi des nations, et des rois sortiront de toi. 7J’établis mon alliance entre moi et toi – toi et ta descendance après toi, dans toutes ses générations – comme une alliance perpétuelle, pour être ton Dieu et celui de ta descendance après toi. 8Je te donnerai, à toi et à ta descendance après toi, comme propriété perpétuelle, le pays où tu séjournes en immigré – tout Canaan – et je serai leur Dieu. 9 Dieu dit à Abraham :
Toi, tu garderas mon alliance, toi et ta descendance après toi, dans toutes ses générations. 10Voici mon alliance, telle que vous la garderez entre moi et vous – toi et ta descendance après toi : tout mâle parmi vous sera circoncis. 11Vous vous ferez circoncire dans votre chair ; ce sera un signe d’alliance entre moi et vous. 12À l’âge de huit jours, tout mâle parmi vous, dans toutes vos générations, sera circoncis, qu’il soit né dans la maison ou qu’il ait été acheté à prix d’argent à un étranger, à quelqu’un qui n’est pas de ta descendance. 13On devra circoncire celui qui est né dans ta maison et celui qui a été acheté avec ton argent ; mon alliance dans votre chair sera une alliance perpétuelle. 14Le mâle incirconcis, celui qui ne sera pas circoncis, celui-là sera retranché de son peuple : il a rompu mon alliance.
15 Dieu dit encore à Abraham :
Quant à Saraï, ta femme, tu ne l’appelleras plus du nom de Saraï : son nom sera Sara. 16Je la bénirai : d’elle aussi je te donnerai un fils […] tu l’appelleras du nom d’Isaac. J’établirai mon alliance avec lui comme une alliance perpétuelle, pour sa descendance après lui. 20Pour ce qui est d’Ismaël, je t’ai entendu : je le bénirai, je le rendrai fécond et je le multiplierai à l’extrême […] 21Mais mon alliance, je l’établirai avec Isaac […].
23 Abraham prit Ismaël, son fils, tous ceux qui étaient nés dans sa maison et tous ceux qu’il avait achetés avec son argent, tous les mâles parmi les gens de la maison d’Abraham ; il les circoncit ce jour même, comme Dieu le lui avait dit. 24Abraham avait 99 ans lorsqu’il fut circoncis. 25Ismaël, son fils, avait 13 ans lorsqu’il fut circoncis. 26Ce jour même, Abraham fut circoncis, ainsi qu’Ismaël, son fils. 27 De même, tous les hommes de sa maison, nés dans sa maison ou achetés à prix d’argent à des étrangers, furent circoncis avec lui. »

  • 6 Talmud de Babylone, Nedarim 31b : « Grande est la circoncision puisque treize alliances ont été con (...)

5La simple lecture de ce texte, à la formulation quelque peu redondante, met en évidence trois points d’insistance aisément repérables : 1) l’alliance (berît) y est mentionnée treize fois (sur 27 occurrences dans toute la Genèse)6 ; 2) de même, le vocabulaire relatif à la circoncision (voir tableau) y atteint une densité unique puisque 20 % de toutes les occurrences de la Bible hébraïque (17 sur 85) s’y retrouvent ; 3) enfin, la notion de pérennité est aussi très présente avec des formules telles que « perpétuel », « dans toutes vos générations », « toi et ta descendance après toi » (voir v. 7, 8, 9, 10, 13, etc.). Mon propos subséquent s’articulera autour des deux premiers points et sera complété par quelques réflexions sur le concept d’intégrité (voir v. 1).

A. L’alliance

  • 7 De ce point de vue, on peut d’ailleurs percevoir une tension dans le texte entre l’affirmation qu’I (...)
  • 8 Même si la manière dont cet acte est pratiqué doit faire l’objet d’une évaluation stricte, sur le p (...)
  • 9 Les débats récents, que ce soit au tribunal de grande instance de Cologne ou au Conseil de l’Europe (...)

6Même si Dieu en a l’initiative, l’alliance correspond à un engagement réciproque : « j’établirai mon alliance […] pour être ton Dieu et celui de ta descendance après toi » (v. 2.7, etc.) / « toi, tu garderas mon alliance » (v. 9). Aucune autre explication n’est donnée, dans la Torah, au geste de la circoncision : c’est un commandement divin et un rite qui rappelle tout d’abord cette relation unique liant Dieu à un peuple (dimension verticale) et qui, par conséquent, notifie l’intégration pleine et entière d’un individu dans cette communauté spécifique (dimension horizontale, marqueur identitaire et signe de reconnaissance mutuelle)7. Autrement dit, et quelles que soient les « convenances » particulières que les commentateurs établiront par la suite entre la circoncision et d’autres aspects de l’existence humaine (hygiénique, prophylactique, etc.), pour la Bible, la justification de cette pratique est essentiellement religieuse et spirituelle et elle n’a pas pour fonction première ou principale d’apporter une amélioration du bien-être physique, psychologique ou autre. Cette prise en compte de la dimension spécifiquement religieuse de la circoncision devrait avoir une incidence évidente – qu’il n’est toutefois pas inutile de rappeler – sur les débats actuels : pour se donner quelques chances de comprendre la véritable signification de ce rite dans son contexte et selon ses circonstances, et pour saisir les enjeux qui en dépendent (sur le plan légal, moral ou autre), peut-être serait-il préférable de commencer par considérer la religion qui le pratique8 plutôt que de se fixer sur l’acte lui-même9, sauf à souscrire à l’idée fantasmatique que cet acte de la circoncision concernerait un individu « universel », intègre, autonome et parfaitement libre, mais d’une liberté absolument inconditionnée et sans aucun enracinement historico-culturel.

7Cette alliance qui est perpétuelle, est en outre mise en relation avec la fécondité d’Abraham et la bénédiction (v. 2.4.6, 15.16). Et, de fait, le lecteur ne peut que constater que, selon la séquence narrative, c’est l’acte de la circoncision d’Abraham (Gn 17) qui semble enfin ouvrir la possibilité d’une rencontre fécondante avec Sarah (Gn 18 : visite des trois anges et annonce de la naissance d’Isaac).

8Mais cette alliance ne s’inscrit pas seulement dans la chair ; elle a des conséquences sur l’insertion d’Abraham et de sa descendance dans la réalité intramondaine. Liée aussi à la possession de la terre (v. 8), elle prend une dimension « politique » qui interdit, du coup, de l’opposer purement et simplement à l’alliance mosaïque du Sinaï (privé vs public). On a un bon exemple, en creux, de cette dimension politique dans le chapitre 1 des Maccabées (1 M 1,10-15.41-51). Antiochus Épiphane IV, roi séleucide qui veut forcer l’hellénisation de son royaume (175-164) interdit la circoncision (et d’autres pratiques), ce qui ne manque pas de déclencher la révolte dite des Maccabées.

«  10Il sortit d’eux un rejeton impie : Antiochus Épiphane […] qui […] devint roi en l’an cent trente-sept de la royauté des Grecs. 11En ces jours-là, des vauriens surgirent d’Israël, et ils séduisirent beaucoup de gens en disant :
Allons, faisons alliance avec les nations qui nous entourent car, depuis que nous sommes séparés d’elles, bien des maux nous ont atteints.
12 Ce discours leur plut, 13et plusieurs parmi le peuple s’empressèrent de se rendre auprès du roi qui leur donna l’autorisation d’observer les pratiques des nations, 14 selon les usages de celles-ci. Ils bâtirent donc un gymnase à Jérusalem, 15ils se refirent le prépuce, firent défection à l’alliance sainte pour s’associer aux païens […] 41 Le roi ordonna que, dans tout son royaume, tous ses peuples n’en forment qu’un 42 et renoncent chacun à ses coutumes ; toutes les nations se conformèrent aux prescriptions du roi. 43Beaucoup d’Israélites acquiescèrent volontiers à son culte, sacrifiant aux idoles et profanant le sabbat. 44Le roi envoya aussi à Jérusalem et aux villes de Juda des lettres par messagers, leur prescrivant de suivre des coutumes étrangères au pays, 45de bannir du sanctuaire holocaustes, sacrifices et libations, de profaner shabbats et fêtes, 46de souiller le sanctuaire […] 48de laisser leurs fils incirconcis et de se rendre abominables par toutes sortes […] de profanations, 49oubliant ainsi la Loi et altérant toutes les pratiques. 50Quiconque n’agira pas selon l’ordre du roi sera mis à mort. 51C’est en ces termes que le roi écrivit à tous ses sujets. Il créa des inspecteurs pour tout le peuple et ordonna aux villes de Juda d’offrir des sacrifices dans chaque ville. »

9Le projet politique d’Antiochus (et de ses nombreux épigones au cours des siècles) d’interdiction de la milah s’inscrit donc dans une volonté délibérée de faire disparaître le peuple – avec ses spécificités et ses coutumes – et partant, son lien à la terre et surtout de présenter ces mesures comme des conditions incontournables du « vivre ensemble ». Ce lien entre la circoncision et la terre est aussi manifesté, cette fois de manière positive, dans les textes qui parlent de la circoncision du cœur, tant il est vrai que la circoncision devient encore plus significative quand la terre est perdue et que le peuple est exilé (Lv 26,27-42 ; voir aussi Dt 30,1-10).

«  27Si pour autant vous ne m’écoutez pas, si vous me résistez, 28je vous résisterai aussi avec ardeur […]32 Je dévasterai moi-même le pays, et vos ennemis qui s’y installeront en seront atterrés. 33Je vous disséminerai parmi les nations et je tirerai l’épée derrière vous. Votre pays sera dévasté, et vos villes seront en ruine […]

10Mais après un temps, Dieu se souviendra de son alliance.

40 Alors ils confesseront leur faute et la faute de leurs pères […] Alors leur cœur incirconcis s’humiliera, et ils s’acquitteront de leur faute. 42Je me souviendrai de mon alliance avec Jacob, je me souviendrai de mon alliance avec Isaac et de mon alliance avec Abraham, je me souviendrai du pays. »

  • 10 Voir, par exemple, Monloubou Louis, art. « Nom », Dictionnaire encyclopédique de la Bible, Turnhout (...)
  • 11 Jacob devient Israël après le combat avec l’ange dont résulte une luxation de la hanche (Gn 32,23-3 (...)
  • 12 Pour plus de détails sur ce point, voir Wénin André, « Circoncision et alliance dans la Genèse. Ess (...)

11Enfin, cette alliance a à voir avec le changement de nom. Chacun sait l’importance du nom dans la Bible10 et on se rappelle que la cérémonie de la berit mila dans le judaïsme comprend, en fait, un double aspect : l’ablation du prépuce et l’imposition du nom. Ce changement (ou cette imposition) de nom qui, dans les récits bibliques, s’accompagne souvent d’une transformation physique11, ouvre un avenir et implique un changement d’identité, une nouvelle destinée : de « Abram » (« père exalté ») qui orientait le fils vers son passé (Térakh) à « Abraham » qui le tourne vers l’avenir et fait du patriarche le « père d’une multitude de nations » ; de « Saraï » (« mes princes » ou « ma princesse ») qui renvoie au pouvoir que des hommes exercent sur elle à « Sarah » (« princesse », en soi) qui la rétablit dans sa dignité propre et qui, de ce fait, rétablit aussi dans le couple un équilibre des libertés, des droits et des devoirs12.

B. La circoncision

12À relire attentivement les versets 10-11 de Genèse 17, un autre détail risque d’étonner qui n’est pas familier du langage biblique : la circoncision y est présentée, en effet, à la fois comme « l’alliance » et le « signe de l’alliance ».

« 10 Voici mon alliance (berîtî), telle que vous la garderez entre moi et vous – toi et ta descendance après toi : tout mâle parmi vous sera circoncis.11 Vous vous ferez circoncire dans votre chair ; ce sera un signe d’alliance (‘ôt berît) entre moi et vous. »

  • 13 Gn 15,18 ; 21,27.32 ; 26,28 ; 31,44 ; Ex 24,8 ; etc. (cf. Ex 4,25 par rapport à la circoncision du (...)

13La circoncision renvoie donc à la fois au rite (la lettre inscrite dans la chair) – on parle d’ailleurs de « couper » une alliance13 – et à sa signification (l’esprit). L’un ne va pas sans l’autre et s’il y a bien lieu de distinguer les deux, leur articulation empêche de les séparer et encore moins de les opposer : pas de lettre sans l’esprit et pas d’esprit sans la lettre.

14Par ailleurs, cette circoncision comporte un versant individuel (« tout mâle parmi vous », c’est-à-dire « chacun », v. 10.12.14), mais aussi un versant collectif (tous les mâles du clan, sous peine d’exclusion du groupe, v. 14) qui confirme la dimension politique dont j’ai déjà parlé plus haut.

  • 14 Voir, cependant, 1 M 1,15 et les techniques de « restauration de prépuce » que l’on trouve expliqué (...)
  • 15 Sur le caractère indélébile du sacrement, voir le Cathéchisme de l’Église Catholique, § 1121.

15Ensuite, elle est pérenne et assurément irréversible puisqu’« elle s’inscrit dans la chair pour toujours »14. Elle marque le corps et provoque un changement de statut (d’incirconcis à circoncis). Et de ce point de vue, quel que soit son rapport avec le baptême, la circoncision partage avec lui la même impossibilité d’abrogation : se dé-circoncire n’a pas plus de sens que de se débaptiser15.

  • 16 Voir aussi Gn 21,4 (Isaac), Lv 12,3 (naissance d’un garçon) et Lc 2,21 (Jésus).
  • 17 Et non plus un rite prépubertaire ou prémarital comme dans l’Égypte ancienne, dans les tribus afric (...)
  • 18 Les jours précédant la circoncision sont un temps d’observation pour s’assurer du bon développement (...)

16Enfin, même si Gn 17 permet de justifier tous les types de circoncision – celle des adultes, pour Abraham ou celle des adolescents, pour Ismaël – avec la mention du 8e jour (17,12)16, elle est clairement présentée, et c’est là une spécificité du judaïsme, comme un rite de naissance17. Il y aurait beaucoup à dire sur cette temporalité spécifique : il y va d’abord d’une forme de prudence et de pragmatisme18. Mais la tradition juive y découvre aussi d’autres significations plus profondes que je ne peux évoquer ici que de façon rapide et partielle.

  • 19 Voir Talmud de Babylone, Shabbat 132a et Sanhédrin 59b.

17– Lien avec le shabbat (7e jour). L’enfant étant circoncis un 8e jour aura donc forcément vécu un shabbat avant sa circoncision et il retire de cette rencontre préalable avec la « fiancée » shabbat, non pas la seule force physique préalable à l’accomplissement du rite, mais une force spirituelle supplémentaire. Par ailleurs, l’importance de la circoncision est manifestée par le fait qu’elle prévaut même sur le shabbat19.

  • 20 Ex 22,28-29 : « 28Tu me donneras le premier-né de tes fils. 29Tu feras de même pour ton bœuf et pou (...)
  • 21 Voir, par exemple, Lévitique Rabba XXVII, 11 (sur Lv 22,27).
  • 22 À ce sujet, voir l’ouvrage de Biale David, Le sang et la foi. Circulation d’un symbole entre juifs (...)
  • 23 Il s’agit d’un Midrash daté du viiie siècle.

18– Lien avec d’autres 8e jours « bibliques ». L’offrande du premier-né à Dieu (homme et bétail) se faisant le 8e jour selon Ex 22,28-2920 (cf. Lv 22,27), la circoncision peut aussi être comprise comme le substitut symbolique de l’offrande de l’enfant à Dieu (cf. la « ligature d’Isaac » en Gn 22), une sorte de sacrifice pars pro toto21. Cette lecture métaphorique de la circoncision qui s’enracine dans l’Écriture elle-même donne lieu à des prolongements dans la tradition plus tardive avec, notamment, une insistance sur le rôle du sang22. Je cite, à ce propos, deux exemples tirés tous deux du chapitre 29 des Pirkéi de Rabbi Eliézer23 :

  • 24 Le commentaire rapproche les deux textes de Gn 17 et Lv 16 en se basant sur la présence, de part et (...)

19« Ce jour même Abraham fut circoncis » (Gn 17,23.26). C’est donc un jour de Kippour qu’Abraham fut circoncis. Et chaque année, le jour de Kippour, Dieu considère le sang de la circoncision d’Abraham et pardonne toutes nos fautes, ainsi qu’il est dit « et ce jour-là, il vous pardonnera et vous purifiera » (Lv 16,30)24.

20Le jour où ils sortirent d’Égypte, ils se firent tous circoncire du plus petit au plus grand (Ex 12,44-48). Ils prirent le sang de la circoncision et le sang de l’agneau pascal et en marquèrent les linteaux de leurs maisons. Quand Dieu passa cette nuit-là sur l’Égypte pour frapper les premiers nés, il vit ce sang sur les portes et fut pris de pitié pour Israël ainsi qu’il est dit « je suis passé au-dessus de toi et je t’ai vu te débattant dans tes sangs et je t’ai dit, “vis par tes sangs”, et je t’ai dit “vis par tes sangs” » (Ez 16,6). Rabbi Eléazar dit : pourquoi le texte répète-t-il deux fois « vis par tes sangs » ? Parce que Dieu a dit : « par le mérite du sang de la circoncision et par le mérite du sang du sacrifice pascal, je vous ai délivré d’Égypte ».

  • 25 Voir Exode Rabba XIX, 5.

21Notons, pour conclure sur ce point, que cette valeur apotropaïque du sang de la circoncision avait déjà été suggérée par d’autres commentateurs qui font remarquer que le même verbe « enduire » est utilisé tout à la fois en Ex 4,25, dans l’épisode de la circoncision du fils de Moïse (enduire les pieds avec le sang de la circoncision) et en Ex 12,22 dans le cérémonial de la Pâque (enduire les linteaux des maisons avec le sang)25.

C. L’intégrité

  • 26 Par exemple, dans le Midrash Tanhouma (Tazria 5) et dans Psikta Rabbati 23.
  • 27 Voir, par exemple, Wénin André, D’Adam à Abraham ou les errances de l’humain. Lecture de Genèse 1,1 (...)
  • 28 En soi, la circoncision n’est pas ce qui provoque la transformation de l’enfant, ce qui le ferait d (...)

22Concernant Gn 17, un dernier point retiendra notre attention : la circoncision s’y inscrit sur l’arrière-fond d’une exigence d’intégrité morale : « Marche devant moi et sois intègre. Je mets mon alliance entre moi et toi » (v. 1-2). Rachi de Troyes (xie siècle) commente ainsi ce passage : « Marche devant moi par le mérite de la circoncision et c’est par elle que tu seras intègre ». Selon cette conception, la milah introduirait donc une sorte de hiatus dans l’idée même d’intégrité puisque c’est l’ablation de quelque chose qui confère ici la véritable intégrité. Une idée comparable se retrouve ailleurs dans la tradition juive26 et n’est pas étrangère à une certaine ligne d’interprétation des récits de Gn 1-227 : la création divine – homme y compris – n’est pas une œuvre achevée une fois pour toute, mais elle espère un accomplissement dont la charge incombe à l’homme. Autrement dit, l’homme n’est pas créé parfait, mais perfectible et sa mission n’est pas seulement de transformer le monde, mais aussi de se perfectionner lui-même. En ce sens, la circoncision de la chair (signe extérieur) qui opère, pour chaque enfant mâle, le passage du « naturel » au « culturel » en l’insérant dans une histoire, une généalogie, n’est pas ce qui transforme l’enfant, mais plutôt ce qui lui signifie et lui rappelle sans cesse qu’il doit, avec l’aide de Dieu, se transformer intérieurement (circoncision du cœur : Dt 10,16 et 30,6)28.

  • 29 Genèse Rabba XXIV 1,4 et voir ci-dessous à propos de Gn 34.
  • 30 Mot qui renvoie, via le verbe latin vulnerare, à l’idée de blessure.
  • 31 Je pense ici, au plan théorique, à des travaux dans la ligne de ceux de Nathalie Maillard (La vulné (...)

23Même si d’autres textes de la tradition interprètent la circoncision autrement, et même en sens inverse, comme l’ablation d’un petit défaut29, cette lecture oblige à réfléchir au concept d’intégrité qui n’est pas aussi simple qu’on veut souvent le faire croire et qui se révèle à tout le moins ambigu : l’idée de complétude est-elle une donnée originelle de l’humain ou au contraire, cet humain est-il d’emblée marqué par une vulnérabilité30, une forme de faiblesse constitutive de son être ? Si tel est le cas, la circoncision – par la blessure même qu’elle inflige et l’inscription du manque qu’elle opère – pourrait alors être comprise, dans une perspective tout à fait contemporaine, comme l’acte qui interroge et remet en cause une certaine morale établie sur le présupposé d’un sujet souverain, autonome et autosuffisant31.

  • 32 Sur cet épisode, voir Luciani Didier, Dina. Sexe, mensonges et idéaux, Bruxelles, Safran, coll. « L (...)

24Comprise ainsi, cette exigence d’intégrité paradoxalement signifiée par le consentement à la limite et au manque qui permet la relation, s’avère être aussi le meilleur rempart contre ce qui constitue sa dangereuse caricature et sa plus vile déviance : l’intégrisme. Le récit de Gn 34 – le « viol » de Dina et le déferlement de violence qui en résulte – illustre cela de manière exemplaire. On y assiste à un détournement flagrant, à une perversion manifeste de la circoncision qui, de signe d’alliance, devient frauduleusement proposition de fusion entre groupes et donc moyen de faire disparaître l’autre, le différent32.

  • 33 À l’inverse, l’incirconcision (ou le « prépuce ») – qu’elle soit réelle ou métaphorique – est, selo (...)

25Aussi rapide soit-il, ce survol du corpus vétérotestamentaire à partir de Gn 17 permet – me semble-t-il – de fonder au moins deux observations importantes. D’une part, il n’y a aucune raison d’opposer dans la Bible hébraïque, matérialité et signification du rite, sens littéral et sens métaphorique. La circoncision de la chair renvoie à celle du cœur et cette dernière, pour garder toutes ses chances de demeurer concrète, doit s’inscrire sur le corps. D’autre part, le consentement au manque et à la faiblesse dont la circoncision est le signe fait de cette dernière une marque identitaire qui ne conduit toutefois pas au repli solipsiste, mais appelle plutôt à l’accomplissement de soi et à l’ouverture vers autrui33.

II. Le Nouveau Testament

  • 34 Pour une analyse plus complète, je renvoie une fois de plus à Burnet Régis, Luciani Didier, op. cit (...)

26Le tableau (ci-après) des occurrences néotestamentaires du vocabulaire de la circoncision laisse entrevoir l’importance (proportionnellement plus grande que dans l’Ancien Testament) et la complexité du dossier, complexité partiellement due au contexte polémique dans lequel la circoncision intervient. Je me contente ici de fournir quelques clés de lecture et d’établir quelques distinctions qui me semblent nécessaires pour éviter de mécomprendre ces textes34.

  • 35 On peut comparer, par exemple, avec le shabbat qui, dans les Évangiles est un sujet bien plus confl (...)

27- Dans le Nouveau Testament, seul Paul fait de la circoncision un problème théologique. Dans les Évangiles et dans les Actes où elle est beaucoup moins présente, elle est d’abord enregistrée comme un fait35. Et même là où elle semble faire l’objet de controverse, comme en Ac 15,1.5 ; 21,21, elle conduit davantage à des solutions pratiques qu’à des débats théoriques.

28- Même lorsque Paul semble s’en prendre à la circoncision, il ne remet jamais en cause ni ne discute la manière dont le rite est accompli.

  • 36 Sur ce point, voir la contribution de Guggenheim Antoine, « Circoncision de la chair et circoncisio (...)

29- Sans être sûr que la vision de Paul (ou de ses disciples : Eph et Col) sur la circoncision – comme sur la Loi, en général – soit parfaitement cohérente (elle a pu évoluer avec le temps), il paraît malgré tout possible de répertorier, de manière assez sommaire mais pas trop caricaturale, l’ensemble du corpus (deutéro-) paulinien sous deux registres différents36 :

  1. Les textes qui parlent de la circoncision comme signe de l’élection et de l’alliance en vue du salut de la multitude (logique de continuité) ;

    • 37 Un texte comme 1 Co 7 qui joint les deux dimensions de loi et d’alliance invite toutefois à ne pas (...)

    Ceux qui présentent la circoncision comme le symbole de l’observance de la Loi (logique de rupture et d’opposition)37.

  • 38 On pourrait parler à ce propos d’une position d’« indifférence » ou de « relativisation », l’accès (...)

30- La question posée par Paul n’est pas : « Faut-il que la circoncision soit pratiquée par les Juifs ? » mais « Doit-on imposer la circoncision aux disciples du Christ venus des nations ? » À la seconde question, la réponse de Paul est clairement « non ». Mais sur la valeur de la circoncision en elle-même, la mise en parallèle de trois versets formellement proches illustre la subtilité ou la souplesse de la position de Paul38. Pour lui, ni la circoncision, ni l’incirconcision ne comptent, ce qui compte, c’est à tour de rôle :

31« l’observance des commandements de Dieu » (1 Co 7,19)

32« la foi opérant par la charité » (Ga 5,6)

33« d’être une créature nouvelle » (Ga 6,15).

34- Cela dit, pour complexifier encore un peu le tableau, on doit ajouter que la position de Paul dont on voit qu’elle peut subir quelques variations, n’est pas la seule dans le christianisme primitif. Selon Simon-Claude Mimouni, il existe au moins quatre autres manières différentes de se situer parmi les chrétiens des deux premiers siècles :

  1. La circoncision est nécessaire (position de Jacques).

    • 39 C’est la position qui semble l’emporter à l’origine de l’Église jusqu’à ce que les chrétiens d’orig (...)

    La circoncision est nécessaire pour les Judéens, mais pas pour ceux originaires des autres nations (Luc)39.

  2. La circoncision est abolie (Ephésiens 2,11-22 et Évangile de Thomas).

  3. La circoncision est positive (Odes de Salomon, Évangile selon Philippe).

35- Enfin, la voie de la spiritualisation de la circoncision est empruntée par Paul en Rm 2,25-29, seul texte du Nouveau Testament à utiliser l’expression de « circoncision dans le cœur ». Mais comme nous l’avons vu précédemment, cette voie n’est pas nouvelle : elle est déjà empruntée par la Torah et les prophètes ; et pour l’Ancien Testament, spiritualisation et incarnation ne s’opposent pas.

36S’opposent-elles chez Paul, ou bien est-ce une déformation de ses propos résultant d’une lecture platonisante trop facile et trop commune ? La question reste ouverte, mais quoi qu’il en soit, Paul n’aurait sans doute pas désavoué l’espèce d’anadiplose biblique qui, résumant l’ensemble du dessein divin, conduit du cœur de pierre à la conclusion de la nouvelle alliance :

Ôter le cœur de pierre / donner un cœur de chair (Ez 11,19 ; 36,26) / circoncire le cœur (ce qui suppose qu’il est de chair ; Dt 30,6) / écrire la loi sur le cœur (et non plus sur des tables de pierre ; Jr 31,33).

Notes

1 Dans le monde, une circoncision se pratique toutes les 2,4 secondes.

2 Pour une approche plus complète du dossier biblique (Ancien et Nouveau Testaments), voir Burnet Régis, Luciani Didier, La circoncision. Parcours biblique, Bruxelles, Lessius, coll. « Le livre et le rouleau », no 40, 2013, 160 p.

3 1 Maccabées (dernière ligne du tableau), écrit en grec, n’appartient pas au canon hébraïque (et donc pas non plus au canon protestant), mais il fait partie du canon catholique (livre deutérocanonique).

4 Les références concernant la circoncision du cœur sont en gras ; celles sur les Philistins incirconcis sont en italiques ; les références soulignées renvoient à la circoncision des arbres, des oreilles ou à l’incirconcision des lèvres.

5 Celui de « fructifier » (Gn 1,28) est donné à l’humanité entière.

6 Talmud de Babylone, Nedarim 31b : « Grande est la circoncision puisque treize alliances ont été conclues à son propos », alors que pour toutes les autres mitswot, seulement trois alliances ont été conclues (Dt 28,69).

7 De ce point de vue, on peut d’ailleurs percevoir une tension dans le texte entre l’affirmation qu’Ismaël est circoncis, béni, rendu fécond (v. 20-25) et celle qui précise que l’alliance sera établie avec Isaac.

8 Même si la manière dont cet acte est pratiqué doit faire l’objet d’une évaluation stricte, sur le plan sanitaire notamment.

9 Les débats récents, que ce soit au tribunal de grande instance de Cologne ou au Conseil de l’Europe, ont sans doute trop négligé cette dimension religieuse avec ses considérants symbolique, identitaire, de transmission et de rapport à l’histoire.

10 Voir, par exemple, Monloubou Louis, art. « Nom », Dictionnaire encyclopédique de la Bible, Turnhout, Brepols, 2002, p. 913-914.

11 Jacob devient Israël après le combat avec l’ange dont résulte une luxation de la hanche (Gn 32,23-33) ; Saraï est renommée Sara et elle devient féconde ; etc. (cf. les signes de la profession religieuse : le changement de nom et la tonsure).

12 Pour plus de détails sur ce point, voir Wénin André, « Circoncision et alliance dans la Genèse. Essai d’interprétation », in Burnet Régis, Luciani Régis, op. cit., p. 19-44 (36-37).

13 Gn 15,18 ; 21,27.32 ; 26,28 ; 31,44 ; Ex 24,8 ; etc. (cf. Ex 4,25 par rapport à la circoncision du fils de Moïse).

14 Voir, cependant, 1 M 1,15 et les techniques de « restauration de prépuce » que l’on trouve expliquées sur internet (ex. : www.droitaucorps.com/restauration-prepuce-techniques

15 Sur le caractère indélébile du sacrement, voir le Cathéchisme de l’Église Catholique, § 1121.

16 Voir aussi Gn 21,4 (Isaac), Lv 12,3 (naissance d’un garçon) et Lc 2,21 (Jésus).

17 Et non plus un rite prépubertaire ou prémarital comme dans l’Égypte ancienne, dans les tribus africaines ou encore dans l’Islam.

18 Les jours précédant la circoncision sont un temps d’observation pour s’assurer du bon développement et de la santé de l’enfant ce qui, en passant, montre bien qu’on est conscient du trauma provoqué par l’opération. Le moindre doute sur l’état de santé de l’enfant repousse l’obligation à plus tard.

19 Voir Talmud de Babylone, Shabbat 132a et Sanhédrin 59b.

20 Ex 22,28-29 : « 28Tu me donneras le premier-né de tes fils. 29Tu feras de même pour ton bœuf et pour tes moutons : il restera sept jours avec sa mère ; le huitième jour, tu me le donneras ».

21 Voir, par exemple, Lévitique Rabba XXVII, 11 (sur Lv 22,27).

22 À ce sujet, voir l’ouvrage de Biale David, Le sang et la foi. Circulation d’un symbole entre juifs et chrétiens, Paris, Bayard, 2009, 399 p. et l’article de Remaud Michel, « Telle est la circoncision du Christ », in Burnet Régis, Luciani Didier, op. cit., p. 97-115.

23 Il s’agit d’un Midrash daté du viiie siècle.

24 Le commentaire rapproche les deux textes de Gn 17 et Lv 16 en se basant sur la présence, de part et d’autre, de l’expression : « en ce jour-là ».

25 Voir Exode Rabba XIX, 5.

26 Par exemple, dans le Midrash Tanhouma (Tazria 5) et dans Psikta Rabbati 23.

27 Voir, par exemple, Wénin André, D’Adam à Abraham ou les errances de l’humain. Lecture de Genèse 1,1-12,4, Paris, Cerf, coll. « Lire la Bible », 148, 2007, p. 17-86.

28 En soi, la circoncision n’est pas ce qui provoque la transformation de l’enfant, ce qui le ferait devenir juif (il l’est déjà par la mère) ou ce qui lui apporterait le salut (contrairement au baptême), mais ce qui en symbolise la nécessité.

29 Genèse Rabba XXIV 1,4 et voir ci-dessous à propos de Gn 34.

30 Mot qui renvoie, via le verbe latin vulnerare, à l’idée de blessure.

31 Je pense ici, au plan théorique, à des travaux dans la ligne de ceux de Nathalie Maillard (La vulnérabilité comme nouvelle catégorie morale ?, Genève, Labor et Fides, 2011) ou de Martha Nussbaum (voir Goldstein Pierre, Vulnérabilité et autonomie dans la pensée de Martha C. Nussbaum, Paris, PUF, 2011), mais aussi, de manière beaucoup plus terre à terre, à des expériences comme celle de l’Arche de Jean Vannier, avec les personnes handicapées.

32 Sur cet épisode, voir Luciani Didier, Dina. Sexe, mensonges et idéaux, Bruxelles, Safran, coll. « Langues et cultures anciennes », 13, 2009, 96 p. et Wénin André, « Circoncision et alliance dans la Genèse. Essai d’interprétation », in Burnet Régis, Luciani Didier, op. cit., p. 19-44 (41-44).

33 À l’inverse, l’incirconcision (ou le « prépuce ») – qu’elle soit réelle ou métaphorique – est, selon la Bible, ce qui à la fois fait obstacle à la pleine expression d’une faculté, d’une capacité et qui empêche la relation envers Dieu ou envers autrui. L’incirconcision des oreilles (Jr 6,10) empêche d’entendre (la Parole de Dieu, en l’occurrence) ; celle des lèvres (Ex 6,12.30) empêche de parler ; celle des arbres (Lv 19,23-25) empêche d’en consommer les fruits ; celle du cœur empêche de se repentir (un cœur en état d’insubordination, Lv 26,41 ; Dt 10,16 ; 36,6 ; Jr 4,4 ; etc.).

34 Pour une analyse plus complète, je renvoie une fois de plus à Burnet Régis, Luciani Didier, op. cit., surtout les deux dernières contributions de Michel Remaud et de Simon-Claude Mimouni (p. 97-153).

35 On peut comparer, par exemple, avec le shabbat qui, dans les Évangiles est un sujet bien plus conflictuel. Les passages qui mentionnent la circoncision constituent, par ailleurs, de précieux témoignages historiques sur les pratiques juives de l’époque.

36 Sur ce point, voir la contribution de Guggenheim Antoine, « Circoncision de la chair et circoncision du cœur. Une lecture de saint Paul » au colloque de Lausanne Circoncision. Actualités d’une pratique immémoriale, 3-4 décembre 2014 [à paraître].

37 Un texte comme 1 Co 7 qui joint les deux dimensions de loi et d’alliance invite toutefois à ne pas durcir cette distinction.

38 On pourrait parler à ce propos d’une position d’« indifférence » ou de « relativisation », l’accès à la foi en Jésus n’étant pas conditionné par cela.

39 C’est la position qui semble l’emporter à l’origine de l’Église jusqu’à ce que les chrétiens d’origine judéenne (Ecclesia ex circumcisione) deviennent minoritaires puis disparaissent tout à fait dans l’Ecclesia ex gentibus.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/14397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 281k

Auteur

Professeur d’exégèse de l’Ancien Testament et Vice-doyen de la Faculté de théologie de l’Université catholique de Louvain.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search