Version classiqueVersion mobile

L’admission des femmes aux fonctions cultuelles

 | 
Lucie Veyretout

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Cité dans Mes droits sont les vôtres, Fédération européenne des écoles (FEDE), Idées nouvelles Euro (...)
  • 2 « Que sont les droits de l’homme ? », Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, ht (...)
  • 3 Ibid.

1Selon René Cassin, « les droits de l’homme font partie de ces choses qui ne peuvent vous être enlevées »1. Cette phrase du prix Nobel de la paix illustre toute la teneur des droits de l’être humain, désormais au fondement des systèmes juridiques et de la conception de l’humanité. Ces droits de l’être humain impliquent l’universalité, l’inaliénabilité, l’égalité et la non-discrimination2. La communauté des pays est tenue de garantir ces droits, par la ratification des textes internationaux : « le droit international impose aux États l’obligation et le devoir de respecter, protéger et instaurer les droits de l’homme » ; et à l’échelle individuelle, « nous avons certes le droit d’exercer nos droits de l’homme, mais nous devons aussi respecter les droits des autres »3.

  • 4 Voir Zaidman Claude, « École, mixité, politiques de la différence des sexes », Les cahiers du CEDRE (...)

2Les droits des femmes (qui en font partie) ont en revanche particulièrement du mal à s’imposer à l’échelle universelle. Cette difficulté est liée au mode traditionnel d’appréhension du féminin par rapport à la différence entre les hommes et les femmes, dominant dans les sociétés durant de nombreux millénaires. Avec l’affirmation de l’égalité et des droits de l’être humain à l’époque contemporaine, de nouvelles sociétés se sont mises en place, dont l’individu (homme ou femme) est le noyau, brouillant par conséquent les distinctions traditionnelles d’espaces et de fonctions propres à chaque sexe4.

3Cependant, l’équilibre des relations hommes-femmes est encore en recherche dans les sociétés contemporaines, au crépuscule de leurs phases patriarcales.

  • 5 Romano Santi, L’ordre juridique, Dalloz, Paris, 2e édition, 2002, p. 87-88.

4Il s’y perpétue certaines légitimations des schémas de complémentarité entre les hommes et les femmes. C’est notamment le cas au sein de certaines religions, qui mettent en avant une différenciation entre les sexes justifiant l’exclusion des femmes de certaines fonctions cultuelles, en raison de leur « être » féminin. Cette conception religieuse est préservée par la liberté de religion des groupements religieux garantie en droit positif : ils disposent d’un cadre de liberté au sein duquel seuls les principes religieux s’appliquent. Santi Romano détaille, dans son ouvrage L’ordre juridique, le rapport d’indépendance entre ce cadre de liberté des communautés religieuses et le droit étatique : « l’ordre de l’Église et celui de chaque État pour les matières ecclésiastiques sont deux ordres distincts et différents dont chacun a sa sphère, ses sources, son organisation et ses sanctions propres. […] Ce sont deux mondes juridiques dont l’un peut influer matériellement sur l’autre mais qui, juridiquement, restent ou peuvent rester toujours distincts et autonomes »5.

  • 6 Marie Jean-Bernard, « Démocratie et droits de l’homme : quelles exigences pour les Églises ? », Rev (...)
  • 7 Marie Jean-Bernard, « Discrimination contre les femmes et responsabilités des religions au regard d (...)

5En conséquence de ces « deux mondes juridiques », l’affirmation de la non-discrimination sexuelle en droit positif n’a pas d’ascendant sur l’exclusion des femmes de certaines fonctions cultuelles. Cependant, avec l’approfondissement des droits des femmes, une tendance juridique est à la mise en cause des discriminations sexuelles liées au religieux et à des limitations de la liberté de religion au regard de l’égalité des sexes. Des analyses notent ainsi que les groupes religieux, qui sont des structures « humaines » malgré leur objet lié au « divin », sont mis face à la valeur universelle, « inconditionnelle », « indivisible » des droits de l’être humain attachés à tout individu sans discrimination, dans les sociétés contemporaines6. Pour certains spécialistes, les acteurs religieux ont un rôle à tenir pour ne pas soutenir les discriminations sexuelles et pour participer au développement des droits de l’être humain, de sa dignité et de l’égalité7.

6L’intérêt d’avoir étudié la problématique de l’exclusion des femmes de certaines fonctions cultuelles est d’illustrer le changement sociétal actuel en matière d’égalité des sexes se traduisant sur le plan juridique par l’émergence d’une nouvelle appréhension des rencontres entre la non-discrimination sexuelle et la liberté de religion axée sur la nécessité d’un respect universel des droits des femmes, mais teintée cependant de toute une série de difficultés juridiques liées au traitement effectif des divergences.

7Cette question juridique de la discrimination des femmes dans l’accès aux fonctions cultuelles peut être pensée suivant plusieurs données essentielles : l’équilibre, l’amélioration de la condition des femmes et l’enrichissement.

8L’équilibre renvoie au traitement juridique des tensions dans les rencontres entre les droits humains par une recherche de conciliation préservant l’essentiel. Concernant la rencontre entre les droits des femmes et les religions, le rapporteur spécial Abelfattah Amor préconise un « partage » entre le respect des croyances religieuses et le rejet des traditions de nature religieuse contraires aux droits des femmes :

« pour que la liberté de religion ne soit pas contraire aux droits de la femme, il est essentiel que le droit à la différence qu’implique cette liberté ne soit pas entendu comme un droit à l’indifférence à l’égard de la condition de la femme » (Étude sur la liberté de religion ou de conviction et la condition de la femme au regard de la religion et des traditions, points 37 et 238).

9Nous rejoignons également l’analyse du rapporteur spécial Heiner Bielefeldt de 2013 sur la nécessité d’une mise en lumière des convergences et des initiatives positives qui rassemblent les droits des femmes et la liberté de religion :

  • 8 Bielefeldt Heiner, Rapport d’activité du 7 août 2013, op. cit.

« le Rapporteur spécial insiste sur l’imbrication positive de la liberté de religion ou de conviction et de l’égalité entre les hommes et les femmes. Il importe de conserver cette approche intégrée […] : elle encourage la recherche de synergies […] ; elle donne un horizon pour régler des conflits perçus ou réels d’une manière qui rend justice à toutes les normes des droits de l’homme en jeu ; elle constitue une condition préalable pour défendre systématiquement les droits des personnes dont les problèmes particuliers et les fragilités se situent à l’intersection de normes des droits de l’homme différentes. »8

  • 9 Roll Susan, « Quel est l’impact “symbolique” de la non-représentation des femmes au sein de la hiér (...)

10L’amélioration de la condition des femmes doit être un dessein de l’humanité. Des analyses montrent les souffrances impliquées par la non-admission des femmes à certaines fonctions cultuelles : elles touchent au « rapport au pouvoir », au « rapport au sacré », à « l’image de soi », à la considération des femmes dans les sociétés9, à des atteintes à leurs droits fondamentaux : selon les propos d’une religieuse rapportés par la théologienne Susan Roll

  • 10 Ibid.

11« Les femmes […] savent très bien le lien entre leur pauvreté, leur désespoir, et l’exclusion des femmes de la prêtrise. Elles savent que, si nous ne pouvons pas incarner l’image du Christ, nous pouvons être violées, nous pouvons être harcelées, nous pouvons être exploitées… etc. »10

12L’être humain a tellement à vivre et à apporter : ce serait l’enrichissement de l’humanité à travers le potentiel de chacun. Ainsi que l’écrit Margaret Mead :

  • 11 Mead Margaret, Mœurs et sexualité en Océanie, 1935, citée in Guichard-Claudic Yvonne, Kergoat Daniè (...)

« de la même façon qu’elle admet aujourd’hui les deux sexes à la pratique d’un art, la société pourrait autoriser, chez les hommes comme chez les femmes, l’épanouissement de dons personnels extrêmement divers. […] Aucun talent, aucune aptitude particulière, aucune vigueur d’imagination ou précision de la pensée ne passerait inaperçu sous prétexte que l’enfant appartient à un sexe plutôt qu’à un autre. Aucun ne serait impitoyablement modelé selon une norme unique de comportement ; les normes seraient innombrables dans un monde qui aurait appris à laisser l’individu libre de choisir sa voie selon ses aspirations »11.

13N’est-ce pas là l’essence et la vocation des libertés et des droits fondamentaux : la garantie de l’Être ?

Notes

1 Cité dans Mes droits sont les vôtres, Fédération européenne des écoles (FEDE), Idées nouvelles Europe, Le Mas, 2011, p. 13.

2 « Que sont les droits de l’homme ? », Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, https://www.ohchr.org/FR/Issues/Pages/WhatareHumanRights.aspx.

3 Ibid.

4 Voir Zaidman Claude, « École, mixité, politiques de la différence des sexes », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 15 | 2007, URL : https://journals.openedition.org/cedref/391 ; et « Les “acquis” des femmes en France dans une perspective européenne », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 15 | 2007, URL : https://journals.openedition.org/cedref/384.

5 Romano Santi, L’ordre juridique, Dalloz, Paris, 2e édition, 2002, p. 87-88.

6 Marie Jean-Bernard, « Démocratie et droits de l’homme : quelles exigences pour les Églises ? », Revue de droit canonique, 49/1, 1999, p. 115-117.

7 Marie Jean-Bernard, « Discrimination contre les femmes et responsabilités des religions au regard des normes internationales des droits de l’homme », op. cit., p. 191.

8 Bielefeldt Heiner, Rapport d’activité du 7 août 2013, op. cit.

9 Roll Susan, « Quel est l’impact “symbolique” de la non-représentation des femmes au sein de la hiérarchie ? », Colloque L’accès des femmes aux ministères ordonnés dans l’Église catholique : une question réglée, op. cit., http://femmes-ministeres.org/?p=122.

10 Ibid.

11 Mead Margaret, Mœurs et sexualité en Océanie, 1935, citée in Guichard-Claudic Yvonne, Kergoat Danièle et Vilbrod Alain (dir.), L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2008 (page d’ouverture).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search