Version classiqueVersion mobile

L’admission des femmes aux fonctions cultuelles

 | 
Lucie Veyretout

Seconde partie : La portée de l'égalité des sexes sur les normes religieuses

Chapitre II. Impact sur les droits internes des religions

Texte intégral

  • 1 Zaidman Claude, « Les “acquis” des femmes en France dans une perspective européenne », Les cahiers (...)

1Depuis le xixe siècle, les droits des femmes et l’égalité des sexes s’insèrent progressivement mais « irrémédiablement » dans les différentes structures sociétales, marquant une « mutation dans l’histoire des rapports hommes femmes »1. Suivant ces évolutions, certaines communautés religieuses ont décidé d’accueillir des ministres du culte femmes (II), parfois en lien avec leurs statuts d’Églises d’État, comme pour les Églises nationales nordiques et l’Église établie d’Angleterre (I).

I. Concrétisation de l’égalité des sexes au sein d’églises d’État

  • 2 Voir Gallay Pierre, Des femmes prêtres ?, op. cit., p. 40 et 43.
  • 3 Traité de droit français des religions, 1ère édition, op. cit., p. 62.
  • 4 Rapport Women Bishops in the Church of England ?, the House of Bishops’ Working Party on Women in t (...)

2Le développement du féminisme, de l’égalité des sexes et des droits des femmes dans les différents domaines sociétaux et au niveau juridique, ont naturellement touché les communautés religieuses2. En lien avec ces avancées, les femmes accèdent aux ministères cultuels dans les Églises nationales des pays nordiques et dans l’Église d’Angleterre. Cela est favorisé par leur statut d’Églises d’État (Églises nationales pour les États scandinaves et Église établie au Royaume- Uni) : ce statut se définit par « un contrôle » et parfois « une intervention » des autorités étatiques au sein de « l’organisation religieuse et cultuelle » des églises qui disposent, en échange, d’aides financières et d’une fonction sociale dans la société et l’État3. Dans le cas des Églises nationales des pays nordiques, les parlements ont voté l’autorisation du pastorat des femmes au milieu du xxe siècle (A). Concernant l’Église établie d’Angleterre, les évolutions égalitaristes sociétales croisent et recoupent les avancées égalitaristes au sein de l’Église d’Angleterre4, telles que l’accession des femmes à la prêtrise et récemment à l’épiscopat (B).

A. Vote du pastorat féminin dans des sociétés nordiques égalitaristes

3Au milieu du xxe siècle, les autorités étatiques des pays nordiques ont autorisé le pastorat des femmes au sein des Églises nationales. Cette intervention étatique illustre la place accordée à l’égalité des sexes au sein des pays nordiques.

  • 5 Bergman Solveig, « Des sociétés nordiques favorables aux femmes ? », 31 mars 2008, Euro topics, htt (...)
  • 6 Rapport mondial sur le développement humain 1995, La révolution de l’égalité entre les sexes, Natio (...)
  • 7 Hausmann Ricardo, Tyson Laura D., Zahidi Saadia, The Global Gender Gap Report 2010, World Economic (...)

4Comme le note Solveig Bergman, la directrice du Nordic Gender Institute, les États nordiques (Danemark, Finlande, Islande, Norvège et Suède) « sont considérés comme des pays modèles en matière d’égalité des sexes », notamment en ce qui concerne les domaines politique, professionnel et familial5. C’est notamment ce qui ressort du Rapport mondial sur le développement humain de 1995, qui référence en premiers, suivant « l’indicateur sexospécifique du développement humain », la Suède, la Finlande, la Norvège et le Danemark, eu égard notamment aux taux d’alphabétisation et de scolarisation, à l’espérance de vie et au niveau du revenu des femmes6. Les pays nordiques sont également en tête du classement du Global Gender Gap Report du Forum économique mondial de 2010 (Islande en première place, Norvège en deuxième, Finlande en troisième, Suède en quatrième, Danemark en septième), relevant la place des femmes en matière politique (reconnaissance du droit de vote, quotas de sexe dans les partis politiques, représentation des femmes au parlement et au gouvernement)7.

  • 8 Blom Ida, « Les féminismes et l’État : une perspective nordique », in Le siècle des féminismes, op. (...)
  • 9 Brachet Sara et Le Bouteillec Nathalie, « Réalité démographique et action publique en Suède : une i (...)
  • 10 Bergman Solveig, « Des sociétés nordiques favorables aux femmes ? », op. cit.

5La réalisation de l’égalité des sexes dans les pays nordiques est liée à la prise en compte des valeurs féministes au niveau politique, l’État ayant accompagné les mutations des conceptions et rapports traditionnels de sexe8. Par exemple, en Suède, au milieu du xxe siècle, l’égalité des sexes devient « un choix politique » et une « philosophie sociale », faisant l’objet de toute une série de déclarations, programmes et mesures dans le cadre politique9. Cette politique favorable à l’égalité des sexes dans les sociétés nordiques fut désignée par l’expression « féminisme d’État nordique » évoquant « le lien étroit entre féminisme et État », « l’interventionnisme d’État » pour promouvoir l’égalité des sexes et l’« affiliation entre le féminisme, l’État, les politiques institutionnalisées et la recherche »10.

  • 11 Carlander Ingrid, « La condition des femmes suédoises », Aspects internationaux de l’Égalité Hommes (...)

6Plusieurs paramètres se prêtent aux avancées en matière de droits des femmes et d’égalité des sexes dans le cadre de ces sociétés nordiques, tels que le social engineering (dynamisme et enracinement associatif), une tradition égalitaire et le protestantisme, en Suède11. En outre, le protestantisme, comporte lui-même des facteurs internes favorables aux avancées égalitaristes, tenant à son rapport à la société et à la modernité, à son appréhension des Écritures et de la tradition, à certains points de sa doctrine : selon les spécialistes du protestantisme, ces facteurs sont en effet

  • 12 Luther Martin, « À la noblesse chrétienne de la nation allemande », in Les Grands écrits réformateu (...)
  • 13 Willaime Jean-Paul, « Situation sociale et institutionnelle des protestantismes en Europe », Interv (...)
  • 14 Dubesset Mathilde, « Femmes, féminismes, christianisme », op. cit.

– « des liens moins conflictuels avec la modernité »,
« une certaine plasticité favorable au changement »,
– « la localisation de la légitimité religieuse dans les Écritures elles-mêmes et non dans la tradition de l’Église » (principe de la Sola Scriptura),
– une « modernité éthique »,
– le principe du « sacerdoce universel » (selon Martin Luther, « tous les Chrétiens appartiennent vraiment à l’état ecclésiastique, il n’existe entre eux aucune différence, si ce n’est celle de la fonction […] nous avons un même baptême, un même Évangile et une même foi et sommes de la même manière Chrétiens, car ce sont le baptême, l’Évangile et la foi qui seuls forment l’état ecclésiastique et le peuple chrétien. […] En conséquence, nous sommes absolument tous consacrés prêtres par le baptême »12)13,
– « un attachement aux figures de “femmes vaillantes” »
– et l’accès au « texte de la Bible » pour tous les croyants14.

  • 15 Voir Havel Jean Eugène, « La question du pastorat féminin en Suède », op. cit., p. 116-130 ; et Wil (...)
  • 16 Torfs Rik, « Introduction. Les traditions d’Églises d’État ou d’Églises établies », in Les origines (...)
  • 17 Dubois-Ingelson Margareta, « Le pastorat féminin en Suède », Lumière et vie. La nonordination des f (...)

7Au milieu du xxe siècle, dans un environnement favorable aux femmes lié notamment au féminisme et au protestantisme, les parlements des pays nordiques ont légiféré sur le pastorat des femmes dans les églises nationales15. Le statut d’Église d’État a permis une telle évolution : en effet, il a tant des effets « au niveau de la législation cultuelle étatique » que sur « les rapports ecclésiastiques internes »16. L’autorisation du pastorat féminin dans le cadre des Églises d’État des pays nordiques s’inscrit dans la progression de l’égalité des sexes au sein de ces sociétés : « le sacerdoce apparaissait alors comme le dernier bastion »17.

  • 18 Raun Iversen Hans, « Chronologie : Danemark », base de données EUREL, http://www.eurel.info.
  • 19 « Le protestantisme dans les pays nordiques », Musée virtuel du protestantisme français, https://ww (...)
  • 20 Murray Robert, L’Église Suédoise. Son histoire et son organisation, Ab verbum/Kyrkliga Centralförla (...)
  • 21 Tamm Ditlev, « Les pays nordiques : Danemark, Finlande, Suède », in Les origines historiques du sta (...)
  • 22 Constitutions sur Digithèque de matériaux juridiques et politiques (MJP) : http://mjp.univperp.fr/c (...)

8Le système d’Église d’État se met en place dans les pays nordiques au xvie siècle : en 1536 au Danemark par le Roi Christian III18, en 1537 en Norvège sous le joug danois et suivant le principe Cujus regio, ejus religio, et à partir de 1527 en Suède suite à une décision de la diète de Vasterâs et avec l’instauration d’une Église de type synodal et consistorial, semi-indépendante, sous l’autorité de l’archevêque d’Uppsala19. Ce système d’Église d’État donne aux autorités étatiques un pouvoir dans le cadre religieux, notamment en matière de législation et de nomination. En Suède, l’ordonnance ecclésiastique de 1571 prévoit que c’est le roi qui tranche dans l’élection des évêques faite par des prêtres et des laïques, et la loi ecclésiastique de 1686 consacre le pouvoir du roi en matière d’investiture à des charges ecclésiastiques et à l’épiscopat20. La Constitution du 2 mai 1720 reconnaît la fonction de « législateur suprême » au parlement suédois en matière ecclésiale21. Selon son article 40, le roi, dans l’assemblée du Sénat, est compétent pour conférer les postes importants de l’état ecclésiastique. La Constitution du 6 juin 1809 prévoit l’appartenance à la religion luthérienne du roi, des hauts fonctionnaires et des juges (articles 2 et 28). Selon cette constitution, le roi nomme l’archevêque, les évêques et les titulaires des cures royales (articles 29 et 30) et avec les États du royaume, il légifère en matière religieuse (articles 87 et 88). Avec la révision de la Constitution en 1866, le pouvoir en matière de législation ecclésiastique est partagé entre le roi, la diète et le synode général : selon l’article 87 2°, « la Diète, de concert avec le Roi, aura également le pouvoir d’établir, de modifier ou d’abroger les lois ecclésiastiques ; cependant, dans ces cas, l’assentiment du synode général est aussi nécessaire. L’avis du Conseil d’État et de la Cour suprême sera pris sur les projets relatifs à ces lois » ; il en est de même en matière d’interprétation des lois ecclésiastiques (article 88)22.

9Plus tard, dans les années 1980, le synode général devient davantage compétent en matière de législation ecclésiastique : il lui revient le « droit de décision » concernant « les questions de doctrine, de livres de cantiques suédois, d’organisation du culte, des fonctions ecclésiastiques, des sacrements et de la liturgie de l’Église, sur les collectes, la coordination de l’évangélisation, la mission, le travail à l’étranger et sur les affaires de diaconat »23. Puis, en 2000, l’Église nationale devient indépendante de l’État et prend le statut de communauté religieuse enregistrée24. Les ministres du culte de cette Église sont engagés par la paroisse ou le diocèse, suivant le nombre de postes déterminé par l’État et répartis entre les paroisses, dans le respect des règles du droit du travail suédois et similairement au processus de recrutement du marché du travail25.

10Au Danemark, selon la Lex Regia de 1665, le roi est compétent en matière religieuse sur le plan législatif et exécutif (administration ecclésiale et affaires spirituelles)26. La Constitution danoise du 5 juin 1849 énonce les différents liens entre l’État et l’Église luthérienne : église nationale et soutien étatique « la religion évangélique luthérienne est celle de la nation ; à ce titre, elle est soutenue par l’État » (article 3) ; appartenance du souverain au luthéranisme « le Roi doit appartenir à l’Église évangélique luthérienne » (article 6) ; et législation cultuelle « les dispositions relatives au culte religieux de la nation seront réglées par une loi » (article 80). Ces principes se retrouvent dans la Constitution du 5 juin 1953 : « l’Église évangélique luthérienne est l’Église nationale danoise et jouit, comme telle, du soutien de l’État » (article 4) et « le Roi doit appartenir à l’Église évangélique luthérienne » (article 6)27.

  • 28 Le financement des communautés religieuses, série Législation comparée, documents de travail du Sén (...)
  • 29 Dübeck Inger, « État et Églises au Danemark », op. cit., p. 71-72.
  • 30 Jörgensen Jens Ulf, « Le système danois », Revue de droit canonique, tome 54, Strasbourg, 2004, p.  (...)

11Actuellement, au Danemark, les autorités étatiques demeurent compétentes en matière religieuse : le roi a le statut de chef de l’Église luthérienne, l’Église nationale est sous l’autorité du ministre des affaires ecclésiastiques, le Folketing (parlement) est compétent pour légiférer sur les matières ecclésiastiques du domaine de la loi et la Cour suprême a le pouvoir judiciaire28. Concernant l’emploi des ministres du culte, celui-ci relève de la fonction publique, les ministres du culte étant nommés par les autorités étatiques (ministre des affaires ecclésiastiques suite au choix du conseil paroissial) et suivant la loi relative aux fonctionnaires (678/1998)29. Depuis déjà un certain temps, l’autonomisation de l’Église danoise (concernant les affaires ecclésiastiques) fait l’objet de réflexions au regard de l’article 66 de la Constitution (« le statut de l’Église nationale sera réglé par la loi ») et en référence au principe de liberté de religion30.

12En Norvège, les autorités étatiques ont également certaines prérogatives (direction de l’Église pour le roi et le Conseil des ministres, compétences administratives pour le ministère des affaires culturelles et ecclésiastiques, et législatives et budgétaires pour le Storting – parlement) ainsi qu’un pouvoir de nomination (évêques et chanoines) en ce qui concerne l’Église nationale31. Selon la Constitution du 17 mai 1814, le roi, luthérien, « règle le culte et les rites » et nomme les hauts fonctionnaires ecclésiastiques de l’Église danoise (articles 15, 16 et 21). La relation entre l’État norvégien et l’Église nationale a connu quelques modifications dans les années 1980 avec l’instauration du synode général et la cession de la nomination des pasteurs aux conseils diocésains32. Selon la Constitution actuelle (révisée en 2010), le roi a toujours des compétences en matière de nomination des hauts fonctionnaires ecclésiastiques, avec avis du Conseil des ministres (article 21) et de réglementation quant à l’Église danoise : il « règle tout ce qui concerne les services ecclésiastiques et le culte publics, les réunions et assemblées ayant la religion pour objet, et il veille à ce que les personnes qui enseignent officiellement la religion observent les normes qui leur sont prescrites » (article 16)33.

  • 34 Havel Jean E., « La question du pastorat féminin en Suède », op. cit., p. 117-129.
  • 35 Tamm Ditlev, « Les relations Églises- États dans les pays nordiques », Revue de droit canonique, to (...)

13Au milieu du xxe siècle, les autorités étatiques de ces pays nordiques ont autorisé le pastorat des femmes dans les Églises nationales. Jean Eugène Havel en retrace le processus : en Suède, il y a eu des années entre le moment où le pastorat des femmes a été envisagé au niveau des autorités religieuses et du parlement (il y a eu notamment en 1920 un projet permettant la prise en charge d’une paroisse par une femme suivant des conditions de diplôme, de « venia » – permission de prêcher donnée par l’évêque – et d’acceptation des paroissiens) et son autorisation en 1958-1959. Durant cette période, à plusieurs reprises, des motions relatives au pastorat des femmes furent rejetées par le synode. Concernant les différents arguments en confrontation, la masculinité du Christ, le choix d’apôtres hommes et les textes pauliniens (Corinthiens I 11 : 3-10 ; Timothée I 2 : 11-14 ; Corinthiens I 14 : 34-36) sont mis en avant contre le pastorat des femmes, tandis que les arguments favorables reposent sur une certaine appréhension de la Bible (interprétation des Écritures « selon l’esprit »), de la fonction pastorale (« nul ne représente Christ sur terre » qui est « présent dans la Cène, non dans le pasteur »), de la qualité des apôtres (ils étaient aussi « des Juifs et des Blancs »), du contexte (patriarcal à l’époque biblique/condition actuelle de la femme suédoise), de la place des femmes dans le christianisme et leur apport (valeur et importance « des services rendus par les femmes »), de la nature de l’Église (nécessité pour l’Église d’être « un corps vivant »), et des bienfaits (renforcement de « la qualité des pasteurs » ; risque de départ de membres, notamment de femmes, de l’Église)34. Eu égard aux opposants à l’admission des femmes au pastorat au sein de l’église de Suède, il a été prévu que les évêques et les pasteurs, ayant des soucis de conscience, n’aient pas l’obligation de prendre part à la consécration des femmes pasteurs (cela étant dorénavant supprimé)35.

  • 36 Havel Jean E., « La question du pastorat féminin en Suède », op. cit., p. 116.
  • 37 Voir Hale Frederick, « Malla Moe and the founding of a nondenominational mission in Swaziland, 1893 (...)
  • 38 Havel Jean E., « La question du pastorat féminin en Suède », op. cit., p. 117.
  • 39 Iversen Hans Raun, « Danemark. Chronologie », base de données EUREL, http://www.eurel.info.
  • 40 Havel Jean E., « La question du pastorat féminin en Suède », op. cit., p. 117.
  • 41 Tamm Ditlev, « Les relations Églises-États dans les pays nordiques », op. cit., p. 69.

14En Norvège, il a fallu également du temps entre l’ouverture de la réflexion sur le pastorat des femmes au sein de l’Église évangélique luthérienne de Norvège (1901) et sa reconnaissance légale (14 juin 1956), les facultés de théologie et la plupart des évêques n’y étant pas favorables36. En 1961, Ingrid Bjerkås est la première à être consacrée pasteur de l’Église de Norvège37. Au Danemark, c’est en 1919 qu’est lancée une initiative législative sur l’admission des femmes au pastorat ; la majorité des évêques n’est pas favorable au pastorat féminin38. La loi du 4 juin 1947 permet aux femmes d’être pasteur si le conseil paroissial local est d’accord39, ce qui est le cas dès 194840. Il est également prévu que les évêques peuvent ne pas participer à la consécration des pasteurs de sexe féminin41.

  • 42 Iversen Hans Raun, « Danemark. Chronologie », op. cit.
  • 43 Friedner Lars, « La Province de mission. Débats actuels : Suède », base de données EUREL.
  • 44 Harry Frédérique, « Engagement de femmes en milieu évangélique norvégien : un lieu de tensions entr (...)

15Désormais, dans les pays nordiques, les pasteurs sont pour moitié de sexe féminin42 et des femmes sont évêques. Cependant, cet accès des femmes aux fonctions cultuelles n’est pas apprécié par tous : en Suède, la Province de mission (Missionsprovinsen) a été mise en place par des membres de l’Église de Suède pour ordonner les prêtres ne souhaitant pas « collaborer » avec les prêtres de sexe féminin43. Concernant la Norvège, certains groupes chrétiens maintiennent une attitude conservatrice quant à la place ecclésiale des femmes et au pastorat féminin (malgré un discours en faveur de l’égalité), en tension avec l’affirmation des femmes au sein de la sphère publique44.

  • 45 Davie Grace, « L’Ordination des femmes dans l’Église d’Angleterre. Approche sociologique », in Ni E (...)

16Cette reconnaissance de l’accès des femmes aux fonctions cultuelles accompagnée de certaines divergences se retrouve également dans le cadre de l’Église établie d’Angleterre. Comme dans les pays nordiques, la question de l’autorisation de ministres du culte femmes s’est posée face à l’affirmation de la position des femmes au sein de la société et aux avancées sociétales égalitaristes45 (B).

B. L’Église d’Angleterre, liée à un État luttant contre les discriminations sexuelles

  • 46 Charlot Claire, « Église et société : l’ordination des femmes à la prêtrise », in Charlot Monica (d (...)

17La question de l’admission des femmes aux ministères ordonnés au sein de l’Église d’Angleterre s’est posée avec force, eu égard à ses relations avec l’État, suite aux avancées égalitaristes au sein de la société anglaise, portées par une politique en faveur de l’égalité salariale (Equal Pay Act en 1970) et de la non-discrimination sexuelle (Sex Discrimination Act de 1975 qui ne s’applique pas aux fonctions cultuelles)46. L’Église d’Angleterre est alors confrontée à des « pressions séculières », illustrées notamment par les positionnements politiques : Margaret Thatcher a ainsi tenu les propos suivants

  • 47 Ibid.

« Je pense qu’il y aura des femmes à la prêtrise et je ne crois pas du tout que cela soit en contradiction avec la doctrine chrétienne, bien que je comprenne très bien que certains le pensent »47.

18Ainsi, le processus d’admission des femmes aux fonctions cultuelles au sein de l’Église d’Angleterre se comprend notamment par rapport à la relation de cette Église avec un État luttant contre les discriminations sexuelles.

  • 48 Ibid., p. 119.

19Suivant le Rapport du Groupe des Archevêques sur l’Épiscopat de 1990, « grâce à une relation très étroite avec la Couronne et le Parlement ainsi qu’avec les leaders de la vie nationale ; grâce à des liens juridiques et historiques, publics et personnels, spécifiques et sentimentaux, l’Église d’Angleterre continue d’avoir une relation privilégiée avec le peuple d’Angleterre »48.

  • 49 « An act restoring to the crown the ancient jurisdiction over the state ecclesiastical and spiritua (...)
  • 50 Cité par Bethmont Rémy, L’anglicanisme. Un modèle pour le christianisme à venir ?, Labor et Fides, (...)
  • 51 Voir Bedouelle Guy, L’Église d’Angleterre et la société politique contemporaine, LGDJ, Paris, 1968, (...)
  • 52 Doe Norman, « Les îles Britanniques (1800-1920) », in Les origines historiques du statut des confes (...)
  • 53 « Church of England legislation », The Church of England, http://www.churchofengland.org/about-us/ (...)
  • 54 Perreau-Saussine Émile, « État et religion en Angleterre (State and religion in England) », in Port (...)

20C’est au xvie siècle que se met en place cet attachement entre l’Église d’Angleterre et l’État. Avec l’Act of Supremacy adopté sous le règne d’Henri VIII en 1534, le roi est le chef suprême de l’Église d’Angleterre bénéficiant alors d’honneurs et de privilèges et du pouvoir d’empêcher les hérésies. En 1559, l’Act of Supremacy d’Elisabeth I réaffirme la compétence du souverain sur l’état ecclésiastique et spirituel49. Pour le théologien Richard Hooker, cette « suprématie royale est […] l’expression du nécessaire assentiment des laïcs dans le gouvernement de l’Église »50. Depuis le xviie siècle, c’est le parlement qui dispose des pouvoirs principaux en matière religieuse, le roi conservant tout de même des prérogatives51. Le parlement est alors l’instance législative en matière ecclésiale52, jusqu’au Church of England Assembly (Power) Act de 1919 partageant ses compétences avec l’assemblée de l’Église : ce texte « a donné à l’Assemblée de l’Église le pouvoir de légiférer par la Mesure, le Parlement conservant le pouvoir d’examiner ces Mesures (mais non de les modifier) et de décider si oui ou non elles devraient être présentées au Souverain pour la sanction royale »53. La teneur du pouvoir du parlement en matière religieuse au regard de la compétence reconnue à l’assemblée de l’Église dans la sphère ecclésiale a soulevé des interrogations, notamment à la fin des années 1920, lorsque celui-ci a rejeté la validation des mesures (relatives au Prayer book) proposées par cette assemblée ; ce positionnement du parlement a alors été considéré comme outrepassant sa compétence qui aurait été de valider « formellement » et « politiquement » les mesures et non d’intervenir « dans des affaires essentiellement religieuses », d’autant que le parlement ne représente pas uniquement des anglicans et eu égard à la liberté de religion et à l’autonomie de l’Église anglicane54.

  • 55 « Church of England legislation », The Church of England, http://www.churchofengland.org/about-us/ (...)
  • 56 Ibid.
  • 57 McClean David, « État et Églises au Royaume-Uni », in État et Églises dans l’Union européenne, op. (...)

21En 1969, la Synodical Government Measure fait passer les compétences de l’assemblée de l’Église au synode général55. Cet organe dispose de trois chambres : la chambre des évêques, la chambre du clergé et la chambre des laïques ; il établit des mesures (de valeur législative) pour les affaires ecclésiales, soumises à l’approbation du Parlement (sans possibilité d’amendement) avant l’approbation royale, qui lui donne force de loi, et il adopte également des canons ecclésiastiques promulgués avec le Royal Assent and Licence56, sauf si un canon va à l’encontre du « droit anglais au sens large du terme »57.

  • 58 Rapport Droit et Religions dans les États membres de l’Union européenne, op. cit., p. 159.
  • 59 « Church of England structure », The Church of England, https://www.churchofengland.org/about-us/ s (...)
  • 60 McClean David, « État et Églises au Royaume-Uni », op. cit., p. 609-610 ; Rapport Droit et Religion (...)
  • 61 Rapport Droit et Religions dans les États membres de l’Union européenne, op. cit., p. 159, 163 et 1 (...)

22Actuellement, le parlement et la reine (qui est l’autorité suprême de l’Église d’Angleterre et défenseur de la foi58) participent aux affaires religieuses, notamment en ce qui concerne la nomination de l’archevêque et des évêques de l’Église d’Angleterre, choisis par la reine (avec avis du Premier ministre)59, depuis 1977, entre les individus présentés par l’Église (par le biais d’une commission royale de nomination)60. Certains éléments de ce système d’Église établie sont questionnés actuellement, tels que le titre royal de chef de l’Église anglicane, l’affiliation royale à l’anglicanisme selon l’Act of Settlement de 1701, la présence d’évêques à la Chambre des Lords, mais également le système d’Église établie lui-même61. En raison de ce système d’Église établie, les instances parlementaire et royale ont participé à la validation de la décision de l’Église d’Angleterre d’accueillir des ministres du culte femmes, le respect de l’égalité des sexes étant l’un des fondements justifiant cette mesure.

  • 62 « Préface », De l’ordination des femmes, Conseil œcuménique des Églises, Département de Foi et Cons (...)
  • 63 Révérend R. T. Brandreth Henry, « L’ordination des femmes. Point de vue anglican », in De l’ordinat (...)

23Le Révérend Henry R.T. Brandreth donne un aperçu de la place des femmes au sein de l’Église anglicane (avant leur accession au ministère ordonné) dans le cadre d’une étude sur les questions théologiques, bibliques et ecclésiologiques soulevées par la question de l’ordination des femmes du Conseil œcuménique des Églises62. Cette place se caractérise par les ordres religieux de femmes (réadmis en 1841) agissant aux niveaux hospitalier, éducatif, missionnaire et paroissial (enseignement religieux, visites pastorales, préparation au baptême et à la confirmation), les femmes « auxiliaires de la paroisse pour le service pastoral », le ministère de l’ordre des diaconesses (remis en place en 1862), les diverses activités en tant que bénévoles ou salariées au sein de l’Église, la participation en tant que membres élues au sein de l’Assemblée et des conférences diocésaines63.

  • 64 Mercier Jean, Des femmes pour le Royaume de Dieu, Albin Michel, Paris, 1994, p. 55-56.

24La question de l’accès des femmes aux ministères ordonnés se pose à l’Église d’Angleterre au début du xxe siècle, avec la reconnaissance du droit de vote féminin en 1918 et avec la trace laissée en faveur des femmes durant les années de guerre64. En 1918, une résolution de l’Église prévoit qu’en raison du manque de ministres du culte en cette période de besoin, les autorités religieuses peuvent permettre aux femmes qui en ont la compétence d’exercer certaines activités religieuses :

  • 65 Résolution citée par Mercier Jean, ibid., p. 57.

« devant l’état d’urgence causé par la guerre et l’absence de tant de prêtres envoyés au front, les évêques pourront autoriser des femmes, dûment qualifiées et ayant fait leurs preuves, à prendre la parole lors d’assemblées paroissiales, à assumer les prières d’intercession, à prononcer des sermons, lire des lectures et aider en d’autres domaines, lors de services non liturgiques, dans des lieux consacrés sous l’autorisation de l’évêque »65.

  • 66 Ibid., p. 58.

25En 1920, les résolutions de la Conférence de Lambeth incitent à l’admission des femmes aux instances de conseil de l’Église (no 46) et à la réhabilitation du diaconat des femmes (« le temps est venu de restaurer le diaconat des femmes de manière formelle et canonique, et de le reconnaître à travers l’ensemble de la Communion anglicane » – no 47), avec la précision de sa singularité au niveau ecclésial : « l’ordre de diaconesse est pour les femmes le seul et unique ordre ministériel qui a le sceau de l’approbation apostolique » (no 48)66.

  • 67 Ibid., p. 66-68.

26Par conséquent, l’ordination en tant que prêtre de Florence Li Tim-Oi en 1944 dans le diocèse de Hong Kong par l’évêque Ronald Hall n’est pas reconnue67. Ce n’est que lors de la Conférence de Lambeth de 1968 que la réflexion sur l’ordination des femmes au sein de l’Église anglicane est lancée ; après le constat d’une incertitude théologique en la matière, cette conférence en préconise l’examen à l’échelle des provinces en vue d’une prise de décision (à soumettre au conseil consultatif anglican), et elle incite les communautés anglicanes, durant ce processus, à faire participer les femmes compétentes aux fonctions religieuses :

  • 68 Ibid., p. 74.

– « Dans leur état actuel, les arguments théologiques pour ou contre l’ordination des femmes à la prêtrise ne permettent pas de conclure » (résolution no 34),
– « La Conférence demande à chaque province nationale et régionale d’étudier soigneusement la question de l’ordination des femmes à la prêtrise et de faire le rapport de ses résultats auprès du Conseil consultatif anglican » (no 35),
– « La Conférence recommande à toute Église ou province, nationale comme régionale de ne prendre la décision d’ordonner des femmes à la prêtrise qu’après avoir considéré soigneusement l’avis du Conseil consultatif anglican » (no 37)
– et « La Conférence recommande, entre-temps, que les Églises ou provinces […] soient encouragées à faire toutes les provisions canoniques, là où elles n’existent pas, (nécessaires) pour que des femmes dûment qualifiées partagent la conduite des offices liturgiques, prêchent, baptisent, lisent l’épître et l’évangile lors de la sainte communion, et aident lors de la distribution des éléments. »68

  • 69 Ibid., p. 76-78.
  • 70 Ibid., p. 79-81.
  • 71 Ibid., p. 83-84.

27Suite à cette Conférence, le synode de Hong Kong et Macao adopte en 1970 une résolution selon laquelle ce diocèse autorise l’ordination de femmes à la prêtrise, sans âge minimum ni obligation de célibat, qui est approuvée par le Conseil consultatif anglican en 197169. Jane Hwang et Joyce Bennett sont alors ordonnées à la prêtrise par l’évêque de Hong Kong Gilbert Baker, selon lequel « l’humanité doit être représentée complètement devant Dieu à travers la prêtrise »70. La Conférence de Lambeth de 1978 prend acte de l’ordination de femmes prêtres dans la Communion anglicane71, et celle de 1988, de l’épiscopat des femmes :

  • 72 Citée par Charlot Claire, « Église et société : l’ordination des femmes à la prêtrise », op. cit., (...)

« Chaque Province respecte la décision et les attitudes des autres Provinces en ce qui concerne l’ordination ou la consécration des femmes à l’épiscopat, sans que ce respect implique nécessairement l’acceptation du principe considéré, maintenant de cette façon le plus haut degré de communion avec les Provinces qui diffèrent. »72

  • 73 « That this Synod considers that there are no fundamental objections to the ordination of women to (...)
  • 74 « That this Synod asks the Standing Committee to prepare and bring forward legislation to remove th (...)
  • 75 « The women priests debate », The Church of England, op. cit.
  • 76 Mercier Jean, Des femmes pour le Royaume de Dieu, op. cit., p. 101-108.

28Concernant l’Église d’Angleterre, c’est à partir des années 1970 que la réflexion autour de l’accès des femmes aux fonctions cultuelles se développe. En 1975, une motion du synode général énonce que « ce Synode considère qu’il n’y a pas d’objections fondamentales à l’ordination des femmes à la prêtrise »73. Mais en 1978, la chambre du clergé rejette une motion du synode favorable à une législation sur la prêtrise et l’épiscopat des femmes : cette motion du synode souhaitait l’élaboration par le comité permanent d’une « législation pour supprimer les obstacles à l’ordination des femmes à la prêtrise et à leur consécration à l’épiscopat »74. Le diaconat des femmes est admis par le synode général en 1985 et les ordinations débutent en 1987 ; concernant les femmes prêtres, le synode général approuve le projet de loi relatif à l’ordination des femmes à la prêtrise en 1988 et adopte la mesure autorisant l’ordination des femmes à la prêtrise le 11 novembre 199275. Lors des débats sur cette législation, les contradicteurs s’appuient sur la tradition et les textes : ils mettent en avant « la pratique bi-millénaire d’un sacerdoce exclusivement masculin » et une « interprétation stricte de la Bible quand elle dit que l’homme est le chef de la femme », tandis que ses défenseurs invoquent des arguments touchant à l’égalité des femmes et des hommes constituant ensemble le « peuple de Dieu »76.

  • 77 « The women priests debate », The Church of England, https://www.churchofengland.org/our-views/wome (...)
  • 78 Doe Norman, « Les Églises anglicanes du Royaume Uni : la loi et l’ordination des femmes à la prêtri (...)

29Suite au vote de la mesure par le synode général, celle-ci est approuvée par le parlement et obtient la sanction royale (royal assent) en 1993, l’ordination des premières femmes prêtres ayant lieu en mars 1994 à Bristol77. Cependant, cette décision d’ordonner des femmes à la prêtrise a fait l’objet d’oppositions qui se sont concrétisées au niveau juridique : durant cette procédure, des opposants à l’ordination des femmes ont saisi les juges étatiques et ont tenté un recours devant la Commission européenne des droits de l’homme, sans succès, en invoquant, avant la promulgation de la mesure, l’incompétence juridique du synode général pour modifier profondément la doctrine ecclésiale ; et concernant le recours après la promulgation de la mesure (ayant alors pris valeur de loi), les juges se sont déclarés incompétents eu égard à la valeur similaire de cette mesure du synode avec un acte du Parlement78.

  • 79 Ibid., p. 62.
  • 80 Ibid., p. 63-67.

30La Priests (Ordination of Women) Measure de 1993, qui prévoit la possibilité de la prêtrise des femmes (mais non de l’épiscopat féminin), en écarte le Sex Discrimination Act de 197579 (Part I 1 « Provision for ordination of women as priests » et Part II section 6 « Discriminatory discharge of certain functions »). Selon cette mesure, le conseil ecclésiastique de paroisse et l’organe administratif d’une cathédrale ont la possibilité de ne pas accepter des femmes comme ministre du culte, prêtre titulaire, prêtre responsable du bénéfice, au sein de la paroisse, et comme ministre du culte ou archiprêtre, au sein de la cathédrale (annexes I et II, résolutions A et B). Pour sa part, l’Ordination of Women (Financial Provisions) Measure de 1993 prévoit « un secours financier » pour les ministres ordonnés, les diaconesses et les laïcs ayant quitté leur fonction étant en désaccord avec la prêtrise des femmes ; des dispositions sont également prévues dans l’Episcopal ministry Act du synode de 1993, pour les opposants à l’ordination des femmes, aux niveaux diocésain, régional et provincial (nomination d’évêques opposants et de visiteur épiscopal provincial)80.

  • 81 Charlot Claire, « Église et société : l’ordination des femmes à la prêtrise », op. cit., p. 133-135
  • 82 Rapport Women Bishops in the Church of England ?, op. cit., p. 2 : « 1.1.6 As we shall see in more (...)
  • 83 « Women Bishops », The Church of England, op. cit.

31La référence à l’égalité des sexes et à la non-discrimination sexuelle est très présente dans le cadre de cette discussion sur l’accès des femmes aux fonctions cultuelles dans l’Église d’Angleterre. Cela se constate à propos des sondages d’opinion effectués à cette occasion, dont il ressort que « l’enjeu, du côté des partisans, est lié à la lutte contre la discrimination sexuelle et pour l’égalité des sexes » tandis que pour les opposants, « 4 raisons seulement sont avancées, dont deux liées à la discrimination »81. Le rapport Women Bishops in the Church of England ? de 2004 met également en avant que l’égalité entre hommes et femmes est prise en compte concernant l’ordination des femmes82. Cette réflexion sur l’accès des femmes à l’épiscopat est lancée en juillet 2000 avec la demande du synode général d’une étude théologique sur la question de l’épiscopat des femmes suite à la motion présentée par l’archidiacre Judith Rose, et en 2004, le Rapport du groupe de travail de la chambre des évêques Women Bishops in the Church of England ? est publié83. Ce rapport présente de manière exhaustive les différents arguments favorables à l’épiscopat des femmes. Ces arguments d’ouverture sont notamment liés :

  • 84 Rapport Women Bishops in the Church of England ?, op. cit., p. 66-72, 131-132 et 156-177.

– aux réalités socio-culturelle et religieuse actuelles (l’épiscopat des femmes va « simplement de soi » ; le « large soutien de cette idée au sein de l’Église d’Angleterre » ; la nouvelle manière d’envisager le contenu biblique),
– à l’égalité des sexes et aux droits des femmes (cela serait « juste », notamment au regard des droits des femmes et de la non-discrimination sexuelle ; la nécessité que les femmes ne soient pas des membres de « seconde classe » dans l’Église ; la crédibilité de l’Église et de son message face à la non-discrimination sexuelle ; le problème de l’affirmation d’une tradition opposée à l’ordination des femmes au regard de la perspective égalitaire du témoignage biblique et du caractère évolutif de la tradition),
– aux femmes ministres du culte (la reconnaissance de la prêtrise des femmes et « l’expérience de femmes ministres du culte » ; les consécrations d’évêques femmes dans d’autres églises anglicanes ; la signification de la décision de 1992 d’ordonner des femmes prêtres),
– et à un certain regard sur les sources bibliques relatives aux femmes et de la théologie (la possible justification de l’épiscopat des femmes par les textes bibliques eu égard à leur enseignement sur la dignité, l’égalité et la complémentarité des hommes et des femmes devant Dieu ; la mauvaise interprétation du contenu biblique sur la primauté de l’homme ; une autre interprétation de I Corinthiens et I Timothée ; l’existence de preuves que les femmes ont été impliquées dans les ministères au temps de l’Église primitive ; la nécessité pour les hommes et les femmes de représenter le Christ ; le droit de l’Église d’Angleterre de développer ses propres ordres)84.

32De l’autre côté, les éléments défavorables à l’épiscopat des femmes relevés dans ce rapport se réfèrent :

  • 85 Ibid., p. 134-156.

– à une certaine réflexion ecclésiale (le risque de féminisation de l’église ; la nécessité au sein de l’Église d’Angleterre de maintenir le leadership masculin pour éviter sa féminisation ; la « période de “réception” » de l’ordination de femmes prêtres),
– à la tradition ecclésiale, à la théologie et aux textes bibliques (l’erreur de modifier la tradition ecclésiale au regard de la société actuelle ; la contrariété de l’épiscopat des femmes avec des textes bibliques tels que I Corinthiens 11.12-16, 14.34-38, I Timothée 2. 11-15, Ephésiens 5.21 et Galates 3.27-28, et sans support de la Tradition ; la « logique théologique » rendant « inappropriée » l’ordination des femmes ; l’absence de preuve « que Jésus ou Saint Paul étaient intéressés par les types d’arguments relatifs à l’égalité entre les sexes, apparus aux Lumières » ; la faiblesse de l’affirmation de l’existence de preuves de la présence de femmes à la tête de l’Église primitive d’un point de vue historique),
– à l’absence d’unanimité dans la communauté anglicane et à l’œcuménisme (l’existence de Provinces de la Communion anglicane n’acceptant pas l’épiscopat des femmes ; l’absence de consensus sur l’épiscopat des femmes ; les difficultés œcuméniques liées à l’ordination de femmes comme évêques),
– à l’ordre et à la différenciation entre les sexes (la différenciation sexuelle entre les êtres humains et la structuration patriarcale de la société comme données de la situation humaine créée par Dieu ; l’existence d’un ordre dans les rapports de sexes selon lequel les femmes sont soumises à l’autorité des hommes, énoncé dans la Genèse (récit de la création) et présupposé dans le reste des Écritures ; le principe de la soumission des femmes à l’autorité masculine sous-tendant la restriction des ministères des femmes dans I Corinthiens 14.34-36 et I Timothée 2.12-15 ; l’inappropriation qu’une femme exerce une autorité sur les hommes ; la préférence de promouvoir des ministères appropriés aux dispositions des femmes en conformité avec les Écritures et l’ordre des relations entre les sexes établi par Dieu),
– et à la teneur de la fonction épiscopale (la signification de la nature masculine du Christ et la nécessité d’une représentation du Christ par un prêtre homme ; la question de l’assurance sacramentelle ; la question de la fonction épiscopale de signe d’unité dans l’Église)85.

33Suite à ce rapport de 2004, plusieurs motions du synode général de l’Église d’Angleterre ont été adoptées, en faveur de l’épiscopat des femmes, reconnaissant sa conformité religieuse, la volonté du plus grand nombre et les oppositions :

  • 86 « That this Synod welcome and affirm the view of the majority of the House of Bishops that admittin (...)

– « l’admission des femmes à l’épiscopat dans l’Église d’Angleterre est conforme à la foi reçue par l’Église d’Angleterre »,
– « c’est le souhait de la majorité que les femmes soient admises à l’épiscopat »,
– « des arrangements spéciaux seront disponibles » pour les opposants à l’épiscopat des femmes86.

  • 87 « Women Bishops », The Church of England, op. cit.
  • 88 Voir Portes Thierry, « Le non des laïcs anglicans aux femmes évêques », Le Figaro, http://www.lefig (...)
  • 89 « Les premières femmes évêques de l’Église anglicane d’Angleterre pourraient être ordonnées à la fi (...)

34Une draft Measure relative à l’épiscopat des femmes a été élaborée et approuvée par 42 diocèses sur 4487, mais invalidée en novembre 2012 par la chambre des laïcs du synode général de l’Église d’Angleterre88. Cependant, en 2013, le synode général a admis la proposition de l’épiscopat des femmes et en juillet 2014, il a adopté la législation relative aux femmes évêques, permettant d’envisager l’ordination de premières évêques fin 201489, ce qui est le cas d’Elizabeth Jane Holden Lane.

  • 90 Voir notamment le Rapport Women Bishops in the Church of England ?, op. cit., p. 1.
  • 91 Voir le numéro « La religion : frein à l’égalité hommes-femmes ? », Archives de sciences sociales d (...)

35L’acceptation de femmes à tous les degrés de la hiérarchie religieuse prend ainsi du temps et se fait par étapes, dans un contexte sociétal évoluant également progressivement en matière de réorganisation des rapports hommes/femmes. Pour l’Église d’Angleterre et les Églises d’État des pays nordiques, la reconnaissance de ministres du culte femmes a accompagné la concrétisation de l’égalité des sexes dans les sociétés anglaise et nordiques90. Les changements sociétaux concernant les droits des femmes ont d’ailleurs un impact sur toutes les communautés religieuses91. De plus en plus d’entre elles, au regard de l’égalité des sexes, connaissent des ministres du culte femmes, ce qui illustre la portée des droits de l’être humain dans les sociétés contemporaines (II).

II. Accession des femmes aux fonctions cultuelles décidée par les autorités religieuses

  • 92 Voir Gibson Elsie, Femmes et ministères dans l’Église, Casterman, Paris, 1971, p. 56-58.

36Des femmes commencent à accéder aux fonctions cultuelles à partir du xixe siècle, telle Antoinette Brown, ordonnée dans l’Église congrégationaliste en 185392. Par la suite, de plus en plus de communautés relevant de diverses religions vont accepter des ministres du culte femmes, faisant alors leur l’égalité des sexes (A). Pour ce faire, ces communautés, comme les groupements juifs non-orthodoxes, les églises protestantes et les églises vieilles-catholiques, ont remis en cause les fondements de l’exclusion des femmes des fonctions cultuelles, notamment au regard de la discrimination sexuelle (B).

A. Accueil de l’égalité des sexes au niveau religieux

  • 93 Voir notamment Willaime Jean-Paul, « Situation sociale et institutionnelle des protestantismes en E (...)

37L’accès des femmes aux fonctions cultuelles a été favorisé par les connexions existantes entre les communautés religieuses et la modernité93. Les avancées égalitaristes des sociétés ont eu leur pendant au sein de ces communautés religieuses, se concrétisant dans leur reconnaissance de ministres du culte femmes.

  • 94 Malinovich Nadia, « Le judaïsme libéral en Europe et aux États-Unis. Une mise au point historiograp (...)
  • 95 Ibid., p. 11-12.
  • 96 Haïat Pierre, « Introduction », in Anthologie du judaïsme libéral. 70 textes fondamentaux, op. cit. (...)
  • 97 Article « Judaïsme conservateur », Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, Cerf, Paris, 1996, p. 5 (...)

38Les communautés juives non-orthodoxes, vieilles-catholiques et protestantes se sont accordées à la modernité et à l’égalité des sexes. Concernant les groupements juifs non-orthodoxes, leur naissance même s’inscrit dans la modernité : ils ont émergé dans un contexte d’effervescence socio-culturelle et intellectuelle, de relations avec les personnes non-juives, d’émancipation politique, avec les Lumières et la Haskalah94. Ce contexte a alors conduit à des réformes de la liturgie et des rites95, l’un des buts du judaïsme réformé étant de réunir modernité et judaïsme : « intégrer la modernité à la tradition juive libérée du ghetto, tout en restant fidèle au judaïsme »96. Cette conception sur la loi juive vécue au présent se retrouve dans le courant massorti : selon la pensée massorti, il faut « préserver l’observance de la Halakhah, mais l’adapter aux nécessités de l’époque », la Halakhah étant dynamique97.

39Pour ces raisons, ces courants réformé et massorti prennent acte des avancées égalitaristes dès le xixe siècle et redéfinissent alors l’état religieux des femmes juives. La Conférence rabbinique de Breslau de 1846, reconnaissant la nécessité d’une évolution du statut religieux des femmes, établit l’égalité des sexes en matière religieuse, telle que pour les commandements, la majorité religieuse, l’enseignement religieux, la prière collective :

« La position de la femme dans la Loi juive ou la halakha doit subir un changement […]. La dégradation de la situation religieuse des femmes est incompatible avec la conscience religieuse actuelle. Les rabbins étaient persuadés d’avoir raison en excluant les femmes d’une grande partie des droits et devoirs religieux […] on croyait que c’était Dieu en personne qui avait prononcé ce verdict accablant. […] Pour notre conscience religieuse qui accorde à tout être humain un degré égal de sainteté naturelle et pour laquelle les différences qui s’y rattachent dans les Écritures saintes n’ont qu’une validité relative et momentanée, c’est un devoir sacré d’exprimer avec force la totale égalité religieuse des hommes et des femmes […]. C’est notre tâche de prononcer l’égalité des privilèges religieux et des obligations des femmes. […]

  1. Les femmes sont tenues d’observer tous les commandements, mitswot, même ceux qui doivent être effectués à temps fixe, dans la mesure où ces commandements ont encore force et vigueur pour notre conscience religieuse.

  2. Les femmes à l’égal des hommes ont à remplir vis-à-vis des enfants toute obligation.

  3. Ni le mari, ni le père, n’a le droit de délier de leurs vœux leur fille ou leur femme majeure religieusement.

  4. La bénédiction, “Béni sois-tu Éternel, Roi de l’univers qui ne m’as pas faite – femme”, récitée tous les matins par les Juifs orthodoxes, et qui était l’expression d’un préjugé religieux à l’égard des femmes, sera dorénavant abolie.

  5. Les filles sont tenues de participer depuis leur plus jeune âge à l’instruction religieuse et à la prière publique et seront comptées dans le minian.

    • 98 Citée par Bebe Pauline, Qu’est-ce que le judaïsme libéral ?, op. cit., p. 146-147 et « L’égalité ho (...)

    L’âge de la majorité religieuse pour les filles comme pour les garçons est de treize ans. »98

  • 99 « Déclaration de principes pour le judaïsme réformé », site du Mouvement juif libéral de France, ht (...)
  • 100 « Les valeurs du judaïsme libéral. Le judaïsme libéral, héritier d’une tradition de l’évolution per (...)
  • 101 « Les sept piliers du Judaïsme Massorti », site du Judaïsme massorti Francophone, https://www.masso (...)

40Depuis, les groupements juifs non-orthodoxes valorisent l’égalité entre les sexes. La Déclaration de principes pour le judaïsme réformé adoptée par la Convention de Pittsburgh de 1999 de la Conférence centrale des rabbins américains, énonce l’engagement de ce courant « à réaliser la promesse historique du judaïsme réformé d’une parfaite égalité entre hommes et femmes dans la vie juive »99, l’une de ses « valeurs » étant ainsi l’égalité des sexes en droits et en devoirs100. Concernant le judaïsme massorti, parmi ses « sept piliers », figure la « représentativité et la responsabilité » des femmes au sein de la vie religieuse et sociale eu égard au respect de la personne et aux évolutions de la condition féminine dans la halakha et dans les sociétés contemporaines101.

  • 102 Rochefort Florence, « Féminisme et protestantisme au xixe siècle, premières rencontres 1830-1900 »,(...)
  • 103 Dubesset Mathilde, « Femmes, féminismes, christianisme », op. cit.
  • 104 « Convictions », Communauté vieille-catholique d’Alsace. Union d’Utrecht, http://vieux.catholique.a (...)
  • 105 « Une Église méconnue : l’Église vieille-catholique. Entretien avec Alexandre Nevejans », Propos re (...)

41Ce dynamisme religieux en matière d’égalité des sexes et de droits des femmes est également présent dans la religion protestante. Des recherches mettent en avant l’écho entre le protestantisme et le féminisme : des protestant(e)s ont participé au mouvement d’émancipation féminine102 et aux actions en faveur des droits des femmes tant au niveau sociétal qu’ecclésial (présence des protestantes dans les professions, dans les associations féministes, dans le Mouvement français pour le planning familial, dans le développement de la théologie féministe)103. La doctrine de l’Église vieille-catholique comprend également une prise en compte des évolutions de la société. Pour cette Église, l’adaptation est au cœur de la tradition en vue de la portée de sa mission : « la vraie tradition de l’église, c’est de changer en permanence pour pouvoir annoncer aux hommes de chaque époque et de chaque culture le message éternel et immuable »104 ; son interprétation de la tradition est dans le mouvement : il s’agit d’une Église « ouverte sur le monde, qui ne sacralise pas la tradition catholique, au contraire elle la fait évoluer », et en conséquence, cette communauté religieuse a admis les femmes aux fonctions cultuelles, dans un environnement sociétal égalitariste105.

42Ces groupements religieux ont connu une progression de la place des femmes en leur sein suivant le fil des avancées en matière de droits des femmes et d’égalité des sexes dans les sociétés, aboutissant à la reconnaissance de ministres du culte femmes.

  • 106 Voir Malinovich Nadia, « Le judaïsme libéral en Europe et aux États-Unis… », op. cit., p. 19.
  • 107 Bebe Pauline, « L’égalité hommes femmes dans le judaïsme libéral », op. cit., p. 136.
  • 108 « This Week in History – Reform rabbis debate women’s ordination », Jewish Women’s Archive, https:/ (...)

43L’affirmation des droits des femmes et de l’égalité des sexes se concrétise au sein des groupements juifs non-orthodoxes, protestants et vieux-catholiques par la participation de plus en plus égalitaire des femmes aux fonctions religieuses. Concernant les groupements juifs non-orthodoxes, ces évolutions égalitaristes prennent forme, notamment aux États-Unis, dès le xixe siècle – siècle marqué par les affirmations féministes106. Les autorités juives non-orthodoxes s’engagent en faveur de l’égalité des sexes à la Conférence rabbinique de Breslau de 1846. La Conférence centrale des rabbins américains admet en 1892 l’éligibilité des femmes aux conseils d’administration des synagogues, la mixité lors des offices et le retrait de la mehitsa107. Puis, en 1922, la Conférence centrale des rabbins américains, après avoir discuté la résolution selon laquelle « les femmes ne peuvent pas se voir refuser le privilège de l’ordination », reconnaît « le droit des femmes à devenir rabbins »108 :

« Whatever may have been the specific legal status of the Jewish woman regarding certain religious function, her general position in Jewish religious life has ever been an exalted one. She has been the priestess in the home, and our sages have always recognized her as the preserver of Israel. In view of these Jewish teachings and in keeping with the spirit of our age and the traditions of our conference, we declare that woman cannot justly be denied the privilege of ordination. » (american reform responsa, 7. Ordination of women as rabbis, central conference of american rabbis, 1983, USA, p. 25).

44Le rabbin Jacob Z. Lauterbach, participant à cette discussion de 1922, relève alors que cette question du rabbinat des femmes est suscitée par les transformations du statut des femmes dans la société :

« The very raising of this question is due, no doubt, to the great changes in the general position of women, brought about during the last half century or so. Women have been admitted to other professions, formerly practiced by men only, and have proven themselves successful as regards personal achievement as well as raising the standards or furthering the interests of the professions. Hence the question suggested itself, why not admit women also to the rabbinical profession ? » (american reform responsa, 8. Ordination of women as rabbis, central conference of american rabbis, 1983, USA, p. 25).

  • 109 Ibid.
  • 110 Cohen Florence, « Regina Jonas, la première femme rabbin de l’Histoire », in Anthologie du judaïsme (...)

45L’adoption en 1920 du dix-neuvième amendement de la Constitution américaine sur le droit de vote des femmes a en effet influé de manière indirecte par son souffle d’égalité109. La première femme américaine devenue rabbin libéral est Sally Priesand en 1972. Cependant, « la première femme rabbin de l’Histoire » est Regina Jonas, en Allemagne, ordonnée par le rabbin Max Dienemann le 27 décembre 1935110 eu égard à sa vocation et à ses compétences :

  • 111 Cité par Nadell Pamela S., Women who would be rabbis. A history of women’s ordination 1889-1985, Be (...)

Selon le rabbin Max Dienemann, « Since I have recognised that her heart is with God and Israel and that she gives her soul to the purpose which she intends for herself, and that she is God-fearing ; and since she passed the exam which I gave her in halakhic matters, I attest that she is capable of answering questions of Halakhah and that she deserves to be appointed to the rabbinical office. And may God support her and stand by her and accompany her on all her ways. »111

  • 112 Cohen Florence, « Regina Jonas, la première femme rabbin de l’Histoire », op. cit., p. 310.
  • 113 « Le rabbin Pauline Bebe », Site de la Communauté juive libérale Ile-de- France, http://www.cjl-par (...)

46Dans sa thèse portant sur la question « la femme peut-elle être rabbin selon la halakha ? », Regina Jonas répond par l’affirmative, démontrant l’absence de contrariété à la halakha : « à part les préjugés et la nouveauté de la chose, presque rien ne s’oppose, du point de vue halakhique, à l’exercice de la fonction rabbinique par une femme »112. En France, Pauline Bebe est la première femme devenue rabbin, exerçant au Mouvement juif libéral de France Est, puis à partir de 1995 au sein de la Communauté juive libérale Ile-de- France qu’elle a constituée113.

  • 114 Fine David J., « Women and the Minyan », Committee on Jewish Law and Standards of the Rabbinical As (...)
  • 115 Hein Avi, « A History of Women’s Ordination as Rabbis », Jewish Virtual Library, http://dev.jewishv (...)
  • 116 Ibid.
  • 117 Nadell Pamela S., « Rabbis in the United States », Site Jewish Women’s Archive, https://jwa.org/enc (...)
  • 118 Sur le « judaïsme reconstructionniste », voir « Les courants du judaïsme américain », Akadem, http: (...)
  • 119 Hein Avi, « A History of Women’s Ordination as Rabbis », op. cit.
  • 120 Nadell Pamela S., « Rabbis in the United States », op. cit.

47Concernant le judaïsme massorti, dans un premier temps, le Committee on jewish law and standards admet l’égalité des sexes en matière de minyan en 1973114 mais il rejette le rabbinat des femmes en 1974115. En 1977, une Commission for the study of the ordination of women as rabbis est mise en place et admet le principe du rabbinat des femmes : selon son analyse, « il n’y a pas d’objection halakhique directe à la formation et à l’ordination d’une femme comme rabbin, prédicateur et enseignant »116. En 1983, le Jewish theological seminary accepte l’accès des femmes à la formation rabbinique et en 1985 Amy Eilberg est ordonnée rabbin117. Pour sa part, le judaïsme reconstructionniste118 admet, dès sa création en 1968 aux États-Unis, le rabbinat des femmes et leur formation au reconstructionist rabbinical College, eu égard à sa considération pour l’égalité des sexes en droits, la première femme rabbin y étant Sandy Eisenberg Sasso en 1974119. Cet accès effectif des femmes au rabbinat dans la seconde moitié du xxe siècle au sein des groupements juifs non-orthodoxes aux États- Unis est lié à un regain du féminisme américain à partir des années 1960, à la présence croissante des femmes dans le monde professionnel et à l’engagement individuel de femmes dans la voie du rabbinat120.

  • 121 Willaime Jean-Paul, « L’accès des femmes au pastorat et la sécularisation du rôle du clerc dans le (...)
  • 122 Cité dans « Les femmes pasteurs de 1900 à 1960 », Musée virtuel du protestantisme français, http:// (...)
  • 123 Willaime Jean-Paul, « L’accès des femmes au pastorat et la sécularisation du rôle du clerc dans le (...)
  • 124 Ibid., p. 32-33.
  • 125 Ibid., p. 34.
  • 126 Calvin Jean, cité par Biéler André, L’homme et la femme dans la morale calviniste, Labor et Fides, (...)
  • 127 Luther Martin cité par Lienhard Marc, « L’image de la femme dans les Propos de Table de Luther », P (...)
  • 128 Krumenacker Yves, « Marie Durand, une héroïne protestante ? », CLIO, no 30, Presses universitaires (...)

48Dans le protestantisme, les femmes ont commencé à exercer certaines attributions religieuses pendant les périodes-clé de l’histoire de cette religion, ce qui était favorisé par les principes du sacerdoce universel et de la sola scriptura121. Martin Luther a lui-même encouragé le rôle religieux des femmes en cas de besoin : « l’ordre, la bienséance, l’honneur exigent que les femmes se taisent lorsque les hommes parlent ; mais lorsque aucun homme ne parle, il devient nécessaire que les femmes prêchent »122. C’est alors le cas avec la Réforme, durant laquelle des femmes prêchent et interviennent lors d’assemblées consacrées à la prière, à la lecture et au commentaire de l’Écriture123. Les femmes ont également un certain rôle religieux à partir de la Révocation de l’édit de Nantes en 1685, lors de la guerre des Camisards au début du xviiie siècle, lors des mouvements de Réveils et durant les deux guerres mondiales (vie paroissiale et culte)124. Les femmes ont également des responsabilités religieuses dans le cadre missionnaire ou encore dans celui du ministère de diaconesse125. Cependant, avant le xixe siècle, les femmes protestantes ne peuvent pas être pasteurs. Les réformateurs écartent le pastorat des femmes. Jean Calvin se réfère à l’ordre hiérarchique entre les sexes : « la puissance de prêcher ou enseigner ne convient point à une femme, par ce qu’en ce faisant elle préside là sur tous les hommes qui y sont, et toutefois il faut qu’elle soit sujette »126. Martin Luther se fonde sur le lien entre la nature féminine et le rôle qui en découle : « Dieu a privé le sexe féminin de tout jugement sur la chose publique […] et c’est pourquoi elles ne sont pas en état de s’occuper de politique ou de la vie de l’Église », tandis que « la femme est née pour la conduite de la maison »127. Par la suite, au xviiie siècle, plusieurs synodes désapprouvent le prêche des femmes et les révélations128.

  • 129 Willaime Jean-Paul, « L’accès des femmes au pastorat et la sécularisation du rôle du clerc dans le (...)
  • 130 Millet Martine, « Le ministère pastoral des femmes dans le protestantisme français », in Delumeau J (...)

49Comme l’explique Jean-Paul Willaime, les réticences à l’administration des sacrements par les femmes sont liées à « une conception assez sacrale et masculine » du pastorat : par conséquent, l’admission du pastorat des femmes – qui s’est faite par palliers (ministère féminin, ministère spécialisé, ministère pastoral sous conditions puis sans conditions) – constitue « une seconde sécularisation du rôle du clerc » (avec des impacts sur « son statut d’exception » et son pouvoir)129. En France, concernant l’Église réformée, la réflexion relative au pastorat des femmes s’engage au niveau des instances religieuses au début du xxe siècle : l’amorce est donnée avec le synode de l’Ouest en 1905 (idée d’un ministère spécifique de la femme complémentaire et secondant le pastorat), le synode national de Paris-Batignolles en 1916 (mise au point d’un texte sur le ministère féminin – « diaconesses de paroisse, lectrices de la Bible, femmes évangélistes »), et le synode de Provence et du Bas-Languedoc en 1918 et 1919 (« vœu » de l’ouverture des formations, diplômes et ministères aux femmes « au même titre que les hommes », en appréciation des avancées en matière de droits des femmes)130.

50En 1927, en Alsace-Moselle, le Règlement relatif à l’exercice des fonctions du culte par les femmes ayant fait des études théologiques prévoit la possibilité pour les femmes qualifiées et compétentes d’être aide-pasteur sous réserve de célibat :

  • 131 Règlement cité par Heitz-Muller Anne-Marie, « L’ouverture du ministère pastoral aux femmes dans les (...)

« 1. La Commission synodale peut admettre au service paroissial de l’Église des femmes qui ont fait des études théologiques. […] 3. L’emploi d’une femme dans les conditions du culte cessera le jour de son mariage. Toutefois, la Commission synodale, sur proposition d’un consistoire, pourra autoriser une veuve et, exceptionnellement, aussi une femme mariée à exercer temporairement les fonctions du culte. 4. La femme qui aura acquis l’aptitude aux fonctions pastorales portera le titre d’aide-pasteur. 5. Les femmes qui exerceront les fonctions du culte pourront recevoir une rétribution sur les fonds de l’État. 6. L’aide-pasteur s’appliquera pour sa personne à s’habiller d’une manière décente, en évitant les exagérations de la mode. Dans les cultes publics, elle portera la robe des pasteurs. »131

  • 132 Ibid., p. 311.
  • 133 Ibid., p. 319-321.

51En 1936, un synode de l’Église réformée d’Alsace et de Lorraine révise l’article 4 de ce Règlement ; cette révision introduit la possibilité de titularisation des aides-pasteurs : « des aides-pasteurs, ayant administré pendant cinq ans une paroisse, peuvent être titularisées, sur la proposition de la Commission synodale »132. Concernant l’Église de la confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine, il est admis, lors de la séance de son directoire du 8 mars 1948, un pastorat des femmes circonstancié : « la candidate en théologie [est] nommée pasteur suivant le règlement officiel, par le Directoire, après avis de l’Inspecteur ecclésiastique compétent » pour des raisons de « situation matérielle », sans reconnaître pour autant un « pastorat autonome » pour la femme133.

  • 134 Actes du synode national de l’Union nationale des Églises reformées de France, Montpellier, 1930, c (...)

52De son côté, en 1930, le synode national de l’Union nationale des Églises réformées de France, reconnaît le bien-fondé d’une reconnaissance des ministères pour les femmes : il lance l’élaboration (par une commission) d’un « statut des ministères féminins et du ministère pastoral féminin », eu égard au « principe de l’égalité des âmes devant Dieu », à « la valeur indiscutable des vocations pastorales féminines » et à « la légitimité d’un pastorat féminin »134. En 1943, le synode national de Paris-Batignolles instaure le poste d’assistante de paroisse et distingue le ministère féminin du ministère pastoral :

  • 135 Voir Willaime Jean- Paul, « Les femmes pasteurs en France : socio- histoire d’une conquête », in Ni (...)

« Le ministère féminin, dans ses diverses formes, n’est pas l’équivalent du ministère pastoral. Il le complète, mais ne le remplace pas. Il ne comporte pas la responsabilité d’une paroisse avec les charges qui lui sont spécialement attachées. Il ne comprend pas l’exercice de la prédication dans le culte dominical, l’administration des sacrements et la bénédiction des mariages »135.

53Puis en 1949, le synode de Paris-Saint- Esprit reconnaît le ministère pastoral de la femme dans l’Église réformée de France, mais de manière exceptionnelle et pour une femme n’étant pas mariée :

  • 136 Cité par Marquet Claudette, « Les femmes aussi », op. cit., p. 73.

« Le Synode de Paris-Saint- Esprit estime que, si le ministère de la femme dans l’Église réformée de France n’est pas normalement le pastorat sous sa forme actuelle, l’Église peut, dans des cas exceptionnels, dont le Synode national pourra seul se saisir et dont il sera seul juge, confier à une femme ce ministère pastoral, étant entendu que cette autorisation ne sera accordée ou maintenue qu’à une femme non mariée »136.

  • 137 Schmidt Élisabeth, Quand Dieu appelle des femmes. Le combat d’une femme pasteur, Cerf, Paris, 1978, (...)
  • 138 Millet Martine, « Le ministère pastoral des femmes dans le protestantisme français », op. cit., p.  (...)
  • 139 Schmidt Élisabeth, Quand Dieu appelle des femmes. Le combat d’une femme pasteur, op. cit., p. 177.

54Le synode national remet l’autorisation de consécration à Élisabeth Schmidt, qui remplit les critères nécessaires (bachelière en théologie, avec une délégation pastorale dans l’Église de Sète, disposant d’expérience et de la vocation pastorale, célibataire), laquelle devient la première femme pasteur de l’Église réformée de France en octobre 1949137. Le critère du célibat, considéré comme une dépossession du « droit d’être femme », est supprimé par le synode national de l’Église réformée de France en 1966138 : ce synode « décide d’accueillir et d’ordonner des femmes comme des hommes aux ministères de la Parole comme à ceux de la Diaconie », leur vocation, leur autorisation de consécration-ordination et leur affectation étant désormais traités sur le même plan par les instances compétentes139.

  • 140 Heitz-Muller Anne-Marie, « L’ouverture du ministère pastoral aux femmes dans les Églises protestant (...)

55Il l’est également en 1968 dans l’Église réformée d’Alsace et de Lorraine et en 1970 dans l’Église de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine140. Le Règlement concernant le ministère féminin dans les Églises protestantes concordataires d’Alsace et de Lorraine de 1970 affirme l’égalité des conditions en matière d’admission au pastorat pour les candidats hommes et femmes, avec cependant une mention sur le choix préférable d’un ministère en adéquation avec la nature féminine :

  • 141 « Cultes protestants – Textes commentés », Juris Classeur Alsace-Moselle, Fascicule 233, 2005.

« 1. – Les candidates en théologie ayant acquis le grade de licenciée peuvent être admises aux fonctions pastorales dans les mêmes conditions que les candidats. 2. – Les femmes-pasteurs seront affectées de préférence à des paroisses pourvues de deux ou plusieurs postes de pasteurs, afin de leur permettre d’exercer un ministère spécialisé en rapport avec leurs dons spécifiques (par exemple : enseignement religieux scolaire, instruction religieuse des catéchumènes, cultes de jeunesse, travail parmi la jeunesse féminine, cure d’âmes surtout auprès des femmes). La nomination d’une femme-pasteur dans une paroisse autonome et qui ne comprend qu’un poste n’est toutefois pas exclue »141.

  • 142 Parmentier Élisabeth, « L’ordination des femmes dans la communion luthérienne », site de la Fédérat (...)
  • 143 Ministry, Women, Bishops. Report of an International Consultation, dans Heitz-Muller Anne-Marie, «  (...)

56Les Églises luthériennes admettent le pastorat des femmes à partir de 1920 (Pays-Bas), avec une extension progressive aux différents pays européens puis africains et asiatiques (dans les années 1970)142. En 1992, la Fédération luthérienne mondiale se montre favorable à l’ordination des femmes : elle estime que les distinctions sexuelles « ne devraient pas empêcher la participation des femmes à tous les aspects de la vie missionnaire de l’Église, y compris le ministère ordonné », et elle affirme son « accord sur le fait que la pratique de l’ordination des femmes au ministère pastoral est une expression de [son] obéissance à l’Évangile »143.

57Dans la Déclaration de Lund, Le ministère épiscopal. Au sein de l’Apostolicité de l’Église, du 26 mars 2007, la Fédération luthérienne mondiale met en avant son engagement quant à l’ordination des femmes (considérée comme un « don généreux et enrichissant »), rappelant sa pratique dans la plupart des communautés luthériennes du monde – certaines ayant également des femmes évêques (points 40-42).

  • 144 Conférence de Berlis Angela, « Femmes dans l’Église », Pour un catholicisme « éclairé ». L’Union d’ (...)
  • 145 Ibid.
  • 146 Kirscht Ralph, « German Old-Catholic Church concludes 57th Synod in Mainz », Union of Utrecht of th (...)
  • 147 Entretien avec Grab Michel, prêtre de la communauté vieille-catholique d’Alsace du 06/09/2011.

58Pour l’Église vieille-catholique, les droits des femmes et l’égalité entre les sexes commencent à s’instaurer dans la vie ecclésiale à partir du xixe siècle, notamment en Allemagne (présence au sein des assemblées paroissiales, constitution d’organisations féminines, droit de vote, membres des conseils paroissiaux, du synode et du conseil synodal)144. Dans la communauté vieille-catholique d’Allemagne, les femmes sont admises dans les années 1980 au diaconat, puis en 1994 à la prêtrise, les premières ordinations de femmes à cette fonction ayant lieu en 1996 ; désormais les communautés vieilles-catholiques autrichienne, néerlandaise et suisse acceptent également des femmes au ministère ordonné145. En outre, le 57e synode de l’Église vieille-catholique d’Allemagne de 2010 a opté pour un langage non sexué toujours dans une démarche égalitariste146. Pour sa part, la Conférence internationale des évêques admet que les églises vieilles-catholiques puissent ordonner des femmes prêtres147.

59Cette étude de l’accès des femmes aux fonctions cultuelles au sein des églises vieilles-catholiques, des églises protestantes et des groupements juifs non-orthodoxes met en avant l’influence de l’affirmation de l’égalité des sexes et des droits des femmes sur cette décision des autorités religieuses. C’est ainsi en rapport avec la non-discrimination sexuelle que les fondements de l’exclusion des femmes des fonctions cultuelles ont été remis en cause au sein des églises protestantes, des communautés juives non-orthodoxes et des églises vieilles catholiques (B).

B. Fonctions cultuelles et non-discrimination sexuelle

60L’égalité des sexes est, dans une certaine mesure, à l’origine de la remise en cause de l’exclusion des femmes des fonctions cultuelles dans les communautés juives non-orthodoxes, les églises protestantes et les églises vieilles-catholiques. Cette égalité a en effet progressivement agi sur les normes et les usages religieux, jusqu’à l’admission des femmes comme ministres du culte.

  • 148 Voir Bebe Pauline, « L’égalité hommes femmes dans le judaïsme libéral », op. cit., p. 134-135.

61Dans le judaïsme non-orthodoxe, l’égalité des sexes est reconnue à partir du xixe siècle, renouvelant graduellement les règles et les pratiques religieuses individuelles et collectives, avec notamment pour fondement textuel le passage de la Genèse (1 : 27) « Dieu créa l’homme à son image ; c’est à l’image de Dieu qu’il le créa. Mâle et femelle furent créés à la fois »148.

  • 149 « Mixité hommes/femmes lors des offices », site de la Communauté juive libérale d’Ile de France, ht (...)
  • 150 Golinkin David, « La cloison de séparation des sexes (mehitsa) », Site du Judaïsme massorti francop (...)

62Sur le plan cultuel, l’égalité des sexes est l’une des justifications à l’abandon de la séparation entre hommes et femmes dans les lieux de culte, aux côtés des arguments de l’usage de la mixité, de « changements de circonstances et d’époque » et de la nature coutumière de cette pratique non alléguée au niveau talmudique149. En effet, ainsi que le relève le rabbin massorti David Golinkin dans son responsum La cloison de séparation des sexes (mehitsa), la mehitsa n’aurait pas toujours été présente dans les synagogues, leur mise en place obligatoire datant du xixe siècle : « il n’existe aucune source, ni littéraire, ni archéologique, qui permette de supposer l’existence d’une séparation à l’époque de la Michna et du Talmud » dans les synagogues, sa « première mention » apparaissant vers le xie siècle, avant de devenir une obligation dans une « source halakhique » du xixe siècle. Ce responsum justifie également la mixité synagogale par la nature rabbinique (tikoun gadol) de la règle de la séparation, par la règle halakhique « ha-idana (actuellement, de nos jours) » permettant les révisions de coutumes, et par la notion halakhique « reguilout (accoutumance) » eu égard au caractère familier de la mixité dans nos sociétés150.

  • 151 Voir Bebe Pauline, « L’égalité hommes femmes dans le judaïsme libéral », op. cit., p. 139.
  • 152 Voir les propos du rabbin Adler Samuel cités par Pauline Bebe, « L’égalité hommes femmes dans le ju (...)
  • 153 Susskind-Goldberg Monique, « Les femmes dans le minyan et dirigeant la prière », Site du Judaïsme m (...)
  • 154 Dalsace Yeshaya, « Plaidoyé pour compter les femmes dans le Minyan », Site du Judaïsme massorti fra (...)
  • 155 Susskind-Goldberg Monique, « Les femmes dans le minyan et dirigeant la prière », op. cit.

63L’exclusion des femmes du minyan est également remise en cause dans les groupements juifs non-orthodoxes au regard de l’égalité des sexes151. Cette remise en cause s’appuie notamment sur le caractère coutumier et l’absence de base religieuse d’une telle pratique152. Des études démontrent qu’au regard du Talmud et de l’enseignement de Maïmonide (faisant référence à « dix adultes libres »), le minyan peut inclure des femmes153. Certaines analyses mettent en avant les aspects « pratique » (face à la difficulté du minyan dans les petits rassemblements) et « éthique » (face à l’infériorisation des femmes) de la prise en compte des femmes dans le minyan154. L’ouverture du rôle de Chelihot Tsibour aux femmes est pour sa part justifiée par le devoir de prier des femmes : les femmes doivent « réciter la prière de la Amida comme les hommes » et « sanctifier le nom de Dieu », tandis que leur dispense de récitation du Chema (Michna Berakhot 3 : 3 : « Les femmes, les esclaves, les mineurs sont exempts de la récitation du Chema et des Tefilin ») ne peut constituer un obstacle eu égard à la pratique actuelle de la récitation qui est individualisée et non plus rattachée à l’officiant155.

  • 156 Susskind-Goldberg Monique, « Faire monter une femme à la Tora », Site du Judaïsme massorti francoph (...)
  • 157 Bebe Pauline, Qu’est-ce que le judaïsme libéral ?, op. cit., p. 144.

64Une évolution égalitariste concernant la lecture publique de la Torah est également mise en avant dans les groupements juifs non-orthodoxes. En reprenant la formulation de la règle du Talmud Meguila 23a, « Tout le monde [est habilité à] monte[r] à la Torah parmi les sept personnes requises, même une femme, même un mineur. Mais les sages ont dit : une femme ne lira pas dans la Torah en raison de la “dignité de la communauté” (kevod hatsibour) », la pensée juive non-orthodoxe considère que l’alphabétisation féminine actuelle enlève la teneur du « déshonneur » de l’époque talmudique (incapacité de lire des hommes)156. Quant à l’argument de l’impureté féminine contre la lecture publique de la Torah par les femmes, des analyses montrent que l’impureté est seulement liée à la sexualité157 et que cet argument n’a pas de légitimité religieuse :

  • 158 Susskind-Goldberg Monique, « Faire monter une femme à la Tora », op. cit.

« Dans le traité Berakhot du talmud babylonien (22a) il est dit clairement : “Selon une baraïta, le rabbin Yehouda ben Betira déclare que les paroles de la Torah ne peuvent être souillées par une impureté”. Et les plus grands décisionnaires comme Rif, Maïmonide, Smag, Roch, Tour et R. Yossef Caro ont suivi l’opinion talmudique. C’est ainsi que nous pouvons lire dans le Choulhan Aroukh (Orakh Hayim. 88 : 1) : “Tous les impurs peuvent lire la Torah, le Chema et prier”. Et le Rama d’ajouter : “Certains ont écrit qu’une femme menstruée ne peut entrer dans la synagogue, prier, énoncer le nom de Dieu, ou toucher le livre (de la Torah), mais selon d’autres, tout ceci est permis, et ceci [la deuxième opinion] est l’essentiel” »158.

  • 159 Dalsace Yeshaya, « La place de la femme dans le rituel synagogal », site du Judaïsme massorti franc (...)
  • 160 Bebe Pauline, Qu’est-ce que le judaïsme libéral ?, op. cit., p. 150-151.

65Ainsi, ces évolutions des pratiques dans le sens de l’égalité des sexes sont jugées, par les groupements juifs non-orthodoxes, comme respectueuses de la halakha : ils considèrent en effet qu’il n’y a pas en la matière d’obstacles liés à la tradition159. Cela est le cas pour le rabbinat des femmes : selon la pensée juive non-orthodoxe, le rejet du rabbinat féminin n’a pas d’assise halakhique mais tient davantage à une certaine perception de la nature et du rôle féminins dans le judaïsme : « l’accès de la femme à des rôles publics semble être incompatible avec l’image de la femme juive traditionnelle »160.

  • 161 Haag Martine, « Statut des femmes dans les organisations religieuses : l’exemple de l’accès au pouv (...)
  • 162 Marquet Claudette, « Les femmes aussi », op. cit., p. 73-74.

66Concernant le protestantisme, l’accès des femmes au pastorat s’explique par le contexte d’affirmation de l’égalité et de difficultés de l’autorité cléricale (manque de pasteurs, question de légitimité)161. Le pastorat des femmes a été confronté à plusieurs arguments d’opposition tenant à une certaine conception de l’appartenance sexuelle (« la biologie et la nature féminine »), au regard notamment des textes bibliques (l’idée d’autorité, l’ordre de la création présent dans la Genèse et « la hiérarchie Christ/homme/femme », la « convenance » présente dans les textes pauliniens) et au rapport de l’église à la société et aux autres religions (la question de l’adaptation à la société eu égard à la nature ecclésiale spécifique, l’œcuménisme)162.

  • 163 Voir Heitz-Muller Anne-Marie, « L’ouverture du ministère pastoral aux femmes dans les Églises prote (...)

67L’argument textuel est alors particulièrement important163. C’est ce que met en avant l’éditorial de la Quinzaine protestante du 1er février 1929 :

  • 164 Ibid., p. 317.

« ‘Que la femme se taise dans l’Église’. Cette parole de saint Paul est l’argument massif, l’argument massue par lequel les adversaires du ministère féminin pensent d’une manière définitive écarter une initiative prise d’une part par des femmes soucieuses de conquérir dans tous les domaines des droits égaux pour les deux sexes mais d’autre part aussi par des personnes soucieuses de l’avenir de nos Églises »164.

  • 165 Parmentier Élisabeth, « L’ordination des femmes dans la communion luthérienne », op. cit.

68Dans les églises luthériennes, les réticences au pastorat des femmes se fondent sur l’image masculine du Christ (la représentation du Christ par un ministre homme) et les rapports entre les sexes (l’ordre de la création et la soumission naturelle de la femme)165.

  • 166 Marquet Claudette, « Les femmes aussi », op. cit., p. 75.
  • 167 Heitz-Muller Anne-Marie, « L’ouverture du ministère pastoral aux femmes dans les Églises protestant (...)
  • 168 Ibid., p. 308.
  • 169 Haag Martine, « Statut des femmes dans les organisations religieuses : l’exemple de l’accès au pouv (...)
  • 170 Marquet Claudette, « Les femmes aussi », op. cit., p. 75.
  • 171 Ibid.

69Face à ces raisons d’opposition à l’accès des femmes aux fonctions cultuelles, les justifications à l’ouverture du pastorat aux femmes au sein des églises protestantes s’appuient sur les textes bibliques (le principe de l’égalité de l’homme et de la femme devant Dieu avec une référence au texte Galates 3, 28 « en Christ, il n’y a plus ni homme ni femme » et la place essentielle des femmes dans l’Église primitive166 (soutiens matériels et personnels, assistance des nécessiteux, prophétesses, veuves, diaconesses167) ; l’estime de Jésus pour les femmes et l’absence d’interdiction explicite168 ; le choix d’une interprétation textuelle circonstanciée169), le positionnement de l’église dans le monde (l’œcuménisme ouvert sur « l’autre », les rapports avec la société170) et la nature des fonctions cultuelles (le caractère fonctionnel du ministère171).

  • 172 Parmentier Élisabeth, « L’ordination des femmes dans la communion luthérienne », op. cit.
  • 173 Ibid.
    Sur « les facteurs favorables à l’ordination des femmes » au sein des communautés religieuses (...)

70Pour les églises luthériennes, les arguments mis en avant en faveur du pastorat des femmes se réfèrent à certains principes du luthéranisme : la centralité du baptême pour « l’ensemble des ministères », la remise en question par le « concept de communion » des séparations dans l’Église, la souplesse du luthéranisme vis à- vis de « la pratique millénaire de l’Église » et la « compréhension actuelle de l’Écriture et de l’Évangile »172. La théologie, les mentalités et l’environnement sociétal ont joué en faveur de l’accès des femmes aux fonctions cultuelles dans les églises luthériennes : en effet, la question s’est posée dans un cadre caractérisé par « une attitude d’ouverture face à l’influence culturelle et contextuelle », « une évolution non seulement théologique, mais aussi psychologique, en ce qui concerne les typologies et les attributions des rôles masculins et féminins » et « l’ouverture à la théologie et à l’exégèse libérales » (méthode historico-critique)173.

  • 174 Entretien avec Grab Michel, prêtre de la communauté vieille-catholique d’Alsace du 06/09/2011. Voir (...)

71Concernant les églises vieilles-catholiques, le prêtre Michel Grab explique que plusieurs éléments ont favorisé l’ordination des femmes dans ces églises, comme l’importance des mouvements féministes (cas en Allemagne, dont l’église a été la première à admettre des femmes prêtres), l’admission de prêtres mariés, la participation des laïcs au synode, l’importance de la conscience personnelle, la promotion des droits humains par les églises vieilles-catholiques, et l’inscription de l’église vieille-catholique dans la culture actuelle ; selon ce prêtre, la décision d’ordonner des femmes au sein de ces églises s’appuie sur le fait qu’il n’y a pas de raisons théologiques s’opposant à la prêtrise des femmes, mais il relève que l’argument de la tradition (il n’y a jamais eu de femmes prêtres) a été la principale difficulté174.

72Il ressort ainsi de ces analyses que l’accession des femmes aux fonctions cultuelles au sein des églises vieilles-catholiques, des églises protestantes et des communautés juives non-orthodoxes, a été pensée dans le cadre d’avancées relatives aux femmes. Cependant, l’exercice des fonctions cultuelles par les femmes au sein de ces groupements religieux, à l’instar de l’exercice d’autres professions, fait l’objet de certaines inégalités et réserves. La présence de ministres du culte femmes ne concerne pas encore toutes les communautés protestantes, vieilles catholiques et juives non-orthodoxes.

  • 175 Willaime Jean-Paul, « Les pasteurs femmes et les mutations contemporaines du rôle de pasteur. Premi (...)
  • 176 Voir Roh-Merolle Géraldine, « Le deuxième rabbinat », Asdiwal, no 1, 2006, p. 85-86.
  • 177 Ibid., p. 88.
  • 178 De Gasquet Béatrice, « La barrière et le plafond de vitrail. Analyser les carrières féminines dans (...)

73Les travaux des sociologues relèvent un certain mode d’exercice des fonctions cultuelles lié à l’identité féminine de leur titulaire. Selon Jean-Paul Willaime, les femmes pasteurs, après s’être conformées au moule du pastorat masculin, n’hésitent plus à mettre en avant une manière spécifiquement féminine d’exercer leurs fonctions religieuses175. Pour leur part, les femmes rabbins cherchent à ouvrir les règles et les pratiques religieuses au féminin176. Certains travaux sociologiques font également ressortir les inégalités que les femmes rencontrent dans le cadre de l’exercice des fonctions cultuelles : discriminations notamment salariales177, « plafond de verre » pour les responsabilités d’encadrement, difficulté d’accès au sommet de la hiérarchie religieuse, inégalités en matière de carrière, emploi à des fonctions de nature solitaire ou subordonnée, postes au sein de communautés « moins centrales », plus petites, ayant peu de moyens et composées de membres plutôt âgés, temps partiel, recrutement plus fréquent pour des ministères spécialisés et par les institutions religieuses plutôt que par les communautés locales, par rapport aux hommes178.

  • 179 Roh-Merolle Géraldine, « Le deuxième rabbinat », op. cit., p. 83.
  • 180 De Gasquet Béatrice, « La barrière et le plafond de vitrail. Analyser les carrières féminines dans (...)
  • 181 Wells Paul, « Réflexions bibliques sur le pastorat féminin », Revue de réflexion biblique Promesses (...)

74L’exercice des fonctions cultuelles par des femmes dans les groupements protestants, vieux-catholiques et juifs non-orthodoxes est toujours confronté à un certain « conservatisme » : pour le rabbinat des femmes, il subsiste des réticences et des résistances au sein des courants progressistes du judaïsme179. Concernant les femmes pasteurs, certaines églises protestantes, notamment « littéralistes » n’admettent pas le pastorat des femmes180. Selon le professeur Paul Wells, doyen de l’Institut de théologie protestante et évangélique Jean Calvin, la problématique du pastorat des femmes doit être pensée au regard de « l’autorité même de l’Écriture » ; et pour ce théologien, les textes bibliques, qui sont « transculturels » et « d’application générale », n’attribuent pas aux femmes « le rôle d’autorité et d’enseignement dans le culte public »181. Cependant, récemment, en France, des églises évangéliques ont marqué certaines évolutions concernant le pastorat des femmes : le 79e synode de l’Union des Églises évangéliques libres de France de 2003 a voté « l’exercice du ministère pastoral féminin » (« Pour une Église en développement », 29-31 mai 2003). En 2005, le Congrès de la Fédération des églises évangéliques baptistes de France a adopté un texte, Les ministères féminins, énonçant qu’il appartient à chaque communauté ecclésiale locale de décider d’avoir (ou non) des femmes pasteurs, et la Commission des ministères et le Conseil de la Fédération traiteront les candidatures sans distinction de sexe :

« 1. Au niveau local, nous respecterons la décision que prendra chaque Église locale dans ce domaine : accepter ou non de confier l’exercice des ministères d’enseignement et de direction (ancien, pasteur…) à des femmes.
2. Au niveau fédératif, concernant le ministère pastoral […] nous acceptons les points suivants :

  • la Commission des ministères et le Conseil de la Fédération examineront les candidatures au ministère pastoral selon la procédure et les critères définis par notre texte sur la reconnaissance du ministère pastoral. Ils le feront sans tenir compte du sexe du candidat et pourront ainsi proposer des candidates aux Églises qui leur auront fait part de leur besoin d’un pasteur.

  • toute femme qui aura été appelée à exercer ce ministère par une Église de la Fédération et dont le proposanat aura été validé selon les modalités habituelles sera reconnue, au même titre que les pasteurs hommes, « pasteur de la Fédération ».

  • les Églises locales seront bien entendu toujours libres de faire appel ou non à une femme pour exercer en leur sein le ministère pastoral. »

75Ce texte sur Les ministères féminins fait également le point concernant le statut des femmes dans les Églises baptistes. Ces églises s’accordent à affirmer l’égalité des hommes et des femmes devant Dieu et à apprécier la place des femmes dès les débuts du christianisme : ainsi, selon ce texte, les « affirmations communes » aux églises baptistes sont de reconnaître la vocation des hommes et des femmes à servir Dieu au sein de l’Église et au niveau de la société, l’égalité en matière de grâce et de statut (enfants de Dieu) entre les chrétiennes et les chrétiens selon l’enseignement du Nouveau Testament, l’intérêt et le respect de Jésus pour les femmes divergeant de la pensée majoritaire de l’époque, l’engagement et le dynamisme des chrétiennes attestés dans les textes bibliques, durant toute l’histoire de l’église, depuis ses fondements jusqu’à aujourd’hui.

76En revanche, ces églises baptistes ont des conceptions plurielles quant à la possibilité pour les femmes d’exercer les ministères de direction et d’enseignement, certaines s’y opposant en raison de la différenciation des sexes, d’autres l’admettant au regard de l’absence d’interdiction textuelle et de l’égalité spirituelle, parfois de manière particulière et circonstanciée :

  • 182 « Les ministères féminins », texte adopté par le Congrès de Joinville-le- Pont en mai 2005, Site de(...)

– « la “position contre” : sans remettre en cause l’égale dignité dont jouissent les femmes (Gn 1.26 s), certains sont convaincus que les femmes ne sont pas appelées (quelles que soient les circonstances) à exercer les ministères d’enseignement et de direction, lesquels sont dévolus aux hommes. Ce point de vue repose essentiellement sur la conviction de la distinction des rôles respectifs de l’homme et de la femme enseignée par la Bible, le principe d’autorité ayant été confié aux hommes par Dieu ; il convient de l’appliquer dans le domaine des ministères.
la “position pour” : d’autres, au contraire, plaident pour l’accès des femmes à ces ministères au même titre que les hommes. Leur interprétation des textes bibliques les amène à conclure que rien ne s’y oppose. Au bénéfice de la même grâce que les hommes et de la même effusion de l’Esprit, les femmes peuvent être appelées par le Seigneur à exercer les ministères de la Parole et de direction.
la “position pour conditionnelle” : enfin, d’autres encore optent pour une voie intermédiaire : ils pensent légitime l’exercice de ces ministères par des femmes, mais soit sous certaines conditions (la plus fréquente étant l’exercice de ces ministères sous l’autorité d’un Conseil présidé par un homme), soit à titre extraordinaire (Dieu étant libre de susciter de telles vocations féminines à certains moments de l’histoire). »182

  • 183 Rapport du secrétaire, Assemblée générale de la communion d’Églises protestantes en Europe, Budapes (...)
  • 184 Communiqué « La réforme continue de l’Église : Le témoignage des femmes ordonnées aujourd’hui », co (...)

77De même, au sein du luthéranisme, toutes les églises ne consacrent pas de femmes au ministère ordonné. Cela est notamment le cas, comme le signale le rapport du secrétaire de la Communion d’Églises protestantes en Europe de 2006, de certains pays de l’Est (Pologne, Lettonie, Ukraine) pour des raisons tenant notamment à l’environnement catholique, à la « conception slave du rôle de la femme », et aux textes bibliques (I Corinthiens 14 : 34)183. Dans un communiqué de 2008, les participantes d’un colloque organisé avec le département de théologie et d’études de la Fédération luthérienne mondiale, remarquent que les obstacles à l’ordination des femmes ne sont pas d’ordre théologique : « souvent, ce sont des raisons non pas théologiques mais culturelles qui barrent le chemin des femmes vers l’ordination »184.

  • 185 « Communiqué of the IBC meeting in Prague/CZ, 2003 », Union of Utrecht of the Old Catholic Churches (...)

78Concernant les églises vieilles-catholiques, il y a également des dissensions concernant l’ordination des femmes, certaines églises n’admettant pas une telle pratique. Cela est le cas de l’Église catholique polonaise des États-Unis et du Canada qui ne s’est plus sentie « en mesure de maintenir la communion » avec les églises de l’Union d’Utrecht ordonnant des femmes185.

79Malgré ces difficultés, les fonctions cultuelles sont marquées par l’égalité des sexes au sein de nombreux groupements vieux-catholiques, protestants et juifs non-orthodoxes. Ces groupements religieux ont réétudié les différents éléments à l’origine de l’exclusion des femmes des fonctions cultuelles, pour aboutir à la reconnaissance des droits des femmes dans la sphère religieuse.

Notes

1 Zaidman Claude, « Les “acquis” des femmes en France dans une perspective européenne », Les cahiers du CEDREF [En ligne], 15, 2007, mis en ligne le 8 novembre 2009, URL : https://journals.openedition.org/cedref/384.

2 Voir Gallay Pierre, Des femmes prêtres ?, op. cit., p. 40 et 43.

3 Traité de droit français des religions, 1ère édition, op. cit., p. 62.

4 Rapport Women Bishops in the Church of England ?, the House of Bishops’ Working Party on Women in the Episcopate, chaired by the Rt Revd Dr Nazir-Ali Michael, the Bishop of Rochester, 2004, p. 1.

5 Bergman Solveig, « Des sociétés nordiques favorables aux femmes ? », 31 mars 2008, Euro topics, http://www.eurotopics.net/fr/home/presseschau/archiv/magazin/gesellschaftverteilerseite/frauen-2008-3/artikel_bergman_frauen_norden/.

6 Rapport mondial sur le développement humain 1995, La révolution de l’égalité entre les sexes, Nations unies, Résumé, p. 2.

7 Hausmann Ricardo, Tyson Laura D., Zahidi Saadia, The Global Gender Gap Report 2010, World Economic Forum, p. 19 et 24.

8 Blom Ida, « Les féminismes et l’État : une perspective nordique », in Le siècle des féminismes, op. cit., p. 265.

9 Brachet Sara et Le Bouteillec Nathalie, « Réalité démographique et action publique en Suède : une indifférence feinte ? », in Vivre plus longtemps, avoir moins d’enfants, quelles implications ?, Presses universitaires de France, Paris, 2002, p. 703-704.

10 Bergman Solveig, « Des sociétés nordiques favorables aux femmes ? », op. cit.

11 Carlander Ingrid, « La condition des femmes suédoises », Aspects internationaux de l’Égalité Hommes-Femmes : Dans la formation et dans le travail, Groupe égalité hommes/femmes, journée des référents, Conférence des Grandes écoles, École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie (ESTP), Paris, 7 juin 2007, Actes, p. 4-5.

12 Luther Martin, « À la noblesse chrétienne de la nation allemande », in Les Grands écrits réformateurs, Flammarion, Paris, 1992, p. 107-108.

13 Willaime Jean-Paul, « Situation sociale et institutionnelle des protestantismes en Europe », Intervention à l’occasion du colloque du Centenaire de la Fédération protestante de France, Paris, 22 octobre 2005, texte sur le site de la Fédération protestante de France, http://www.protestants.org/?id=31399 ; et « Les femmes pasteurs en France : socio-histoire d’une conquête », in Ni Eve, ni Marie…, op. cit.

14 Dubesset Mathilde, « Femmes, féminismes, christianisme », op. cit.

15 Voir Havel Jean Eugène, « La question du pastorat féminin en Suède », op. cit., p. 116-130 ; et Willaime Jean-Paul, « Situation sociale et institutionnelle des protestantismes en Europe », op. cit.

16 Torfs Rik, « Introduction. Les traditions d’Églises d’État ou d’Églises établies », in Les origines historiques du statut des confessions religieuses dans les pays de l’Union européenne, op. cit., p. 175.

17 Dubois-Ingelson Margareta, « Le pastorat féminin en Suède », Lumière et vie. La nonordination des femmes. Un moratoire contesté, 224, 1995, p. 81.

18 Raun Iversen Hans, « Chronologie : Danemark », base de données EUREL, http://www.eurel.info.

19 « Le protestantisme dans les pays nordiques », Musée virtuel du protestantisme français, https://www.museeprotestant.org/notice/le-protestantisme-dans-les-pays-nordiques/.

20 Murray Robert, L’Église Suédoise. Son histoire et son organisation, Ab verbum/Kyrkliga Centralförlaget, Stockholm, 1970, p. 34 et 46.

21 Tamm Ditlev, « Les pays nordiques : Danemark, Finlande, Suède », in Les origines historiques du statut des confessions religieuses dans les pays de l’Union européenne, op. cit., p. 178.

22 Constitutions sur Digithèque de matériaux juridiques et politiques (MJP) : http://mjp.univperp.fr/constit/se1720.htm, http://mjp.univ-perp.fr/constit/se1809.htm et http://mjp.univperp.fr/constit/se1866.htm.

23 Schött Robert, « État et Églises en Suède », in État et Églises dans l’Union européenne, op. cit., p. 321-322.

24 Friedner Lars, « Présentation générale : Suède », base de données EUREL, http://www.eurel.info.

25 « Ministry and Ministries », Svenska kyrkan, https://www.svenskakyrkan.se/ministry-and-ministries: « The government decides on the total number of priests’ posts in the country. The Church Board then distributes the positions among the dioceses. In turn, each diocese allocates them among its parishes. Priests are employed by parishes or dioceses, according to the norms of Swedish labor law. Parish councils and diocesan chapters evaluate candidates for a certain position on the basis of professional qualifications, interviews, and the same screening process that exists elsewhere in the Swedish labor market. »

26 Dübeck Inger, « État et Églises au Danemark », in État et Églises dans l’Union européenne, op. cit., p. 57.

27 Textes sur la Digithèque MPJ, http://mjp.univ-perp.fr/constit/dk1849.htm et http://mjp.univ-perp.fr/constit/dan1953.htm.

28 Le financement des communautés religieuses, série Législation comparée, documents de travail du Sénat, Division des études de législation comparée du service des affaires européennes, 2001, p. 26-27. Voir également Dübeck Inger, « État et Églises au Danemark », op. cit.

29 Dübeck Inger, « État et Églises au Danemark », op. cit., p. 71-72.

30 Jörgensen Jens Ulf, « Le système danois », Revue de droit canonique, tome 54, Strasbourg, 2004, p. 164-165 ; et Dübeck Inger, « État et Églises au Danemark », op. cit., p. 59.

31 « Église de Norvège », extrait de l’Encyclopédie norvégienne, Site officiel de la Norvège pour la France, https://www.norway.no/France.

32 « A short presentation of the Church of Norway », Church of Norway, https://www.kirken.no/english/engelsk.cfm?artid=11943.

33 Textes sur la Digithèque MPJ, http://mjp.univ-perp.fr/constit/no1814.htm et http://mjp.univ-perp.fr/constit/no2010.htm.

34 Havel Jean E., « La question du pastorat féminin en Suède », op. cit., p. 117-129.

35 Tamm Ditlev, « Les relations Églises- États dans les pays nordiques », Revue de droit canonique, tome 45, 1995, p. 68.

36 Havel Jean E., « La question du pastorat féminin en Suède », op. cit., p. 116.

37 Voir Hale Frederick, « Malla Moe and the founding of a nondenominational mission in Swaziland, 1893-1902 », http://uir.unisa.ac.za/bitstream/handle/10500/4493/Hale-SHEXXXIV-Supplement-April2008.pdf.

38 Havel Jean E., « La question du pastorat féminin en Suède », op. cit., p. 117.

39 Iversen Hans Raun, « Danemark. Chronologie », base de données EUREL, http://www.eurel.info.

40 Havel Jean E., « La question du pastorat féminin en Suède », op. cit., p. 117.

41 Tamm Ditlev, « Les relations Églises-États dans les pays nordiques », op. cit., p. 69.

42 Iversen Hans Raun, « Danemark. Chronologie », op. cit.

43 Friedner Lars, « La Province de mission. Débats actuels : Suède », base de données EUREL.

44 Harry Frédérique, « Engagement de femmes en milieu évangélique norvégien : un lieu de tensions entre héritages féministes et religieux », Amnis – Revue de civilisation contemporaine Europes/Amériques, 2008, 8, mise en ligne le 01 septembre 2008, URL : https://journals.openedition.org/amnis/609.

45 Davie Grace, « L’Ordination des femmes dans l’Église d’Angleterre. Approche sociologique », in Ni Eve, ni Marie…, op. cit., p. 141.

46 Charlot Claire, « Église et société : l’ordination des femmes à la prêtrise », in Charlot Monica (dir.), Religion et politique en Grande-Bretagne, Presses de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 1994, p. 119-120.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 119.

49 « An act restoring to the crown the ancient jurisdiction over the state ecclesiastical and spiritual ». Textes originaux sur Britain express : http://www.britainexpress.com/History/tudor/supremacyhenry-text.htm et http://www.britainexpress.com/History/tudor/supremacy-text.htm.

50 Cité par Bethmont Rémy, L’anglicanisme. Un modèle pour le christianisme à venir ?, Labor et Fides, Genève, 2010, p. 113-114.

51 Voir Bedouelle Guy, L’Église d’Angleterre et la société politique contemporaine, LGDJ, Paris, 1968, p. 55.

52 Doe Norman, « Les îles Britanniques (1800-1920) », in Les origines historiques du statut des confessions religieuses dans les pays de l’Union européenne, op. cit., p. 188.

53 « Church of England legislation », The Church of England, http://www.churchofengland.org/about-us/ structure/churchlawlegis/legislation.aspx: « The Church of England Assembly (Powers) Act 1919 gave the Church Assembly the power to legislate by Measure, with Parliament retaining the power to consider such Measures (but not to amend them) and to resolve whether or not they should be presented to the Sovereign for the Royal Assent. »

54 Perreau-Saussine Émile, « État et religion en Angleterre (State and religion in England) », in Portier Philippe et Feuillet Brigitte (ed.), Droit, éthique et religion, Bruylant, Bruxelles, 2010, en ligne sur le site de l’Université de Cambridge, http://www.polis.cam.ac.uk/.

55 « Church of England legislation », The Church of England, http://www.churchofengland.org/about-us/ structure/churchlawlegis/legislation.aspx: « Under the Synodical Government Measure 1969, the powers formerly vested in the Church Assembly were transferred to the General Synod (with Parliament’s powers unchanged). Additionally, under the 1969 Measure, the power to legislate by Canon, which had up to that point been vested in the Convocations of Canterbury and York, was transferred to the General Synod ».

56 Ibid.

57 McClean David, « État et Églises au Royaume-Uni », in État et Églises dans l’Union européenne, op. cit., p. 605-606.

58 Rapport Droit et Religions dans les États membres de l’Union européenne, op. cit., p. 159.

59 « Church of England structure », The Church of England, https://www.churchofengland.org/about-us/ structure.aspx.

60 McClean David, « État et Églises au Royaume-Uni », op. cit., p. 609-610 ; Rapport Droit et Religions dans les États membres de l’Union européenne, op. cit., p. 159.

61 Rapport Droit et Religions dans les États membres de l’Union européenne, op. cit., p. 159, 163 et 164.

62 « Préface », De l’ordination des femmes, Conseil œcuménique des Églises, Département de Foi et Constitution, Lausanne, 1964.

63 Révérend R. T. Brandreth Henry, « L’ordination des femmes. Point de vue anglican », in De l’ordination des femmes, op. cit., p. 73-74.

64 Mercier Jean, Des femmes pour le Royaume de Dieu, Albin Michel, Paris, 1994, p. 55-56.

65 Résolution citée par Mercier Jean, ibid., p. 57.

66 Ibid., p. 58.

67 Ibid., p. 66-68.

68 Ibid., p. 74.

69 Ibid., p. 76-78.

70 Ibid., p. 79-81.

71 Ibid., p. 83-84.

72 Citée par Charlot Claire, « Église et société : l’ordination des femmes à la prêtrise », op. cit., p. 125.

73 « That this Synod considers that there are no fundamental objections to the ordination of women to the priesthood ». « The women priests debate », The Church of England, https://www.churchofengland.org/our-views/women-bishops/the-women-priests-debate.aspx.

74 « That this Synod asks the Standing Committee to prepare and bring forward legislation to remove the barriers to the ordination of women to the priesthood and their consecration to the episcopate ».
« The women priests debate », The Church of England, op. cit.

75 « The women priests debate », The Church of England, op. cit.

76 Mercier Jean, Des femmes pour le Royaume de Dieu, op. cit., p. 101-108.

77 « The women priests debate », The Church of England, https://www.churchofengland.org/our-views/women-bishops/the-women-priests-debate.aspx.

78 Doe Norman, « Les Églises anglicanes du Royaume Uni : la loi et l’ordination des femmes à la prêtrise », Revue de droit canonique, tome 46, Strasbourg, 1996, p. 61-62.

79 Ibid., p. 62.

80 Ibid., p. 63-67.

81 Charlot Claire, « Église et société : l’ordination des femmes à la prêtrise », op. cit., p. 133-135.

82 Rapport Women Bishops in the Church of England ?, op. cit., p. 2 : « 1.1.6 As we shall see in more detail in Chapter 5 of this report, there are those who hold strongly that women obviously should be bishops. As they see it, it is only when all ministerial offices in the Church of England are open to both women and men that the Church will be able to bear consistent witness to the equality between women and men as those made in the image and likeness of God and will be able to make most effective use of the talents that God has given to his people. »

83 « Women Bishops », The Church of England, op. cit.

84 Rapport Women Bishops in the Church of England ?, op. cit., p. 66-72, 131-132 et 156-177.

85 Ibid., p. 134-156.

86 « That this Synod welcome and affirm the view of the majority of the House of Bishops that admitting women to the episcopate in the Church of England is consonant with the faith of the Church as the Church of England has received it » ; et « That this Synod : (a) affirm that the wish of its majority is for women to be admitted to the episcopate ; (b) affirm its view that special arrangements be available, within the existing structures of the Church of England, for those who as a matter of theological conviction will not be able to receive the ministry of women as bishops or priests ». « Women Bishops », The Church of England, op. cit.

87 « Women Bishops », The Church of England, op. cit.

88 Voir Portes Thierry, « Le non des laïcs anglicans aux femmes évêques », Le Figaro, http://www.lefigaro.fr/international/2012/11/20/01003-20121120ARTFIG00424-l-eglise-anglicane-se-divise-sur-les-femmes-eveques.php.

89 « Les premières femmes évêques de l’Église anglicane d’Angleterre pourraient être ordonnées à la fin de l’année », La Croix, http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Les-premieresfemmes-eveques-de-l-Eglise-anglicane-d-Angleterre-pourraient-etre-ordonnees-a-la-fin-de-l ; Brown Andrew, « Jubilation as Church of England’s synod votes to allow female bishops », The Guardian, 14/07/2014, https://www.theguardian.com/world/2014/jul/14/church-england-synod-votes-allow-female-bishops.

90 Voir notamment le Rapport Women Bishops in the Church of England ?, op. cit., p. 1.

91 Voir le numéro « La religion : frein à l’égalité hommes-femmes ? », Archives de sciences sociales des religions, 41e année, no 95, juillet-septembre 1996.

92 Voir Gibson Elsie, Femmes et ministères dans l’Église, Casterman, Paris, 1971, p. 56-58.

93 Voir notamment Willaime Jean-Paul, « Situation sociale et institutionnelle des protestantismes en Europe », op. cit.

94 Malinovich Nadia, « Le judaïsme libéral en Europe et aux États-Unis. Une mise au point historiographique », Archives juives, 2007/2, volume 40, p. 10-12.

95 Ibid., p. 11-12.

96 Haïat Pierre, « Introduction », in Anthologie du judaïsme libéral. 70 textes fondamentaux, op. cit., p. 15.

97 Article « Judaïsme conservateur », Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, Cerf, Paris, 1996, p. 533-536.

98 Citée par Bebe Pauline, Qu’est-ce que le judaïsme libéral ?, op. cit., p. 146-147 et « L’égalité hommes femmes dans le judaïsme libéral », in Femmes et judaïsme aujourd’hui, op. cit., p. 134.

99 « Déclaration de principes pour le judaïsme réformé », site du Mouvement juif libéral de France, http://mjlf.org/index.php?option=com_content&view=article&id=108&Itemid=220.

100 « Les valeurs du judaïsme libéral. Le judaïsme libéral, héritier d’une tradition de l’évolution permanente », site de la Communauté juive libérale d’Ile-de- France, http://www.cjl-paris.org/judaisme-liberal/les-valeurs-du-judaisme-liberal.

101 « Les sept piliers du Judaïsme Massorti », site du Judaïsme massorti Francophone, https://www.massorti.com/.

102 Rochefort Florence, « Féminisme et protestantisme au xixe siècle, premières rencontres 1830-1900 », Bulletin de la société de l’histoire du protestantisme français, tome 146, 2000, p. 69.

103 Dubesset Mathilde, « Femmes, féminismes, christianisme », op. cit.

104 « Convictions », Communauté vieille-catholique d’Alsace. Union d’Utrecht, http://vieux.catholique.alsace.pagesperso-orange.fr/convictions.htm.

105 « Une Église méconnue : l’Église vieille-catholique. Entretien avec Alexandre Nevejans », Propos recueillis par Guivarch Olivier, Revue Évangile et liberté, numéro 217, mars 2008, http://www.evangile-et-liberte.net/elements/numeros/217/article10.html.

106 Voir Malinovich Nadia, « Le judaïsme libéral en Europe et aux États-Unis… », op. cit., p. 19.

107 Bebe Pauline, « L’égalité hommes femmes dans le judaïsme libéral », op. cit., p. 136.

108 « This Week in History – Reform rabbis debate women’s ordination », Jewish Women’s Archive, https://jwa.org/thisweek/jun/30/1922/ccar.

109 Ibid.

110 Cohen Florence, « Regina Jonas, la première femme rabbin de l’Histoire », in Anthologie du judaïsme libéral. 70 textes fondamentaux, op. cit., p. 309-310 ; et Pauline Bebe, « Des femmes rabbins au sein des mouvements juifs libéraux », in Quand les femmes lisent la Bible, op. cit., p. 219.

111 Cité par Nadell Pamela S., Women who would be rabbis. A history of women’s ordination 1889-1985, Beacon Press, Boston, 1998, p. 87.

112 Cohen Florence, « Regina Jonas, la première femme rabbin de l’Histoire », op. cit., p. 310.

113 « Le rabbin Pauline Bebe », Site de la Communauté juive libérale Ile-de- France, http://www.cjl-paris.org/notre-rabbin/notre-rabbin-liberal-pauline-bebe.

114 Fine David J., « Women and the Minyan », Committee on Jewish Law and Standards of the Rabbinical Assembly, 2002, http://www.rabbinicalassembly.org/sites/default/files/public/halakhah/teshuvot/19912000/oh_55_1_2002.pdf.

115 Hein Avi, « A History of Women’s Ordination as Rabbis », Jewish Virtual Library, http://dev.jewishvirtuallibrary.org/cgi-bin/itemPrintMode.pl?Id=6442.

116 Ibid.

117 Nadell Pamela S., « Rabbis in the United States », Site Jewish Women’s Archive, https://jwa.org/encyclopedia/article/rabbis-in-united-states.

118 Sur le « judaïsme reconstructionniste », voir « Les courants du judaïsme américain », Akadem, http://www.akadem.org//medias/documents/4211_3_judaisme_americain.pdf.

119 Hein Avi, « A History of Women’s Ordination as Rabbis », op. cit.

120 Nadell Pamela S., « Rabbis in the United States », op. cit.

121 Willaime Jean-Paul, « L’accès des femmes au pastorat et la sécularisation du rôle du clerc dans le protestantisme », Archives de sciences sociales des religions, 1996, 95, p. 35.

122 Cité dans « Les femmes pasteurs de 1900 à 1960 », Musée virtuel du protestantisme français, http://www.museeprotestant.org/notice/les-femmes-pasteurs-de-1900-a-1960/.

123 Willaime Jean-Paul, « L’accès des femmes au pastorat et la sécularisation du rôle du clerc dans le protestantisme », op. cit., p. 32.

124 Ibid., p. 32-33.

125 Ibid., p. 34.

126 Calvin Jean, cité par Biéler André, L’homme et la femme dans la morale calviniste, Labor et Fides, Genève, 1963, p. 77.

127 Luther Martin cité par Lienhard Marc, « L’image de la femme dans les Propos de Table de Luther », Positions Luthériennes, 1999, no 2, p. 170-171.

128 Krumenacker Yves, « Marie Durand, une héroïne protestante ? », CLIO, no 30, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2009/2, p. 79.

129 Willaime Jean-Paul, « L’accès des femmes au pastorat et la sécularisation du rôle du clerc dans le protestantisme », op. cit., p. 35 et 40 ; et « Les pasteures et les mutations contemporaines du rôle du clerc », Clio, 15, 2002, p. 72.

130 Millet Martine, « Le ministère pastoral des femmes dans le protestantisme français », in Delumeau Jean, La religion de ma mère. Le rôle des femmes dans la transmission de la foi, Éditions du Cerf, Paris, 1992, p. 346-347.

131 Règlement cité par Heitz-Muller Anne-Marie, « L’ouverture du ministère pastoral aux femmes dans les Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine », Revue d’histoire et de philosophie religieuses, tome 83, no 1, 2003, p. 316-317.

132 Ibid., p. 311.

133 Ibid., p. 319-321.

134 Actes du synode national de l’Union nationale des Églises reformées de France, Montpellier, 1930, cités par Marquet Claudette, « Les femmes aussi », Lumière et vie. Les femmes : l’Église en cause, tome 30, 151, 1981, p. 72.

135 Voir Willaime Jean- Paul, « Les femmes pasteurs en France : socio- histoire d’une conquête », in Ni Eve, ni Marie…, op. cit., p. 133.

136 Cité par Marquet Claudette, « Les femmes aussi », op. cit., p. 73.

137 Schmidt Élisabeth, Quand Dieu appelle des femmes. Le combat d’une femme pasteur, Cerf, Paris, 1978, p. 176 ; et Gaussent Jean-Claude, « La question du ministère pastoral féminin dans l’Église réformée de France », Évangile et Liberté, no 125, p. 9.

138 Millet Martine, « Le ministère pastoral des femmes dans le protestantisme français », op. cit., p. 349.

139 Schmidt Élisabeth, Quand Dieu appelle des femmes. Le combat d’une femme pasteur, op. cit., p. 177.

140 Heitz-Muller Anne-Marie, « L’ouverture du ministère pastoral aux femmes dans les Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine », op. cit., p. 315 ; et « La montée des femmes pasteurs de 1960 à 2000 », Musée virtuel du protestantisme français, https://www.museeprotestant.org/.

141 « Cultes protestants – Textes commentés », Juris Classeur Alsace-Moselle, Fascicule 233, 2005.

142 Parmentier Élisabeth, « L’ordination des femmes dans la communion luthérienne », site de la Fédération protestante de France, http://www.protestants.org/index.php?id=31552.

143 Ministry, Women, Bishops. Report of an International Consultation, dans Heitz-Muller Anne-Marie, « L’ouverture du ministère pastoral aux femmes dans les Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine », op. cit., p. 316.

144 Conférence de Berlis Angela, « Femmes dans l’Église », Pour un catholicisme « éclairé ». L’Union d’Utrecht, un catholicisme sans Rome, Communauté vieille catholique d’Alsace, numéro 1, mai 2003, p. 19-23.

145 Ibid.

146 Kirscht Ralph, « German Old-Catholic Church concludes 57th Synod in Mainz », Union of Utrecht of the Old Catholic Churches, http://www.utrechter-union.org/seite/204/german_old-catholic_church_concl.

147 Entretien avec Grab Michel, prêtre de la communauté vieille-catholique d’Alsace du 06/09/2011.

148 Voir Bebe Pauline, « L’égalité hommes femmes dans le judaïsme libéral », op. cit., p. 134-135.

149 « Mixité hommes/femmes lors des offices », site de la Communauté juive libérale d’Ile de France, http://www.cjl-paris.org.

150 Golinkin David, « La cloison de séparation des sexes (mehitsa) », Site du Judaïsme massorti francophone, https://www.massorti.com/La-cloison-de-separation-des-sexes.

151 Voir Bebe Pauline, « L’égalité hommes femmes dans le judaïsme libéral », op. cit., p. 139.

152 Voir les propos du rabbin Adler Samuel cités par Pauline Bebe, « L’égalité hommes femmes dans le judaïsme libéral », op. cit., p. 139-140.

153 Susskind-Goldberg Monique, « Les femmes dans le minyan et dirigeant la prière », Site du Judaïsme massorti francophone, https://www.massorti.com/Les-femmes-dans-le-minyan-et.

154 Dalsace Yeshaya, « Plaidoyé pour compter les femmes dans le Minyan », Site du Judaïsme massorti francophone, https://www.massorti.com/Plaidoye-pour-compter-les-femmes.

155 Susskind-Goldberg Monique, « Les femmes dans le minyan et dirigeant la prière », op. cit.

156 Susskind-Goldberg Monique, « Faire monter une femme à la Tora », Site du Judaïsme massorti francophone, https://www.massorti.com/Faire-monter-une-femme-a-la-Tora.

157 Bebe Pauline, Qu’est-ce que le judaïsme libéral ?, op. cit., p. 144.

158 Susskind-Goldberg Monique, « Faire monter une femme à la Tora », op. cit.

159 Dalsace Yeshaya, « La place de la femme dans le rituel synagogal », site du Judaïsme massorti francophone, https://www.massorti.com/La-place-de-la-femme-dans-le.

160 Bebe Pauline, Qu’est-ce que le judaïsme libéral ?, op. cit., p. 150-151.

161 Haag Martine, « Statut des femmes dans les organisations religieuses : l’exemple de l’accès au pouvoir clérical », Archives de sciences sociales des religions, op. cit., p. 61-62.

162 Marquet Claudette, « Les femmes aussi », op. cit., p. 73-74.

163 Voir Heitz-Muller Anne-Marie, « L’ouverture du ministère pastoral aux femmes dans les Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine », op. cit., p. 306.

164 Ibid., p. 317.

165 Parmentier Élisabeth, « L’ordination des femmes dans la communion luthérienne », op. cit.

166 Marquet Claudette, « Les femmes aussi », op. cit., p. 75.

167 Heitz-Muller Anne-Marie, « L’ouverture du ministère pastoral aux femmes dans les Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine », op. cit., p. 306-307.

168 Ibid., p. 308.

169 Haag Martine, « Statut des femmes dans les organisations religieuses : l’exemple de l’accès au pouvoir clérical », op. cit., p. 53.

170 Marquet Claudette, « Les femmes aussi », op. cit., p. 75.

171 Ibid.

172 Parmentier Élisabeth, « L’ordination des femmes dans la communion luthérienne », op. cit.

173 Ibid.
Sur « les facteurs favorables à l’ordination des femmes » au sein des communautés religieuses (au-delà du seul cas du protestantisme), voire De Gasquet Béatrice, « La barrière et le plafond de vitrail. Analyser les carrières féminines dans les organisations religieuses. From ordination conflicts to the stained-glass ceiling : Analyzing women’s careers in religious organizations », Sociologie du travail, 51, 2009, p. 223-225.

174 Entretien avec Grab Michel, prêtre de la communauté vieille-catholique d’Alsace du 06/09/2011. Voir également la conférence de Berlis Angela, « Femmes dans l’Église », op. cit., p. 21-23.

175 Willaime Jean-Paul, « Les pasteurs femmes et les mutations contemporaines du rôle de pasteur. Premier aperçu d’une enquête effectuée auprès des pasteurs femmes dans les années 1995-1998, en France », Enquête financée par l’Association des pasteurs de France, Fédération protestante de France, http://www.protestants.org/index.php?id=31551.

176 Voir Roh-Merolle Géraldine, « Le deuxième rabbinat », Asdiwal, no 1, 2006, p. 85-86.

177 Ibid., p. 88.

178 De Gasquet Béatrice, « La barrière et le plafond de vitrail. Analyser les carrières féminines dans les organisations religieuses », op. cit., p. 226-227.

179 Roh-Merolle Géraldine, « Le deuxième rabbinat », op. cit., p. 83.

180 De Gasquet Béatrice, « La barrière et le plafond de vitrail. Analyser les carrières féminines dans les organisations religieuses », op. cit., p. 224.

181 Wells Paul, « Réflexions bibliques sur le pastorat féminin », Revue de réflexion biblique Promesses, 04/10/10, https://www.promesses.org/reflexions-bibliques-sur-le-pastorat-feminin/.

182 « Les ministères féminins », texte adopté par le Congrès de Joinville-le- Pont en mai 2005, Site de Fédération des Églises évangéliques baptistes de France, http://www.eglises-baptistes.fr/Ministeres/Les-ministeres-feminins.html.

183 Rapport du secrétaire, Assemblée générale de la communion d’Églises protestantes en Europe, Budapest, 12-18 septembre 2006.

184 Communiqué « La réforme continue de l’Église : Le témoignage des femmes ordonnées aujourd’hui », colloque ad hoc de femmes sous les auspices du Département de théologie et d’études de la FLM, en collaboration avec le secrétariat « femmes dans l’Église et la société » du DMD et le Bureau des affaires œcuméniques, Genève, 27-29 mars 2008.

185 « Communiqué of the IBC meeting in Prague/CZ, 2003 », Union of Utrecht of the Old Catholic Churches, http://www.utrechter-union.org/pagina/174/communiqu%C3%A9_of_the_ibc_meeting_in.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search