Version classiqueVersion mobile

L’admission des femmes aux fonctions cultuelles

 | 
Lucie Veyretout

Première partie : La liberté de religion préservée dans la lutte contre les discriminations

La liberté de religion préservée dans la lutte contre les discriminations

Texte intégral

  • 1 Bruckner Pascal, « Sexisme », Abécédaire, http://www2.cndp.fr/laicite/pdf/guideabecedaire.pdf.
  • 2 Blöss Thierry (dir.), La dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, Presses universitaires de F (...)
  • 3 Voir le Rapport de Zapfl-Helbling Rosmarie, Femmes et religion en Europe, op. cit.
  • 4 Voir notamment le rapport de Vickers Lucy, Religion et convictions : discrimination dans l’emploi – (...)
  • 5 Directive 2004/113/CE du 13 décembre 2004 mettant en œuvre le principe de l’égalité de traitement e (...)
  • 6 Article 6 de la Déclaration sur l’élimination de toutes les formes d’intolérance et de discriminati (...)

1Le féminisme a introduit une « grande subversion » dans la société : « le fait d’être né fille ou garçon ne détermine plus un destin préétabli »1. Les sociétés contemporaines connaissent ainsi une profonde redéfinition des rapports de sexe dans le sens d’une égalité entre les hommes et les femmes. Différents moyens juridiques sont mis en œuvre pour favoriser cette égalité des sexes, comme l’interdiction des discriminations sexuelles c’est-à- dire des « différences de fonctions, de statuts, de droits et de devoirs »2 entre hommes et femmes. Pour leur part, les doctrines des religions juive-orthodoxe, catholique romaine et musulmane, tout en considérant les hommes et les femmes comme égaux devant Dieu, distinguent les dispositions et les fonctions de chaque sexe3. L’une des conséquences de cette distinction est que seuls les hommes sont rabbins, prêtres catholiques et imams. Cette exclusion des femmes de ces fonctions cultuelles renvoie à ce que le droit détermine comme une discrimination à l’égard des femmes (chapitre I). Cependant, en droit positif, cette distinction sexuelle ne fait pas l’objet d’une interdiction au titre de discrimination à l’égard des femmes4. Cela tient au fait que l’application du principe de non-discrimination nécessite de prendre en compte certains droits et libertés fondamentaux, comme la liberté de religion5. Et la liberté de religion comporte, selon les textes juridiques relatifs à ce droit fondamental, la liberté des communautés religieuses en matière de formation, de qualification et d’attribution des fonctions et responsabilités religieuses suivant les besoins et les préceptes religieux6 (chapitre II).

Notes

1 Bruckner Pascal, « Sexisme », Abécédaire, http://www2.cndp.fr/laicite/pdf/guideabecedaire.pdf.

2 Blöss Thierry (dir.), La dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 1.

3 Voir le Rapport de Zapfl-Helbling Rosmarie, Femmes et religion en Europe, op. cit.

4 Voir notamment le rapport de Vickers Lucy, Religion et convictions : discrimination dans l’emploi – le droit de l’Union européenne, op. cit.

5 Directive 2004/113/CE du 13 décembre 2004 mettant en œuvre le principe de l’égalité de traitement entre les femmes et les hommes dans l’accès à des biens et services et la fourniture de biens et services.

6 Article 6 de la Déclaration sur l’élimination de toutes les formes d’intolérance et de discrimination fondées sur la religion ou la conviction du 25 novembre 1981.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search