Version classiqueVersion mobile

L’admission des femmes aux fonctions cultuelles

 | 
Lucie Veyretout

Introduction

Texte intégral

  • 1 Hugo Victor, Lettre en réponse aux dames du comité de la Société pour l’amélioration du sort des fe (...)
  • 2 « Déclaration et Programme d’action de Vienne », Conférence mondiale sur les droits de l’homme, 25 (...)

1Selon la lettre de Victor Hugo aux dames du comité de la Société pour l’amélioration du sort des femmes en 1875, « une moitié de l’espèce humaine est hors de l’égalité, il faut l’y faire rentrer. Ce sera là une des grandes gloires de notre grand siècle : donner pour contrepoids au droit de l’homme le droit de la femme ; c’est-à- dire mettre les lois en équilibre avec les mœurs »1. Cette pensée de Victor Hugo présage des changements juridiques qui vont se réaliser en France concernant le statut des femmes à partir du xixe siècle, et à l’échelle internationale, avec notamment la consécration des droits des femmes, au sein de l’Organisation des Nations unies, comme faisant « inaliénablement, intégralement et indissociablement partie des droits universels de la personne » à la fin du xxe siècle2. Cela se concrétise par une redéfinition réelle des rapports entre les hommes et les femmes se détachant de la différenciation traditionnelle du féminin et du masculin. Tous les microcosmes sociaux sont questionnés par ces changements d’ordre juridique et sociétal. Dans le domaine religieux, l’affirmation de l’égalité des sexes a notamment pour conséquence d’interroger la non-admission des femmes à certaines fonctions cultuelles.

  • 3 Il n’en a pas toujours été ainsi dans l’histoire de l’humanité. Les femmes et le féminin n’ont pas (...)
  • 4 Notre étude traite de ces trois grands monothéismes pour plusieurs raisons : la première raison tie (...)
  • 5 Römer Thomas, « L’éviction du féminin dans la construction du monothéisme », Études théologiques et (...)
  • 6 Voir Azria Régine, « La femme dans la tradition et la modernité juives », Archives de sciences soci (...)
  • 7 Dumais Monique, « L’autre salut : femmes et religions », Recherches féministes, vol. 3, no 2, 1990, (...)
  • 8 L’Hermite Leclercq Paulette, « Les femmes dans la vie religieuse au Moyen Âge. Un bref bilan biblio (...)
  • 9 Dubesset Mathilde, « Femmes, féminismes, christianisme », colloque Qu’est-ce que le féminisme musul (...)
  • 10 Cholvy Gérard, « Des femmes et de la religion », in Cholvy Gérard (dir.), La religion et les femmes (...)

2Le paysage religieux connaît en effet beaucoup de confessions au sein desquelles seuls les hommes exercent les fonctions religieuses3. Cela est notamment le cas dans les grandes religions monothéistes (judaïsme, christianisme et islam)4. Ces religions se caractérisent par un culte masculin, sans déesse, ni prêtresse. C’est à partir du vie siècle avant notre ère qu’un monothéisme masculin va s’imposer face aux déesses vénérées en Israël et en Juda, comme l’expliquent les travaux de Thomas Römer5. Dans le cadre des religions monothéistes, les femmes ne sont pas chargées des fonctions cultuelles, leur rôle et leur espace (maternité et responsabilité du foyer) se distinguant de ceux des hommes6. Des analyses expliquent qu’en lien avec l’environnement patriarcal, les interprétations des textes sacrés de ces religions (notamment la Genèse, chapitres 2 et 3, et les textes pauliniens, tels que I Corinthiens 11) vont aller dans le sens d’une perception des femmes comme « êtres faibles » et tentateurs, soumises à « un statut de subordination, d’infériorité, de dépendance »7. Dans l’Occident chrétien, alors qu’une « misogynie médiévale » est « théologisée »8, les femmes bénéficient cependant de certaines possibilités en étant religieuses (celles d’étudier, de sortir de la pauvreté, et de se détacher du pouvoir paternel ou marital)9, ainsi que d’une présence dans les domaines du social, du caritatif et de l’éducatif10. En revanche, les responsabilités cultuelles leur demeurent inaccessibles.

  • 11 Voir Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998, p. 92-95.
  • 12 Voir Junter Annie et Ressot Caroline, « La discrimination sexiste : les regards du droit », Revue d (...)
  • 13 Gaspard Françoise, « Les femmes : un défi pour la modernité ? Présentes dans l’action, absentes du (...)
  • 14 Knibiehler Yvonne, Les mouvements féministes, http://www.garriguesetsentiers.org/article-31279986.h (...)
  • 15 Voir Rochefort Florence, « Contrecarrer ou interroger les religions », op. cit., p. 348-355.
  • 16 Pelletier Anne-Marie, Le christianisme et les femmes. Vingt siècles d’histoire, Paris, Cerf, 2001, (...)
  • 17 Delteil Gérard, « Les racines religieuses de l’inégalité hommes- femmes », colloque Paroles de femm (...)
  • 18 Glacier Osire, « Femmes et traditions religieuses », Vivre ensemble, Centre justice et foi, vol. 16 (...)
  • 19 Roy Marie-Andrée, « Les femmes, le féminisme et la religion », Érudit, http://www.erudit.org/livre/ (...)

3C’est le rôle maternel et familial qui va caractériser la place de la femme, notamment en France, sur toute une période de l’histoire, perpétuée par les cadres étatique, familial, scolaire et religieux11. Cela va être bouleversé par l’affirmation de l’égalité des sexes. En France, cette égalité n’est pas assurée dès l’affirmation que « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » de la Déclaration de 1789, qui s’adresse aux hommes citoyens12. Des recherches montrent que la période de la Révolution française va même distinguer l’« ordre » des femmes, caractérisé par le domestique et le privé, et par l’absence de citoyenneté, tant civile que politique13. Ce sont les actions féministes qui feront évoluer, en plusieurs « vagues », ce statut vers l’égalité, à partir du xixe siècle : revendication de droits civiques, civils (notamment dans les domaines éducatif et professionnel) et sociaux (pour la protection des mères) dès la Troisième République, avancées liées au mérite féminin après chacune des guerres mondiales, droits politiques, droits sexuels et reproductifs (contraception et avortement) et insertion professionnelle dans la seconde moitié du xxe siècle14. Des revendications féministes s’inscrivent également dans le domaine religieux15. Le féminisme religieux et la théologie féministe s’intéressent alors notamment au sexisme dans le langage16, à la suprématie des hommes et du masculin au sein des structures, instances, fonctions, représentations et légitimations17, à la discrimination et à la séparation des femmes au sein des lieux de culte18, aux inégalités résultant de la différenciation des fonctions excluant les femmes du sacré19.

  • 20 Voir Couture Denise, « Droits des femmes et religions : analyse de quelques discours islamiques et (...)
  • 21 Voir l’« Intervention de la délégation du Saint-Siège à la Conférence mondiale de l’année internati (...)
  • 22 Voir la lettre apostolique Octogesima adveniens du pape Paul VI du 14 mai 1971, numéro 13 ; l’encyc (...)
  • 23 Voir Campiche Roland J., « Introduction : La religion : un frein à l’égalité ? », Archives de scien (...)

4Ainsi, au xxe siècle, les sociétés se transforment, au bénéfice d’une plus grande égalité entre les sexes, garantie au niveau juridique : les femmes acquièrent progressivement les mêmes droits, fonctions et espaces que les hommes. Au niveau international, la Déclaration de Beijing de la quatrième conférence mondiale sur les femmes de 1995 illustre bien la teneur juridique reconnue dans le cadre onusien aux droits des femmes : la communauté internationale s’y engage notamment en faveur de la dignité, de l’égalité des sexes dans tous les domaines, de l’accomplissement des droits fondamentaux des femmes et des fillettes (notamment les droits sexuels et reproductifs), et de la suppression des discriminations sexuelles. Dans le cadre de cette conférence mondiale sur les femmes, s’est particulièrement concrétisée la distinction entre cette approche des droits des femmes des instruments relatifs aux droits humains, et celle des doctrines religieuses20. Cette approche religieuse met en avant l’importance de la famille et de la maternité pour les femmes ainsi que la complémentarité entre les sexes21. C’est notamment la position de l’Église catholique romaine qui recommande l’égalité dans le respect de la différence de vocation entre hommes et femmes, se traduisant sur le plan interne, par l’exclusion des femmes du sacrement de l’ordre et par la promotion de leur position de mère et d’épouse22. Il en est de même au sein des groupements juifs orthodoxes et musulmans. Leurs doctrines valorisent la fonction maternelle et familiale des femmes. Mais les femmes n’y sont pas admises aux fonctions cultuelles. Ces groupements religieux maintiennent ainsi la conception traditionnelle des rôles des hommes et des femmes en dépit des changements relatifs à la condition féminine dans les sociétés contemporaines, mais cela n’est pas le cas de toutes les religions, certaines ayant revu leur image et leur place des femmes, au regard de l’égalité des sexes23. Les églises vieilles-catholiques, protestantes et anglicanes, ainsi que les communautés juives non-orthodoxes, ont désormais des ministres du culte hommes et femmes. Cela rejoint la conception de l’égalité des sexes reconnue dans le cadre des droits de l’être humain, en France, et suivant le droit international et européen.

5Le rapport sur L’approche intégrée de l’égalité entre les femmes et les hommes explique bien cette acception de l’égalité entre les sexes dans les sociétés contemporaines :

  • 24 Rapport L’approche intégrée de l’égalité entre les femmes et les hommes. Cadre conceptuel, méthodol (...)

« On entend par égalité l’égale visibilité, autonomie, responsabilité et participation des deux sexes à/dans toutes les sphères de la vie publique et privée. Le concept d’égalité entre les sexes, hors de toute référence aux différences liées au sexe, s’oppose simplement au concept d’inégalité entre les sexes, c’est-à- dire aux disparités des conditions de vie des femmes et des hommes. Il soutient le principe d’une participation totale des femmes et des hommes à la vie en société »24.

  • 25 Observation générale sur le droit égal de l’homme et de la femme au bénéfice de tous les DESC, Égal (...)

6Sur le plan juridique, l’affirmation de l’égalité des sexes entraîne l’interdiction de la discrimination sexuelle c’est-à- dire « de traiter différemment » les femmes25.

  • 26 Voir Vickers Lucy, Religion et convictions : discrimination dans l’emploi – le droit de l’Union eur (...)
  • 27 Bribosia Emmanuelle et Rorive Isabelle, À la recherche d’un équilibre entre le droit à l’égalité et (...)
  • 28 Ibid., p. 23. Voir également Drago Guillaume, « La conciliation entre principes constitutionnels »,(...)
  • 29 Vickers Lucy, Religion et convictions : discrimination dans l’emploi…, op. cit., p. 45.

7En cela, les doctrines des religions juives orthodoxes, catholiques et musulmanes – qui relient le sexe à des fonctions – contrastent avec ces principes d’égalité des sexes et de non-discrimination à l’égard des femmes reconnus dans le cadre des droits de l’être humain. Cela conduit actuellement à des questionnements juridiques relatifs au traitement des divergences entre l’égalité des sexes et la liberté de religion26. Selon la Déclaration et le Programme d’action de Vienne de la conférence mondiale sur les droits de l’homme du 25 juin 1993, « tous les droits de l’homme sont universels, indissociables, interdépendants et intimement liés. La communauté internationale doit traiter des droits de l’homme globalement, de manière équitable et équilibrée, sur un pied d’égalité et en leur accordant la même importance » (point 5). Pour cette raison, en cas d’opposition entre des droits fondamentaux, les techniques juridiques sont, en l’absence d’indication sur la priorité27, de privilégier les concessions mutuelles28 et les exceptions aux droits29.

  • 30 Article 6 de la Déclaration sur l’élimination de toutes les formes d’intolérance et de discriminati (...)
  • 31 Voir Havel Jean Eugène, « La question du pastorat féminin en Suède », Archives de sciences sociales (...)
  • 32 Voir Amor Abdelfattah, Rapporteur spécial, Étude sur la liberté de religion ou de conviction et la (...)

8Concernant la non-admission des femmes aux fonctions cultuelles, la liberté de religion, entendue juridiquement comme « la liberté de former, de nommer, d’élire ou de désigner par succession les dirigeants appropriés, conformément aux besoins et aux normes de toute religion ou conviction »30, paralyse l’applicabilité du principe de non-discrimination sexuelle au sein des groupements religieux, en droit français, ainsi que dans d’autres droits nationaux. Cependant, il faut relever l’existence d’appréhensions différentes de cette rencontre de droits : tout d’abord, le cas de certaines Églises nationales de pays nordiques pour lesquelles, au xxe siècle avec les avancées égalitaristes, la législation a consacré le pastorat des femmes31 ; et d’autre part, le positionnement croissant d’instruments internationaux et européens relatifs aux droits de l’être humain en faveur du respect de l’égalité entre les sexes par rapport aux normes religieuses32.

  • 33 Rapport mondial sur le développement humain 1995, Programme des Nations unies pour le développement (...)
  • 34 « Culte », Dictionnaire de l’Académie française, site de l’Académie française, http://www.academie- (...)
  • 35 Voir Théry Irène, La distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité, Paris, Odile Jacob, 2 (...)

9Aussi, l’étude des contradictions entre la liberté de religion et l’égalité des sexes permet de mettre en avant un glissement progressif dans leur traitement juridique, directement lié à « la révolution de l’égalité entre les sexes »33 des sociétés contemporaines. En effet, les évolutions juridiques et sociologiques en la matière reflètent la situation actuelle de transition de valeurs des sociétés (égalité des sexes/conception traditionnelle des rôles féminin et masculin). Cependant, ce traitement juridique est confronté à une difficulté particulière liée au domaine dans lequel il intervient comme le souligne le rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction Abdelfattah Amor dans son Étude sur la liberté de religion ou de conviction et la condition de la femme au regard de la religion et des traditions : « contrairement à d’autres droits de l’homme, nous sommes dans un domaine où les considérations relatives aux convictions se chevauchent avec le temporel, où le sacré se mélange avec le social et le culturel et où l’irrationnel côtoie les exigences de la vie sociale et de respect des droits de l’homme » (point 28). Cela est particulièrement le cas concernant l’exclusion des femmes de certaines fonctions cultuelles : ces fonctions se rapportent au sacré en tant qu’elles concernent l’« hommage que l’on rend au divin par des actes de religion »34 ; l’exclusion des femmes de ces fonctions touche pour sa part le culturel en tant qu’elle est liée à la différenciation des rôles entre les sexes – différenciation qui renvoie à l’organisation traditionnelle des sociétés35.

  • 36 Voir le cardinal Kasper Walter, « Des femmes évêques dans l’Église d’Angleterre ? », La Documentati (...)
  • 37 Veillette Denise, « Exister, penser, croire autrement. Thématique religieuse féministe », Concilium(...)
  • 38 Amor Abdelfattah, Étude sur la liberté de religion…, op. cit., p. 5 et 8.

10La différenciation des rôles entre les hommes et les femmes est désormais remise en cause dans les sociétés contemporaines depuis le développement juridique et sociologique de l’égalité des sexes au xxe siècle. Les instruments relatifs aux droits de l’être humain garantissent les mêmes droits et libertés à tous, indistinctement de l’appartenance sexuelle (Déclaration universelle des droits de l’homme). Cependant, actuellement, il demeure d’autres appréhensions de l’égalité des sexes, comme l’appréhension religieuse selon laquelle les hommes et les femmes sont égaux en dignité mais ont des fonctions différentes qui se complètent36. Dans le cadre religieux, cette conception (au fondement de l’exclusion des femmes des fonctions cultuelles) est cependant mise en cause par la théologie féministe au regard des droits des femmes, en tant que résultant d’une construction humaine37. Dans son Étude, le rapporteur spécial Abdelfattah Amor met également en avant la composante culturelle impliquée par certaines normes religieuses relatives aux femmes en raison de l’imbrication entre culture et religion, ainsi que les difficultés qui en résultent eu égard à la perception de ces normes comme des commandements religieux38.

  • 39 Voir Gratton Boucher Marie, « Femmes et Église à l’aube du troisième millénaire, recension d’un liv (...)
  • 40 Interview débat de Nahavandi Firouzeh, « Sécularité-universalité : l’avenir des droits de l’homme ? (...)
  • 41 Cité par Schaeffer Anne-Sophie et Matalon Benjamin, « Le judaïsme », Droits humains et religions. L (...)

11Plusieurs interrogations surgissent alors : quelle est la nature de cette exclusion des femmes des fonctions cultuelles ? Est-elle d’origine divine ou d’origine culturelle ? Résulte-t-elle de la culture patriarcale ayant instauré un rapport inégalitaire entre les sexes ou est-elle justifiée par la différence entre les sexes perçue comme de dessein divin39 ? Cela conduit aussi à s’interroger sur la portée, d’une part, des droits de l’être humain, « créés par les hommes pour les hommes » mais affirmant des valeurs essentielles liées à l’humain, et d’autre part, de « la logique religieuse » selon laquelle « Dieu […] fait les lois pour les hommes », mais que les hommes « interprètent » et « appliquent »40. La question de l’égalité entre les hommes et les femmes est d’autant plus sensible, dans ce cadre, qu’elle est en lien avec l’idée de création divine et de différences naturelles entre les sexes. Aussi, pour le grand rabbin de Paris David Messas, concernant le judaïsme, « la place des hommes et des femmes a été dictée par Dieu dans un juste équilibre, et l’évolution de la société moderne ne peut modifier cet ordre établi »41. Cette interprétation prête à réflexion au regard du positionnement de communautés religieuses qui, justement, ont redéfini ce statu quo en leur sein par un exercice égalitaire des fonctions cultuelles.

12Ainsi, actuellement, avec les avancées juridiques modernes, la valeur des droits religieux est concurrencée par la valeur des droits de l’être humain. Ces derniers sont considérés comme « inhérents à la personne humaine, inaliénables et universels »42 et ils servent de référence43. Par conséquent, ils interrogent les droits religieux. Cela est le cas concernant la problématique de la discrimination des femmes dans l’accès à certaines fonctions cultuelles. Cette problématique soulève en effet la question de l’application des droits de l’être humain (en l’espèce, l’égalité des sexes et la non-discrimination sexuelle) au sein des groupements religieux et elle sonde le règlement actuel du conflit en faveur de la liberté religieuse.

13L’analyse du droit positif français, nourri du droit international et du droit européen dans lesquels il s’inscrit, avec une perspective sur d’autres pays notamment européens, montre que si actuellement, le principe de liberté de religion conditionne l’appréhension juridique du caractère discriminatoire de l’exclusion des femmes de certaines fonctions cultuelles (partie I), l’enracinement de l’égalité des sexes dans les sociétés contemporaines amorce de nouveaux traitements et réflexions en ce qui concerne les atteintes aux droits des femmes et les discriminations sexuelles liées au religieux, au niveau du droit positif et dans le cadre des droits internes de certaines religions (partie II).

Notes

1 Hugo Victor, Lettre en réponse aux dames du comité de la Société pour l’amélioration du sort des femmes, in Actes et paroles. Tome III. Depuis l’exil 1870-1885. Mes fils, Paris, Albin Michel, 1940, p. 178.

2 « Déclaration et Programme d’action de Vienne », Conférence mondiale sur les droits de l’homme, 25 juin 1993, point 18. Voir également Colin Jean-Pierre, « La femme dans tous ses droits. L’évolution de la protection internationale des droits de la femme », in Mélanges en l’honneur du professeur Gustave Peiser, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1995, p. 127-140.

3 Il n’en a pas toujours été ainsi dans l’histoire de l’humanité. Les femmes et le féminin n’ont pas été continuellement exclus du cultuel. Sur le culte de la déesse mère, les prêtresses et les diverses fonctions religieuses des femmes voir notamment Cauvin Jacques, Naissance des divinités, naissance de l’agriculture : la révolution des symboles au néolithique, Paris, CNRS Éditions, 1997 ; Cohen Claudine, « Quand Dieu était une femme », Le Monde des religions, « La femme dans les religions », no 33, 1er janvier 2009, http://www.lemondedesreligions.fr ; Samuel Albert, Les femmes et les religions, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières, 1995 ; Encyclopédie des religions, tome 1, Bayard éditions, 2000, 2e éd. ; Stehly Ralph, Le personnel du temple : prêtres, prêtresses et prostituées sacrées, http://stehly.perso.infonie.fr/lemythe2.htm ; Sur la « masculinisation du culte », avec le patriarcat, vers le troisième millénaire avant notre ère, voir notamment Gange Françoise, Les dieux menteurs. Notre mémoire ensevelie : l’humanité aux temps de la Déesse, Tournai, La Renaissance du livre, 2002 ; et Cannuyer Christian, « Point de vue interreligieux. La femme, bête noire des religions ? », Vues d’ensemble. Dossier Féminin… Pluriel…, Université catholique de Lille, no 41, avril 2009, p. 15.

4 Notre étude traite de ces trois grands monothéismes pour plusieurs raisons : la première raison tient à l’aire géographique et socioculturelle analysée (en tout premier lieu la France, avec des comparaisons essentiellement avec des pays européens et nord-américains, ces religions y étant très présentes) ; la seconde raison est de nature numérique : selon une étude du Centre de recherche américain Pew sur « le paysage mondial religieux », « plus de huit habitants sur 10 (84 %) de la planète sont affiliés à un groupe religieux, soit 5,8 milliards des 6,9 milliards d’habitants en 2010. 2,2 milliards sont chrétiens (32 % de la population mondiale), 1,6 milliard musulmans (23 %), un milliard hindous (15 %), près de 500 millions bouddhistes (7 %) et 14 millions juifs (0,2 %) ». « Les chrétiens, plus grande communauté religieuse au monde », dépêche AFP, Libération, 18 décembre 2012.

5 Römer Thomas, « L’éviction du féminin dans la construction du monothéisme », Études théologiques et religieuses, tome 78/2, 2003, p. 167-180.

6 Voir Azria Régine, « La femme dans la tradition et la modernité juives », Archives de sciences sociales des religions, 95, 1996, p. 117 ; Article « Femmes », Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, Paris, Cerf/Robert Laffont, 1996, p. 363 ; Weibel Nadine, « Femmes, pouvoir et islam », Revue de droit canonique, tome 46, 1996, p. 112 ; et Rochefort Florence, « Contrecarrer ou interroger les religions », in Gubin Eliane, Jacques Catherine, Rochefort Florence (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, Les éditions de l’atelier/éditions ouvrières, 2004, p. 347.

7 Dumais Monique, « L’autre salut : femmes et religions », Recherches féministes, vol. 3, no 2, 1990, p. 2.

8 L’Hermite Leclercq Paulette, « Les femmes dans la vie religieuse au Moyen Âge. Un bref bilan bibliographique », CLIO. Histoire, femmes et sociétés [En ligne], 8, 1998, mis en ligne le 3 juin 2005. URL : https://journals.openedition.org/clio/323.

9 Dubesset Mathilde, « Femmes, féminismes, christianisme », colloque Qu’est-ce que le féminisme musulman ?, Maison de l’UNESCO, Paris, 18 septembre 2006, actes sur Islam & Laïcité, http://www.islamlaicite.org/article350.html.

10 Cholvy Gérard, « Des femmes et de la religion », in Cholvy Gérard (dir.), La religion et les femmes, Montpellier, Carrefour d’histoire religieuse, Centre régional d’histoire des mentalités, 2002, p. 8.

11 Voir Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998, p. 92-95.

12 Voir Junter Annie et Ressot Caroline, « La discrimination sexiste : les regards du droit », Revue de l’OFCE, no 114/3, 2010, p. 67.

13 Gaspard Françoise, « Les femmes : un défi pour la modernité ? Présentes dans l’action, absentes du pouvoir », 21 novembre 1996, Études et recherche d’Auteuil, http://www.erfauteuil.org/conferences/les-femmes-un-defi-pour-la-modernite.html.

14 Knibiehler Yvonne, Les mouvements féministes, http://www.garriguesetsentiers.org/article-31279986.html.

15 Voir Rochefort Florence, « Contrecarrer ou interroger les religions », op. cit., p. 348-355.

16 Pelletier Anne-Marie, Le christianisme et les femmes. Vingt siècles d’histoire, Paris, Cerf, 2001, p. 170.

17 Delteil Gérard, « Les racines religieuses de l’inégalité hommes- femmes », colloque Paroles de femmes pour la Paix, le Mans, 6 et 7 mars 1999, disponible sur le site Women Priests for the Catholic Church, http://www.womenpriests.org/fr/francais/delteil.asp.

18 Glacier Osire, « Femmes et traditions religieuses », Vivre ensemble, Centre justice et foi, vol. 16, no 55, 2009, p. 2.

19 Roy Marie-Andrée, « Les femmes, le féminisme et la religion », Érudit, http://www.erudit.org/livre/larouchej/2001/livrel4_div29.htm.

20 Voir Couture Denise, « Droits des femmes et religions : analyse de quelques discours islamiques et catholiques », Studies in Religion/Sciences Religieuses, 32/1-2, 2003, p. 5-18 ; et Sénac-Slawinski Réjane, L’ordre sexué : la perception des inégalités femmes-hommes, Paris, Presses universitaires de France, 2007, p. 132.

21 Voir l’« Intervention de la délégation du Saint-Siège à la Conférence mondiale de l’année internationale de la femme », La Documentation catholique, no 1682, 1975, p. 770-771 ; et la « Déclaration de madame Mary Ann Glendon, Chef de la délégation du Saint-Siège à la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, Beijing, 5 septembre 1995 », in Lensel Denis, Un défi aux femmes : la conférence de Pékin (septembre 1995), Paris, Pierre Téqui éditeur, 1995, p. 33.

22 Voir la lettre apostolique Octogesima adveniens du pape Paul VI du 14 mai 1971, numéro 13 ; l’encyclique Laborem exercens du pape Jean-Paul II du 14 septembre 1981, numéro 19 ; l’exhortation apostolique Familiaris Consortio du pape Jean-Paul II du 22 novembre 1981, numéro 23 ; la lettre apostolique Mulieris Dignitatem du pape Jean-Paul II du 15 août 1988, numéro 10 et l’exhortation apostolique Christifideles Laici du pape Jean-Paul II du 30 décembre 1988, numéro 51.

23 Voir Campiche Roland J., « Introduction : La religion : un frein à l’égalité ? », Archives de sciences sociales des religions, La religion : frein à l’égalité hommes/femmes ?, no 95, 1996, p. 6.

24 Rapport L’approche intégrée de l’égalité entre les femmes et les hommes. Cadre conceptuel, méthodologie et présentation des bonnes pratiques, Groupe de spécialistes pour une approche intégrée de l’égalité, Direction générale des droits de l’homme, Conseil de l’Europe, Strasbourg, 2004, p. 8.

25 Observation générale sur le droit égal de l’homme et de la femme au bénéfice de tous les DESC, Égalité femmes-hommes – Genre et Droits économiques sociaux et culturels – Textes officiels, conventions internationales, no 16, 2005, du Comité des droits économiques, sociaux et culturels.

26 Voir Vickers Lucy, Religion et convictions : discrimination dans l’emploi – le droit de l’Union européenne, Direction générale de l’emploi, des affaires sociales et de l’égalité des chances, Commission européenne, Office des publications officielles des Communautés européennes, Luxembourg, 2007, p. 48.

27 Bribosia Emmanuelle et Rorive Isabelle, À la recherche d’un équilibre entre le droit à l’égalité et d’autres droits fondamentaux, Direction générale de l’emploi, des affaires sociales et de l’égalité des chances de la Commission européenne, réseau européen des experts juridiques en matière de non-discrimination, Luxembourg, Office des publications de l’Union européenne, 2010, p. 6.

28 Ibid., p. 23. Voir également Drago Guillaume, « La conciliation entre principes constitutionnels », Recueil Dalloz, 1991, p. 265 s. ; et Saint-James Virginie, La conciliation des droits de l’homme et des libertés en droit public français, Paris, Presses universitaires de France, 1995, 476 p.

29 Vickers Lucy, Religion et convictions : discrimination dans l’emploi…, op. cit., p. 45.

30 Article 6 de la Déclaration sur l’élimination de toutes les formes d’intolérance et de discrimination fondées sur la religion ou la conviction de l’Assemblée générale des Nations unies de 1981.

31 Voir Havel Jean Eugène, « La question du pastorat féminin en Suède », Archives de sciences sociales des Religions, vol. 7/1, 1959, p. 116-130.

32 Voir Amor Abdelfattah, Rapporteur spécial, Étude sur la liberté de religion ou de conviction et la condition de la femme au regard de la religion et des traditions, conformément à la résolution 2001/42 de la Commission des droits de l’homme, E/CN. 4/2002/73/Add. 2, 5 avril 2002, p. 11 (site du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme http://www2.ohchr.org/french/issues/religion/) ; Vickers Lucy, Religion et convictions : discrimination dans l’emploi…, op. cit., p. 48 ; et la Résolution 1464 (2005) « Femmes et religion en Europe » du 4 octobre 2005 (site de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe http://assembly.coe.int/mainf.asp?Link=/documents/adoptedtext/ta05/fres1464.htm).

33 Rapport mondial sur le développement humain 1995, Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), Paris, Economica, 1995, p. 1.

34 « Culte », Dictionnaire de l’Académie française, site de l’Académie française, http://www.academie-francaise.fr/dictionnaire.

35 Voir Théry Irène, La distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité, Paris, Odile Jacob, 2007.

36 Voir le cardinal Kasper Walter, « Des femmes évêques dans l’Église d’Angleterre ? », La Documentation catholique, no 2367, 2006, p. 963 ; et le Rapport de Zapfl-Helbling Rosmarie, Femmes et religion en Europe, 22 septembre 2005, Commission sur l’égalité des chances pour les femmes et les hommes, document 10670.

37 Veillette Denise, « Exister, penser, croire autrement. Thématique religieuse féministe », Concilium », Recherches féministes, vol. 3, no 2, 1990, p. 38.

38 Amor Abdelfattah, Étude sur la liberté de religion…, op. cit., p. 5 et 8.

39 Voir Gratton Boucher Marie, « Femmes et Église à l’aube du troisième millénaire, recension d’un livre de Hans Küng », Recherches féministes, vol. 3, no 2, 1990, p. 175, Érudit, http://id. erudit. org/iderudit/057613ar.

40 Interview débat de Nahavandi Firouzeh, « Sécularité-universalité : l’avenir des droits de l’homme ? », Analytica iranica, www.analyticairanica.com/fr/droit2.pdf (consulté le 11/05/2010).

41 Cité par Schaeffer Anne-Sophie et Matalon Benjamin, « Le judaïsme », Droits humains et religions. Les femmes, Commission « Philosophies et Religions », Amnesty International, 2006, p. 63.

42 « Le cadre des droits de l’homme », UNICEF, https://www.unicef.org/french/crc/index_framework.html.

43 Voir Ferry Jean-Marc, « Face à la tension, entre droits de l’homme et religion, quelle éthique universelle ? », Recherches de science religieuse, tome 95/1, 2007, URL : https://www.cairn.info/revue-recherches-de-science-religieuse-2007-1-page-61.htm.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search