Version classiqueVersion mobile

L’invention des Midis

 | 
Nicolas Bourguinat

De l'âge colonial au second xxe siècle. Mise à distance et redécouverte de l'Europe du Sud

Au temps des vacances

L’image de l’Italie chez les touristes français des années 1950-1960

Stéphane Mourlane

Texte intégral

  • 1 Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité. Pour une archéolologie du tourisme : le voyage français en (...)
  • 2 Marie-Madeleine Martinet, Le voyage d’Italie dans les littératures européennes, Paris, PUF, 1996.
  • 3 Marc Boyer, Histoire du tourisme de masse, Paris, PUF, 1999, p. 41.
  • 4 Luigi Barzini, Les Italiens, Paris, Gallimard, 1966, p. 23.
  • 5 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Le Seuil, 1962.

1Le goût des Français pour le voyage en Italie est ancien. Si le nombre de Français franchissant les Alpes a commencé à croître au xixe siècle, le voyage en Italie ne concernait toujours que les catégories sociales les plus privilégiées1. Naquit alors un genre littéraire à part entière2, qui non seulement entretint l’engouement pour la Péninsule, mais définit aussi, et pour longtemps, dans l’imaginaire collectif les « vivenda3 », c’est-à-dire les lieux à voir. Il traça la voie aux « essaims d’étrangers poussiéreux et suants4 » qui, à partir des années 1950, parcoururent la péninsule. À ce moment, le tourisme international connaît son véritable essor, s’intégrant dans un courant de mutation qui mène « vers une civilisation du loisir »5. L’Italie recueille une grande partie des flux de touristes français qui se déversent hors des frontières de l’Hexagone grâce, notamment, à l’amélioration des voies de communication terrestres et aériennes entre les deux pays.

  • 6 Georges Cazes, « Tourisme et relations internationales, perspective cavalière du dernier demi-siècl (...)
  • 7 Hans Magnus Enzensberger, « Une théorie du tourisme », in Culture ou mise en condition ?, Paris, Ju (...)
  • 8 Olivier Burgelin, « Le tourisme jugé », Communications, no 10, 1967, p. 66.
  • 9 Cité in Robert Lanquar, Le Tourisme international, Paris, PUF, 2002, p. 113.

2Pour Georges Cazes, « les déplacements touristiques internationaux offrent une opportunité exceptionnelle d’échange et de rencontre entre cultures et sociétés, de connaissance, de respect et de compréhensions mutuelles, d’apprentissage de la différence et de la tolérance, d’initiation à la citoyenneté continentale et mondiale, d’acculturation douce et progressive6 ». Le voyage touristique dans la péninsule devrait alors être considéré comme une occasion privilégiée pour découvrir non seulement les paysages et les monuments mais aussi les habitants dans leur environnement socioculturel. Ce dernier point laisse d’autres observateurs du fait touristique international pour le moins circonspects. La critique d’un tourisme vecteur de valeurs généreuses s’est orchestrée autour de la théorie du sight-seeing, développée dans les années soixante par Hans Magnus Enzensberger7, selon laquelle, « le touriste va non pas vers les choses mais vers les images des choses et donc réduit la chose à voir touristique à l’image8 ». Autrement dit, le parcours du touriste ne serait nullement un voyage de découverte, mais un parcours déjà bien balisé selon des itinéraires qui ne laissent guère de place aux rencontres avec les populations locales. Edgar Morin qui, comme d’autres intellectuels associe ce type d’analyse à une critique du capitalisme, écrit ainsi, non sans provocation : « Dans le fond, le tourisme est fait pour empêcher les gens de se rencontrer9. »

3Il convient de préciser, pour replacer ces réflexions dans leur contexte, que la critique du tourisme de masse à travers la théorie du sight seeing relevait, dans les années soixante, d’un certain élitisme intellectuel teinté d’anticapitalisme : nous n’en retiendrons pas ici la posture idéologique mais seulement les éléments touchant à l’appréhension de la dimension de « représentation » que comporte la relation touristique. Ainsi, il y a peu de doute que la brièveté du séjour et les difficultés de communication liées à la méconnaissance de la langue contribuent à rendre les rencontres entre les touristes français et les Italiens limitées et superficielles. Dans ce type de voyage, devenu assurément la norme touristique, la littérature, en particulier les guides qui aident à la préparation et au déroulement du séjour, tient une place primordiale. En délivrant une somme d’informations abondante, non dénuée de préjugés ou d’idées reçues, ils orientent le touriste qui éprouve le besoin de les vérifier ou de les infirmer. À défaut de pouvoir recueillir de manière satisfaisante les impressions des touristes, qui ne font plus guère l’objet de publications imprimées sous forme de récits de voyage, on dispose à travers l’analyse des guides d’une partie des grilles de lecture à travers lesquelles leurs utilisateurs appréhendent les réalités italiennes rencontrées.

1. Motivations et destinations

  • 10 ENIT, Turisti stranieri in Italia. Sondaggio di opinioni 1965, Roma, no 8, 1966, p. 21.
  • 11 Le climat, la santé, le goût du paysage « classique » sont en effet des facteurs essentiels de l’at (...)

4Les destinations choisies par les touristes français sont étroitement liées à leurs attentes, donc à leur imaginaire. Interrogés dans les locaux des représentations de l’Ente nazionale per il turismo italiano (ENIT) en France, les candidats au voyage indiquèrent au milieu des années 1960 les motifs qui les dirigeaient vers l’Italie10. Les réponses dessinent l’image traditionnelle des attraits de celle-ci : une terre d’art et d’histoire aux paysages merveilleux et baignés de soleil. Si l’on rassemble l’art (17,4 %), l’histoire (9,2 %), le folklore (5,6 %), ce sont près du tiers des touristes français qui se déclarent attirés par les richesses culturelles de la péninsule. Viennent ensuite, par ordre de préférence, le désir de découvrir les « beautés naturelles » (22,9 %) et la recherche de vacances ensoleillées (16 %). Ces deux aspects attractifs de l’Italie, déjà fort appréciés par les voyageurs des siècles précédents11, correspondent également à la conception des vacances qui émerge avec le tourisme de masse : l’évasion.

5De prime abord, la part relativement importante des réponses évoquant « le caractère des Italiens » (15,1 %) comme motif d’attraction peut apparaître plus originale et attirer l’attention. Le préjugé semble plutôt favorable. Tout du moins, dans le cadre de vacances que l’on considère comme relâchées, mêlant insouciance et légèreté, les Italiens par leur « caractère » concourent à rendre le séjour agréable.

6Quant aux destinations que privilégient les Français du milieu des Trente Glorieuses, la carte ci-contre en donne la répartition, par régions et par villes de préférence. Une première remarque conduit à observer l’intérêt prédominant des régions du nord de la péninsule (45,6 %) et du centre (34,9 %), tandis que le Sud n’attire qu’une minorité (16,4 %) qui se concentre principalement sur Naples (au quatrième rang des villes préférées des touristes français) et l’île de Capri. En tête des régions les plus attractives se trouvent la Toscane (17,7 %) et la Vénétie (17 %).

  • 12 C’est ainsi que l’on a pu qualifier le trouble dans lequel la cité florentine jette ses visiteurs d (...)

7La première bénéficie de la réputation de ses villes d’art : Florence tout d’abord, qui se situe au troisième rang des villes italiennes citées par ordre de préférence, Pise et dans une moindre mesure Sienne. Ces trois cités constituent un passage primordial pour tous les touristes qui font de l’Italie une destination principalement culturelle et qui sont désireux de vivre, à la découverte de Florence, le « syndrome de Stendhal »12. On est également frappé par la formidable attraction exercée sur les touristes par la ville de Rome. La « ville éternelle » demeure, comme par le passé, une des destinations privilégiées des Français qui se rendent en Italie – le sondage de l’ENIT la place en deuxième position, juste après Venise.

8Rome, comme l’ensemble de l’Italie, attire toutes sortes de touristes. Le pays offre, à chacun selon ses centres d’intérêt, une ou des destinations susceptibles de répondre à ses attentes. Dans tous les cas de figure, le séjour dans la péninsule résulte de l’assimilation d’un ensemble d’images fabriquées et diffusées par une grande variété de vecteurs. Dans ce système de représentation, qui prend racine, en amont, dans tout un fond culturel dont nous tenterons plus loin de cerner les contours, il faut ici réserver une place particulière aux guides touristiques, cette littérature qui accompagne à la fois la préparation et le déroulement du voyage.

2. L’Italie imaginée

  • 13 Un recensement effectué dans les répertoires de la Bibliothèque nationale nous a permis de relever, (...)
  • 14 Georges Pillement, L’Italie inconnue, Centre, Paris, Grasset, 1963, Préface (non paginée).

9Les guides touristiques fournissent une source précieuse à l’étude du tourisme français en Italie et plus encore à une approche des représentations de l’altérité italienne dans le cadre particulier du voyage touristique, du contact direct hors des frontières familières de l’Hexagone. Ils permettent de mieux comprendre les choix d’itinéraires et de destinations. Au-delà, en délivrant une masse d’informations qui se veulent objectives sur le pays visité et ses habitants, ils se présentent comme un ensemble de références qui orientent à plusieurs niveaux la perception des touristes. La littérature touristique sur l’Italie répond par son abondance13 à la forte demande, et par sa diversité aux différents attraits de la péninsule. Si une dizaine d’ouvrages traitent de l’Italie dans son ensemble, les autres, soit une trentaine, sont consacrés à des régions ou des villes. La richesse des grandes villes d’art italiennes conduit même Georges Pillement, dans sa description minutieuse de L’Italie inconnue, à exclure les plus connues d’entre elles, arguant qu’« il faut tout un volume pour guider le lecteur à Venise, à Milan, à Rome et à Florence14 ». On retrouve sans grande surprise parmi les guides régionaux ou locaux les principales zones d’attraction touristique. Rome (neuf titres), Florence (quatre titres), Venise et Naples (trois titres) figurent en tête de cette production éditoriale.

Un regard directif

  • 15 Le Guide Bleu (Hachette, 1962) propose ainsi 370 itinéraires ; Le Guide Michelin (2e éd., 1959) pré (...)
  • 16 Jules Gritti, « Les contenus culturels du Guide bleu : monuments et sites “à voir” », Communication (...)
  • 17 Roland Barthes, Mythologies, Paris, Le Seuil, 1957, p. 115.

10La fonction des guides touristiques a été particulièrement discutée par les tenants d’une interprétation péjorative du phénomène touristique. Ces ouvrages sont ainsi mis en cause par la théorie du sight-seeing en tant qu’instruments de normalisation. En effet, en traçant des itinéraires15, en focalisant l’attention sur certains lieux choisis pour leur « intérêt » et classés selon un ordre hiérarchique – le Guide Michelin notamment décerne des étoiles – les guides mettraient les touristes sur des rails excluant les chemins de traverse. Jules Gritti considère que dans ces conditions, « soumis à un impératif d’apparence performative le touriste n’a plus qu’à effectuer les gestes en ratifiant les énoncés16 ». Roland Barthes va plus loin encore et incrimine directement les guides qu’il considère comme des instruments d’aveuglement17. Ce genre d’analyse particulièrement radicale incline à une condamnation sans appel, sans aucun doute excessive, de ce type de littérature. S’il est exagéré de parler d’aveuglement, il faut cependant convenir que le regard est aimanté, parfois voilé ou troublé. Les guides fonctionnent, même s’ils s’en défendent, comme des prismes ou des filtres, des kaléidoscopes à travers lesquels est appréhendée la découverte d’une altérité. Et ces filtres sont teintés de manière plus ou moins profonde de tous les éléments qui composent les systèmes de représentation individuels ou collectifs.

Une littérature éclectique

  • 18 Renvoyons notamment à l’important ouvrage collectif Les Guides imprimés du xvie au xxe siècle. Vill (...)

11Les guides n’ont pas la même vocation dans leur utilisation : certains invitent au voyage autant qu’ils permettent de le préparer, d’autres, sans négliger la phase de préparation, sont essentiellement destinés à accompagner le lecteur au cours de son séjour. Il en est ainsi qui se sont adaptés, voire dévoués aux évolutions des pratiques touristiques et notamment au règne de l’automobile. Il est possible de distinguer trois types de guides : les « précis d’ethnographie », les guides culturels, les guides pratiques18.

  • 19 Dans l’édition de 1962 : « Aperçu géographique » : René Clozier, inspecteur général de l’Instructio (...)
  • 20 Guide Michelin, éd. 1959, p. 3.

12Nous qualifions de « précis ethnographiques » les ouvrages qui offrent essentiellement un contenu consacré à une présentation de l’Italie sous ces différentes facettes, en mettant l’accent sur les caractères et les comportements socioculturels des Italiens. Les mœurs et les coutumes sont examinées en détail, de la gastronomie à la religion en passant par les pratiques sportives, l’habillement ou encore les sujets de conversation. Cette démarche fait se côtoyer les observations d’une réalité objective et la reproduction des stéréotypes les plus éculés (ainsi, les guides Petite planète). Les guides culturels développent une présentation bien différente du pays, même s’ils ont en commun avec les « précis d’ethnographie » de s’adresser à un public relativement formé intellectuellement. En tant que guides culturels, ils semblent s’attacher à une haute exigence de contenu. Le Guide bleu, par exemple, confie ses pages de présentation générale du pays à des universitaires dont le magistère constitue un gage de qualité et surtout d’autorité auprès des lecteurs19. Après cette mise en perspective, fort savante mais brève, le lecteur ne découvre plus l’Italie qu’à travers ses monuments. Il n’est que de lire le Guide Michelin : « Pour beaucoup, l’Italie mère des arts, est une nation-musée où sont nés les chefs-d’œuvre nés des civilisations antique, chrétienne, humaniste20. » Roland Barthes remarque pour sa part :

  • 21 Roland Barthes, Mythologies, op. cit., p. 114-115.

Pour le Guide bleu, les hommes n’existent que comme « type » […], ils ne sont qu’introductifs, ils composent un gracieux décor romanesque, destiné à circonvenir l’essentiel du pays : sa collection de monuments. […] La sélection des monuments supprime à la fois la réalité de la terre et celle des hommes, elle ne rend compte de rien de présent21.

13Les guides pratiques ont pour principal objet de fournir des informations utiles sur les conditions matérielles de préparation et de déroulement du séjour. Ces guides indiquent comment voir rapidement et sans complications matérielles ce qui « doit être vu ». Une telle présentation est donc particulièrement propice à la recherche de raccourcis qui ne sont pas sans favoriser une vision réductrice voire stéréotypée des réalités du pays, et notamment du tempérament ou des valeurs des habitants.

3. L’Italie et les Italiens dans les guides touristiques

14À la question « pourquoi l’Italie ? » posée en introduction du Guide vivant de l’Italie, il est répondu :

  • 22 Luciano Zeppegno, Guide vivant de l’Italie, Paris, Robert Laffont, 1968, p. 11.

Pour le soleil, la mer, les belles montagnes, le climat. Pour ses paysages variés. Pour ses œuvres d’art et les monuments de chaque région. Pour connaître quelques-unes des villes les plus belles du monde. Et aussi pour connaître un peuple divers, haut en couleur, vif, fascinant et charmant22.

15Cette longue énumération condense les principaux attraits détaillés par les guides avec plus ou moins d’insistance, selon leur ligne éditoriale et ce qu’ils croient être les attentes de leurs lecteurs. Le plus souvent, la description du pays est distinguée des us et coutumes de ses habitants.

Un tableau de l’Italie

16Les touristes peuvent trouver en Italie de nombreux éléments favorables au déroulement agréable de leurs vacances, dont les plus fréquemment évoqués sont le cadre naturel et la richesse du patrimoine. Les guides, qui ne peuvent que s’attacher à vanter les charmes de la destination qu’ils présentent, ne manquent pas d’en faire un inventaire aussi complet que possible. Tous mettent en valeur la beauté et la variété des paysages. Il est ainsi écrit dès premières lignes du Guide Michelin :

  • 23 Guide Michelin, op. cit., p. 3.

L’Italie, c’est un paysage aux lignes pures et nobles. Baignant cités anciennes, montagnes, lacs, baies harmonieuses, une lumière merveilleuse, toute dorée, épure les lignes, magnifie les formes et, par son éclat, met la joie au cœur23.

  • 24 Vacances en Italie, coll. « Marabout-Flash », éd. Gérard et C°, 1959, p. 7.

17C’est avec le même enthousiasme, associant esthétisme paysager et bonheur, que le guide Marabout invite ses lecteurs au voyage : « Avec l’Italie, vous allez vers le soleil, le ciel pur, les fleurs, les fruits, la joie de vivre24. » Toutes les pages consacrées aux beautés naturelles de l’Italie insistent sur la symbiose entre le paysage et le climat. D’une manière unanime, il est souligné que le dépaysement est plus grand dans la partie méridionale du pays.

18Outre le cadre paysager, la richesse patrimoniale figure au premier plan des attraits de la Péninsule. Les grandes villes sont associées à leurs principaux monuments – le cas le plus évident est sans aucun doute celui de Pise et sa tour – mais au-delà de ce phénomène, qui n’est pas propre à l’Italie, le peuple italien lui-même est assimilé à ses réalisations. On peut ainsi lire dans le guide Petite planète :

  • 25 Paul Lechat, L’Italie, Paris, Seuil, coll. « Petite planète », 1964, p. 47.

Les Italiens sont les maîtres de la pioche, de la truelle et de l’équerre, des maîtres bâtisseurs. Ce n’est pas un hasard si, encore aujourd’hui, les ouvriers du bâtiment piémontais et calabrais sont si nombreux sur les chantiers où se construisent nos maisons et nos ports25.

  • 26 Nous avons relevé dans le catalogue de la Bibliothèque Nationale pour la période 1958-1969, dix gui (...)
  • 27 Guide bleu, op. cit., p. 386.
  • 28 Ibid., p. 186.

19Les « villes d’art » les plus célèbres font l’objet dans les guides d’un traitement particulier et occupent un très grand nombre de pages. Rome, Florence, Venise et Naples sont décrites dans des publications spécifiques qui témoignent de l’intérêt porté à ces cités26. Selon le Guide bleu, Florence est « après Rome, la ville la plus intéressante d’Italie »27, tandis que Venise est « une ville à part, peut-être la plus étrange du monde28 ». Tous les auteurs ne tarissent pas d’éloges et leurs propos n’appellent guère de commentaires. Ils ne font que reproduire des jugements esthétiques relativement consensuels, notamment en ce qui concerne le génie des artistes de la Rome antique et de la Renaissance. En revanche les monuments et les œuvres créés au cours des périodes suivantes laissent davantage de place à une diversité d’appréciation. Si le baroque est généralement très apprécié et abondamment décrit, notamment à travers le foisonnement des monuments religieux élevés à cette époque, du point de vue artistique, le xixe siècle et même le xxe siècle ne recueillent que bien peu de notations admiratives ou simplement favorables.

Un portrait stéréotypé des Italiens

  • 29 Georges Mikes, L’Italie sans peine, Paris, Hachette, 1962, p. 42.
  • 30 Luciano Zeppegno, Guide vivant…, op. cit., p. 153.
  • 31 Guide Michelin, op. cit., p. 10.
  • 32 Guide Marabout, op. cit., p. 9.

20La première préoccupation des guides étant de faciliter le séjour à l’étranger de leurs lecteurs, ils s’attachent plus particulièrement à la description des traits de caractère qui peuvent concerner les voyageurs. La question de l’hospitalité est ainsi très souvent abordée, à l’avantage des Italiens. George Mikes indique que « la générosité est la règle générale29 », tandis que le Guide vivant de l’Italie souligne que « l’Italien est un hôte gai et agréable30 » « toujours prêt à rendre service31 » pour le Guide Michelin. La qualité de l’accueil reconnue quasi unanimement souffre cependant du pendant négatif d’un tel dévouement. Il est ainsi remarqué, dans le Guide Marabout : « Dans un certain sens, c’est de la familiarité […] L’Italie est le pays où l’on se tape sur l’épaule après trois phrases32. »

21De la même manière que ce qui caractérise le mieux le paysage italien est la lumière, ce qui caractérise le mieux la vie italienne est le bruit, ce qui caractérise le mieux le caractère italien est l’exubérance. Ce trait distinctif, nous l’avons vu, se traduit positivement par une joie de vivre fréquemment relevée comme un élément propre à créer des conditions favorables au bon déroulement des vacances. Par leur attitude souriante et leur faconde, les Italiens contribuent à renforcer un idéal touristique fondé sur une rupture radicale avec les affres de la vie quotidienne. Néanmoins, ce changement d’horizon désiré sous l’angle géographique doit composer avec une prise de conscience d’une différence socioculturelle. Or, les guides démontrent que celle-ci est acceptée, et même vantée, si elle ne constitue pas une nuisance au bien-être des touristes.

  • 33 Paul Lechat, L’Italie, op. cit., p. 42.

22Nous trouvons la démonstration de ce principe dans le traitement réservé par les guides aux usages de la route en Italie. Pour des raisons pratiques liées au nombre important des déplacements touristiques routiers dans la Péninsule, une place de choix est accordée à cette question. Tous les guides appellent à une extrême prudence. Le guide Petite planète pousse à l’extrême le sentiment d’appréhension en écrivant que « L’Italien au volant se transforme en être étrange, une créature d’une autre planète33 ». Plus que le goût de la vitesse, la conduite d’un véhicule automobile révèle des traits présumés profonds du caractère italien. L’indiscipline des Italiens est un de ces éléments récurrents qui ne cessent de revenir au fil des pages et qui affleurent manifestement sur la route.

  • 34 Luciano Zeppegno, Guide vivant…, op. cit., p. 87.
  • 35 Paul Lechat, L’Italie, op. cit., p. 42.

23Les guides accordent par ailleurs une place de choix aux rapports entre les Italiens et les domaines de l’esthétique et de la sensualité, qui sont d’ailleurs parfois confondus. Leur goût pour les manifestations sonores sait parfois prendre un tour que l’on juge nettement plus agréable. Le Guide vivant de l’Italie observe que « la chanson domine la vie du peuple italien d’une telle façon que pour cette seule raison, les lieux communs répandus à l’étranger ont leur part de vérité34 ». Le guide Petite planète n’évite pas non plus le cliché puisque l’on peut y lire qu’« aucune nation n’est plus douée pour le chant35 ».

  • 36 Guide Michelin, op. cit., p. 10.

24Plus généralement, on remarque que les cicérones attribuent aux Italiens un talent inné pour les disciplines artistiques, prenant à témoin la richesse des musées ou la décoration des églises et des palais. Mais, cette inclinaison pour les diverses facettes de la production artistique renforce aussi en creux l’image de l’Italien superficiel, accordant du prix aux choses les plus futiles. N’est-ce pas ainsi que les lecteurs des guides interprètent également les paragraphes consacrés à l’élégance italienne ? Dans ce domaine, le Guide Michelin avertit ses lecteurs que « les gens, même de condition modeste, sont presque toujours vêtus avec recherche36 ». Faisant écho à cette observation, le Guide Larousse affirme :

  • 37 Guide Larousse, op. cit., p. 89.

Les vêtements ont une importance extrême pour les Italiens. Au point qu’hommes et femmes envisagent très aisément de se priver sur le chapitre de la nourriture ou sur celui des menus plaisirs pour satisfaire leur goût de l’habillement et s’acheter le costume ou la robe qui fera qu’ils ne passeront pas inaperçus37.

  • 38 Paul Lechat, L’Italie, op. cit., p. 31.
  • 39 Ibid., p. 9.
  • 40 Jack Chargelegue, L’Italie 25 francs par jour, Paris, Plon, coll. « Le monde à prix d’ami », 1966, (...)
  • 41 Paul Lechat, L’Italie, op. cit., p. 28.

25Le soin accordé aux tenues vestimentaires traduit un ardent désir de paraître – le guide Petite planète indique que « les Italiens sacrifieront toujours les nécessités de l’être à celles du paraître38 » – qui prend sa forme la plus pittoresque, selon les guides, dans la pratique de la promenade nocturne, la passeggiata. Cette coquetterie donne plus d’allure et de charme à des hommes et des femmes à qui l’on reconnaît de grandes qualités esthétiques naturelles. Pour le guide Petite planète, « la beauté des Italiennes et des Italiens n’est pas inférieure à sa réputation39 ». Il semble d’ailleurs, d’après les guides, que les Italiens ont une conscience aiguë de leurs atouts et de leur valeur. Le cliché de l’homme italien grand séducteur a en effet la vie dure et Jack Chargelegue, dans L’Italie 25 francs par jour, met en garde les jeunes femmes voyageant seules, qui pourraient connaître des « mésaventures40 ». Le guide Petite planète n’écrit pas autre chose : « La femme pour l’Italien est un objet de désir, de conquête, de jouissance sensuelle, de délectation esthétique41. » On voit poindre ici l’image d’une société machiste dans laquelle les femmes demeurent soumises à l’emprise masculine qui leur attribue, alternativement ou successivement, deux rôles : satisfaire les désirs des hommes et prendre en charge les tâches domestiques. À côté de la ragazza que l’on peut admirer au moment de la passeggiata, les guides oublient rarement d’évoquer la mamma, possessive, excessive et d’une infinie indulgence envers ses enfants et surtout ses fils.

  • 42 Luciano Zeppegno, op. cit., p. 156.
  • 43 Georges Mikes, op. cit., p. 44.
  • 44 Le Guide Michelin et le Guide Vivant de l’Italie se présentent comme les plus complets sur la quest (...)
  • 45 Pierre Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle. Aux origines du rapprochement franco-it (...)

26Dans le domaine plus difficile à cerner du caractère national, les Italiens sont présentés par les guides comme particulièrement enclins au sentiment de fierté. Ils ont, selon le Guide vivant de l’Italie, une « attitude de grand seigneur42 » que Georges Mikes explique par le fait que « les Italiens ont une très haute opinion d’eux-mêmes43 ». Mais pour achever ce portrait tracé à gros traits des Italiens, il faut souligner que les guides touristiques prennent en compte les diversités régionales. Sans aller jusqu’à dresser une typologie des différents caractères régionaux italiens, ce que certains guides n’hésitent tout de même pas à faire44, les touristes sont prévenus de la variabilité des comportements selon les régions qu’ils souhaitent visiter. La principale distinction régionale effectuée par les guides relève du traditionnel partage Nord-Sud de la péninsule. Bien sûr, il ne s’agit pas ici à proprement parler d’une révélation, tant l’image dichotomique de l’Italie est diffusée en France par de multiples vecteurs. L’évocation d’un contraste entre un Nord industrieux et développé et un Sud rural où règne la misère et des mœurs semi-féodales n’est pas l’apanage de la littérature touristique – le cinéma, depuis le néo-réalisme jusqu’à la comédie italienne, y a contribué à sa manière, bien entendu. Et d’autre part, depuis la Reconstruction jusqu’à la République gaullienne, la croissance économique de la France a bénéficié d’un renouveau de l’immigration ouvrière, qui a puisé notamment en Italie, en plus des autres pays latins et de l’Afrique du Nord. Le touriste français se soucie probablement assez peu de l’Italie du miracle économique, persuadé qu’il est que le pays sort avec peine de la pauvreté et qu’il doit encore exporter ses forces vives. Plus intéressant en revanche pour notre propos est d’observer que dans le Mezzogiorno, les traits de caractères et les comportements évoqués précédemment prennent un tour plus affirmé. Sous cet angle, le Napolitain fait figure d’archétype italien dans ce que l’on considère être ses bons et ses mauvais aspects. Si l’exubérance y est encore plus bruyante qu’ailleurs, celle-ci est le plus souvent observée avec une certaine bienveillance, certes quelque peu condescendante. Depuis la joie de vivre du lazzarone, qui faisait l’étonnement des visiteurs de la cité parthénopéenne sous l’Ancien Régime, jusqu’aux vues plus sombres de l’immense ville, surpeuplée et taudifiée qui ont été diffusées entre l’avènement de la monarchie libérale et l’occupation américaine, au terme de la seconde mondiale, l’image des habitants de Naples a connu bien des vicissitudes. Il semble qu’ici l’inquiétude ne soit plus de mise, même si voleurs et mendiants ternissent encore le tableau. Le duo voleur-mendiant formé de longue date à l’épreuve de la pauvreté est particulièrement redouté des touristes. Le phénomène a été, par le passé, largement amplifié par les récits de voyageurs45 et la conviction que l’Italie est un pays où règnent misère et insécurité s’est profondément enracinée.

27L’ensemble de ces traits de caractère, imputés aux Italiens avec plus ou moins de nuances par les guides, en viennent parfois à constituer un ensemble cohérent. Certains auteurs ne se contentent pas, en effet, de constater les différences culturelles entre Français et Italiens : ils tentent d’en trouver la source, d’en dévoiler l’origine. Il s’agit alors de faire comprendre au lecteur quelle est la nature profonde de l’Italien, dans l’espoir louable, le plus souvent, de lui permettre de se confronter à des différences d’attitude et de comportement sans les juger, de ne pas en être surpris, de manifester indulgence et patience ou, lorsqu’il s’agit de qualités, de mieux les goûter et d’en faire un agrément supplémentaire du séjour touristique.

Conclusion

  • 46 Aragon, Le Roman inachevé, Paris, Gallimard, 1956 : « Italia mea » p. 140.
  • 47 Jean Giono, Voyage en Italie, Paris, Gallimard, 1954, p. 54.

28De plus en plus de Français sont amenés à vivre leur propre expérience du « voyage d’Italie », donnant sans doute ainsi plus d’acuité au sentiment de proximité avec la voisine transalpine. Mais l’expérience diverge-t-elle de celles des illustres prédécesseurs qui, d’une certaine manière, ont laissé des traces dans lesquelles on se contente de mettre ses pas ? Rien n’est moins sûr. On peut considérer que l’autonomie acquise dans les moyens de transport, grâce en particulier à l’automobile, permet probablement de suivre une voie plus personnelle, de s’arrêter en toute liberté en des lieux choisis et d’y rencontrer des habitants avec lesquels on noue des contacts qui dépassent le cadre de l’échange commercial propre au tourisme. Or, bien des indices nous ont montré que les comportements touristiques de ces années du miracle économique, au niveau des motivations et des destinations, répondaient à une norme établie par une représentation profondément ancrée dans l’imaginaire collectif des attraits de la péninsule. Le touriste, souvent conscient de sa condition, au point parfois de tenter d’y échapper, demeure néanmoins contraint dans son approche d’un pays étranger par une multiplicité de contingences matérielles, mais aussi socioculturelles. Les contingences matérielles relèvent des deux ordres majeurs de l’espace et du temps qui s’incarnent dans la durée du séjour et dans les conditions d’accès, de parcours et d’hébergement. L’Italie apparaît comme un pays à double visage dont une facette est composée de beaux paysages ensoleillés et dont l’autre porte les reliques d’une riche histoire. Le tableau est ici figé et ne laisse, à de rares exceptions près, guère de place aux évolutions contemporaines. L’expérience de l’Italie est avant tout esthétique, à se rendre « ivre de beauté46 » selon Aragon. Jean Giono, pour sa part, exprime d’une manière significative un type d’approche du pays sans doute répandu : « Est-il besoin de dire que je ne suis pas venu ici pour connaître l’Italie mais pour être heureux47 ? »

  • 48 Pour une approche plus large nous renvoyons à notre thèse : Stéphane Mourlane, Une certaine idée de (...)

29Dans ces conditions quelle place tiennent les habitants d’un pays transformé en théâtre du bonheur ? Assurément, le temps du mépris où les voyageurs considéraient les Italiens comme la principale tare de l’Italie est révolu, mais ils demeurent cantonnés à un second rôle, celui de rendre agréable le séjour par leur caractère pittoresque, mis en avant par les guides. Il semble que dans leurs rapports directs avec leurs voisins transalpins, les Français de l’après-seconde guerre mondiale, sans qu’on puisse identifier chez eux les signes d’un dénigrement, tendent à les maintenir dans un rôle décoratif et leur portent un regard non dénué de condescendance48.

Notes

1 Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité. Pour une archéolologie du tourisme : le voyage français en Italie, milieu xviiie-début xixe siècle, Rome, École française de Rome, 2008.

2 Marie-Madeleine Martinet, Le voyage d’Italie dans les littératures européennes, Paris, PUF, 1996.

3 Marc Boyer, Histoire du tourisme de masse, Paris, PUF, 1999, p. 41.

4 Luigi Barzini, Les Italiens, Paris, Gallimard, 1966, p. 23.

5 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Le Seuil, 1962.

6 Georges Cazes, « Tourisme et relations internationales, perspective cavalière du dernier demi-siècle », Relations internationales, no 102, 2000, p. 240.

7 Hans Magnus Enzensberger, « Une théorie du tourisme », in Culture ou mise en condition ?, Paris, Julliard, 1965.

8 Olivier Burgelin, « Le tourisme jugé », Communications, no 10, 1967, p. 66.

9 Cité in Robert Lanquar, Le Tourisme international, Paris, PUF, 2002, p. 113.

10 ENIT, Turisti stranieri in Italia. Sondaggio di opinioni 1965, Roma, no 8, 1966, p. 21.

11 Le climat, la santé, le goût du paysage « classique » sont en effet des facteurs essentiels de l’attraction de l’Italie pour les grand-touristes de l’ère moderne jusqu’au milieu du xixe siècle : voir ainsi Attilio Brilli, Le voyage d’Italie. Histoire d’une grande tradition culturelle, Paris, Flammarion, 1987, et Jeremy Black, Italy and the Grand Tour, New Haven et Londres, Yale University Press, 2004. Pour la période contemporaine, voir Richard J. B. Bosworth, Italy and the Wider World 1860-1980, Londres, Routledge, 1996, notamment le chap. 8 « Visiting Italy : Tourism and Leisure, 1860-1960 », p. 159-181.

12 C’est ainsi que l’on a pu qualifier le trouble dans lequel la cité florentine jette ses visiteurs depuis que Stendhal a écrit, lors de son arrivée à Florence : « Les souvenirs se pressaient dans mon cœur, je me sentais hors d’état de raisonner, et me livrais à ma folie comme auprès d’une femme qu’on aime » (cité in Marie-Madeleine Martinet, Le voyage d’Italie, op. cit., p. 191).

13 Un recensement effectué dans les répertoires de la Bibliothèque nationale nous a permis de relever, la publication de 44 ouvrages entre 1958 et 1968. Certains de ces guides connaissent plusieurs rééditions au cours de la période : Guide Michelin (8 éditions), Guide Bleu (4 éditions), Guide Nagel (3 éditions).

14 Georges Pillement, L’Italie inconnue, Centre, Paris, Grasset, 1963, Préface (non paginée).

15 Le Guide Bleu (Hachette, 1962) propose ainsi 370 itinéraires ; Le Guide Michelin (2e éd., 1959) présente dès ses premières pages des « programmes de voyage » très détaillés établis selon la durée des séjours.

16 Jules Gritti, « Les contenus culturels du Guide bleu : monuments et sites “à voir” », Communications, no 10, 1967, p. 64.

17 Roland Barthes, Mythologies, Paris, Le Seuil, 1957, p. 115.

18 Renvoyons notamment à l’important ouvrage collectif Les Guides imprimés du xvie au xxe siècle. Villes, paysages, voyages, Paris, Belin, 2000.

19 Dans l’édition de 1962 : « Aperçu géographique » : René Clozier, inspecteur général de l’Instruction publique et professeur à l’Institut d’urbanisme à l’université de Paris ; « Aperçu économique » : Georges Viers, professeur à l’université de Toulouse ; « Histoire sommaire de l’Italie » : Pierre Grimal, professeur à la Sorbonne, Maurice Vaussard, chargé de conférence à l’École Pratique des Hautes Études ; « Aperçu de la littérature italienne » : Victor Del Litto, professeur à l’université de Grenoble.

20 Guide Michelin, éd. 1959, p. 3.

21 Roland Barthes, Mythologies, op. cit., p. 114-115.

22 Luciano Zeppegno, Guide vivant de l’Italie, Paris, Robert Laffont, 1968, p. 11.

23 Guide Michelin, op. cit., p. 3.

24 Vacances en Italie, coll. « Marabout-Flash », éd. Gérard et C°, 1959, p. 7.

25 Paul Lechat, L’Italie, Paris, Seuil, coll. « Petite planète », 1964, p. 47.

26 Nous avons relevé dans le catalogue de la Bibliothèque Nationale pour la période 1958-1969, dix guides sur Rome, quatre sur Florence, trois sur Venise et sur Naples.

27 Guide bleu, op. cit., p. 386.

28 Ibid., p. 186.

29 Georges Mikes, L’Italie sans peine, Paris, Hachette, 1962, p. 42.

30 Luciano Zeppegno, Guide vivant…, op. cit., p. 153.

31 Guide Michelin, op. cit., p. 10.

32 Guide Marabout, op. cit., p. 9.

33 Paul Lechat, L’Italie, op. cit., p. 42.

34 Luciano Zeppegno, Guide vivant…, op. cit., p. 87.

35 Paul Lechat, L’Italie, op. cit., p. 42.

36 Guide Michelin, op. cit., p. 10.

37 Guide Larousse, op. cit., p. 89.

38 Paul Lechat, L’Italie, op. cit., p. 31.

39 Ibid., p. 9.

40 Jack Chargelegue, L’Italie 25 francs par jour, Paris, Plon, coll. « Le monde à prix d’ami », 1966, p. 295.

41 Paul Lechat, L’Italie, op. cit., p. 28.

42 Luciano Zeppegno, op. cit., p. 156.

43 Georges Mikes, op. cit., p. 44.

44 Le Guide Michelin et le Guide Vivant de l’Italie se présentent comme les plus complets sur la question.

45 Pierre Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle. Aux origines du rapprochement franco-italien de 1900-1902, Rome, École française de Rome, 1981, p. 327. Voir plus généralement Attilio Brilli, Une paese di romantici briganti. Gli Italiani nell’immaginario del « Grand Tour », Bologne, Il Mulino, 2003.

46 Aragon, Le Roman inachevé, Paris, Gallimard, 1956 : « Italia mea » p. 140.

47 Jean Giono, Voyage en Italie, Paris, Gallimard, 1954, p. 54.

48 Pour une approche plus large nous renvoyons à notre thèse : Stéphane Mourlane, Une certaine idée de l’Italie. Attitudes et politique françaises, 1958-1969, doctorat d’histoire, Université de Nice, 2002.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/14089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search