Version classiqueVersion mobile

L’invention des Midis

 | 
Nicolas Bourguinat

De l'âge colonial au second xxe siècle. Mise à distance et redécouverte de l'Europe du Sud

Les « trois âges » des migrations en Grèce : de puissants vecteurs de représentations pour un pays d’Europe méridionale

Pierre Sintès

Texte intégral

  • 1 La plus grande partie de ce texte a été composée en 2011 et il ne tient pas compte des effets de la (...)
  • 2 Le nombre d’étrangers en Grèce fait l’objet de nombreuses controverses depuis que le pays est deven (...)

1La position géopolitique de la Grèce a été fortement modifiée par les transformations qui ont affecté l’Europe centrale et orientale dans les années 19901. Parmi leurs conséquences, la modification radicale du rôle du pays sur l’échiquier migratoire international a sans doute été la plus frappante pour l’ensemble de sa population. En effet, à partir de 1990, la Grèce devient un pôle d’attraction régional de première importance, surtout pour les nombreux migrants albanais venus s’y installer pour travailler. Ce phénomène a été d’une telle ampleur que la Grèce, au cours de cette période, s’est affirmée comme l’un des membres de l’Union Européenne où le nombre d’étrangers par habitant était le plus élevé, avec près de 10 % de sa population constituée d’extracommunautaires2. Ce véritable choc migratoire fut d’autant plus grand que le pays avait été pendant de nombreuses décennies une terre de départ de premier ordre vers des destinations lointaines, transatlantiques puis européennes. Une telle transformation du profil migratoire grec a conduit à faire évoluer en profondeur la perception comme les discours produits, à l’intérieur comme à l’extérieur, sur le pays lui-même, son identité et son futur, qui semblaient être associés désormais à une destinée nettement plus balkanique. Mais durant les années 2000, la situation a encore évolué puisque la Grèce s’est affirmée progressivement comme l’une des principales portes d’entrée de l’Europe sur la route de migrations de longues distances en provenance d’Asie centrale ou d’Afrique. Cette nouvelle image s’est imposée nettement au point d’éclipser complètement son rôle précédent.

  • 3 L’évolution du positionnement de la Grèce dans des ensembles plus vastes, de l’Europe méridionale a (...)

2Ainsi, ces différentes représentations ont fondé tour à tour l’image d’un pays pensé comme une partie intégrante du monde libre (« l’Europe méridionale ») au cours des décennies de la guerre froide, puis des Balkans pris globalement dans les turpitudes de la « transition », et enfin dernièrement comme un espace confronté aux difficultés des rapports entre les rives de la Méditerranée migratoire3. Pour analyser ces transformations, il convient de revenir tout d’abord sur la réalité du double choc migratoire qu’a connu le pays durant ces dernières décennies à la lumière des informations disponibles à ce sujet. Un tel examen permettra de décrypter la signification que l’on pourrait attribuer aux discours qui l’ont accompagné, leurs implications en termes d’appartenance ou les enjeux politiques conjoncturels qui y sont associés.

1. Le bouleversement migratoire grec de la fin du xxe siècle

  • 4 Même si la vision de la Grèce, terre d’émigration historique a éclipsé longtemps une réalité plus c (...)
  • 5 Pour l’étude des communautés grecques dans le monde, il existe une bibliographie abondante avec ent (...)
  • 6 Michel Sivignon, Atlas de la Grèce, Paris, CNRS Libergéo-La Documentation Française, 2003, p. 50 et (...)
  • 7 Voir à ce sujet Michel Bruneau, « Les mots de la diaspora grecque, société, État et diaspora », dan (...)
  • 8 Il s’agit ici du nombre de personne déclarant un ancêtre grec lors du recensement de 2007 qui s’élè (...)
  • 9 Michel Sivignon, Atlas de la Grèce, op. cit.
  • 10 Ibid.

3Avant le début des années 1990, la position migratoire de la Grèce en faisait une terre d’émigration de première importance4. Les occasions de le constater sont toujours nombreuses, que l’on fréquente les rues de Bruxelles, de Stuttgart, de New York ou d’Adélaïde. Comme pour d’autre pays d’Europe du Sud, son histoire a en effet été rythmée par des départs massifs vers le nouveau monde dès la fin du xixe siècle, puis vers l’Europe occidentale (essentiellement l’Allemagne ou la Belgique)5 après la seconde guerre mondiale. En tout, entre 1890 et 1940, ce sont plus de 500 000 Grecs qui ont quitté le pays. De 1945 à 1975, ils sont plus d’un million, pour les deux tiers à destination de l’Europe industrielle6. Cette histoire migratoire a conduit la Grèce à être un pays disposant d’une très importante communauté hors de ses frontières. Aujourd’hui, selon les chiffres des ambassades et consultas grecs à l’étranger, on peut estimer la taille de la diaspora à plus de 6 millions de personnes pour un pays peuplé de 10 millions d’habitants7. Aux premiers rangs des pays d’installation, on trouve les États-Unis avec plus de 1,3 million de personnes d’origine grecque8, et l’Allemagne et ses 400 000 ressortissants grecs. Mais cette migration n’a pas été uniquement faite d’installations définitives : elle a mis en jeu des mouvements de norias (aller-retour) comme ceux qui concernent par exemple près de 950 000 personnes prises dans des mouvements saisonniers entre Grèce et RFA dans les années 19709. De tels mouvements assuraient une circulation efficace des images et des représentations au sein de cet espace migratoire. Par ailleurs, cette émigration massive a aussi marqué la Grèce en profondeur en raison de ses caractéristiques générales : elle présente une opposition de genre accusée puisqu’elle concerne massivement des hommes, mais aussi une opposition régionale significative, car elle implique plus volontiers la « nouvelle Grèce », moins stable politiquement et plus hétérogène « ethniquement » (c’est-à-dire en termes de pratiques religieuses et linguistiques). Ces régions en effet ont été tardivement intégrées dans l’espace national et il y subsiste de nombreuses communautés non hellénophones ainsi que des groupes de confession musulmane. Ces nombreux départs arrangeaient ainsi le régime autoritaire des colonels (1967-1974) dans la perspective de gérer la contestation politique voire « identitaire » de ces groupes particuliers des marges géographiques. Toutefois, après les années 1970, les départs en migration diminuent et les retours commencent à être significatifs pour des raisons qui tiennent à la crise économique consécutive aux chocs pétroliers dans les pays d’accueil, mais aussi à la chute de la dictature militaire en Grèce. Entre 1968 et 1990, ce ne sont pas moins de 774 934 Grecs qui reviennent s’installer au pays10.

  • 11 Statis Damianakos, Κοινωνιολογία του ρεμπέτικου (sociologie du Rébétiko), Athènes, Plethron, nouvel (...)
  • 12 C’est ce qu’indique le Secrétariat général de l’Hellénisme à l’étranger (Γενική Γραμματεία Αποδήμου (...)
  • 13 Stéphane Sawas, « La prose littéraire des Grecs d’Australie : enjeux identitaires », Journal de la (...)

4À cette réalité démographique de l’immigration est souvent associée l’allégorie de la Grèce, mère trop pauvre qui ne sait pas nourrir ses enfants. Elle se retrouve dans les chansons populaires du siècle dernier11 comme dans la littérature. Les écrits de Constantin Cavafis et ses complaintes sur l’exil en sont une bonne illustration et, même s’il était un Grec d’Alexandrie, son œuvre a été appropriée par des générations de Grecs partis à l’étranger. Plus récemment, la musique populaire des années 1960 et 1970 investissait elle aussi ces figures, en évoquant la vie dure de l’exilé, comme dans les nombreuses chansons interprétées par Stélios Kazantsidis, par exemple Stis fabrikes tis Germanias (dans les usines en Allemagne) ou Fevgoun i metanastes (les migrants s’en vont). Dans une moindre mesure, on pourrait rapprocher de cette thématique de l’exil ou de la nostalgie les chansons composées à cette même époque sur les différentes régions de la Grèce qui vantent souvent la vie heureuse dans les petites villes ou villages qui sont précisément les espaces que quittent les émigrants. La force de l’identité locale est d’ailleurs grande en migration, comme en témoignent par exemple les types d’associations grecques à l’étranger qui font la part belle aux identités régionales : sur les 200 associations grecques de New York, pas moins de 89 sont fondées autour de l’appartenance à un lieu ou à une région d’origine12. La production littéraire grecque en migration est elle aussi toujours empreinte de ces accents de nostalgie. C’est le cas par exemple des œuvres examinées par Stéphane Sawas pour des auteurs de littérature grecs d’Australie, qui témoignent souvent de l’attachement aux éléments de la culture grecque et du sentiment profond de déracinement qui s’y exprime dans certains cas13.

  • 14 Eftihia Voutira, « Refugees : whose term is it anyway ? Emic and etic constructions of ‘refugees’ i (...)
  • 15 Evangelos Pteroudis, « Émigrations et immigrations en Grèce : évolution récente et questions politi (...)

5C’est au cours de cette longue période marquée par le départ de nombreux Grecs que la terminologie sur les migrations internationales s’est forgée en Grèce comme dans la diaspora, essentiellement autour de deux notions désignant les motivations des migrants : celle de prosfigis, qui désigne le réfugié grec de 1923, chassé d’Asie mineure par la défaite face à la Turquie, et celle de métanastis pour l’émigré économique. Ces deux notions montrent bien qu’en Grèce on évoque, jusqu’à la fin du xxe siècle, la réalité migratoire de manière bien univoque, en ne tenant compte que de la migration forcée ou l’émigration économique14. Mais la situation migratoire du pays se renverse progressivement à partir des années 1970. En seulement deux décennies, la Grèce devient même l’une des destinations migratoires les plus courues d’Europe en proportion de sa population. Ce changement radical s’est opéré par la succession de deux phases distinctes. La première s’amorce à partir des années 1970. Les étrangers qui gagnent alors le pays sont essentiellement d’origines lointaines desquels les Grecs se différencient aisément. Cette migration se dirige vers les segments du marché du travail abandonnés en premier par les nationaux, qui connaissaient alors une véritable pénurie de main-d’œuvre peu qualifiée en raison de la forte émigration depuis les zones rurales vers l’étranger ou les grandes villes du pays : emplois de maison alors dévolus aux Philippines, emplois agricoles saisonniers ou d’usine pour les Polonais et les Égyptiens. En 1972, l’association des industriels grecs lança même un appel à l’embauche de 10 000 travailleurs étrangers sous contrat, strictement encadrés à l’image des Gastarbeiter allemands, pour pallier ces carences. Cet appel fut entendu car, à la fin de cette même année, les étrangers étaient estimés dans le pays à 20 00015. Il s’agit en général de migrations de travail complexes : les Philippines procèdent par des réseaux d’employées de maison maintenant des liens étroits avec les espaces de départ, leur but étant d’amasser un pécule suffisant avant de rentrer en Asie ; les Polonais, pour leur part, utilisent la Grèce comme un tremplin vers d’autres destinations. Ils empruntent des filières bien balisées qui ne font que traverser le pays. La Grèce n’est pour ces premiers migrants qu’une étape dans un processus migratoire, un lieu de passage ou de travail occasionnel.

  • 16 Georges Prévélakis, « La guerre froide et le “miracle économique” grec », L’Information géographiqu (...)
  • 17 Gildas Simon, « La nouvelle donne migratoire en Europe du sud », Revue Européenne des Migrations In (...)

6Cette première phase met la Grèce en relation avec une migration peu nombreuse, souvent de courte durée et constituée exclusivement de travailleurs. Elle s’achève dans le courant des années 1980. En effet, le pays connaît au cours de cette décennie de profonds bouleversements l’instar de l’ensemble de l’Europe méridionale : la Grèce entre dans la Communauté Économique Européenne en 1981 et sa situation économique ne cesse de se modifier lors d’un miracle économique que beaucoup saluaient alors16. Les soutiens accordés aux secteurs industriel et agricole permirent alors d’accroître les débouchés pour une immigration de main-d’œuvre peu qualifiée. En plus de cette attractivité nouvelle, la Grèce a profité au même moment de l’effet de report des courants migratoires qui se voyaient refuser l’accès à l’Europe occidentale et leurs anciennes puissances coloniales, tentées par l’« immigration zéro »17. C’est ainsi que l’on retrouve en Grèce des communautés issues d’Afrique de l’Ouest (surtout du Nigeria) ou du Maghreb (Maroc et Tunisie) mais aussi du sous-continent indien (Pakistanais, Bangladeshi et Indiens). L’arrivée de ces nouveaux groupes conduit à relever, au moment du recensement de 1991, un groupe de 117 000 étrangers dans le pays.

7Mais c’est surtout le bouleversement géopolitique qui s’est opéré dans les années 1990 en Europe centrale et orientale qui eut pour conséquence la transformation définitive la Grèce en terre d’accueil. En effet, des groupes de migrants très nombreux, venus des pays limitrophes ou plus lointains issus de l’ancien « bloc de l’Est », se sont alors rendus en Grèce, attirés par le travail qui leur faisait défaut, mais aussi par la stabilité politique et un mode de vie dont les télévisions occidentales leur délivraient une image idyllique. Des contingents importants de Géorgiens, de Roumains, de Bulgares et surtout d’Albanais s’installent alors en Grèce, les deux derniers groupes tirant profit de la proximité géographique de leur pays et d’une grande perméabilité des frontières, longues, montagneuses et surtout difficiles à contrôler.

Les résultats du recensement de 2001. Une nouvelle terre d’immigration dominée par la migration albanaise. Ressortissants étrangers résidant en Grèce en 2001 (par pays d’origine)

1

Albanie

438 036

57,47 %

20

Canada

6 049

0,79 %

2

Bulgarie

35 104

4,61 %

21

Italie

5 825

0,76 %

3

Géorgie

22 875

3,00 %

22

Moldavie

5 716

0,75 %

4

Roumanie

21 994

2,89 %

23

Syrie

5 552

0,73 %

5

États-Unis

18 140

2,38 %

24

France

5 267

0,69 %

6

Russie

17 535

2,30 %

25

Bangladesh

4 854

0,64 %

7

Chypre

17 426

2,29 %

26

Yougoslavie

3 832

0,50 %

8

Ukraine

13 616

1,79 %

27

Hollande

2 519

0,33 %

9

Royaume-Uni

13 196

1,73 %

28

Kazakhstan

2 256

0,30 %

10

Pologne

12 831

1,68 %

29

Suède

2 203

0,29 %

11

Allemagne

11 806

1,55 %

30

Nigéria

2 015

0,26 %

12

Pakistan

11 130

1,46 %

31

Autriche

1 424

0,19 %

13

Australie

8 767

1,15 %

32

Belgique

1 332

0,17 %

14

Turquie

7 881

1,03 %

33

Liban

1 277

0,17 %

15

Arménie

7 742

1,02 %

34

Suisse

1 205

0,16 %

16

Égypte

7 448

0,98 %

35

Éthiopie

1 163

0,15 %

17

Inde

7 216

0,95 %

36

Afrique du Sud

1 073

0,14 %

18

Irak

6 936

0,91 %

37

Iran

1 011

0,13 %

19

Philippines

6 478

0,85 %

Total

762 191

100,00 %

8C’est ce que confirment les résultats du recensement de la population grecque de 2001. Il y apparaît un groupe de 762 191 étrangers résidant dans le pays soit plus de 7 % de sa population recensée totale. Parmi ces très nombreux immigrés, les Albanais constituent le groupe de très loin le plus important avec près de 500 000 ressortissants recensés, soit 57 % de l’ensemble des migrants (voir tableau ci-dessus). Ces chiffres prennent toute leur valeur si l’on considère que, entre 1961 et 1991, les étrangers ne représentaient pas plus d’1,5 % de la population totale du pays. Le calibre de cette migration s’associe donc à sa rapidité pour expliquer la stupeur qui régnait en Grèce au début des années 1990, et que l’on retrouve dans les titres de la presse de cette époque, comme celui qui barrait la une du quotidien Elefthéros Typos le 31 décembre 1990 : « l’Albanie déménage en Grèce ».

2. Dans les années 1990 : les Albanais au premier plan

  • 18 Angeliki Grammatikopoulou, « Immigration étrangère en Grèce », Migrations et société no 74, 2001, p (...)
  • 19 Nicolas Miletitch, Trafic et crimes dans les Balkans, Paris, PUF, collection « Criminalité internat (...)

9Cette nouvelle situation de terre d’immigration est à l’origine d’un réajustement des représentations du pays. En les examinant, plus particulièrement en nous arrêtant sur la figure du migrant albanais qui domine la scène migratoire dans les années 1990, il se confirme qu’elles portent en miroir une certaine image du pays lui-même, de sa position géographique et géopolitique au sein de l’Europe. Historiquement, les Albanais sont perçus en Grèce à travers un stéréotype fort négatif : ils sont vus comme des montagnards, musulmans, éternels auxiliaires des Ottomans (donc alliés potentiels de la Turquie) ou, au mieux, comme des voleurs détroussant le voyageur sur les chemins du Pinde. Ceux-ci se sont transformés, à la faveur de la migration, en voisin gênant à qui l’on imputait très classiquement l’augmentation de la criminalité dans le pays. C’est ce que soulignent toutes les enquêtes effectuées dans les années 1990 en Grèce comme celle appelée Eurobarometer qui révélait que 38 % des Grecs interrogés avaient déclaré que la présence des étrangers était pour eux « gênante » (le plus haut taux d’Europe concernant cette question). Dans le même temps, les enquêteurs constataient « l’ampleur du sentiment xénophobe […] dirigé en particulier – mais pas exclusivement – vers les Albanais »18. D’autres sources évoquent ce fait comme un sondage d’opinion repris en 1997 par Nicolas Milétitch qui révélait combien les Albanais étaient les étrangers les moins appréciés des Grecs (avant les Turcs !). De la même manière, en 1994, une enquête effectuée auprès d’écoliers du primaire, parue dans le quotidien Messimvrini, montrait que 56 % des enfants ne voulaient pas d’Albanais dans leur classe19.

10À travers la presse, le stéréotype réservé aux migrants albanais dans les années 1990 semble s’articuler autour de deux principaux thèmes. Tout d’abord, ceux-ci paraissent être venus en Grèce pour fuir l’immense pauvreté qu’ils subissaient dans leur pays. Cette idée apparaît avec force dans les textes comme dans les images. Les Albanais sont par exemple présentés comme des personnes échappant à la plus terrible des misères, sortes de « damnés de la terre », mal accueillis par une Grèce peu compréhensive. Ce discours prend surtout place dans l’iconographie des groupes antiracistes, généralement dans les organes des milieux et des partis de gauche. L’accent est alors mis sur la répression s’abattant sur les migrants (les expulsions, les mauvais traitements que leur inflige la police). Ils sont photographiés en état d’arrestation, dans des fourgons grillagés – évoquant l’expulsion promise aux clandestins, même si celle-ci est en fait réalisée par bus. C’est le cas par exemple de l’illustration de l’article de Gazmend Kapllani, un journaliste et romancier albanais vivant alors en Grèce et issu du mouvement associatif, s’intitulant « Apartheid ? » dans les colonnes du journal d’exrême-gauche Avgui du 11 juillet 1999, ou alors de celle qui dans Kiriakatiki du 10 octobre 2000 titrait « Le crime d’être migrant » sous une photographie de migrants enfermés dans des camions grillagés brandissant des passeports qui semblent pourtant en règle. Certains éléments présents dans la presse se retrouvent également dans quelques œuvres de fiction. Au cinéma, c’est la description d’un groupe de jeunes Albanais vivant dans des locaux insalubres en sous-sol, présentée dans le film Mirupafshim de Giorgos Korras en 1997, ou bien celle des jeunes mendiants dans L’éternité et un jour de Théo Angélopoulos en 1998. Dans le premier de ces deux films, l’auteur montre – après la description et la dénonciation d’actes racistes, la vie d’un groupe de jeunes adultes albanais dans des situations de grande précarité, cédant encore à l’image la plus courante. Comme sur les photos de presse, celle-ci s’exprime par la maigreur des sujets, par leur tenue vestimentaire et les conditions matérielles dans lesquelles ils sont décrits.

  • 20 Alexandra Nestoropoulou, « L’altérité dans la presse régionale : l’exemple du département d’Imathia (...)

11C’est cette pauvreté qui confinerait les Albanais à la violence, second pivot des représentations les concernant alors en Grèce. Très régulièrement, les Albanais sont désignés à cette période comme des individus violents, à qui l’on attribue l’augmentation des crimes et délits en Grèce. L’accent est dans un premier temps mis sur le nombre incontrôlable des arrivées et sur l’incapacité de l’État à maîtriser ce flot, et donc à contrôler cette inquiétante population. C’est ce qu’exprime dans une phraséologie toute xénophobe la une du journal de droite nationaliste Alfa éna du 16-17 mars 2002 qui titrait « nous avons été étouffés par les Albanais et l’Islam », au-dessus du titre principal : « un État de migrants clandestins » tout en affichant un photomontage présentant une carte de Grèce submergé par un groupe migrants accroupis à la mine patibulaire. Il faut bien dire que les premières années de la migration ont vu se suivre sur les routes de très nombreuses personnes qui passaient la frontière gréco-albanaise à pied et en dehors des points de passages officiels, sans que les autorités parviennent vraiment à les contrôler. Les images qui évoquent ces épisodes montrent de jeunes hommes, toujours en groupe – portant des sacs évoquant leur caractère mouvant, insaisissable et incontrôlable. À ces images sont souvent associés des graphiques ou des courbes qui mettent en chiffres l’inquiétude suscitée par l’importance numérique de ces groupes. Sans parler de la validité de ce type de représentation (les Albanais sont très rapidement venus s’installer en Grèce en famille), le fait est qu’il renvoie une image pour le moins inquiétante, renforcée par le choix d’un vocabulaire particulier20 et l’ampleur des chiffres annoncés.

12L’insécurité leur souvent est associée, comme dans cet article paru dans Eleftériotypia du 30 juillet 1999 intitulé « Les immigrés dans notre vie, comment et pourquoi », où le journaliste se fait l’écho d’un sentiment partagé alors par de nombreux Grecs :

Malheureusement, l’époque où l’on se sentait tranquille et en toute sécurité, l’époque des cambrioleurs de roman ou des voleurs de poules est révolue en Grèce. Nous ne parlons pas ici des années 1950, 1960 ou 1970 avec ses vies de quartiers pleines d’humanité et ses maisons ouvertes dans nos villages, mais nous faisons allusion à il y a une dizaine d’années encore. Je me souviens que, à cette époque encore, même dans les plus grandes villes de province, beaucoup dormaient le soir les portes grandes ouvertes, même au rez-de-chaussée, sans aucune crainte. Or, depuis peu, les portes ont commencé à se fermer. Nous n’avons pas peur, mais il ne faudrait pas qu’un Albanais puisse entrer.

  • 21 Martin Balwin-Edwards, « Crime and migrants : some myths and realities », Présentation orale à l’as (...)
  • 22 Vassilis Karydis, « Criminality or criminalization of Migrants in Greece ? », in Vincenzo Ruggiero (...)

13Cet extrait évoque le sentiment grandissant d’insécurité dans la vie des Grecs car l’arrivée des migrants albanais semble sonner la disparition d’un âge d’or de confiance mutuelle et d’honnêteté. Ici, rien n’évoque pour expliquer la délinquance les bouleversements sociaux ou le chômage que le pays doit alors affronter à cette même période. Celle-ci s’incarne plutôt dans cette figure de l’Albanais, quelle que soit la position politique du média. Quand on cherche à expliquer cette violence, on la présente bien souvent comme la conséquence d’une culture violente. Dans le film Mirupafshim, une scène montre le principal protagoniste passant pour un hurluberlu parce qu’il ne possède pas de couteau alors qu’il visite l’Albanie. La jeune épouse de l’un de ses compagnons est mariée sous la contrainte après avoir été enlevée par son futur époux aidé de ses frères. On y voit aussi un jeune garçon dont la migration a pour but de venger la mort de son père en accumulant assez d’argent pour acheter une arme. Dans ce dernier cas, la référence est clairement celle de la vendetta, pratique emblématique d’une violence culturelle que l’ensemble de ces cas décrivent comme inhérente aux Albanais. Pourtant, quand on examine la population carcérale grecque, même si près de 46 % des détenus en 1999 sont des étrangers – et parmi eux, la majorité sont des Albanais21 –, en 1998, les étrangers interpellés par les autorités pour homicide ne représentaient que 7 % du total alors que 23 % l’avaient été pour cambriolage22. De toutes les causes d’emprisonnement, l’infraction administrative de séjour clandestin représente 70 % des arrestations. Malgré ces chiffres, tous les sondages continuent de désigner l’immigration comme cause principale de l’insécurité et de la violence dans le pays.

  • 23 Notons que ce thème est aussi celui qui est développé dans le film italien Lamerica de 1994 où le r (...)

14D’un autre côté, cette violence perçue confine parfois à une forme de fascination. Ce sentiment ambigu se retrouve dans les descriptions de l’Albanie comme un pays placé hors des règles communes, du temps et de l’espace. Le traitement hyperréaliste des espaces frontaliers dans les films de Théo Angélopoulos (Le pas suspendu de la cigogne en 1991 ou L’éternité et un jour en 1998) évoque une frontière hermétique derrière laquelle on devine un univers carcéral que tous les Albanais cherchent à fuir – comme le symbolisent les personnes accrochées aux grilles dans L’éternité et un jour. Ce pays est aussi perçu comme le repère de toutes les mafias d’Europe. La presse et les médias télévisés ne manquent d’ailleurs pas d’informer en Grèce sur les coups de filets opérés dans les milieux du trafic d’armes. À travers ces articles, c’est une certaine vision de l’Albanie qui se dessine comme le lieu privilégié de la violence dans les Balkans, une zone dangereuse, échappant à la compréhension des esprits occidentaux. Pourtant, associé au rejet absolu, revient souvent la comparaison de l’Albanie et des Albanais d’aujourd’hui avec la Grèce et les Grecs d’hier. La migration albanaise semblerait donc curieusement replacer indirectement la Grèce dans un référent balkanique. L’Albanie en devient le miroir dans lequel se mesure la distance qui la sépare de sa « balkanité » mais aussi, qui témoigne de tout ce qui l’y lie23. Un tel mouvement va de pair avec le renforcement constaté dans les années 1990 de la composante balkanique des discours identitaires en Grèce, né du sentiment d’isolement du pays sur la scène européenne. Les événements ayant suivi l’indépendance de la République de Macédoine, l’embargo imposé par la Grèce au jeune État indépendant en 1994, comme les réactions aux bombardements de l’OTAN sur la Yougoslavie en 1999 ont montré combien une grande partie de l’opinion grecque pouvait se mobiliser autour des problèmes régionaux. La crainte d’une renaissance du nationalisme albanais et le spectre de la « grande Albanie », donne donc à ce second âge des migrations en Grèce une dimension particulière. La peur qui y est associée n’est pas uniquement celle physique de l’indigent, il s’agit d’une crainte que ces nouveaux venus ne fassent courir un risque à l’intégrité du pays. Elle s’appuie sur le souvenir des contentieux territoriaux qui ont opposé les deux pays jusqu’en 1945, mais vient aussi rappeler que cet État grec moderne est un pays jeune dans ses frontières actuelles.

  • 24 Ces groupes sont constitués de personnes considérées comme les membres de communautés grecques lais (...)
  • 25 Alexandra Nestoropoulou et Pierre Sintès, « Une diaspora de l’intérieur ? Le discours d’une associa (...)

15Plus généralement, dans les années 1990, les représentations de la Grèce et des Grecs par eux-mêmes, furent aussi brouillées par une autre composante de la migration : le fait qu’elle a conduit dans le pays des personnes plus difficiles à définir en termes nationaux comme les Grecs pontiques venus du Caucase ou de Russie, ou les Épirotes du Nord venus d’Albanie24. Comment considérer en effet ces personnes ? S’agit-il de frères grecs tenus éloignés de la patrie par les vicissitudes de l’histoire ou d’étrangers à la Nation grecque ? Comment doit être placée la limite entre un Grec et un non-Grec ? C’est cette question que la migration vient reposer de manière lancinante dans le pays à partir des années 1990. Une telle situation permet de comprendre en quoi l’apparition de migrants en provenance des Balkans a participé en Grèce à ce qu’Alexandra Nestoropoulou appelle « la panique identitaire »25 : la migration est ici venue questionner les contours de l’identité nationale, en prouvant les relations existant entre les différentes populations de la région, par-delà les identités assignées par les discours des États-Nations. Cette même inquiétude s’exprime d’ailleurs de manière explicite dans le slogan de l’extrême droite « Den tha gineis ellinas pote, vré Albané » (tu ne deviendras jamais grec toi l’Albanais) apparu au cours des incidents qui suivirent la victoire de l’équipe de football albanaise sur la Grèce le 4 septembre 2004. Sur un mode plus léger, c’est cette mise en question des frontières du groupe national au regard de la migration qui est mise en scène par le film Akadimia Platonos (2009) du réalisateur Filippos Tsitos quand il évoque, sur le mode comique, les interrogations identitaires produites par la reconstitution de liens familiaux cachés jusqu’alors entre citoyens grecs et albanais à l’occasion de la migration.

3. La Grèce dans les années 2000 : la porte d’entrée de l’Europe ?

  • 26 Pour un point plus à jour sur ces transformations et sur leurs impacts sur la frontière orientale d (...)

16Or, dans les années 2000, l’image du pays s’est une nouvelle fois sensiblement modifiée aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur jusqu’à faire presque oublier la dimension balkanique de l’immigration en Grèce. En termes migratoires, le pays apparaît désormais exclusivement comme le lieu d’une migration clandestine en provenance d’Asie et d’Afrique, en transit vers les autres pays de l’Union Européenne26. Cette nouvelle image est répercutée par les médias mais aussi par de nombreux d’acteurs politiques grecs ou européens. La frontière égéenne est le principal théâtre de ce nouveau récit. Les images de la migration ne sont pas ici sans rappeler celles des Canaries ou du détroit de Gibraltar, et présentent des migrants qui afflueraient clandestinement et au péril de leur vie, à bord d’embarcations légères sur les côtes mal surveillées des îles frontalières. On les retrouve par exemple dans le film de Kosta Gavras, Eden à l’Ouest, qui met en scène en 2009 l’odyssée moderne d’un jeune Afghan en Europe, des côtes de la Grèce jusqu’à Paris. De telles images correspondent indubitablement à l’émergence d’une nouvelle réalité : impossible de nier en effet que de nombreux migrants abordent désormais clandestinement les côtes du pays avant de poursuivre ailleurs leur route en Europe. L’augmentation du nombre des victimes signalées sur la frontière égéenne de la Grèce dans les années 2000 en témoigne de manière éloquente (voir graphiques ci-dessous).

Les morts aux frontières de la Grèce entre 1994 et 2011

Les morts aux frontières de la Grèce entre 1994 et 2011

Sources : UNITED for Intercultural Action, European network against nationalism, racism, fascism and in support of migrants and refugees.

  • 27 Pierre Sintès, « Manœuvres politiques et discours de l’urgence : la frontière égéenne de la Grèce a (...)
  • 28 Ta Néa du 28 juin 2009.
  • 29 Ces chiffres sont tirés du rapport collectif suivant : Théodoros P. Lianos et al., Εκτίμηση του Όγκ (...)

17Pourtant, malgré le destin tragique qui les accompagne, ces flux de clandestins arrivant par mer ne représentent que peu de chose par rapport aux mouvements réguliers de migrants en provenance des Balkans, même s’il tend à les supplanter de plus en plus en termes d’image. On le constate nettement, par exemple à l’été 2009 où de nombreux acteurs politiques se sont exprimés sur ce sujet à différentes occasions27. Parmi eux, la ministre des affaires étrangères du moment, Dora Bakoyannis, déclarait de manière éloquente au cours d’une conférence organisée à Athènes par l’UNHCR que « la pression de la migration illégale est devenue insupportable sur l’Égée orientale ». Il demeurait pourtant difficile au même moment de se procurer des chiffres précis pour renseigner un tel phénomène. Le dernier recensement grec de 2001 ne donnait pour les îles proches de la Turquie qu’une proportion peu élevée de migrants (6,8 % de la population contre 7,7 % pour l’ensemble du pays). De plus, leur origine géographique (45 % d’Albanais) laissait entendre que la plus grande partie d’entre eux était entrée en Grèce par ses frontières continentales. La frontière égéenne est pourtant un espace de passage avéré pour des migrants venus d’horizons plus lointains, mais jamais recensés jusqu’alors. Tout au plus, le flux de migrants clandestins a-t-il été officiellement estimé à 250 000 personnes par les autorités helléniques si l’on en croit les déclarations de Dora Bakoyannis au mois de juin 2009, à l’occasion de la rencontre des ministres des affaires étrangères de l’UE tenue dans l’île de Corfou28. Ce chiffre en ferait, d’après l’agence européenne Frontex, le pays de l’Union Européenne le plus touché par la migration clandestine jusqu’au printemps arabe et l’exode de 30 000 Tunisiens vers l’Italie au début de l’année 2011. Parmi ces migrants illégaux, 150 000 ont été arrêtés par la police grecque selon les informations livrées par le Ministère de l’ordre public du pays en 2008. Si de tels chiffres permettent de signifier l’augmentation de la pression migratoire sur l’ensemble du pays, il demeure difficile d’y voir un signe irréfutable de l’évolution de la situation de la frontière égéenne car ils concernent, une fois encore, dans une large majorité (à plus de 60 %) des migrants albanais entrés en Grèce par d’autres régions29.

  • 30 Les autorités grecques n’ont pu renvoyer en Turquie que 7 975 migrants sur les 67 352 demandes effe (...)
  • 31 Voir à ce sujet Olivier Clochard, Atlas des migrants en Europe : géographie critique des politiques (...)

18Pourtant, force est de constater l’omniprésence d’un discours qui présentait la frontière gréco-turque comme la région où le risque migratoire est le plus élevé pour le pays. Ce type de position pouvait en effet s’accompagner d’une véritable plus-value politique. Pour les autorités grecques, il s’agit d’un moyen d’accroître la pression sur la Turquie accusée de ne rien faire pour dissuader les migrants de transiter vers la Grèce, et de ne pas respecter l’accord de réadmission signé entre les deux États depuis 200130. Cette position a permis aussi de justifier la construction d’un mur pour contrôler la frontière terrestre entre les deux pays. Dans une autre direction, les autorités grecques semblent aussi vouloir exercer une pression supplémentaire en direction de l’Union Européenne en visant clairement les accords de Dublin II qui stipulent que l’État de l’Union dans lequel un demandeur d’asile se déclare pour la première fois doit examiner sa demande - et surtout l’accueillir dans l’attente de sa réponse. Ceci conduit à la rétention d’un nombre très important de clandestins en Grèce, en raison de sa position géographique : en 2006, ils étaient 45 000 sur les 164 000 enfermés en Europe31. En conséquence, la Grèce et les autres États européens situés en Méditerranée (surtout l’Italie et l’Espagne) ont appelé à maintes reprises à un partage plus équitable, et que d’autres États prennent en charge certains de ces migrants. Afin de promouvoir un tel point de vue, Prokopis Pavlopoulos, alors ministre de l’intérieur, accompagna le commissaire européen Jacques Barrot au mois de juin 2009 dans une visite des zones frontalières du pays et déclara à la suite :

Je tiens à remercier publiquement M. Barrot pour son soutien, non pas parce qu’il privilégie la Grèce, mais parce qu’il a désormais compris que la frontière orientale de l’UE revêt un intérêt crucial pour l’Europe tout entière en ce qui concerne la mise en œuvre de la politique d’immigration et d’asile.

  • 32 Voir le quotidien Ta Nea du 2 juillet 2009.

19Jacques Barrot annonçait à cette occasion comprendre la nécessité de réviser les accords de Dublin II afin que la Grèce et les autres pays de « première ligne » ne soient pas obligés de supporter tout le poids de la lutte contre l’immigration clandestine32. Il est bon de noter que le pays, en vertu de cette position particulière dans le dispositif de contrôle migratoire de l’UE, doit recevoir pas moins de 26 millions d’euros entre 2007 et 2013 pour permettre au développement d’une infrastructure adaptée. En ces temps de crise, l’intérêt de cette dotation n’est sans doute pas négligeable. Elle devrait permettre de construire plusieurs centres de rétention dans le pays (surtout sur les espaces frontaliers) et assurera ainsi du travail aux fonctionnaires chargés de les superviser ainsi qu’aux entreprises de travaux publiques retenues pour les réaliser. Dans des régions en déclin, comme dans les îles du Nord et de l’Est de la mer Égée, ou sur les confins de la frontière terrestre avec la Turquie, la détention des migrants pourrait même devenir l’une des rares activités en essor. Par exemple, le nouveau centre de rétention de Samos emploie aujourd’hui 15 îliens pour sa surveillance et une entreprise de fourniture alimentaire qui confectionne les repas des retenus. Les 2,5 millions qu’a coûtés sa construction ont aussi permis de faire travailler un temps les différentes entreprises du bâtiment présentes dans l’île.

  • 33 L’image d’un pays fragile est encore renforcée depuis 2010 par les difficultés financières rencontr (...)

20Outre ces retombées économiques, il faut bien aussi constater que la préoccupation croissante pour la situation migratoire des îles de l’Égée correspond à un durcissement notable du traitement de la migration irrégulière au sein du pays. Cette tendance a été bien signifiée par la destruction opérée par la police le 12 juillet 2009 des baraques construites aux abords de la ville de Patras, dans le Péloponnèse occidental, qui abritaient depuis 12 ans près de 1 500 personnes, surtout des Afghans en transit vers l’Italie. Dans les grandes villes du pays, les arrestations spectaculaires sont médiatisées comme celles qui eurent lieu dans les rues d’Athènes lors de l’été 2009. Cette nouvelle situation conforte bien l’image d’une Grèce, petit pays situé aux marges de l’Europe33, qui n’aurait pas les moyens d’accueillir des contingents de migrants aussi nombreux. Dans ce nouveau contexte, le pays se positionne aussi comme un acteur important dans le système de protection du continent, premier rempart contre l’« invasion migrante » renouant ainsi avec la figure de l’akrite (garde-frontière) de la tradition militaire byzantine, largement reprise dans les discours nationalistes pour évoquer ce nouveau rôle.

Conclusion

21Comme on a pu le constater dans cette contribution, il semble que les différentes représentations de la migration en Grèce promeuvent à chaque fois une nouvelle image du pays. En effet, les trois « âges » mentionnés dans le titre, renvoient immanquablement à une inclusion particulière du pays dans des ensembles régionaux d’échelle différente : l’Europe méridionale jusqu’aux années 1980, les Balkans post-guerre froide à partir des années 1990, le poste avancé de l’Europe de Schengen en Méditerranée orientale (gate keeper selon l’expression consacrée) à partir des années 2000.

  • 34 Comme l’a magistralement montré Maria Todorova pour l’image de l’ensemble balkanique dans son célèb (...)

22Souvent, ces discours peuvent apparaître comme étant construits depuis l’extérieur, par les institutions européennes ou par le regard porté sur la Grèce par les médias étrangers34, mais ils semblent être aussi très largement relayés, infléchis et appropriés sur place car, pour les différents acteurs à l’œuvre dans la société grecque, les représentations du pays se situent au centre d’intérêts nombreux et conditionnent certaines de leurs actions dans le champ public. Ainsi, on ne pourra pas s’empêcher d’interroger les mécanismes de production de telles représentations. Dans le cas des images découlant de la situation migratoire, leur succession rapide et leur variation importante permettent sans doute de souligner le caractère instrumental qu’il paraît difficile de leur nier sur le plan politique. En effet, même si leur variation accompagne indubitablement l’évolution importante de la situation migratoire dans le pays, leur transformation paraît très rapide, au regard des évolutions mesurables du contexte et des informations concrètes disponibles à ce sujet.

Notes

1 La plus grande partie de ce texte a été composée en 2011 et il ne tient pas compte des effets de la crise économique qui a frappé le pays dans les années suivantes – mais aussi avant que ne soient disponibles les résultats du dernier recensement de la population grecque. Par ailleurs, les développements concernant l’histoire migratoire du pays ont été largement repris dans la rédaction de la notice « Grèce » du Dictionnaire des migrations internationales de Gildas Simon (Paris, Armand Colin, 2013). D’autres éléments sur le discours politique de la fin des années 2000 se retrouvent dans l’article de l’auteur dans l’ouvrage de Natalia Ribas-Mateos (dir.), El Rio Bravo Mediterráneo. Las regiones fronterizas en la época de la globalización (Barcelone, Bellaterra, 2011).

2 Le nombre d’étrangers en Grèce fait l’objet de nombreuses controverses depuis que le pays est devenu une terre d’immigration. Les chiffres avancés sont rarement fondés et il a fallu attendre le recensement de 2001 pour disposer de chiffres fiables pour en estimer le calibre (voir à ce sujet Pierre Sintès, « La migration des travailleurs balkaniques en Grèce : mouvement migratoire ou circulation régionale ? », L’Espace Géographique, 4, 2007, p. 353 à 365).

3 L’évolution du positionnement de la Grèce dans des ensembles plus vastes, de l’Europe méridionale aux Balkans, a été présentée dans différents ouvrages dont celui de Georges Prévélakis (Georges Prévélakis, Géopolitique de la Grèce, Paris, Complexe, 1997).

4 Même si la vision de la Grèce, terre d’émigration historique a éclipsé longtemps une réalité plus complexe comme l’a très justement montré Dimitris Parsanoglou (Dimitris Parsanoglou, Grèce, pays d’immigration : Perspectives historiques et sociologiques, thèse de doctorat en sociologie, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2009).

5 Pour l’étude des communautés grecques dans le monde, il existe une bibliographie abondante avec entre autres les ouvrages remarquables, pour les communautés de l’Europe industrielle, d’Émile Kolodny, Samothrace sur Neckar : des migrants grecs dans l’agglomération de Stuttgart, Aix-en-Provence, Institut de recherches méditerranéennes, Centre d’études de géographie méditerranéenne, 1982, ou bien de Lina Ventura, Les migrants grecs en Belgique (Έλληνες μετανάστες στο Βέλγιο), Athènes, Éditions Néphèli, 1999.

6 Michel Sivignon, Atlas de la Grèce, Paris, CNRS Libergéo-La Documentation Française, 2003, p. 50 et 51.

7 Voir à ce sujet Michel Bruneau, « Les mots de la diaspora grecque, société, État et diaspora », dans Lisa Anteby-Yemini et al. (dir.), Les diasporas, 2 000 ans d’histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 79 à 89.

8 Il s’agit ici du nombre de personne déclarant un ancêtre grec lors du recensement de 2007 qui s’élève exactement à 1 380 088 personnes (U.S. Census Bureau).

9 Michel Sivignon, Atlas de la Grèce, op. cit.

10 Ibid.

11 Statis Damianakos, Κοινωνιολογία του ρεμπέτικου (sociologie du Rébétiko), Athènes, Plethron, nouvelle édition, 2001.

12 C’est ce qu’indique le Secrétariat général de l’Hellénisme à l’étranger (Γενική Γραμματεία Αποδήμου Ελληνισμού) sur son site internet http://www.ggae.gr consulté le 18 avril 2011.

13 Stéphane Sawas, « La prose littéraire des Grecs d’Australie : enjeux identitaires », Journal de la Société des Océanistes, no 129, 2009, p. 241 à 247.

14 Eftihia Voutira, « Refugees : whose term is it anyway ? Emic and etic constructions of ‘refugees’ in Modern Greek », dans Joanne van Selm et al. (dir.), The Refugee Convention at Fifty : a View from Forced Migration Studies, Lexington Books, 2003, p. 65 à 80.

15 Evangelos Pteroudis, « Émigrations et immigrations en Grèce : évolution récente et questions politiques », Revue Européenne des Migrations Internationales, 12, 1996, no 1, p. 163.

16 Georges Prévélakis, « La guerre froide et le “miracle économique” grec », L’Information géographique, 54, no 2, 1999, p. 53 à 60.

17 Gildas Simon, « La nouvelle donne migratoire en Europe du sud », Revue Européenne des Migrations Internationales, 2, 1986, no 1, p. 9 à 35.

18 Angeliki Grammatikopoulou, « Immigration étrangère en Grèce », Migrations et société no 74, 2001, p. 143.

19 Nicolas Miletitch, Trafic et crimes dans les Balkans, Paris, PUF, collection « Criminalité internationale », 1998, p. 20.

20 Alexandra Nestoropoulou, « L’altérité dans la presse régionale : l’exemple du département d’Imathias », dans Gilles De Rapper et Pierre Sintès (dir.), Nommer et classer dans les Balkans, Athènes, École française d’Athènes, 2008, p. 169 à 199.

21 Martin Balwin-Edwards, « Crime and migrants : some myths and realities », Présentation orale à l’association internationale de la police, Samos, 4 mai 2001, consulté le 17 avril 2011 : http://www.mmo.gr/pdf/publications/publications_by_mmo_staff/Police_Gazette2001_MBE_English_translation.pdf.

22 Vassilis Karydis, « Criminality or criminalization of Migrants in Greece ? », in Vincenzo Ruggiero (dir.), The New European Criminology, Londres et New York, Routledge, 1998.

23 Notons que ce thème est aussi celui qui est développé dans le film italien Lamerica de 1994 où le réalisateur, Gianni Amelio, montre l’Albanie comme s’il s’agissait de l’Italie des années 1940.

24 Ces groupes sont constitués de personnes considérées comme les membres de communautés grecques laissées en dehors du territoire de l’État grec moderne au moment de sa fondation. Voir à ce sujet Pierre Sintès, La raison du mouvement : territoires et réseaux de migrants albanais en Grèce, Paris-Aix-en-Provence, Karthala-Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, 2010, p. 161 à 221.

25 Alexandra Nestoropoulou et Pierre Sintès, « Une diaspora de l’intérieur ? Le discours d’une association vorioépirote à Athènes », Revue d’Études Comparatives Est-Ouest, 41, no 4, décembre 2007, p. 201 à 224.

26 Pour un point plus à jour sur ces transformations et sur leurs impacts sur la frontière orientale du pays, voir Laurence Pillant, « Les conséquences socio-spatiales des nouvelles modalités du contrôle migratoire à la frontière gréco-turque », L’Espace Politique, 25, 2015 (mis en ligne le 9 avril 2015, consulté le 8 mai 2015 : http://espacepolitique.revues.org/3369 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3369).

27 Pierre Sintès, « Manœuvres politiques et discours de l’urgence : la frontière égéenne de la Grèce au cœur d’enjeux nationaux et européens », in Natalia Ribas Mateos (dir.), El Rio Bravo Mediterráneo, op. cit., Barcelone, Bellaterra, 2011, p. 375-390.

28 Ta Néa du 28 juin 2009.

29 Ces chiffres sont tirés du rapport collectif suivant : Théodoros P. Lianos et al., Εκτίμηση του Όγκου των Αλλοδαπών που Διαμένουν Παράνομα στην Ελλάδα, (Estimation du volume des étrangers qui résident illégalement en Grèce), Athènes, IMEPO, avril 2008, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.imepo.gr/ClientFiles/documents/AENEAS_IMEPO_RESEARCH_.2008_GR_000.pdf.

30 Les autorités grecques n’ont pu renvoyer en Turquie que 7 975 migrants sur les 67 352 demandes effectuées depuis la signature de l’accord de réadmission.

31 Voir à ce sujet Olivier Clochard, Atlas des migrants en Europe : géographie critique des politiques migratoires, Paris, Belin, 2009.

32 Voir le quotidien Ta Nea du 2 juillet 2009.

33 L’image d’un pays fragile est encore renforcée depuis 2010 par les difficultés financières rencontrées par la Grèce.

34 Comme l’a magistralement montré Maria Todorova pour l’image de l’ensemble balkanique dans son célèbre Imagining the Balkans (1994) récemment traduit en français sous le titre Imaginaire des Balkans, Paris, Éditions de l’EHESS, 2011.

Table des illustrations

Titre Les morts aux frontières de la Grèce entre 1994 et 2011
Légende Sources : UNITED for Intercultural Action, European network against nationalism, racism, fascism and in support of migrants and refugees.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/14083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search