Version classiqueVersion mobile

L’invention des Midis

 | 
Nicolas Bourguinat

Des Lumières au positivisme. Cartographies mentales de l'aire méditerranéenne

L’image de l’Italie du Sud chez les Belges à l’époque de l’Unité (1860-1880)

Sabina Gola

Texte intégral

  • 1 Sur la production imprimée consacrée à l’Italie par les Belges au xixe siècle, voir Sabina Gola, Un (...)
  • 2 Émile de Laveleye, « Lettres d’Italie », Revue de Belgique, 15 juin 1879, p. 144.

1Qu’ils fussent hommes politiques ou érudits, artistes ou employés, juristes ou médecins, les Belges montrèrent un intérêt généralement très important pour la situation politique, religieuse et militaire de l’Italie, à partir de la deuxième moitié des années 1850. Essais, poèmes, romans et traductions représentent le fruit de cette attention envers les événements d’Italie, qui retenaient fortement l’attention du petit royaume, né lui-même en 1830 du mouvement des nationalités et constitué en tant qu’État autour d’une maison princière1. Mais au-delà des effets de miroir qui pouvaient rapprocher les Savoie des Saxe-Cobourg, l’unification italienne soulevait nombre de questions sur les destinées de la péninsule et sur les conséquences de son indépendance et de son unité ainsi que sur la signification de la « nationalité italienne » : sur les facteurs d’unité – d’aucuns pensaient que c’étaient uniquement la religion et la langue – et sur le principe de la « nationalité ethnographique », qui avait conduit à l’unification de l’Italie. Ceux qui croyaient à l’avenir de l’Italie unifiée et à la capacité des Italiens de se lever en masse comme une seule nation s’interrogeaient également sur la meilleure forme de gouvernement à adopter. Ce serait la monarchie, sans aucun doute : « Chacun comprend que la proclamation de la république détruirait l’unité. Le Nord resterait fidèle à la maison de Savoie qui […] dompterait les insurrections locales ou abandonnerait le Midi aux restaurations et à l’anarchie2. »

  • 3 Ixelles, F. Mathyssens.
  • 4 Michel Dumoulin, « Émile de Laveleye et l’Italie », in Risorgimento, 1976, p. 59-91.

2D’autres, au contraire, ne croyaient aucunement à l’unité italienne qu’ils estimaient ne pas correspondre aux besoins sociaux et religieux de la péninsule et n’offrir aucune garantie de stabilité. Un catholique fervent comme Arthur Moens, dans son ouvrage L’unité italienne est-elle possible ? (1872)3, pensait que seule la langue pouvait représenter un lien solide entre les Italiens. En effet, selon lui, les différences d’us et coutumes entre les régions étaient tellement importantes qu’il faudrait trop longtemps pour que chacune s’adapte aux traditions des autres. Émile de Laveleye, économiste, historien, philologue et littérateur brugeois4, au contraire, était convaincu que

  • 5 Émile de Laveleye, « Lettres d’Italie », op. cit., 15 juin 1879, p. 138-139.

l’unité de l’Italie n’[était] pas mise en danger, comme on l’avait craint par l’hostilité des anciennes divisions territoriales. L’unité de race, de langage, de religion, de traditions [avait] amené à la fusion des anciens États en une seule nation avec une facilité et une rapidité que nul ne pouvait prévoir5.

  • 6 Ibid., p. 139.

3Par rapport à d’autres pays, comme l’Angleterre, l’Espagne ou la France, il pensait qu’il n’y avait pas d’État en Europe où les régions étaient homogènes comme celles d’Italie : « Malgré des nuances, vous ne trouvez partout que des Italiens6 », remarquait-il, en insistant également sur le fait que

  • 7 Ibid., p. 136.

la conservation d’une Italie unie et forte [était] un élément de paix pour tout le midi. Tant qu’elle était divisée en plusieurs états faibles et en quête d’alliances étrangères, les autres puissances étaient entraînées à s’y livrer à des luttes d’influence. Aujourd’hui ce danger [avait] disparu7.

4Le Belge abondait dans le sens de Domenico Berti, philosophe et homme d’État – convaincu que l’Italie était faite définitivement et que, parmi les nations qui se constituaient, la nationalité italienne était la plus marquée – ainsi que dans l’opinion du ministre italien des Affaires étrangères, Emilio Visconti-Venosta, qui exaltait alors le rôle que l’Italie serait en mesure d’exercer en Europe :

  • 8 Ibid., 15 août 1879, p. 42.

La constitution de l’unité italienne est, disait-il, un grand avantage pour notre continent tout entier. L’Italie divisée et asservie était une cause permanente de troubles et de discordes. Elle n’était qu’un foyer de révolution et un champ ouvert aux luttes d’influences et de conquêtes des voisins. Que de fois leurs armées s’y sont livré bataille ! L’Italie unifiée sert de barrière et de tampon8.

  • 9 Michel Dumoulin, « Il Belgio e il processo d’unificazione dell’Italia : 1861-1887 », in Atti del L (...)

5En général, les Belges qui s’occupaient des tribulations de la péninsule italienne, avant ou après la constitution du royaume d’Italie, et qui proposaient des solutions politiques ou militaires afin qu’elle pût atteindre au plus vite son indépendance et son unification, considéraient la péninsule dans l’ensemble de ses territoires, des Alpes à la Sicile. C’était le Saint-Siège qui était la victime ou, dans la plupart des cas, le principal antagoniste du nouveau royaume. Et c’était en effet le sort du pape qui troublait le plus les Belges : les catholiques dans un sens et les libéraux dans l’autre. Au sein du parlement belge, au moment de la reconnaissance du royaume d’Italie, les catholiques libéraux redoutaient que la marginalisation du Saint-Siège ne les isole et n’ait des répercussions sur le fonctionnement du régime parlementaire belge, tandis que les libéraux, modérés et radicaux tout à la fois, approuvaient sans aucune réserve la politique de Cavour. Mais parmi ces libéraux, d’aucuns pensaient que la politique d’agression à peine déguisée du Piémont, abrité derrière la garantie de l’alliance avec la France, était susceptible d’influencer négativement Napoléon III, qui avait déjà montré son intérêt pour l’annexion de la Belgique. Huit mois de discussions furent nécessaires en 1860-1861, pour reconnaître le fait accompli sans formuler aucun jugement. Pour cette attitude, le Saint-Siège fut sur le point de rompre ses relations diplomatiques avec la Belgique. Malgré la colère des catholiques, l’État belge transféra sa légation auprès de Victor-Emmanuel, roi d’Italie, le pape n’étant plus considéré que comme un chef religieux9.

  • 10 Sur le voyage des Belges en Italie, voir Sabina Gola, « Découvertes de l’Italie par les Belges aux (...)

6En revanche, dans les récits des voyageurs belges l’Italie se partageait en trois : l’Italie du Nord, du Centre et du Sud, qui correspondaient à la division actuelle. L’Italie du Sud coïncidait avec le royaume des Deux-Siciles, mais les voyageurs, dans leurs récits, ne mentionnaient jamais les Pouilles, la Campanie, la Calabre, la Molise, la Basilicate, et rarement d’autres villes que Naples et Palerme ou, s’ils étaient amenés à le faire, c’était uniquement pour citer les endroits qu’ils avaient traversés10.

7La tradition littéraire, l’histoire et les voyageurs d’autres contrées qui les avaient devancés, influencèrent profondément le regard des Belges. À l’instar des Anglais, des Français et des Allemands, les voyageurs belges qui choisissaient l’Italie comme destination de voyage ou comme terre de passage suivaient des itinéraires standards. Ils se plaignaient continuellement des conditions de voyage, comme leurs prédécesseurs : ils se lamentaient de la lenteur du passage aux frontières, des pourboires à distribuer, du manque de propreté, de la nourriture insuffisante et pauvre. Des Italiens profiteurs et voleurs, des mendiants à tous les coins de rue, des brigands sans pitié ou des lazzaroni peuplaient les récits de leurs pérégrinations. Néanmoins, en même temps, les Belges se laissaient envoûter par le charme des monuments qui avaient suscité le même émerveillement chez les autres voyageurs.

  • 11 Léon François Verhaege de Naeyer, Autour de la Sicile. 1861-1863, Bruxelles, A. Lacroix, Verboeckho (...)

8Dans leurs récits, ils préfèrent décrire les lieux et les monuments plutôt que de raconter leurs expériences personnelles, comme dans les textes de voyage du xviiie siècle. En réalité, les Belges se rendaient en Italie pour vérifier ce qu’ils connaissaient déjà et qu’ils avaient lu dans les livres d’histoire et d’histoire de l’art. Dans leurs témoignages, en général, manque la curiosité de la découverte, et d’autre part les descriptions des paysages sont tellement figées qu’on a parfois l’impression d’être en face d’un tableau dans un musée11. La nature arcadienne prévaut sur les descriptions romantiques des clairs de lune ou de la traversée des Alpes. Néanmoins, malgré les difficultés du voyage, l’Italie restait la terre classique des beaux-arts et du génie ; la patrie au ciel bleu et au sol doré, à la langue douce et à la vie insouciante ; le pays de la poésie, de la musique, de la peinture et des belles femmes.

  • 12 Sur les voyageurs belges en Italie voir aussi Sabina Gola, « Napoli e la Sicilia nei racconti dei v (...)

9Les Belges – érudits, hommes politiques, artistes, professeurs, juristes, littérateurs, laïques et catholiques – voyagèrent en Italie spécialement entre 1860 et 1880 et visitèrent presque tous les villes de Turin, Milan, Venise, Florence, Rome et, en nombre plus faible, Naples et la Sicile, pour différentes raisons : en premier lieu les motifs de leur voyage qui les amenaient à s’arrêter dans le Nord ou dans le Centre de la péninsule ; ou bien, d’autre part, et spécialement pour la Sicile, les difficultés des déplacements dans une Italie du Sud où routes et ponts n’existaient pas, d’après les témoignages des voyageurs illustres qui s’étaient rendus dans l’île auparavant, voire encore la crainte des brigands, dont les Siciliens eux-mêmes racontaient les histoires aux voyageurs12.

  • 13 Louvain, C.-J. Fonteyn, Père, Imprimeur-Éditeur, 1870.

10Philippe Jacques-Édouard De Bleser, chanoine honoraire de la métropole de Malines, auteur de Rome et ses monuments. Guide du voyageur catholique dans la capitale du monde chrétien13, mettait en garde les voyageurs contre les préjugés et de tout ce qui pouvait s’en suivre :

  • 14 Ibid., p. 537.

Nous arrivons à Rome armés de pied en cap de nos préjugés : c’est ce qui arrive tous les jours. Nous y examinons tout à travers le prisme national, et sans nous donner le temps de faire une instruction complète, nous décrétons d’abus. Et quelle misère ! Nous pesons les aliments, nous les jugeons de bonne qualité, mais nous les déclarons insuffisants, et nous oublions, gloutons du Nord que nous sommes, que l’homme du Midi serait fort embarrassé si nous l’obligions à manger davantage14.

  • 15 Léon François Verhaege de Naeyer, Autour de la Sicile, op. cit., p. 133.
  • 16 Ibid., p. 143. À plusieurs reprises, il fait référence également à Auguste de Sayve (1820), à M. de (...)

11Le jeune avocat libéral Léon-François Verhaeghe de Naeyer débarqua en Sicile le 20 janvier 1861, à sept mois de l’expédition de Garibaldi, et il y resta jusqu’en 1863. Il n’avait que vingt-deux ans et, par conséquent, les difficultés de voyage ne l’inquiétaient pas, ni les imprévus qui l’y attendaient. « Nous sommes en Europe encore, mais déjà il n’y paraît plus guère », affirme-t-il, après avoir décrit à son lecteur l’état déplorable des routes et la pauvreté des moyens de transport dans l’île par rapport aux chemins de fer qui s’étaient développés dans le reste de l’Europe – en remarquant que de toute façon, « au siècle dernier, un voyage dans le Nord de l’Italie n’offrait pas moins de difficultés15 ». En tous les cas, ses lectures l’avaient bien préparé à ne pas s’attendre à de grands changements par rapport la situation qui prévalait vingt ans auparavant : « Hélas ! Que n’ai-je tiré un meilleur profit des avis du célèbre romancier [Alexandre Dumas], qui déclare, tout bien pesé, absolument impossible de se loger à Girgenti. Vingt ans n’ont rien fait à l’affaire16. »

  • 17 Ibid., p. 11-12.

La Sicile a de tout temps fait parler d’elle. Elle sépare les deux bassins de la Méditerranée : deux mondes viennent s’y toucher ; là finit la Grèce, aux confins de l’Italie. Les dieux, à des époques dont la chronologie fourmille de difficulté, élisent domicile dans la plaine d’Enna et sur les bords de l’Anapus ; jusqu’à nos jours, l’histoire y conserve des allures fabuleuses. C’est toujours le pays des révolutions soudaines et des exploits merveilleux : après les Grecs et les Romains, les Arabes ; puis les Francs, et toutes ces dominations, un jour venu, disparaissent comme celle des derniers maîtres de l’île devant Garibaldi. Ici recommence la légende. On débarque en Sicile, la tête pleine de tout cela17.

  • 18 Ibid., p. 98.

12Malgré sa préparation littéraire, ce jeune gantois accomplit sa visite de la Sicile – il se rendit à Messine, Taormine, Catane, Syracuse, Terra-Nova, Agrigente et Palerme – sans aucun a priori négatif vis-à-vis des Siciliens et de leur île. Il eut l’occasion de faire l’expérience de la fierté des habitants, qui méprisaient « cordialement [leurs] compatriotes au-delà du phare ; [ils] se souviennent du temps où les rois de Sicile soumirent à leur domination les États de Terre ferme, et revendiquent encore pour [leur] cité de Palerme le sceptre usurpé par l’indolente Parthénope18 ». Le Belge apprécia à plusieurs occasions leur générosité et leur chaleur humaine, des qualités qui allaient tout à fait à l’encontre de leur réputation. Il prit note de ce que l’existence était à la fois laborieuse et très pauvre, ce qu’il attribua à la tyrannie des Bourbons, et plus généralement à la mauvaise organisation politique qui était de règle avant la « révolution » de 1860 : incapables de tirer profit de la libéralité de la nature, elles avaient condamné la population à l’indigence en entretenant son indolence naturelle.

  • 19 Ibid., p. 54.

La Sicile a reçu avec son heureux climat et sa fécondité, le plus mauvais gouvernement possible, celui des vice-rois espagnols pendant deux siècles, et, depuis, une domination napolitaine qui n’a guère valu mieux. Le résultat de tout ceci est clair. Peu d’agriculture et presque pas de commerce, nulle industrie, pas de route, pas de sécurité publique, une négation systématique de toutes les libertés… pas d’instruction, pas de travail, une complète atonie dans les classes supérieures, et la misère pour le peuple, voilà la Sicile avant 186019.

  • 20 Voir supra la contribution d’Alessandro Tuccillo.
  • 21 Sur cette auteur, qui fut très lue en Belgique et sur le continent, voir Donatella Badin, Lady Morg (...)
  • 22 Ibid., p. 1.

13Rien qui se distingue donc, fondamentalement du diagnostic des voyageurs des Lumières, qui avaient ouvert la voie en installant une certaine vision critique d’un royaume de Naples mal administré20, et qui avaient été relayés après 1815 par L’Italie de lady Morgan, réquisitoire très virulent21. Le Belge est très confiant dans le futur de la Sicile. À côté des ruines du passé, une vie nouvelle s’éveillait à Palerme, grâce à l’unification et au nouveau gouvernement, même si encore beaucoup de travail restait à faire, en premier lieu renforcer l’ordre en éliminant les mouvements populaires dans les campagnes. Verhaeghe de Naeyer commence le récit de son voyage en informant ses lecteurs que « de toutes les grandes régions de l’Italie, la Sicile est peut-être la moins visitée : elle mérite d’être mieux connue et mieux appréciée. Tout lui assigne un grand rôle à jouer dans l’avenir qui s’ouvre à l’Italie22 » et il le termine en espérant ardemment que le moment est arrivé pour la Sicile de prendre les rênes de son destin.

  • 23 Ibid., p. 145-146.

[Que] cette dernière révolution ne soit pas inutile comme tant d’autres, et qu’il sorte enfin de tant de maux, de sérieux progrès pour cette contrée si longtemps éprouvée. Espérons enfin qu’il ne s’agit pas cette fois de substituer un despotisme à un autre : la grande tâche des nouveaux gouvernants sera d’apprendre à la Sicile à s’aider quelque peu de ses propres forces23.

  • 24 Ibid., p. 46. Sur les rapports entre Marco Minghetti et Émile de Laveleye voir Michel Dumoulin, La (...)

14Émile de Laveleye voyagea souvent en Italie. À l’occasion de son dernier voyage, il publia ses Lettres d’Italie en 1879 et 1880 dans la Revue de Belgique, en y faisant par endroit référence à un premier séjour qui remontait à la fin des années 1840. Toutes ses lettres sont parsemées de rencontres et de conversations avec des personnalités notables, dans les domaines de la politique ou de l’économie, sans parler de la philosophie et du monde universitaire. Il s’arrêta à Naples en visitant aussi les environs, mais son récit contient également des références à la Sicile, sous forme de commentaires faits par quelques-uns des personnages illustres qu’il eut l’occasion de rencontrer. C’est en effet Marco Minghetti, qui avait été chef de gouvernement jusqu’en 1876, qui lui parle des débuts du progrès économique de la Sicile (presque vingt ans après le voyage du jeune gantois !) et qui lui raconte quelques histoires siciliennes en précisant qu’il se limitera aux « histoires vraisemblables » de « vendettas » et de « coltellatas »24.

  • 25 Léon François Veraeghe de Nayer, Autour de la Sicile, op. cit., p. 40.
  • 26 Ibid., p. 45.
  • 27 Joseph Guislain, Lettres médicales sur l’Italie, avec quelques renseignements sur la Suisse ; résum (...)

15Pendant un dîner chez l’ancien ministre des Affaires étrangères, le député Ruggiero Bonghi explique à l’économiste belge ce que c’est la Camorra à Naples, à savoir « l’art d’arriver à ses fins par l’intimidation ou, pour mieux dire, l’organisation de l’intimidation et l’exploitation de la lâcheté humaine25 ». Le manque de sécurité – le Belge affirmait avec assurance que « dans tout le Midi, la sécurité [était] moindre que dans tout autre pays civilisé26 » – faisait partie des maux de l’Italie à côté du manque de respect pour la loi, des trafics d’influence parlementaires, de la magistrature mal payée et politiquement influencée par la Camorra, de l’inégale répartition des biens, de la misère des classes rurales, des impôts accablants, de l’absence de véritables partis politique, des crises ministérielles incessantes, de l’instrumentalisation de la presse par certains intérêts personnels, de l’ambition du pays de vouloir jouer un rôle dans les complications de la politique européenne, des crimes et délits en augmentation surtout dans le Sud de la péninsule à cause de la misère et de l’inefficacité de la police. Le remerciement officiel adressé par le médecin Joseph Guislain qui avait voyagé en Italie en 1839, à « Son Excellence le Ministre de l’Intérieur [qui] m’accorda, à Naples, une protection efficace27 », montre qu’effectivement les voyageurs craignaient les vols et les agressions, et que la situation presque quarante ans après était bien loin de s’être améliorée.

  • 28 Émile de Lavaleye, « Lettres d’Italie », op. cit., 1878, p. 365.

16« Je me rends en Italie, disait Laveleye, […] non pour voir les paysages et les œuvres d’art que je connais, mais pour étudier de plus près les institutions et les hommes, qui peuvent nous offrir plus d’un enseignement. Le développement des études économiques m’intéresse particulièrement ici28. » En effet, Émile de Laveleye, à Naples, observe spécialement les conditions de vie des habitants et, en économiste, il expose ses opinions sur le travail, notamment le travail agricole qui caractérisait particulièrement les alentours de Naples et l’ensemble du Midi.

  • 29 Ibid., 1879, p. 247.

Les populations des environs de Naples sont encore les plus heureuses et les plus gaies de l’Italie. Le climat est si doux, la terre est si fertile ! Même dans les demeures pauvres, à la campagne, règne quelque propreté. Le lit en fer, avec une belle couverture blanche, est très soigné. On entend parfois rire et chanter. Cependant le peuple se plaint. Il regrette les « oignons d’Égypte » du temps des Bourbons. Les vivres ont doublé ou triplé, et le salaire n’a pas augmenté en proportion. Les moyens de s’employer ne se sont surtout pas suffisamment multipliés. Il faudrait plus d’initiative, plus de génie d’entreprise chez ceux qui détiennent le capital29.

  • 30 Ibid., 15 décembre 1879, p. 366.
  • 31 Ibid.

17Si à Capri c’est la petite propriété qui sauve les travailleurs de la pauvreté, dans le reste de l’Italie du Sud et en Sicile, c’est « la grande propriété, l’absentéisme et la façon dont s’exécutent les travaux agricoles, qui est la cause de la misère des campagnes italiennes30 ». Comme ont montré les enquêtes de Sidney Sonnino et Leopoldo Franchetti, que le Belge connaissait bien, « le mal est à son comble dans le centre de l’Italie méridionale et de la Sicile31 », peut-être encore pire que la situation agricole en Irlande. Laveleye incitait ses confrères économistes partisans de la grande propriété à visiter l’intérieur de la Sicile et la Basilicate – région qui n’est mentionnée par aucun autre voyageur belge – pour en remarquer la pauvreté du sol et des travailleurs.

  • 32 Lettere meridionali, 1878.
  • 33 Naples, 1879.

18La pauvreté napolitaine avait été étudiée à fond – Laveleye cite les travaux de Pasquale Villari32 et la Storia della carità napoletana33 de Teresa Filangieri, mais la même misère se trouvait dans le Nord comme dans le Sud de l’Europe :

  • 34 Émile de Laveleye, « Lettres d’Italie », op. cit., 15 janvier 1880, p. 32.

N’est-il pas désolant que partout […] au milieu des richesses de l’univers entassées aux bords de la Tamise, comme ici, parmi les splendeurs de ce golfe incomparable, on retrouve cette plaie hideuse du paupérisme ? La faute en est-elle aux pauvres eux-mêmes ou à l’imperfection des lois humaines ? En Italie, on en aperçoit bien les causes34.

19C’est-à-dire le remboursement des emprunts trop élevé et un trop lourd tribut payé à l’étranger par les travailleurs italiens, qui pour lui sont les plus travailleurs en Europe après les Allemands.

  • 35 Ibid., 15 février 1880, p. 187.

20Comme nous avons déjà remarqué auparavant, l’économiste belge déplore l’absence de vrais partis en Italie et il préfère parler de « deux tendances » politiques : la gauche et la droite. Son expérience personnelle lui fait remarquer que la gauche « oublie trop souvent que la moitié méridionale de l’Italie sort d’un long servage et que les institutions qui conviennent aux peuples du Nord sont prématurées pour une nation dont les quatre cinquièmes des habitants sont complètement ignorants et où il n’y a nulle tradition, nulle habitude de la liberté35 ».

  • 36 Ibid., 15 décembre 1879, p. 371.
  • 37 Ibid., 15 juillet 1879, p. 235.

21D’après le Belge, un autre grand problème afflige le Sud de l’Italie : la religion catholique. À travers les discours de ses interlocuteurs, il apparaît une grande préoccupation non seulement du monde politique italien mais aussi des citoyens à propos de l’attitude anti-italienne du pape. D’aucuns prônent la nécessité d’une réforme religieuse. Lui, en observant les fêtes religieuses dans le Sud, il se rend compte qu’elles étaient l’unique distraction pour les gens. « C’est grâce à elle que le peuple reste attaché au catholicisme. La foi n’est plus ce qu’elle était jadis. On commence à se moquer des superstitions anciennes, mais on ne renonce pas à l’excitation des fêtes religieuses36. » Comme d’autres voyageurs belges qui critiquent fortement l’attitude obscurantiste de l’Église dans le Sud, en l’accusant ouvertement d’avoir empêché le développement économique, politique et culturel des territoires au sein du Royaume des Deux-Siciles, Laveleye suggère une solution radicale, l’abandon par tout le peuple italien du catholicisme, qui portait atteinte à ses libertés et à son unité. En outre, se référant à la situation belge, il conseillait aux Italiens d’éviter l’ingérence du clergé sur l’enseignement et de se faire des alliés à l’extérieur. Le philosophe Raffaele Mariano, professeur à l’Université de Naples, abonde dans son sens : « Nulle part, me dit-il, il y a moins de foi qu’en Italie. Le catholicisme n’est pas la religion, mais l’irréligion des Italiens37. » L’Université de Naples est chère au Belge parce qu’on y cultive l’économie politique plus que partout ailleurs. Il reporte même un tableau où, par ordre d’importance, il cite les huit universités de premier ordre en Italie : Naples est la première, suivi de Turin, Padoue, Pavie, Rome, Pise, Bologne et, en dernière position, Palerme.

  • 38 Alfred Bruneel, Notes et souvenirs. (Allemagne, Hongrie, Orient, Italie, Suisse), Gand, Eug. Vander (...)
  • 39 Émile de Laveleye, « Lettres d’Italie », op. cit., 15 mai 1879, p. 128.

22Naples est la ville préférée d’Alfred Bruneel. Le diplomate arriva en Sicile, « sur la terre d’Europe », comme il l’écrit lui-même, en revenant d’un voyage en Égypte, en 1864, et puis poursuivit vers Naples, à son avis ville magnifique pour le climat et les paysages, bruyante et populeuse, « habitée par une population spirituelle, hospitalière et cordiale38 », qui envahit les rues en criant et gesticulant et vit tout le temps au grand air. Une habitude qu’avait remarquée Laveleye aussi et qui, à son avis, permettait aux politiciens (« des avocats sans cause, de petits propriétaires, des gens difficiles à classer39 ») de diriger les élections dans les villes et d’avoir une influence énorme.

  • 40 Alfred Bruneel, Notes et souvenirs, op. cit., p. 210.

23Bruneel, lui, porte plutôt son attention aux monuments de Naples. C’est la place du marché aux légumes où éclata la révolte de Masaniello qui lui rappelle l’insurrection qui amena à la révolution belge de 1830. L’admiration pour cette ville est absolue ; dans ses descriptions Naples acquiert une dimension européenne : la via Toledo est une des rues les plus belles d’Europe ; ses cafés sont semblables à ceux des autres grandes capitales du continent ; le théâtre San Carlo, après la Scala, est aussi le plus grand d’Europe ; son musée est une curiosité unique au monde et Pompéi est la plus grande curiosité du monde. Pour lui le proverbe « voir Naples et puis mourir » n’est pas en vigueur ; il vaut mieux « revoir Naples et puis vivre pour s’en souvenir et y retourner encore40 ».

  • 41 Philippe de Beauffort, Souvenirs d’Italie, par un catholique, Bruxelles, Société Nationale pour la (...)
  • 42 Ibid.
  • 43 Léon François Veraeghe de Nayer, Autour de la Sicile, op. cit., p. 37.

24Les remarques de Bruneel concernant les Napolitains sont communes aux autres voyageurs belges : peuple bruyant, criard, mais pour le marquis de Beauffort également sale et paresseux, pratiquant « un mendiage dégoûtant, un mendiage universel41 » et grossier. Une caractéristique qui paraît être attribuée à tout le peuple italien, à tous les niveaux. « Tout le monde mendie, et même ceux qui pourraient vivre sans cela tendent la main. Rien de plus adroit que les Italiens en général pour saisir votre faible et à en tirer parti à leur profit42. » Verhaeghe de Naeyer aussi, en sortant de Messine, avait déploré l’attitude des douaniers : « Rien ne révolte l’âme, en Italie, comme cette bassesse des employés : il est temps qu’une politique nouvelle rende à ces mendiants officiels le sentiment de leur dignité43. » Et Joseph Guislain, médecin qui étudie les Napolitains dans leur physionomie et leurs comportements, en conclut lui aussi que

  • 44 Joseph Guislain, Lettres médicales sur l’Italie, op. cit., p. 186.

C’est une chose bien curieuse que la physionomie des peuples et la différence qu’ils peuvent offrir parmi les hommes placés souvent à des courtes distances les uns des autres. C’est une réflexion que j’ai eu souvent occasion de faire pendant mon séjour à Naples, où j’ai trouvé les masses différentes par leurs allures, leurs traits, de ce que je venais de voir à Florence et de ce que vis plus tard à Rome. La grande mobilité du peuple napolitain est réellement chose curieuse. À Naples, tout le monde présente des regards interrogatifs ; il y a là un mouvement dans les mains, les doigts, une gesticulation continuelle du corps ; on y a l’air de connaître une langue des signes, et l’on m’a assuré que cette langue s’apprend effectivement parmi le peuple… Il y a parmi le peuple de Naples plutôt absence de ce qu’on peut nommer dignité ; il y a là,… grande souplesse, vivacité, intelligence, promptitude dans les impulsions, mais sauvagerie et rudesse aussi ; il a là une nature brute44.

  • 45 Ibid., p. 77.

25Si à Naples prévaut le type pélagique, en Sicile et Sardaigne, « il cède à un type plus méridional, à une physionomie plus africaine, plus grossière, plus sauvage45 ». Dans l’introduction à la seconde partie de son travail, il affirme que l’Italie est une terre de transition entre l’Europe et l’Afrique ainsi qu’entre l’Europe et l’Asie : pour légitimer cette conviction, l’auteur s’appuie sur les propos de Lady Morgan au sujet de l’origine des habitants du royaume de Naples.

  • 46 Ibid., p. 92.
  • 47 Ibid., p. 93.

26Dans les provinces méridionales de la péninsule, on ne trouve pas le sérieux des nations germaniques ; les femmes du Sud ne ressemblent non plus aux femmes du Nord de l’Europe par leurs mœurs. « L’Italienne, la Napolitaine surtout, est restée telle que la nature l’a faite46 », d’une grande simplicité dans sa toilette parfois caractérisée par un manque de goût. L’Italienne ainsi que la Napolitaine, juge le Belge, « présente sous le rapport des préoccupations intellectuelles un contraste réel avec nos femmes, le plus souvent savantes, toujours avides d’influences, se mêlant de tout, même de politique, étant partout d’objets d’adoration et dominant en vraies souveraines tout notre état social47 ». À l’aide de lady Morgan, le médecin approfondit le discours sur l’éducation des femmes. Si les jeunes filles florentines sont envoyées au couvent pour leur éducation, puis se marient ou bien restent dans la maison paternelle, les femmes de Naples

  • 48 Ibid., p. 94.

ne reçoivent en général aucune éducation dans la maison paternelle. Comme on les marie fort jeunes et presque dans l’enfance à des hommes faits, elles ne deviennent jamais les confidentes et les véritables compagnes de leurs maris […]. Les Napolitaines passent donc la plupart de leur temps seules et désœuvrées dans leur intérieur, d’où elles ne sortent guère que pour aller chez leurs parents ou à l’église. Étrangères à toute inquiétude, comme à tout enthousiasme littéraire ou politique et même à toute exaltation, elles n’ont pour passion dominante que l’amour48.

27Émile de Laveleye avait lui aussi fait remarquer qu’en Italie, comme dans tous les pays catholiques, on négligeait l’enseignement moyen et supérieur des jeunes filles, parce qu’on abandonnait cette tâche aux congrégations religieuses. Cette attitude de l’État avait comme conséquence que toutes les femmes étaient dévouées au clergé, ce qui ne facilitait pas la lutte du libéralisme.

  • 49 Ibid., p. 71-72.
  • 50 Ibid., p. 46.

28En tant que spécialiste des maladies mentales, Joseph Guislain consacre une partie de ses Lettres médicales à l’analyse scientifique des caractéristiques physiques de l’Italie ainsi que de la race italienne, y compris les maladies les plus fréquentes et diffusées. En ce qui concerne le climat, il partage l’Italie en trois : le Nord caractérisé par un air humide ; le Centre et le Sud, au contraire, par un air plus pur, qui explique la tendance générale d’envoyer les malades d’affections respiratoires en Italie pour accélérer leur guérison. Mais, les chaleurs fortes le jour et le refroidissement le soir, ou simplement le contraste, dans une ville, des rues exposées au soleil ou à l’ombre peuvent être la cause d’importantes maladies respiratoires. En conclusion, il affirme : « Il est évident qu’on s’est trompé sur le compte de ce pays, qu’on a confondu ses dispositions hygiéniques avec l’éclat de son ciel, la beauté de ses sites et l’aspect pittoresque de son sol49. » La situation de Naples reste cependant bonne : il y a très peu d’humidité et « les chaleurs sont fortes, même intenses en été ; toute la ville est bâtie au midi sur une colline ; les maisons, d’une blancheur éclatante, réfléchissent puissamment les rayons du soleil ; mais on ne sue guère comme à Rome ; l’air y est on ne peut plus léger : c’est ce dont tout le monde convient sur les lieux50 ».

  • 51 Ibid., p. 186.
  • 52 Émile de Laveleye, « Lettres d’Italie », op. cit., 15 juin 1879, p. 140.

29Joseph Guislain consacre lui aussi quelques lignes aux habitudes du peuple napolitain qui frappent tous les étrangers, notamment celle de faire des affaires en plein air. Les portes des cafés sont toujours ouvertes et donnent directement sur la rue, les hommes exercent leurs métiers dans la rue, beaucoup de gens passent leur journée dans les rues et sur les places. Le médecin remarque qu’« il y a au milieu de cette foule un laisser-aller tout napolitain, tout pittoresque, qui [l’] a beaucoup égayé51 ». Pour Émile de Laveleye, cette tendance naturelle à vivre hors de chez soi et ce penchant pour la communication verbale distinguent le Sud du Nord : « Les idées se communiquent bien plus vite dans le Midi que dans le Nord ; la parole est plus vive et l’esprit plus ouvert52. »

  • 53 Ibid., 15 décembre 1879, p. 370.

30Les spectacles de rue suscitent une grande curiosité. Selon Laveleye, ils apportent au peuple de la « nourriture intellectuelle ». L’économiste avait remarqué à Castellammare l’affiche d’une représentation de foire de l’Orlando Furioso de l’Arioste : « Si rappresenta la 61a parte di Orlando intitolato : L’arrivo di Rinaldo e Isoliere alle bocche della Senna, ossia l’indorato Carro di Galerana, Clarice e la gran lotta sostenuta da Rinaldo. Orlando furioso et Antiforte di Barrosia53. » Le marquis de Beauffort, pendant son séjour à Naples, eut l’occasion d’admirer des improvisateurs qui jouaient, au port, devant un public très nombreux et, par conséquent, de découvrir que c’était un des passe-temps préféré du peuple napolitain. Il s’étonne que le répertoire soit composé de vers tirés de poètes nationaux et de récits religieux ; en effet, il s’attendait d’entendre des vulgarités par le biais de contes populaires.

31Les Siciliens, même au marché, avaient la possibilité de s’instruire. Le juriste Henry Loumyer, à Palerme, avait remarqué qu’

  • 54 Henri Loumyer, « Un tour en Grèce et en Sicile », Revue de Belgique, 34, mars 1880, p. 266-272, et (...)

en y entrant, on est singulièrement frappé à la vue de la quantité de voitures de paysans allant au marché ou en revenant. […] Leurs panneaux sont couverts de peintures grossières, représentant toujours soit des scènes de l’écriture sainte, soit des scènes de l’histoire de Sicile, Roger Ier chassant les Maures, Tancrède donnant de grands coups d’épée à des infidèles barbus. Tel paysan porte des carottes au marché dans une charrette dont les panneaux représentent le couronnement de Roger II54.

  • 55 T. XIV, p. 171. Notice sur la langue italienne, par L. Spach.

32Les commentaires sur l’Italie épinglés dans les essais ou dans les récits des voyageurs mettent donc en évidence la manière dont les Belges percevaient l’Italie contemporaine « réelle », appauvrie et bouleversées par les guerres ; une image nouvelle qui allait s’ajouter au mythe de l’Italie issu de la tradition du Grand Tour, où elle était décrite comme « région méridionale de l’Europe renommée pour son beau ciel, pour les grands souvenirs qui y sont attachés à toutes les localités, et pour sa richesse en monuments des arts dont, après la Grèce, elle est la patrie », ainsi qu’on le notait encore dans le Nouveau dictionnaire de la conversation, publié par Auguste Wahlen, en 184355.

33En outre, il ressort de ces écrits une image dans l’ensemble homogène du sud de la péninsule, malgré les différentes opinions exposées par les Belges et les difficultés à les mettre en évidence, étant donné que les voyageurs souvent généralisaient leurs remarques à tout le peuple italien. Pour ces Belges, le Sud, c’est Naples avec son université, ses monuments, ses ruelles et son musée ; la Sicile c’est Palerme, mais surtout les Napolitains et les Siciliens.

  • 56 Philippe de Beauffort, Souvenirs d’Italie, par un catholique, p. 276.
  • 57 Voir notamment Mario Pinna, La teoria dei climi. Una falsa dottrina che non muta da Ippocrate a Heg (...)
  • 58 Joseph Guislain, Lettres médicales sur l’Italie, op. cit., p. 89.

34Aucun des Belges ne regrette la tyrannie des Bourbons et leur façon de gouverner, au contraire peut-être de certains Italiens : tous pensent qu’il est venu le moment pour l’ancien Royaume des Deux-Siciles de progresser et de se mettre au pas avec l’autre moitié du pays et avec les pays européens. D’une part, c’est au peuple de prendre en main son propre destin, de l’autre c’est au nouveau gouvernement de tenir compte du passé de ces territoires. Tous les observateurs belges se montrent en effet confiants dans les institutions (le gouvernement, la police) ainsi que dans le peuple, pauvre et « déguenillé », mais accueillant et « bon » en général, comme l’affirme le marquis de Beauffort : « Suivez-le dans toutes les actions de sa vie, ce peuple qui montre si peu de vergogne quand il s’agit d’obtenir quelque argent à force d’importunité, vous serez forcé de lui reconnaître d’heureuses inclinations56. » Si le marquis, fervent catholique et inlassable collecteur de témoignages de la piété des Italiens, donne une image idéalisée du peuple napolitain au nom de la religion, les autres Belges, plus concrets, mettent en évidence les caractéristiques du peuple et du pays, par rapport à eux-mêmes et à leurs traditions de citoyens du Nord de l’Europe – si ce n’est aux Italiens du Nord, parfois assimilés aux cultures de l’Europe septentrionale comme si la théorie néo-hippocratique des climats, pourtant en perte de vitesse au milieu du xixe siècle, valait encore57. Le climat, magnifique, ainsi que les paysages fabuleux du Sud contrastent avec la grande pauvreté qui accable le peuple malgré l’alacrité qu’il montre dans le travail : ce sont les conséquences de la misère qui le pénalisent par rapport au nord du pays. D’une part la réalité, de l’autre l’histoire et la littérature qui nourrissent le mythe d’un Midi légendaire. Joseph Guislain résume finalement bien la perception par les Belges du peuple italien : « Le génie de l’Italien, étudié parmi les masses, tend vers le beau idéal ; il est vraiment oriental, il est religieux, et tout à fait identifié actuellement avec les combinaisons artistiques58. »

Notes

1 Sur la production imprimée consacrée à l’Italie par les Belges au xixe siècle, voir Sabina Gola, Un demi-siècle de relations culturelles entre l’Italie et la Belgique (1830-1880), 2 vol., Rome, Institut Historique Belge de Rome, 1999, 2 vol. Le chapitre III du volume I est consacré au voyage d’Italie.

2 Émile de Laveleye, « Lettres d’Italie », Revue de Belgique, 15 juin 1879, p. 144.

3 Ixelles, F. Mathyssens.

4 Michel Dumoulin, « Émile de Laveleye et l’Italie », in Risorgimento, 1976, p. 59-91.

5 Émile de Laveleye, « Lettres d’Italie », op. cit., 15 juin 1879, p. 138-139.

6 Ibid., p. 139.

7 Ibid., p. 136.

8 Ibid., 15 août 1879, p. 42.

9 Michel Dumoulin, « Il Belgio e il processo d’unificazione dell’Italia : 1861-1887 », in Atti del L Congresso di storia del Risorgimento italiano, Bologne, 5-9 novembre 1980, Rome, 1982, p. 29-34.

10 Sur le voyage des Belges en Italie, voir Sabina Gola, « Découvertes de l’Italie par les Belges aux 19e et 20e siècles ou la psycho-géographie d’un malentendu », in Michel Dumoulin et Herman Van der Wee (dir.), Hommes, Cultures et Capitaux dans les relations italo-belges aux xixe et xxe siècles, Bruxelles et Rome, 1993, p. 115-136. Pour une perspective plus générale et une étude de longue durée, on se référera à Attilio Brilli, Le voyage d’Italie. Histoire d’une grande tradition culturelle, Paris, Flammarion, 1989, et Jeremy Black, Italy and the Grand Tour, New Haven et Londres, Yale University Press, 2004.

11 Léon François Verhaege de Naeyer, Autour de la Sicile. 1861-1863, Bruxelles, A. Lacroix, Verboeckhoven & Cie, 1864, p. 37 : « Nous sommes en pleine récolte : des paysannes recueillent gaiement les oranges éparses à terre. »

12 Sur les voyageurs belges en Italie voir aussi Sabina Gola, « Napoli e la Sicilia nei racconti dei viaggiatori belgi (1830-1880) », in Béatrice Bijon, Yves Clavaron et Bernard Dieterle (dir.), Le Mezzogiorno des écrivains européens, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2006, p. 99-110.

13 Louvain, C.-J. Fonteyn, Père, Imprimeur-Éditeur, 1870.

14 Ibid., p. 537.

15 Léon François Verhaege de Naeyer, Autour de la Sicile, op. cit., p. 133.

16 Ibid., p. 143. À plusieurs reprises, il fait référence également à Auguste de Sayve (1820), à M. de Forbin (1820) et à Félix Bourquelot (1848).

17 Ibid., p. 11-12.

18 Ibid., p. 98.

19 Ibid., p. 54.

20 Voir supra la contribution d’Alessandro Tuccillo.

21 Sur cette auteur, qui fut très lue en Belgique et sur le continent, voir Donatella Badin, Lady Morgan’s Italy. Anglo-Irish Sensibilities and Italian Realities, Bethesda (MD), Academica Press, 2007.

22 Ibid., p. 1.

23 Ibid., p. 145-146.

24 Ibid., p. 46. Sur les rapports entre Marco Minghetti et Émile de Laveleye voir Michel Dumoulin, La correspondance entre Émile de Laveleye et Marco Minghetti (1877-1886), Bruxelles-Rome, Institut historique belge de Rome, 1979.

25 Léon François Veraeghe de Nayer, Autour de la Sicile, op. cit., p. 40.

26 Ibid., p. 45.

27 Joseph Guislain, Lettres médicales sur l’Italie, avec quelques renseignements sur la Suisse ; résumé d’un voyage fait en 1838, adressé à la Société de médecine de Gand, Gand, Gyselynck, 1840, p. 6, note 1.

28 Émile de Lavaleye, « Lettres d’Italie », op. cit., 1878, p. 365.

29 Ibid., 1879, p. 247.

30 Ibid., 15 décembre 1879, p. 366.

31 Ibid.

32 Lettere meridionali, 1878.

33 Naples, 1879.

34 Émile de Laveleye, « Lettres d’Italie », op. cit., 15 janvier 1880, p. 32.

35 Ibid., 15 février 1880, p. 187.

36 Ibid., 15 décembre 1879, p. 371.

37 Ibid., 15 juillet 1879, p. 235.

38 Alfred Bruneel, Notes et souvenirs. (Allemagne, Hongrie, Orient, Italie, Suisse), Gand, Eug. Vanderhaeghen, 1869, p. 210.

39 Émile de Laveleye, « Lettres d’Italie », op. cit., 15 mai 1879, p. 128.

40 Alfred Bruneel, Notes et souvenirs, op. cit., p. 210.

41 Philippe de Beauffort, Souvenirs d’Italie, par un catholique, Bruxelles, Société Nationale pour la propagation de bons livres, 1838, p. 274.

42 Ibid.

43 Léon François Veraeghe de Nayer, Autour de la Sicile, op. cit., p. 37.

44 Joseph Guislain, Lettres médicales sur l’Italie, op. cit., p. 186.

45 Ibid., p. 77.

46 Ibid., p. 92.

47 Ibid., p. 93.

48 Ibid., p. 94.

49 Ibid., p. 71-72.

50 Ibid., p. 46.

51 Ibid., p. 186.

52 Émile de Laveleye, « Lettres d’Italie », op. cit., 15 juin 1879, p. 140.

53 Ibid., 15 décembre 1879, p. 370.

54 Henri Loumyer, « Un tour en Grèce et en Sicile », Revue de Belgique, 34, mars 1880, p. 266-272, et spécialement p. 268-269.

55 T. XIV, p. 171. Notice sur la langue italienne, par L. Spach.

56 Philippe de Beauffort, Souvenirs d’Italie, par un catholique, p. 276.

57 Voir notamment Mario Pinna, La teoria dei climi. Una falsa dottrina che non muta da Ippocrate a Hegel, Rome, Società Geografica Italiana, 1988, ouvrage résumé dans « Un aperçu historique à la théorie des climats », Annales de Géographie, 98, 1989, no 547, p. 322-325. Pour le regard des Italiens du Nord sur le Mezzogiorno, voir Nelson Moe, The View from Vesuvius. Italian Culture and the Southern Question, Berkeley, University of California Press, 2002.

58 Joseph Guislain, Lettres médicales sur l’Italie, op. cit., p. 89.

Auteur

Université Libre de Bruxelles.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search