Version classiqueVersion mobile

L’invention des Midis

 | 
Nicolas Bourguinat

Des Lumières au positivisme. Cartographies mentales de l'aire méditerranéenne

Généalogie d’un mythe

Le cas de la Sardaigne

Giampaolo Salice
Traduction de Nicolas Bourguinat

Texte intégral

  • 1 Raffaele Pettazzoni, La religione primitiva in Sardegna, Plaisance, Società editrice pontremolese, (...)

1Selon un mythe très ancien rapporté par Diodore de Sicile, la Sardaigne fut colonisée par les fils d’Héraclès et des Tespiades, guidées par Iolao. À la mort des héros, leur corps demeura intact, au point qu’ils paraissaient plongés dans un profond sommeil. Les Sardes qui se laissaient aller à dormir à proximité de la tombe des héros, raconte Aristote1, tombaient eux aussi dans un sommeil à même de ralentir le cours du temps, et finalement de le stopper.

2Abandonnée à un temps immobile, cette île lointaine constituait, pour qui l’observait depuis l’Orient, la limite extrême de l’horizon, l’endroit où se trouvaient les portes du soleil et où on prenait les barques pour l’Hadès. La mer Tyrrhénienne (la mer des constructeurs de tours) dans laquelle l’île était émergée était le Mare Inferum, la mer des Enfers, signalée par des rochers en forme de pilastre, les colonnes d’Hercule.

3À la fin de l’Antiquité, la Sardaigne était donc environnée d’une auréole mythique qui a contribué de façon déterminante à la construction imaginaire de cette terre immobile, hors du temps, sauvage et terrible à la fois, distincte et irrémédiablement éloignée des autres civilisations, italiennes, européennes, et méditerranéennes.

  • 2 Stefano Pira, « Lo sguardo straniero sulla Sardegna moderna », Cooperazione Mediterranea, 1-2, 2003

4Au xviie siècle, le visiteur général Martin Carillo dut analyser les caractéristiques anthropologiques des Sardes afin de confirmer leur appartenance à la famille des peuples de l’Europe civilisée, à propos de laquelle naturellement on ne disposait pas de certitudes suffisantes2. En 1828, le capitaine britannique William Henry Smith, constatant l’absence d’un traité en langue anglaise au sujet de l’île fit imprimer un volume entièrement consacrée à celle-ci, dans l’introduction duquel il écrit :

  • 3 William Henry Smyth, Sketch of the present state of the island of Sardinia, Londres, John Murray, 1 (...)

Au cours des deux visites que j’ai faites en Sardaigne au cours des dernières guerres [napoléoniennes], j’ai été convaincu qu’en résistant à l’assimilation du vernis de la civilisation, cette île avait conservé une large part de son caractère primitif3.

5Et 90 ans plus tard, David H. Lawrence donnait un nouvel éclat à ce caractère ancestral de la Sardaigne et de ses habitants :

  • 4 David Herbert Lawrence, Sardaigne et Méditerranée, Paris, Charlot, 1946, p. 110-111.

Voici un nouveau paysan – un jeune cette fois-ci, à l’œil vif, à la joue dure, aux cuisses dures et dangereuses. Il a rabattu son bonnet, en sorte que l’extrémité lui en tombe sur le front, comme un bonnet phrygien. Il porte des culottes serrées et un étroit gilet à manches, de grosse étoffe marron qui ressemble à du cuir. Sur le gilet, il a passé une espèce de cuirasse en peau de mouton noire, tirant sur le roux. Et il va à longue enjambées et cause avec un camarade. Comme il est fascinant, après avoir vu tous ces doux Italiens, d’apercevoir ces jambes dans leur étroite culotte, si bien dessinées, si viriles, encore fortes de l’antique violence. On se rend compte avec horreur que la race des hommes s’est presque éteinte en Europe. Il n’y reste que des héros dans le sens chrétien, des Don Juan idolâtres de la femme et des métis enragés d’égalité. L’ancien mâle, vigoureux et indomptable a disparu. La farouche authenticité s’est tarie. Elle jette ses dernières étincelles en Sardaigne et en Espagne. Il ne subsiste plus qu’un troupeau des prolétaires, un égalitarisme bâtard de troupeau, et des âmes cultivées, inquiètes, empoisonnées, toujours prêtes au sacrifice. Détestable4 !

  • 5 Giovanni Lilliu, La costante resistenziale sarda, Ilisso, Nuoro, 2002.

6Au fil du xxe siècle, la communauté des chercheurs s’est attachée avec toujours davantage d’intérêt à l’image d’une Sardaigne traversant les siècles à l’abri de toute contamination, préservant son authenticité. Selon Giovanni Lilliu, le plus grand archéologue sarde, les insulaires bien qu’ils aient eu à subir depuis des millénaires « l’agression due à l’intégration d’autres espèces » auraient « réussi à se conserver toujours les mêmes, authentiques et purs, [dans] la fidélité à leurs origines5 ».

7Fortement conditionnée par des facteurs de nature politique, cette interprétation connue comme la « constante résistantielle sarde » a suscité un débat très important. La communauté savante s’est divisée entre ceux qui confirmaient la théorie de la résistance et ceux qui, à l’opposé, la contestaient, voyant en elle le produit d’une représentation mythique de l’île.

1. La modernité sarde

  • 6 Sur la politique de repeuplement rural en Sardaigne à l’âge moderne, voir Raffaele Di Tucci, La pro (...)

8En reparcourant les moments saillants de l’histoire de la Sardaigne à l’époque moderne, il apparaît clairement que l’île a été parfaitement bien connectée aux réseaux d’échanges culturels, économiques et politico-institutionnels de l’aire euro-méditerranéenne. À partir de la fin du xvie siècle, au lendemain d’une crise marquée par les épidémies, les disettes et les guerres qui avait dépeuplé l’île, s’est ouverte une phase d’importantes transformations. La fondation de nombreux nouveaux villages ruraux aboutit à une redéfinition radicale du tissu productif et à la rupture des anciens équilibres territoriaux, jetant les bases d’une nouvelle hiérarchie sociale6. Des centaines de colons, en grande partie issus des montagnes du centre de l’île, relevèrent le défi lancé par la caste baronale, qui leur offrait des conditions fiscales avantageuses dès lors qu’ils se vouaient à repeupler les fiefs et à y réactiver les cycles productifs interrompus par le dépeuplement. Les accords entre feudataires et colons se perfectionnaient, à travers la souscription d’un traité (carta puebla) qui précisait les droits et les devoirs de chaque partie, conformément au mécanisme des contrats typique de la tradition juridique espagnole.

  • 7 Stefano Pira, « Azienda delle saline e burocrazia statale a Cagliari tra Settecento e Ottocento », (...)
  • 8 Edoardo Grendi, Il Cervo e la Repubblica. Il modello ligure di antico regime, Einaudi, Torino, 1993
  • 9 C. Pillai, « Una famiglia ligure nella Cagliari del xviii secolo : i Belgrano parenti acquisiti di (...)

9Les signataires, d’après les témoins présents à la signature de ces traités, comprenaient des marchands citadins (de Cagliari, de Sassari, d’Oristano), qui trouvaient dans la relance économique de leur arrière-pays une double occasion de profit : d’un côté, ils prêtaient avec intérêt aux colons, de l’autre ils réceptionnaient leurs productions et commercialisaient un fret pour leurs débouchés méditerranéens. Car grâce aux réseaux marchands, les villes sardes furent toujours des places portuaires importantes, que ce soit pour la commercialisation des produits agricoles, des esclaves, du sel, de la laine7, dans tout le bassin méditerranéen. Des villes comme Alghero ou Bosa accueillaient d’importantes communautés de coraillers, principalement d’origine ligure8. Les colonies de marchands « étrangers » se mélangeaient rapidement aux habitants des villes d’origine sarde, en particulier avec milieux robins impliqués dans les différentes magistratures royales9. Ainsi se formait une nouvelle élite qui donnait voix et qui donnait corps au projet rationalisateur et centralisateur de la monarchie administrative.

  • 10 Bruno Anatra, Istituzioni e società in Sardegna e nella Corona d’Aragona (secc. xiv-xvii), Cagliari (...)

10Les campagnes sardes, d’autre part, répercutaient l’écho de la lutte séculaire conduite par les villages afin de s’affirmer comme des juridictions autonomes. Les protagonistes et les leaders de cette longue bataille étaient ces familles paysannes qui, grâce à l’accumulation du capital foncier et à la captation individuelle de terres anciennement en propriété collective, réussirent à se différencier du reste des vassaux. La centralisation monarchique et l’émergence de nouveaux protagonistes sociaux suscita l’opposition des cercles aristocratiques, déterminés à se défendre contre la progression de l’État moderne. Dans la seconde moitié du xviie siècle, leur mobilisation atteignit son point culminant avec l’assassinat du vice-roi Camarassa et du marquis de Laconi10.

  • 11 Antonello Mattone, « Assolutismo e tradizione statutaria : il governo sabaudo e il diritto consuetu (...)

11Un peu plus d’un siècle après, l’engagement et la solidité de l’élite insulaire trouveraient de nouveau un moyen de se manifester, à l’occasion de la tentative française d’envahir l’île. Malgré la victoire tant vantée des Sardes sur les forces navales françaises, les Piémontais se refusèrent à accueillir les cinque domande que les cercles parlementaires adressèrent à Turin, afin de rééquilibrer le rapport de forces entre l’île et le continent. Le 28 avril 1794, aristocratie et bourgeoisie sardes répondirent à l’indifférence des Savoie en chassant les Piémontais de l’île, les accusant de vouloir modifier les équilibres constitutionnels du royaume dans une direction absolutiste11. Pour la première fois depuis des siècles, la Sardaigne se trouvait à même d’exercer un véritable pouvoir d’auto-administration, sans dépendre d’un centre situé au-delà des mers. Mais l’unité sarde dura peu de temps, puisque presque immédiatement des divisions insurmontables gagnèrent le groupe dirigeant : les nobles, s’affolant de ce que le cadre politique puisse évoluer dans un sens anti-féodal, se repositionnèrent derrière la maison royale des Savoie, tandis que l’aile la plus radicale du parti patriote soutenait avec une détermination croissante un plan de réformes libérales. La révolution s’acheva par la défaite du groupe « jacobin » dirigé par Gio Maria Angioj et l’avènement de cette restauration qui devrait attendre, dans le reste de l’Europe, encore vingt ans. Entretemps néanmoins, des milliers de paysans s’étaient soulevés contre le régime féodal, exigeant de pouvoir s’en libérer. Une portion significative de la bourgeoisie citadine en cours d’émergence avait rêvé de concilier la tendance à l’autogouvernement avec une réforme profonde des institutions, qui fût à même d’aligner la machine bureaucratique de l’État sur les idées du siècle. Bien sûr, malgré ces signaux qui projetaient la Sardaigne dans la modernité, il subsistait des questions structurelles non résolues, telles que le rapport compliqué des insulaires à la mer Méditerranée. Il y a quelques décennies encore, les villages de la côte sud-ouest de l’île étaient invisibles depuis la mer, et ceci parce qu’au viiie siècle jusqu’à la première moitié du xixe siècle, la Sardaigne n’avait cessé de faire l’objet d’attaques douloureuses de la part des mori, des corsaires issus de l’Andalousie et plus tardivement des côtes du Maroc et de la Tunisie. L’affrontement armé entre musulmans et chrétiens a contribué de manière décisive à bâtir ce rapport de défiance et de confiance mêlées des Sardes avec la mer, qui persiste encore aujourd’hui.

  • 12 Stefano Pira, « La Gallura nel Settecento : una repubblica montanara tra contrabbando e banditismo  (...)
  • 13 Stefano Pira, Carloforte tra Settecento e Ottocento. Cinque anni di schiavitù per i carolini : dall (...)

12Néanmoins, en face d’un Sud-Ouest sarde qui redoutait la mer, il y avait un Nord-Ouest qui la considérait comme sa principale alliée. Les éleveurs commerçants sardo-corses, qui commencèrent à peupler la Gallura à la fin du xvie siècle, entretenaient des trafics maritimes avec l’Europe, sans payer la moindre taxe douanière. Aussi, quand la Sardaigne passa aux mains des Savoie, en 1720, ils n’acceptèrent pas facilement de verser un droit à l’État, et de marchands ils devinrent volontiers fraudeurs, aussi vite que la loi se fabriquait12. Grâce à ces marchands-contrebandiers de la Gallura, les fromages sardes, très chargés en sel, arrivaient sur les tables de l’Europe médiane, des Pays-Bas, et de la France. Les ramifications de ce commerce nous racontent une histoire qui n’est ni une histoire d’isolement, ni une histoire de pureté ou de résistance, mais de connexion, d’influence, d’échange et presque de métissage entre plusieurs langues, plusieurs cultures, plusieurs identités, plusieurs économies. Dans les années 1730, les choses se mirent aussi à changer au sud de l’île. Plusieurs dizaines de familles de très ancienne origine ligure abandonnèrent l’île tunisienne de Tabarka pour se transférer dans celle de San Pietro, toute proche de la côte sarde, où ils fondèrent sous les auspices de Charles-Emmanuel III de Savoie la colonie de Carloforte13. Et quant aux villages toujours hostiles à la mer, une communauté de pêcheurs et de commerçants y fit souche, capable de relever le défi quotidien lancé par la Méditerranée. Peu de temps après, des tabarchins et des piémontais fondèrent Calasetta, sur la vieille île de la côte sud-ouest nommée Sant’Antioco. La Sardaigne fut également soumise à un courant migratoire grec : toujours au xviiie siècle naquirent le village de Montresta et celui de Santa Sofia. Les tentatives de colonisation de l’époque des Savoie, de manière analogue à celles qui étaient intervenues pendant l’ère espagnole, brisèrent des équilibres sociaux et territoriaux solidement établis et suscitèrent de fortes oppositions, non seulement entre colons et populations allogènes, mais aussi entre divers représentants influents de l’élite sardo-piémontaise. Ces apports de populations reçus par la Sardaigne du xviiie siècle sont une confirmation de plus que la Sardaigne n’était nullement une terre demeurée immaculée, hors de l’Histoire. Reste à comprendre pour quels motifs perdure aujourd’hui encore dans l’imaginaire collectif l’idée d’une île imperméable à toute influence extérieure, qui serait incapable, ou qui serait consciemment adversaire de dialoguer avec le reste de l’Europe.

2. Les origines du mythe

  • 14 Gianfranco Contu, « Federalismo e nazionalità nella cultura politica sarda dell’Ottocento », in Le (...)

13C’est au xixe siècle, lorsque les cercles intellectuels sardes ont découvert et ont écrit l’histoire de l’île que le mythe de la Sardaigne résistante s’est trouvé lancé avec l’apport d’intellectuels comme Pietro Martini, Vittorio Angius, Giuseppe Manno, Alberto della Marmora14. L’élite culturelle sarde dut cependant constater combien était pauvre l’histoire insulaire, surtout pour ce qui concernait la période médiévale. Parmi les innombrables conséquences négatives de la guerre séculaire qui avait opposé les Sardes aux Catalans-Aragonais, vient en premier lieu, sans aucun doute, la destruction des anciennes archives de la judicature d’Arborea. Auraient-ils disposé de la documentation judiciaire, les historiens sardes du xixe siècle auraient certainement pu écrire une histoire de l’île plus complète.

  • 15 Antonello Mattone, « Le carte d’Arborea nella storiografia europea dell’800 », in Luciano Marroccu (...)

14À partir de cette importante lacune documentaire, intervinrent les archivistes-paléographes qui consacrèrent leur vie à une des falsifications les plus réussies de l’histoire européenne du xixe siècle, connue comme la découverte des anciens papiers d’Arborea15. Ces faux ouvraient une brèche dans l’enveloppe impénétrable qui recouvrait les siècles du Moyen Âge sarde, en révélant que la Sardaigne avait été une terre richement cultivée, capable de livrer des œuvres extraordinaires à travers la geste de ses souverains, de ses soldats, de ses poètes, peut-être totalement méconnues en leur temps mais pourtant fondamentales pour la civilisation européenne. Les Papiers proclamaient au monde entier à quel point les Sardes n’étaient pas un peuple condamné aux marges, mais une nation fièrement engagée dans son temps, depuis toujours en première ligne pour affirmer son indépendance et défendre sa souveraineté contre les envahisseurs étrangers. L’histoire plurimillénaire de l’île se trouvait ainsi réinscrite et réinterprétable dans le cadre d’une tentative d’y implanter un discours national : peu importait qu’elle soit fondée sur des documents authentiques ou falsifiés. Ainsi avaient déjà fait nombre de porte-parole du nationalisme dans toute l’Europe.

  • 16 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales en Europe, Paris, Le Seuil, 1995, p. 20-21
  • 17 Ibid.

15Tel était le cas de James Macpherson, qui fut, à partir des années 1760, l’un des premiers « inventeurs » du national. Comme on le sait, quelques représentants de l’aristocratie écossaise lui avaient confié la mission de traduire en anglais les hymnes issus de la tradition orale des Highlands16. Le succès de cette première opération fut important, et encouragea les commanditaires à demander au jeune écrivain de trouver de nouveaux matériaux se référant à la tradition gaélique. Macpherson, après avoir voyagé à travers l’Ouest et le Nord-Ouest de l’Écosse et rassemblé des dizaines de chansons et de contes populaires les lia ensemble, donnant vie en 1761 au Fingal, l’épopée glorieuse de son invention, chantée par Ossian, l’équivalent gaélique d’Homère17.

16Bien que les hymnes d’Ossian fussent pour l’essentiel le fruit de l’imagination de Macpherson, ainsi que le dénoncèrent déjà quelques observateurs en son temps, leur écho résonna fortement dans toute l’Europe, ce qui engendra une sorte de révolution culturelle à l’échelle de tout le continent. De la sorte, on se mit à la recherche de récits « barbares » conservés dans la mémoire des peuples, trop longtemps demeurées sans voix et privés du pouvoir de gouverner la terre des ancêtres. C’était la tâche des intellectuels que de rassembler ces traditions, ces chansons populaires, et tous ces matériaux nécessaires à la redécouverte de l’authentique culture nationale, toujours vivace en dépit des invasions et des colonisations par l’étranger.

  • 18 Cf. ainsi Augustin Thierry, Sur l’histoire d’Écosse et sur le caractère national des Écossais (1824 (...)
  • 19 Alberto Mario Banti, « Le invasioni barbariche… », op. cit., p. 24.
  • 20 Ibid., p. 38.

17Parmi les plus responsables de ce mouvement polycentrique de découverte et d’invention de la nation figurait certainement Johann Gottfried Herder. Celui-ci, qui est considéré comme le créateur de la nation allemande, passa de nombreuses années au milieu de « son » peuple à étudier la tradition orale et à prendre à partie vivement les modes aristocratiques, qui singeaient la culture classique. L’étude de la culture populaire et le rejet de la civilisation urbaine furent pratiqués partout en Europe de l’époque. La culture romantique, avec ce « retour aux sources », préparait le terrain pour la diffusion d’une nouvelle interprétation de l’Histoire, destinée à séparer du corps de la nation les aristocrates, conçus comme les descendants lointains des peuplades qui avaient envahi l’Europe au lendemain de la chute de l’Empire romain18. Les couches subalternes, représentées par les élites bourgeoises, étaient à l’inverse les héritières des peuples soumis à la conquête, c’est-à-dire la nation, celle que les intellectuels appelaient à lutter pour se ressaisir des anciennes libertés qu’elle avait perdues. En France, en Angleterre, en Italie, aussi bien Augustin Thierry que Walter Scott ou Alessandro Manzoni travaillèrent à la diffusion de ces nouvelles lectures de l’histoire de l’Europe, clairement inspirées par les exigences politiques du moment. L’antagonisme entre les noblesses et les classes inférieures n’était plus pensé en termes de conflit social mais en termes de guerre des races19, le cours de l’histoire devenant un récit des origines et de la mémoire, de l’oppression d’une ethnie et de sa quête de liberté20.

  • 21 Aboli seulement en 1838 en Sardaigne : voir Italo Birocchi, Per la storia della proprietà perfetta (...)

18Qu’était-ce finalement que les papiers d’Arborea si ce n’est le récit de l’oppression subie par les Sardes et de leur quête de la liberté ? N’étaient-ils pas plus ou moins l’instrument par lequel une partie des nouvelles élites sociales et intellectuelles de l’île remettaient en cause les équilibres institutionnels et sociaux d’autrefois, en augurant une adhésion à venir du royaume anciennement indépendant aux valeurs du nouveau siècle ? Les réponses les plus convaincantes que l’on peut apporter à de telles questions ont été obtenues en étudiant la généalogie familiale de quelques-uns des intellectuels protagonistes du xixe siècle sarde. Pour la plus grande part, ils étaient originaires des campagnes, et leurs ancêtres (jusqu’à leurs propres parents pour certains) avaient été des vassaux, paysans ou pâtres, à la merci du système féodal21. En droite ligne des idées propagées par la littérature romantique, ceux-là se sentaient incarner la vraie nation sarde, héritière d’un monde qui avait combattu des siècles durant la rente seigneuriale et le privilège nobiliaire.

  • 22 Nereide Rudas, « Le carte d’Arborea come romanzo delle origini », in Luciano Marrocu (dir.), Le car (...)

19Le thème des origines « obscures » eut d’autre part un poids important dans la structuration identitaire de cette nouvelle élite qui percevait ses origines comme une humiliation avec une sorte de douloureuse évidence. Nereide Rudas a mené l’enquête, avec les instruments de la psychanalyse sur l’effarement de cette génération de jeunes intellectuels et sur les solutions qu’elle adopta afin de se libérer. Les faussaires de l’Arborea, à la lisière de ce que Hobsbawm a nommé le « banditisme social », étaient en rébellion contre l’ordre établi et en quête de quelque forme de reconnaissance pour le milieu social dont ils étaient issus. Mais les faussaires de l’Arborea affichaient pour toute arme la paléographie, en lieu et place des fusils22. Très habiles à utiliser les ressources de la littérature, les descendants des pasteurs et des cultivateurs purent ainsi soit faire rendre justice à la néo-nation sarde, victime séculaire des offenses et du mépris de l’aristocratie, soit livrer bataille pour briser une fois pour toutes la hiérarchie sociale héritée.

3. Une diversité inventée

  • 23 Pino Arlacchi, Perché non c’è la mafia in Sardegna ?, Cagliari, AM&D, 2007.

20En vertu de la matrice culturelle qui leur est commune, certains traits de la nation sarde, encore perceptibles aujourd’hui comme un particularisme de l’île, peuvent être apparentés à de nombreux autres récits des origines nationales. Le souligner ne signifie pas non plus qu’on veuille nier que la Sardaigne présente certains caractères qui la rendent objectivement différente des autres Mezzogiorno italiens. Ainsi que l’a observé Pino Arlacchi, quoiqu’elle ait été une terre de violence extrême, avec des taux d’homicides qui n’avaient leur égal nulle part en Europe au xviiie siècle, la Sardaigne n’a jamais développé aucune forme de criminalité organisée qui puisse s’apparenter même de loin à la Mafia23. D’une manière différente de la Sicile ou de la Calabre, le code d’honneur sarde ne permettait en aucun cas que le droit d’exercer la vendetta soit cédé à un tiers. Les bandes criminelles, qui mirent à dure épreuve les capacités répressives de l’État monarchique des Savoie, n’évoluèrent jamais vers un niveau d’organisation stable. Les bandits s’agrégeaient en vue d’un objectif précis à poursuivre, puis une fois effectuée leur attaque, ils se dispersaient dans les montagnes. Ne pas céder à un tiers le droit de réparer une offense subie, cela signifiait cependant aussi opposer un mur à la pénétration de l’organisation judiciaire de l’État moderne, d’où des difficultés évidentes pour acculturer les populations aux nouvelles institutions. Toutefois, le code barbaricin, qui a eu pourtant un poids décisif pour la construction mentale de la Sardaigne comme un Sud, n’a jamais réussi non plus à protéger l’île et à la rendre plus « pure » de toute interférence que ne l’avaient été les autres sociétés pastorales des montagnes méditerranéennes, dont a parlé Braudel dans son œuvre la plus célèbre.

  • 24 Paola Pittalis, « Scrittori e pittori : la scoperta della sardità », in Manlio Brigaglia, Attilio M (...)
  • 25 Giorgio Asproni, Diario Politico, éd. de Bruno Josto Anedda, Carlino Sole et Tito Orrù, Milan, Giuf (...)
  • 26 Ibid., t. 3, p. 145.
  • 27 Ibid., t. 3, p. 19.
  • 28 Ibid.

21Quant à ceux qui au fil du xviiie et du xixe siècle abandonnèrent les pays de plaine et les montagnes plus reculées pour les villes, et se mirent sur les rangs pour devenir la nouvelle classe dirigeante insulaire, ils développèrent un positionnement social et culturel à double face, qui leur permit d’être à la fois les propagateurs des idées libérales et progressistes dans les villes, et les défenseurs des traditions économiques et religieuses dans les campagnes24. Les facteurs de longue durée tels que le rapport compliqué à la mer ou le code d’honneur, ne furent jamais des choses susceptibles d’empêcher que, via les élites en cours d’ascension, le nationalisme libéral de l’âge romantique se diffuse jusqu’au village sarde le plus retiré. Giorgio Asproni, originaire de la région de Bitti, dans la Barbarigia, qui fut député au parlement piémontais puis au parlement de l’Italie unifiée, fut l’un des principaux acteurs du Risorgimento. Son intelligence politique se manifesta dans la construction d’un réseau de contacts internationaux qui le mit en rapport avec les principaux personnages du xixe siècle européen. En même temps, Asproni préserva toujours avec la réalité des lieux de ses origines. Non sans raison, les questions de relations et d’amitiés, tout comme les conflits avec ses adversaires politiques occupent une part importante de son Diario politico, lequel constitue pour cette raison une source de première valeur pour décrypter la psychologie de toute une classe dirigeante25. Ainsi, le Diario rend compte du sentiment de malaise dont fait montre celui qui, originaire d’un pays rural, sent sur ses épaules le poids de l’altérité citadine, celle qu’incarnent par exemple les habitants de Cagliari qui « ont l’usage de brouiller le nom et le mérite de tous ceux qui sont nés au village26 ». N’y manquent pas non plus les références à la tyrannie de la noblesse et de la monarchie, qui en Sicile ont « perverti les âmes, détourné du droit chemin des affections sacrosaintes, immensément développé le vice, libéré l’égoïsme comme un volcan et [qui ont], dira-t-on, asséché la vertu27 », et en Sardaigne ont disséminé le malheur, faisant passer l’île « de douleur en douleur, de servitude en servitude, de mains coupables en mains plus coupables, et finalement dans celles des plus mauvais et des plus cruels parmi les Piémontais28 ».

  • 29 Ibid., p. 21.
  • 30 Giuseppe Manno, Storia moderna della Sardegna, Florence, 1858. Voir à son sujet Antonello Mattone, (...)
  • 31 Giorgio Asproni, Diario Politico, op. cit., t. 3, p. 21.

22À l’arrière-plan des inquiétudes individuelles et collectives qui parcourent le Diario d’Asproni, on trouve le peuple, devenu peu de temps auparavant, grâce aux révolutions de France et d’Amérique, sujet de droit et source de la souveraineté – mais un peuple qui est déjà ancien, capable de se maintenir au fil des siècles « fier, intelligent, bon, apte à devenir libre et civilisé » malgré l’oppression qu’il a subie de la part « des frères, des prêtres, des féodaux », des dominants de toute sorte29. Asproni a réfléchi d’ailleurs aux destinées de la Sardaigne, qui n’ont « jamais été joyeuses », au cours des jours passés à lire la Storia della Sardegna de Giuseppe Manno30, un ouvrage très diffusé et très influent en son temps. Bien que Manno ait été favorable au gouvernement centralisé et à la monarchie, le républicain de Bitti devait reconnaître que son travail « était digne de tous les éloges pour la diligence des recherches et pour l’élégance de l’écriture ». Il ne faut pas s’y tromper, conclut Asproni : les lauriers que l’auteur attribue à la monarchie des Savoie, on pouvait bien les attendre de la part de quelqu’un qui était natif d’Alghero, « une cité colonisée par les Catalans et les Aragonais de Pierre IV », dans laquelle il était impensable de « naître homme des passions démocratiques31 » – ce qui démontre d’ailleurs qu’Asproni avait la conviction que les villes étaient des enclaves de type colonial, auxquelles on ne pouvait réduire l’intégralité d’un peuple ou les frontières d’une nation.

23En peu de lignes, Asproni résumait la sensibilité de la totalité d’une classe dirigeante qui à la polémique antinoble joignait l’intérêt pour la redécouverte de l’histoire sarde, dans la perspective nationaliste de l’âge romantique, qui la faisait inévitablement confiner au mythe. Pour Asproni et pour Manno, comme aussi pour Vittorio Angius qui était député conservateur et pro-piémontais, auteur des entrées du Dictionnaire statistique, historique et commercial des États sardes de Goffredo Casalis concernant l’île, la Sardaigne devait continuer à racheter les siècles de domination rapace que lui avait imposée l’étranger. Ce qui différenciait Angius par rapport à Asproni, ce n’est pas le fait d’adhérer même un minimum au mythe national, c’est davantage leur attitude face à l’actualité politique, à l’institution monarchique, et leur jugement sur le rôle historique tenu par les Piémontais en Sardaigne. Pour le reste, les points communs l’emportaient sur les différences, puisque l’arrière-plan culturel de leur action politique était identique. En ce sens, toute la production culturelle du xixe siècle sarde, depuis l’œuvre monumentale de Manno jusqu’à un faux comme les papiers d’Arborea, doit être considérée comme un ensemble, et jugées non pas tant pour leur véridicité que pour leur apport objectif à la circulation des valeurs fondatrices de l’imaginaire de la Sardaigne en tant que lieu résistant, traditionnel.

  • 32 Antonello Mattone, Le carte d’Arborea, op. cit., p. 133.

24Cet imaginaire, à son tour, fut le pivot autour duquel s’opéra petit à petit la construction nationale, entendu non tellement comme perspective d’avenir mais comme le filtre à travers lequel s’interprétaient passé et présent. Les Lettres d’Arborea, bien que fabriquées, furent jugées longtemps authentiques dans un vaste parterre d’intellectuels, pour la plupart des monarchistes conservateurs, qui ignoraient que parmi les faussaires figuraient des militants comme Salvatore Angelo De Castro, brillant lettré fils d’un obscur notaire de province, fondateur du journal libéral La Meteora, tombé souvent, à cause de son action d’opposition, dans les filets de la censure gouvernementale32.

4. Du xixe au xxe siècle : le mythe se continue

25La perspective politique qui animait ceux qui étudiaient et qui faisaient connaître l’histoire de la Sardaigne était indubitablement la participation des Sardes à l’unification de l’Italie et le fonctionnement paritaire du nouvel État unifié. Selon Giorgio Asproni, en contribuant à l’unification, la Sardaigne aurait soit joué le jeu des Piémontais, soit racheté sa propre condition de territoire arriéré et oublié. Toute poussée indépendantiste était exclue, étant donné que seules les « grandes » nations pouvaient se faire États, en intégrant les plus petites et les plus périphériques d’entre elles, ainsi que le prévoyait Giuseppe Mazzini. Toutefois, la nationalisation de l’histoire insulaire (même si elle se réalisait dans une optique purement italienne) eut pour conséquence d’imprimer à l’imaginaire collectif un mythe doté d’un fort potentiel centrifuge. Les premiers signes se firent jour en 1847-1848, lorsque l’extension des règlements de la Terre ferme à la Sardaigne insulaire déclencha d’un côté une vague d’enthousiasme en faveur des libertés civiles et politiques, et de l’autre un sentiment de perte et d’égarement. Ensuite, après l’Unité, lorsqu’il apparut clairement que le centralisme de l’État libéral était peu adapté à résoudre les problèmes de la Sardaigne, la nostalgie de l’autonomie perdue se traduisit par une polémique contre la relation déséquilibrée entre la Sardaigne et le « continent ». De ce point de vue, le mal-être du monde rural insulaire fut déterminant. Les réformes agraires, celles des Savoie puis celles de l’État libéral italien, eurent en effet un rôle décisif pour pousser des secteurs entiers de la bourgeoisie rurale vers l’opposition à la droite historique. Les descendants de ces élites rurales, en devenant des politiciens ou des lettrés, manifestèrent l’hostilité de leur milieu à des réformes mûries au sein de leurs familles d’origine, d’un côté par une plate-forme programmatique, de l’autre par un récit historique politiquement orienté.

  • 33 Girolamo Sotgiu, Storia della Sardegna sabauda (1720-1847), Rome/Bari, Laterza, 1975.
  • 34 « La legislazione e l’azione del ministro Francesco Cocco Ortu senior », in Bollettino Bibliografic (...)

26Ainsi naquit le mythe des enclosures sardes. Romanciers, poètes, historiens, et jusqu’aux peintres avaient raconté la formation de la propriété bourgeoise en Sardaigne en utilisant comme source les souvenirs des familles parties prenantes dans ce processus. Selon l’interprétation qui a encore cours aujourd’hui, ce fut le milieu des agrariens sardes qui tira le plus grand bénéfice d’une division du sol qui fut responsable de l’éradication d’une organisation productive fondée sur les usages communautaires33. Néanmoins, les recherches récentes ont commencé à montrer comment les riches propriétaires de terres et de troupeaux furent en réalité les principaux adversaires de la destruction des droits collectifs qui s’opérait par le biais de la privatisation des terres. Un tel modèle de développement, imité pour l’essentiel de l’exemple français, comment aurait-il pu se concilier avec les exigences d’une notabilité de la campagne qui appuyait sa richesse et son prestige sur le secteur pastoral de l’économie rurale ? Benetutti est un de ces villages de la montagne du centre nord de l’île qui devient dans la décennie 1830 le théâtre d’une émeute où l’on se réappropria nombre de ces parcelles devenues encloses. Parmi les responsables des violences, il y avait même des ancêtres de Francesco Cocco Ortu, futur ministre de l’agriculture des gouvernements de l’ère giolittienne, et promoteur de la législation spéciale pour la Sardaigne34. Le père du ministre fréquentait régulièrement des gens tels que Giorgio Asproni ou Salvatore Angelo De Castro, et plus généralement les principaux protagonistes du débat politique de la Sardaigne du xixe siècle. La législation adaptée voulue par Cocco Ortu, qui cherchait finalement à stabiliser sur des bases nouvelles les rapports entre la Sardaigne et l’État italien, constitua sans aucun doute une tentative pour répondre au sentiment d’urgence mûri dans ce milieu social en particulier.

  • 35 Eugenia Tognotti, L’esperienza democratica del combattentismo nel Mezzogiorno : il movimento degli (...)

27Le premier conflit mondial interrompit brutalement ce parcours. L’expérience que vécurent les soldats sardes, pour la plus grande part des paysans et des pâtres incorporés dans la brigade Sassari fut une véritable épopée spartiate. Au retour de la guerre, les anciens combattants se retrouvèrent pour réclamer à l’État italien ce qu’ils estimaient être dû à la Sardaigne. Des centaines de coopératives sociales virent le jour. Les idées d’autonomie, d’émancipation, de rachat face à l’État se diffusèrent partout, et du mouvement des anciens combattants naquit le Parti Sarde d’Action, qui s’affirma comme la première formation politique de l’île aux élections de 192135. Pour la première fois, le thème de l’autonomie était porté par un parti politiquement majoritaire capable de nationaliser les masses en les acculturant aux valeurs et aux mythes du « sardisme ». Sur ce terrain recommença le travail intellectuel pour « individualiser » l’identité sarde, et l’Histoire se changea une fois de plus en le matériel indispensable pour justifier la richesse et l’exigence d’une relation fédérale avec l’Italie.

28Camillo Bellieni, un des idéologues les plus raffinés du sardisme, prit alors ses distances avec l’historiographie sarde du siècle précédent. Dans son essai consacré à Eleonora d’Arborea, la célèbre régente du dernier royaume médiéval indépendant dans l’île, il écrivit que

  • 36 Camillo Bellieni, Eleonora d’Arborea, Nuoro, Ilisso, 2004 [Cagliari, 1929].

les auteurs insulaires de la période 1840-1870 se sont nourris des documents d’époque, des récits des auteurs espagnols ou sardes liés au régime alors en vigueur, pour faire d’Eleonora un type d’héroïne romantique, à la manière de Berchet ou de Carrer, et là où les sources manquaient, ils s’appuyèrent sur des documents créés par leur fertile imagination. Ils transformèrent Oristano en une sorte d’Arles sarde où étaient chantés la guerre et l’amour et où s’enseignait un gai savoir, et à la grossièreté provençale ils substituèrent celle du Campidano Maggiore. Et quant à la pauvre maison royale de Maiano et d’Ugone, que les ambassadeurs français du duc d’Anjou avaient regardé avec dédain, elle devint un fastueux château resplendissant de lumières où se rassemblaient des chevaliers couverts d’armures de fer et d’argent pour participer à des tournois et à des cours d’amour, et où trouvères et ménestrels faisaient résonner les accents tristes de leurs mandolines36.

  • 37 Giulio Angioni et Francesco Manconi, « Lussu e la memoria popolare dei Sardi », in Emilio Lussu e l (...)

29Cependant, ce besoin impérieux de fonder idéologiquement un mouvement interclassiste à forte connotation régionale faisait de l’histoire un instrument au service de la politique. On la convoquait pour consolider l’image d’une société rurale marquée par des siècles d’oppression et de souffrances imputables aux envahisseurs venus d’au-delà des mers37. Réinventée par les sardistes, la nation sarde se voyait mobilisée pour livrer combat contre le centralisme et pour l’autonomie, mais aussi pour s’emparer des mythes et des symboles de l’ère préindustrielle, pour donner un passé à ceux qui redoutaient le présent ou qui le contestaient. Seul le régime de Benito Mussolini devait, in fine, réussir à désamorcer ce puissant mythe, en encourageant à une fusion entre sardisme et fascisme et en persuadant les insulaires de rechercher une fois encore dans le cadre de l’État italien la réponse à leur besoin d’émancipation.

Notes

1 Raffaele Pettazzoni, La religione primitiva in Sardegna, Plaisance, Società editrice pontremolese, 1912, p. 5-8.

2 Stefano Pira, « Lo sguardo straniero sulla Sardegna moderna », Cooperazione Mediterranea, 1-2, 2003.

3 William Henry Smyth, Sketch of the present state of the island of Sardinia, Londres, John Murray, 1828.

4 David Herbert Lawrence, Sardaigne et Méditerranée, Paris, Charlot, 1946, p. 110-111.

5 Giovanni Lilliu, La costante resistenziale sarda, Ilisso, Nuoro, 2002.

6 Sur la politique de repeuplement rural en Sardaigne à l’âge moderne, voir Raffaele Di Tucci, La proprietà fondiaria in Sardegna dall’alto medioevo ai nostri giorni, Cagliari, A. Forni, 1928, Raffaele Ciasca, Alle porte della Corsica : la fondazione di Santa Teresa di Gallura, Livourne, 1933 ; Ancora di alcuni momenti della colonizzazione in Sardegna, Rome, 1933 ; Giampaolo Salice, I grandi tecnici e il problema delle bonifiche nella prima metà dell’Ottocento, Cagliari, 2007 ; Spopolamento e colonizzazione : momenti di storia dell’emancipazione contadina in Sardegna (Elite & Storia, no 3, février 2008) ; La Gallura nei piani di ripopolamento e nei progetti di bonifica da Rivarolo a Garibaldi, Cagliari, 2009 ; Giampaolo Salice, « La santa e il confine. Santa Suia, tra villaggi scomparsi e di nuova fondazione », in C. Aymerich et C. Atzeni (dir.), Tra urbano e rurale. Ricerche, progetti e linee guida per nuovi habitat di margine nei centri delle aree interne della Sardegna, Cagliari, 2010.

7 Stefano Pira, « Azienda delle saline e burocrazia statale a Cagliari tra Settecento e Ottocento », Archivio sardo del movimento operaio contadino e autonomistico, no 35-37, 1991, et Id. (dir.), Storia del commercio del sale tra Mediterraneo e Atlantico, Cagliari, AM&D, 1997.

8 Edoardo Grendi, Il Cervo e la Repubblica. Il modello ligure di antico regime, Einaudi, Torino, 1993.

9 C. Pillai, « Una famiglia ligure nella Cagliari del xviii secolo : i Belgrano parenti acquisiti di Giovanni Maria Angioy », Storia dei Genovesi, 12, 1991, p. 565-578 ; Maria Luisa Plaisant, « Attività mercantili e imprenditoriali dei genovesi in Sardegna nel secolo xvii », in Raffaele Belvederi (dir.), Atti del III° congresso internazionale di studi storici sulli rapporti Genova-Mediterraneo-Atlantico nell’età moderna, Gênes, 1989.

10 Bruno Anatra, Istituzioni e società in Sardegna e nella Corona d’Aragona (secc. xiv-xvii), Cagliari, AM&D, 1997.

11 Antonello Mattone, « Assolutismo e tradizione statutaria : il governo sabaudo e il diritto consuetudinario del Regno di Sardegna : 1720-1827 », Rivista storica Italiana, 116, 2004, no 3.

12 Stefano Pira, « La Gallura nel Settecento : una repubblica montanara tra contrabbando e banditismo », in Studi e ricerche in onore di Girolamo Sotgiu, t. 2, Cagliari, CUEC, 1994, et « Il banditismo nella Sardegna settentrionale della prima metà del Settecento », in Francesco Manconi (dir.), Banditismi mediterranei. Secoli xvi-xvii, Rome, Carocci, 2003.

13 Stefano Pira, Carloforte tra Settecento e Ottocento. Cinque anni di schiavitù per i carolini : dalla cattura alla liberazione (1798-1803), Cagliari, AM&D, 2006 ; Lucetta Scaraffia, Rinnegati. Per una storia dell’identità occidentale, Bari, Laterza, 2002.

14 Gianfranco Contu, « Federalismo e nazionalità nella cultura politica sarda dell’Ottocento », in Le autonomie etniche e speciali in Italia e nell’Europa mediterranea. Processi storici e istituzioni, Consiglio Regionale della Sardegna, Cagliari, 1988, p. 147. Voir aussi Aldo Accardo, La nascita del mito della nazione sarda. Storiografia e politica nella Sardegna del primo Ottocento, Cagliari, AM&D, 1996.

15 Antonello Mattone, « Le carte d’Arborea nella storiografia europea dell’800 », in Luciano Marroccu (dir.), Le carte d’Arborea. Falsi e falsari nella Sardegna del xix secolo, Cagliari, AM&D, 1997.

16 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales en Europe, Paris, Le Seuil, 1995, p. 20-21.

17 Ibid.

18 Cf. ainsi Augustin Thierry, Sur l’histoire d’Écosse et sur le caractère national des Écossais (1824), cité par Alberto Mario Banti et Roberto Bizzocchi (dir.), Immagini della nazione nell’Italia del Risorgimento, Rome, Carocci, 2010, p. 35.

19 Alberto Mario Banti, « Le invasioni barbariche… », op. cit., p. 24.

20 Ibid., p. 38.

21 Aboli seulement en 1838 en Sardaigne : voir Italo Birocchi, Per la storia della proprietà perfetta in Sardegna. Provvedimenti normativi, orientamenti di governo e ruolo delle forze sociali dal 1839 al 1851, Milan, Giuffrè, 1982.

22 Nereide Rudas, « Le carte d’Arborea come romanzo delle origini », in Luciano Marrocu (dir.), Le carte d’Arborea, op. cit., p. 512-513.

23 Pino Arlacchi, Perché non c’è la mafia in Sardegna ?, Cagliari, AM&D, 2007.

24 Paola Pittalis, « Scrittori e pittori : la scoperta della sardità », in Manlio Brigaglia, Attilio Mastino et Gian Giacomo Ortu (dir.), Storia della Sardegna, t. 2, Dal Settecento a oggi, Bari, Laterza, 2006, p. 179.

25 Giorgio Asproni, Diario Politico, éd. de Bruno Josto Anedda, Carlino Sole et Tito Orrù, Milan, Giuffrè, 1980.

26 Ibid., t. 3, p. 145.

27 Ibid., t. 3, p. 19.

28 Ibid.

29 Ibid., p. 21.

30 Giuseppe Manno, Storia moderna della Sardegna, Florence, 1858. Voir à son sujet Antonello Mattone, Giuseppe Manno magistrato, storico, letterato tra Piemonte della Restaurazione e Italia liberale, Naples, ESI, 2010.

31 Giorgio Asproni, Diario Politico, op. cit., t. 3, p. 21.

32 Antonello Mattone, Le carte d’Arborea, op. cit., p. 133.

33 Girolamo Sotgiu, Storia della Sardegna sabauda (1720-1847), Rome/Bari, Laterza, 1975.

34 « La legislazione e l’azione del ministro Francesco Cocco Ortu senior », in Bollettino Bibliografico e rassegna archivistica e di studi storici della Sardegna, 16, 1999 ; Immacolata Cinus, La classe dirigente e le leggi speciali nella seconda metà dell’Ottocento, in Cecilia Dau Novelli (dir.), Alle origini della rinascita. Classi dirigenti e bonifiche nella Sardegna contemporanea, Cagliari, AM&D, 2007 ; Franco Masala, Bonifiche e trasformazioni del territorio : le conseguenze di una legge, in Martinella Ferrai Cocco Ortu (dir.), Francesco Cocco Ortu nel centenario del testo unico del 1907 sulla legislazione speciale per la Sardegna, Cagliari, AM&D, 2008.

35 Eugenia Tognotti, L’esperienza democratica del combattentismo nel Mezzogiorno : il movimento degli ex-combattenti e il Partito sardo d’azione a Sassari (1918-1924), Cagliari, Edizioni della Torre, 1983.

36 Camillo Bellieni, Eleonora d’Arborea, Nuoro, Ilisso, 2004 [Cagliari, 1929].

37 Giulio Angioni et Francesco Manconi, « Lussu e la memoria popolare dei Sardi », in Emilio Lussu e la cultura popolare della Sardegna, Atti del convegno di studio 25-27 aprile 1980, Nuoro, Istituto Superiore Regionale Etnografico, 1980.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search