Version classiqueVersion mobile

L’invention des Midis

 | 
Nicolas Bourguinat

Des Lumières au positivisme. Cartographies mentales de l'aire méditerranéenne

Les mémorialistes français témoins de la guerre d’Indépendance (1808-1814) : une nouvelle vision de l’Espagne et des Espagnols ?

Jean-René Aymes

Texte intégral

  • 1 Elena Fernandez Herr, Les origines de l’Espagne romantique. Les récits de voyage, 1755-1823, Paris (...)
  • 2 Léon-François Hoffmann, Romantique Espagne. L’image de l’Espagne en France entre 1800 et 1850, Pri (...)
  • 3 Jean Baptiste Antoine Marcellin baron de Marbot, Mémoires du général baron de Marbot, Paris, Plon, (...)
  • 4 « Mémoires du général Duhesme ou précis historique des opérations politiques et militaires pendant (...)
  • 5 Gaspard de Clermont-Tonnerre, L’expédition d’Espagne, 1808-1810, Paris, Perrin, 1983.
  • 6 Édouard Lapène, Conquête de l’Andalousie. Campagne de 1810 et 1811 dans le midi de l’Espagne, Pari (...)
  • 7 Nicole Gotteri (éd.), La mission de Lagarde, policier de l’Empereur, pendant la guerre d’Espagne ( (...)

1Dans son étude pionnière sur Les origines de l’Espagne romantique1, Elena Fernandez Herr estimait, en accord avec Léon-François Hoffmann, l’auteur de Romantique Espagne2, que les mémoires des soldats de Napoléon relatifs à la guerre d’Espagne étaient « décevants par la pauvreté de leur pittoresque […]. Les grognards, soulignait-elle, sont beaucoup plus occupés à faire connaître leur odyssée qu’à peindre ». On conviendra que « les grognards » et même la plupart des généraux, tels que Marbot3 et Duhesme4, n’ont pas toujours livré une vision de l’Espagne tellement digne d’intérêt, surtout lorsqu’ils se sont limités à rapporter des faits de guerre, des détails sur la vie des soldats ou quelques pauvres informations sur les villes traversées, les monuments entrevus ou les contrées parcourues. Comme par ailleurs, sauf exception, ils n’ont pas eu de relations personnelles prolongées ou approfondies avec la population, il est exact qu’ils recourent habituellement à leur pré-connaissance de l’Espagne, c’est-à-dire à de vieux clichés. De là, souvent, une vision sommaire ou suspecte du pays voisin – on songe notamment ici aux textes de Clermont-Tonnerre5, de Lapène6 et de Lagarde7.

  • 8 Jean-François Bourgoing, Tableau de l’Espagne moderne, Paris, Levrault, 1803 [1789].
  • 9 Alexandre de Laborde, Itinéraire descriptif de l’Espagne, Paris, H. Nicolle, 1808.
  • 10 Sébastien Blaze, Mémoires d’un apothicaire sur la guerre d’Espagne pendant les années 1808 à 1814,(...)
  • 11 N.-A. de Salvandy, Don Alonzo ou l’Espagne, Histoire contemporaine, 4 vol., Paris, Baudoin frères, (...)

2Mais pour autant, on ne souscrira pas entièrement au jugement d’Elena Fernandez Herr. D’autres mémorialistes, en effet, ont enrichi leur récit d’informations et de remarques de qualité. Quel tableau sociologique en donner ? Il s’agit d’un milieu moins uniformément militaire, sans doute, où apparaissent médecins, pharmaciens, fonctionnaires – quoique tous aient de près ou de loin affaire à l’armée, qui est de toute façon omniprésente. Ces auteurs, pour peu qu’ils soient au moins superficiellement lettrés, procèdent souvent sans vergogne à des emprunts, voire à des plagiats, en recourant aux très recommandables ouvrages de Jean-François Bourgoing8 et d’Alexandre de Laborde9, quand ce n’est pas à des ouvrages antérieurs à la fin du xviiie siècle. On connaît aussi le cas, tout différent, de mémorialistes qui publient leur récit plusieurs décennies après la fin du conflit en Espagne, ce qui leur permet de puiser dans des livres eux-mêmes postérieurs à 1815. C’est le cas de l’apothicaire Blaze10 qui disserte à propos des monuments de Salamanque et de l’Inquisition à partir du Don Alonzo11 de Salvandy, qu’il a toutefois l’honnêteté de citer.

1. Un pays différent dès l’abord

  • 12 Louis Florimond Fantin des Odoards, Journal du général Fantin des Odoards, Paris, Plon-Nourrit, 18 (...)
  • 13 Sébastien Blaze, Mémoires, op. cit., p. 300.

3Lorsque les mémorialistes livrent leur vision de l’Espagne et des Espagnols, ils se prononcent d’ordinaire avec assurance, s’en tenant à des clichés qu’ils doivent considérer comme valables et intangibles. Très peu conviennent que les Français connaissent mal le pays voisin ou qu’ils se satisfont d’idées périmées, parfois fournies par la littérature de fiction. À peine peut-on citer le général Fantin des Odoards qui, du reste, limite sa remarque aux « mœurs espagnoles » et, plus précisément, aux duègnes : « Nous avons en France des idées bien fausses sur les mœurs espagnoles. Il est possible qu’elles aient été ce que nous disent les romans et les nouvelles ; mais, dans ce cas, elles ne sont plus les mêmes12. » Tout comme Fantin des Odoards, Sébastien Blaze, qui écrit en 1828, impute à la même littérature de fiction la lourde somme d’erreurs qui continuent à être colportées sur le compte de l’Espagne. Cette fois, sont mis en cause « les romanciers et les faiseurs de comédie », ainsi que les auteurs de mélodrames et de livrets d’opéras13.

  • 14 Louis Florimond Fantin des Odoards, Journal…, op. cit., p. 187.
  • 15 Albert Jean Michel Rocca, Mémoires sur la guerre des Français en Espagne, Paris, Gide, 1814 (Monei (...)

4L’une des idées reçues est que la différence, radicale et multiforme, entre la France et l’Espagne saute aux yeux à la frontière même, dès le franchissement de la Bidassoa. On retrouve ici Fantin des Odoards : « Il n’est pas besoin de consulter la carte pour connaître à quel point finit la France et commence l’Espagne. Les physionomies, les costumes et toutes les habitudes de la vie changent brusquement en passant de l’une dans l’autre14. » On se demande pareillement sur quoi Rocca peut se fonder pour estimer que, « dès qu’on a mis le pied sur le territoire espagnol, on aperçoit un changement sensible dans l’aspect du pays et dans les mœurs des hommes15 ».

5L’avis du baron Larrey, le chirurgien le plus fameux de l’armée impériale, coïncide avec celui de Fantin des Odoards lorsqu’il mentionne Tolosa, petite bourgade de la province basque du Guipuzcoa :

  • 16 Dominique Jean, baron Larrey, Mémoires de chirurgie militaire et campagnes, Paris, Smith, 1812-181 (...)

Quoique l’espace qui sépare Tolosa de Bayonne ne soit que d’une quinzaine de lieues, on se trouve transporté dans un monde nouveau, tant l’Espagne diffère des autres contrées de l’Europe, soit sous le rapport des habitations, soit sous celui de la physionomie et du caractère distinctif de ses habitants16.

  • 17 Jean Nicolas Auguste Noël, Souvenirs militaires d’un officier du Premier Empire (1795-1832), Paris (...)

6Pour sa part, Jean Nicolas Auguste Noël précise la nature du contraste qu’il a noté dès son arrivée sur la rive gauche de la Bidassoa : « Tout change dans l’aspect, le costume, la tenue des habitants, dans les usages, dans les habitations17. » Ainsi, l’absence de fenêtres aux façades des maisons sera relevée par plusieurs mémorialistes, de même que l’aspect curieux des charrettes grinçantes.

  • 18 Dieudonné Paul Charles Henri Thiébault, Mémoires du général baron Thiébault, Paris, Plon, 1893-189 (...)

7Le plus notable dans cette découverte du territoire espagnol tout proche de la frontière est que sa « basquité » – on me pardonnera ce néologisme – n’est pas perçue. Cela invalide la plupart des observations relatives aux provinces basques espagnoles, puisque ni la langue parlée (l’euskera), ni l’héritage culturel, ni la mentalité des habitants ne sont correctement appréhendés par ces visiteurs qui ne font que passer là rapidement. Malgré tout, ces observateurs ont l’honnêteté de reconnaître que cette Espagne septentrionale n’annonce pas l’Espagne castillane qu’ils s’attendent à trouver pauvre, laissée à l’abandon, attardée et peu attirante. Ainsi Noël, bien qu’attristé par la vue des vêtements portés par les Basques, n’hésite pas à déclarer que « le pays est beau » et « parfaitement cultivé » : « Il y a de l’industrie et de l’aisance. » En revanche, on estimera que le baron Thiébault fait preuve d’un aveuglement volontaire ou d’un indigne parti pris en proclamant que Hernani est « une laide petite ville » et que Tolosa est associé, pour lui, à « l’atroce grincement de ces voitures mauresques à essieux tournants dont l’oreille est déchirée un quart d’heure avant de les voir18 ».

2. De la Castille à l’Andalousie : gradations

  • 19 Antoine Laurent Apollinaire Fée, Souvenirs de la guerre d’Espagne dite de l’indépendance (1809-181 (...)
  • 20 Joseph Léopold Hugo, Mémoires du général Hugo, gouverneur de plusieurs provinces et aide-major des (...)
  • 21 Louis Florimond Fantin des Odoards, Journal, op. cit., p. 257.

8Lorsqu’aux yeux des mémorialistes, l’Espagne « attendue » ne commence pas sur l’autre rive de la Bidassoa, alors elle commence obligatoirement à l’entrée en Castille, notamment au-delà du défilé de Pancorbo. L’unanimité règne maintenant entre Noël, Fée, Blaze, Marbot et bien d’autres hommes de la Grande Armée, pour trouver les villes tristes et/ou sales. Cela vaut pour Logroño, Burgos, Valladolid et même, contre toute attente, pour Salamanque, en dépit de ses magnifiques bâtiments religieux et universitaires. Pour ce qui concerne le paysage, la nature des comparaisons a de quoi surprendre, car, au lieu de « méridionaliser » – autre néologisme – les deux Castilles, un pont métaphorique est jeté en direction d’une Europe lointaine et orientale. Au sud de Madrid, Fée ne s’imagine nullement au sud de l’Europe, mais au milieu d’une steppe aride sur les rives du Don ou de la Volga19. Le général Hugo réagit de façon similaire : « Les plaines immenses de la Manche, peu peuplées, privées d’eau et de verdure, ressemblent aux steppes de l’Ukraine ou des grands plateaux de la Tartarie20 ». Plus à l’ouest, en Extrémadure, Fantin des Odoards, au milieu de « plaines sablonneuses », se rappelle « les déserts de Pologne21 ».

  • 22 Antoine Laurent Apollinaire Fée, Souvenirs…, op. cit., p. 66.
  • 23 Jean-Baptiste-Louis d’Audebard de Férussac, Coup d’œil sur l’Andalousie, précédé d’un journal hist (...)

9En schématisant quelque peu, on dira que, pour les mémorialistes français, l’Espagne comporte trois grandes bornes sur l’axe Irun-Madrid-Séville : la Bidassoa, le défilé de Pancorbo et celui de Despeñaperros, au sud de la Manche. Pour Fée, au nord de Despeñaperros, règnent l’hiver et la mort, et, au sud, le printemps et la vie22. Le baron de Férussac, au même endroit et tournant son regard vers le sud, découvre « une nature plus riante23 ». L’épithète « riante » s’était déjà trouvée sous la plume de Rocca, qui se montre le plus explicite des mémorialistes à ce sujet :

  • 24 Albert Jean Michel Rocca, Mémoires…, op. cit., p. 158.

Dès qu’on est arrivé sur les revers des montagnes, on est en Andalousie ; on éprouve alors une différence sensible dans la chaleur de l’atmosphère, et la magnificence des campagnes qu’on découvre devant soi forme un grand contraste avec la stérilité de la montagne noire ou Sierra Morena, d’où l’on sort24.

  • 25 Antoine Laurent Apollinaire Fée, Souvenirs…, op. cit., p. 78.

10À la beauté est associée habituellement la richesse qui procède de la fertilité du sol, qualifiée d’« étonnante » par Fée25. Favorisée par le climat, la végétation devient luxuriante, comme le souligne Clermont-Tonnerre, lequel esquisse une comparaison avec le Sud de l’Italie :

  • 26 Gaspard de Clermont-Tonnerre, L’expédition d’Espagne…, op. cit., p. 333.

L’Andalousie est, après l’Italie, un des pays les plus favorisés par la nature. Son ciel est aussi beau que le beau ciel de Naples. Ses campagnes sont d’une fertilité qui ne le cède à aucun pays au monde. Les plantes de toutes les hautes températures y prospèrent avec une force de végétation dont il y a des exemples remarquables ; le tabac du Brésil, le café, le sucre, les animaux des pays chauds de l’Amérique pourraient y être transportés26.

  • 27 Jean-Baptiste-Louis d’Audebard de Férussac, Coup d’œil…, op. cit., p. 20.
  • 28 Cf. Jean-René Aymes, « Les touches d’exotisme de l’Espagne en guerre (1808-1814) vue par des mémor (...)
  • 29 Édouard Lapène, Conquête de l’Andalousie…, op. cit., p. 247.
  • 30 Auguste Bigarré, Mémoires du général Bigarré, aide-de-camp du roi Joseph, Paris, Kolb, 1893 (rééd. (...)

11En d’autres termes, Clermont-Tonnerre confère une touche américaine à cette Espagne du Sud ou, plus précisément, il en fait un territoire potentiellement exotique. Mais, plus souvent, cette Andalousie où ne semblent pousser ni le prunier ni le cerisier, apparaît couverte de plantes peu familières aux observateurs français qui se croient transportés en Afrique du Nord ou au Moyen Orient. Dans les montagnes des Alpujarras, le baron de Férussac relève la présence des « plantes indigènes » qui voisinent avec celles qui poussent dans « les plaines de Barbarie ou de la Palestine27 ». Et la liste est longue des auteurs qui énumèrent à satiété les arbres et les plantes qui confèrent au paysage un caractère africain, non pas propre à l’Afrique équatoriale, mais plutôt à l’Afrique maghrébine ou saharienne. Rocca, Férussac, Lapène, Chevillard, Demanche, Bigarré, Blaze et Suchet sont au nombre de ces mémorialistes qui, attentifs au spectacle de la nature, sont désireux de surprendre le lecteur et de le transporter à des milliers de lieues de cette Espagne si différente de la Castille et de la France. Ce dépaysement est causé par la mention, celle-là attendue, des orangers, des oliviers, des grenadiers, des caroubiers et des mûriers, mais surtout par celle, plus surprenante, des tamariniers et des palmiers, auxquels convient ce climat qualifié d’« africain » par Fée. On notera une légère variation quant au degré d’« exotisation »28 ou d’« africanisation » du paysage andalou. En clair, Lapène en fait plutôt un paysage méditerranéen lorsque, dans sa phrase, il réunit « l’olivier, l’oranger, le citronnier et le grenadier29 », tandis que Bigarré le tropicalise en insistant sur la présence de la canne à sucre et du « cotonnier30 ». De son côté, Fée l’africanise en relevant la présence des aloès et des palmiers dattiers. Ce rapprochement n’était cependant pas appliqué à la seule Andalousie, au contraire : tous les Midis ou les îles méditerranéennes où l’on avait pu développer la canne à sucre et le coton, entre le début de l’ère moderne et l’époque napoléonienne, étaient candidats à cette assimilation, que l’idée d’une continuité entre la zone tropicale et l’aire méditerranéenne alimentait plus ou moins. De plus, le passage initial de ces cultures par l’est du bassin méditerranéen (Égypte, Palestine, Rhodes, Chypre, Crète) contribuait parallèlement à l’orientalisation des territoires qu’elles gagnaient – en tout cas dans les descriptions qu’en laissaient les visiteurs peu familiers des lieux…

12Au moins dans un cas, l’épithète « exotique » est appliquée à la végétation et, cette fois, on est dans le Levant, et non plus du côté de Malaga ou de Cordoue : « On a naturalisé – écrit Suchet – une grande variété de fruits et de plantes exotiques, tels que le citronnier, l’oranger, la canne à sucre, le coton et l’indigo. »

13En somme, lorsqu’est prise en compte la végétation – arbres et plantes –, l’Andalousie africanisée, tropicalisée ou américanisée, finit par englober le sud du Levant. Voici comment le général Hugo décrit cette région :

  • 31 Joseph Léopold Hugo, Mémoires…, op. cit. (rééd. Paris, Cosmopole, 2001, p. 270).

Les citronniers, les orangers, les figuiers, les pêchers y sont très nombreux et donnent d’excellents fruits. Ces végétaux de l’Afrique et de l’Amérique y croissent en pleine terre. Il y a plusieurs plantations de cannes à sucre. On voit dans les environs de Valence et à Elche des palmiers et des dattiers qui produisent une assez grande quantité de fruits. Les cactus, les raquettes, les palmistes et l’aloës sont assez communs dans quelques cantons pour être employés à faire des haies31.

  • 32 Louis Florimond Fantin des Odoards, Journal…, op. cit., p. 198.

14La tendance à sélectionner tel ou tel type de végétation et à passer sous silence tel ou tel autre s’applique de la sorte à des territoires étrangers à l’Espagne du Sud. On trouvera ainsi incongru que Fantin des Odoards fasse de l’océanique et humide Galice un territoire quasiment méditerranéen avec ses « côtes couvertes d’oliviers, de citronniers, de grenadiers, d’orangers et de lauriers dont la belle végétation dit quel est ce climat fortuné32 ».

  • 33 Cité par Elena Fernandez Herr, Les origines…, op. cit., p. 21.

15En définitive, on est en présence d’une réaction aisément compréhensible : quand ils traversent le Pays Basque ou la Catalogne, les mémorialistes se dispensent de mentionner la présence d’arbres et de plantes connus de leurs compatriotes et impropres à créer l’impression recherchée de surprise ou de dépaysement. Par contre, cette impression est suscitée par la vue d’une végétation inexistante dans la majeure partie du territoire français. Par ailleurs, comme les Castilles ont été déclarées à peu près incultes et dénudées, il serait illogique d’y ouvrir la rubrique « végétation », quand bien même elle aurait pu ou dû accueillir, comme dans le cas de l’Andalousie, la mention du cyste, du lentisque et du myrte. L’accentuation de la marque exotique ou africaine que comporte l’évocation de la végétation andalouse n’est d’ailleurs pas propre exclusivement aux récits des anciens militaires napoléoniens. Cette marque peut être relevée dans les récits de voyages antérieurs et postérieurs à la guerre d’Espagne, avec un crescendo tout au long de l’époque romantique. Mais la différence est notable avec la littérature – récits de voyage et fictions – antérieure à ladite guerre. Ainsi, dans le Télémaque de Fénelon, la plaine du Guadalquivir est certes associée à une végétation variée et dense, mais la mention de son caractère africain ou exotique est absente ; seule est mise en valeur l’exceptionnelle et séduisante fertilité du sol : « Le fleuve Bétis coule dans un pays fertile et sous un ciel doux et qui est toujours serein […]. Les chemins y sont bordés de lauriers, de grenadiers, de jasmins et d’autres arbres toujours fleuris33. »

3. Du caractère national aux caractères provinciaux

16On veut bien admettre que les militaires napoléoniens ont eu le temps et la curiosité d’observer les paysages et, en particulier, la végétation au cours de leurs déplacements ou durant leur séjour dans une contrée occupée par leurs compatriotes, mais on n’aurait pas imaginé que, dans leurs Mémoires, ils aient tant de choses à dire sur la mentalité des habitants, hormis sur celle des militaires et des civils qui les affrontent, les armes à la main. On peut donc craindre que ces mémorialistes aient beaucoup puisé dans le lot des idées reçues. Comme l’unanimité est loin de régner à ce sujet, on va tenter d’ordonner leurs observations selon une gradation qui conduira des jugements les plus sévères ou méprisants aux opinions les plus favorables, c’est-à-dire des accusations les plus prévisibles aux éloges les plus inattendus.

  • 34 Auguste Bigarré, Mémoires…, op. cit., p. 219.

17Dans le premier groupe, on inclut, au sein du peuple espagnol considéré globalement, la catégorie des ecclésiastiques qui alimentent une foule de considérations parfois formulées à l’emporte-pièce. Alors qu’ils ne sont pas spécialement pénétrants, on citera en premier les jugements du général Bigarré, parce qu’ils vont à l’essentiel : à ses yeux, « l’ignorance et la crédulité [du peuple espagnol] sont au-dessus de tout ce qu’on peut dire » ; les prêtres et, surtout, les moines, ambitieux et souvent barbares, dirigeaient les artisans et la canaille, tandis que les nobles, les magistrats et les bourgeois étaient plus estimables, dans la mesure où « ils désiraient sincèrement que Joseph Bonaparte se maintînt sur le trône des Espagnes34 ».

  • 35 Gaspard de Clermont-Tonnerre, L’expédition…, op. cit., p. 319 et p. 416.
  • 36 Sébastien Blaze, Mémoires…, op. cit., p. 404-406.

18Cette fois associés aux femmes, les prêtres, tels que Clermont-Tonnerre les évoque succinctement, apparaissent gâtés par l’immoralité et la corruption. Ce mémorialiste est le seul à observer, en France, une radicale différence d’approche du peuple espagnol : selon lui, « les habitants du faubourg Saint-Germain » (entendons : les aristocrates parisiens, anti-napoléoniens et attachés à l’Ancien Régime) ne voyaient chez les Espagnols engagés dans la lutte contre les envahisseurs français qu’« énergie, loyauté, grandeur d’âme » ; Clermont-Tonnerre reconnaît, pour sa part, que les combattants affichaient un admirable mépris de la mort et faisaient preuve d’un courage indomptable derrière les murailles des villes assiégées, mais, pour le reste, il considère que tout n’était qu’« orgueil et superstition », « haine et mépris pour tout ce qui est étranger », « insolence et cruauté » à l’égard de l’ennemi ; enfin – mais ce n’est là qu’un péché véniel, si l’on ose dire –, le peuple espagnol est « reculé en matière de civilisation et de politesse de mœurs35 ». Sébastien Blaze peut être placé aux côtés de Clermont-Tonnerre en ceci qu’il daigne reconnaître aux Espagnols quelques vertus : le respect de la parole d’honneur, le courage des privations… Malheureusement, ces qualités sont contrebalancées par des défauts : la méfiance, la dissimulation, la jalousie, la soif de vengeance et l’orgueil36.

  • 37 Charles Victor d’Hautefort, Coup d’œil sur Lisbonne et Madrid en 1814, Paris, Delaunay, 1820, p. 9 (...)

19Avec l’orgueil, on se situe justement au centre de la caractérisation sans indulgence, mais ni brutale ni effrénée, du peuple espagnol : on trouve là réunis Clermont-Tonnerre, Lagarde, Rocca, Blaze et Larrey. Chez plus de la moitié des mémorialistes, le souci de ne pas se satisfaire des stéréotypes à dominante péjorative conduit à amalgamer, selon des proportions variables, des opinions favorables et des jugements sévères, avec, parfois, la prise en compte de circonstances atténuantes. Ainsi procède d’Hautefort qui n’est pas près d’oublier les atrocités commises par les guérilleros et les épouvantables boucheries dont hommes et femmes se rendaient coupables. Mais, accompagnant ce lieu commun historiographique, d’Hautefort entreprend de réhabiliter le clergé, plus encore le séculier que le régulier : cet auteur trouve juste que les moines gouvernent les consciences de la moitié de la population, et il ne les accuse pas d’avoir été « les brandons » de l’insurrection contre les occupants français ; quant aux prêtres, qu’il a beaucoup fréquentés pendant ses trois années passées en Espagne, il leur attribue « les connaissances nécessaires à leur état » et il apprécie fort qu’ils s’adonnent, non seulement à des études théologiques et canoniques, mais aussi scientifiques et littéraires37. D’Hautefort s’emploie ainsi à contrebattre l’anticléricalisme et, en particulier, l’anti-monachisme qui ont été relancés et, parfois, portés à l’extrême, par le conflit franco-espagnol.

  • 38 Général Foy, Histoire de la guerre de la péninsule sous Napoléon, Paris, Baudoin frères, 1827, t.  (...)
  • 39 Jean-Baptiste-Louis d’Audebard de Férussac, Coup d’œil…, op. cit., p. 5.

20Le général Foy, quant à lui, place sur l’un des deux plateaux de la balance, l’inertie, la paresse, l’ignorance et la stupidité, et, sur l’autre, tout à la fois, la loyauté (« base du caractère des Espagnols »), l’incapacité de feindre, « le sentiment de la dignité de l’homme », la reconnaissance du talent, la religiosité, le courage, la résignation et l’enthousiasme38. La balance penche, à l’évidence, de ce côté-ci. L’image du peuple espagnol y gagne, et y gagnerait plus encore si on pouvait en retrancher les moines… De son côté, le baron de Férussac procède de façon déconcertante pour, finalement, laisser chez son lecteur une impression favorable. Dans un premier temps, il évoque l’Andalousie, cette partie de l’Hespérie, habitée par un peuple ignorant et paresseux, aux mœurs dissolues, notamment chez les femmes qui ont « peu de sensibilité morale ». À cet instant du discours, il est dit que « l’Andalousie n’est plus aujourd’hui un pays très délicieux, surtout pour les Français », quand s’y ajoutent des nuits froides et des journées brûlantes, des ruines récentes à chaque pas et peu de moyens de communication. Mais une visite à fond de la région livre une image autrement séduisante de cette « heureuse Bétique, paradis des Arabes », habitée par « un peuple plein de caractère, patient, dévoué, exalté », avec des femmes « douées de formes divines, pleines de grâce39 ».

  • 40 Louis Gabriel Suchet, Mémoires du maréchal Suchet, duc d’Albufera sur ses campagnes en Espagne, de (...)
  • 41 Joseph Léopold Hugo, Mémoires, op. cit. (Paris, Excelsior, p. 241).

21Avec d’Hautefort, Foy, Suchet, Hugo et Larrey, on touche à une catégorie de mémorialistes qu’on aurait pu croire inexistante en raison du sinistre traumatisme causé par la guerre de 1808-1814. Il s’agit des mémorialistes aux yeux desquels les vertus du peuple espagnol réhabilité l’emportent sur les défauts qui lui étaient imputés depuis des siècles. Alors que la plupart des maréchaux et des généraux impériaux qui ont exercé des commandements en Espagne répugnent à vanter les qualités d’adversaires qui leur ont infligé tant de pertes, ont commis tant d’actes de barbarie et ont ruiné leur réputation, le maréchal Suchet a l’honnêteté et l’audace de leur rendre hommage. On verra plus loin quels éloges il déverse sur les Aragonais. Les Espagnols sont, selon lui, des « hommes agiles et sobres, courageux et intelligents ». Même les guérilleros, bien que leur patriotisme soit uni au « brigandage » (sic), étaient « prêts à tous les sacrifices et libres des besoins de la mollesse40 ». Se prononçant sur le clergé, le général Hugo fait la part des choses : aux moines tenus pour paresseux s’opposent les curés, très estimables en raison de leurs mœurs pastorales, de leur instruction solide et leur piété éclairée. À l’origine d’« une guerre toute populaire » se sont trouvés « de simples laboureurs, des artisans ignorés », tandis que les nobles, les Grands, les dignitaires et les gens de cour, timorés, se sont tout d’abord réfugiés dans un indigne attentisme. Le peuple espagnol s’identifie de la sorte à une série de « cabecillas » (chefs de bandes de guérilla) que Hugo nomme et loue pour leur altruisme, leur ténacité et leur héroïsme41.

  • 42 Dominique Jean, baron Larrey, Mémoires…, op. cit., p. 581.
  • 43 Pierre François, baron Percy, Journal des campagnes du baron Percy, chirurgien en chef de la Grand (...)

22Peut-être parce qu’il n’a pas eu à affronter directement les ennemis armés et ne les a approchés que blessés et malades, c’est-à-dire victimes d’une guerre meurtrière, le chirurgien Larrey formule tout juste deux réserves au sujet du caractère des Espagnols : au lieu de leur imputer, à l’instar d’autres mémorialistes, un orgueil démesuré, il ne fait état que de leur amour-propre excessif et note qu’en conséquence, « ils se croient d’une race supérieure à celle des autres peuples ». Pour le reste, tout n’est qu’éloges : ils ont de l’esprit, une grande aptitude à l’étude des sciences et des arts mécaniques, l’exigence de l’indépendance, la préférence donnée aux privations au détriment de l’aisance, la résignation et l’amour de la patrie, qui incite à la bravoure et à l’acceptation des sacrifices42. S’il est avéré que ces Mémoires ont été rédigés avant 1817 et publiés deux ans après la fin de la guerre d’Espagne, on ne peut qu’être surpris par cette audace assimilable à un défi lancé aux maréchaux et généraux encore indignés par le comportement abominable des guérilleros-brigands. Alors que, dans son Journal, le baron Percy avoue ne pas aimer son collègue Larrey, il est en accord avec lui quand il s’agit de porter un jugement sur le peuple espagnol, et en particulier sur les laboureurs qui lui paraissent vaillants, sauf en Castille. Ayant été accueilli avec générosité par un « labrador » (sic) à « Aguila », près de Benavente, il a plaisir à extrapoler à partir de ce cas : « Ce ne sont pas des laboureurs comme chez nous : ces cultivateurs ont beaucoup de livres, du savoir, de l’intelligence et de la tenue ; ils raisonnent ; ils lisent les journaux et parlent avec beaucoup de jugement. » Pour un peu, il en ferait des lettrés, des hommes des Lumières… Continuant à généraliser et déplorant seulement que les Espagnols détestent les Français, Percy déclare sans ambages que « le peuple est bon, doux, hospitalier et même timide43 ». C’en serait fini avec la rodomontade et l’orgueil excessif et ridicule… Le stéréotype du paysan ignorant et paresseux serait anéanti, et ce peuple habituellement considéré avec mépris par les Français susciterait ici la surprise et – plus étonnant – l’admiration. Mais les deux hommes de science, Larrey et Percy, aux côtés du maréchal Suchet, font exception, avec cet hommage si appuyé rendu à ce peuple majoritairement exemplaire et digne d’admiration. L’hispanophilie ne se répandra en France qu’après l’intervention victorieuse des « Cent Mille Fils de Saint-Louis », en 1823, bien accueillis, dans l’ensemble, par la population civile.

  • 44 Dominique Jean, baron Larrey, Journal…, op. cit., p. 523.
  • 45 Dieudonné Paul Charles Henri Thiébault, Mémoires (…), op. cit., t. 1, p. 659.

23Ne serait-ce que parce que les visiteurs français de l’Espagne d’avant 1808 sont amenés à décrire les monuments laissés par les Arabes, la trace africaine laissée par eux n’est pas passée sous silence par nos mémorialistes. C’est dire qu’ils inaugurent une tendance qui ira s’accentuant au long de la première moitié du xixe siècle : celle qui consiste en mettre en valeur l’« africanité » ou le caractère « oriental » de l’Espagne, saisis dans les mentalités, la culture, les mœurs, certains aspects extérieurs des habitants, l’habitat et certaines techniques agricoles. Jamais on avait autant souligné l’influence exercée par le mélange du sang arabe et du sang espagnol. Dès son entrée dans le Pays basque espagnol, Larrey relève la trace profonde de la longue présence arabe dans plusieurs domaines : « Ce pays, d’après ce que m’ont assuré quelques voyageurs qui ont parcouru les diverses provinces, ainsi que les côtes de l’Afrique, présente avec ces dernières contrées plusieurs points de similitude : je fus frappé moi-même, en entrant à Tolosa, de celle qu’on remarque entre les habitations et celles d’Alexandrie en Égypte. » Larrey procède ensuite à la description détaillée des maisons, avant de conclure : « Le peuple se rapproche aussi, par son caractère, ses mœurs et son habillement, de quelques-unes de ces nations d’Orient44. » Et, lorsque nos mémorialistes ne se lancent pas, à propos du « caractère national », dans des considérations qui sont souvent pour moitié des idées reçues et, pour moitié, des élucubrations, ils sont portés à « arabiser », parfois à l’extrême, l’image des monuments visités ou entrevus. D’où des énoncés saugrenus, par exemple, chez le baron Thiébault qui mentionne une « porte “mauresque” » à Burgos et, dans le Guipuzcoa – comme on l’a déjà signalé – des « voitures mauresques » à essieux tournants45.

  • 46 Paris, Duchesne-Leriche, 1801.
  • 47 Cité par Elena Fernandez Herr, Les origines…, op. cit., p. 148, note 2.

24À propos du « caractère espagnol », plus nos mémorialistes ont une connaissance superficielle et suspecte de la réalité du pays, plus ils ont tendance à se satisfaire de considérations englobantes. À l’inverse, s’ils sont attentifs et scrupuleux, ils ne manquent pas de faire état des différences sensibles entre les provinces. Ainsi se trouve mise à mal, et à juste raison, la notion de « caractère national ». Ces écrivains ne sont pas, à proprement parler, les inventeurs de l’« Espagne plurielle », car, avant eux, par exemple, Christian August Fischer, dans son Voyage en Espagne aux années 1797 et 179846, avait noté la belle tenue d’une auberge à Buitrago, dont les propriétaires étaient catalans : « Ils avaient apporté l’industrie, la propreté et la gaîté de leurs pays. Leur physionomie, leur teint, leur costume, leurs meubles, tout les distinguait avantageusement47. »

25Tout comme l’Andalousie, plus africanisée que jamais par nos auteurs, la Catalogne est placée à l’écart des autres provinces de l’Espagne. En principe, elle était susceptible d’être la plus francisée, ne serait-ce qu’en raison de sa parenté culturelle et linguistique avec le Roussillon limitrophe. Or il n’en est rien, par la faute, notamment, des deux conflits franco-espagnols antérieurs à 1808. Ici et là, il est rappelé que, lors de la guerre de Succession au tout début du xviiie siècle, les Catalans ont commis une lourde faute en préférant le prétendant autrichien au Français, le petit-fils de Louis XIV et futur Philippe V. Ensuite, en 1793, entraînés par Charles IV et son ministre Godoy, ils ont eu l’impudence, mêlés à leurs compatriotes, d’envahir une partie du Roussillon, avant de se replier, mettant ainsi un terme à ce qui est parfois appelé « la Grande Guerre », malgré sa brève durée (1793-1795). Le général Foy rappelle ces circonstances avant de conclure que l’alliance de l’Espagne avec la France est préjudiciable à la Catalogne et, donc, jugée indésirable par ses habitants. L’insurrection madrilène du 2 mai 1808 a ressoudé la Catalogne et la Castille. C’en est fini à jamais du rêve qu’ont pu caresser les Français, en 1795 et en 1808, de resserrer les liens entre la Catalogne et le Roussillon. L’union, restaurée par la guerre, entre la Catalogne et la Castille n’annonce cependant pas l’assimilation de la première nommée par la seconde. En effet, pour le général Foy qui ne fait que radicaliser le point de vue pessimiste des maréchaux et des généraux d’Empire, la Catalogne, qui a échappé à toute influence « arabe », « africaine » ou « mauresque », est différente du reste de l’Espagne, ne serait-ce qu’en raison du dynamisme de son économie et de sa marche vers la modernité.

26On retrouve le général Foy, le plus enclin des mémorialistes à souligner la force de cette « catalanité » si décevante ou si redoutable pour les voisins français, jumeaux voués à l’affrontement :

  • 48 Général Foy, Histoire de la guerre…, op. cit., t. 4, p. 136-137.

La Catalogne est moins une province qu’un petit État soumis au sceptre des monarques catholiques. Ce sont d’autres mœurs, une autre langue, une autre organisation sociale qu’en Castille. Elle diffère tout à fait de l’Aragon […]. Nulle part ailleurs, dans la Péninsule, on a autant soif de la liberté et de l’indépendance. Nulle part ailleurs, les pères ne transmettent aux enfants plus de haine contre les Français, leurs voisins48.

  • 49 Louis Gabriel Suchet, Mémoires, op. cit., p. 182.
  • 50 Jean Nicolas Auguste Noël, Souvenirs…, op. cit., p. 91.

27En contradiction sur un point avec le général Foy qui a relevé une différence de mentalité entre les Catalans et les Aragonais, ces derniers, décrits par la plupart des mémorialistes, ressemblent aux Catalans, c’est-à-dire se voient dotés de vertus majeures, sauf, naturellement dans leur francophobie ou lorsque les guérilleros de cette province se sont comportés comme des sauvages. Mais on dirait que les Aragonais sont à l’image des Saragossains qui, militaires et civils à l’unisson, ont résisté héroïquement dans leur ville deux fois assiégée par les troupes napoléoniennes. Le maréchal Suchet qui, pendant des mois, a exercé de hautes fonctions en Aragon compose un portrait étonnamment flatteur, puisque ne se glisse qu’une pointe d’ironie visant l’excès d’orgueil des habitants, ce qui les pousse à se croire plus forts et plus nobles que les Castillans : « Les Aragonais sont fiers, opiniâtres, jaloux de leurs libertés et tiennent pour certain que leur pays est le meilleur du monde […]. Sous le rapport politique, ils sont au-dessus des autres habitants de l’Espagne49 ». Ils se révoltent – poursuit Suchet – contre toute iniquité et observent religieusement la foi jurée. On conviendra que Suchet fait preuve, à la fois, d’audace et d’une exceptionnelle noblesse de caractère en ne disant mot de l’extrême violence des efforts déployés par les Saragossains contre les troupes impériales. Enfin, comme les Basques espagnols n’ont jamais été tenus, en France, pour des gens comparables aux Castillans pour leur ignorance, leur paresse ou leurs idées attardées, on estimera qu’étaient prévisibles les éloges tempérés dont ils sont l’objet. Pour le coup, les commentaires de Noël appartiennent à l’ordre des stéréotypes, mais, dans le cas présent, radicalisés et outranciers : « Déjà nous avons trouvé une différence entre le pays de Vitoria, beau, pittoresque, fertile, aux habitants alertes, prévenants, laborieux, et les Castillans indolents, paresseux, et leur pays dénudé et pauvre50. »

4. L’Espagne « costumbrista »

  • 51 Voir sur ce point l’introduction de Jean-René Aymes (éd.), L’Espagne romantique. Témoignages de vo (...)

28L’Espagne plongée dans une guerre qui a duré sept ans permettait, dans le meilleur des cas, aux militaires mémorialistes de décrire les paysages, la végétation, les routes, les villes avec leurs monuments et l’habitat ; le conflit armé dans lequel la population civile était engagée permettait aussi d’évoquer et de juger le comportement au combat de leurs adversaires et celui des habitants qui, soit les aidaient, soit collaboraient avec les occupants. Mais il était difficile, sauf pendant des accalmies ou dans les territoires dominés par les troupes impériales, que les futurs mémorialistes aient le loisir d’évoquer, de manière personnelle, cette Espagne « costumbrista » constituée par un ensemble de réalités et de pratiques ancestrales, estimées typiques et pittoresques51. Or, à notre surprise, ce matériau susceptible d’alimenter littérairement le « costumbrismo » – avatar espagnol de la « peinture de mœurs » – et de contrebalancer les fortes impressions d’horreur, de tragédie, d’étonnement ou d’admiration, est présent dans plusieurs mémoires. Cette fois, l’apport personnel et la part d’innovation paraissent réduits. Il ne pouvait en être autrement, pour la raison avancée plus haut, à savoir l’impossibilité, pour les soldats français, de se voir offrir ces spectacles et traditions, sauf dans les zones momentanément pacifiées où la vie normale des habitants semblait reprendre son cours.

  • 52 Dominique Jean, baron Larrey, Mémoires…, op. cit., p. 525.
  • 53 Jean Marie Jérôme Fleuriot, marquis de Langle, Voyage de Figaro en Espagne, Saint-Malo, 1784.

29Le thème obligatoire en la matière est la course de taureaux. La décrivent et se prononcent à son sujet le baron de Férussac, Clermont-Tonnerre, Larrey et Blaze. Ainsi, Larrey voudrait que soit banni ce spectacle : « On ne saurait trop désirer de voir proscrire un jour ces sortes d’amusements que les amis de la tranquillité désapprouvent et que l’humanité condamne52. » Nos mémorialistes n’apportent rien de neuf, car ils semblent se situer dans la lignée de Fleuriot dans son Voyage de Figaro en Espagne53 et de Bourgoing dans son Tableau de l’Espagne moderne. On suppose donc – mais ils n’en disent mot – qu’ils ont désapprouvé la décision de Joseph Bonaparte d’autoriser les « corridas ». La guerre d’Espagne n’ayant pas conduit à projeter sur ce divertissement populaire un regard plus bienveillant, il faudra donc attendre la pleine époque romantique pour que ce spectacle spécifiquement espagnol trouve d’éloquents défenseurs et d’enthousiastes admirateurs.

  • 54 Denis Charles Parquin, Souvenirs et campagnes d’un vieux soldat de l’Empire, Paris, rue Notre-Dame (...)

30Parfois, au détour d’une page, entre deux récits de combats ou deux anecdotes, apparaît une notation « costumbrista » concernant les vêtements traditionnels provinciaux (Rocca, Larrey), le marché pittoresque de Madrid (Rocca), le mobilier dans l’intérieur des maisons (Lapène), les castagnettes (Parquin)54… La plupart de ces éléments figuraient déjà dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle. Ils seront repris et amplement développés dans les récits des Gautier, Mérimée, Dumas… Et lorsque les mémoires des anciens militaires sont publiés après 1823 (date de la nouvelle invasion française), ces éléments peuvent occuper une vaste place aux côtés des récits de combats et des considérations sur la guerre perdue en 1814.

  • 55 Paris, Librairie Hachette, s.d. [ca. 1859].

31C’est ce qui se passe – et on atteint là le point limite – avec les Mémoires de Blaze qui, dans son volumineux ouvrage, consacre des pages entières, non seulement à la narration de ses aventures personnelles (sentimentales, rocambolesques…), mais aussi à la description des auberges, de la nourriture, d’une voiture appelée « galera », des manières des femmes, des salutations, des fêtes, des danses, de la « corrida », des « majos »… On n’a plus affaire alors à l’Espagne en guerre – ce que faisait espérer le titre de l’ouvrage –, mais, par moments, à l’Espagne en paix, comme offerte aux touristes. Quelques-uns des mémoires cessent, à certains endroits, d’être des mémoires de guerre pour s’apparenter à des récits de voyage à l’étranger voire à des guides touristiques. Les Mémoires de Blaze, dont on répète qu’ils présentent un cas extrême, annoncent, par certains traits, l’Itinéraire descriptif, historique et artistique de l’Espagne et du Portugal de A. Germond de Lavigne55, ouvrage qui, en 1859, prendrait le relais de l’Itinéraire descriptif de l’Espagne d’Alexandre de Laborde, publié en 1808.

32Si l’on ne prenait en compte que les récits et témoignages consacrés aux épisodes militaires, on pourrait dresser une carte d’Espagne imaginaire où l’étendue de l’espace réservé à chacune des provinces serait fonction de la place variable que chacune d’elles occupe dans les récits des campagnes, des batailles et des sièges de villes. Comme l’Andalousie n’a été réellement occupée par les Français qu’en 1810, cette province se verrait attribuer un espace réduit dans cette carte imaginaire, et il en serait de même pour les provinces cantabriques, la Galice et l’Estrémadure. Paradoxalement, les provinces basques et la Catalogne figureraient modestement, alors qu’elles ont été occupées longuement par les Français, mais il est vrai que, hormis les sièges de Gérone et de Tarragone, aucun épisode militaire d’importance décisive ne s’y est déroulé. En revanche, les deux Castilles et l’Aragon, qui présentaient des enjeux militaires importants, auraient droit à un espace considérable. Cependant, s’il s’agissait de composer une autre carte imaginaire à partir des mémoires où figurent, au milieu des récits de guerre, les descriptions et les réflexions portant sur la terre (paysage, végétation, cultures…) et sur les habitants (aspects extérieurs, comportement, mentalité, culture, traditions…), la nouvelle carte d’Espagne, plus chargée de littérature, changerait d’aspect. Certes, l’Espagne septentrionale serait aussi mal représentée que précédemment, mais l’étendue de l’espace attribuable aux autres provinces serait modifiée. Le nouvel ordonnancement serait le suivant : l’Andalousie occuperait maintenant une place privilégiée ; la suivraient, mais de loin, les deux Castilles ; en troisième lieu, viendraient la Catalogne, l’Aragon et le Levant. En somme, la guerre d’Indépendance évoquée par les Français qui y ont participé et qui, ayant l’envie de prendre la plume, se plaisent ensuite à évoquer les paysages, les monuments et les habitants, assurent la promotion littéraire et médiatique, pour ainsi dire, de l’Andalousie. Elle sera plus que jamais d’actualité et à la mode au cours de l’époque romantique. L’unanimité de nos mémorialistes dans leur approche différentielle du territoire espagnol est patente.

  • 56 Léon-François Hoffmann, Romantique Espagne, op. cit., p. 19. Pour y rattacher l’évolution du regar (...)

33Néanmoins, elle se rompt – on l’a vu – quand les auteurs interprètent le prétendu « caractère espagnol ». En effet, le comportement des habitants durant la guerre provoque un clivage dans la manière de les juger : pour une large part, lorsque les mémorialistes éprouvent du ressentiment, la sauvagerie attribuée aux guérilleros ne fait qu’assombrir davantage l’image ternie déjà ancienne de la population, et la « légende noire » de l’Espagne reçoit un renfort argumenté. Au contraire, un petit nombre d’auteurs, dans le but de rendre compte avec honnêteté de leur vécu ou par désir de bannir de leur propos les stéréotypes infondés, élaborent une image valorisante, celle qu’adopteront les hispanophiles de l’époque romantique. À mon sens, Léon-François Hoffmann avait raison, voilà déjà un demi-siècle, lorsqu’il adjoignait à une citation de Suchet le commentaire suivant : « On voit donc que la guerre d’Espagne porte un coup sérieux à une idée traditionnelle : il sera, désormais, impossible aux Français d’oublier le courage, la farouche énergie et le patriotisme d’un pays que l’on s’était habitué à mépriser56. »

Notes

1 Elena Fernandez Herr, Les origines de l’Espagne romantique. Les récits de voyage, 1755-1823, Paris, Didier, 1973, p. 3.

2 Léon-François Hoffmann, Romantique Espagne. L’image de l’Espagne en France entre 1800 et 1850, Princeton (NJ)/Paris, Princeton University Press / Presses Universitaires de France, 1961.

3 Jean Baptiste Antoine Marcellin baron de Marbot, Mémoires du général baron de Marbot, Paris, Plon, 1891, tome II : Madrid – Essling – Torrès-Vedras.

4 « Mémoires du général Duhesme ou précis historique des opérations politiques et militaires pendant qu’il a commandé en chef dans la Catalogne en 1808 », in Mémoires de Duhesme, de Vaughan, de D. Maria Ric et de Contreras, Paris, chez G.-L. Michaud, 1823.

5 Gaspard de Clermont-Tonnerre, L’expédition d’Espagne, 1808-1810, Paris, Perrin, 1983.

6 Édouard Lapène, Conquête de l’Andalousie. Campagne de 1810 et 1811 dans le midi de l’Espagne, Paris / Toulouse, Anselin et Pochard / Vieusseux, 1823.

7 Nicole Gotteri (éd.), La mission de Lagarde, policier de l’Empereur, pendant la guerre d’Espagne (1809-1811). Édition des dépêches concernant la Péninsule ibérique, Paris, Publisud, 1991.

8 Jean-François Bourgoing, Tableau de l’Espagne moderne, Paris, Levrault, 1803 [1789].

9 Alexandre de Laborde, Itinéraire descriptif de l’Espagne, Paris, H. Nicolle, 1808.

10 Sébastien Blaze, Mémoires d’un apothicaire sur la guerre d’Espagne pendant les années 1808 à 1814, Paris, Ladvocat, 1828 (rééd. Genève, Slatkine, 1977).

11 N.-A. de Salvandy, Don Alonzo ou l’Espagne, Histoire contemporaine, 4 vol., Paris, Baudoin frères, 1824.

12 Louis Florimond Fantin des Odoards, Journal du général Fantin des Odoards, Paris, Plon-Nourrit, 1895.

13 Sébastien Blaze, Mémoires, op. cit., p. 300.

14 Louis Florimond Fantin des Odoards, Journal…, op. cit., p. 187.

15 Albert Jean Michel Rocca, Mémoires sur la guerre des Français en Espagne, Paris, Gide, 1814 (Monein, Éditions PyréMonde, 2008, p. 16).

16 Dominique Jean, baron Larrey, Mémoires de chirurgie militaire et campagnes, Paris, Smith, 1812-1817 (Paris, Tallandier, 2004, t. 1 : 1787-1811), p. 523.

17 Jean Nicolas Auguste Noël, Souvenirs militaires d’un officier du Premier Empire (1795-1832), Paris, Berger-Levrault, 1895, p. 88.

18 Dieudonné Paul Charles Henri Thiébault, Mémoires du général baron Thiébault, Paris, Plon, 1893-1895 (Paris, Le Livre Chez Vous, 2005, t. 1, p. 659).

19 Antoine Laurent Apollinaire Fée, Souvenirs de la guerre d’Espagne dite de l’indépendance (1809-1813), Paris, Berger-Levrault, 1856 (Recuerdos de la guerra de España, llamada de la Independencia, 1809-1813, Madrid, Ministerio de Defensa, 2007, p. 62).

20 Joseph Léopold Hugo, Mémoires du général Hugo, gouverneur de plusieurs provinces et aide-major des armées en Espagne, Paris, Ladvocat, 1823 (Paris, Excelsior, 1934, p. 272).

21 Louis Florimond Fantin des Odoards, Journal, op. cit., p. 257.

22 Antoine Laurent Apollinaire Fée, Souvenirs…, op. cit., p. 66.

23 Jean-Baptiste-Louis d’Audebard de Férussac, Coup d’œil sur l’Andalousie, précédé d’un journal historique du siège de Saragosse, Paris, Anselin et Pochard, 1823, p. 11.

24 Albert Jean Michel Rocca, Mémoires…, op. cit., p. 158.

25 Antoine Laurent Apollinaire Fée, Souvenirs…, op. cit., p. 78.

26 Gaspard de Clermont-Tonnerre, L’expédition d’Espagne…, op. cit., p. 333.

27 Jean-Baptiste-Louis d’Audebard de Férussac, Coup d’œil…, op. cit., p. 20.

28 Cf. Jean-René Aymes, « Les touches d’exotisme de l’Espagne en guerre (1808-1814) vue par des mémorialistes français et britanniques », in Philippe Meunier (dir.), De l’Espagne orientale aux représentations ibériques et ibéro-américaines de l’exotisme, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2010, p. 123-140.

29 Édouard Lapène, Conquête de l’Andalousie…, op. cit., p. 247.

30 Auguste Bigarré, Mémoires du général Bigarré, aide-de-camp du roi Joseph, Paris, Kolb, 1893 (rééd. Paris, Éditions du Grenadier, 2002, p. 258).

31 Joseph Léopold Hugo, Mémoires…, op. cit. (rééd. Paris, Cosmopole, 2001, p. 270).

32 Louis Florimond Fantin des Odoards, Journal…, op. cit., p. 198.

33 Cité par Elena Fernandez Herr, Les origines…, op. cit., p. 21.

34 Auguste Bigarré, Mémoires…, op. cit., p. 219.

35 Gaspard de Clermont-Tonnerre, L’expédition…, op. cit., p. 319 et p. 416.

36 Sébastien Blaze, Mémoires…, op. cit., p. 404-406.

37 Charles Victor d’Hautefort, Coup d’œil sur Lisbonne et Madrid en 1814, Paris, Delaunay, 1820, p. 96-100.

38 Général Foy, Histoire de la guerre de la péninsule sous Napoléon, Paris, Baudoin frères, 1827, t. 2, p. 271-273.

39 Jean-Baptiste-Louis d’Audebard de Férussac, Coup d’œil…, op. cit., p. 5.

40 Louis Gabriel Suchet, Mémoires du maréchal Suchet, duc d’Albufera sur ses campagnes en Espagne, depuis 1808 jusqu’en 1814, écrits par lui-même, Paris, Bossange, 1828 (Le Livre Chez Vous, Paris, 2002, p. 55).

41 Joseph Léopold Hugo, Mémoires, op. cit. (Paris, Excelsior, p. 241).

42 Dominique Jean, baron Larrey, Mémoires…, op. cit., p. 581.

43 Pierre François, baron Percy, Journal des campagnes du baron Percy, chirurgien en chef de la Grande Armée, publié d’après les manuscrits inédits avec une introduction par Émile Longin, Paris, Plon, 1904 (rééd. Paris, Tallandier, 2002, p. 450 et p. 444).

44 Dominique Jean, baron Larrey, Journal…, op. cit., p. 523.

45 Dieudonné Paul Charles Henri Thiébault, Mémoires (…), op. cit., t. 1, p. 659.

46 Paris, Duchesne-Leriche, 1801.

47 Cité par Elena Fernandez Herr, Les origines…, op. cit., p. 148, note 2.

48 Général Foy, Histoire de la guerre…, op. cit., t. 4, p. 136-137.

49 Louis Gabriel Suchet, Mémoires, op. cit., p. 182.

50 Jean Nicolas Auguste Noël, Souvenirs…, op. cit., p. 91.

51 Voir sur ce point l’introduction de Jean-René Aymes (éd.), L’Espagne romantique. Témoignages de voyageurs français, Paris, A.-M. Métailié, 1983, et Philippe Meunier (dir.), De l’Espagne orientale aux représentations ibériques et ibéro-américaines de l’exotisme, op. cit.

52 Dominique Jean, baron Larrey, Mémoires…, op. cit., p. 525.

53 Jean Marie Jérôme Fleuriot, marquis de Langle, Voyage de Figaro en Espagne, Saint-Malo, 1784.

54 Denis Charles Parquin, Souvenirs et campagnes d’un vieux soldat de l’Empire, Paris, rue Notre-Dame des Victoires, 1843 (éd. de Jacques Jourquin, Paris, Tallandier, 2003, p. 216).

55 Paris, Librairie Hachette, s.d. [ca. 1859].

56 Léon-François Hoffmann, Romantique Espagne, op. cit., p. 19. Pour y rattacher l’évolution du regard des Britanniques, voir par exemple Maria Antonia Lopez-Burgos del Barrio, Viajeros ingleses en España del siglo xix , Grenade, Editorial Universidad de Granada, 1989.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search