Version classiqueVersion mobile

L’invention des Midis

 | 
Nicolas Bourguinat

Des Lumières au positivisme. Cartographies mentales de l'aire méditerranéenne

La frontière de la civilisation

Royaume de Naples et Méditerranée dans les écrits des illuministi méridionaux

Alessandro Tuccillo

Texte intégral

  • 1 Sur la « maritimité » comme caractère de l’identité italienne, je me limite à renvoyer à la synthès (...)
  • 2 La marginalité commerciale, surtout pour le xviiie siècle, a été pourtant questionnée par les étude (...)
  • 3 La reprise démographique commença seulement au xviiie siècle. Sur ces thèmes et, plus en général, s (...)
  • 4 Maryline Crivello (dir.), Les échelles de la mémoire en Méditerranée (xixe-xxie siècle), Aix-en-Pro (...)

1L’imaginaire commun fait de la géographie de la péninsule italienne le facteur déterminant de l’esprit maritime inné de ses habitants. L’histoire des relations entre les Italiens et la mer révèle pourtant un rapport beaucoup plus complexe, parfois d’indifférence sinon d’hostilité. Le stéréotype du « peuple navigateur » est le prisme le plus célèbre à travers lequel certains traits propres de la période glorieuse de l’histoire maritime italienne (à savoir de l’hégémonie méditerranéenne de l’empire romain et, surtout, des marchands génois et vénitiens entre le xiiie et le xvie siècle) sont devenus les éléments constitutifs pour la définition de la « maritimité » de l’Italie projetée tout au long de son histoire1. Cette construction culturelle tranche avec la marginalité géopolitique et commerciale des anciens États italiens et des provinces italiennes de l’empire espagnol, notamment dès le xviie siècle2. Une marginalité qui fut aussi à l’origine du dépeuplement des zones côtières (menacées par les incursions barbaresques) au sein de la conjoncture démographique négative de toute la Méditerranée occidentale3. Toutefois, l’étude des formes d’auto-représentation d’une communauté nous permet de saisir l’enjeu politique des constructions identitaires. En effet, comme l’ont montré des recherches récentes qui ont abordé la question à l’échelle méditerranéenne, les connexions entre histoire, mémoire et représentations dévoilent des aspects des sociétés qui les produisent non négligeables pour les chercheurs4.

  • 5 Sur les caractères de l’Illuminismo voir ces textes de référence : Franco Venturi, Settecento rifor (...)
  • 6 Giuseppe Galasso, Il Regno di Napoli : tome II Il Mezzogiorno spagnolo (1494-1622), tome III Il Mez (...)
  • 7 Franco Venturi, « Il movimento riformatore degli illuministi meridionali », Rivista storica italian (...)
  • 8 Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida, 1992.

2Ainsi, l’étude de la réflexion sur la dimension maritime, et donc méditerranéenne, de la péninsule italienne au xviiie siècle ouvre des parcours de recherche dans le débat politique de l’époque, où cette réflexion s’intègre pleinement dans le discours réformateur typique de l’Illuminismo5. Cette étude permet aussi d’observer sur une plus longue période les élaborations qui à partir de la fin du xixe siècle ont abouti au mythe du mare nostrum dans sa déclinaison expansionniste puis, après le fascisme, de coopération privilégiée avec les autres pays de la Méditerranée. Pour cela nous allons nous concentrer sur la région la plus directement impliquée sur la scène méditerranéenne, c’est-à-dire le royaume de Naples qui, lors de la guerre de Succession de Pologne, devint en 1734 une monarchie indépendante sous une branche de la dynastie des Bourbons, après la longue période de domination espagnole (1503-1707) et autrichienne (1707-1734)6. En particulier nous allons suivre le fil rouge des représentations du royaume de Naples élaborées par les Napolitains-mêmes ou, pour mieux dire, des représentations au cœur du débat culturel et politique animé par ce que l’historien Franco Venturi a défini comme le mouvement réformateur des illuministi méridionaux7. Dès le milieu du xviiie siècle, le projet réformateur s’ancre sur la prise de conscience de la situation de sous-développement du Royaume liée à la dépendance économique des puissances étrangères, presque assimilable à une dépendance coloniale. Les illuministi s’efforcent de proposer des mesures qui auraient permis au nouvel État indépendant d’imiter, au moins en partie, les lignes de la croissance économique du Royaume-Uni ou de la France. La valorisation de la position géographique, au cœur de la Méditerranée, pouvait être la base de cette aspiration à l’émancipation. Cependant, les limites de la politique réformatrice ne permirent cette émancipation qu’à un niveau idéologique lorsque la péninsule italienne fut intégrée à l’expansion territoriale française, pendant le Triennio révolutionnaire et, plus tard, à l’intérieur du système fédératif impérial : c’est à ce moment que le Sud de l’Italie fut conçu comme une sorte de frontière de la civilisation d’où lancer un nouveau plan de conquête civilisatrice de la Méditerranée. Pour ces motifs, nous ne bornerons pas notre analyse aux limites spatiales de l’Italie méridionale ni à la chronologie conventionnelle de la fin de l’Ancien Régime. Au contraire, notre point de repère sera un des plus captivants parcours biographiques de l’émigration politique italienne à l’époque révolutionnaire8, celui du patriote salernitain Matteo Galdi (1765-1821). Il nous amènera jusqu’en Hollande en 1806, au terme d’une période de bouleversements culturels entre les deux siècles.

  • 9 Sur la conjuration de 1794 cf. : Tommaso Pedìo, Massoni e giacobini nel Regno di Napoli. Emmanuele (...)
  • 10 Pour la biographie de Galdi jusqu’à son retour à Naples en 1808 je me permets de renvoyer à mon int (...)

3Matteo Galdi naît en 1765 dans un petit village (Coperchia di Pellezzano) près de Salerne, dans le Principato Citeriore, ancienne province du royaume de Naples juste au sud de la capitale. Étudiant en droit à l’Université de Naples, il est parmi les plus jeunes représentants des illuministi méridionaux. Impliqué dans la conjuration jacobine napolitaine de 17949 et, par conséquent, poursuivi par le gouvernement bourbonien, Galdi se réfugie à Milan (« libérée » par l’armée d’Italie), où il prend part à la vie politique de la République cisalpine en se faisant partisan des positions les plus radicales. En 1799 il est chargé de la représentation diplomatique de la Cisalpine auprès de la République batave. Il reste donc à La Haye en qualité d’agent diplomatique jusqu’en 1808, toujours fidèle à son service malgré les profondes transformations institutionnelles de la Cisalpine (devenue en 1802 République italienne et en 1805 royaume d’Italie)10.

  • 11 Sur l’organisation diplomatique de la République italienne puis du royaume d’Italie, voir Arianna A (...)
  • 12 Emanuele Pigni, « Ferdinando Marescalchi. Il ministro dimenticato di Napoleone », Annali di storia (...)
  • 13 Lettre de Matteo Galdi à Ferdinando Marescalchi, La Haye, le 20 janvier 1806, Archivio di Stato di (...)

4Cette continuité de service se fonde sur un ralliement progressif à l’idéologie napoléonienne qui est bien évident dans la correspondance de Galdi avec les deux divisions du Ministère des Affaires étrangères (la première à Paris et la seconde à Milan)11. Les lettres – conservées à l’Archivio di Stato de Milan – témoignent d’une profonde adhésion au projet d’expansion de la France qui est suivi tout au long du déroulement des événements militaires. Le soutien au régime napoléonien se rapporte à la conviction que son expansion à l’extérieur des frontières de la France coïncide avec l’avancée de la modernité politique et, dans certains territoires, de la civilisation tout court. C’était une progression irrésistible selon Galdi, surtout après les victoires de la Grande Armée face aux troupes autrichiennes et russes en 1805. La paix de Presbourg (26 décembre 1805) qui suivit est donc considérée comme une stabilisation provisoire. Ce qui ne se révélera pas comme une prévision erronée, étant donné que le bouleversement des équilibres diplomatiques et militaires conduisit à la montée de Joseph Bonaparte sur le trône du royaume de Naples en février 1806. Il s’agit pour Galdi d’un événement capital qui, grâce à l’inclusion du sud de la péninsule italienne dans le système géopolitique français, aurait dû lancer définitivement l’expansion de l’Empire vers la Méditerranée. D’ailleurs, le 20 janvier 1806, lorsque la conquête de Naples était perçue comme imminente, il avait déjà écrit à Ferdinando Marescalchi (1754-1816), ministre des Affaires étrangères du royaume d’Italie résident à Paris12, que « les regards et les attentions des politiques [étaient] désormais adressés à l’Orient et au Midi de l’Europe13 ».

  • 14 Matteo Galdi, Memorie sul Mediterraneo, memoria 1, in Id., Memorie diplomatiche, op. cit., p. 119.
  • 15 Ibid., p. 123.

5Ces premières considérations seront bientôt développées par Galdi dans quatre mémoires, adressées directement à l’empereur, qu’il envoie à Marescalchi depuis La Haye entre mars et avril 1806. Les mémoires proposent un projet d’hégémonie franco-italienne destiné à exclure les Anglais et les Russes de Méditerranée. Hormis les réserves que l’on pourrait faire sur l’idée de Galdi de s’élever au rang de conseiller de la politique étrangère de Napoléon (auquel, cela va de soi, Marescalchi ne transmit jamais les mémoires), le texte est tout à fait remarquable pour la caractérisation de l’espace méditerranéen qu’il esquisse. La Méditerranée de Galdi « par sa position physique doit et peut se regarder dès ce moment-là comme un immense lac dépendant de l’Empire français et des Royaumes d’Italie14 ». Il n’est pas simplement question de l’importance stratégique des frontières méridionales de l’Empire. Selon Galdi le système fédératif impérial que Napoléon était en train de mettre en place permettait de dépasser le problème historique de l’Italie politique : la division entre plusieurs États souvent sujets à la domination étrangère. Bien que sa perspective ait eu tendance parfois à privilégier l’Italie septentrionale – et cela est bien compréhensible, étant donné son devoir d’agent diplomatique du royaume d’Italie –, il exalte la nouvelle unité nationale complétée par l’entrée du royaume de Naples dans l’orbite de l’Empire. Tous les obstacles qui, même dans le passé récent, auraient pu, par exemple, empêcher l’organisation d’une marine nationale, avaient désormais « disparu » : « Chaque bon italien doit regarder le Royaume et les Provinces italiques comme une ramification du Grand Empire français15. »

  • 16 L’utilisation du terme « régénération », typique du langage révolutionnaire, pourrait sembler impro (...)
  • 17 Ibid., memoria 4, p. 155.
  • 18 Giuseppe Galasso, « Le stéréotype du napolitain », in Id., L’autre Europe, Rome, École française de (...)
  • 19 Anna Maria Rao, « La Méditerranée : une frontière ? Le cas de Naples au xviiie siècle », in Pasi Ih (...)

6Nous sommes donc face à une méridionalité que Galdi construit autour de l’assimilation de l’Italie à la France. En cela, Naples et ses provinces continentales deviennent le lieu d’élection de la régénération16 politique et sociale déterminée par l’expansion française. De plus, l’intégration impériale fait de l’Italie méridionale un avant-poste en Méditerranée d’où déclencher la conquête de l’Afrique du Nord, de la Grèce et du Proche-Orient, considérés comme des territoires au passé illustre mais dans un « état actuel de misère et de barbarie17 ». Ainsi les mémoires fixent une opposition entre les deux côtes de la Méditerranée : entre, d’une part, un lieu ressenti, grâce à la régénération impériale, comme une frontière de la civilisation et, d’autre part, le domaine de l’altérité humaine à demi civilisée. Cette opposition reste toutefois fluide puisqu’elle s’appuie sur un dessein d’unification de la Méditerranée impériale en devenir, à savoir sur un projet d’expansion à partir de l’Italie qui développe une représentation du royaume de Naples et des Napolitains dégagée des stéréotypes négatifs qui l’avaient accompagné depuis les premiers siècles de l’époque moderne18. Carrefour d’intenses relations économiques, politiques et culturelles entre Occident et Orient qui franchissaient sans cesse la frontière liquide méditerranéenne19, Naples est élevée dans la fiction de Galdi au même rang géopolitique que Paris et Milan pour la création d’un futur espace méditerranéen unifié et homogénéisé à partir de l’Italie méridionale. En 1806, le Sud de la péninsule italienne devient donc la dernière frontière de la civilisation ; mais il s’agit d’une frontière temporaire, destinée à être bientôt déplacée au-delà des eaux qui l’entourent. Il semblerait évident que la réalité de l’expansionnisme napoléonien dicte le récit de Galdi : néanmoins, nous essayerons de montrer que cette représentation « hardie » de l’Italie méridionale, en termes d’étape achevée d’un processus de progression de la civilisation, n’est pas détachée de la réflexion politique des philosophes napolitains de la deuxième moitié du xviiie siècle.

  • 20 Franco Venturi, « Nota introduttiva » à Antonio Genovesi, in La letteratura italiana. Storia e test (...)
  • 21 Cf. Franco Venturi, « Alle origini dell’illuminismo napoletano. Dal carteggio di Bartolomeo Intieri (...)

7En 1753, Antonio Genovesi (1713-1769), le chef de file des illuministi méridionaux20, trace dans le Discours sur le vrai but des lettres et des sciences (Discorso sopra il vero fine delle lettere e delle scienze) le projet à la fois social et pédagogique de renouvellement de la culture napolitaine qui caractérisa le mouvement réformateur tout au long de son expérience historique. La démarche novatrice, dont les origines remontent à l’engagement culturel de Celestino Galiani (1681-1753) et Bartolommeo Intieri (1677-1757)21, se proposait de dépasser les sophismes de la métaphysique cultivée par la plupart des savants, de remplacer la logique par l’expérience afin de mettre les sciences de l’homme au service de la nation. À cet égard les sciences techniques et l’économie jouaient un rôle fondamental, puisqu’elles pouvaient fournir les outils de la bonne politique. Pour plaider la cause de la culture « utile », Genovesi n’hésite pas à utiliser des formes rhétoriques plutôt traditionnelles en se faisant le panégyriste des mores maiorum de la Grèce et de la Rome antiques :

  • 22 Antonio Genovesi, Discorso sopra il vero fine delle lettere e delle scienze (1753), in Id., Scritti (...)

La première et la plus ancienne philosophie des nations ne fut que de l’éthique, de l’économie, de la politique. Les premiers philosophes furent en même temps les législateurs, les pères, les catéchistes, les prêtres des nations. Leur philosophie était toute chose (tutta cose) […]. Personne encore ne se conformait à la maxime des temps suivants : que l’oisiveté était un noble et honoré métier22.

8Le Discours sur le vrai but des lettres et des sciences peut être lu comme le compendium des principes inspirateurs du cours d’économie donné par Genovesi à l’Université de Naples ; le premier cours d’économie en Italie qui débuta en 1754 grâce à l’institution de la chaire de « Commerce et mécanique » sur l’initiative d’Intieri. Le magistère de Genovesi fut ainsi l’élément déclencheur de la culture renouvelée. Un héritage vivant au moins pour deux générations d’élèves qui faisait presque coïncider l’école de Genovesi avec le mouvement réformateur des illuministi méridionaux. Le cours de Genovesi est en effet expérimental. Il se fonde sur les textes des économistes espagnols Geronimo Utzáriz et Bernardo Ulloa, des français Plumard de Dangeul, François Véron de Forbonnois, Vincent de Gournay, de l’anglais Joushua Gee, de David Hume. Mais il ne se borne pas à la théorie économique puisqu’il envisage d’élaborer un plan de réformes pour le royaume de Naples qui puisse être mené par une nouvelle classe dirigeante. Pour cet objectif Genovesi étudie les modèles d’intervention économique et leurs applications, mais aussi l’histoire économique des grandes puissances – l’Angleterre, la France, les Pays-Bas – qui dominaient les marchés. Enfin, il fallait comprendre les raisons historiques ainsi que les facteurs contextuels des réussites étrangères et des défaites napolitaines.

  • 23 Ibid., p. 27.

9La naissance en 1734 de l’État napolitain indépendant est le véritable mythe politique fondateur du projet de Genovesi. En effet, la fin de la domination espagnole et autrichienne, que Genovesi qualifie de « tristes jours de province23 », est présentée comme la condition sine qua non de la renaissance économique, politique et sociale du Royaume. Toutefois, une fois l’indépendance formelle obtenue, il manquait encore une indépendance réelle, car l’État était soumis à une dépendance surtout économique venant de l’étranger. L’effort intellectuel pour faire face à cette situation de dépendance effective produisait une double image du royaume de Naples : un territoire riche en ressources très peu exploitées à valoriser, pont naturel sur la Méditerranée, qui, en même temps, était un État dépendant des puissances étrangères, presque assimilable à une colonie.

  • 24 Ibid., p. 26.

10Genovesi exalte le royaume de Naples comme l’un des pays au monde le mieux dotés pour que les sciences puissent produire les plus grandes richesses. Dans ce cadre l’Italie méridionale deviendrait la nouvelle Attique célébrée par Xénophon dans son dernier ouvrage De vectigalibus (Sur les revenues, 355 av. J.-C.). D’après Genovesi le Royaume est « la plus belle partie de l’Europe24 » car il jouit : d’un gouvernement monarchique tempéré par les lois ; de la plus luxuriante nature de sol, d’une riche faune et d’un climat doux ; d’une considérable force démographique ; d’une aptitude à l’industrie de sa population qu’il faudrait seulement solliciter par la diffusion de la lumière des sciences parmi les paysans et les artisans. En ce qui concerne la situation géographique, notamment la position stratégique de l’Italie méridionale dans la Méditerranée, Genovesi n’a aucun doute :

  • 25 Ibid., p. 29.

Nous sommes dans un pays qui nous invite au commerce. Il est entouré par la mer, plein de ports grandioses et de baies sûres. Nous avons des nations à côté qui ont besoin de nos denrées et nous en abondons25.

11En dépit de ces avantages, le Royaume se trouvait dans une position de retard économique par rapport au reste de l’Europe dont il fallait prendre conscience afin d’élaborer les possibles solutions. Pour cela il fallait étudier les systèmes économiques les plus avancés et essayer de suivre leur démarche. Nous comprenons bien, donc, les raisons qui poussent Genovesi en 1757 à promouvoir la traduction italienne de l’Histoire du commerce de la Grande-Bretagne (An essay on the State of England, in relation to trade, its poor, and its taxes, première édition originale anglaise 1695) de John Cary, marchand, politique et économiste d’orientation mercantiliste anglais ; c’était un livre où l’on pouvait retrouver les étapes du développement commercial anglais. Genovesi accompagne le texte (traduit par son frère Pietro Genovesi à partir de la traduction française de Georges-Marie Butel-Dumont, Essai sur l’état de commerce de l’Angleterre, 1755) de longues notes et de trois essais dans lesquels il rapporte les dynamiques abordées par Cary à la théorie générale de l’économie, et les compare au contexte napolitain.

  • 26 Antonio Genovesi, Storia del commercio della Gran Bretagna scritta da John Cary […], in Id., Scritt (...)
  • 27 Ibid., p. 162.

12Ainsi, dans le Raisonnement sur le commerce en universel (Ragionamento sul commercio in universale), qui sert d’introduction à l’Histoire de Cary, Genovesi concentre son attention sur les démarches suivies par les anglais pour établir leur riche et solide commerce. Toutefois, l’argumentation est toujours liée aux mesures à adopter pour améliorer le commerce extérieur du royaume de Naples. Ainsi, l’éloge de la politique commerciale anglaise fondée sur l’exportation des produits finis au lieu des matières premières, correspond à la proposition d’une mesure concrète de politique économique : les grandes exportations de laine et de soie brutes faites normalement par les Napolitains devaient se convertir en exportations de produits manufacturés, en favorisant la mise en place d’usines dans le royaume26. Genovesi croit fermement à la possibilité que Naples puisse se créer un espace d’autonomie économique et, à ce propos, il réfute les arguments de ceux qui estimaient les équilibres du commerce international figés dans des rapports de subordination. De son point de vue les conservateurs étaient coupables de ne pas tenir compte des possibilités dérivant des réformes. À l’égard d’une telle approche Genovesi exprime un jugement sévère : « Je ne peux pas croire qu’ils parlent sérieusement, parce qu’ils savent, ou ils devraient savoir, que la bonne fortune naît des bons ordres27. »

  • 28 Cf. Anna Maria Rao, « Il riformismo borbonico a Napoli », in Storia della societa italiana, vol. XI (...)
  • 29 Antonio Genovesi, Delle lezioni di commercio o sia di economia civile da leggersi nella Cattedra In (...)
  • 30 Ibid., ch. IX, paragr. XVI, p. 404 (l’italique est de Genovesi).
  • 31 Ibid., p. 405 (les capitales sont de Genovesi).
  • 32 J’ai développé ces aspects du débat politique des illuministi méridionaux dans : Alessandro Tuccill (...)

13Bref, le royaume de Naples lui apparaît un territoire riche en ressources, à valoriser par l’intermédiaire d’une politique éclairée ; mais aussi comme un État paralysé dans son sous-développement à cause des échanges commerciaux inégaux imposés par les puissances étrangères. Cette double représentation s’ancre sur la prise de conscience de la situation de dépendance économique du Royaume comme condition nécessaire pour l’élaboration d’un plan de développement. Cette double représentation s’ancre sur la prise de conscience de la situation de dépendance économique du Royaume comme condition nécessaire pour l’élaboration d’un plan de développement. Ce n’est pas par hasard que, face aux obstacles qui s’étaient imposés aux premières tentatives de réformes28, cette condition de dépendance devient la matière à réflexion privilégiée par Genovesi. Dans les Leçons de commerce (Lezioni di commercio), dont l’édition définitive est posthume (1768-1770), la « nation » napolitaine est définie sans ménagement « sotte et esclave29 ». Ainsi, il compare explicitement le possible processus d’émancipation à travers les réformes souhaitées pour le royaume de Naples avec celui qu’il esquisse à propos des colonies européennes en Amérique. Les pays qui voulaient s’émanciper devaient suivre la « maxime » selon laquelle « dans tous les arts, soit primaires soit secondaires, […] le pays ne dépende des étrangers que le moins qu’il soit possible30 ». Étant donné que le royaume de Naples ne pouvait pas se soustraire à l’importation de métaux et de denrées coloniales, la politique devait agir où il y avait des espaces d’intervention. Se rendre indépendants dans les manufactures de laine, lin, chanvre, soie n’aurait pas signifié d’emblée l’indépendance, mais – affirme d’une façon péremptoire Genovesi – « cela serait le cas de la règle commune, dépendez le moins possible : sans cette règle on ne peut pas bien vivre dans aucun pays31 ». À partir de ces considérations nous saisissons l’importance dans le débat politique napolitain des thèmes de la conquête et des rapports de subordination parmi les peuples. L’étude des dynamiques de dépendances instaurées par la colonisation européenne est donc tout à fait intégrée dans le projet réformateur de Genovesi : si les colonies anglaises au nord de l’Amérique semblaient pouvoir s’émanciper, un État formellement souverain et autonome comme le royaume de Naples pouvait encore plus s’engager dans un processus vertueux d’indépendance économique32.

  • 33 Lettre d’Antonio Genovesi à Michele Torcia, Naples, le 12 septembre 1763, in Antonio Genovesi, Auto (...)
  • 34 Charles de Bourbon laissa le trône de Naples pour le trône d’Espagne en 1759. En raison de la minor (...)

14Même dans sa correspondance, Genovesi insiste sur sa vision du royaume de Naples et de la culture napolitaine. Le 12 septembre 1763 il écrit à son ancien élève Michele Torcia (qui était à La Haye en qualité de secrétaire du ministre plénipotentiaire napolitain en Hollande) une lettre dans laquelle il juge le niveau du débat politique et de la production éditoriale napolitaine tout à fait comparable à celui des pays septentrionaux : « Ici [à Naples] on fait comme partout des bonnes choses, des médiocres, des mauvaises. Il y a, comme en Hollande, des grands hommes, des médiocres et des coui… ns. Mais soyez toujours sûr qu’un seul cerveau italien vaut cent de ceux du Nord, dans lesquels le sang circule lentement33. » Ensuite, le 14 novembre de la même année, il exalte le renouvellement de la culture napolitaine dans la nouvelle conjoncture politique du règne des Bourbons et de la future montée sur le trône de Ferdinand (fils de Charles III d’Espagne) qui à l’époque était encore mineur34 :

  • 35 Lettre d’Antonio Genovesi à Michele Torcia, Naples, le 14 novembre 1763, in Antonio Genovesi, Autob (...)

Nous sommes dans l’état de briller de plus en plus […] Son règne [de Ferdinand], que tous les bons désirent long et bienheureux, sera une époque heureuse pour les lettres, les arts, les mœurs, le gouvernement […]. Les voisins nous envient et nous regardent avec suspicion et par aventure ils chercheront à arrêter un si beau cours. Mais je place toute ma confiance dans la force de la nature et dans les lumières du siècle35.

  • 36 Anna Maria Rao, « Un “letterato faticatore” nell’Europa del Settecento : Michele Torcia (1736-1808) (...)
  • 37 Sur les incursions barbaresques dans l’Italie méridionale voir Mirella Mafrici, Mezzogiorno e pirat (...)

15« Force de la nature » et « Lumières du siècle » sont effectivement les piliers de la logique de représentation de l’Italie méridionale élaborée par Genovesi. Ce schéma fut amendé et reformulé par ses élèves et par l’ensemble du milieu de la culture des Lumières napolitaines, mais il resta au cœur du débat politique, puisqu’il était au fond du projet réformateur. Nous retrouvons ce sentiment commun de revalorisation des potentialités physiques et culturelles du royaume de Naples à tous niveaux de la production éditoriale : politique, économique, juridique et historique. Dans les écrits de Michele Torcia (1736-1808) lui-même, par exemple, qui fustigent les stéréotypes négatifs diffusés par les voyageurs et par les diplomates étrangers qui étaient passés par Naples36, mais aussi dans les ouvrages les plus représentatifs des illuministi méridionaux où l’affirmation de la dimension maritime du Royaume affleure comme élément incontournable. Cette affirmation passait surtout par la défense des routes commerciales maritimes, donc par la nécessité de se douer d’une marine militaire afin de protéger les navires marchands des attaques des pirates barbaresques37.

  • 38 Franco Venturi, « Gaetano Filangieri », in Id., Europe des Lumières. Recherches sur le 18e siècle, (...)
  • 39 Gaetano Filangieri, La scienza della legislazione (1780-1791), éd. de Vincenzo Ferrone, Venise / Ma (...)
  • 40 Ibid., p. 193.
  • 41 Ibid., p. 193, note f.
  • 42 Voir Franco Venturi, « Nota introduttiva » à Giuseppe Maria Galanti, in La letteratura italiana…, R (...)
  • 43 Giuseppe Maria Galanti, Della descrizione geografica e politica delle Sicilie (éd. 1793-1794), éd. (...)

16En 1780, Gaetano Filangieri (1752-1788), penseur de référence pour la dernière génération du mouvement réformateur méridional38, dans le deuxième livre de La science de la législation (La scienza della legislazione), écrit que tout pays qui a le bonheur d’être baigné par la mer doit « ou renoncer à son propre commerce, ou entretenir sur cet élément des forces capables de garantir le pouvoir de police et la liberté générale39 ». Il ajoute que, si les États européens méditerranéens « eussent bien senti toute l’insolence d’une force navale, l’insolent pavillon des puissances barbaresques ne troublerait pas leur commerce, ni exposerait à tant de dangers l’industrie de leurs citoyens40 ». Il s’agissait d’une mesure fondamentale que Filangieri ne manque pas de rapporter à la situation politique napolitaine qu’il juge positivement : « Il paraît que ces vérités ne sont plus inconnues aux gouvernements. […] Ma patrie ne sera plus la dernière à profiter de tant d’avantages41. » Quelques années plus tard, Giuseppe Maria Galanti (1743-1806)42 dans sa Description géographique et politique des Siciles (Della descrizione geografica e politica delle Sicilie) inscrit sur le plan des données matérielles les arguments abordés par Filangieri. En 1794 il pose encore la question du décalage entre l’excellente position géographique du royaume de Naples et la dépendance du commerce étranger. Il fait aussi un premier bilan de la période réformatrice : les traités commerciaux et les mesures à l’appui de la navigation et du commerce sont évalués positivement, mais il fallait encore en attendre les résultats. Notamment, Galanti lie le possible développement du commerce maritime napolitain à l’imposition par la force du respect des traités avec les barbaresques. L’analyse lucide cherche les raisons de la non-utilisation de la force non seulement dans la faiblesse de la marine royale, mais dans les intérêts des étrangers qui profitent de la situation pour entraver l’affirmation du royaume de Naples sur la scène méditerranéenne : « Il n’y aurait pas une guerre plus juste que celle contre les pirates ; mais ils n’ont pas été détruits parce que les nations qui commercent dans la Méditerranée ont intérêt à leur existence43. »

  • 44 Voir Franco Venturi, « Nota introduttiva » à Giuseppe Palmieri, in La letteratura italiana…, Riform (...)

17Ce sentiment de revanche face aux puissances étrangères (que Galanti associe à la question de la course barbaresque en Méditerranée) avait déjà fait l’objet de longs développements dans les pages d’un autre disciple de Genovesi : Giuseppe Palmieri (1721-1793)44. Lorsqu’en 1788 Palmieri publie ses Réflexions sur la félicité publique concernant le royaume de Naples (Riflessioni sulla pubblica felicità relativamente al Regno di Napoli) il est membre du Supremo Consiglio delle Finanze. Cette magistrature représenta la tentative la plus avancée de la monarchie bourbonienne d’adopter les propositions de réformes élaborées par les illuministi. Palmieri fonde donc ses réflexions sur une connaissance directe des problèmes de l’économie napolitaine. Or, à partir de son expérience d’administrateur, il formule, dans un chapitre consacré aux moyens d’accroître la richesse nationale, un réquisitoire très sévère de la domination économique et, au sens large, culturelle subie par les Napolitains :

  • 45 Giuseppe Palmieri, Riflessioni sulla pubblica felicità relativamente al Regno di Napoli. Seconda ed (...)

Je ne crois pas qu’il y ait une domination plus respectée et plus puissante de celle que les Étrangers exercent sur nous-mêmes. Ils décident de comment nous devons nous habiller, comment nous devons manger, et ils veulent que nous nous approvisionnions de tous les produits de leur Pays. Notre obéissance ne peut pas être plus aveugle, ni notre esclavage plus honteux45.

  • 46 Giuseppe Palmieri, Riflessioni…, p. 314.
  • 47 Ibid., p. 331.

18La solution proposée par Palmieri pour sortir de cette situation est toute proche de la proposition de Genovesi : « Si nous aimons la nouveauté, la variété, les modes – se demande Palmieri – est-ce qu’il manque, par hasard, dans notre Pays, les talents frivoles et puérils propres à de telles choses46 ? ». Autrement dit, comme l’avait suggéré Genovesi, il fallait transformer les exigences d’importation en opportunité pour stimuler la production intérieure. Ainsi Palmieri suit ici son maître dans la représentation du royaume de Naples et souligne les difficultés du processus réformateur qui, à la fin des années 1780, n’avait pas permis d’abolir de dépendance vis-à-vis de l’étranger. L’Italie méridionale « sotte et esclave » de Genovesi, presque assimilable à une colonie, transparaît aussi dans les écrits de Palmieri comme un territoire peuplé par des “esclaves”. Il ne restait qu’à espérer « que les étrangers se contentent de ne pas nous traiter d’Indiens47 ».

  • 48 Cf. Anna Maria Rao, « Napoli e la Rivoluzione (1789-1794) », Prospettive settanta, 7, 1985, p. 403- (...)

19Les obstacles à la réalisation des réformes qui auraient pu libérer le royaume de Naples du joug étranger semblaient presque se renforcer aux regards de Palmieri et Galanti, même si leur confiance dans l’attitude réformatrice du roi Ferdinand IV restait inchangée. En revanche, l’initiative réformatrice fut bien au-dessous des attentes des philosophes, notamment pendant les années 1790, lorsque la monarchie, face aux troubles révolutionnaires qui commençaient à atteindre aussi Naples, choisit la répression de toute volonté de changement48. Néanmoins, la représentation du royaume de Naples qui aspirait à en affirmer la dimension maritime méditerranéenne ne fut pas exclue du débat politique.

  • 49 Anna Maria Rao, « L’espace méditerranéen dans la pensée et les projets politiques des patriotes ita (...)

20Au contraire, après la période réformatrice, elle se retrouve tout d’abord dans les nouvelles représentations géopolitiques révolutionnaires et, plus tard, comme nous l’avons vu plus haut, dans le cadre de l’expansionnisme napoléonien. Galdi est encore le meilleur point de repère pour saisir ces évolutions dans les débats qui se déroulaient désormais à l’extérieur du Royaume, à l’abri de la censure bourbonienne. Dans ses écrits conçus lors de l’activité politique menée à Milan (1796-1799), le modèle progressif réformateur se dissout dans les eaux d’une Méditerranée libre et ouverte régénérée par la Révolution49. À La Haye en 1806, Galdi concevait dans le texte des mémoires adressés à Napoléon son projet de colonisation franco-italienne de l’Afrique du Nord et du Proche Orient dans un présent marqué par les victoires de la Grande Armée. Ces visions reflètent les contextes politiques de référence, mais elles réservent à l’Italie méridionale la même perspective d’élévation au rang d’un protagoniste de premier plan sur la scène méditerranéenne. En effet, que cela soit inspiré par l’universalisme révolutionnaire ou par l’idéologie impériale, la « touche thaumaturgique » de l’expansion française permettait en tout cas d’achever au moins au niveau strictement idéologique le projet du mouvement réformateur. La double représentation du royaume de Naples élaborée par Genovesi, de territoire à valoriser et à rendre indépendant, se trouvait unie dans la construction toute politique du déplacement vers le sud de l’Italie de la frontière de la civilisation. Ainsi, d’emblée, les obstacles au dégagement des potentialités du Royaume disparaissaient par la seule inclusion dans l’orbite française, sans s’appuyer sur aucune reprise socioéconomique effective : les difficultés à construire une marine efficace, la domination anglaise des routes commerciales, la course barbaresque. Visionnaire, et évidemment voué à l’échec, le projet de Galdi reste toutefois révélateur de son époque et témoigne d’une phase politique où la valorisation de la maritimité italienne commence son long parcours.

  • 50 Antonino De Francesco, Vincenzo Cuoco. Una vita politica, Rome-Bari, Laterza, 1997.

21D’ailleurs son discours n’était pas isolé. Tandis que Galdi envoyait ses mémoires à Marescalchi, Vincenzo Cuoco (1770-1823)50, dans un article très dense publié dans le Giornale italiano, faisait de l’unification italienne sous l’étendard de « Napoléon le grand » le coup mortel à l’hégémonie anglaise du commerce en Méditerranée. Ce commerce pouvait désormais être réparti entre ses titulaires naturels, à savoir l’Italie, la France et l’Espagne. Après la renaissance de l’Italie

  • 51 Giornale italiano, janvier 1806, in Vincenzo Cuoco, Scritti giornalistici. Periodo milanese 1801-18 (...)

les Anglais ne seront plus les maîtres de la Méditerranée. Il n’y aura plus de telle Puissance qui a intérêt à laisser la Grèce et le Levant dans la dégradation de la barbarie ; l’Égypte renaîtra : il sera aisément accompli le dessin du grand homme que la nature a placé comme l’arbitre et le réorganisateur de l’Europe51.

22Cette position anti-anglaise en faveur d’une Méditerranée franco-hispano-italienne était le résultat d’une reconstitution de l’histoire des dominations qui s’étaient succédé en Méditerranée depuis l’Antiquité. L’hégémonie romaine et celle de Venise et de Gênes depuis l’époque médiévale jusqu’au xvie siècle servaient à Cuoco de mythe fondateur de la maritimité italienne et, par conséquent, de justification de son destin naturel à jouer un rôle important sur la scène méditerranéenne. Il s’agit d’une démarche tout à fait comparable à celle de Galdi. Tous les deux avaient trouvé dans la figure de Napoléon le maître d’œuvre possible d’une représentation de la péninsule italienne (et notamment de sa partie méridionale) assumant sa dimension géographique. Pour sa part, Galdi ajoutait à la construction de la méridionalité impériale l’élément de la colonisation régénératrice qui, à partir du royaume de Naples de Joseph Bonaparte, lançait vers l’autre rive de la Méditerranée l’expansion à venir de la frontière de la civilisation.

  • 52 Renato Sòriga, « L’avvenire mediterraneo d’Italia secondo la mente d’un “patriota” del 1794 », Rass (...)

23En 1929, à Naples, au cours de son intervention au dix-septième Congrès de la Società nazionale per la storia del Risorgimento, l’historien nationaliste Renato Sòriga saluait « l’esprit prophétique » des quatre mémoires de Galdi qui venaient d’être retrouvées aux Archives de Milan. Il exaltait le « sentiment méditerranéen instinctif de sa souche » qui, à son avis, avait inspiré l’expérience politique de Galdi : « Personne ne pourra lui dénier le mérite d’avoir entrevu, parmi les premiers, dans la nuit obscure de sa patrie qui n’était pas encore née, les premiers rayons de sa nouvelle aube52. » Dans une période où l’Italie fasciste aspirait à l’hégémonie méditerranéenne, Galdi devenait un noble précurseur du mythe du mare nostrum dans sa déclinaison la plus agressive. Il est remarquable que cette lecture tout à fait arbitraire proposée par Sòriga marginalisait l’assimilation à la France impériale qui était au cœur du projet politique des mémoires. Encore une fois, l’élaboration du rapport « naturel » entre les Italiens et la Méditerranée cherchait ses repères pour la construction du présent.

Notes

1 Sur la « maritimité » comme caractère de l’identité italienne, je me limite à renvoyer à la synthèse de Paolo Frascani, Il mare, Bologne, Il Mulino, 2008. Plus généralement, sur la notion de « maritimité », néologisme qui indique « la variété des façons de s’approprier la mer, en insistant sur celles qui s’inscrivent dans le registre des préférences, des images, des représentations et des identités », voir François Péron et Jean Rieucau (dir.), La maritimité aujourd’hui, Actes du Colloque de Paris, 25-26 novembre 1991, Paris, L’Harmattan, 1996 (citation tirée de la contribution de Jean Rieucau, « Sociétés maritimes et sociétés littorales : quelle maritimité », p. 29-51 : ici, p. 30).

2 La marginalité commerciale, surtout pour le xviiie siècle, a été pourtant questionnée par les études qui ont insisté sur les limites d’une vision de la Méditerranée occidentale moderne renfermée dans le paradigme de la « décadence » : Biagio Salvemini (dir.), Lo spazio tirrenico nella “Grande trasformazione”. Merci, uomini e istituzioni nel Settecento e nel primo Ottocento, Bari, Edipuglia, 2009 ; Id., « Negli spazi mediterranei della “decadenza”. Note su istituzioni, etiche e pratiche mercantili della tarda età moderna », Storica, 51, 2011, p. 7-51 ; Annastella Carrino et Biagio Salvemini, « Come si costruisce uno spazio mercantile : il Tirreno nel Settecento », Studi storici, 53, 2012, p. 47-73.

3 La reprise démographique commença seulement au xviiie siècle. Sur ces thèmes et, plus en général, sur les dynamiques politiques, économiques et sociales caractérisant la Méditerranée à l’époque médiévale et moderne, cf. Jean Charpentier et François Lebrun (dir.), Histoire de la Méditerranée, Paris, Le Seuil, 2001 [1998], p. 164-306.

4 Maryline Crivello (dir.), Les échelles de la mémoire en Méditerranée (xixe-xxie siècle), Aix-en-Provence, Actes Sud/MMSH, 2010 ; La réinvention du « lien » en Méditerranée. Figures, formes, métamorphoses, Colloque de Marrakech, 1-3 mars 2011 (à paraître).

5 Sur les caractères de l’Illuminismo voir ces textes de référence : Franco Venturi, Settecento riformatore, Turin, Einaudi, 1969-1990, 5 vol. ; Dino Carpanetto et Giuseppe Ricuperati, L’Italia del Settecento. Crisi, Trasformazioni, Lumi, Rome-Bari, Laterza, 2008 [Londres, 1984].

6 Giuseppe Galasso, Il Regno di Napoli : tome II Il Mezzogiorno spagnolo (1494-1622), tome III Il Mezzogiorno spagnolo e austriaco (1622-1734), tome IV Il Mezzogiorno borbonico e napoleonico (1734-1815), Turin, UTET, 2005-2007.

7 Franco Venturi, « Il movimento riformatore degli illuministi meridionali », Rivista storica italiana, 74, 1962, p. 5-26. Voir aussi Giuseppe Galasso, La filosofia in soccorso de’ governi. La cultura napoletana del Settecento, Naples, Guida, 1989 et Girolamo Imbruglia (dir.), Naples in the Eighteenth Century. The Birth and Death of a Nation State, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

8 Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida, 1992.

9 Sur la conjuration de 1794 cf. : Tommaso Pedìo, Massoni e giacobini nel Regno di Napoli. Emmanuele De Deo e la Congiura del 1794, Bari, Levante, 1986 [1976] ; Anna Maria Rao, « Conspiration et constitution : Andrea Vitaliani et la République napolitaine de 1799 », Annales historiques de la Révolution française, no 313, 1998, p. 545-573.

10 Pour la biographie de Galdi jusqu’à son retour à Naples en 1808 je me permets de renvoyer à mon introduction à Matteo Galdi, Memorie diplomatiche, éd. d’Alessandro Tuccillo, Naples, Guida, 2008, p. 5-71. Sur la République Cisalpine et ses évolutions institutionnelles pendant l’époque napoléonienne, voir Carlo Zaghi, L’Italia di Napoleone dalla Cisalpina al Regno, Turin, UTET, 1986.

11 Sur l’organisation diplomatique de la République italienne puis du royaume d’Italie, voir Arianna Arisi Rota, Diplomazia nell’Italia napoleonica. Il Ministero delle Relazioni Estere dalla Repubblica al Regno (1802-1814) (Il Risorgimento, Quaderni no 10), 1998.

12 Emanuele Pigni, « Ferdinando Marescalchi. Il ministro dimenticato di Napoleone », Annali di storia moderna e contemporanea, I, 1995, p. 237-248.

13 Lettre de Matteo Galdi à Ferdinando Marescalchi, La Haye, le 20 janvier 1806, Archivio di Stato di Milano, I Divisione Affari Esteri (Parigi), Archivio Marescalchi, cartella 144 (Batavie), dossier 1, n. 6527/365 (la traduction en français du passage de la lettre et de toutes les citations des sources en italien qui suivent sont les miennes).

14 Matteo Galdi, Memorie sul Mediterraneo, memoria 1, in Id., Memorie diplomatiche, op. cit., p. 119.

15 Ibid., p. 123.

16 L’utilisation du terme « régénération », typique du langage révolutionnaire, pourrait sembler impropre pour la période impériale. En revanche, c’est Galdi lui-même qui a transposé ce concept au projet impérial méditerranéen qui se devait d’être « actif et régénérateur » (ibid., p. 128).

17 Ibid., memoria 4, p. 155.

18 Giuseppe Galasso, « Le stéréotype du napolitain », in Id., L’autre Europe, Rome, École française de Rome, 1992 [Turin, 1982].

19 Anna Maria Rao, « La Méditerranée : une frontière ? Le cas de Naples au xviiie siècle », in Pasi Ihalainen et alii (dir.), Boundaries in the Eighteenth Century – Frontières au dix-huitième siècle (Revue internationale d’études sur le dix-huitième siècle, 1, 2007), p. 91-107 ; Id., « Napoli e il Mediterraneo : frontiera d’Europa ? », in Franco Salvatori (dir.), Il Mediterraneo delle città : scambi, confronti, culture, rappresentazioni, Rome, Viella, 2008, p. 15-53.

20 Franco Venturi, « Nota introduttiva » à Antonio Genovesi, in La letteratura italiana. Storia e testi, vol. 46, Illuministi italiani, t. 5, Riformatori napoletani, Naples et Milan, Ricciardi, 1962, p. 3-46 ; Id., Settecento riformatore, I, Da Muratori a Beccaria, Turin, Einaudi, 1998 [1969], p. 523-644 ; Elugero Pii, Antonio Genovesi. Dalla politica economica alla « politica civile », Firenze, Olschki, 1984.

21 Cf. Franco Venturi, « Alle origini dell’illuminismo napoletano. Dal carteggio di Bartolomeo Intieri », Rivista storica italiana, 71, 1959, p. 416-456 ; Vincenzo Ferrone, Scienza natura religione. Mondo newtoniano e cultura italiana nel primo Settecento, Naples, Jovene, 1982 (tr. ang. The Intellectual Roots of the Italian Enlightenement, Atlantic Highlands (NJ), Humanities Press, 1995).

22 Antonio Genovesi, Discorso sopra il vero fine delle lettere e delle scienze (1753), in Id., Scritti economici, éd. de Maria Luisa Perna, 2 vol., Naples, Istituto italiano per gli studi filosofici, 1984, t. 1, p. 7-57, en particulier ici p. 14-15.

23 Ibid., p. 27.

24 Ibid., p. 26.

25 Ibid., p. 29.

26 Antonio Genovesi, Storia del commercio della Gran Bretagna scritta da John Cary […], in Id., Scritti economici, op. cit., I-II, p. 111-868 : p. 154-155.

27 Ibid., p. 162.

28 Cf. Anna Maria Rao, « Il riformismo borbonico a Napoli », in Storia della societa italiana, vol. XII., Il secolo dei lumi e delle riforme, Milan, Teti, 1989, p. 215-290.

29 Antonio Genovesi, Delle lezioni di commercio o sia di economia civile da leggersi nella Cattedra Intieriana (1768-1770), in Id., Delle lezioni di commercio o sia di economia civile con Elementi del commercio, éd. de Maria Luisa Perna, Naples, Istituto italiano per gli studi filosofici, 2005, ch. VIII, paragr. XXVIII, p. 394.

30 Ibid., ch. IX, paragr. XVI, p. 404 (l’italique est de Genovesi).

31 Ibid., p. 405 (les capitales sont de Genovesi).

32 J’ai développé ces aspects du débat politique des illuministi méridionaux dans : Alessandro Tuccillo, Il commercio infame. Antischiavismo e diritti dell’uomo nel Settecento italiano, Naples, ClioPress - Dipartimento di Studi Umanistici, Università di Napoli - Federico II, 2013. Voir aussi mon article : « Antiesclavagisme sans colonies : Illuminismo et esclavage colonial », Dixhuitième siècle, 45, 2013, p. 178-197.

33 Lettre d’Antonio Genovesi à Michele Torcia, Naples, le 12 septembre 1763, in Antonio Genovesi, Autobiografia, lettere e altri scritti, éd. de Gennaro Savarese, Milano, Feltrinelli, 1962, p. 155-157 : p. 156.

34 Charles de Bourbon laissa le trône de Naples pour le trône d’Espagne en 1759. En raison de la minorité de son fils Ferdinand, la Régence du pouvoir souverain à Naples dura de 1759 à 1767.

35 Lettre d’Antonio Genovesi à Michele Torcia, Naples, le 14 novembre 1763, in Antonio Genovesi, Autobiografia, lettere…, op. cit., p. 157-158.

36 Anna Maria Rao, « Un “letterato faticatore” nell’Europa del Settecento : Michele Torcia (1736-1808) », Rivista storica italiana, 107, 1995, p. 647-726.

37 Sur les incursions barbaresques dans l’Italie méridionale voir Mirella Mafrici, Mezzogiorno e pirateria nell’età moderna (secoli xvi-xviii), Naples, ESI, 1995.

38 Franco Venturi, « Gaetano Filangieri », in Id., Europe des Lumières. Recherches sur le 18e siècle, La Haye-Paris, Mouton-EPHE, 1971, p. 193-250 [Turin. 1962] ; Vincenzo Ferrone, La politique des Lumières. Constitutionnalisme, républicanisme, droits de l’homme, le cas Filangieri, Paris, L’Harmattan, 2009 [Naples, 2002].

39 Gaetano Filangieri, La scienza della legislazione (1780-1791), éd. de Vincenzo Ferrone, Venise / Mariano del Friuli, Centro studi sull’Illuminismo europeo G. Stiffoni / Edizioni della Laguna, 2004 [2003], t. 2, ch. 26, p. 192.

40 Ibid., p. 193.

41 Ibid., p. 193, note f.

42 Voir Franco Venturi, « Nota introduttiva » à Giuseppe Maria Galanti, in La letteratura italiana…, Riformatori napoletani, op. cit., p. 941-983.

43 Giuseppe Maria Galanti, Della descrizione geografica e politica delle Sicilie (éd. 1793-1794), éd. de Franca Assante et Domenico Demarco, Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, 1969, t. 2, livre V, chap. 6, p. 188.

44 Voir Franco Venturi, « Nota introduttiva » à Giuseppe Palmieri, in La letteratura italiana…, Riformatori napoletani, op. cit., p. 1085-1114.

45 Giuseppe Palmieri, Riflessioni sulla pubblica felicità relativamente al Regno di Napoli. Seconda edizione dall’autore accresciuta, Naples, Vincenzo Flauto, 1788, p. 314. Dans ses carnets rédigés au début du xixe siècle, cette idée est rapportée par Galanti à l’ensemble de l’Italie : la « pauvre Italie », écrit Galanti, était « esclave des étrangers » (Giuseppe Maria Galanti, Pensieri vari e altri scritti della tarda maturità (1801-1805), éd. d’Augusto Placanica, Cava de’ Tirreni, Di Mauro, 2000, p. 102 (pensée 88, All’Italia)).

46 Giuseppe Palmieri, Riflessioni…, p. 314.

47 Ibid., p. 331.

48 Cf. Anna Maria Rao, « Napoli e la Rivoluzione (1789-1794) », Prospettive settanta, 7, 1985, p. 403-476.

49 Anna Maria Rao, « L’espace méditerranéen dans la pensée et les projets politiques des patriotes italiens : Matteo Galdi et la “république du genre humain” », in Marcel Dorigny et Rachida Tlili Sellaouti (dir.), Droits des gens et relations entre les peuples dans l’espace méditerranéen autour de la Révolution française, Paris, Société des Études Robespierristes, 2006, p. 115-137.

50 Antonino De Francesco, Vincenzo Cuoco. Una vita politica, Rome-Bari, Laterza, 1997.

51 Giornale italiano, janvier 1806, in Vincenzo Cuoco, Scritti giornalistici. Periodo milanese 1801-1806, éd. de Maurizio Martirano, Naples, Fridericiana Editrice Universitaria, 1999, p. 541-553, ici p. 553.

52 Renato Sòriga, « L’avvenire mediterraneo d’Italia secondo la mente d’un “patriota” del 1794 », Rassegna storica del Risorgimento, 17, 1930, p. 88-90.

Auteur

Università degli studi di Napoli « L’Orientale ». Les recherches dont cet article est issu ont été effectuées dans le cadre d’un post-doctorat de l’Université de Provence-MMSH en 2010-2011 (projet Les Lumières dans la Méditerranée / La Méditerranée dans les Lumières : représentations de l’Italie méridionale (xviiie siècle-xxie siècle)). Une première parution de ce texte a eu lieu dans Rives Méditerranéennes, no 49, 2014, p. 159-174.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search