Version classiqueVersion mobile

L’invention des Midis

 | 
Nicolas Bourguinat

Des Lumières au positivisme. Cartographies mentales de l'aire méditerranéenne

L’invention de la Corse par les voyageurs britanniques : James Boswell et quelques autres (1764-1769)

Francis Beretti

Texte intégral

1. Les origines de la découverte de la Corse, 1732-1763

  • 1 Journal historique de la république des lettres, juillet-août 1733, p. 151-156. Voir Francis Beret (...)

1Avant les années 1730, la Corse est une terra incognita aux yeux des Européens du Nord-Ouest. En 1732, l’auteur de Historie van Corsicae, la première histoire de la Corse publiée depuis 1594, dans sa préface citée et traduite par un rédacteur du Journal de la république des Lettres, se plaint que « l’Isle de Corse nous soit aussi inconnue que le Japon et la Californie1 ». On trouve bien quelques rubriques sur l’île dans des dictionnaires, tels que ceux de Moréri, de Maty, de Trévoux, et de Thomas Corneille, mais leurs sources remontent aux origines de l’ère chrétienne ! À partir de 1730, éclatent les premières manifestations de la révolte des Corses contre la domination de la République de Gênes. Deux chefs corses sont proclamés généraux de la nation. Un congrès de théologiens est organisé dans le couvent d’Orezza, initiative qui sera saluée par Rousseau dans son Projet de constitution pour la Corse : « Où sont les princes qui s’avisent d’assembler les théologiens pour consulter si ce qu’ils veulent entreprendre est légitime ? » Les Génois sont contraints de faire appel aux troupes de l’empereur germanique pour mater cette première révolte. Entre temps, les chefs corses avaient décidé d’écrire une « lettre des Corses à tous leurs compatriotes dispersés hors de l’île ». Cette lettre, diffusée aux quatre coins de l’Europe, arrive dans les bureaux d’une gazette londonienne, le Fog’s Weekly Journal, dans laquelle elle est publiée en 1732 sous le titre de « Un curieux document ». De la rhétorique tendant à justifier la révolte des insulaires face aux abus des Génois qui ont rompu tous leurs contrats de gouvernement, retenons un effet qui sera repris trente ans plus tard. Les auteurs de la lettre rejettent la représentation de malviventi et de rebelles que Gênes veut donner d’eux et ils se proclament les descendants des anciens Corses dont Jules César faisait l’éloge : « Vaincre en combattant, ou mourir » (Seu vincendum belligerendo, seu moriendum).

2En 1736, un autre curieux événement défraie la chronique. Un aventurier originaire de Westphalie, Théodore de Neuhoff débarque sur la côte orientale et réussit à se faire proclamer roi de Corse. Cet acte de défi est un nouveau camouflet infligé aux Génois, qui cette fois-ci font appel au roi de France. Toute cette agitation militaire, politique et diplomatique attire l’attention du public. Les gazettes italiennes, britanniques et hollandaises recueillent quelques échos des polémiques entre Allemands, Génois et Corses.

  • 2 Première page de la préface.

3En 1739 enfin paraît à Londres le premier en date des livres britanniques concernant la Corse : A General Account and Description of Corsica. La partie géographique est succincte et souvent inexacte ; c’est l’actualité de cette île, et l’intervention de la Cour de France, qui est commentée favorablement : « L’apparition récente de l’esprit public chez les Corses, qui les distinguera dans les annales des temps présents, a tourné le regard de toute l’Europe vers ce petit coin de terre qui auparavant semblait si négligé2. » Chaque ami de la Liberté doit souhaiter que ces courageux Corses parviennent à choisir leurs propres gouvernants. C’est là l’aspect le plus remarquable de cette Description : l’auteur présente, au fond, une justification juridique et philosophique de la révolte. La liberté est un droit naturel, et les Corses ont pris conscience de cette vérité, grâce à leur chef Giafferi. La représentation des Corses par cette Description est héroïsante, utilisant pour la première fois l’épithète homérique de « brave Corsicans », que les Britanniques reprendront volontiers dans leurs écrits jusqu’en 1769. En 1739, déjà, les Corses apparaissent donc comme un exemple. Par l’ardeur de son plaidoyer, cette Description, le seul livre en anglais dont Boswell pouvait disposer, annonce An Account of Corsica. « L’histoire de ces événements, bien qu’ils se passent dans une île qui était jusqu’ici dans l’obscurité, sera transmise à la postérité avec les honneurs qu’ils méritent. »

4La première intervention française en Corse, de 1738 à 1741 apporte une mise à jour des connaissances sur cette île qui commençait à piquer la curiosité de « l’homme du Nord » (pour reprendre l’expression de Charles-Victor de Bonstetten). En effet, quatre personnes, un commissaire des guerres, un apothicaire major de l’armée, un aumônier militaire, et un officier anonyme, tous liés à cette intervention militaire, ont publié des descriptions, des histoires et des mémoires militaires susceptibles d’assouvir cette curiosité.

5Afin de mieux éclairer, par contraste, le commentaire sur Boswell qui suivra, nous retiendrons quatre aspects de leurs publications. Tout d’abord, soulignons que leurs témoignages sont convergents. Les quatre auteurs partagent la même nationalité, ils sont issus du même milieu social, ils sont solidaires d’une même mission « pacificatrice », et ils jugent les insulaires avec le même parti pris contempteur. À leurs yeux, les Corses sont essentiellement féroces, paresseux et indisciplinés. L’influence de la diffusion d’une image sombre des insulaires auprès du public européen n’est pas négligeable, puisque l’Histoire de l’Isle de Corse de Goury de Champgrand et les Mémoires historiques de Jaussin eurent deux éditions, et la Description de la Corse et relation de la dernière guerre, d’un officier anonyme, trois. Boswell lui-même a lu et utilisé Goury de Champgrand et Jaussin. D’un point de vue littéraire, ces ouvrages qui auraient pu livrer un témoignage vivant et instructif sur la Corse, puisque leurs auteurs ont participé aux événements qu’ils racontent, sont encombrés d’une érudition livresque mal digérée. D’autre part, pour mieux différencier leur motivation de celle de James Boswell, il est important de souligner que leur séjour dans l’île résulte de l’obéissance à un service commandé, et non pas d’une libre décision.

2. 1764-1769 : Rousseau, James Boswell et d’autres Britanniques

6James Boswell est le premier touriste, ou Grand Tourist en Corse. Le passeport que lui délivre le commandant Harrison à Livourne le 10 octobre 1765 atteste de cette qualité : James Boswell, Esquire, « voyaging and travelling for his amusement, instruction and curiosity ».

  • 3 Thomas M. Curley, « Boswell’s liberty-loving Account of Corsica and the Art of Travel Literature » (...)

7Quelles furent les circonstances favorables à ce voyage ? D’un point de vue général, on connaît quelques-unes des raisons qui poussaient les fils de familles britanniques vers le continent européen au milieu du xviiie siècle : l’amélioration du réseau routier et des moyens de transport, la recherche d’un signe extérieur de prestige, une curiosité plus vive envers la culture européenne et l’attrait des richesses artistiques de l’Italie. L’année 1768, date de parution du récit de Boswell, An Account of Corsica, est un moment remarquable dans l’histoire des voyages Britanniques au xviiie siècle. C’est en effet l’année où le capitaine Samuel Wallis est de retour après sa découverte de Tahiti, le lieutenant James Cook s’embarque pour sa traversée épique du Pacifique, et Laurence Sterne achève son hymne exubérant au Grand Tour : A Sentimental Journey through France and Italy, by Mr Yorick. Comme l’écrit en substance Thomas M. Curley, voyager était une passion nationale, et l’expression la plus manifeste de l’irrépressible curiosité des sujets de Georges III – ce qui allait de pair avec l’avènement de leur suprématie internationale. Les Britanniques s’avérèrent comme étant les voyageurs les plus dynamiques, et les meilleurs explorateurs de l’Europe3.

8Pour en arriver plus précisément au cas de la Corse, il faut prendre en considération, une fois de plus, des circonstances politiques, militaires et diplomatiques. La paix de 1763 met fin à la guerre de Sept ans, et permet ainsi à des milliers de Britanniques de retrouver les chemins du Grand Tour : quarante mille Britanniques font la traversée de la Manche en 1765. D’autre part, et par contraste, la Corse reste le seul foyer d’agitation en Europe, c’est « le seul point saillant de l’Europe ». Avec la prise de pouvoir de Pascal Paoli dès 1755, la révolte des Corses contre la domination de Gênes s’est amplifiée et la république ligure ne tient plus que les places fortes du littoral.

  • 4 Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse, op. cit., p. 39.
  • 5 Ibid., p. 42. Sur l’itinéraire intellectuel de Boswell, voir Maurice Lévy, Boswell, un libertin mé (...)

9Enfin, et surtout, le fait qui détermina la décision imprévue et insolite de Boswell touche à l’histoire des idées politiques et aux rêveries d’un philosophe solitaire. En effet, depuis la fin du mois d’octobre 1764, la nouvelle s’est répandue dans les milieux littéraires, à Paris, en Hollande, en Suisse et en Allemagne, que les Corses se sont adressés à Jean-Jacques Rousseau afin qu’il rédige à leur intention « un plan de gouvernement ». Boswell, comme à son habitude, force la porte de Rousseau dans sa retraite de Môtiers en décembre 1764, et il commence à jouer avec l’idée de devenir l’ambassadeur extraordinaire du philosophe dans l’île4. Des proches le préviennent qu’il risque sa vie chez les barbares, lui-même redoute les corsaires barbaresques et les « bandits corses ». Mais il est décidé, et dans sa lettre à Rousseau, il mentionne les trois points qui l’ont motivé : la bravoure des insulaires, leur sens de la liberté, et l’intervention du philosophe : « Je ne saurais m’empêcher de faire une visite à ces braves insulaires qui ont tant fait pour leur indépendance et qui ont choisi M. Rousseau pour leur législateur. » À un autre correspondant il écrit : « J’ai une curiosité extrême de voir ce peuple sauvage et libre et M. Rousseau m’a donné une recommandation pour Paoli général de la Nation5. »

10Après un périple dont son récit ne laisse pas deviner l’inconfort, Boswell rencontre enfin le chef corse. Et là commence pour le voyageur écossais sa carrière littéraire, et pour l’histoire des mentalités concernant la Corse un épisode brillant. Boswell réussit à convaincre quelques-uns de ses compatriotes d’ajouter une étape inédite à leur Grand Tour en allant rendre visite à Pascal Paoli. Entre 1765 et 1769, une vingtaine de Britanniques et un Américain suivent en effet les traces de l’Écossais. Parmi les plus distingués, retenons les noms de l’un des fils de Lord Bute, ancien premier ministre de Georges III ; le révérend Andrew Burnaby, aumônier de la communauté britannique de Livourne, et dont les notes de voyage serviront à Boswell ; John Symonds, économiste de grande valeur, qui observa l’état de la Sicile avant Brydone (dont on dit pourtant qu’il a « inventé » la Sicile), et qui allait collaborer avec Arthur Young : lui aussi prêta ses notes à Boswell ; enfin Frederick Augustus Hervey, comte de Bristol, lord Lieutenant d’Irlande, évêque de Derry, le plus célèbre des Grand Tourists du xviiie siècle, dont le nom suscita un florilège « d’hôtels Bristol » dans toute l’Europe. Notons par ailleurs que les peintres qui allaient en Corse sur commande, comme « l’Américain » Henry Benbridge, ne s’intéressaient pas au paysage, mais d’abord au portrait du chef corse, Pascal Paoli.

11En même temps qu’il accumule de la documentation pour le livre qu’il a décidé d’écrire, Boswell inonde les gazettes de nouvelles concernant l’île, certaines romancées, d’autres authentiques, en l’honneur des patriotes corses et de leur chef. Le but de ces contributions est double : tenir en haleine le public en attendant la publication de son livre, et tâcher d’infléchir la politique du gouvernement britannique en faveur des Corses dont il s’est fait loyalement le porte-parole, à tel point que cette propagande lui valut longtemps le surnom de « Corsica Boswell ».

  • 6 James Boswell, État de la Corse, éd. de Jean Viviès, Paris, Éditions du CNRS, 1992, p. 16.
  • 7 Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse, op. cit., p. 187.
  • 8 Ibid., p. 207.

12L’ouvrage de Boswell, An Account of Corsica, the Journal of a Tour to that Island and Memoirs of Pascal Paoli paraît en février 1768. Comment l’auteur y présente-t-il la Corse et son chef ? Nous retiendrons trois éléments : le style et la rhétorique de l’écriture, les aspects mythologiques, et les traits caractéristiques de cette représentation. Le style prédominant est manifestement une rhétorique classique. Parmi les auteurs de l’Antiquité, Boswell cite un total de vingt-huit auteurs, d’Homère à Sénèque, d’Hérodote à Virgile, et quelques références bibliques, dont une longue citation du premier livre des Maccabées. Parmi les modernes, il en cite vingt-quatre, dont Hobbes, Hume, Smollett et Rousseau. Le but poursuivi est triple : suivre la mode stylistique du temps, et donner des lettres de noblesse à la Corse, au chef qui la dirige, et au livre qui en fait la représentation6. La cohérence entre sujet et auteur sur ce point est remarquable. Quand Boswell affirme que Paoli « vit dans l’antiquité » il appuie cette métaphore sur une réalité littéraire confirmée par toute la correspondance du chef corse. Les idéologues de la révolution de Corse avaient déjà accumulé une impressionnante série de comparaisons entre le chef corse et les héros antiques, qu’il serait trop long d’énumérer ici. En Angleterre, l’historienne whig Catharine Macaulay qui avait rédigé à l’intention de Paoli « une brève esquisse d’un gouvernement démocratique » souhaite au général corse d’acquérir la gloire de Timoléon, de Lycurgue, de Solon et de Brutus. L’évangéliste John Wesley, réformateur social, fondateur du méthodisme, l’un des premiers religieux à s’être insurgé contre le système esclavagiste, estime que Paoli est aussi grand patriote qu’Épaminondas, et aussi grand général qu’Hannibal. Andrew Burnaby, qui va voir Paoli un an après Boswell, calque la carte de la Grèce antique sur celle de la Corse : le fleuve « Rotondo » [la Restonica ?] devient le Taygète ; le fleuve Tavignano, l’Eurotas ; quant à Corte, la capitale des Corses rebelles, c’est Lacédémone, et Paoli, Lycurgue7. Citons un autre admirateur inattendu, Napoléon Bonaparte. En effet, le jeune officier corse, qui a lu Boswell, pense que Paoli, nouveau Solon, ou nouveau Lycurgue, « fit un moment renaître au milieu de la Méditerranée les beaux jours de Sparte et d’Athènes8 ».

  • 9 Monique Cottret et Bernard Cottret, Jean-Jacques Rousseau en son temps, Paris, Perrin, 2005, p. 39 (...)
  • 10 Francis Beretti, Pascal Paoli, op. cit., p. 167.
  • 11 James Boswell, État de la Corse, op. cit., p. 182.
  • 12 Francis Beretti, « Témoignages et commentaires britanniques sur Rousseau, l’invitation de Buttafoc (...)

13« Je regarde Genève comme Athènes » écrit Boswell à Rousseau, « mais c’est Athènes pendant la persécution de Socrate9 ». De la Nouvelle Héloïse Boswell a retenu une phrase sur la république de Genève « pays libre et simple, où l’on trouve des hommes antiques dans les temps modernes », formule qu’il applique à la Corse10. Dans un village enfoui dans le maquis, l’Écossais a préparé un compliment qu’il adresse à Paoli dans le même esprit : « Monsieur, je voyage de par le monde et j’ai récemment visité Rome. J’y ai vu les ruines d’un peuple libre et courageux. Je vois à présent la naissance d’un autre de ces peuple11. » On voit comment Rousseau a « allumé l’imagination » de Boswell. Genève est la nouvelle Athènes, Rousseau est un nouveau Socrate, les Corses les nouveaux Romains. Comme le dit Alexandre Deleyre, l’ami de Rousseau, Paoli a fondé en Corse « une nouvelle république », ou encore, selon l’expression de David Hume, « a new Commonwealth12 ».

  • 13 Bernard Cottret et Monique Cottret, Jean-Jacques Rousseau…, op. cit., p. 391.
  • 14 Ibid., p. 763.

14Dans ces années-là, Genève, la Suisse, et la Corse sont autant de pôles de la réflexion politique de Rousseau13. La Corse, à l’en croire, ce sont « des montagnes des bois des rivières, des pâturages. Ne croirait-on pas lire la description de la Suisse ? Aussi retrouvait-on jadis dans les Suisses le même caractère que Diodore donne aux Corses : l’équité, l’humanité, la bonne foi14 ». Mais dans l’imaginaire de Rousseau, la Corse a un autre atout, c’est une île. Et là on se trouve à la source d’un processus de création littéraire.

  • 15 Ibid., p. 389.

La Corse se situait bien au carrefour de l’utopie et du monde réel : son caractère insulaire marqué contribua à lui conférer une valeur paradigmatique dans la pensée de Jean-Jacques, en associant la rêverie et la prospective. Ce que Marx, dans l’un de ses plus brillants essais, allait appeler la « robinsonade » s’applique tout particulièrement à Rousseau, doublement fasciné par le personnage littéraire de Robinson Crusoe sur son île et par ce moment des origines où la culture et la nature se dénouent. Comme l’Utopie, la Corse était une île. Comme toute île, elle récapitulait le monde. C’était là pour Rousseau le plus grand de ses attraits15.

  • 16 Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse, op. cit., p. 165.

15Encore sous le charme des rêveries de Rousseau, qui croyait retrouver dans les Alpes les hommes de l’âge d’or, Boswell songe à exploiter cette image, avant même de mettre le pied sur le sol de l’île. Dans le premier brouillon du titre de l’Account, qui fait référence au Métamorphoses d’Ovide, il avait écrit : « Alors que je parcourais la Corse, et que je mangeais des arbouses, loin de toute humanité, je m’imaginais être dans l’âge d’or16 ». Finalement il conserve le passage mémorable où lui et ses compagnons de voyage mangent des châtaignes et boivent aux sources le long des chemins, comme les prisca gens mortalium – « la race des premiers hommes qui mangeaient des glands ».

3. L’impact durable d’An Account of Corsica

  • 17 Thomas M. Curley, « Boswell’s liberty-loving Account of Corsica », op. cit., p. 89-90, et p. 101.
  • 18 Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse, op. cit., p. 117.

16Pour l’étude de la représentation du Sud qui nous préoccupe ici, il nous paraît particulièrement intéressant d’examiner le retentissement considérable dont bénéficia la Relation de l’île de Corse de Boswell. Bénéficiant d’un heureux concours de circonstances, et par un effet de son génie qui font de l’Account of Corsica « un exemple distingué de la littérature de voyage du xviiie siècle digne de comparaison avec l’univers romanesque de Sterne, un excellent modèle extraordinairement cohérent d’un point de vue thématique (c’est-à-dire sur le thème de la liberté) », le voyageur écossais sut combler l’attente d’esprits éclairés de Londres, d’Amsterdam, de La Haye, de Genève, de Berne, de Vienne, de Milan, et de Florence17. À la lecture de la Relation de Corse ils se trouvaient transportés par Boswell comme dans une machine à remonter le temps, dans une île de la Méditerranée où ils voyaient se réincarner un idéal classique de liberté, de patriotisme et de vertus dont ils déploraient le déclin dans leurs propres foyers de civilisation18.

  • 19 Ibid., p. 119
  • 20 Ibid., p. 122.
  • 21 Frederick A. Pottle, The Literary Career of James Boswell Esq., Londres, Oxford University Press, (...)

17An Account of Corsica fut immédiatement un best seller. La seconde édition fut imprimée à la hâte six semaines seulement après la première. Une troisième édition suivit bientôt, pour un tirage total estimé à quelques cinq mille exemplaires, ce qui était le signe d’un succès spectaculaire19. Une réimpression irlandaise non autorisée fut suivie d’au moins trois autres. Le livre fut traduit en italien. Une traduction en russe fut commencée. Il y eut deux traductions allemandes, dont l’une était abrégée, mais la traduction complète fit l’objet d’au moins trois éditions. Le récit de Boswell suscita quatre traductions françaises, dont l’une par Gabriel Seigneux de Correvon, président de la Société économique de Lausanne, correspondant de la Société d’Angleterre pour l’avancement de la doctrine chrétienne. Parmi les nombreux correspondants étrangers de Seigneux figurait le comte de Tanucci, premier ministre de la cour de Naples, qui se tenait informé des affaires de Corse. Une autre traductrice, qui voulut rester dans l’anonymat, n’était autre que Belle de Zuylen, la « Zélide » de Boswell, puis Isabelle de Charrière, l’une des femmes de lettres les plus distinguées de son temps20. An Account of Corsica était donc le livre du jour. En 1768-1769, Boswell était certainement l’un des auteurs Britanniques les plus célèbres sur le continent européen21.

  • 22 Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse, op. cit., p. 127, 129.
  • 23 Ibid., p. 129.
  • 24 Ibid., p. 133-134.

18Ce succès déjà retentissant en soi, fut encore amplifié par les articles des diverses revues littéraires et magazines, tels Gentleman’s Magazine, Critical Review, Monthly Review, Universal Magazine, qui publiaient de larges extrait de An Account of Corsica22. Le rédacteur du Journal encyclopédique de juin 1768 consacre vingt et une pages, dont quatorze concernent Paoli, à un résumé de la Relation. Il vante « les traits de grandeur d’âme, de valeur, d’intelligence, et de patriotisme qui caractérisent l’illustre M. Paoli […] les mœurs et les qualités estimables des Corses23 ». Comme le dit George Lord Lyttleton, homme de lettres érudit, bienveillant, impeccablement intègre et religieux, mais détaché du monde réel, l’un des lecteurs enthousiasmés par le portrait dithyrambique de Paoli en champion du patriotisme et de la liberté, Boswell fit connaître au public « le plus grand personnage de notre époque ». « Si j’avais quelques années de moins », ajoutait-il, « j’irais en pèlerinage en Corse rendre visite à cette image vivante de l’antique vertu, et de vénérer dans l’esprit de Paoli l’esprit de Timoléon et d’Épaminondas24 ».

  • 25 Jean Viviès, « Boswell, la Corse et l’Encyclopédie », Studies on Voltaire and the Eighteenth Centu (...)

19L’examen comparé de l’article « Corse » dans deux éditions de l’Encyclopédie permet de mesurer à la fois l’intensité soudaine de l’intérêt porté à cette île par les esprits éclairés, et le retentissement du récit de Boswell. La définition de la Corse dans l’Encyclopédie de Paris imprimée avant 1768 tient en seulement deux lignes : « Île très considérable d’Italie, dans la Mer Méditerranée appartenant à la République de Gênes. Les Corses sont remuans, vindicatifs et belliqueux. » Par contraste, le long article « Corse » dans l’Encyclopédie dite d’Yverdon, parue en 1772, dont l’auteur est Élie Bertrand, pasteur suisse à Berne et correspondant de Voltaire, puise abondamment dans l’État de la Corse, de Boswell, traduit par Seigneux de Correvon, et en présente une sorte de condensé. Jean Viviès le dit bien : « An Account of Corsica s’est ainsi imposé dès sa parution comme texte de référence et, porté par l’actualité de son sujet, s’est inséré dans le savoir des Lumières tel que l’exposent les diverses Encyclopédies25. »

  • 26 Ibid., p. 468.
  • 27 Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse, op. cit., p. 171.

20Les années 1764-1769 qui correspondent au voyage de Boswell et à la publication de son best-seller, sont donc capitales dans l’histoire de la Corse, une île qui représente alors un enjeu diplomatique, politique et militaire, entre Gênes, la France et la Grande-Bretagne. Mais elle est aussi un enjeu philosophique qui s’inscrit dans le contexte des Lumières, car ces années-là sont aussi marquantes dans l’histoire de la représentation de l’île auprès des foyers de civilisation de l’Europe du nord. Par un puissant effet d’imaginaire inspiré en grande partie par Rousseau qui rêvait de devenir l’instituteur des Corses, et grâce à Boswell qui, lui, a osé entreprendre le voyage, la Corse sort de l’ombre et apparaît pour la première fois comme une utopie modèle, une nouvelle république, une nouvelle Sparte, où revivent les idéaux antiques de liberté, de patriotisme et de vertu dans un siècle et dans des capitales, où ces idéaux se sont dégradés. En allant en Corse, Boswell et ses compagnons de voyage s’écartent littéralement des sentiers battus du Grand Tour, et aussi au sens figuré, dans la mesure où ils expriment une remarquable inversion des stéréotypes jusque-là appliqués aux insulaires. Un spectaculaire renversement des valeurs s’est en effet opéré. L’obscurité de l’histoire des Corses n’est plus la marque de leur état d’arriération, mais bien le signe de leur vertu26. Boswell et certains de ses lecteurs idéalistes, comme lord Lyttleton, emportés par l’enthousiasme que ce voyageur a insufflé à ses écrits, suivent ainsi la démarche dont Jean-Jacques Rousseau revendiquait, à juste titre le mérite : « Je sus voir le premier un peuple disciplinable et libre où toute l’Europe ne voyait encore qu’un tas de rebelles et de bandits27. »

Notes

1 Journal historique de la république des lettres, juillet-août 1733, p. 151-156. Voir Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse au dix-huitième siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1988, p. 11.

2 Première page de la préface.

3 Thomas M. Curley, « Boswell’s liberty-loving Account of Corsica and the Art of Travel Literature », in Greg Clingham (dir.), New Light on Boswell, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 89-90, et Jean Viviès, Le récit de voyage en Angleterre au xviiie siècle. De l’inventaire à l’invention, Toulouse, PUM, 1999.

4 Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse, op. cit., p. 39.

5 Ibid., p. 42. Sur l’itinéraire intellectuel de Boswell, voir Maurice Lévy, Boswell, un libertin mélancolique. Sa vie, ses voyages, ses amours et ses opinions, Grenoble, Ellug, 2001. Pour Pascal Paoli, voir la biographie d’Antoine-Marie Graziani, Pascal Paoli. Père de la patrie corse, Paris, Tallandier, 2002.

6 James Boswell, État de la Corse, éd. de Jean Viviès, Paris, Éditions du CNRS, 1992, p. 16.

7 Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse, op. cit., p. 187.

8 Ibid., p. 207.

9 Monique Cottret et Bernard Cottret, Jean-Jacques Rousseau en son temps, Paris, Perrin, 2005, p. 393.

10 Francis Beretti, Pascal Paoli, op. cit., p. 167.

11 James Boswell, État de la Corse, op. cit., p. 182.

12 Francis Beretti, « Témoignages et commentaires britanniques sur Rousseau, l’invitation de Buttafoco et le gouvernement de Paoli (1764-1768) », Études Corses, juin 2008, no 66, p. 79.

13 Bernard Cottret et Monique Cottret, Jean-Jacques Rousseau…, op. cit., p. 391.

14 Ibid., p. 763.

15 Ibid., p. 389.

16 Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse, op. cit., p. 165.

17 Thomas M. Curley, « Boswell’s liberty-loving Account of Corsica », op. cit., p. 89-90, et p. 101.

18 Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse, op. cit., p. 117.

19 Ibid., p. 119

20 Ibid., p. 122.

21 Frederick A. Pottle, The Literary Career of James Boswell Esq., Londres, Oxford University Press, 1967, p. 62-63.

22 Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse, op. cit., p. 127, 129.

23 Ibid., p. 129.

24 Ibid., p. 133-134.

25 Jean Viviès, « Boswell, la Corse et l’Encyclopédie », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, no 245, 1986, p. 468-469.

26 Ibid., p. 468.

27 Francis Beretti, Pascal Paoli et l’image de la Corse, op. cit., p. 171.

Auteur

Université de Corse – Pascal Paoli.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search