Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention des Midis

 | 
Nicolas Bourguinat

Le Midi comme énigme historique

Nicolas Bourguinat

Texte intégral

1En ouvrant le colloque « Méridionalité et insularité : l’invention d’une Europe du Sud, xviiie-xxe siècles », dans la salle Fustel du Palais Universitaire de Strasbourg, alors qu’au dehors, en cette mi-janvier 2011, la neige tombait à gros flocons, je n’avais pu m’empêcher de souligner qu’il y avait quelque paradoxe à entreprendre une réflexion collective sur la formation de l’identité des Midis de l’Europe dans une université de la France de l’Est, liée par son histoire à une Mitteleuropa bien éloignée de l’aire méditerranéenne. Organisé par l’EA 3400 – Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe, avec le soutien de la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme d’Alsace et de l’Institut Universitaire de France, ce colloque s’inscrivait dans le cadre d’un programme de recherche et de publication de sources inédites axé sur les représentations des régions bordières de l’Europe. Il ne prétendait donc isoler la bordure méditerranéenne du continent que pour mieux travailler cette question : comment l’Europe a-t-elle constitué ses périphéries, au fil des processus de connaissance et d’appropriation qui l’ont liée à ces dernières, au cours de l’Histoire ? Car ces marges relèvent de l’Europe d’une manière ambiguë, inaboutie, sans qu’elle puisse exactement les revendiquer comme siennes ni les rejeter. Leur statut n’est pas figé mais reste toujours incertain : ni intégration définitive, ni mise à distance sans recours. Dans le cas du « Sud », ou des « Sud », on sait qu’après avoir été en position de centralité, les régions méditerranéennes ont progressivement déchu de ce rang : à compter de la fin du xviiie siècle, elles ont été placées dans une position de relative marginalité, que divers phénomènes tels que l’inégale répartition spatiale de l’industrialisation, la massification du tourisme, ou encore les flux migratoires, ont contribué, plus tard, à fixer dans les esprits.

  • 1 Voir les actes de cette rencontre : Nicolas Bourguinat (dir.), Voyageuses dans l’Europe des confin (...)

2Les contributions réunies ici sont le fait d’historiens, mais aussi de spécialistes issus d’autres horizons : historiens des idées et comparatistes, historiens d’art, politologues, ou encore sociologues. L’intérêt de cette confrontation est encore accru par la diversité des origines géographiques des auteurs rassemblés par ce recueil. À côté des collègues français, plusieurs articles illustrent en effet la sensibilité particulière à l’Université italienne, qui s’est penchée depuis longtemps sur le problème du Sud, mais sans être forcément très écoutée ni très lue par les sciences sociales de tradition anglophone et francophone. En plus petit nombre sont également représentées les recherches espagnoles et allemandes portant sur la Méditerranée. C’était alors la troisième rencontre scientifique attachée à ce programme de recherche qui bénéficiait de la labellisation de la MISHA, après les « Frontières zonales », en octobre 2009 et les « Voyageuses dans l’Europe des confins » en décembre 20101.

  • 2 Auguste Creuzé de Lesser, Voyage en Italie et en Sicile fait en 1801 et 1802, Paris, Didot, 1806, (...)
  • 3 Hélène Tuzet, Voyageurs français en Sicile au temps du romantisme (1802-1848), Paris, Boivin, 1944
  • 4 Sur l’historiographie, on lira le bilan dressé par Angelantonio Spagnoletti, Storia del regno dell (...)

3Trois moments, trois phases principales de ce processus de mise à distance des Midis peuvent être identifiés : la fin des Lumières, le tournant du xixe au xxe siècle, et la reconstruction de l’Europe de l’après-1945. De la fin des Lumières à l’époque napoléonienne, en effet, un tournant semble pris, qui aboutit à la formulation confuse des premiers diagnostics d’une coupure traversant le continent européen. Il suffit de penser à Creuzé de Lesser, ce haut fonctionnaire du Premier Empire qui jugeait que « l’Europe finit à Naples, et même elle y finit assez mal. La Calabre, la Sicile, tout le reste est de l’Afrique2 ». C’est en 1806 que Creuzé publia son Voyage en Italie et en Sicile, un ouvrage qui constituait, ainsi qu’Hélène Tuzet l’avait noté autrefois3, une très violente charge contre l’Italie, dénigrée sur tous les tons ou quasiment, et spécialement l’Italie méridionale. L’auteur avait accompli une mission auprès de la cour de Sicile à Palerme en 1801. Il est même possible que cet acharnement de mauvaise foi ait freiné sa carrière administrative, Napoléon ayant, dit-on, jeté un œil à l’ouvrage et ayant été très mécontenté. Il n’y a pas de doute qu’il faille voir là un jalon de la mise à distance du Mezzogiorno italien, même si l’écho de ce texte fut très modeste dans un premier temps, au début du xixe siècle, et même si l’on peut, sans aucun doute, lui trouver un certain nombre de précurseurs. Pendant le decennio francese, le Sud de l’Italie devait connaître, on le sait, un épisode de modernisation inachevée, dont la portée a été âprement discutée par les historiens depuis Carlo Botta et Benedetto Croce4. Sous Joseph Bonaparte et Joachim Murat, ce sont moins les modalités de la réforme (féodalité, éducation, divorce) qui ont compté que l’expérience vécue, et pour tout dire manquée, des personnels civils et militaires propulsés dans cette partie de la péninsule. La sanglante contre-révolution de 1799 puis la guérilla antifrançaise de 1806 et le brigandage, qui ne fut jamais vraiment éteint, ont certainement laissé un lourd héritage et ont contribué à placer ce Sud dans une sorte d’éloignement barbare, rebelle, et inassimilable. Ce fut vrai non seulement dans le regard des Européens témoins de cette résistance inattendue des montagnards des Calabres ou des confins des États pontificaux, mais aussi dans la manière de voir des élites issues des autres régions italiennes, et particulièrement celles qui fournissaient le gros des fonctionnaires et magistrats déplacés dans la péninsule, les Piémontais. Les mêmes qui devaient être, un demi-siècle plus tard, les principaux agents de cette Unification que le Sud accueillit mal, et qui coûta une quasi-guerre civile dans les années 1860-1870.

  • 5 Pour Naples (la capitale en tant que métropole méditerranéenne et le royaume lui-même), voir par e (...)
  • 6 L’expression est d’Anne-Marie Jaton, Le Vésuve et la Sirène. Le mythe de Naples chez Madame de Sta (...)
  • 7 Voir Marie-Noëlle Bourguet et al. (dir.), L’invention scientifique de la Méditerranée. Égypte, Mor (...)
  • 8 Joseph Martinetti (dir.), Le regard des géographes français sur la Corse aux xviiie et xixe siècle (...)

4Ce qu’il serait souhaitable d’expliquer, c’est la manière dont cette perception répulsive du Sud s’est articulée aux vues qui avaient déjà cours à la fin du xviiie siècle. Celles qui, d’une part, faisaient des Deux-Siciles un territoire mal géré et mal mis en valeur, objet d’un discours critique (spécialement en matière économique), mais qui le désignaient aussi comme un laboratoire tout trouvé du réformisme éclairé, avec des dirigeants comme Tanucci, Galanti et plus tard Zurlo5. Celles qui, d’autre part, faisaient de l’homme du Sud le « bon sauvage de l’Europe6 » et qui conféraient au royaume de Naples un caractère à la fois édénique et primitif. Mais il faut se souvenir aussi que l’entreprise de régénération de l’humanité que s’étaient choisie comme objectif les fonctionnaires et les savants de la Révolution avait abouti à désigner les zones dans lesquelles la civilisation était encore « dans l’enfance », ou au plus près de l’état de nature : parmi elles figuraient en bonne place, à côté de la Bretagne bretonnante, quelques portions du Midi français7. Le temps était donc déjà révolu où la simplicité des mœurs corses et le dénuement de ses combattants de la liberté valaient pour preuve de leur sincérité et de leur courage. Après le tableau enthousiaste de la lutte patriotique des insulaires publié par James Boswell (et encouragé par Jean-Jacques Rousseau) peu avant 1770, qui est analysé ici par Francis Beretti, il est manifeste que le regard proto-anthropologique de visiteurs du début du xixe siècle (tel que l’économiste Adolphe Blanqui sous de la monarchie de Juillet par exemple) s’est déjà placé en position de surplomb, sinon de supériorité. D’autres disciplines scientifiques, comme la géographie, allaient d’ailleurs contribuer à cette marginalisation de la Corse aussi bien au sein de l’espace maritime tyrrhénien que de l’espace français lui-même8.

  • 9 Voir notamment Willem Frijohff (dir.), Le voyage révolutionnaire, Hilversum, Verloren, 1991.
  • 10 Voir Michael Broers, The Napoleonic Empire in Italy. Cultural Imperialism in a European Context ?,(...)

5Ces périphéries, qu’elles soient montagneuses, insulaires, ou simplement « minoritaires » sont aussi tenues en suspicion pour des motifs religieux ou linguistiques, et considérées comme de lourds obstacles à l’unité nationale9. La Révolution française et le Premier Empire pourraient donc sans difficulté être vus comme une tentative d’exporter un modèle national d’organisation civile et politique par rapport auquel les autres nations auraient été dans une relation à la fois hiérarchique et concentrique10. Avec la guerre d’indépendance espagnole et la guérilla des « bandes » dans le royaume de Naples, le Sud y faisait figure, comme on vient de le voir, d’une vaste zone de résistance. Le xixe siècle ne manqua pas de lui reconnaître rétrospectivement cette singularité, et d’en faire un de ses signes distinctifs, préparant l’idée – généralisée au temps des meridionalisti – d’un Sud réfractaire au progrès, allergique aux mutations libérales, sorte de conservatoire des mœurs familiales et des structures sociales d’autrefois…

  • 11 Voir John Dickie, Darkest Italy. The Nation and Stereotypes of the Mezzogiorno, 1860-1900, New Yor (...)
  • 12 Voir ainsi Eric J. Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1789, Paris, Gallimard, 1992 [Londres, (...)
  • 13 On rappellera ici l’intérêt des recherches de Zeev Sternhell, Naissance de l’idéologie fasciste, P (...)

6Car ensuite, l’âge des nationalismes (c’est-à-dire la période 1870-1914) est marqué par un net durcissement et par une racialisation des clivages entre Nord et Sud, y compris au sein des pays méditerranéens eux-mêmes. Ainsi, vers 1880-1890, l’Italie libérale fustigeait-elle sans nuance ses Méridionaux comme un peuple ingouvernable, fermé à la civilisation électorale comme à la discipline industrielle, voué aux logiques claniques ou clientélistes et aux déviances criminelles11. L’immixtion d’un paradigme racial n’était sans doute pas sans rapport avec la « géographie de l’esprit » et l’anthropologie comparée qu’avaient illustrées un siècle plus tôt les Herder ou les Humboldt. L’article de Giampaolo Salice sur la Sardaigne nous rappelle que pour les historiens et commentateurs du xixe siècle, l’île se devait d’être présentée comme une terre de « résistance », à jamais rétive aux impulsions venues de l’extérieur, quoique balancée par l’Histoire d’un camp vers l’autre. Ce n’était alors que la « fabrique » de l’histoire locale propre à l’âge romantique et à la science positiviste, qui a connu bien d’autres déclinaisons ailleurs en Europe, pour ne rien dire des régions françaises. Mais au tournant du xxe siècle, toute une série de facteurs témoignent de l’urgence d’une interrogation dont on tendrait à minorer, le plus souvent, l’impact sur l’Europe méridionale : ainsi la réflexion sur les spécificités des peuples insulaires, le premier essor du nationalisme basque, ou encore le casticizmo qui marqua si fort la génération de 1898 en Espagne et qui alla jusqu’à interroger la vocation méditerranéenne du pays12… On peut donc la voir dans le prolongement d’un courant profondément ancré dans les ambitions des Lumières, en termes de classifications et de connaissance de la diversité humaine, plutôt qu’en rupture, mais à cette importante réserve près que ce courant se retournait désormais contre les Lumières13. Vu du côté des voyageurs et des observateurs extérieurs, ce serait Maurice Barrès et son Voyage de Sparte, ou encore David Herbert Lawrence et son Sea and Sardinia de 1921, partant à la recherche des derniers représentants de la « race », de l’« uomo vero », à rebours d’une Europe du Nord-Ouest définitivement vautrée dans le confort, où la virilité antique s’est dissoute. Le fossé est important par rapport à l’approche d’une femme du Nord, comme la scandinave Fredrika Bremer, dont la navigation de 1859 entre Sicile et Terre Sainte, qui fait infra la matière de ma propre contribution, était cependant déjà marquée par une forme de dédain, ou d’indifférence, à l’égard de cette mosaïque de peuples qu’elle croisait sur sa route. Les stéréotypes physiques ou comportementaux attachés aux Méridionaux n’ont sans doute jamais été brandis aussi haut qu’au cours de cette période où l’introduction du paradigme racial contribuait à naturaliser et à figer les différences. Ainsi, chez Maurice Barrès, le chantre du nationalisme français fin-de-siècle, il est manifeste que les Méridionaux ne sont pas tout à fait les égaux des Français du Nord et de l’Est.

  • 14 Le Gaulois, 29 juin 1903. Voir à ce sujet Zeev Sternhell, Maurice Barrès et le nationalisme frança (...)

Qu’y a-t-il désormais entre nous ? Nos intérêts ? Vous les sacrifiez. Nos vénérations instinctives ? Vous les bafouez. Notre titre de Français ? Mais si nous mettons sous le mot France des conceptions opposées ? Si nous arrivons à sentir qu’une terre et des morts tout différents nous portent14 ?

7Le propos ne tendait pas nécessairement à exclure. Mais la construction nationale, impulsée par les États et les élites dirigeantes au fil du xixe siècle, s’est accompagnée partout de tels stéréotypes. La faconde d’un Tartarin, chez Alphonse Daudet, dans les années 1870, ou d’un maître Panisse, dans la célèbre trilogie marseillaise de Marcel Pagnol au seuil des années 1930, possède nombre d’équivalents italiens ou espagnols.

  • 15 En Tripolitaine et en Cyrénaïque, sous le fascisme, l’État italien s’engagea fortement pour souten (...)
  • 16 Pour les échanges et transferts liés aux migrations, voir l’ouvrage de Julia A. Clancy-Smith, Medi (...)

8Dans le dernier tiers du xixe siècle, au fond, la perspective des nouveaux États-Nations est celle d’un redressement à infliger à ces régions réfractaires. Après la monarchie libérale, le fascisme italien devait lui-même opter, dans son attitude vis-à-vis du Mezzogiorno, pour une perspective modernisatrice. En Sardaigne, davantage encore que Carbonia, cité minière dont le développement tenait à une politique économique ressassant jusqu’à l’obsession l’objectif de l’autarchia, il faut voir Fertilia, ville de colonisation agricole du nord-ouest de l’île, que le régime de Mussolini s’appliqua à peupler de paysans venus du Frioul et de la Vénétie. Dans un cas comme celui-là, le mot d’ordre de la mise en valeur du sol rapprochait d’ailleurs les Sud des vastes étendues de terres vierges offertes par le monde colonial, ici l’Afrique du Nord, ou bien là l’Afrique de l’Est15. Cette confrontation entre les deux facettes de l’aire méditerranéenne correspond à l’un des courants les plus prometteurs des travaux historiques du début de ce xixe siècle, influencé par les postcolonial studies bien sûr, et marqué par une louable volonté de décloisonner les espaces dans la réflexion des historiens du contemporain16 : il revient dans ce recueil à Manuel Borutta d’en esquisser la problématique et d’en explorer quelques aspects, par exemple autour de l’exportation de la viticulture française vers l’Algérie et des conséquences subies, en retour, par le Languedoc des années 1900 et 1910.

  • 17 Bien qu’il soit très disparate, on peut citer le recueil de Philippe Meunier (dir.), De l’Espagne (...)
  • 18 Plus connu sous le titre retenu pour la publication en volume, Un Hiver à Majorque.
  • 19 Voir par exemple Atanasio Mozzillo, « Dannati del paradiso. Il mito oscuro del Calabrese da Tito L (...)

9Mais bien sûr, les affinités des Midis avec l’Afrique et avec l’Orient avaient été des thèmes chers aux observateurs, diplomates et voyageurs surtout, bien avant l’expansion coloniale. L’Espagne, notamment, sans doute du fait de la longue présence musulmane sur son sol avant la Reconquista, avait été très tôt décrite comme une terre « africaine » – une dimension perçue par les officiers napoléoniens pris dans la Peninsular War qu’étudie ici Jean-René Aymes. Pour l’Andalousie plus spécifiquement, à compter de 1830-1840, les auteurs costumbristas et de manière générale les étrangers, attirés comme Théophile Gautier et bien d’autres par l’exotisme des danses et des musiques gitanes, avaient parfois trouvé des termes proches de ceux de l’orientalisme17. Les îles Baléares avaient eu elles aussi leurs contempteurs : en 1837 George Sand les présenta aux lecteurs de la Revue des Deux Mondes comme une société en état de blocage et même d’abrutissement, sous le titre on ne peut plus explicite de « Un Hiver au Midi de l’Europe »18. L’extrême Sud de l’Italie et la Sicile devaient également se voir saisis à travers ce prisme africano-oriental et dotés de cette coloration qui les tirait vers les extrêmes – la chaleur, le désert, la violence, le sang19.

  • 20 Chicago, The Free Press, 1958. À propos des termes du débat dans les sciences sociales, depuis l’é (...)

10Enfin l’après-1945 apporta de nouvelles pièces au puzzle, avec notamment sur le plan économique les théories du développement inégal, et sur le plan politique la dénonciation du modèle étatique centralisateur, et le deuxième âge des autonomistes et des régionalismes. L’approche des Sud en termes de backwardness n’était cependant pas la formule magique que certains ont alors cru y voir, aussi bien d’ailleurs en termes économiques qu’en termes sociologiques. Pour l’économie, elle méconnaissait la réelle capacité à se renouveler qu’avait montrée la bordure méditerranéenne au fil du xixe siècle, depuis les grands ports jusqu’aux latifundia, et à explorer de nouvelles productions ou de nouveaux partenaires commerciaux. Pour la sociologie, on frisait tout simplement l’erreur de perspective. L’analyse que Paolo Capuzzo donne infra des vices de fabrication d’un livre comme celui d’Edward Banfield, The Moral Basis of a Backward Society20, qui a fortement pesé sur le cadre intellectuel à travers lequel les sciences sociales anglo-saxonnes du second xxe siècle ont appréhendé les sociétés méridionales, montre nettement que la réputation d’excellence de cette étude était imméritée. Bien d’autres paradigmes issus des sciences sociales ont fait débat, du reste, comme l’anthropologie de l’honneur échafaudée par Pitt-Rivers à propos du Sud de l’Espagne ou l’approche par la culture magique imposée par De Martino dans les études portant sur le Mezzogiorno.

  • 21 Il existe une étude sur ce sujet par Frank M. Snowden, The Conquest of Malaria. Italy, 1900-1962, (...)

11Pour les îles méditerranéennes après la Seconde Guerre mondiale, le rôle du mécénat américain fut fondamental pour modifier les conditions de vie, mais il reste généralement méconnu (et en particulier celui de la Fondation Rockefeller en Sardaigne et en Sicile)21. En apportant des solutions définitives à l’assainissement des zones littorales, il devait aboutir à terme à modifier la problématique des relations entre les zones basses, traditionnellement répulsives parce que malsaines et exposées aux envahisseurs venus de la mer, et les zones de montagne, traditionnellement choisies comme localisation privilégiée pour les implantations humaines et par l’économie pastorale. Dès les années 1960, le tourisme balnéaire allait donner un élan supplémentaire à cette mutation, en valorisant les littoraux et en y dirigeant prioritairement les investissements et la spéculation. Les comportements migratoires ont également enregistré ces transformations, qui au fil du second xxe siècle allaient relancer l’exode rural, désertifier certaines zones rurales de l’intérieur, et révolutionner les modes de vie. Sans doute, le processus n’était pas né au lendemain de la guerre. Dès les années 1920, il était manifeste aussi bien dans le Péloponnèse qu’en Galice, aussi bien en Ombrie que dans les mondes insulaires, que la montagne peinait à retenir ses hommes par rapport au passé. Mais les années 1950 devaient sonner l’heure de douloureux réajustements, qui prirent néanmoins le temps d’une génération, voire de deux. Les recherches de démographie et de sociologie des migrations dont Pierre Sintès nous donne ici un aperçu pour la Grèce montrent même que ces mutations se sont poursuivies jusqu’à ces toutes dernières années.

12Comme l’Espagne, la Grèce, qui émergeait tout juste de la période des dictatures, devait effectuer un spectaculaire rattrapage par rapport aux pays du Nord-Ouest du continent, au point de devenir elle-même tout récemment un point d’attraction des migrations venues des pays pauvres des Balkans ou du Tiers-Monde. À partir de 1960, l’hypertrophie de sa capitale, Athènes, ne cessa de s’accentuer, tandis que ses îles étaient bouleversées par le tourisme, à commencer par la Crète et par certaines Cyclades telles que Mykonos. Là où le phénomène fut moins ample, à Tinos par exemple, il ne subsiste tout de même presque plus rien aujourd’hui de l’ancienne agriculture de montagne. Si les terrasses s’écroulent et le cheptel se raréfie, les maisons blanches des vieux villages, réhabilitées, deviennent des résidences secondaires des insulaires ayant migré vers Athènes ou Thessalonique. Les ruelles pavées, silencieuses, reprennent vie pour quelques semaines l’été.

  • 22 Pierre Jakez Hélias, Le cheval d’orgueil. Mémoires d’un Breton du pays bigouden, Paris, Plon, 1975
  • 23 Très caractéristique, à cet égard, est le panorama donné au milieu des années 1970 par Daniel Fabr (...)

13Ces transformations économiques et sociales ont provoqué, en s’accélérant, dans toute la bordure méditerranéenne, une forme de crise de conscience et d’interrogation identitaire au sujet de ce passé qui semblait s’enfuir à toute vitesse. Sans doute, elle toucha d’autres sociétés « périphériques » qui n’étaient pas des Sud : qu’il suffise de penser à la Bretagne des années 1970 et au débat passionné que suscita le livre de Pierre Jakez Hélias, Le cheval d’orgueil22. Mais elle connut bien une manifestation spécifiquement méridionale, notamment en France où elle s’articula à une revendication régionaliste longtemps étouffée (ce fut ainsi l’émergence du mouvement de libération corse, alors que les îles italiennes, régions autonomes depuis la naissance de la République, en 1946, échappèrent à un tel phénomène). À côté des historiens, par exemple d’un Le Roy Ladurie dont les travaux sur le Languedoc de l’âge prémoderne connurent de spectaculaires succès éditoriaux, les anthropologues et les folkloristes gagnèrent alors une forte audience, pour toutes les questions concernant le fonctionnement des sociétés rurales traditionnelles. Les villages désertés des Cévennes ou de l’Apennin étaient réinvestis, à la fois par de nouveaux habitants, à la recherche d’autres valeurs que celles du capitalisme libéral, et par les historiens et spécialistes des sciences de l’homme. Du côté des grandes métropoles de la société capitaliste, le lien social et la solidarité entre les générations semblaient en voie de se dissoudre. Si bien qu’on voulait redécouvrir, dans ce passé encore palpable, aux traces encore visibles, les sources d’un idéal communautaire à faire revivre23.

  • 24 Voir par exemple Pierre Daix, Braudel, Paris, Flammarion, 1995, et les deux séries des Jornadas Br (...)
  • 25 Cette école n’avait paradoxalement produit que fort peu de travaux sur le monde méditerranéen, à q (...)
  • 26 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Arman (...)
  • 27 Voir les travaux présentés au congrès international d’histoire économique de Louvain en 1990 : Eri (...)

14Il est même vraisemblable que cette modernisation accélérée et forcée infligée aux Sud fut à l’origine de la redécouverte de Braudel, dont la réputation était circonscrite jusque-là à un public de spécialistes, et auquel la réédition de La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II valut brusquement la gloire24. L’œuvre maîtresse de l’homme-clé de la seconde génération des Annales devait beaucoup à l’approche de l’école géographique française, développée derrière Vidal de la Blache au début du xxe siècle, c’est un point qui a été souvent souligné25. La notion même de « temps géographique », omniprésente dans la première partie de l’ouvrage a suscité et mériterait encore de longs commentaires, tant elle contribua à conforter une certaine vision immobile des sociétés méditerranéennes. Quant au xixe siècle, entre « trahison de la bourgeoisie26 » marchande et inertie des grands propriétaires terriens, il apparaissait sinon comme un moment de déclin prononcé, du moins comme une phase de sommeil. Or cette façon de voir, encore bien établie il y a un peu plus de vingt ans27, n’est plus défendable aujourd’hui. Pour le littoral français, de Perpignan à Nice, les recherches menées au fil des années 1990 et 2000 par l’UMR Telemme de l’Université d’Aix-Marseille ou par le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine de l’Université de Nice-Sophia Antipolis ont montré que cette présentation des choses était biaisée, et qu’elle avait travaillé à disqualifier les Sud, à conforter leur image de « parents pauvres » du progrès. Le regard des historiens de l’économie s’était disjoint, assez étrangement, des transformations des dynamiques marchandes et entrepreneuriales. Les recherches des trente dernières années ont au contraire souligné que les débuts de l’époque contemporaine ne se résumaient pas à une période d’endormissement pour les économies méditerranéennes : les investissements industriels et la problématique du « rattrapage », les réseaux suscités par la circulation des capitaux et des hommes, les développements de la navigation et les relations avec le Maghreb colonial en témoignent assez.

15Au xxe siècle, cette vision mal ajustée a conforté l’appréhension du Sud la plus couramment pratiquée par les savants et les acteurs politiques, celle qui s’opérait à travers une grille de lecture privilégiant l’analyse des relations centre-périphérie et la notion d’économie « dominée ». Au-delà, pourraient aussi être mises en discussion, comme invite à le faire d’ailleurs Paolo Capuzzo, les clés d’interprétation issues de la pensée gramscienne. Ce serait notamment le cas de la notion de « classes subalternes », elle-même fortement marquée par l’attente (partiellement déçue) des communistes italiens à l’égard de la capacité des masses rurales du Sud à s’investir dans un processus révolutionnaire.

  • 28 On pourra lire aussi une autre analyse originale d’un corpus photographique réalisé par une Britan (...)

16Les différentes approches réunies dans ce volume s’attachent également à faire comprendre que la constitution du Sud en objet de discours et en matière de connaissance est un processus de longue durée, dans lequel plusieurs strates d’influences se superposent. Celle des voyageurs, à n’en pas douter, est l’une des plus anciennes et des plus prégnantes. La « découverte » de l’Italie du Sud, à la fin du xviiie siècle, avec l’emballement du public européen pour les voyages de Brydone, semble avoir été d’emblée biaisée et partagée, et beaucoup reste à dire sur un pareil sujet malgré les nombreux travaux qui lui ont déjà été consacrés. La découverte de l’Andalousie par les voyageurs européens est nettement moins connue, et probablement était-elle susceptible de susciter de puissants effets d’imaginaire (l’al-andalus des trois cultures) conjugués à des réactions de différenciation, voire de défiance (comme on l’observait chez les Catalans, par exemple). Par la suite, avec l’avènement du tourisme de la bourgeoisie cultivée, au milieu du xixe siècle, puis avec celui du tourisme de masse au xxe, la perception du Sud tendit à se faire à l’aune d’un exotisme revisité, où les paysages et les mœurs satisfaisaient à la quête d’une sorte d’innocence originelle, des rivages de l’Égée jusqu’aux âpres pentes de l’Ombrie… La perception, et dirait-on même le « statut » des îles s’en sont trouvés également profondément modifiés. Dans la perspective de cette réflexion, la visual culture n’a pas été oubliée, et les représentations véhiculées par les images, depuis la gravure jusqu’à la publicité, pourraient être prises en considération autant que celles produites par l’écrit. C’est d’ailleurs dans cette direction que nous invitent à aller Nicolas Schaub, étudiant la contribution des artistes qui suivirent l’armée d’Afrique sur le sol algérien à la constitution d’un panel d’images qui se différencient subtilement de celui des Delacroix, des Chassériau, et des autres peintres orientalistes de l’âge romantique, et Tiphaine Larroque en suivant les pas d’un vidéaste espagnol se rendant au Maroc, de l’autre côté28

17Le rôle des savants a aussi donné lieu à plusieurs articles de cet ouvrage, à la mesure de l’importance qui fut la sienne dans l’élaboration des images de l’Europe méridionale. Il est établi que la formation d’une véritable géographie de l’esprit, en Europe, assignant un tempérament et des caractéristiques comportementales à des peuples donnés, fut l’un des enjeux centraux de la période des Lumières. Ce sont souvent des auteurs de culture allemande qui ont poussé le plus loin ce processus, jusqu’à Charles-Victor de Bonstetten et son ouvrage L’homme du Midi et l’homme du Nord, dont on retrouve l’opposition dichotomique dans deux grands romans de l’époque napoléonienne, Valérie de Julie de Krüdener d’une part, et Corinne de Germaine de Staël d’autre part. Mais d’autres figures d’intellectuels ou d’hommes de science ont contribué à ces débats, traversant de nombreuses disciplines depuis l’agronomie jusqu’à la statistique et l’archéologie, sans oublier les discussions qui ont eu lieu au sein des pays méditerranéens eux-mêmes au cours du xixe siècle. Les économistes ne manquèrent pas d’apporter leur contribution. Un des traits majeurs de la genèse intellectuelle des marges de l’Europe en général et du Sud en particulier est leur identification comme zones d’arriération économique, rebelles ou rétives au libre marché et à la liberté d’initiative. C’est très manifeste dans les débats sur l’économie de l’approvisionnement dans le royaume de Naples, dès la seconde moitié du xviiie siècle, autour par exemple de l’abbé Galiani. Dans ce diagnostic, qui s’affina particulièrement à la fin du xixe siècle, les Sud pouvaient à la limite être rapprochés de l’Est de l’Europe : même carcan de la grande propriété, même immobilisme de structures agraires très inégalitaires. Dans ce volume, on le verra, l’article d’Alessandro Tuccillo, insiste surtout sur le rôle de penseurs et d’acteurs comme Galdi, qui firent le pont entre la monarchie éclairée de Charles III et le royaume de Joseph Bonaparte et Joachim Murat.

18Enfin, les études réunies dans ce volume rappellent aussi que l’opération par laquelle les principaux foyers de civilisation de l’Europe circonscrivent un espace déterminé en tant que « le Sud » n’est pas pensable sans faire référence aux réceptions et éventuellement aux impulsions données par les Méridionaux eux-mêmes. Les Sud ne sont pas un objet passif, façonné ou formaté par des représentations d’origine exogène. Au tournant du siècle, avant même la Grande Guerre, l’étude des Sud était devenue une spécialité à part entière : ainsi, les meridionalisti italiens étaient des hauts fonctionnaires, des économistes, des gens de haute culture comme Sonnino, Croce ou Villari, qui souhaitaient que le Mezzogiorno tire bénéfice de la chance que lui offrait l’Italie unifiée, mais que simultanément son identité soit reconnue – identité que par ailleurs leurs travaux et recherches avaient préalablement contribué à fixer. Dans la péninsule ibérique et dans les Balkans, l’émergence de ces courants est également documentée, quoique moins étudiée. Les mêmes questions pourraient être posées, avec une chronologie certes différente, pour les sociétés insulaires, qui se sont interrogées sur elles-mêmes et sur leur devenir d’une façon renouvelée au cours du xxe siècle, si ce n’est dès la période antérieure. Il ne faut donc pas envisager le processus de construction du Sud comme fonctionnant à sens unique. Il faut au contraire mettre l’accent sur les interactions et les retours qui relaient ou bousculent le positionnement défendu par le Nord. Nous espérons ainsi, en multipliant les angles d’approche, avoir rendu sensible la complexité du sujet et avoir fait progresser les connaissances sur cette matière passionnante et délicate – comme tout enjeu d’identités.

Notes

1 Voir les actes de cette rencontre : Nicolas Bourguinat (dir.), Voyageuses dans l’Europe des confins ( xviiie- xxe siècle), Strasbourg, PUS, 2014.

2 Auguste Creuzé de Lesser, Voyage en Italie et en Sicile fait en 1801 et 1802, Paris, Didot, 1806, p. 96.

3 Hélène Tuzet, Voyageurs français en Sicile au temps du romantisme (1802-1848), Paris, Boivin, 1944.

4 Sur l’historiographie, on lira le bilan dressé par Angelantonio Spagnoletti, Storia del regno delle Due Sicilie, Bologne, Il Mulino, 1999.

5 Pour Naples (la capitale en tant que métropole méditerranéenne et le royaume lui-même), voir par exemple la rapide synthèse de Brigitte Marin, « Généalogie des lieux communs », in Colette Vallat (dir.), Naples, démythifier la ville, Paris, L’Harmattan, 1998. Mais même après la chute des Bourbons, les transformations de l’Italie libérale ne manqueraient pas d’avoir à leur tour des répercussions sur les représentations de ce Sud : voir par exemple Maryse Jeuland-Meynaud, La ville de Naples après l’annexion, 1860-1915. Essai d’interprétation historique et littéraire, Aix-en-Provence, Ophrys, 1973, et Frank M. Snowden, Naples in the Time of Cholera, 1884-1911, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

6 L’expression est d’Anne-Marie Jaton, Le Vésuve et la Sirène. Le mythe de Naples chez Madame de Staël et Nerval, Pise, Pacini, 1988. Voir également pour le versant britannique de la « domestication » du Sud, le travail de Stefania Arcara, Constructing the South. Sicily, Southern Italy and the Mediterranean in British Culture, 1773-1926, Catane, Quaderni di Filologia Moderna-Università di Catania, 2000. Un essai de synthèse sur les vues des Italiens sur le Sud avant 1860 se trouve dans Nelson Moe, The View from Vesuvius. Italian Culture and the Southern Question, Berkeley, University of California Press, 2002, p. 83-155.

7 Voir Marie-Noëlle Bourguet et al. (dir.), L’invention scientifique de la Méditerranée. Égypte, Morée, Algérie, Paris, EHESS, 1998, et sur les questions relatives à la langue, la littérature et les mœurs, voir Philippe Martel, L’invention du Midi. Représentations du Sud pendant la période révolutionnaire, Montpellier, Édisud, 1987 (un ouvrage absent, inexplicablement, des collections de la BNF).

8 Joseph Martinetti (dir.), Le regard des géographes français sur la Corse aux xviiie et xixe siècles, Aix-en-Provence, MMSH, 2001 (revue Strade, no 9, décembre 2001).

9 Voir notamment Willem Frijohff (dir.), Le voyage révolutionnaire, Hilversum, Verloren, 1991.

10 Voir Michael Broers, The Napoleonic Empire in Italy. Cultural Imperialism in a European Context ?, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005, et en français son article « Les Français au-delà des Alpes : le laager français en Italie », in Nicolas Bourguinat et Sylvain Venayre (dir.), Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal. Entre contraintes nationales et tentations cosmopolites, 1790-1840, Paris, Nouveau Monde, 2007. La tentative d’approcher l’emprise française dans la péninsule italienne avec les outils culturalistes inspirés d’Edward Said et de la décrire comme une forme d’« impérialisme culturel » a cependant suscité d’importantes réserves en Italie même.

11 Voir John Dickie, Darkest Italy. The Nation and Stereotypes of the Mezzogiorno, 1860-1900, New York, St. Martin’s Press, 1999 ou encore Claudia Petraccone, Le due civiltà. Settentrionali e meridionali nella storia d’Italia dal 1860 al 1914, Rome, Laterza, 2000.

12 Voir ainsi Eric J. Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1789, Paris, Gallimard, 1992 [Londres, 1988] et Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et la fonction des nationalismes, Paris, La Découverte, 1995 [Londres, 1979].

13 On rappellera ici l’intérêt des recherches de Zeev Sternhell, Naissance de l’idéologie fasciste, Paris, Fayard, 1995, et Les anti-Lumières. Du xviiie siècle à la guerre froide, Paris, Fayard, 2006 (2e éd., Gallimard, 2010).

14 Le Gaulois, 29 juin 1903. Voir à ce sujet Zeev Sternhell, Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, Armand Colin/Cahiers de la FNSP, 1972.

15 En Tripolitaine et en Cyrénaïque, sous le fascisme, l’État italien s’engagea fortement pour soutenir financièrement les volontaires et orienter leurs cultures (prise en charge des dépenses d’établissement, indemnités de plantation pour l’amandier et l’olivier, primes à l’élevage). En juin 1932 fut fondée une régie, l’Ente Nazionale per la valorizzazione della Cirenaïca, qui alla recruter des paysans dans les Pouilles, pour les regrouper dans quatre gros villages de colonisation tels que Feda Littoria. En Somalie de même, après 1932, une Società Agricola Italo-Somala dirigée par le duc des Abruzzes développa la culture intensive du coton et des bananes dans la partie méridionale du pays, la plus fertile et la plus arrosée.

16 Pour les échanges et transferts liés aux migrations, voir l’ouvrage de Julia A. Clancy-Smith, Mediterraneans. North Africa and Europe in an Age of Migrations, Berkeley, University of California Press, 2011, et une monographie comme celle d’Andrea L. Smith, Colonial Memory and Postcolonial Europe. Maltese Settlers in Algeria and France, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 2006.

17 Bien qu’il soit très disparate, on peut citer le recueil de Philippe Meunier (dir.), De l’Espagne orientale aux représentations ibériques et ibéro-américaines de l’exotisme, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2010. L’introduction de Jean-René Aymes à son anthologie L’Espagne romantique. Témoignages de voyageurs français, Paris, A.-M. Métailié, 1983, reste irremplacée. Du côté du regard anglo-saxon, voir par exemple Maria Antonia Lopez-Barrios, Viajeros ingleses en España del siglo xix , Grenade, Editorial Universidad de Granada, 1989.

18 Plus connu sous le titre retenu pour la publication en volume, Un Hiver à Majorque.

19 Voir par exemple Atanasio Mozzillo, « Dannati del paradiso. Il mito oscuro del Calabrese da Tito Livio all’abate Galiani », in Emanuele Kanceff et Roberta Rampone (dir.), Viaggio nel Sud, Genève/Moncalieri, Slatkine/CIRVI, 1995, t. 3, p. 21-39, et Giuseppe Galasso, « Le stéréotype du Napolitain et ses variantes régionales », in Id., L’autre Europe, Rome/Paris, École française de Rome, 1992, p. 145-179. Intéressant aussi est l’article de Bruna Ranzani, « L’italien, du malsain géologique au malsain anthropologique », Francia e Italia nel xviii secolo : immagini e pregiudizi reciproci, no 4 de Franco-Italica, 1995, p. 33-55.

20 Chicago, The Free Press, 1958. À propos des termes du débat dans les sciences sociales, depuis l’époque préunitaire jusqu’à l’après 1945, voir Jane Schneider (dir.), Italy’s « Southern Question ». Orientalism in One Country, Oxford et New York, Berg, 1998.

21 Il existe une étude sur ce sujet par Frank M. Snowden, The Conquest of Malaria. Italy, 1900-1962, New Haven, Yale University Press, 2006, et une monographie sur la Sardaigne entre 1880 et 1950 : Eugenia Tognotti, Per una storia della malaria in Italia : il caso della Sardegna, Milan, Franco Angeli, 2e éd. 2008 [1996].

22 Pierre Jakez Hélias, Le cheval d’orgueil. Mémoires d’un Breton du pays bigouden, Paris, Plon, 1975.

23 Très caractéristique, à cet égard, est le panorama donné au milieu des années 1970 par Daniel Fabre et Jacques Lacroix (dir.), Communautés du Sud. Contributions à l’anthropologie des collectivités rurales occitanes, 2 vol., Paris, UGE-10/18, 1975.

24 Voir par exemple Pierre Daix, Braudel, Paris, Flammarion, 1995, et les deux séries des Jornadas Braudelianas, éditées par Carlos Antonio Aguirre Rojas et par Bernard Lepetit (Mexico, Instituto Mora, 1994-1998).

25 Cette école n’avait paradoxalement produit que fort peu de travaux sur le monde méditerranéen, à quelques exceptions notables telles que la thèse de doctorat de Maurice Le Lannou, Pâtres et paysans de la Sardaigne, Tours, Arrault, 1941. La dislocation de la transhumance et des systèmes agro-pastoraux traditionnels allait d’ailleurs rapidement faire de cette étude (fondée sur des observations faites sur le terrain dans les années 1930) un livre d’histoire : pour cette raison, une traduction italienne, Pastori e contadini di Sardegna, fut publiée dès 1979 par les Edizioni della Torre à Cagliari.

26 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1966 [1947], t. 2, p. 68.

27 Voir les travaux présentés au congrès international d’histoire économique de Louvain en 1990 : Erik Aerts (dir.), Growth and Stagnation in the Mediterranean World, Louvain, Leuven University Press, 1990.

28 On pourra lire aussi une autre analyse originale d’un corpus photographique réalisé par une Britannique dans les années 1900 : Giorgia Alu, « Points de vue insulaires. L’œil photographique d’une femme expatriée en Sicile », in Nicolas Bourguinat (dir.), Voyageuses dans l’Europe des confins, op. cit., p. 101-116.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540