Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sorcellerie savante et mentalités populaires

 | 
Antoine Follain
, 
Maryse Simon

Postface

Frank Muller

Texte intégral

  • 1 Traduction de Das Unbehagen in der Kultur paru en 1930. Ici : Paris, PUF, p. 65-66, 1re édition 197 (...)

« Il est toujours possible d’unir les uns aux autres par les liens de l’amour une plus grande masse d’hommes, à la seule condition qu’il en reste d’autres en dehors d’elle pour recevoir les coups. »
Sigmund Freud, Malaise dans la civilisation1.

  • 2 Supra Diedler, Pascal, « Le Mal donné face à la médecine. Les pathologies dites maléfiques en Lorra (...)

1D’une ironie amère, la phrase de Freud nous place au cœur du sujet, même s’il poursuit en évoquant principalement le cas paradigmatique de la persécution des juifs dans l’Europe chrétienne. Mais on sait depuis longtemps – et les résultats des travaux qu’on vient de lire le confirment amplement – qu’à travers toutes les discussions sur les origines et les modalités de la psychose collective qu’a été la chasse aux sorcières, il est une constante, parmi tous les aspects très différents qu’elle a prise : c’est la peur et la haine de l’Autre, quel qu’il soit. Ainsi que le note pertinemment Pascal Diedler : « Quand tout va mal, il convient d’éliminer l’Autre, c’est-à-dire celui qui peut faire ombrage parce qu’il ressemble trop à tout un chacun »2. C’est clairement la dialectique du Même et de l’Autre qui est à l’œuvre dans cette affaire.

  • 3 Ne manquent que les tziganes et les « sodomites » pour compléter cette liste.
  • 4 Supra Voltmer, Rita, « Du discours à l’allégorie : représentations de la superstition, de la magie (...)

2La longue liste des « ußlendige narren » (fous étrangers) dressée par le prédicateur de la cathédrale de Strasbourg, Geiler de Kaysersberg, contemporain du Malleus maleficarum, en témoigne éloquemment : hérétiques, païens et juifs, meurtriers, suicidés, infanticides, prostituées, entremetteuses, tous et toutes au service du Diable, sont à mettre à l’écart pour qu’ils n’empoisonnent pas les communautés chrétiennes3. La mise à l’écart est une expression assez vague, mais potentiellement grosse de menace, alors même, comme le montre Rita Voltmer, que Geiler, encore hésitant sur la réalité de certaines accusations telles que le vol dans les airs vers le sabbat, n’est certes pas un persécuteur obsédé4. Mais on voit bien que la fameuse bulle d’Innocent VIII et le Malleus commencent à agir dans les consciences. Ainsi que l’exprime l’historien Hugh Trevor-Roper :

  • 5 Trevor-Roper, Hugh, De la Réforme aux Lumières, Paris, Gallimard, 1972, 294 p. (p. 153).

« La ressemblance entre la persécution des juifs et celle des sorcières, qui atteignirent leur paroxysme au même moment quoiqu’en des lieux différents, tend une fois encore à prouver qu’elles émanaient toutes deux de la pression sociale : le juif et la sorcière sont tous deux le symbole du non conformisme5. »

  • 6 Supra Modestin, Georg, « Les débuts de Heinrich Institoris dans l’espace rhénan. Un inquisiteur par (...)

3On peut ajouter que, dès cette époque, la sorcellerie est assimilée à une hérésie, ainsi que le confirme l’article de Georg Modestin sur la carrière d’Heinrich Institoris6. Les activités de celui-ci, centrées d’abord sur la chasse aux personnes soupçonnées d’hérésie, notamment des « petites femmes reniant la foi », formulation des plus révélatrices de la haine envers les femmes qui animait la plupart des persécuteurs, déboucheront logiquement sur la lutte contre la sorcellerie.

  • 7 Supra Diedler, Jean-Claude, et Follain, Antoine, « Édition des derniers procès de sorcellerie inten (...)

4Le même article nous apprend qu’Institoris avait voulu mettre en place, sans succès apparemment, une confrérie de laïcs, mais dirigée par un inquisiteur, dont le but aurait été d’« enquêter » et de dénoncer les « sorciers », institution déjà existante en Lombardie. Quand on sait que la récompense de ces délateurs eût été la rémission plénière des péchés à l’article de la mort, il peut paraître étonnant qu’il n’y ait pas eu plus de dénonciations. Il est vrai qu’on était encore loin des grandes vagues de persécution de la seconde moitié du xvie siècle et de la première moitié du xviie siècle, où la dénonciation par des membres de la famille ou par les voisins était chose courante, comme le démontrent les procès de la prévôté d’Arches, dans les Vosges lorraines, en 1624, collectés et commentés par Jean-Claude Diedler et Antoine Follain, que l’on trouve dans le présent volume7. Transcrit avec des étudiants de l’université de Strasbourg, le procès de Mougeotte Colombain, accusée par son fils Jean, âgé de douze ans, et qui aboutira à l’exécution de cette femme, en est un exemple particulièrement frappant, mais qui n’a rien d’exceptionnel ; on songe inévitablement aux dénonciations de parents par leurs enfants dans les régimes totalitaires du xxe siècle, mais ce n’est pas le seul rapprochement que l’on puisse faire. En effet, ainsi que l’énoncent les auteurs :

« Les habitants de cette région ne sont pas les simples sujets d’une justice qui les dépasse. Ils en sont les premiers animateurs […] les « jugeants » ou les « bons hommes » des lieux ont une importante activité judiciaire et ils procèdent avec la plus grande rigueur à l’éradication de tout habitant qui s’est trouvé rejeté du côté des criminels. »

  • 8 Trevor-Roper, op. cit., p. 158 : « Les grands massacres sont peut-être ordonnés par des tyrans, mai (...)

5Les admonestations de Geiler et de bien d’autres se réalisent ainsi, grâce à une dynamique répressive dont on ne sait généralement pas pourquoi elle commence et finit à tel moment, à tel endroit de l’Europe, mais qui se caractérise par une « collaboration », forcée ou volontaire, d’une partie de la population8.

  • 9 Comprendre : « que cela ait été ainsi ».

6Il n’est pas jusqu’à certains accusés eux-mêmes qui abondent dans le sens de leurs persécuteurs, soit évidemment à cause de la torture ou de la peur de celle-ci, soit dans certains cas par une sorte de fatalisme résigné ; les termes employés par Mougeotte Colombain : « [Elle] dit qu’il fault bien q )[ue] si eust… »9, sont tout à fait révélateurs de l’énorme pression psychologique exercée sur les accusé(e) s et du fait qu’ils partagent inévitablement tout ou partie des valeurs de la société dans laquelle ils vivent. Pour le dire simplement : à force d’entendre des absurdités présentées comme des évidences, on finit par les croire. On peut ainsi méditer l’avertissement de nos auteurs :

« Pour couper court à toute tentative de condescendance, il faut se persuader que les gens des xvie et xviie siècles ne sont pas moins logiques et surtout guère plus superstitieux que ceux du xxie siècle. »

  • 10 Pour comprendre la longévité des croyances religieuses et para-religieuses, il n’est pas inutile de (...)

7Il a souvent été dit, pour expliquer ce qu’on peut appeler les croyances de façon générale, que nos prédécesseurs du Moyen Age et de la première modernité ne maîtrisaient pas les catégories mentales du possible et de l’impossible, affirmation au moins discutable, dans la mesure où le xxe siècle, et notre présent encore, regorgent d’absurdités partagées par de larges couches de la population, même en s’en tenant uniquement à l’Europe10.

  • 11 Voir le cas de Jean Brice dans l’édition des procès de 1624. Ses relations lui ont permis d’obtenir (...)

8Pour ne prendre que des exemples bien connus, les procès de Moscou ou ceux des « démocraties populaires » à l’époque de la Guerre froide reposent sur les mêmes présupposés psycho-sociologiques, puisqu’ils mettent en accusation une partie des dirigeants de ces sociétés, dont certains « confessent » les crimes imaginaires (« hitléro-trotzkysme », « titisme », etc.) qu’on leur impute. Il est d’ailleurs souvent arrivé aussi, aux xvie et xviie siècles, que la machine délirante s’emballe et que par le jeu des dénonciations, des gens des couches dirigeantes soient mis en cause (surtout des femmes de notables, mais aussi des hommes, jusqu’à des nobles et des clercs), même si dans la majeure partie des cas, les autorités arrêtent alors le processus11.

  • 12 Dans le beau film méconnu de Michael Reeves, Witchfinder general (1968), la perversité de Hopkins, (...)
  • 13 Cf. Arendt, Hannah, Eichmann à Jérusalem : rapport sur la banalité du mal. Édition revue et augment (...)

9Mais d’une façon générale, ce sont tout de même les pauvres, les isolés, les marginaux qui forment l’immense majorité des victimes ; encore faudrait-il énoncer cela au féminin, puisque dans ces sociétés patriarcales, les pouvoirs judiciaires sont l’apanage exclusif des hommes. Même si dans les dossiers étudiés ici, les aspects sexuels n’apparaissent pas directement, ils sont évidemment présents de façon sous-jacente, les « débauches » censées se dérouler pendant le sabbat laissant évidemment libre cours aux fantasmes masculins, même si les juges n’étaient certainement pas tous des sadiques. Encore faut-il dire qu’il est souvent difficile de se faire une idée précise de la personnalité des persécuteurs : si par exemple Institoris, Nicolas Rémy en Lorraine ou Matthew Hopkins en Angleterre12 étaient peut-être des pervers, on a l’impression que bon nombre de juges semblent avoir humilié, torturé ou fait exécuter sans beaucoup d’états d’âme, bureaucrates de la mort que le terme de « banalité du mal » (Hannah Arendt) caractérise sans doute assez bien13. De toute façon, il y a là un terreau commun, car, comme le montre très justement Trevor-Roper, le même type d’accusations court à travers les siècles, que ce soit dans celles des Pères de l’Eglise envers les « hérétiques » ou celles des inquisiteurs médiévaux contre les cathares ou les hussites :

  • 14 Trevor-Roper, op. cit., p. 171, note 17.

« […] les détails obscènes sont souvent identiques, et leur similitude explique au plan psychologique la relation qui existe entre orthodoxie persécutrice et lubricité, les racines de la bigoterie et celles du sadisme sont proches les unes des autres14. »

  • 15 Supra Simon, Maryse, « Les métamorphoses diaboliques. Croyances et controverses ».

10S’ajoute aussi à ces constantes la volonté de rabaisser les accusés et ici la représentation par l’image joue son rôle, grâce principalement à un procédé qui a lui aussi traversé les siècles, l’animalisation de l’adversaire, analysée dans la contribution de Maryse Simon15 : ce ne sont généralement pas les sorcières qui sont traitées ainsi, mais celui qui est censé être leur maître, le Diable, personnage évidemment omniprésent non seulement dans les affaires de sorcellerie, mais aussi chez les théologiens de tous bords. Il y a longtemps que Satan n’est plus simplement un ange déchu ; il est devenu un monstre généralement composé de parties d’animaux différents ou simplement un bouc, symbole de la luxure. Que les sorcières adorent cet être hideux, lui baisent le derrière ou se prêtent à ses caresses glaciales permet de « prouver » qu’elles sont devenues ses affidées et ne peuvent donc plus faire partie de la chrétienté ; il en est de même pour les juifs dégradés au rang d’animaux dans les représentations assez nombreuses aux xve et xvie siècles de la Truie aux juifs.

  • 16 Par ailleurs, les images qui illustrent les éditions de l’Emeis de Geiler ne sont pas de l’atelier (...)
  • 17 On trouvera dans le catalogue de l’exposition Hexen und Hexenverfolgung im deutschen Südwesten, Kar (...)

11On ne pourrait guère opposer à ces images destinées à inspirer l’horreur que les jeunes et belles sorcières dessinées ou peintes par Hans Baldung Grien dans les années 1510-1530, soit à un moment d’« incubation » des persécutions qui vont suivre. En réalité, la question est très complexe et ne peut guère être analysée ici. Disons simplement qu’il y a chez Baldung une violente ambivalence vis-à-vis de la Femme, la sorcière étant le symbole de la femme dangereuse, sans pour autant qu’on puisse affirmer que l’artiste ait vraiment cru à la réalité des scènes qu’il représente16. Toujours est-il que les figurations ultérieures des sorcières jusqu’à nos jours, que ce soit en art ou en littérature, oscillent entre les jeunes femmes aguichantes, objets du désir sadique masculin, et les vieilles femmes haïssables, sur lesquelles peut se déverser toute la haine et la peur de l’Autre.17

12La famille Baldung comportait plusieurs humanistes et le peintre lui-même fréquentait ces cercles, mais Rita Voltmer écrit très justement que les humanistes n’étaient pas obligatoirement des critiques de la croyance à la sorcellerie, de même qu’ils étaient fort rarement des défenseurs des juifs. Leur maître à tous, Erasme, a émis à plusieurs reprises de violentes attaques contre ces derniers, mais semble avoir été très prudent à propos de la sorcellerie ; toujours est-il qu’il avait sûrement peu d’estime envers Institoris et ses pairs, mais sans aller jusqu’à dénoncer directement leurs agissements.

13Ceci nous amène au titre du présent ouvrage « Sorcellerie savante et mentalités populaires », dont le premier terme peut paraître a priori quelque peu étrange, dans la mesure où la sorcellerie apparaît généralement aux non-initiés comme un ensemble de croyances issues de la « mentalité populaire ». En réalité, et c’est ce que montrent amplement les différentes contributions, il s’agit bien ici de ce que l’on pourrait appeler une « création mixte ». En effet, s’il ne fait pas de doute que c’est d’un imaginaire populaire très ancien que sont issues nombre de croyances magiques relatives aux pouvoirs surnaturels, au « mauvais œil » supposé propriété d’une personne, à l’influence néfaste de tels phénomènes physiques (comètes, orage, grêle, etc.) ou de certains animaux (serpent, crapaud, chat, etc.), il est depuis longtemps assez clair que la mise en place progressive d’une « théorie » de la sorcellerie a été l’œuvre d’intellectuels, clercs surtout à l’origine, mais aussi laïcs. Le Malleus en est le paradigme, mais bien d’autres écrits aussi consternants l’ont suivi, souvent de la plume de lettrés qu’on ne peut guère soupçonner d’avoir été des personnages irraisonnés. Pour ne prendre que deux exemples célèbres, Bodin ou Jacques VI d’Ecosse (plus tard Jacques Ier d’Angleterre) n’étaient certainement pas des esprits fanatiques ou bornés, mais ils participaient pleinement à la psychose collective et même l’alimentaient en tant que détenteurs du pouvoir idéologique et/ou politique. Le phénomène est d’autant plus intéressant que l’aspect économique (le fait de dénoncer quelqu’un pour s’emparer de ses biens ou en tirer profit de quelque manière) est certes parfois présent, mais reste assez subalterne : il ne s’agit pas en général d’intérêt, mais de pouvoir symbolique, où haine et peur sont inextricablement liées.

  • 18 Pour ne prendre qu’un exemple, l’ouvrage de François Furet, Le passé d’une illusion, est une remarq (...)

14La sorcellerie est une remarquable preuve de l’extraordinaire faculté de crédulité dont l’humanité a malheureusement témoigné tout au long de son histoire, « élites » largement comprises, ces dernières en étant même l’aile marchante, si l’on peut dire.18 Une des questions non résolues – et qui n’a guère de chances de l’être ! – de l’histoire de l’humanité est de comprendre pourquoi, face à quelque idéologie que ce soit, une petite minorité de gens reste réfractaire et est donc potentiellement menacée, alors qu’une autre minorité y croit ou feint d’y croire pour asseoir son pouvoir, et que la majorité louvoie, se ralliant généralement à ceux qui semblent l’emporter à un moment donné. Il faut insister sur le fait que ce clivage ne se fait pas horizontalement, les « intellectuels » étant miraculeusement préservés de la peste idéologique et le « bas-peuple » y succombant immanquablement. Pour ne parler que de la sorcellerie, des sources venant des divers pays européens touchés montrent que les « résistants » se recrutaient dans toutes les couches de la population et aussi que des facteurs conjoncturels, souvent difficiles à comprendre a posteriori, jouaient un rôle important dans le déclenchement et l’arrêt, parfois brutal, du phénomène.

15Que cette machine de mort pouvait être arrêtée définitivement par un consensus du peuple et des élites, est attesté par l’exemple d’un État nouvellement constitué à la fin du xvie siècle, la république des Provinces-Unies. Il y a certes eu quelques manifestations de « sorcellerie » dans les campagnes de Gueldre ou de Frise et des croyances diffuses dont témoignent les représentations fort imaginatives de Jacob de Gheyn au début du xviie siècle, mais les autorités ont très vite arrêté le processus, qui ne semble pas avoir survécu. On ne peut guère mettre cela au crédit du calvinisme, car d’autres pays calvinistes, comme l’Ecosse, n’ont pas été immunisés, mais plutôt à la « modernité » de cette république. En effet, la classe dirigeante, la bourgeoisie commerciale, semble avoir dans l’ensemble été immunisée contre ce type de délires, quelle qu’ait pu être la confession des élites, dans la mesure où s’est mis en place, dans un pays à tous égards le plus avancé de l’époque, un climat de rationalité économique où la magie n’avait plus guère de place et qui fut le creuset des Lumières.

Notes

1 Traduction de Das Unbehagen in der Kultur paru en 1930. Ici : Paris, PUF, p. 65-66, 1re édition 1971, rééditions multiples.

2 Supra Diedler, Pascal, « Le Mal donné face à la médecine. Les pathologies dites maléfiques en Lorraine du Sud (xvie et xviie siècles) ».

3 Ne manquent que les tziganes et les « sodomites » pour compléter cette liste.

4 Supra Voltmer, Rita, « Du discours à l’allégorie : représentations de la superstition, de la magie et de la sorcellerie dans les sermons de Johannes Geiler de Kaysersberg ».

5 Trevor-Roper, Hugh, De la Réforme aux Lumières, Paris, Gallimard, 1972, 294 p. (p. 153).

6 Supra Modestin, Georg, « Les débuts de Heinrich Institoris dans l’espace rhénan. Un inquisiteur par-delà les frontières ? ».

7 Supra Diedler, Jean-Claude, et Follain, Antoine, « Édition des derniers procès de sorcellerie intentés dans la prévôté d’Arches […] à L’Estraye dans les Vosges en 1624 ».

8 Trevor-Roper, op. cit., p. 158 : « Les grands massacres sont peut-être ordonnés par des tyrans, mais ils sont imposés par le peuple. Sans le soutien de l’ensemble de la société, les dispositifs de ségrégation et d’expulsion ne sauraient être mis en œuvre. »

9 Comprendre : « que cela ait été ainsi ».

10 Pour comprendre la longévité des croyances religieuses et para-religieuses, il n’est pas inutile de relire L’avenir d’une illusion, de Freud, si peu daté.

11 Voir le cas de Jean Brice dans l’édition des procès de 1624. Ses relations lui ont permis d’obtenir une aide qui a pris la forme de l’envoi d’un commissaire du duc de Lorraine pour réfréner l’ardeur des officiers locaux.

12 Dans le beau film méconnu de Michael Reeves, Witchfinder general (1968), la perversité de Hopkins, remarquablement interprété par Vincent Price, est glaçante ; même s’il s’agit d’une histoire fortement romancée, on ne peut s’empêcher de penser que l’analyse des ressorts psychologiques du personnage est des plus vraisemblables.

13 Cf. Arendt, Hannah, Eichmann à Jérusalem : rapport sur la banalité du mal. Édition revue et augmentée, Paris, Gallimard, 1966 (1re éd. 1963), 339 p.

14 Trevor-Roper, op. cit., p. 171, note 17.

15 Supra Simon, Maryse, « Les métamorphoses diaboliques. Croyances et controverses ».

16 Par ailleurs, les images qui illustrent les éditions de l’Emeis de Geiler ne sont pas de l’atelier de Baldung ; elles peuvent être attribuées à Erhard Schlitzor (l’une d’elles comporte son monogramme), artiste strasbourgeois dont on sait fort peu de choses.

17 On trouvera dans le catalogue de l’exposition Hexen und Hexenverfolgung im deutschen Südwesten, Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, 1994, p. 220-244, des exemples très parlants à ce sujet.

18 Pour ne prendre qu’un exemple, l’ouvrage de François Furet, Le passé d’une illusion, est une remarquable analyse de la cécité des intellectuels français devant la réalité de l’URSS, mais de pareilles analyses ont été faites ou le seront mutatis mutandis pour bien d’autres époques, cf. Furet, François, Le passé d’une illusion : essai sur l’idée communiste au xxe siècle, Paris, R. Laffont & Calmann-Lévy, 1995, 580 p.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540