Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sorcellerie savante et mentalités populaires

 | 
Antoine Follain
, 
Maryse Simon

Le Mal donné… au croisement de la médecine et de l’histoire

Le Mal donné face à la médecine

Les pathologies dites maléfiques en Lorraine du Sud (xvie et xviie siècles)

Pascal Diedler

Texte intégral

« A dict qu’estante aagée d’environ seize ou dix huict ans […] elle se treuva saisie d’ung mal qui la print vers le dos, descendant sur les raings ; et ce mal estant accreu […] elle ne pouvoit bonnement marcher sy elle n’estoit appuyée d’ung batton ; à faulte de quoy, elle estoit contraincte d’aller sur ses piedz et mains ; et luy dura ce mal proche d’environ ung an, durant lequel temps l’on prenoit touttes les peines de […] y apporter tous les remedes que l’on pouvoit… ».
Arch. dép. Vosges, G 708, déposition de Marguerite Jeandey en 1601.

  • 1 La communication présentée en septembre 2007 par Pascal Diedler a été tirée de sa thèse pour obteni (...)
  • 2 La sémiologie (ou séméiologie) est la partie de la médecine qui étudie les signes cliniques des mal (...)

1La nature même du maléfice a été rarement abordée1. On peut le concevoir. Les auteurs sont avant tout des historiens. Ils s’intéressent d’abord à la condition des accusés ou aux rapports sociaux de l’époque concernée par leurs travaux. Pourtant, un maléfice, appelé aussi « Mal donné », se traduit le plus souvent par des troubles somatiques. La médecine peut donc avoir son mot à dire. La question s’enrichira certainement quand le spécialiste du corps confrontera ses connaissances à celles du spécialiste des sociétés anciennes. En outre, le médecin ne peut pas rester indifférent au passé s’il veut comprendre le présent. Une consultation des ouvrages les plus importants semble laisser place à une réflexion comme la nôtre qui prétend appliquer à la notion de Mal donné une approche de séméiologie clinique2. Cet objectif est particulièrement intéressant dans une thèse de médecine générale portant sur une population rurale. Le patient des montagnes vosgiennes, par exemple, décrit encore souvent les signes cliniques d’une affection en utilisant le langage approximatif qui avait cours dans les anciennes campagnes. Ses descriptions utilisent parfois des mots qui ont un sens différent de celui qui est généralement admis. L’image prévaut souvent sur la langue. La maladie fait peur ; on essaie de la tourner en dérision. Moqueries et plaisanteries occultent alors la rationalité de la description du trouble ressenti. C’est ce type de patient que notre étude prend en compte.

2L’époque est celle du Temps des bûchers, soit la fin du xvie siècle et le début du xviie. La période a fait et fera probablement couler encore beaucoup d’encre. Elle recouvre un phénomène qui ne peut laisser indifférent, ne serait-ce que par l’ampleur de la répression. Par le fait que, quoi qu’on en dise, il concerne aussi l’intimité des consciences à cause des souffrances qu’il a provoquées. Dès la bulle Summis desirantes Innocent VIII, datée du cinq décembre 1484, le rattachement de la sorcellerie à l’hérésie est confirmé. Le pape rapporte que le monde est rempli de sorciers. Son texte détermine aussi le pouvoir des inquisiteurs et exaspère le zèle des juges. Deux grands inquisiteurs, Henri Institoris et Jacques Sprenger, sont alors nommés par la papauté. Ils écrivent un code de la sorcellerie où toutes les opinions admises sont inventoriées et validées. Leur Malleus maleficarum paraît peu après la bulle pontificale, en 1486. Pour les auteurs et l’élite religieuse, la vénération démoniaque est le contraire de l’adoration divine. Les doctrines et les cérémonies sataniques sont donc considérées comme étant à rebours de la religion chrétienne. Tous ces théologiens ont bâti leur propre monument d’impiété qu’ils ont imputé aux sorciers. Si les adorateurs de Satan répondent tous la même chose lorsqu’ils sont soumis à la question, c’est tout simplement parce que les juges posent toujours les mêmes interrogations… et la torture fait le reste.

  • 3 Garcon, Maurice, et Vinchon, Jean, Le Diable. Étude historique, critique et médicale…, p. 39.
  • 4 Delcambre, Étienne, Le concept de sorcellerie dans le duché de Lorraine…, 1948, 1949 et 1951.

3À en croire Maurice Garçon dans son étude sur Le Diable…, l’interprétation des conséquences somatiques du maléfice est occultée par une approche magico-religieuse. Elle est bien éloignée du pragmatisme nécessaire à un diagnostic de maladie3. L’archiviste nancéien Étienne Delcambre, dans son ouvrage Le Concept de sorcellerie dans le duché de Lorraine au xvie et au xviie siècle, a réalisé un important inventaire des nombreux procès de sorcellerie disponibles4. Leurs minutes faisaient partie des anciennes archives de l’administration ducale. Elles peuvent être consultées aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, à Nancy. Leur récolement constitue un formidable outil de travail, une immense masse de données et de sources classées. Bien sûr nous l’avons complété par les documents des Archives départementales des Vosges. Étienne Delcambre montre surtout que notre sujet était envisageable à partir des documents conservés dans les dépôts d’archives lorrains.

4Notre travail a été divisé en deux grandes parties. La première traite de l’aspect historique et bibliographique de la question. Elle permet aussi de comprendre comment les populations concernées conçoivent la santé et la maladie. Une approche médicale cohérente du sujet ne peut pas faire abstraction des données psychologiques du moment. La meilleure preuve en est que pour les contemporains de nombreuses affections relèvent de maléfices. Il ne faut pas oublier que médecine, magie et religion ont toujours été intimement liées. C’est ce que nous avons voulu souligner, tout en dégageant une méthode de recherche et d’analyse.

5Dans une seconde partie, les différents cas relevés dans les archives sont ensuite étudiés. Il s’agit d’essayer de déterminer la nature des maladies qui étaient considérées comme la conséquence de maléfices. L’entreprise peut paraître délicate. Il n’est pas surprenant que les descriptions soient imprécises. Il manque surtout une des conditions indispensables au médecin : la proximité de son patient. Il a été néanmoins possible de dégager des hypothèses en fonction de certaines étiologies précisées par les documents, et que nous avons choisies.

6Sans les aides nombreuses dont nous avons bénéficié, ce travail n’aurait pas été possible. Pour le domaine historique, nous pensons aux travaux paternels que nous avons largement exploités. Nous pensons aussi, et surtout, au domaine médical qui constitue la finalité de cette thèse. L’aide précieuse du professeur Jean-Pierre Grilliat nous a permis d’exploiter les données des documents tirés des archives, avec un maximum de chance. Notre reconnaissance va également à tous ceux qui ont contribué à l’aboutissement de cette thèse.

Aspects historiques et méthodologiques

Position de thèse

7A priori un tel travail peut sembler complexe. Tenter une interprétation étiologique des maladies magiques qui, il y a quatre siècles, ont précipité sur le bûcher une foule de malheureux relève peut-être de la gageure. La barrière du temps est le plus souvent difficile à franchir. En outre un médecin inscrit toujours ses actes dans le présent et dans la proximité de son patient. La complexité de notre travail tient également à l’élargissement méthodologique imposé à la réflexion. Le sujet, en effet, emprunte des méthodes d’analyse propres à plusieurs disciplines. Ainsi il relève à la fois du domaine médical – c’est sa raison d’être – mais aussi de ceux de l’histoire et de la sociologie. En revanche, le thème choisi est stimulant. Il emprunte aux grandes lignes de pensée de notre époque. La magie, la sorcellerie, les courants sectaires sont les signes d’un mysticisme renaissant, au moment où s’est ouvert un nouveau millénaire. Par définition aussi, la médecine inscrit toujours ses pratiques dans une époque et un contexte donnés. À chaque époque, à chaque lieu, sa médecine ! Ce nouvel état d’esprit, dominé par la religiosité, infléchira à un moment ou à un autre la déontologie du praticien. La médecine doit pouvoir répondre à ce défi, alors que vont se multiplier mages et guérisseurs. C’est ce qui se passait déjà à la fin des années 1500.

8Pour espérer conduire une telle réflexion avec un maximum de chances, il faut pouvoir choisir avec soin les sources, c’est-à-dire les documents d’archive utilisés. Leur présentation sélective fait l’objet de cette première partie. Il est bien entendu que, pour ce faire, nous avons accordé notre confiance aux historiens spécialisés. Mais il convient tout d’abord d’examiner les ouvrages qui ont pu traiter la question.

9A priori la bibliographie médicale ne devrait pas poser de problème. En effet, ses données, fondées sur l’expérimentation et la preuve statistique, relèvent de plus en plus de la rigueur scientifique.

Un état de la recherche focalisé sur les seules affections psychiatriques ou l’épilepsie

  • 5 La Démonomanie des sorciers… par J. Bodin, 1580. Le livre a tellement de succès qu’il est réédité j (...)
  • 6 Histoires, disputes et discours, des illusions et impostures des diables, des magiciens infâmes, so (...)
  • 7 La démonolatrie par Nicolas Remy ; texte établi et traduit à partir de l’édition de 1595 par Jean B (...)
  • 8 Il est intéressant de connaître précisément l’opinion des contemporains sur la possession diaboliqu (...)

10Il n’en est pas de même des sources imprimées et des ouvrages d’histoire. La fin du xvie siècle et le début du xviie ont vu le développement d’une contagion diabolique. Celle-ci se traduirait par des névroses de toute nature. En 1580, Jean Bodin parle déjà de démonomanie5. Bien mieux, en 1579, le précurseur de l’Ecole de la Salpêtrière, Jean Wier a utilisé le mot démonopathie qui recouvre une véritable pathologie6. Le Lorrain Nicolas Remy préfère évoquer le terrain religieux en parlant de démonolatrie7. Les contradictions sont déjà très présentes chez les contemporains, ce qui montre que, dès l’origine, le concept est particulièrement flou8.

11Souvent malgré elle, l’histoire s’exténue dans la répétition. Il est vrai qu’elle reflète les courants de pensée de son époque. Pourtant certaines études font date. Quand, en 1951, Étienne Delcambre termine le dernier fascicule du Concept de sorcellerie dans le Duché de Lorraine, le sujet semble épuisé. Ses fonctions d’archiviste ont permis qu’il mène une étude approfondie des liasses déposées aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle. La sorcière est décrite comme une pauvre femme, marquée par les ans, aux espérances défraîchies et surtout en proie à la possession diabolique. Elle prête sa voix et son corps à Satan, son maître, qui peut ainsi agir parmi les hommes. À ce niveau, Étienne Delcambre accepte toujours la vision romantique de Francis de Chanteau, son prédécesseur à la fin du xixe siècle :

  • 9 Chanteau, Francis de, Notes pour servir à l’histoire du chapitre de Saint-Dié, 1877, p. 314-315. Qu (...)

« La pauvre femme s’éloigne rapidement de la maison inhospitalière qui vient de lui refuser l’aumône ; elle est en proie à un sentiment de haine contre ceux qui l’ont brutalement repoussée, et cherche en vain par quels moyens elle pourra se venger de leur mépris9. »

  • 10 Discours exécrable des sorciers…, par Henry Boguet, 1602, p. 68.
  • 11 Delcambre, Étienne, Le concept de sorcellerie…, op. cit.,, 1949, t. 2, p. 59.
  • 12 Un procès de sorcellerie se déroule en quatre temps : une information secrète, l’interrogatoire du (...)

12Quant à son approche du sujet de notre travail, Étienne Delcambre ne se démarque pas davantage des démonologues des xvie et xviie siècles. Pour définir le concept de maladie magique, il cite d’ailleurs l’inquisiteur comtois Henri Boguet (1602)10. Pour celui-ci, tout trouble pathologique peut être d’origine démoniaque. La maladie magique, appelée Mal donné par ceux qui en souffrent, est difficile à diagnostiquer. Bien plus, toutes les affections inconnues du médecin, aux symptômes anormaux, difficilement localisables ou qui résistent aux traitements habituels peuvent être attribuées à un Mal donné11. L’hystérie, voire l’épilepsie, deviennent alors des termes commodes pour définir toutes les étiologies des maux décrits par les informations des procès de sorcellerie. Ils semblent permettre de recouvrir les multiples symptômes qui caractérisent le Mal donné. Étienne Delcambre ne nie pas que d’autres affections puissent être en cause mais dans les informations pour sorcellerie, les imprécisions du langage ne suffisent pas à les déterminer12.

  • 13 Garcon, Maurice, et Vinchon, Jean, Le Diable…, op. cit., 1938, p. 80.
  • 14 Ibid., p. 147.
  • 15 Sendrail, Marcel, « civilisations et maladies », 1947, p. 558.

13En réalité, l’archiviste lorrain suit la voie ouverte par Maurice Garçon. Vingt-cinq ans auparavant, ce juriste avait écrit que sont considérées comme des sortilèges toutes les maladies dont on ne comprend pas l’origine ou qui échappent au diagnostic13. Dans le même ouvrage, le docteur Jean Vinchon écrit que « les jugements de l’opinion confondent volontiers certaines croyances avec la folie. La croyance au diable est du nombre »14. Le concept conduit cependant à accréditer un paradoxe insoutenable. Si l’homme qui croit au diable est un fou, des peuples entiers et de civilisations diverses n’ont été composés que d’aliénés. En somme la folie ne peut pas constituer l’explication de toutes les affections diaboliques. Ces deux auteurs ont été rejoints par Marcel Sendrail. Ce dernier souligne, en 1947, qu’à chaque période historique correspond une maladie définie. Pour lui, une période historique est caractérisée par ses maladies comme par ses modes, ses mœurs ou son architecture. Il existerait des correspondances précises entre les dominantes pathologiques d’une époque et les modalités de sa culture15.

  • 16 Bouteiller, Marcelle, Sorciers et jeteurs de sort, 1958, p. 11.
  • 17 Delcambre, Étienne, et Lhermitte, Jean, Un cas énigmatique de possession diabolique en Lorraine au (...)

14Malgré les difficultés de diagnostic et les controverses de l’époque, l’idée d’un sorcier, uniquement considéré comme un malade névrosé perdure pourtant. À la fin des années 1950, Marcelle Bouteiller étudie les procès de Marlou dans le Berry, en 1582. Elle conclut que l’accusé « roulera des yeux, perdra la parole, s’affaissera finalement en syncope » au cours de son interrogatoire16. L’utilisation du futur révèle l’inéluctabilité du constat. L’exemple lorrain typique est celui d’Elisabeth de Ranfaing, qualifiée d’énergumène de Nancy. L’étude, que lui consacre le professeur Jean Lhermitte en 1956, confirme aussi le travail d’Étienne Delcambre. Il parle de psychonévrose. La démonopathie d’Elisabeth de Ranfaing se traduit par des crises d’hystérie et une psychose obsessionnelle. La jeune femme sait duper, tricher, mystifier son monde17. Lorsque pour expliquer le phénomène de lévitation, Jean Lhermitte évoque une hallucination collective par suggestion, la question n’a pas progressé. Elle semble alors définitivement entendue.

Un état de la recherche dissuasif quant aux possibilités d’identifier les pathologies

  • 18 Cabourdin, Guy, La vie quotidienne en Lorraine aux xviie et xviiie siècles, 1984, p. 87. Les dates (...)
  • 19 Ou typhus épidémique. Maladie transmise par les déjections d’un poux contaminé par des micro-organi (...)
  • 20 Maladie infectieuse grave des intestins, caractérisée par des diarrhées, souvent mêlées de sang, mu (...)
  • 21 Cabourdin, Guy, La vie quotidienne en Lorraine…, op. cit., 1984, p. 88. Fièvre « pourpre » ou « éca (...)
  • 22 Ibid., p. 89-91.

15Doit-on en rester là ? On pourrait le penser. En 1987, l’historien lorrain Guy Cabourdin affirme que les documents des archives ne permettront jamais de diagnostiquer une maladie précise18. Son propos implique cependant une contradiction qu’il convient sans doute de saisir. En effet, pour la période qui nous intéresse, il mentionne la présence en Lorraine de quelques maladies de nature épidémique. En 1552, le typhus exanthématique19 fait son apparition au moment du siège de Metz par les armées de Charles Quint. Une diarrhée est décrite en 1617 et 1618. En 1621-1622, Charles Le Pois, premier doyen de la faculté de médecine de Pont-à-Mousson, décrit une forme de dysenterie20. Guy Cabourdin mentionne également la fièvre pourprée, qu’il assimile à la scarlatine21. Cette affection est très virulente, surtout à la fin du xviie siècle. Personne n’ignore non plus la présence de cas sporadiques de lèpres, à Metz en 1601 et en 1641 par exemple. Et bien sûr, Guy Cabourdin n’omet pas la recrudescence de la peste pendant la guerre de Trente ans. Venue d’Europe centrale, l’épidémie est favorisée par les mouvements de population et les nombreux passages de troupes. En 1627, les premières atteintes de la maladie sont signalées dans l’est de la Lorraine. De 1631 à 1636, l’épidémie frappe régulièrement la population. Elle reprend avec le retour des puces et la chaleur humide des fins de printemps22.

16Par ailleurs, en 1993, dans la section La médecine de l’Encyclopédie illustrée de la Lorraine…, Georges Grignon confirme la spécificité de la région :

  • 23 Longtemps pris pour une maladie, l’ergotisme ou « feu Saint-Antoine » ou « mal des ardents » est un (...)
  • 24 Grignon, Georges, « Introduction », Encyclopédie illustrée de la Lorraine…, 1993.

« La Lorraine, terre d’invasion, soumise au cours de son histoire aux bouleversements des guerres, a été frappée, plus que d’autres provinces, par les grandes épidémies dont les mouvements de troupes étaient de précieux alliés. Il est vrai aussi que des intoxications alimentaires, comme l’ergotisme23, ont plus volontiers frappé les habitants d’une province à forte composante rurale24… »

  • 25 Ibid., et Grilliat, Jean-Pierre, « Les maladies en Lorraine », p. 3-38.

17Il avoue plus loin qu’il « peut paraître artificiel de vouloir identifier une pathologie particulière » pour une telle région, soulignant les erreurs d’interprétations étiologiques dues à des connaissances médicales très réduites. Néanmoins dans le même ouvrage, Jean-Pierre Grilliat présente un tableau historique des maladies en Lorraine25. La précision de l’exposé plaide évidemment en faveur de notre travail. Ce dernier n’est cependant pas redondant car la question n’a pas vraiment été abordée en deçà des années 1700. De même, l’étude de Jean-Pierre Grilliat prend également davantage en compte les archives produites par l’élite institutionnelle.

  • 26 Matoré, Georges Le Vocabulaire et la société du xvie siècle, 1988, p. 13 : « Méfions-nous des mots (...)

18C’est surtout l’imprécision du langage, soulignée par Guy Cabourdin, qui est la difficulté principale de l’interprétation étiologique. L’historien lorrain rejoint ainsi le linguiste Georges Matoré qui insiste aussi sur cette difficulté dans un ouvrage consacré à la langue du xvie siècle. Il évoque un obstacle majeur « dû aux lacunes et aux incertitudes du vocabulaire » qu’il considère victime d’une terminologie peu adéquate et manquant de rigueur sémantique26.

  • 27 Febvre, Lucien, Le Problème de l’incroyance au xvie siècle…, 1942, p. 142 : « ils voyaient Z dans A (...)

19Plusieurs années auparavant, Lucien Febvre avait déjà mis en évidence une autre difficulté qui tient davantage à la psychologie de l’époque (1942). Celle-ci repose sur l’utilisation de raisonnements fondés sur la transitivité, poussant le syllogisme à l’extrême27.

Des raisons de dépasser les réserves des historiens pour essayer d’identifier les pathologies

20Cependant, dès 1971, Luc Boltanski avait mis en évidence l’existence d’une compétence collective, comme moteur des sociétés traditionnelles :

  • 28 Boltanski, Luc, « Les usages sociaux du corps », 1971, p. 232.

« Les membres des sociétés paysannes traditionnelles possédaient néanmoins l’aptitude collective à produire les règles et les instructions visant à régler leurs comportements physiques (particulièrement en présence de la maladie) : ils possédaient la maîtrise collective d’une compétence collective qui, partiellement fixée sous forme de recettes et de dictons, rendait possible la production d’un discours stéréotypé mais cohérent sur le corps et sur ses besoins, discours capable de soutenir la concurrence avec celui que produisait le spécialiste28. »

21Il devrait être alors possible de retrouver les éléments cohérents de ce discours, afin de dépasser les impossibilités de diagnostic. S’ils sont pertinents, comme l’affirme Luc Boltanski, ils traduisent certainement des affections identifiables. Ainsi les Maux donnés pourront peut-être recouvrir d’autres pathologies qu’une psycho-névrose ?

  • 29 Une encéphalite est par définition une inflammation du cerveau. Le terme sous-entend souvent une or (...)
  • 30 Montaut, Thierry Le médecin psychiatre…, p. 59-80. Une psychose encéphalitique est une maladie ment (...)

22Dans une thèse datée de 1989, Thierry Montaut nuance l’approche médicale en étudiant le cas de Marthe Robin. En effet il ne détermine pas de troubles en rapport avec l’hystérie mais rejoint la question de l’infectiologie. Il envisage plutôt une crise de mysticisme qui succèderait à une hypothétique encéphalite épidémique de Von Economo-Cruchet d’étiologie virale29. Il émet aussi le diagnostic d’une psychose encéphalitique d’origine infectieuse30. De son côté, Georges Barthelemy souligne une autre difficulté :

  • 31 Mouvements anormaux, irrépressibles, brusques et irréguliers, de courte durée, de tout ou partie du (...)
  • 32 Pathologie neuromusculaire qui consiste en un trouble de la coordination des mouvements volontaires (...)
  • 33 Barthelemy, Georges Histoires médicales…, 1932, p. 279.

« Pour les maladies de l’esprit comme pour les autres, les manifestations se modifient à tel point que les descriptions anciennes ne correspondent plus aux descriptions nouvelles. Il est arrivé pour la grande hystérie ce que l’on constate pour la chorée31, l’ataxie32, le choléra, la peste, etc. […] dont on n’observe que des cas isolés de plus en plus rares33. »

  • 34 Supra note 29.

23Il ajoute que des affections, basées sur des lésions organiques graves, comme l’encéphalite léthargique34, se modifient en évoluant. On peut en conclure qu’il existe un risque réel de confusion entre des maladies psychiatriques et organiques.

24L’approche documentaire de Georges Barthelemy ouvre une voie de réflexion qui élargit les possibilités de notre propos. Les imprécisions de langage peuvent-elles être compensées par une étude approfondie des documents conservés ? Somme toute, les descriptions des Archives ne sont peut-être pas tellement différentes de celles que connaissent de leurs clients les praticiens dans certaines campagnes reculées. Nous avons déjà évoqué cette hypothèse. L’intérêt de la question mérite qu’on s’y arrête afin de tenter d’échapper au piège d’une historiographie répétitive.

25De nouvelles méthodes de recherche historique apparaissent au cours des années 1990. Elles resituent la question à la lumière des travaux de sociologues, comme ceux de René Girard. Au cours des années 1970, il a particulièrement étudié la question de la violence en tant qu’instrument au service des relations sociales. La sorcière n’est plus cette pauvre femme animée par un désir de vengeance mais plutôt un bouc émissaire qui n’y peut rien :

  • 35 Girard, René, « Système du Délire », 1972, p. 982.

« À partir du moment où l’unanimité est acquise, il n’y a plus la violence de chacun, il n’y a plus que des innocents face à un unique responsable. La victime émissaire rassemble sur elle tous les aspects maléfiques35. »

  • 36 Id., Mensonge romantique et vérité romanesque, 1961, p. 225 : « L’Autre c’est le voisin de palier, (...)

26Son existence devient même nécessaire pour affirmer la cohésion d’une communauté dans les périodes d’incertitude. Quand tout va mal, il convient d’éliminer l’Autre, c’est-à-dire celui qui peut faire ombrage parce qu’il ressemble trop à tout un chacun36. La sorcière est justement cet Autre. Un tel constat permet sans doute de limiter l’obstacle lié à la notion d’hallucination collective.

  • 37 Ginzburg, Carlo, Le Sabbat des sorcières…, 1989.

27Les applications historiques sont le fait d’auteurs comme Carlo Ginzburg37. Ce dernier retourne à son profit la difficulté qui a contrarié les essais d’interprétation de ses prédécesseurs. Il part du constat de l’uniformité des déclarations faites par les accusés des procès de sorcellerie. Ces aveux innombrables recouvrent toujours le même discours : chevauchées et rassemblements nocturnes, abjuration de la foi et hommage au diable, banquets orgiaques et fabrication de poudres ou de graisses maléfiques.

  • 38 Chartier, Roger, « L’invention du sabbat », Le Monde du vendredi 27 novembre 1992, p. 25.

28Cette unicité des aveux est un piège pour l’historien, comme la description imprécise des symptômes peut l’être pour le médecin. L’une comme l’autre conduisent à centrer l’attention sur des phénomènes marginaux. L’essentiel, c’est-à-dire le fond de la pensée des victimes, est laissé de côté par le chercheur38. Celui-ci doit impérativement distinguer entre les croyances des juges, organisées par les aveux stéréotypés conformes aux préceptes des manuels démonologiques, et celles des prévenus qui leur demeurent irréductibles. Par exemple, ils avoueront qu’un malade est mort sous l’effet d’une poudre diabolique que leur a remise le diable, même s’ils connaissent, au moins empiriquement, l’origine de sa maladie. La torture induit une réponse conforme à ce qui est attendu. Donc par-delà un discours apparent, obtenu souvent sous la contrainte, sorciers et sorcières participent d’un tout autre univers symbolique qui possède ses motifs, ses logiques et ses racines propres. Leur imaginaire est fondamentalement différent de celui des élites qui jugent et condamnent. C’est cet univers qu’évoque Luc Boltanski. Pour espérer le pénétrer, il faut mettre en œuvre une analyse minutieuse, presque pointilliste, des sources disponibles. Le chercheur doit être attentif à chacun des détails qui ne se fond pas dans le moule institutionnel.

  • 39 Diedler, Jean-Claude, Démons et sorcières en Lorraine…, 1996.
  • 40 Id., Le Testament de Maître Persin…, 2000.

29La voie tracée a été suivie par Jean-Claude Diedler. Ce spécialiste d’histoire sociale a mené une étude exhaustive des quelque mille procès de sorcellerie disponibles dans les Archives lorraines39. Ce sont ses travaux qui ont permis d’envisager cette thèse de médecine et qui en rendent le projet crédible. L’abondance de la documentation semble pouvoir suppléer les insuffisances du langage. Une analyse fine des documents paraît alors ouvrir sur des perspectives insoupçonnées. En effet, cet auteur a réussi à mettre en évidence l’imaginaire des populations rurales40. Ce que l’on pensait impossible, il y a peu. En 1997, Jean-Claude Diedler conclut un article en proposant une méthode :

  • 41 Voir plus loin l’exemple de l’analyse de l’oraison de la guérisseuse Claudette Clauchepied en 1601  (...)
  • 42 Id., « Se soigner en Lorraine méridionale… », 1997, p. 47.

« Un travail de cette sorte nécessite cependant une approche paléographique correcte, qui ne doit pas se limiter à une transcription. Une analyse linguistique rigoureuse se doit de venir la compléter41. C’est à ce prix qu’on pourra espérer appréhender des sociétés rurales composées de gens qui ne lisent ni n’écrivent. Ce faisant, c’est l’ossature des sociétés traditionnelles, dont les élites ne sont qu’un épiphénomène, qui apparaîtra42. »

30Nous faisons nôtre cette méthode. Elle donne la possibilité de franchir la barrière qu’une historiographie répétitive a placée entre les ressources des Archives lorraines et l’éventuel chercheur, pendant plus d’un demi-siècle.

Sources disponibles

  • 43 Id., Démons et Sorcières…, op. cit., 1996, p. 60-69.

31La répression contre la sorcellerie a constitué un phénomène majeur de l’histoire lorraine à la fin du xvie siècle et au début du xviie. Le travail de Jean-Claude Diedler permet de s’en faire une idée précise43. Nous l’utiliserons donc pour construire notre propos.

  • 44 Arch. dép. Vosges, G 672, affaires militaires de Saint-Dié.
  • 45 Bactérie responsable de la peste découverte en 1894 par Alexandre Yersin.
  • 46 En 1555, dans la vallée de la Meurthe, débute une campagne d’exorcisation des lieux de sabbat, qui (...)

32Quand on parle de la sorcellerie lorraine, des noms et des images affluent à la mémoire : Nicolas Remy, Satan ou bien sabbat, torture, bûcher. L’historien lorrain du xviiie siècle, Dom Calmet écrit qu’on attribue l’apparition de la sorcellerie au passage des troupes d’Albert de Brandebourg allant renforcer l’armée du duc d’Albe, immobilisée devant Metz, en 1552. Les mêmes troupes sont signalées dans la région de Saint-Dié au début de l’année 155344. Que la contagion démoniaque vienne de l’Est en compagnie du bacille de Yersin45, mais surtout de celui du typhus, n’étonne personne. Pour tout un chacun, sorcellerie et hérésie sont les deux faces d’une même opposition à Dieu46.

33Compris ainsi, le phénomène est à la fois bref et violent alors que magie et sorcellerie sont de tout temps. Sur près de deux siècles, de 1482 à 1670, Jean-Claude Diedler a recensé 1 076 procès de sorcellerie en Lorraine. Durant le même temps, les tribunaux du Chapitre et du Duc à Saint-Dié en ont connu 236. Plus précisément, l’ère des démonolâtres s’ouvre vraiment en 1544 pour se terminer en 1634, soit environ quatre-vingt-dix années, pendant lesquelles la Lorraine a connu 1 058 procès retrouvés. C’est l’époque durant laquelle a exercé, entre autres, Nicolas Remy. Il devient procureur général du duché en 1591 et il inaugure la nouvelle justice ducale à Saint-Dié, en 1596.

  • 47 Diedler, Jean-Claude, Violence et Société…, 1993, tome 2, p. 403, note 8 : « Il faut toujours avanc (...)

34Sur la même période, les communautés relevant du chapitre de Saint-Dié ont vu brûler environ trois sorciers ou sorcières par an. Il est admis que tous ces chiffres ne représentent que 40 % du nombre réel des procès47. La sorcellerie déodatienne représente environ 30 % des procès lorrains. La répression de la sorcellerie est donc d’abord vosgienne. Cela justifie le choix de notre terrain d’étude. Le phénomène y connaît une ampleur étonnante de 1580 à 1631, sous les règnes des ducs Charles III (1545-1608), Henri II (1608-1624) et Charles IV (1624-1675). La chasse à la sorcière redouble dans la région de Saint-Dié à partir de 1626 et décline seulement après 1634.

35Plus généralement après 1631, cette répression connaît une chute brutale, due au début des hostilités de la guerre de Trente ans. Il n’est plus vraiment question de parler de sorcellerie avec seulement vingt-sept affaires en Lorraine de 1632 à 1669. Le démonolâtre n’a pas disparu mais il ne constitue plus une cause de procès systématique.

  • 48 On sait que le médecin du Roi s’était rendu à Metz, au cours de l’année 1552. Voir GRILLIAT, Jean-P (...)

36Un tel phénomène justifie amplement la raison d’être de notre choix chronologique, soit la période 1580-1630. D’autant plus qu’à partir du second tiers du xviie siècle, une évolution importante des concepts médicaux est perceptible parmi la population. Entre autres, la réflexion d’Ambroise Paré diffusée par l’Université de Pont-à-Mousson commence à modifier les pratiques48.

37Les procès de sorcellerie sont classés dans les Archives en fonction de l’ancienne organisation administrative et des rapports qu’entretenaient à Saint-Dié les pouvoirs capitulaire et ducal. Que la justice soit rendue par le doyen du chapitre ou par le prévôt ducal, ses verdicts sont toujours soumis à l’appréciation du tribunal nancéien du Change. Il existe donc une possibilité de confirmation des données des Archives vosgiennes par les Archives nancéiennes et réciproquement. Ce n’est pas négligeable pour la réflexion que nous entreprenons.

  • 49 Arch. dép. Vosges, G 464, justice de Ban-sur-Meurthe et de Clefcy de 1502 à 1714 ; G 473, justice d (...)
  • 50 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 3671 à B 3848, comptes des receveurs de la prévôté de Bruyères de  (...)

38Les procès instruits par le chapitre de Saint-Dié sont classés dans la série G des Archives du département des Vosges49. Elles occupent les liasses cotées G230 à G837, auxquelles il faut ajouter les liasses G2716 à G2719, répertoriées en 1985 par l’archiviste Odile Jurbert. Les procès qui concernent les justiciables du Duc sont conservés à Nancy dans la série B des Archives du département de Meurthe-et-Moselle50.

  • 51 Inventaire sommaire des Archives Départementales des Vosges…, par Francis de Chanteau, Pault-Etienn (...)
  • 52 Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Vosges. Table générale alphabé (...)

39Si les procès conservés à Nancy ont été exploités par Étienne Delcambre, ceux d’Épinal ont été seulement classés en 1887 par Francis de Chanteau51. Son travail a été achevé par la table alphabétique dressée par André Philippe en 191352. La plupart des procès conservés à Épinal n’ont pas été vraiment exploités et jamais en fonction d’hypothèses médicales.

  • 53 Manuscrit de Brion : recueil de secrets de guérison et de remèdes du xviie siècle. Manuscrit Ragué  (...)

40Deux manuscrits correspondant à des archives privées prennent une grande importance dans ce travail. Ils permettent en effet d’établir une correspondance entre les remèdes proposés par les guérisseurs du xvie siècle et les hypothèses diagnostiques étiologiques que nous formulerons53.

41Le nombre de documents dont nous disposons et la richesse de leur contenu ouvrent sans nul doute de vastes perspectives à notre travail.

Définition et méthode

42Notre thèse semble maintenant pouvoir trouver sa place dans la production historique ou, pour le moins, l’éclairer par une nouvelle approche étiologique. La réflexion qui précède montre qu’il n’est pas absurde que le regard du médecin se penche sur les causes des maladies magiques. Il faut aussi avoir présent à l’esprit que médecine et magie entretenaient naguère des rapports étroits.

Une médecine pénétrée de religion et de magie jusque vers la fin du xviie siècle

  • 54 Il a été étudié par dans plusieurs articles. Voir Diedler, Jean-Claude, « Se soigner en Lorraine… » (...)
  • 55 Arch. dép. Vosges, G 685, pc. 27, f° 2v. Le Chapitre lui-même obéit à une ordonnance ducale de 1673 (...)

43Les archives déodatiennes conservent un document très intéressant, daté de 167454. Il est la conséquence d’une ordonnance du chapitre de Saint-Dié qui impose le recensement des professionnels de la santé, formés à Pont-à-Mousson et exerçant sur les terres capitulaires55. Le texte rapporte le conflit qui oppose un apothicaire patenté, nommé Ducasse à un certain Baudésie qui est rebouteur. Les causes du désaccord sont évidentes : le rebouteur a beaucoup plus de clients que le spécialiste en pharmacie, reconnu par la Faculté. Celui-ci fait aussi profession de couper le goitre, selon l’expression de l’époque.

  • 56 Le goitre est une augmentation de volume de la glande thyroïde. Il se manifeste par un gonflement p (...)
  • 57 Arch. dép. Vosges, G 685, pc. 27, f° 2v.

44Naguère encore, le goitre était une affection fréquente parmi les populations du versant alsacien de la montagne56. L’intervention, qui est surtout pratiquée par les praticiens empiriques, consiste à exciser la tumeur thyroïdienne. Elle n’est pas sans danger. D’ailleurs le rebouteur en question vient de faire mourir une habitante de Sainte-Marie-aux-Mines. L’apothicaire ne manque pas d’exploiter l’erreur médicale : « Sa témérité et hardiesse l’ayant porté d’entreprendre une femme huguenote de Ste-Marie-aux-Misnes pour la guerrir de la gorge qu’elle avoit grosse ; il l’a coupée et fait mourir »57.

  • 58 L’orviétan est une drogue inventée par Ferrante d’Orvieto, vers 1630. Elle est très en vogue au xvi (...)
  • 59 Arch. dép. Vosges, pc. 28, f° 1v. L’apothicaire développe des arguments qui montrent le mépris qu’i (...)

45Par ailleurs, le rebouteur complète ses revenus en vendant des substances magiques, comme par exemple l’orviétan58. C’est surtout cette activité qui dérange le plus l’apothicaire qui lui reconnaît en contrepartie le droit d’arracher les dents, d’extraire la pierre et de castrer les animaux59.

  • 60 Par exemple Meyer-Wilmes, Hedwig, « La chasse aux sorcières au nom de la raison… », 1998, p. 23 : « (...)

46Le document présente un intérêt certain puisqu’il marque une rupture. Dans la vallée de la Meurthe, le dernier quart du xviie siècle correspond au moment où la médecine universitaire tente de s’imposer aux pratiques empiriques des guérisseurs de tout poil. C’est en quelque sorte la fin d’un monde qui a été justement qualifié par certains de préscientifique et l’orientation vers les sciences de la nature objectives et rationnelles60. Pourtant on se rend compte que la pratique médicale officielle n’est pas encore parvenue à se dégager des vieux concepts magiques. Voici les « cinq choses nécessaires à celui qui veut guérir les maladies », telles que les expose l’apothicaire Ducasse dans son argumentation :

  • 61 Arch. dép. Vosges, pc. 27.

« La science de la medecine acquise par habitude et comprise par l’esprit des hommes ; la science infuse par une grâce divine ; l’usage de l’expérience ; une speciale et singuliere grâce que Dieu donne et confirme par miracles en conferant le don de la santé ; l’enchantement et magie et une confiance et intelligence qu’on a d’ordinaire avec les démons, ce que nous appelons sortilege et ensorcellement61. »

47L’apothicaire précise sa première condition en ajoutant :

« Le premier moyen est aisé à cognoistre car la science [la sienne], ni plus ni moins que la cognoissance de toutes les autres sciences et arts, ne peut s’acquérir par les hommes avec d’autres moyens que par le travail, par les veilles, par l’étude continuelle et la lecture, par la cognoissance des choses naturelles, par l’intelligence de la section du corps humain qui est l’anatomie et par d’autres choses semblables. »

  • 62 Voir la préface qu’Ambroise Paré ajoute à son ouvrage d’Anatomie universelle du corps humain… en 15 (...)
  • 63 Voir bibliothèque d’Épinal où l’ouvrage est conservé dans le fonds de l’abbaye.

48Son propos a des accents de discours universitaire où perce l’enseignement d’Ambroise Paré. On peut constater que dans son développement, l’argumentation de Ducasse utilise les mêmes termes que Paré dans sa préface d’Anatomie générale62. Il est vrai que, dès le début du xviie siècle, l’ouvrage en question figurait dans la bibliothèque de l’abbaye de Senones, ce qui montre que les théories nouvelles d’Ambroise Paré ont pénétré les vallées vosgiennes63.

49En revanche il est également intéressant de souligner que pour acquérir le savoir, la grâce divine est mise sur le même plan que les études. Plus surprenant, le diable y trouve aussi son compte. La dernière condition aurait même précipité l’apothicaire Ducasse sur le bûcher, un demi-siècle auparavant.

  • 64 Le Diable, tel que nous le concevons, ne fait pas partie de l’imaginaire de ces gens. C’est normal, (...)

50C’est à ce niveau que notre thèse peut s’insérer et trouver sa substance. Si on accepte que la maladie soit guérie par la grâce divine ou par le ministère des démons, il faut nécessairement admettre l’inverse. « Dieu envoie des maladies aux hommes comme il lui plait », dit-on habituellement à Saint-Dié, comme le rappellent plusieurs accusés de sorcellerie. Une affection d’origine divine porte le nom de Mal de saint. Elle est généralement guérie par la prière et les pèlerinages appropriés. Les démons peuvent aussi envoyer des maux64. On parlera alors de Mal donné. La médecine n’a, par conséquent, que peu de place dans tout cela. Ducasse hésite à dégager sa pratique des anciens concepts parce qu’il s’agit tout simplement de croyances fondamentales. La justice du Chapitre, devant laquelle Ducasse présente son argumentation, ne pourrait pas admettre une vision de la médecine réduite à ses données scientifiques.

  • 65 Voir Grmek, Mirko, D., […] Réflexions sur la physiologie et la médecine du xviie siècle, 1990, p. 4 (...)

51Même à la fin du xviie siècle, les démons interviennent encore plus ou moins dans la pratique médicale. Ce n’est pas tellement différent du comportement de Galilée. Alors qu’il était professeur de mathématiques, il a établi l’horoscope de ses deux filles65. Le plus étonnant est peut-être l’attitude du père de l’astronomie moderne, Johannes Kepler. Lors d’une intervention en faveur de sa mère, accusée de sorcellerie, il dit :

  • 66 Hammes, Manfred, Hexenwahn und Hexenprozesse…, 1987, p. 19-23. Cité dans Diedler, Jean-Claude, Le T (...)

« L’astrologie est certes une fillette exubérante mais, Seigneur, que serait donc sa mère, l’astronomie si raisonnable, si elle n’avait pas cette fillette folle ? De toute façon, le monde est beaucoup plus fou encore. Il l’est tellement que cette vieille mère savante ne peut, dans son intérêt, qu’être entraînée par les bavardages et les mensonges extravagants de sa fille. Et puis le salaire des mathématiciens est tellement insuffisant que la mère mourrait de faim si sa fille ne gagnait rien66. »

  • 67 Voir Mandrou, Robert, Introduction à la France Moderne (1500-1640), 1961, p. 45. Il développe l’idé (...)

52Les contradictions du moment sont tout à fait flagrantes et surtout elles ne sont pas propres aux populations rurales des vallées vosgiennes. On peut affirmer qu’à l’époque qui nous intéresse, une question scientifique n’est jamais dégagée des principes de la religion et de la magie. C’est encore bien plus vrai pour la médecine qui touche au corps investi d’un caractère sacré67.

La croyance en un Mal donné et en des substances magiques

  • 68 Voir à ce propos Boltanski, Luc, « Les usages sociaux du corps », op. cit., 1971, p. 222 : « [Les m (...)

53Si la maladie fait toujours peur actuellement, elle était bien plus redoutée autrefois. Ce qui précède permet d’en comprendre les raisons sans difficulté. Ce n’est cependant pas suffisant. En effet la peur tient autant au lien étroit existant entre la santé et la survie économique. Dans l’ancienne société rurale, on n’a pas l’habitude de s’écouter. Le corps est un outil de travail et on ne le ménage pas. Le pourrait-on d’ailleurs ? La survie de l’individu et de sa famille tient aux capacités physiques de ses membres, à leur possibilité d’assurer les travaux saisonniers. Qu’une affection survienne et l’avenir s’assombrira dans le meilleur des cas68. De telles perspectives empêchent de prévoir une éventuelle maladie. L’idée même en est refoulée. Par ce fait même, la maladie ne peut plus être seulement liée à une cause naturelle.

54Quand une telle perspective vient à se réaliser, l’idée de la mise en œuvre d’une vengeance arrive immédiatement à l’esprit du malade. Nous venons de comprendre que l’homme seul ne peut pas donner le mal. Le voisin soupçonné, qui a donc été obligatoirement aidé par les démons, devient un sorcier. Par conséquent, le Mal donné est un sortilège provoqué par un maléfice. L’accusation de maléfice figure toujours en premier dans les attendus d’une information pour sorcellerie.

55Dans les « requises » des procureurs, après le maléfice, la seconde accusation, toujours portée contre les accusés, est consignée par le greffier sous l’appellation de vénéfice.

  • 69 Ce mot désigne la période durant laquelle un malade souffre et perd progressivement ses forces.

56Il faut comprendre empoisonnement, souvent dû à l’ingestion par la victime d’un fruit offert de type poire ou pomme. Les substances grasses et surtout sous forme pulvérulente sont également fréquemment utilisées. Le sorcier est censé provoquer des maladies magiques par l’utilisation de poudres données par le Diable. Il existe trois sortes de poudres. L’une de couleur noire provoque la mort immédiate. L’autre grise est destinée à faire languir69. Heureusement le sorcier a toujours à sa disposition une poudre blanche qui lui sert à guérir les gens ou les animaux. La couleur et le nombre de poudres correspondent à un concept profondément ancré dans l’imaginaire des populations du sud de la Lorraine. Un exemple suffira à le montrer. Les Vosgiens ont imaginé et organisé un culte à partir de l’association de trois saints : saint Vit, saint Languit et saint Mort.

  • 70 Voir Diedler, Jean-Claude, Le Testament de Maître Persin…, op. cit., 2000, p. 286. Des cultes de ce (...)

« Le rituel est simple. Il faut faire brûler trois cierges, un devant chaque statue. Le cierge qui s’éteint le premier permet de prévoir le destin du malade. Pour les gens, saint Mort n’est pas vraiment un saint. L’expression désigne le corps mort du Christ reçu par la Vierge à la descente de la croix. Les trois statues sont disséminées un peu partout. Elles font l’objet d’un pèlerinage à Épinal et à Remiremont. Les trois saints sont aussi interrogés à la chapelle du Brabant à la Bresse70. »

57Le concept de vénéfice ne change en rien notre propos qui généralement n’aura pas à prendre en compte la manière employée par le sorcier pour déclencher un Mal donné. C’est surtout le type de maladie qui nous intéresse.

Les diagnostics étiologiques du Mal donné

58Une question s’impose à présent : les populations concernées retiennent-elles une étiologie spécifique pour identifier un Mal donné ?

59Pour pouvoir répondre à cette question, il semble préférable d’essayer de comprendre comment les gens conçoivent la santé. Nous écartons délibérément toutes les affections comme l’hystérie voire l’épilepsie (ou Mal caduc) qui ont été largement étudiées par nos prédécesseurs.

  • 71 Voir Diedler, Jean-Claude, « Se soigner… », op. cit., 1997, p. 37, qui cite le Traité abrégé de phy (...)
  • 72 Guiart, Jules, Histoire de la Médecine française…, 1947, p. 14-25. Voir aussi Boinet, Édouard Louis (...)
  • 73 La pituite (du latin pituita) (aussi appelée phlegme ou flegme) signifie mucosité. C’est un liquide (...)
  • 74 Boinet, Édouard Louis Désiré, Les doctrines médicales…, op. cit., 1905, p. 31.

60Il est intéressant de souligner les conditions d’une bonne santé, telles que les retient l’élite. Elles rejoignent la plupart du temps les conceptions populaires sur le sujet71. Les éléments pris en compte pour définir la santé remontent à l’époque d’Hippocrate, au cinquième siècle avant J.-C., puis à celle de Galien un peu plus tard. Il a été constamment admis que la bonne santé tient au parfait équilibre entre différents éléments, présents dans le corps72. Pour les écoles grecques de Cos et de Cnide, elle est garantie par la bonne circulation des humeurs à l’intérieur du corps humain. La doctrine hippocratique de l’humorisme définit quatre humeurs cardinales, le sang, la pituite, la bile jaune et noire, dont le mélange parfait garantit la santé73. La doctrine de l’École de Cnide repose sur la théorie de la fluxion. « Les maladies tiendraient à des flux, ordinairement de pituite, quelquefois de bile, plus rarement de sang »74.

  • 75 Traité abrégé de physique à l’usage des collèges, par M. Josephde Saintignon…, op. cit., 1763, t. V (...)

61Dans son Traité de physique, rédigé au milieu du xviiie siècle, à l’usage des collèges, M. de Saintignon définit la santé par « l’harmonie, la symétrie, le concert de toutes les parties organiques du corps, le parfait équilibre des solides et des fluides »75. Il reste dans la ligne des Écoles grecques et des alchimistes. Son ouvrage, consulté par les lettrés vosgiens, peut donner une idée des concepts médicaux admis durant la période qui nous intéresse.

  • 76 Voir Diedler, Jean-Claude « Se soigner… », op. cit., 1997, p. 41.

62Les travaux de Jean-Claude Diedler nous informent qu’au cours de la période 1580-1630, le discours populaire sur la santé rejoint ce qu’acceptent les autorités médicales à la même époque. La santé est garantie par une bonne fluidité des circulations internes. Cet auteur étudie, entre autres, l’exemple de Claudette Clauchepied, une guérisseuse de Bruyères, dont le cas a été soumis à la justice ducale en 1601. Jean-Claude Diedler s’appuie sur l’interprétation de l’oraison qu’utilise cette guérisseuse pour reconnaître le Mal donné76. En voici la transcription :

  • 77 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 3753, interrogatoire de Claudette Clauchepied, 1601-1602, f° 2v. E (...)

« On scait bien que Dieu est et Nostre-Dame, aussy l’eau ; n’a point de brie le chemin, n’a point de chie le collon, n’a point de fiel parmi cœur vray, vecie, cranne ; au nom du Père77… »

  • 78 Nous reprenons les termes de l’article de Jean-Claude Diedler, dans la mesure où une interprétation (...)

63L’ensemble de l’oraison est construit autour du symbolisme de l’eau courante78. Dans cette phrase, aussy prend le sens de en conséquence. L’expression le chemin n’a point de brie signifie qu’il n’est pas interrompu. Elle montre que le discours de Claudette Clauchepied sur la maladie est construit autour de l’idée d’obstruction. La chie du colon le confirme tout à fait clairement. On retrouve aussi le mauvais chyle de monsieur de Saintignon dans ce fiel dont la guérisseuse espère qu’il n’encombre pas les organes essentiels.

  • 79 La notion n’a pas tout à fait disparu actuellement puisque les écoliers apprennent toujours leurs l (...)

64Au xvie siècle, le mot cœur désigne n’importe quel organe creux. Voilà pourquoi le terme est précisé par l’adjectif vray qui lui fait prendre le sens que nous lui donnons aujourd’hui. Outre le muscle cardiaque, le cœur vray désigne, pour la guérisseuse bruyéroise, le principe de vie. L’expression cœur vray correspond en effet au principe de la pensée et de la vie intérieure. Ainsi à cette époque, dire son cœur signifie dire la vérité79.

65Une partie de l’oraison rejoint les travaux d’Étienne Delcambre et de Jean Lhermitte. Le fiel qui encombre le crâne suggère l’image de ces psycho-névroses ou plus simplement d’un mal très fréquent, l’épilepsie qui est considérée comme le Mal donné par excellence.

66La manière d’utiliser cette oraison intéresse particulièrement notre propos. En présence d’un malade qu’elle soupçonne atteint par un Mal donné, Claudette Clauchepied récite son oraison. Si elle ne peut pas énoncer les mots au-delà de cœur vray, c’est le signe qu’elle est en présence d’une affection diabolique. Elle ne peut plus dire son cœur, c’est-à-dire la vérité, car un maléfice ne peut être attribué ni à Dieu ni à Notre-Dame. Cette impossibilité se traduit, dit-elle, par une mémoire confuse. Les derniers mots échappent à son souvenir puisqu’elle est confrontée à une affection qui n’est qu’une diabolique tromperie. La fluidité de sa pensée est magiquement affectée. Cela la conduit à des difficultés d’énonciation, selon les principes de la magie imitative.

  • 80 Les écrouelles ou la scrofule sont une maladie caractérisée par des altérations de la peau et des m (...)

67Jean-Claude Diedler conclut que, pour les contemporains de Claudette Clauchepied, un Mal donné est caractérisé par des obstructions. Ses recherches l’ont aussi amené à comprendre que tous les diagnostics étiologiques qui sont fondés sur des symptômes internes étaient considérés comme relevant d’un Mal donné. Nous ajouterons que le traitement de tels symptômes est le même que pour des empoisonnements. Les conceptions de l’époque rapprochent peut-être systématiquement les notions de maléfice et de vénéfice. Au contraire, les affections qui se traduisent par des signes cutanés sont plutôt des maladies de saint. Ainsi la peste, la fièvre pourprée ou les écrouelles80 ne relèvent jamais d’un traitement magique.

  • 81 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 8689, procès 1 du 13 décembre 1601.

68Nos propres recherches aux Archives de Meurthe-et-Moselle nous ont amené à découvrir un document intéressant, puisqu’il va dans le même sens. Il s’agit du procès de Chrétien Pierre, un sujet du chapitre de Saint-Dié, habitant Moriviller. Il s’est déroulé en décembre 160181. Le témoignage de Thiénon Brouvellant, une femme de cinquante ans, confirme les résultats de la recherche historique. Voici ce qu’elle dit de la maladie qui vient d’emporter l’un de ses enfants :

  • 82 Ibid., f° 5r.

« Vers la Saint-Remy derniere, un de mes fils agé de huit ans tomba brusquement malade. Il a d’abord dit qu’il sentait quelque chose dans son estomac. Des la même heure, il fut saisi par ce mal qui l’obligea à s’aliter. C’était un lundi et il est mort le dimanche suivant. Pendant sa maladie, on n’a pas pu lui faire prendre le moindre aliment, bien qu’on ait essayé un potage avec des feuilles de rose82. »

69Pour cette mère, le fait que son fils ne puisse rien avaler confirme cette idée d’obstruction interne qui caractérise pour elle le Mal donné.

  • 83 La démonolatrie…, op. cit., 1595 et 1998, p. 266.

70En réalité, la perception que les contemporains ont de la question paraît très équivoque. Surtout s’ils appartiennent à l’élite. Nicolas Remy écrit, par exemple, que pour le peuple un Mal donné correspond seulement à « un mal trop rare et trop peu communément attesté »83.

  • 84 L’ouvrage de l’abbé Thiers sur les superstitions peut permettre de préciser certaines conceptions d (...)

71L’approche historique du Mal donné n’est donc pas poussée au-delà du simple constat, formulé plus haut, qui différencie le Mal de saint du Mal donné84. En outre les historiens actuels se sont surtout contentés de souligner la contradiction entre la perception populaire et celle des dominants. Ce seul constat ne saurait suffire à clore le sujet. Il est maintenant clair que l’état de la question devrait laisser toute latitude à notre réflexion.

  • 85 Voici la définition que donne de ce mot le dictionnaire de Furetière en 1690 : « Perclus, use. adj. (...)

72Dans cette étude, nous retiendrons deux types de maladies magiques que nous caractérisons par les mots clés utilisés à l’époque. Le premier terme est perclus85. Il désigne les affections touchant l’appareil locomoteur et qui entravent les mouvements. On comprend qu’une cause magique leur soit attribuée, puisque la perclusion affecte la force de travail.

  • 86 Définition du dictionnaire de La Curne, xvie siècle : « Il a des grenouilles dans le ventre, le ven (...)

73Par ailleurs, les maladies, soignées par Claudette Clauchepied, qui perturbent les circulations internes, regroupent un certain nombre de mots clés. La guérisseuse parle de brie, c’est-à-dire d’interruption. Certains témoignages parlent de sécher ou évoquent la présence de grenouilles dans le ventre86. L’expression pris par l’air ou les mauvais airs est un terme général, fréquemment utilisé pour désigner les conséquences d’un sortilège. Tous ces mots caractérisent des obstructions internes.

  • 87 Dans la pratique médicale un symptôme représente l’une des manifestations subjectives exprimée par (...)

74Nous étudierons donc les symptômes dits de perclusion et d’obstructions internes. Nous optons pour le terme de symptôme plutôt que d’utiliser celui de syndrome87. Avec les connaissances médicales actuelles, la perclusion et les obstructions internes seraient mieux qualifiées de syndromes. Cependant les gens des xvie et xviie siècles les concevaient comme un ensemble de signes cliniques dû à une même pathologie. D’où notre choix.

Le choix de documents exploitables

75La réussite de notre entreprise tient à l’adoption d’une méthode rigoureuse qui doit nous permettre de contourner deux obstacles majeurs. Le premier tient à la barrière du temps et le deuxième aux imprécisions du langage qu’il convient de dépasser. Cette seconde difficulté a été levée par le choix des documents exploitables dans la liasse souvent importante que forment les minutes d’un procès de sorcellerie. On ne peut accorder la même valeur à chacune des pièces les composant. Il est donc nécessaire de bien connaître le plan d’une telle procédure.

76Quant au sens des mots, il est précisé par l’utilisation croisée de trois dictionnaires : le Dictionnaire historique de La Curne de Sainte-Palaye (xiiie au xvie siècle), celui de Furetière (xviie siècle) et le Dictionnaire de l’Académie française dans son édition de 1762. Nous avons bien entendu utilisé aussi le Littré, ainsi que d’anciens dictionnaires encyclopédiques pour éclairer les termes qui continuaient à poser problème.

77Le handicap lié à la durée est délicat à maîtriser. En effet les concepts fondamentaux fluctuent dans le temps. Les symptômes décrits doivent réellement correspondre à une idée d’ensorcellement, c’est-à-dire à un concept accepté par tout un chacun. Cela revient à dire que les mots sorcière ou sorcier ne doivent pas seulement être de simples injures pour celui qui les prononce. Cela impose de ne pas remonter trop haut dans le xvie siècle et surtout de ne pas aller trop avant dans le xviie siècle. Toutes ces difficultés doivent être normalement résolues par une maîtrise conjointe de la chronologie et de la pensée des gens.

78Le facteur temps est aussi très important dans notre discipline. Nous l’avons vu. En effet, tout l’art du médecin réside dans ce contact qu’il doit savoir instaurer avec son patient. Une affection est souvent en relation avec les difficultés rencontrées par le malade à une époque donnée. Il est aussi important de saisir un contexte de vie qu’un ensemble de signes cliniques. Les événements qui ont entouré la rédaction du document ont donc leur importance. Or notre thèse s’inscrit dans l’histoire et chacun sait qu’il est très difficile d’évaluer a posteriori un contexte socio-économique. Pourtant il y a quatre siècles, l’idée que le patient se fait de sa maladie est très étroitement liée à sa situation sociale et à ses possibilités économiques. Il faut donc contourner la difficulté en évaluant une situation générale qui sera ensuite transposée sur le plan individuel. Autrement dit, nous devons définir précisément certaines périodes durant lesquelles notre recherche documentaire aura toutes les chances d’être pertinente. Bien sûr la chronologie élargie de notre étude a déjà été définie plus haut, soit 1580-1630. Néanmoins elle n’est pas suffisante car elle mêle des phases chronologiques contrastées. Bien plus, elle correspond globalement à un moment où les communautés connaissent d’importantes difficultés.

  • 88 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 8689, procès 2 du 21 mars 1602.

79Ainsi, par exemple, il faut prendre garde de ne pas s’égarer dans les périodes de guerre. Les populations sont alors tellement perturbées que les représentations mentales sont profondément modifiées. Là encore nous avons trouvé un exemple significatif. Il s’agit du témoignage de Jennon Poirot de Moyemont dans le procès de Colas Ulriot88. Le procès a lieu en 1602 mais le témoin, une femme de trente-huit ans, évoque des événements qui se sont déroulés huit ans auparavant, soit en 1594. Elle précise elle-même que l’époque est marquée par les passages des gens de guerre. Voici ce qu’elle dit de la maladie d’un de ses fils, âgé d’environ dix ans :

« Il devint malade et son corps était entièrement couvert d’ulcères et d’apostumes. On a jugé qu’il s’agissait d’un sortilège. On n’a pas su le guérir. Il a perdu un bras qui est resté perclus. Il ne pourra jamais s’en servir. »

80Le maléfice est attribué à Colas Ulriot qui a menacé la famille peu avant la maladie du jeune garçon. Pourtant les symptômes décrits sont plutôt conformes à ceux d’un Mal de saint que d’un Mal donné. Le corps est en effet couvert d’abcès et d’ulcères, signes visibles d’une maladie considérée comme externe. La maladie aurait dû faire l’objet d’un pèlerinage à saint Roch ou à saint Quirin. Mais le village de Moyemont est exposé aux passages des troupes. À nos yeux, les perturbations, imposées par la situation de guerre, ont détourné des moyens ordinaires pour assurer la guérison. Elles ont conduit les proches de ce malade à accuser Ulriot. C’est une époque où les esprits exacerbés pensent voir les sorciers se multiplier. L’exemple confirme qu’il ne faut pas utiliser de documents émanant des périodes de conflit militaire pour une étude comme la nôtre. Celles-ci sont bien connues des historiens.

81Il n’est pas plus utile de choisir les périodes durant lesquelles se répandent les grandes épidémies. Nous en avons aussi débattu plus haut.

  • 89 Diedler, Jean-Claude, Violence et société…, op. cit., 1993, t. II, p. 403.
  • 90 Cabourdin, Guy, Terre et hommes en Lorraine…, op. cit., 1977, p. 229.

82Quant aux aspects économiques, on peut se demander si les procès de sorcellerie correspondent aux moments difficiles ou aux temps apaisés de la conjoncture. Dans sa thèse sur la violence sociale, Jean-Claude Diedler livre un tableau des périodes difficiles en les mettant en relation avec le nombre de procès de sorcellerie à Saint-Dié et à Bruyères89. Il en conclut qu’il faut se rendre à l’évidence et que les procès de sorcellerie dans la haute vallée de la Meurthe correspondent aux périodes fastes de prospérité économique, même relative. Le meilleur moyen de s’en rendre compte est de comparer la courbe du prix des grains, établie par Guy Cabourdin90, à celle des procès de sorcellerie sur la même période.

  • 91 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B3755, procès des neuf membres de la famille Pivert.

83La conclusion s’impose alors d’elle-même, permettant d’affiner notre quête documentaire. Les pointes de la vague de sorcellerie à Saint-Dié et à Bruyères correspondent aux dépressions de la courbe des prix, lorsque la vie devient plus facile pour le plus grand nombre. Les procès redoublent quand le cycle des prix s’apaise de 1600 à 1620. On peut même aller plus loin. La chasse aux sorcières commence vraiment au moment où cessent les conflits du xvie siècle, soit à partir de 1595. À Bruyères même, le premier épisode important de la répression n’apparaît qu’après 160091.

84Un lien étroit existe donc entre une situation économique favorable et la répression de la sorcellerie. Au contraire, les difficultés semblent resserrer la solidarité communautaire. Les habitants n’ont plus besoin de sorcières pour servir d’exutoires aux tensions sociales.

85Une période favorable, marquée par l’amélioration économique et l’apaisement des conflits, se dessine de 1595 à 1620. Les documents que nous jugeons exploitables, se trouvent donc inclus entre ces deux dates.

Les articulations d’un procès de sorcellerie

86Choisir un document exploitable n’est pas suffisant. Il convient d’affiner le choix chronologique par des critères qualitatifs. Pour ce faire, il est nécessaire de bien connaître les différentes phases d’un procès de sorcellerie. Elles forment, en quelque sorte, le plan intangible de toute procédure de ce type.

87Le premier document conservé dans les minutes du procès est l’information préparatoire. Il s’agit du recueil des témoignages émanant du voisinage de l’accusé. Elle est secrète, c’est-à-dire menée en l’absence de l’intéressé. Les gens s’y expriment donc sans contrainte. En revanche, ils laissent généralement libre cours à leurs fantasmes. Chaque témoin y est identifié par son identité, son âge approximatif et quelquefois son métier.

88Le second document est l’interrogatoire de l’accusé. Il répond sans contrainte à des questions qui lui sont posées à partir des informations recueillies dans l’acte précédent. Il ne sait par ailleurs ni qui l’accuse, ni de quoi il est accusé. C’est l’interrogat.

89Nous trouvons ensuite la confrontation de l’accusé avec les témoins qui ont déposé contre lui. L’acte se nomme le récolement des témoins.

90Si rien ne vient provoquer les aveux de l’accusé – et c’est généralement le cas – le procureur général requerra la question. Il s’agit d’un nouvel interrogatoire pratiqué sous la contrainte de la torture. Cette phase du procès est essentielle en l’absence de preuves matérielles possibles. Il est rare qu’elle ne conduise pas aux aveux de celui qui devient alors inculpé du crime de sorcellerie.

91La dernière phase correspond à la sentence qui est prononcée par la justice ducale et confirmée par le tribunal ducal du Change à Nancy. La mise à mort est le plus souvent requise. La sentence est exécutée par l’entremise du prévôt ducal.

92Ce bref exposé est destiné à éclairer les choix que nous avons faits pour cette thèse. On comprendra aisément qu’il ne faut pas choisir le procès-verbal de la question, ni généralement le récolement des témoins pour disposer de données exploitables.

  • 92 Cette difficulté tient au processus d’acculturation étudié par Robert Muchembled, à savoir que la c (...)

93Dans le premier cas, les accusés pressés par la souffrance ne font que répéter ce que les juges attendent d’eux92. La forme prise par le questionnement les pousse à le faire. Autrement dit, ils récitent les traités de démonologie. Dans le second cas, la confrontation avec les témoins conduit soit au mutisme de l’accusé, soit à une obstination de ses accusateurs qui ne cessent d’accumuler des preuves en occultant la réalité des faits.

94Les témoignages de l’information secrète sont incontestablement les plus intéressants. Les accusateurs s’efforcent de réunir le plus de détails possible pour parvenir à leurs fins. Les symptômes des maladies sont souvent détaillés, comme les remèdes des guérisseurs. Bien entendu, il faut bien prendre conscience qu’il ne s’agit pas d’un discours scientifique et que les compétences descriptives des témoins sont souvent très limitées. Et toujours entachées par la manifestation intempestive d’un imaginaire débordant. Avec un peu d’expérience de la fréquentation des documents, on peut espérer faire la part des choses. Bien entendu nous nous sommes fait aider pour y parvenir. Il ne faut cependant pas se leurrer : les imprécisions du langage restent un obstacle important. Nous l’avons déjà souligné plusieurs fois. Mais elles ne retirent aucun intérêt à notre tentative.

Le traitement des documents

95La première question qui se pose est de savoir s’il convient de livrer les textes tels quels ou s’il faut les traduire. En effet la seconde possibilité risque de retirer sa saveur à la langue d’antan, tandis que la première complique l’accès au sens du texte.

96Nous avons tranché en décidant de laisser le texte dans son état d’origine, si cela ne posait aucun problème de compréhension. Sinon les documents sont traduits en français moderne. Des expressions tirées des archives sont en écriture italique. C’est la manière qui nous a semblé la plus commode pour les mettre en évidence, tout en les détachant du raisonnement.

97Afin de nous rapprocher le plus possible des conditions de l’investigation médicale, nous avons essayé de mentionner systématiquement, outre son âge, l’époque de l’année pendant laquelle le sujet est tombé malade. Là aussi rappelons que les certitudes ne sont pas de mise. L’intéressé lui-même ne peut donner que son âge approximatif. Les documents utilisent l’expression âgé d’environ, qui ne permet aucun doute sur cette approximation.

98La date du début de la maladie est encore plus difficile à établir, surtout si le témoignage est le fait d’un homme. Les femmes maîtrisent en effet beaucoup mieux le temps. Pour ce faire, elles peuvent s’accrocher à leurs cycles menstruels et bien entendu à leurs maternités. Il n’est pas rare que, dans une information datée du mois de novembre, un homme situe son témoignage, en disant il y a environ un an. En revanche, pour dater le même événement, sa femme dira pendant la dernière Pâque. Nous avons donc décidé, quand cela était possible, de privilégier les témoignages chronologiques des femmes.

99La durée de la maladie semble poser moins de problèmes. En apparence seulement, car très souvent on évoquera la durée magique d’une maladie qui prend en compte le chiffre sept. Par exemple, si la durée est importante, le témoin dira plus facilement sept ans que six ou huit.

100La dernière difficulté tient à la forme prise par certains témoignages. Ils mentionnent plutôt le traitement proposé au malade que les symptômes de l’affection. Nous la contournerons en utilisant les recueils de secrets des guérisseurs en notre possession. Ainsi, par exemple, on y lit que les diarrhées, dont la dysenterie, sont habituellement traitées par l’administration de poires sèches.

De la nature des maladies qui étaient considérées comme la conséquence de maléfices

101Il semble maintenant possible d’envisager l’étude des cas que nous avons sélectionnés. Cependant nous ne nous faisons aucune illusion. À partir du moment où ils sont choisis arbitrairement, nous ne pourrons livrer qu’une idée imprécise et partielle de la question. Nous avons évacué, en effet, toutes les descriptions trop imprécises. Pourtant elles peuvent correspondre à des affections considérées, à l’époque, comme des Maux donnés caractéristiques. C’est sans doute dommage mais l’essentiel n’est-il pas d’en avoir bien conscience ? Le but d’une thèse n’est pas de fournir de vraies réponses définitives mais de poser les vraies questions. Il suffit qu’on lui reconnaisse le mérite d’avoir laissé un problème en moins mauvais état qu’elle ne l’avait trouvé.

Le symptôme dit de perclusion

102Dans l’esprit des gens des xvie et xviie siècles, les affections touchant l’appareil locomoteur ont le plus souvent une origine magique. Le maléfice ayant pour but de nuire à autrui, quoi de plus efficace que de s’attaquer à sa capacité de travail ?

103Les différentes formes d’impotences fonctionnelles, paralysies ou atteintes ostéo-articulaires, correspondent bien à la définition du Mal donné, telle que nous l’avons établie. Beaucoup d’entre elles paraissent spectaculaires dans la mesure où elles sont susceptibles de guérison ou simplement d’amélioration. En effet si certaines sont incurables, d’autres peuvent s’améliorer lentement ou brusquement.

  • 93 Définition donnée par le dictionnaire de La Curne (xiiie-xvie siècles) : « Paralysie ; maladie caus (...)

104Une affection qui se traduit par une perclusion est particulièrement redoutée du malade car elle est probablement la conséquence d’un maléfice. Le mot perclusion n’est plus utilisé actuellement. Naguère, il correspondait pourtant à une réalité certaine, comme le montrent les anciens dictionnaires93 Le dictionnaire de La Curne évoque la paralysie. Au xviie siècle, le Furetière définit perclus en énumérant les parties du corps concernées. Plus tard, le Littré avancera une pathologie en choisissant de définir la perclusion comme la conséquence du « rhumatisme noueux ». Cet auteur le définit comme une « forme de rhumatisme qui se caractérise par une augmentation graduelle du volume des extrémités des os, du périoste et des ligaments ».

105Ces définitions prouvent, si besoin en était, que la perception que les gens ont de la perclusion englobe de nombreuses pathologies. Nous retiendrons celles dont les symptômes affectent l’appareil locomoteur, empêchant les mouvements des membres. Cette catégorie englobe à la fois les paralysies neurologiques et les impotences ostéo-articulaires liées à la déformation, à l’inflammation et à la douleur, qui entraînent une invalidité des malades.

106Tous ces constats nous contraignent à adopter une méthode de raisonnement de type déductif. Nous nous proposons d’abord de dresser un ensemble de tableaux récapitulant les maladies et leurs étiologies pour lesquelles on peut parler de perclusion à notre époque. Ces tableaux offrent un aperçu des différentes pathologies qui peuvent affecter l’appareil locomoteur. Leurs données seront ensuite confrontées aux cas particuliers tirés des informations des procès de sorcellerie. Le tout est destiné à mettre en évidence un certain nombre d’affections que les gens des xvie et xviie siècles ont considéré comme des Maux donnés.

Les données de la médecine actuelle

  • 94 Rappelons que nous avons choisi de ne pas aborder le domaine psychiatrique parce qu’il a été étudié (...)

107Nous avons tenté une classification des données médicales modernes en trois tableaux. Sont ainsi répertoriées les pathologies relevant de la traumatologie, de la rhumatologie et celles concernant la neurologie et la pathologie neuro-vasculaire94.

108À chaque pathologie correspondent des facteurs étiologiques et les rapports possibles avec le symptôme de perclusion que nous avons retenu.

109Pour un tel travail, nous ne prétendons pas à l’exhaustivité. Ce ne sont que de simples propositions. En outre la présentation adopte la forme de tableaux synthétiques. Il faut éviter que le raisonnement ne s’égare à cause d’un trop grand nombre de pathologies et d’étiologies. Il convient surtout que les maladies décrites actuellement puissent être comparées aux descriptions du passé.

  • 95 Pour comprendre le vocabulaire médical utilisé dans les quatre tableaux, il est utile de connaître (...)

110Il est entendu que les tableaux ne sont pas limités aux pathologies des xvie et xviie siècles, dont la liste serait d’ailleurs impossible à établir et clore, ni aux interventions médicales de ce temps. Dans le 1er tableau, par exemple, lorsque dans la colonne de droite « Rapports avec le symptôme dit de perclusion » nous signalons une « Impotence fonctionnelle dans les cas graves » qui peut être donnée, entre autres, par une pathologie de « Rupture ou une section tendineuses », nous signalons trois étiologies qui sont un traumatisme, une fatigue, ou une iatrogénie que nous mettons en rapport avec le mot « quinolone ». Iatrogénie désigne l’ensemble des troubles imprévisibles ou non prévus pouvant survenir à la suite d’une action médicale. L’exemple des quinolones, concerne une classe d’antibactériens de synthèse et par conséquent une cause qui ne peut se rencontrer au Temps des sorciers. Nos lecteurs ne doivent pas y voir un anachronisme mais un aspect de la méthodologie qui nous permet de rapprocher deux disciplines scientifiques. C’est donc l’ensemble du savoir médical actuel qui est synthétisé dans les tableaux pour être, dans un second temps, rapproché des données historiques95.

Tableau 1. Propositions de pathologies traumatologiques pouvant donner une perclusion

  • 1 Fragilisation du tissu osseux due à une diminution de sa densité.
  • 2 cf. supra. notre présentation des tableaux.
  • 3 Aponévrose : membrane blanche ou jaunâtre, résistante et inextensible, constituant avec les tendons (...)
  • 4 L’algodystrophie est une affection touchant une région articulaire, liée à des troubles de la circu (...)
  • 5 Une ténosynovite est une inflammation de la gaine du tendon, souvent associée à une inflammation te (...)

Pathologies et étiologies

Rapports avec le symptôme dit de perclusion

1. Fracture avec ou sans déplacement, tassement Etiologies : traumatisme, tumeur, ostéopénie1, fatigue

Impotence fonctionnelle brutale de segment de membre (surtout si déplacement)

2. Luxation Etiologies : traumatisme, hyperlaxité ligamentaire

Impotence fonctionnelle brutale

3. Entorse Etiologies : traumatisme, fatigue

Impotence fonctionnelle dans les cas graves

4. Rupture ou section tendineuses Etiologies : traumatisme, iatrogénie (quinolone)2, fatigue

Idem

5. Adhérence tendineuse Etiologies : traumatisme (section partielle de tendon ou lésion de la gaine), inflammation

Idem

6. Rétraction fibreuse d’aponévrose (maladie de Dupuytren, maladie de Ledderhose…)3
Etiologies : microtraumatismes répétés, hérédité

Fixation de segment de membre

7. Algodystrophies sympathiques réflexes (dont le syndrome épaule-main)4
Etiologies : traumatisme, psychologie, inflammation de voisinage (cause essentielle)

Impotence fonctionnelle progressive et réversible après plusieurs mois

8. Syndromes canalaires (canal carpien, compression du nerf cubital au coude…) Etiologies : ténosynovite aspécifique5 (95 % des cas ; facteurs favorisants : grossesse, ménopause, diabète, travail manuel), traumatisme, rhumatisme (polyarthrite rhumatoïde), infection (tuberculose avec caséum, phlegmon des gaines)

Paralysie sensitivo-motrice du segment de membre aval dans les cas avancés

9. Lésion d’un nerf périphérique (section partielle ou totale, contusion, compression du nerf ou neuropraxie) Etiologies : traumatisme, tumeurs intrinsèque ou de voisinage…

Paralysie sensitive et/ou motrice du segment aval

10. Lésions méniscales et des cartilages articulaires Etiologies : traumatisme, micro-traumatismes répétés, hyperlaxité ligamentaire de l’articulation, méniscoses (lésions dégénératives dont l’arthrose), tumeur, rhumatismes…

Blocage aigu ou progressif d’une articulation

11. Infections ostéo-articulaires, des gaines de certains tendons, cellulites…
Etiologies : plaie par traumatisme

Impotence fonctionnelle progressive

12. Déchirure ou contusion musculaires
Etiologies : traumatisme ou micro-traumatismes répétés

Impotence fonctionnelle (impossibilité de réaliser certains mouvements)

Tableau 2. Propositions de pathologies rhumatologiques pouvant donner une perclusion

111Certaines de ces pathologies ont une évolution très lente. L’impotence fonctionnelle ne s’installe donc que très progressivement.

  • 6 Désordre sévère de l’immunité. Maladie caractérisée par une perte de la tolérance et un défaut de c (...)
  • 7 Une exposition aux UV solaires peut avoir cet effet rhumatismal.
  • 8 Type le plus fréquent de rhumatisme inflammatoire.
  • 9 Une périartérite noueuse est une inflammation nécrosante des vaisseaux caractérisée par des lésions (...)
  • 10 Pathologie caractérisée par des anomalies de l’architecture de l’os, le tissu osseux manquant par e (...)
  • 11 Fragilisation du tissu osseux due à une diminution de sa densité.
  • 12 Anomalies diverses des chromosomes sexuels avec déséquilibres hormonaux.
  • 13 Prolifération des plasmocytes (variété de globules blancs) dans la moelle osseuse entraînant une su (...)
  • 14 Le CLE est un rétrécissement des dimensions du canal rachidien lombaire où passe la moelle épinière
  • 15 Cf. Tableau no 1 pathologies no 7. Affection touchant une région articulaire.
  • 16 Hyperlipoprotidémie : augmentation des concentrations plasmatiques de certaines classes de lipoprot (...)
  • 17 Maladie inflammatoire de la colonne vertébrale démarrant par le bassin.
  • 18 Maladie due à des germe du genre brucella (Syn. : Fièvre de Malte parce que décrite pour la premièr (...)
  • 19 Bactérie pathogène, responsable d’une maladie sexuellement transmissible.
  • 20 Vulgairement appelée vérole ou selon un nom qui rejette sur d’autres la provenance, d’où « mal napo (...)
  • 21 Borreliose de Lyme, une infection bactérienne transmise à l’homme par piqûre de tiques.
  • 22 AMP : Articulation métacarpo-phalangienne.
  • 23 Le liquide synovial sert de lubrifiant aux surfaces articulaires. La synovie étant constituée d’eau (...)

Pathologies et étiologies

Rapports avec le symptôme dit de perclusion

1. LED (lupus érythémateux disséminé)6 : rhumatisme de Jaccoud et ténosynovites
Étiologies : hérédité, iatrogénie, UV (ultraviolets)7, agents infectieux (virus)

Arthrites déformantes généralement réductibles (au niveau des articulations avec une synoviale)

2. PR (polyarthrite rhumatoïde)8
Étiologies : hérédité, anomalies immunologiques

Déformation d’abord réversible puis fixée et enraidissement des articulations avec synoviale après plusieurs années d’évolution

3. Vascularites dont la PAN (périartérite noueuse) et la PPR (pseudo-polyarthrite rhizomélique)9
Étiologies : hérédité, désordres imunologiques pouvant être secondaires à des infections virales

Atteintes articulaires, arthrites, mononévrites vasculaires provoquant des troubles moteurs ou sensitifs, AVC

4. Maladie de Paget10
Étiologies : cause inconnue

Blocages articulaires par déformation des os, dont le coxa vara pagétique

5. Ostéoporose, ostéopénie avec fracture avérée11 Étiologies : constitutionnelle (anomalie génétique) ou ostéoporose secondaire à :
- Une pathologie endocrinienne (castration, syndrome de Turner, syndrome de Clinfelter, hypercorticisme, hyperthyroïdie, hyperparathyroïdie12)
- Une immobilisation prolongée
- Une héparinothérapie prolongée
- Une mastocytose
- Une hémochromatose chronique

Fractures et tassements provoquant l’enraidissement de certains segments

6. Ostéomalacie et rachitisme Étiologies : défaut de minéralisation des os (métabolisme de la vitamine D)

Déformation des os pouvant provoquer des blocages articulaires

7. Tumeurs osseuses ou cartilagineuses, bénignes ou malignes
Étiologies : primitives (ostéome ostéoïde, chondrome, chondroblastome, chondrosarcome…) ou secondaires (cancer du rein, prostate, sein, thyroïde…)

Fractures pathologiques, mobilité articulaire touchée lorsque le processus tumoral est proche d’une articulation

8. Plasmocytome osseux solitaire…, maladie de Kahler13
Étiologies : cause inconnue

Tuméfactions et fractures pathologiques

9. Sciatique radiculaire classique
Étiologies : conflit disco-radiculaire

Impotence fonctionnelle vertébrale hyperalgique, avec dans les formes avancées des troubles sensitivo-moteurs du segment innervé

10. Sciatiques secondaires
Étiologies : tumeur neurologique, tumeur osseuse, myélomes, infections vertébrales, CLE (canal lombaire étroit)14

Idem Dans le CLE existe une claudication intermittente à la marche dans les premiers temps

11. Algodystrophies15
Étiologies : traumatismes graves, tumeurs (dont pelviennes qui provoquent des algodystrophies des membres inférieurs), maladie de Parkinson, hémiplégie, iatrogénie, diabète, HLP16, survient parfois sur un terrain de dystonie neuro-végétative (25 %), cause essentielle dans 30 % des cas

Enraidissement des articulations par rétraction des capsules articulaires voire des tendons et des aponévroses Guérison sans séquelles après plusieurs mois

12. Arthropathies inflammatoires (vrais rhumatismes) :
- Rhumatisme articulaire aigu Étiologies : parfois 15 jours après une infection à streptocoque béta-hémolytique du groupe A, notion d’hérédité, conflit auto-immun

Polyarthrite aiguë, fugace (3 à 10 jours), mobile (guérit toujours en quelques semaines sans séquelles) Impotence fonctionnelle de type hyperalgique

- Rhumatisme articulaire sub-aigu Étiologies : souvent au décours d’une angine ; homme jeune essentiellement

Polyarthrite des grosses articulations ; guérison après quelques mois ou 2 à 3 ans après ; possibilité de récidive

- Polyarthrite chronique évolutive Étiologies : pas de cause identifiable ; facteurs favorisants : stress, surmenage, infection, traumatisme…

Peut toucher toute articulation ; évolution vers des déformations et des ankyloses

- Spondylarthrite ankylosante17 Étiologies : pas de facteurs déclenchants apparents ; survient parfois après un syndrome de Fiessinger-Leroy-Reitter ou en association avec un psoriasis, une maladie de Crohn…

Soudure progressive du squelette central de bas en haut

- Rhumatisme psoriasique
Étiologies : cause inconnue ; facteurs viraux, héréditaires, traumatiques…

Peut donner différents tableaux dont une polyarthrite chronique évolutive grave, rarement de spondylarthrite ankylosante

13. Arthropathies infectieuses (dont spondylodiscites) et Ostéo-arthropathies infectieuses Étiologies :

- BK (tuberculose)

Ostéo-arthrite pouvant provoquer des enraidissements ; le plus souvent de type mono-arthrite chronique

- Brucellose18

Arthrites (sacro-iliaques, spondyodiscites lombaires, coxite mélitococcique) pouvant s’enraidir ; maladie du monde agricole ; longue évolution

- Germes banaux : staphylocoques, BGN (bacille GRAM négatif)

- Candida albicans et autres mycoses invasives

Mono-arthrite fongique

- Gonocoque19

Atteinte initiale poly-articulaire (arthralgies et ténosynovites migratrices) puis mono-ou oligo-arthrite purulente

- Syphilis secondaire ou tertiaire20

Arthrites et ténosynovites destructrices ou sclérosantes ; synovite gommeuse des grosses articulations ; neuro-syphilis avec destruction articulaire de cause neuro-trophique

- Maladie de Lyme21

Poly-arthralgies et ténosynovites après quelques semaines ; évolution parfois vers une vraie arthrite (grosses articulations et récidivante sur des années)

- Virus (rubéole, hépatite B, oreillons)

Polyarthrites modérées résolutives après quelques semaines ; pas de destruction articulaire

14. Arthrose (arthropathie chronique dégénérative) Étiologies : dégénérescence, microtraumatismes répétés, dysplasie congénitale…

Limitation de la mobilité des articulations

15. Arthropathies métaboliques Étiologies : goutte (hérédité, facteurs déclenchants : écarts de régime, microtraumatismes répétés, asthénie, iatrogénie…)

Impotence fonctionnelle hyperalgique d’une articulation (surtout genou et AMP du gros orteil)22

Autres maladies microcristallines dont la chondrocalcinose articulaire23
Étiologies : hérédité, anomalies du métabolisme des pyrophosphates inorganiques

Arthropathies chroniques et parfois destructrices

16. Arthropathies nerveuses
Étiologies : syphilis tertiaire, syringomyélie

Arthropathies nerveuses de Charcot avec de grosses déformations articulaires qui souvent sont quand même fonctionnelles

Tableau 3. Propositions de pathologies neurologiques et neuro-vasculaires pouvant donner une perclusion

  • 24 Alcoolisme chronique.
  • 25 Diminution de l’apport sanguin artériel à un organe entraînant une baisse de l’oxygénation des tiss (...)
  • 26 Epanchement de sang entre un os du crâne et la dure-mère.
  • 27 Pour rétrécissement mitral. Diminution permanente du calibre de l’orifice mitral qui dans le coeur (...)
  • 28 Atteintes de la moëlle épinière.
  • 29 Les polyneuropathies (item no 12) sont des maladies qui affectent plusieurs nerfs. Les mononeuropat (...)
  • 30 Syndrome de l’immunodéficience acquise.
  • 31 Pathologies virales. Le zona, dû au virus varicelle-zona, se traduit par des sensations de « brûlur (...)

Pathologies et étiologies

Rapports avec le symptôme dit de perclusion

1. Malformation artério-veineuse cérébrale Étiologies : cause congénitale

AVC (accident vasculaire cérébral) et compression provoquant des paralysies dans les territoires concernés, épilepsie d’accompagnement

2. Hémorragie méningée Étiologies : prédisposition génétique, HTA (hypertension artérielle), traumatisme, infection…

Épilepsie d’accompagnement, paralysies, aphasies

3. Hématome sous-dural chronique à la phase d’état, i. e. quand il est constitué et n’est plus sur un mode évolutif. Étiologies : traumatisme, atrophie cérébrale (exogénose chronique24, personnes âgées), iatrogénie anticoagulante, tumeur, malformation vasculaire, déshydratation sévère, HTA (hypertension artérielle)…

Paralysie par compression du territoire cérébral voisin (plus ou moins ischémie25)

4. Hématome extra-dural26
Étiologies : hypertension artérielle, traumatisme, iatrogénie, déshydratation

Compression du territoire cérébral voisin

5. Accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique ou hémorragique Étiologies :
- Causes hémorragiques : artériosclérose, hypertension artérielle, anévrisme, angiome, traumatisme
- Causes ischémiques : thrombose (artériosclérose, artériopathies diabétique ou sur vascularite, méningo-encéphalite infectieuse, septicémie, hémopathie de type polyglobulie ou thrombocytémie), embolie (artériosclérose, cardiopathie de type RM27 ou IDM (infarctus du myocarde) ou arythmie

Paralysie dans le territoire concerné

6. Contusion cérébrale Étiologies : traumasisme

Parfois paralysies plus ou moins étendues pouvant aller jusqu’au coma

7. Compressions cérébro-médullaires ou d’un nerf section médullaire partielle (syndrome de Brown-Sequard) Étiologies : traumatisme (fracture déplacée…), métastases osseuses, tumeur bénigne ou maligne, infection (abcès, spondylodiscite provoquant un pincement nerveux, épidurite, parasitose dont l’échinococcose), hernie discale, kyste, anomalie vasculaire

Paralysie

8. Sclérose en plaques Étiologies : cause inconnue mais facteurs probables génétiques, immunologiques (rôle de virus voisins de la rougeole) et environnementaux

Atteinte essentiellement sensitive mais qui peut donner tout type de paralysies qui peuvent s’aggraver par poussées ou progressivement et qui peuvent récupérer complètement (formes unifocale et rémittente pure) ou partiellement (forme rémittente progressive).
Peu ou pas d’amyotrophie (fonte musculaire)

9. Sclérose latérale amyotrophique Étiologies : cause méconnue, parfois notion familiale

Paralysie progressive s’étendant vers le bas et le haut de la moelle épinière à partir de la lésion initiale ; amyotrophie

10. Syndromes médullaires (atteinte de la corne antérieure, syndrome de Brown-Sequard, syndrome pyramidal médullaire)28 Étiologies : cf. items précédents, ischémie, infections (poliomyélite dans sa forme paralysante ; les formes avortée et de méningite aseptique sont exclues)

Paralysies périphériques (amyotrophie lorsque l’unité motrice est touchée, la jonction neuro-musculaire exceptée)

11. Mononeuropathies29
Étiologies : causes essentiellement locales, traumatisme, compression de voisinage, infection (dont certains virus), inflammation, maladies métaboliques

Troubles sensitivo-moteurs dans le territoire concerné

12. Polyneuropathies de type polynévrites Étiologies :
- Causes toxiques : exogénose chronique, saturnisme, arsenic, mercure…
- Causes médicamenteuses : isoniaside, métronidazol…
- Causes toxi-infectieuses et infectieuses : diphtérie, botulisme, borréliose dont la maladie de Lyme, brucellose, SIDA30
- Causes dysmétaboliques : diabète, carences vitaminiques (B1, B6, PP), insuffisance rénale, hypothyroïdie, porphyrie aiguë intermittente…
- Affections malignes et paranéoplasiques : hémopathie maligne infiltrante, cancers pulmonaire, rénal ou digestif (forme de Wyburn Mason : polynévrite sensitivomotrice) - Causes inflammatoires : collagénose (PAN), dysglobulinémie
- Causes héréditaires : maladie de Refsum, maladie de Charcot Marie et Tooth
- causes indéterminées (33 %)

Troubles sensitivo-moteurs dans le territoire concerné (l’atteinte est bilatérale, symétrique à prédominance généralement distale et à évolution progressive)

13. Polyneuropathies de type polyradiculonévrites Étiologies :
- Les formes aiguës (dont le syndrome de Guillain-Barré) : cause essentielle (50 %) ou 3 semaines après une vaccination, une sérothérapie, un syndrome grippal et d’autres maladies infectieuses (hépatites A, B, C, zona, MNI, CMV, HSV…31), une gastroentérite à campylobacter jejuni
- Les formes chroniques : cause essentielle, collagénose, hémopathie, sarcoïdose, lymphome, état paranéoplasique d’un cancer du rein, du poumon, ou digestif

Atteinte sensitivo-motrice plus diffuse qui peut régresser dans les mois qui suivent pour les formes aiguës. Elle est cependant généralement bilatérale, symétrique et à prédominance distale

14. Multinévrites
Étiologies : diabète, lèpre (la forme tuberculoïde provoque plus d’atteintes neurologiques que la forme lépromateuse bien que cette dernière touche beaucoup plus de nerfs périphériques), collagénose ou maladie plus générale, amylose

Atteintes sensitivo-motrices asymétriques dans le temps et dans l’espace

15. Méningoradiculites
Étiologies : infiltration des gaines méningées par un processus inflammatoire ou néoplasique

Atteinte sensitivo-motrice diffuse (atteintes méningée et radiculaire)

16. Radiculopathies
Étiologies : sciatiques, névralgies cervico-brachiales, paralysie obstétricale du plexus brachial (allant de la neuropraxie à la rupture radiculaire voire l’avulsion médullaire)

Atteinte sensitivo-motrice du territoire concerné

17. Toxi-infections et infections à tropisme neurologique Étiologies : cf. supra et tétanos

Polynévrites, contractures musculaires plus ou moins étendues pour le tétanos

18. Méningo-leuco-encéphalites
Étiologies : bactéries (tuberculose, brucellose, rickettsioses…), virus (herpès…), mycoses (cryptococcose chez l’immunodéprimé), origine immunologique (rougeole, syphilis tertiaire…)

Atteinte sensitivo-motrice des territoires innervés

19. Sclérose combinée de la moelle épinière Étiologies : maladie de Biermer (carence en vitamine B12), carence en folates

Essentiellement des troubles sensitifs avec parfois des paraplégies spastiques puis flasques

Études de trois cas de perclusions

112Les cas 1, 2 et 3 ont été retenus pour cette première partie. Nous présentons dans un premier temps le donné historique tel qu’il peut être relevé dans les archives. Dans un deuxième temps nous montrerons une réduction des témoignages sous la forme d’un tableau correspondant à la perception clinique des trois cas. Enfin dans un troisième temps nous analyserons chacun d’eux.

  • 96 Arch. dép. Vosges, G 2719, justice du chapitre de Saint-Dié, procès de Georgette Cailleré, pc. 3, f (...)

113Cas no 1 : Information contre Georgette Cailleré habitant le faubourg des Trois Maisons à Saint-Dié, datée du 23 octobre 159896. L’accusée sera brûlée à Saint-Dié en décembre 1598. L’accusation repose sur le fait que Georgette Cailleré est une étrangère au quartier. On lui reproche de répandre des maux donnés afin de se venger des humiliations que ses voisins lui font subir.

114Donné archivistique : Témoignage de Jacot Chavoitey, âgé d’environ trente-quatre ans. Sa femme (plutôt moins âgée que lui) tombe malade et perd tout le mouvement des membres. Tous pensent qu’elle va mourir.

  • 97 Poissons-chats.

« Jacot Chavoitey, bourgeois à St Diey, aagé d’environ trente quatre ans comme il dit, adjuré et enquis.
A dit qu’ayant eu quelque dispute avec ladite Georgeatte, soubdain apres, sa femme devient malade et perdit tout le mouvement des membres, en sorte qu’un chacun la jugeoit à mort ; et fut en ce piteux estat plus de douze sepmaines ; cependant ladite Georgeatte, à la sollicitation des voisines, la fut visiter et luy apporta des mestoilles97 fricassées, jusques à douze seulement qu’elle luy feit manger ; aussy tost elle commença à se bien porter et fut du tout guerrye. »

  • 98 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle B 3753, procès de Claudette Clauchepied, pc. 2, f° 1, 19 mars 1601

115Cas no 2 : Procès de la guérisseuse Claudette Clauchepied en 1601-160298. La guérisseuse, qui est une vagabonde de soixante-six ans, avoue toutes ses pratiques à ses juges. Elle sera néanmoins brûlée à Bruyères le 4 avril 1601. C’est son état de vagabonde qui l’a conduit à être accusée.

116Contexte géographique : Bruyères est une prévôté importante de la vallée de la Vologne. La communauté est installée à l’intersection d’un axe nord-sud (Saint-Dié-Remiremont) et d’un axe est-ouest (Colmar-Mirecourt par les cols du Bonhomme et du Plafond). Elle contrôle les principales voies du commerce transvosgien.

  • 99 Un hameau de Laveline-du-Houx : Vosges, ar. Épinal, c. Bruyères.

117Donné archivistique : témoignage de Marguerite François de Houx99, âgée de 24 ans.

« Marie, femme Mengeon Franceois le jeusne de Bruyeres, fille de feu Jean le Sergent de Houx et de Margueritte sa femme, aagée d’environ XXIV ans, adjurée et examinée sur la cognoissance qu’elle pourroit avoir de ladicte prevenue.
A dict que peult avoir environ quatre ans qu’elle a veu ladicte detenue loger en la maison de sa mere audict Houx ; et que par ung soir, sadicte mere estante couchée et ladicte prevenue dans la grange, elle oyt ung grand bruict comme des chatz ; où au mesme instant elle sentit sur ses jambes et cuyses grandes dolleurs et luy sembloit par fois que ce fussent des ratz qu’alloient par-dessus son lic ; et le lendemain au matin sadicte mere se plaingnit à ladicte detenue, luy disant qu’elle sentoit grandes dolleurs en ses cuyses et jambes et qu’elle ne sçauroit marcher […] ; sadicte mere estante tousiours malade, priarent icelle [prévenue] de luy donner quelque remede de guerison ; laquelle feist responce qu’il convenoit avoir de la graisse de chiens […] et peu apres revient en apportant de la graisse de la grosseur d’une noisette, disante estre de chiens et en fut sadicte mere engraissée ; neantmoins demeura tousiours perclue. »

  • 100 Justice du chapitre de Saint-Dié, Arch. dép. Vosges, G 708, pc. 17.

118Cas no 3 : Procès de Jean Charpentier en mars 1601100. Malgré l’absence d’accusation de la part de Marguerite Jeandey, Jean Charpentier est condamné à être brûlé en mai 1601. Le rappel de la maladie de Marguerite a été utilisé par Nicolas Hougney de Sainte-Marguerite qui veut faire condamner Jean Charpentier. La plupart des causes des procès de sorcellerie est fondée sur des rivalités économiques.

119Contexte géographique : Remémont est une communauté de la vallée de la Meurthe au sud-est de Saint-Dié.

  • 101 Vosges, ar. Saint-Dié, chef-lieu de c.

120Donné archivistique : Interrogatoire du 31 mars 1601 de Marguerite Jeandey du ban de Fraize101, née à Remémont et âgée de 45 ans.

« Sy, durans le temps qu’elle a faict sa residence audict Remeymont, estante encore jeune fille ou depuis qu’elle est mariée audict ban, elle s’est trouvée d’avoir les raings rompus ainsy que le bruict en est commung ?
A dict qu’estante aagée d’environ seize ou dix huict ans, residente encore au losgis de Barthollemin le maire, son pere dudict Remeymont, elle se treuva saisie d’ung mal qui la print vers le dos, descendant sur les raings ; et ce mal estant accreu par le menu, elle fut quelque temps qu’elle ne pouvoit bonnement marcher sy elle n’estoit appuyée d’ung batton ; à faulte de quoy, elle estoit contraincte d’aller sur ses piedz et mains ; et luy dura ce mal proche d’environ ung an, durant lequel temps l’on prenoit touttes les peines de l’estimer et y apporter tous les remedes que l’on pouvoit penser ; enfin par le menu, elle commença de se mieux porter et d’aller sans batton ; et depuis, ayant esté servir maistre quelques sept ou huict ans, elle fut mariée […].
Sy elle avoit poinct de soubçon que ceste maladie luy soit esté causée par quelque personne, sorcier ou magicien ?
A dict que non.
Sy elle n’a levée quelque enfant à Didier Jean Charpentier de Remeymont ? A dict qu’elle luy en avoit levé un sur les sainctz fontz de baptesme avant sadicte maladie.
Sy elle n’a entendue que ledict Charpentier soit esté aux devins ou enchanteurs pour sçavoir qui luy avoit robbé du millot ou aultres choses.
A dict que, depuis qu’elle est mariée audict ban de Fraisse, on luy a rapporté comme le dict Charpentier avoit esté aux devins ou magicien pour sçavoir qui luy avoit robbé son millot ; et que ledict magicien, luy ayant faict paroistre tous les habitans dudict Remeymont, luy dict que sçavoit esté elle deposante qui luy avoit robbé sondict millot ; mais elle ne sçait rien de tout cela que par ouy dire.
Sy ledict Charpentier luy a causé ou faict causé ceste estrange maladie par le moyen dudict magicien ou aultres voies illicites ?
A dict qu’elle s’en doubte mais ce n’est que sur les rapportz qu’on luy a faictz contre ledict Charpentier et n’en peult affermer davantage. »

121Le deuxième temps de notre méthode est la réduction des cas à des synthèses médicales :

Sujet

Cas 1 :
femme moins de 34 ans

Cas 2 :
femme environ 40 ans

Cas 3 :
femme entre 16 et 18 ans

Environnement

Artisanat urbain

Agricole

Agricole

Symptômes

Perte de tout le mouvement des membres

Vives douleurs dans les jambes et les cuisses. Pendant la nuit, sensation de rats qui courent sur les draps. Impossibilité de marcher

Douleurs dorso-lombaires d’aggravation Ne peut plus du tout progressive. marcher sans bâton sauf à quatre pattes

Pronostic et / ou traitement

Décès

Graisse de chien inefficace

Non précisés

Durée de la maladie

12 semaines

4 ans

1 an

Evolution

Rémission et guérison

Est toujours percluse à l’époque du témoignage (4 ans après)

Amélioration progressive : marche sans bâton

122Le troisième temps de notre méthode est l’analyse médicale de chacun des cas. Plusieurs facteurs doivent être pris en compte pour la détermination de l’affection en cause. En effet ils sont susceptibles de la rendre difficile. Deux d’entre eux doivent être particulièrement soulignés.

123Le premier tient à ce que les gens ne s’écoutent généralement pas. Ils ne perçoivent pas les signes avant-coureurs d’une maladie. Par conséquent les témoignages donnent toujours l’impression que les premiers symptômes surviennent brutalement.

124Le second constitue un obstacle sans doute plus difficile à lever. Les causes réelles d’une maladie ne sont pas perçues. Le témoignage s’attache seulement à en développer les manifestations les plus spectaculaires. Ainsi la corrélation n’est jamais faite entre une infection, voire une blessure et l’affection qui en résulte quelques semaines après. Ce qui peut se comprendre à l’époque considérée.

125Cas no 1. La malade est une femme, âgée d’une trentaine d’années, mariée à un artisan. C’est une mère de famille restant au foyer et se livrant à des activités traditionnelles. Elle cultive un potager et gère une basse-cour. Elle donne l’impression de tomber brutalement malade car le témoignage n’utilise pas le verbe languir. La perclusion ne fait aucun doute puisqu’elle « perd tout le mouvement des membres ». Par cette expression, il faut entendre les deux membres supérieurs et les deux membres inférieurs. Aux yeux des contemporains le symptôme est suffisamment invalidant pour évoquer une évolution fatale.

126La maladie évolue sur un mode subaigu, pendant une durée supérieure à un mois et inférieure à six mois. Elle s’achève par la guérison ou tout du moins par une rémission de plus d’un an. En effet, la malade guérie témoigne au procès fait contre Georgette Cailleré à propos d’une maladie survenue à sa fille, le 24 juin 1597.

  • 102 Mortel.
  • 103 Les témoins sont par exemple capables de dire que « les bras ou les jambes ont autant de chaleur qu (...)
  • 104 La polyarthrite chronique évolutive, plus fréquente chez la femme que chez l’homme, survient entre (...)

127De ce témoignage nous pouvons éliminer toute cause traumatique [tableau no 1] car elle serait mentionnée, particulièrement si elle était due à des violences physiques. L’absence de signes d’inflammation locale, de traitement, entre autres par la graisse de chien, et le pronostic létal102 nous autorisent à éliminer les causes rhumatismales [tableau no 2]103. Pourtant la symptomatologie d’une polyarthrite chronique évolutive [tableau no 2, pathologies no 12] pourrait donner un tableau clinique voisin104. Nous sommes aussi portés à éliminer d’autres arthropathies inflammatoires, telles que le rhumatisme articulaire aigu, qui auraient pu s’imposer dans le diagnostic.

  • 105 Atteinte du nerf optique se traduisant par une atteinte du champ visuel et de l’acuité.

128Nous en arrivons donc aux pathologies neurologiques et neuro-vasculaires [tableau no 3]. Nous pouvons alors penser à une sclérose en plaques [tableau no 3, pathologies no 8] évoluant sous une forme unifocale ou rémittente pure, voire rémittente inaugurale puis progressive. Dans notre cas clinique, ce dernier mode évolutif serait à la phase inaugurale. Certes, l’exemple étudié ne correspond pas aux aspects habituellement observés au stade initial de cette maladie. En effet les symptômes initiaux de la sclérose en plaques sont souvent une névrite optique rétro-bulbaire105. Pourtant une chute de l’acuité visuelle, qui survient auparavant, peut ne pas être perçue comme une manifestation de la même maladie. Elle ne serait donc pas rapportée dans le témoignage.

  • 106 Paralysie des quatre membres.

129Une troisième hypothèse diagnostique correspond à une polyradiculonévrite aiguë tel le syndrome de Guillain-Barré [tableau no 3, pathologies no 13]. Ce syndrome connaît une installation progressive rapide, d’un à quatre jours voire de quelques semaines. La forme clinique complète peut donner une quadriplégie flasque106. En dehors de toute complication, la maladie évolue le plus souvent favorablement au bout d’un ou de quelques mois. La guérison se fait généralement ad integrum. Des séquelles paralytiques existent dans 10 % des cas. Cette description clinique pourrait correspondre au récit de Jacot Chavoitey.

130C’est donc cette hypothèse que nous retiendrons, tout en sachant qu’il existe d’autres pathologies pouvant se rapporter au témoignage étudié. Le syndrome de Guillain-Barré correspond bien à un Mal donné puisqu’il connaît généralement une évolution spontanément favorable. On sait que ce type d’évolution était, à l’époque, considéré comme la preuve d’un maléfice qui a finalement été retiré par le jeteur de sort au moment où ce dernier se sentait découvert.

131Cas no 2. Il est tiré du procès de la guérisseuse Claudette Clauchepied, en 1601. La malade est une femme d’environ quarante ans, atteinte depuis quatre ans. Le témoignage est fait par l’une de ses filles, âgée de vingt-quatre ans. La famille habite Laveline-du-Houx, un petit village proche de Bruyères. Ce sont des paysans sans instruction et très superstitieux. L’évocation de chats et de rats le prouve car ces animaux sont censés incarner les esprits maléfiques.

132La pathologie semble débuter brutalement pendant la nuit. Cela peut faire penser à une maladie ou à un rhumatisme de type inflammatoire, d’autant plus que la guérisseuse essaie un traitement à base de graisse de chien [tableau no 2]. Cependant les signes sensitifs décrits semblent plutôt neurologiques [tableau no 3].

  • 107 Qui produit des pulsations, des battements.
  • 108 Les dysesthésies sont des troubles de la sensibilité, par défaut ou par excès.
  • 109 L’hyperesthésie est une exagération de la sensibilité.

133Les douleurs sont localisées au niveau des deux membres inférieurs. Elles sont qualifiées de grandes ce qui signifie qu’elles sont intenses et certainement pulsatiles107. La sensation de rats qui marchent au-dessus du lit permet d’évoquer des dysesthésies à type de paresthésies (fourmillements, picotements, engourdissements)108 ou d’hyperesthésie109.

134Existent aussi des troubles moteurs puisque la malade se dit « percluse ». Tous ces signes cliniques semblent bilatéraux et symétriques. Seuls les membres inférieurs sont atteints.

135Aucun autre signe clinique important n’est rapporté par le témoignage au cours des quatre années suivantes. Par conséquent il est possible de considérer que la maladie s’est installée sur un mode chronique avec peu de chances d’amélioration.

  • 110 Affection due à une souffrance de plusieurs nerfs périphériques.
  • 111 Une réserve cependant, puisqu’il s’agit d’une femme.

136En prenant en compte les approximations de l’époque nous pouvons donc penser à une possible polynévrite [tableau no 3, pathologies no 12]110. Les étiologies seraient éventuellement toxiques, comme l’alcoolisme ce qui correspondrait bien au milieu en cause111.

137Des carences vitaminiques peuvent aussi être suspectées. Pourtant le choix de la période étudiée est fondé sur l’absence de crises de subsistances. En outre les vitamines B1, B6 se retrouvent souvent dans l’alimentation de l’époque reposant sur des céréales mal blutées, des produits de petit élevage et des fruits, raisins, pommes et surtout poires.

  • 112 Maladies infectieuses dues à des borrelia (spirochètes), caractérisées par des accès fébriles espac (...)

138Des toxi-infections ou d’autres pathologies infectieuses sont aussi envisageables, telles les borrélioses, la brucellose, la diphtérie112. Dans le cas d’une diphtérie, l’atteinte des nerfs crâniens est la plus précoce. Un tableau proche du syndrome de Guillain-Barré s’installe après un mois. Cependant les causes infectieuses ne vont pas avec la persistance des symptômes et la localisation d’emblée aux membres inférieurs.

  • 113 Défaut d’hormones thyroïdiennes, dû à un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde. Cette maladi (...)
  • 114 Voir note 56. Le cas de Baudésie, évoqué dans notre section « Définitions et méthode », le confirme

139D’autres causes de polynévrites reposent sur des dysmétabolismes, comme le diabète, l’insuffisance rénale ou l’hypothyroïdie113. Cette dernière affection peut être particulièrement suspectée dans la contrée concernée (carence iodée). Les goitres, dus au manque d’iode, sont très fréquents dans les vallées de la Meurthe et de la Vologne114.

  • 115 La sciatique ou névralgie sciatique est une affection dont le signe essentiel est une douleur sur l (...)

140En raison de l’âge de la malade, peuvent aussi être évoqués une sciatique bilatérale paralysante115, un canal lombaire étroit ou une sclérose en plaques à forme sensitivo-motrice évoluant sur un mode rémittent progressif. Cette dernière étiologie permettrait de rapprocher la sensation de « rats qui marchent par-dessus le lit » de la description clinique actuelle reposant sur une impression d’« eau qui ruisselle le long du corps », dans le cas d’une sclérose en plaques avec composante sensitive.

141Une dernière hypothèse neurologique prend en considération une polyradiculonévrite chronique, telles une collagénose, une hémopathie ou un syndrome paranéoplasique [tableau no 3, pathologies no 13].

142Nous sommes tenté de privilégier deux hypothèses, celle d’une sclérose en plaques et celle d’une polynévrite. Pourtant nous n’ignorons pas que les symptômes paraissent survenir trop brutalement pour la seconde affection. Rappelons que les gens ne s’écoutent pas et ne se disent malades qu’au moment où la pathologie les empêche de travailler.

  • 116 Nous avons choisi d’étudier ce cas car la jeune femme ne pense pas avoir été victime d’un Mal donné (...)

143Cas no 3. Il concerne un extrait de l’interrogatoire de Marguerite Jeandey, une femme native de Remémont, âgée de quarante-cinq ans. Dans un procès ouvert à Fraize contre Jean Charpentier, le 31 mars 1601, elle témoigne sur une maladie qu’elle a contractée à seize ou dix-huit ans116. Elle appartient au milieu agricole. À l’âge concerné, elle était employée comme servante et par conséquent se livrait aux travaux agricoles traditionnels (utilisation de la houe, du fléau…).

144Là aussi nous pouvons éliminer un traumatisme direct qui serait mentionné [tableau no 1].

145La localisation de la pathologie semble se situer au niveau de la colonne vertébrale dorso-lombaire ou des structures musculo-tendineuses adjacentes. À la lecture du cas, le blocage de la zone rachidienne concernée s’installe peu à peu pour devenir si insupportable que la malade ne peut plus marcher qu’aidée d’un bâton. L’amélioration de la symptomatologie est, elle aussi, progressive vers une rémission voire une apparente guérison. Nous avons en effet un recul de vingt-sept ans entre le témoignage et la pathologie.

146Vu le contexte social, nous ne pouvons pas éliminer un problème de conflit disco-radiculaire, telle une sciatique [tableau no 2]. Cependant aucune description de douleur des membres inférieurs n’est donnée. C’est pourquoi il est aussi possible d’évoquer un simple lumbago (crise de lombalgie aiguë) ou une contusion musculo-tendineuse. Cependant ces deux hypothèses sont difficilement compatibles avec la durée de la pathologie.

  • 117 Bactérie déterminant la tuberculose.
  • 118 Inflammation de l’articulation.
  • 119 À quarante-cinq ans, une femme est vieille et souffre de douleurs diverses, dues au travail agricol (...)

147Une troisième hypothèse peut être avancée, en l’occurrence une spondylodiscite infectieuse [tableau no 2, pathologies no 13]. Les germes rencontrés dans ce contexte pourraient être un bacille de Koch117 ou une brucella (abortus bovis, melitensis ou abortus suis). En effet une tuberculose peut donner une symptomatologie articulaire vertébrale progressive. C’est aussi le cas d’une brucellose focalisée qui se manifeste d’emblée ou après une brucellose aiguë. Une synovite118 puis une destruction articulaire apparaissent au niveau de l’articulation. Après deux à trois mois, une reconstruction imparfaite peut être constatée. La conséquence est une ankylose articulaire avec parfois des paralysies séquellaires. Dans le cas de la tuberculose, on note des abcès qui évoluent à bas bruit et qui peuvent migrer. Ils provoquent de nombreuses complications. Au contraire, Marguerite Jeandey semble ne plus souffrir par la suite119. En outre cette malade, qui appartient au milieu agricole, a certainement gardé un troupeau dès l’âge de huit ans, comme le font la plupart des petites filles. C’est pourquoi nous pourrions évoquer une brucellose.

148À l’époque étudiée, la perclusion peut avoir de multiples causes. Les traumatismes dus à des chutes, à des bagarres ou à des travaux excessifs et pénibles sont fréquents. Les déformations congénitales des membres, comme le pied-bot ou le pied convexe, affectent de nombreux enfants. À l’âge de quatre ou cinq ans, la déformation devient irréductible et rend la marche difficile voire impossible.

  • 120 L’onomatopée que forme le nom de ce saint est tout à fait conforme à son rôle curatif, puisqu’elle (...)

149Les formes de perclusion qui résultent de ces étiologies n’inquiètent pas car elles sont considérées comme normales. Dans les vallées de la Meurthe et de la Vologne, les malades perclus ont recours à deux pèlerinages curatifs. Celui de saint Genest120, non loin de Rambervillers et celui de saint Gondelbert, à la Grande-Fosse rivalisent d’affluence. Il y a quelques années on y a retrouvé quantité de béquilles, surtout de petite taille.

150En revanche, les cas que nous avons étudiés sont propres à induire l’idée d’un maléfice. Ce sont des maladies aux étiologies mystérieuses pour les gens des xvie et xviie siècles.

151Pour le premier cas, les symptômes du syndrome de Guillain-Barré entrent bien dans les critères retenus précédemment pour définir le maléfice. Dans l’esprit des gens, une fois ses méfaits accomplis, le sorcier finit par se raviser au bout de quelque temps. Se sentant menacé par la suspicion générale, il demande à son maître diabolique la poudre qui guérit. Le Diable n’a jamais intérêt à ce que ses serviteurs soient condamnés par la justice. L’évolution spontanément favorable et quasiment sans séquelles que peut connaître le syndrome de Guillain-Barré laisse croire à une telle attitude. De plus, la guérison peut parfois demander trois ans. Dans ce cas, elle prend une valeur symbolique. En effet, ce nombre d’années correspond à une durée magique.

152Il convient de privilégier une polynévrite ou une sclérose en plaques dans le second cas. Comme précédemment, ces pathologies ne peuvent être mises au rang des maladies identifiables par l’époque. Elles aussi s’insèrent indiscutablement dans la catégorie des affections magiques. Elles se manifestent par des symptômes effrayants, comme ces rats qui courent sur la couverture. Ces animaux, considérés comme l’incarnation des esprits malfaisants, confèrent un caractère diabolique à la pathologie.

153Dans le troisième cas, si Marguerite Jeandey ne veut pas reconnaître qu’elle a été ensorcelée, c’est peut-être parce que son cas n’est pas unique. Elle dit d’ailleurs aux juges que « Dieu envoie des maladies aux gens comme il lui plaît ». Elle considère sans doute qu’elle a souffert d’une affection qu’elle connaît. Les jeunes filles sont systématiquement envoyées comme servantes de l’âge de sept ou huit ans jusqu’à leur mariage. Elles gardent les troupeaux, surtout pendant les premières années. Elles sont donc en contact avec les animaux et souvent employées au traitement du lait. Nous privilégierons donc l’hypothèse d’une spondylodiscite infectieuse provoquée par une brucella.

154Les trois cas étudiés permettent de mieux comprendre les croyances sur les maladies qui régissent le concept de maléfice. Pour élargir le débat et le placer dans un contexte philosophique et religieux, il faut souligner que la locomotion est une fonction essentielle qui, selon le plan divin, caractérise les êtres vivants. Le Diable et ses suppôts ne peuvent que s’opposer à l’ordre naturel. Ils le font en provoquant des pathologies qui aboutissent à la perclusion, forme d’opposition à la vie.

Le symptôme dit d’obstructions internes

  • 121 Traité des superstitions […] par M. Jean-Baptiste Thiers, op. cit., 1763, livre II, chap. V, p. 155 (...)

155La prière de Claudette Clauchepied nous a laissé pressentir que les obstructions internes sont considérées comme des maux donnés. La guérisseuse énumère les organes qui peuvent être atteints, soit le crâne, le cœur, la vessie et les intestins. Elle ne cite pas l’estomac mais nous savons qu’elle s’est spécialisée dans les affections digestives. De son côté, l’abbé Thiers utilise le mot cheviller pour désigner un maléfice destiné à « empêcher les personnes de faire leur eau », c’est-à-dire d’uriner121.

156En réalité, les malades considèrent comme des maléfices toutes les pathologies qui modifient la régularité du transit intestinal, urinaire ou respiratoire.

  • 122 Une dyspnée est un essoufflement à l’inspiration ou à l’expiration de l’air. Une dysurie une diffic (...)

157Nous ne retiendrons que le premier dans la mesure où les troubles respiratoires sont difficilement perçus par les malades et mal décrits dans les témoignages. Ainsi les « mauvais airs » traversent tout le corps et sont toujours liés au transit digestif. Pour le malade, une dyspnée une éructation, une flatulence ou une dysurie ont la même cause : une obstruction interne122.

158Les pathologies urinaires sont étonnamment moins présentes dans les documents. Ce constat nécessiterait l’ouverture d’une piste de réflexion qui dépasse le cadre de travail que nous nous sommes fixé.

  • 123 Saignement anormal des voies génitales féminines, survenant en dehors des règles (métrorragie) ou s (...)

159Les diarrhées, souvent appelées « fruit du sang », sont difficilement identifiables. Beaucoup ne sont pas considérées comme des maux donnés à une époque où les dysenteries sont fréquentes. Les métrorragies et les ménoragies123 sont rangées dans la catégorie des diarrhées. En effet les traitements empiriques sont les mêmes. Pour ces raisons, nous les éliminerons aussi.

160Il en sera de même des troubles psychiatriques pour les motifs que nous avons donnés plus haut.

  • 124 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 3801, pc. 10, 1620.

161En revanche, le ralentissement du transit digestif pouvant aller jusqu’au syndrome occlusif se prête vraiment à notre projet. Nous n’en donnerons qu’une seule preuve. Elle est tirée d’un procès de sorcellerie qui a été instruit à Bruyères en 1620. L’un des témoins prononce une malédiction en ces termes : « Que jamais ne puisse-t-il aller à la selle ». Le greffier ajoute même : « Que s’entend [qu’il faut entendre par] demeurer constipé »124.

Les données de la médecine actuelle

  • 125 Cette maladie relève de la psychologie (peur ou phobie de ne pas pouvoir se retenir ou de constipat (...)

162Les données sont classées en un tableau synthétique et non exhaustif récapitulant les pathologies qui ralentissent le transit digestif, en dehors des causes neuro-psychiques dont la colopathie fonctionnelle125.

Tableau 4. Propositions de pathologies à répercussion digestive pouvant donner une obstruction interne

  • 32 Rétrécissement (sténose) du sphincter situé entre l’estomac et le duodénum, par hypertrophie du mus (...)
  • 33 Matières fécales épaisses et collantes excrétées par le nouveau-né au tout début de sa vie.
  • 34 L’invagination intestinale est le retournement de l’intestin sur lui-même, d’où formation d’un « bo (...)
  • 35 Bouchon de selles : accumulation de matières fécales déshydratées et stagnantes dans le rectum.
  • 36 Retournement du tube digestif sur lui-même en faisant une boucle qui s’étrangle à la base. Cf. note (...)
  • 37 Déséquilibres du métabolisme concernant la glycémie (diabète), les électrolytes dans le sang (calci (...)
  • 38 Paralysie réflexe se traduisant par une perturbation des écoulements gastro-intestinaux sans aucune (...)

Pathologies et étiologies

Rapports avec le symptôme dit d’obstructions internes

1. Obstacles mécaniques sur le tractus digestif :

1. a. Du nouveau-né et du nourrisson :
- Sténose hypertrophique du pylore32
- Syndrome du bouchon méconial
- Iléus méconial de la mucoviscidose

Constipation, vomissements tardifs par rapport à la tétée, AEG (altération de l’état général) vers la quatrième semaine de vie Retard d’émission du méconium33 pouvant donner un véritable syndrome occlusif Méconium déshydraté provoquant une occlusion

- Atrésies (malformations) et sténoses congénitales

Occlusion

- Tumeur, brides et autres anomalies congénitales comme les duplications

Constipation voire occlusion

- Péritonite (par formation d’une gangue scléreuse)

Occlusion

- Invagination intestinale34

Idem

1. b. De l’enfant et de l’adulte :
- Tumeurs bénignes ou malignes du tractus digestif

Alternance diarrhée-constipation ou seulement constipation ou diarrhée. Il existe aussi le syndrome de König qui correspond à une occlusion incomplète (occlusions à rechute qui finissent par des débâcles diarrhéiques)

- Compression par une tumeur de voisinage ; sténose d’une région du tractus post-traumatique, inflammatoire, sur ulcère, post-radique… ; hernie ou plus rarement éventration ; adhérences et brides post-traumatiques, post-chirurgicales ou infectieuses ; hématome intra-mural (traitement anticoagulant) ; artérite mésentérique (provoquant un rétrécissement de la lumière intestinale) ; fécalome35 ; volvulus intestinal36 et invagination intestinale ; infections localisées dont abcès, appendicite, ou plus générale dont péritonite

Constipation, sub-occlusion voire occlusion

- Maladie de Crohn (et autres maladies inflammatoires)

Survient chez l’adolescent ou l’adulte jeune ; la sténose est une complication

- Ingestion de corps étrangers

Parfois occlusion

2. Causes médicamenteuses :
Neuroleptiques (syndrome d’Ogilvie), opiacés, anti-cholinergiques…

Constipation

3. Causes neurologiques :
- Centrales :
Maladie de Parkinson, AVC, tumeur cérébro-médullaire… c’est-à-dire toute atteinte neurologique centrale provoquant un trouble moteur du péristaltisme intestinal
- Périphériques :
Maladie de Hirschsprung (anomalie des plexus nerveux digestifs : aganglionie) et toute autre atteinte nerveuse périphérique provoquant un trouble moteur du péristaltisme intestinal

Constipation voire occlusion

4. Causes infectieuses :
- Fièvre typhoïde

Phase d’invasion (premier septénaire après quinze jours d’incubation : constipation sans vomissements, borborygmes, météorisme abdominal, asthénie et fièvre). Au deuxième et troisième septénaire apparaît une diarrhée d’aspect jus de melon.

- Infection digestive (appendicite, péritonite…)

Occlusion (parfois tardive)

5. Causes dysmétaboliques37 :
Diabète, hypercalcémie, hypokaliémie, hypothyroïdie

Constipation

6. Causes vasculaires loco-régionales :
ischémie mésentérique (artérite), infarcissement par thrombose ou embol

Constipation pouvant aller jusqu’à l’occlusion

7. Iléus réflexe38 :
hypokaliémie, IDM, neuroleptiques, traumatisme rachidien, pathologies de voisinage dont la pancréatite, une lithiase vésiculaire

Constipation, sub-occlusion et occlusion

8. Pathologie hygiéno-diététique :
Sédentarité, déshydratation, régime pauvre en fibres alimentaires

Ralentissement du transit

9. Diverticulose colique

Alternance diarrhée/constipation

10. Autres causes :
Fissure anale, rectite, mégarectum idiopathique ; grossesse (cause physiologique), alitement, fièvre importante

Constipation

163Il est intéressant de donner quelques définitions actuelles de syndromes et de symptômes afin d’éclairer les signes décrits par les gens de l’époque.

164Un syndrome occlusif correspond à un arrêt total des gaz et des matières. Le malade présente donc des douleurs, des nausées, des vomissements, un ballonnement abdominal, une absence d’émission de selles et de flatulences. Le terme de sub-occlusion est usité s’il existe un arrêt des matières alors que des flatulences sont encore présentes.

165On peut constater des borborygmes intestinaux à l’état physiologique, ce que les anciens appelaient des « grenouilles dans le ventre ». Ils sont majorés en cas de pathologie digestive ou de voisinage. Parfois, leur absence est tout aussi inquiétante. Prenons comme exemple le silence sépulcral du syndrome occlusif paralytique, telle la péritonite avancée. Si l’occlusion est liée à un obstacle, les bruits hydro-aériques sont généralement amplifiés.

166Actuellement la constipation correspond à l’émission de moins de trois selles par semaine. Les selles sont dures et / ou grumeleuses. Cependant nous pensons que cette définition peut ne pas tout à fait correspondre à l’époque étudiée. Les modes de vie et alimentaire ne sont en effet pas du tout les mêmes. Le nombre de selles par semaine doit donc être sensiblement différent et probablement supérieur. Le symptôme de constipation ne peut donc pas être défini selon les mêmes critères. L’impression de modification de la régularité du transit est ressentie pour un nombre de selles sans doute plus important.

167Il est important de souligner le rôle des facteurs neuro-psychiques sur la survenue d’une constipation et plus généralement sur la régularité du transit intestinal.

  • 126 Trouble de la digestion. Terme ordinairement utilisé pour désigner l’ensemble des troubles apparais (...)

168Les autres signes, comme les dyspepsies126 sont beaucoup plus subjectifs. Toutes les gênes abdominales, toutes les pesanteurs sont ressenties comme la manifestation d’obstructions internes.

Étude de deux cas d’obstructions internes

169Nous formulerons les mêmes réserves que pour les trois cas étudiés précédemment. Nous adoptons aussi la même méthodologie en présentant dans un premier temps le donné historique. Puis les cas 4 et 5 sont synthétisés dans un tableau, construit d’une manière analogue au précédent et dans un troisième temps nous analysons chacun d’eux.

  • 127 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 8689, procès de Chrétien Pierre, pc. 1, f° 5.

170Cas no 4 : Procès de Chrétien Pierre de Moriviller du 13 décembre 1601. Chrétien Pierre est lui aussi condamné à être brûlé en février 1601127.

171Contexte géographique : Moriviller est une communauté établie entre Moselle et Mortagne, à une quinzaine de kilomètres au sud de Lunéville.

  • 128 Meurthe-et-Moselle, ar. Lunéville, c. Gerbéviller.

172Donné archivistique : Témoignage de Thiénon Brouvellant de Moriviller128 âgé de cinquante ans. L’origine est une dispute avec Chrétien Pierre à propos d’un salaire insuffisant.

  • 129 Dictionnaire de Furetière, 1690, article bouillon : « Liqueur ou suc des herbes qui sert à faire le (...)

« Vers la St Remy dernier peux de jours apres, il eut ung sien fils, aagé d’environ huict ans, qui devint malade, disant qu’il sentoit quelque chose dans son estomach ; et des la mesme heure qu’il fut saisy de ce mal, il s’alicta par ung jour de lundy et mourut le dimanche suyvant ; sans neantmoings durant ledict temps on luy ait sceu faire manger chose qui soit au monde […] ; qu’ayant demandé conseil pour sa guerison, on luy enseigna de prendre du verd qui auroit creu sur une aubepine […] et de lui faire boire du bouillon129 dans lequel elle auroit trempé neuf jours durant. »

  • 130 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 3789, procès de Fleurette Maurice, pc. 2, f° 1.

173Cas no 5 : Information contre Fleurette Maurice de Docelles, du 17 août 1615. Fleurette Maurice est une guérisseuse confrontée à une épizootie qu’elle sera accusée d’avoir provoquée. Ce sont les Huguenin, membres influents de la communauté, qui la font accuser afin de venger un ensemble de différends opposant les deux familles. Fleurette Maurice sera brûlée le 10 novembre 1615130.

174Contexte géographique : Docelles est située dans la vallée de la Vologne à l’extrémité sud de la vallée de la Vologne.

  • 131 Vosges, ar. Épinal, c. Bruyères.

175Donné archivistique : Témoignage de Judith Huguenin de Docelles131, âgée d’environ quarante ans.

  • 132 Ecrasait.
  • 133 Licol.
  • 134 Le poteau vertical auquel les vaches étaient attachées dans les anciennes étables.

« Judith, femme à Nicolas Huguenin de Docelles, agée de quelques quarante ans, adjournée, adjurée et enquise.
À deposé que sont environ douze ans […], sy tost son arrivée au logis, elle sentit une grande douleur d’estomach, pour laquelle appaiser, elle prit une bouillie qu’on poussoit132 [pour] ung sien enfant et pris du vin ; mais qu’en lieu d’en estre allegée, alors elle sentit que les douleurs s’augmentoient ; et fut sy malade que plusieurs oppinoient qu’elle en auroit la mort. [Elle se rend chez la guérisseuse, soupçonnée de lui avoir donné le mal] et luy dist de s’asseoir pres d’elle ; ce qu’aiant faict, elle commença tout bas à marmoter quelques mots qu’elle disoit estre une certaine priere ; et à l’instant faisoit le signe de la croix par terre et au devant d’elle qui parle ; mesme luy souffla à plusieurs fois la bouche et ce pendant luy allega qu’elle estoit prise de l’air ; luy enjoingnant en oultre pour en estre entierement guerie de passer par trois fois sous le lien ou chenole133, ainsy vulgairement appellée, d’une de leur vache, en tournant allentour des baraussons134 ; et à chaque fois dire ung PaterNoster et ung Ave Maria ; que s’en estant retornée au logis et en voulant praticquer ce pretendu remede, s’y estant retrouvée empeschée, elle la fut querir pour luy en montrer la forme ; laquelle luy enseigna et que quelques peu de jours apres, la vache que d’ordinaire on y lioit mourut et elle guerit. »

176Deuxième temps, perception médicale des deux cas :

Sujet

Cas 4 : garçon de 8 ans

Cas 5 : femme de 28 ans

Environnement

En hiver, milieu agricole

Milieu artisanal rural

Symptômes

Sensation de quelque chose dans l’estomac Alitement immédiat Impossibilité de lui faire prendre le moindre aliment

Grande douleur d’estomac. Majoration des douleurs à l’alimentation

Pronostic et / ou traitement

Nombreux traitements essayés mais tous sont inefficaces, même un potage de feuilles de roses

Décès Diagnostic de la guérisseuse : prise par l’air ce qui impose un traitement magique. Essai d’une bouillie et du vin

Durée de la maladie

7 jours

Décès

Evolution

Non précisée

A priori guérison (le témoignage a lieu 12 ans après)

177Troisième temps, analyse médicale des deux cas :

178Cas no 4 : Il est tiré de l’information du procès de Chrétien Pierre, ouverte le 13 décembre 1601 à Moriviller. Nous en avons parlé dans la section « Définition et méthode » car elle nous semble caractéristique.

179Le contexte socio-culturel est encore une fois celui du monde agricole. La famille Brouvellant appartient cependant à la catégorie des dominants, ceux qui emploient des ouvriers agricoles. La dispute à l’origine du maléfice est un différend à propos d’un salaire insuffisant versé à l’accusé, Chrétien Pierre.

180Le malade est le fils Brouvellant, un garçon de huit ans. Il commence à s’initier aux travaux agricoles sous la direction de son père. À l’occasion, il peut aussi garder le troupeau communal mais il n’est pas placé chez un maître comme les filles. La maladie le frappe en hiver autour de la Saint-Rémy, c’est-à-dire vers le 15 janvier.

181La pathologie semble démarrer brutalement puisque l’enfant est obligé de s’aliter sur-le-champ. Une altération majeure de l’état général existe avec une anorexie totale.

  • 135 Définition selon le Dictionnaire… de La Curne : Estomach, s. m. Estomac A. Gorge B. Cœur C. A. « Lo (...)

182Le garçon dit « sentir quelque chose dans son estomach ». Il faut élargir le sens du terme et comprendre l’estomac comme l’ensemble du tronc, à la fois cou, thorax et ventre135. Cependant le traitement proposé par potage à base de feuilles de rose nous permet de préciser la région atteinte qui est l’abdomen. Nous pouvons même affiner la localisation à l’appareil digestif en raison de l’anorexie avec altération brutale de l’état général et du traitement prescrit.

  • 136 Manuscrit de Brion : « Si vous voulez exciter le ventre, prenez au temps des roses une poignée de f (...)

183Le Manuscrit de Brion dans son chapitre intitulé « Purgations générales pour le corps humain mentionne un traitement pour lâcher le ventre », c’est-à-dire pour favoriser le transit intestinal136. L’utilisation des feuilles de rose nous fait donc évoquer une affection se traduisant au moins par une sub-occlusion.

184« Sentir quelque chose » doit être compris comme l’expression d’une douleur.

185Tous ces symptômes nous font penser à une pathologie digestive aiguë et grave. En effet la mort survient au bout d’une semaine sans que l’enfant ait connu de période d’amélioration. Nous évoquerons donc une péritonite, compte tenu des symptômes, de son âge et du caractère au moins sub-occlusif dans les derniers jours de l’affection.

  • 137 Passage d’un élément intra-abdominal au travers de la paroi qui doit normalement le contenir. Elle (...)
  • 138 Inflammation de l’appendice. Non traitée, elle peut évoluer en péritonite ou septicémie, d’où risqu (...)

186Cette infection péritonéale généralisée pourrait avoir deux étiologies possibles : une hernie inguinale étranglée (voire ombilicale)137 ou une infection localisée de type appendicite138. La première hypothèse causale semble peu probable en raison de l’absence de description d’une « boule » au niveau de la paroi abdominale qui n’aurait sûrement pas échappé au regard de la famille du petit garçon.

187Nous émettons donc comme hypothèse diagnostique une péritonite à point de départ appendiculaire.

188Cas no 5 : Il est tiré de l’information ouverte contre Fleurette Maurice à Docelles, le 17 août 1615.

189La malade, Judith Huguenin est la femme d’un artisan charpentier qui appartient à la catégorie des enrichis de la communauté. Elle est frappée par l’affection à l’âge de vingt-huit ans.

190Fleurette Maurice est une guérisseuse qui s’est spécialisée dans le traitement de pathologies qu’elle désigne par l’expression « pris par l’air ». Nous avons fourni plus haut une explication du sens que ses contemporains mettent sous ces mots. Le terme « mauvais airs » prend même quelquefois le sens de « mauvais démons ». Il est intéressant de constater que la guérisseuse utilise des procédés curatifs magiques. Dans son esprit, il s’agit donc bien d’une maladie causée par les démons dont elle détermine mal la nature. Cela impose de fouiller plus avant dans le procès pour trouver des informations d’ordre sémiologique permettant de formuler des hypothèses diagnostiques.

  • 139 Nous n’avons pas pu déterminer de quel animal il s’agit. Il est nommé « hutandeau » dans l’informat (...)
  • 140 Cf. le Manuscrit de Brion qui indique la méthode pour calmer les douleurs du post-partum : « Si ell (...)

191Fleurette Maurice utilise deux méthodes. Elle applique sur le ventre de ses patients le sang d’un animal fraîchement égorgé139. On sait que l’application de substances, sang ou fiel de bœuf au niveau du nombril, est destinée à calmer les « tranchées »140. Selon la définition du Littré, il faut entendre par-là de « violentes douleurs aux entrailles ».

  • 141 La pleurésie est une inflammation de la plèvre. Elle peut être sèche (sans liquide) ou avec épanche (...)

192Elle fabrique aussi un remède à partir de poireaux. C’est d’ailleurs l’utilisation de cette plante qui lui vaut son accusation de sorcellerie. Le poireau est utilisé pour soigner les douleurs costo-pariétales dues à des obstructions141. Il est par exemple employé pour soulager les algies (douleurs) des épanchements pleuraux. Il convient de souligner que les anciens ne raisonnent pas en fonction des appareils mais par parties du corps. Ainsi une pleurésie correspond, pour eux, à une obstruction à l’intérieur du thorax, mise en correspondance avec les obstructions abdominales.

193À la lecture du témoignage, la douleur de l’estomac, c’est-à-dire du ventre ou du thorax, débute brutalement. La malade se sent atteinte « aussitôt arrivée au logis ».

  • 142 Le meilleur exemple du rôle fortifiant du vin est donné par le Manuscrit de Brion dans ses conseils (...)

194Nous pouvons localiser, avec plus de précision, l’affection au niveau digestif, puisque la première réaction de Judith Huguenin est de prendre la bouillie de son enfant pour calmer la douleur. Si nous nous contentions de ces données, nous pourrions évoquer une gastrite ou un ulcère de la région oeso-gastro-duodénale. Cette hypothèse est d’autant plus crédible que le vin qu’elle ajoute à la bouillie est censé fortifier l’estomac142.

195Cependant les algies sont loin d’être calmées. Au contraire elles tendent à s’intensifier progressivement et d’une façon telle qu’on pronostique le décès. Le texte donne l’impression que les douleurs sont très violentes, comme celles de coliques digestives.

  • 143 Douleurs paroxystiques, violentes, spontanées ou provoquées par des secousses, décrites comme allan (...)
  • 144 Pourtant la guérisseuse utilise une méthode magique normalement réservée aux coliques néphréti

196Les coliques néphrétiques143 doivent être éliminées puisque la malade tente un remède purement gastro-intestinal144.

197Vu l’âge de la patiente et sa guérison, nous pouvons également repousser toute pathologie tumorale ou infectieuse (au moins grave).

198Gardons présent à l’esprit que le poireau en cause est utilisé pour soulager les obstructions de toute nature, qu’elles soient respiratoires, digestives ou urinaires. Nous pouvons donc supposer que Judith Huguenin souffre d’une constipation.

199Cette constipation, associée aux coliques, peut provenir d’une colopathie fonctionnelle. Cependant au moment du témoignage, la malade est âgée de quarante ans et elle ne souffre plus de ce type de douleurs. Or nous savons qu’une colite spasmodique évolue sur un mode chronique. Les patients sont généralement gênés pendant plusieurs années.

  • 145 La colique hépathique se traduit par une douleur en regard de la vésicule et des voies biliaires ex (...)
  • 146 La médecine distingue plusieurs types de douleurs : exquise, térébrante, pulsative, tensive, etc. L (...)

200Par conséquent nous préférons nous tourner vers une constipation réflexe d’une pathologie de voisinage, ou iléus réflexe dans le pire des cas [tableau no 4, pathologies no 7]. C’est pourquoi nous évoquons une colique d’origine hépatique correspondant à une lithiase [caillou] migrant dans le cholédoque145. Cette hypothèse peut être renforcée par l’utilisation du poireau qui était appliqué sur des douleurs considérées comme pariétales. En cas de lithiase vésiculaire ou migratrice au niveau du cholédoque, on constate une douleur exquise146 à la palpation de la paroi abdominale en regard de l’affection. De plus il existe une inhibition de l’inspiration profonde. Cela renforce la sensation d’obstruction interne.

  • 147 Inflammation du pancréas.

201Il est vrai que nous ne pouvons pas éliminer une pancréatite147, puisque nous sommes face à des douleurs intenses, « pseudo-pariétales », accompagnées d’une constipation voire d’un iléus réflexe. Cependant l’âge et le sexe de la patiente tendent à ce que nous penchions pour le diagnostic précédent : forme pseudo-occlusive d’une colique hépatique. La durée d’une colique hépatique est généralement d’une journée au plus. Rien dans le document ne dit que ce ne soit pas le cas. En outre une récidive n’est pas toujours observée et le délai entre deux crises peut être de plusieurs années.

  • 148 Les expectorations sont appelées_hémoptoïques si elles contiennent du sang et caséeuses si elles on (...)

202Nous avons bien conscience d’avoir ouvert plus de pistes que nous n’avons pu en parcourir. La prière de la guérisseuse Claudette Clauchepied nous le laisse pressentir. Quand elle parle de ce fiel qui ne doit pas encombrer les organes essentiels, il est bien évident qu’elle envisage aussi toutes les diarrhées, les vomissements ou les expectorations anormales. Que celles-ci soient purulentes, hémoptoïques ou caséeuses148, elles sont bien connues aux xvie et xviie siècles. Leurs remèdes encombrent les cahiers des guérisseurs jusqu’à nos jours. Il en est de même des dysuries.

203L’idée d’obstruction doit toujours être prise au sens large. Dans l’esprit des gens que nous avons étudiés, un mal donné est souvent provoqué par un démon malfaisant que le magicien introduit dans le corps de sa victime. D’où ces borborygmes qui se déplacent au gré des connaissances empiriques du moment. Ce constat impose aussi de ranger les nombreuses parasitoses de l’époque dans la catégorie des affections magiques.

204Vu le grand nombre de documents archivés, notre travail ne pouvait qu’être limité sous peine de sombrer dans la démesure.

205Les pathologies que nous avons retenues, soit une péritonite à point de départ appendiculaire et une colique hépatique, correspondent bien à des maux donnés. Outre la prise en compte des symptômes dits d’obstruction, il faut aussi souligner que l’intensité des douleurs provoquées par ces affections est importante. La médecine empirique possède peu de moyens de les soulager. La plupart du temps, le Diable fait souffrir avant de faire mourir. C’est ce qu’il fera pour le fils de Thiénon Brouvellant probablement atteint par une péritonite.

206Lorsqu’un enfant atteint l’âge de sept ans et qu’il peut travailler, sa mort devient aussitôt suspecte. Le décès d’un enfant en bas âge a toujours beaucoup moins d’importance. Là encore c’est la force de travail donc la survie économique de la cellule familiale, voire de la communauté, que le sorcier menace en jetant ses sorts. Le maléfice ne s’adresse qu’en apparence à un seul individu.

Conclusion

207Qu’est-ce qu’un Mal donné pour les Lorrains des xvie et xviie siècles ? Pouvoir répondre à cette question au terme de cette étude en justifierait la finalité.

  • 149 Manuscrit de Brion, p. 34.

208Le maléfice provoque-t-il une affection psychiatrique, une épilepsie ou une maladie rare dans l’esprit des ruraux que nous avons étudiés ? Certainement les trois à la fois. L’épilepsie est, sans conteste, le Mal donné par excellence. Nous en voulons pour preuve les remèdes empiriques qui sont réservés au Mal caduc. Les substances qui entrent dans leur composition sont tirées de l’arsenal du magicien. En effet le Manuscrit de Brion indique un remède à base de gui de chêne, de thériaque et de poudre d’os de crâne humain qui n’ait pas été enterré149.

209En revanche, c’est sans doute la troisième proposition qui se rapproche le plus de ce que cette étude a mis en évidence. Il faut entendre par maladie rare une affection qui n’est pas susceptible de régresser avec les méthodes de la médecine empirique. Souvent grave, elle entraîne un décès inattendu. C’est le cas du fils de Thiénon Brouvellant, dont l’âge ne permet pas d’envisager une mort si rapide. Ce constat corrobore en quelque sorte la définition de Nicolas Remy : « un mal trop rare et trop peu communément attesté ».

210Pour définir un Mal donné, on peut aussi retenir l’étrangeté des symptômes comme ceux du syndrome de Guillain-Barré. C’est ce qui se passe pour la femme de Jacot Chavoitey qui souffre d’une perclusion des quatre membres.

211Un Mal donné peut être associé à une guérison ou à une rémission spectaculaires qui peuvent paraître spontanées. Dans le cas d’une rémission, des périodes de rechute peuvent se produire si la maladie est récurrente.

  • 150 Anomalies des circulations, qu’il s’agisse d’accélérations ou de gênes. La bradypnée est une respir (...)

212Par ailleurs l’idée de Mal donné est associée à une pathologie douloureuse qui touche les organes internes et donne l’impression d’un dysfonctionnement. L’affection peut se traduire par une sensation d’obstacle comme une constipation, une dyspnée de type bradypnée ou une rétention d’urine. Ce peut être aussi une accélération du transit intestinal, une hyperbronchorrhée, une dyspnée de type polypnée voire une pollakiurie150. Les pathologies invalidantes qui affectent la mobilité de l’appareil locomoteur entrent aussi dans la catégorie des maladies magiques. Plus généralement toute maladie qui fait « sécher » est considérée comme la conséquence d’un maléfice. À l’amaigrissement important est souvent associé un pronostic létal à une époque où la bonne santé se juge sur l’embonpoint.

213Une telle recherche ne pouvait qu’être intéressante pour un futur médecin généraliste de campagne. Elle l’a confronté à certaines des difficultés qu’il connaît dans son métier au contact des populations rurales. L’obstacle majeur provient du décalage culturel qui apparaît quand il s’agit de saisir les descriptions cliniques des patients. Ainsi notre expérience nous a appris que certains utilisent encore les termes de « nerf levé » pour désigner des entorses, de « sécher » pour maigrir. Les bronchites sont quelquefois qualifiées d’« engorgements » ce qui n’est pas très éloigné du symptôme d’obstruction que nous avons mis en évidence dans cette étude. Parfois une simple plaie cutanée va jusqu’à se traduire par un empoisonnement du sang.

214On reprochera certainement à cette réflexion d’avoir occulté un certain nombre de pathologies. Est-ce à dire qu’elle perd une grande partie de sa valeur ? Oui, si on s’en tient au strict domaine médical. Non, si on se réfère à la problématique initiale qui voulait qu’on se libère des seules affections psychiatriques ou de l’incontournable épilepsie. Non peut-être, puisque la réflexion médicale a apporté sa contribution à l’histoire. Ainsi les cas étudiés confirment les correspondances existant entre les données pathologiques d’une époque et les modalités de sa culture. C’est ce que les historiens ont mis en évidence depuis peu avec leurs méthodes propres.

215Bien sûr, nous avons eu la chance de bénéficier de la richesse des archives lorraines. Elles méritent d’être approfondies avec une optique médicale. Nous nous estimerons donc satisfait si on veut bien reconnaître que nous avons élargi la question de la définition historique des maladies magiques, en l’enrichissant par une approche clinique. Nous espérons ainsi avoir ouvert une voie pour de futures recherches.

Bibliographie

Bibliographie

Sources imprimées

Admirables [Les] secrets d’Albert Le Grand, et Secrets merveilleux de la magie naturelle et cabalistique du petit Albert, in Les Évangiles du Diable : selon la croyance populaire, documents rassemblés par Claude Seignolle, 1re éd. Paris, Maisonneuve et Larose, 1964, nouvelle édition Paris, Robert Laffont, 1998, 1029 p.

[Bodin, Jean] La Démonomanie des sorciers… par J. Bodin, Paris, chez J. Du Puys, 1580, 252 p. [plusieurs éditions jusqu’à : La Démonomanie des sorciers par Jean Bodin, Angevin, revue et corrigée… suivi de Réfutation des opinions de Jean Uvier [Jean Wier], édition dernière, Rouen, impr. de R. du Petit Val, 1604, 635 p.]

[Boguet, Henri] Discours exécrable des sorciers, ensemble leurs procez, faits depuis deux ans en ça, en divers endroits de la France, avec une instruction pour un juge en faict de sorcellerie, par Henry Boguet, Lyon, Rigaud, 1603, 2e édition Paris, D. Binet, 1603, XVI-191 p. [La 12e édition porte : « par Henry Boguet, Dolanois [de Dôle], grand juge en la terre de Saint-Oyan-de-Joux, dicte de Saint-Claude au Comté de Bourgogne… »] ;
—, Discours exécrable des sorciers par Henri Boguet…, édition adaptée par Philippe Huvet avec une introduction de Nicole Jacques-Chaquin, Paris, le Sycomore, 1980, XXII-191 p. ;
—, Discours des sorciers, avec six advis en faict de sorcelerie, et une instruction pour un juge en semblable matière, par Henry Boguet…, Lyon, P. Rigaud, 1610, 3e éd, 3 tomes en 1 vol.

[Paré, Ambroise] Anatomie universelle du corps humain composée par A. Paré, reveuë et augmentée par le dit auteur avec J. Rostaing du Bignosc, Paris, impr. de J. Le Royar, 1561. 277 p. ;
—, Oeuvres [Les] d’Ambroise Paré… 8e édition, reveues et corrigées en plusieurs endroicts et augmentées d’un fort ample traicté des fiebvres… nouvellement treuvé dans les manuscrits de l’autheur, Paris, N. Buon, 1628, 1330 p. ;
—, Oeuvres complètes d’Ambroise Paré revues et collationnées sur toutes les édirions avec les variantes, accompagnées de notes historiques et critiques et précédées d’une introd. sur l’origine et les progrès de la chirurgie en Occident du sixième au seizième siècle et sur la vie et les ouvrages d’Ambroise Paré par J.-F. Malgaigne…, Paris, J.-B. Baillière, 1840-1841, 3 vol., CCCLI-459, 811, et XXXII-878 p. ;
—, Des monstres et prodiges… par Ambroise Paré, édition critique par Jean Céard, Genève, Droz, 1971, L-240 p.

[Remy, Nicolas], Démonolâtrie [La] par Nicolas Remy ; texte établi et traduit à partir de l’édition de 1595 par Jean Boës, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1998, 338 p.

Traité des superstitions qui regardent les sacrements selon l’Ecriture sainte, les décrets des conciles et les sentiments des saints Pères et des théologiens, par M. Jean-Baptiste Thiers, 4e édit., Paris, la Compagnie des libraires, 1741, 4 volumes [1re édition : 1679].

[Wier, Jean] Histoires, disputes et discours, des illusions et impostures des diables, des magiciens infames, sorcieres & empoisonneurs… le tout comprins en six livres (augmentez de moitié en ceste derniere edition) par Johann Wier… [avec] Deux dialogues de Thomas Erastus… touchant le pouvoir des sorcieres & de la punition qu’elles méritent, sl, Jaques Chouet, 1579, 32-875-39 p. Réédition : Paris, 1885.

Ouvrages médicaux de référence

La plupart de ces ouvrages comportent de nombreuses éditions, y compris postérieures à la thèse (2001).

Bariéty, Maurice, Bonniot, Robert, Bariéty Jean, et alii, Sémiologie médicale, Paris, Masson, 1990, XVI-564 p. [7e édition].

Berkow, Robert, Fletcher, Andrew J. et alii, Manuel [des laboratoires] MERCK de diagnostic et thérapeutique, Paris, SIDEM-T. M., 1988, 2890 p.

Courtois, Guy, Neurologie, Paris, Frison-Roche, 1991, XXI-418 p.

Cronberg, Stig, Beytout, Jean, et Rey, Michel, Maladies infectieuses, Paris, Milan, et Barcelone, Masson, 1988, XI-449 p.

Domart, André, et Bourneuf, Jacques (dir.), Nouveau Larousse médical, Paris, Larousse, 1988, 1142 p.

Dossier [Le] de La Revue du Praticien, 6 volumes, Paris, 1994-1995, 418, 455, 474, 453, 463 et 583 p. [Réunit les « Références universitaires » parues dans La Revue du praticien de 1992 à 1995].

Frexinos, Jacques, et alii, Hépato-gastro-entérologie clinique, Paris, SIMEP, 1988, 454 p.

Harrison, Tinsley Randolph, et alii, Principes de Médecine Interne, 2 tomes, Paris, Flammarion, 1992, XXX-1212-1173 p. et XXX-1213-2208 p. [5e édit. française, traduite de la 12e édition américaine de Harrison’s principles of internal medicine].

Leger, Lucien (dir.), Sémiologie chirurgicale, Paris, Masson, 1983, XII-529 p.

Pilly, E. [pseudonyme de l’Association des professeurs et maîtres de conférences de pathologie infectieuse], Maladies infectieuses à l’usage des étudiants en médecine et des praticiens, Montmorency, 2M2, 1992, 679 p. [12e édition].

Bibliographie historique

Abadir, Alfred, Sur quelques stigmatisés anciens et modernes : étude historique et médicale, thèse de médecine, Paris, libr. M. Lac, 1932, 76 p.

Ariès, Philippe., Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 1975, 223 p. ;
—, L’Homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977, 641 p.

Arnould, Colette, Histoire de la sorcellerie en Occident, Paris, Tallandier, 1992, 499 p.

Azouvi, François, « Possession, révélation et rationalité médicale au début du xviie siècle », Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques, no 64, 1980, p. 355-362.

Barthelemy, Georges, Histoires médicales, épizootiques et agricoles aux Pays de Vôge, Lorraine, Alsace et frontière des Allemagnes, Nancy, Impr. Lorraine, 1932, 303 p. [thèse de médecine vétérinaire, Paris, 1932].

Bavoux, Francis, Hantises et diableries dans la terre abbatiale de Luxeuil, Monaco, édit. du Rocher, 1956, VII-200 p. ;
—, Les Procès inédits de Boguet en matière de sorcellerie dans la grande judicature de Saint-Claude (xvie-xviie siècles), Dijon, 1958, 98 p. [Extrait des Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, fasc. 18, 1956].

Beau, Alain, « Charles Lepois et l’enseignement de la médecine en Lorraine au début du xviie siècle », p. 235-250 in L’Université de Pont-à-Mousson et les problèmes de son temps, Actes du Centre de recherche régionale universitaire, colloque Nancy (1972), Paris, Berger-Levrault, 1974, 402 p. [Coll. Annales de l’Est. Mémoire no 47 – Publications de l’Institut de recherche régionale no 3].

Bechtel, Guy, La Sorcière et l’Occident, la destruction de la sorcellerie en Europe des origines aux grands bûchers, Paris, Plon, 1997, 941 p.

Bergson, Henri, Les deux sources de la morale et de la religion, Paris, Félix Alcan, 1932, 346 p.

Billacois, François, « Pour une enquête sur la criminalité dans la France d’Ancien Régime », Annales Economies, Sociétés, Civilisations, 1967-2, p. 340-349.

Biraben, Jean-Noël, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris-La Haye, Mouton, 1975-1976, tome 1 : La peste dans l’histoire, 455 p., tome 2 : Les hommes face à la peste, 416 p.

Bloch, Marc, Les Caractères originaux de l’histoire rurale française, Oslo, H. Aschehoug, 1931, XVII-261 p., 2e éd., Paris, Colin, tome I, 1952, XVII-265 p. ;
—, Supplément… établi par Robert Dauvergne d’après les travaux de l’auteur (1931-1944), Paris, Colin, 1956, XLIV-230 p.

Boehler, Jean-Michel, « Se soigner dans les campagnes alsaciennes d’autrefois : malades et maladies aux xviie et xviiie siècles », Actes de la Société française d’Histoire de l’Art dentaire, Obernai, 1996, p. 9-24 ;
—, « Religion et sorcellerie dans la région d’Obernai vers 1630 : contribution à l’histoire de la peur et de la sécurité », Société d’histoire et d’archéologie de Dambach-la-Ville, Barr, Obernai, Obernai, 1997, p. 7-34 [articles réédités dans BOEHLER, Jean-Michel, La terre, le ciel…, Strasbourg, Sociétés savantes d’Alsace, 2004].

Boinet, Édouard Louis Désiré, Les doctrines médicales. Leur évolution, Paris, Flammarion, 1905, 329 p.

Boltanski, Luc, « Les usages sociaux du corps », Annales Economies Sociétés Civilisations, 1971-2, p. 204-233.

Bouteiller, Marcelle, Sorciers et jeteurs de sort. Enquêtes, témoignages et procès de sorcellerie du 16e au 20e siècle en Berry, Nivernais et Sologne, Paris, Plon, 1958, XVII-230 p. ;
—, Médecine populaire d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Maisonneuve et Larose, 1966, 369 p.

Bouvet, Mireille-Bénédicte, Doyen, Jean-Pierre, Heili, Pierre, Saint Pierre-Fourier en son temps. Catalogue de l’exposition aux Archives des Vosges 1990-1991, Épinal, 1991, 106 p. et 24 p. de pl.

Brignon, Marc, Sorciers et guérisseurs des Pays du Donon, Raon-L’Etape, édit. Kruch, 1985, 168 p.

Cabourdin, Guy, La vie quotidienne en Lorraine aux xviie et xviiie siècles, Paris, Hachette, 1984, 319 p. ;
—, Terres et hommes en Lorraine : 1550-1635 : Toulois et Comté de Vaudémont, Université de Nancy II, 1977, 2 tomes, 763 p.

Camus, Dominique, Jeteurs de sorts et désenvoûteurs : enquête sur les mondes sorciers : la délivrance, Paris, Flammarion, 1997, 546 p.

Carstairs, G. Morris, « Ritualisation des rôles dans la maladie et la guérison », p. 89-95 in Le Comportement rituel chez l’homme et l’animal : 2e colloque organisé par la Royal Society [Londres, 1965] sous la direction de Sir Julian Huxley, traduction par Paulette Vielhomme-Callais, Paris, Gallimard, 1971, 423 p. -32 p. de pl.

Chanteau, Francis de, Notes pour servir à l’histoire du chapitre de Saint-Dié, Nancy, 1877, 69 p. [1re éd. 1875].

Chastel, Claude (Dr.), Ces virus qui détruisent les hommes, Paris, Ramsay-Archimbaud, 1996, 427 p.

Courtalon, Didier, Histoire du concept de contagion : A propos de Jean Antoine Villemin, thèse de médecine de l’Université de Nancy I, 1996, 132 f.

Delaunay, Paul, La vie médicale aux 16e, 17e et 18e siècles, Paris, édit. Hippocrate, 1935, reprint : Genève, Slatkine reprints, 2001, 556 p.

Delcambre, Étienne, Le concept de sorcellerie dans le duché de Lorraine au XVIe et au xviie siècle, 3 tomes, Nancy, Société d’Archéologie Lorraine et du Musée Historique Lorrain, 1948, 1949 et 1951, 253, 288 et 249 p. ;
— et Lhermitte, Jacques, Un cas énigmatique de possession diabolique en Lorraine au xviie siècle : Elisabeth de Ranfaing, l’énergumène de Nancy : fondatrice de l’Ordre du refuge : étude historique et psycho-médicale, Nancy, Société d’Archéologie Lorraine, 1956, 151 p.

Diedler, Jean-Claude, Violence et Société. La haute vallée de la Meurthe vers 1550 - vers 1660, thèse de doctorat, Besançon, 1993, 2 tomes, 591 f. ;
—, Démons et sorcières en Lorraine. Le bien et le mal dans les communautés rurales de 1550 à 1660, Paris, Messene, 1996, 235 p. ;
—, « Claudette Clauchepied, une sorcière bruyéroise à la fin du xvie siècle », Le Pays Lorrain, 2 [1996], p. 101-112 ; « Une sorcière dans la montagne vosgienne en 1601 », Histoire et Sociétés rurales no 7, 1er semestre 1997, p 133-172 ;
—, Fleurette Maurice, la coupeuse du secret. Rites magiques et secrets de guérison d’antan, Metz, édit. Serpenoise, 1997, 192 p. ; « Se soigner en Lorraine méridionale. Une prescription d’apothicaire en 1613. Perspectives méthodologiques pour les xvie et xvie siècles », Annales de l’Est, 1997-1, p. 31-49 ;
—, Le Testament de Maître Persin. L’imaginaire et les croyances des anciennes populations rurales (xve-xviie siècles), Metz, édit. Serpenoise, 2000, 328 p.

Encyclopédie illustrée de la Lorraine. Histoire des sciences et techniques, publiée sous la direction de Georges Grignon. La médecine, Metz, Ed. Serpenoise, et Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1993, VIII-271 p. ; Encyclopédie… Les sciences de la vie, Metz, Nancy, Serpenoise-PUN, 2000, VIII-249 p.

Fauvet, Jean, Les étapes de la médecine, Paris, PUF, 1941, 128 p.

Febvre, Lucien, Le Problème de l’incroyance au xvie siècle. La religion de Rabelais, Paris, 1942, XXVII-547 p.

Garcon, Maurice, et Vinchon, Jean, Le Diable. Étude historique, critique et médicale, Paris, Gallimard, 1926, 7e édition, 1938, 251 p.

Gayral, Louis (Dr), Les délires de possession diabolique, Paris, Vigot, 1944, 208 p.

Geindre, Lucien, « Quelques témoins des épidémies du xviie siècle », Le Pays Lorrain, 1983-1, p. 53-56.

Ginzburg, Carlo, Le Sabbat des sorcières, trad. Monique Aymard, Paris, Gallimard, 1989, 423 p.

Girard, René, Mensonge romantique et Vérité romanesque, Paris, Grasset, 1961, 352 p. ;
—, La Violence et le Sacré, Paris, Hachette, 1972, 534 p. ;
—, « Système du délire », Critique, no 306 [nov. 1972], Paris, Minuit, p. 950-998 ;
—, « La Violence et le Sacré. Discussion avec René Girard », Esprit, no 11 [nov. 1973], Paris, Seuil, p. 531-563.

Grandjacquot, Roger, La faculté de médecine de Pont-à-Mousson, 1592-1769 et la médecine en Lorraine à cette époque, Nancy, Société d’impressions typographiques, 1932, 116 p.

Grmek, Mirko D., La première révolution biologique : réflexions sur la physiologie et la médeci ne du xviie siècle, Paris, Payot, 1990, 358 p.-4 f. de pl.

Gualde, Norbert, Un microbe n’explique pas une épidémie : l’immunité de l’humanité entre Gaïa et Chaos, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo, 1999, 312 p.

Guiart, Jules (Dr), Histoire de la Médecine française, son passé, son présent, son avenir [Annales de l’Université de Lyon. Nouvelle série. 1. Science, médecine. Fasc. 40], Lyon, édit. A. Rey, 1947, 59 p.

Guyotat, Jean, Études cliniques d’anthropologie psychiatrique : institution, filiation, référence puerpérale et procréation, événements de vie, maladie, influence, suggestion, pensée magique, Paris, Milan, Barcelone, Masson, 1991, VII-176 p.

Hammes, Manfred, Hexenwahn und Hexenprozesse, Frankfurt am Main, Fischer Taschenbuch Verl, 1987, 286 p.

Histoire de la France rurale, sous la direction de Georges Duby et Armand Wallon, tome 2 : L’âge classique des paysans de 1340 à 1789, Paris, Seuil, 1982, 658 p.

Histoire de la pensée médicale en Occident, sous la direction de Mirko D. Grmek, tome 1 : Antiquité et Moyen Age, Paris, Seuil, 1995, 382 p. ; tome 2 : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1997, 376 p.

Histoire des femmes en Occident, sous la direction de Georges Duby et Michelle Perrot, tome 3, xvie-xviiie siècles, sous la direction de Natalie Zemon Davis et Arlette Farge, Paris, Plon, 1991, 570 p.

Hurstel, Patrice, Les pèlerinages curatifs de la folie dans l’Est de la France du xiiie au xixe siècle. A propos de traitements moraux : de l’Eglise à l’asile, thèse de médecine de l’Université de Nancy I, 1982, 154 f.

Hyver, Charles, « La Faculté de médecine de l’université de Pont-à-Mousson (1592-1768) », Mémoire de la Société d’Archéologie, Crépin-Leblond, Nancy, 1876, 3e sem., p. 91-151.

Irsigler, Franz et Voltmer, Rita (dir.), Les sorcières et leurs bourreaux, hier et aujourd’hui. Contributions historiques accompagnant l’exposition Incubi Succubi, Luxembourg, Publications scientifiques du Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg, 2000, 38 pl., 195 p. [Particulièrement : Irsigler Franz, « Sages-femmes, guérisseuses et sorcières », p. 109-120].

Jacomme, Daniel, Les Saints guérisseurs en gynécologie et obstétrique, thèse de médecine de l’Université de Nancy I, 1976, 175 f.

Lanternari, Vittorio, Médecine, magie, religion, valeurs, trad. Jérôme Ceccon, Paris-Montréal, l’Harmattan, 1997, 326 p.

Laperche-Fournel, Marie-José, La population du duché de Lorraine de la fin du xvie siècle au début du xviie siècle, Nancy, PUN, 1985, 236 p.

Laplantine, François, L’ethnopsychiatrie, Paris, PUF, 1988, 119 p. ;
—, Les trois voix de l’imaginaire : le messianisme, la possession et l’utopie : étude ethnopsychiatrique, Paris, PUF, 1974, 255 p.

Leproux, Marc, Contributions au folklore charentais (Angoumois, Aunis, Saintonges) : 1, médecine, magie et sorcellerie, Paris, PUF, 1954, 287 p. [tome 2 : Dévotions et saints guérisseurs ; tome 3 : Du berceau à la tombe].

Maladies, médecines et sociétés : approches historiques pour le présent : actes du VIe colloque d’Histoire au présent (Paris, 15-19 mai 1990), Paris, L’Harmattan : Histoire au présent, 1993, 2 volumes, 294 et 339 p.

Malheurs [Les] des temps : histoire des fléaux et des calamités en France sous la direction de Jean Delumeau et Yves Lequin, Paris, Larousse, 1987, 519 p.

Mandrou, Robert, Introduction à la France Moderne (1500-1640). Essai de psychologie historique, Paris, Albin Michel, 1961, XXV-400-XII p. ;
—, De la culture populaire aux xviie et xviiie siècles : la Bibliothèque bleue de Troyes, Paris, Stock, 1964, 222 p.

Marechal, Félix (Dr.), Tableau historique, chronologique et médical des maladies endémiques, épidémiques et contagieuses qui ont régné à Metz et dans le pays messin depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Metz, Verronnais, 1850, 352 p.

Matoré, Georges Le Vocabulaire et la société du xvie siècle, Paris, 1988, 379 p.

Médecine et Santé, no spécial de Mémoire des Vosges [Revue de la Société Philomatique Vosgienne] 2000-1, Raon-L’Etape, 59 p.

Methivier, Hubert, « La condition de la femme au xviie siècle et le cas pathologique d’Elisabeth de Ranfaing, l’énergumène de Nancy », Revue du Pays de Remiremont, 4 [1981], Remiremont, impr. Lalloz Perrin, p. 16-20.

Meyer-Wilmes, Hedwig, « La chasse aux sorcières au nom de la raison. Analyse de la rationalité occidentale », Concilium, no 274 « La fascination du Mal », 1998, p. 19-26.

Michelet, Jules, La sorcière [étude par Gabriel Séailles], Paris, Calmann-Lévy, 1903 (1re édit. 1862), XXXIV-448 p.

Montaut, Thierry, Le médecin psychiatre face à la mystique chrétienne. Au sujet de la vie de Marthe Robin, thèse de médecine de l’Université de Nancy I, 1989, 246 f.

Morvan, André, Un médecin oublié : Théophraste Renaudot, thèse de médecine, Nancy 1, 1975, 73 p.

Muchembled, Robert, Culture populaire et culture des élites dans la France Moderne : xve-xviiie siècle, Paris, Flammarion, 1978, 398 p. [1re édition 1977].

Percebois G., « Le Fonds ancien de la Bibliothèque universitaire de médecine de Nancy », Annales de l’Est 8 [1894], p. 549-582.

Pfister Christian., L’énergumène de Nancy, Elisabeth de Ranfaing et le couvent du refuge, Nancy, Berger-Levrault, 1901 ;
—, « Nicolas Remy et la sorcellerie à Nancy à la fin du xvie siècle », Histoire de Nancy, tome 2, chapitre II, Nancy, Berger-Levrault, 1909, p. 555-593.

Pillement, Paul, L’organisation de la médecine municipale à Nancy du xvie siècle à la Révolution, Nancy, impr. Georges Thomas, 1938, 52 p. ; « Le procès d’un guérisseur brûlé à Nancy comme sorcier en 1593 », Extrait de la Revue Médicale de Nancy, oct. 1941, 16 p.

Regnier, C., « Les Saints guérisseurs », La Revue du Praticien, t. 46, no 4, 1996, p. 405-410.

Ronsin, Albert, article « Elisabeth de Ranfaing », in Les Vosgiens célèbres. Dictionnaire biographique illustré, Vagney, édit. G. Louis, 1990, 395 p.

Sadoul, Charles, « Antoine Grévillon, sorcier et devin au Val de Ramonchamp, brûlé à Arches en 1625 », Le Pays Lorrain, Nancy, 1904, p. 145-200.

Semecas, Michel, La lèpre en Lorraine à travers les âges, thèse de médecine de l’Université Louis Pasteur, Strasbourg, 1982, 166 f.

Sendrail, Marcel, « Civilisations et maladies », Revue Hommes et Mondes, sl, 1947, p. 553-572.

Siegfried A., Itinéraires de contagions, épidémies et idéologies, Paris, Armand Colin, 1960, 164 p.

Soman, Alfred, « Les procès de sorcellerie au Parlement de Paris (1565-1640) », Annales Economies, Sociétés et Civilisations, no 4 [juillet-août 1977], Paris, Armand Colin, p. 780-799.

Szasz, Thomas, L’âge de la Folie : l’histoire de l’hospitalisation psychiatrique involontaire à travers un choix de textes, trad. Judith Ochs, Paris, PUF, 1978, 255 p.

Theodorides, Jean, Des miasmes aux virus : histoire des maladies infectieuses, Paris, éd. Louis Pariente, 1991, 378 p.

Touati, François-Olivier, Maladies, médecines et sociétés : approches historiques pour le présent, Paris, L’Harmattan, 1993, 2 tomes, 294 et 339 p.

Vinikoff, Brigitte, Les épidémies et une endémie en Lorraine au xe au xve siècle, thèse de médecine de l’Université de Nancy I, 1987, 146 f.

Warisse, Jean-Pierre, Histoire de la sorcellerie en Lorraine aux xvie et xviie siècles, Metz, Editions du passé simple, 1991, 328 p.

Notes

1 La communication présentée en septembre 2007 par Pascal Diedler a été tirée de sa thèse pour obtenir le grade de Docteur en médecine. Thèse soutenue le 14 mars 2001 devant un jury composé par les professeurs Jean-Pierre Grilliat (président), Philippe Canton, Georges Grignon et François Paille, de la Faculté de médecine de l’Université Henri Poincaré (Nancy 1). La publication de ce travail dans le présent livre répond à une démarche à la fois médicale et historique. Elle impose une mise en garde préalable car il est souvent très difficile d’expliquer certains termes techniques et de les rendre accessibles à tout un chacun sans imposer des choix réducteurs. L’auteur souhaite que ses collègues ne lui tiennent pas rigueur des approximations auxquelles il a dû se résoudre. Beaucoup de ces éclaircissements sont fondés sur les définitions d’une édition du Nouveau Larousse Médical (NML). Quant aux éditeurs, ils espèrent avoir suffisamment vulgarisé le texte issu de la thèse de médecine pour qu’il soit le plus utile possible aux lecteurs non-spécialistes. Le présent équilibre a été obtenu par un travail effectué par le professeur Antoine Follain avec le docteur Pascal Diedler et son père Jean-Claude.
Maléfice répond dans le Larousse de la Langue Française à la définition de « sortilège qui vise à nuire ». C’est l’équivalent d’un « mauvais sort ». Le terme de maléfice est le plus approprié.

2 La sémiologie (ou séméiologie) est la partie de la médecine qui étudie les signes cliniques des maladies. La connaissance et le groupement de ces signes permettent de caractériser des syndromes et ainsi de faire le diagnostic, le pronostic et de suivre l’évolution des maladies (NML, p. 930).
L’étiologie est l’étude des causes et des conditions d’apparition des maladies. L’étiologie comprend la recherche des causes déterminantes mais aussi des causes favorisantes. Les facteurs déterminants peuvent être des agents biologiques (microbes, virus, etc.) mais aussi des agents physiques (froid, chaleur, etc.) ou chimiques (toxiques, caustiques, etc.). La recherche des facteurs favorisants comprend l’étude du terrain (hérédité, sexe, âge), de l’état physiologique (fatigue, surmenage, insomnie) ou de tout autre facteur associé (NML, p. 401).

3 Garcon, Maurice, et Vinchon, Jean, Le Diable. Étude historique, critique et médicale…, p. 39.

4 Delcambre, Étienne, Le concept de sorcellerie dans le duché de Lorraine…, 1948, 1949 et 1951.

5 La Démonomanie des sorciers… par J. Bodin, 1580. Le livre a tellement de succès qu’il est réédité jusqu’en 1604, cf. Bibliographie.

6 Histoires, disputes et discours, des illusions et impostures des diables, des magiciens infâmes, sorcières & empoisonneurs… par Johann Wier…, 1579. Jean Wier reprend les thèses de Nider au xve siècle et de Cornelius Agrippa au xvie siècle. Dès la fin du Moyen Âge, Nider émet des doutes sur la nature des états démoniaques, rapportés par le Malleus Maleficarum. Il les fait correspondre à des folies engendrées par la mélancolie ou à des empoisonnements. Agrippa va plus loin encore puisqu’il réfute toute idée de possession démoniaque.

7 La démonolatrie par Nicolas Remy ; texte établi et traduit à partir de l’édition de 1595 par Jean Boës, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1998, 338 p.

8 Il est intéressant de connaître précisément l’opinion des contemporains sur la possession diabolique, telle qu’elle est exprimée dans Le cabinet du roy de France, p. 110 : « Les incestes, paillardises, sorcerie et démonomanie, dont les povres religieuses estoient contraintes d’user, pour estre privées de remede de mariage… » [cit. par Dictionnaire de l’Ancienne langue française du ixe au xve siècle composé d’après le dépouillement de tous les plus importants documents manuscrits ou imprimés qui se trouvent dans les grandes bibliothèques de la France et de l’Europe et dans les principales archives départementales, municipales, hospitalières ou privées, par Frédéric Godefroy, Paris, f. Vieweg, 1891-1902, 10 vol., édition de 1938, t. IX, p. 301]. Incontestablement sorcerie et démonomanie sont considérées comme feintes et non pas comme de véritables affections névrotiques ou autres. Le cas d’Elisabeth de Ranfaing correspond bien à la situation décrite.

9 Chanteau, Francis de, Notes pour servir à l’histoire du chapitre de Saint-Dié, 1877, p. 314-315. Quinze ans auparavant, Jules Michelet n’aurait pas démenti cette description sociale, cf. La sorcière, 1862.

10 Discours exécrable des sorciers…, par Henry Boguet, 1602, p. 68.

11 Delcambre, Étienne, Le concept de sorcellerie…, op. cit.,, 1949, t. 2, p. 59.

12 Un procès de sorcellerie se déroule en quatre temps : une information secrète, l’interrogatoire du prévenu, sa confrontation avec les témoins et la question sous la torture destinée à amener la preuve en l’absence d’enquête matérielle.

13 Garcon, Maurice, et Vinchon, Jean, Le Diable…, op. cit., 1938, p. 80.

14 Ibid., p. 147.

15 Sendrail, Marcel, « civilisations et maladies », 1947, p. 558.

16 Bouteiller, Marcelle, Sorciers et jeteurs de sort, 1958, p. 11.

17 Delcambre, Étienne, et Lhermitte, Jean, Un cas énigmatique de possession diabolique en Lorraine au xviie siècle : Elisabeth de Ranfaing, l’énergumène de Nancy, 1956.

18 Cabourdin, Guy, La vie quotidienne en Lorraine aux xviie et xviiie siècles, 1984, p. 87. Les dates retenues sont réaffirmées par Jean-Pierre Grilliat dans l’ouvrage qu’il a écrit en collaboration avec Georges Grignon.

19 Ou typhus épidémique. Maladie transmise par les déjections d’un poux contaminé par des micro-organismes. La maladie donne une fièvre forte et persistante pouvant entraîner la mort.

20 Maladie infectieuse grave des intestins, caractérisée par des diarrhées, souvent mêlées de sang, mucus ou glaires et accompagnées de fortes douleurs abdominales. La dysenterie est provoquée par des micro-organismes présents dans l’alimentation.

21 Cabourdin, Guy, La vie quotidienne en Lorraine…, op. cit., 1984, p. 88. Fièvre « pourpre » ou « écarlate », la scarlatine est une maladie infectieuse épidémique qui pouvait être confondue avec la diphtérie.

22 Ibid., p. 89-91.

23 Longtemps pris pour une maladie, l’ergotisme ou « feu Saint-Antoine » ou « mal des ardents » est une intoxication due à l’ergot, champignon parasite du seigle.

24 Grignon, Georges, « Introduction », Encyclopédie illustrée de la Lorraine…, 1993.

25 Ibid., et Grilliat, Jean-Pierre, « Les maladies en Lorraine », p. 3-38.

26 Matoré, Georges Le Vocabulaire et la société du xvie siècle, 1988, p. 13 : « Méfions-nous des mots d’autrefois. Ils ont généralement deux valeurs, l’une absolue, l’autre relative […]. Méfions-nous bien plus encore des arguments et des accusations d’autrefois ». Autour d’un mot gravite un ensemble de significations qui constituent une auréole d’incertitude.

27 Febvre, Lucien, Le Problème de l’incroyance au xvie siècle…, 1942, p. 142 : « ils voyaient Z dans A puisque, de A à Z, ils avaient marqué tous les échelons intermédiaires ; et ils condamnaient A au nom de Z sans la moindre hésitation ».

28 Boltanski, Luc, « Les usages sociaux du corps », 1971, p. 232.

29 Une encéphalite est par définition une inflammation du cerveau. Le terme sous-entend souvent une origine virale ou bactérienne. Au cours de l’épidémie d’encéphalite qui touche l’Autriche après la grande guerre en 1918, lors de l’épidémie de « Grippe espagnole », des malades tombèrent dans un état de léthargie ou de coma (encéphalite léthargique) tandis que d’autres perdaient le sommeil pendant plusieurs jours avant de mourir. C’est par l’examen de leur cerveau que le neurologue viennois, d’origine grecque, Constantin von Economo, observe des lésions différentes selon l’allure clinique de la maladie et identifie des régions de l’encéphale avec ce qu’il nomme Wachzentrum (centre de l’éveil) et Schlafzentrum (centre du sommeil).

30 Montaut, Thierry Le médecin psychiatre…, p. 59-80. Une psychose encéphalitique est une maladie mentale, due à une inflammation du cerveau, altérant profondément la personnalité dans son ensemble et dans laquelle le malade n’est pas conscient du caractère pathologique de son état.

31 Mouvements anormaux, irrépressibles, brusques et irréguliers, de courte durée, de tout ou partie du corps, causés par un trouble neurologique, faisant suite par exemple à un accident vasculaire cérébral, ou correspondant à une maladie génétique (chorée de Huntington).

32 Pathologie neuromusculaire qui consiste en un trouble de la coordination des mouvements volontaires. L’ataxie se manifeste par des difficultés à marcher et des troubles de l’équilibre et de la station debout.

33 Barthelemy, Georges Histoires médicales…, 1932, p. 279.

34 Supra note 29.

35 Girard, René, « Système du Délire », 1972, p. 982.

36 Id., Mensonge romantique et vérité romanesque, 1961, p. 225 : « L’Autre c’est le voisin de palier, le camarade de classe, le rival professionnel ».

37 Ginzburg, Carlo, Le Sabbat des sorcières…, 1989.

38 Chartier, Roger, « L’invention du sabbat », Le Monde du vendredi 27 novembre 1992, p. 25.

39 Diedler, Jean-Claude, Démons et sorcières en Lorraine…, 1996.

40 Id., Le Testament de Maître Persin…, 2000.

41 Voir plus loin l’exemple de l’analyse de l’oraison de la guérisseuse Claudette Clauchepied en 1601 ; et Id., « Une sorcière dans la montagne vosgienne en 1601 », 1997.

42 Id., « Se soigner en Lorraine méridionale… », 1997, p. 47.

43 Id., Démons et Sorcières…, op. cit., 1996, p. 60-69.

44 Arch. dép. Vosges, G 672, affaires militaires de Saint-Dié.

45 Bactérie responsable de la peste découverte en 1894 par Alexandre Yersin.

46 En 1555, dans la vallée de la Meurthe, débute une campagne d’exorcisation des lieux de sabbat, qui montre que la sorcellerie préoccupe beaucoup. Cette année-là, correspond aussi à la fondation des premières églises protestantes du royaume de France. Les deux phénomènes sont donc bien liés dans les esprits.

47 Diedler, Jean-Claude, Violence et Société…, 1993, tome 2, p. 403, note 8 : « Il faut toujours avancer la même mise en garde. Ce travail a permis de répertorier 319 procès de 1580 à 1596, alors que Nicolas Remy en avoue au moins 800, soit 60 % de plus. Cela ne change pas fondamentalement l’analyse sur l’évolution. Ces procès manquants ont certainement eu lieu pendant les années faibles, comme 1580, 1589 ou 1595. Ainsi il est peu probable que Nicolas Remy ait commencé sa carrière par un seul procès en 1580. Il a certainement engagé la lutte avec l’énergie qu’on lui connaît et qui transparaît dans ses écrits. ».

48 On sait que le médecin du Roi s’était rendu à Metz, au cours de l’année 1552. Voir GRILLIAT, Jean-Pierre, « Les maladies en Lorraine », in Encyclopédie illustrée de la Lorraine (…) La médecine, op. cit., 1993, p. 21-22.

49 Arch. dép. Vosges, G 464, justice de Ban-sur-Meurthe et de Clefcy de 1502 à 1714 ; G 473, justice de Bertrimoutier en 1613 ; G 490, justice et police de Clefcy de 1557 à 1677 ; G 503, justice criminelle de Coincourt de 1463 à 1615 ; G 532, justice criminelle de Destord de 1469 à 1625 ; G 539, justice criminelle de Entre-deux-Eaux de 1565 à 1710 ; G 550, justice de Fraize de 1560 à 1721 ; G 596, justice de Mandray de 1500 à 1754 ; G 607, justice de Moriviller de 1522 à 1768 ; G 617-G 618, justice de Moyemont de 1474 à 1779 ; G 651, justice de Provenchères de 1570 à 1685 ; G 659, justice de Remomeix de 1557 à 1684 ; G 663, justice de La Voivrelle en 1568 ; G 685, Saint-Dié, police de 1463 à 1789 ; G 696 à G 710, justice de Saint-Dié de 1286 à 1669 ; G 743, justice de Robache en 1579 ; G 749, justice de Marzelay de 1430 à 1712 ; G 761, justice de Sainte-Marguerite de 1499 à 1699 ; G 773, justice de Saint-Léonard de 1573 à 1580 ; G 775, justice de Vanémont de 1494 à 1719 ; G 2716 à G 2719, pièces de procédure du chapitre de Saint-Dié de 1571 à 1662. Voir Guide des archives des Vosges…, par Jean-Marie Dumont, 1970.

50 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 3671 à B 3848, comptes des receveurs de la prévôté de Bruyères de 1503 à 1669 ; B 8612 à B 8764, comptes des receveurs des prévôtés de Saint-Dié et de Raon-L’Etape de 1494 à 1663. Voir Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Meurthe-et-Moselle… par Henri Lepage, 1884-1891.

51 Inventaire sommaire des Archives Départementales des Vosges…, par Francis de Chanteau, Pault-Etienne Chevreux et Gustave Guilmoto, série G, t. 1, 1887.

52 Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Vosges. Table générale alphabétique de la série G, par André Philippe, 1913.

53 Manuscrit de Brion : recueil de secrets de guérison et de remèdes du xviie siècle. Manuscrit Ragué : « livre de contenance de toute recette de médecine, à Jean Claude Marcel Ragué à St Etienne [lès-Remiremont] », 1856.

54 Il a été étudié par dans plusieurs articles. Voir Diedler, Jean-Claude, « Se soigner en Lorraine… », op. cit., 1997, p. 44-46, ou « Apparition d’une médecine savante en Lorraine méridionale. Un affrontement révélateur à Saint-Dié en 1674 », Mémoire des Vosges, 2000-1, p. 11-12.

55 Arch. dép. Vosges, G 685, pc. 27, f° 2v. Le Chapitre lui-même obéit à une ordonnance ducale de 1673. Les chanoines expliquent qu’ils doivent satisfaire « aux règlements du prince qui défendent à tous d’exercer l’art de la pharmacie et chirurgie qu’au préalable ils n’ayent justifié de leur apprentissage ».

56 Le goitre est une augmentation de volume de la glande thyroïde. Il se manifeste par un gonflement parfois spectaculaire de la région antérieure du cou. L’apparition d’un goitre est favorisée par exemple un déficit en iode, constituant obligatoire des hormones thyroïdiennes. Le manque d’iode caractérisait les zones montagneuses éloignées de la mer. Mais certaines maladies thyroïdiennes provoquent également des goitres.

57 Arch. dép. Vosges, G 685, pc. 27, f° 2v.

58 L’orviétan est une drogue inventée par Ferrante d’Orvieto, vers 1630. Elle est très en vogue au xviie siècle. Sa composition est complexe puisqu’elle associe, entre autres, de nombreuses plantes à la corne de cerf, à la poudre de vipère, à l’antimoine et au miel.

59 Arch. dép. Vosges, pc. 28, f° 1v. L’apothicaire développe des arguments qui montrent le mépris qu’il accorde à son concurrent : « Ledit Baudésie, qu’on a veu travailler du mestier de tisserand à Badonviller et quitté la navette pour venir à St-Dié joindre un charlatan aux gages duquel il dansoit sur le théatre et sur la corde ; sans aucunes autres experiances voudroit neanmoins par une effronterie de spectateur de theatre s’ingerer dans l’exercice de la pharmacie ; et à cognoistre des playes et maladies externes, esloignées de la cognoissance d’un vendeur d’orviatant et d’un danseur de corde ».

60 Par exemple Meyer-Wilmes, Hedwig, « La chasse aux sorcières au nom de la raison… », 1998, p. 23 : « On assistait en quelque sorte à un rejet ecclésio-étatique du savoir naturel et à une orientation vers les sciences de la nature objectives et rationnelles. Cependant, la transition des sciences secrètes magiques vers les sciences naturelles se fit tout naturellement. Un astronome était en même temps un astrologue, un médecin était aussi un alchimiste et un astrologue. Chaque partie du corps était attribuée à une planète, tout diagnostic supposait la connaissance du cosmos. Et les maladies ensorcelées ne pouvaient être traitées médicalement ».

61 Arch. dép. Vosges, pc. 27.

62 Voir la préface qu’Ambroise Paré ajoute à son ouvrage d’Anatomie universelle du corps humain… en 1561 : « Je presuppose (amy lecteur) que tu n’es du nombre de je ne scay quels empiriques impudents qui, soubz la main hasardeuse de fortune, s’ingerent à la guérison des playes, fractures, dislocations, et autres pareils accidents du corps humain ; mais au contraire, de l’escolle qui par preceptes et disputations prises de bons autheurs, enseigne la méthode artificielle de seurement guérir ces survenantes affections ».

63 Voir bibliothèque d’Épinal où l’ouvrage est conservé dans le fonds de l’abbaye.

64 Le Diable, tel que nous le concevons, ne fait pas partie de l’imaginaire de ces gens. C’est normal, puisqu’il s’agit d’un concept religieux forgé par l’Eglise afin de justifier l’action divine. Ils conçoivent plutôt des démons qui correspondent aux esprits des morts non rachetés et qui tourmentent les vivants. Voilà pourquoi un paysan au xvie siècle parlera toujours des diables. Encore un exemple du décalage existant entre la pensée populaire et celle de l’élite institutionnelle. Voir Diedler, Jean-Claude, Le Testament de Maître Persin…, op. cit., 2000

65 Voir Grmek, Mirko, D., […] Réflexions sur la physiologie et la médecine du xviie siècle, 1990, p. 45. La vie de Galilée recouvre la période qui nous intéresse, soit les années 1564-1642.

66 Hammes, Manfred, Hexenwahn und Hexenprozesse…, 1987, p. 19-23. Cité dans Diedler, Jean-Claude, Le Testament de Maître Persin…, op. cit., 2000, p. 4.

67 Voir Mandrou, Robert, Introduction à la France Moderne (1500-1640), 1961, p. 45. Il développe l’idée que la maladie est considérée comme une intruse qui vient s’installer dans le corps du malade. C’est le rôle de la médecine de l’en déloger. L’acte médical a un caractère magique puisque le médecin est investi du pouvoir de demander au mal d’évacuer l’organisme qu’il a indûment envahi.

68 Voir à ce propos Boltanski, Luc, « Les usages sociaux du corps », op. cit., 1971, p. 222 : « [Les membres des classes populaires] ne peuvent réinsérer la maladie dans une temporalité parce que la maladie est justement pour eux ce qui interrompt le temps, ce qui coupe inutilement le déroulement normal de la vie et oblitère l’avenir tout entier, ce sur quoi on n’a pas de prise, bref une catastrophe économique et familiale à laquelle on n’ose même penser ».

69 Ce mot désigne la période durant laquelle un malade souffre et perd progressivement ses forces.

70 Voir Diedler, Jean-Claude, Le Testament de Maître Persin…, op. cit., 2000, p. 286. Des cultes de ce type se retrouvent un peu partout, principalement en Bretagne.

71 Voir Diedler, Jean-Claude, « Se soigner… », op. cit., 1997, p. 37, qui cite le Traité abrégé de physique à l’usage des collèges, par M. Joseph de Saintignon…, 1763, t. VI, p. 214-215 : « Les causes ordinaires de nos maladies sont en grand nombre. Une des plus générales est vraisemblablement un chyle aigre, crud, mal digéré, grossier et trop abondant qui, répandu dans les vaisseaux, circule avec le sang, embarrasse et ralentit son mouvement, le refroidit, l’arrête au passage des petits vaisseaux capillaires »

72 Guiart, Jules, Histoire de la Médecine française…, 1947, p. 14-25. Voir aussi Boinet, Édouard Louis Désiré, Les doctrines médicales…, 1905, p. 21-59. Ce dernier auteur insiste sur la conception des alchimistes, comme Paracelse. Pour eux, la santé se traduit par un juste équilibre entre les trois éléments primordiaux du corps humain, à savoir le mercure, le sel et le soufre. Voir plus particulièrement p. 54 : « C’est leur désaccord ou la prépondérance de l’un d’eux qui détermine la maladie ».

73 La pituite (du latin pituita) (aussi appelée phlegme ou flegme) signifie mucosité. C’est un liquide contenant de l’eau, d’aspect glaireux, c’est une sécrétion provenant de l’estomac. C’est un « liquide froid et humide qui tourmente l’estomac ». Pour Claude Galien et les anciens cette sécrétion serait en rapport avec Saturne, qui fait les hommes « maigres et faibles ».

74 Boinet, Édouard Louis Désiré, Les doctrines médicales…, op. cit., 1905, p. 31.

75 Traité abrégé de physique à l’usage des collèges, par M. Josephde Saintignon…, op. cit., 1763, t. VI, p. 12.

76 Voir Diedler, Jean-Claude « Se soigner… », op. cit., 1997, p. 41.

77 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 3753, interrogatoire de Claudette Clauchepied, 1601-1602, f° 2v. Edition complète dans : Diedler, Jean-Claude « Une sorcière dans la montagne vosgienne en 1601 », 1997.

78 Nous reprenons les termes de l’article de Jean-Claude Diedler, dans la mesure où une interprétation linguistique de cette nature dépasse nos compétences. Elle ne peut être que l’affaire d’un spécialiste formé à la compréhension des textes anciens. Ce qui n’est pas notre cas.

79 La notion n’a pas tout à fait disparu actuellement puisque les écoliers apprennent toujours leurs leçons par cœur. Cela signifie qu’ils doivent pouvoir les réciter fidèlement.

80 Les écrouelles ou la scrofule sont une maladie caractérisée par des altérations de la peau et des muqueuses et par un gonflement des ganglions lymphatiques du cou, d’où des plaies purulentes qui n’ont aucun caractère mystérieux.

81 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 8689, procès 1 du 13 décembre 1601.

82 Ibid., f° 5r.

83 La démonolatrie…, op. cit., 1595 et 1998, p. 266.

84 L’ouvrage de l’abbé Thiers sur les superstitions peut permettre de préciser certaines conceptions de l’époque. Il présente les différentes méthodes utilisées pour provoquer des maléfices. Traité des superstitions…, 1741 (1re édit. 1679.

85 Voici la définition que donne de ce mot le dictionnaire de Furetière en 1690 : « Perclus, use. adj. Paralytique, malade qui ne se peut remuer, ou qui ne se peut aider de ses membres. Il est perclus d’un bras, d’une jambe, de tout le corps. Cette fluxion l’a rendu perclus ».

86 Définition du dictionnaire de La Curne, xvie siècle : « Il a des grenouilles dans le ventre, le ventre lui bruit ou bien il est altéré ».

87 Dans la pratique médicale un symptôme représente l’une des manifestations subjectives exprimée par le patient sur sa maladie ou sur un processus pathologique. Pour une pathologie donnée, les symptômes sont souvent multiples. Ils sont distingués des signes relevés par le médecin qui sont des manifestations objectives de la maladie. Le syndrome est l’ensemble des symptômes (subjectifs) et des signes cliniques (objectifs) qu’un malade est susceptible de présenter.

88 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 8689, procès 2 du 21 mars 1602.

89 Diedler, Jean-Claude, Violence et société…, op. cit., 1993, t. II, p. 403.

90 Cabourdin, Guy, Terre et hommes en Lorraine…, op. cit., 1977, p. 229.

91 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B3755, procès des neuf membres de la famille Pivert.

92 Cette difficulté tient au processus d’acculturation étudié par Robert Muchembled, à savoir que la culture du dominant s’impose à celle du peuple. L’idée veut que les élites cherchent à éliminer toute forme de culture populaire. L’Église et l’Etat voient dans le sorcier le prototype de la rébellion totale. Il devient un bouc émissaire et un exemple à punir cf. Muchembled, Robert, Culture populaire et culture des élites dans la France Moderne…, 1978, p. 296. Le procès de sorcellerie en est le moyen. La procédure s’appuie sur des attendus parfaitement codifés par les démonologues. Interrogés, les accusés finissent toujours par dresser une liste de méfaits qui n’est finalement que le reflet de la pensée de l’élite.

93 Définition donnée par le dictionnaire de La Curne (xiiie-xvie siècles) : « Paralysie ; maladie causée par une révolution de nerfs. “Etant aux forges près de Chignon, à son disner, luy vint comme une perclusion, et perdit la parole.” (Mém. de Commines, p. 478).
Définition donnée par le dictionnaire de Furetière en 1690 : « Perclus. Paralytique, malade qui ne se peut remuer, ou qui ne se peut aider de ses membres. Il est perclus d’un bras, d’une jambe, de tout le corps. Cette fluxion l’a rendu perclus. »
Définition donnée par le dictionnaire de Littré, en 1872 : « Terme de médecine. Infirmité de celui qui est perclus de quelque membre. [Dans le rhumatisme noueux] les articulations sont d’abord déviées, puis déformées, et enfin disloquées ; le cas est alors très grave, la perclusion est complète, Gaz. méd. de Paris, 29 sept. 1866, p. 626. Historique : xve siècle. Et luy [Louis XI] estant à son disner, luy vint comme une perclusion, et perdit la parolle, Mém. de Commines, VI, 7. XVIe s. Il estoit en dangier de tomber en perclusion et paralysie, Carloix, VI, 50. ».

94 Rappelons que nous avons choisi de ne pas aborder le domaine psychiatrique parce qu’il a été étudié par ailleurs. En outre les pathologies bien connues correspondaient rarement à un Mal donné. Il s’agissait plutôt de maux de saint relevant du pèlerinage de saint Hydulphe à Moyenmoutier.

95 Pour comprendre le vocabulaire médical utilisé dans les quatre tableaux, il est utile de connaître la signification de quelques racines et suffixes. Pour établir son vocabulaire, la médecine a en effet recours à des racines, grecques ou latines, qui correspondent à des organes (coelio pour l’abdomen et les entrailles, arthro pour les articulations, etc.) ou à des tissus (ostéo pour les os, névr ou neuro pour les nerfs, etc.) ou qui ont une signification générale (hyper pour ce qui est excessif ou hypo pour ce qui est insuffisant, etc.). Les termes utiles sont ensuite composés avec des suffixes comme -algie qui implique une douleur (lomb-algie) ou -ite qui qualifie une inflammation. Ainsi, arthr-ite comporte une information sur le caractère inflammatoire et temporaire, alors que arthr-ose désigne une dégénérescence, tandis que arthr-algie signifie une douleur articulaire qui peut être associée aux deux mots composés précédemment. Le suffixe -pathie est utilisé pour former des noms de maladies comme une myo-pathie qui touche les muscles ou une hémo-pathie qui atteint une lignée sanguine (globules, plaquettes). Ces remarques liminaires ouvrent, dans les pages suivantes, sur tout un appareil de notes qui a été ajouté à la thèse.

96 Arch. dép. Vosges, G 2719, justice du chapitre de Saint-Dié, procès de Georgette Cailleré, pc. 3, f° 2.

97 Poissons-chats.

98 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle B 3753, procès de Claudette Clauchepied, pc. 2, f° 1, 19 mars 1601

99 Un hameau de Laveline-du-Houx : Vosges, ar. Épinal, c. Bruyères.

100 Justice du chapitre de Saint-Dié, Arch. dép. Vosges, G 708, pc. 17.

101 Vosges, ar. Saint-Dié, chef-lieu de c.

102 Mortel.

103 Les témoins sont par exemple capables de dire que « les bras ou les jambes ont autant de chaleur qu’avant l’incommodité ». Plusieurs traitements sont appliqués dans les cas de rhumatisme. Le plus populaire est la graisse de chien. D’autres guérisseuses utilisent des bains de genièvre ou l’huile de chènevis.

104 La polyarthrite chronique évolutive, plus fréquente chez la femme que chez l’homme, survient entre trente-cinq et cinquante-cinq ans, peut frapper toutes les articulations mais surtout mains, pieds et genoux. Évolution sur plusieurs années selon un mode progressif ou par poussées, entrecoupées de rémissions plus ou moins complètes. Cependant le mode d’installation est généralement insidieux et progressif.

105 Atteinte du nerf optique se traduisant par une atteinte du champ visuel et de l’acuité.

106 Paralysie des quatre membres.

107 Qui produit des pulsations, des battements.

108 Les dysesthésies sont des troubles de la sensibilité, par défaut ou par excès.

109 L’hyperesthésie est une exagération de la sensibilité.

110 Affection due à une souffrance de plusieurs nerfs périphériques.

111 Une réserve cependant, puisqu’il s’agit d’une femme.

112 Maladies infectieuses dues à des borrelia (spirochètes), caractérisées par des accès fébriles espacés (Syn. fièvres récurrentes). Elles sont transmises à l’homme par les poux ou les tiques. La fièvre récurrente à poux est cosmopolite, épidémique. C’est une maladie de la misère et de la famine. C’est l’écrasement du pou contaminé sur la peau (et non sa piqûre) qui transmet la maladie à l’homme. Le réservoir de virus est strictement humain (NLM, p. 147). La diphtérie est connue pour toucher surtout les enfants mais avant la vaccination la diphtérie touchait plus largement la population.

113 Défaut d’hormones thyroïdiennes, dû à un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde. Cette maladie affecte plus souvent les femmes et les personnes âgées.

114 Voir note 56. Le cas de Baudésie, évoqué dans notre section « Définitions et méthode », le confirme.

115 La sciatique ou névralgie sciatique est une affection dont le signe essentiel est une douleur sur le trajet du nerf sciatique, traduisant la souffrance d’une racine de ce nerf au niveau lombaire. La sciatique bilatérale paralysante est une complication qui survient souvent après une névralgie sciatique et peut laisser des séquelles.

116 Nous avons choisi d’étudier ce cas car la jeune femme ne pense pas avoir été victime d’un Mal donné. Le témoignage de Marguerite Jeandey risque donc d’être moins subjectif. Ce sont les accusateurs de Jean Charpentier qui ont obligé la justice à se pencher sur sa maladie. D’ailleurs elle persistera à refuser de croire à un maléfice. Cela ne peut invalider notre travail puisqu’il s’agit d’une conviction personnelle qui n’est pas acceptée par les autres.

117 Bactérie déterminant la tuberculose.

118 Inflammation de l’articulation.

119 À quarante-cinq ans, une femme est vieille et souffre de douleurs diverses, dues au travail agricole. Marguerite Jeandey ne peut donc pas relever d’éventuelles séquelles algiques ou d’ankylose qui lui semblent normales à son âge.

120 L’onomatopée que forme le nom de ce saint est tout à fait conforme à son rôle curatif, puisqu’elle évoque le verbe gêner.

121 Traité des superstitions […] par M. Jean-Baptiste Thiers, op. cit., 1763, livre II, chap. V, p. 155 : « Par iceluy on empêche les personnes de faire leur eau. J’en ai vu qui en sont morts, parce qu’on n’avait pu trouver aucun remède, lequel est, à ce que l’on dit, en la puissance seulement de ceux qui ont fait le charme et maléfice… ».

122 Une dyspnée est un essoufflement à l’inspiration ou à l’expiration de l’air. Une dysurie une difficulté à émettre l’urine.

123 Saignement anormal des voies génitales féminines, survenant en dehors des règles (métrorragie) ou survenant au moment des règles (ménorragie), caractérisé par une durée et un volume excessifs.

124 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 3801, pc. 10, 1620.

125 Cette maladie relève de la psychologie (peur ou phobie de ne pas pouvoir se retenir ou de constipation) et de la gastro-entérologie (diarrhées impérieuses réelles, irritations de l’intestin ou ralentissement du transit). Les troubles psychologiques associés peuvent être l’anxiété, la dépression et diverses phobies.

126 Trouble de la digestion. Terme ordinairement utilisé pour désigner l’ensemble des troubles apparaissant après les repas. Les principaux signes sont les pesanteurs et gonflements de l’épigastre (partie supérieure de l’abdomen), les brûlures d’estomac, les nausées, etc.

127 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 8689, procès de Chrétien Pierre, pc. 1, f° 5.

128 Meurthe-et-Moselle, ar. Lunéville, c. Gerbéviller.

129 Dictionnaire de Furetière, 1690, article bouillon : « Liqueur ou suc des herbes qui sert à faire le potage »

130 Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 3789, procès de Fleurette Maurice, pc. 2, f° 1.

131 Vosges, ar. Épinal, c. Bruyères.

132 Ecrasait.

133 Licol.

134 Le poteau vertical auquel les vaches étaient attachées dans les anciennes étables.

135 Définition selon le Dictionnaire… de La Curne : Estomach, s. m. Estomac A. Gorge B. Cœur C. A. « Lors chacun ha sa chanson recordée, D’un estomach, par froid, débilité. » (C. Marot, p. 243.) « D’une voix basse, et presqu’à peine sortant de son estomach. » (Tahur. p. 115.)
B. « Monstrant aucunes fois son gentil estomach, ou il y avoit deux petits tetins qui sembloient deux pommes. » (Strapar. t. I, p. 254.) « Oncques amour, ne pitié n’entrerent en leur estomach. » (Contes de la roine de Navarre.) « Quand je voy Barbe en habit bien duisant, Qui l’estomac blanc et poly descoeuvre. » (J. Marot, III, 126.)
C. « L’ange me dit, d’un joyeux estomach. » (Marot, 232.) On disoit d’un homme dont le cœur étoit audessus de sa fortune, qu’il « couvroit un estomach d’or, sous une casaque burelée. » (Menestr. Orn. des Arm. page 397.).

136 Manuscrit de Brion : « Si vous voulez exciter le ventre, prenez au temps des roses une poignée de feuilles de rose pâle. Mettez-les dans votre potage tout bouillant et cela vous fera [faire] deux ou trois selles. Les fleurs de pêcher font le même effet », p. 14.

137 Passage d’un élément intra-abdominal au travers de la paroi qui doit normalement le contenir. Elle se traduit par l’apparition d’un bombement anatomique qui peut être réductible. Une hernie non compliquée entraîne tout au plus une simple gêne et son contenu est facilement repoussé dans l’abdomen par simple pression. La hernie étranglée est irréductible et très douloureuse La hernie étranglée est aujourd’hui l’une des urgences chirurgicales. Par définition, une hernie étranglée est donc une hernie devenue douloureuse et irréductible.

138 Inflammation de l’appendice. Non traitée, elle peut évoluer en péritonite ou septicémie, d’où risque mortel.

139 Nous n’avons pas pu déterminer de quel animal il s’agit. Il est nommé « hutandeau » dans l’information du procès.

140 Cf. le Manuscrit de Brion qui indique la méthode pour calmer les douleurs du post-partum : « Si elle a eu grand travail, il la faut mettre dans la peau d’un mouton noir écorché tout vif et sur le ventre la peau d’un lièvre aussi écorché vif et lui couper la gorge dans la peau et du sang la frotter tout chaudement », p. 213. À comparer avec le remède de Fleurette Maurice : « Laquelle leur fit tuer un hutandeau et épancher le sang sur son estomac », f° 2v°. Voir aussi le Manuscrit de Ragué : « Pour purger sans rien prendre par la bouche : se frotter le tour du nombril avec quatre ou cinq gouttes de fiel de bœuf délayé auparavant dans une cuillérée d’huile d’olive un peu tiède », recette 132.

141 La pleurésie est une inflammation de la plèvre. Elle peut être sèche (sans liquide) ou avec épanchement de liquide entre les deux feuillets de la plèvre qui sépare le poumon de la cage thoracique. Manuscrit de Ragué : « Pour la pleurésie : il faut fricasser quatre ou cinq blancs de poireaux dans un petit verre de vinaigre. L’appliquer sur le côté où on sent le mal et le plus chaud qu’on le pourra souffrir et réitérer plusieurs fois jusqu’à ce que l’on soit guéri », recette 136 ; « Remède pour guérir le foie échauffé, la rate et les maux de côté : il faut prendre une poignée de racine de poireau hachée, une poignée de navette, une poignée d’orge non pilé, une poignée de graines de genièvre dont il faut faire cuire le tout ensemble dans trois pintes d’eau et réduire à moitié… Vous en prenez un bon verre le matin à jeun et autant le soir », recette 230.

142 Le meilleur exemple du rôle fortifiant du vin est donné par le Manuscrit de Brion dans ses conseils aux sages-femmes : « Ce que l’on doit faire aux enfants sitôt qu’ils sont nés : si tôt que l’enfant est né, il luy faut donner une petite cuillère de vin pur car par ce moyen l’on incise le flegme qui ordinairement est en la bouche. De plus l’on affermit le cerveau par la vapeur. Cela fait que l’enfant ne sera pas sujet à s’enivrer ni à l’épilepsie », p. 214.

143 Douleurs paroxystiques, violentes, spontanées ou provoquées par des secousses, décrites comme allant des reins aux organes génitaux. Elles résultent d’une obstruction des voies urinaires, due le plus souvent à un calcul (caillou) coincé dans les voies excrétrices d’un rein.

144 Pourtant la guérisseuse utilise une méthode magique normalement réservée aux coliques néphréti

145 La colique hépathique se traduit par une douleur en regard de la vésicule et des voies biliaires excrétrices ; qui est due à un obstacle.

146 La médecine distingue plusieurs types de douleurs : exquise, térébrante, pulsative, tensive, etc. La douleur exquise est définie comme localisée dans une zone bien limitée et survenant par épisodes pendant lesquels elle est plus intense.

147 Inflammation du pancréas.

148 Les expectorations sont appelées_hémoptoïques si elles contiennent du sang et caséeuses si elles ont l’aspect de lait caillé.

149 Manuscrit de Brion, p. 34.

150 Anomalies des circulations, qu’il s’agisse d’accélérations ou de gênes. La bradypnée est une respiration ralentie. La pollakiurie est une augmentation exagérée du nombre de mictions diurnes avec apparition de mictions nocturnes, sans qu’il n’y ait pas forcément d’augmentation du volume total des urines.

Notes de fin

1 Fragilisation du tissu osseux due à une diminution de sa densité.

2 cf. supra. notre présentation des tableaux.

3 Aponévrose : membrane blanche ou jaunâtre, résistante et inextensible, constituant avec les tendons et les ligaments le tissu conjonctif « modelé » (NML, p. 87). Elle peut être affectée par diverses pathologies telles que la maladie décrite en 1831 par le baron de Dupuytren, entraînant une rétraction et une flexion progressive et irréductible des doigts.

4 L’algodystrophie est une affection touchant une région articulaire, liée à des troubles de la circulation sanguine. Elle peut être secondaires à d’autres pathologies. Elle est dite primitive si elle n’a pas de cause retrouvée.

5 Une ténosynovite est une inflammation de la gaine du tendon, souvent associée à une inflammation tendineuse.

6 Désordre sévère de l’immunité. Maladie caractérisée par une perte de la tolérance et un défaut de contrôle des lymphocytes B produisant des anticorps. Elle peut entraîner une autodestruction de tous les organes. Sa gravité tient en premier à l’atteinte des reins et de l’encéphale.

7 Une exposition aux UV solaires peut avoir cet effet rhumatismal.

8 Type le plus fréquent de rhumatisme inflammatoire.

9 Une périartérite noueuse est une inflammation nécrosante des vaisseaux caractérisée par des lésions des petites et moyennes artères. La pseudo-polyarthrite rhizomélique est un syndrome inflammatoire caractérisé par une impotence fonctionnelle douloureuse des épaules et des hanches.

10 Pathologie caractérisée par des anomalies de l’architecture de l’os, le tissu osseux manquant par endroit et se multipliant ailleurs de façon désordonnée. D’où des douleurs et des perclusions. Toutes les parties du squelette peuvent être touchées.

11 Fragilisation du tissu osseux due à une diminution de sa densité.

12 Anomalies diverses des chromosomes sexuels avec déséquilibres hormonaux.

13 Prolifération des plasmocytes (variété de globules blancs) dans la moelle osseuse entraînant une surproduction d’anticorps et de substances susceptibles de détruire le tissu osseux.

14 Le CLE est un rétrécissement des dimensions du canal rachidien lombaire où passe la moelle épinière.

15 Cf. Tableau no 1 pathologies no 7. Affection touchant une région articulaire.

16 Hyperlipoprotidémie : augmentation des concentrations plasmatiques de certaines classes de lipoprotéines. En général, ces anomalies sont détectées par le dosage à jeun d’une concentration plasmatique élevée de cholestérol ou de triglycérides, décrite sous le terme d’hyperlipidémie.

17 Maladie inflammatoire de la colonne vertébrale démarrant par le bassin.

18 Maladie due à des germe du genre brucella (Syn. : Fièvre de Malte parce que décrite pour la première fois sur cette île en 1861, Mélitococcie, Fièvre ondulante.) Le réservoir est essentiellement animal. La pathologie est transmise à l’homme par ces vecteurs animaliers : Brucella melitensis (chèvres) est l’agent habituel de la maladie humaine. Brucella abortus bovis (bovins) et Brucella abortus suis (porcs) sont plus rarement en cause. La brucella provoque chez l’homme une infection généralisée avec état septicémique. Des localisations viscérales ou ostéo-articulaires sont possibles. Voir infra le cas no 3.

19 Bactérie pathogène, responsable d’une maladie sexuellement transmissible.

20 Vulgairement appelée vérole ou selon un nom qui rejette sur d’autres la provenance, d’où « mal napolitain », « mal des Anglais », « mal des Français », etc. Maladie vénérienne, infectieuse et contagieuse qui se manifeste initialement par un chancre (syphilis primitive) puis par des atteintes cutanées et nerveuses, certaines manifestations survenant plusieurs années après. Pendant longtemps, on a pensé que la maladie avait été apportée d’Amérique. Toutefois, des travaux sur des textes et sur des ossements semblent attester que la maladie était déjà présente en Europe ; notamment les fouilles du monastère anglais de Kingston-upon-Hull où les deux tiers des squelettes des xiiie et xive siècles présentent des déformations osseuses typiques du troisième stade de la maladie. Les contacts établis à partir de 1492 avec le Nouveau monde pourraient cependant correspondre à une autre souche, plus virulente.

21 Borreliose de Lyme, une infection bactérienne transmise à l’homme par piqûre de tiques.

22 AMP : Articulation métacarpo-phalangienne.

23 Le liquide synovial sert de lubrifiant aux surfaces articulaires. La synovie étant constituée d’eau, de sels minéraux et de protéines, l’anomalie microcristalline consiste en la présence de petits cristaux minéraux dans le liquide synovial. Dans la chondrocalcinose les cristaux apparaissent à l’intérieur même du cartilage entrant dans la composition des surfaces de glissement.

24 Alcoolisme chronique.

25 Diminution de l’apport sanguin artériel à un organe entraînant une baisse de l’oxygénation des tissus.

26 Epanchement de sang entre un os du crâne et la dure-mère.

27 Pour rétrécissement mitral. Diminution permanente du calibre de l’orifice mitral qui dans le coeur permet le passage du sang oxygéné venant des poumons de l’oreillette gauche vers le ventricule gauche, avec répercussion en amont sur les poumons et ensuite sur le ventricule droit. D’où une dyspnée (essoufflement) à l’effort avant que n’apparaissent d’autres symptômes.

28 Atteintes de la moëlle épinière.

29 Les polyneuropathies (item no 12) sont des maladies qui affectent plusieurs nerfs. Les mononeuropathies sont des atteintes d’un seul nerf.

30 Syndrome de l’immunodéficience acquise.

31 Pathologies virales. Le zona, dû au virus varicelle-zona, se traduit par des sensations de « brûlures » puis par des vésicules cutanés sur le territoire d’un nerf. Il devient invalidant lorsque les troubles sensitifs perdurent.
La mononucléose infectieuse (MNI) est une infection provoquée par le virus d’Epstein-Barr (EBV) de la famille des Herpes-virus. Il se transmet essentiellement par la salive, d’où « maladie du baiser ». Le cytomégalovirus (ou CMV) est responsable d’infections qui peuvent passer inaperçues et son caractère pathogène survient plutôt chez des individus dont les défenses immunitaires sont faibles. Enfin l’Herpes simplex virus (HSV) est responsable de lésions cutanées et d’ulcérations génitales récidivantes.

32 Rétrécissement (sténose) du sphincter situé entre l’estomac et le duodénum, par hypertrophie du muscle pylorique, faisant obstacle à la vidange gastrique.

33 Matières fécales épaisses et collantes excrétées par le nouveau-né au tout début de sa vie.

34 L’invagination intestinale est le retournement de l’intestin sur lui-même, d’où formation d’un « boudin d’invagination ».

35 Bouchon de selles : accumulation de matières fécales déshydratées et stagnantes dans le rectum.

36 Retournement du tube digestif sur lui-même en faisant une boucle qui s’étrangle à la base. Cf. note précédente.

37 Déséquilibres du métabolisme concernant la glycémie (diabète), les électrolytes dans le sang (calcium, potassium), les hormones thyroïdiennes (hypothyroïdie).

38 Paralysie réflexe se traduisant par une perturbation des écoulements gastro-intestinaux sans aucune obstruction mécanique, pouvant évoluer de la constipation à l’occlusion. Cf. la 2e colonne.

Auteur

Docteur en médecine diplômé de l’Université de Nancy I.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540