Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sorcellerie savante et mentalités populaires

 | 
Antoine Follain
, 
Maryse Simon

Démonologie et répression

Les débuts de Heinrich Institoris dans l’espace rhénan

Un inquisiteur par-delà les frontières ?

Georg Modestin

Texte intégral

  • 1 Contribution présentée dans le cadre du colloque international « Boundaries of Witchcraft in the Up (...)
  • 2 Les attestations portant sur la vie d’Institoris ont toutes été publiées plus d’une fois ; citons e (...)
  • 3 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, 1993, p. 38, no 15 (1479, décembre 13). Voir aussi p.  (...)
  • 4 Pour citer le Malleus maleficarum, nous avons opté pour la numérotation de l’édition par André Schn (...)

1Dans le registre des lettres de Leonardo Mansueti, maître général de l’ordre des Frères prêcheurs (1474-1480), se trouvent sous la date du 15 juin 1474 toute une série d’entrées au sujet d’un certain frère Henricus Sartoris de Sletstat1, maître ès arts et lecteur de théologie : pour commencer, le maître général suspendit la peine de prison à laquelle avait été condamné le frère pour avoir atteint à l’honneur de l’empereur Frédéric III (1452-1493) jusqu’au prochain chapitre général, qui devait être célébré le 10 mai 1478 à Pérouges, sans d’ailleurs que l’affaire en question ne semble y avoir été soulevée. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’a pas terni la réputation dudit frère car il fut, toujours le 15 juin 1474, nommé prêcheur général. Si ce titre était avant tout honorifique, le suivant l’était beaucoup moins : le maître général lui réserva l’office d’inquisition « là où il n’y aura pas d’inquisiteur, et s’il y en a un, avec son autorisation et son bon vouloir » (ubi non erit inquisitor, vel ubi erit de licencia sua et beneplacito). En conséquence, le frère dont il est question ici obtint la permission de choisir lui-même un couvent et un confesseur « autant de fois qu’il le souhaitait » (tociens quociens voluerit). En plus, le maître général lui accorda les privilèges réservés aux maîtres de théologie2, cinq ans avant qu’il ne fût effectivement promu au magistère3. Nous passons sur ces dispositions pour nous arrêter sur l’identité dudit frère : il y a en effet peu de doutes qu’il ne s’agisse d’Henricus Institoris (et non pas Sartoris), c’est-à-dire de Heinrich Kramer, auteur du célèbre Marteau des sorcières4 dont le nom serait associé ici pour la première fois à l’office d’inquisition si l’inadvertance d’un scribe n’avait quelque peu brouillé les pistes.

Une nomination différée

  • 5 Pour un survol de la vie d’Institoris, nous renvoyons aux entrées de dictionnaires suivantes : Neue (...)
  • 6 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 34-35, no 4. Le 23 décembre 1466, le pape Paul II ( (...)
  • 7 Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors…, 2007, p. 39.
  • 8 Voir à ce sujet Tavuzzi, ibid., p. 38-44, et Modestin, Georg, « L’inquisition romande et son person (...)
  • 9 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 34, no 4. Voir aussi, p. 35-36, no 5-7.
  • 10 Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors…, p. 39, écrit, se basant sur l’exemple contemporain de l (...)
  • 11 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 36, no 9.
  • 12 Ibid., p. 36, no 10.

2Tout porte à croire qu’Institoris était né à Sélestat vers 14305 et qu’il rejoignit l’ordre des Frères prêcheurs dans le couvent de sa ville natale, probablement vers 1445. Par la suite, on le retrouve le 2 octobre 1467 en Lusace, engagé comme prêcheur et commissaire aux indulgences dans la croisade contre Georges de Podiebrad, le roi de Bohême utraquiste6. En 1474, il avait dépassé l’âge de quarante ans, requis pour pouvoir exercer l’office d’inquisiteur7. Il devait également avoir acquis des expériences pratiques telles qu’on les attendait en général d’un candidat à ce poste8, notamment en ce qui concerne la prédication et la gestion des fonds collectés pour la lutte contre le « roi hérétique »9 – même si les détails de ses occupations nous échappent. Quant à son grade académique, le fait que le maître général ait concédé à Institoris en 1474 – en le nommant inquisiteur – gratiam et privilegia magistrorum in theologia, sans qu’il ait effectivement accédé au magistère, est significatif, étant donné que le grade de maître en théologie faisait partie du « bagage » que l’on attendait d’un inquisiteur10. Pourtant, malgré la provision du maître général et le fait que toutes les conditions semblent avoir été remplies, l’accès d’Institoris à l’office d’inquisiteur tarda à se réaliser : aucune des attestations suivantes ne le qualifient en effet de tel, ni celle du 22 juin 1474 nous renseignant sur le fait qu’Institoris avait été autorisé à demeurer pendant le Jubilé de 1475 à Rome et à y prêcher, célébrer la messe, entendre les confessions, administrer les sacrements et recevoir des aumônes11, ni celle du 1er avril 1475 faisant état d’un conflit entre Institoris et deux confrères du couvent de Sélestat12.

  • 13 Esposito, Anna, & Quadiglioni, Diego, Quaglioni, Processi contro gli ebrei di Trento (1475-1478). I (...)

3La même année, nous trouvons Institoris en marge d’une cause aussi célèbre que controversée, le procès intenté à la communauté juive de Trente en 1475 pour un prétendu meurtre rituel. Face à l’opposition du commissaire apostolique contre le procédé, le prince-évêque de Trente, Johannes Hinderbach (1466-1486), mandata le dominicain Heinrich von « Sletzstat » – qui est probablement à identifier avec Institoris – pour rassembler des témoignages sur des cas précédents en Allemagne méridionale. Cela amena ce dernier entre le 3 et le 21 octobre 1475 à Ravensbourg au nord du lac de Constance, à Pfullendorf au nord-ouest de Ravensbourg et à Endingen dans la vallée du Rhin, scènes de persécutions antérieures. Une fois sa mission accomplie, Heinrich se rendit à nouveau à Trente et y resta au moins jusqu’à la mi-janvier 1476, baptisant deux des condamnés à mort à qui avait été promise une agonie écourtée, avant leur exécution le 16 janvier13.

  • 14 Ibid., p. 36-37, no 11. La datation y est cependant erronée et doit être corrigée d’après Wibel, H. (...)
  • 15 Voir Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors…, p. 10-12, 16-17.
  • 16 Petersohn, Jürgen, Ein Diplomat des Quattrocento. Angelo Geraldini (1422-1486), 1985, p. 158.
  • 17 Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors…, p. 17 : « More often than not, though, direct papal int (...)

4Si Institoris finit par accéder à la charge d’inquisiteur, c’est suite à une intervention du pape Sixte IV (1471-1484), qui le nomma, le 13 mars 1479, inquisiteur in Alamania superiori où « pulluleraient » de nombreuses erreurs et hérésies et où – le pape semble reprendre ici la disposition de Leonardo Mansueti du 15 juin 1474 – nullus heretice pravitatis inquisitor ad presens deputatus existat14. Cette promotion suscite des questions : en principe, si l’on s’en tient à l’exemple lombard qui est le mieux connu pour cette époque, elle aurait dû provenir des autorités de l’ordre pour être seulement ensuite ratifiée par le pape. Or aucune nomination d’Institoris émanant de l’ordre dominicain, que ce soit du maître provincial ou du maître général, n’a pu être trouvée pour le moment. Par contre, le pape désignait parfois directement des inquisiteurs, ce que Sixte IV ne s’est pas empêché de faire dans d’autres circonstances15, trahissant ainsi ses vues « hiérocratiques »16. La nomination d’Institoris pourrait donc relever directement de Sixte IV, qui aurait ainsi contourné la hiérarchie dominicaine, un fait moins exceptionnel qu’il n’y paraît17.

  • 18 Schlecht, Joseph, Andrea Zamometic´ und der Basler Konzilsversuch vom Jahre 1482 : Erster Band, 190 (...)
  • 19 Petersohn, Jürgen, « Konziliaristen und Hexen », p. 123 et 130.
  • 20 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 37 no 12 (1479, février 27).
  • 21 Ibid., p. 38 no 13 (1479, février 27).
  • 22 Schmugge, Ludwig, « Ein Inquisitor schiesst sich ein. Heinrich Institoris, Pfarrer Johannes Molitor (...)

5Ce qui est certain, c’est qu’Institoris jouissait de la confiance de ce pape : dans une missive émanant de sa chancellerie, non datée mais qui peut être située autour de juillet 1479, donc quatre mois après la nomination du dominicain comme inquisiteur, on apprend que Sixte IV souhaitait que le frère Henricus de l’ordre des Prêcheurs, « qui avait la meilleure réputation auprès de sa sainteté » (de quo sua sanctitas optimam habet relationem), incite les Confédérés suisses à prendre les armes contre le seigneur de Florence Lorenzo Medici. À cette fin, Institoris avait été nommé concionator (« prédicateur ») et muni de tous les privilèges nécessaires per bullam – une bulle qui semble aujourd’hui perdue18. Dans une lettre, adressée cette fois-ci par Institoris lui-même au pape et datée du 29 février 1484 – il en sera encore question –, le dominicain fait état de trois audiences auprès du souverain pontife (probablement à la fin octobre 1483), qui l’aurait à cette occasion encouragé à lui « écrire plus souvent » (ut sepius scriberem)19. Si notre hypothèse est juste, le dominicain de Sélestat aurait su utiliser ses contacts à la curie, en particulier avec le pape en personne, pour se faire revêtir d’une charge que le maître général tardait à lui confier. Nous ignorons quelles pouvaient être les raisons de ce dernier ; toujours est-il que les conflits autour d’Institoris continuaient à occuper le maître général, que ce soit celui avec l’empereur20 ou celui avec les frères de Sélestat21. Il a d’ailleurs été avancé qu’Institoris aurait séjourné de manière répétée et prolongée à la curie, notamment comme familiaris d’un évêque (1458), de deux cardinaux (1465, 1469, 1477) et du pape Paul II (1469). Ces identifications nous paraissent cependant sujettes à caution, car ledit familiaris, qu’il s’agisse toujours du même ou non, fit preuve d’un comportement pour le moins troublant pour un frère dominicain, fût-il membre de la branche conventuelle de l’ordre comme notre inquisiteur : poursuite de canonicats et d’autres prébendes, nomination comme serviens armorum auprès du pape22.

  • 23 Tavuzzi, Michael, Renaissance inquisitors…, p. 20-27.
  • 24 Maier, Eva, Ostorero, Martine, et Tremp, Kathrin Utz, « Le pouvoir de l’inquisition », 1997, p. 255 (...)
  • 25 Behringer, Wolfgang, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ », p. 100.
  • 26 Voir Springer, Klaus-Bernward, « Dominican Inquisition in the Archdiocese of Mainz (1348-1520) », 2 (...)
  • 27 Voir à ce sujet Behringer, Wolfgang, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ », p. 93-97.
  • 28 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 82, no 119 (1481, juin 19).

6Le ressort inquisitorial attribué à Institoris par Sixte IV en 1479 – l’« Allemagne supérieure » – paraît énorme, surtout à la lumière des exemples contemporains en Lombardie et en Suisse romande où la tendance allait, pour des raisons particulières, à la fin du xve et au début du xvie siècle dans le sens d’un resserrement des districts. Dans le premier cas, ce fut la montée en puissance de la Congrégation réformée lombarde ainsi que l’alignement des circonscriptions inquisitoriales sur les frontières politiques qui firent éclater l’ancienne subdivision territoriale23. Dans le cas de la Suisse romande, la perte pour l’inquisition dominicaine du Bas Valais suite à sa conquête par l’évêque de Sion en 1475-1476 ainsi que l’établissement d’une inquisition proprement genevoise au tournant du xvie siècle causèrent le rétrécissement successif du ressort au seul diocèse de Lausanne24. La circonscription confiée à Institoris comprenait par contre sous la dénomination d’Alamania superior l’ensemble des régions germanophones entre la Bohême et la France, comprenant notamment le couloir rhénan et l’Alsace25. Aussi étendue qu’elle semble, sa taille n’était pourtant pas exceptionnelle pour l’Allemagne, pour autant que nous connaissions l’organisation territoriale de l’inquisition dominicaine dans l’Empire au xve siècle, un sujet qui, à l’exception de la province ecclésiastique de Mayence, n’a pas encore reçu l’attention qu’il mérite26. Ainsi, Jakob Sprenger OP (vers 1436/1438-1496), surtout connu pour avoir été longtemps mais faussement considéré comme coauteur du Malleus maleficarum avec son confrère Institoris27, fut nommé par le maître général en 1481, alors qu’il était prieur à Cologne, inquisiteur pour les provinces ecclésiastiques de Mayence, Trèves et Cologne28.

7Nous passons ici sur la question épineuse de savoir pourquoi l’inquisition dominicaine n’a pas su ou pu développer dans l’Empire un réseau aussi dense qu’ailleurs, pour retourner à Institoris.

Premiers pas d’inquisiteur

8La première enquête menée par Heinrich Institoris lui-même ne concerna pas des hérétiques à proprement parler, mais un groupe de fidèles d’Augsbourg, qui avec la complicité de leur curé Johannes Molitor pratiquaient depuis plusieurs années la communion quotidienne, faisant craindre à l’évêque d’Augsbourg d’après ses propres mots non modicum scandalum. Nous ignorons comment Institoris eut vent de l’affaire : dans une relation des événements, il tait sa source d’informations. Une note marginale de sa main nous apprend seulement qu’il a eu connaissance des faits non per modum denunciationis, sed experientie. Toujours est-il que le theologie professor hereticeque pravitatis per Alemanniam superiorem inquisitor, comme l’évêque Johann comte de Werdenberg (1469-1486) l’intitula correctement dans une lettre adressée en automne 1480 à Sixte IV, « ayant appris cette pratique, crut nécessaire de procéder contre ledit curé de par son office » (contra plebanum pretactum ex officio procedere arbitrans). Il le fit comparaître avec quatre de ses paroissiennes le 13 septembre 1480, sans toutefois réussir à les convaincre de leur erreur. Après une altercation lors de la messe matinale du lendemain au cours de laquelle Molitor récidiva, les deux partis s’adressèrent au pape.

  • 29 Au sujet de cette affaire, voir Koeniger, A. M., Ein Inquisitionsprozess in Sachen der täglichen Ko (...)
  • 30 Koeniger, A. M., Ein Inquisitionsprozess…, p. 21 avec n. 37 et p. 40. Au sujet de Braun, voir aussi(...)

9Il est inutile de poursuivre ici en détail les méandres de cette affaire : le 8 janvier 1482, Sixte IV finit par interdire au curé incriminé d’administrer la communion quotidienne comme une res inusitata, justifiant ainsi la démarche de l’inquisiteur, qui dans un premier temps n’avait pas réussi à s’imposer29. Notons que lors de son enquête à Augsbourg, Institoris avait fait appel à plusieurs témoins, dont son confrère Lukas Braun OP, plus d’une fois prieur du couvent local et, du moins en 1480, per diocesim inquisitor30. Le diocèse n’était donc pas dépourvu d’inquisiteur. Ce dernier n’avait cependant pas cru nécessaire d’intervenir dans une pratique connue, qui était certes inhabituelle, mais pas hérétique à proprement parler. L’affaire n’éclata que par l’entremise d’un homme venu de l’extérieur, zélé et probablement impatient de se faire valoir dans son nouvel office.

  • 31 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 40, no 19. Au sujet de cette affaire, voir aussi Pe (...)
  • 32 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 40, no 18. Institoris est qualifié, dans la corresp (...)

10Par la suite, Institoris dut à nouveau se contenter de la gestion de fonds issus d’indulgences, une tâche qui lui valut d’ailleurs des ennuis : le 2 avril 1482 Sixte IV adressa à l’évêque d’Augsbourg, le même à qui l’inquisiteur avait eu affaire une année et demie auparavant, un mandat lui enjoignant d’arrêter et de détenir le dominicain le plus discrètement possible jusqu’à ce que les fonds déposés auprès d’une veuve puissent être récupérés31. Une semaine plus tôt, le 26 mars 1482, Institoris avait été sommé sub penis gravissimis allant jusqu’à l’excommunication à comparaître devant le maître général de l’ordre, sans que l’on sache si les deux citations, mutuellement exclusives, étaient en rapport32. Quoi qu’il en soit, l’inquisiteur réussit selon toute évidence à se justifier devant le pape, car on le retrouve bientôt engagé, du côté papal, dans la lutte entre son confrère Andreas Jamometić, archevêque de Krajina, un diocèse à cheval entre l’Albanie et le Monténégro, et Sixte IV.

La lutte anti-conciliariste

  • 33 Sur Jamometić, voir en dernier lieu Petersohn, Jürgen, Kaiserlicher Gesandter und Kurienbischof. An (...)
  • 34 Voir le résumé de cette « épître » dans Stoecklin, Alfred, Der Basler Konzilsversuch des Andrea Zam (...)
  • 35 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 40-41, no 21.
  • 36 Petersohn, Jürgen, Ein Diplomat…, p. 170, n. 19, les identifie avec la nomination d’Institoris comm (...)
  • 37 Pour les tractations diplomatiques derrière ces événements, voir Petersohn, ibid., chap. 8-9.

11Jamometić avait, le 25 mars 1482, proclamé à Bâle la tenue d’un concile général, censé délibérer de la réforme de l’Église et d’une croisade contre les Turcs qu’il estimait négligée par le pape33. Sixte IV répliqua énergiquement : la polémique papale contre Jamometić fut inaugurée en Allemagne par Institoris, qui publia une Epistola contre quendam conciliistam archiepiscopum videlicet Crayensem34, datée du 10 août 1482 à Sélestat et imprimée sans tarder à Strasbourg, puis à Reutlingen et à Nuremberg. Un mois plus tard, le 6 septembre, Institoris présenta à l’évêque de Bâle, Kaspar zu Rhein (1479-1502), des lettres apostoliques de Sixte IV où il était intitulé heretice pravitatis inquisitor generalis, et qui furent publiées par le prélat le jour même35. Malheureusement, le contenu de ces lettres nous échappe36 ; or comme l’évêque, se référant à elles, somma son clergé de bien accueillir Institoris « quand ce dernier viendrait prêcher la parole de Dieu » (cum ad vos vel alterum vestrum venerit causa verbum dei ad plebem vobis et alteri vestrum commissam proponendi et predicandi), on peut en déduire qu’elles se rapportaient à l’offensive anti-conciliariste de la curie romaine dirigée contre Jamometić. À ce moment, ce dernier était toujours à Bâle. Notons que le magistrat et les habitants de la ville furent excommuniés et mis au ban le 21 novembre suivant pour avoir protégé le rebelle. Ces sanctions ne furent levées que le 23 janvier 1485, deux mois après le suicide de Jamometić, qui avait été arrêté fin décembre 1482 par le conseil de la ville à la demande de l’empereur Frédéric III37.

  • 38 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 41, no 24.
  • 39 Petersohn, Jürgen (éd.), Diplomatische Berichte und Denkschriften des päpstlichen Legaten Angelo Ge (...)
  • 40 Petersohn, Jürgen, « Konziliaristen und Hexen », p. 130.

12Institoris resta dans les années 1482-1483 dans la région du Rhin supérieur, ne serait-ce que parce qu’il fut pendant ce temps prieur du couvent de Sélestat, une charge dans laquelle il est attesté jusqu’au 24 avril 148338. Dans deux missives au pape et au collège des cardinaux, datées du 4 juin et du 18 juillet 1483, Angelo Geraldini, envoyé plénipotentiaire de Sixte IV pour traiter l’affaire « Jamometić », signale la présence d’Institoris « près de Strasbourg » (existens/degens propre Argentinam)39. Ce n’est qu’à la fin octobre de cette année qu’il dut se rendre à Rome où il fut accueilli trois fois en audience, comme il le rappela au pape quatre mois plus tard, le 29 février 148440.

  • 41 Ibid., p. 132-134.
  • 42 Voir à ce sujet Pitz, Ernst, « Diplomatische Studien zu den päpstlichen Erlassen über das Zauber-un (...)
  • 43 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 41-43, no 25.

13Nous passons sur la suite de l’engagement anti-conciliariste d’Institoris41 pour nous arrêter sur les indulgences accordées – suite à une demande de l’inquisiteur sans doute42 – par Sixte IV le 31 octobre 1483 à l’église du couvent dominicain de Sélestat, la maison mère d’Institoris. Les revenus qui devaient en résulter étaient destinés pour un tiers au maintien de ladite église, pour un tiers subventioni inquisitoris, donc d’Institoris lui-même, et pour un tiers à la chambre apostolique pour le financement d’une croisade. La part réservée à l’inquisiteur est justifiée par le danger émanant de deux « sectes », d’une part celle d’« André, jadis archevêque de Krajina », donc Jamometić, d’autre part celle quarundam muliercularum fidem abnegantium ab aliquibus citra temporibus et presertim hodiernis43. À notre connaissance, c’est la première fois qu’Institoris est « officiellement » associé à la lutte contre la sorcellerie – encore dans sa lettre de nomination du 13 mars 1479, il était question de façon peu spécifique d’« hérétiques et schismatiques ».

  • 44 Édité dans Petersohn, Jürgen, « Konziliaristen und Hexen », p. 158-160.
  • 45 Voir Petersohn, ibid., p. 127-134. L’édition de la lettre, p. 122-126, a été reprise dans Schnyder,(...)
  • 46 Behringer, Wolfgang, et Jerouschek, Günter, « ‘Das unheilvollste Buch der Weltliteratur’ ? », p. 49
  • 47 Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors…, p. 30-31 ; voir aussi Petersohn, Jürgen, « Konziliarist (...)

14Ce n’est pas un hasard si ces indulgences furent accordées trois jours après la publication d’une bulle condamnant à nouveau les idées conciliaristes et enjoignant à Institoris de les combattre44. La lutte contre les hérésies, avant tout celle des « petites femmes reniant la foi », s’avéra cependant ardue, c’est du moins ce que le dominicain sélestadien fit savoir au pape dans sa lettre datée du 29 février 1484 à Strasbourg. Nous n’entrons pas en matière sur la question du conciliarisme, analysée en profondeur par l’éditeur de cette lettre45, pour nous concentrer sur la question de la sorcellerie : elle y est désignée de [heresis] presertim muliercularum quarundam fidem katolicam erga incubos demones abnegant[ium], une formule de la plume d’Institoris qui, tout en rappelant celle de Sixte IV du 31 octobre 1483, est plus explicite. Afin de « déraciner » cette hérésie, le pape avait consenti, à la demande d’Institoris, à la création d’une confrérie sous la direction d’inquisiteurs prêchant « en continu ». Comme la bulle en question semble perdue, on ignore les modalités de cette nouvelle institution, mais on y devine le souci d’Institoris d’impliquer des laïcs dans la lutte contre la sorcellerie : les persécutions dont il fut l’instigateur ne débutèrent-elles pas régulièrement par des appels à la dénonciation ? L’idée d’une telle confrérie n’était ni nouvelle, ni « un plan bizarre », pour citer les éditeurs de la nouvelle traduction allemande du Malleus maleficarum46. Au contraire : ces confréries existaient bel et bien en Lombardie et y connurent même, précisément au cours de la deuxième moitié du xve siècle, une renaissance47.

  • 48 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 48, no 29.
  • 49 Petersohn, Jürgen, « Konziliaristen und Hexen », p. 144-145.

15Dans notre cas par contre, les tentatives d’Institoris se soldèrent par un échec : d’une part, le nombre de confrères avait été limité à cent, comme il se plaignait auprès du pape, d’autre part, les privilèges dont la confrérie avait été dotée s’avérèrent trop circonscrits pour attirer des membres. C’est seulement sous le successeur de Sixte IV, Innocent VIII (1484-1492), que l’idée de confréries soumises à des inquisiteurs fut ranimée : dans une lettre adressée le 18 juin 1485 à l’archevêque de Mayence, Berthold comte de Henneberg (1484-1504), Innocent VIII corrigea des dispositions antérieures, dont la date est malheureusement inconnue, concernant « diverses confréries ou sociétés » ayant pour but la protection de la foi et des inquisiteurs. Si la rémission plénière des péchés à l’article de la mort accordée aux confrères était maintenue – probablement l’« appât » qui avait fait défaut en 1483-1484 –, ces derniers ne seraient désormais plus recrutés ex communi populo sed ex principalioribus, c’est-à-dire parmi des « recteurs, baillis, consuls et nobles ». La raison invoquée par le pape est l’« efficacité » de la protection procurée aux inquisiteurs (ut eo efficacior sit protectio, quo maior erit auctoritas et conditio personarum)48, mais la pensée que des juges membres d’une telle confrérie pourraient faciliter des condamnations dut sans doute effleurer Innocent VIII. Or tout ce que l’on peut dire, c’est que d’éventuels résultats de cette initiative ne sont pas parvenus jusqu’à nous. Mais pour en revenir aux déboires d’Institoris : les indulgences accordées à l’église dominicaine de Sélestat le 31 octobre 1483 furent, selon lui, peu de temps après révoquées dans le cadre d’une révocation générale – un revirement qui, sur la base de la documentation disponible, n’est pas vérifiable, mais qui n’aurait pas été atypique pour Sixte IV49.

L’affaire de Ravensbourg

  • 50 La lettre citée est éditée dans Müller, Karl Otto, « Heinrich Institoris, der Verfasser des Hexenha (...)
  • 51 Au sujet des événements de Ravensbourg, voir les contributions rassemblées dans Frühe Hexenverfolgu (...)
  • 52 Voir Schmauder, ibid., p. 44-49.
  • 53 Ibid., p. 49-54, ainsi que dans le même ouvrage : Blauert, Andreas, « Die Ravensburger Urfehden als (...)

16Ne se laissant pas décourager par de telles adversités – un trait de son caractère – Institoris s’attaqua à son premier procès de sorcellerie. Le déclenchement de l’affaire est relaté dans une lettre adressée le 17 décembre 1484 par le bourgmaître et le conseil de Ravensbourg à l’archiduc Sigismond d’Autriche (1464-1490), le principal allié de la ville d’Empire : en automne, un docteur de l’ordre des Prêcheurs, que l’on peut sans risque identifier avec Institoris, s’était rendu muni de bulles papales dans la ville. Il avait fait afficher des copies de ces bulles, parmi lesquelles figurait probablement sa nomination de 1479, sur les portes des églises de la ville, suite à quoi il prêcha pendant plusieurs jours (« ettlich tag »), appelant la population à la dénonciation de sorcières (« hechsen ald [ou] unholde »). Cet appel fut couronné de succès, car « un grand nombre d’habitants, femmes et hommes, abordèrent l’inquisiteur » (« Da ist nu ain grosser zulauf von vil luten worden, vil frowen und manspersonen zu im gangen »), qui les interrogea sous serment et fit mettre leurs dépositions par écrit. Malheureusement, les actes de cette enquête préalable semblent perdus, tout comme les aveux de deux femmes qui confessèrent entre autres s’être adonnées au diable, avoir causé la grêle et le mauvais temps et avoir paralysé gens et bétail pendant longtemps50. Ce cas fut instruit par les membres du tribunal laïc de la ville51, et non pas par Institoris lui-même qui revêtit, tout comme il le faisait ailleurs, notamment à Innsbruck, le rôle d’instigateur et de catalyseur. Son bilan : plusieurs femmes (« ettlich wips ») furent arrêtées, parmi elles deux furent brûlées, probablement les deux « sorcières » mentionnées dans la lettre à l’archiduc Sigismond. Leurs dépositions filtrèrent dans le Malleus maleficarum, où les événements de Ravensbourg occupent une place privilégiée52. Après le départ d’Institoris, les autres femmes qui avaient été emprisonnées le restèrent, avant d’être probablement relâchées. Ont en effet été conservés quatre asseurements (« Urfehden »), nous renseignant sur quatre femmes initialement soupçonnées d’être des sorcières, mais relâchées après avoir réussi à rassembler un nombre suffisant de garants. Les quatre documents s’échelonnent du 23 octobre 1484 jusqu’au 10 novembre 1490 ; au moins le premier en date est certainement à mettre en rapport avec les procès mis en route par Institoris53.

  • 54 Au sujet de Gremper, voir Schuler, Peter-Johannes, Notare Südwestdeutschlands. Ein prosopographisch (...)
  • 55 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 46, no 27.
  • 56 Heinrich Institoris, Malleus maleficarum, 145D-146D.

17Ce dernier semble avoir bénéficié de soutiens locaux, en premier lieu Johannes Gremper54, magister artium et notaire impérial. Né à Laufenburg dans le diocèse de Bâle et d’origine rhénane comme Institoris, il est attesté à Ravensbourg en août 1484 comme arbitre dans un litige. En tant que chapelain à l’église paroissiale de Notre-Dame de Ravensbourg et, peut-être, maître d’école, il était familier avec le milieu local. Comme les actes des procès sont perdus, l’identité du notaire en charge doit être restituée par le truchement d’autres sources. Or le fait que Gremper est mentionné nommément à titre de notaire « actuel » (modernus notarius) d’Institoris dans la célèbre bulle Summis desiderantes affectibus d’Innocent VIII qui date du 5 décembre 148455, permet son identification avec le « notaire de l’inquisition » à qui le Malleus attribue une part décisive dans le déclenchement de la persécution à Ravensbourg après que la région avait été ravagée par une terrible averse de grêle. Ce n’est donc pas un hasard si la confection de la grêle figure, à en croire le Malleus, parmi les aveux extorqués aux deux femmes qui furent brûlées à l’issue du procès56.

  • 57 Hsia, Ronnie Po-chia, Trient 1475, op. cit., p. 108.
  • 58 Schmauder, Andreas, « Frühe Hexenverfolgung », p. 32.
  • 59 Ibid., p. 38.
  • 60 Voir Sönke, Lorenz, « Hexen und Hexenprozesse im deutschen Südwesten – eine Einführung », 2001, p.  (...)
  • 61 « Eüwer Gnaden Capplan, Bruder Heinrich unwirdiger Doctor und Suocher der unglöbigen in hochen tüts (...)

18Il est probable que le dominicain ait ranimé en 1484 des anciens contacts, remontant au temps de son premier passage par la ville en automne 1475. À l’époque, Johann Truchsess von Waldburg, le bailli impérial de Souabe, dont le siège sur la Veitsburg surplombait la ville, avait attesté la tenue d’un procès contre la communauté juive de Ravensbourg en 1430 à cause d’un prétendu meurtre rituel57. Or le même bailli, dont la juridiction menaçait d’étouffer celle de la ville, était toujours en place en 1484 lors du second passage d’Institoris58. Il était par ailleurs un cousin d’Otto comte de Sonnenberg-Waldburg, évêque de Constance (évêque élu 1474-1480, évêque 1480-1491)59, et de son frère Johann comte de Sonnenberg-Waldburg. Dans une lettre que Heinrich Institoris adressa à ce dernier le 22 novembre 148460, donc quelques semaines au plus après son départ de Ravensbourg (le terminus ante quem pour ce départ est le 23 octobre, date à laquelle la première suspecte fut relâchée de prison), l’inquisiteur fait état d’une missive que le comte lui avait fait parvenir à Constance, sans doute la première étape d’Institoris après sa halte à Ravensbourg. Dans cette missive, le comte paraît avoir requis l’aide de l’inquisiteur en matière de sorcellerie. Or ce dernier pria l’expéditeur de faire également appel à un autre « expert » en la matière, à savoir le commandeur de la maison de l’ordre hospitalier de St-Jean à Überlingen sur les bords du lac de Constance, qui aurait « fait brûler beaucoup de sorcières en Brisgau ». Ce commandeur aurait, toujours selon Institoris, le don de faire passer les sorcières aux aveux sans avoir recours à la question. Dans cette lettre, le dominicain se qualifie entre autres de chapelain du comte61, signe d’une relation privilégiée qui s’étendait peut-être aussi à d’autres membres de la maison comtale, notamment à son cousin Johann Truchsess von Waldburg, mentionné plus haut.

Summis desiderantes affectibus

  • 62 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 45-47, no 27.

19Entre-temps, Sixte IV, qui avait promu Institoris à la charge d’inquisiteur, était mort le 12 août 1484. Nous ignorons quand le dominicain apprit cette nouvelle, si ce fut avant, après ou pendant le procès de Ravensbourg. Nous savons par contre qu’il ressentit le besoin de faire renouveler sa commission, ce qui fut fait par le successeur de Sixte IV, Innocent VIII (1484-1492), qui avait été élu le 29 août : il est bien sûr question de la célèbre bulle Summis desiderantes affectibus du 5 décembre 148462, par laquelle Institoris, mais aussi son confrère Jakob Sprenger, furent confirmés dans leur office d’inquisiteurs de la dépravation hérétique – soit dans le cas précis de la sorcellerie. Les enjeux de la bulle excèdent cependant un simple renouvellement. En filigrane se dessine en effet un problème de compétence juridique en matière d’inquisition, qui n’a pas encore reçu toute l’attention qu’il mérite : il s’agit de la question de délimiter le ressort attribué à Institoris en 1479, à savoir l’Alamania superior.

  • 63 Behringer, Wolfgang, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ », p. 93.

20À l’origine, le caractère vague de cette dénomination put sembler être à l’avantage de l’inquisiteur. Dans la pratique, il tourna à son désavantage. Pourquoi ? La bulle rappelle qu’Institoris avait été nommé inquisiteur in partibus Alemaniae superioris, tandis que le ressort de Sprenger comprenait dès 1481, nous nous souvenons, les provinces ecclésiastiques de Mayence, Trèves et Cologne, ce que la bulle exprime par : per certas partes lineae Rheni. Or il était arrivé, dit la bulle, qu’aussi bien des clercs que des laïcs « de ces régions » (illarum partium) avaient contesté auxdits inquisiteurs (d’après tout ce que l’on sait de la carrière de Sprenger63, il faudrait lire : à Institoris) la mise en pratique de leur office parce que tel ou tel lieu n’était pas cité nominatim et specifice dans leurs « mandats » (in literis deputationis). Pour remédier à cette situation, afin que les « provinces, cités, diocèses, terres et lieux prédits » sub eisdem partibus Alemaniae superioris ne manquent pas « d’un office d’inquisition en bonne et due forme » (ne propterea contingat… debito inquisitionis officio carere), Innocent VIII renouvelle la commission desdits inquisiteurs, sans toutefois apporter plus de précision quant à leur ressort respectif ! Notons que les inquisiteurs sont placés sous la protection de l’évêque de Strasbourg, Albert de Bavière (1478-1506), ce qui permet d’avoir une idée de la région visée par la bulle.

  • 64 Voir Senner, Walter, « How Henricus Institoris became inquisitor for Germany : the origin of Summis (...)
  • 65 Senner, ibid., p. 399.
  • 66 Voir à ce sujet Behringer, Wolfgang, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ », op. cit., 2001, p. 96-97.

21Force est donc de constater que d’un point de vue juridictionnel, du moins en ce qui concerne les questions de délimitation des compétences, Summis desiderantes affectibus n’amène aucun éclaircissement. Or il se peut, aussi surprenant que cela puisse paraître, qu’un tel éclaircissement n’ait pas été désiré. La bulle d’Innocent VIII tant citée n’est en effet qu’un rescriptum, qui reprend – en améliorant le style et ajoutant quelques précisions – une supplique d’Institoris lui-même, qui a récemment été redécouverte et publiée64. Institoris aurait-il donc lui-même laissé planer le doute sur son ressort inquisitorial pour, le cas échéant, mieux exploiter ces ambiguïtés ? C’est une hypothèse que nous proposons, sachant bien que toute réponse se heurte en dernière instance au latin terrible – l’expression est de l’éditeur moderne de la supplique65 –, voire incompréhensible d’Institoris. Signalons un deuxième problème lié à cette supplique et qui se perpétue dans la bulle : c’est la mention parallèle de Jakob Sprenger aux côtés de son confrère Institoris. Pourquoi ce dernier a-t-il associé Sprenger à son sort, avec qui ses relations étaient – c’est le moins que l’on puisse dire – tendues66 ? La question reste ouverte.

L’échec d’Innsbruck

  • 67 Ammann, Hartmann, « Der Innsbrucker Hexenprocess von 1485 », 1890, p. 78-79, no 1 ; repris dans Sch (...)
  • 68 Pour cette datation, voir Behringer, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ », op. cit., 2001, p. 89-91.

22Tout ce que nous savons est qu’Institoris entendait bien se servir de son mandat : le 23 juillet 1485, l’évêque de Brixen (Bressanone) Georg Golser (1464-1488) manda au clergé de son diocèse de vouloir bien accueillir Institoris, après que ce dernier lui avait présenté la bulle Summis desiderantes affectibus ; en sus, il accorda une indulgence de quarante jours à quiconque soutiendrait l’inquisiteur dans sa tâche67. Ce fut le coup d’envoi du célèbre procès d’Innsbruck, ville située dans le diocèse de Brixen et résidence de l’archiduc Sigismond d’Autriche, qui se solda pour Institoris par un échec cinglant, ce qui amena le dominicain à rédiger son Malleus maleficarum, publié à Spire à la mi-décembre 148668.

  • 69 Les sources relatives au procès d’Innsbruck ont été partiellement publiées dans Ammann, « Der Innsb (...)

23Comme le procès d’Innsbruck a fait l’objet de plusieurs études récentes69, nous nous contentons ici d’évoquer quelques éléments de base : pendant plus d’un mois, du 9 août au 14 septembre 1485, Institoris récolta des dépositions contre une cinquantaine de suspects, avant tout des femmes. Il se décida à accuser formellement sept d’entre elles, rassemblant une trentaine de témoignages à leur sujet entre le 4 et le 21 octobre. Ce procédé alarma l’évêque Georg Golser et l’archiduc Sigismond. Le 7 octobre notamment, ce dernier s’adressa à Golser, lui demandant de nommer un commissaire épiscopal pour surveiller l’enquête.

  • 70 « Ich find in des babst bullen, das er bey vil bäbsten ist vor inquisitor gewesen, er bedunckt mich (...)

24Lorsque le tribunal à proprement parler se réunit pour la première fois le 29 octobre 1485, Institoris en sa qualité d’accusateur fut freiné par le commissaire épiscopal, dont la nomination remontait à la requête de l’archiduc Sigismond. Après une courte interruption, censée permettre à Institoris de dresser une liste formelle de questions, se présenta un avocat, probablement recruté par des agents de l’évêque, pour défendre les accusées. Il commença par dénoncer plusieurs vices de forme. Deux jours plus tard, le 31 octobre, eut lieu la seconde séance de ce procès, qui s’avéra aussi être la dernière : le commissaire épiscopal mit en effet un terme au procédé pour vice de forme. Quant aux frais occasionnés par l’emprisonnement des suspectes, ils furent épongés le jour même par l’archiduc. Institoris ne s’avoua pourtant pas battu, mais continua à rassembler du matériel à charge en vue d’un nouveau procès. Ce n’est que suite à des pressions massives de la part de l’évêque qu’il quitta le diocèse, probablement en février 1486. Ajoutons que c’est à cette occasion que Golser formula dans une lettre datée du 8 février et adressée à un certain « frère Nicolas » par ailleurs inconnu, ses doutes concernant l’état mental d’Institoris – un passage devenu célèbre, car il constitue le seul jugement contemporain à ce sujet70.

25Les deux procès de Ravensbourg et d’Innsbruck présentent, abstraction faite de leur issue, des similarités, qui permettent de faire la lumière sur la manière dont l’inquisiteur Institoris procéda sur le terrain. On distingue plusieurs phases : arrivée sur place – présentation et publication de mandats pontificaux – prédication et appel à la dénonciation – collecte de témoignages accablants – mise en accusation de suspects. À défaut de connaître l’arrière-plan des affaires en question, on a l’impression qu’Institoris « se créa » lui-même des cas en prêtant main à la matérialisation de tensions sous-jacentes qui, sans son intervention, auraient peut-être continué à mijoter pendant longtemps. Cela s’applique en particulier au procès d’Innsbruck : contrairement au cas de Ravensbourg, où Institoris pourrait s’être rendu suite à une invitation locale, il semble s’être aventuré dans le diocèse de Brixen de sa propre initiative, aussi à en juger d’après le résultat obtenu.

Le témoignage du Malleus maleficarum

  • 71 Behringer, Wolfgang, et Jerouschek, Günter, « ‘Das unheilvollste Buch der Weltliteratur’ ? », op. c (...)
  • 72 Malleus maleficarum, 94A-94B, 110B-110C.
  • 73 Ibid., 138B.
  • 74 Ibid., 137B-138A.
  • 75 Ibid., 217C-217D.
  • 76 Ibid., 114D-115A, 156A.
  • 77 Ibid., 99C, 214D.

26Il est tout à fait probable que l’activité inquisitoriale d’Institoris ne se limita pas aux seuls diocèses de Augsbourg, Constance (le procès de Ravensbourg) et Brixen (le cas d’Innsbruck). De nombreux exemples parsemés dans le Malleus maleficarum renvoient en effet à des agissements de sorcières dans les diocèses de Strasbourg et de Bâle, avant tout la partie alsacienne de ce dernier, ce qui a amené les chercheurs à postuler la possibilité de procès dans la région auxquels l’inquisiteur aurait pris part71. Institoris lui-même était selon toute évidence, nous l’avons dit, originaire de Sélestat, et il semble évident qu’il vouait une attention particulière à son pays natal. Il mentionne d’ailleurs lui-même dans le Malleus le cas d’une jeune fille qui s’était déroulé dans sa patrie (in terra nativitatis unius ex his inquisitoribus). Cette fille lui aurait confié sous le secret de la confession qu’elle avait été victime d’une tentation de séduction de la part de démons, une tentation qu’elle avait fait échouer par le signe de croix, dont elle s’était secrètement prémunie72. Cette « confession » pourrait coïncider avec le priorat d’Institoris à Sélestat. Si l’on analyse l’itinéraire d’Institoris entre sa nomination comme inquisiteur par Sixte IV le 13 mars 1479 et la publication du Malleus à la mi-décembre 1486, on trouve le dominicain sélestadien occupé à combattre le conciliarisme de son confrère Andreas Jamometić à Sélestat et à Bâle en août et septembre 1482. Après la fin de son priorat à Sélestat le 24 avril 1483, Institoris semble avoir séjourné en juin et juillet de la même année « près de Strasbourg » (comme l’avait écrit le diplomate pontifical Angelo Geraldini), où il est à nouveau attesté le 29 février 1484. Il se peut donc que ce soit dans ces années-là qu’il ait appris les exemples qui filtrèrent par la suite dans le Malleus. Malheureusement leur source reste souvent anonyme, qu’il s’agisse d’événements survenus dans le diocèse de Bâle, comme le cas d’une sage-femme infanticide à Thann73, ou dans celui de Strasbourg : Institoris cite par exemple le cas d’une femme, tenancière de l’auberge « L’aigle noire » à Saverne, qui, selon ses propres dires, aurait été molestée par une sage-femme repoussée74 ; celui d’une sorcière endurcie détenue dans le château de Kynigsheym près de Sélestat que seule une ruse réussit à faire parler75 ; celui d’une autre sorcière qui aurait tué, moins de quatre ans avant la rédaction du Malleus, un enfant dans le ventre de sa mère dans le village de Reichshoffen au nord-ouest de Haguenau76 ; ou bien celui d’une troisième sorcière à Haguenau même, qui aurait confectionné au moyen d’un enfant assassiné un sortilège lui permettant de supporter la torture sans rien avouer77.

  • 78 Ibid., 96D-97B.
  • 79 Ibid., 100A-100D.
  • 80 Voir à ce sujet la traduction allemande du Malleus proposée par Behringer, Wolfgang, et Jerouschek,(...)

27Pourtant, Institoris se donne quelquefois à voir dans son texte, nourrissant l’hypothèse qu’au moins certains exemples mentionnés ont pour base non pas l’ouï-dire, mais sa propre expérience, gagnée lors de procès instruits par lui-même ou en sa présence. Ainsi, il relate les informations obtenues auprès d’une sorcière repentie à Breisach dans le diocèse de Bâle, dont la tante aurait déjà été brûlée dans le diocèse de Strasbourg78, ainsi que les exemples, recueillis par lui-même, d’un prêtre ensorcelé à Oberwil et d’une femme ayant partagé son lit pendant six ans avec son mari et un démon incube dans le village de Buhl près de Guebwiller, tous lieux situés dans le diocèse de Bâle79. Un problème subsiste néanmoins : si Institoris rapporte ici ses propres expériences – très vraisemblablement dans le cas de la sorcière repentie de Breisach –, il le fait d’une façon plutôt allusive, qui contraste fortement avec les récits plus circonstanciés des événements de Ravensbourg et d’Innsbruck qui ont également pénétré dans le Malleus. Au moins dans le dernier cas, une solution qui explique ce traitement détaillé se dessine à l’horizon, car la relation du procès d’Innsbruck insérée dans le Malleus s’avère fortement biaisée, visant à édulcorer l’échec retentissant de l’inquisiteur80.

Un inquisiteur par-delà les frontières ?

  • 81 Voir à ce sujet Modestin, Georg, Ketzer in der Stadt. Der Prozess gegen die Straßburger Waldenser v (...)
  • 82 Voir Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors…, de même que Maier, Eva, et alii, « Le pouvoir de l (...)
  • 83 Renvoyons en attendant à Springer, Klaus-Bernward, « Dominican Inquisition in the Archdiocese of Ma (...)

28Exerçant son office dans les diocèses d’Augsbourg, Constance, Brixen et, avec un point d’interrogation, Bâle et Strasbourg, Heinrich Institoris était-il vraiment un inquisiteur par-delà les frontières, enjambant sans hésitation des délimitations ecclésiastiques et politiques ? Fort du soutien de la papauté, avant tout Sixte IV, plus que de celui de son ordre, Institoris rappelle ces inquisiteurs itinérants chasseurs d’hérétiques qui, au cours de la dernière décennie du xive et pendant les toutes premières années du xve siècle, sillonnaient, seuls ou à deux, le vaste espace de l’Empire à la traque de vaudois. À chaque occurrence, ils devaient s’assurer le soutien des autorités locales afin de pouvoir mener à bien la tâche dont ils s’étaient eux-mêmes chargés81. À la lumière de nos connaissances sur l’inquisition en Lombardie et dans les diocèses suisse-romands de Lausanne, Genève et Sion – nous pensons autant à l’étendue beaucoup plus restreinte des circonscriptions inquisitoriales qu’à l’organisation interne de l’inquisition avec son appareil de vice-inquisiteurs censés assister l’inquisiteur en place82 –, l’action d’un inquisiteur solitaire comme Institoris évoluant en dehors d’un cadre institutionnalisé comparable, ressemble à première vue à un anachronisme. Seule l’étude détaillée de l’organisation inquisitoriale in partibus Alemaniae à la fin du Moyen Âge pourra montrer dans quelle mesure cette impression est justifiée83. Pourtant, les initiatives d’Institoris étaient couvertes par des bulles pontificales, qu’elles aient été sollicitées ou non par le principal intéressé. Mais la délimitation du ressort attribué à l’inquisiteur dans ces bulles était tellement vague qu’elle permettait un activisme quasiment illimité de sa part ; de l’autre côté, elle prêtait à des contestations, qui, nous l’avons vu, apparaissent en filigrane de la bulle Summis desiderantes affectibus.

  • 84 Hansen, Joseph, « Heinrich Institoris, der Verfasser des Hexenhammers, und seine Tätigkeit an der M (...)
  • 85 L’acte en question a été rendu public par Hansen, ibid., n. 83. Cette édition a été reprise dans Sc (...)

29Dans un article paru en 1907, Joseph Hansen a déploré le manque d’informations sur les activités de Heinrich Institoris dans la région rhénane84. Depuis, la situation documentaire n’a malheureusement pas beaucoup changé. Terminons pour cette raison nos considérations par la mention d’un acte daté du 20 mars 1488 à Cochem dans le diocèse de Trèves : Institoris, dont le rayon inquisitorial est exceptionnellement précisé, à savoir les provinces ecclésiastiques de Mayence, Trèves, Cologne, Salzbourg et Brême, y accorde, évoquant une décision de Sixte IV, à la population du village d’Ediger situé sur la Moselle, cent jours d’indulgences pour chaque visite d’une croix érigée à 1064 pas du village, c’est-à-dire la distance sur laquelle le Christ avait porté sa propre croix. Ce qui attire notre attention, c’est que les prières récitées lors de la visite de la croix avaient pour but, selon Institoris, de préserver les fidèles, leur bétail et les fruits des champs des sorcières85 ! Ainsi, chaque pèlerinage était à même de ranimer auprès les habitants des villages environnants les peurs qui devaient hanter Institoris lui-même…

Bibliographie

Bibliographie

Ammann, Hartmann, « Der Innsbrucker Hexenprocess von 1485 », Zeitschrift des Ferdinandeums für Tirol und Vorarlberg, 3. Folge/34 (1890), p. 1-87.

Barthelme, Annette, La réforme dominicaine au xve siècle en Alsace et dans l’ensemble de la province de Teutonie, Strasbourg, Heitz & Cie, 1931, IX-207 p. (Coll. Collection d’études sur l’histoire du droit et des institutions de l’Alsace, 7).

Behringer, Wolfgang, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ : Text und Kontext », p. 83-124 in Frühe Hexenverfolgung in Ravensburg und am Bodensee…, 2001 (voir plus bas à : Frühe…) ; —, & Jerouschek, Günter, « ‘Das unheilvollste Buch der Weltliteratur ?’ Zur Entstehungsund Wirkungsgeschichte des Malleus Maleficarum und zu den Anfängen der Hexenverfolgung » in Heinrich Kramer (Institoris) : Der Hexenhammer - Malleus Maleficarum. Kommentierte Neuübersetzung, München, Deutscher Taschenbuch-Verlag, 2000, 863 p.

Blauert, Andreas, « Die Ravensburger Urfehden als Zeugnisse der Ravensburger Hexenverfolgung », p. 65-81 in Frühe Hexenverfolgung in Ravensburg und am Bodensee…, 2001 (voir plus bas à : Frühe…).

Borchardt, Karl, & Filip, Václav, Schlesien, Georg von Podiebrad und die römische Kurie, Würzburg, Verein für Geschichte Schlesiens, 2005, 323 p. (Coll. Wissenschaftliche Schriften des Vereins für Geschichte Schlesiens, 6).

Deutsche Literatur des Mittelalters [Die]. Verfasserlexikon. Zweite, völlig neu bearbeitete Auflage, hg. von Kurt Ruh, 4, Berlin-New York, Walter de Gruyter, 1983, 1280 col., col. 408-415 (André Schnyder – F. J. Worstbrock).

Dienst, Heide, « Lebensbewältigung durch Magie. Alltägliche Zauberei in Innsbruck gegen Ende des 15. Jahrhunderts », p. 80-116 in Alltag im 16. Jahrhundert. Studien zu Lebensformen in mitteleuropäischen Städten, hg. von Alfred Kohler und Heinrich Lutz, Wien, Verlag für Geschichte und Politik, 1987, 328 p. (Coll. Beiträge zur Geschichte der Neuzeit, 14/1987).

Esposito, Anna, & Quadiglioni, Diego, Processi contro gli ebrei di Trento (1475-1478). I. I processi del 1475, Padova, CEDAM, 1990, XI-499 p. (Coll. Dipartimento di Science Giuridiche Università di Trento, 8).

Frühe Hexenverfolgung in Ravensburg und am Bodensee, hrsg. von Andreas Schmauder, mit Beiträgen von Wolfgang Behringer, Konstanz, UVK Verlagsgesellschaft, 2001, 150 p. (Coll. Historische Stadt Ravensburg, 2).

Golden, Richard M. (éd.), Encyclopedia of Witchcraft. The Western Tradition, Santa Barbara, ABC-Clio, 2006, 4 volumes [par lettres], pagination multiple, [1238 p.].

Hansen, Joseph (éd.), Quellen und Forschungen zur Geschichte des Hexenwahns und der Hexenverfolgung im Mittelalter, Bonn, Georgi, 1901, XI-703 p. ; —, « Heinrich Institoris, der Verfasser des Hexenhammers, und seine Tätigkeit an der Mosel im Jahre 1488 », Westdeutsche Zeitschrift für Geschichte und Kunst 26 (1907), p. 110-118.

Henricus Institoris, O. p. and Jacobus Sprenger, O. P, Malleus Maleficarum. Edited and translated by Christopher S. Mackay, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, volume I : The Latin Text and Introduction, VIII-720 p., volume II : The English Translation, V-615 p.

Herzig, Tamar, « Witches, Saints, and Heretics. Heinrich Kramer’s Ties with Italian Women Mystics », Magic, Ritual, and Witchcraft 1/1 (Summer 2006), p. 24-55.

Hsia, Ronnie Po-chia, Trient 1475. Geschichte eines Ritualmordprozesses. Aus dem Amerikanischen von Robin Cackett, Frankfurt am Main, S. Fischer, 1997, 223 p. (édition anglaise originale : 1992).

Jerouschek, Günter, « Heinrich Kramer – Zur Psychologie des Hexenjägers. Überlegungen zur Herkunft des Messers, mit dem der Mord begangen wurde », p. 113-137 in Gewalt und ihre Legitimation im Mittelalter. Symposium des Philosophischen Seminars der Universität Hannover vom 26. bis 28. Februar 2002, herausgegeben von Günther Mensching, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2003, 303 p. (Coll. Contradictio. Studien zur Philosophie und ihrer Geschichte, 1).

Kieckhefer, Richard, « Magic at Innsbruck : The Case of 1485 Reexamined », p. 11-29 in Wünsch, Thomas (éd.), Religion und Magie in Ostmitteleuropa. Spielräume theologischer Normierungsprozesse in Spätmittelalter und Früher Neuzeit, Berlin, Lit-Verlag, 2006, II-339 p. (Coll. Religions-und Kulturgeschichte in Ostmittel-und Südosteuropa, 8).

Koeniger, A. M., Ein Inquisitionsprozess in Sachen der täglichen Kommunion, Bonn-Leipzig, Schroeder, 1923, 57 p.

Lorenz, Sönke, « Hexen und Hexenprozesse im deutschen Südwesten – eine Einführung », p. 7-28 in Frühe Hexenverfolgung in Ravensburg und am Bodensee…, 2001 (voir plus haut à : Frühe…) ;
—, « Der Inquisitor Heinrich Institoris und der Johanniter-Komtur Rudolf von Baden : zwei Hexenjäger am Oberrhein », p. 593-596 in SÖNKE, Lorenz, & ZOTZ, Thomas (éd.),
Spätmittelalter am Oberrhein. Alltag, Handwerk und Handel 1350-1525. Aufsatzband, Stuttgart, Thorbecke, 2001, 598 p.

Maier, Eva, Ostorero, Martine, et Tremp, Kathrin Utz, « Le pouvoir de l’inquisition », p. 247-258 in Les pays romands au Moyen Âge, publié sous la direction d’Agostino Paravicini Bagliani et al., Lausanne, Payot, 1997, 640 p.

Modestin, Georg, « Un inquisiteur pour trois diocèses : le couvent dominicain de Lausanne et la répression de la sorcellerie en Suisse romande au xve siècle », Mémoires de la Société pour l’Histoire du Droit et des Institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands 64 (2007), p. 59-71 ;
—, « L’inquisition romande et son personnel. Une étude prosopographique », p. 315-411 in Inquisition et sorcellerie en Suisse romande. Le registre Ac 29 des Archives cantonales vaudoises (1438-1528). Textes réunis par Martine Ostorero et Kathrin Utz Tremp en collaboration avec Georg Modestin, Lausanne, Université de Lausanne, 2007, VII-562 p. (Coll. Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 41) ;
—, Ketzer in der Stadt. Der Prozess gegen die Straßburger Waldenser von 1400, Hannover, Hahn, 2007, XIX-169 p. (Coll. Monumenta Germanie Historica Studien und Texte, 41) ;
—, « Inquisitoren und Inquisition an der Schwelle zur Frühen Neuzeit – Zu zwei Neuerscheinungen aus dem norditalienischen Raum »,
Revue suisse d’histoire religieuse et culturelle 102 (2008), p. 361-369.

Muller, Emil, « Die Hexe von Waldshut. Ein Kapitel Kulturgeschichte », Oberländer Chronik (Heimatblätter des Südkurier) 299 (1966), p. 1-2.

Muller, Karl Otto, « Heinrich Institoris, der Verfasser des Hexenhammers und seine Tätigkeit als Hexeninquisitor in Ravensburg im Herbst 1484 », Württembergische Vierteljahrshefte für Landesgeschichte. Neue Folge 19 (1910), p. 397-417.

Neue Deutsche Biographie, 10, Berlin, Duncker & Humblot, 1974, XVI-784 p.

Petersohn, Jürgen, Ein Diplomat des Quattrocento. Angelo Geraldini (1422-1486), Tübingen, Niemeyer, 1985, XVIII-384 p. (Coll. Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom, 62) ;
—,
Diplomatische Berichte und Denkschriften des päpstlichen Legaten Angelo Geraldini aus der Zeit seiner Basel-Legation (1482-1483), Stuttgart, Steiner, 1987, 148 p. (Coll. Historische Forschungen im Auftrag der Historischen Kommission der Akademie der Wissenschaften und der Literatur, 14) ;
—, « Konziliaristen und Hexen. Ein unbekannter Brief des Inquisitors Heinrich Institoris an Papst Sixtus IV. aus dem Jahr 1484 »,
Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters 44/1 (1988), p. 120-160 ;
—,
Kaiserlicher Gesandter und Kurienbischof. Andreas Jamometić am Hof Papst Sixtus’IV. (1478-1481). Aufschlüsse aus neuen Quellen, Hannover, Hahn, 2004, XXVIII-184 p. (Coll. Monumenta Germaniae Historica Studien und Texte, 35).

Pitz, Ernst, « Diplomatische Studien zu den päpstlichen Erlassen über das Zauber-und Hexenwesen », p. 23-70 in SEGL, Peter (éd.), Der Hexenhammer…, 1988 (voir à : Segl).

Praedicatores Inquisitores I. The Dominicans and the Mediaeval Inquisition. Acts of the 1st International Seminar on the Dominicans and the Inquisition. Rome, 23-25 February 2002, Roma, Istituto storico Domenicano, 2004, 816 p. (Coll. Dissertationes Historicae, 29).

Reichert, Benedictus Maria (éd.), Registrum litterarum Raymundi de Capua 1386-1399, Leonardi de Mansuetis 1474-1480, Leipzig, Harrassowitz, 1911, VII-151 p. (Coll. Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordens in Deutschland, 6) ;
—,
Registrum litterarum Salvi Cassettae 1481-1483, Barnabae Saxoni 1486, Leipzig, Harrassowitz, 1912, VIII-95 p. (Coll. Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordens in Deutschland, 7) ;
—,
Registrum litterarum Joachimi Turriani 1487-1500, Vincentii Bandelli 1501-1506, Thomae de Vio Caietani 1507-1513, Leipzig, Harrassowitz, 1914, VII-207 p. (Coll. Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordens in Deutschland, 10).

Repertorium GermanicumÓ : VIII/1. Verzeichnis der in den Registern und Kameralakten Pius’II. vorkommenden Personen, Kirchen und Orte des Deutschen Reichs, seiner Diözesen und Territorien 1458-1464, bearbeitet von Dieter Brosius und Ulrich Scheschkewitz, Tübingen, Niemeyer, 1993, LXVII-836 p. ; IX/1. Verzeichnis der in den Registern und Kameralakten Pauls II. vorkommenden Personen, kirchen und Orte des Deutschen Reiches, seiner Diözesen und Territorien 1464-1471, bearbeitet von Hubert Höing, Heiko Leerhoffund Michael Reimann, Tübingen, Niemeyer, 2000, LXXVI-926 p.

Schlecht, Joseph, Andrea Zamometic´ und der Basler Konzilsversuch vom Jahre 1482 : Erster Band, Paderborn, Schöningh, 1903, XII-170 p. (Coll. Quellen und Forschungen aus dem Gebiete der Geschichte… herausgegeben von der Görres-Gesellschaft, 8).

Schleichert, Sabine, « Vorderösterreich : Elsass, Breisgau, Hagenau und Ortenau », p. 218-228 in SÖNKE, Lorenz (éd.), Hexen und Hexenverfolgung im deutschen Südwesten. Aufsatzband, Ostfildern, Cantz, 1994, 415 p.

Schmauder, Andreas, « Frühe Hexenverfolgung in Ravensburg : Rahmenbedingungen, Chronologie und das Netzwerk der Personen », p. 29-63 in Frühe Hexenverfolgung in Ravensburg und am Bodensee…, 2001 (voir plus haut à : Frühe…).

Schmidt, Jürgen Michael, Glaube und Skepsis. Die Kurpfalz und die abendländische Hexenverfolgung 1446-1685, Bielefeld, Verlag für Regionalgeschichte, 2000, 511 p. (Coll. Hexenforschung, 5).

Schmugge, Ludwig, « Ein Inquisitor schiesst sich ein. Heinrich Institoris, Pfarrer Johannes Molitor und die tägliche Kommunion in Augsburg (1480-1482) », p. 401-418 in Ein gefüllter Willkomm. Festschrift für Knut Schulz zum 65. Geburtstag, hg. von Franz J. Felten et al., Aachen, Shaker, 2002, XIX-683 p.

Schnyder, André (éd.), Malleus Maleficarum von Heinrich Institoris (alias Kramer) unter Mithilfe Jakob Sprengers aufgrund der dämonologischen Tradition zusammengestellt. Wiedergabe des Erstdrucks von 1487 (Hain 9238), Göppingen, Kümmerle, 1991, 23-6*-258 p. (Coll. Litterae. Göppinger Beiträge zur Textgeschichte, 113) ;
—,
Malleus Maleficarum von Heinrich Institoris (alias Kramer) unter Mithilfe Jakob Sprengers aufgrund der dämonologischen Tradition zusammengestellt. Kommentar zur Wiedergabe des Erstdrucks von 1487 (Hain 9238), Göppingen, Kümmerle, 1993, V-477 p. (Coll. Litterae. Göppinger Beiträge zur Textgeschichte, 116) ;
—, « Protokollieren und Erzählen. Episoden des Innsbrucker Hexereiprozesses von 1485 in den dämonologischen Fallbeispielen des ‘Malleus maleficarum’(1487) von Institoris und Sprenger und in den Prozeßakten »,
Der Schlern. Monatszeitschrift für Südtiroler Landeskunde, 68 (1994), cahier 12, p. 695-713.

Schröder, Alfred, « Die tägliche Laienkommunion in spätmittelalterlicher Auffassung », Archiv für die Geschichte des Hochstifts Augsburg 6 (1929), p. 609-629.

Schuler, Peter-Johannes, Notare Südwestdeutschlands. Ein prosopographisches Verzeichnis für die Zeit von 1300 bis ca. 1520. Textband, Stuttgart, Kohlhammer, 1987, XV-538 p. (Coll. Veröffentlichungen der Kommission für geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg, Reihe B Forschungen, 90).

Segl, Peter (éd.), Der Hexenhammer. Entstehung und Umfeld des Malleus maleficarum von 1487, Köln-Wien, Böhlau, 1988, X-255 p. (Coll. Bayreuther Historische Kolloquien, 2).

Senner, Walter, « How Henricus Institoris became inquisitor for Germany : the origin of Summis desiderantes affectibus », p. 395-406 in Praedicatores Inquisitores…, 2004 (voir plus haut à : Praedicatores…).

Siemer, Polykarp M., Geschichte des Dominikanerklosters Sankt Magdalena in Augsburg (1225-1808), Vechta, Albertus-Magnus-Verlag der Dominikaner, 1936, 320 p. (Coll. Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordens in Deutschland, 33).

Springer, Klaus-Bernward, « Dominican Inquisition in the Archdiocese of Mainz (1348-1520) », p. 311-393 in Praedicatores Inquisitores I. The Dominicans and the Mediaeval Inquisition…, 2004 (voir plus haut à : Praedicatores…).

Stoecklin, Alfred, Der Basler Konzilsversuch des Andrea Zamometic´ vom Jahre 1482 (Genesis und Wende), Basel, Gebrüder J. & F. Hess, 1938, VIII-238 p.

Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors. Dominican Inquisitors and Inquisitorial Districts in Northern Italy, 1474-1527, Leiden-Boston, Brill, 2007, XIII-286 p. (Coll. Studies in the History of Christian Traditions, 134).

Vierordt, Karl Friedrich, Geschichte der evangelischen Kirche in dem Grossherzogtum Baden. Zweiter Band. Vom Jahr 1571 bis zu der jetzigen Zeit, Karlsruhe, Braun, 1856, XII-597 p. (réimpression : Neustadt an der Aisch, Verlag für Kunstreproduktionen, 1999).

Von Laer, Annette, « Die spätmittelalterlichen Hexenprozesse in Konstanz und Umgebung », Schriften des Vereins für Geschichte des Bodensees und seiner Umgebung 106 (1988), p. 13-27.

Wibel, H., « Neues zu Heinrich Institoris », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung 34 (1913), p. 121-125.

Wilson, Eric, « Institoris at Innsbruck : Heinrich Institoris, the Summis Desiderantes and the Brixen Witch-Trial of 1485 », p. 87-100 (texte) et 239-245 (notes) in Popular Religion in Germany and Central Europe, 1400-1800, ed. by Bob Scribner & Trevor Johnson, Hound-mills-London, Macmillan, 1996, VIII-282 p.

Wolpert, Wolfgang, « Fünfhundert Jahre Kreuzweg in Ediger an der Mosel. Inquisitor Heinrich Institoris als Initiator », p. 19-34 in Hexenglaube und Hexenprozesse im Raum Rhein-Mosel-Saar, hg. von Gunther Franz & Franz Irsigler, Redaktion Elisabeth Biesel, Trier, Spee, 1996, XI-545 p. (Coll. Trierer Hexenprozesse. Quellen und Darstellungen, 1).

Edition électronique :

Tschacher, Werner, « Kramer, Heinrich (Henricus Institoris) » in Lexikon zur Geschichte der Hexenverfolgung, hg. v. Gudrun Gersmann, Katrin Moeller & Jürgen Michael Schmidt. Site consulté le 7 octobre 2008 : historicum. net ; http ://www.historicum.net/no_cache/persistent/artikel/5935/

Notes

1 Contribution présentée dans le cadre du colloque international « Boundaries of Witchcraft in the Upper Rhine Region/Frontières de la Sorcellerie dans le Rhin Supérieur » organisé par Robin Briggs et Maryse Simon à la Maison Française d’Oxford, les 14-15 mars 2008. Sélestat en Alsace, Schlettstadt en allemand.

2 Les attestations portant sur la vie d’Institoris ont toutes été publiées plus d’une fois ; citons en particulier les registres des maîtres généraux de l’ordre dominicain publiées par Benedictus Maria Reichert dans les Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanerordens in Deutschland 6 (1911), 7 (1912) et 10 (1914), ainsi que Hansen, Joseph (éd.), Quellen und Forschungen zur Geschichte des Hexenwahns…, 1901. La collection de sources relatives à Institoris la plus récente et la plus complète, signalant les références aux recueils antérieurs, est celle de Schnyder, André (éd.), Malleus Maleficarum von Heinrich Institoris (Kommentar)…, 1993. Sauf indication contraire, c’est cet ouvrage que nous citons ; ici : p. 36, no 8.

3 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, 1993, p. 38, no 15 (1479, décembre 13). Voir aussi p. 38, no 14 (1479, novembre 23) : autorisation accordée à Institoris, ayant obtenu la dispense ( !) et la permission nécessaires, d’endosser les insignia magistralia.

4 Pour citer le Malleus maleficarum, nous avons opté pour la numérotation de l’édition par André Schnyder : Malleus Maleficarum von Heinrich Institoris (Edition)…, 1991. Le même système a été adopté dans Henricus Institoris O. p. and Jacobus Sprenger O. p. (…) Edited and translated by Christopher S. Mackay, 2006.

5 Pour un survol de la vie d’Institoris, nous renvoyons aux entrées de dictionnaires suivantes : Neue Deutsche Biographie…, 10, 1974, p. 175-176 (Friedrich Merzbacher) ; Die deutsche Literatur des Mittelalters…, 1983, colonnes 408-415 (André Schnyder – F. J. Worstbrock) ; Golden, Richard M. (éd.), Encyclopedia of Witchcraft…, 2006, vol. 3, p. 612-613 (Günter Jerouschek), de même que Tschacher, Werner, « Kramer, Heinrich (Henricus Institoris) », in historicum. net (date de consultation : 7 octobre 2008). Parmi les études dédiées à Institoris, signalons SEGL, Peter, « Heinrich Institoris. Persönlichkeit und literarisches Werk », in SEGL, Peter (éd.), Der Hexenhammer. Entstehung und Umfeld des Malleus maleficarum von 1487, 1988 ; Jerouschek, Günter, & Behringer, Wolfgang, « ‘Das unheilvollste Buch der Weltliteratur’ ? Zur Entstehungs-und Wirkungsgeschichte des Malleus Maleficarum… », 2000 ; et Behringer, Wolfgang, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ : Text und Kontext », 2001. Pour une approche psychanalytique de la personnalité d’Institoris, voir Jerouschek, Günter, « Heinrich Kramer – Zur Psychologie des Hexenjägers… », 2003. Un épisode postérieur au cadre envisagé dans notre article a été analysé par Herzig, Tamar, « Witches, Saints, and Heretics… », 2006.

6 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 34-35, no 4. Le 23 décembre 1466, le pape Paul II (1464-1471) avait démis le roi de Bohême de ses fonctions et délié ses sujets de toute obligation envers cet « hérétique notoire ». Pour ces événements, en particulier en Silésie, voir Borchardt, Karl, et Filip, Vaclav, Schlesien, Georg von Podiebrad und die römische Kurie…, 2005.

7 Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors…, 2007, p. 39.

8 Voir à ce sujet Tavuzzi, ibid., p. 38-44, et Modestin, Georg, « L’inquisition romande et son personnel. Une étude prosopographique », 2007, ici p. 325-332.

9 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 34, no 4. Voir aussi, p. 35-36, no 5-7.

10 Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors…, p. 39, écrit, se basant sur l’exemple contemporain de la Lombardie : « Before appointment as inquisitor a friar normally completed a lenghty academic curriculum that led to his graduation as master (or doctor) of theology » (« Avant d’être nommé inquisiteur, un frère devait normalement une longue formation théorique qui lui permettait d’être maître [ou docteur] en théologie »). Ce constat est confirmé par ce que l’on peut observer en Suisse romande ; voir Modestin, Georg, « L’inquisition romande », p. 325-326.

11 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 36, no 9.

12 Ibid., p. 36, no 10.

13 Esposito, Anna, & Quadiglioni, Diego, Quaglioni, Processi contro gli ebrei di Trento (1475-1478). I. I processi del 1475, 1990, p. 90 ; HSIA, Ronnie Po-chia, Trient 1475. Geschichte eines Ritualmordprozesses, 1997, p. 108-109 et 139-140. Behringer, Wolfgang, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ », p. 98-99, se base sur cette dernière étude.

14 Ibid., p. 36-37, no 11. La datation y est cependant erronée et doit être corrigée d’après Wibel, H., « Neues zu Heinrich Institoris », 1913, où cette source a été publiée pour la première fois, au 13 mars 1479 (anno incarnacionis dominice millesimo quadringentesimo septuagesimo octavo, tercio idus marcii, pontificatus nostri anno octavo). Nous insistons sur ce point parce que la fausse date (3 [ !] mars 1478) a réussi à s’infiltrer dans la littérature.

15 Voir Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors…, p. 10-12, 16-17.

16 Petersohn, Jürgen, Ein Diplomat des Quattrocento. Angelo Geraldini (1422-1486), 1985, p. 158.

17 Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors…, p. 17 : « More often than not, though, direct papal interventions in inquisitorial appointments were made at the behest of some secular ruler, and at times even very much against the wishes of the Dominican masters general » (« Le plus souvent, en revanche, des interventions papales directes dans la nomination d’inquisiteurs eurent lieu sur demande d’un prince séculier, parfois même contre la volonté des maîtres généraux de l’ordre dominicain »). La « double nomination » d’Institoris en 1474 et 1479 a déjà été relevée par Petersohn, Jürgen, « Konziliaristen und Hexen. Ein unbekannter Brief des Inquisitors Heinrich Institoris an Papst Sixtus IV. aus dem Jahr 1484 », 1988, p. 127-128, note 30, qui en a tiré la conclusion peu satisfaisante qu’il se serait agi de deux fonctions distinctes, ce qui n’explique pas pourquoi Institoris n’est pas appelé inquisiteur suite à sa « promotion » de 1474. Ce qui est sûr, c’est que la documentation émanant de l’ordre des Prêcheurs tarda à reconnaître à Institoris le titre d’inquisiteur, comme l’a également fait remarquer Schmidt, Jürgen Michael, Glaube und Skepsis. Die Kurpfalz und die abendländische Hexenverfolgung 1446-1685, 2000, p. 42.

18 Schlecht, Joseph, Andrea Zamometic´ und der Basler Konzilsversuch vom Jahre 1482 : Erster Band, 1903, p. 58*, no 39.

19 Petersohn, Jürgen, « Konziliaristen und Hexen », p. 123 et 130.

20 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 37 no 12 (1479, février 27).

21 Ibid., p. 38 no 13 (1479, février 27).

22 Schmugge, Ludwig, « Ein Inquisitor schiesst sich ein. Heinrich Institoris, Pfarrer Johannes Molitor und die tägliche Kommunion in Augsburg (1480-1482) », 2002, p. 407, renvoyant entre autres à Repertorium Germanicum VIII/1. Verzeichnis der in den Registern und Kameralakten Pius’II. vorkommenden Personen, Kirchen und Orte des Deutschen Reichs, seiner Diözesen und Territorien 1458-1464, 1993, p. 275, no 1870, et à Repertorium Germanicum IX/1. Verzeichnis der in den Registern und Kameralakten Pauls II. vorkommenden Personen… 1464-1471, 2000, p. 313-314, no 1994.

23 Tavuzzi, Michael, Renaissance inquisitors…, p. 20-27.

24 Maier, Eva, Ostorero, Martine, et Tremp, Kathrin Utz, « Le pouvoir de l’inquisition », 1997, p. 255-256 ; Modestin, Georg, « L’inquisition romande », p. 334-342, ainsi que « Un inquisiteur pour trois diocèses : le couvent dominicain de Lausanne et la répression de la sorcellerie en Suisse romande au xve siècle », 2007, p. 59-71.

25 Behringer, Wolfgang, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ », p. 100.

26 Voir Springer, Klaus-Bernward, « Dominican Inquisition in the Archdiocese of Mainz (1348-1520) », 2004. Le cas d’Institoris y est également discuté (p. 345-351) : l’auteur soupçonne que le pape lui avait conféré le 13 mars 1479 en quelque sorte les diocèses méridionaux de la province de Mayence, notamment ceux d’Augsbourg et de Constance (p. 347).

27 Voir à ce sujet Behringer, Wolfgang, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ », p. 93-97.

28 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 82, no 119 (1481, juin 19).

29 Au sujet de cette affaire, voir Koeniger, A. M., Ein Inquisitionsprozess in Sachen der täglichen Kommunion, 1923, en particulier p. 39-56, ici p. 53 (relation d’Institoris) ; Schröder, Alfred, « Die tägliche Laienkommunion in spätmittelalterlicher Auffassung », 1929, en particulier p. 619-620 (lettre de l’évêque) ; SEGL, « Heinrich Institoris », p. 109-114 ; et Schmugge, Ludwig, « Ein Inquisitor schiesst sich ein ».

30 Koeniger, A. M., Ein Inquisitionsprozess…, p. 21 avec n. 37 et p. 40. Au sujet de Braun, voir aussi Siemer, Polykarp M., Geschichte des Dominikanerklosters Sankt Magdalena in Augsburg (1225-1808), 1936, p. 42, 65 et 308.

31 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 40, no 19. Au sujet de cette affaire, voir aussi Petersohn, « Konziliaristen und Hexen », p. 145-150, qui y voit un rebondissement de l’activité d’Institoris comme prêcheur et commissaire aux indulgences contre Georges de Podiebrad dans les années 1467-1470.

32 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 40, no 18. Institoris est qualifié, dans la correspondence interne à l’ordre, d’inquisiteur in provincia Theutonie, ce qui renvoie à la province dominicaine de Teutonie, composée de quatre « nations » (Austria, Suevia, Alsatia et Brabantia), dont une, la Brabantia, dépassait ce que l’on pouvait alors comprendre sous la dénomination d’Alamania superior ; voir la carte hors texte dans Barthelme, Annette, La réforme dominicaine au xve siècle en Alsace et dans l’ensemble de la province de Teutonie, 1931.

33 Sur Jamometić, voir en dernier lieu Petersohn, Jürgen, Kaiserlicher Gesandter und Kurienbischof. Andreas Jamometić am Hof Papst Sixtus’ IV. (1478-1481). Aufschlüsse aus neuen Quellen, 2004.

34 Voir le résumé de cette « épître » dans Stoecklin, Alfred, Der Basler Konzilsversuch des Andrea Zamometic´ vom Jahre 1482 (Genesis und Wende), 1938, p. 99-105.

35 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 40-41, no 21.

36 Petersohn, Jürgen, Ein Diplomat…, p. 170, n. 19, les identifie avec la nomination d’Institoris comme inquisiteur du 13 mars 1479. L’insistance de l’évêque de Bâle sur la prédication d’Institoris nous fait douter de cette identification, étant donné que les pouvoirs conférés à ce dernier en 1479 furent beaucoup plus étendus, incluant l’incarcération et la punition d’hérétiques.

37 Pour les tractations diplomatiques derrière ces événements, voir Petersohn, ibid., chap. 8-9.

38 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 41, no 24.

39 Petersohn, Jürgen (éd.), Diplomatische Berichte und Denkschriften des päpstlichen Legaten Angelo Geraldini aus der Zeit seiner Basel-Legation (1482-1483), 1987, p. 102, no 5, et p. 113, no 7.

40 Petersohn, Jürgen, « Konziliaristen und Hexen », p. 130.

41 Ibid., p. 132-134.

42 Voir à ce sujet Pitz, Ernst, « Diplomatische Studien zu den päpstlichen Erlassen über das Zauber-und Hexenwesen », 1988, p. 41-42 et 44-47.

43 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 41-43, no 25.

44 Édité dans Petersohn, Jürgen, « Konziliaristen und Hexen », p. 158-160.

45 Voir Petersohn, ibid., p. 127-134. L’édition de la lettre, p. 122-126, a été reprise dans Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 43-45, no 26.

46 Behringer, Wolfgang, et Jerouschek, Günter, « ‘Das unheilvollste Buch der Weltliteratur’ ? », p. 49.

47 Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors…, p. 30-31 ; voir aussi Petersohn, Jürgen, « Konziliaristen und Hexen », p. 139-142.

48 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 48, no 29.

49 Petersohn, Jürgen, « Konziliaristen und Hexen », p. 144-145.

50 La lettre citée est éditée dans Müller, Karl Otto, « Heinrich Institoris, der Verfasser des Hexenhammers und seine Tätigkeit als Hexeninquisitor in Ravensburg im Herbst 1484 », 1910, p. 400-401.

51 Au sujet des événements de Ravensbourg, voir les contributions rassemblées dans Frühe Hexenverfolgung in Ravensburg und am Bodensee…, 2001, en particulier Schmauder, Andreas, « Frühe Hexenverfolgung in Ravensburg : Rahmenbedingungen, Chronologie und das Netzwerk der Personen ».

52 Voir Schmauder, ibid., p. 44-49.

53 Ibid., p. 49-54, ainsi que dans le même ouvrage : Blauert, Andreas, « Die Ravensburger Urfehden als Zeugnisse der Ravensburger Hexenverfolgung ». Notons que dans les mêmes années, la ville de Constance, centre du diocèse auquel appartenait Ravensbourg, vécut une recrudescence de procès pour sorcellerie, sans qu’une intervention d’Institoris puisse être prouvée ; voir von Laer, Annette, « Die spätmittelalterlichen Hexenprozesse in Konstanz und Umgebung », 1988.

54 Au sujet de Gremper, voir Schuler, Peter-Johannes, Notare Südwestdeutschlands. Ein prosopographisches Verzeichnis für die Zeit von 1300 bis ca. 1520. Textband, 1987, p. 152-153, no 443 ; ainsi que Schmauder, Andreas, « Frühe Hexenverfolgung », op. cit., p. 39-41, 43, et 54-56. Schmauder (p. 41) mentionne par ailleurs une chasse aux sorcières dans la petite ville autrichienne de Waldshut en amont de Bâle, à laquelle Gremper aurait pris part en 1479. L’auteur se base sur Schleichert, Sabine, « Vorderösterreich : Elsass, Breisgau, Hagenau und Ortenau », 1994, p. 222. Cette dernière renvoie pour sa part à Vierordt, Karl Friedrich, Geschichte der evangelischen Kirche in dem Grossherzogtum Baden. Zweiter Band. Vom Jahr 1571 bis zu der jetzigen Zeit, 1856, p. 118-119. Or ce dernier indique comme source le Malleus maleficarum, où il est bel et bien question d’une sorcière qui fut brûlée à Waldshut après avoir provoqué une tempête de grêle (104B-104C), mais où il n’est fait aucune mention de Gremper. La même constatation s’applique à la deuxième source d’information citée par Sabine Schleichert, à savoir Müller, Emil, « Die Hexe von Waldshut. Ein Kapitel Kulturgeschichte », 1966, où l’affaire est relatée, probablement sous la fausse date de 1579, sans renvoi aux sources utilisées. Il s’agissait selon toute apparence d’un procès d’inquisition, mais les noms des juges en charge ne sont pas mentionnés (nos remerciements à Angelika Speck des archives du Südkurier, Constance, de nous avoir fourni une copie de ce dernier article).

55 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 46, no 27.

56 Heinrich Institoris, Malleus maleficarum, 145D-146D.

57 Hsia, Ronnie Po-chia, Trient 1475, op. cit., p. 108.

58 Schmauder, Andreas, « Frühe Hexenverfolgung », p. 32.

59 Ibid., p. 38.

60 Voir Sönke, Lorenz, « Hexen und Hexenprozesse im deutschen Südwesten – eine Einführung », 2001, p. 12-15 (commentaire), et 22 (édition de la lettre) ; édition et commentaire figurent aussi dans Sönke, Lorenz, « Der Inquisitor Heinrich Institoris und der Johanniter-Komtur Rudolf von Baden : zwei Hexenjäger am Oberrhein », 2001.

61 « Eüwer Gnaden Capplan, Bruder Heinrich unwirdiger Doctor und Suocher der unglöbigen in hochen tütschen Landen » (« le chapelain de Votre Grâce, le frère Heinrich, docteur indigne et dévoileur d’hérétiques en Allemagne supérieure »).

62 Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 45-47, no 27.

63 Behringer, Wolfgang, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ », p. 93.

64 Voir Senner, Walter, « How Henricus Institoris became inquisitor for Germany : the origin of Summis desiderantes affectibus », 2004 ; voir aussi Pitz, « Diplomatische Studien », op. cit., p. 53-56, où l’auteur avait déjà exprimé le soupçon que la bulle en question est en fait un rescriptum.

65 Senner, ibid., p. 399.

66 Voir à ce sujet Behringer, Wolfgang, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ », op. cit., 2001, p. 96-97.

67 Ammann, Hartmann, « Der Innsbrucker Hexenprocess von 1485 », 1890, p. 78-79, no 1 ; repris dans Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 49-50, no 32.

68 Pour cette datation, voir Behringer, « Heinrich Kramers ‘Hexenhammer’ », op. cit., 2001, p. 89-91.

69 Les sources relatives au procès d’Innsbruck ont été partiellement publiées dans Ammann, « Der Innsbrucker Hexenprocess », op. cit. Au sujet de cette affaire, voir aussi Dienst, Heide, « Lebensbewältigung durch Magie. Alltägliche Zauberei in Innsbruck gegen Ende des 15. Jahrhunderts », 1987 ; Wilson, Eric, « Institoris at Innsbruck : Heinrich Institoris, the Summis Desiderantes and the Brixen Witch-Trial of 1485 », 1996 ; Kieckhefer, Richard, « Magic at Innsbruck : The Case of 1485 Reexamined », 2006.

70 « Ich find in des babst bullen, das er bey vil bäbsten ist vor inquisitor gewesen, er bedunckt mich aber propter senium gantz chindisch sein worden, als ich in hie zu Brichsen gehört hab cum capitulo. Ich hab im geraten, das er solt in sein closter ziehen und da beleiben ; ipse realiter mihi delirare videtur » (« Je trouve dans des bulles papales qu’il a été par le passé inquisiteur sous beaucoup de papes, mais après l’avoir entendu ici à Brixen en présence du chapitre, il me paraît être complètement retombé en enfance à cause de son âge. Je lui ai conseillé de se retirer dans son couvent et d’y rester. Il me semble vraiment qu’il est fou ») ; Ammann, « Der Innsbrucker Hexenprocess », op. cit., p. 85-87, no 8 ; repris dans Schnyder, André (éd.), Malleus – Kommentar…, p. 53-54, no 43.

71 Behringer, Wolfgang, et Jerouschek, Günter, « ‘Das unheilvollste Buch der Weltliteratur’ ? », op. cit., 2000, p. 47-50.

72 Malleus maleficarum, 94A-94B, 110B-110C.

73 Ibid., 138B.

74 Ibid., 137B-138A.

75 Ibid., 217C-217D.

76 Ibid., 114D-115A, 156A.

77 Ibid., 99C, 214D.

78 Ibid., 96D-97B.

79 Ibid., 100A-100D.

80 Voir à ce sujet la traduction allemande du Malleus proposée par Behringer, Wolfgang, et Jerouschek, Günter, « Heinrich Kramer (Institoris) : Der Hexenhammer… », op. cit., 2001, n. 298-299. Une analyse narratologique mettant en parallèle les actes du procès d’Innsbruck et les passages respectifs dans le Malleus a été effectuée par Schnyer, André, « Protokollieren und Erzählen. Episoden des Innsbrucker Hexereiprozesses von 1485 in den dämonologischen Fallbeispielen des ‘Malleus maleficarum’ (1487) von Institoris und Sprenger und in den Prozeßakten », 1994.

81 Voir à ce sujet Modestin, Georg, Ketzer in der Stadt. Der Prozess gegen die Straßburger Waldenser von 1400, 2007, p. 3-9.

82 Voir Tavuzzi, Michael, Renaissance Inquisitors…, de même que Maier, Eva, et alii, « Le pouvoir de l’inquisition » ; Modestin, Georg, « L’inquisition romande », et « Un inquisiteur pour trois diocèses », et « Inquisitoren und Inquisition an der Schwelle zur Frühen Neuzeit – Zu zwei Neuerscheinungen aus dem norditalienischen Raum », 2008.

83 Renvoyons en attendant à Springer, Klaus-Bernward, « Dominican Inquisition in the Archdiocese of Mainz », op. cit. 2004.

84 Hansen, Joseph, « Heinrich Institoris, der Verfasser des Hexenhammers, und seine Tätigkeit an der Mosel im Jahre 1488 », 1907, p. 111.

85 L’acte en question a été rendu public par Hansen, ibid., n. 83. Cette édition a été reprise dans Schnyder, Malleus – Kommentar…, p. 57-58, no 48. Une édition critique est proposée par Wolpert, Wolfgang, « Fünfhundert Jahre Kreuzweg in Ediger an der Mosel. Inquisitor Heinrich Institoris als Initiator », 1996, p. 26-28.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540