Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sorcellerie savante et mentalités populaires

 | 
Antoine Follain
, 
Maryse Simon

Démonologie et répression

Démonologie et répression

Texte intégral

1Premier traité de démonologie imprimé, le Malleus maleficarum, Hexenhammer ou Marteau des sorcières, c’est-à-dire le marteau contre les sorcières, a été publié fin 1486 (sans lieu, les auteurs allemands disant qu’elle a été faite à Spire, comme la 2e édition de début 1487, et les auteurs français disant que la 1re édition a été faite en 1486 à Strasbourg et la 2e en Allemagne). Le Malleus a d’abord été interdit par l’Église catholique romaine car il était en désaccord avec son enseignement en matière de démonologie. La seconde partie, qui s’adresse aux praticiens, a assuré son triomphe car elle explique commodément comment procéder à la capture, faire le procès et éliminer les sorcières. Jean Bodin (1529-1596) a publié De la Démonomanie des sorciers... (1580) appelé aussi Fléau des démons et des sorciers... Il y traite le mieux les aspects théoriques et, de toute son autorité, Bodin a prouvé le crime de sorcellerie et traité des moyens de reconnaître les sorciers et établir leur culpabilité. De même, dans le Discours exécrable des Sorciers (1602) Henry Boguet (1550-1619), juge en comté de Bourgogne et auteur judiciaire de grande autorité au xviie siècle, a écrit dans la partie « Instruction pour un juge » comment traiter un cas de sorcellerie. Les dix premières éditions, de 1602 à 1610, correspondent à l’une des premières périodes de persécution organisée en Franche-Comté (1603-1614).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540