Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sculpture figurée du xiiie siècle en Bourgogne

 | 
Denise Borlée

Quatrième partie. La sculpture du xiiie siècle en Bourgogne : le bilan. Conclusions et conjectures

La sculpture du xiiie siècle en bourgogne : le bilan. Conclusions et conjectures

Texte intégral

1L’impression ressentie, dès les premiers temps de l’enquête sur le terrain, de l’existence de groupes sculptés homogènes se voit au terme de l’étude bel et bien confirmée. Parmi la bonne centaine d’églises visitées entrant dans la catégorie des “édifices à sculpture figurée” du xiiie siècle, ou pour partie du xiiie siècle – beaucoup conservant tout au mieux un visage aux traits frustes taillés à la retombée d’une voûte –, on en dénombre en effet deux principaux que distinguent à la fois la chronologie et leur implantation géographique. Pour plus de facilité et afin de les différencier, nous les avons respectivement dénommés « groupe dijonnais » et « groupe Auxois ». Si ce dernier a très tôt émergé du reste du matériel recensé, l’ensemble dijonnais, pour la première fois mis au jour dans ces dimensions, s’est plus lentement dessiné, comprenant davantage de petites pièces isolées que de statues ou portails monumentaux. Il se confirme alors qu’il valait mieux ne point dissocier la sculpture de son support architectural auquel elle est étroitement liée.

2Outre les caractères fondamentaux propres à chacune de ces unités stylistiques sur lesquelles il faut maintenant revenir point après point dans une perspective globalisante, on a pu constater le déplacement à un moment donné, de l’activité artistique au sein du duché bourguignon. Quand et pourquoi un tel changement intervint-il ? Autant de questions qui restent posées et qui vont compter au nombre de celles envisagées au cours des prochaines pages.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540