Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sculpture figurée du xiiie siècle en Bourgogne

 | 
Denise Borlée

Troisième partie. Un nouveau foyer artistique : le « groupe auxois »

VI. Le tympan de Bierry-les-Belles-Fontaines

Texte intégral

1L’inventaire systématique, qui fut mené à travers la vaste région bourguignonne afin de recueillir l’ensemble des derniers témoignages figurés sculptés du xiiie siècle encore conservés, a réservé entre autres surprises la “découverte” d’une pièce inédite, ignorée des spécialistes comme des auteurs locaux. Il s’agit d’un petit tympan historié, dernier élément d’un portail disparu aujourd’hui inséré en remploi dans la façade classique de type toscan de l’église paroissiale de Bierry-les-Belles-Fontaines (Yonne) (ill. 209). Cette localité, dont le toponyme ne résonne pas du nom évocateur d’une célèbre abbaye ou d’un prieuré prestigieux, est pourtant éloignée d’à peine cinq kilomètres de Moutiers-Saint-Jean.

  • 1 Reomaus… (289), 1637, p. 205 ; Courtépée (28), III, 1774-1783, p. 551.
  • 2 Reomaus… (289), 1637, p. 188 : Privilegium Ioceranni Episcopi de Ecclesiis Byrrei.
  • 3 Ibid., p. 201.
  • 4 Vittenet (293), 1938, p. 28.

2Ancien fief mouvant de Noyers, le premier seigneur connu de Bierry, Hildéric, est attesté en 11501. À cette époque, l’église de Bierry appartenait déjà à l’abbaye de Moutiers-Saint-Jean à laquelle elle fut donnée par l’évêque de Langres Joceran. En 1126, son second successeur, Guilenc, souscrivit en effet en faveur de l’abbé Bernard II un privilège qui confirmait en la possession de l’abbaye toutes les églises qui lui avaient été précédemment données, parmi lesquelles celle de Bierry2. Quelques années plus tard, en 1147, le privilège du pape Eugène III, exposant la liste des possessions du monastère, mentionne une nouvelle fois ecclesiam de Beriaco3. À cette date, l’ancienne et prospère abbaye bourguignonne ne possède pas moins de 39 églises et chapelles, y compris les offrandes, dîmes laïques et droits fonciers qui y étaient attachés4.

  • 5 BM Semur-en-Auxois, ms. 24. Cet obituaire a été publié par Ernest Petit (Petit (9), V, 1894, p. 364 (...)
  • 6 BnF, ms. Coll. Bourg., 9, f. 140, cité par Petit (9), V, 1894, p. 373 ; BnF, ms. lat. 12676, f. 294 (...)
  • 7 BnF, ms. Coll. Bourg., 9, f. 139 r°, cité par Petit (9), V, 1894, no 3953, p. 463 et Vittenet (293) (...)
  • 8 BnF, ms. fr. 8239, f. 172-173.

3Plusieurs membres de la famille de Bierry figurent parmi les noms consignés dans l’obituaire de l’abbaye de Moutiers-Saint-Jean5. L’un d’eux, Hugues, passe même pour avoir eu sa tombe entre le troisième et le quatrième pilier de la nef de l’église abbatiale avec cette épitaphe : Discat qui nescit quod miles ibi requiescit, moribus ornatus, Hugo de Bierre vocatus, proprietur ei gratia magna Dei. Obiit anno Domini M CC nonagesimo…6. Dans le bras sud du transept se voyait encore la tombe d’Heluyde décédée en 1301 et représentée les mains jointes, un chien à ses pieds, avec l’écusson à croix simple identique à celui figurant sur le tombeau d’Hugues, probablement son frère7. Une épitaphe de 1313, consignée dans le même recueil, indique encore que Mile de Bierry et sa femme Isabeau de Corval firent ériger une chapelle dans l’église de Bierry pour y accueillir leur mausolée8.

  • 9 Paulien (229), 1964, p. 6.
  • 10 Idem.

4La lignée des Bierry s’éteignit finalement au milieu du xive siècle9. Plusieurs familles seigneuriales leur succédèrent alors, avant que la seigneurie ne passât en 1649 aux mains des Ansthruter10. En 1737, l’ancien fief mouvant de Noyers fut érigé en baronnie par lettres-patentes du roi et le nom de Bierry changé en celui d’Anstrude avant de prendre, en 1793, l’appellation actuelle de Bierry-les-Belles-Fontaines.

  • 11 Dans son testament de 1257, Hugues, vicomte de Tonnerre et seigneur de Quincy, donne 20 sous au pre (...)
  • 12 ADCO, C 1336.
  • 13 Idem, 21 may 1771, « Délivrance des réparations faites à l’église d’Anstrude à Claude de Lormes ent (...)

5Extrêmement remaniée, l’église Saint-Jean-Baptiste fut vraisemblablement rebâtie au cours du xiiie siècle11. Elle conserve de cette époque un chœur à chevet plat percé d’un triplet ; la nef devait probablement lui être contemporaine mais elle eut à subir tant de transformations et de restaurations qu’il est bien difficile aujourd’hui, sans analyse attentive et documentée, de se prononcer sur son architecture primitive. La façade classique, qui abrite le tympan dont il est question ici, est quant à elle construite en un bel appareil de pierres battues à la boucharde et animée d’un système de pilastres de type toscan. Après plusieurs années de conflit entre les habitants d’Anstrude et du Souillard et ceux de Chevigny-le-Désert co-paroissiens, une ordonnance permettant l’agrandissement de l’église d’Anstrude fut finalement rédigée le 13 avril 177112. Les travaux s’engagèrent alors sans plus tarder et il fut procédé, après démolition de l’ancienne porte et du pignon, à la reconstruction d’un mur en pierre de taille13. Aucune mention n’est cependant faite de la mise en place du tympan gothique retaillé qui dut pourtant avoir lieu à la même époque, les écoinçons du trilobe présentant d’identiques traces de boucharde.

6Rarement sculptée individuellement sur les tympans gothiques, la scène du Baptême du Christ est ici contenue à l’intérieur d’un trilobe (ill. 209). Dans la hauteur du lobe supérieur se tient le Christ au centre, nimbé et bénissant, le bec de la colombe du Saint-Esprit pointé sur sa tête ; à sa gauche, Jean-Baptiste, de profil, appose ses mains sur la hanche et l’épaule de son torse nu, tandis qu’en face un ange, également de profil, porte sa robe. De part et d’autre, deux chandeliers posés à terre ferment la composition.

7D’un relief peu profond, les corps des personnages accusent un très faible volume, en particulier chez l’ange et saint Jean. Dissimulés sous de longs pans de tissu, ceux-ci n’existent pour ainsi dire que par les vêtements censés les habiller. Ainsi ne voit-on à aucun moment transparaître l’anatomie. Jean-Baptiste, par exemple, est vêtu d’un vaste manteau qui tombe raide, sans naturel, sans être déformé par la moindre forme physique, comme une tenture le long d’un mur. Seules quelques rides légères entament en oblique la surface rigide, quasi métallique du vêtement. Chez l’ange l’effet produit est un peu différent, cette sécheresse se voyant en partie modifiée par la relative fluidité de la tunique du Christ. La représentation traditionnelle des eaux du Jourdain est elle aussi extrêmement stylisée : baigné à mi-corps, les jambes du Christ disparaissent derrière une espèce de monticule faiblement ondoyant, sur lequel vient curieusement se plaquer une sorte de serviette (?), de pagne (?) que la main gauche de Jean devait peut-être retenir.

8Cette extrême schématisation des formes des corps, que l’on remarque encore dans le rendu presque caricatural des côtes et des plis inguinaux sur le buste dénudé du Christ (ill. 210), contraste avec un rendu nettement plus soigné et parfaitement maîtrisé des visages, comme des ailes de l’ange dont les plumes s’individualisent nettement (ill. 209). Chacune des nombreuses mèches épaisses de la chevelure fut patiemment incisée, non sans lui imprimer de surcroît une certaine souplesse. Les visages du Christ et de l’ange affichent une belle sérénité ; l’expression y est vivante et l’air enjoué par un sourire délicat qui creuse aux coins des lèvres deux petites fossettes et rehausse légèrement les pommettes. Les autres traits sont identiques sur les trois figures : même petite bouche aux lèvres pincées, même coupe des yeux, mêmes arêtes arquées en guise de sourcils.

9Parce qu’il s’agit bien de visages semblables à ceux déjà rencontrés sur les ensembles étudiés au cours de cette longue partie, cette description reprend une fois encore celle déjà maintes fois énoncée. Il suffit pour s’en convaincre de réouvrir le chapitre des comparaisons. On s’aperçoit alors aussitôt que le sculpteur usa des mêmes formules que celles mises en œuvre sur le devant d’autel provenant de la Chapelle ducale de Dijon. La tête de saint Jean-Baptiste est en effet tout à fait comparable à celle de saint André prédicateur par exemple (ill. 202). Et comme sur le relief dijonnais, les visages de profil ne sont pas détachés du fond auquel ils adhèrent en tous points.

10L’assemblée apostolique réunie autour de la Vierge au linteau de Saint-Thibault offre elle aussi un beau tableau de visages dont le traitement est également très proche de ceux rencontrés sur le tympan de Bierry (ill. 154). À Rougemont encore, le Siméon de la Présentation au Temple du tympan ressemble trait pour trait à saint Jean-Baptiste. La chevelure mi-longue, striée de mèches vigoureuses, emboîte pareillement le crâne selon une disposition totalement dépourvue de naturel (ill. 108). Il s’agit en fait de deux personnages façonnés sur le même modèle – peut-être même bien par les mêmes mains – et qui prennent leur identité propre au sein du contexte iconographique auquel ils se trouvent intégrés.

11Les rapprochements les plus frappants sont cependant ceux qu’il est possible d’établir avec des pièces provenant du portail et du cloître de l’ancienne abbatiale toute proche de Moutiers-Saint-Jean. Que l’on place en vis-à-vis l’unique tête d’ange conservée des voussures du portail du Couronnement et celle de l’ange de la scène du Baptême de Bierry (ill. 138 et 210), ou encore celle du Christ et la clef de voûte au saint André de Moutiers (ill. 144) : on se trouve face à deux types de visages quasi identiques, jumeaux pour ainsi dire.

12De ces constatations, qui renforcent un peu plus encore la prééminence de ce très actif atelier d’Auxois, surgit alors l’interrogation de l’origine de ce tympan. En réemploi dans une façade de type classique, la question d’une éventuelle provenance extérieure se pose inévitablement. En effet, ne pourrait-il être issu par exemple de la démolition de l’abbatiale de Moutiers-Saint-Jean avant d’être réinséré tardivement à cet emplacement ? On l’a vu, la facture du relief tendrait à encourager une telle hypothèse. Une objection d’ordre iconographique s’impose cependant : la coïncidence entre la scène figurée retenue – le Baptême du Christ – et le vocable de l’église paroissiale de Bierry dédiée à saint Jean-Baptiste.

  • 14 Une galerie couverte reliant le château à la tribune seigneuriale construite au revers de la façade (...)
  • 15 Voir p. 249-250.
  • 16 ADCO, C 1336.

13Du coup, l’activité de l’atelier de sculpture, que l’on a vu exercer jusqu’à maintenant exclusivement sur des chantiers d’églises abbatiales ou priorales, s’éclaire d’un jour nouveau. Bien implanté localement, il reçut commande de l’ornementation du portail d’une église à fonction paroissiale, certes, mais aussi castrale : situé à proximité immédiate du château construit par la famille d’Anstrude au début du xviiie siècle14, sur l’emplacement probable de la demeure seigneuriale des Bierry, l’édifice abritait le mausolée de Mile de Bierry et de son épouse15. Cette église était de surcroît placée sous l’autorité de l’abbé de Moutiers-Saint-Jean et ce, encore au xviiie siècle16. Ainsi doit probablement s’expliquer l’intervention, sur l’ancienne façade de l’église de cette localité, de membres de l’atelier s’étant illustré à l’abbaye. Deux tailleurs au moins y furent envoyés, l’exécution davantage soignée et maîtrisée des visages s’opposant trop nettement à la facture rudimentaire des corps et des vêtements.

Conclusion

14En définitive, le recensement et l’analyse des derniers témoins, encore relativement nombreux, sortis de l’atelier d’Auxois montrent à quel point celui-ci dut être important. Car ses tailleurs furent appelés non seulement à exécuter d’amples décors pour les principaux établissements monastiques de la région, jusqu’à Vézelay, aux limites occidentales du duché de Bourgogne, mais aussi à réaliser une pièce au moins du mobilier de la chapelle ducale à Dijon. Parallèlement, la multiplication de ces chantiers majeurs semble avoir motivé de plus modestes initiatives comme l’atteste encore le petit tympan de l’église de Bierry-les-Belles-Fontaines.

15Aussi, devant l’absence manifeste d’autres courants plastiques sur le territoire bourguignon à cette époque, est-on en mesure d’évoquer l’exclusivité de cet atelier qui, par le succès qu’il remporta auprès des commanditaires, connut un formidable développement au sein de cette région en imposant son identité propre. La découverte récente de la petite tête de Vergy vient encore de le confirmer.

Notes

1 Reomaus… (289), 1637, p. 205 ; Courtépée (28), III, 1774-1783, p. 551.

2 Reomaus… (289), 1637, p. 188 : Privilegium Ioceranni Episcopi de Ecclesiis Byrrei.

3 Ibid., p. 201.

4 Vittenet (293), 1938, p. 28.

5 BM Semur-en-Auxois, ms. 24. Cet obituaire a été publié par Ernest Petit (Petit (9), V, 1894, p. 364-382).

6 BnF, ms. Coll. Bourg., 9, f. 140, cité par Petit (9), V, 1894, p. 373 ; BnF, ms. lat. 12676, f. 294 v°, cité par Vittenet (293), 1938, p. 109 qui transcrit quant à lui Hugo de Bierry. Voir aussi à propos de ce tombeau Stratford (291), 1986, p. 193, no 5. L’auteur indique un autre document apparemment également connu de Petit (BnF, ms. fr. 8239, f. 183 r°-v°, notes de Guenyard Ressayre, 1726) : « A moutier St-Jean dans l’église des Benedictins à main gauche en entrant, entre le troisième et le quatrième pilier de la nef se voit une tombe elevée de terre d’environ deux pouces, de la longueur de sept pieds sur trois de large, où paroit un homme joignant les mains, cuirassé, gantelé, en un mot armé de pied en cape, au bas des pieds paroit un chien, et à gauche est l’écusson suivant… [dessin d’un écu à croix simple] ».

7 BnF, ms. Coll. Bourg., 9, f. 139 r°, cité par Petit (9), V, 1894, no 3953, p. 463 et Vittenet (293), 1938, p. 106-107 ; voir aussi BnF, ms. fr. 8239, f. 183 v°-184 r°, cité par Stratford (291), 1986, p. 193, no 6. L’auteur indique que selon ce manuscrit, les membres de cette famille étaient originaires de Bierre-lès-Semur et non de Bierry.

8 BnF, ms. fr. 8239, f. 172-173.

9 Paulien (229), 1964, p. 6.

10 Idem.

11 Dans son testament de 1257, Hugues, vicomte de Tonnerre et seigneur de Quincy, donne 20 sous au presbytère de Bierry (Petit (9), IV, 1891, no 2916, p. 447).

12 ADCO, C 1336.

13 Idem, 21 may 1771, « Délivrance des réparations faites à l’église d’Anstrude à Claude de Lormes entrepreneur à Moutiers-Saint-Jean ». Il s’agit en fait d’un devis en reprenant un autre rédigé deux années auparavant.

14 Une galerie couverte reliant le château à la tribune seigneuriale construite au revers de la façade date de cette époque.

15 Voir p. 249-250.

16 ADCO, C 1336.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540