Version classiqueVersion mobile

La sculpture figurée du xiiie siècle en Bourgogne

 | 
Denise Borlée

Troisième partie. Un nouveau foyer artistique : le « groupe auxois »

IV. La Madeleine de Vézelay : le pignon gothique de la façade occidentale

Texte intégral

1Fleuron de l’art roman, la Madeleine de Vézelay figure au nombre des édifices les plus connus de Bourgogne. Depuis le milieu du xixe siècle, époque à laquelle l’église fut sauvée de la ruine grâce au talent du jeune Viollet-le-Duc, les auteurs d’une abondante littérature n’ont cessé de louer la beauté de son architecture et plus encore celle des portails romans de la façade de la nef d’une extraordinaire qualité.

  • 1 Quarré (301), 1975, p. 582.
  • 2 Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 8, p. 258.
  • 3 Enders (211), 1984, p. 78-118.

2L’intérêt porté au pignon gothique orné de statues qui suréleva au xiiie siècle la façade occidentale est pourtant plus récent. C’est une fois encore à Pierre Quarré que l’on doit sa “redécouverte”1, même si Viollet-le-Duc reconnut là une sculpture de bonne qualité « taillée avec une verve et un entrain qui placent cette école au premier rang dans l’art monumental »2. Par la suite, seule Sabine Enders consacra à cette partie de l’édifice une véritable étude3.

1. Bref historique4

  • 4 L’abondante littérature consacrée au monument n’a pas été reprise ici en totalité. Pour une histoir (...)
  • 5 B.M. Auxerre, ms. 227, f. 23, cité par Salet (364), 1948, p. 19. Pour une histoire détaillée de l’a (...)
  • 6 B.M. Auxerre, ms. 227, f. 23, cité par Salet (364), 1948, p. 19-20.
  • 7 Ibid., f. 75 v°.
  • 8 Gallia christiana, IV, col. 467 et Salet (364), 1948, p. 20 et n. 8.

3L’origine du monastère de Vézelay, d’abord communauté de moniales, remonte au ixe siècle. L’abbaye semble avoir été fondée en 858 ou 859 par le comte Girard de Roussillon et sa femme Berthe, au bord de la Cure à Saint-Père-sous-Vézelay5. L’abbaye fut rapidement placée sous la protection du Saint-Siège6. Mais cette première fondation fut, dès 873, ruinée par les Normands. Girard la remplaça alors par des religieux qu’il établit cette fois plus à l’abri au sommet de la colline7. Rien n’est connu de ce monument carolingien qui fut probablement endommagé entre 907 et 926, lors de l’incendie qui détruisit les bâtiments monastiques8.

  • 9 Salet (364), 1948, p. 20-21.
  • 10 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 1.
  • 11 Idem.

4C’est au début du xie siècle, en 1027, qu’eut lieu le premier épisode d’une longue lutte qui opposa, durant plus d’un siècle, le comte de Nevers et l’abbé de Vézelay9. Au même moment, des documents écrits fournissent la preuve de l’immixtion d’un abbé de Cluny dans les affaires du monastère vézélien pour tenter de le réformer10. Vézelay ne fut pourtant rangée au nombre des abbayes dépendantes de Cluny qu’en 105811.

  • 12 Ibid., p. 2, n. 11 : « On trouve la première mention de sainte Marie Madeleine parmi les saints tit (...)
  • 13 Sur les origines du pèlerinage, voir Saxer (369), 1975, p. 188-189.
  • 14 Voir le récit de ces miracles dans Voragine (87), I, p. 465-466.
  • 15 Saxer (369), 1975, p. 189.
  • 16 salet (364), 1948, p. 22 et n. 6.

5Avec la réforme monastique, coïncide la reconnaissance officielle des reliques de sainte Marie Madeleine12 et le point de départ, au début de l’abbatiat de Geoffroy (1037-1050-52), du pèlerinage de Vézelay13. Vers les années 1030-1040, la chronique de Vézelay raconte les nombreux miracles que la Madeleine se mit à opérer dans l’église abbatiale14. Le succès est immédiat : le bruit se propage et on accourt bientôt de partout pour obtenir la grâce de la sainte15. Des foules nombreuses se déplacent, qui gravissent la pente de la colline bourguignonne. Dès lors, le pèlerinage de Vézelay compte parmi les plus illustres et devient le point de départ de l’une des quatre principales routes menant à Saint-Jacques de Compostelle. La désormais célèbre abbaye accumule alors de solides richesses, accroissant ainsi considérablement sa puissance temporelle. L’évêque d’Autun, Norgaud (1098-1111), essaya bien d’interdire l’apport d’offrandes mais, dès 1103, le pape Pascal II donnait raison aux moines et levait l’interdit16. Les grandes heures de l’abbaye devaient se prolonger jusqu’au xiiie siècle.

  • 17 B.M. Auxerre, ms. 227, f. 14 v°, cité par Salet (364), 1948, p. 23. Sur les étapes de la constructi (...)
  • 18 Bastard (347), 1851, p. 339-365.
  • 19 Salet (364), 1948, p. 24, n. 2 et n. 3. L’auteur donne les passages des diverses chroniques rapport (...)
  • 20 Neveu du grand abbé Hugues de Cluny, Renaud de Semur fut enterré dans le collatéral nord du chœur d (...)
  • 21 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 5 et Salet (366), 1995, p. 86.
  • 22 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 7.
  • 23 Salet (364), 1948, p. 28.

6Durant deux siècles, l’activité constructive semble s’être poursuivie sans discontinuer, à l’église abbatiale comme aux bâtiments conventuels. En effet, l’ancienne basilique carolingienne ne pouvant plus abriter la foule toujours plus nombreuse des pèlerins, l’abbé Artaud (1096-1106) décida sa reconstruction. On commença selon toute vraisemblance par le chœur et le transept dont la dédicace fut célébrée le 21 avril 110417. Mais l’entreprise fut bientôt stoppée, en 1106, par un évènement tragique : l’assassinat de l’abbé par les habitants de Vézelay révoltés18. Devant une telle agitation, il était évidemment impossible à Renaud de Semur de poursuivre l’œuvre de son prédécesseur. Il y fut cependant contraint après qu’un incendie eût ravagé l’église au soir du 21 juillet 1120, veille de la fête de sainte Marie Madeleine ; au dire des chroniqueurs, plus de mille personnes furent la proie des flammes19. Aussi, devant l’ampleur du sinistre, le chantier de reconstruction du-t-il commencer sans plus attendre. Les parties orientales, élevées sous l’abbé Artaud et probablement voûtées, échappèrent vraisemblablement à ce désastre. On s’attaqua alors à l’érection d’une nouvelle nef dont l’initiateur Renaud de Semur, élu vers 1128 archevêque de Lyon, ne vit certainement pas l’achèvement20. Les travaux progressèrent d’ouest en est et s’achevèrent sans doute vers 1135-1140 par le raccordement au transept des années 110021. On lui adjoignit une avant-nef vers 1140-1150. L’église romane était à peu près achevée en 1150-5522 ou 1160 selon Francis Salet23.

  • 24 Ibid., p. 25.

7À cette époque, « aux offrandes sans cesse renouvelées que les fidèles apportaient au tombeau de la Madeleine, s’ajoutaient les revenus des foires et des marchés institués par les moines. La prospérité de l’abbaye était incomparable. La chrétienté retentissait du bruit des miracles qui s’y multipliaient et Vézelay égalait en prestige les plus purs foyers de la vie religieuse de ce temps »24. C’est à Vézelay que saint Bernard fut appelé à prêcher la seconde croisade le 31 mars 1146.

  • 25 Voir l’étude très complète qu’y a récemment consacrée A. Timbert (Timbert (371), 2009).
  • 26 Ibid., p. 41.

8C’est sous l’impulsion de l’abbé Guillaume de Mello, que fut entamée une nouvelle campagne de construction destinée à remplacer les anciens chœur et transept romans. Le chantier du nouveau chevet, qui débuta autour de 1165, devait s’achever à la fin du siècle25 tandis que le transept actuel dut être édifié à la suite entre 1207 et 121626. Au cours des premières décennies du xiiie siècle toujours, on surmonta la tour sud-ouest de l’avant-nef d’un étage richement orné.

  • 27 Outre le relevé aquarellé reproduit ici de la façade occidentale avant restauration réalisé par E. (...)

9Puis vint, quelques années plus tard, un grand projet visant à moderniser la façade romane, dans le prolongement de ce qui venait d’être réalisé à la tour sud. Ainsi fut montée, au-dessus du portail central, une vaste baie à cinq lancettes échelonnées servant de base à un pignon maçonné, le tout agrémenté d’une série de statues. Comme l’indiquent les relevés de la façade établis par Viollet-le-Duc avant son intervention (ill. 171), le programme de rénovation ne devait pas se limiter à la seule zone centrale mais s’étendre aux faces occidentales des tours : des amorces d’arcades étaient encore en place en 184027. Ainsi, comme l’atteste également le projet avorté du voûtement d’ogives de l’avant-nef et l’abandon des transformations dont faisaient l’objet – sans doute à peu près au même moment – les voûtes des travées orientales de la nef, la marche des travaux fut-elle brutalement interrompue aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur.

  • 28 Pissier (359), 1923, p. 34.
  • 29 Ibid., p. 35.

10Que se passa-t-il ? Durant la première moitié du xiiie siècle, les pèlerinages perduraient pourtant avec le même succès. En 1206, le pape Innocent III accordait, à la suite de ses prédécesseurs, « des indulgences à tous les fidèles qui, confessés et communiés, viendraient vénérer le tombeau de sainte Marie Madeleine au jour de sa fête et pendant l’octave »28. L’abbaye continuait d’accueillir des hôtes de marque : Saint Louis devait se rendre quatre fois à Vézelay : en 1244 d’abord, pour remercier la sainte d’avoir donné un héritier à la Couronne de France ; en 1248, avant de partir pour la septième croisade ; en 1267 et en 1270 enfin, lors de son départ pour la croisade de Tunis où il devait trouver la mort29.

  • 30 Enders (211), 1984, p. 107-109.
  • 31 Berger (1), 1884-1921, no 6342, cité par Enders, 1984 (211), p. 109.
  • 32 Bourel de la Roncière et al. (2), 1902-1931, no 2845, cité par Enders (211), 1984, p. 109.
  • 33 Quantin (10), 1873, no 622, cité par Enders (211), 1984, p. 109.
  • 34 Enders (211), 1984, p. 107-109.

11Une série de documents, dont on doit l’étude détaillée à Sabine Enders, indique néanmoins que l’abbaye connut au cours du xiiie siècle des heures difficiles, tant sur le plan temporel que spirituel30. Dès 1237, plusieurs bulles et autres textes évoquent en effet de graves difficultés financières et un certain désordre régnant au sein du monastère. Les bulles papales de 125331 et 125932, puis celle de 126533, rendent compte de son mauvais état et de son endettement34.

  • 35 Pissier (359), 1923, p. 38 ; Salet (364), 1948, p. 29 ; Enders (211), 1984, p. 111.
  • 36 Saxer (369), 1975, p. 206.
  • 37 Salet (364), 1948, p. 29 ; Enders (211), 1984, p. 111.
  • 38 Salet (364), 1948, p. 29 ; Saxer (368), 1959, p. 230.
  • 39 Saxer (369), 1975, p. 207.

12À cette période de troubles, viennent encore s’ajouter les doutes commençant à naître au sujet de l’authenticité du tombeau de sainte Marie Madeleine. L’abbé Jean Ier réagit alors et fit venir à Vézelay, en 1265, deux évêques, parmi lesquels celui d’Auxerre, pour enquêter sur le lieu même de la sépulture : les précieuses reliques furent découvertes sous l’autel, accompagnées d’un diplôme de Charles le Chauve rédigé pour l’occasion35. Deux années plus tard, en 1267, Saint Louis, qui en fit la révélation officielle en présence d’un légat du pape, assista « aux solennités du transfert des reliques magdaléniennes »36 et offrit deux reliquaires à l’abbaye37. Cette double cérémonie redonna peut-être un peu d’éclat au pèlerinage et à l’établissement monastique. Mais ce fut de courte durée. Un dernier évènement allait porter en quelque sorte le coup de grâce à la grandeur de Vézelay : la découverte, en 1279 à Saint-Maximin de Provence, du corps prétendu de Marie Madeleine38. En 1295, ses reliques furent officiellement reconnues par le pape Boniface VIII39. Ainsi, à compter de cette date, la gloire de Vézelay sombra-t-elle peu à peu dans l’oubli.

  • 40 Registres du Vatican, no 502, f. 431 transcrit dans Denifle (5), 1897, no 719, p. 335-336.
  • 41 Pissier (359), 1923, p. 215.

13Dans une bulle du 20 décembre 1458, le pape Pie II accorda des indulgences à quiconque participerait aux réparations du monastère, en particulier le grand clocher détruit par la foudre40. On y lit encore : « … ce lieu est peu fréquenté aujourd’hui ; et les populations sont tellement appauvries et la piété s’est tellement refroidie, que le sacriste a peine maintenant, et aura plus de difficultés encore dans la suite, à subvenir, par ces offrandes et ces aumônes, à une partie du luminaire et à la sonnerie des cloches… »41.

  • 42 Gallia christiana, IV, col. 110-123.
  • 43 Martin (353), 1832, p. 205.
  • 44 Ibid., p. 230.
  • 45 Voir Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 11.
  • 46 Salet (365), 1965, p. 33.

14L’abbaye fut sécularisée en 1537 ; les moines cédèrent peu à peu la place à un collège de chanoines soumis à un abbé nommé par le roi42. En 1569, le bourg fut occupé par les Huguenots auxquels on attribua de nombreux dégâts43. Au début du xviie siècle, l’abbé fit renouveler le mobilier du chœur et du sanctuaire44. Quelques travaux de réparation furent encore effectués avant la Révolution45. Le 6 décembre 1790, le collège de chanoines fut supprimé et les bâtiments conventuels détruits. L’église, vidée peu à peu de son mobilier et la sculpture de ses portails extérieurs martelée en 1793, fut néanmoins sauvée pour servir au culte paroissial46.

  • 47 Flandin (349), 1843, p. 232.
  • 48 Idem.
  • 49 Martin (353), 1832, p. 285-287.
  • 50 Salet (364), 1948, p. 32.

15C’est d’un édifice délabré dont hérita la municipalité. Convaincue malgré tout de la nécessité de sauvegarder le monument qui avait fait les riches heures de Vézelay, les premières réparations urgentes furent engagées en 1803 : « cette année, il fut dépensé 4,806 fr. pour travaux exécutés à la toiture et pour la construction de 4 contreforts ou piliers-buttants »47. Les travaux, essentiellement consacrés aux toitures, se poursuivirent régulièrement jusqu’en 183348. Mais en 1819, un violent incendie annihila une partie des considérables efforts consentis jusque-là par la commune : dans la nuit du 21 au 22 octobre, la foudre s’abattit sur la tour sud-ouest. Les flammes avalèrent la flèche du clocher et les deux cloches tombèrent en fusion, raconte l’abbé Martin, un témoin oculaire49. Toute la maçonnerie du clocher dut être refaite, ainsi qu’une partie des voûtes de l’avant-nef endommagées par le feu50.

Le premier chantier de restauration de Viollet-le-Duc

  • 51 Ibid.
  • 52 Les travaux de restauration effectués au xixe siècle à la Madeleine de Vézelay sont bien connus dep (...)
  • 53 Mérimée (354), 1835, p. 63.

16Devant la difficulté de la tâche, la municipalité de Vézelay se décida en 1829 à demander l’aide de l’État pour la sauvegarde et l’entretien de l’édifice51. C’est grâce à Prosper Mérimée, premier Inspecteur des Monuments Historiques, qui s’émut de l’état alarmant de la Madeleine lors de son passage à Vézelay au cours de l’année 1835, qu’un crédit de 80 000 francs fut rapidement accordé pour la restauration de l’église52 : « Il me reste à parler des dégradations épouvantables qu’a subies cette magnifique église. Les murs sont déjetés, fendus, pourris par l’humidité. On a peine à comprendre que la voûte toute crevassée subsiste encore. Lorsque je dessinais dans l’église, j’entendais à chaque instant des petites pierres se détacher et tomber autour de moi. La toiture est dans un état pitoyable ; enfin il n’est aucune partie de ce monument qui n’ait besoin de réparations. /La ville de Vézelay […] est pauvre […]. Il lui est impossible de subvenir, je ne dis pas aux réparations nécessaires, mais même à celles qui n’auraient pour but que d’empêcher les progrès de la destruction. Aussi le mal s’accroît tous les jours. Si l’on tarde encore à donner des secours à la Madeleine, il faudra bientôt prendre le parti de l’abattre pour éviter les accidents »53.

  • 54 Bercé (308), 1979, p. 36.
  • 55 Salet (364), 1948, p. 33.
  • 56 Bercé (308), 1979, p. 55, P.V. de la Commission, séance du 29 mars 1840.
  • 57 Salet (365), 1965, p. 34.

17L’église fut inscrite à la séance de la Commission du 19 mars 183854 et Viollet-le-Duc, recommandé par Prosper Mérimée, se vit officiellement chargé de présenter dessins et devis le 13 février 184055. Le 29 mars suivant, l’architecte soumettait son rapport : l’intervention sur le chœur et la nef s’avérait alors des plus urgentes56. Avant leur reconstruction, il commença par étayer les voûtes des 4e, 5e et 6e travées de la nef. De même, il se préoccupa d’échafauder la tour de façade qui depuis l’incendie de 1819 menaçait ruine57.

  • 58 Bercé (308), 1979, p. 181, P.V. de la Commission, séance du 25 février 1842.
  • 59 Salet (365), 1965, p. 36 ; sur le détail des dégâts constatés à la tour sud par Viollet-le-Duc, lir (...)
  • 60 Bercé (308), 1979, p. 324, P.V. de la Commission, séance du 18 juin 1844.
  • 61 En 1840, la consolidation des arcs-boutants du chœur, qui sont dans un état déplorable, est prévue  (...)

18En février 1842, la nef était entièrement consolidée58. Il fallait alors entreprendre la restauration de l’avant-nef qui devait durer jusqu’en 1852 : toutes les voûtes durent être refaites et la tour sud de la façade, dont les maçonneries avaient été rongées par le feu, fut habilement reprise en sous-œuvre59. Pendant cette période, en 1844, Viollet-le-Duc rétablit dans le goût roman trois des dernières voûtes de la nef qui avaient été surélevées et couvertes d’ogives au XIIIe siècle60. Quant au chœur et au transept, sans doute objet de plus de soins au cours des siècles écoulés, ils nécessitèrent une intervention moins lourde61. Ce ne fut en revanche pas le cas à la façade, sur laquelle il faut maintenant revenir en détails.

  • 62 Hohl-Saulnier (314), 1980, p. 13.

19Commencé en 1840, le chantier fut clôturé en 1859, après que la restauration de la sculpture soit venue compléter celle de l’architecture62.

2. Restauration des parties supérieures de la façade

  • 63 Lettres… (351), 1902, p. 6.
  • 64 Mérimée (355), 1839-1870, p. 6.

20La tour sud de la façade occidentale, qui se trouvait dans le plus pitoyable état, nécessita un étaiement dès le début des travaux. Viollet-le-Duc, qui en 1846 s’apprêtait à entamer la restauration de plus en plus urgente du front occidental, fit part, dans une lettre à Prosper Mérimée, de ses inquiétudes au sujet de la façade et du clocher et demanda que lui soit alloué un nouveau crédit63. L’inspecteur des Monuments Historiques parut étonné de ce cri d’alarme : « Pourquoi ne pas prévenir plus tôt ? Pourquoi ne pas déposer la façade et ajourner sa réédification à des temps plus heureux ? Pourquoi ne pas obtenir des délais des entrepreneurs ? et vingt autres pourquoi. De l’argent, cette année, cela me paraît absolument impossible, à moins que le ministre ne consente à demander un crédit extraordinaire. Or, il y aurait de très grands inconvénients à cela. On ne manquerait pas de rapprocher cela de Saint-Denis et l’on tirerait peut-être une conclusion très funeste aux Monuments Historiques »64.

  • 65 Prosper Mérimée s’en inquiétait lui-même en 1835 lorsqu’il passa à Vézelay, voir p. 211.
  • 66 Mérimée (355), 1839-1870, p. 202-203.
  • 67 Voir n. 27. Les fenêtres furent murées à la suite de l’incendie de 1819.

21La réponse courroucée mais non moins ironique de Viollet-le-Duc ne se fit pas attendre : « « Pourquoi ne pas prévenir plus tôt ? » me paraît bien trouvé. Prévenir plus tôt que Vézelay tombait, tombe et tombera, nous sommes tous prévenus de cela depuis longtemps65. J’ai toujours été au plus pressé : la nef, le chœur, le porche. Aujourd’hui c’est le tour de la façade ; qu’y a-t-il là d’étonnant ? Demain ce sera le tour du transept. Vous les avez vues, cette tour et cette façade, leur temps est venu. Il faut s’y mettre voilà tout. /Je vous préviens aujourd’hui que, si on ne répare pas, le mal peut en venir au point de n’être plus réparable […]/Déposer la façade et la tour ? C’est là une façon honnête d’ordonner une démolition qui me paraît peu conforme aux principes d’un restaurateur […]/Après tout, en ne perdant pas la tête, tout ira pour le mieux […]. J’ai donné les épures par étages et sur toutes faces (pour la tour seulement) et je suis tranquille, car vous ne m’abandonnerez pas, ou si vous m’abandonniez vous seriez responsable. Je n’y ai pas touché, à votre tour, que pour la caler par le bas, et ce n’est pas ma faute si vous m’avez mis sur le dos un monument qui croule avec mission de le restaurer… sans argent !… »66. Si aucune indication n’est donnée sur les réparations à effectuer à la façade, suit un long développement sur l’état de la tour sud. Après la reprise des maçonneries, l’état connu de la façade avant les remaniements de Viollet-le-Duc montre que celui-ci réouvrit les fenêtres murées des tribunes de l’avant-nef et qu’il rétablit les colonnettes disparues de l’arcature aveugle (ill. 170, 171)67. Il couronna également le sommet de la tour sud d’un toit en pavillon et posa sur son pourtour un garde-corps ajouré.

22Au nord, la façade se terminait à mi-hauteur, la tour prévue à l’origine n’ayant jamais été construite comme l’indique le puissant contrefort d’angle. Viollet-le-Duc imagina alors de surhausser les murs de cette amorce de tour et de les fermer par une toiture à quatre pans. Il en profita pour restituer une troisième arcade aveugle là où il n’y en avait que deux et supprima l’un des deux quadrilobes d’une frise inachevée.

La grande baie et le pignon gothiques

  • 68 Viollet-le-Duc (381), 1980, p. 60 ; voir aussi Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 30 : la fenêtre e (...)
  • 69 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 29.
  • 70 Voir aussi un autre dessin de Viollet-le-Duc représentant un détail de la façade occidentale au niv (...)
  • 71 Ibid., cat. 21.
  • 72 Ibid., cat. 20.
  • 73 Ibid., cat. 25-26.
  • 74 Ibid., cat. 27.

23La grande fenêtre gothique qui déversait d’une cinquantaine de centimètres dut être remontée68 et l’amorce d’un décor d’arcades, que l’on commença d’étendre au xiiie siècle de part et d’autre de cette baie, fut supprimé au profit de l’installation de deux contreforts latéraux. Celui du sud fut monté en 1846 alors qu’on travaillait à la tour sud ; l’autre, au nord, fut construit trois années plus tard par souci de symétrie et afin de mettre un terme au déversement de la fenêtre69. Dans ces niches ébauchées se tenaient à l’origine deux statues. Dans celle du nord, seule la tête était encore conservée au xixe siècle, comme l’indiquent les relevés avant restauration70 (ill. 171) : il s’agit d’une tête masculine, juvénile et imberbe, un martyr reconnaissable à sa palme (ill. 174)71. Son pendant au sud, mieux conservé, figurait une vierge martyre (ill. 173)72. Les dais qui coiffaient ces deux statues ont également été préservés73 tandis que ne subsiste plus qu’un seul pinacle74.

  • 75 Ibid., n. 28, p. 30 et cat. 18-19.

24Adossées aux meneaux des grandes lancettes, les statues de saint Jean-Baptiste et de saint André furent partiellement remplacées par des copies modernes exécutées par le sculpteur Michel Pascal après le 15 février 1857 (ill. 172)75. Seules subsistent en place les parties inférieures des corps qui sont anciennes, tandis que le musée lapidaire conserve les bustes originaux des deux apôtres (ill. 180, 181).

  • 76 Ibid., p. 30 et cat. 31-32.
  • 77 Plan de la fenêtre à cinq lancettes, dais et supports des grandes statues avant restauration (Neuil (...)
  • 78 Viollet-le-Duc pensait que ces éléments pouvaient dater d’une époque postérieure, voir Saulnier-Str (...)

25Les supports des statues de la fenêtre ont été systématiquement retaillés sous la forme de chapiteaux à crochets copiés sur les socles originaux des deux statues déposées, autrefois dressées de part et d’autre de la grande fenêtre gothique76. Un dessin de Viollet-le-Duc avant restauration montre la diversité formelle des supports77. Seulement deux d’entre eux comptent encore aujourd’hui au nombre des pièces de la collection lapidaire : l’un représente un atlante et servait de console à la statue placée le long du montant droit de la fenêtre ; sur l’autre figurant un masque humain reposait une statue de saint Jean l’Évangéliste symétriquement opposée à la précédente (ill. 171). Les culots des quatre statues adossées aux meneaux présentaient un simple décor mouluré, associé dans un cas à une corbeille feuillagée78.

  • 79 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 30, n. 26. Voir MAP, 0081/089/0302/02 (carton 86), devis no 1 de (...)

26Au niveau du pignon, toutes les réparations prévues ne furent pas exécutées : la statue du Christ en majesté en particulier ne retrouva pas sa tête, qu’un devis daté du 4 novembre 1850 projetait pourtant de faire retailler79. Les autres statues, dont les visages sont aujourd’hui fort abîmés, ne paraissent pas davantage avoir été retouchées.

  • 80 Mérimée (355), 1839-1870, p. 204, lettre de Viollet-le-Duc à Prosper Mérimée : « Aujourd’hui il fau (...)
  • 81 Ibid., lettre du 6 mars 1846 à Viollet-le-Duc.
  • 82 Mérimée (354), 1835, p. 55-56.

27Si le pignon resta à l’écart des travaux de restauration – peut être en raison du coût déjà très élevé de la réfection du front occidental –, la restauration de la façade de la Madeleine par Viollet-le-Duc s’avère sans doute l’intervention de l’architecte la plus discutable de ce chantier. Outre la reconstitution du plus mauvais effet de la sculpture du tympan et du linteau du portail central roman, la disparition de l’état de la façade tel que l’avait laissée le Moyen Âge est regrettable. Certes, l’effondrement de la tour sud était imminent. Mais l’ingénieux architecte n’eut-il pu trouver une solution moins destructrice que la construction des deux contreforts latéraux, condamnant définitivement l’amorce de prolongement du décor gothique initialement prévu pour être étendu à toute la façade ? En fait, on peut se demander si le choix de ce système de raidissement pour le moins apparent ne résulte pas plus d’un certain goût pour la cohérence architecturale que d’une impossibilité technique. Or cet étage gothique, anachronique et inachevé de surcroît, venait à n’en pas douter troubler la perception du monument. Sans être convaincu de la beauté de l’intrusion du gothique dans un ensemble roman80, le jugement que Viollet-le-Duc porta sur la façade fut cependant beaucoup moins sévère que celui de son ami Prosper Mérimée, qui, devant l’importance des frais nécessaires à sa consolidation, alla jusqu’à proposer son démontage en attendant des jours meilleurs81. L’inspecteur des Monuments Historiques écrivait en 1835 : « La première vue du monument me refroidit un peu. La façade offre une ancienne restauration gothique, maladroitement ajoutée aux parties basses, qui appartiennent au style roman […] … ce n’est, je crois, qu’à la fin du xive siècle qu’on a remplacé le gâble roman par une espèce de grand fronton à jour, qui n’a jamais été terminé, et qui produit un effet d’autant plus pitoyable, que la démolition de la tour de gauche le laisse isolé, comme un chambranle de fenêtre, qui resterait debout séparé des murailles qui l’encadraient. […] Ici, […] la base du fronton est à jour et le haut est plein, ce qui me semble un contresens, du même genre qu’une pyramide placée sur sa pointe »82.

3. Le pignon gothique comparé à celui de Saint-Père-sous-Vézelay

Composition et structure

28La reconstruction de la façade occidentale au xiiie siècle commença au portail central que l’on dota de deux voussures supplémentaires, probablement exécutées à la suite des travaux des parties supérieures de la tour sud (ill. 170). L’une est ornée de feuillages et l’autre, simplement moulurée, amortie par deux bustes d’animaux : à gauche un taureau et à droite un lion capturant un dragon entre ses pattes. Deux reliefs sculptés d’un dragon ailé et d’un lion animent les écoinçons. D’inspiration encore fortement romane, ce décor appartient pourtant selon toute vraisemblance à la campagne de réfection gothique.

  • 83 Les amorces d’un tel système de modernisation étaient encore visibles au xixe siècle. Elles figuren (...)

29Juste au-dessus, afin de marquer une franche rupture avec le niveau supérieur, fut construit un entablement saillant bordé d’une frise de crochets. On put alors élever une large baie destinée à faire pénétrer davantage de lumière à l’intérieur du narthex. La disposition originale de ces cinq lancettes échelonnées était dictée par la courbure de la voûte romane qu’on projeta à un certain moment de “gothiciser” en plaquant sur les arêtes des claveaux d’ogives83. Au-devant des montants et des meneaux individualisant chacune des lancettes trilobées, se tiennent de grandes statues abritées sous un dais à pinacle.

30On l’a dit plus haut, ce décor figuré était originellement prévu pour se prolonger latéralement, sur les faces occidentales des tours nord et sud. Les fenêtres géminées éclairant les tribunes et les petites arcades aveugles les surmontant étaient elles condamnées à disparaître, probablement remplacées par une série de hautes arcades aveugles, faisant en quelque sorte office de niches pour les statues plaquées le long de la paroi appareillée. C’est en tout cas ce que laisse supposer l’état inachevé de cette recomposition du décor de la façade, visible jusqu’aux travaux de Viollet-le-Duc (ill. 171). Peut-être, en effet, avait-on prévu, pour le registre médian de la façade occidentale de la Madeleine, une galerie de figures monumentales dont l’image serait apparue de plus en plus précise aux pèlerins gravissant la colline. Mais on pourrait tout aussi bien imaginer ce cortège interrompu par le percement, au centre des tours, d’une ou deux lancettes se substituant aux fenêtres romanes détruites. Les seules amorces des deux premières arcades latérales ne permettent pas de préciser davantage le nouveau schéma de composition, sauf à admettre qu’il condamnait définitivement l’ordonnance romane.

31Immédiatement au-dessus des hautes arcades, marquant le passage entre le registre médian et la base des tours, devait se développer, au moins au nord, une frise de quadrilobes dont il ne subsiste plus aujourd’hui qu’un seul spécimen du côté gauche, le second ayant été sacrifié par l’architecte du xixe siècle lors du rétablissement de l’arcature aveugle (ill. 170, 171).

32L’examen de la structure de la grande fenêtre montre que les lancettes ont été percées dans le parement extérieur du “mur épais” de la façade. À l’intérieur, une arcature à cinq lancettes calquant une disposition et une forme semblables leur fait écho. Entre les deux membranes court un passage animé d’une arcature aveugle ornée de têtes sculptées soulignant la base des verrières.

  • 84 Voir p. 40-42 ; p. 94-95 et p. 134.
  • 85 Voir p. 41.

33Un tel système de dédoublement de la paroi n’est pas un cas rare dans l’architecture bourguignonne contemporaine. Que l’on se souvienne de la cathédrale d’Auxerre, de Notre-Dame de Dijon ou encore des églises de Semur-en-Auxois et de Rougemont qui adoptèrent un principe identique au niveau des fenêtres hautes du chœur ou de la nef84. Que l’on se souvienne peut-être plus vivement encore de la disposition des fenêtres illuminant le déambulatoire du chœur de la cathédrale auxerroise : on y trouve, en plus du rejet des verrières vers l’extérieur ménageant au-devant un passage intérieur, le placage d’une arcature aveugle aux sommiers ornés de visages sculptés refaits dans ce cas au xixe siècle85. On pourrait encore citer à titre d’exemples la collégiale Saint-Martin de Clamecy, la chapelle d’axe de l’église de Villeneuve-sur-Yonne ou bien encore le déambulatoire de la collégiale Saint-Jean de Sens. Certes, il ne s’agit pas à Vézelay d’une transposition servile de ce dispositif architectural et décoratif très à la mode dans cette région à cette époque, mais bien de son adaptation unique et originale en vue de l’ajourement d’une façade. Ainsi l’arcature aveugle a-t-elle été reportée ici immédiatement au-dessous des fenêtres.

34En façade, au-dessus de la grande baie, fut élevé un vaste pignon aux rampants curieusement arrondis et bordés de crochets (ill. 170). Destiné à masquer les combles du narthex, la paroi est animée, comme au registre médian de part et d’autre de la fenêtre centrale, d’arcs trilobés étagés abritant un groupe monumental de cinq grandes statues. La moulure en escalier courant au-dessus des baies de hauteur inégale sert de base à ces figures.

  • 86 Voir p. 214.
  • 87 Salet (364), 1948, p. 97.

35En dépit de son originalité et de sa hardiesse architecturale, la mise en œuvre, dans le goût gothique, d’un tel ensemble monumental sur la façade du monument roman n’a pas toujours remporté l’adhésion de ses historiens. Nous avons cité plus haut le jugement très critique de Mérimée86 ; Francis Salet, un siècle plus tard, n’exprima guère plus de bienveillance à l’égard de cet ajout : « si élégante qu’elle soit, l’immense fenêtre centrale gâte l’aspect de la façade »87.

  • 88 Mérimée (354), 1835, p. 64 ; Quantin (362), 1851, p. 266 ; Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 7, p. 1 (...)
  • 89 Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 7, p. 139 et voir élévation du porche et du clocher dessinée par V (...)

36Il est intéressant de noter dans la littérature les fréquents renvois à la façade de l’église voisine de Saint-Père-sous-Vézelay, qui présente, en apparence du moins, un pignon assez semblable (ill. 190)88. À bien regarder pourtant, la comparaison entre les deux façades ne peut être tenue en tous points. Seuls en réalité peuvent être rapprochés l’échelonnement des statues du pignon et leur iconographie. À Saint-Père, le fronton-pignon richement orné s’élève au-dessus d’une rose enchâssée sous une profonde archivolte et dont le réseau fut entièrement refait. Celle-ci surmontait une fenêtre à meneau mentionnée par Viollet-le-Duc et qui a aujourd’hui disparu89. Le parti de la grande baie de Vézelay n’ayant pas été adopté ici, l’ensemble des grandes figures sculptées fut reporté au pignon, selon une disposition fatalement plus étriquée. Aussi les deux façades se différencient-elles par des choix de composition bien distincts.

  • 90 Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 7, p. 139.

37Et si l’on trouve reproduite à Saint-Père la disposition traditionnelle du pignon de façade, l’observation de son revers surprend quelque peu et amène à s’interroger sur la finalité de sa construction. On s’attendrait en effet logiquement à trouver, dans le prolongement du pignon, la toiture de la nef. Or on ne voit que le vide, celle-ci ne dépassant pas le niveau de l’archivolte surmontant la rose qui s’ouvre sur les combles de la nef. Ainsi l’impressionnante hauteur de la façade ne s’accorde-t-elle pas avec le reste du monument de dimensions plus modestes, ce que seul Viollet-le-Duc remarqua. Pour l’architecte, « le pignon de la face occidentale de l’église de Saint-Père avait été construit en prévision d’une surélévation de la nef qui ne fut pas effectuée, de sorte qu’aujourd’hui ce pignon s’élève beaucoup au-dessus des combles. Il devait être flanqué de deux hauts clochers ; celui du nord fut seul construit. Un grand arc était destiné à tracer la pénétration de la voûte sur la face […]. Toute la décoration au-dessus de l’archivolte devait masquer la charpente […] »90.

  • 91 Porée (316), 1907, p. 17 ; Bruand (310), 1958, p. 256 ; Branner (133), 1960, p. 173-174 ; Dubourg-N (...)

38Mais est-ce la véritable raison ? Peut-on vraiment imaginer des travaux d’une telle ampleur sur une nef probablement tout juste achevée ? Aurait-on alors procédé à l’inverse en commençant par la façade et en ramenant après coup le projet à une taille plus raisonnable ? Nous ne possédons pour ainsi dire aucune information sur cette église. Les auteurs admettent généralement un déroulement du chantier d’est en ouest, avec restauration du chœur au xive siècle91. Mais en l’absence d’une étude archéologique complète du monument, la question de la chronologie de sa construction peut difficilement, pour le moment du moins, être tranchée. On peut en revanche s’interroger sur les raisons qui motivèrent le parti délibéré d’une façade disproportionnée, sorte de trompe-l’œil écrasant de hauteur, dont l’unique tour construite émerge, telle la flèche d’une cathédrale, du bâti serré de ce petit bourg. Visible de loin et tournée en direction de la « colline éternelle », l’imposante façade ne pouvait qu’accrocher le regard des pèlerins se rendant à Vézelay. Attirer à soi un peu de la foule venue vénérer les reliques de sainte Marie Madeleine est probablement une idée que l’on ne peut exclure de la pensée de son concepteur. La volonté de se placer dans l’orbite immédiate de la célèbre abbaye paraît aujourd’hui l’explication la plus probante. C’est en tout cas ce que tendrait à confirmer l’iconographie du pignon à laquelle il faut maintenant confronter le programme vézélien.

Iconographie

  • 92 Les réserves du musée lapidaire conservent une tête de statue nimbée, aux cheveux mi-longs bouclés, (...)
  • 93 Meunier (356), 1876, p. 10 ; Porée (361), 1909, p. 24 ; Pissier (359), 1923, p. 136 ; Salet (364), (...)
  • 94 Sauerländer (192), 1972, p. 180 ; Enders (211), 1984, p. 97.

39L’identification des statues des parties hautes de la façade de la Madeleine de Vézelay ne présente pas de difficultés majeures (ill. 170 et 172). On reconnaît en effet de gauche à droite, adossées aux montants de la vaste baie, les figures de saint Jean l’Évangéliste (ill. 184)92, saint André (ill. 181), saint Jean-Baptiste (ill. 180), saint Pierre (ill. 183), saint Paul (ill. 182) et enfin celle d’un évêque mitré (ill. 185). On vit d’abord en ce dernier une figuration de saint Benoît, référence possible à la règle suivie par les religieux de l’abbaye93 ; plus récemment, Willibald Sauerländer puis Sabine Enders émirent l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’une représentation de saint Lazare, frère de Marie Madeleine et évêque de Marseille, dont la cathédrale d’Autun abritait le tombeau94.

  • 95 Pissier (359), 1923, p. 136 ; SALET (364), 1948, p. 97, n. 5.
  • 96 Willibald Sauerländer (Sauerländer (192), 1972, fig. 107) et Sabine Enders (Enders (211), 1984, p.  (...)
  • 97 Enders (211), 1984, p. 97.

40Ce groupe était augmenté de deux figures supplémentaires, l’une féminine et l’autre masculine (ill. 173, 174). Déposées lors des restaurations de la façade au xixe siècle, toutes deux portaient la palme du martyre. On identifia longtemps à tort cette statue de femme aux cheveux déliés sous un voile à l’original de Marie Madeleine du niveau supérieur, qu’on pensait alors être une réplique moderne95. La confrontation de la statue du dépôt lapidaire (ill. 173) avec les dessins antérieurs aux transformations du xixe siècle (ill. 171), ainsi qu’avec l’original de sainte Madeleine situé au pignon ne laisse pourtant pas le moindre doute (ill. 177)96. Car s’il est vrai que la position générale des deux pièces présente de fortes similitudes, l’agencement du drapé des vêtements diffère en revanche suffisamment nettement pour ne pas être confondu. Sabine Enders suggère, peut-être avec raison, que la sainte martyre présentée aux côtés de l’évêque soit une représentation de sainte Marthe97. Cette identification trouverait alors toute sa justification dans le lien de parenté unissant la jeune femme à Marie Madeleine placée au registre supérieur.

  • 98 Les dessins de Viollet-le-Duc montrent déjà un Christ acéphale ; la tête ne fut jamais refaite.

41À ce niveau règne au centre le Christ en majesté couronné par deux anges émergeant des nuées (ill. 175)98. Il est flanqué, sur sa droite, de la Vierge également couronnée (ill. 176) et de Madeleine sur sa gauche (ill. 177) ; deux anges thuriféraires ferment la composition (ill. 178, 179). Comme sa tête, les deux bras du Christ ayant également été sectionnés, il n’est plus possible désormais de voir les gestes de ses mains. L’attitude quasi identique du Christ au pignon de Saint-Père permet néanmoins de s’en faire une idée (ill. 191) : celui-ci devait en effet tenir de sa main gauche le livre posé sur son genou, comme l’atteste un fragment encore en place, et fort probablement bénir de l’autre.

42Le Christ trône sur la plus haute marche de cet impressionnant tableau de pierre. Un degré plus bas se tiennent debout à ses côtés la Vierge et Marie Madeleine. Toutes deux appartiennent à l’univers céleste habité par des anges, que délimite la moulure redentée. La Vierge-Mère se tourne vers son Fils. Déjà couronnée, elle apparaît ici comme la reine des Cieux. Face à elle, sur le même niveau, se tient la patronne de l’église de Vézelay. Très tôt, la tradition a confondu trois femmes en la personne de Marie Madeleine : la pécheresse anonyme, qui, lors du repas chez Simon le pharisien, a baigné les pieds du Christ de ses larmes et les a essuyés avec ses cheveux avant de les oindre de parfum (Luc 7, 36-50) ; Marie de Béthanie qui obtint de Jésus la résurrection de son frère Lazare (Jean 11, 17-37) ; enfin Marie de Magdala guérie par Jésus des démons dont elle était habitée (Luc 8, 2), qui assista à la Crucifixion (Jean 19,25 - Marc 16,40) et à la Mise au tombeau (Matthieu 27, 56 - Marc 16, 47) ; c’est à elle que le Christ réserva sa première apparition après sa Résurrection le matin du premier jour (Marc 16, 9 - Jean 20, 11-18).

  • 99 Enders (211), 1984, p. 98-103.
  • 100 Voragine (87), I, p. 457.

43Sabine Enders, qui s’est beaucoup interrogée sur la figuration inhabituelle de la sainte au pignon de Vézelay, a longuement insisté sur le parallèle possible entre la Sponsa-Ecclesia, l’épouse mystique du Christ qu’incarne à sa droite la Vierge couronnée, et la Sponsa-Ecclesia représentée sous les traits de Marie Madeleine99. Ainsi, près du tombeau, la protégée du Christ cherche-t-elle son Seigneur comme la fiancée du Cantique des Cantiques cherche son bien-aimé. Un parallèle que vient encore renforcer le récit de Jacques de Voragine : « C’est à Marie Magdeleine que le Seigneur accorda tant de bienfaits et donna de si grandes marques d’affection. Il chassa d’elle sept démons, il l’embrasa entièrement d’amour pour lui ; il en fit son amie de préférence ; il était son hôte ; c’était elle qui dans ses courses, pourvoyait à ses besoins, et en toute occasion il prenait sa défense »100. Dans la scène du repas chez Simon, Marie la pénitente en baignant et parfumant les pieds du Christ est lavée de ses péchés : elle apparaît comme l’Église des Gentils victorieuse du paganisme.

44C’est sans doute autour de cette idée fondamentalement optimiste pour l’Homme que fut bâti le programme sculpté du xiiie siècle. En effet, par l’emplacement privilégié qu’occupe Marie Madeleine aux côtés du Christ et de la Vierge, la pénitente repentie offre aux pauvres pécheurs l’espoir que leur âme s’élève un jour au Paradis. Pour cela, leur vie devra être dévouée ; et pour commencer, ceux-ci feront acte de foi devant les reliques de Marie Madeleine contenues dans l’église. La sainte intercédera alors auprès du Christ, dont elle atteignit la demeure au royaume des Cieux.

  • 101 Voir Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 33-34 et fig. 29.

45On ne connaît évidemment rien de la disposition des parties hautes de la façade romane, mais le décor sculpté du xiie siècle conservé dans sa quasi totalité montre une iconographie curieusement très peu vouée à la glorification de celle dont les foules venaient admirer le tombeau. On sait que l’extrémité sud du linteau du portail central de la façade de l’avant-nef comportait la scène du repas chez Simon101 et qu’une clef de voûte, dont il sera question plus loin, fut sculptée du Noli me tangere (ill. 187). Peut-être une statue de la sainte placée au-dessus du portail central occidental accueillait-elle quand même les pèlerins du xiie siècle ?

46Quoi qu’il en soit, le choix que retint le concepteur du programme décoratif de cet ensemble monumental gothique peut encore être très clairement défini aujourd’hui. Il répond à une idée majeure, celle de la mise à l’honneur de la patronne du pèlerinage de Vézelay. On a dit plus haut toute la difficulté qu’eurent au cours des siècles les religieux de l’abbaye à convaincre de l’authenticité des reliques. Rappelons ici que des doutes sérieux commençant à naître vers le milieu du xiiie siècle, on procéda en 1265 à la reconnaissance officielle des précieux restes contenus dans la prétendue sépulture et on procéda, deux années plus tard, à leur translation devant le roi Louis IX en personne. Comment alors ne pas faire le lien entre de telles circonstances et l’érection des parties supérieures de l’imposante façade occidentale, visant, par l’installation au pignon d’images monumentales visibles de loin, à dissiper tout doute relatif à la crise à laquelle devait faire face le monastère ?

47Cependant, si cette explication paraît assez satisfaisante, la question demeure du parti iconographique retenu au pignon de l’église toute proche de Saint-Père-sous-Vézelay. Si son schéma de composition diffère en plusieurs points de celui adopté sur la façade de la basilique, l’iconographie en est si proche, qu’inévitablement la question se pose, déjà souvent débattue, du lien unissant les deux ensembles.

  • 102 Viollet-le-Duc voyait dans cette statue une figure de sainte Anne (Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, (...)
  • 103 L’abbé Pissier reconnaissait là saint Jacques avec le bourdon de pèlerin (?) (Pissier (315), 1902, (...)

48On retrouve en effet au sommet de la composition pyramidale le Christ en majesté couronné par deux anges (ill. 190). À ses côtés, légèrement en contrebas, se tiennent, frontalement cette fois, d’un côté la Vierge-Marie, couronnée et bénissant de sa main droite (ill. 192), et de l’autre sainte Marie Madeleine portant un vase à parfums, dont elle était peut-être également munie à Vézelay (ill. 194)102. Les anges thuriféraires ont ici laissé la place au cortège apostolique. À la droite de la Vierge, s’échelonnent les statues de saint Pierre, saint André (ill. 193) et d’un troisième apôtre (ill. 195)103, tandis que se superposent, à la gauche de Marie Madeleine, celles de saint Paul (ill. 194), saint Jean l’Évangéliste et d’un sixième apôtre auquel on ne peut plus donner de nom (ill. 196).

49Chacune de ces statues est contenue sous une profonde arcade brisée, à l’exception de l’arc sommital trilobé abritant le Christ (ill. 191). Du fait de l’échelonnement des baies, on fut contraint d’user d’une solution tout à fait originale : le décalage en hauteur des chapiteaux situés à la retombée des archivoltes obligea en effet à ne tailler chaque fois que la moitié tournée vers l’intérieur de la niche. On retrouve enfin sous la rose, comme au-dessus du portail central de la façade occidentale de la Madeleine, deux blocs insérés dans la maçonnerie et ornés d’un relief figurant l’un un dragon ailé et l’autre un lion.

50On le voit donc mieux maintenant, l’essentiel du programme figuré vézélien se retrouve sur le fronton de l’église Notre-Dame de Saint-Père. Mais le phénomène le plus étonnant réside dans la présence de Marie Madeleine. Comment peut-elle s’expliquer alors que l’église ne détenait pas de relique de la sainte ?

  • 104 Pissier (359), 1923, p. 137 ; Sauerländer (192), 1972, p. 180 ; Enders (211), 1984, p. 119.
  • 105 Pissier (315), 1902, p. 287.

51Les auteurs furent souvent tentés d’unir les deux édifices sur la base d’une relation de dépendance de l’église Notre-Dame envers l’abbaye, les traits communs pouvant alors être compris dans le cadre du lien hiérarchique du modèle et de sa copie104. La soumission de Saint-Père à la basilique n’est cependant attestée par aucun texte connu105. S’il faut donc rester prudent sur le rôle dévolu au Moyen Âge à cet édifice religieux, l’affichage d’une statue à l’effigie de la sainte patronne du monastère voisin, au sommet d’une très haute façade en totale démesure qui plus est avec le reste du monument, traduit incontestablement une volonté de se placer dans l’orbite de l’abbaye magdalénienne. Rappelons à cet égard, ce qui n’est peut-être pas anodin, que Saint-Père est le site primitif de l’abbaye. Ainsi cette église put-elle, de par sa situation le long d’une des routes conduisant au sommet de la colline, servir de succursale à la grande abbatiale, à la fois pour les pèlerins présents sur le territoire paroissial et pour ceux qui, durant les jours de grande affluence, ne pouvaient trouver place au sein de la grande abbatiale.

4. Le style

  • 106 Salet (364), 1948, p. 97.
  • 107 Enders (211), 1984, p. 92.

52Bien que rendue difficile par l’éloignement et l’exposition ininterrompue aux intempéries, l’analyse stylistique révèle une bonne homogénéité des statues gothiques de la façade de Vézelay. Cette constatation ne s’est toutefois pas toujours imposée à la vue des historiens de l’art. Pour Francis Salet en effet, les quatre statues adossées aux meneaux de la grande fenêtre avaient dû être taillées dès le début du xiiie siècle, peut-être pour un portail, tandis que les autres auraient été confectionnées vers le milieu du siècle seulement, pour l’emplacement qu’elles occupent encore106. Sans contester la cohérence stylistique du groupe, Sabine Enders reprit l’idée, motivée par l’unicité de la grande fenêtre, d’une modification de l’emplacement originel des statues contenues sur les montants intérieurs de la baie. Celles-ci auraient alors pu être prévues pour les faces occidentales des tours, comme le suggèrent, il est vrai, les illustrations antérieures aux restaurations107.

  • 108 Les auteurs du catalogue des sculptures de Vézelay avancent en effet, pour expliquer ces variations (...)

53L’auteur argumenta encore en faveur de cette hypothèse en soulignant le dessin différent des socles des quatre statues intérieures (ill. 171). À l’origine simplement moulurés – sauf un, celui recevant saint Paul, augmenté d’un chapiteau à feuillage –, ils se distinguent de ceux historiés des grandes figures sculptées des montants latéraux. Pourtant, si l’on compare la modénature de ces socles avec celle des tailloirs des culots déposés, on se rend compte que les deux schémas ne sont pas aussi éloignés que l’on a bien voulu l’écrire108. Aussi n’est-ce pas un argument suffisamment probant du déplacement des statues, surtout si l’on considère l’ensemble des dais des figures de la fenêtre qui, en dépit de la variation de leurs motifs, appartiennent quant à eux à la même phase de production.

  • 109 Elles mesurent, selon Viollet-le-Duc, 2,15 m de haut (Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 8, p. 258, n (...)
  • 110 Si la grande dimension des yeux est particulièrement bien visible sur les visages refaits de saint (...)

54Mais il n’est pour ainsi dire plus possible de discuter constructivement aujourd’hui de cette délicate question en raison de la disparition de l’état primitif de la façade. Mieux vaut s’attacher à l’étude stylistique de ces statues. On a, pour la première fois dans cette étude, affaire ici à des sculptures destinées à être vues à une hauteur relativement importante. Pour obtenir un résultat qui soit visuellement satisfaisant, celles-ci furent pensées et confectionnées en fonction de cet angle de vue. Ainsi présentent-elles des proportions plus allongées que d’ordinaire109 et des traits du visage davantage marqués : les yeux en particulier sont de plus grande taille (ill. 180, 181)110. Les barbes sont également plus longues, comparées à celles des apôtres de Rougemont par exemple (ill. 111).

55Outre cette nécessaire exagération et l’usure des modelés, c’est bien l’homogénéité de la sculpture qui frappe l’œil attentif. Celle des visages d’abord. Que l’on observe en effet ceux de saint Jean-Baptiste (ill. 180), saint André (ill. 181) ou encore saint Pierre (ill. 183), les lignes générales en sont semblables, l’équilibre des proportions identique. On retrouve aussi les mêmes rides du front et de la racine du nez, la coupe de l’œil, avec la paupière supérieure cintrée, fermée par la paupière inférieure presque rectiligne et soulignée de cernes profonds, les globes oculaires proéminents enchâssés sous de profondes arcades sourcilières, les joues creusées sous de hautes pommettes saillantes ; le nez long et droit aux ailes épatées, d’où s’échappent de longs sillons, est le même aussi, tout comme le traitement des cheveux en grosses mèches épaisses.

56Ces visages rappellent indéniablement ceux rencontrés à Rougemont. On peut en effet sans restriction rapprocher les têtes des deux saints André de Vézelay et de Rougemont (ill. 181 et 113), ainsi que celle de saint Jean-Baptiste de Vézelay (ill. 180) avec la tête présumée de saint Jacques du portail de l’ancienne abbatiale Notre-Dame (ill. 111). Les figures des apôtres Pierre et Paul sont quant à elles plus difficilement comparables en raison de l’état peu satisfaisant qu’elles présentent (ill. 182, 183). En revanche, le visage juvénile des deux saints Jean est troublant de similitudes : outre le dessin des yeux et le rendu de la chevelure communs aux autres statues, un modelé délicat vient animer le large visage aux joues pleines, dont le menton arrondi se creuse d’une fossette (ill. 184 et 116) Ces traits sont d’ailleurs communs à ceux de la Vierge martyre (ill. 173) et devaient, selon toute vraisemblance, l’être aussi avec ceux très mutilés aujourd’hui des anges (ill. 178, 179), de la Vierge (ill. 176) et de Marie Madeleine (ill. 177) installés au pignon. Et si l’on se tourne maintenant du côté de Semur, un nouveau parallèle s’impose entre la tête du saint Pierre logé sur la tour nord et celle de l’apôtre André de la façade vézélienne (ill. 99 et 181) : on y retrouve tous les traits décrits plus hauts, y compris les rides d’expression comme les pattes d’oie à l’angle externe de l’œil. Les mêmes boucles tirebouchonnées s’enroulent sur le dessus du front et le long des tempes.

57Les analogies stylistiques entre ces deux groupes s’étendent à l’ensemble de la statue. Les corps allongés des figures de Vézelay s’enveloppent en effet, comme celles de Semur (ill. 97, 98), dans d’étroits vêtements ajustés au corps, conférant à la statue une allure étriquée (ill. 182, 183, 184). Seuls tombent quelques plis verticaux semblables à de grosses cannelures, que recouvre le plus souvent un épais manteau dont les lourds plis arrondis s’emboîtent sur la hanche et la cuisse visibles au-dessous. Les ourlets dessinent une belle alternance de gorges et de renflements.

58Les statues de Rougemont, prévues pour un portail, occupent davantage l’espace et accusent une plus grande liberté de mouvement, que relaye le drapé dynamique et savamment agencé des vêtements (ill. 114 et 119). Plus raffinées, mais mieux conservées aussi, celles-ci n’en affichent pas moins le même ordonnancement des drapés et la même pesanteur des étoffes. Certains motifs, outre la disposition des plis, sont semblables sur les statues de Rougemont et de Vézelay, comme le revers des larges manches des robes. Nous avons déjà souligné l’originalité de cette bande plate et lisse d’étoffe, que suivent les quelques fronces profondes de la manche qui s’amassent dans le creux du coude (ill. 120). On la retrouve quasi identique sur les statues d’apôtres de la façade de Vézelay (ill. 181).

  • 111 Voir p. 120.

59Cette différence du niveau d’exécution observée entre les statues de Rougemont et de Vézelay semble bien illustrer une fois encore le phénomène déjà constaté à plusieurs reprises de la différence qualitative des œuvres en fonction de la distance à laquelle celles-ci devaient être vues. Ce principe hiérarchique, que l’on voit le plus souvent appliqué aux reliefs (tympans, voussures, clefs de voûte), présida également, selon toute vraisemblance, à l’exécution des apôtres de Semur. Ainsi pourrait se voir renforcée l’hypothèse émise plus haut selon laquelle ces deux statues devaient originellement orner, plutôt que les ébrasements d’un portail, la façade du porche disparu111.

  • 112 Porée (361), 1909, p. 24 ; Salet (364), 1948, p. 97.
  • 113 Mérimée (354), 1835, p. 56.
  • 114 Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 8, p. 258.
  • 115 Ibid., p. 259-260.
  • 116 L’un reproduit la tête de l’un des anges thuriféraires (celui de gauche) encadrant la théophanie du (...)

60Les statues du pignon gothique de la Madeleine, dont la qualité ne suscita pas toujours l’admiration112, reçurent un jugement très sévère de Prosper Mérimée : « Les statues de ce fronton, très mutilées aujourd’hui par les protestants et les jacobins, n’ont jamais été, que je pense, remarquables par leur exécution ; leurs draperies sont lourdes et mal ajustées. Les têtes, il est vrai qu’il en reste peu d’échantillons, assortissent les corps. En un mot, ces sculptures sont totalement dépourvues de grâce et de caractère »113. À cette critique, s’oppose pourtant le point de vue de son ami Viollet-le-Duc qui, probablement parce qu’il côtoya ces œuvres de près, donne un avis plus objectif sur cette sculpture en la définissant à notre sens fort justement : « La sculpture bourguignonne participe peut-être plus qu’aucune autre de l’architecture ; on peut se rendre compte de cette qualité en voyant les compositions des pignons de l’église de Vézelay et de Saint-Père. Cette sculpture est, dans tous les monuments de cette province, grande d’échelle, relativement à l’architecture, commande parfois les dispositions de celle-ci au lieu de s’y soumettre [sic.]. Elle est d’ailleurs taillée avec une verve et un entrain qui placent cette école au premier rang dans l’art monumental »114. Des œuvres monumentales, non pas du seul point de vue de leurs dimensions mais aussi par l’intime lien qu’elles entretiennent avec le cadre architectural auquel elles appartiennent, voilà qui caractérise bien les statues de Vézelay. Et l’auteur de poursuivre au paragraphe suivant : « Nous donnons une tête d’un des anges thuriféraires de dimension colossale qui garnissent le sommet du pignon occidental de l’église de Vézelay. Le caractère de cette physionomie ne rappelle en rien la statuaire de l’Île-de-France. Il y a quelque chose d’audacieux dans ces traits qui contraste avec le calme des têtes de l’école parisienne. Cette autre tête de Vierge provenant du même portail, présente un type particulier que nous ne retrouvons, ni dans la statuaire de Paris, ni dans celle de Reims, d’Amiens ou de Chartres. L’arrangement des cheveux, le désordre de la coiffure, le réel cherché dans les traits, et jusqu’au modelé, large, par plans vivement accusés, signalent le style de cette statuaire bourguignonne vers le milieu du xiiie siècle »115. La suite de cette définition, on le voit bien, participe pleinement d’une volonté d’individualisation de cette « école » régionale, nécessairement indépendante des créations des autres centres contemporains de sculpture. Si cette idée de “parcellisation” de la production artistique n’a plus cours aujourd’hui – on a montré à quel point la plastique de cette région était empreinte des modèles parisiens –, la sculpture de Vézelay ou celle de Rougemont et de Semur, pour reprendre les deux ensembles cités plus haut, n’en conserve pas moins sa propre identité, qu’a tenté de définir Viollet-le-Duc, plus habilement il est vrai par les mots que par les dessins qu’il donne des deux statues116. Le dessinateur n’a en effet pas su rendre la largeur des visages, la forme si caractéristique des yeux ou les belles boucles vigoureuses de l’ange. La perte de ses caractères spécifiques contribue en quelque sorte à la dépersonnalisation de cette sculpture.

5. Pièces sculptées pouvant être rattachées au groupe des parties supérieures de la façade gothique

  • 117 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 107 et Cat. 155 et 157. La troisième clef date du xvie siècle : (...)

61Divers éléments sculptés conservés au Musée lapidaire peuvent être attribués à l’atelier qui travailla aux parties supérieures de la façade occidentale. Ce sont tout d’abord deux clefs de voûte provenant des 7e, 8e ou 9e travées du vaisseau central, dont Viollet-le-Duc reconstruisit les voûtes en 1845 sous une forme romane117. Les départs d’ogives des deux clefs, qui conservent encore d’assez nombreuses traces de polychromie verte, bleue et noire, accusent un profil semblable : une gorge encadrée de deux tores. L’une présente la scène du Couronnement de la Vierge contenue dans un médaillon quadrilobé (ill. 186), tandis que l’autre offre à Vézelay, avec la scène du Noli me tangere, un des rares spécimens d’iconographie magdalénienne (ill. 187).

  • 118 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 107.

62Parce qu’elles n’ont pas été taillées dans la même pierre, ces deux clefs revêtent un aspect un peu différent : on a pour la première – celle du Couronnement – employé un calcaire à grains fins conférant une sécheresse des traits ; pour la seconde en revanche, on utilisa une pierre plus tendre expliquant sans doute l’usure de la surface et l’aspect davantage adouci des modelés118. Cette remarque faite, le rapprochement stylistique de ces deux pièces s’avère plus aisé, même si l’on constate une baisse de la qualité sur la clef de l’Apparition du Christ (ill. 187). On note en effet un rendu comparable des draperies, dont les plis épais et à peine cassants animent les robes et les manteaux ; les lisières forment dans les deux cas d’élégantes ondulations comme celles des voiles de la Vierge et de Marie Madeleine par exemple. Le traitement des visages des deux couples offre quant à lui tout autant de similitudes. Celui de Marie (ill. 186) n’est pas sans évoquer les Vierges du premier cordon de voussure du portail de Saint-Thibault (ill. 157, 158).

  • 119 Ibid., cat. 254.

63Un fragment de relief historié, découvert dans les déblais au nord de la nef, appartient à ce même groupe de sculptures (ill. 188)119. Sur une surface concave dans sa partie supérieure, sont logées quatre têtes d’apôtres superposées deux à deux. De forme triangulaire, ce bloc est circonscrit latéralement par deux lits en coupe comportant des traces de layures, qui se croisent à angle droit ; la partie inférieure manque. Les visages sont stéréotypés : mêmes yeux à la paupière supérieure en arc très étiré et à la paupière inférieure rectiligne ; même nez d’où naissent deux petites rides ; enfin même bouche courte et droite aux lèvres pincées bien dessinées. Les coiffures aussi sont identiques : d’épaisses mèches, plutôt raides et divisées par une raie médiane, sont taillées au carré. Un petit toupet tombe sur le dessus du front. Ces têtes rappellent fortement les apôtres réunis autour de la couche funèbre de la Vierge dans la scène de la Dormition du linteau de Saint-Thibault (ill. 154). On pourrait alors reconnaître ici, dans le personnage au front dégarni et à la chevelure plus souple, la figure de saint Paul.

  • 120 Mémoire manuscrit conservé au presbytère de Vézelay, cité par Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 18 (...)
  • 121 Quarré (301), 1975, n. 24, p. 584.
  • 122 Enders (211), 1984, p. 210.
  • 123 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 176.
  • 124 Ibid., voir pour ces fragments cat. 256-259.

64La fonction de ce bloc pose problème. Sa surface encore partiellement colorée par un bouche-pores (jaune et brun foncé) indique plutôt une mise en œuvre en un lieu abrité. Plusieurs hypothèses ont été avancées : Pierre Meunier, en 1859, indique dans son Catalogue des vieux fragments de sculpture déposés dans le musée de l’église de Vézelay à la suite du n ° 307 : « Fragment de chapiteau représentant un groupe de personnages… »120. Pierre Quarré reprit cette identification121. Sabine Enders, quant à elle, proposait pour ce fragment une appartenance à un tympan, commune à une autre pièce dont on verra plus loin qu’elle dépend d’un autre ensemble122. Pour Lydwine Saulnier et Neil Stratford, la forme du relief évoquerait plutôt « celle d’une console, pour supporter un linteau »123. Plus loin, les auteurs n’excluent pas, par un rapprochement des polychromies, d’intégrer cet élément au groupe de fragments de damnés provenant très hypothétiquement du décor d’un jubé ou d’une clôture de chœur124.

  • 125 H : 0,31 ; l : 0,29 ; Pr. : 0,23.

65Pour nous, l’hypothèse la plus vraisemblable rejoindrait celle proposée par Sabine Enders. Il faut en effet peut-être voir, dans ce fragment d’allure si singulière, une partie de tympan, ou plutôt de linteau, comme l’iconographie, les dimensions et la concavité de la partie supérieure pourraient le laisser croire125. Mais peut-être fut-il retaillé par la suite, à l’occasion d’un réemploi ?

  • 126 Neuilly, fonds Viollet-le-Duc, août 1842. Le mur de cette travée fut entièrement remonté ; voir Sau (...)
  • 127 C’est à la partie supérieure du trilobe que Sabine Enders associait le relief aux quatre visages.

66Le Musée conserve enfin cinq beaux morceaux d’un haut relief historié, qui était encastré jusqu’au xixe siècle, comme l’atteste un dessin de Viollet-le-Duc, dans le mur gouttereau de la dixième travée du collatéral nord126. Trois blocs permettent de reconstituer le centre d’un tympan trilobé occupé par le Christ trônant, encensé par deux anges, les pieds reposant sur le lion et l’agneau127. Dans le lobe gauche, un évêque mitré et tenant une crosse est agenouillé devant un personnage debout ; deux saints, également agenouillés, leur font face du côté droit. À quelques pas de là, dans le mur septentrional du bras nord du transept, se trouvait un second tympan trilobé encore visible aujourd’hui (ill. 189). La composition en est très proche : le Christ est assis au centre ; deux anges thuriféraires virevoltent autour de sa tête nimbée. À sa droite, assise elle aussi, se tient la Vierge-Marie ; saint Pierre (?) est agenouillé derrière elle. De l’autre côté, un homme et une femme à genoux levaient la tête vers le Sauveur.

67Ces deux tympans étaient-ils liés à un autel ou à un gisant ? Il s’agit très certainement quoi qu’il en soit de deux créations contemporaines, même s’il existe quelques différences comme la forme plus accentuée du trilobe du relief fragmenté ou du cadre plus travaillé de son pendant.

  • 128 Forsyth (281), 1979, p. 49, n. 51 et p. 56.

68En dépit de la disparition de l’ensemble des têtes, qui, en matière d’analyse stylistique, se révèlent être le critère le plus efficace, le traitement commun des épaisses étoffes des vêtements permet malgré tout de rapprocher ces œuvres : de lourds plis de drap, qui s’étirent sur les dos et les cuisses, enveloppent les corps d’une surface animée. Ce sont là des traits qui ne sont pas sans rappeler la sculpture des tympans de Saint-Thibault (ill. 151) et de Moutiers-Saint-Jean (ill. 135). William Forsyth rapprochait la partie centrale du relief fragmenté, qu’il croyait perdue, de ce dernier tympan. Mais il identifiait à tort, comme à Moutiers, deux lions sous les pieds du Christ de Vézelay128.

69Cet ensemble formé d’éléments disparates, dont on ne connaît pas toujours précisément la provenance et la fonction primitives, montre une certaine unité dans la production du décor sculpté de l’abbatiale aux alentours du milieu du xiiie siècle. Ainsi voit-on comment un même atelier, vraisemblablement composé de plusieurs tailleurs, s’est vu attaché à la “modernisation” du décor, une entreprise qui finalement ne put être menée à bien, que ce soit à la façade comme à l’intérieur.

6. Le style des statues de Saint-Père comparé au style des statues de Vézelay : conclusion

  • 129 Mérimée (354), 1835, p. 64 à propos de Saint-Père : « Je n’ai trouvé qu’une assez jolie église des (...)

70Revenons une dernière fois, pour clore ce chapitre stylistique, à la comparaison des pignons gothiques de Vézelay et de Saint-Père. Aux dissimilitudes déjà énoncées s’ajoute encore une différence manifeste du style des statues. Si l’on nota quelquefois un contraste entre les deux groupes sculptés, celui-ci ne fit l’objet d’aucun commentaire spécifique129. L’étude des figures de Saint-Père s’avère pourtant d’un grand intérêt. Le style de cette sculpture rompt en effet avec celui des œuvres rencontrées à Vézelay, Chablis et en Auxois. Les visages, moins larges, sont plus fins et d’allure sévère. Les cheveux souplement ondulés ou vigoureusement torsadés en mèches épaisses très stylisées (ill. 194 et 196) dégagent le visage et un front haut et droit. Le traitement des draperies de ce groupe diffère également : les vêtements tombent en gros plis arrondis (quelquefois presque carrés !) bien séparés les uns des autres par des creux profonds (ill. 192). Les manteaux offrent de riches combinaisons de drapés : leur lourde étoffe tombe en plis en écuelle saillants et forment parfois de véritables becs qui s’emboîtent rapidement (ill. 193). Leur retombée se rassemble en faisceaux de plis très aplatis dont les lisières décrivent d’élégantes circonvolutions (ill. 193).

71L’analyse de l’ensemble montre que la sculpture parisienne a une fois encore exercé son influence sur les sculpteurs bourguignons. Mais c’est cette fois surtout du côté du portail du bras sud du transept de Notre-Dame de Paris qu’il faut se tourner (ill. 197). Il ne s’agit pas bien entendu de vouloir établir un lien direct entre ces deux monuments mais seulement de voir là une des sources possible, sinon probable, des modèles ayant servi à l’élaboration des statues de Saint-Père.

  • 130 Kimpel (174), 1971, p. 283 ; Erlande-Brandenburg-Thibaudat (387), 1982, p. 98, ill. Après avoir sui (...)

72On peut en effet rapprocher de manière assez convaincante – en dépit bien sûr d’une expression très différente – la tête de la statue de saint Paul de Saint-Père-sous-Vézelay avec celle du juif se tirant les cheveux et la barbe dans la scène de la dispute de saint Étienne à l’extrémité gauche du premier registre du tympan de Paris-Sud : la chevelure et la barbe y sont pareillement traitées en grosses torsades de mèches épaisses s’enroulant le long des tempes et des joues (ill. 194 et 197). Les têtes de saint Pierre et saint Paul (ill. 193, 194) présentent en outre de nombreux traits communs avec une tête d’évêque conservée au Musée national du Moyen Âge et longtemps considérée comme provenant des ébrasements du portail Saint-Étienne130 : même forme des yeux – légèrement plus globuleux néanmoins à Saint-Père – même démarcation des pommettes et surtout – c’est sans doute le caractère le plus significatif – une même moue boudeuse, que rendent des lèvres pincées aux commissures tombantes, également observable chez Marie Madeleine (ill. 194), saint Étienne (ill. 192), ou encore saint Jean (ill. 196).

73On constate encore sur les statues bourguignonnes une certaine similitude avec le style des draperies parisiennes. Que l’on compare, par exemple, l’élégante chute de plis en cornets d’un pan du manteau d’une des statues des ébrasements du portail Saint-Étienne avec celle non moins élégante, bien que d’un style moins raffiné, qui anime le manteau de saint Pierre de l’église de Saint-Père (ill. 198 et 193). Que l’on remarque sur la même figure, les becs aigus de draperie se détachant le long de sa cuisse droite ; on les retrouve sur une autre statue du même ensemble parisien (ill. 198), comme d’ailleurs – moins prononcés cependant – sur l’une des grandes statues d’apôtres de la Sainte-Chapelle de Paris.

74À ce propos, il faut encore noter des analogies dans le traitement des têtes avec une tête d’un autre apôtre de la Sainte-Chapelle, pour le rendu des moustaches et des mèches courtes et souples de la barbe, mais aussi avec le Christ-Juge du portail central de la façade occidentale de Notre-Dame de Paris : région oculaire, nez, longues mèches doucement ondulées autour des oreilles, toupet sur le haut du front, barbe (ill. 191, 195, 196, 199).

  • 131 Erlande-Brandenburg (151), 1971, p. 246.
  • 132 Kurmann (175), 1987, p. 140.
  • 133 Weber (199), 1997.
  • 134 Voir les arguments de F. Baron (Baron (146), 2001, p. 46-47). F. Joubert partage l’avis de F. Baron (...)

75Ainsi l’auteur des statues de la façade occidentale de Saint-Père-sous-Vézelay reprit-il différents courants stylistiques parisiens pour les transformer en un langage plastique propre, accompagné d’idées originales comme le croisement des jambes des deux apôtres logés dans les niches latérales (ill. 195, 196). Le sculpteur puisa non seulement au sein du répertoire récent mais aussi strictement contemporain. En effet, si le Christ-Juge de Notre-Dame de Paris dut être exécuté au cours de la cinquième décennie du xiiie siècle131, ce n’est qu’en 1258 que fut entrepris par Jean de Chelles le chantier de la façade du bras sud du transept de la cathédrale parisienne, dont on doit la conception à Pierre de Montreuil qui en reprit la direction à la fin de 1260132. Quant aux statues d’apôtres de la Sainte-Chapelle, celles plus « maniéristes » qu’une étude récente proposait de rajeunir en plaçant leur exécution entre 1264 et 1267 alors que l’on procédait au réaménagement du chœur133, il paraît finalement plus raisonnable de retenir la date de la dédicace du 26 avril 1248 comme terme de leur réalisation134.

  • 135 Voir p. 209.

76Au vu de ces rapprochements, il semble donc plausible de situer le début du chantier de sculpture du pignon occidental de Saint-Père-sous-Vézelay aux environs de 1265. La découverte en 1279, à Saint-Maximin de Provence, des prétendues véritables reliques de sainte Marie Madeleine devant fort probablement être considérée comme un terminus ante quem, l’activité de l’atelier bourguignon peut, selon toute vraisemblance, être située entre la seconde moitié des années 1260 et la fin des années 1270. C’est en 1265 précisément que les religieux de Vézelay organisèrent une mise au jour des reliques de la Madeleine dont l’abbaye revendiquait la possession, cérémonie suivie deux années plus tard de leur translation dans deux châsses neuves offertes par Saint Louis135.

77Qu’en est-il à Vézelay ? À quand remonte la réalisation des statues ornant la grande fenêtre et le pignon gothiques ? S’agit-il d’un chantier contemporain ou plus précoce que celui de Saint-Père ? Le choix d’un programme iconographique quasi similaire mettant à l’honneur, aux côtés du Christ et de la Vierge, la patronne de l’église abbatiale tendrait plutôt à donner l’antériorité à Vézelay, à moins qu’il ne s’agisse d’une action conjointe visant à raffermir la splendeur de l’abbaye. Le critère stylistique est dans ce cas bien difficilement applicable tant le niveau de qualité des deux groupes sculptés est inégal. L’atelier de Vézelay participa, on l’a vu, au programme de rénovation de l’abbatiale, pour lequel il réalisa deux clefs destinées au nouveau voûtement d’ogives des travées orientales de la nef (ill. 186, 187), probablement deux tympans trilobés (ill. 189), dont l’un est encore encastré dans le mur septentrional du bras nord du transept, et l’élégant petit fragment de relief dont la fonction primitive reste énigmatique (ill. 188). La même équipe fut affectée à la décoration des parties supérieures de la façade occidentale, dont le parti ambitieux ne put être mené à bien. Faute de moyens – on a dit plus haut toutes les difficultés que traversa le monastère dès le début du xiiie siècle – ou arrêt brutal des travaux après que le bruit se fût répandu de l’habile imposture ? Il est bien difficile de répondre mais l’hypothèse de la concomitance des deux facteurs n’est peut-être pas à écarter.

78L’analyse stylistique de ce groupe a néanmoins permis de le rattacher à d’autres créations effectuées pour des monuments géographiquement proches. Les statues de Rougemont, celles rapportées sur la tour nord de l’église de Semur-en-Auxois ou encore le linteau du portail de Saint-Thibault offrent les meilleurs rapprochements, même si l’on observe parfois une disparité de l’exécution. Il n’en fut pas de même à Saint-Père où on fit appel, pour un projet ambitieux s’inscrivant sans doute dans le prolongement du chantier de construction de l’église, à un atelier de qualité au fait des dernières innovations stylistiques de la plastique parisienne, dont il s’est très nettement inspiré.

79Ainsi constate-t-on de manière très intéressante, dans cette zone de marge du duché de Bourgogne, la coexistence – la juxtaposition aurait-on presque envie de dire – de deux courants stylistiques distincts. L’un, illustré à Vézelay et particulièrement bien représenté dans la partie nord-ouest du duché, tient à la fois des modèles dérivés de la sculpture parisienne des années 1240-1250 et de ce génie créatif plein de verve et de pittoresque qui caractérise cette production régionale. De l’autre, celui de Saint-Père, émane une influence beaucoup plus directe des nouvelles créations des sculpteurs parisiens, en particulier le portail Saint-Étienne du bras sud du transept de la cathédrale Notre-Dame. Ce sont deux traditions qui s’exposent alors dans ces chantiers de façades approximativement contemporains : celle “bourguignonne”, aux forts accents personnels, plus éloignée des sources et davantage inventive, et celle “académique”, fidèle aux modèles savants directement issus du creuset de l’Île-de-France.

80Tout se passe comme si cet espace-frontière entre le duché de Bourgogne et le comté d’Auxerre se doublait d’un point de contact entre les confins sud-orientaux de la zone d’influence du style royal et ceux occidentaux du style ducal bourguignon.

Notes

1 Quarré (301), 1975, p. 582.

2 Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 8, p. 258.

3 Enders (211), 1984, p. 78-118.

4 L’abondante littérature consacrée au monument n’a pas été reprise ici en totalité. Pour une histoire détaillée de l’abbaye, voir en dernier lieu Timbert (371), 2009, p. 19-37.

5 B.M. Auxerre, ms. 227, f. 23, cité par Salet (364), 1948, p. 19. Pour une histoire détaillée de l’abbaye, voir aussi Chérest (348), 1863-1868 ; Louis (352), 1946 ; Huygens (350), 1976.

6 B.M. Auxerre, ms. 227, f. 23, cité par Salet (364), 1948, p. 19-20.

7 Ibid., f. 75 v°.

8 Gallia christiana, IV, col. 467 et Salet (364), 1948, p. 20 et n. 8.

9 Salet (364), 1948, p. 20-21.

10 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 1.

11 Idem.

12 Ibid., p. 2, n. 11 : « On trouve la première mention de sainte Marie Madeleine parmi les saints titulaires de l’abbaye dans une bulle de Léon IX en 1050. En 1058, la bulle d’Étienne IX, qui cite pour la première fois Vézelay en tant que possession clunisienne, reconnaît officiellement les reliques : Abbatiam Viziliacensem, ubi sancta Maria Magdalena requiescit, tibi concedimus in possidendum ».

13 Sur les origines du pèlerinage, voir Saxer (369), 1975, p. 188-189.

14 Voir le récit de ces miracles dans Voragine (87), I, p. 465-466.

15 Saxer (369), 1975, p. 189.

16 salet (364), 1948, p. 22 et n. 6.

17 B.M. Auxerre, ms. 227, f. 14 v°, cité par Salet (364), 1948, p. 23. Sur les étapes de la construction, voir aussi Salet (363), 1936, p. 5-25.

18 Bastard (347), 1851, p. 339-365.

19 Salet (364), 1948, p. 24, n. 2 et n. 3. L’auteur donne les passages des diverses chroniques rapportant l’évènement. Pour lui, le nombre élevé des victimes s’explique facilement « si l’on suppose que le feu prit dans la vieille nef carolingienne couverte de charpentes apparentes ». Charles Oursel s’opposa à cette idée : le nombre important de décès et la présence de femmes parmi les victimes « doit s’expliquer par un sinistre beaucoup plus étendu qu’à la seule abbatiale » (Oursel (358), 1948, p. 58-62). L’auteur pense étayer son explication en rappelant que lors de ses travaux Viollet-le-Duc n’a pas retrouvé trace d’incendie dans la nef de Vézelay.

20 Neveu du grand abbé Hugues de Cluny, Renaud de Semur fut enterré dans le collatéral nord du chœur de l’église abbatiale de Cluny III (Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 5) ; une inscription sur sa tombe le nommait reparator monasterii Vezeliacensis. Cette épitaphe disparue figure dans la Gallia christiana, IV, col. 469.

21 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 5 et Salet (366), 1995, p. 86.

22 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 7.

23 Salet (364), 1948, p. 28.

24 Ibid., p. 25.

25 Voir l’étude très complète qu’y a récemment consacrée A. Timbert (Timbert (371), 2009).

26 Ibid., p. 41.

27 Outre le relevé aquarellé reproduit ici de la façade occidentale avant restauration réalisé par E. Viollet-le-Duc en avril 1840, il existe une étude pour le relevé (Neuilly, fonds Viollet-le-Duc, reproduit dans Viollet-le-Duc (323), 1980, no 49) et un croquis (Neuilly, fonds Viollet-le-Duc, reproduit dans Saulnier-Stratford (367), 1984, pl. XI, fig. 41).

28 Pissier (359), 1923, p. 34.

29 Ibid., p. 35.

30 Enders (211), 1984, p. 107-109.

31 Berger (1), 1884-1921, no 6342, cité par Enders, 1984 (211), p. 109.

32 Bourel de la Roncière et al. (2), 1902-1931, no 2845, cité par Enders (211), 1984, p. 109.

33 Quantin (10), 1873, no 622, cité par Enders (211), 1984, p. 109.

34 Enders (211), 1984, p. 107-109.

35 Pissier (359), 1923, p. 38 ; Salet (364), 1948, p. 29 ; Enders (211), 1984, p. 111.

36 Saxer (369), 1975, p. 206.

37 Salet (364), 1948, p. 29 ; Enders (211), 1984, p. 111.

38 Salet (364), 1948, p. 29 ; Saxer (368), 1959, p. 230.

39 Saxer (369), 1975, p. 207.

40 Registres du Vatican, no 502, f. 431 transcrit dans Denifle (5), 1897, no 719, p. 335-336.

41 Pissier (359), 1923, p. 215.

42 Gallia christiana, IV, col. 110-123.

43 Martin (353), 1832, p. 205.

44 Ibid., p. 230.

45 Voir Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 11.

46 Salet (365), 1965, p. 33.

47 Flandin (349), 1843, p. 232.

48 Idem.

49 Martin (353), 1832, p. 285-287.

50 Salet (364), 1948, p. 32.

51 Ibid.

52 Les travaux de restauration effectués au xixe siècle à la Madeleine de Vézelay sont bien connus depuis les recherches de Francis Salet : voir Salet (364), 1948 et Salet (365), 1965 ; voir aussi le catalogue des sculptures déposées par Saulnier-Stratford (367), 1984. Enfin dernièrement, voir Timbert (370), 2005. Aussi nous contenterons-nous ici d’évoquer rapidement les grandes étapes du chantier.

53 Mérimée (354), 1835, p. 63.

54 Bercé (308), 1979, p. 36.

55 Salet (364), 1948, p. 33.

56 Bercé (308), 1979, p. 55, P.V. de la Commission, séance du 29 mars 1840.

57 Salet (365), 1965, p. 34.

58 Bercé (308), 1979, p. 181, P.V. de la Commission, séance du 25 février 1842.

59 Salet (365), 1965, p. 36 ; sur le détail des dégâts constatés à la tour sud par Viollet-le-Duc, lire la lettre que ce dernier adressa à Prosper Mérimée le 9 mars 1846 dans Mérimée (355), 1839-1870, p. 202-207.

60 Bercé (308), 1979, p. 324, P.V. de la Commission, séance du 18 juin 1844.

61 En 1840, la consolidation des arcs-boutants du chœur, qui sont dans un état déplorable, est prévue ; voir Bercé (308), 1979, p. 100, P.V. de la Commission, séance du 23 novembre 1840.

62 Hohl-Saulnier (314), 1980, p. 13.

63 Lettres… (351), 1902, p. 6.

64 Mérimée (355), 1839-1870, p. 6.

65 Prosper Mérimée s’en inquiétait lui-même en 1835 lorsqu’il passa à Vézelay, voir p. 211.

66 Mérimée (355), 1839-1870, p. 202-203.

67 Voir n. 27. Les fenêtres furent murées à la suite de l’incendie de 1819.

68 Viollet-le-Duc (381), 1980, p. 60 ; voir aussi Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 30 : la fenêtre est étayée en 1847 et des feuilles de dessin présentant l’ensemble de la restauration à exécuter sont datées de 1849.

69 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 29.

70 Voir aussi un autre dessin de Viollet-le-Duc représentant un détail de la façade occidentale au niveau de la grande fenêtre (Neuilly, fonds Viollet-le-Duc, reproduit dans Saulnier-Stratford (367), 1984, pl. IX, fig. 36.

71 Ibid., cat. 21.

72 Ibid., cat. 20.

73 Ibid., cat. 25-26.

74 Ibid., cat. 27.

75 Ibid., n. 28, p. 30 et cat. 18-19.

76 Ibid., p. 30 et cat. 31-32.

77 Plan de la fenêtre à cinq lancettes, dais et supports des grandes statues avant restauration (Neuilly, fonds Viollet-le-Duc, reproduit dans Saulnier-Stratford (367), 1984, pl. XII, fig. 43).

78 Viollet-le-Duc pensait que ces éléments pouvaient dater d’une époque postérieure, voir Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 30, n. 29.

79 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 30, n. 26. Voir MAP, 0081/089/0302/02 (carton 86), devis no 1 des travaux complémentaires projetés pour achever la restauration de cet édifice rédigé par Viollet-le-Duc le 4 novembre 1850.

80 Mérimée (355), 1839-1870, p. 204, lettre de Viollet-le-Duc à Prosper Mérimée : « Aujourd’hui il faut sauver bien vite la tour et la façade ; ce n’est pas beau, j’en conviens, mais il faut soutenir cela comme le reste ».

81 Ibid., lettre du 6 mars 1846 à Viollet-le-Duc.

82 Mérimée (354), 1835, p. 55-56.

83 Les amorces d’un tel système de modernisation étaient encore visibles au xixe siècle. Elles figurent sur un croquis de Viollet-le-Duc qui les fit disparaître au cours de la restauration de cette partie de l’édifice ; voir Salet (364), 1948, p. 63 (croquis non reproduit).

84 Voir p. 40-42 ; p. 94-95 et p. 134.

85 Voir p. 41.

86 Voir p. 214.

87 Salet (364), 1948, p. 97.

88 Mérimée (354), 1835, p. 64 ; Quantin (362), 1851, p. 266 ; Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 7, p. 139 ; Porée (361), 1909, p. 82 ; Salet (364), 1948, p. 97 ; Bruand (310), 1958, p. 262-262 ; Sauerländer (192), 1972, p. 180 ; Enders (211), 1984, p. 93-94.

89 Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 7, p. 139 et voir élévation du porche et du clocher dessinée par Viollet-le-Duc dans Hohl-Saulnier (314), 1980, p. 24 : derrière le toit à trois pentes qui couvrait à cette époque le portail, apparaît la pointe du rouleau d’archivolte encadrant la baie.

90 Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 7, p. 139.

91 Porée (316), 1907, p. 17 ; Bruand (310), 1958, p. 256 ; Branner (133), 1960, p. 173-174 ; Dubourg-Noves (312), 1988, p. 1-2. Signalons que la date de 1258, donnée par l’inscription courant sur le couvercle du tombeau placé sous le porche, n’indique pas nécessairement le commencement de l’érection de la façade, comme l’annonce Dieter Kimpel (Kimpel-Suckale (121), 1990, p. 538). Il n’est en effet pas du tout assuré qu’il ait primitivement occupé cet emplacement

92 Les réserves du musée lapidaire conservent une tête de statue nimbée, aux cheveux mi-longs bouclés, tournée vers la droite ; son visage est éclaté. On peut lire sur la pierre cette inscription : « Gallerie du bas, deuxième au nord ». Une telle mention, la coiffure et la position de la tête laisseraient penser qu’il s’agit de saint Jean (aujourd’hui 1re statue à partir de la gauche mais qui était précédée, avant les restaurations, d’un autre personnage). Pourtant, l’original de cette statue ne semble pas avoir subi de reprises au xixe siècle (pas de trace de joint) ; voir à ce sujet, Saulnier-stratford (367), 1984, Cat. 22.

93 Meunier (356), 1876, p. 10 ; Porée (361), 1909, p. 24 ; Pissier (359), 1923, p. 136 ; Salet (364), 1948, p. 97.

94 Sauerländer (192), 1972, p. 180 ; Enders (211), 1984, p. 97.

95 Pissier (359), 1923, p. 136 ; SALET (364), 1948, p. 97, n. 5.

96 Willibald Sauerländer (Sauerländer (192), 1972, fig. 107) et Sabine Enders (Enders (211), 1984, p. 87) ne s’y sont pas trompés qui ont distingué les deux œuvres.

97 Enders (211), 1984, p. 97.

98 Les dessins de Viollet-le-Duc montrent déjà un Christ acéphale ; la tête ne fut jamais refaite.

99 Enders (211), 1984, p. 98-103.

100 Voragine (87), I, p. 457.

101 Voir Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 33-34 et fig. 29.

102 Viollet-le-Duc voyait dans cette statue une figure de sainte Anne (Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 7, p. 139).

103 L’abbé Pissier reconnaissait là saint Jacques avec le bourdon de pèlerin (?) (Pissier (315), 1902, p. 292).

104 Pissier (359), 1923, p. 137 ; Sauerländer (192), 1972, p. 180 ; Enders (211), 1984, p. 119.

105 Pissier (315), 1902, p. 287.

106 Salet (364), 1948, p. 97.

107 Enders (211), 1984, p. 92.

108 Les auteurs du catalogue des sculptures de Vézelay avancent en effet, pour expliquer ces variations, l’hypothèse d’une réfection tardive, vers la fin du xviie siècle (Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 41, n. 46).

109 Elles mesurent, selon Viollet-le-Duc, 2,15 m de haut (Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 8, p. 258, n. 2).

110 Si la grande dimension des yeux est particulièrement bien visible sur les visages refaits de saint Jean-Baptiste et saint André, la même observation peut être effectuée sur les originaux conservés au Musée lapidaire montrant ainsi la bonne fidélité aux modèles du (ou des) sculpteur(s) du xixe siècle.

111 Voir p. 120.

112 Porée (361), 1909, p. 24 ; Salet (364), 1948, p. 97.

113 Mérimée (354), 1835, p. 56.

114 Viollet-le-Duc (129), 1854-1868, 8, p. 258.

115 Ibid., p. 259-260.

116 L’un reproduit la tête de l’un des anges thuriféraires (celui de gauche) encadrant la théophanie du pignon. En revanche, contrairement aux indications données par l’auteur, la tête féminine ne peut correspondre à la tête de la Vierge située à la droite du Christ. Il s’agirait plus vraisemblablement d’une représentation de la Vierge martyre déposée au xixe siècle.

117 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 107 et Cat. 155 et 157. La troisième clef date du xvie siècle : elle porte les armes du cardinal de Meudon, abbé de Vézelay de 1542 à 1555.

118 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 107.

119 Ibid., cat. 254.

120 Mémoire manuscrit conservé au presbytère de Vézelay, cité par Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 187.

121 Quarré (301), 1975, n. 24, p. 584.

122 Enders (211), 1984, p. 210.

123 Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 176.

124 Ibid., voir pour ces fragments cat. 256-259.

125 H : 0,31 ; l : 0,29 ; Pr. : 0,23.

126 Neuilly, fonds Viollet-le-Duc, août 1842. Le mur de cette travée fut entièrement remonté ; voir Saulnier-Stratford (367), 1984, p. 107-108, pl. XXX, fig. 156 et pl. XXXI, fig. 157 à 159.

127 C’est à la partie supérieure du trilobe que Sabine Enders associait le relief aux quatre visages.

128 Forsyth (281), 1979, p. 49, n. 51 et p. 56.

129 Mérimée (354), 1835, p. 64 à propos de Saint-Père : « Je n’ai trouvé qu’une assez jolie église des derniers temps du gothique, dont le portail ressemble en beau et en petit à celui de Vézelay » ; Salet (364), 1948, p. 97 : « C’est le fronton de Saint-Père-sous-Vézelay, beaucoup plus beau d’ailleurs, qui a servi de modèle » ; Quarré (301), 1975, p. 582 : « Les niches de Saint-Père sont garnies de statues disparates, de date postérieure, hissées sur de disgracieux supports de hauteur inégale » ; pour Sabine Enders, les figures du fronton montrent un style plus avancé que le reste de la sculpture de cette église. L’auteur situe leur réalisation dans le dernier tiers du XIIIe siècle, à la suite de celles de Vézelay (Enders (211), 1984, p. 123).

130 Kimpel (174), 1971, p. 283 ; Erlande-Brandenburg-Thibaudat (387), 1982, p. 98, ill. Après avoir suivi l’auteur allemand dans son identification, Alain Erlande-Brandenburg (Erlande-Brandenburg (157), 1986, p. 186-187) revint sur celle-ci en 1986 à l’occasion de la découverte au musée des Ducs de Bretagne à Nantes d’une tête de prélat provenant du portail du Couronnement de la Vierge à Notre-Dame de Paris et correspondant davantage à la description que donnèrent trois antiquaires d’une tête colossale lors de la mise au jour des Gobelins peu avant 1839 (voir à ce sujet, Erlande-Brandenburg (156), 1979, p. 83-89).

131 Erlande-Brandenburg (151), 1971, p. 246.

132 Kurmann (175), 1987, p. 140.

133 Weber (199), 1997.

134 Voir les arguments de F. Baron (Baron (146), 2001, p. 46-47). F. Joubert partage l’avis de F. Baron (Joubert (168), 2008, p. 152). A. Weber confirme quant à elle son idée (Weber (200), 2007).

135 Voir p. 209.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search