Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sculpture figurée du xiiie siècle en Bourgogne

 | 
Denise Borlée

Troisième partie. Un nouveau foyer artistique : le « groupe auxois »

III. Le portail nord de l’ancienne église priorale de Saint-Thibault-en-Auxois

Texte intégral

  • 1 Viollet-le-Duc (325), 1846, p. 190.

1« Lorsqu’on approche de l’église de Saint-Thibault, qui de loin ressemble à une misérable grange, on est fort surpris de se trouver vis-à-vis un portail du xiiie siècle, couvert de sculptures charmantes et bien conservées »1. Si l’aspect de l’église a quelque peu changé depuis la visite de Viollet-le-Duc en 1846 – en grande partie d’ailleurs sous l’effet de ses propres travaux –, le visiteur d’aujourd’hui n’en reste pas moins surpris par l’hétérogénéité architecturale de ce monument – l’élévation majestueuse et aérienne du chœur opposée à la très petite taille de la nef reconstruite au xviiie siècle entre autres – et surtout par la “découverte”, du côté nord, d’un portail historié bien conservé aux côtés duquel se dressent d’élégantes et énigmatiques statues, qui n’ont pas manqué d’intriguer nombre d’auteurs cherchant à percer le secret de leur identité.

1. Fragments d’histoire

  • 2 ADSL, H 164, no 106, « Fondation du prioré de Saint Tibaut érigé en prioré par Hugues, abbé de Sain (...)
  • 3 ADCO, C 1821, Mémoire du prieur Piget, 1748, p. 1.
  • 4 Courtépée (28), 1774-1783, III, p. 584 ; Marion (323), 1848, p. 3.
  • 5 Courtépée (28), 1774-1783, III, p. 584 ; Albert Colombet indique que ce nom de Fontaines n’apparaît (...)
  • 6 Marion (323), 1848, p. 4-5, sans indication de source. L’auteur confond cependant le saint avec sai (...)
  • 7 Sur le mobilier de l’église, voir Colombet (318), 1982, p. 31-46.
  • 8 ADCO, 15 H 314, donation de « Guydo de Tilho miles dominus de Sancto Buricio » (Saint-Beury) en fav (...)
  • 9 ADCO, Q 848-1, 1790-1791, Fondations au prieuré de St. Thibault.
  • 10 Ibid. D’autres fondations interviennent au cours du xive siècle. Toutes correspondent à des dons en (...)

2L’église de Saint-Thibault-en-Auxois est aujourd’hui le seul vestige subsistant d’un prieuré bénédictin dépendant du monastère de Saint-Rigaud au diocèse de Mâcon. Bien qu’il parût déjà exister auparavant, l’érection du prieuré de Saint-Thibault comme dépendance de l’abbaye brionnaise n’est attestée que pour l’année 13212. Selon la tradition, les auteurs anciens faisaient remonter sa fondation au xie3 ou xiie siècle4, l’attribuant aux ducs de Bourgogne ou aux seigneurs locaux, les sires de Saint-Beury. Courtépée rapporte encore que le village portait jadis le nom de Fontaine5. Ce n’est, toujours suivant l’historiographie ancienne, qu’après la translation des reliques de saint Thibault, vers 1260, que le prieuré changea de nom6. Aucune source ne vient cependant confirmer cette hypothèse, le culte voué au saint n’étant attesté que par l’iconographie du retable d’autel et du portail (statues des ébrasements et vantaux de la porte) et par une imposante châsse en bois7. La plus ancienne mention connue du nom de Saint-Thibault remonte de plus à 12498. Le prieuré est cité pour la première fois trois ans plus tard, le 12 février 1252, à l’occasion de la fondation d’une messe « pour hugues de Charny sa femme et ses enfants pour laquelle il a donné au prieuré de seitures de pré… »9 ; d’autres sont encore fondées pour Milan de Marigny en 1254, pour Jean seigneur de « Reche brun » (probablement la Roche-en-Brenil) en 1273, enfin en 1297 pour Jeanne, veuve de Guy, prévôt seigneur de Saint-Thibault et de Clamerey10.

  • 11 Testament d’Élisabeth de Mont-Saint-Jean, sœur d’Hugues de Charny, juin 1257 : « Item, lego ecclesi (...)
  • 12 Testament d’Hugues, vicomte de Tonnerre et seigneur de Quincy : « Item, operibus ecclesiarum Sancti (...)
  • 13 Testament de Jean, seigneur de la Roche-en-Brenil du 30 avril 1263 : « Item, operi ecclesie Sancti (...)
  • 14 Testament de Gui de la Roche-en-Brenil : « Item, operi ecclesie sancti Theobaldi V s. monete curren (...)
  • 15 Plancher (51), II, 1741, pr. CXLV, p. XCIV, testament de Robert II, duc de Bourgogne.
  • 16 « Item do et lego […] operi ecclesie Sancti Theobaldi de Ausois sexaginta sol. vien. », Petit (9), (...)

3Durant la même période, de nombreux legs affluent en faveur de l’œuvre de l’église : ainsi en juin 1257, Élisabeth de Mont-Saint-Jean lègue dans son testament 100 sous à l’église de Saint-Thibault11 ; en octobre de la même année, Hugues, vicomte de Tonnerre et seigneur de Quincy, donne 40 sous à l’œuvre de l’église12. En 1263, Jean, seigneur de la Roche-en-Brenil lui attribue 100 sous13 et quelques mois plus tard, un membre de la même famille, Gui, chevalier et seigneur de Vernon, promet de donner 5 sous chaque nouvelle année14. Dans son testament daté du mois de mars 1297, Robert II, duc de Bourgogne, donne et lègue « à leuvre de Saint Thibaut quarante livres »15. Enfin, en 1299, Guillaume de Bourgogne-Montagu promet de verser à l’œuvre de l’église de Saint-Thibault-en-Auxois 60 sous viennois16.

  • 17 Plancher (51), II, 1741, pr. CCXXXIV, « dons et aumônes qu’Agnès Duchesse de Bourgogne fit en son t (...)
  • 18 Plancher (51), III, 1748, p. 41.
  • 19 ADCO, B 1435, f. 105 v°, cité par Freigang-Kurmann (320), 1986, p. 272 et n. 26.
  • 20 La même somme était destinée à l’œuvre de l’église Notre-Dame de Semur-en-Auxois ; dix livres seule (...)
  • 21 Le pèlerinage à Saint-Thibault est mentionné pour la première fois en 1296, lorsque le Parlement de (...)
  • 22 Voir n. 8. Le 1er novembre 1265, Huguenin de Thil accorda aux habitants de Saint-Thibault une chart (...)
  • 23 ADCO, B 1353, cité par Petit (9), V, 1894, no 3727, p. 311.
  • 24 Plancher (51), II, 1741, p. 348.
  • 25 ADCO, 40 H 764, dossier chapelle Saint-Gilles.
  • 26 Colombet (318), 1982, p. 11.

4Il semble qu’au xive siècle, les donations se soient ralenties. On notera néanmoins l’intention d’Agnès, fille de saint Louis et duchesse de Bourgogne, d’allouer, après sa mort, au « Monastère de Monsieur Saint Thibaut C soubs dygenois » et cent autres sous pour la pitance des moines17. Cinquante années plus tard, en 1373, la duchesse Marguerite de Flandre, qui voua aux saints Adrien, Mamès et Thibault son second fils malade, envoya de l’argent au prieuré avec une certaine quantité de cire18. Une donation ducale de 60 sous « aux reliques de Saint-Thibault » avait déjà été effectuée en 137219. Ainsi les ducs de Bourgogne semblent avoir été d’importants bienfaiteurs du prieuré, comme l’atteste la somme considérable versée par Robert II20, et voué une dévotion toute particulière à Saint-Thibault, dont les prétendues reliques conservées à l’église faisaient l’objet de pèlerinages21. Mentionnons que le duc, de 1270 à 1310, jouit de la seigneurie sur le domaine du prieuré : en effet, si les seigneurs de Saint-Beury, de la maison de Thil, possédaient au milieu du xiiie siècle une partie du territoire de Saint-Thibault22, le duc reçut, au mois de mai 1270, d’Hugues de Thil et de sa femme Marguerite un engagement de leur terre de Saint-Thibault pour la somme de mille livres viennois23. En 1310, un échange de fiefs avec le duc rendit à Jean de Thil la possession du territoire de Saint-Thibault24. Et en 1396, son descendant, Pierre de Thil, fonda une messe quotidienne à l’autel Notre-Dame qui était derrière le maître-autel25 et peu « de temps après, fit construire au sud du chœur une chapelle symétrique à celle de Saint-Gilles et spécialement dédiée à la Vierge »26.

  • 27 ADCO, C 1821, mémoire de Piget, p. 1. Le prieuré serait ensuite passé en 1556 sous le règne de la c (...)
  • 28 ADCO, C 1821, mémoire de Piget, p. 1.
  • 29 ADCO, C 1821 loterie de Saint-Thibault.
  • 30 Ibid.
  • 31 ADCO, C 1821, lettre du prieur Piget à l’Intendant des Provinces de Bourgogne et Bresse.

5Les documents relatifs au prieuré ou à l’église se font par la suite beaucoup plus rares : aucun évènement n’est rapporté pour le xve siècle. Dès le milieu du xvie siècle, les prémices d’un lent déclin de l’établissement monastique se font sentir. Le prieuré est déserté par les religieux à partir de 154027. S’engage alors le lent processus de dégradation des bâtiments, qui aboutit en 1712 à l’écroulement d’une partie de la nef, ne laissant voûtés que le sanctuaire et le chœur, dont la charpente et les vitraux avaient déjà été détruits en 1701 par un violent orage28. L’église fut alors interdite et devant les importants dommages, le roi autorisa en 1723 le tirage d’une loterie de deux millions de livres, dont quinze pour cent du bénéfice devaient être employés au paiement des réparations tant de l’église que du presbytère29. Cependant, le détournement du profit de celle-ci retarda considérablement la restauration30, devenue plus urgente encore à la suite d’un incendie qui consuma une partie du village et brûla les charpentes du chœur31.

Milieu du xviiie siècle, première campagne de restauration

  • 32 ADCO, C 1821, suite du mémoire de Piget.
  • 33 ADCO, C 1822.
  • 34 ADCO, C 1821, suite du mémoire de Piget.
  • 35 ADCO, C 1821, devis du Sieur Caristie, 11 novembre 1748. Pour plus de détails sur les travaux de Ca (...)
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.
  • 38 Bercé (308), 1979, fig. 134.
  • 39 ADCO, C 1821, devis du Sieur Caristie, 11 novembre 1748.

6Les travaux furent dans un premier temps confiés à l’architecte dijonnais, Charles-Élie Le Jolivet qui, après avoir passé une semaine à Saint-Thibault, conclut au remplacement pur et simple de l’ancienne église par une nouvelle construction32. Le devis n’étant pas conservé, seul subsiste le plan de l’église daté de 174833. Le prieur de l’époque, Charles-François Piget, jugeant cette solution inacceptable, fit alors venir à ses frais un autre architecte, Jean-Baptiste Caristie de Saulieu, qui promit de conserver les parties anciennes de l’église34 : « … ayant réfléchi sérieusement et meurement sur toutes les observations que j’ai faites, il m’a paru que le chœur de ladite église est encore très bon, et qu’en y faisant quelques réparations, et y joignant une nef de trente-six pies de longueur sur la largeur du chœur […], on formera une église suffisamment grande et très solide ; ce que j’estime avec d’autant plus de raison qu’outre la solidité de cet ouvrage, on conservera un très beau monument »35. L’état actuel du monument montre que les projets de l’architecte furent menés à bien : la nef fut reconstruite sur les anciennes fondations, plus courte cependant que la précédente, et séparée du chœur par un mur de refend « quarré du côté de la nefe, et biaisant du côté du chœur, afin qu’il ait la même forme que le fond dudit chœur, et de rendre la voûte régulière ; laquelle sera faite en coquille de même que celle qui existe »36. Les voûtes du chœur, y compris les anciennes, furent refaites en tuf. Au-dessus du portail du xiiie siècle, du côté du nord, fut érigé un clocher37 dont un dessin de Viollet-le-Duc nous transmet le souvenir38. Enfin, la chapelle gothique Saint-Gilles resta en l’état, sauf réfection des enduits intérieurs39.

7Ainsi fut-il redonné vie, vers le milieu du xviiie siècle, grâce à la clairvoyance d’un prieur et au talent d’un architecte, à un monument moribond, à un ensemble architectural gothique de haute qualité, pourtant condamné à la disparition.

Seconde campagne de restauration : de la nécessité absolue de sauvegarder le portail nord

  • 40 ADCO, 30 T2C 22, devis des réparations à faire au portail et à différentes parties de l’église de S (...)
  • 41 MAP, 0081/021/0436/01 (carton 72), devis des travaux à exécuter pour la conservation du portail nor (...)
  • 42 Ibid.

8Dès 1840, de nouvelles réparations s’avéraient nécessaires à l’église, au portail en particulier, où il fallait « au pourtour des figures […] restaurer quelques parties pour supporter un des bas relief qui par suite de tassement mena[çait] de tomber »40. Ces menus travaux furent exécutés dans le courant de la même année par un entrepreneur semurois. Mais l’état préoccupant du monument nécessitait une intervention plus lourde. Aussi Viollet-le-Duc fut-il chargé du chantier qui rédigea, en 1843, un rapport sur l’état de l’édifice, accompagné de deux feuilles de dessin, et un devis des travaux à exécuter pour la conservation du portail nord41. Car si celui-ci était « presque intact », comme le montre en effet le relevé aquarellé effectué par Viollet-le-Duc en 1843 (ill. 148 et VI), l’architecte se montrait soucieux devant sa mauvaise protection (exposé aux intempéries et « aux coups de pierre des enfants ») et la forte pression exercée par le clocher construit par Caristie : « Cette pression est tellement forte que les voussures en sont déformées, le tympan et le linteau cassés, et les piédroits déversés a droite et a gauche, au point qu’ils sont de chaque côté de 0m, 10c a 0m, 14c hors de leur aplomb »42.

  • 43 MAP, 0081/021/0436/01 (carton 72), rapport sur la situation des travaux au 1er janvier 1847.

9On procéda donc, au cours de l’année 1846, à la démolition du clocher du xviiie siècle ; le mur pignon fut à cette occasion entièrement repris, le portail couvert par une toiture neuve et consolidé par des contreforts43. Un nouveau clocher fut enfin érigé à l’ouest du portail médiéval.

  • 44 truchis, BMD, ms. 2881.

10Il semble que l’intervention de Viollet-le-Duc au portail de Saint-Thibault n’ait pas dépassé le cadre de ces travaux ; aucune mention n’est faite des sculptures, pas plus que d’éventuelles réparations aux tympan et linteau pourtant mentionnés comme présentant des cassures, sans que celles-ci n’apparaissent d’ailleurs sur le relevé aquarellé (ill. 148 et VI). C’est en tout cas ce que semble indiquer l’état relativement délabré du portail, que révèle une photographie du début du xxe siècle (ill. 149)44. On y voit la végétation envahir le larmier des voussures, dont la clef est décalée, et le tas de charge des ogives du porche. L’arcade trilobée du soubassement de l’ébrasement gauche est brisée et les ailes des anges céroféraires du tympan, qui n’apparaissent déjà plus sur le dessin de 1843, n’ont pas été remplacées. On remarque néanmoins le bouchage relativement récent de deux cassures : l’une au tympan, entre le Christ et l’ange portant une couronne, tandis que l’autre, qui apparaît en clair sur la moitié gauche du linteau, traverse le corps de saint Pierre penché au chevet de la couche funèbre. Il s’agit probablement des fêlures mentionnées par Viollet-le-Duc, peut-être dues à la pression excessive qu’exerçait le clocher du xviiie siècle.

  • 45 MAP, 0081/021/0436/01 (carton 72), extrait des délibérations du Conseil Général de la Côte-d’Or, sé (...)

11En 1901, la question de la protection du portail est à nouveau d’actualité. Quelque cinquante années après que Viollet-le-Duc ait lui-même émis ce vœu, l’architecte des Monuments Historiques Saint-Anne Louzier est disposé à protéger ce bel ensemble, « le mieux conservé qui soit dans le département, par un auvent en charpente »45. Mais le manque de moyens financiers ajournera une fois encore ce projet.

  • 46 MAP, 0081/021/0436/02 (carton 72), devis pour la remise en état du portail nord, Bernard Haubold, 2 (...)

12En août 1938, un nouveau devis est établi pour la remise en état du portail, comprenant le renforcement du larmier des voussures, le nettoyage et la réfection partielle des joints sur l’ensemble des pierres de taille du portail46.

2. Le portail du bras nord du transept

Histoire récente de la “restauration” des sculptures

  • 47 MAP, 0081/021/0436/02 (carton 72), demande d’établissement d’un devis pour la restauration des stat (...)
  • 48 Ministère de la Culture, Documentation Immeubles, dossier Saint-Thibault, rapport de Georges Jouven (...)
  • 49 Ibid., devis descriptif et estimatif des travaux à exécuter en vue de la réfection de la couverture (...)
  • 50 Ibid., propos repris dans une lettre du Conservateur régional des Bâtiments de France au Directeur (...)

13C’est en 1952 qu’intervient la première commande de devis en vue de la restauration des sculptures du portail nord de Saint-Thibault47. En 1968, Georges Jouven, alors architecte en chef des Monuments Historiques, rend un premier rapport de sa visite à l’église : les dégâts les plus importants sont constatés sur les premiers claveaux sculptés des voussures, du côté droit48. Aussi est-il prévu, dans un devis datant de 1969, la dépose des deux premières statuettes de la voussure extérieure, avec classement et numérotage des pièces, et, du même côté, consolidation de la figurine brisée d’une Vierge folle au premier claveau de la voussure intérieure49. Le projet approuvé, le chantier est ouvert le 27 novembre 1972. Les désordres s’avérant plus importants, un devis complémentaire est soumis par l’architecte au mois d’avril de l’année suivante, qui sera accepté par l’Inspecteur Général Sallez avec les remarques suivantes : « Le portail Nord de l’église de Saint-Thibault a subi de graves désordres qui sont aujourd’hui stabilisés, mais les très belles sculptures bourguignonnes qui l’ornent ont souffert, notamment dans les archivoltes où des statues ont été brisées. Lors d’une précédente intervention au cours de laquelle les maçonneries ont été consolidées, plusieurs des statues des archivoltes ont été déposées. Il paraît impossible, en raison du délitage des pierres, de les remettre en place. M. l’Architecte en Chef Jouven propose donc, en accord avec le Service des Œuvres d’Art, de présenter à l’intérieur de l’église, après restauration, ces sculptures déposées et de confier à M. Chiquet, sculpteur, l’exécution de leur copie sur le portail, ce qui paraît une sage mesure »50.

  • 51 Ibid., travaux de remise en état du portail nord, Georges Jouven, 15 juin 1973.

14Au total, ce sont sept claveaux de la voussure extérieure qui ont été déposés et remplacés par des pierres épannelées. Un bloc a également été incrusté au tympan, à l’emplacement des ailes disparues de l’ange céroféraire de gauche et d’un tronçon des nuées ondoyantes totalement gelées51.

  • 52 Ibid., lettre du Président de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or au Ministre des Affaires (...)

15Ces restaurations n’ont pas été sans provoquer de virulentes protestations de la part de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or et de Pierre Quarré pour qui l’état des sculptures, dont la dépose aurait été effectuée dans de mauvaises conditions, ne justifiait pas une telle entreprise52. Les remous provoqués par cette affaire n’atteignirent cependant pas la poursuite du chantier.

  • 53 MAP, 89/01, carton 4, doc. 123, portail nord de l’église de Saint-Thibault-en-Auxois, rapport du La (...)
  • 54 Ministère de la Culture, Documentation Immeubles, dossier Saint-Thibault, procès verbal de la séanc (...)

16L’analyse pétrographique des claveaux sculptés déposés ayant désigné le gel comme cause première de leur désagrégation, la solution de leur remise en place se voit définitivement écartée53. L’idée est alors retenue de les présenter à l’intérieur de l’église et le problème de leur remplacement au portail par des copies est évidemment posé. La délégation permanente de la Commission supérieure des Monuments Historiques, dans sa séance du 28 octobre 1974, donne un avis favorable, malgré l’opposition de Louis Grodecki, à la mise en place de copies « étant entendu que les travaux seront confiés à un sculpteur particulièrement averti qui se contentera de reproduire fidèlement les originaux et datera son intervention »54.

  • 55 Ibid., devis descriptif et estimatif des travaux à exécuter en vue de l’achèvement des travaux de r (...)

17Le 3 février 1975, un nouveau devis remis à jour et réajusté des différentes opérations à exécuter est présenté, comprenant le recollage et la réparation des parties sculptées, gelées et déposées, la présentation à l’intérieur de l’église – dans la chapelle Saint-Gilles – des fragments déposés devant être fixés au mur, la sculpture des claveaux épannelés qui devront être patinés et le portail nettoyé55. Ces travaux ne seront finalement jamais exécutés.

Composition et structure

Les ébrasements

  • 56 Sauerländer (192), 1972, p. 184-186 et pl. 296.
  • 57 Ibid., p. 182-183 et pl. 292.
  • 58 Ibid., p. 188 et pl. 306.
  • 59 Ibid., p. 188-189 et pl. 307.
  • 60 Ibid., p. 189 et pl. 307.
  • 61 Ibid., p. 181 et fig. 108.

18La forme architecturale du portail de Saint-Thibault présente un type d’usage fréquent au xiiie siècle : de part et d’autre des vantaux sculptés du xve siècle s’évasent en léger dévers les parois planes des ébrasements au-devant desquelles se tiennent deux statues abritées sous des dais en forme de gâbles (ill. 150). Une double arcade, également trilobée, anime le soubassement. Une telle structure (soubassement à arcature, gâbles trilobés au-dessus de la tête des statues) fut sans doute conçue vers 1210-1220 au portail du Couronnement de la Vierge de la cathédrale Notre-Dame de Paris ; elle fut ensuite imitée jusque vers la fin du xiiie siècle. On la trouve mise en œuvre aux portails des cathédrales de Poitiers56, Bourges57, Bordeaux58, Bazas59 ou Dax60 pour ne citer que quelques exemples. Mais c’est sans doute avec le portail occidental de l’abbatiale Notre-Dame-de-la-Couture au Mans que le portail de Saint-Thibault entretient les plus étroites similitudes, tant du point de vue de ses proportions que de sa composition générale. Si des dais architecturés de type “classique” couvrent les statues adossées à des colonnes, deux petites arcades trilobées sont de la même façon plaquées sur le soubassement des ébrasements61. La faible brisure des voussures doit enfin sensiblement correspondre à celle initialement prévue pour les voussures de Saint-Thibault.

19L’arcature aveugle comme élément de décor retenu pour l’ornementation des parties basses des ébrasements n’est pas d’usage nouveau. Celle-ci sera même en quelque sorte “réactualisée”, vers le milieu du xiiie siècle, au portail du bras nord du transept de Notre-Dame de Paris, puis quelques années plus tard au bras sud. Là, la composition formelle diffère néanmoins légèrement : construite sur un seul plan, le contraste des ombres et de la lumière disparaît pour laisser une part plus grande au jeu graphique des lignes, renforcé par la présence des gâbles. C’est ce parti qui fut adapté entre autres à Auxerre, au portail sud de la façade occidentale de la cathédrale Saint-Étienne.

  • 62 Ibid., p. 115 et pl. 106. Voir aussi Kurmann (122), 2001, p. 122.
  • 63 Les grands tabernacles du chœur auraient été conçus vers 1230 ; voir Kurmann (175), 1987, p. 65.

20À Saint-Thibault, l’esthétique de l’arcature tend à davantage de simplicité, mettant en œuvre des formes sobres comme l’arc plein-cintre et le trilobe (ill. 150). Au-dessus, les niches des statues, entrecoupées de colonnettes engagées qui amortissent la retombée des cordons moulurés de l’archivolte, prenaient jadis la forme d’un véritable tabernacle. Ouvert sur trois côtés, la couverture, composée de gâbles trilobés hérissés de pinacles, devait à l’origine reposer sur quatre fines colonnettes. Celles des faces antérieures ont aujourd’hui disparu, mais leur base atteste encore de leur présence ancienne ou, en tout cas, du projet de les mettre en forme. Une telle structure destinée à accueillir une statue n’est pas sans rappeler les grands dais coiffant les contreforts de la façade du bras sud du transept de la cathédrale de Chartres (vers 1220-1230)62 ou encore ceux contemporains rythmant le pourtour de Notre-Dame de Reims63.

  • 64 Panofsky (104), 1975, p. 132.
  • 65 Cette expression est celle de Louis Grodecki (Grodecki (162), 1973, p. 111).

21À notre connaissance, l’usage d’un tel type de niche pour des statues d’ébrasements est plutôt rare, voire même unique (?), probablement en raison de la délimitation spatiale contraignante que celui-ci impose. L’espace libre assigné à chacune des statues, et généralement défini par le seul dais, était ici – au moins selon le schéma conçu à l’origine – délimité sur les côtés. Ainsi les statues, adossées à la paroi plane des ébrasements, évoluent-elles au sein d’une véritable « boîte spatiale », pour reprendre une expression d’Erwin Panofsky64, dont elles ne sont pas pour autant prisonnières. Si les figures sont immanquablement régies par la « règle de l’adossement »65, la gestuelle, relayée par l’échange des regards que l’on devine encore malgré des yeux aujourd’hui privés de leur pupille, établit un lien vivant entre les acteurs de chacun des groupes, une certaine complicité pourrait-on dire.

  • 66 Quarré (324), 1965, p. 189.
  • 67 Gillerman (321), 1986, p. 570-572.

22L’impression d’un espace trop exigu réservé aux statues, que l’on ressent dès lors qu’un cadre est matériellement défini (sur la majorité de ses faces), a suggéré à Pierre Quarré leur exécution sur « un autre chantier, peut-être à Semur-en-Auxois »66 ; pour Dorothy Gillerman, les statues des ébrasements ont été insérées dans une structure architecturale plus ancienne67. La plus grande prudence s’impose cependant face à de telles conjectures ; l’analyse stylistique s’avérera éclairante à ce propos.

Tympan et voussures

23L’organisation du tympan du portail de Saint-Thibault répond à un schéma simple : au premier registre, sur le linteau monolithe, se développent, de part et d’autre du dais encastré au-dessus de la statue de saint Thibault adossée au trumeau, la scène de la Dormition de la Vierge à gauche et celle de l’Assomption à droite. Au tympan, la Vierge accueillie au Paradis est couronnée par son Fils. Les deux registres superposés sont séparés par un double bandeau plat, peu saillant et dépourvu de décor.

  • 68 Pierre Quarré (Quarré (324), 1965, p. 189, n. 4) indique, sans en livrer les résultats, que les exa (...)

24La scène du Couronnement, taillée dans un bloc de forme rectangulaire, frappe par la blancheur de sa pierre contrastant avec la couleur légèrement dorée du cadre qui l’enserre68 (ill. 151). L’œil est encore attiré par la brusque rupture coupant le sommet des nimbes du couple mystique et des anges porteurs de couronne ; plus encore, juste au-dessus du Christ et de la Vierge, émergeant des nuées ondoyantes qui ourlent le cadre de la scène, deux anges thuriféraires, étrangement rapprochés l’un de l’autre, balancent leur encensoir. La seule maladresse du concepteur ou du réalisateur ne peut permettre d’expliquer cet important resserrement de la composition dans la partie supérieure du tympan. D’autant que d’autres curieux arrangements, tout aussi inhabituels, peuvent encore être notés : le remplissage de moellons taillés à la demande comblant l’espace vide entre les courbes convergentes du tympan et de la première voussure ; l’irrégularité de la courbure de l’arc du tympan, dont les ruptures sont causées par des coupures pratiquées dans les ondulations, encore visibles du côté droit et que l’on voyait encore du côté gauche avant la mise en place du bloc épannelé, et raccordées tant bien que mal.

25Aussi peut-on déjà conclure de ces différentes observations que la composition actuelle du tympan résulte en fait de modifications apportées au projet initial. Cette évidence fait alors naître une double question : quand et pourquoi de telles modifications se sont-elles imposées ?

  • 69 MAP, 0081/021/0436/01 (carton 72), rapport sur l’église de Saint-Thibault, Viollet-le-Duc, avril 18 (...)

26Sont-elles l’œuvre d’une restauration ? C’est ce que le bloc du Couronnement, par l’aspect différent de sa pierre et le raccord décalé de la jambe gauche de l’ange agenouillé de droite, pourrait a priori laisser penser. Il serait cependant étonnant que l’on ait manqué de place pour poursuivre l’arrondi des nimbes ou que cette partie ait dû être aussitôt recoupée. De plus, par la qualité de son style en accord avec le reste de la sculpture du portail, la taille de ce groupe ne semble pas avoir pu être effectuée avant le xixe siècle. Or, en 1843, dans son premier rapport sur le monument, Viollet-le-Duc remarque que « le portail qui donnait entrée dans le transept de ce côté est presque intact. Il est du commencement du xiiie siècle, orné de statues et bas-reliefs d’une fort belle exécution, qui rappelle celle de la porte de la Vierge de Notre-Dame de Paris »69. Le bon état du portail est encore confirmé par le relevé aquarellé qu’en donne l’architecte, sur lequel on distingue nettement le monolithe encastré du Couronnement (ill. 148 et VI). Et même si ce bloc avait demandé à être retaillé, cela n’expliquerait pas pour autant les bricolages réalisés sur le pourtour du tympan. Aussi l’examen des voussures s’avère-t-il nécessaire.

27Quatre cordons superposés décrivent un arc plein-cintre (ill. 150). Les claveaux du premier rouleau sont taillés selon une mouluration relativement simple : un tore en amande au centre, encadré de deux cavets que ferment latéralement deux tores plus fins. Sur la seconde voussure sont figurées à gauche les Vierges sages et à droite les Vierges folles. La rangée suivante est hérissée de crochets. Enfin le rouleau extérieur portait primitivement, sur les départs gauche et droit, les statuettes de deux Vierges aujourd’hui déposées et les représentations de prophètes et de rois de l’Ancien Testament, dont certaines demeurent en place.

28À première vue, le montage des voussures ne pose pas de problème majeur. Pourtant, diverses anomalies apparaissant au niveau des clefs ne peuvent se soustraire à une analyse plus détaillée (ill. 149). La mouluration de la clef de la seconde voussure, sculptée d’un ange déroulant un phylactère encadré de deux petits dais trilobés, présente en effet un angle aigu tout à fait inadapté à la courbure actuelle de l’arc. On remarque en second lieu l’introduction, de part et d’autre de la clef, d’un claveau très étroit éloignant sensiblement les dais des deux Vierges qu’ils devaient coiffer. Ce même système a été répété sur la voussure supérieure, une plus grande distance séparant le crochet central de ceux qui l’entourent. Sur la voussure extérieure, celle des prophètes et des rois, l’anomalie constatée est autre : la clef ornée d’une petite tête maladroite est très étroitement insérée entre deux figures de prophètes dépourvues de dais, probablement sciés faute de place. Enfin, la clef du premier cordon de voussure situé immédiatement au-dessus du tympan a elle aussi subi des modifications, comme l’indique le décalage des claveaux : formant primitivement un angle plus aigu, elle subit vraisemblablement un fractionnement en claveaux de plus petite taille, plus aisément adaptables à la nouvelle courbe.

29Ces clefs, on le voit, n’ont pas été préparées pour les voussures en plein-cintre finalement mises en place, mais bien pour des voussures en arc brisé d’usage plus fréquent à cette époque et sans doute originellement prévues à Saint-Thibault. À quel stade de l’édification du portail ces modifications du tracé des arcs ont-elles pu intervenir et pourquoi ?

  • 70 Ibid. Les effets du poids du clocher semblent surtout s’être manifestés sur la pile droite du porch (...)
  • 71 Colombet (318), 1982, p. 15.
  • 72 Enders (211), 1984, p. 27-30.
  • 73 Gillerman (321), 1986, p. 570-572.

30Viollet-le-Duc expliqua la déformation des voussures par la pression excessive qu’exerçait le clocher érigé au-dessus du portail un siècle plus tôt70. Cette explication fut ensuite reprise par Albert Colombet71, puis par Sabine Enders qui vit là la raison des modifications apportées aux voussures et au tympan, exécutées antérieurement à l’intervention de Viollet-le-Duc, à une période indéterminée72. Pour Dorothy Gillerman, l’inadaptation des voussures trop écrasées au portail provient de ce qu’elles furent préparées, avec le tympan, pour une ouverture de plus petite dimension ; de là la nécessité d’avoir comblé l’écart entre le bord du tympan et la première voussure et redescendu le linteau au niveau de la tête des ébrasements73.

  • 74 Voir p. 181.

31Les modifications effectuées au tympan et aux voussures apparaissant déjà sur le dessin de 1843 signé de la main de Viollet-le-Duc (ill. 148 et VI), il semble en effet que l’on puisse définitivement écarter l’hypothèse d’une restauration de l’architecte, ce que ne viennent par ailleurs pas contredire les pièces d’archives conservées. Une telle restauration au xviiie siècle semble tout aussi improbable car l’on imagine assez mal comment l’architecte Caristie aurait pris la décision de construire une telle tour sur une base déjà très fragilisée. Reste alors la solution d’une restauration antérieure au xviiie siècle, dont nous n’avons aucune trace et que le quasi abandon du prieuré à partir du milieu du xvie siècle permet difficilement d’envisager74.

  • 75 Cette expression est celle de Marcel Aubert (Aubert (113), 1920, p. 126) ; elle est reprise par Jea (...)

32Aussi peut-on se demander dans quelle mesure le changement de tracé des voussures n’a-t-il pu intervenir dès l’origine. Évidemment, la raison n’en reste pas moins énigmatique. Mais une chose est sûre, le dessin primitif prévoyait la mise en œuvre d’arcs plus tendus. Dans ce cas, il y aurait eu discordance entre l’arc décrit par la « profonde archivolte »75 ménagée dans le mur au moment de la construction pour y recevoir le portail et celui formé par les claveaux des voussures taillés sur le chantier. De là dut avoir lieu une série de modifications effectuées les unes en fonction des autres, et ce jusqu’au tympan.

  • 76 C’est en tout cas l’une des hypothèses retenues par Jean Taralon (voir note précédente) pour le por (...)

33Quelle peut en être l’explication ? Erreur de calcul ou contrainte(s) technique(s) ? Peut-on raisonnablement imaginer qu’il se soit produit à Saint-Thibault, dans une moindre mesure cependant, des mouvements de maçonnerie comme ceux qu’eut à subir la façade occidentale de Notre-Dame de Paris, probablement à l’origine des remaniements apportés en cours de montage aux voussures et tympan du portail central76 ? Il n’est bien sûr pas question de vouloir appliquer à tout prix ces hypothèses au portail qui nous préoccupe. Pourtant, si nous ne connaissons plus aujourd’hui l’aspect des maçonneries surplombant le portail en raison des reconstructions successives, il semble que les murs des ébrasements, par le déversement extérieur qu’ils accusent, peuvent fournir une donnée intéressante (ill. 149 et 150). S’il est évidemment impossible d’affirmer plus avant, sans relevé archéologique exact et analyse structurelle fine, que ces mouvements remontent bien à l’époque de la construction, l’on constate que chaque voussure historiée s’établit malgré tout dans le prolongement des statues des ébrasements et que les autres rouleaux retombent bien à l’aplomb des colonnettes intermédiaires. Ne peut-on voir là le souci du constructeur de conserver la logique initiale de l’ouvrage, en dépit d’une base modifiée ?

  • 77 Freigang-Kurmann (320), 1986, p. 279 et fig. 7.

34Rappelons que l’on procédait d’abord, avant le montage du portail proprement dit, à l’érection des parois des ébrasements, puis au ménagement dans l’épaisseur du mur de ladite « profonde archivolte ». Ensuite seulement étaient insérées les voussures. Puis on montait successivement le trumeau, le linteau et enfin le tympan. Aussi est-il possible que les murs des ébrasements se soient mis à bouger, soit à cause de l’instabilité des fondations, soit en raison d’un contrebutement insuffisant ou défectueux, entre le temps de leur construction et le moment où l’on décida de mettre les voussures en place ; il faut dire que le portail fut greffé juste au-devant de l’ancienne façade du bras nord du transept77. Ainsi le constructeur se vi-t-il dans l’obligation – sans doute par mesure économique – d’adapter les claveaux des voussures déjà sculptés et prévus pour former un arc plus tendu au désaxement inopiné des parois obliques du portail dû à leur déversement vers l’extérieur. La course de l’arc se voyant alors allongée par l’écart augmenté entre les têtes des murs des ébrasements, la hauteur en fut diminuée d’autant (ill. 152). On passa donc d’un arc légèrement brisé à un plein-cintre, dont l’effet visuel est d’ailleurs modifié par l’angle aigu des clefs, trompant ainsi le spectateur. Pour ce faire, des modifications furent apportées aux clefs des arcs, en même temps que l’on joua sur l’orientation et l’épaisseur des joints des claveaux de manière à les adapter du mieux possible à la nouvelle courbe. Un tel rattrapage est très nettement visible sur le joint inférieur du premier claveau gauche du cordon des Vierges folles et sages : il n’est pas horizontal mais rayonnant.

35Les voussures ayant été modifiées par une réduction en hauteur de leur courbure, le tympan, également préparé à l’avance, dut l’être à son tour. D’où une réorganisation qui obligea à recouper le haut du bloc du Couronnement sur toute sa longueur, ainsi que le sommet de la composition (ill. 151). La pointe du tympan qu’occupent deux anges thuriféraires fut alors sciée par le milieu et raccourcie à sa base de telle sorte que les nuées ondoyantes du cadre puissent s’adapter au nouveau sommet plus arrondi. (ill. 153). Plusieurs coupures apparaissent, on l’a déjà signalé, dans les festons de la bordure. L’insertion du monolithe “en tiroir” fut probablement la dernière étape du montage du portail, comme semble le montrer l’entaille correspondant à l’angle supérieur droit. Le bloc fut scellé en léger retrait, ce qui explique la saillie visible au revers et le décalage entre le haut et le bas de la jambe gauche de l’ange céroféraire de droite (ill. 155). Les ailes des deux anges agenouillés, qui probablement n’entraient plus dans le nouveau cadre, durent être supprimées et ne furent jamais retaillées ; sans doute furent-elles figurées en peinture. Il est cependant impossible de dire si le découpage tout à fait inesthétique de l’épaule de l’ange droit date ou non de ces remaniements. Enfin, l’adaptation du tympan au nouveau cadre passa aussi par le remplissage en moellons de l’espace vide qu’engendrait la différence de courbure entre sa bordure et la première voussure.

36De ces observations ressort une seule certitude : l’état actuel du portail de l’église de Saint-Thibault résulte bien d’une suite d’arrangements interdépendants, auxquels on ne prêta guère attention jusque-là. Les raisons et l’époque de ces remaniements restent, il faut en convenir, plus hypothétiques. On en apprendrait sans doute plus si cette œuvre faisait l’objet, d’un relevé précis et d’une analyse technicienne fine menés par une équipe spécialisée.

Sa place dans le monument : chronologie relative

  • 78 Freigang-Kurmann (320), 1986, p. 278.

37Rappelons ici que de l’église médiévale de Saint-Thibault, seuls subsistent, encore bien conservés, le portail élevé en façade du bras nord du transept, la chapelle orientale Saint-Gilles à gauche du chœur et le chœur lui-même. Christian Freigang et Peter Kurmann reconnurent également, dans le bras subsistant du transept, les vestiges de celui de l’église primitive qui, toujours selon ces auteurs, devait comporter une nef unique, un chœur à chevet plat et deux chapelles orientées de plan carré78.

  • 79 Ibid. Willibald Sauerländer était du même avis (Sauerländer (192), 1972, p. 179).

38C’est fort probablement au cours de la première campagne de construction de l’église actuelle que fut construit, vers 1260, le portail nord79. Si l’on ne possède évidemment aucun document relatif à ce chantier, la comparaison de la modénature, du dessin des arcs, des chapiteaux et des bases de piliers avec les formes plus élancées et plus fines que l’on trouve dans la chapelle Saint-Gilles, et plus encore dans le chœur, est suffisante pour s’en convaincre.

  • 80 Freigang-Kurmann (320), 1986, p. 279.

39Il était prévu que soit construit au-devant du portail nord un porche à un étage, comme l’indiquent les piles engagées de part et d’autre des ébrasements, au-dessus desquelles subsistent les amorces des arcs et ogives, ainsi que les pierres d’attente encore en place sur toute la hauteur du mur de façade et dont le symétrique était toujours visible avant les restaurations de Viollet-le-Duc (ill. 148 et VI). Christian Freigang, ne découvrant « pas de traces de l’arasement d’un hypothétique porche », suppose qu’il ne fut jamais exécuté80. S’il est bien sûr difficile de se prononcer catégoriquement à partir d’un seul document graphique, il semble pourtant que les traces d’un ancien voûtain figurent sur le dessin de Viollet-le-Duc, au-dessus de la pile de droite.

  • 81 Idem.

40Quoi qu’il en soit, on remarque avec intérêt qu’on décida à Saint-Thibault, comme au portail des Bleds de Notre-Dame de Semur, d’élever un porche à deux niveaux. Au-devant s’étendait, jusqu’au début du xxe siècle, le cimetière par lequel les laïcs accédaient à l’église. Il semble donc, au vu de la qualité d’ensemble du portail contrastant avec le reste de la construction réalisée lors de la même campagne, que la raison d’être de la reconstruction de l’église priorale ait été le portail nord. En effet, « dès le début, ce projet semble avoir souffert d’un manque de ressources financières ; il n’est même pas sûr que l’on soit parvenu à voûter le croisillon. L’emploi d’un appareil de moellons – la pierre taillée étant réservée uniquement au portail, à la tour d’escalier et aux ogives des voûtes – et le soin mis à conserver les anciennes structures, bien que leur austérité ait été peu en accord avec la somptuosité du portail, suggèrent la nécessité de mener les travaux de la manière la plus économique possible »81. Ce constat pourrait peut-être en partie expliquer les nombreux rattrapages effectués au portail, la faiblesse des moyens financiers n’offrant aucunement la possibilité de recommencer les pièces devenues inadaptées. On fit alors le choix de masquer ces incohérences constructives du mieux possible afin de doter le portail d’un décor figuré de qualité, telles les statues des ébrasements, dont l’iconographie pourrait bien renvoyer au culte des reliques de saint Thibault.

Iconographie

Le tympan et les voussures

  • 82 Verdier (84), 1980, p. 141.

41Comme à l’entrée principale de l’église Notre-Dame de Dijon ou au petit portail de l’abbaye voisine de Moutiers-Saint-Jean, le tympan de Saint-Thibault est tout entier consacré à l’iconographie mariale : la Dormition et l’Assomption au linteau et la Glorification de la Vierge au tympan. La scène de la Dormition est contenue dans un cadre rectangulaire relativement étroit : la Vierge, les mains croisées sur la poitrine, est étendue sur sa couche funèbre recouverte d’un drap (ill. 154). Tout autour se pressent les douze apôtres venus lui rendre une dernière visite. On reconnaît saint Pierre penché au-dessus de la tête du lit ou encore saint Paul au front dégarni. Notons que les apôtres sont dépourvus de nimbe et que le Christ est absent de la composition. À droite, l’Assomption dans une mandorle de nuages emportée par quatre anges a pris la place du réveil de la Vierge (ill. 155). Philippe Verdier remarque qu’une telle scène ne se prêtait pas à être sculptée sur un linteau « parce que sa centralisation et son axialité verticale la rendent impropre à entrer dans une composition de frise »82. À Saint-Thibault en effet, on dut faire déborder la mandorle non seulement sur le cadre supérieur du linteau mais aussi sur celui du tympan.

42Au centre du tympan se tient assis sur un trône le Christ couronnant sa mère de la main droite et tenant de l’autre le livre posé sur son genou gauche (ill. 151). La Vierge, les mains jointes, se tourne de trois quarts vers son Fils. Deux anges porteurs de couronne et deux autres élevant un cierge devant eux encadrent le couple mystique. Au-dessus, émergeant des nuées symbolisant le Paradis, deux thuriféraires balancent leur encensoir.

  • 83 Verdier (84), 1980, p. 81.
  • 84 Voragine (87), II, p. 88.

43Sur la voussure intérieure sont figurées huit Vierges tenant leur lampe : quatre Vierges sages du côté gauche et quatre Vierges folles du côté droit (ill. 150 et 156-158). La cinquième de chacune des deux séries formait les deux premiers claveaux de la voussure extérieure. Aux portails gothiques, les Vierges sages et les Vierges folles accompagnent généralement le thème du Jugement dernier au côté duquel elles prennent alors la forme symbolique des réprouvés et des élus. Une telle iconographie est en revanche moins fréquemment associée à un portail marial. On la trouve cependant développée sur la seconde voussure du portail gauche du bras nord du transept de la cathédrale de Chartres autour de la Vierge de l’adoration. Ici, Marie est la Virgo prudentissima ; elle est considérée comme l’incarnation la plus parfaite de toutes les vertus, les vertus victorieuses des vices. Au portail central de Saint-Nicolas de Civray (Vienne), c’est l’Assomption qui est placée dans le contexte de la parabole des Vierges sages et des Vierges folles. Celles-ci encadrent, sur la seconde voussure, l’Époux qui émerge des nuages dans une gloire en amande83. Comme à Saint-Thibault, on les retrouve aussi autour du tympan du Couronnement du portail occidental de l’église priorale de Longpont (Essonne). Les Vierges sages sont logées à la droite du Christ, comme la Vierge, tandis que les Vierges folles sont situées à sa gauche. Quel est alors dans le cas assez rare d’une telle association le sens donné à ces figures ? S’agit-il toujours de la seule allusion à la Virgo prudentissima ou doit-on voir dans cette composition iconographique une autre signification, que la lecture de la Légende dorée relatant l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie conduit à envisager ? « On apprend dans le Livre attribué à saint Jean quelles ont été les funérailles qui furent alors célébrées. Jésus commença le premier et dit : « Venez, vous que j’ai choisie, et je vous placerai sur mon trône parce que j’ai désiré votre beauté » Et Marie répondit : « Mon cœur est prêt, Seigneur, mon cœur est prêt ».[…] Enfin le chantre donna le ton à tous en prenant plus haut : « Venez du Liban, mon épouse, venez du Liban vous serez couronnée ». […] C’est ainsi que l’âme de Marie sortit de son corps et s’envola dans les bras de son Fils »84. Ce passage, constitué de phrases renvoyant à divers textes bibliques, cite entre autres un passage du Cantique des cantiques (Ct 4, 8 : « Avec moi, du Liban, ô fiancée, avec moi, du Liban tu viendras ») selon le texte latin de la Vulgate. La scène du Couronnement pourrait alors recouvrir un double sens : celui de la Glorification de Marie à la fois Mère du Christ et Mère de l’Église et figure de l’Église-Épouse du Christ par son union intime à la Mission de son Fils. Il y aurait ainsi union de la Sponsa-Virgo Maria et la Sponsa-Ecclesia que reçoit l’Époux, l’époux qu’attendent les dix jeunes Vierges des voussures.

  • 85 Voir aussi Sauerländer (192), 1972, fig. 288.

44La voussure extérieure comptait à l’origine, de part et d’autre d’une clef dont la curiosité a déjà été signalée, six claveaux sculptés figurant des prophètes et des précurseurs du Christ. L’emplacement primitif des claveaux déposés dans la chapelle Saint-Gilles au moment de la restauration des années 1960 peut être retrouvé grâce aux clichés anciens (ill. 149)85. Il en est ainsi des deux figures inférieures qui venaient compléter le cycle des Vierges : à droite une Vierge folle tenait sa lampe renversée, tandis qu’il devait s’agir à gauche d’une Vierge sage, même si les mutilations ne permettent plus de le voir.

  • 86 Willibald Sauerländer (Sauerländer (192), 1972, p. 179) y a reconnu saint Jean-Baptiste comme penda (...)

45Au-dessus, prenaient place un grand prêtre, le rational plaqué sur la poitrine (Aaron ?) (ill. 159) et un jeune roi tenant un sceptre. Viennent ensuite Jérémie avec la croix (ill. 160), un prophète déroulant un phylactère et Siméon, la tête voilée, présentant l’Enfant Jésus. Du côté droit, au-dessus de la Vierge folle, se trouvait Moïse cornu et tenant les Tables de la Loi (ill. 162) ; suivent un roi barbu et Néhémie (?) avec une tour crénelée (allusion à sa reconstruction de l’enceinte de Jérusalem ?) (ill. 161) ; puis, également déposés, le grand prêtre Melchisédech avec le calice et le pain et enfin un personnage très difficilement identifiable en raison de ses larges cassures, peut-être un prophète (?)86.

46Ainsi donc figure en bonne place le traditionnel cortège des figures vétérotestamentaires et des précurseurs du Christ, même s’il dut être considérablement réduit en raison de l’association au portail de deux thèmes iconographiques distincts, le trumeau et les ébrasements ayant été réservés au développement d’un programme hagiographique.

Le trumeau et les statues des ébrasements

  • 87 Viollet-le-Duc (325), 1846, p. 190 et pl. I, fig. 1.

47De part et d’autre des lourds vantaux de bois, se tiennent quatre statues adossées aux parois lisses des ébrasements et abritées sous des dais en forme de gâbles (ill. 163, 164). Aucune d’elles n’est nimbée et par leurs caractères naturalistes, celles-ci revêtent une allure extrêmement vivante que les auteurs anciens n’ont pas manqué de souligner. Du côté droit, deux hommes, l’un juvénile, l’autre d’âge mûr, semblent échanger. Le plus âgé porte la barbe, les cheveux mi-longs roulés à leur extrémité et une calotte (ill. 164). Il est vêtu d’une cotte au-dessus de laquelle est passé un surcot long à manches courtes. Il tient un phylactère dans sa main gauche et adresse, de l’autre, un geste à son voisin. À ses côtés, le jeune homme imberbe est plus court vêtu, laissant paraître ses chausses. Suivant la mode du xiiie siècle, ses longs cheveux sont élégamment roulés à la hauteur des oreilles et ombragent son front d’une frange ondulée ; un chapel probablement orfévré et orné de fleurettes maintient la coiffure. Ce jeune homme tenait aussi un phylactère dans sa main droite disparue. On sait encore, grâce à la description et au dessin qu’en a donnés Viollet-le-Duc, que cette main était « gantée à la façon des fauconniers »87 ; elle subsiste sur le moulage de la statue conservé au Musée des Monuments français (ill. 166). Le contour de l’arrachement situé sur la poitrine n’est d’ailleurs pas sans évoquer la silhouette d’un oiseau (ill. 164). Ainsi cette statue figurait-elle un jeune fauconnier.

48En face, du côté gauche, un archevêque et une femme semblent également communiquer (ill. 163). Elle est vêtue d’une cotte longue recouvrant les pieds et serrée à la taille par une ceinture de cuir ornée de motifs d’applique à laquelle pend une bourse de toile. Ses épaules sont couvertes d’un mantel dont elle retenait la cordelière de sa main droite. Le long de sa hanche gauche se déroulait un phylactère. Un voile recouvre le couvre-chef traditionnel surmonté d’une bande de toile rigide. L’archevêque est coiffé d’une mitre. Il porte l’amict autour du cou et la dalmatique à larges manches sous laquelle dépassent l’aube et les extrémités de l’étole tombant jusqu’aux pieds. Par dessus est passée la chasuble, dont il semble qu’il retenait un des pans de sa main droite, ornée du pallium des archevêques.

  • 88 Saint Thibault fut ordonné prêtre à la fin de sa vie par l’évêque de Vicence ; voir Guérin (70), 7, (...)

49Au trumeau est adossée la statue de saint Thibault vêtu de l’habit sacerdotal : il porte la chasuble au-dessus d’une aube à parement brodé, l’amict et le manipule sur son bras gauche (ill. 165)88. Les extrémités frangées de l’étole dépassent sous la chasuble. Le saint est nimbé et tient un missel dans sa main gauche ; il bénissait probablement de sa main droite aujourd’hui cassée.

  • 89 Marion (323), 1848, p. 19-22.
  • 90 Ibid., p. 22.

50Si l’interprétation iconographique de cette statue ne présente pas de difficulté majeure au vu du vocable de l’église, il n’en va pas de même pour les statues des ébrasements à propos desquelles toutes sortes d’identifications ont été émises. Jules Marion, pour qui les seigneurs de Saint-Beury étaient à l’origine de la création du prieuré, voyait dans ces figures la représentation des fondateurs ou des bienfaiteurs de l’église, la libéralité des donateurs étant attestée selon lui par les chartes que ceux-ci tiennent à la main89. Ainsi, l’homme barbu de droite devait-il représenter un sire de Saint-Beury avec à sa gauche sa femme ! En face, la femme voilée ne pouvait être que la duchesse Agnès, veuve de Robert II qui fit bâtir l’église, et l’archevêque qui l’accompagne, « le prélat consécrateur de l’église priorale »90.

  • 91 Mâle (73), 1898, p. 571.

51Cinquante ans plus tard, Émile Mâle, qui ne crut pas à cette explication, pensait découvrir le nom véritable des quatre statues dans le récit de la vie de saint Thibault : « À gauche du spectateur, le prélat mitré est le grand-oncle de saint Thibault, évêque de Vienne, qui s’éleva à la Sainteté ; il a près de lui sa nièce, mère de saint Thibault ; il lui annonce qu’elle aura pour fils un grand serviteur de Dieu. À droite, les deux jeunes hommes en costume du xiiie siècle sont saint Thibault et son ami Gaultier quittant le monde pour aller vivre dans la solitude près de Vicence. Nous avons donc là l’esquisse d’une histoire que savaient les pèlerins ; sur les banderoles que tiennent les personnages, ils pouvaient déchiffrer leurs noms aujourd’hui effacés »91.

  • 92 Lefrançois-Pillion (322), 1922, p. 148.
  • 93 Aubert (203), 1927, p. 51-52 et Aubert (317), 1928, p. 256.
  • 94 Vittenet (326), 1928, p. 5.
  • 95 Oursel (103), 1953, p. 102.

52Plus tard, Louise Lefrançois-Pillion, qui reprit les données historiques énoncées par Marion, voulut voir dans le portail de Saint-Thibault une vivante illustration du testament du duc de Bourgogne Robert II, mort en 1305. Ainsi le duc décédé serait-il représenté « sans aucun apparat comme un pèlerin qui aurait déposé les attributs de la souveraineté au seuil du sanctuaire. Près de lui, son fils et héritier, le jeune duc ; en face d’eux la duchesse en coiffe de veuve voisine avec le conseiller de la famille ducale, l’évêque Hugues d’Arcy (1286-1298) »92. Cette interprétation fit longtemps autorité, contrairement à celle avancée par Émile Mâle qui semble être passée inaperçue ; elle fut reprise par Marcel Aubert93, Alfred Vittenet94 puis par Charles Oursel95.

  • 96 Quarré (324), 1965, p. 191.
  • 97 Ceux-ci figuraient probablement aux portails de Notre-Dame de Dijon, Semur-en-Auxois et Rougemont.

53C’est Pierre Quarré qui rompit le premier avec cette identification des statues, arguant d’une incompatibilité de dates96. Comment en effet l’évêque d’Autun, disparu en 1298, aurait-il pu s’acquitter de la mission que lui avait confiée le duc mort sept années plus tard ? Aussi l’auteur, renonçant à voir dans ces sculptures les portraits d’acteurs contemporains, les identifia à des personnages de l’Ancienne Loi : Salomon et la reine de Saba97, Aaron et David.

  • 98 Sauerländer (192), 1972, p. 179.

54Pour Willibald Sauerländer, il s’agit de figures bibliques ou de saints auxquels il n’est plus possible aujourd’hui d’attribuer de nom. Il réfute en tout cas la thèse de Louise Lefrançois-Pillion « non seulement insoutenable sur le plan iconographique, mais encore […] en désaccord avec les données chronologiques. Ces statues ont été réalisées plus d’un demi siècle avant la mort de Robert II »98.

  • 99 Enders (211), 1984, p. 30-36.
  • 100 Émile Mâle n’est pas cité à ce propos par Sabine Enders.
  • 101 Voir à ce sujet Lexikon… (71), 1968-1976 ; Enders (211), 1984, p. 32-33 ; Maillé (123), I, 1939, p. (...)
  • 102 Voir aussi Guérin (70), 7, 1873, p. 585-588.
  • 103 Garnier (69), 1982, p. 174.

55Plus récemment, Sabine Enders proposa avec beaucoup de vraisemblance, en se fondant sur les vitæ du saint, de voir au travers des statues des ébrasements une représentation des scènes de la vie de saint Thibault99. Elle rejoignait en cela Émile Mâle qui eut la même idée un siècle plus tôt100. Saint Thibault, fils d’une illustre famille alliée des comtes de Champagne, est fréquemment représenté sous les traits d’un jeune noble, un faucon au poing101. Ainsi peut certainement être identifié le jeune fauconnier de l’ébrasement droit. À ses côtés, l’auteur reconnut son compagnon Gauthier avec qui il entra à l’abbaye Saint-Remi de Reims avant d’embrasser une vie érémitique102. La paume de sa main droite ouverte et tournée en direction de Thibault traduit d’ailleurs fort probablement l’acceptation de son engagement103. Enfin, sur l’ébrasement de gauche, les deux statues de l’archevêque et de la femme voilée illustreraient un évènement majeur de la vie de Thibault. Son arrière grand-oncle, archevêque de Vienne, prédit en effet à sa grand-mère la naissance d’un petit-fils élu de Dieu. Sabine Enders étaya encore sa thèse en renvoyant au devant d’autel conservé à l’intérieur de l’église, sur lequel figurent également les épisodes de la prédiction et de la rencontre de Thibault avec son compagnon, entrecoupés ici de la scène de la naissance.

  • 104 Gillerman (321), 1986, p. 575-576.
  • 105 Ibid., p. 579-580. Cette idée est aussi celle de Renate Prochno qui, dans sa thèse sur la Chartreus (...)

56Après elle, Dorothy Gillerman reprit cette interprétation en voyant toutefois dans l’homme se tenant auprès du jeune Thibault la figure du père104. Elle doubla également les statues d’un second sens iconographique. L’auteur revint en effet à l’idée ancienne d’une représentation des fondateurs et proposa d’identifier les membres de la famille du duc Hugues IV disparu en 1272, ou plus exactement ceux de sa seconde femme Béatrix, sœur du comte Thibault V de Champagne. Ainsi figureraient au portail, dont Dorothy Gillerman situa très conjecturalement l’érection peu après 1270, Hugues de Bourgogne, sa femme Béatrix et leur fils Huguenin en présence de l’évêque de Langres, Guy de Genève. Ce groupe serait placé sous la protection de saint Thibault, le saint patron de la famille des comtes de Champagne. Et l’auteur de conclure, par la double identité que revêtent les statues, à la fois sacrée – issue de l’hagiographie populaire – et profane – fondateurs historiques – à la modernité du portail de Saint-Thibault, précédant en cela les portails des xive et xve siècles où les figures royales ou ducales, introduites par leur saint protecteur, sont représentées en fondateurs105.

57Si l’on ne peut suivre l’auteur sur cette voie trop fragile, force tout de même est de constater l’originalité de la composition iconographique du portail de Saint-Thibault. Les fidèles et les pèlerins qui jadis s’avançaient vers l’église étaient accueillis par quatre personnages vêtus à la mode du xiiie siècle et ne portant pas les signes de la sainteté. Les phylactères déployés, sur lesquels figuraient originellement des inscriptions peintes, révélaient à n’en pas douter leur identité. Ainsi, selon l’hypothèse la plus vraisemblable, étaient racontés aux laïcs, deux épisodes particulièrement marquants de la vie d’un jeune noble champenois, Thibault de Provins, appelé dès avant sa naissance à une glorieuse destinée : l’annonce de cette révélation à la grand-mère du futur saint n’était évidemment pas sans renvoyer à la scène de l’Annonciation ; quant au second épisode, qui évoquait l’abandon d’une vie riche et fastueuse pour une vie érémitique vouée à la mortification, il ne pouvait qu’imposer l’admiration, sentiment essentiel à la vénération.

58Au centre de l’ensemble monumental, là où convergent tous les regards, Thibault, devenu saint Thibault, bénissait à leur arrivée les pèlerins venus vénérer ses reliques conservées à l’intérieur. Au-dessus de lui, trônent le Christ et la Vierge accueillie au Paradis, comme il le fut lui-même pour la vie exemplaire qu’il mena en l’honneur du Christ.

59Ici, comme c’est souvent le cas dans les petites églises qui n’ont qu’une seule porte, sont donc mêlés deux thèmes iconographiques : l’un en l’honneur de la Vierge Marie, dont le culte connut un essor considérable au xiiie siècle, et l’autre consacré à la légende du saint Patron. Mais le plus curieux à Saint-Thibault reste leur organisation spatiale : il s’agit moins d’une association, comme cela arrive fréquemment aux tympans par exemple, que d’une juxtaposition. On pourrait bien sûr argumenter en faveur d’un programme primitif auquel auraient appartenu les reliefs, c’est-à-dire le tympan et les voussures, les statues ayant pu avoir été faites ou refaites à la suite d’une modification de l’iconographie. Or nous verrons à l’analyse stylistique qu’il s’agit d’un ensemble parfaitement homogène. Il faut donc sans doute plus sûrement voir là la volonté de magnifier les précieuses reliques et de frapper, par une iconographie et une mise en scène inhabituelles, l’esprit des pèlerins.

Le style

Les reliefs : tympan et voussures

60Outre les problèmes de cohérence déjà soulevés précédemment, on remarque au tympan des différences sensibles de profondeur du relief entre les scènes du linteau et celle du Couronnement. Disposant d’une plus grande surface pour la “mise en page” de ce dernier épisode, le sculpteur n’a pas hésité à développer ses personnages dans l’espace, jusqu’à la limite de la ronde-bosse, afin de leur donner une réelle consistance (ill. 151). La profondeur, limitée malgré tout par celle du bloc de pierre, est encore accentuée par la position de profil ou de trois quarts face des anges et de la Vierge, ou bien par le débordement hors du cadre des pieds et des ourlets des vêtements.

61Le Christ, assis de face, tourne sa tête du côté de sa mère qu’il couronne de sa main droite. Il retient de l’autre un livre posé sur son genou gauche relevé. Cette position rappelle en de nombreux points celle du Christ sur le petit tympan de Moutiers-Saint-Jean (ill. 135). Seules en réalité les différencient la nature de l’attribut tenu dans la main gauche et la position des genoux. Pour le reste, la traduction plastique assez maladroite du bras levé est identique : le sculpteur, gêné par le manque de place, dut en effet raccourcir le bras et redresser considérablement l’avant-bras, provoquant le froncement de la manche de la robe en deux bandes de larges plis. Les deux Christs sont semblablement vêtus d’une robe à larges manches et d’un manteau qui enveloppe l’épaule et le bras gauche et enserre la taille en recouvrant les jambes. L’ordonnancement des drapés tout comme la position et le rendu des plis peuvent encore être comparés. On remarque en effet une affection commune pour les tissus épais qui, lorsqu’ils sont tendus, s’entaillent de profondes incisions ou au contraire s’amoncellent en de lourds bouillonnements.

62Le rapprochement ne peut toutefois être étendu aux deux Vierges qui adoptent une position et une tenue vestimentaire différentes. À Saint-Thibault, la Mère est tout entière tournée vers son Fils tandis qu’elle incline simplement la tête à Moutiers. Elle est habillée d’une seule longue robe à manches collantes et non ceinturée à la taille, comme celles que portent les anges thuriféraires qui l’entourent ou encore ceux du tympan de Moutiers (ill. 135). Le rendu plastique en est aussi tout à fait comparable : même pesanteur du drap qui se plaque sur les épaules et se tend sur les hanches et les cuisses, dévoilant ainsi les formes du corps, et mêmes plis profonds en becs ou chutant lourdement sur le sol. Un autre motif de ces draperies mérite que l’on y prête attention : le rebord des manches largement ouvertes des robes des anges porteurs de couronne. Chez l’ange de gauche en particulier, la concentration du tissu sur l’avant-bras est savamment agencée en une suite de replis soigneusement disposés, méticuleusement repassés. On retrouve ce motif, également traité en larges plis aplatis, à Rougemont sur la statue du roi-prêtre (ill. 117) et plus encore sur celle de saint Pierre (ill. 120).

63Comme pour les vêtements, le tympan de Saint-Thibault affiche également une belle unité de style des visages. Tous offrent les mêmes traits déjà décrits à maintes reprises : une face large aux joues pleines, un petit menton arrondi qui se creuse d’une fossette (ill. 151). Les sourcils bien marqués prennent naissance à la racine du nez ; la paupière supérieure nettement dessinée suit la courbe de l’arcade sourcilière tandis que la paupière inférieure forme un trait droit. Compte tenu des mutilations qu’eurent à subir les têtes du portail de Moutiers-Saint-Jean, il n’est évidemment plus possible de procéder aux comparaisons d’usage. Notons tout de même que les traits de la seule petite tête d’ange subsistante correspondent exactement à ceux que nous venons de décrire (ill. 138). Quant aux mèches de cheveux, qu’elles soient roulées en grosses boucles ou souplement ondulées, elles sont toujours méticuleusement rendues sous la forme de stries parallèles plus ou moins épaisses (ill. 151). À Moutiers, la longue chevelure de la Vierge qui ondoie sur sa poitrine fut rendue selon ce même procédé (ill. 135).

64L’effet visuel que procure la sculpture du linteau est tout autre. Contraint à la fois par la forme et les petites dimensions du cadre, le sculpteur parvint malgré tout, dans la scène de la Dormition, à loger les douze apôtres autour de la couche funèbre de la Vierge située au premier plan (ill. 154). De ce fait, le volume des corps dut être considérablement réduit. Dans la scène de l’Assomption, le plus faible nombre des acteurs a permis une composition plus aérée (ill. 155). Il fallut néanmoins encore faire preuve d’imagination pour installer, dans l’étroitesse de la bande de pierre, la mandorle de nuages emportant l’âme de la Vierge figurée sous les traits d’une fillette. Il semble bien d’ailleurs que cette opération ne se soit pas passée sans difficulté. On observe en effet sur la mandorle une coupure horizontale (présence d’un joint à mi-hauteur environ) et le “collage” de la figurine, bricolages qui pourraient bien résulter de l’insertion – très probablement dernière étape du montage du portail – de l’imposant monolithe du tympan. Ainsi aura-t-il été nécessaire de scier la mandorle de l’Assomption déjà préparée et qui débordait sur le cadre de la scène supérieure. Il fallut ensuite, une fois la mise en place entièrement terminée, retailler les éléments manquants. La nature de la pierre et leur facture, contrastant avec le reste du linteau, indiquent que cette tâche incomba à l’auteur du Couronnement. Car il s’agit bien, entre ces deux ensembles, d’une différence d’exécution. L’une plus soignée, plus stéréotypée aussi, exécutée dans un calcaire sublithographique qui, par son grain très fin et sa bonne résistance, confère encore à la sculpture une belle finition ; l’autre, réalisée dans un calcaire plus sensible aux attaques extérieures (dépôts de lichens en particulier), s’avère inévitablement plus graphique du fait du relief moindre, mais plus inventive aussi dans la représentation des types humains, et cela dans une stricte observance des principes stylistiques retenus pour l’ensemble du décor figuré.

65Le vocabulaire du langage stylistique décrit ci-dessus se retrouve en effet aisément dans le traitement des draperies comme dans celui des visages. On notera néanmoins une touche peut-être plus anecdotique, qui abandonne une certaine idéalisation des visages au profit d’une expression plus vivante s’attachant à rendre l’individualité des mimiques et des traits (ill. 154). Au total, il s’agit donc moins, comme pourrait en juger un regard trop rapide, de la juxtaposition au tympan de deux styles d’inégale qualité, que de l’expression plastique de deux exécutions – probablement celle de deux exécutants – régies par les mêmes codes stylistiques.

  • 106 Voir p. 166 et p. 168.

66La même observation peut être faite sur les claveaux des voussures, les uns pouvant être rattachés au groupe du Couronnement, les autres à celui du linteau, sans qu’apparaisse d’ailleurs une quelconque logique dans la répartition. Sur le rouleau intérieur, seules les deux Vierges situées de part et d’autre de la clef semblent appartenir au second (ill. 156) : plus étriquées, elles occupent moins largement la surface du claveau. Au cordon des prophètes et des précurseurs du Christ, la différence d’exécution se fait un peu moins sentir, aussi en raison de l’état de dégradation quelquefois très avancé des pièces. Il n’en reste pas moins que certaines d’entre elles peuvent, sans ambiguïté, être rapprochées dans leur exécution des têtes d’apôtres de la Dormition, tels Jérémie (ill. 160) ou le prophète qui le surmonte. Si l’on peut évoquer à propos de cette sculpture la petite tête d’ange ou les statuettes encadrant les ébrasements du portail de Moutiers-Saint-Jean106, une comparaison avec certaines pièces de Rougemont se montre tout aussi probante. Ainsi la facture de Néhémie (ill. 161) s’accorde-telle parfaitement avec celle de deux clefs de voûte de l’ancienne abbatiale Notre-Dame (ill. 127 et 128), tout comme le visage de la figurine d’un grand-prêtre (ill. 159) qui ressemble fortement à celui de la statue de prêtre-roi dressée le long du mur droit du portail central (ill. 118).

67Le cas de Saint-Thibault montre donc encore une fois toute la constance d’un même style entre ces chantiers géographiquement très proches les uns des autres. Ici se côtoient sur les reliefs deux interprétations, deux façons de le reproduire. La main la plus soigneuse, la plus perfectionniste en quelque sorte, fut retenue pour la scène centrale du tympan d’où ressort, sans doute par souci de respecter au mieux les directives du concepteur et, plus vraisemblablement encore, le modèle, une tendance à l’idéalisation des formes. L’autre main, plus libre, ayant été assignée à l’exécution du linteau, on pourrait voir là la concrétisation d’une forme hiérarchique de distribution des tâches au sein d’un chantier, fondée sur la qualification de la main-d’œuvre. Une telle pratique, dont on a déjà constaté l’application dans d’autres chantiers, s’avère cependant moins systématique à Saint-Thibault car nous venons de voir que les claveaux des voussures mêlent les deux tendances. Pour autant, l’analyse des statues du trumeau et des ébrasements ne la contredira pas.

68On peut encore adjoindre à ces reliefs la clef de voûte d’une abside encastrée dans la façade sur rue d’une grange du village et figurant la Vierge en majesté tenant l’Enfant sur ses genoux. Le visage bien conservé de la Vierge, tout à fait identique à celui des Vierges de la voussure suffit à se convaincre de son appartenance passée à l’église priorale, même s’il n’est plus possible aujourd’hui de retrouver son emplacement primitif.

Les statues du trumeau et des ébrasements

  • 107 Quarré (324), 1965, p. 188.
  • 108 Marion (323), 1848, p. 20.
  • 109 Lefrançois-Pillion (322), 1922, p. 141.
  • 110 Gillerman (321), 1986, p. 572.

69Les statues du trumeau et des ébrasements forment un groupe homogène, contemporain du reste du portail. C’est là une thèse qui, bien que défendue par Pierre Quarré107, contraste avec celles plusieurs fois proposées, même encore récemment. Par Jules Marion d’abord, pour qui les deux statues de la femme et de l’archevêque, « infiniment supérieures » devaient être « l’œuvre d’un autre artiste et probablement d’un autre temps que les deux statues du côté droit »108. Pour Louise Lefrançois-Pillion ensuite, les cinq grandes statues furent produites au cours d’une seconde période, postérieurement au cadre architectural et à la sculpture du tympan et des voussures. Pour l’auteur, le dais du trumeau, différent des autres, fournissait en quelque sorte un témoignage du premier projet109. Enfin, Dorothy Gillerman concluait, au vu d’un prétendu « stylistic gap » qu’elle identifiait entre la figure du trumeau et celles des ébrasements, que seul saint Thibault fut originellement exécuté pour le portail110.

70Au trumeau, saint Thibault en habit de prêtre se présente dans une parfaite frontalité : il bénissait le visiteur et tient dans sa main gauche un missel au plat de reliure sculpté (ill. 165). L’aube, dont le bas est orné d’un parement brodé de motifs géométriques que l’on retrouve, quasi identiques, sur celle de l’archevêque, tombe en longs plis verticaux. Au-dessus, la chasuble est parcourue par une série de plis en U : ceux du haut se réduisent à de légers plis étagés qui s’arrondissent en cuvette. Une couronne de petites mèches courtes encadre un visage serein à la surface polie. L’œil est souligné à l’horizontale par la paupière inférieure. Dans le prolongement des arêtes du nez fin s’étirent les arcades sourcilières. Deux rides naissent des ailes du nez et se creusent jusqu’à la bouche dont les lèvres droites restent closes.

71Ces traits sont ceux de tous les autres visages, quelquefois marqués d’un caractère ou d’une expression supplémentaires. Ainsi le visage large aux joues pleines exprime-t-il la jeunesse de Thibault représenté en fauconnier (ill. 164, 166). Les joues de son compagnon plus âgé se creusent sous les os malaires saillants ; quelques rides barrent un front haut qu’ombrage un maigre rouleau de cheveux et une barbe, curieusement peignée, dissimule le menton. Quant au visage de la femme voilée, il correspond trait pour trait à celui du saint (ill. 163).

  • 111 Kurmann (175), 1987, p. 271.
  • 112 Alain Erlande-Brandenburg a situé la réalisation de cette statue au cours de la décennie 1240-1250  (...)
  • 113 Kurmann (175), 1987, p. 271-286.
  • 114 Ibid., p. 282-283.

72Sur le visage du jeune Thibault animé d’un très léger sourire, la coupe des paupières correspond bien à celle décrite précédemment ; un cerne léger souligne en outre les poches sous les yeux, au-dessus du galbe des pommettes. Deux petites fossettes animent encore les angles de la bouche en léger retrait des joues et de l’arrondi du menton. Si l’on cherche à rapprocher cette pièce d’une de celles produites sur un chantier français contemporain, alors le saint Jean l’Évangéliste de l’ébrasement droit du portail de la façade occidentale de la cathédrale de Reims est une pièce idéale, exécutée en même temps que la majeure partie des statues des portails occidentaux entre 1255 et 1274 (ill. 167)111. S’il ne s’agit pas par ce rapprochement de vouloir établir un autre lien qu’esthétique entre ces œuvres, celui-ci donne néanmoins à réfléchir, ce qu’invite à faire la comparaison de la tête du saint Jean de Reims et celle étonnamment proche de l’ange à la lance du portail du Jugement dernier de Notre-Dame de Paris (ill. 168)112. Peut-on alors avancer l’idée d’une influence de la sculpture parisienne des années 1240 sur la production rémoise ? C’est en tout cas ce qu’affirme, en se fondant sur d’autres exemples, Peter Kurmann au terme de la seconde partie de sa magistrale étude113. Pour l’historien de l’art, l’auteur du saint Joseph du portail central de Reims, dont l’archevêque de Saint-Thibault évoque quelques traits, « s’est inspiré très librement des modèles que lui offrait la capitale » : répertoire parisien contemporain (statues des ébrasements du portail du bras sud du transept de Notre-Dame de Paris) ou plus ancien (le Childebert de l’ancien réfectoire de Saint-Germain-des-Prés)114.

73Aussi faut-il réviser, comme propose lui-même de le faire Peter Kurmann et comme nous l’avons déjà dit à plusieurs reprises, la légitimité des rapprochements uniques et systématiques qui ont été établis, par Willibald Sauerländer d’abord, puis par sa disciple Sabine Enders ensuite, entre la cathédrale champenoise et ce que la Bourgogne a produit de sculpture au xiiie siècle. Il apparaît de plus en plus convaincant au fil de cette étude que s’il existe bien, entre les ensembles bourguignons et Reims, des liens de parenté, c’est qu’ils découlent du même foyer artistique : Paris.

  • 115 Recht (125), 1993, p. 82-83 ; voir aussi Williamson (201), 1995, p. 193-195.

74Pour finir de s’en convaincre, il faut encore regarder le visage de la statue de saint Jean provenant de la Sainte-Chapelle (ill. 169) ou bien, dans le domaine de la sculpture précieuse, celui de l’ange « Chalandon » du Louvre qui sont tous deux tout à fait comparables au visage juvénile de Thibault. Et ce sont probablement les mêmes œuvres qui donnèrent lieu, dans le dernier quart du xiiie siècle, à la fameuse statue du Tentateur autrefois située au portail droit de la façade occidentale de la cathédrale de Strasbourg115.

75Concernant le traitement des vêtements, les mêmes remarques peuvent être formulées. Les cottes des statues de l’ébrasement de droite, taillées dans une étoffe épaisse, se tendent sur les épaules et la poitrine pour tomber en larges plis tuyautés verticaux, provoquant d’élégantes ondulations de l’ourlet (ill. 164). La ceinture nouée à la taille de la figure féminine modifie légèrement cet ordonnancement du plissé, encore perturbé par la cassure de la draperie sur les pieds et le sol (ill. 163). La position légèrement déhanchée de la statue laisse transparaître sous le vêtement la saillie du genou de la jambe libre. Comme sur les statuettes du tympan (ill. 151), on devine sous le tissu étiré les formes de la cuisse.

76On se souvient des formes similaires des costumes des rois du portail de Moutiers-Saint-Jean (ill. 133, 134). On évoquait alors les figures occupant les voussures du portail du bras nord du transept de la cathédrale Notre-Dame de Paris ou celles conservées du portail du bras sud du transept de Saint-Denis. Une œuvre pourrait encore être ajoutée au tableau des rapprochements : la statue du roi dit Childebert aujourd’hui conservée au Musée du Louvre et dont on a toutes les raisons de croire qu’elle occupait autrefois le trumeau du portail de l’ancien réfectoire de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés à Paris. La construction de ce bâtiment est parfaitement datée entre 1239 et 1244. Ainsi rejoint-on à nouveau, comme source probante et probable à la sculpture qui nous préoccupe, le milieu parisien de la décennie 1240-1250.

3. Un ensemble monumental ambitieux

77L’ensemble monumental du portail de Saint-Thibault au sein de l’église priorale et l’intention de créer un centre de pèlerinage sont très probablement les principales raisons qui ont conduit à l’engagement d’un tel chantier. C’est en tout cas ce que laisse supposer l’iconographie la plus plausible des statues.

  • 116 Lefrançois-Pillion (322), 1922, p. 141 ; Gillerman (321), 1986, p. 572.

78Le développement d’un tel thème hagiographique au trumeau et sur les ébrasements d’un portail est original. Il l’est aussi dans le choix du sujet représenté, comme d’ailleurs dans sa mise en scène : on assiste en effet, de part et d’autre de l’ouverture de la porte, à l’exposé de deux épisodes de la vie laïque du futur saint. Et, comme pour distinguer les acteurs profanes du sacré, le concepteur du portail a imaginé pour cadre aux quatre grandes figures des côtés une sorte de “tabernacle”. Ainsi, les dais en forme de gâbles, assis sur quatre colonnettes entre lesquelles évolue la statue, diffèrent-ils de celui plus classique qui abrite au trumeau la figure du saint. Cette explication prévaut, à notre avis, sur celle plusieurs fois avancée de leur décalage chronologique116. Et cela d’autant plus que l’examen attentif de la sculpture a révélé une bonne homogénéité de l’ensemble de la composition plastique.

79Nous avons en effet pu constater la bonne concordance stylistique qui règne entre les statues en ronde-bosse et les reliefs, même si l’on relève sur le tympan et au sein des voussures, deux niveaux d’exécution. L’une de ces mains qui exécuta la Dormition et l’Assomption du linteau ainsi que quelques claveaux des cordons de l’archivolte fut peut-être appelée en renfort d’un autre chantier (on a vu les points communs existants entre ces créations et certaines pièces de Rougemont par exemple) ou affectée le reste du temps à la taille de pierres ou de claveaux moulurés. On réserva néanmoins, et ce malgré la faible importance du chantier, la scène maîtresse du tympan et les statues des ébrasements à un exécutant incontestablement plus habile, qui a parfaitement su assimiler les divers modèles de la sculpture savante produite dans le milieu parisien au cours de la décennie 1240-1250 et dont on sent indéniablement l’influence. Cette même source qui émane tout aussi nettement du portail de Moutiers-Saint-Jean, dont les sculptures entretiennent de si étroites similitudes avec celles de Saint-Thibault, que l’on est véritablement en droit de se poser la question d’une paternité commune. Les deux chantiers rappelons-le n’étaient distants que de quelques kilomètres. Pour autant, la conception architecturale des deux ensembles, il est vrai de dimensions différentes, ne peut être comparée (statues adossées à des colonnes et soubassements à ressauts à Moutiers). Ainsi en dépit des liens de parenté qui les réunissent, chacun de ces ensembles, conçu selon un dessein précis et pour un cadre architectural toujours différent, garde-t-il son originalité propre.

Notes

1 Viollet-le-Duc (325), 1846, p. 190.

2 ADSL, H 164, no 106, « Fondation du prioré de Saint Tibaut érigé en prioré par Hugues, abbé de Saint Rigaud, et fait le lundi devant la Saint-Vincent de l’année 1321… » ; voir Richard (58), 1963, p. 295.

3 ADCO, C 1821, Mémoire du prieur Piget, 1748, p. 1.

4 Courtépée (28), 1774-1783, III, p. 584 ; Marion (323), 1848, p. 3.

5 Courtépée (28), 1774-1783, III, p. 584 ; Albert Colombet indique que ce nom de Fontaines n’apparaît dans aucune charte : « Il n’a été conservé que par la tradition, mais si fidèlement que sous la Révolution, le village reprit son vocable primitif et devint Fontaines-sur-Armançon », voir Colombet (318), 1982, p. 8, n. 1. Alphonse Roserot avoue qu’il n’a pu élucider cette question du changement de nom (Roserot (61), 1924).

6 Marion (323), 1848, p. 4-5, sans indication de source. L’auteur confond cependant le saint avec saint Thibaud des Vaux-de-Cernay ; c’est à Louise Lefrançois-Pillion que l’on doit d’avoir corrigé cette erreur d’attribution et reconnu qu’il s’agissait de saint Thibault de Provins (Lefrançois-Pillion (322), 1922, p. 140).

7 Sur le mobilier de l’église, voir Colombet (318), 1982, p. 31-46.

8 ADCO, 15 H 314, donation de « Guydo de Tilho miles dominus de Sancto Buricio » (Saint-Beury) en faveur du monastère de Fontenay « … in tertiis meis de Sancto Theobaldo… », cité par Colombet (318), 1982, p. 8, n. 3 et Freigang-Kurmann (320), 1986, p. 288, n. 3

9 ADCO, Q 848-1, 1790-1791, Fondations au prieuré de St. Thibault.

10 Ibid. D’autres fondations interviennent au cours du xive siècle. Toutes correspondent à des dons en nature.

11 Testament d’Élisabeth de Mont-Saint-Jean, sœur d’Hugues de Charny, juin 1257 : « Item, lego ecclesie Sancti Theobaldi centum solidos », Petit (9), IV, 1891, no 2901, p. 440.

12 Testament d’Hugues, vicomte de Tonnerre et seigneur de Quincy : « Item, operibus ecclesiarum Sancti Theobaldi […] quibuslibet XLta sol. », Petit (9), IV, 1891, no 2916, p. 447.

13 Testament de Jean, seigneur de la Roche-en-Brenil du 30 avril 1263 : « Item, operi ecclesie Sancti Theobaldi C s. », Petit (9), V, 1894, no 3311, p. 220.

14 Testament de Gui de la Roche-en-Brenil : « Item, operi ecclesie sancti Theobaldi V s. monete currentis supra census de Clermont annuatim capiendis », Petit (9), V, 1894, no 3333, p. 227.

15 Plancher (51), II, 1741, pr. CXLV, p. XCIV, testament de Robert II, duc de Bourgogne.

16 « Item do et lego […] operi ecclesie Sancti Theobaldi de Ausois sexaginta sol. vien. », Petit (9), III, 1889, no 1493, p. 499-500.

17 Plancher (51), II, 1741, pr. CCXXXIV, « dons et aumônes qu’Agnès Duchesse de Bourgogne fit en son testament de 1323 ».

18 Plancher (51), III, 1748, p. 41.

19 ADCO, B 1435, f. 105 v°, cité par Freigang-Kurmann (320), 1986, p. 272 et n. 26.

20 La même somme était destinée à l’œuvre de l’église Notre-Dame de Semur-en-Auxois ; dix livres seulement étaient prévues pour le monastère voisin de Moutiers-Saint-Jean.

21 Le pèlerinage à Saint-Thibault est mentionné pour la première fois en 1296, lorsque le Parlement de Paris condamne Jean d’Harcourt à faire un pèlerinage à Saint-Thibault-en-Auxois (voir Petit (9), VI, 1898, p. 198) ; Louis, comte de Nevers, s’y rendit également en 1300 (Petit (9), VI, 1898, p. 198).

22 Voir n. 8. Le 1er novembre 1265, Huguenin de Thil accorda aux habitants de Saint-Thibault une charte d’affranchissement notifiée par le duc de Bourgogne (ADCO, B 11479, citée par Petit (9), V, 1894, no 3446, p. 254).

23 ADCO, B 1353, cité par Petit (9), V, 1894, no 3727, p. 311.

24 Plancher (51), II, 1741, p. 348.

25 ADCO, 40 H 764, dossier chapelle Saint-Gilles.

26 Colombet (318), 1982, p. 11.

27 ADCO, C 1821, mémoire de Piget, p. 1. Le prieuré serait ensuite passé en 1556 sous le règne de la commende (Marion (323), 1848, p. 6. L’auteur ne cite pas sa source).

28 ADCO, C 1821, mémoire de Piget, p. 1.

29 ADCO, C 1821 loterie de Saint-Thibault.

30 Ibid.

31 ADCO, C 1821, lettre du prieur Piget à l’Intendant des Provinces de Bourgogne et Bresse.

32 ADCO, C 1821, suite du mémoire de Piget.

33 ADCO, C 1822.

34 ADCO, C 1821, suite du mémoire de Piget.

35 ADCO, C 1821, devis du Sieur Caristie, 11 novembre 1748. Pour plus de détails sur les travaux de Caristie à l’église de Saint-Thibault, voir Freigang-Kurmann (320), 1986, p. 274-275.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Bercé (308), 1979, fig. 134.

39 ADCO, C 1821, devis du Sieur Caristie, 11 novembre 1748.

40 ADCO, 30 T2C 22, devis des réparations à faire au portail et à différentes parties de l’église de Saint-Thibault, février 1840.

41 MAP, 0081/021/0436/01 (carton 72), devis des travaux à exécuter pour la conservation du portail nord. Les deux feuilles de dessin sont aujourd’hui conservées au Centre de Recherche sur les Monuments Historiques, fonds Viollet-le-Duc, Côte-d’Or, Saint-Thibault.

42 Ibid.

43 MAP, 0081/021/0436/01 (carton 72), rapport sur la situation des travaux au 1er janvier 1847.

44 truchis, BMD, ms. 2881.

45 MAP, 0081/021/0436/01 (carton 72), extrait des délibérations du Conseil Général de la Côte-d’Or, séance du 23 août 1901.

46 MAP, 0081/021/0436/02 (carton 72), devis pour la remise en état du portail nord, Bernard Haubold, 26 août 1938.

47 MAP, 0081/021/0436/02 (carton 72), demande d’établissement d’un devis pour la restauration des statues du portail de l’église de Saint-Thibault, 14 octobre 1952.

48 Ministère de la Culture, Documentation Immeubles, dossier Saint-Thibault, rapport de Georges Jouven sur l’état des sculptures du portail nord, 6 novembre 1968.

49 Ibid., devis descriptif et estimatif des travaux à exécuter en vue de la réfection de la couverture et du portail nord, Georges Jouven, décembre 1969.

50 Ibid., propos repris dans une lettre du Conservateur régional des Bâtiments de France au Directeur de l’Architecture à la Sous-Direction des Monuments Historiques.

51 Ibid., travaux de remise en état du portail nord, Georges Jouven, 15 juin 1973.

52 Ibid., lettre du Président de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or au Ministre des Affaires culturelles, 16 mai 1973.

53 MAP, 89/01, carton 4, doc. 123, portail nord de l’église de Saint-Thibault-en-Auxois, rapport du Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques no 168, 20 juin 1974.

54 Ministère de la Culture, Documentation Immeubles, dossier Saint-Thibault, procès verbal de la séance du 28 octobre 1974 tenue par la Délégation permanente de la Commission des Monuments Historiques.

55 Ibid., devis descriptif et estimatif des travaux à exécuter en vue de l’achèvement des travaux de remise en état du portail nord, Georges Jouven, février 1975.

56 Sauerländer (192), 1972, p. 184-186 et pl. 296.

57 Ibid., p. 182-183 et pl. 292.

58 Ibid., p. 188 et pl. 306.

59 Ibid., p. 188-189 et pl. 307.

60 Ibid., p. 189 et pl. 307.

61 Ibid., p. 181 et fig. 108.

62 Ibid., p. 115 et pl. 106. Voir aussi Kurmann (122), 2001, p. 122.

63 Les grands tabernacles du chœur auraient été conçus vers 1230 ; voir Kurmann (175), 1987, p. 65.

64 Panofsky (104), 1975, p. 132.

65 Cette expression est celle de Louis Grodecki (Grodecki (162), 1973, p. 111).

66 Quarré (324), 1965, p. 189.

67 Gillerman (321), 1986, p. 570-572.

68 Pierre Quarré (Quarré (324), 1965, p. 189, n. 4) indique, sans en livrer les résultats, que les examens comparatifs ont été effectués au laboratoire de géologie de l’Université de Dijon. Le rapport du L. R. M. H. (no 168, 1974, voir n. 53) ne fournit pas de renseignement à ce sujet.

69 MAP, 0081/021/0436/01 (carton 72), rapport sur l’église de Saint-Thibault, Viollet-le-Duc, avril 1843.

70 Ibid. Les effets du poids du clocher semblent surtout s’être manifestés sur la pile droite du porche traversée d’une importante cassure et située à l’aplomb du double arc de décharge que Caristie construisit au-dessus du portail.

71 Colombet (318), 1982, p. 15.

72 Enders (211), 1984, p. 27-30.

73 Gillerman (321), 1986, p. 570-572.

74 Voir p. 181.

75 Cette expression est celle de Marcel Aubert (Aubert (113), 1920, p. 126) ; elle est reprise par Jean Taralon (Taralon (196), 1991, p. 352).

76 C’est en tout cas l’une des hypothèses retenues par Jean Taralon (voir note précédente) pour le portail de Paris, celle-ci n’excluant d’ailleurs pas la conjonction possible de plusieurs autres facteurs.

77 Freigang-Kurmann (320), 1986, p. 279 et fig. 7.

78 Freigang-Kurmann (320), 1986, p. 278.

79 Ibid. Willibald Sauerländer était du même avis (Sauerländer (192), 1972, p. 179).

80 Freigang-Kurmann (320), 1986, p. 279.

81 Idem.

82 Verdier (84), 1980, p. 141.

83 Verdier (84), 1980, p. 81.

84 Voragine (87), II, p. 88.

85 Voir aussi Sauerländer (192), 1972, fig. 288.

86 Willibald Sauerländer (Sauerländer (192), 1972, p. 179) y a reconnu saint Jean-Baptiste comme pendant à Siméon.

87 Viollet-le-Duc (325), 1846, p. 190 et pl. I, fig. 1.

88 Saint Thibault fut ordonné prêtre à la fin de sa vie par l’évêque de Vicence ; voir Guérin (70), 7, 1873, p. 587.

89 Marion (323), 1848, p. 19-22.

90 Ibid., p. 22.

91 Mâle (73), 1898, p. 571.

92 Lefrançois-Pillion (322), 1922, p. 148.

93 Aubert (203), 1927, p. 51-52 et Aubert (317), 1928, p. 256.

94 Vittenet (326), 1928, p. 5.

95 Oursel (103), 1953, p. 102.

96 Quarré (324), 1965, p. 191.

97 Ceux-ci figuraient probablement aux portails de Notre-Dame de Dijon, Semur-en-Auxois et Rougemont.

98 Sauerländer (192), 1972, p. 179.

99 Enders (211), 1984, p. 30-36.

100 Émile Mâle n’est pas cité à ce propos par Sabine Enders.

101 Voir à ce sujet Lexikon… (71), 1968-1976 ; Enders (211), 1984, p. 32-33 ; Maillé (123), I, 1939, p. 191-192.

102 Voir aussi Guérin (70), 7, 1873, p. 585-588.

103 Garnier (69), 1982, p. 174.

104 Gillerman (321), 1986, p. 575-576.

105 Ibid., p. 579-580. Cette idée est aussi celle de Renate Prochno qui, dans sa thèse sur la Chartreuse de Champmol publiée en 2001, considère, en s’appuyant sur les articles cités plus haut de L. Lefrançois-Pillion (322) et M. Aubert (317), le portail de Saint-Thibault comme une source possible pour le portail de l’église cartusienne (Prochno (212), 2001, p. 27).

106 Voir p. 166 et p. 168.

107 Quarré (324), 1965, p. 188.

108 Marion (323), 1848, p. 20.

109 Lefrançois-Pillion (322), 1922, p. 141.

110 Gillerman (321), 1986, p. 572.

111 Kurmann (175), 1987, p. 271.

112 Alain Erlande-Brandenburg a situé la réalisation de cette statue au cours de la décennie 1240-1250 ; voir Erlande-Brandenburg (151), 1971, p. 246.

113 Kurmann (175), 1987, p. 271-286.

114 Ibid., p. 282-283.

115 Recht (125), 1993, p. 82-83 ; voir aussi Williamson (201), 1995, p. 193-195.

116 Lefrançois-Pillion (322), 1922, p. 141 ; Gillerman (321), 1986, p. 572.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540