Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sculpture figurée du xiiie siècle en Bourgogne

 | 
Denise Borlée

Troisième partie. Un nouveau foyer artistique : le « groupe auxois »

II. L’ancienne abbatiale de Moutiers-Saint-Jean : éléments sculptés du XIIIe siècle subsistants

Texte intégral

  • 1 Vittenet (293), 1938, p. 208. Il s’agit de la seule histoire récente de l’abbaye rédigée à partir d (...)
  • 2 C’est à Neil Stratford que l’on doit la publication de nombreuses pièces et fragments inédits rasse (...)

1De la très ancienne abbaye de Moutiers-Saint-Jean (Saint-Jean de Réome) fondée au début du VIe siècle par un pieux solitaire, saint Jean, plus rien ne subsiste des constructions médiévales dans ce petit village de l’Auxois, à l’exception des vestiges ténus du farinier du xive siècle. L’église abbatiale, vendue à un habitant d’Époisses en 1797, après les vaines tentatives des habitants de la transformer en église paroissiale, fut entièrement démolie1. Les seuls bâtiments monastiques encore existants datent des xviie et xviiie siècles, reconstruits à l’époque mauriste (1635-1789). Dans le domaine de la sculpture, les éléments sont incontestablement plus nombreux, appartenant aux périodes les plus diverses, du haut Moyen Âge au xve siècle. Parmi ceux-ci, certains sont aujourd’hui répartis entre plusieurs musées français et américains ; d’autres sont conservés dans des collections locales2.

1. Historique

  • 3 Vita Iohannis (Krush (283), 1896). Il existe deux autres versions de la vie du saint, l’une de la f (...)
  • 4 Alfred Vittenet mentionne que la première translation des restes de saint Jean date de 580 ; sous l (...)
  • 5 Plancher (51), II, 1741, pl. à la suite de la p. 520.
  • 6 Stratford (291), 1986, p. 162-164.
  • 7 Ibid., p. 158-159 et p. 194, n. 19 et 22.
  • 8 Ibid., p. 159.
  • 9 Petit (20), 1892, p. 283-299.

2La vie de Jean, ermite et fondateur de Réome (du nom du ruisseau coulant à cet endroit), aujourd’hui Moutiers-Saint-Jean, fut rédigée par Jonas de Bobbio qui séjourna quelques jours à Réome en 6593. Jean devint ermite vers l’âge de vingt ans ; il se retira à Réome puis se rendit à Lérins d’où il rapporta la règle de saint Macaire qu’il institua dans son monastère. Le lieu de sa première sépulture, qui n’est pas connu avec précision, passe pour être l’actuel village de Corsaint, non loin de Moutiers-Saint-Jean. Ses restes furent ensuite transférés à l’abbaye à une date incertaine et peut-être placés dans le sarcophage de marbre détruit à la Révolution4 ; la gravure publiée en 1741 par dom Plancher nous en avait seule transmis le souvenir5 jusqu’à la découverte, dans le village, de quatre fragments en provenant6. Leur étude conclut au remploi, pour le tombeau du saint, d’un sarcophage paléochrétien du début du Ve siècle. Au cours du ixe siècle, l’abbaye adopta la règle bénédictine et bénéficia, à partir de 885, de la protection des évêques de Langres7. « Vers l’an 1000, des réformes furent introduites par les abbés de Réome, dont Mayeul de Cluny (vers 983-992), son disciple Guillaume de Volpiano (vers 992-1002), et de 1003 à 1010 Heldéric, auparavant abbé de Saint-Germain d’Auxerre, installé à Réome par le roi Robert le Pieux »8. Peu après, le moine Raoul Glaber, biographe de Guillaume de Volpiano, passa à son tour au monastère de Réome9.

  • 10 À propos de la fausse charte de Clovis, voir en dernier lieu Rauwel (288), 2005.

3L’illustre passé de l’abbaye fut encore enrichi de faux documents, dont la fausse charte de Clovis, probablement rédigée entre 1010-1020 et 1050-1060, selon laquelle le premier roi de la dynastie mérovingienne aurait accordé l’immunité et la protection royale au domaine abbatial de Réome. Son contenu aurait ensuite été confirmé par un document de son fils Clotaire daté de 51610.

  • 11 Vittenet (293), 1938, p. 30 et aussi chap. III, p. 21-34.
  • 12 Sur les filiales et prieurés de Moutiers-Saint-Jean, voir Vittenet (293), 1938, chap. IX, p. 145-17 (...)
  • 13 Vittenet (293), 1938, p. 61.
  • 14 Ibid., carte entre p. 44 et 45 ; on ne connaît malheureusement pas la nature des droits exercés par (...)

4Outre son prestige spirituel, l’abbaye bourguignonne jouissait d’un temporel étendu. Celle-ci reçut en effet de multiples privilèges de la part des évêques de Langres et d’Autun lui accordant la possession de nombreuses églises avec les offrandes, dîmes laïques et droits fonciers qui y étaient attachés. Vers le milieu du xiie siècle, le monastère détenait 39 églises ou chapelles parmi lesquelles d’anciennes possessions confirmées dans de nouveaux actes11. En dépendaient aussi deux abbayes féminines : celle de Rougemont et celle du Puits d’Orbe dont il ne subsiste que quelques ruines12. « À la fin du xiiie siècle, l’abbaye de Moutiers était parvenue à l’apogée de ses pouvoirs spirituel et temporel par le nombre des églises dont elle disposait et la dissémination de ses terres »13 : la carte correspondante des localités dans lesquelles l’abbaye avait divers droits ne compte pas moins de 90 points14 !

2. L’église abbatiale

  • 15 Stratford (291), 1986, p. 163, fig. 6 et p. 164.
  • 16 BnF, ms. lat. 12676, f. 285 cité par Stratford (291), 1986, p. 195, n. 30. Le Père Rouvier publie d (...)
  • 17 Stratford (291), 1986, p. 165.
  • 18 Ibid., p. 167. L’analyse de la pierre d’un fragment d’ange, conservé au Musée des Cloîtres à New Yo (...)
  • 19 Courtépée (28), 1774-1783, III, p. 547.
  • 20 Stratford (291), 1986, p. 166.
  • 21 Courtépée (28), 1774-1783, III, p. 547.
  • 22 Stratford (291), 1986, fig. 1, p. 158 : l’auteur reproduit une vue de l’abbaye non signée et non da (...)
  • 23 BnF, ms. lat. 12676, f. 285.
  • 24 Courtépée (28), 1774-1783, III, p. 547. Une description des tombeaux rédigée au xviiie siècle indiq (...)

5Des bâtiments monastiques antérieurs au xiie siècle nous ne savons rien. Un seul chapiteau carolingien à palmettes nous est parvenu15. Les éléments sculptés les plus nombreux remontent à l’époque romane. Bon nombre d’entre eux proviennent fort probablement de l’église abbatiale construite sous l’abbé Bernard II (1109-1133)16. Il s’agit de grands chapiteaux de demi-colonnes et de chapiteaux de pilastres dont la dimension des lits de pose correspond exactement à la largeur du lit d’attente d’un fragment de fût de demi-colonne engagée et de trois fragments de pilastres cannelés17. Quelques-uns des chapiteaux historiés accusent un style si proche des sculptures provenant des parties occidentales de Cluny, que Neil Stratford a vu là l’exécution d’un sculpteur “clunisien”18. Ces observations amenèrent l’auteur à proposer pour la nef de l’église abbatiale, “ancienne” selon Courtépée19, et probablement construite durant la seconde moitié du xiie siècle, une élévation à trois niveaux de type Cluny III, avec décor de pilastres cannelés, chapiteaux historiés et à feuilles d’acanthe20. Même si Réome ne fut pas véritablement une abbaye « clunisienne », on se souvient que la règle bénédictine y fut adoptée au ixe siècle et qu’elle eut pour abbé Mayeul de Cluny, qui fut peut-être à l’origine de liens pérennes avec la grande abbaye du sud de la Bourgogne. La nef, toujours selon Courtépée, était longue de 77 pas21. Une vue cavalière de l’abbaye dessinée à la plume et aquarellée, exécutée vers 1689, montre que la nef, bordée de collatéraux, comportait sept travées ; elle était largement éclairée par des fenêtres hautes à triple lancettes plus récentes22. À la croisée du transept débordant s’élevait un clocher octogonal. Enfin, dans le prolongement des trois travées du chœur s’ouvrait une chapelle axiale, dédicacée sous l’abbé Pierre (1139-1179) le 26 décembre 117723. Le chœur et la croisée du transept du xiie siècle furent rebâtis à neuf en 1730, nous apprend encore Courtépée24.

  • 25 Plancher (51), I, 1739, p. 516-518.
  • 26 Stratford (291), 1986, p. 180.
  • 27 Voir tout de même à propos de la découverte récente d’un chapiteau et d’un fragment du linteau du p (...)

6Les travaux de l’abbatiale semblent s’être prolongés durant la seconde moitié du xiie siècle avec l’exécution des portails occidentaux connus grâce à la gravure et à la description qu’en a données dom Plancher : seul le portail central plus large comportait un tympan sculpté orné du Tétramorphe et d’un Christ en majesté « semblable à celui de S. Bénigne de Dijon »25. Le linteau était occupé par les douze Apôtres. Aux ébrasements, s’élevaient de chaque côté quatre colonnettes surmontées de chapiteaux historiés illustrant à droite des scènes de l’Enfance du Christ. Au trumeau se tenait sous un dais architecturé une statue de la Vierge à l’Enfant qu’encadraient, en retour, deux chapiteaux également historiés, dont l’un, celui de gauche, représentait la Fuite en Égypte. Les tympans des deux portails latéraux, toujours selon la gravure, étaient parfaitement lisses ; seule une frise végétale décorait la première voussure. Quant aux chapiteaux des ébrasements, la plupart comportait un décor de feuillages. L’illustration de dom Plancher situe ces portails ouvrant sur la nef au fond d’un porche ou d’une avant-nef voûté(e) d’ogives qui pour autant ne figure pas sur la vue cavalière de 1689. Cet ensemble monumental, dont Neil Stratford situe l’exécution sous l’abbatiat de Pierre (1139-1179), comptait probablement parmi les plus beaux ensembles de cette époque sculptés en Bourgogne26. Mais le très faible nombre d’éléments conservés pouvant lui être attribué ne permet cependant pas de se prononcer trop catégoriquement sur son style27.

7Vers le milieu du xiiie siècle, débuta une nouvelle campagne de construction dont attestent le portail conservé au Musée des Cloîtres de New York, un certain nombre de clefs de voûte et autres fragments de remplage d’arcature.

  • 28 Plancher (51), IV, 1781, p. 569 et p. 598.
  • 29 Voir ces documents cités par Stratford (291), 1986, p. 195, n. 34 : BnF, ms. coll. Bourg., 9, « pro (...)

8L’activité architecturale semble s’être ralentie aux siècles suivants. Au xvie siècle, le monastère connut une suite d’importants dommages : d’abord mis à sac par les Huguenots en 1567, il fut une nouvelle fois attaqué en 1590 par des troupes de Ligueurs qui s’emparèrent des biens, pillèrent ce qui ne l’avait pas été par les Calvinistes et saccagèrent les bâtiments durant quatre années28. Après ces ravages, furent établis en 1567, 1602 et 1611, puis en 1636 et 1638, de précieux états des lieux livrant d’intéressantes mentions sur l’abbaye médiévale29.

  • 30 Vittenet (293), 1938, p. 125 et sur la question de l’affiliation à la Congrégation de Saint Maur, p (...)
  • 31 BnF, ms. coll. Bourg., 9, f. 117 v °, procès verbal de 1565 par Anthoyne Fyot, conseiller au Parlem (...)
  • 32 BnF, ms. lat. 12676, f. 283 v° ; 286-288 v°.

9En 1631, fut nommé abbé le Cardinal François de la Rochefoucauld qui introduisit à Réome la réforme de Saint-Maur ; dès 1635 arrivaient les premiers moines mauristes. Une “nouvelle vie” commençait alors pour l’abbaye multiséculaire30. De nombreux travaux de réparation et de reconstruction sont entrepris : les voûtes de la nef, qui s’étaient en partie effondrées en 156231, sont refaites, la nef lambrissée, le mur gouttereau nord remonté et les fenêtres réouvertes ; enfin, les bâtiments monastiques sont pour la plupart reconstruits à l’exception semble-t-il de la galerie nord du cloître32.

3. Le portail du couronnement

10Le portail du Couronnement, conservé au Musée des Cloîtres de New York depuis 1932, est incontestablement la pièce majeure subsistant du monastère médiéval de Réome (ill. 132). Cette œuvre a fait l’objet de plusieurs études parmi lesquelles, signalons, en 1979, la première véritable étude de fond due à William Forsyth et plus récemment, en 1986, celle de Neil Stratford, que l’auteur reprit en 1992 à l’occasion du cinquantenaire du Musée.

Histoire et vicissitudes

  • 33 MCAC, 13, 1895-1900, p. CV-CVI.
  • 34 Chabeuf (276), 1899, p. 7. La photographie originale ne figure pas dans les Archives de la CACO, au (...)
  • 35 Truchis, BMD, ms. 2881.

11Le portail fut mentionné pour la première fois en 1897 par Henri Chabeuf qui le présenta devant la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or33. Deux ans plus tard, en 1899, celui-ci publiait un article illustré d’une photographie montrant le portail encastré dans le mur de la grange située au nord de l’actuelle cour de ferme : l’ouverture en était alors bouchée par divers éléments erratiques provenant probablement de la démolition de l’abbatiale et du cloître34. On note parmi ceux-ci, notamment sur une photographie plus lisible découverte dans le fonds de Truchis, une pierre tombale gravée d’une figure d’abbé tenant un ciboire devant lui et trois écoinçons d’arcature dont nous aurons à reparler plus loin. Une épitaphe ferme la partie inférieure de l’ouverture du portail non dissimulée par une tablette (ill. 131)35. Les deux statues des ébrasements ne figurent sur aucun de ces clichés.

  • 36 Forsyth (281), 1979, p. 37.
  • 37 Ibid., p. 38.
  • 38 MCAC, 17, 1913-1921, p. CCCCLIX : pour Henri Chabeuf, la vente des deux statues « fut une leçon pou (...)
  • 39 MCAC, 13, 1895-1900, p. CXCVI-CXCVII. Les photographies des deux statues de rois sont publiées dans(...)
  • 40 La Collection Michel Manzi, Galerie Manzi, 3e vente, Paris, 1919, no 100, 101, ill. Voir aussi La c (...)
  • 41 MCAC, 17, 1913-1921, p. CCCCLIX.
  • 42 Forsyth (281), 1979, p. 38.

12Le portail fut vendu dans les années 1920 par la propriétaire Mademoiselle Cambillard à un marchand de Vézelay, Jean Peslier, qui le revendit en 1929 à Joseph Brummer. Ce dernier le vendit à son tour au Metropolitan Museum de New York en 193236. Ce n’est qu’en 1940 que les statues des deux rois rejoignirent le portail37. Installées dans un jardin de Moutiers-Saint-Jean jusqu’en 1909, date à laquelle elles furent vendues au collectionneur parisien Michel Manzi38, c’est encore à Henri Chabeuf que l’on doit d’avoir noté le premier l’intérêt de ces deux statues dont il publia également une photographie39. Lors de la vente aux enchères de la Collection Manzi en 191940, les deux effigies de rois furent achetées par Demotte41 ; elles passèrent ensuite à New York via Duveen avant leur acquisition, en 1940, par le Metropolitan Museum pour la collection du Musée des Cloîtres42.

  • 43 Stratford (291), 1986, p. 181. Nous avons mentionné plus haut deux photographies anciennes du porta (...)

13Avant son démontage vers 1920, le portail n’occupait déjà plus son emplacement d’origine : le mur de la grange dans lequel il fut encastré, probablement au cours de la démolition de l’église au xixe siècle, ne présente en effet aucune trace de maçonnerie ancienne. Comme le fait remarquer Neil Stratford, « ce fait comporte un corollaire intéressant : les plus anciennes photographies du portail ne nous renseignent pas nécessairement sur son apparence primitive »43. La question se pose alors de savoir si la reconstitution du musée, pour laquelle James Rorimer alors conservateur se fonda justement sur ces vues anciennes, reproduit bien l’ordonnancement primitif de toutes les pièces du portail. Il a déjà été noté plus haut que les deux statues de rois étaient, à la fin du siècle dernier, désolidarisées de l’ensemble monumental. Il pourrait en avoir été de même pour d’autres éléments dont nous n’avons plus connaissance aujourd’hui.

  • 44 BnF, ms. coll. Bourg., 9, f. 126-128. Un autre exemplaire de ce même procès-verbal figure aux f. 11 (...)
  • 45 De part et d’autre des ébrasements, au-dessus des statuettes superposées, subsistent des départs d’ (...)
  • 46 L’auteur de ces lignes, qui sans nul doute connaissait la prétendue ascendance royale du monastère, (...)

14Le portail eut à subir quelques dommages lors du pillage de l’abbaye par les Huguenots en 1567 : Nicolas Oudin, licencié en droit, bailli et juge ordinaire des terres et seigneuries de Moutiers-Saint-Jean fait savoir, dans un procès-verbal concernant sa visite à l’abbaye le 17 octobre 1567, qu’« au portal de l’eglise devant ledit cloître nous a apparu que les deux statues des Roys Clovis et Cotide [Clotilde] qui sont eslevés de costé et d’autre dudit portail ont les têtes abbatues, et par dessus autres petites statues et images qui etaient aud. portail rompues… »44. Cette précieuse mention nous renseigne à plusieurs égards : d’abord sur l’emplacement primitif du portail qui permettait l’accès du cloître vers l’église, celui-ci devant alors fort probablement s’ouvrir dans la façade méridionale du bras sud du transept45 ; ensuite sur la tradition iconographique identifiant les deux statues latérales au couple royal mérovingien46 et enfin, sur l’état des figures, tant les statues que les statuettes, toutes décapitées.

  • 47 BnF, ms. coll. Bourg., 73, f. 197 r°-198 r°, voir Stratford (291), 1986, p. 182-183 et fig. 47-48. (...)
  • 48 MCAC, 14, 1901-1905, p. XXIV.
  • 49 MCAC, 17, 1913-1921, p. CCCCLIX. Les photographies du catalogue Manzi sont reproduites dans Stratfo (...)

15Si les personnages du tympan, les anges de la voussure et les statuettes des piédroits sont restés en l’état, les deux statues de rois retrouvèrent en revanche leur tête, et ce avant 1725 comme l’atteste la découverte de Neil Stratford de deux dessins dépourvus de légende les représentant47. Ceux-ci montrent donc qu’une importante restauration – à moins qu’il ne s’agisse d’une reconstitution – intervint probablement au cours du xviie siècle sous l’action des Mauristes qui entreprirent de nombreuses réparations et reconstructions de bâtiments. Les œuvres allaient par la suite encore subir bien d’autres interventions. Les plus anciennes photographies présentées à la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or en 190048, alors que les deux statues se trouvaient dans un jardin de Moutiers-Saint-Jean, montrent en effet de sensibles modifications par rapport aux dessins attribués à dom Thivel : les têtes sans doute à nouveau cassées – peut-être à la Révolution – ont été inversées lors de leur remise en place et les socles modifiés, voire entièrement retaillés (?). Les photographies du catalogue de la vente de la Collection Manzi en 1919 indiquent que les têtes furent une nouvelle fois inversées. Ces modifications n’échappèrent pas à l’acheteur Demotte qui, au vu des socles modernes, des têtes recollées et des couronnes refaites, fit diminuer le prix de vente des statues49. James Rorimer pour finir, ne connaissant pas les dessins de la Bibliothèque nationale, fit remettre les têtes dans leur position de la fin du xixe siècle, avant l’installation définitive des statues au portail. Ces manipulations et restaurations successives rendent aujourd’hui difficile – voire impossible – l’étude archéologique de ces deux effigies de rois, comme d’ailleurs l’ensemble du portail.

  • 50 Ibid., p. 276.
  • 51 Stratford (291), 1986, p. 184.
  • 52 MCAC, 13, 1895-1900, p. CV.
  • 53 Stratford (291), 1986, p. 184, fig. 49.

16Sa présentation actuelle, qui l’inclut dans le mur de façade de la chapelle à laquelle il sert d’entrée monumentale, interdit en effet tout examen complet de sa structure (ill. 132). Pour Neil Stratford qui put procéder à un examen attentif des parties visibles, le remontage du portail dans le mur de grange, lors de son sauvetage à la Révolution, fut fatal à certains éléments de sa composition50. Notons tout d’abord l’absence de linteau. Ici, le bord inférieur du tympan, souligné d’une frise de feuilles identiques à celles ornant le trilobe qui encadre la scène du Couronnement, repose directement sur les chapiteaux des piédroits. Les deux bandes végétales du trilobe et du linteau ne se raccordent pas comme on aurait pu s’y attendre. À l’emplacement de leur jonction potentielle, existe au contraire un vide, un arrachement semble-t-il. Les feuilles inférieures du trilobe ont quant à elles été coupées. On retrouve de ces curieux agencements sur la voussure aux anges : en effet, « les anges situés au bas de la voussure, bien que tronqués, ne peuvent trouver place que grâce à la cuvette ménagée au-dessus du baldaquin, eux-mêmes retaillés sur leurs côtés et leur face supérieure »51. Et puis, comme le faisait déjà remarquer Henri Chabeuf à la fin du siècle dernier, aucune figure n’occupe la pointe de la voussure dépourvue de clef52 ; les claveaux supérieurs ne se joignent pas en un simple joint vertical, comme au portail nord de Semur-en-Auxois par exemple, mais en un double joint espacé de quelques centimètres comblés par un remplissage de pierre (?). Ces curieuses dispositions laissent donc augurer d’un remontage approximatif, peut-être dicté par le trop mauvais état de certains éléments volontairement écartés. C’est en tout cas ce que tendrait à prouver l’une des nombreuses pièces retrouvées par Neil Stratford au cours de ses investigations. Il s’agit d’un fragment de personnage assis, tout à fait comparable par son style et ses dimensions aux figurines superposées dans des niches trilobées sur les retours latéraux des ébrasements. Une neuvième statuette – et probablement une dixième par effet de symétrie – aurait ainsi pu figurer de part et d’autre de la porte, sans doute abandonnée pour la reconstruction moderne en raison de ses profondes mutilations53.

Iconographie

17Au tympan, le Couronnement de la Vierge s’inscrit dans un trilobe orné de feuilles vigoureuses très largement découpées, que les fruits permettent sûrement d’identifier à des feuilles de vigne (ill. 135). L’idée d’une tonnelle comme cadre à cet épisode est originale et rompt, tout en en perpétuant la forme, avec la tradition ancienne du baldaquin architecturé encore en usage au tympan du Couronnement au bras nord du transept de la cathédrale de Chartres. La symbolique y est autre cependant. Ici la vigne, symbole du sacrifice du Christ, de l’Église par excellence, renvoie peut-être aussi au Cantique des Cantiques où son image est omniprésente.

  • 54 Voir à ce propos Forsyth (281), 1979, p. 49-51.

18Le Christ, assis de face, couronne la Vierge de sa main droite et tient de l’autre un disque orfévré. À sa droite se tient Marie, le buste légèrement tourné vers son Fils pour recevoir de ses mains la couronne. Deux anges céroféraires sont agenouillés de part et d’autre du couple mystique. La Vierge, nouvelle Ève, foule de ses pieds un serpent tandis que les pieds du Christ, nouvel Adam, reposent sur deux têtes de lion, en référence probablement au roi Salomon, son ancêtre, dont le trône d’ivoire revêtu d’or était gardé par deux lions de part et d’autre des accoudoirs et douze autres qui se tenaient de chaque côté sur les six degrés (premier Livre des Rois 10, 19-20)54. Ainsi la sagesse du roi Salomon, fils de David, préfigurait-elle la sagesse divine du Christ.

  • 55 Verdier (84), 1980, p. 173.
  • 56 Voir à ce sujet Forsyth (281), 1979, p. 51-52. L’auteur cite plusieurs exemplaires conservés de ces (...)
  • 57 Enluminure sur parchemin conservée à la British Library de Londres et reproduite dans Camille (93), (...)

19Mais le trône était aussi siège de majesté et de pouvoir, ce que le disque tenu sur son genou gauche, représentant la mappa mundi tripartite, ne manquait pas de rappeler. Le globe, qui prend ici la forme d’une sphère aplatie, symbolise le pouvoir universel du Christ. Il « deviendra un emblème de plus en plus fréquent du Christ couronnant la Vierge à partir du dernier quart du xiiie siècle »55. La tripartition de la surface du disque en deux bandes orfévrées orthogonales désigne les trois continents alors connus : l’Asie, l’Afrique et l’Europe. Les “normes” de représentation du monde au Moyen Âge plaçaient l’Asie dans la moitié supérieure du disque, l’Europe dans le quart inférieur gauche et l’Afrique dans le quart inférieur droit. La bande horizontale représentait du côté gauche le Don séparant l’Europe de l’Asie et du côté droit le Nil marquant la limite entre l’Afrique et l’Asie. Quant à la demi-bande verticale, elle était censée figurer la mer Méditerranée entre Europe et Afrique. Enfin, la bordure circulaire évoquait l’océan encerclant les terres56. Il n’était pas rare à cette époque que de telles cartes du monde illustrent les manuscrits, comme cette enluminure sur parchemin contenue dans un psautier datant des années 1260 : la représentation est augmentée de nombreux noms de villes, de fleuves et de rivières naissant des urnes, de chaînes de montagnes et de mers. La mer Rouge entre l’Afrique et l’Asie y est peinte en rouge ; Jérusalem, « nombril du monde » est située au centre. Enfin sur la frange droite de l’Afrique, sont reléguées les races monstrueuses supposées exister aux confins de la Terre57.

  • 58 Forsyth (281), 1979, p. 72.

20Les nimbes du Christ et de la Vierge ont aujourd’hui disparu. Ils étaient originellement peints, tout comme l’ensemble du portail ; leurs traces sont encore bien visibles, du moins dans leur moitié inférieure, le sommet du trilobe, taillé dans un autre bloc, présentant des traces d’outils très marquées (ill. 135). Selon William Forsyth, qui donna un bref état de la polychromie, les bleus, les rouges et l’or semblent avoir été les principales couleurs employées au tympan58. Les bruns et les noirs étaient réservés aux galons des vêtements et au dessin des plumes des ailes des anges non sculptées. La profondeur des moulurations du tympan était encore renforcée par des ombres rouges et noires. À l’origine, la peinture recouvrait aussi fort probablement les cierges des deux anges céroféraires encadrant la scène du Couronnement, lesquels, jugés trop fragiles, auront sans doute été taillés dans un autre matériau. Ainsi la polychromie, seconde phase essentielle dans l’exécution de la composition plastique, achevait-elle de donner tout son sens à l’œuvre.

  • 59 Les colonnettes, qui ont disparu en même temps que les statues avec lesquelles elles faisaient corp (...)
  • 60 Rorimer (393), 1963, p. 19.
  • 61 Les dessins des deux rois (BnF, ms. coll. Bourg., 73, f. 197-198), probablement dus au mauriste dom (...)

21Au-dessus du tympan, six anges également dépourvus de tête et agenouillés sous des dais trilobés occupent la voussure. Les murs évasés des ébrasements sont ornés d’élégants chapiteaux à feuillage naturaliste que soutiennent de fines colonnettes. De chaque côté prenait place, sous un baldaquin architecturé naissant du chapiteau situé au centre des murs des ébrasements, une statue adossée à une colonne (ill. 133, 134). Lors du remontage du portail au Musée des Cloîtres, James Rorimer fit reconstituer les deux colonnettes manquantes59 ; huit ans plus tard, après leur achat différé, les statues des rois y étaient fixées au moyen de crampons métalliques modernes. James Rorimer tentait en 1963, dans une nouvelle édition du catalogue du musée, de démontrer l’indubitable appartenance des statues au portail de Moutiers en mentionnant la coexistence sur la paroi de l’ébrasement gauche du portail et au dos de la statue d’un goujon métallique60. Cette mention a de quoi surprendre car, à l’origine, les statues n’étaient pas adossées au mur de fond mais à des colonnes, comme l’indiquent encore les bases et les deux baldaquins restés en place. Néanmoins, deux crampons métalliques fichés à l’emplacement des statues, approximativement à même hauteur, sont effectivement bien visibles sur la photographie du portail publiée par Henri Chabeuf en 1899 et sur celle du fonds de Truchis (ill. 131). Ont-ils simplement été fixés par le fermier pour un usage agricole ou témoignent-ils d’un nouveau système d’accrochage des statues, peut-être à la suite du transfert du portail à la Révolution ? Car rien n’interdit de penser que les rois n’ont pas été un moment remis en place avant leur dispersion dans le village. Les modifications apportées aux socles des statues dateraient-elles aussi de cette hypothétique nouvelle présentation61 ? Quoi qu’il en soit, les restes d’attache mentionnés par Rorimer ne peuvent servir à prouver l’appartenance originelle des deux statues de rois au portail de Réome.

  • 62 MCAC, 13, 1895-1900, p. CXCVI.
  • 63 Stratford (291), 1986, p. 184-185.

22Le lieu de leur découverte autant que leur nature, qui s’accorde parfaitement avec la description de 1567, conduisent pourtant logiquement à les désigner comme les deux statues manquantes des ébrasements. L’incompatibilité de leurs dimensions, avancée sitôt leur découverte par Henri Chabeuf62 et plus récemment par Neil Stratford63, ne peut en effet être tenue pour une preuve indubitable. Car, si les statues occupent bien toute la largeur des murs des ébrasements, elles n’en débordent toutefois pas le cadre architectural.

23L’appréhension de la composition initiale du portail est aujourd’hui sensiblement perturbée par les dais à moitié brisés qui descendaient plus bas à l’origine, probablement au niveau de l’astragale des chapiteaux (ill. 132). Elle l’est aussi par l’inversion des têtes sur les statues : tandis que les regards des deux rois “mérovingiens” divergent aujourd’hui en direction des visiteurs qui s’avancent vers l’entrée de la « chapelle de Langon », ceux-ci à l’inverse se tournaient à l’origine l’un vers l’autre, communiquant ainsi spatialement et invitant les moines à entrer dans l’église.

  • 64 Voir p. 161.
  • 65 William Forsyth proposait que les chartes aient pu être fabriquées au xie ou xiie siècle, au moment (...)
  • 66 Thirion (197), 1970, p. 92-93.
  • 67 Le réfectoire, dont est forcément contemporain le trumeau du portail, a été construit entre 1239 et (...)
  • 68 Nous ne pouvons souscrire à l’avis très tranché d’Alain Rauwel pour qui l’hypothèse d’un lien entre (...)

24L’identité des deux statues, révélée par la description de 1567 malgré la petite erreur commise par le juriste64, est sans doute à mettre en rapport avec les fausses chartes revendiquant l’origine royale de l’abbaye et les nombreuses gratifications dont celle-ci aurait été pourvue65. Ainsi, le programme du portail aurait-il été conçu, pour partie au moins, avec la volonté de magnifier, à l’adresse des moines, les prétendus prestigieux “bienfaiteurs” de l’abbaye. Un tel intérêt pour les fondateurs mérovingiens n’était pas un phénomène rare à l’époque gothique, en particulier à Paris où se multipliaient leurs effigies en habits gothiques. Ainsi Jacques Thirion, étudiant le portail Sainte-Anne de Notre-Dame de Paris, proposa-t-il de reconnaître, dans les figures du roi et de l’évêque, Childebert et l’évêque saint Germain plutôt que Louis VII et Maurice de Sully avec lesquels on les avait identifiés jusque-là66. Le roi Childebert passait pour être le premier bienfaiteur de l’église de Paris par la charte de donation qu’il accorda en 528 à l’évêque Germain et dont on sait maintenant qu’il s’agit, comme à Moutiers, d’un faux. Plus tard, l’effigie du roi mérovingien – exactement vêtu comme le roi barbu de Moutiers – figurera encore au trumeau de la porte du réfectoire de Saint-Germain-des-Prés67. Une telle interprétation iconographique peut donc avec beaucoup de vraisemblance être retenue à Moutiers68.

25Mais devant le développement très mesuré de l’ensemble monumental, ces deux statues de rois ont bien pu revêtir une double personnalité. Il n’est en effet pas impossible que celles-ci aient également pu figurer des précurseurs royaux du Christ, généralement présents aux voussures ou aux ébrasements des portails du Couronnement. Ici, le principe de la double signification des œuvres est d’autant plus séduisant que les murs des ébrasements n’abritent qu’une seule statue tandis que l’unique cordon de voussure est occupé par un cortège angélique.

  • 69 Forsyth (281), 1979, p. 72.
  • 70 Stratford (291), 1986, p. 180.
  • 71 Les huit statuettes ont été analysées par William Forsyth (Forsyth (281), 1979, p. 57-62) ; Philipp (...)

26Cette restriction iconographique, due au manque de place, fut malgré tout en partie palliée par l’emploi d’une solution tout à fait originale : la mise en œuvre, en retour des murs des ébrasements, d’une superposition de statuettes assises dans des niches à dais trilobés, suivant un principe identique à celui généralement réservé aux voussures (ill. 132). Ces statuettes, dont le nombre était peut-être supérieur à l’origine, ont également subi de graves dommages : les têtes ou les visages sont fracturés et, sur les plus anciennes photographies du portail (ill. 131), une niche, la seconde depuis le bas du côté droit, est vide. La figure fut retrouvée dans le sol, devant le portail, et remise en place69. Plusieurs parmi les statuettes peuvent néanmoins être identifiées « comme des figures typologiques du sacrifice du Christ appartenant à l’Ancien et au Nouveau Testament »70. Certaines sont formellement reconnaissables : à gauche, de bas en haut, le prophète Élie (1re figure) identifié par le corbeau lui apportant de la nourriture et Abraham (3e figure) sacrifiant Isaac ; à droite, Melchisédech, un autel derrière lui (1re figure), Moïse (3e figure) avec ses cornes et le serpent d’airain enroulé autour de la colonnette gauche et Siméon (4e figure) tenant l’Enfant Jésus sur ses genoux. William Forsyth a également proposé de voir dans les personnages plus énigmatiques du côté gauche, les figures de David (2e figure) et de saint Jean-Baptiste (4e figure, ill. 137) et, du côté droit, celle de Salomon (2e figure) ou Néhémie, voire peut-être Jérémie pour Philippe Verdier71.

Le style

27L’observation de l’ordonnancement et du rendu du drapé des vêtements des figures du portail révèle une bonne homogénéité de la sculpture. Les corps sont enveloppés dans d’épaisses étoffes qui se tendent sur les épaules et sur les genoux et les cuisses des anges agenouillés du tympan et des voussures. Quelques plis incisent légèrement le corsage ajusté des robes de la Vierge et du Christ ; l’ample manteau, passé sur les épaules, recouvre les jambes entre lesquelles s’amoncellent de larges plis dont l’agitation contraste fortement avec la surface lisse du tissu qu’étirent les genoux (ill. 135).

28Ainsi, le répertoire formel à partir duquel ont été élaborées les statuettes du tympan, tout comme celles assises dans les niches superposées à l’extérieur des murs des ébrasements, nous le retrouvons mis en œuvre dans les figures occupant les voussures du portail du bras nord du transept de la cathédrale Notre-Dame de Paris exécuté vers le milieu du xiiie siècle : les vêtements des personnages y sont taillés dans ce même drap épais, que le mouvement de génuflexion des anges plaque sur leurs cuisses ; les longs plis verticaux s’écrasent et se cassent pareillement sur le sol.

  • 72 Le bras sud du transept de l’abbatiale de Saint-Denis était en cours de construction en 1241 et dev (...)

29Les robes que portent les deux figures de rois ont été taillées de la même façon (ill. 133, 134) : du corsage assez ajusté partent de longs plis repassés, formant au niveau des chevilles un élégant ourlet ondoyant. Un traitement semblable de la draperie n’est pas sans rappeler les plissés sculptés sur les quelques scènes préservées des voussures du portail du bras sud du transept de l’église abbatiale de Saint-Denis (ill. 140)72. Certes les faisceaux de plis verticaux y sont plus nombreux, souvent animés par les jeux graphiques des plis en becs et de la bordure sinueuse du manteau ramené sur le devant du corps.

30Plus près de Moutiers-Saint-Jean, les drapés des costumes des rois peuvent aussi être comparés à ceux des statues des ébrasements du portail de Saint-Thibault-en-Auxois. Le rendu du plissé de la tunique du jeune roi (ill. 134) ressemble à s’y méprendre aux chasubles des deux personnages masculins de l’ébrasement droit du portail de l’ancienne église priorale (ill. 164). Non moins frappantes de symétrie sont encore les robes du roi barbu de Moutiers (ill. 133) et de la statue de femme de l’ébrasement gauche du portail de Saint-Thibault (ill. 163). Si ce n’est la différence de longueur conventionnelle entre les vêtements féminins et masculins, qui vient ici perturber l’ordonnancement des plis dans le bas de la robe de la grand-mère de saint Thibault, tout est strictement identique : le corsage parcouru de petits plis serrés, blousant légèrement au-dessus d’une ceinture de cuir ornée des mêmes motifs d’applique et à laquelle pend une bourse de toile ; les longs plis tuyautés quelque peu aplatis ; enfin l’avancement de la jambe gauche, tendant le tissu sur la cuisse. Des rapprochements de même type sont tout aussi probants entre certaines figurines de Moutiers et quelques-unes des statuettes des voussures de Saint-Thibault.

  • 73 Forsyth (281), 1979, p. 56-57.

31William Forsyth, qui confrontait déjà ces deux ensembles monumentaux, allait plus loin en considérant le portail de Moutiers comme une version condensée de celui de Saint-Thibault73. Pour ce conservateur du Musée des Cloîtres, la parenté stylistique des œuvres ne pouvait donc s’expliquer que sous la condition d’un rapport hiérarchique, celui du modèle et de sa copie. S’il n’est évidemment pas question ici, faute de preuves tangibles, de réfuter en bloc cette idée, il semble cependant qu’il faille avancer plus prudemment sur cette question. En effet, si tel fut le cas, sur quel(s) critère(s) se base-t-on, devant l’absence totale de documentation à cet égard, pour désigner l’antériorité d’un monument sur l’autre ? Et puis, un style commun implique-t-il obligatoirement l’intervention d’une même équipe, des mêmes mains ? Il est beaucoup trop tôt, à ce stade de l’étude, pour, sinon répondre catégoriquement, du moins soumettre quelque(s) hypothèse(s) plausible(s).

  • 74 Les archives du Musée des Cloîtres de New York conserve un schéma des restaurations effectuées sur (...)
  • 75 Stratford (291), 1986, p. 183.

32En raison des nombreuses vicissitudes subies par les têtes des rois depuis 1567, leur analyse stylistique s’avère plus compliquée (ill. 133, 134). En effet, abattues au xvie siècle, elles furent ensuite remises en place comme l’indiquent les deux dessins du xviiie siècle ; remarquons qu’aucune autre tête du portail ne fut remplacée. Par la suite, ces têtes furent, on l’a vu, déplacées à plusieurs reprises et probablement assez fortement restaurées74. Il faut donc les envisager avec la plus grande prudence. Néanmoins, il ne serait pas raisonnable de les écarter tout à fait, car, contrairement à ce qu’affirme Neil Stratford, leur style n’est pas isolé75. On peut en effet, avec bien sûr toutes les réserves émises précédemment, rapprocher le visage du roi imberbe de deux culots figurés, dont il sera question plus loin (ill. 146, 147), et de celui de la statue de jeune homme de l’ébrasement droit du portail de Saint-Thibault (ill. 164).

  • 76 Ibid.
  • 77 Erlande-Brandenburg (153), 1975, p. 133-134.

33En tout état de cause, le style de ces têtes ne peut nullement correspondre à une recréation de l’époque mauriste, comme le suggère encore Neil Stratford. L’auteur mentionne la restauration, vers 1627, de la tombe de Clovis à l’église Sainte-Geneviève de Paris par le cardinal de la Rochefoucauld, celui-là même qui devint quelques années plus tard abbé commendataire de Réome76. Mais les recherches d’Alain Erlande-Brandenburg, qui s’est employé à confronter les textes et les documents graphiques, ont bien montré que le gisant n’a pas été refait au xviie siècle et que le monument, qui se trouve à Saint-Denis, appartient bien au xiiie siècle. L’intervention du cardinal s’est en fait limitée à la construction d’un coffre en marbre sur lequel fut replacé le gisant77. Aussi peut-on tout au plus imaginer que l’abbé, par respect pour les « fondateurs » mérovingiens, fit « recoller » les têtes des rois décapités au siècle précédent.

  • 78 Coll. Peyre. H. 0,12 m.

34En dehors de ces deux têtes royales, il ne subsiste qu’une seule autre tête du portail, l’une des plus belles pièces découvertes par Neil Stratford (ill. 138)78. L’historien de l’art, qui se rendit à New York muni d’un moulage au plâtre de la pièce, put établir que celle-ci appartenait au second ange du côté gauche de la voussure. Le visage s’arrondit doucement en un galbe harmonieux. La bouche est petite et droite, les lèvres pincées, dont l’usure de la pierre ne laisse plus voir les contours précis. Les yeux, légèrement globuleux, sont bien circonscrits par l’arc que dessine la large paupière supérieure, tandis que la paupière inférieure, délicatement renflée, s’étire presque rectiligne. Enfin, une auréole de courtes mèches finement incisées cerne ce visage serein. Celui-ci est en tout point semblable aux visages des anges assistant à l’Assomption de la Vierge figurée sur la moitié droite du linteau du portail nord de l’église voisine de Saint-Thibault-en-Auxois (ill. 155). La ressemblance est également frappante avec cet autre ange tenant dans ses mains la tunique du Christ baptisé au tympan inédit de la petite église paroissiale, également toute proche, de Bierry-les-Belles-Fontaines (Yonne) (ill. 210). Il ne s’agit pas ici de simples rapprochements de motifs mais bien d’œuvres de même style. L’une des statuettes du portail de Moutiers (du côté gauche, 4e niche de bas en haut, ill. 137), la seule qui ait conservé sa chevelure, a une coiffure identique et de même facture que celles de Siméon au tympan de Rougemont (ill. 108) et du Christ de Bierry (ill. 210) : deux belles torsades de fines mèches, naissant de la raie médiane, tombent souplement le long des tempes.

35Ainsi le portail de Moutiers ne fait-il pas figure d’œuvre isolée. Il entretient au contraire d’étroits liens de parenté, sur lesquels nous aurons l’occasion de revenir, avec les autres portails sculptés environnants. Auparavant, voyons ce qu’il en est des quelques éléments figurés du décor architectural encore conservés de l’abbaye médiévale.

4. Fragments épars

Écoinçons d’arcature

  • 79 Wellesley College, Massachusetts, USA, Jewett Art Center (Rogers Fund), Inv. 1949.25-26 ; achetés e (...)
  • 80 Neil Stratford (Stratford (291), 1986, p. 200, n. 161) donne le diamètre calculé de l’oculus = 0,89 (...)

36Sur les plus anciennes photographies du portail (ill. 131) figurent, parmi les éléments de remploi servant à boucher l’ouverture, deux écoinçons d’arcature et le fragment d’un troisième. Les deux pièces les mieux conservées se trouvent aujourd’hui à Wellesley (Massachusetts, USA)79. Toutes deux, ornées d’un saint Michel, l’un pesant les âmes et l’autre occupé à transpercer le dragon à l’aide d’une lance crucifère (ill. 139), appartenaient à une arcature à claire-voie, comme l’indique le revers travaillé des écoinçons, composée d’arcades géminées surmontées d’un oculus80. L’absence d’usure sur la surface de la pierre montre que ces blocs moulurés ont toujours été abrités des intempéries.

  • 81 Stratford (291), 1986, p. 187.
  • 82 Encastré dans un mur, à l’entrée de la cour de la ferme Chanu.
  • 83 Coll. Chanu.
  • 84 Coll. Pellicioli.
  • 85 Voir n. 22.

37Quatre autres écoinçons du même type ont été découverts dans le village81 : l’un, présentant une moitié de dragon ailé, est encastré dans un mur82 ; deux autres sont ornés de feuillages naturalistes : feuilles de lierre et rosace végétale83 ; le dernier enfin porte une tête de feuille masculine, motif courant dans la sculpture du xiiie siècle84. C’est donc au total une série de six écoinçons – plus un fragment disparu – qu’il est possible de reconstituer. Ceux-ci pourraient provenir du réseau des arcades du cloître et plus particulièrement peut-être de la galerie nord flanquant l’église, dont la vue cavalière de l’abbaye dessinée au xviie siècle donne le schéma constitué de deux lancettes surmontées d’un oculus, pouvant tout à fait être daté du xiiie siècle85.

  • 86 Petit (9), IV, 1891, no 2916, p. 446. Neil Stratford a calculé que cette somme couvrait à peu près (...)

38Ainsi, parallèlement à la construction du portail du bras sud du transept, d’importants travaux étaient-ils en cours dans le cloître. Le legs testamentaire de 100 sous que fit Hugues, vicomte de Tonnerre et seigneur de Quincy, à l’œuvre de l’église en octobre 1257, devait alors intervenir à point nommé86. La simultanéité de ces travaux, qui durent être entrepris au plus tôt vers le milieu du xiiie siècle, est attestée par l’homogénéité de la sculpture des deux groupes. La figure de saint Michel terrassant le dragon, sur l’un des écoinçons de Wellesley, s’accorde bien avec le style des personnages du portail (ill. 139) : on y retrouve de grandes plages de tissu tendues sur le corps et entrecoupées de plis très graphiques faiblement creusés ; une tête ronde, un petit menton légèrement accusé, des yeux globuleux bien cernés par la paupière supérieure arquée et celle inférieure rectiligne et, enfin, le traitement enlevé de la chevelure. Ces traits sont exactement ceux de la tête d’ange de la voussure (ill. 138). L’exécution du saint Michel à la balance, sur le second écoinçon, diffère du précédent par un relief moins prononcé et un rendu beaucoup plus succinct des détails, que compensait la polychromie : les plumes des ailes, qui ne sont pas sculptées, sont encore partiellement peintes, comme l’étaient celles des anges du portail.

Clefs de voûte

  • 87 Stratford (291), 1986, p. 187.
  • 88 L’une d’elles est encastrée dans le mur de l’abbaye ; les deux autres, dont le feuillage est très a (...)
  • 89 Coll. Joseph Challan-Belval. Le profil des ogives diffère de celui des autres clefs de voûtes : tor (...)
  • 90 Coll. Pierre Challan-Belval.
  • 91 Coll. Joseph Challan-Belval. La clef étant encastrée dans un mur, les départs d’ogives ne sont plus (...)
  • 92 Coll. Peyre. La tête et le haut du nimbe sont cassés ; traces de polychromie sur le nimbe et le man (...)
  • 93 Anciennement coll. Journaux. La clef a depuis été vendue.
  • 94 Coll. Jacques Voisenet.
  • 95 Coll. Bernard Rebourg. Tous les départs d’ogives sont brisés.
  • 96 MCAC, 14, 1901-1905, p. XXIV.
  • 97 Le diamètre du disque sur lequel sont sculptées les figures varie entre 0,30 et 0,40 m.

39Onze clefs de voûte – dont une est aujourd’hui perdue – composent un second ensemble très intéressant rassemblé par Neil Stratford87. Trois d’entre elles revêtent un décor végétal88 ; une autre, datant peut-être du xive siècle, porte un écu bûché, surmonté d’une mitre et d’une crosse et encadré par deux rameaux de laurier89. Les autres sont figurées et représentent : un abbé ou un évêque tenant une crosse90 ; saint Pierre, serrant une clef dans sa main droite (ill. 141)91 ; un personnage nimbé aujourd’hui acéphale92 ; saint Paul, le front dégarni, portant l’épée (ill. 142)93 ; un personnage juvénile nimbé, pressant un livre sur sa hanche droite, la main gauche posée sur la poitrine : saint Jean l’Évangéliste (ill. 143)94 ; le Christ bénissant au nimbe crucifère95 ; enfin, saint André que l’on ne connaît plus désormais que par une photographie publiée en 1900 dans les Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or (ill. 144)96. Ces clefs de voûte, qui ont toutes des dimensions très voisines, proviennent de travées voûtées d’ogives de plan quadrangulaire ou rectangulaire, peut-être des galeries du cloître97. Le profil des ogives suit un dessin très fréquemment repris en Bourgogne à cette époque, à quelques petites variantes près parfois : tore en amande encadré par une baguette et une gorge profonde. On le retrouve par exemple à Rougemont, sur les voûtes du porche et des bas-côtés, dont les clefs, tant par leur iconographie que du point de vue de leur style, sont tout à fait comparables à celles de Moutiers-Saint-Jean. Les bustes des apôtres, taillés sur un fond lisse, émergent de la même façon de nuées ondoyantes. Le visage de l’apôtre figuré sur celle de la deuxième travée du collatéral nord de la nef de Rougemont (ill. 127) ressemble à s’y méprendre à celui du saint André de Moutiers (ill. 144) : le traitement de la barbe – similaire aussi sur le saint Paul de Moutiers –, la coupe des yeux et de la bouche, et les pommettes saillantes y sont identiques. L’ordonnance du tissu des vêtements est également assez semblable, bien que les drapés soient parfois rendus plus souplement à Moutiers, en particulier sur les clefs de saint Paul (ill. 142) et de saint André (ill. 144). La figure de ce dernier peut encore être rapprochée sans aucune hésitation de la tête du Christ du petit tympan de l’église de Bierry-les-Belles-Fontaines (ill. 210), ou bien encore d’une autre clef de voûte conservée au musée de Saint-Père-sous-Vézelay et figurant, sur un fond concave tapissé de feuillage, le Christ bénissant (ill. 145).

  • 98 Bruand (310), 1958, p. 263.
  • 99 Ibid. La proposition de l’auteur fut reprise récemment par Pierre Dubourg-Noves (Dubourg-Noves (312 (...)
  • 100 Robert Branner (Branner (133), 1960, p. 173-174) situe le début de la construction de l’église par (...)

40Les mèches souples des cheveux et de la barbe apparaissent sur cette pièce comme toujours bien peignées, nettement incisées ; les pommettes hautes accusent une délicate saillie donnant l’effet de joues légèrement creuses ; les yeux enfin sont dessinés selon le schéma habituel de l’arc fermé par un trait droit. La tunique et le manteau dont est vêtu le Christ sont coupés dans un épais tissu, réservant de larges aplats, que les plis ont peine à contrarier. Avant son intégration au sein des collections du musée de la localité, cette clef, sans provenance précise, était déposée dans la tribune de l’église Notre-Dame. Les traces de mortier relevées sur les lits d’attente des départs d’ogives et les restes de peinture ocre jaune et ocre rouge ne font pas de doute quant à sa mise en œuvre ancienne ; le problème de son emplacement primitif n’en reste pas moins posé98. Les amorces de sept nervures d’ogives, impliquant son utilisation dans une abside, ont conduit les auteurs à voir dans cette pièce, la clef de voûte du chœur primitif de l’église, daté du début du xiiie siècle, et qui aurait été reconstruit, pour une raison indéterminée, au cours de la première moitié du xive siècle99. La date plus tardive de cet élément sculpté – dont on ne peut raisonnablement pas situer l’exécution avant le milieu du xiiie siècle – ne permet cependant pas d’entériner tout à fait cette proposition. Ainsi faudrait-il, afin de rendre cette hypothèse plausible, retarder de quelques décennies la date de construction du chœur primitif100. En outre, notons encore que le style des clefs de voûte en place dans la nef ne soutient aucune comparaison avec la représentation du Christ bénissant, pas plus d’ailleurs que les statues de la façade. Quoi qu’il en soit, même s’il serait intéressant dans le cadre d’une géographie artistique, de connaître avec certitude la provenance de cette clef de voûte figurée, celle-ci n’en demeure pas moins une très belle pièce venant encore ajouter à la liste de cette production régionale.

41Pour revenir à Moutiers-Saint-Jean, mentionnons encore la très belle clef au saint Pierre (ill. 141), qui là encore n’est pas sans rappeler la statue de l’apôtre sis à la façade occidentale de la Madeleine de Vézelay (ill. 183). Au-delà de la simple parenté des motifs inhérente aux codes de représentation iconographique, ces œuvres révèlent véritablement une conception plastique commune.

42Ainsi, l’homogénéité stylistique de la sculpture monumentale du xiiie siècle de Moutiers-Saint-Jean semble-t-elle montrer son appartenance à une même phase de réalisation, que l’on peut raisonnablement localiser dans la zone du bras sud du transept de l’église, motivée peut-être par l’érection d’un nouveau portail historié permettant l’accès des moines à l’église. Cette production s’intègre parfaitement – on vient encore de le voir avec les écoinçons d’arcature et les clefs de voûte – au large mouvement de création plastique qui marqua cette région aux alentours du milieu du siècle. Mais au-delà, c’est bien encore du milieu parisien dont est issu le style de la sculpture de Moutiers. Des principes stylistiques de cette sculpture savante qui fit école sur les plus prestigieux chantiers contemporains – les cathédrales d’Amiens et de Reims ou encore le jubé de Bourges, pour ne citer que quelques exemples – et qui parallèlement pénétra rapidement – on ignore de quelle(s) manière(s), – les terres plus éloignées des régions circonvoisines. La Bourgogne, comme le montrent toujours un peu plus les œuvres étudiées, fait partie de ces régions qui ne sont pas restées imperméables aux modèles de la capitale royale. Si à Rougemont cette influence se ressent essentiellement à travers la reprise appliquée des motifs en vigueur, les superbes anges agenouillés des voussures de Moutiers dénotent à l’évidence à la fois une parfaite connaissance des modèles et une bonne capacité à les reproduire : seul un sculpteur expérimenté et doué a pu réaliser ces pièces.

  • 101 Trois consoles ornées d’une tête d’homme sont encastrées dans un des murs de l’hôpital de Moutiers- (...)

43On note toutefois, comme à Rougemont, une évolution du niveau de qualité des sculptures. Si le portail est indéniablement d’une très belle facture, les écoinçons d’arcature et plus encore les clefs de voûte sont traités parfois de manière plus sommaire, même s’il faut bien sûr tenir compte ici d’une accentuation moindre du relief et de l’état d’usure parfois avancé de ces éléments. Cette distinction qualitative pourrait aussi s’expliquer par l’éloignement à la vue des clefs placées en hauteur, nécessitant une finition moins aboutie. Ce principe conjectural ne semble toutefois pas avoir été systématiquement appliqué, comme le montrent quelques-uns des culots figurés conservés dans différents musées ou utilisés en remploi dans les murs de l’hôpital de Moutiers (ill. 146, 147)101. Ceux-ci montrent en effet une exécution soignée : motif rémanent dans l’architecture des églises bourguignonnes du xiiie siècle, ils devaient à l’origine recevoir une ogive ou une colonnette ; le bloc composé d’une figure et d’un chapiteau – peut-être même d’un second à l’origine – portait vraisemblablement un double ou triple rouleau d’archivolte encadrant une baie (porte ou fenêtre), à moins qu’il n’ait servi de support à une ogive et son arc doubleau.

  • 102 Voir la note précédente.

44L’ensemble de ces culots, y compris ceux conservés aux États-Unis, témoigne précieusement du décor architectural des bâtiments disparus de l’abbaye, construits au xiiie siècle. La rudesse des figures du musée de Villiers-Saint-Benoît opposée à la délicatesse et à la douceur des visages juvéniles de Moutiers-Saint-Jean et de Durham102, pourrait, bien qu’il ne s’agisse plus à présent que d’un lot isolé de tout contexte architectural, soulever le problème de la hiérarchie qualitative et iconographique du décor sculpté des édifices religieux. L’analyse des sculptures ornant la structure architecturale du chœur de l’église Notre-Dame de Semur-en-Auxois a déjà permis de répondre partiellement à cette question en mettant en exergue une gradation verticale. Une telle distribution, cette fois “horizontale”, paraît tout aussi probable, organisée autour des pôles phares du monument ; c’est aussi ce que traduit le dépouillement de la nef de Semur opposé à la richesse de l’ornementation du chœur.

Notes

1 Vittenet (293), 1938, p. 208. Il s’agit de la seule histoire récente de l’abbaye rédigée à partir de nombreuses sources d’archives et d’un ouvrage ancien écrit par un Jésuite, le Père Rouvier, et publiée en 1637 : Reomaus (289), 1637.

2 C’est à Neil Stratford que l’on doit la publication de nombreuses pièces et fragments inédits rassemblés à l’Hôpital de Moutiers-Saint-Jean lors de la visite de la Société Française d’Archéologie en 1986 : Stratford (291), 1986, p. 157-201, article auquel il sera fréquemment fait référence.

3 Vita Iohannis (Krush (283), 1896). Il existe deux autres versions de la vie du saint, l’une de la fin du viiie siècle écrite par un moine de Moutiers et l’autre en deux livres du début du ixe siècle (B.M. Semur-en-Auxois, ms. 1). Pour une bibliographie détaillée sur l’abbaye, voir Laurent-Claudon (40), 1941, p. 262-270.

4 Alfred Vittenet mentionne que la première translation des restes de saint Jean date de 580 ; sous la menace des Normands, ceux-ci auraient été transportés à Semur d’où ils furent rapportés en 911 (Vittenet (293), 1938, p. 6).

5 Plancher (51), II, 1741, pl. à la suite de la p. 520.

6 Stratford (291), 1986, p. 162-164.

7 Ibid., p. 158-159 et p. 194, n. 19 et 22.

8 Ibid., p. 159.

9 Petit (20), 1892, p. 283-299.

10 À propos de la fausse charte de Clovis, voir en dernier lieu Rauwel (288), 2005.

11 Vittenet (293), 1938, p. 30 et aussi chap. III, p. 21-34.

12 Sur les filiales et prieurés de Moutiers-Saint-Jean, voir Vittenet (293), 1938, chap. IX, p. 145-174.

13 Vittenet (293), 1938, p. 61.

14 Ibid., carte entre p. 44 et 45 ; on ne connaît malheureusement pas la nature des droits exercés par l’abbaye dans les villages environnants.

15 Stratford (291), 1986, p. 163, fig. 6 et p. 164.

16 BnF, ms. lat. 12676, f. 285 cité par Stratford (291), 1986, p. 195, n. 30. Le Père Rouvier publie dans Reomaus un “catalogue” des abbés de Réome, de saint Jean jusqu’au dernier abbé en titre à la date de la publication de l’ouvrage en 1637 (Reomaus (289), p. 437-439 et p. 451-461). Voir aussi Vittenet (293), 1938, p. XXVI-XXVIII.

17 Stratford (291), 1986, p. 165.

18 Ibid., p. 167. L’analyse de la pierre d’un fragment d’ange, conservé au Musée des Cloîtres à New York et dont on pensait qu’il provenait de Moutiers-Saint-Jean, a révélé l’emploi d’une pierre identique à celle utilisée à Cluny. La parenté stylistique entre les œuvres de ces deux centres montre que le maître de Moutiers a certainement œuvré à Cluny avant de travailler sur le chantier de Moutiers-Saint-Jean ; voir Holmes-Little-Sayre (282), 1986, p. 434-437.

19 Courtépée (28), 1774-1783, III, p. 547.

20 Stratford (291), 1986, p. 166.

21 Courtépée (28), 1774-1783, III, p. 547.

22 Stratford (291), 1986, fig. 1, p. 158 : l’auteur reproduit une vue de l’abbaye non signée et non datée, conservée aux ADCO, 8 H 1030. Une gravure, datée de 1689, fut tirée de ce dessin et publiée en 1871 ; voir Monasticon gallicanum, Paris, 1871, no 41.

23 BnF, ms. lat. 12676, f. 285.

24 Courtépée (28), 1774-1783, III, p. 547. Une description des tombeaux rédigée au xviiie siècle indique : « le grand autel est entre les quatre gros piliers qui sont au-dessus de la croisée. Dans chaque pilier il y a deux pilastres » (BnF, ms. lat. 12676, f. 294). Ainsi, les quatre piles de la croisée du transept, cantonnées de pilastres, dataient fort probablement du xiie siècle et participaient de la même esthétique architecturale que la nef. Ces parties appartenaient peut-être à une même campagne de construction.

25 Plancher (51), I, 1739, p. 516-518.

26 Stratford (291), 1986, p. 180.

27 Voir tout de même à propos de la découverte récente d’un chapiteau et d’un fragment du linteau du portail roman complétant un autre précédemment trouvé Peyre (287), 2005.

28 Plancher (51), IV, 1781, p. 569 et p. 598.

29 Voir ces documents cités par Stratford (291), 1986, p. 195, n. 34 : BnF, ms. coll. Bourg., 9, « procès verbal des violences, incendies, vols, sacrilèges, etc., commis par les Huguenots dans l’abbaye de Moutier-Saint-Jean le premier octobre 1567 », f. 112-113, 126-129 v° ; « procès verbal des ruines de l’abbaye par les Calvinistes et Ligueurs… février 1611 », f. 118-120 ; pour l’état des bâtiments du monastère en 1636 et 1638, f. 108 v °-110 et BnF, ms. lat. 12676, f. 288-291 v°.

30 Vittenet (293), 1938, p. 125 et sur la question de l’affiliation à la Congrégation de Saint Maur, p. 120-130.

31 BnF, ms. coll. Bourg., 9, f. 117 v °, procès verbal de 1565 par Anthoyne Fyot, conseiller au Parlement de Dijon.

32 BnF, ms. lat. 12676, f. 283 v° ; 286-288 v°.

33 MCAC, 13, 1895-1900, p. CV-CVI.

34 Chabeuf (276), 1899, p. 7. La photographie originale ne figure pas dans les Archives de la CACO, au dossier Moutiers-Saint-Jean.

35 Truchis, BMD, ms. 2881.

36 Forsyth (281), 1979, p. 37.

37 Ibid., p. 38.

38 MCAC, 17, 1913-1921, p. CCCCLIX : pour Henri Chabeuf, la vente des deux statues « fut une leçon pour la Commission ».

39 MCAC, 13, 1895-1900, p. CXCVI-CXCVII. Les photographies des deux statues de rois sont publiées dans MCAC, 14, 1901-1905, p. XXIV et pl.

40 La Collection Michel Manzi, Galerie Manzi, 3e vente, Paris, 1919, no 100, 101, ill. Voir aussi La chronique des arts et de la curiosité, 1920, p. 7.

41 MCAC, 17, 1913-1921, p. CCCCLIX.

42 Forsyth (281), 1979, p. 38.

43 Stratford (291), 1986, p. 181. Nous avons mentionné plus haut deux photographies anciennes du portail ; William Forsyth (Forsyth (281), 1979, fig. 3) en reproduit une troisième que conservent les archives du Metropolitan Museum of Art de New York. Sur ce document, la moitié inférieure du portail est entièrement dissimulée sous un amoncellement de matériel agricole hétéroclite.

44 BnF, ms. coll. Bourg., 9, f. 126-128. Un autre exemplaire de ce même procès-verbal figure aux f. 112-113 de ce même volume, cité par Stratford (291), 1986, p. 182 et n. 143 p. 199. Ce texte concernant le portail était déjà connu de dom Merle : voir Plancher (51), IV, 1781, p. 569.

45 De part et d’autre des ébrasements, au-dessus des statuettes superposées, subsistent des départs d’ogives à la mouluration arasée. Aussi le cloître devait-il être voûté d’ogives.

46 L’auteur de ces lignes, qui sans nul doute connaissait la prétendue ascendance royale du monastère, a cependant commis une erreur en l’absence des têtes en identifiant Clotilde à la place de Clotaire. Les vêtements masculins ne laissent pourtant pas de doute sur le sexe des personnages.

47 BnF, ms. coll. Bourg., 73, f. 197 r°-198 r°, voir Stratford (291), 1986, p. 182-183 et fig. 47-48. L’auteur attribue ces dessins à la main de dom Thivel qui accompagnait dom Plancher lors de son passage à Moutiers au cours de l’été de l’année 1725.

48 MCAC, 14, 1901-1905, p. XXIV.

49 MCAC, 17, 1913-1921, p. CCCCLIX. Les photographies du catalogue Manzi sont reproduites dans Stratford (292), 1992, p. 273, fig. 16-17.

50 Ibid., p. 276.

51 Stratford (291), 1986, p. 184.

52 MCAC, 13, 1895-1900, p. CV.

53 Stratford (291), 1986, p. 184, fig. 49.

54 Voir à ce propos Forsyth (281), 1979, p. 49-51.

55 Verdier (84), 1980, p. 173.

56 Voir à ce sujet Forsyth (281), 1979, p. 51-52. L’auteur cite plusieurs exemplaires conservés de ces cartes sur lesquelles des inscriptions ne laissent aucun doute sur l’identification des parties du monde.

57 Enluminure sur parchemin conservée à la British Library de Londres et reproduite dans Camille (93), 1996, p. 56. Signalons qu’une erreur s’est glissée dans le commentaire de l’auteur : il s’agit bien, dans le quart inférieur droit du disque, de la représentation de l’Afrique et non de l’Asie : on reconnaît aisément le delta du Nil. L’Asie, arrosée par le Tigre, l’Euphrate et le Gange, occupe donc bien la partie supérieure de la “carte”.

58 Forsyth (281), 1979, p. 72.

59 Les colonnettes, qui ont disparu en même temps que les statues avec lesquelles elles faisaient corps, figurent à nouveau sur une photographie du portail au Musée datant de 1938.

60 Rorimer (393), 1963, p. 19.

61 Les dessins des deux rois (BnF, ms. coll. Bourg., 73, f. 197-198), probablement dus au mauriste dom Thivel, montrent que les effigies royales reposaient l’une sur un chapiteau à crochets et l’autre sur un chapiteau à corbeille moulurée, différents donc des supports actuels. Mais ces derniers ont-ils tous deux été complètement refaits ? On peut se demander si le socle du roi de droite (dans la présentation actuelle) n’est tout simplement pas le même, représenté sous un autre angle, que celui du roi barbu sur le dessin de Thivel ; le motif des crochets y est en tout point semblable. Quant à la console supportant le second roi, elle a pu être refaite sur le modèle de son pendant. Les modifications intervinrent de toute façon entre 1725, date des dessins de dom Thivel, et 1897, quand Henri Chabeuf présenta à la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or les photographies publiées en 1900 (MCAC, 14, 1901-1905, p. XXIV).

62 MCAC, 13, 1895-1900, p. CXCVI.

63 Stratford (291), 1986, p. 184-185.

64 Voir p. 161.

65 William Forsyth proposait que les chartes aient pu être fabriquées au xie ou xiie siècle, au moment où la couronne de France, en pleine ascension, favorisait les monastères de fondation royale (Forsyth (281), 1979, p. 62).

66 Thirion (197), 1970, p. 92-93.

67 Le réfectoire, dont est forcément contemporain le trumeau du portail, a été construit entre 1239 et 1244 ; voir Sauerländer (192), 1972, p. 175 et Joubert (168), 2008, p. 151.

68 Nous ne pouvons souscrire à l’avis très tranché d’Alain Rauwel pour qui l’hypothèse d’un lien entre la fausse charte de Clovis et le portail doit être « écartée en un instant puisque ce portail est du xiiie siècle et que la charte a au moins deux siècles de plus ». Toujours selon l’auteur, « il y a tout lieu de penser que le sculpteur médiéval a représenté les précurseurs davidiques du Sauveur, comme aux grandes cathédrales et à cette toute voisine cathédrale des champs qu’est l’église Saint-Thibault » (Rauwel (288), 2005, p. 69). Nous verrons cependant au chapitre suivant que les statues du portail de Saint-Thibault ne figurent pas les ancêtres du Christ mais le saint patron de l’église et son entourage.

69 Forsyth (281), 1979, p. 72.

70 Stratford (291), 1986, p. 180.

71 Les huit statuettes ont été analysées par William Forsyth (Forsyth (281), 1979, p. 57-62) ; Philippe Verdier reprend les identifications proposées par Forsyth (Verdier (84), 1980, p. 174).

72 Le bras sud du transept de l’abbatiale de Saint-Denis était en cours de construction en 1241 et devait être achevé en 1245 ; voir Bruzelius (116), 1985, p. 129.

73 Forsyth (281), 1979, p. 56-57.

74 Les archives du Musée des Cloîtres de New York conserve un schéma des restaurations effectuées sur la statue du roi barbu. Celui-ci indique que la zone des yeux, le nez, une partie des cheveux et la couronne ont été refaits (voir Stratford (292), 1992, p. 273, fig. 18).

75 Stratford (291), 1986, p. 183.

76 Ibid.

77 Erlande-Brandenburg (153), 1975, p. 133-134.

78 Coll. Peyre. H. 0,12 m.

79 Wellesley College, Massachusetts, USA, Jewett Art Center (Rogers Fund), Inv. 1949.25-26 ; achetés en 1949 à New York à la vente Brummer après être passés chez Demotte, George Gray Barnard et, en dernier lieu, Joseph Brummer ; voir Forsyth (281), 1979, p. 71-72 et Gillermann (389), 1989, no 193, p. 247-248.

80 Neil Stratford (Stratford (291), 1986, p. 200, n. 161) donne le diamètre calculé de l’oculus = 0,89 m, ainsi que les dimensions des blocs : saint Michel pesant les âmes : H. (gr. sculpté) = 0,41 ; L. (sommet) = 0,46 ; saint Michel et le dragon : H. (totale) = 0,85 ; H. (gr. sculpté) = 0,52 ; L. (sommet) : 0,46 m.

81 Stratford (291), 1986, p. 187.

82 Encastré dans un mur, à l’entrée de la cour de la ferme Chanu.

83 Coll. Chanu.

84 Coll. Pellicioli.

85 Voir n. 22.

86 Petit (9), IV, 1891, no 2916, p. 446. Neil Stratford a calculé que cette somme couvrait à peu près le salaire d’un maître-maçon pour 50 jours de travail (Stratford (291), 1986, p. 159 et n. 31, p. 195).

87 Stratford (291), 1986, p. 187.

88 L’une d’elles est encastrée dans le mur de l’abbaye ; les deux autres, dont le feuillage est très abîmé, appartiennent à la collection Jacques Voisenet.

89 Coll. Joseph Challan-Belval. Le profil des ogives diffère de celui des autres clefs de voûtes : tore en amande encadré d’un chanfrein et d’un cavet ; voir Stratford (291), 1986, fig. 57.

90 Coll. Pierre Challan-Belval.

91 Coll. Joseph Challan-Belval. La clef étant encastrée dans un mur, les départs d’ogives ne sont plus visibles.

92 Coll. Peyre. La tête et le haut du nimbe sont cassés ; traces de polychromie sur le nimbe et le manteau.

93 Anciennement coll. Journaux. La clef a depuis été vendue.

94 Coll. Jacques Voisenet.

95 Coll. Bernard Rebourg. Tous les départs d’ogives sont brisés.

96 MCAC, 14, 1901-1905, p. XXIV.

97 Le diamètre du disque sur lequel sont sculptées les figures varie entre 0,30 et 0,40 m.

98 Bruand (310), 1958, p. 263.

99 Ibid. La proposition de l’auteur fut reprise récemment par Pierre Dubourg-Noves (Dubourg-Noves (312), 1988, p. 2-3).

100 Robert Branner (Branner (133), 1960, p. 173-174) situe le début de la construction de l’église par l’est vers 1235-1240, ce qui, si la clef de voûte au Christ bénissant provient bien du chœur primitif, est encore trop tôt ; les travaux de la nef, toujours selon l’auteur, étaient en cours en 1245 et l’ensemble terminé avant 1258, date à laquelle une tombe fut placée contre un contrefort de la façade.

101 Trois consoles ornées d’une tête d’homme sont encastrées dans un des murs de l’hôpital de Moutiers-Saint-Jean. Deux corbeaux du xiiie siècle, mentionnés comme provenant de Moutiers-Saint-Jean, appartiennent aux collections du Musée d’art régional de Villiers-Saint-Benoît (Yonne) : l’un est une tête monstrueuse, l’autre celle d’un jeune homme, la tête ceinte d’un bandeau étoilé. Un autre culot orné d’une tête juvénile couronnée est conservé au Wadworth Atheneum, Hartford (Connecticut, USA) : il fut vendu à la vente Brummer à New York en 1949 avec la mention Moutiers-Saint-Jean comme provenance. Le faciès de la pierre est comparable à celui des écoinçons de Wellesley ; voir au sujet de cette pièce Gillerman (389), 1989, no 221, p. 292-293. Enfin récemment, l’origine de Moutiers-Saint-Jean a été formellement établie, par analyse de la pierre sous accélérateur de neutrons, pour deux culots figurés conservés au musée de l’Université de Duke à Durham (USA) : voir Meredith (286), 1994, p. 42-45, fig. 8-9. L’un présente une figure de jeune femme couronnée (1966-168), de longues mèches de cheveux ondoyant le long des tempes et des joues ; l’autre, celle d’un jeune homme (1966-256), les yeux bien dessinés, la coiffure au carré relevée par un gros rouleau et la frange soigneusement peignée sur le haut du front. Un chapiteau feuillagé est taillé dans le même bloc de pierre. Cette pièce est exactement du même type qu’une de celles actuellement encastrées dans le mur de l’hôpital de Moutiers (ill 147) ; il s’agit en quelque sorte de son pendant.

102 Voir la note précédente.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540