Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sculpture figurée du xiiie siècle en Bourgogne

 | 
Denise Borlée

Première partie. Autour de la capitale ducale, le « groupe dijonnais »

II. Notre-Dame de Dijon et les églises du Dijonnais : une aire d’influence ?

Texte intégral

  • 1 Gajewski-Kennedy (137), 1996.
  • 2 Demarthe (135), 2006 et Demarthe (136), 2006.

1Tenter d’évaluer l’impact que put avoir un monument comme Notre-Dame de Dijon sur l’architecture des nombreuses petites églises environnantes n’est pas tâche facile en raison de l’absence quasi totale de documentation et de relevés concernant la plupart des petites églises rurales. L’inventaire mené en vue du recensement de la sculpture figurée du XIIIe siècle a en effet permis de constater la vacuité de la documentation composée le plus souvent de brèves notices anciennes, parfois complétées par une étude ponctuelle plus approfondie à l’occasion d’un congrès de la Société Française d’Archéologie par exemple. Ainsi la thèse de Robert Branner sur l’architecture gothique bourguignonne publiée en 1960 reste-t-elle toujours la référence, à laquelle il faut désormais ajouter les thèses beaucoup plus récentes d’Alexandra Gajewski sur l’architecture gothique en Bourgogne du nord aux XIIe-XIIIe siècles1 et de Sylvain Demarthe sur l’architecture religieuse du canton de Nuits-Saint-Georges2.

2Pour ces raisons, et aussi et surtout afin de ne pas outrepasser le cadre de cette étude, c’est donc d’abord à des rapprochements d’ordre décoratif que nous nous sommes attachée. Ainsi voit-on se mettre en place dans le sillage de Notre-Dame un certain nombre d’édifices ou parties d’édifices au travers desquels on est en droit de reconnaître, de manière plus ou moins marquée, les caractères du décor sculpté de l’église mariale dijonnaise, auxquels correspondent la plupart du temps des dispositions architecturales similaires. D’étroits liens vont de cette façon apparaître au jour ou se voir confirmer qui vont être développés à la suite.

1. Deux têtes de statues au Musée de Beaune

  • 3 Dépôt de la Société Historique et Archéologique de Beaune au Beffroi de Beaune : inv. 44.2097, H. 0 (...)

3Parmi les plus intéressantes pièces médiévales sculptées entreposées au dépôt lapidaire du Musée de Beaune figurent deux belles têtes de statues (ill. 29-30)3. Découvertes dans la ville en 1865 – peut-être dans la cour de l’ancienne institution Notre-Dame – et jamais exposées, ces dernières demeurent beaucoup moins connues que celles du Musée archéologique de Dijon. Pourtant, malgré les mutilations qu’ils eurent à subir – l’un en particulier est très abîmé –, les visages d’une grande qualité plastique témoignent encore de la parfaite maîtrise avec laquelle ils furent exécutés. Les dimensions indiquent quant à elles que ces têtes faisaient corps avec des statues grandeur nature. Ainsi devons-nous nous trouver là face à deux fragments – les seuls recensés jusqu’à présent – d’un cycle monumental figuré de l’une des plus importantes églises beaunoises.

  • 4 Sauerländer (191), 1966, p. 119.

4La tête barbue la mieux conservée des deux revêt une expression inquiète (ill. 29). De longs cheveux tournés en épais écheveaux de mèches torsadées coulent le long des tempes en dégageant les joues et le haut front bombé. Les yeux, largement fendus et tirés en oblique, s’enfoncent sous d’épaisses arcades sourcilières formant avec les arêtes du nez un angle presque droit. La bouche aux lèvres bien modelées se dégage d’une barbe fournie qui allonge le visage. Le revers est sculpté ; au-dessus du crâne, deux protubérances symétriques émergeant de la chevelure, qu’avait déjà notées Willibald Sauerländer, permettent de reconnaître avec certitude en cette tête celle d’un Moïse cornu4.

5La définition des traits du visage de la seconde tête s’avère plus difficile en raison des profonds éclats qui sont venus mutiler la face : le nez, une partie de la bouche et des yeux ont ainsi disparu (ill. 30). La forme du visage, qu’allonge également une barbe touffue, est cependant encore visible : comme précédemment, mais davantage marquées encore, les pommettes hautes accusent ici un assez fort relief au-dessus des joues légèrement décharnées, conférant à ce personnage un âge certain. Quant à la barbe et à la chevelure, en dépit d’un agencement un peu différent, leur traitement en fines mèches parallèles nettement individualisées est là encore identique. Seul, en vérité, le dessin des yeux différencie vraiment ces deux visages : si la coupe générale reste à peu près la même, ceux-ci, nettement moins largement fendus, sont taillés quasi à l’horizontale. Au total, il ne fait donc aucun doute que ces deux têtes proviennent d’un même groupe de statues, les variantes constatées s’expliquant par le désir d’individualisation des figures.

6On se souvient d’une description presque en tous points similaire énoncée à propos des têtes de statues mieux conservées provenant des portails de Notre-Dame de Dijon : la tête de Moïse en particulier est très proche de celle anonyme du Musée archéologique (ill. 29 et ill. 15). La forme du visage y est identique et les traits semblables : on retrouve notamment ces yeux très fendus et tirés en oblique, enchâssés sous les proéminents bourrelets que forment de gros sourcils. Outre cela, le rendu des cheveux y est encore analogue, alors que celui de la barbe rappelle plutôt la seconde tête de Beaune (ill. 30) : les petites mèches souples mais lisses sont ordonnées sur le menton suivant la forme d’un oméga, rejointes de part et d’autre par celles de la longue moustache.

  • 5 Idem.
  • 6 Ibid.
  • 7 Quarré (226), 1973-1974, p. 10.
  • 8 Garçon(224), 1989, p. 17, Vergnolle (227), 1994, p. 195 et Vergnolle (228), 1997, p. 16.

7Ces rapprochements de motifs et de facture montrent que les têtes de Dijon et de Beaune, aujourd’hui isolées, appartenaient à un même groupe stylistique d’œuvres. Reste maintenant à tenter d’en élucider la provenance, car si l’on peut avec quasi certitude aujourd’hui assurer de l’appartenance des têtes dijonnaises à l’ensemble monumental qui ornait l’entrée de l’église Notre-Dame de la capitale ducale, il n’en va pas de même pour les deux fragments de Beaune dont l’origine autrefois proposée par Willibald Sauerländer a été remise en cause par la suite5. L’auteur allemand, qui “redécouvrit” ces pièces, suggéra en effet le premier leur exécution pour les portails occidentaux de la collégiale Notre-Dame de Beaune6. Pierre Quarré reprit cette hypothèse quelques années plus tard7 avant que celle-ci ne soit rejetée pour une prétendue incompatibilité dimensionnelle8.

  • 9 Voir Borlée dans Jannet-Joubert (dir.) (390), 2000, cat. 92, p. 242 et cat. 94, p. 243-244.

8Commencé probablement aux alentours du milieu du xiie siècle, le chantier de Notre-Dame de Beaune, dont l’architecture s’inscrit dans la descendance de l’immense abbatiale de Cluny III, ne prit pourtant fin à l’ouest que peu après 1200. Les deux premières travées de la nef ne furent en effet achevées – conformément à l’élévation romane – qu’à l’aube du xiiie siècle, abandonnant l’ancien vocabulaire décoratif au profit d’un répertoire formel résolument gothique. Ainsi les pilastres cannelés font-ils place à des pilastres lisses moins antiquisants et les chapiteaux, délaissant rinceaux d’acanthe et scènes historiées, se couvrent désormais de feuilles polylobées parsemées de petits trous au trépan, assez semblables à celles qui ornent certains chapiteaux du porche de Notre-Dame de Dijon9. Enfin, au-devant de l’église devait encore être monté au cours du xiiie siècle un porche profond de deux travées et large de trois vaisseaux au fond desquels s’élevait un portail sculpté.

  • 10 AM Beaune, M II § 1-1-1.

9Le riche programme iconographique qui ornait primitivement les entrées de l’église a aujourd’hui entièrement disparu. Les statues cassées et la sculpture méticuleusement bûchée en l’an II (1794) n’ont pas laissé la moindre trace en place (ill. 28). À cet égard d’ailleurs, l’article 6 du Devis estimatif des réparations à faire au portail du Temple de la Raison du 9 germinal an II est très clair : « Toutes les figures qui sont aux cintres des trois portails seront abatues en ménageant les profils ; les colonnes et parties saillantes dy celles seront pareillement abatues. Seront exceptées cependant les colonnes que l’on indiquera. L’on abattera s’il est possible le pilastre du milieu et le cintre qu’il porte. le tout sera rapé, les parties dures bien bouchardées à la petite boucharde et tous les joints refaits en stuc ; estimé pour le tout 450 livres »10.

  • 11 En italique dans le texte.
  • 12 Pasumot (225), 1811, p. 33-34.

10Les scènes ne peuvent donc plus être lues ici, comme il est encore possible de le faire à Dijon, à partir de leurs traces subsistantes. Elles peuvent en revanche être en grande partie restituées grâce à la description qu’en a faite François Pasumot (1733-1804), ingénieur-géographe du Roi et membre de l’Académie de Dijon : « Le portail étoit décoré d’une imagerie11 qui méritoit d’être conservée, si le vandalisme révolutionnaire eût respecté quelque chose. Le contre-retable au fond [le tympan] représentoit Dieu assis sur un trône et accompagné d’anges qui tenoient des trompettes ; au-dessous étoit Jésus-Christ sous la forme d’un agneau, la Vierge et les apôtres ; plus bas on voyoit la résurrection générale. / Cinq cordons de petites statues remplissoient le cintre ; le plus extérieur représentoit les douze signes du zodiaque, le suivant les douze mois de l’année, désignés par les travaux propres à chacun d’eux ; dans la troisième, la vie spirituelle étoit figurée par les vierges sages et les vierges folles, caractérisées par leurs lampes ; le quatrième étoit rempli par les patriarches, et le cinquième par les anges. Au bas des cordons, à droite, on voyait l’enfer, et de l’autre côté le paradis ; sur le pilier qui partageoit la grande porte, étoit une grande statue de la Vierge, et, à la même hauteur, douze saints de l’ancien Testament, six de chaque côté, avec les noms écrits au-dessous de chaque statue. / Aux petites pierres collatérales, on voyait les apôtres, l’histoire de la Vierge et celle de la Passion »12.

  • 13 Garçon (224), 1989, p. 9. Cette maquette en bois tapissée d’une marqueterie de fragments de paille (...)

11Il s’agissait donc d’une vaste page sculptée organisée autour du portail central consacré au Jugement dernier et bordé, de part et d’autre de la double porte, d’un cortège immobile de hautes figures vétérotestamentaires présidé par la statue de la Vierge, maîtresse des lieux. La description sommaire des portails latéraux, beaucoup plus étroits et aux voussures brisées, laisse envisager un programme iconographique très proche de celui développé aux petits portails de Notre-Dame de Dijon mettant en scène, à gauche, l’histoire de la Vierge – et peut-être de l’Enfance du Christ ? – et à droite celle de la Passion. Les douze apôtres mentionnés par François Pasumot étaient-ils logés le long des ébrasements à ressauts de ces portes collatérales ? C’est en tout cas ce que pourraient laisser penser les suites de bases encore en place, qui, au nombre de six par portail, devaient recevoir les colonnettes en délit du soubassement situées dans le prolongement des statues-colonnes (ill. 28). Cette disposition, qui est aussi celle mise en œuvre à Notre-Dame de Dijon, apparaît en outre sur la maquette en paille de Notre-Dame de Beaune réalisée par le chanoine Devironceau durant la première moitié du xviiie siècle13. Ainsi apprend-on que les statues-colonnes reposaient sur des culots placés au-dessus de grosses bagues saillantes situées à mi-hauteur. Entre elles couraient de plus fines colonnettes appareillées qui occupent toujours la pointe des ressauts.

  • 14 Quarré (226), 1973-1974, p. 9.
  • 15 Garçon (224), 1989, p. 17.
  • 16 Ibid., p. 18.

12Les statues-colonnes du portail central, abritées sous des dais architecturés dont Pierre Quarré a peut-être retrouvé quelques fragments au dépôt lapidaire du Beffroi, étaient installées le long de murs plats au-dessus d’une haute arcature aux traces encore bien visibles14. De curieux calculs effectués à partir d’images découpées dans un ouvrage non identifié et collées sur la maquette ont amené à conclure pour les statues à des tailles plutôt surprenantes en proportion du complexe monumental de ces portails : à peine en effet celles-ci n’auraient dû excéder 1,10 à 1,20 m de hauteur15. L’auteur de ces conjectures en déduit alors l’incompatibilité des deux têtes présentées plus haut, bien sûr trop grosses pour des statues de cette taille. Et ce dernier de poursuivre : « Au dépôt lapidaire se trouve une statue décapitée, une Vierge à l’Enfant également décapité. Entière, elle pourrait mesurer 1,10 m de haut, ce qui correspond aux dimensions des autres statues »16. Celle-ci, qui ne mesure dans son état actuel que 0,64 m de hauteur, ne pouvait pourtant en aucun cas atteindre la taille indiquée.

  • 17 Voir n. 3.

13Aussi, devant des assertions si peu scrupuleuses, la nécessité de procéder à quelques vérifications sur le monument s’est-elle imposée plus fortement encore. La distance mesurée entre le niveau de l’arrachement toujours nettement visible des dais disparus et celui du cordon de moulure courant au-dessus de l’arcature du soubassement atteint environ 2 mètres. De cette hauteur doit encore être déduite celle du socle des statues, qu’il est raisonnable d’évaluer à une trentaine de centimètres, celle-ci pouvant varier d’un ensemble à l’autre, voire même d’une figure à l’autre comme on peut le constater aux portails des bras nord et sud du transept de la cathédrale de Chartres. Il restait donc un espace disponible d’environ 1,70-1,80 m nécessaire et suffisant pour loger une statue dont la tête aurait mesuré une trentaine de centimètres de hauteur. Or c’est justement la taille des deux têtes conservées17.

14Aussi leur identification – déjà proposée au préalable – avec deux têtes de statues ayant appartenu aux portails occidentaux de Notre-Dame de Beaune reste-t-elle des plus envisageables, même si l’on ne peut totalement écarter l’idée que celles-ci pourraient aussi provenir d’un cycle monumental analogue développé en façade d’une des nombreuses autres églises que comptait la ville au Moyen Âge. Néanmoins, les multiples parallèles qu’il est possible d’établir avec Notre-Dame de Dijon, que ce soit du point de vue de la structure et de la composition des portails également abrités sous un profond porche, de l’iconographie des tympans des portes latérales ou encore du répertoire formel utilisé (feuillages des chapiteaux surmontant les pilastres lisses des deux premières travées de la nef, profil des bases aux ébrasements des portails latéraux), tendraient à faire valoir la première hypothèse. Ces seuls arguments seraient pourtant insuffisants s’ils ne se voyaient encore renforcés par le rapprochement, à notre sens décisif, des têtes de Beaune et de Dijon. On a indiqué plus haut les points de comparaison de ces deux petits groupes d’œuvres. En dépit de variantes de motifs liées au souci d’individualisation des personnages représentés, toutes quatre sont en effet unies par un langage stylistique commun, même si l’on note à Beaune, au moins sur les seuls spécimens conservés, une qualité d’exécution peut-être légèrement inférieure.

15Dans cette perspective se pose le problème d’un hypothétique lien entre les chantiers de ces deux villes de résidence des ducs de Bourgogne. Comment faut-il l’envisager ? Ces deux ensembles monumentaux sont-ils l’œuvre de deux groupes distincts d’artisans ayant travaillé simultanément à 45 km de distance et puisé à un fonds commun de modèles en usage durant les premières décennies du xiiie siècle ? Ou bien s’agit-il du même atelier qui se serait déplacé avec son équipe d’une localité à l’autre ? Il est bien difficile là encore de répondre catégoriquement à cette interrogation, aucune relation n’étant assurée entre le chapitre collégial de Beaune et la paroisse Notre-Dame de Dijon. Néanmoins, deux données tangibles jouent en faveur de la seconde solution : d’une part, la forte proximité géographique et, d’autre part, la faible ampleur du chantier beaunois, ce dernier n’ayant eu à travailler qu’à la seule partie occidentale de l’église.

16Ainsi faut-il probablement imaginer la réalité multiséculaire, l’atelier « dijonnais », ou quelques-uns de ses membres, en route à travers le vignoble pour honorer une nouvelle commande que lui passèrent les chanoines de Notre-Dame de Beaune désireux d’offrir à leur église une entrée au décor somptueux, non seulement digne des plus grands édifices mais encore tout à fait conforme à l’esthétique plastique en vigueur à cette époque.

2. L’église Saint-Symphorien de Nuits-Saint-Georges

  • 18 Courtépée (28), II, 1774-1783, P. 361.
  • 19 Idem. La situation féodale de la puissante seigneurie de Vergy – toute proche de Nuits – et l’impor (...)

17Située entre Dijon et Beaune au cœur de la côte viticole, l’église Saint-Symphorien de Nuits-Saint-Georges apparaît aujourd’hui plantée légèrement à l’écart de l’agglomération. La paroisse était celle de Nuits-Amont unie en 1144 au chapitre Saint-Denis de Vergy par Humbert évêque d’Autun18. Le village, ancien bourg et marché du domaine des seigneurs de Vergy, fut donné en dot à la duchesse Alix de Vergy lors de son mariage avec Eudes III en 1199 ; celle-ci accorda en 1212 franchises et privilèges aux habitants19.

  • 20 Sandron (295), 1994, p. 343.

18L’église, de plan simple et régulier, compte une nef de trois travées flanquée de bas-côtés. Sur les faces orientales du transept non saillant s’ouvrent deux chapelles de plan carré bordant la première travée rectangulaire du chœur avec laquelle elles communiquent par deux arcs surbaissés ; la seconde, plus profonde et également construite sur un plan carré, allonge le sanctuaire qu’illuminent un triplet surmonté d’une rose dépourvue de remplage percés dans le mur droit du chevet. Sur la façade occidentale, au-devant du portail, est greffé un porche hors-œuvre reconstruit en 1624 aux frais d’un généreux habitant20.

  • 21 La plupart des colonnes engagées sont aujourd’hui tronquées à environ 2,50 m du sol.

19L’élévation intérieure de la nef, à deux niveaux et d’une grande simplicité, allie grandes arcades brisées et petites fenêtres hautes percées immédiatement sous l’intrados des voûtes. De solides supports à noyau cruciforme et colonnes engagées reçoivent arcs et doubleaux à double rouleau21. Si le voûtement d’arêtes fut retenu pour les bas-côtés, la nef et le chœur reçurent un couvrement en ogives, différent toutefois dans le profil des arcs et leur système d’amortissement : relayées dans le chœur et à la croisée par de fines colonnettes en délit filant jusqu’au sol, les ogives simplement chanfreinées de la nef et des bras du transept retombent sur des culots très sobrement taillés en biseau ou ornés de têtes d’hommes d’inégale qualité. Les nervures des voûtes, davantage travaillées dans le chœur et les chapelles orientées afin de mettre en valeur le pôle liturgique et bien marquer la hiérarchie des espaces, suivent le dessin assez habituel du tore en amande que dégagent deux cavets.

  • 22 Aubrun (11), 1986, p. 153.

20Cette attention particulière portée à la zone du chœur est encore soulignée à l’extérieur par l’effet très décoratif produit par la multiplication des rouleaux d’archivoltes qui coiffent les lancettes du triplet ouvert dans le mur plat du chevet et qui retombent sur des colonnettes. Au-dessus, une rose entièrement vitrée, rappelant celles plus largement ouvertes des bras du transept de Notre-Dame de Dijon, augmente encore l’éclairage du sanctuaire. Cet effort d’élégance et d’allègement de l’œuvre architecturale offre un contraste sensible avec le reste du monument, la muralité des parois de la nef percées de petites ouvertures et les voûtes d’arêtes des bas-côtés rappelant en effet des dispositions plus anciennes qui continuèrent d’être adoptées dans les édifices ruraux durant les premières années du xiiie siècle. Problème de financement ? Rappelons que si le chœur était le plus souvent à la charge du clergé collateur, l’entretien de la nef revenait en général à la fabrique de l’église gérée par des laïcs22.

21On retrouve toutefois à l’ouest un travail plus soigné réservé à la façade et à l’entrée. Car, mis à part l’emploi du plein-cintre aux voussures du portail, on fit à nouveau référence dans cette partie de l’église aux formes de l’architecture la plus moderne, en l’occurrence très vraisemblablement à celles du chantier approximativement contemporain de l’église mariale dijonnaise. Les ébrasements s’animent de légères ondulations – il est vrai beaucoup moins marquées qu’à Notre-Dame – entre lesquelles s’intercalent deux colonnettes en délit ; celles du côté des piédroits sont appareillées (ill. 31). Les bases suivent quant à elles un dessin également proche de celles de Dijon avec une gorge profondément creusée et un tore inférieur très aplati que l’on trouve aussi dans le chœur et les chapelles orientées.

22À ces similitudes s’en ajoute une autre d’ordre plastique. Il s’agit d’un des culots figurés de retombée des ogives de la nef qui évoque de façon frappante la tête de Moïse du Musée archéologique de Dijon (ill. 33 et ill. 13). La facture certes y est différente mais les motifs en sont si proches qu’il est bien difficile là encore de ne pas imaginer le moindre lien entre les deux. La région oculaire en particulier est confondante de ressemblance avec ses yeux tombants et largement fendus enfoncés sous la protubérance des arcades sourcilières qui forment avec le nez fort et droit un angle à 90°. En outre, bien que la vision en contre-plongée que l’on a du culot de Nuits ne permette pas de le confirmer, il semble bien que l’extrémité interne des sourcils soit légèrement relevée comme on l’avait déjà constaté sur le marmouset du portail gauche de Dijon. La bouche droite aux lèvres closes ne dénote pas davantage, pas plus que la chevelure tournée en grosses boucles trouées au centre.

23Les visages ornant les autres culots affichent dans les traits et les mimiques une plus grande liberté d’interprétation des modèles de base. À travers ces masques débridés, c’est toute l’imagination de leur auteur qui se fait sentir même si sur certains visages plus que sur d’autres l’essentiel des motifs est conservé. Et ce sont ces mêmes motifs, poussés cette fois jusqu’à la caricature, que l’on retrouve sur les petites figurines recevant la voussure extérieure du portail (ill. 32). Là, seul reste vraiment identifiable le rendu des yeux globuleux tirés vers le bas qui caractérise si bien cette production. Car on va pouvoir suivre sans difficulté ces mêmes culots à têtes grotesques dans d’autres édifices de la région où disposition architecturale et parti décoratif rejoignent ceux mis en œuvre dans les parties orientale et occidentale de l’église Saint-Symphorien de Nuits-Saint-Georges sans doute sous l’impulsion du chantier-phare de Notre-Dame de Dijon.

3. Rouvres-en-Plaine, Mirebeau, Talant

  • 23 Denizot, BMD, ms. 1731.
  • 24 ADCO, G 2908, Grand cartulaire de Notre-Dame de Beaune, f. 350 ; voir Sécula (305), 1994, p. 11-12 (...)

24La terre de Rouvres, qu’aimaient venir fouler les ducs de Bourgogne qui en étaient propriétaires pour partie depuis le xe siècle au moins, est intimement liée à l’histoire ducale23. Ceux-ci y possédaient un château et sont à l’origine, au début du xiiie siècle, de la construction de l’église Saint-Jean-Baptiste. Dans son acte de fondation daté de 1233 et retranscrit au xve siècle dans le grand cartulaire de Notre-Dame de Beaune, la duchesse Alix de Vergy ordonna la construction d’une église paroissiale à l’extérieur du château afin de remédier aux incommodités et dangers qu’entraînait l’affluence du peuple dans l’église castrale, jusqu’alors unique lieu de culte du bourg24. Dédié à saint Jean-Baptiste, le nouvel édifice fut placé sous le patronage de la collégiale Notre-Dame de Beaune.

  • 25 Ibid. (251), p. 15-18.
  • 26 Ibid., p. 61-69.
  • 27 Ibid., p. 115-119.

25Rien ne permet d’affirmer que le chantier débuta aussitôt, sauf peut-être la mise à disposition probablement immédiate d’une partie des fonds nécessaires. Mais les sources les plus anciennes concernant l’église se concentrant sur les vingt dernières années du xiiie siècle indiquent vraisemblablement l’état d’inachèvement des travaux à cette période, ce que confirme par ailleurs le monument lui-même25. En effet, malgré l’apparente cohérence architecturale que pourrait impliquer la régularité de son plan, l’érection de l’édifice dut s’échelonner dans le temps selon une progression est-ouest. Le chœur appartient indubitablement à la première phase du chantier qui comprenait aussi les deux chapelles orientales le flanquant, dont l’une, celle du côté nord, fut entièrement reconstruite vers le milieu du xve siècle. Ce n’est sans doute pas avant la fin du xiiie siècle, voire même le début du siècle suivant, après que le projet initial d’un transept non saillant – probablement réalisé – fût abandonné au profit d’un allongement des bras, comme l’a démontré Didier Sécula dans son étude monographique26, que l’activité constructive reprit son cours avec la mise en œuvre du “nouveau” transept, de la nef, voûtée ou revoûtée plus tardivement encore, et des collatéraux27.

26Le chœur, très allongé, se couvre d’une voûte sexpartite absente du reste du monument. Le mur plat du chevet est percé de trois lancettes surmontées d’une rose à six lobes, tandis que les parois latérales, coupées par la retombée du doubleau intermédiaire de la voûte, présentent dans leur moitié orientale deux niveaux de fenêtres désaxées et de dimensions différentes : au niveau inférieur s’ouvraient deux baies aujourd’hui bouchées et semblables à celles du chevet et deux plus petites au-dessus. On retrouve pareille disposition dans le chœur de Mirebeau dont l’agencement correspond en de nombreux points à celui de Rouvres : même ampleur et même couvrement sexpartite, y compris la surélévation des arcs formerets au moyen de colonnettes venant reposer sur les culots des ogives. Là, un peu comme à Nuits, la « travée » occidentale du chœur ouvre sur les chapelles latérales de plan carré par le biais d’arcades de même hauteur que dans la nef.

27Ces remarques proprement architecturales peuvent encore être étendues au parti décoratif, certes sommaire, adopté dans le chœur de l’une et l’autre de ces églises. À Rouvres-en-Plaine en effet, exactement comme à Mirebeau, fut imaginé aux retombées de l’arc médian de la croisée d’ogives sexpartite un système de chapiteau amorti par un culot figuré (ill. 34 et ill. 35). Ce sont des visages bouffis, aux traits déformés et fortement exagérés, mettant une fois encore en exergue le motif récurrent de ces gros yeux en amande particulièrement globuleux et tombants. Il ne s’agit pas de figures ponctuelles isolées que l’on pourrait penser dues à la fantaisie d’un tailleur puisqu’on les retrouve encore ailleurs dans le monument : dans le chœur de Rouvres toujours, mais cette fois à la retombée des nervures du couvrement de la piscine, et puis à l’extérieur recevant le rouleau d’archivolte encadrant la rose du chevet, ainsi qu’aux angles nord-est et sud-est de la corniche à modillons soulignant la toiture du chœur. Il en va de même à Mirebeau, cette fois à l’angle sud-ouest de la nef.

28Tout près de là, la chapelle élevée dans le prolongement oriental du collatéral nord de l’église paroissiale Saint-Martin de Renève offre, avec l’un des quatre culots recevant les ogives simplement chanfreinées, un décor similaire. Les trois autres en revanche – le visage de l’un d’eux est bouchardé – ne présentent aucun caractère particulier permettant de les retenir au sein d’un groupe bien individualisé : comme la plupart de leurs homologues rencontrés dans de nombreuses églises, ils affichent en toute simplicité les lignes substantielles de la face humaine sans recherche d’aucun naturalisme et quelconque expression, même grotesque.

29Les figures rencontrées à Rouvres, Mirebeau et Renève rappellent étrangement celles du portail de Saint-Symphorien de Nuits-Saint-Georges (ill. 32) où l’on retrouve appliquées entre autres les formules du chœur à chevet plat et du transept non saillant retenues également dans ces trois églises. Celles-ci évoquent encore tout autant la figure d’un culot inséré dans la façade du porche de la collégiale de Beaune qui exerçait, il faut le souligner, un droit de patronage sur l’église de Rouvres.

  • 28 Garnier (345), 1847-1852, p. 218.
  • 29 Idem.
  • 30 Courtépée (28), II, 1774-1783, p. 253-254.

30L’église de Talant, enfin, complète de façon fort intéressante ce groupe d’églises. Dominant Dijon, le mont de Talant, ainsi qu’il est désigné dans les chartes, appartenait primitivement à l’abbaye Saint-Bénigne de cette ville28. C’est en 1208 que le duc proposa aux religieux de lui céder le sommet de la colline en échange du droit de gîte qu’il exerçait à Saint-Apollinaire29. Celui-ci dut alors fonder un prieuré dépendant de l’abbaye et se fit construire, dès l’acquisition de cette nouvelle terre, un château dont la position stratégique, au vu de la ville ducale, lui offrait un repli sûr et assurait à son trésor et à ses archives un refuge inviolable. Quelques années plus tard, par une charte datant de novembre 1216, Eudes III accorda aux habitants de Talant le droit de s’administrer eux-mêmes : ces derniers purent alors élire leur maire avec un droit de justice30.

31De la forteresse, rien ne subsiste plus aujourd’hui à l’exception de vastes salles voûtées souterraines. Seule s’élève encore l’église Notre-Dame à l’extrémité orientale de la vaste esplanade. Dépourvue de transept, celle-ci comporte une nef voûtée d’ogives sexpartites encadrée de collatéraux. Le chœur à chevet plat est couvert d’une ogive quadripartite nettement plus basse que les voûtes de la nef : comme à Rouvres, un mur monté au-dessus de l’arc d’entrée du chœur rachète la différence de niveau. Le profil des nervures, identique dans le chœur et la nef, est simplement chanfreiné exactement comme dans la nef de Nuits-Saint-Georges ou encore la chapelle de la petite église de Renève. L’élévation de la nef rappelle elle aussi celle de Nuits avec ses deux niveaux de grandes arcades et de petites fenêtres toutes simples coincées sous l’intrados des voûtains. Et si l’on considère maintenant le décor sculpté, peu abondant il est vrai, on remarque encore de criantes similitudes avec ce qui existe dans les autres édifices de cet ensemble, à Rouvres en particulier, au point que la question de leur exécution par un même groupe d’hommes mérite d’être soulevée. Il suffit pour s’en convaincre de comparer les deux culots situés à Talant à la retombée du doubleau intermédiaire de la cinquième travée de la nef (ill. 36) avec ceux semblablement mis en œuvre dans le chœur de Rouvres (ill. 34) : si ce n’est la modénature de la nervure qui diffère, les deux supports sont si proches – la figure grimaçante comme le chapiteau à crochets – qu’il doit être permis de leur assigner un auteur commun.

4. Notre-Dame de Dijon, une source d’inspiration

32Si l’on ne peut douter de la validité de ce groupement d’édifices tant ils ont entre eux de points communs, la question épineuse des conditions de leur érection dans un espace géographique restreint, limité à l’orbite dijonnaise, se pose néanmoins. Les églises concernées se répartissent en effet essentiellement, outre Talant dominant immédiatement Dijon, de la Plaine (Mirebeau, Renève, Rouvres) au pied de Côte (Nuits, Beaune), entre Saône et Montagne.

  • 31 Richard (57), 1954, p. 295-297.
  • 32 Ibid., p. 297.

33Au-delà du simple voisinage, c’est du ressort territorial de ces localités qu’il importe aussi de s’intéresser. Toutes situées dans le duché, la plupart appartiennent au domaine ducal : Beaune, ancienne ville favorite de résidence des ducs ; Nuits, qui échut à Eudes III lors de son mariage avec Alix de la puissante maison de Vergy ; Rouvres et Talant enfin, bourgs ducaux par excellence abritant tous deux un château où la famille du duc aimait à se rendre. Quant à la seigneurie de Mirebeau, qui fut d’abord achetée par Hugues III avant sa mort en 1192, elle fut cédée par Eudes III à son beau-père Huon de Vergy en compensation de la dot que lui apporta Alix en 119931. Mais cela avait peu d’importance car cette cession « n’appauvrissait guère le duc, qui voyait sans déplaisir se constituer au-delà de la Tille une domination, réalisée surtout au détriment des terres comtoises, et dont les détenteurs devaient rester les plus fidèles soutiens de la famille ducale »32. On voit donc ces sites appartenir quasi unanimement à l’autorité ducale ou à des possesseurs intimement liés au pouvoir en place, les seigneurs de Vergy en l’occurrence. Aussi, est-ce peut-être du côté de la capitale du duché qu’il faut chercher la source d’inspiration commune à ces églises.

34On a à plusieurs reprises évoqué Notre-Dame de Dijon, à Nuits en particulier, mais aussi à Rouvres où certains partis esthétiques ou dispositions architecturales ne sont pas sans rappeler le grand monument. Mais qu’en est-il de la plastique figurée ? On a vu qu’en dehors de la sculpture soignée des portails, qui, comme le montrent les deux têtes conservées, suit celle des grands ensembles monumentaux contemporains, coexiste tout un monde de figurines sculptées, à l’allure plus ou moins grotesque, peuplant l’ensemble de l’édifice dijonnais. Parmi ces dernières, nombreuses sont celles pour lesquelles les traits essentiels des visages reprennent ceux des figures savantes, passablement déformés toutefois. Le motif des yeux globuleux et tombants surtout s’identifie aisément, en particulier sur les culots du revers de la façade (ill. 25). Ainsi sommes-nous en présence à Dijon d’un type de figuration assez semblable – sinon dans l’exécution du moins dans sa conception – à ce que l’on peut rencontrer à Nuits, Beaune, Rouvres, Mirebeau ou encore Talant. Dans ce cas, et au vu des emprunts d’ordre architectural, peut-on assigner à Notre-Dame un véritable rôle de modèle ? Ou le parti ambitieux de son architecture et de son décor inspira-t-il, jusqu’à un certain degré, les bâtisseurs d’églises de l’immédiat environnement ?

  • 33 Sandron (295), 1994, p. 352.

35En fait, sous leur apparente simplicité, les églises rurales du Dijonnais – du moins celles retenues ici sur le critère premier de leur décor figuré sculpté – témoignent de l’impact d’un monument prestigieux élevé au sein de la cité ducale, celui de la plus vaste église paroissiale que comptait la ville au Moyen Âge et à laquelle étaient associées, il faut le redire ici, d’importantes fonctions communales. Bien loin d’en être de fidèles copies, ces édifices secondaires devaient avant toutes choses tant s’adapter aux moyens mis à disposition que répondre aux besoins de la communauté pour laquelle ils étaient érigés. Ainsi voit-on là se côtoyer éléments ou partis empruntés à un chantier-phare de l’architecture la plus « progressiste »33 et des dispositions traditionnelles perpétuant l’ancien mode de construire utilisés, on l’a souligné antérieurement, selon une répartition spatiale méticuleusement pensée.

  • 34 Branner (133), 1960, p. 160 ; Sandron (295), 1994, p. 350.
  • 35 Branner (133), 1960, p. 151 ; Quarré (140), 1968, p. 15 et p. 18.
  • 36 Sécula (305), 1994, p. 115.
  • 37 Guillaume (346), 1976-1977, p. 327.
  • 38 Voir p. 80.
  • 39 Voir p. 35.

36En raison de l’embarras que l’on éprouve souvent à dater les monuments, il est bien difficile d’évaluer le laps de temps qui a pu s’écouler entre les choix formels retenus au sein d’un grand centre et leur adoption réinterprétée ou non dans un foyer artistique de second ordre. La question se pose bien sûr ici. Et que ce soit à propos de Saint-Symphorien de Nuits-Saint-Georges34, du chœur à chevet plat de Mirebeau35 ou du sanctuaire et des chapelles orientées de Rouvres36, les auteurs se sont presque unanimement accordé à en situer la construction au cours du second quart du xiiie siècle. Une seule exception, l’église de Talant que Charles Guillaume date des années 1200-1220, « qui sont, en Bourgogne, celles du passage du roman au gothique »37 ! Essentiellement fondées sur des comparaisons formelles avec l’église mariale dijonnaise, ces propositions semblent a priori tout à fait plausibles. L’unique date dont on dispose et qui concerne le monument lui-même – fait suffisamment rare pour être souligné – est celle de l’acte de fondation en 1233 de l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Rouvres-en-Plaine. Certes, on ne peut déduire de ce document l’année du début du chantier, mais on se souvient que la construction de la nouvelle église devait apporter à Rouvres une solution aux problèmes d’insécurité qu’engendraient les allées et venues de la population au sein de l’enceinte du château ducal et accroître sensiblement la capacité d’accueil des paroissiens devant l’exiguïté de la chapelle castrale38. On peut alors penser que les autorités locales – peut-être l’auteur de la fondation, la duchesse Alix de Vergy – ont veillé à ce que les travaux commencent très vite après la rédaction de l’acte afin que le complexe oriental du chœur, des chapelles nord et sud et peut-être d’un premier transept non saillant soit rapidement utilisable. Considérer l’année 1233, ou une date très proche, comme un terminus post quem de la première tranche d’édification de l’église de Rouvres s’accorde bien avec la fourchette chronologique 1220-1240 proposée plus haut pour Notre-Dame de Dijon39.

37Quant aux autres édifices intégrés au groupe de Rouvres, ils présentent entre eux tant de similitudes qu’ils ne peuvent qu’être contemporains, même si dans les faits quelques années les séparent peut-être. Cet ensemble – que l’on verrait encore probablement augmenté de quelques membres si l’étude systématique, proprement architecturale cette fois, des églises gothiques de cette région était menée – révèle une importante vague constructive qui frappa le pays dijonnais au moment où le chantier majeur de cette époque, celui de Notre-Dame de Dijon, battait son plein.

  • 40 Courtépée (28), II, 1774-1783, p. 361.
  • 41 Ibid., p. 236.
  • 42 Ibid., p. 254.
  • 43 Ibid., p. 222.
  • 44 Il est impossible en énonçant cette hypothèse de ne pas penser à la chapelle ducale de Dijon dont l (...)

38Assujetties au pouvoir en place (Beaune, Nuits, Talant, Rouvres), ou soumise à des familiers de la cour de Bourgogne (Mirebeau), les paroisses dont il est question ici ont toutes bénéficié, au début du XIIIe siècle, de privilèges et de franchises accordés à Nuits en 121240, aux habitants de Rouvres en 121541, à ceux de Talant en 121642 et enfin à Mirebeau en 122343. De cet état de fait, peut-on franchir le pas et faire le lien, peut-être comme à Dijon, entre ces libéralités et la décision de reconstruire une nouvelle église plus adaptée aux besoins de la paroisse et pour laquelle soin fut pris d’intégrer diverses formules esthétiques à la mode ? À moins que ces dernières n’aient été fortement suggérées – voire imposées – par les autorités comme une référence inévitable à Dijon, principal siège de la vie politique et économique du duché bourguignon44. Mais il n’était pas du ressort de ces églises paroissiales d’accueillir la famille princière. À Rouvres, comme très probablement à Talant, le duc possédait une chapelle privée dans l’enceinte de son château.

39En fait, la construction de ces édifices ruraux, tous inclus au sein d’une auréole relativement étroite autour de la capitale ducale, répond avant tout, par les choix architecturaux (plan, élévations des différentes zones) et esthétiques retenus, à des impératifs économiques et fonctionnels évidents. Ce sont de modestes édifices dans lesquels on sent un souci constant de l’adaptation et de la mesure. Si la sobriété est de rigueur dans la nef où se déploient d’amples plages murales à peine percées de petites ouvertures, un effort supplémentaire fut généralement consenti pour le chœur, dans un but de mise en valeur du sanctuaire. Ainsi voit-on cohabiter, en un même lieu, une architecture « minimaliste » réduite aux lignes les plus simples, du même type que celles déjà mises en œuvre à l’époque romane, et des formes ou des agencements sans doute empruntés au chantier contemporain le plus marquant de ces premières décennies et adaptés à une structure différente, davantage dépouillée. Ces citations montrent en tout cas la bonne connaissance que les maîtres d’œuvre avaient des innovations techniques et des nouvelles solutions employées en matière d’architecture et de décor sculpté. Aussi n’est-il plus possible aujourd’hui de tenir ces hommes pour rétrogrades, enfermés dans des modes de construction ancestraux et imperméables à tout changement ou apport extérieur. On ne peut d’ailleurs exclure que certains d’entre eux aient été formés à l’“école” de l’église dijonnaise, tout comme quelques-uns de leurs ouvriers qui, une fois un chantier terminé, devaient en rejoindre un autre pour y reproduire, à partir de modèles communs, d’identiques schémas.

  • 45 Sur les relations architecturales entre les églises d’un diocèse et la cathédrale, voir Sandron (12 (...)

40Au total donc, plus qu’un véritable modèle, l’église Notre-Dame de Dijon paraît avoir été une source inévitable d’inspiration pour les églises rurales de la toute proche région élevées sensiblement à la même époque. Citée plus ou moins ostensiblement, celle-ci l’est comme la Mater Ecclesia, bien sûr sans l’ambition d’en suivre le programme, mais en tant qu’œuvre de référence45. Alors, l’église paroissiale dijonnaise aurait-elle joué dans le duché le rôle de la cathédrale dans son diocèse ? C’est en tout cas vers cette idée que tendraient à nous acheminer les parties orientales, et le chœur en particulier, de l’église priorale et paroissiale Notre-Dame de Semur-en-Auxois.

Notes

1 Gajewski-Kennedy (137), 1996.

2 Demarthe (135), 2006 et Demarthe (136), 2006.

3 Dépôt de la Société Historique et Archéologique de Beaune au Beffroi de Beaune : inv. 44.2097, H. 0,275 ; L. 0,23 ; Pr. 0,205 m, calcaire et inv. 44.2098, H. 0,295 ; L. 0,23 ; Pr. 0,19 m, calcaire.

4 Sauerländer (191), 1966, p. 119.

5 Idem.

6 Ibid.

7 Quarré (226), 1973-1974, p. 10.

8 Garçon(224), 1989, p. 17, Vergnolle (227), 1994, p. 195 et Vergnolle (228), 1997, p. 16.

9 Voir Borlée dans Jannet-Joubert (dir.) (390), 2000, cat. 92, p. 242 et cat. 94, p. 243-244.

10 AM Beaune, M II § 1-1-1.

11 En italique dans le texte.

12 Pasumot (225), 1811, p. 33-34.

13 Garçon (224), 1989, p. 9. Cette maquette en bois tapissée d’une marqueterie de fragments de paille teintée fut présentée par Devironceau, chanoine d’honneur et prêtre chapelain d’une des chapelles de Notre-Dame, au collège des chanoines le 2 décembre 1746. Elle est actuellement présentée dans une salle d’exposition de l’Hôtel-Dieu. Voir Vergnolle (227), 1994, p. 194, fig. 20.

14 Quarré (226), 1973-1974, p. 9.

15 Garçon (224), 1989, p. 17.

16 Ibid., p. 18.

17 Voir n. 3.

18 Courtépée (28), II, 1774-1783, P. 361.

19 Idem. La situation féodale de la puissante seigneurie de Vergy – toute proche de Nuits – et l’importance de ses possessions qui s’étendaient, vers le nord, jusqu’aux portes de la capitale ducale, ont pu attiser la convoitise du duc. Il faut sans doute ajouter à cela une dimension stratégique, le château et le domaine de Vergy contrôlant la route de Dijon à Beaune. Là réside probablement l’origine du conflit qui opposa les deux parties avant que le roi Philippe Auguste ne concédât finalement au duc, vers 1186, « en don royal », le fief qui se rapportait à la seigneurie de Vergy (Richard (57), 1954, p. 165 et p. 295-296) (voir fig 3). Le mariage célébré en 1199 donna à Eudes et à la duchesse Alix la plus grande part de la seigneurie de Vergy ; l’autre part resta jusqu’en 1239 la possession du sire de Mont-Saint-Jean (Ibid., p. 297).

20 Sandron (295), 1994, p. 343.

21 La plupart des colonnes engagées sont aujourd’hui tronquées à environ 2,50 m du sol.

22 Aubrun (11), 1986, p. 153.

23 Denizot, BMD, ms. 1731.

24 ADCO, G 2908, Grand cartulaire de Notre-Dame de Beaune, f. 350 ; voir Sécula (305), 1994, p. 11-12 et annexe p. I.

25 Ibid. (251), p. 15-18.

26 Ibid., p. 61-69.

27 Ibid., p. 115-119.

28 Garnier (345), 1847-1852, p. 218.

29 Idem.

30 Courtépée (28), II, 1774-1783, p. 253-254.

31 Richard (57), 1954, p. 295-297.

32 Ibid., p. 297.

33 Sandron (295), 1994, p. 352.

34 Branner (133), 1960, p. 160 ; Sandron (295), 1994, p. 350.

35 Branner (133), 1960, p. 151 ; Quarré (140), 1968, p. 15 et p. 18.

36 Sécula (305), 1994, p. 115.

37 Guillaume (346), 1976-1977, p. 327.

38 Voir p. 80.

39 Voir p. 35.

40 Courtépée (28), II, 1774-1783, p. 361.

41 Ibid., p. 236.

42 Ibid., p. 254.

43 Ibid., p. 222.

44 Il est impossible en énonçant cette hypothèse de ne pas penser à la chapelle ducale de Dijon dont les parties orientales durent voir le jour à peu près en même temps que s’activait le chantier de Notre-Dame. Si un certain nombre de dispositions déjà énumérées plus haut ressemblaient à celles de l’église paroissiale, rien ne permet plus aujourd’hui de faire le lien entre ce monument et les églises dont il est question ici.

45 Sur les relations architecturales entre les églises d’un diocèse et la cathédrale, voir Sandron (128), 2001, p. 62 et p. 85-88.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540