Version classiqueVersion mobile

La sculpture figurée du xiiie siècle en Bourgogne

 | 
Denise Borlée

Introduction historique : le duché de Bourgogne au xiiie siècle, contexte “géopolitique”

Texte intégral

  • 1 Richard (57), 1954, p. 50. En dépit de l’importante bibliographie sur l’histoire de la Bourgogne, l (...)
  • 2 Drouot-Calmette (31), 1927, p. 109.

1Lorsque prend fin en 1076 le règne du premier duc capétien de Bourgogne, Robert Ier dit “le Vieux”, l’ancien duché de l’époque franque n’est plus que l’ombre de lui-même. Du regnum Burgundiae, qui s’étendait au ixe siècle du Sénonais (nord-ouest) au Mâconnais (sud-est) et du Barrois (nord-est) au Nivernais (sud-ouest), ne reste en effet plus à cette époque qu’un ensemble de domaines appartenant en propre au duc, situés principalement dans l’Autunois et l’Avallonnais, le Dijonnais et le Beaunois. La période d’instabilité de l’An Mil se caractérisa par une succession de démembrements entraînant la perte de territoires considérables comme les comtés de Sens et de Troyes, puis ceux d’Auxerre et de Nevers (fiefs royaux), ainsi que de nombreux châteaux. « En perdant pratiquement tout contrôle sur les comtés de la périphérie, l’autorité ducale avait subi autour du xie siècle une sérieuse diminution de son ressort territorial, puisqu’une grande partie de l’ancien ducatus Burgundiorum se trouvait désormais aux mains de personnages qui refusaient au duc tout autre signe de subordination qu’un hommage sans portée réelle »1. De surcroît, le duc se trouvait confronté à la montée en puissance de seigneuries ecclésiastiques au sein même de son duché, en particulier les évêchés de Langres et d’Autun. Bénéficiant de concessions d’immunité, les prélats avaient acquis une réelle indépendance, au point que, non sans quelque exagération, certains historiens de la Bourgogne réduisirent le duc à un « petit personnage » face à « un prince des Clercs comme l’évêque-duc de Langres ! »2.

2Ainsi, en même temps que l’intégrité du duché se voyait menacée tant de l’intérieur (par le développement des terres de “franche-aumône” telles que les domaines diocésains et abbatiaux) qu’à l’extérieur (par l’individualisation d’entités politiques plus ou moins autonomes et les empiètements de puissants voisins comme le comte de Champagne), l’avènement des Capétiens allait correspondre à l’affirmation progressive d’une conception nouvelle de leur fonction : la création d’un État bourguignon. Aussi, dès le xie siècle mais plus encore aux xiie et xiiie siècles, les ducs allaient-ils se consacrer à agrandir et consolider méthodiquement leur emprise territoriale (fig. 2 à 4). Sous Robert le Vieux (1032-1075), le domaine, constitué entre autres des terres sises à Fleurey, Lantenay, Rouvres et Avallon, dans l’Autunois (Planoise) et le sud de l’Auxois (Manlay, Liernais), dans le sud du Lassois, ou encore de vignobles beaunois, etc., s’agrandit de la Divionensis potestas. Mais à cette époque, Dijon est encore aux mains de l’évêque de Langres. Il faudra attendre 1153 pour voir le duc Eudes II (1142-1162) y asseoir définitivement son emprise. Ainsi dès le xiie siècle, la recomposition du duché dut-elle se réaliser sur trois fronts à la fois : les comtés périphériques, les seigneuries ecclésiastiques et les enclaves royales.

Figure 2 – Le duché de Bourgogne sous Hugues III (fin XIIe siècle)

Comtés périphériques

  • 3 Richard (59), 1978, p. 137.
  • 4 Richard (57), 1954, p. 295.

3Séparée du duché bien avant l’an Mil, les comtes de Champagne se servirent très tôt de leur capitale comme point d’appui de l’expansion champenoise à la fois vers Saint-Florentin, le Bar-aubois (fin xie s.) et le Barséquanais (début xiie s.) ; seule, Arc-en-Barrois demeura bourguignonne3. Sur cette frontière du nord-ouest – de la Cure à l’Aube –, l’influence des puissants comtes de Troyes fut telle que l’Isle-sur-Serein ne fut repris en fief par le duc de Bourgogne qu’en 1236. Cependant, dès 1189, Hugues III renforça ses positions dans cette zone en échangeant la seigneurie de Montbard contre la terre d’Époisses, où furent transférés les droits des comtes de Nevers et de Champagne. Ainsi, comme le remarque Jean Richard, « cette acquisition reliait le domaine de Semur à celui de Châtillon »4.

4Malgré cette présence champenoise, l’obstacle principal auquel ont eu à faire face les ducs de Bourgogne vers l’ouest est incontestablement l’ensemble territorial dominé par les comtes de Nevers, constitué (outre le Nivernais) des comtés d’Auxerre, Tonnerre et Bar-sur-Seine. C’est en épousant la fille du roi Robert que le fils de Landry, comte de Nevers, joignit à son comté celui d’Auxerre, tandis que le comte de Tonnerre et Bar-sur-Seine, accédant au siège épiscopal langrois, fit passer ses comtés dans le giron nivernais en 1065, par l’intermédiaire de l’une de ses héritières. Cet ensemble entre Loire et Seine devait subsister jusqu’en 1270. Nombre de transactions modifièrent la frontière occidentale du duché, notamment au début du xiiie siècle : le comte de Nevers ne cessait d’y consolider son influence (avancée sur Saulieu et Liernais, progression du comté de Tonnerre dans les vallées de la Laignes et de l’Armançon en échange du comté de Grignon) bien que les terres demeurassent dans la mouvance ducale. C’est en effet en certains points de cette frontière que le comte de Nevers venait prêter l’hommage au duc (Saulce-d’Island, Laignes).

5En revanche vers le sud et l’est, l’extension du duché fut plus radicale. Sans nier un certain nombre d’acquisitions plus ou moins isolées comme les châtellenies de Montcenis (avant 1200), de Sanvignes (1255) et Brancion (1259), l’affirmation de la puissance ducale fut moins fragmentaire qu’ailleurs : l’achat du comté de Chalon et de la châtellenie d’Auxonne par Hugues IV en 1237 (en échange de la baronnie de Salins précédemment acquise en 1225) en est l’étape la plus significative. Ainsi, du confluent de la Vingeanne, près de Mirebeau, à Tournus, le duc maîtrisait-t-il désormais les rives d’un axe de communication de premier ordre : la Saône, au-delà de laquelle était repoussée la frontière d’Empire. De plus, l’intégration du comté de Chalon au duché lui permit d’atteindre la Loire dans le Brionnais et de contrôler de la même manière les relations entre ces deux couloirs. On connaît d’ailleurs le rôle stratégique de la seigneurie de Brancion, dont le château était idéalement situé au franchissement du petit col emprunté par la route de Tournus (port/pont sur la Saône) à Paray-le-Monial, proche de la Loire, par la vallée de la Bourbince. Cette position avantageuse tant du point de vue militaire (protection de la route) qu’économique (droits de passage) suscita immanquablement l’intérêt du suzerain bourguignon. Enfin, plus au sud encore, le comté de Mâcon allait échapper au duché deux ans seulement après l’achat de celui de Chalon, en entrant dans le domaine royal. Cette acquisition de saint Louis n’empêcha cependant pas le fief mâconnais de continuer à relever féodalement du duché.

Figure 3 – Le duché de Bourgogne à la mort de Robert II (1306)

Figure 4 – Les principaux accroissements du duché au cours du xiiie siècle

Autres seigneuries

  • 5 Richard (57), 1954, p. 295.

6Un parallèle avec l’exemple de Brancion peut encore être proposé pour illustrer l’« itinéraire » de la seigneurie de Vergy, car enfin la constitution du duché de Bourgogne ne peut être résumée dans la seule idée d’une frontière sans cesse repoussée. En effet, cette frontière était aussi intérieure comme le montre le conflit avec les sires de Vergy. Son origine est mal connue mais il faut vraisemblablement y voir une raison stratégique : cette seigneurie, qui s’étendait de la vallée de l’Ouche à la Montagne beaunoise et à la plaine de Cîteaux, contrôlait la route de Dijon à Beaune et gênait de ce fait la communication entre les deux domaines, véritables noyaux du duché. Il est clair qu’une seigneurie aussi puissante que celle des Vergy allait par sa situation aux portes de la capitale ducale être considérée tôt ou tard comme une entrave à la politique de regroupement des terres. Après une première tentative par la force qui échoua sous Hugues III – le sire de Vergy ayant fait appel au roi qui plaça la terre sous sa protection en 1186 –, l’intégration de la seigneurie au duché se fit en 1199 à la faveur du mariage d’Eudes III et Alix de Vergy, qui la lui apporta en dot. C’est à cette occasion que Mirebeau fut en contrepartie cédé aux Vergy qui, à partir de cette date, se montrèrent les plus fidèles alliés des ducs. Ainsi, petit à petit, les ducs Capétiens parvinrent-ils à maîtriser plus ou moins directement un vaste territoire ayant pour centre de gravité la capitale dijonnaise, dominée par leur château de Talant construit par Eudes III pour la sûreté du trésor et des archives, et s’étendant du pays beaunois à la Saône et de l’Ouche à la Bèze. Cette vallée de la Bèze, proche de la frontière d’Empire, fut atteinte par Hugues III, avant 1192, grâce à l’achat qu’il fit de la seigneurie de Mirebeau avant de partir en croisade, « en profitant de la décadence de la famille des Mauregard »5. Les opérations de ce type vont se multiplier au cours d’un xiiie siècle qui se caractérise par la généralisation des difficultés financières, résultant des engagements en Terre-Sainte, de la décime ou encore du développement du crédit, et causant la ruine de bon nombre d’anciennes familles. Les ducs surent profiter de cette situation malgré un risque de fragilisation des ressources proportionnel à la fréquence et à l’ampleur des transactions.

7Vers le nord en revanche, l’expansion du domaine ducal fut plus laborieuse. L’acte le plus significatif reste cependant l’acquisition de la châtellenie de Saulx. Cette portion considérable du plateau, comprise entre Saint-Seine-l’Abbaye, Salives, Grancey-le-Château et Til-Châtel, échappait jusqu’alors à la domination ducale bien qu’elle ne fut éloignée que de quelques kilomètres seulement de Dijon, à l’image de la seigneurie de Vergy. La famille de Saulx vendit sa châtellenie au roi Philippe IV le Bel en 1300, qui la donna à son tour au duc Robert II en 1303.

Seigneuries ecclésiastiques

  • 6 Laurent (6), 1907 (carte hors-texte no 2 “La Lingonie”).
  • 7 Richard (60), 1986, p. 10.

8L’acquisition tardive d’une terre aussi vaste que proche n’est peut-être pas sans lien avec la présence locale de l’évêque de Langres. En effet, une bonne partie de la châtellenie de Saulx relevait directement du prélat lingon, dont les domaines atteignaient, en 1267, Vantoux et Beire-le-Châtel, localités distantes d’une dizaine de kilomètres au nord de la capitale6. Notons que de ce fait, Til-Châtel, Bèze ou encore Grancey-le-Château restèrent en Champagne jusqu’à la Révolution, l’évêque ayant très tôt (dès le milieu du xiiie siècle) engagé ses domaines sous la protection du comte de Champagne. Les seigneuries ecclésiastiques auront donc limité les prétentions territoriales des ducs, notamment autour de Châtillon-sur-Seine où les terres et châteaux épiscopaux de Mussy-sur-Seine (ou -l’Évêque), La Chaume, Gevrolles et Gurgy interdisaient toute tentative de regroupement des possessions. Malgré cela, les ducs réussirent à imposer leur pouvoir, en particulier à Châtillon où la construction d’une muraille se fit contre l’avis de l’évêque. Ainsi, cette dernière devint place-forte ducale, puis chef-lieu du bailliage de la Montagne qui fut créé par Hugues IV en 12627. À peu de distance de là, l’évêque d’Autun n’avait cessé durant les xie et xiie siècles d’augmenter ses possessions à Saulieu, Alise et Flavigny, ou encore Issyet Lucenay-l’Évêque plus au sud. Son implantation aux confins de l’ancien pagus mandubiorum et de la Lingonie se renforçait d’ailleurs en 1113-1116 par l’achat du château de Touillon, contribuant au morcellement féodal de cette zone de marche, où s’entremêlaient les comtés de Tonnerre, de Bar-sur-Seine et de Champagne et le domaine ducal.

  • 8 Richard (57), 1954, p. 253.
  • 9 Petit (9), IV, 1891, p. 337 ; Courtépée (28), 1774-1783, IV, p. 211.
  • 10 Roserot (61), 1924, p. 21.

9À l’image des seigneuries épiscopales, les grands domaines abbatiaux ont contribué à prolonger la dispersion des domaines ducaux, cela en raison de leur privilège d’exemption de l’autorité des seigneurs laïcs. Les grandes abbayes bourguignonnes comme Cluny et ses prieurés, Cîteaux et ses “filles”, Moutiers-Saint-Jean, Molesme, etc., ont bénéficié des privilèges liés aux terres dites de “franche-aumône”. Mais à partir du xiiie siècle, l’endettement des seigneuries ecclésiastiques (et laïques) aidant, les ducs se sont efforcés d’y imposer leur pouvoir, à la faveur des traités de pariage en particulier. « Grâce à ces associations, le domaine ducal avait pu se développer aux dépens de celui des églises. Le temporel de ces dernières était en principe inaliénable ; mais sous la pression des nécessités financières, les établissements religieux ont dû se résigner à des concessions viagères, à des amodiations, à des pariages qui tous, en réservant cette inaliénabilité, assuraient au duc la jouissance tantôt temporaire, tantôt définitive, d’une part des domaines ecclésiastiques »8. De telles associations sont à l’origine de bien des villeneuves. Le bourg de Baigneux-les-Juifs par exemple est né d’un acte de pariage conclu avec les Augustins de l’abbaye d’Oigny en juillet 1243, acte dans lequel le duc s’engageait à édifier un abergement ou ville neuve en ce lieu9, si bien que, dès 1245, l’évêque d’Autun érigeait ce village « de novo fundata » en paroisse10.

Enclaves royales

  • 11 Richard (55), 1948, p. 90.
  • 12 Porée (52), 1905, p. 19 et carte VI.

10Pour autant, les ducs n’ont pas été les seuls à s’intéresser aux terres de « franche-aumône ». En effet, comme le rappelle Jean Richard, « la réforme clunisienne avait arraché les abbayes aux laïques, mais, en enlevant à ces églises leur caractère de seigneuries féodales, elle les avait affaiblies. Menacées par leurs puissants voisins, les abbayes n’eurent d’autre ressource que de se tourner vers le roi pour implorer sa protection, et cela dès le xiie siècle, […] ce qui fournit aux agents du souverain l’occasion de pénétrer dans ces terres indépendantes »11. Ainsi, Louis VI prit-il sous sa protection non seulement l’abbaye de Cluny mais aussi tous ses prieurés en 1119. Cet acte prépara d’ailleurs la vente du comté de Mâcon au roi en 1239. De même l’abbaye de Vézelay entra dans le giron royal pour se prémunir des exactions de son turbulent voisin, le comte de Nevers Guillaume II, avec qui les conflits étaient fréquents. De là vient que Vézelay et sa pôté (potestas) ressortissaient de la généralité d’Île-de-France au xviiie siècle12.

  • 13 Richard (59), 1978, p. 150-151.

11Au-delà d’une simple protection, les ducs de Bourgogne allaient très vite juger la présence royale comme une menace pour l’intégrité du duché, car « les rois de France parv[enaient] à faire admettre que toutes les terres des évêchés et celles des grands monastères (Cluny, Vézelay, Tournus) [étaient] sous la garde royale. Or cette garde s’exprim[ait] de plus en plus par l’intervention d’officiers de justice, que le roi [établissait] à la faveur de traités de pariage, à l’intérieur même des terres d’Église – ainsi à Couches, à Saint-Gengoux ; le prévôt de Villeneuve-le-Roi [était] prêt à intervenir dans les diocèses de Langres et d’Auxerre »13, ceux de Saint-Gengoux (installé en 1166) et Saint-Pierre-le-Moutier dans les diocèses d’Autun, Chalon, Mâcon et Nevers.

  • 14 Ibid., p. 147.

12Malgré ces enclaves royales, le duc de Bourgogne exerçait à la fin du xiiie siècle « la plénitude des pouvoirs de justice dans une zone délimitée par un certain nombre de points-frontières : la baronnie. Seul le roi de France [pouvait] recevoir des appels des sentences rendues par lui »14.

  • 15 Richard (57), 1954, p. 305.

13Au regard d’une chronologie des acquisitions qu’il serait trop fastidieux d’énumérer ici mais que résume la carte correspondante, on constate que la période s’étendant de la fin du xiie au début du xive siècle est la plus déterminante pour la constitution du duché (fig. 4). D’Hugues III (1162-1192) (fig. 2) à Robert II (1272-1306) (fig. 3), l’accroissement du domaine, « base de la puissance militaire et financière »15, apparaît au centre des préoccupations de la maison capétienne. Aussi est-ce pour accélérer les regroupements que des terres furent achetées à l’extérieur du duché afin de servir de monnaie d’échange contre des domaines situés à l’intérieur des limites de la baronnie.

  • 16 Ibid., p. 328.

14« Ainsi, au début du xive siècle, voyait-on se poser le principe selon lequel le domaine ducal faisait partie intégrante du duché […], les possessions ducales cessaient ainsi d’être une source de revenus sujette à des variations continuelles. D’innombrables transactions leur avaient donné une certaine cohésion ; la châtellenie était devenue une véritable unité domaniale, avec son cortège de fiefs et de gardes. Le mouvement incessant des échanges, des inféodations et des achats se ralentissait donc : la fixité relative de la composition du domaine allait désormais correspondre au caractère mieux défini du pouvoir ducal »16. C’est en effet un véritable état qui, progressivement, prit forme en Bourgogne, ce dont témoigne la hiérarchie administrative mise en place au cours du xiiie siècle, en particulier la division du territoire en cinq bailliages sous Hugues IV : Dijon, Autun-Montcenis, Auxois (Semur), Chalon et Montagne (Châtillon). Mises à part quelques modifications de détail, comme la subdivision du bailliage d’Auxois en trois bailliages secondaires au xvie siècle, les créations du xiiie siècle allaient perdurer tout au long de l’Ancien Régime.

Notes

1 Richard (57), 1954, p. 50. En dépit de l’importante bibliographie sur l’histoire de la Bourgogne, l’ouvrage de Jean Richard reste la référence essentielle ; ce chapitre lui doit beaucoup.

2 Drouot-Calmette (31), 1927, p. 109.

3 Richard (59), 1978, p. 137.

4 Richard (57), 1954, p. 295.

5 Richard (57), 1954, p. 295.

6 Laurent (6), 1907 (carte hors-texte no 2 “La Lingonie”).

7 Richard (60), 1986, p. 10.

8 Richard (57), 1954, p. 253.

9 Petit (9), IV, 1891, p. 337 ; Courtépée (28), 1774-1783, IV, p. 211.

10 Roserot (61), 1924, p. 21.

11 Richard (55), 1948, p. 90.

12 Porée (52), 1905, p. 19 et carte VI.

13 Richard (59), 1978, p. 150-151.

14 Ibid., p. 147.

15 Richard (57), 1954, p. 305.

16 Ibid., p. 328.

Table des illustrations

Légende Figure 2 – Le duché de Bourgogne sous Hugues III (fin XIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Figure 3 – Le duché de Bourgogne à la mort de Robert II (1306)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Figure 4 – Les principaux accroissements du duché au cours du xiiie siècle
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 423k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search