Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sculpture figurée du xiiie siècle en Bourgogne

 | 
Denise Borlée

Introduction

Texte intégral

  • 1 Calmette (207), 1910, p. 121 et 123.

« Entre tous les arts, la sculpture a brillé, en Bourgogne, à travers les siècles, d’un E éclat exceptionnel. Fait inexpliqué – peut-être inexplicable, – attesté du moins par d’irrécusables preuves : le Bourguignon a, par excellence, le sens sculptural ; il voit en relief ; il exprime par des formes. […] / Entre [l] es âges d’or de la sculpture bourguignonne, […], il est des périodes de moindre rayonnement. Et ce n’est point sans surprise que l’on compte parmi ces dernières celle qui correspond à l’apogée de l’art gothique. /Parcourez une histoire générale de l’art ou une monographie de la sculpture gothique, la Bourgogne n’y jouira d’aucune primauté. Entre Gilbert d’Autun et Claus Sluter, aucun nom digne d’eux ne s’est inscrit ; entre les tympans d’Autun ou de Vézelay et les merveilles de la Chartreuse de Champmol, aucune œuvre maîtresse du ciseau bourguignon ne se classe. Sans doute, au treizième et au quatorzième siècles, des morceaux aimables, attachants ou ingénieux surgissent en foule, mais rien qui soit incomparable, rien qui, semble-t-il, soit propre à marquer une date, à constituer une grande école dans l’évolution générale de l’art »1.

1Empruntée au discours prononcé par Joseph Calmette à l’Académie de Dijon le 20 avril 1910, cette citation par laquelle nous choisissons d’ouvrir cette étude résume bien, non sans un brin de pittoresque, l’histoire de l’intérêt porté à la plastique bourguignonne. L’état de la bibliographie ancienne et récente, par l’abondance des références, montre en effet à quel point les grands ensembles romans et la statuaire de la fin du Moyen Âge suscitèrent l’admiration des historiens et historiens de l’art qui célébrèrent d’une voix unanime la beauté et l’exception des derniers témoins de deux des plus belles pages de l’histoire de la sculpture bourguignonne. Avec le portail occidental de l’abbatiale de Cluny qui semble avoir joué un rôle majeur dans le développement de la sculpture monumentale en Bourgogne dans les années 1120, les tympans d’Autun et de Vézelay d’une extraordinaire richesse sont l’œuvre d’artistes exceptionnels.

2Presque trois siècles plus tard, naissait du mécénat princier du premier duc Valois de Bourgogne, Philippe le Hardi, un autre foyer artistique de premier plan que conduisit avec brio, à partir de 1389, le flamand Claus Sluter, « ouvrier dimaigerie » et « varlez de chambre » dudit seigneur.

Entre plastique romane et chefs-d’œuvre de la fin du Moyen Âge, quelle place pour la sculpture bourguignonne du xiiie siècle ?

3Entre ces temps d’intense création et d’innovations que l’histoire de l’art bourguignon considéra longtemps comme les seuls dignes d’être retenus, l’activité monumentale ne perdit pourtant rien de sa vigueur. Dès le troisième quart du xiie siècle étaient introduites les premières sculptures gothiques aux portails à statues-colonnes de Saint-Bénigne de Dijon, de Saint-Lazare d’Avallon ou encore de Vermenton. La vitalité constructive se maintint encore au siècle suivant avec la reconstruction ou le remaniement de bon nombre d’édifices religieux, parmi lesquels un certain nombre, dont il sera question au cours des pages qui vont suivre, développait à l’entrée un imposant programme sculpté.

  • 2 Pillion (180), 1912, p. 202-203.

4Si d’une manière générale les historiens de l’art ne restèrent pas indifférents à cette sculpture et reconnurent en elle un caractère original, celle-ci, décrite à grands traits, n’occupe le plus souvent, lorsqu’il en est question, qu’une toute petite partie des ouvrages consacrés à l’histoire de la plastique française du xiiie siècle. Louise Lefrançois-Pillion considérait en 1912 que « deux groupes de monuments français au xiiie siècle peuvent seuls se distinguer de l’ensemble avec des caractères assez précis pour mériter le nom d’école, ce sont ceux de l’Île-de-France et de la Bourgogne. […] L’école bourguignonne, caractérisée par un type de proportion plus court et trapu, par des têtes plus larges, par une draperie abondante et lourde, mais aussi par je ne sais quelle verve hardie, facile et puissante de l’outil, est restée plus locale et l’on pourrait assez aisément, avec les monuments de Semur et de Saint-Thibault, avec ce qui nous reste du décor de Notre-Dame de Dijon […], dégager la physionomie d’un style autonome et original »2.

  • 3 À propos de la notion d’école et la sculpture du Moyen Âge en Bourgogne, voir Borlée (206), 2007.
  • 4 Aubert (203), 1927, p. XIII.

5Si la notion d’école, qui durant de longues années servit à expliquer l’identité des productions régionales, n’a plus cours aujourd’hui, il est intéressant de remarquer dans ces propos anciens l’attribution par l’auteur d’un “statut” identique à la plastique bourguignonne et à celle d’Île-de-France3. La nuance est de mise qui justifie cette double classification et souligne le moindre rayonnement de la première. C’est ainsi que fut le plus souvent perçue la sculpture du xiiie siècle de Bourgogne, à la fois trop proche et trop éloignée des productions du domaine royal pour y être directement rattachée ou au contraire en être totalement écartée. Ainsi la trouve-t-on généralement qualifiée d’art provincial – donc secondaire – aux formes robustes et trapues qui, en dépit de la suggestion précoce de Marcel Aubert d’en écrire l’étude4, ne commença d’être mieux connue qu’à partir des années 1960 grâce au précieux travail de Pierre Quarré.

  • 5 Lefrançois-Pillion (322), 1922.

6On doit en effet à l’ancien conservateur du Musée des Beaux-Arts de Dijon la redécouverte d’œuvres isolées ou d’ensembles tombés dans l’oubli qui, à l’exception du portail de Saint-Thibault auquel Louise Lefrançois-Pillion consacra un article dès 19225, n’avaient pour ainsi dire fait l’objet d’aucune véritable analyse. Auparavant, les quelques mentions ayant trait à la « Porte des Bleds » de Semur-en-Auxois ou à celle de Saint-Thibault s’attachaient essentiellement à des problèmes d’identification iconographique, alors que les portails de Rougemont et de Moutiers-Saint-Jean, les programmes développés aux pignons occidentaux de la Madeleine de Vézelay et de l’église voisine de Saint-Père étaient tout simplement ignorés. Aussi, qu’il nous soit ici permis de rendre hommage au grand “inventeur” de l’art bourguignon qui, à force d’investigations, porta, par ses publications, des œuvres inédites ou encore fort mal connues à la connaissance des chercheurs.

  • 6 Quarré (213), 1963-1969 ; (214), 1964-1966 ; (215), 1966.
  • 7 Quarré (324), 1965.
  • 8 Quarré (301), 1975.
  • 9 Quarré (263), 1963-1969 ; (264), 1967 ; (265), 1967.
  • 10 Sauerländer (191), 1966.
  • 11 Sauerländer (192), 1972, p. 179-182.
  • 12 Enders (211), 1984.

7Ainsi Pierre Quarré écrivit-il divers articles dans les années 1965-1970 à propos des types de têtes et de visages dans la sculpture bourguignonne du xiiie siècle6, du portail de Saint-Thibault7 et des statues de « l’Atelier de Rougemont »8 et rédigea en même temps plusieurs études sur la plastique de Notre-Dame de Dijon9. Simultanément paraissait en 1966 l’ouvrage de Willibald Sauerländer Von Sens bis Straßburg traitant entre autres des têtes conservées de l’église dijonnaise et d’autres de Semur-en-Auxois10. Plus tard, en 1972, le même auteur intégra dans son grand livre sur la sculpture gothique en France de courtes monographies sur les portails de Semur-en-Auxois, Saint-Thibault, le pignon de Vézelay et la statue d’un saint Pierre conservée en l’église Saint-Martin de Chablis qu’il rattachait au large courant stylistique dérivant de la cathédrale de Reims11. Il confia ensuite le soin d’étudier cette sculpture à l’une de ses étudiantes, Sabine Enders, qui acheva sa thèse en 1973 avant de la publier en 198412.

  • 13 Forsyth (281), 1979.
  • 14 Saulnier-Stratford (367), 1984.
  • 15 Stratford (291), 1986 ; (292), 1992.
  • 16 Gillerman (321), 1986.

8Depuis, plusieurs études ponctuelles virent le jour : tout d’abord, celle développée de William Forsyth à propos du portail de Moutiers-Saint-Jean conservé au Musée des Cloîtres de New York au cours de laquelle sont abordés différents points de vue, tant historique, qu’iconographique et stylistique13 ; celle des statues de la grande fenêtre et du pignon gothiques de la Madeleine dans La sculpture oubliée de Vézelay ensuite, faisant entre autres le point sur les restaurations effectuées au xixe siècle dans cette partie de l’édifice14 ; toujours à propos de Moutiers-Saint-Jean, signalons l’article de Neil Stratford qui, à l’occasion du congrès de la Société Française d’Archéologie en Auxois-Châtillonnais, put analyser un certain nombre de pièces sculptées conservées chez des particuliers et restées jusqu’alors invisibles, élargissant ainsi de manière significative le corpus de la sculpture gothique produite en ce lieu15 ; enfin, la même année 1986, Dorothy Gillerman consacrait treize pages au portail de Saint-Thibault16.

9Le bilan bibliographique dressé, il apparaît qu’une seule étude générale de la sculpture du xiiie siècle en Bourgogne a jusque-là été réalisée, il y a de cela plus de 30 ans. Et encore, Sabine Enders ne considéra-t-elle que le groupe stylistique déjà en partie défini par Pierre Quarré et Willibald Sauerländer auquel elle adjoignit les deux statues réemployées dans les niches de la tour nord de l’église de Semur-en-Auxois. Les œuvres y sont envisagées sous forme de chapitres monographiques au cours desquels sont particulièrement développés l’analyse de l’iconographie des œuvres, à laquelle nous renverrons de temps à autre, et l’examen stylistique à notre sens trop peu rigoureux ; l’examen du cadre architectural dans lequel ces dernières s’inscrivent, l’histoire artistique et le contexte historico-géographique de la région ne sont en revanche pas abordés par l’auteur.

Le choix du cadre

  • 17 Erlande-Brandenburg (151), 1971 ; (152), 1974 ; (153), 1975 ; (154), 1977 ; et Kimpel (155), 1978  (...)

10Pour ces raisons, et aussi parce que l’on connaît désormais mieux, grâce aux travaux effectués ces dernières années, l’histoire de la sculpture parisienne et rémoise produite entre les années 1220 et 1260 environ17, il parut intéressant de revenir sur cette production, non en fondant notre étude sur des groupements d’œuvres déjà plus ou moins reconnus dans un cadre géographique arbitrairement limité, ce qui à coup sûr n’aurait abouti à aucun résultat supplémentaire, mais en écartant d’emblée les résultats et les a priori de la recherche ancienne.

  • 18 Par exemple, Branner (133), 1960 ; Courtillé (117), 1990. À ce sujet également, voir récemment Pha (...)
  • 19 La situation de la Bourgogne est singulière dont le territoire est inégalement partagé entre plusi (...)

11Avant toute chose, s’est posée la question de la zone d’étude à laquelle on ne prête généralement pas attention et qui, lorsqu’elle se présente, se voit bien souvent résolue par l’adoption des actuels découpages régionaux18. Deux grands choix se sont offerts à nous concernant d’une part, les limites ecclésiastiques (les diocèses) généralement mieux connues et d’autre part, les limites politiques. Si l’on envisage la dernière solution, quelle Bourgogne fallait-il alors retenir ? La Bourgogne ducale, le grand espace bourguignon comprenant le duché et les comtés périphériques, ou la Bourgogne d’aujourd’hui ? Dans l’autre cas, devait-on considérer les évêchés historiquement bourguignons (Autun, Chalon, Mâcon et une partie des diocèses de Langres et Auxerre) – ce qui ramène au problème précédent – auxquels on aurait pu adjoindre les anciens diocèses de Sens et Nevers, deux villes aujourd’hui bourguignonnes, ou bien les actuelles circonscriptions épiscopales calquées sur les départements19 ? On le voit, la question est épineuse et le choix, quel qu’il soit, arbitraire.

12Parce qu’il en fallait un, nous avons délibérément choisi, comme point de départ à l’enquête de terrain, un cadre large, celui des quatre départements bourguignons, englobant la Bourgogne ducale du xiiie siècle et ses comtés périphériques (Tonnerre, Auxerre, Nevers) et étendu, vers le nord, au plateau langrois. Par là, nous n’avons voulu négliger aucun pan de territoire ayant pu être à un moment donné bourguignon tant sur le plan politique que religieux. L’objectif était de laisser avant tout “s’exprimer” les monuments afin que puissent se dessiner, par leurs regroupements potentiels, les grandes lignes d’une géographie artistique régionale.

Vers un inventaire

13Dès lors, fut entrepris sur cette vaste zone un inventaire aussi exhaustif que possible des églises du xiiie ou pour partie du xiiie siècle préalablement établi sur le papier. Devant l’absence de recensement de ce type – la grande majorité des édifices ruraux ne bénéficiant d’aucune étude sérieuse –, c’est à la confrontation de diverses sources qu’il fallut s’en remettre : bibliographie spécialisée bien sûr, mais aussi guides des communes et guides touristiques. Face à des conditions aussi empiriques, on ne s’étonnera pas que le premier état cartographié de ce repérage ait dû être révisé et complété à plusieurs reprises par l’apport de données nouvelles ou à la suite des visites.

Roman et gothique en Bourgogne, deux implantations complémentaires

14La carte de localisation des églises du xiiie siècle en Bourgogne que nous proposons ici (fig. 1) montre en premier lieu une forte disparité entre la moitié nord densément couverte (globalement Yonne et Côte-d’Or) s’opposant au vide de la moitié sud. Pour autant, cette concentration septentrionale n’est pas homogène, plusieurs sous-ensembles pouvant en effet être individualisés. On remarque tout d’abord un agrégat de points qui épouse plus ou moins étroitement l’axe fluvial icaunais jusqu’à hauteur d’Auxerre, pour se diffuser vers l’amont selon deux directions principales : la première, vers le sud, s’essouffle rapidement dans les Vaux-d’Yonne (Clamecy) et le Nivernais, tandis que la seconde vers l’est et le sud-est se ramifie au contact de l’ancien duché de Bourgogne, générant un nuage de points en Auxois-Terre-Plaine. Dans le prolongement de celui-ci, la dispersion met en évidence deux autres ensembles contigus, l’un aux confins de la Champagne et de la Bourgogne (Châtillonnais) et l’autre en pays dijonnais.

15À l’opposé, la moitié sud recouvrant l’essentiel des deux autres départements bourguignons (Nièvre et Saône-et-Loire) tranche par sa vacuité. Un tel contraste soulevant nécessairement l’interrogation, il nous a paru intéressant de confronter cette répartition géographique à l’implantation romane qui, au bout du compte et comme on pouvait s’y attendre, s’avère le négatif de l’implantation gothique. Cette parfaite complémentarité n’exclut pas cependant une étroite zone d’interpénétration prenant la Bourgogne en écharpe du nord-ouest (Puisaye) au sud-est (Chalonnais).

16Quelques tentatives d’explication peuvent être avancées. Parmi celles-là, il en est une qui à notre sens prévaut. Comme le montre bien la carte, le Mâconnais, plus encore que les régions voisines, est parsemé d’un très grand nombre d’églises romanes qui sont autant de témoins du grand essaimage de l’abbaye de Cluny ; beaucoup d’entre elles en dépendirent au titre de prieurés. Mais si l’expansion de l’ordre clunisien a largement couvert la Bourgogne du sud (Paray-le-Monial, Charlieu, Berzé-la-Ville, etc.) et le Nivernais (La Charité-sur-Loire, Donzy-le-Pré, Saint-Révérien, etc.), d’autres abbayes comme Tournus, Saint-Pierre de Chalon ou Saint-Martin d’Autun vinrent encore renforcer le réseau monastique. Aussi faut-il probablement voir dans cette floraison d’églises édifiées dans la région à la fin du xie et au cours du xiie siècle la raison majeure de la très faible activité constructive de la période suivante.

Figure 1 – Églises romanes et du XIIIe siècle en Bourgogne

  • 20 Bourin-Derruau (12), 1990, p. 75.
  • 21 Meunier (46), 1985, p. 35.

17À l’écart de l’immédiate aire d’expansion clunisienne et du plus vaste et somptueux chantier de tout l’Occident médiéval, la situation au nord est bien différente, non pourtant qu’il n’y ait point eu d’abbayes. Plusieurs facteurs ont pu intervenir, le premier s’inscrivant dans ce large mouvement de développement économique et de croissance démographique amorcé depuis le xiie siècle, principalement sous les effets des progrès techniques, et qui s’est prolongé durant tout le xiiie siècle. Depuis le début de ce siècle, « en une centaine d’années, on s’accorde à penser que la progression a été voisine de 150 % »20. La multiplication de la population et la croissance économique ont contribué entre autres à l’extension de la surface bâtie des villes existantes et à la création, non dénuée de mobiles stratégiques, de nouvelles localités, les villes neuves, que la toponymie nous révèle encore : par exemple, Villeneuve-l’Archevêque et, plus au sud, Villeneuve-le-Roi (aujourd’hui Villeneuve-sur-Yonne) fondée en 116321.

  • 22 Voir à ce sujet, Dion, (14), 1959, p. 244-253.
  • 23 Ibid., cité p. 246.

18Il faut en second lieu considérer la tout autre position géographique de cette région, pénétrée de nombreuses voies connectées à l’axe d’échanges et de communication de la rivière d’Yonne qui la relie à l’Île-de-France et à la capitale. Auxerre et sa région, Tonnerre et Chablis prospérèrent surtout grâce à leur vignoble et au commerce du vin22. La renommée vinicole d’Auxerre est reconnue dès le xiie siècle et son vignoble était encore en plein accroissement au siècle suivant, ce qui ne manqua pas de frapper un moine franciscain de Ferrare, le frère Salimbene, qui, en voyage en France, séjourna un temps dans la cité épiscopale : « Quand frère Gabriel, de Crémone, m’assura un jour qu’Auxerre avait à elle seule davantage de vignes et de vin que Crémone, Parme, Reggio et Modène réunies, je n’en voulus rien croire : cela me paraissait invraisemblable. Mais quand j’eus fait moi-même un séjour à Auxerre, je dus reconnaître qu’il avait dit vrai et que dans le vaste espace que comprend le diocèse de cette ville, monts, coteaux, plaines et champs sont, comme je l’ai vu de mes propres yeux, couverts de vignes. Les gens de ce pays, en effet, ne sèment point, ne moissonnent point, n’amassent point dans les greniers. Il leur suffit d’envoyer leur vin à Paris par la rivière toute proche, qui précisément y descend. La vente du vin en cette ville leur procure de beaux profits qui leur paient entièrement le vivre et le vêtement »23. Mais Paris n’était que la première étape des vins pris en charge par les bateliers de l’Yonne. Ceux-ci partaient ensuite par la Seine vers Rouen et la mer jusqu’en Angleterre. Ils étaient aussi conduits en Champagne par l’Oise et acheminés ensuite par voie terrestre vers la Picardie, l’Artois, la Flandre et le Hainaut.

  • 24 Richard (60), 1986, p. 12.

19L’Auxois aussi cultivait la vigne dès le Moyen Âge sur les coteaux bien exposés de la vallée de l’Armançon et de ses affluents. De bonne réputation, ses vins alimentèrent également le marché parisien, tout comme le blé issu d’une céréaliculture prospère24, bénéficiant de sa situation géographique privilégiée sur la voie naturelle de communication – aux multiples itinéraires possibles – entre le bassin parisien et la vallée de la Saône. On le voit, les échanges économiques ne manquaient pas qui plaçaient le nord bourguignon au contact direct de la capitale royale. De tels liens se nouèrent-ils parallèlement dans le domaine artistique ? Cette question fera l’objet d’une attention particulière au cours de la présente étude.

Un matériel disparate

20Le repérage théorique établi, les visites ont été systématiquement effectuées, ce qui nous a amené à pousser la porte de près de 280 églises dont la moitié environ comptait au moins une figure sculptée chaque fois photographiée. En plus d’une couverture exhaustive des ensembles déjà connus, cette méthode permit la « mise au jour » de pièces inédites pas toujours spectaculaires, certes, mais qui autorisèrent parfois d’intéressants rapprochements que l’absence d’inventaire méthodique n’aurait pas forcément révélés. Ainsi s’est peu à peu constitué un corpus de la sculpture figurée du xiiie siècle en Bourgogne composé, pour l’essentiel, d’un très grand nombre de culots de qualité fort inégale. Devant la disparité de ce petit matériel et l’inexistence quasi totale de documentation sur les modestes églises rurales les abritant, son étude ne pouvait être envisagée dans ce cadre.

Principaux aspects de la démarche

21Aussi avons-nous pris le parti de débuter notre recherche à partir des plus grands ensembles, sans idée préconçue de valeur, de groupement, de filiation et de chronologie. Chacun d’eux a fait l’objet d’une monographie au cours de laquelle sont systématiquement envisagées les données historiques concernant le monument, généralement assez pauvres, et l’histoire de ses restaurations.

22Pour plusieurs raisons, il nous a également paru indispensable, lorsque cela est encore possible, de ne pas dissocier la sculpture du contexte architectural dans lequel elle s’insère. Son analyse peut en effet dans certains cas aider à comprendre une disposition a priori étonnante ou une modification du décor. Elle peut encore livrer quelques indications de chronologie et éventuellement suggérer ou renforcer des liens de parenté entre les monuments ; permettre enfin, c’est le cas pour Notre-Dame de Dijon où manque une part importante du programme sculpté des portails occidentaux, de mieux saisir le sens et l’objectif que se sont fixés jadis les auteurs de la construction et les conditions dans lesquelles celle-ci vit le jour.

23De la même façon, nous avons tenu à étudier l’ensemble du décor sculpté des monuments, et non les seuls tympans et statues des portails, en tenant compte des clefs de voûte et des nombreuses petites têtes taillées sur les culots à la retombée des ogives et des rouleaux d’archivolte qui peuplent l’intérieur et l’extérieur des édifices religieux. Cet aspect de l’ornementation des édifices, trop souvent négligé car jugé secondaire, fournit pourtant à l’occasion d’utiles informations, notamment sur la répartition des tâches au sein du chantier.

  • 25 Kurmann (175), 1987, p. 15.

24L’approche monographique a permis l’établissement de liens entre un certain nombre de monuments, quelques-uns, déjà reconnus par le passé, ayant pu être précisés ou confirmés, tandis que d’autres sont apparus avec des œuvres ou des édifices jamais considérés auparavant et que révéla l’enquête sur le terrain. Pour y parvenir, l’unique méthode qui se présentait est l’analyse stylistique. « Seule, elle permet de distinguer les caractéristiques individuelles de chaque œuvre, et, en même temps, de souligner les “airs de famille” qui se manifestent entre les représentants d’un même groupe »25. Ainsi a-t-on pu individualiser deux grands ensembles cohérents, successivement le « groupe dijonnais » et le « groupe Auxois », dont on a voulu suivre le développement sur le territoire bourguignon – grosso modo celui du duché – et définir l’identité en regard du reste de la plastique française du xiiie siècle.

25Les différents éléments les composant vont être tour à tour analysés au cours des pages à venir dont l’organisation en trois parties s’est laissée dicter par le regroupement des œuvres selon une logique chronologique. Un chapitre de synthèse leur succède qui tente de faire le point sur des questions plus générales communes aux œuvres de chacun des groupes. De là, de nouvelles interrogations sont nées ; plutôt que de vouloir à tout pris y apporter de péremptoires réponses, ce que l’objectivité interdit de toute façon, nous avons préféré faire part de nos hypothèses de travail, laissant ouverte la discussion.

Notes

1 Calmette (207), 1910, p. 121 et 123.

2 Pillion (180), 1912, p. 202-203.

3 À propos de la notion d’école et la sculpture du Moyen Âge en Bourgogne, voir Borlée (206), 2007.

4 Aubert (203), 1927, p. XIII.

5 Lefrançois-Pillion (322), 1922.

6 Quarré (213), 1963-1969 ; (214), 1964-1966 ; (215), 1966.

7 Quarré (324), 1965.

8 Quarré (301), 1975.

9 Quarré (263), 1963-1969 ; (264), 1967 ; (265), 1967.

10 Sauerländer (191), 1966.

11 Sauerländer (192), 1972, p. 179-182.

12 Enders (211), 1984.

13 Forsyth (281), 1979.

14 Saulnier-Stratford (367), 1984.

15 Stratford (291), 1986 ; (292), 1992.

16 Gillerman (321), 1986.

17 Erlande-Brandenburg (151), 1971 ; (152), 1974 ; (153), 1975 ; (154), 1977 ; et Kimpel (155), 1978 ; Joubert (164), 1973 ; (140), 1979 ; Kimpel (174), 1971 ; Kurmann (175), 1987.

18 Par exemple, Branner (133), 1960 ; Courtillé (117), 1990. À ce sujet également, voir récemment Phalip, (105), 2005, en particulier p. 55-59 dans lesquelles l’auteur fait part de remarques très justes. On s’étonnera néanmoins de trouver là une carte montrant la répartition spatiale des églises romanes dans la région Auvergne (sur fond de maillage communal) et non dans l’ancien diocèse de Clermont dont il est question. L’absence de tout repère topographique n’en surprend pas moins eu égard aux critiques formulées p. 55.

19 La situation de la Bourgogne est singulière dont le territoire est inégalement partagé entre plusieurs diocèses (fig 1). Aussi, l’aire épiscopale, souvent retenue car plus aisée à définir en raison de la plus grande stabilité de ses limites dans le temps, ne pouvait-elle être considérée ici.

20 Bourin-Derruau (12), 1990, p. 75.

21 Meunier (46), 1985, p. 35.

22 Voir à ce sujet, Dion, (14), 1959, p. 244-253.

23 Ibid., cité p. 246.

24 Richard (60), 1986, p. 12.

25 Kurmann (175), 1987, p. 15.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Églises romanes et du XIIIe siècle en Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540