Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sculpture figurée du xiiie siècle en Bourgogne

 | 
Denise Borlée

Préface

Fabienne Joubert

Texte intégral

1Les thèses consacrées à la sculpture gothique sont rares, et sans doute l’impressionnant ouvrage de Willibald Sauerländer et Renate Kroos, paru il y maintenant plus de quarante ans, a-t-il, par l’ampleur de ses vues et par la force de ses positions, durablement intimidé les recherches nouvelles. Quelques monographies de programmes de cathédrales (Paris, Reims, Sens, Laon…) ont cependant relancé certains débats, mais une étude comme celle menée par Denise Borlée, qui affronte courageusement la difficile question de la géographie artistique, reste encore assurément assez isolée.

2Consacrée à une région emblématique de la sculpture médiévale, la Bourgogne, la recherche s’est concentrée sur une période trop souvent marginalisée, entre âge roman et gothique tardif qui mobilisent presque tous les intérêts. On retrouvera pourtant souvent, au fil des enquêtes, le nom de Pierre Quarré qui avait, en son temps, entrepris la réhabilitation de plusieurs des ensembles ici envisagés. Et si les monuments gothiques bourguignons restent largement moins connus que les célèbres abbatiales bénédictines ou le prestigieux foyer de Champmol, ils abritent pourtant des ensembles souvent spectaculaires et savoureux : quelques œuvres inédites, comme le tympan de Bierry-les-Belles-Fontaines ou la tête récemment découverte sur le site du monastère Saint-Vivant de Vergy ne démentent d’ailleurs pas l’authentique spécificité de ce milieu artistique, dont Denise Borlée s’attache à donner ici une analyse et une interprétation nuancées.

3L’auteur a privilégié un cadre géographique large qui lui permettait de prendre en compte la Bourgogne politique et religieuse et de n’esquiver aucun domaine : grâce à une vaste enquête sur le terrain, le duché du xiiie siècle et ses comtés périphériques (Tonnerre, Auxerre, Nevers) et le plateau langrois ont ainsi offert une matière complexe pour une réflexion de géographie historique et artistique aux aspects souvent inédits. La riche cartographie ici produite – avec la compétence de Christophe Wissenberg – éclaire constamment, et de manière très éloquente, le propos textuel ; entre autres, cela montre clairement une implantation gothique « en négatif » de l’implantation romane, avec un déplacement des activités vers le nord de la Bourgogne.

4La méthode adoptée était exigeante, car elle obligeait à cerner au plus près le contexte monumental des programmes figurés retenus pour l’étude, et à prendre en compte la totalité de ceux-ci – sculpture des portails mais aussi sculpture dite secondaire, comme les clefs de voûte ou les culots si nombreux en Bourgogne. Elle demandait aussi de pallier la disparition de deux ensembles essentiels – les portails occidentaux de Notre-Dame de Dijon, et de Notre-Dame de Beaune, vandalisés lors de la Révolution –, par une recherche documentaire et archéologique pertinente.

5On saura gré à l’auteur d’interroger les monuments et leurs sculptures en terme de réalisations humaines, sans esquiver les difficultés imposées par le caractère laconique des sources historiques et d’apporter des réponses toujours prudentes et argumentées. Les hypothèses défendues ici s’en montrent d’autant plus convaincantes.

6La recherche a été particulièrement fructueuse pour l’histoire des villes ducales. On retiendra en particulier l’interprétation du parti foncièrement original de l’église Notre-Dame de Dijon avec sa façade-écran – façade sans équivalent en France et si proche de celles qu’adoptent alors les communes libres de Toscane –, parti inscrit ici dans une perspective neuve sur les relations entre la paroisse Notre-Dame et la commune de Dijon.

7On s’attardera aussi sur les réflexions nuancées accordées à l’élaboration des œuvres. L’auteur revient sur les questions délicates de la mobilité des artistes comme de l’utilisation des modèles ; cela en reconnaissant, en particulier, des exemples venus de Paris, interprétés en Auxois dans un langage suffisamment caractérisé et constant pour trahir le monopole d’une équipe dirigée par une personnalité marquante.

8Le fonctionnement des chantiers bénéficie enfin d’apports concrets, car les analyses tiennent toujours compte des liens entre architecture et sculpture ; la question difficile de la répartition des tâches progresse notablement à l’aide du corpus de la collégiale de Semur-en-Auxois, où l’étude du célèbre portail des Bleds bénéficie beaucoup de l’examen rigoureux d’une riche série de culots et de clés de voûte placées à l’intérieur de l’édifice. À l’échelle de la Bourgogne, le chantier de Semur-en-Auxois illustre idéalement, aussi, la transition qui s’opère entre les deux pôles bien tranchés – du Dijonnais, vers l’Auxois – dont l’auteur a clairement analysé les composantes.

9C’est ainsi un ouvrage courageux et stimulant qui nous est ici offert. Denise Borlée revendique pour les monuments le droit de s’exprimer d’eux-mêmes ! mais on la suivra volontiers dans son décryptage respectueux, qui dresse sans a priori les composantes d’une réalité complexe.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540