Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Talleyrand, Evêque ou Administrateur ?

Texte inédit1

Texte intégral

  • 1 Etude présentée dans le cadre du colloque Talleyrand prince des négociateurs, Colloque internationa (...)

1Talleyrand est connu pour avoir été le dernier évêque d’Autun nommé par Louis XVI en 1788. Il est également célèbre pour avoir, comme député du Clergé aux Etats généraux de 1789, osé se faire l’avocat de la « nationalisation » des biens ecclésiastiques, mesure votée par l’Assemblée Nationale, le 2 novembre 1789. Cette position fit scandale dans une partie de l’opinion. On peut alors se demander s’il ne fut pas davantage un administrateur soucieux des finances publiques qu’un évêque préoccupé par son diocèse.

  • 1 Le fait avait frappé un de ses plus talentueux biographes, Georges Lacour-Gayet, Talleyrand (1754-1 (...)
  • 2 E. de Waresquiel, op. cit., p. 38-66 fait le point sur ces questions.

2On en est vite convaincu lorsqu’on se rappelle qu’Agent général du Clergé de 1780 à 1785, il a eu une connaissance intime de la situation matérielle du premier ordre et des relations suivies avec les ministres Necker et Calonne. La cause paraît même entendue si on écoute le personnage. En effet, à travers l’image qu’il a mis beaucoup de soin à construire pour la postérité à l’aide de confidences savamment distillées ou dans ses Mémoires, Talleyrand semble n’avoir accordé à sa dignité épiscopale qu’une place marginale1. Mieux, il a laissé entendre que son ordination sacerdotale était à mettre au compte de « l’insouciance de la jeunesse » et par de multiples boutades « sur ses pieds qui l’ont fait prêtre », que sa vocation avait été forcée2.

  • 3 Bernard de Brye, Un évêque d’Ancien Régime à l’épreuve de la Révolution, le cardinal A.L.H. de La F (...)
  • 4 Tous les évêques nommés par Louis XVI appartiennent à la noblesse, à l’exception de Jean-René Assel (...)

3La réalité est cependant plus complexe. D’abord parce que, comme d’autres, Talleyrand a vu dans le clergé une carrière et a même espéré une promotion épiscopale rapide, si bien qu’il a été très déçu de voir les sièges de Bourges et de Nancy lui échapper en 17873. Ensuite et surtout, parce que dans la logique de l’Ancien Régime (à laquelle lui-même et sa famille adhèrent totalement jusqu’en 1789) épiscopat et haute administration vont souvent de pair, à condition d’appartenir à la vieille noblesse4. Bernis, cardinal, ministre puis ambassadeur à Rome, Loménie de Brienne, archevêque de Toulouse, « principal ministre d’Etat » en 1787, n’en sont-ils pas des exemples éclatants ?

4De la sorte, dans le cas de Talleyrand, les qualités de l’administrateur n’ont-elles pas été déterminantes pour accéder à l’épiscopat ? Cette dignité ne peut-elle pas en 1789 permettre un rôle de premier plan dans la réforme de l’Etat et la conduite des affaires ? Mais les choix de Talleyrand et les incertitudes engendrées par la Révolution ne l’ont-ils pas conduit à une impasse et donc à sortir de ce dilemme ? Telles sont les questions que nous aborderons ici.

I – L’administration, une voie pour l’épiscopat ?

  • 5 Il en a suivi les leçons de 1770 à 1774. Celui-ci est connu dès l’époque pour être une « pépinière (...)
  • 6 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 3e(...)

5Après de bonnes études au collège d’Harcourt et au séminaire de Saint-Sulpice5, grâce au soutien sans faille de sa famille (en particulier de son oncle coadjuteur de l’archevêque de Reims) et de ses proches, Talleyrand a entamé dès l’âge de 21 ans une carrière administrative d’Eglise. Elu député à l’Assemblée du Clergé de 1775, il est immédiatement désigné par Mgr de La Roche-Aymon, président, mais aussi archevêque de Reims et protecteur de son oncle, comme « promoteur » de celle-ci, c’est-à-dire qu’il assiste le président en « proposant » publiquement les différentes motions que le « secrétaire » note par écrit6. A condition d’avoir l’assurance nécessaire, on ne peut rêver position plus avantageuse pour se faire remarquer.

  • 7 Ibid., t. II, p. 297 (article « député »). Voir aussi Pierre Blet, Le Clergé de France et la monarc (...)
  • 8 Talleyrand reçut les quatre ordres mineurs (portier, lecteur, exorciste, acolyte) le 28 mai 1774 (A (...)
  • 9 La nomination royale remonte au moins au 22 septembre 1775 (Lettre de Louis XVI à Malesherbes, publ (...)

6Pourtant ses titres sont légers et les règlements pour parvenir à ce poste n’ont pas été observés dans toute leur rigueur : en effet pour devenir député, on doit être au minimum « dans les ordres sacrés, posséder un bénéfice payant au moins 20 livres de décimes dans la province et y avoir fait sa résidence pendant un an7 ». Or Talleyrand, élu par la province de Reims, n’est alors que simple acolyte du diocèse de Paris et titulaire d’une chapelle à Reims depuis le 16 janvier 1775 seulement8. Mais l’oncle a tout arrangé (le 1er avril, il est ordonné sous-diacre à Paris et le 3 mai il est chanoine de la cathédrale de Reims) et la promotion du jeune clerc, fruit de sa réussite, est vite acquise : il a l’espoir d’être l’Agent Général du Clergé en 1780 et à l’automne, il est nommé abbé commendataire de Saint-Denis de Reims, un honnête bénéfice9.

  • 10 En 1780, il revenait aux provinces ecclésiastiques d’Aix et de Tours de désigner l’un des leurs com (...)
  • 11 Ordonné prêtre le 18 décembre 1779, il est nommé grand vicaire le 19 par son oncle Alexandre-Angéli (...)
  • 12 L’autre est Pierre-Daniel de Boisgelin, nommé lui aussi grâce à son oncle l’archevêque d’Aix.
  • 13 Sur l’institution, outre P. Blet, op. cit., t. I, p. 160-164 et son article « Agents généraux du Cl (...)

7Effectivement en 1780, une nouvelle fois en avance sur la légalité10, notre abbé, depuis peu prêtre et vicaire général de Reims11, se retrouve au poste promis. Il prête serment le 31 mai. Le voilà administrateur. La charge qu’il exerce jusqu’en 1785 au moment de la réunion de l’Assemblée du Clergé suivante fait de lui l’un des deux représentants permanents de l’Ordre auprès de la monarchie12. Il est donc en relations continuelles avec les ministres, leurs services, les tribunaux royaux d’une part, les évêques, les diocèses, les bénéficiers d’autre part. Une telle fonction donne une connaissance intime des ressources, de la fiscalité et des privilèges de l’Eglise, de ses rapports avec l’Etat. Elle permet des contacts fructueux avec le personnel politique comme avec le monde ecclésiastique. Elle habitue à la négociation, même si Talleyrand se doit d’abord d’épouser la cause de ceux qui lui ont fait confiance. Il y a tout intérêt car savoir concilier les intérêts des uns et des autres amène la plupart des titulaires de la charge à l’épiscopat13.

  • 14 L. Greenbaum, op. cit., p. 72-78 à partir de l’exploitation de la série G8 des Archives Nationales (...)
  • 15 Herbert Lüthy, La banque protestante en France de la Révocation de l’Edit de Nantes à la Révolution (...)
  • 16 Il est à l’origine d’une enquête générale sur l’éducation (1780) comme de l’édit de 1786 sur le rel (...)

8Or Talleyrand malgré son peu d’expérience a été un Agent général actif et efficace. Les papiers laissés dans les archives de l’institution et étudiés par l’historien américain Louis Greenbaum attestent un travail personnel considérable (les lettres manuscrites retrouvées pour 1780-1785, en majorité, ont bien été écrites ou signées de sa main). De la sorte il a tissé des liens utiles avec le haut clergé (les cardinaux La Rochefoucauld, de Luynes et Bernis, les archevêques de Narbonne, Bordeaux, Arles, Vienne…) comme avec les gouvernants (Turgot, Necker, Calonne, Ségur, Maurepas, Vergennes, Castries, Malesherbes…)14, liens confortés par ses relations mondaines dans les salons parisiens. En même temps il a réussi à se familiariser avec les problèmes financiers jouant un rôle discret dans l’entourage de Calonne15, mais sans négliger la défense des intérêts du Clergé, les questions d’éducation ou le sort des « pauvres » curés à « portion congrue16 ». Il a donc su profiter de sa fonction pour élargir au maximum sa vision et sa connaissance des affaires du pays.

  • 17 L. Greenbaum, op. cit., p. 66. Le Ministre de la Feuille est l’ecclésiastique qui propose au roi le (...)
  • 18 Certes à la fin de 1786, la vacance du siège de Pamiers, fort éloigné de Paris et de la Cour, mais (...)
  • 19 En mars 1788, on parle de lui pour remplacer Champion de Cicé à Bordeaux, en butte à de fortes host (...)
  • 20 Le père de Talleyrand meurt effectivement le 4 novembre 1788. La Correspondance secrète, op. cit., (...)

9Bien entendu, il en espérait une promotion épiscopale, d’autant que l’Assemblée du Clergé de 1785 avait salué son travail, honoré d’un vibrant hommage de l’archevêque de Bordeaux, Champion de Cicé, et avait chaudement recommandé son auteur au roi et au « Ministre de la Feuille », Marbeuf, évêque d’Autun17. Or ce dernier n’avait aucune sympathie pour l’abbé de Périgord. En outre les luttes de clans au sein de la noblesse s’avivèrent presque à chaque vacance épiscopale et entraînèrent des surenchères dans les sollicitations auprès du souverain18. Plusieurs fois les Talleyrand en firent les frais : Bourges, Bordeaux, Dijon, Nancy leur échappèrent, peut-être aussi à cause de quelques rumeurs sur les affaires financières et sur la vie privée de notre abbé19. Finalement l’insistance du père de Talleyrand, malade et à la dernière extrémité, fit céder Louis XVI : le 2 novembre 1788, l’abbé obtint Autun, vacant à la suite du transfert de Marbeuf à Lyon, libéré par le décès de Mgr de Montazet le 2 mai 178820.

II – L’épiscopat peut-il conduire au sommet de l’Etat ?

  • 21 Ce chiffre publié dans celui de 1790 (p. 58) était déjà donné en 1698 dans le Mémoire pour l’instru (...)
  • 22 Le clergé ayant préséance sur les autres ordres, son président est éventuellement celui des États, (...)
  • 23 Claude Micault, avocat au Parlement de Dijon, auteur d’une chronique couvrant les années 1742-1789, (...)
  • 24 Daniel Ligou, « Elus et alcades des États de Bourgogne au xviiie siècle », Actes du 92e Congrès nat (...)

10En temps normal, le diocèse d’Autun stimule davantage le zèle pastoral d’un évêque grâce à son étendue (près de 800 paroisses) qu’il n’excite les convoitises matérielles, son revenu étant officieusement assez médiocre (22 000 livres selon l’Almanach Royal)21. Mais un prélat plus ambitieux peut y trouver son compte : premier suffragant de l’archevêque de Lyon, primat des Gaules, il en détient la « régale spirituelle et temporelle », donc l’administration de la métropole en cas de vacance. Pourquoi ne pas espérer alors la promotion sur place comme ce fut le cas pour Marbeuf ou pour Mgr de Montazet en 1758 ? Sans cette attente aléatoire un évêque administrateur a d’autres perspectives immédiates : le titulaire d’Autun est « président-né » de la Chambre du Clergé des Etats de Bourgogne, réunis tous les trois ans22. Le jour de leur ouverture à Dijon, tel Marbeuf le 26 juillet 1784, il prononce un discours qui le met publiquement en valeur23. Cependant ce rôle ne doit pas faire illusion : l’Elu du Clergé qui veille (avec d’autres) à l’administration de la province entre deux sessions des Etats a beaucoup plus de pouvoir24.

  • 25 B. de Brye, op. cit., p. 109-137. Les deux hommes furent aussi rivaux pour la promotion épiscopale…
  • 26 Publiée par l’abbé Devoucoux, Le Prince de Talleyrand, Autun, 1858. G. Lacour-Gayet, op. cit., t. I (...)
  • 27 Rappelons l’élection très difficile de l’évêque voisin d’Auxerre, Mgr Champion de Cicé, parent de l (...)

11Talleyrand, en rapports fréquents lors de son passage à l’Agence du Clergé avec l’abbé de La Fare, Elu de 1784 à 178725, s’en aperçut tout de suite, si bien que dans le contexte de 1789 il porta plus d’attention aux évènements et aux relations parisiennes qu’aux affaires bourguignonnes, sans les négliger cependant. Ayant obtenu ses bulles de Rome le 15 décembre 1788 et après avoir été sacré le 4 janvier suivant à Issy (près de Paris, à la Solitude, maison dépendant du séminaire de Saint-Sulpice), il prit possession de son évêché par procuration à la fin de janvier, tout en gratifiant ses ouailles d’une lettre pastorale fort bien tournée pour les émouvoir et pour susciter la plus large adhésion du clergé paroissial26. La campagne électorale allait commencer et elle s’annonçait difficile pour les évêques qui avaient peu de contacts avec leur clergé ou qui avaient du affronter les revendications « richéristes » d’une importante fraction des curés27.

  • 28 Léon Lacomme, Les élections et les représentants de Saône-et-Loire depuis 1789, Paris, 1885, p. 14.
  • 29 Il aurait envoyé 1200 livres, ce qui est peu en comparaison des 10000 livres données par Mgr de La (...)

12Sur ce terrain, Talleyrand avait l’avantage de la nouveauté et donc intérêt à ne pas trop se manifester sur place pour emporter l’élection par une manœuvre rapide. De la sorte, arrivé à Autun à la mi-mars, il est confortablement élu député du clergé le 2 avril28. L’essentiel étant acquis, pourquoi rester à Autun alors que la réalité du pouvoir est ailleurs ? Le 12 avril, jour de Pâques, il regagne Paris, lieu des conciliabules préparatoires aux Etats généraux. Mais le diocèse d’Autun n’est pas complètement oublié : à l’été 1789, il y envoie de modestes secours pour acheter des grains, maigre aumône en comparaison des charités d’autres prélats29.

  • 30 Le 26 juin 1789 : voir les témoignages concordants de Creuzé-Latouche (Jacques-Antoine Creuzé-Latou (...)
  • 31 Il joue un rôle important dans l’élaboration de la Déclaration des droits de l’homme.
  • 32 Le 17 juillet 1789, on le donne, conjointement avec l’archevêque de Bordeaux Champion de Cicé, comm (...)

13Aux Etats généraux, il évite de se mettre en avant, préférant les tractations discrètes et les missions de conciliation facilitées par sa connaissance des milieux de la Ville et de la Cour et par les habitudes de négociations acquises au temps de l’Agence générale de Clergé. Certain de l’irrésolution de Louis XVI, il choisit le mouvement et rallie le Tiers Etat, ni trop tôt, ni trop tard30. Il se fait élire au Comité de Constitution qui paraît le plus important, boude le Comité ecclésiastique, s’affiche comme un bon juriste31 et surtout un spécialiste des questions financières. Comme on le voit causer avec tout le monde, les rumeurs le placent dans le prochain gouvernement, dès le rappel de Necker après la prise de la Bastille32.

  • 33 Une partie de l’opinion pensait que les vues de Talleyrand n’étaient pas désintéressées : A. Duques (...)
  • 34 Outre A. Duquesnoy, op. cit., t. I, p. 273-274, voir les Mémoires du Marquis de Ferrières, 2e éd. p (...)
  • 35 A. Duquesnoy, op. cit., t. I, p. 318, confirmé par le Marquis de Ferrières qui soupçonne Talleyrand (...)
  • 36 A. Duquesnoy, op. cit., t. I, p. 338 écrit, le 14 septembre : « Cet homme [Talleyrand], connu par u (...)

14Comme elles ne se vérifient pas et que, au-delà de l’effervescence générale liée à la Grande Peur et à la nuit du 4 août, les angoisses du Trésor font craindre le pire, Talleyrand, hanté par le spectre de la banqueroute, qui ruinerait sans doute les siens33, manifeste un intérêt croissant pour ces problèmes. Pourtant le 7 août, quand deux députés, Buzot et le marquis de La Coste invitent l’Assemblée à déclarer que les biens du Clergé appartiennent à la Nation pour garantir un emprunt demandé par Necker, Talleyrand se tait et les députés accordent l’emprunt avec quelques restrictions mais sans toucher aux biens de l’Eglise34. Le 27 août un nouvel emprunt est nécessaire, le premier ayant complètement échoué. Talleyrand s’y rallie en invitant Necker « à rassurer les créanciers de l’Etat35 ». Les rumeurs redoublent alors durant tout le mois de septembre sur ses intrigues pour « viser au ministère36 ».

  • 37 Ibid., p. 415. Les Révolutions de Paris, no 15, p. 30 se posent alors des questions au sujet de la (...)
  • 38 Talleyrand n’avait pas oublié ce problème que les historiens laissent trop souvent de côté, car la (...)
  • 39 Outre Les Révolutions de Paris, no 15, p. 33-34, no 17, p. 40-42 et no 18, p. 38, voir A. Duquesnoy (...)
  • 40 Correspondance secrète…, op. cit., t. II, p. 397 ; Journal de Paris, no 307, p. 1423-1424.
  • 41 Marquis de Clermont-gallerande, op. cit, t. I, p. 235 ; Marquis de Ferrières, op. cit., t. I, p. 34 (...)

15Talleyrand, peut-être sous l’effet de la pression populaire après les journées d’octobre (il est d’ailleurs insulté à Paris le 7 octobre)37, franchit le pas décisif le 10. Dans son discours, imprimé peu après, il propose de remettre les biens du clergé à la nation, véritable propriétaire selon lui, et par là, une fois acquittées les dettes du clergé38 et salariés convenablement les ministres du culte, on pourrait assainir les finances de l’Etat sans banqueroute et sans nouvel impôt39. Le 2 novembre, l’Assemblée adopta l’essentiel de ce dispositif40, malgré l’énormité du scandale aux yeux de la majorité du clergé et de la noblesse, d’autant que lorsqu’il était Agent général du Clergé il avait soutenu, comme le lui rappela – preuves en mains – l’abbé Maury, des positions diamétralement opposées41.

  • 42 A. Duquesnoy, op. cit., t. II, p. 23-24 (note que Talleyrand est visé), Les Révolutions de Paris, n(...)

16Mais Talleyrand ne profita pas de ce coup d’éclat, car méfiante envers lui comme envers Mirabeau et quelques autres, l’Assemblée interdit le 7 novembre à ses membres d’occuper un poste au ministère42. Dès lors le sommet de l’Etat était-il fermé à Talleyrand ? Ne lui restait-il qu’à être « l’évêque de la Révolution » ou à envisager une autre carrière ?

III – Comment sortir d’une impasse ?

  • 43 Dès le 7 novembre 1789 : A. Duquesnoy, op. cit., t. II, p. 25 et 27-28 ; Journal de Paris, no 312, (...)
  • 44 Sur ces débats : Jacques Godechot, Les institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Pa (...)
  • 45 En privé, lui-même en parle très souvent, ainsi chez Mme de Flahaut les 8, 11, 12, 14, 18, 21 octob (...)
  • 46 Ibid., t. II, p. 130-132. Le Journal de Paris, soulignant l’idée de Talleyrand de « faire des atter (...)

17Dans l’immédiat l’évêque d’Autun persiste dans la voie choisie le 10 octobre en souhaitant hâter la mise sous séquestre des biens ecclésiastiques à des fins conservatoires et pour éviter toute dilapidation, tout pillage, toute atteinte aux forêts en particulier43. En revanche les alarmes suscitées à l’intérieur des abbayes et des monastères, notamment chez les religieuses, par ces décisions qui vont les chasser de leur cloître tôt ou tard le laissent de marbre. A l’inverse, il participe activement aux débats relatifs à la vente des biens nationaux, à la création éventuelle d’une banque nationale, au rôle de la Caisse d’Escompte, à la mise en place d’un papier-monnaie, d’un « assignat » garanti par les biens du clergé44. Cela entretient les rumeurs sur sa volonté de remplacer Necker au gouvernement45, mais ses attaques contre le ministre ne sont pas toujours bien reçues : le 4 décembre 1789, Adrien Duquesnoy, député du Tiers de Bar-le-Duc, se demande même si, par vengeance, l’évêque d’Autun ne veut pas la banqueroute46. En outre comme d’autres spécialistes de la finance, tels Lecouteulx de Canteleu ou Laborde de Méréville, lui disputent souvent le succès dans ces séances, on a l’impression que le pouvoir se dérobe sous ses pieds.

  • 47 Si A. Duquesnoy, op. cit., t. II, p. 325 et Les Révolutions de Paris, no 30, p. 50-51 se bornent à (...)

18Doit-il être « l’évêque de la Révolution » ? Apparemment rien ne l’y pousse. Pourtant à la faveur de telle ou telle prise de position (ainsi à propos des juifs), de tel ou tel geste, cette étiquette lui est attribuée, même s’il n’intervient guère dans les discussions relatives à la Constitution civile du Clergé. Un exemple : le 28 janvier 1790, au nom du Comité de Constitution, il rapporte en faveur des juifs portugais de Bordeaux qui réclament les mêmes droits qu’avant 1789 et donc d’être considérés comme des « citoyens actifs ». La discussion est animée et sa position plus politique que religieuse lui vaut des remarques ironiques ou hostiles47.

  • 48 Il est élu par 373 voix contre 125 à Sieyès sur 603 votants. La fonction ne dure que deux semaines  (...)
  • 49 Clermont-Gallerande, op. cit., t. I, p. 335 ; A. Duquesnoy, op. cit., t. II, p. 368 note “un peu tr (...)
  • 50 Voir le no 33, p. 2-10.

19Sur ce terrain, suite à la visite de Louis XVI à l’Assemblée le 4 février 1790, Talleyrand propose une Adresse aux Français pour exhorter les provinces à la paix, à la patience et souligner les mérites de la Constituante. Approuvée, imprimée et diffusée, elle contribue sans doute à son élection comme Président de l’Assemblée le 16 février et à son succès contre Sieyès ce jour-là48. Cependant, non seulement la fonction est brève, mais encore les réactions devant ce texte sont mitigées : Adrien Duquesnoy comme le Marquis de Clermont-Gallerande jugent « son style trop fleuri pour être compris dans les campagnes49 » tandis que Les Révolutions de Paris l’estiment trop timoré50.

  • 51 Ferrières, op. cit., t. II, p. 94-95 est plus enthousiaste que Clermont-Gallerande, op. cit., t. II (...)
  • 52 Dans le no 53, p. 7-8.
  • 53 Correspondance secrète…, op. cit., t. II, p. 478 (9 octobre 1790). En fait le débat sur le divorce (...)

20Son unique réussite populaire est obtenue, deux jours après l’adoption de la Constitution civile du Clergé, lors de la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, quand il célèbre la messe, assisté de 300 prêtres, devant une foule immense51. Est-il « l’évêque de la Révolution » pour autant ? Le périodique Les Révolutions de Paris se borne à évoquer la cérémonie sans même citer son nom52 ! A l’automne, des rumeurs perfides contribuent à l’image du prélat révolutionnaire : l’Assemblée serait sur le point, dit-on, de « décréter le mariage des prélats et le divorce » et on avance que « l’évêque d’Autun servira d’autorité et d’exemple pour décider la première question et le duc d’Orléans pour la seconde53 ».

  • 54 Le Marquis de Clermont-Gallerande, op. cit., t. II, p. 235-239 est plus précis que le Marquis De Fe (...)
  • 55 À ce sujet : G. Lacour-Gayet, op. cit., t. I, p. 141-143.
  • 56 Les Révolutions de Paris, no 85, p. 346 évoquent l’élection parisienne du « ci-devant évêque ».

21Finalement Talleyrand se soumet au décret du 27 novembre 1790 en prêtant le 28 décembre le serment à la Constitution civile du Clergé, deux jours après la sanction de ce texte par Louis XVI. Il est alors particulièrement isolé au sein de l’épiscopat où il ne retrouve que deux figures connues mais fort décriées, Loménie de Brienne (à Sens) et Jarente (à Orléans)54. L’inconfort de sa position, accru par une polémique publique avec son chapitre depuis plusieurs mois55, le conduit sans doute à démissionner de l’évêché d’Autun le 13 janvier suivant, dans des formes peu canoniques, même s’il a un excellent prétexte : il va être élu administrateur du département de la Seine et ne peut donc plus résider en Saône-et-Loire56. Or un évêque doit résider : sur ce point la Constitution civile du Clergé s’accorde parfaitement avec le concile de Trente.

  • 57 Marquis de Ferrières, op. cit., t. II, p. 214-215 ; Marquis de Clermont-Gallerande, op. cit., t. II (...)
  • 58 Sur cette élection contre Sieyès, témoignage intéressant des Révolutions de Paris, no 88, p. 487-48 (...)
  • 59 Le Marquis de Clermont-Gallerande, op. cit., t. II, p. 360-361 évoque les bruits en faveur de Lomén (...)

22Cependant il connaît suffisamment le droit canonique pour savoir qu’il demeure évêque. Cela lui offre d’ailleurs la possibilité d’en sacrer d’autres, d’où le grand service qu’il rend au nouveau régime. Grâce à lui, assisté de Miroudot et de Gobel (évêques de Babylone et de Lydda), l’épiscopat constitutionnel se met en place, les élus du Finistère et de l’Aisne devenant le 24 février 1791 de véritables évêques, alors que Brienne et Jarente se sont récusés57. D’autres sacres suivront jusqu’au moment où la condamnation publique de Pie VI conduit Talleyrand à s’abstenir. Car il est prudent, même si l’opinion lui prête des intentions encore plus schismatiques : ne serait-il pas, lui ou Gobel qui vient d’être élu à Paris58, le nouveau patriarche des Gaules, en rupture avec Rome59 ?

  • 60 Marquis de Clermont-Gallerande, op. cit., t. II, p. 449-451. En décembre 1791, Talleyrand s’efforce (...)

23Mais Talleyrand écarte une telle issue et profite de sa situation pour donner une leçon de tolérance à ses amis révolutionnaires en suggérant, le 7 mai 1791, la liberté de culte pour tous, jureurs ou non, en préférant l’épithète de « non-conformistes » à celle de « réfractaires » pour ces derniers. L’Assemblée cède mais réduit à néant la portée pratique de cette ouverture en autorisant seulement les « non assermentés » à dire la messe tout en leur interdisant le moindre propos contre la Constitution civile du Clergé60. Les Révolutions de Paris, anticléricales sauf avec les assermentés, gardent d’ailleurs le silence sur cet épisode, vite démenti par les faits quotidiens postérieurs.

  • 61 À ce sujet : G. Lacour-Gayet, op. cit, t. I, p. 137-140 et E. de Waresquiel, op. cit., p. 153-154. (...)
  • 62 Il en éprouva une vive déception, d’autant que dès le 4 juillet, il en fit la lecture à sa maîtress (...)

24Peut-être en retour, l’Assemblée n’est-elle pas mécontente de renvoyer à la prochaine législature ses vastes projets exposés à la tribune les 10, 11 et 19 septembre dans son Rapport sur l’instruction publique61, qui paraît lui avoir tenu à cœur62. Mieux, avant de se séparer, à l’automne 1791, la Constituante a décidé qu’aucun de ses membres ne siégerait à la Législative et n’occuperait une fonction officielle pendant deux ans.

  • 63 E. de Waresquiel, op. cit., p. 155-157. Narbonne est ministre de la Guerre depuis le 7 décembre 179 (...)

25Talleyrand, si près du pouvoir auquel il n’a cessé d’aspirer, doit donc tout reprendre. Néanmoins apte à saisir la chance, il s’oriente vers la diplomatie, grâce à une mission informelle à Londres, proposée au début de janvier 1792 par son vieil ami Narbonne, parvenu avant lui au gouvernement… par les bonnes grâces de Mme de Staël63.

***

26Evêque et administrateur, Talleyrand l’a été dans le sillage d’une longue tradition qui puise ses sources au Moyen Age où les évêques composent parfois majoritairement le Conseil du roi. Jusqu’à la Révolution les deux fonctions sont étroitement liées, y compris chez les évêques dont le zèle pastoral a toujours été reconnu (voyez Fénelon). Au fond de lui-même, encore qu’il soit difficile à un historien de sonder la conscience d’un personnage qui a cherché à demeurer une énigme pour la postérité, Talleyrand fut davantage un administrateur qu’un pasteur. Cependant élevé dans les institutions et les structures ecclésiastiques, il a été formé aux pratiques des assemblées, aux habitudes de la négociation. Il a été confronté jeune avec des hommes rompus à ces techniques tout en ayant élargi très tôt, du fait de ses origines familiales, le champ de ses relations. Grâce à sa famille, son père et son oncle surtout, puis grâce à l’Agence générale du Clergé, il a approché du pouvoir dont il a failli être pourvu dès le début de la Révolution alors qu’il était évêque depuis très peu de temps.

  • 64 Un exemple parmi d’autres en a été fourni récemment avec l’étude des sanctuaires de pèlerinages bre (...)
  • 65 J’ai suggéré cette piste de recherche dès « Les insinuations ecclésiastiques », Histoire, Économie (...)
  • 66 On connaît le propos de Talleyrand à l’abbé Dupanloup qui lui donne l’extrême-onction : « n’oubliez (...)

27Néanmoins cette position favorable eut son revers. Imbu des principes gallicans et immergé dans un monde où on se souciait peu des réactions de la Papauté, Talleyrand eut tendance à négliger le pouvoir pontifical. De la place qu’il occupait, il ne vit pas et ne pouvait voir que Rome restait aux yeux de beaucoup le canal obligé d’une multitude de « grâces » : clercs et fidèles continuaient à rechercher des indulgences64, de nombreux ecclésiastiques avaient besoin du Pape pour transmettre « in favorem » tel ou tel bénéfice à un parent pour le soustraire aux règles générales de collation65. L’influence romaine était donc diluée en apparence, discrète mais profonde car très répandue. Le schisme de 1791, malgré l’appui initial du bras séculier révolutionnaire, en révéla finalement la puissance. Talleyrand comprit-il alors la portée des censures romaines ? Le fait est qu’il s’abstint dès avril 1791 de toute polémique et de toute nouvelle consécration et qu’avant de mourir, il se rappela qu’il était évêque66.

Notes

1 Le fait avait frappé un de ses plus talentueux biographes, Georges Lacour-Gayet, Talleyrand (1754-1838), Paris, 1933, t. I, p. 85, utilisant l’édition des Mémoires du prince de Talleyrand par le duc de Broglie, Paris, 1891, t. I, p. 136 : l’unique mention concerne sa démission de l’évêché d’Autun en 1791. Plus généralement sur ces Mémoires très discutés et très remaniés entre la mort de Talleyrand et leur publication, comme sur la façon de se construire une image pour la postérité, on verra Emmanuel de Waresquiel, Talleyrand le prince immobile, Paris, 2003, p. 9-22 et 734-736.

2 E. de Waresquiel, op. cit., p. 38-66 fait le point sur ces questions.

3 Bernard de Brye, Un évêque d’Ancien Régime à l’épreuve de la Révolution, le cardinal A.L.H. de La Fare, Paris, 1985, p. 182.

4 Tous les évêques nommés par Louis XVI appartiennent à la noblesse, à l’exception de Jean-René Asseline, promu à Boulogne en 1789, sur les instances de Mgr Le Franc de Pompignan, dernier titulaire de la Feuille des bénéfices.

5 Il en a suivi les leçons de 1770 à 1774. Celui-ci est connu dès l’époque pour être une « pépinière d’évêques » : 79 élèves des promotions de 1735 à 1767 le sont devenus (Pierre Simon, Les élèves du grand séminaire de Saint-Sulpice à Paris entre 1735 et 1767, maîtrise, dir. D. Dinet, Université de Paris-IV, 1998, p. 95-100). Environ le tiers des évêques nommés à la fin du xviiie siècle en est issu.

6 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 3e éd., Lyon, 1776, t. I, p. 215-216 (article « assemblée du clergé »).

7 Ibid., t. II, p. 297 (article « député »). Voir aussi Pierre Blet, Le Clergé de France et la monarchie. Etude sur les Assemblées Générales du Clergé de 1615 à 1666, Rome, 1959, t. I, p. 154-160, les conditions n’ayant guère changé jusqu’en 1789, même si, comme le note Durand de Maillane « tout cela n’a pas toujours été rigoureusement observé ».

8 Talleyrand reçut les quatre ordres mineurs (portier, lecteur, exorciste, acolyte) le 28 mai 1774 (Archives du diocèse de Paris, reg. O3 (ordinations, 1774-1777), f° 1v°) et fut pourvu de la chapelle de la Vierge en l’église Saint Pierre de Reims, dont j’ignore la taxation au rôle des décimes (G. Lacour-Gayet, op. cit., t. I, p. 41-42 et Archives départementales de la Marne, dépôt de Reims, G 235, f° 41, provisions de bénéfices). Il ne respecta donc pas exactement les conditions voulues pour être député. Louis S. Greenbaum, Talleyrand Statesman Priest, Washington, 1970, p. 30 fut le premier à le remarquer.

9 La nomination royale remonte au moins au 22 septembre 1775 (Lettre de Louis XVI à Malesherbes, publiée par F. Feuillet de Conches, Louis XVI, Marie-Antoinette et Madame Elisabeth. Lettres et documents inédits, Paris, 1864, t. I, p. 65-66). La bulle pontificale est du 3 octobre. Talleyrand prit possession par procuration le 4 décembre (Archives départementales de la Marne, dépôt de Reims, G 247, f° 42-43, insinuations ecclésiastiques). Cette abbaye tenue par les Génovéfains était créditée d’un revenu officieux de 24000 livres par an (Almanach Royal, 1777, p. 21).

10 En 1780, il revenait aux provinces ecclésiastiques d’Aix et de Tours de désigner l’un des leurs comme Agent Général. Talleyrand, désormais clerc du diocèse de Reims depuis septembre 1779, fut pourvu « en catastrophe » d’une chapelle dans la paroisse Saint Vincent de Tours (L. Greenbaum, op. cit., p. 30-31).

11 Ordonné prêtre le 18 décembre 1779, il est nommé grand vicaire le 19 par son oncle Alexandre-Angélique de Talleyrand-Périgord, archevêque depuis 1777, mais déjà coadjuteur depuis 1766 et prélat effectif car Mgr de La Roche-Aymon était retenu à la Cour par sa charge de grand aumônier de France.

12 L’autre est Pierre-Daniel de Boisgelin, nommé lui aussi grâce à son oncle l’archevêque d’Aix.

13 Sur l’institution, outre P. Blet, op. cit., t. I, p. 160-164 et son article « Agents généraux du Clergé », Dictionnaire de l’Ancien Régime, (dir. L. Bély), Paris, 1996, p. 40-42, voir L. Greenbaum, op. cit., p. 57-78.

14 L. Greenbaum, op. cit., p. 72-78 à partir de l’exploitation de la série G8 des Archives Nationales (Paris) : « Agence générale du Clergé », en particulier G8 671-686 et 2617-2620. Voir aussi les p. 79-216 pour les différents aspects de son œuvre à l’Agence : défense du temporel et de la juridiction ecclésiastique, amélioration de la fiscalité interne à l’ordre…

15 Herbert Lüthy, La banque protestante en France de la Révocation de l’Edit de Nantes à la Révolution, Paris, 1959-1961, a été l’un des premiers à mettre en valeur ses liens avec Calonne, Panchaud, Mirabeau, la Caisse d’Escompte : t. II, p. 420, 692…

16 Il est à l’origine d’une enquête générale sur l’éducation (1780) comme de l’édit de 1786 sur le relèvement de la portion congrue pour désarmer l’agitation du bas clergé. À ce sujet : Edmond Préclin, Les jansénistes du xviiie siècle et la Constitution civile du Clergé, Paris, 1929, p. 412.

17 L. Greenbaum, op. cit., p. 66. Le Ministre de la Feuille est l’ecclésiastique qui propose au roi les nominations aux évêchés et abbayes.

18 Certes à la fin de 1786, la vacance du siège de Pamiers, fort éloigné de Paris et de la Cour, mais non « crotté » (plus de 25 000 livres de revenu, plus qu’Autun !), ne suscite pas une farouche compétition comme d’autres : B. de Brye, op. cit., p. 180-186.

19 En mars 1788, on parle de lui pour remplacer Champion de Cicé à Bordeaux, en butte à de fortes hostilités locales (réelles, voyez Philippe Loupès, L’apogée du catholicisme bordelais. 1600-1789, Bordeaux, 2001, p. 284-288), en reconnaissant à Talleyrand « tous les mérites, excepté celui de son état, qu’on a vu administrateur de la Caisse d’Escompte, chef de l’agiotage […]. On dit qu’il sera secondé dans cette administration par M. le Comte de Mirabeau et par M. de Chamfort ; on dit même qu’il y a quelques femmes aimables qui iront l’aider à ramener les esprits » (Correspondance secrète inédite sur Louis XVI, Marie-Antoinette, la Cour et la Ville de 1777 à 1792 publiée par M. de Lescure, Paris, 1866, t. II, p. 237-238).

20 Le père de Talleyrand meurt effectivement le 4 novembre 1788. La Correspondance secrète, op. cit., t. II, p. 302, relève le 9 novembre : « L’abbé de Périgord est nommé à l’évêché d’Autun. On lui a demandé la démission de son abbaye, qui était un objet de 24 000 livres de revenu. Il aurait bien voulu la garder, mais le Roi n’a pas trouvé la chose à propos. Mgr a fourni quelques chapitres à la chronique scandaleuse du temps qu’il n’était qu’agent du clergé ». Talleyrand n’en fit rien et obtint même, dans les habitudes du temps au profit de la vieille aristocratie, une seconde abbaye en commende : Celles en Poitou, aux mains des Génovéfains, avec alors 11 chanoines réguliers et 10 prieurs-curés.

21 Ce chiffre publié dans celui de 1790 (p. 58) était déjà donné en 1698 dans le Mémoire pour l’instruction du duc de Bourgogne (éd. D. Ligou, Paris, 1988, p. 257). En fait plusieurs estimations du milieu du xviiie siècle avançaient la somme de 50 000 livres (Thérèse-Jean Schmitt, L’organisation ecclésiastique et la pratique religieuse dans l’archidiaconé d’Autun de 1650 à 1750, Autun, 1957, p. 10-11). Avec ses deux abbayes Talleyrand disposait donc d’un revenu nettement supérieur aux 56 000 livres qu’on lui attribue généralement. Il conviendrait sans doute au moins de doubler cette somme, d’autant que les revenus officieux publiés pour les abbayes en commende étaient toujours nettement inférieurs à la réalité.

22 Le clergé ayant préséance sur les autres ordres, son président est éventuellement celui des États, même si la conduite réelle de l’assemblée revient au gouverneur de la province, le prince Louis-Joseph de Bourbon-Condé (1736-1818) qui vient toujours à Dijon à cette occasion.

23 Claude Micault, avocat au Parlement de Dijon, auteur d’une chronique couvrant les années 1742-1789, le Mercure dijonnais (Bib. Municipale de Dijon, ms 742), note que son discours « a été bien goûté » (p. 317 de l’éd. publiée par G. Dumay, Dijon, 1887).

24 Daniel Ligou, « Elus et alcades des États de Bourgogne au xviiie siècle », Actes du 92e Congrès national des sociétés savantes, Histoire moderne et contemporaine, Paris, 1970, t. III, p. 19-40 et Jean Richard, « Les États de Bourgogne », Gouvernés et gouvernants, Recueil de la Société Jean Bodin, Bruxelles, 1966, t. III, p. 29-324.

25 B. de Brye, op. cit., p. 109-137. Les deux hommes furent aussi rivaux pour la promotion épiscopale…

26 Publiée par l’abbé Devoucoux, Le Prince de Talleyrand, Autun, 1858. G. Lacour-Gayet, op. cit., t. I, p. 95-96 en donne quelques extraits savoureux.

27 Rappelons l’élection très difficile de l’évêque voisin d’Auxerre, Mgr Champion de Cicé, parent de l’archevêque de Bordeaux (Charles Porée, Cahiers des curés et des communautés ecclésiastiques du bailliage d’Auxerre pour les états généraux de 1789, Auxerre, 1927, p. xxxi-liii) et les échecs épiscopaux en Lorraine (René Taveneaux, Le jansénisme en Lorraine. 1640-1789, Paris, 1960, p. 707-721). Plus généralement : E. Préclin, op. cit. p. 423-430.

28 Léon Lacomme, Les élections et les représentants de Saône-et-Loire depuis 1789, Paris, 1885, p. 14.

29 Il aurait envoyé 1200 livres, ce qui est peu en comparaison des 10000 livres données par Mgr de La Fare à Nancy durant l’hiver 1788-1789 (B. de Brye, op. cit., p. 207) et des charités de Mgr de Juigné à Paris estimées à 200000 livres par le Marquis de Clermont-Gallerande, Mémoires pour servir à l’histoire de la Révolution, Paris, 1826, t. I, p. 71.

30 Le 26 juin 1789 : voir les témoignages concordants de Creuzé-Latouche (Jacques-Antoine Creuzé-Latouche, Journal des états généraux et du début de l’Assemblée Nationale. 18 mai-29 juillet 1789, publié par Jean Marchand, Paris, 1946, p. 157-158) et d’Adrien Duquesnoy (Journal d’Adrien Duquesnoy sur l’Assemblée constituante. 3 mai 1789-3 avril 1790, publié par Robert de Crèvecœur, Paris, 1894, t. I, p. 133).

31 Il joue un rôle important dans l’élaboration de la Déclaration des droits de l’homme.

32 Le 17 juillet 1789, on le donne, conjointement avec l’archevêque de Bordeaux Champion de Cicé, comme futur garde des sceaux : A. Duquesnoy, op. cit., t. I, p. 228.

33 Une partie de l’opinion pensait que les vues de Talleyrand n’étaient pas désintéressées : A. Duquesnoy, op. cit., t. II, p. 25-26.

34 Outre A. Duquesnoy, op. cit., t. I, p. 273-274, voir les Mémoires du Marquis de Ferrières, 2e éd. par MM. Berville et Barrière, Paris, 1822, t. I, p. 191-195 et Les Révolutions de Paris (de Prudhomme), no 5, p. 38-43. François Buzot (1760-1794) est un avocat, député du Tiers d’Evreux alors que le Marquis de La Coste Messelière (1760-1806) est député de la noblesse de Charolles, au sud d’Autun. Sa motion est reproduite dans le Journal de Paris, no 222, p. 1000-1001. L’emprunt demandé porte sur 30 millions à 5 %, l’assemblée ramène l’intérêt à 4,5 %.

35 A. Duquesnoy, op. cit., t. I, p. 318, confirmé par le Marquis de Ferrières qui soupçonne Talleyrand d’être lié au « parti des agioteurs » (op. cit., t. I, p. 197-199). Les Révolutions de Paris, no 7, p. 43 relèvent les faits sans citer l’intervention de l’évêque qui fit imprimer sa motion à Versailles. Le Journal de Paris, no 241, p. 1084 y fait allusion.

36 A. Duquesnoy, op. cit., t. I, p. 338 écrit, le 14 septembre : « Cet homme [Talleyrand], connu par une immoralité scandaleuse, par un agiotage infâme, par une ambition sans bornes, entretient avec M. de Calonne des relations très intimes et très habituelles ; mais je suis persuadé qu’il se joue et de M. Calonne et de M. Necker, et qu’il se sert de tous deux pour s’élever à son but ». Il revient sur les intrigues de l’évêque les 17, 21, 23, 24 et 26 septembre (p. 345, 355, 356, 364, 370) et rapporte que de « mauvais plaisants disent que l’évêque d’Autun est composé de trois hures (ure) : parjure, usure, luxure » (24 septembre).

37 Ibid., p. 415. Les Révolutions de Paris, no 15, p. 30 se posent alors des questions au sujet de la conduite de Talleyrand.

38 Talleyrand n’avait pas oublié ce problème que les historiens laissent trop souvent de côté, car la dette du Clergé était énorme et inquiétait l’État depuis longtemps : Dominique Dinet, « Quelques réflexions sur les rapports financiers entre l’Église et l’État dans la France du xviiie siècle », Paris et ses campagnes sous l’Ancien Régime. Mélanges offerts à Jean Jacquart, Paris, 1994, p. 309-318.

39 Outre Les Révolutions de Paris, no 15, p. 33-34, no 17, p. 40-42 et no 18, p. 38, voir A. Duquesnoy, op. cit., t. I, p. 426 et surtout le Marquis de Clermont-Gallerande, op. cit., t. I, p. 234-242 qui expose aussi la justification de Talleyrand.

40 Correspondance secrète…, op. cit., t. II, p. 397 ; Journal de Paris, no 307, p. 1423-1424.

41 Marquis de Clermont-gallerande, op. cit, t. I, p. 235 ; Marquis de Ferrières, op. cit., t. I, p. 347-352 (note les applaudissements des « révolutionnaires et des capitalistes ») et Journal de Paris, no 286, p. 1313.

42 A. Duquesnoy, op. cit., t. II, p. 23-24 (note que Talleyrand est visé), Les Révolutions de Paris, no 18, p. 42-43 et Marquis de Clermont-Gallerande, op. cit., t. I, p. 256 (insiste sur Mirabeau).

43 Dès le 7 novembre 1789 : A. Duquesnoy, op. cit., t. II, p. 25 et 27-28 ; Journal de Paris, no 312, p. 1445. En fait la mesure vise surtout dans le contexte des troubles à freiner les mouvements populaires et à protéger les biens et les personnes.

44 Sur ces débats : Jacques Godechot, Les institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, 1951, p. 147-152 à compléter par Yves Durand, Les fermiers généraux au xviiie siècle, Paris, 2e éd., p. 640-641. Mais les députés n’en avaient pas toujours une perception claire : voyez A. Duquesnoy, op. cit., t. II, p. 130-135 (4-5 décembre 1789) et 299 (21 janvier 1790) ou le Marquis de Clermont-Gallerande, op. cit., t. II, p. 392 (17 avril 1790) ou encore le Journal de Paris, no 339, p. 1586-1587 (5 décembre), no 340, p. 1589-1591 (6 décembre) et no 341, p. 1597-1598 (7 décembre 1789). De même Les Révolutions de Paris semblent souvent dépassées par ces questions techniques (voir les no 22 et 23, décembre 1789).

45 En privé, lui-même en parle très souvent, ainsi chez Mme de Flahaut les 8, 11, 12, 14, 18, 21 octobre et encore dans une conversation avec La Fayette le 3 novembre 1789, propos rapportés par Gouverneur Morris, Journal. 1789-1792, rééd., Paris, 2002, p. 117, 123-124, 126, 130, 135, 147-149. Sur les rumeurs : A. Duquesnoy, op. cit., t. II, p. 58-59 et 108-109 (18, 29 et 30 novembre 1789).

46 Ibid., t. II, p. 130-132. Le Journal de Paris, soulignant l’idée de Talleyrand de « faire des attermoyements avec les créanciers de l’État », n’en est guère éloigné : no 354, p. 1657 (20 décembre 1789).

47 Si A. Duquesnoy, op. cit., t. II, p. 325 et Les Révolutions de Paris, no 30, p. 50-51 se bornent à évoquer les faits, le Marquis de Clermont-Gallerande, op. cit., t. I, p. 315 qualifie son initiative « d’œuvre de charité touchante » tandis que d’autres rappellent son amitié avec « le juif Panchaud ».

48 Il est élu par 373 voix contre 125 à Sieyès sur 603 votants. La fonction ne dure que deux semaines ! (Les Révolutions de Paris, no 33, p. 49 et A. Duquesnoy, op. cit., t. II, p. 394).

49 Clermont-Gallerande, op. cit., t. I, p. 335 ; A. Duquesnoy, op. cit., t. II, p. 368 note “un peu trop d’idées métaphysiques au-dessus de la portée du peuple”.

50 Voir le no 33, p. 2-10.

51 Ferrières, op. cit., t. II, p. 94-95 est plus enthousiaste que Clermont-Gallerande, op. cit., t. II, p. 36-37. Chateaubriand, malade ce jour-là, regretta « toujours de n’avoir pas vu M. de Talleyrand dire la messe servie par l’abbé Louis [ministre des finances sous la Restauration] » : Mémoires d’Outre-Tombe, éd. M. Levaillant, Paris, 1949, t. I, p. 238.

52 Dans le no 53, p. 7-8.

53 Correspondance secrète…, op. cit., t. II, p. 478 (9 octobre 1790). En fait le débat sur le divorce s’ouvrit un peu plus tard : Les Révolutions de Paris, no 85, p. 331-339.

54 Le Marquis de Clermont-Gallerande, op. cit., t. II, p. 235-239 est plus précis que le Marquis De Ferrières, op. cit., t. II, p. 198-209. Les Révolutions de Paris, no 73, p. 389-394 commentent favorablement le serment sans s’arrêter à l’attitude de Talleyrand. Le texte lui-même est publié p. 437-439.

55 À ce sujet : G. Lacour-Gayet, op. cit., t. I, p. 141-143.

56 Les Révolutions de Paris, no 85, p. 346 évoquent l’élection parisienne du « ci-devant évêque ».

57 Marquis de Ferrières, op. cit., t. II, p. 214-215 ; Marquis de Clermont-Gallerande, op. cit., t. II, p. 277-278. Gobel (1727-1794) se fit élire à Colmar, à Chaumont et à Paris. Avant 1790, il était suffragant de l’évêque de Bâle, administrant la partie française du diocèse (la Haute Alsace) depuis 1771. Miroudot (1716-1798) a été consul et évêque de Babylone en 1770, constamment en procès (Frédéric Masson, Le cardinal de Bernis depuis son ministère (1758-1794), Paris, 1884, p. 428 et suiv.). Les évêques constitutionnels du Finistère et de l’Aisne sont Expilly et Marolles (morts en 1794, le premier guillotiné).

58 Sur cette élection contre Sieyès, témoignage intéressant des Révolutions de Paris, no 88, p. 487-489.

59 Le Marquis de Clermont-Gallerande, op. cit., t. II, p. 360-361 évoque les bruits en faveur de Loménie de Brienne, ancien archevêque de Toulouse et titulaire de Sens en 1790, ancien ministre, tandis que la Correspondance secrète…, op. cit., t. II, p. 516-517 (2 avril 1791) relate que Gobel et Talleyrand « se flattent d’être élevés au patriarchat effectif des Gaules ». Faut-il y voir le souvenir des menaces lancées dans l’entourage de Richelieu quand il était en conflit avec Rome ?

60 Marquis de Clermont-Gallerande, op. cit., t. II, p. 449-451. En décembre 1791, Talleyrand s’efforce à nouveau mais en vain de lutter contre les mesures visant les réfractaires : G. Morris, op. cit., p. 325-326.

61 À ce sujet : G. Lacour-Gayet, op. cit, t. I, p. 137-140 et E. de Waresquiel, op. cit., p. 153-154. Ce projet a été conçu et discuté au sein du Comité de Constitution.

62 Il en éprouva une vive déception, d’autant que dès le 4 juillet, il en fit la lecture à sa maîtresse, Mme de Flahaut : G. Morris, op. cit., p. 280 et 303. Notons que si la philosophie de ce texte est conforme à l’esprit du temps, la démarche en faveur de l’enseignement n’est pas une nouveauté chez les évêques. Voyez Mgr de Montmorin à Langres (1734-1770), soucieux d’allier qualité pédagogique, connaissances générales et esprit chrétien pour les garçons comme pour les filles, si bien que des résultats sont obtenus sur le terrain : D. Dinet, « Administration épiscopale et vie religieuse au milieu du xviiie siècle », Revue d’Histoire Ecclésiastique, 1983, p. 738-742. Certes le projet de Talleyrand pose le problème dans sa globalité.

63 E. de Waresquiel, op. cit., p. 155-157. Narbonne est ministre de la Guerre depuis le 7 décembre 1791, tandis que le titulaire des Affaires étrangères est De Lessart. Mais déjà auparavant il avait été question de donner à Talleyrand l’ambassade de Vienne : G. Morris, op. cit., p. 229.

64 Un exemple parmi d’autres en a été fourni récemment avec l’étude des sanctuaires de pèlerinages bretons : Georges Provost, La fête et le sacré. Pardons et pèlerinages en Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1998, p. 297-333.

65 J’ai suggéré cette piste de recherche dès « Les insinuations ecclésiastiques », Histoire, Économie et Société, 1989, p. 219. Elle a été explorée depuis avec quelques succès par Philippe Goujard, Un catholicisme bien tempéré. La vie religieuse dans les paroisses rurales de Normandie. 1660-1789, Paris, 1996, p. 181 (entre 20 et 25 % des cures du diocèse de Rouen se transmettent ainsi, avec une légère augmentation dans le temps) et par les recherches en cours, sous ma direction, de Sophie Sicot-Tesson sur les chanoines du Limousin et de Ludovic Balavoine sur Le système bénéficial dans le diocèse de Bayeux (thèse à paraître chez H. Champion en 2011).

66 On connaît le propos de Talleyrand à l’abbé Dupanloup qui lui donne l’extrême-onction : « n’oubliez pas, monsieur l’abbé, que je suis évêque », cité par E. de Waresquiel, op. cit., p. 613-614.

Notes de fin

1 Etude présentée dans le cadre du colloque Talleyrand prince des négociateurs, Colloque international organisé par l’ESSEC-IRENE, Paris, Sénat et Institut de France, 2-3 février 2004, dont les actes n’ont pas été publiés.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search