Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

L’hostie miraculeuse de Dijon (1433-1789)

(2010)1

Texte intégral

  • 1 Paru initialement dans Le miracle de Faverney (1608). L’eucharistie : environnement et temps de l’h (...)
  • 1 Charte du duc et bulle d’Alexandre III dans AD Côte-d’Or, G 1123. On laissera de côté le rôle de «  (...)
  • 2 E. Béguillet et C. Courtépée, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, Dijon, 17 (...)

1Fondée en 1172 à la suite d’un vœu par le duc de Bourgogne Hugues III, la Sainte Chapelle de Dijon est la plus ancienne de France. En effet le duc se rendant en pèlerinage en Terre Sainte faillit perdre la vie au cours d’une tempête en Méditerranée. Il fit alors vœu de bâtir, s’il en réchappait, une église dans la cour de son palais de Dijon en l’honneur de la Vierge et de saint Jean l’Evangéliste. Exaucé, il s’exécuta à son retour en Bourgogne après en avoir conféré avec le pape Alexandre III à Rome, si bien que, dès l’origine cette chapelle ne relève que du Saint Siège1. De nombreux textes pontificaux confirmèrent et accrurent ces privilèges, en particulier sous Innocent III en 1212 et Clément VI en 1345. Dans le même temps un chapitre porté à vingt membres en 1211 en assura la desserte2.

  • 3 AD Côte-d’Or, G 1126. Ultérieurement des indulgences plus importantes (un an et 40 jours) furent ac (...)
  • 4 Dijon appartient à l’évêché de Langres jusqu’en 1731.
  • 5 Dominique Dinet, « Saint-Bénigne au temps de la congrégation de Saint-Maur », Annales de Bourgogne,(...)
  • 6 AD Côte-d’Or, G 1128 et E. Béguillet et C. Courtépée, op. cit., t. II, p. 188 et 191.
  • 7 AD Côte-d’Or, G 1127. Bref du pape Eugène IV (26 septembre 1433).
  • 8 Francis Rapp, L’Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Age, Paris, 5e éd., 1994, (...)

2Néanmoins malgré ses liens étroits avec les ducs (plusieurs y furent baptisés), malgré trente jours d’indulgence octroyés en 1224 par la papauté à tous les fidèles qui y assisteront à certaines fêtes3, malgré la présence de reliques, cette église n’exerçait pas le même attrait à Dijon que la puissante abbaye bénédictine de Saint Bénigne qui conservait les restes des premiers apôtres de la Bourgogne, de quelques évêques de Langres4 et de la mère de saint Bernard5. Cette situation changea sensiblement sous le gouvernement de Philippe le Bon. La création en janvier 1431 de l’Ordre de la Toison d’Or, dont le siège fut établi dans la chapelle, lui donna un nouveau rayonnement tandis que son chapitre était réorganisé et étoffé. Un maître de musique et six enfants de chœur relevèrent l’éclat des cérémonies religieuses6. Surtout le don par le pape Eugène IV en 1433 d’une hostie miraculeuse représentant le Sauveur sur son trône, laquelle image avait été percée de coups de stylet et avait répandu du sang, au duc de Bourgogne, qui s’empressa de la placer parmi les reliques de la Sainte Chapelle7, en fit désormais un sanctuaire au moins aussi prestigieux que Saint Bénigne à la veille de la paix d’Arras (1435) et à une époque où l’Eglise exaltait de plus en plus la dévotion eucharistique8.

  • 9 Sans en exclure d’autres, telle l’image de la Vierge conservée à Notre-Dame d’Etang, à proximité de (...)

3Cette hostie, antérieure à celle de Faverney, mérite donc considération, d’autant qu’elle contribua largement à la diffusion du culte du Saint Sacrement en Bourgogne et qu’elle a été l’objet depuis 1433 et durant toute l’époque moderne d’une profonde vénération à Dijon. Elle a même parfois constitué un recours majeur pour la population9, notamment lors des épidémies de peste du xviie siècle. Pour apprécier cette dévotion, très organisée par les autorités civiles et religieuses jusqu’à la Révolution, il nous parait utile de nous arrêter successivement sur l’exposition de l’hostie, sur le culte qui lui est rendu grâce à une confrérie et à d’autres associations de piété et sur les éléments de ce qu’on pourrait appeler une « pédagogie du miracle » entretenue et diversifiée au fil des ans afin de fortifier cette ferveur de génération en génération.

***

  • 10 Stéphane Boiron, La controverse née de la querelle des reliques à l’époque du Concile de Trenre (15 (...)
  • 11 Isabelle de Portugal, épouse de Philippe le Bon.
  • 12 Didier le Fur, Louis XII. Un autre César, 1498-1515, Paris, 2001, p. 145-147.
  • 13 Elle épousa en 1513 Claude de Lorraine, premier duc de Guise.
  • 14 E. Béguillet et C. Courtépée, op. cit., t. II, p. 189 et Jean Richard, Histoire de la Bourgogne, Pa (...)
  • 15 Conservé aujourd’hui au Musée de Dijon. À ce sujet : Pierre Quarré, « Un reliquaire de la Sainte Ho (...)

4Pour être vénérée une relique doit à la fois être vue et protégée aussi bien d’une ardeur excessive des foules que du vol ou de la profanation iconoclaste10. En outre une hostie consacrée a une autre « dimension » que les restes d’un saint : c’est le Christ présent, l’une des personnes de La Trinité, qui est en cause et qui mérite donc le respect comme une présentation de qualité. Les bourguignons l’avaient parfaitement compris et avaient multiplié les mesures en conséquence pour la préserver et la mettre en valeur. Dès 1454, la duchesse Isabelle11 offre un vaisseau en or enrichi de pierres précieuses pour la contenir. En 1505 Louis XII, guéri à la suite d’un vœu à la Sainte Hostie, envoie la couronne de son sacre12 pour surmonter ce vaisseau tandis qu’en 1547 Antoinette de Bourbon, duchesse de Guise13, fait présent d’un coffret précieux pour la renfermer. Ce reliquaire en or est remplacé par un autre, donné en 1659 par le duc d’Epernon, gouverneur de la province, peut-être pour faire oublier son rôle dans la sévère répression de la Fronde en Bourgogne14. Afin de montrer en permanence aux fidèles la précieuse relique, même renfermée, plusieurs devants d’autel furent réalisés au xviie siècle, dont un en stuc peint (1674) représentant le vaisseau primitif dans une gloire entre deux anges adorateurs15. En outre la Sainte Hostie était régulièrement exposée à la vénération des fidèles sur l’autel principal de la Sainte Chapelle pendant l’octave du Saint Sacrement et à seize dates de l’année.

  • 16 Je laisse de côté ici les innombrables problèmes de préséance au sein de la procession, les conflit (...)
  • 17 Nombreux documents dans AM Dijon, D 37 sur le déroulement de cette procession (ainsi de 1734 à 1789 (...)

5Mieux encore, la relique était portée en procession dans la ville, depuis 1486, chaque année, à deux reprises16. La première, la plus courte, s’effectuait en général le jour de la Fête-Dieu en présence du Vicomte Mayeur et des échevins. Le trajet se limitait à un bref parcours autour du cloître, puis à l’extérieur le long de la rue du cloître avec un retour par la porte principale de l’église. La seconde, qui se déroulait le dimanche le plus proche de la Fête-Dieu, avait une toute autre ampleur. Elle concernait vraiment la ville avec des variations de parcours d’une année à l’autre, mais avec toujours une station dans une des églises, le plus souvent une chapelle conventuelle. A l’occasion, les rues concernées étaient soigneusement nettoyées, tapissées et décorées. Ainsi en 1744, la grande procession s’effectua le 5 juin par le logis du Roi, le palais des Etats, la rue de Condé jusqu’à la maison du Miroir, puis la rue de l’Intendance afin de gagner l’abbaye de Saint Bénigne, où il y eut station chez les bénédictins. Au retour, le trajet emprunta la place Saint Philibert, l’église Saint Jean, les rues de la Poulaillerie et de la Portette, la place Saint Fiacre et la place Royale. En 1745, elle se déroula le 16 juin avec un parcours différent, passant devant la cathédrale Saint Etienne, le collège des Jésuites, la Madeleine, la place Saint Fiacre, la place Royale avec station chez les Dominicaines, avant de retraverser la place Royale pour regagner la Sainte Chapelle. Les autorités participent toujours à ces cérémonies avec un détachement du Guet, les soldats mettant un genou à terre et présentant les armes à la bénédiction17.

  • 18 Ceci le 28 mai, d’après le Livre de souvenance de Pepin, publié par Joseph Garnier, Dijon, 1866, p. (...)
  • 19 Ibid., p. 137-138. Précisons que Pepin est ligueur et déteste Henri IV. Plus généralement : Henri D (...)
  • 20 Journal de Gabriel Breunot, publié par Joseph Garnier, Dijon, 1866, t. III, p. 5-9.
  • 21 Jean-Pierre Babelon, Henri IV, Paris, 1982, p. 694 note justement sa dévotion au Saint Sacrement, t (...)
  • 22 E. Béguillet et C. Courtépée, op. cit., t. II, p. 189-190 ; Didier Le Fur, op. cit., p. 147.

6Néanmoins l’époque moderne connut aussi des années moins sereines où le déroulement de la cérémonie fut contrarié comme en 1595, où la procession avait été écourtée en raison des combats entre Ligueurs et Royalistes (on s’était battu la veille dans les rues !)18. Quelques jours plus tard, le 4 juin, Henri IV fit son entrée dans la cité, dont le château résistait encore, et assista à une messe à la Sainte Chapelle où il se recueillit fort dévotement le lendemain devant la relique avant de livrer bataille près de Fontaine-Française. Victorieux, le souverain ordonna une procession générale d’action de grâce le 1er juillet à travers la ville, avec station de la Sainte Hostie à l’église Notre-Dame. Avant le départ de celle-ci, il se fit montrer la précieuse relique, « laquelle, nous dit Pépin, chanoine de la Sainte-Chapelle, il adora fort reverrement, et pria de toucher son anneau qu’il avait au doigt et la croix de l’ordre qu’il avait au col, le tout avec grande dévotion et reverence19 ». Le journal de Gabriel Breunot, conseiller au parlement, royaliste, confirme l’attitude du souverain qui fit ensuite tout le chemin de la procession20. Une nouvelle fois le Béarnais avait manifesté avec éclat sa catholicité21… Si aucun autre monarque ne participa à une procession de la Sainte Hostie, d’autres vinrent la vénérer lors de leur passage à Dijon, tels Louis XII en 1510 ou la reine Marie-Thérèse en 167422. Cependant les Grands ne furent pas les seuls dévots de cette relique, image du Christ. Un véritable culte lui fut rendu par l’ensemble de la population tout au long de l’époque moderne.

***

  • 23 AD Côte-d’Or, G 1126.

7Pour l’encourager, à titre individuel, dès 1433, la papauté avait accordé de nouvelles indulgences, d’abord à tous ceux qui assisteraient aux offices institués pour la célébration de la fête du Saint Sacrement23. Mais participer à de telles cérémonies ou venir prier devant l’autel de la Sainte Hostie constituaient des gestes qui gardaient un caractère éphémère et n’impliquaient pas la régularité que pouvait entretenir une confrérie. Une confrérie de la Sainte Hostie fut donc instituée en 1484. Elle se perpétua jusqu’à la Révolution.

  • 24 Indulgences contenues dans la bulle de Clément VIII en faveur de la confrérie de la Sainte Hostie ( (...)

8De nombreux documents attestent sa nature égalitaire et son ouverture à l’ensemble de la société : laïcs et ecclésiastiques, hommes et femmes, sans condition d’âge. Elle ne comporte aucune obligation de contribution financière, même si les sommes versées volontairement sont acceptées. Pour attirer les fidèles et surtout développer le culte du Saint Sacrement de nombreuses indulgences sont accordées à ses membres, en les modulant habilement en fonction des pratiques accomplies : si l’indulgence plénière est offerte le jour de l’entrée dans la confrérie et à l’article de la mort en invoquant le saint nom de Jésus, des indulgences supplémentaires sont octroyées pour assister aux processions du Saint Sacrement, mais aussi à ceux qui vont communier le dimanche de l’octave du Saint Sacrement et visiter la Sainte Chapelle après s’être confessé. D’autres encore visant à étendre la charité seront gagnées par ceux qui iront au chevet des malades24.

9A ma connaissance, aucun registre des membres de cette association n’a été conservé. En a-t-il même été tenu ? En revanche nous savons que la charge annuelle de bâtonnier de la confrérie fut exercée par des notabilités provinciales de premier plan et même à l’occasion par les souverains, tels Louis XII, en 1505, qui fit rendre le bâton l’année suivante en offrant des cierges et des aumônes pour les pauvres, et la reine Marie-Thérèse en 1674.

  • 25 Ceci d’après l’exemple du compte de 1663 dans AD Côte-d’Or, G 1127. La confrérie dépensait alors un (...)

10Les offrandes perçues du bâtonnier, des membres ou d’anonymes étaient employées en grande partie pour couvrir les frais des cérémonies de la Fête-Dieu. Au milieu du xviie siècle, 18 livres étaient distribuées aux chanoines de la Sainte Chapelle et aux enfants de chœur, 5 livres 10 sols au sonneur, 12 livres au maître de musique, 7 livres 8 sols au sacristain, 3 à 4 livres au prédicateur (souvent un religieux dijonnais), 15 à 16 livres au célébrant. Près de 30 livres allaient à des ouvriers qui avaient disposé des crochets pour la tenture des tapisseries dans le sanctuaire et avaient placé puis enlevé celles-ci. Au moins 5 livres permettaient d’acheter des couronnes de fleurs pour la procession25. D’autres sommes, modestes, servaient enfin à des aumônes.

  • 26 Règlement du 21 juillet 1752 : pièce dans AD Côte-d’Or, G 1127. Encore un exemple d’une « féminisat (...)

11A côté de cette confrérie de la Sainte Hostie apparut au xviiie siècle une société des Dames pour l’adoration du Saint Sacrement en la Sainte Chapelle de Dijon. Un règlement de 1752 nous en est parvenu et montre une association combinant étroitement dévotion et charité. Elle donnait en effet des oboles aux pauvres venus prier devant la Sainte Hostie les dimanches et fêtes et incitait activement ses membres à « désirer la sainte communion ». Ce zèle – féminin – en faveur de la fréquente communion rejoignait les efforts d’autres cercles dévots à Dijon comme ailleurs. En outre cette société invitait à la prière face au « refroidissement de la charité » mis en rapport avec les « progrès de l’iniquité26 ».

***

  • 27 Examen des reliques de la Sainte Hostie dans AD Côte-d’Or, G 1127.
  • 28 Stéphane Boiron, op. cit., p. 101-102.
  • 29 On trouve une succession presque complète de ces « reconnaissances » pour tout le xviiie siècle dan (...)

12A leur manière ces pieuses associations entretenaient le zèle des fidèles et les instruisaient des différents aspects de cette dévotion. Des actes répétés contribuaient aussi à entretenir une « pédagogie du miracle », ainsi les sermons prononcés le jour de la Fête-Dieu ou lors de l’octave de la Fête-Dieu. Ce jour là également, on procédait à un examen des « reliques de la Sainte Hostie », à la sacristie de la Sainte Chapelle pour éviter la cohue des foules. Les échevins en étaient chargés et ensuite l’un d’eux, comme M. Joly le 19 juin 1732, proclamait l’avoir « reconnue aussi belle, saine et entière qu’elle a toujours été27 ». Or le fait qu’elle ait défié les lois de la putréfaction constituait déjà pour les contemporains le signe d’une présence thaumaturgique28. La répétition de cette reconnaissance chaque année jusqu’à la Révolution par les échevins imprimait cette vérité dans les esprits29.

  • 30 Philibert Boulier, Remarques historiques et chrétiennes sur la sainte et miraculeuse hostie de Dijo (...)

13D’autres témoignages amplifiaient la démonstration, comme le note Philibert Boulier au xviie siècle : « Ce qui relève le miracle, c’est qu’il semble qu’elle communique cette incorruption à l’autre hostie qu’on met derrière pour la soutenir. Celle qui y est présentement en novembre 1642 y fut mise, moi ayant l’honneur d’y être présent, le 22 septembre 1629. Et cependant après treize ans que voilà passés, elle est très entière, sans corruption ni altération aucune ». Et l’auteur d’ajouter que le même phénomène se reproduit depuis 1600, ce qui signifie que la Sainte Hostie de Dijon est véritablement miraculeuse et que cette vertu est permanente30.

  • 31 Sur ces pestes : Henri Bon, Essai historique sur les épidémies en Bourgogne, Dijon, 1912, p. 84-108 (...)
  • 32 Philibert Boulier, op. cit., p. 131.

14Dans ces conditions il n’est pas étonnant que cette relique ait été invoquée lors des terribles épidémies de peste du xviie siècle, particulièrement de celles qui frappèrent Dijon presque chaque année entre 1628 et 163831. Ainsi en 1631 après un vœu à Sainte Anne, une procession de la Sainte Hostie avait été organisée le 27 juillet. Ce jour là, les échevins et les « principaux habitants » avaient communié tandis qu’on avait tiré « plusieurs volées » d’artillerie grâce au canon du château. Or on cessa de déplorer des victimes dès le lendemain32

  • 33 Ibid., p. 112-113 et surtout AM Dijon, D 37.

15L’efficacité de ce recours avait conduit les autorités à le renouveler en 1636 et 1637, si bien que le Corps de Ville avait pris collectivement le bâton de la confrérie. En le transmettant en 1638, en reconnaissance, la Ville avait décidé d’offrir 1 500 livres en argenterie à la Sainte Chapelle, puis s’était ravisée par délibération du 7 octobre 1639 en commuant le don en achat (plus pédagogique !) d’une tapisserie de haute lice où devaient être représentés « les mystères du Saint Sacrement par les figures de l’Ancien Testament », don jugé « plus convenable que de l’argenterie33 ».

  • 34 Dominique Dinet, Religion et Société, op. cit., t. II, p. 751 (avec indication des sources).

16Plus modestement, quelques années après, vers 1643, les Ursulines de Dijon entament une neuvaine de prière en l’honneur de « l’Hostie miraculeuse qui repose dans la Sainte Chapelle de cette ville » afin que l’une d’elles, Françoise du Saint Sacrement, retrouve l’usage normal de ses jambes. Or elles sont exhaussées34.

  • 35 Philibert Boulier, op. cit., p. 28-29.
  • 36 Ibid., p. 35-36.

17Dans ce contexte, profanations, sacrilèges, doute même sur la présence réelle de Dieu dans l’Hostie, par leur caractère isolé, ne font que renforcer le culte rendu à la Sainte Hostie de Dijon, – jamais victime de tels actes sous l’Ancien Régime –, d’autant plus que de tels faits renvoient à la propre histoire de la relique. Souvenons-nous qu’elle était percée de coups de couteau et arrosée de sang. Eugène IV en l’offrant à Philippe le Bon n’avait pas fourni de récit historique circonstancié expliquant ces particularités, mais des traditions orales circulaient, accusant un juif d’être l’auteur de cet attentat35. De même le sang rappelait d’autres miracles, tel celui survenu au xiiie siècle à Bolsena en Toscane, où un prêtre en disant la messe avait douté de la présence du corps du Sauveur au Saint Sacrement qu’il avait entre les mains. Or aussitôt l’hostie saigna en abondance36.

  • 37 Ibid., p. 179. Aucune mention de l’incident d’Autun, attribué à des « luthériens », dans Jacques Fr (...)
  • 38 AD Côte-d’Or, G 1127, billet de juin 1672.

18Ainsi une hostie profanée et brisée à Autun en 1542 par des protestants a pour conséquence de susciter une cérémonie de réparation où une procession de la Sainte Hostie organisée à Dijon le 22 mai efface le geste sacrilège tandis que la prédication assurée par l’abbé de Cîteaux, Jean Loyser, ranime et renforce la foi dans la précieuse relique37. Il en résulte que le moindre doute ou même une affirmation trop molle de son caractère miraculeux suscite la plus vive réprobation. En 1672, le P. Bros, jésuite, chargé de la prédication le jour de la Fête-Dieu, en fit l’amère expérience et dut faire réparation publique. Il affirma n’avoir « jamais douté de la vérité et de la continuation du miracle de la sainte hostie conservée en l’église de la sainte chapelle », qu’il n’avait « jamais eu dessein davancer aucune chose qui ait pu faire naistre la moindre idée d’altération de cette hostie sainte ny [d’]affaiblir la piété des fidèles à l’égard de cette mesme hostie que je reconnais miraculeuse et divine38… ».

  • 39 On constate une relative multiplication d’ouvrages sur les reliques, les vies de saint, avec un sou (...)
  • 40 Encore réédité à Dijon en 1846. Ces ouvrages figurent à la BnF sous les cotes Lk7 2392 à 2394.

19A la même époque, afin de perpétuer et d’expliquer cette dévotion, comme un peu partout39, se multiplièrent en Bourgogne les ouvrages relatifs à la sainte hostie de Dijon. Les premiers émanent de la plume d’un chanoine de la Sainte Chapelle, Philibert Boulier, qui donna une Sauvegarde du Ciel pour la ville de Dijon ou remarques historiques et chrétiennes sur la sainte et miraculeuse hostie de Dijon, en 1643, à peine retouchée pour la seconde édition en 1646 par le libraire Palliot avec un titre abrégé et limité aux Remarques historiques et chrétiennes sur la sainte et miraculeuse hostie de Dijon en 242 pages in-8°40. On vit ensuite une Histoire abrégée de la Sainte Hostie conservée à la Sainte Chapelle du roi à Dijon depuis 1433, Dijon, 1719, suivie d’une Histoire de la Sainte Hostie, conservée à la Sainte Chapelle du Roy à Dijon, depuis l’An 1433, publiée par le libraire Sirot à Dijon en 1739 et enfin La Dévotion au Trez-Saint Sacrement de l’Autel, et à la Sainte et Miraculeuse Hostie de Dijon, parue en 1753 chez la Veuve Sirot et J. Causse.

  • 41 Assez proche de celle étudiée par Philippe Martin dans Une religion des livres (1640-1850), Paris, (...)
  • 42 Philibert Boulier, op. cit., p. 189-190.
  • 43 Plusieurs exemples dans AD Côte-d’Or, G 1173, notamment en 1718 par le chanoine Derey.
  • 44 Plusieurs mentions (en 1751, 1761…) dans le Mercure dijonnais, chronique de l’avocat Claude Micault(...)

20Cette pieuse littérature41, utile cependant à l’historien par une masse de détails inédits, avait naturellement pour but de renforcer la dévotion au Saint Sacrement comme d’affirmer la foi – en l’expliquant avec des données historiques – dans le caractère miraculeux de la relique dijonnaise. Le Chanoine Boulier la rapprochait d’ailleurs de celle de Faverney, dont il rappelle l’histoire en évoquant l’évènement de 1608 et en souhaitant que les deux hosties réunissent Comté et Duché de Bourgogne dans la paix à la suite des épreuves de la guerre de Trente Ans42. Les fondations au profit de ce culte à la Sainte Chapelle de Dijon jusqu’au milieu du xviiie siècle attestent indirectement de l’écho rencontré par ces ouvrages43. De même la très importante participation des foules à toutes les processions de la Fête-Dieu à Dijon, relevé comme un phénomène habituel par des témoins oculaires jusqu’en 178944, montre l’attachement général à l’hostie vénérée de génération en génération depuis le xve siècle.

***

  • 45 Louis Réau, Histoire du vandalisme. Les monuments détruits de l’art français, Paris, 1959, t. I, p. (...)

21La Révolution allait bouleverser radicalement cette situation. La suppression des chapitres suite à la Constitution civile du Clergé fut fatale à la Sainte Chapelle, désormais abandonnée. Dès janvier 1791, la municipalité fit transporter la Sainte Hostie dans l’église voisine de Saint Michel (conservée), où les Sans Culottes s’en emparèrent le 10 février 1794 pour la brûler publiquement « par haine de la superstition »45. L’hostie de Faverney eut plus de chance…

22Auparavant, dans les deux cas, le culte du Saint Sacrement en avait largement profité dès le xve siècle à Dijon, au xviie siècle à Faverney. De la sorte il fut essentiellement proposé à Dijon comme un approfondissement de la foi catholique recentrée vers l’adoration du Christ et non comme une arme de combat contre le protestantisme. Il illustre ainsi ce vaste mouvement de réforme religieuse amorcé dès la fin du xve siècle… Grâce à une confrérie, socialement très ouverte mais marquée par une forte implication des élites, et grâce à des pratiques religieuses de masse bien encadrées, la vénération à la Sainte Hostie de Dijon a été très largement répandue dans la population. L’efficacité de ce recours en période de peste au xviie siècle y a également contribué. Quant à la Révolution elle crut dans sa phase « terroriste » qu’il suffisait de détruire les « instruments du fanatisme » pour en finir avec la Religion. Le xixe siècle, avec ou sans hostie miraculeuse, démontra le peu de réalisme de cette position.

Notes

1 Charte du duc et bulle d’Alexandre III dans AD Côte-d’Or, G 1123. On laissera de côté le rôle de « croisé » du duc et sa mort en Terre Sainte en 1192.

2 E. Béguillet et C. Courtépée, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, Dijon, 1777, t. II, p. 188-195 ; Claudine Billot, « Les Saintes-Chapelles (xiiie-xvie siècles). Approches comparées de fondations dynastiques », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXXIII, 1987, p. 229-248. Le doyen, curé des ducs de Bourgogne, élu par le chapitre, a préséance aux États provinciaux sur les doyens des cathédrales.

3 AD Côte-d’Or, G 1126. Ultérieurement des indulgences plus importantes (un an et 40 jours) furent accordées par Nicolas IV et ses successeurs. En liaison des aumônes ont aidé à rebâtir la chapelle au xiiie siècle.

4 Dijon appartient à l’évêché de Langres jusqu’en 1731.

5 Dominique Dinet, « Saint-Bénigne au temps de la congrégation de Saint-Maur », Annales de Bourgogne, t. 76, 2004, p. 43.

6 AD Côte-d’Or, G 1128 et E. Béguillet et C. Courtépée, op. cit., t. II, p. 188 et 191.

7 AD Côte-d’Or, G 1127. Bref du pape Eugène IV (26 septembre 1433).

8 Francis Rapp, L’Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Age, Paris, 5e éd., 1994, p. 146-149.

9 Sans en exclure d’autres, telle l’image de la Vierge conservée à Notre-Dame d’Etang, à proximité de la cité, amenée en procession dans la ville en de graves occasions (Dominique Dinet, Religion et Société. Les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin xvie-fin xviiie siècles), Paris, 1999, t. II, p. 751-752).

10 Stéphane Boiron, La controverse née de la querelle des reliques à l’époque du Concile de Trenre (1500-1640), Paris, 1989, p. 109-118.

11 Isabelle de Portugal, épouse de Philippe le Bon.

12 Didier le Fur, Louis XII. Un autre César, 1498-1515, Paris, 2001, p. 145-147.

13 Elle épousa en 1513 Claude de Lorraine, premier duc de Guise.

14 E. Béguillet et C. Courtépée, op. cit., t. II, p. 189 et Jean Richard, Histoire de la Bourgogne, Paris, 1965, p. 95-96. Pour une description plus précise des reliquaires, voir les inventaires de 1563-1743 dans AD Côte-d’Or, G 1215-1215 bis.

15 Conservé aujourd’hui au Musée de Dijon. À ce sujet : Pierre Quarré, « Un reliquaire de la Sainte Hostie à Dijon », Bulletin de la Société des Antiquaires de France, 1941, p. 183-190 ou encore Henri Chabeuf, « La Sainte Chapelle de Dijon », Revue de l’art chrétien, t. LXI, 1911, p. 177-196.

16 Je laisse de côté ici les innombrables problèmes de préséance au sein de la procession, les conflits entre corps à ce propos et renvoie pour une première approche à Religion et Société, op. cit., t. II, p. 502-503, à compléter dans ce cas par AD Côte-d’Or, G 1143.

17 Nombreux documents dans AM Dijon, D 37 sur le déroulement de cette procession (ainsi de 1734 à 1789 sans interruption). Bien sûr Dijon ne se distingue des autres cités pour la célébration de la Fête-Dieu (Corpus Christi en Espagne, Corpus Domini en Italie) que par la présence et l’ostension de la Sainte Hostie. Sur la solennité de cette fête soulignée depuis longtemps par les historiens : Albert Babeau, La ville sous l’Ancien Régime, Paris, 1880, p. 477-481.

18 Ceci le 28 mai, d’après le Livre de souvenance de Pepin, publié par Joseph Garnier, Dijon, 1866, p. 129.

19 Ibid., p. 137-138. Précisons que Pepin est ligueur et déteste Henri IV. Plus généralement : Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne. Etude sur la Ligue (1587-1596), Dijon, 1937, t. II, p. 409-440.

20 Journal de Gabriel Breunot, publié par Joseph Garnier, Dijon, 1866, t. III, p. 5-9.

21 Jean-Pierre Babelon, Henri IV, Paris, 1982, p. 694 note justement sa dévotion au Saint Sacrement, tout en soulignant son refus du culte des reliques. L’épisode dijonnais montre que l’attitude du roi est plus complexe.

22 E. Béguillet et C. Courtépée, op. cit., t. II, p. 189-190 ; Didier Le Fur, op. cit., p. 147.

23 AD Côte-d’Or, G 1126.

24 Indulgences contenues dans la bulle de Clément VIII en faveur de la confrérie de la Sainte Hostie (28 août 1601) dans AD Côte-d’Or, G 1127.

25 Ceci d’après l’exemple du compte de 1663 dans AD Côte-d’Or, G 1127. La confrérie dépensait alors une centaine de livres pour la Fête-Dieu, soit plus de la moitié de ses ressources annuelles. Ce budget modeste incite à nuancer les propos de Gabriel Lebras, « Les confréries chrétiennes », repris dans les Etudes de sociologie religieuse, Paris, 1956, t. II, p. 447 insistant sur une « richesse mésestimée » de ces associations.

26 Règlement du 21 juillet 1752 : pièce dans AD Côte-d’Or, G 1127. Encore un exemple d’une « féminisation » de la religion à l’époque moderne et d’une baisse de la charité – en ville – au temps des Lumières.

27 Examen des reliques de la Sainte Hostie dans AD Côte-d’Or, G 1127.

28 Stéphane Boiron, op. cit., p. 101-102.

29 On trouve une succession presque complète de ces « reconnaissances » pour tout le xviiie siècle dans la liasse A.M Dijon, D 37.

30 Philibert Boulier, Remarques historiques et chrétiennes sur la sainte et miraculeuse hostie de Dijon, Dijon, 2e éd., 1646, p. 158-159. L’ouvrage figure à la BnF sous la cote : 8 Lk7 2393 et aux AD Côte-d’Or : D1/2916.

31 Sur ces pestes : Henri Bon, Essai historique sur les épidémies en Bourgogne, Dijon, 1912, p. 84-108 et Jean-Noël Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris, 1975, t. I, p. 386-387 (chronologie du phénomène par localité, qui n’est pas exhaustive).

32 Philibert Boulier, op. cit., p. 131.

33 Ibid., p. 112-113 et surtout AM Dijon, D 37.

34 Dominique Dinet, Religion et Société, op. cit., t. II, p. 751 (avec indication des sources).

35 Philibert Boulier, op. cit., p. 28-29.

36 Ibid., p. 35-36.

37 Ibid., p. 179. Aucune mention de l’incident d’Autun, attribué à des « luthériens », dans Jacques Fromental, La Réforme en Bourgogne aux xvie et xviie siècles, Paris, 1968 ni dans Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Seyssel, 1990. Vraisemblablement ce sacrilège suscita là encore une mobilisation catholique qui en précéda d’autres, plus violentes, comme l’a déjà remarqué Marc Venard, « Piété populaire et confessionnalisation », repris dans Le catholicisme à l’épreuve dans la France du xvie siècle, Paris, 2000, p. 209-210.

38 AD Côte-d’Or, G 1127, billet de juin 1672.

39 On constate une relative multiplication d’ouvrages sur les reliques, les vies de saint, avec un souci critique plus grand que par le passé. Cela a commencé au lendemain du concile de Trente et s’est amplifié localement au xviie siècle. À ce sujet, outre Stéphane Boiron, op. cit., p. 79-88, voir Dom Jacques Dubois et Jean-Loup Lemaitre, Sources et méthodes de l’hagiographie médiévale, Paris, 1993, p. 270-279 et Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle, Genève, 1984, p. 790-797.

40 Encore réédité à Dijon en 1846. Ces ouvrages figurent à la BnF sous les cotes Lk7 2392 à 2394.

41 Assez proche de celle étudiée par Philippe Martin dans Une religion des livres (1640-1850), Paris, 2003.

42 Philibert Boulier, op. cit., p. 189-190.

43 Plusieurs exemples dans AD Côte-d’Or, G 1173, notamment en 1718 par le chanoine Derey.

44 Plusieurs mentions (en 1751, 1761…) dans le Mercure dijonnais, chronique de l’avocat Claude Micault (BM Dijon, ms 742) publiée par Gabriel Dumay dans les Mémoires de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon, Dijon, 1887. La brève étude de Jean Marilier, « La vie religieuse dans le diocèse de Dijon au xviiie siècle », Le diocèse de Dijon. Histoire et Art, Dijon, 1957, p. 19-24 confirme ces propos.

45 Louis Réau, Histoire du vandalisme. Les monuments détruits de l’art français, Paris, 1959, t. I, p. 323-324. Voir aussi AD Côte-d’Or, L 1181, notamment la signification de l’interdiction faite au clergé de la Sainte Chapelle de continuer l’exercice des fonctions canoniales et le procès-verbal du transfert de la Sainte Hostie, 8 janvier 1791. On acheva de démolir la Sainte Chapelle en 1803. Néanmoins des parcelles de la sainte hostie furent prélevées le 7 janvier 1791 par précaution et placées dans un petit reliquaire. Celui-ci fut immédiatement mis en sûreté et caché pendant la Révolution, tellement bien qu’il ne fut retrouvé qu’en 1939 à l’église Saint-Michel (Pierre Quarré, « Un reliquaire de la Sainte-Hostie de Dijon », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1941, p. 183-190).

Notes de fin

1 Paru initialement dans Le miracle de Faverney (1608). L’eucharistie : environnement et temps de l’histoire, Actes du colloque de Faverney (9 et 10 mai 2008), Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, 2010, p. 81-93.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search