Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Expositions et transferts de reliques dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (XVIIe-XVIIIe siècles)

(2009)1

Texte intégral

  • 1 Initialement paru dans Les cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque, B. Dompnier (dir.), (...)
  • 1 On laissera de côté les processions de reliques ordonnées lors des grandes calamités (sécheresse, i (...)

1Parmi les cérémonies « extraordinaires » du catholicisme « baroque », les expositions et transferts de reliques ont relativement peu retenu l’attention des historiens jusqu’à présent1. Echappant à toute chronologie (à la différence des jubilés) comme à un ensemble de festivités plus ou moins bien réglées à travers la chrétienté latine (telles les fêtes accompagnant les béatifications ou les canonisations), elles sont plus diffuses et beaucoup plus aléatoires. Par là même, elles ont le mérite de concerner aussi bien les villes que les campagnes. Cependant il faut reconnaître qu’elles n’apparaissent pas de façon évidente et massive dans les archives, ce qui a peut-être contribué à ne pas les étudier comme un objet propre.

  • 2 Rappelons que le diocèse de Dijon a été créé en 1731 par démembrement de celui de Langres.
  • 3 Le concile a consacré un décret dans sa session XXV « sur l’invocation, la vénération et les reliqu (...)
  • 4 Ainsi les registres du Bureau pour le gouvernement du diocèse de Langres au xviiie siècle (Arch. dé (...)

2Or une longue fréquentation avec les sources relatives aux diocèses français d’Auxerre, Langres et Dijon2 à l’époque moderne nous a permis, sinon de prétendre à l’exhaustivité du phénomène, du moins de percevoir que ces cérémonies n’étaient pas négligeables, qu’elles constituaient des manifestations intéressantes de la vie religieuse locale, révélant partiellement les efforts de contrôle de l’expression de la foi des fidèles par le monde clérical dans la ligne du concile de Trente3. Mais n’est-ce pas un effet de source ? Car l’essentiel de notre documentation provient de procès-verbaux réalisés par ou à la demande d’ecclésiastiques et d’autorisations délivrées par l’autorité épiscopale4. Accessoirement de rares notations dans les visites pastorales et quelques actes notariés s’y ajoutent, mais sans doute faute d’une recherche appropriée de longue durée, nous ne possédons pas pour ces contrées de témoignages « indépendants » de spectateurs de ces cérémonies, capables de les décrire, de nous livrer leurs réactions et éventuellement celles prêtées au public.

3Néanmoins en analysant soigneusement les papiers qui nous sont parvenus et pour répondre aux objectifs de ce colloque, nous souhaitons privilégier trois approches. Dans un premier temps, nous nous attacherons à ces cérémonies, à leur déroulement, à leurs participants. Puis il nous a semblé utile de nous interroger sur les instigateurs de ce culte et le rôle considérable à l’évidence du clergé régulier en la matière. Enfin nous nous interrogerons sur la place et l’évolution des controverses religieuses ou des débats internes au catholicisme dans ces cérémonies, d’autant que nous sommes sur des terres marquées à la fois par les affrontements entre catholiques et protestants (en Val de Loire notamment, limite occidentale du diocèse d’Auxerre) et par les vives querelles entre jansénistes et antijansénistes au temps de Mgr de Caylus, longtemps sur le siège d’Auxerre, appelant contre la bulle Unigenitus, décédé seulement en 1754.

***

  • 5 Bouhy (ou Bouy) et Pousseaux alors paroisses du diocèse d’Auxerre, sont aujourd’hui des communes du (...)

4Globalement nous avons observé près d’une trentaine de cas concernant soit des expositions solennelles de reliques offertes à la vénération des fidèles (avec parfois une translation sur place), soit plus rarement des transferts de reliques d’un lieu à l’autre. Ces manifestations se sont déroulées aussi bien en ville (plusieurs cas à Auxerre, un seul à Gien, à Châteauvillain…) qu’à la campagne (Bouhy, Pousseaux, Lézinnes…)5 et on en recense à peu près autant au xviiie qu’au xviie siècle. Ni dans leur cartographie, ni dans leur chronologie elles ne révèlent une particularité géographique ou temporelle, s’échelonnant sans la moindre régularité entre 1634 et 1786.

  • 6 Même souci de la hiérarchie, en dehors des expositions solennelles de ces reliques : ainsi à Saint (...)
  • 7 C’est aussi un moyen utilisé pour les ramener à l’essentiel : au culte de la présence divine, manif (...)

5De fait nous avons rapproché deux types de cérémonies où le culte des reliques est au cœur de la manifestation. La plus fréquente est une exposition de courte durée de ces restes de saint pour qu’ils puissent être « vénérés et honorés » par les fidèles avec le souci d’éviter toute superstition en la matière6. Dans ce but et également pour éviter les vols (certes nettement moins fréquents qu’à la période médiévale) ces reliques sont de plus en plus renfermées dans un endroit de l’église qui n’est pas directement accessible aux fidèles7. Dans ces conditions l’exposition a un caractère exceptionnel, même si elle peut souvent être répétée chaque année à pareille époque.

  • 8 Arch. dép. Yonne, G 1634.

6En outre cette exposition est parfois la conséquence d’un transfert ou/et d’un don de ces objets comme en 1669 à l’abbaye cistercienne des Isles à Auxerre qui en a reçus d’un monastère de Lisbonne. Dans quelques cas le transfert est plus limité dans l’espace et se borne à une simple translation à l’intérieur du sanctuaire dans une nouvelle châsse où ils sont à la fois visibles, bien mis en valeur et soigneusement enfermés à clé, ainsi à propos des restes de saint Vigile à Notre Dame la d’Hors à Auxerre en 1688 ou de ceux de saint Pelerin à Bouhy en 17538.

7Toute exposition solennelle nécessite une autorisation épiscopale qui en fixe les règles et modalités après vérification de l’identité de ces portions du corps des saints (parfois réduites à des fragments d’os) obtenue par des certificats (ou « authentiques ») en possession des sanctuaires ou complétée par un examen (ou « visite ») par deux chirurgiens jurés comme à Pontigny en 1749. La moindre translation est du ressort de l’évêque ou d’un dignitaire commis par lui. Sa présence rehausse naturellement l’éclat de la manifestation, d’autant qu’il est toujours accompagné d’au moins deux autres ecclésiastiques, tel Pierre-Jacques Dettey, archidiacre de Puisaye et fidèle collaborateur de Mgr de Caylus, en 1753 à Bouhy, venu avec deux autres chanoines de la cathédrale dont l’un est également le promoteur du diocèse.

  • 9 Avec parfois une belle marge d’incertitude ! Ainsi dans le cas des clarisses de Gien et des relique (...)

8Si ces cérémonies varient légèrement dans le détail quant à leur déroulement selon les lieux et les circonstances, il est fréquent qu’elles suivent un office (messe, vêpres…) et se situent dans le calendrier liturgique au moment de la fête du saint en question ou à proximité9. En revanche la durée de l’exposition est toujours limitée, quoique différente d’un cas à l’autre : une journée, huit jours, rarement plus.

  • 10 Dans Religion et société, op. cit., t. II, p. 760-761.
  • 11 La pièce figure dans Arch. dép. Haute-Marne, 55 H 5.
  • 12 Sa canonisation (reconnaissance de sainteté et légitimité du culte) a été proclamée à Rome le 16 ju (...)
  • 13 Précisions à ce sujet dans notre Religion et société, op. cit., t. I, p. 104-105.
  • 14 Où elles l’ont fait déposer, n’ayant, conformément à leur institut et aux vœux de leur fondateur, q (...)
  • 15 D’autant plus nombreuse que la fête a été déclarée « chômée », pour cette fois seulement, par l’évê (...)
  • 16 Ce personnage est le petit-fils de Michel-François Le Tellier et donc l’arrière-petit-fils de Louvo (...)
  • 17 Il est dommage que nos documents soient muets sur l’office, les chants et la musique utilisés.

9Les transferts de reliques d’un lieu à l’autre entraînent des manifestations plus importantes occupant souvent une journée entière, parfois davantage et mobilisant un clergé plus nombreux. Ayant déjà évoqué l’installation d’un fragment du bras de saint Edme, donné par l’abbaye de Pontigny à la nouvelle paroisse de Pousseaux près de Clamecy en 178610, arrêtons-nous sur l’arrivée « d’une partie des reliques du bienheureux Vincent de Paul et son tableau portrait » à Lézinnes le 27 septembre 173611, cérémonie d’autant plus intéressante qu’elle se déroule quelques mois avant la canonisation de Monsieur Vincent et témoigne donc des efforts réalisés en faveur de l’établissement d’un nouveau culte12. L’ensemble, qui demeure la propriété des Filles de la Charité présentes dans ce village depuis 168913, après avoir été « découvert » le matin de bonne heure dans l’église paroissiale dédiée à saint Etienne14, a fait l’objet d’un dépôt solennel juste après le Veni creator chanté par toute l’assistance15. On a d’abord lu les autorisations de l’archevêque de Paris (d’où sont venues les reliques), de l’évêque de Langres et le bref de béatification de 1729. Puis, à l’aide d’un sceau, la châsse de bois doré et sculpté a été revêtue des armes de François-César Le Tellier, marquis de Montmirail et de Cruzy, seigneur du lieu, en hommage à son ancêtre Louvois16, fondateur peu avant sa mort des Filles de la Charité dans cette paroisse dont il a été tardivement le seigneur. On a alors placé la châsse « au-dessus du grand tableau du maître autel sous les pieds de l’image de la sainte Vierge » tandis que le portrait de Vincent de Paul était disposé « au-dessus de la porte de la sacristie, côté de l’Evangile ». Ensuite une messe solennelle a été chantée17 et la cérémonie s’est terminée par une exposition du Saint Sacrement afin de ramener finalement le culte à Dieu et à rapprocher de la sorte la foi des humbles du dogme tridentin.

  • 18 Abbé Lebeuf, Mémoires concernant l’histoire civile et ecclésiastique d’Auxerre et de son ancien dio (...)

10Si on compare cette célébration à celle de Pousseaux en 1786 ou à une autre, antérieure (1643), à Auxerre, on s’aperçoit que les similitudes sont nombreuses, avec quelques légères différences cependant. À Pousseaux, les reliques avaient été déposées auparavant à la chartreuse de Basseville, toute proche, puis transportées en procession sous un dais accompagné de « flambeaux ardents » jusqu’à la nouvelle église paroissiale où les fidèles rassemblés avaient bénéficié pour l’occasion de quarante jours d’indulgence accordés par Mgr Champion de Cicé. Cérémonial identique à Auxerre le 19 avril 1643, lorsque l’évêque Pierre de Broc fait transférer un ossement de saint Renobert (prélevé à la collégiale de Varzy, au sud du diocèse) qui est déposé dans l’église Saint-Amâtre (à l’entrée de la ville) avant son transfert en procession à travers la cité pour être donné à la paroisse de Saint-Renobert. Durant le trajet le reliquaire est porté par les chanoines de la cathédrale assistés de jeunes enfants revêtus de surplis ayant chacun en main une torche ardente de cire blanche18.

  • 19 Les deux sœurs du village : Madeleine Dudouet (ou Dudoril ?) et Louise Delachastre, accompagnée de (...)

11Dans tous les cas non seulement les effectifs du clergé sont abondants (une vingtaine d’ecclésiastiques à Pousseaux dont les chartreux de Basseville, davantage encore à Auxerre, huit à Lézinnes, dont un chanoine de Tonnerre, plus trois filles de la Charité19) mais les foules urbaines ou villageoises participent très largement, tout comme les autorités locales. Les procès-verbaux conservés l’attestent doublement, à la fois en mentionnant que les sanctuaires sont quasi pleins et par les nombreuses signatures d’habitants apposées à la fin des actes concernant les paroisses rurales : plus de trente-cinq à Lézinnes, alors que la paroisse compte environ cent dix feux, moins à Pousseaux localité beaucoup plus petite. Faut-il y voir l’attrait de l’indulgence ? Sans doute est-ce à nuancer puisqu’elle n’est accordée qu’à Pousseaux. Peut-on en déduire que les paroissiens sont attirés par ces cérémonies car profondément attachés aux reliques et au pouvoir d’intercession des saints ?

***

  • 20 Abbé Lebeuf, Mémoires…, op. cit., t. IV, p. 370-371.
  • 21 Arch. dép. Haute-Marne, G 974, p. 62-63, 26 juillet 1747. Longchamp aujourd’hui en Haute-Marne, arr (...)

12Sont-ils pour autant les instigateurs de ces manifestations qui embellissent indéniablement leur vie quotidienne ? Nos sources brouillent souvent les pistes en l’occurrence, étant donné que les autorisations épiscopales répondent toujours à une demande officielle des curés de paroisse. En y regardant de plus près cependant, on s’aperçoit que le rôle des fidèles est parfois important et, derrière la façade des textes, on devine qu’ils sont à l’origine d’une partie de ces cérémonies. Cela semble le cas à Bouhy en 1753 comme auparavant en 1664 à Saints (en Puisaye) où l’évêque d’Auxerre, Pierre de Broc, vient en personne procéder à la translation des reliques de saint Prix20. C’est plus net encore au diocèse de Langres en 1747 à Longchamp où les délibérations du Bureau pour le Gouvernement du diocèse de Langres sont assez explicites : le curé ne fait que transmettre en s’y associant les vœux de ses paroissiens. Ceux-ci désirent deux nouvelles châsses pour l’exposition des reliques conservées dans leur église. Ils ont même étudié le financement de l’opération en proposant que l’une soit réalisée avec le solde (positif) des comptes de la fabrique et l’autre aux frais d’un particulier « par reconnaissance d’une guérison que le Seigneur lui a miséricordieusement accordé par l’intercession desdits saints21 ».

  • 22 Abbé Lebeuf, Mémoires…, op. cit., Auxerre, 1851, t. II, p. 232-233.
  • 23 Clément Macheret, Journal de ce qui s’est passé de mémorable à Langres et aux environs depuis 1628 (...)

13Bien entendu le clergé local est à l’unisson des populations dans tous les cas observés. Sans doute faut-il également mettre en valeur quelques prélats de la première moitié du xviie siècle comme Pierre de Broc et surtout Dominique Séguier à Auxerre (1631-1637) dont l’abbé Lebeuf, chanoine d’Auxerre et grand érudit du xviiie, nous rapporte le zèle en la matière, ainsi en 1634 lorsqu’il obtint personnellement de l’abbaye de Saint-Denis une partie du corps de saint Pelerin (premier évêque d’Auxerre) dont la cathédrale n’avait plus aucun reste22. En revanche à Langres son contemporain, Sébastien Zamet, au témoignage du curé Macheret, fit plus souvent cadeau de reliques qu’il ne chercha à en obtenir, comme en 1647 où il donna des fragments de saint Didier à Avignon et à deux paroisses rurales des environs de Langres : Orthes et Frettes23.

  • 24 Vincent de Paul, Correspondance, entretiens, documents, éd. P. Coste, Paris, 1920-1925, t. X, p. 65 (...)
  • 25 Arch. dép. Côte-d’Or, 3 H 63.
  • 26 A. Vittenet, L’abbaye de Moutier-Saint-Jean. Essai historique, Mâcon, 1938, p. 127.

14Cependant il apparaît, au vu de la documentation, que les réguliers et ceux que j’y assimile, telles les Filles de la Charité, séculières, mais que Vincent de Paul voulait « plus vertueuses » que les Visitandines24, ont joué un rôle majeur en ce domaine dans la longue durée, tous ordres confondus, les plus « intellectuels » comme les plus « populaires », les bénédictins comme les capucins. Au début de la période considérée, avec le rétablissement de la paix et la restauration catholique, la réforme des abbayes, ils cherchent en priorité à récupérer les reliques perdues ou conservées en lieu sûr le temps des guerres et à les remettre correctement en valeur. On voit alors, parmi d’autres, les Bénédictins de Bèze se faire restituer en 1658 celles mises prudemment en dépôt à l’abbaye de Saint Bénigne de Dijon en 1636 au moment de l’attaque des Impériaux25. Dans le même temps de nouveaux reliquaires sont installés un peu partout comme à Moutier-Saint-Jean en 1638 lors de l’introduction des Mauristes26.

  • 27 D. Dinet, Religion et société, op. cit., t. II, p. 757-759.
  • 28 En septembre 1751, elles sollicitent avec succès Mgr de Caylus pour exposer des reliques ramenées d (...)
  • 29 Installées en 1642 par « réforme » (c’est-à-dire mise sous clôture et adhésion à l’ordre des récoll (...)
  • 30 Arch. dép. Haute-Marne, G 974, p. 317-318, 1er et 8 avril 1750.
  • 31 Ibid., p. 277, 19 décembre 1749. Vénérable institution que ces chanoinesses qui revendiquent une fo (...)

15Ultérieurement les mieux pourvus en reliques sont souvent de généreux distributeurs aussi bien au profit des paroisses que des abbayes ou monastères d’hommes ou de femmes qui en sollicitent27. Car partout on considère que cela fortifie ou renouvelle la dévotion, en particulier pour tel ou tel saint, mais aussi en général ce qui profite à l’affermissement de la foi des communautés comme à celle des populations. Il en résulte que non seulement des maisons installées de fraîche date comme les Filles de la Charité à Lézinnes ou les sœurs de l’Union chrétienne à Auxerre28 veulent exposer des reliques récemment acquises mais qu’il en va de même d’établissements plus anciens. Voyez les Récollettes à Châteauvillain29 en avril 1750 qui obtiennent l’autorisation de Mgr de Montmorin d’exposer des restes ramenés de Rome et munis d’un « authentique30 » ou les chanoinesses nobles de Poulangy qui s’adressent à ce prélat quelques mois plus tôt pour célébrer par un office particulier la fête de saint Clément, évêque d’Ancyre, dont elles avaient un reste authentifié31.

***

  • 32 Pour la première fois étudiée par le chanoine Jean Lebeuf (encore lui !) dans son Histoire de la pr (...)
  • 33 Abbé Lebeuf, Mémoires…, op. cit., t. II, p. 233 et t. IV, p. 364-365. Voir aussi au t. IV, p. 362-3 (...)
  • 34 Ibid., t. II, p. 258. Mais apparemment il n’y a ni exposition, ni procession de reliques à cette oc (...)

16Mais s’agit-il seulement grâce à ces cérémonies d’accroître la dévotion comme plusieurs de ces requêtes le laissent entendre ? Quelques indices pour la première moitié du xviie siècle nous invitent à envisager d’autres motivations, sans que nous puissions en déduire qu’elles sont majeures et priment par rapport au but affiché de réveil et d’exaltation de la foi. Il semble en effet que, au moins dans le diocèse d’Auxerre, des prélats comme Dominique Séguier (1631-1637), principalement, et Pierre de Broc (1640-1671), secondairement, aient vu dans ces célébrations un moyen d’affirmation du catholicisme face au calvinisme qui avait vivement agité la région en 1562-1568 et gardait quelques bastions dans les cités du Val de Loire comme Gien ou La Charité. Très nettement le premier chercha à effacer les moindres traces de la violente vague iconoclaste de 1562-156732 en rassemblant les reliques dispersées mais qui avaient pu être sauvées pour les déposer dans de nouvelles châsses et les exposer solennellement comme à Auxerre en octobre 163633. Cérémonie expiatoire ? – En partie. Manifestation du catholicisme triomphant ? – Incontestablement. Sur le fond, même attitude de la part de son successeur, Pierre de Broc, dont on a vu le zèle en faveur des reliques, qui fit célébrer avec éclat en 1668 la fête séculaire de « la délivrance d’Auxerre » (des Huguenots), pour laquelle le pape Clément IX accorda une bulle d’indulgences34.

17Ultérieurement, même si des foyers protestants persistèrent au-delà de 1685 (à Gien par exemple), en très petit nombre d’ailleurs, nos cérémonies ne manifestent nullement une intention de ce type. Il est vrai qu’elles se déroulent généralement dans des localités où il n’y a aucun protestant.

  • 35 Ayant plusieurs fois évoqué la question du jansénisme en ces terroirs, en particulier dans « Jansén (...)
  • 36 Surtout au contenu de la bulle de canonisation, œuvre de Clément XII, d’où les remontrances du parl (...)
  • 37 Seignelay est à environ 40 km de Lézinnes, au nord-ouest. En outre en 1736 les jansénistes revendiq (...)

18En revanche on peut se demander si certaines au cours du xviiie siècle n’ont pas eu accessoirement pour but de contrer les influences jansénistes, puissantes dans les diocèses d’Auxerre et de Troyes et leurs abords entre 1720 et 176035. L’exposition d’un reste de Vincent de Paul à Lézinnes, en Tonnerrois, en 1736 est du plus haut intérêt à cet égard, surtout quand on se rappelle l’hostilité des jansénistes à la canonisation de Monsieur Vincent36 et les polémiques récentes (1733-1734) et relativement proches (géographiquement) à propos du « miracle » de Seignelay, attribué au diacre Pâris37. Faut-il y voir la volonté des Filles de la Charité d’opposer une véritable figure de sainteté face aux tentatives jansénistes ? Rien ne permet de l’affirmer.

  • 38 D. Dinet, Religion et société, op. cit., t. II, p. 740-741.

19En outre il est remarquable que le curé de Lézinnes, Pierre Lallement, de tendance janséniste notoire (si bien qu’il dût se soumettre publiquement devant Mgr de Montmorin, au cours de sa visite pastorale de 1740), se soit constamment associé à la démarche des sœurs pour honorer Monsieur Vincent, dont l’exposition des reliques n’était qu’un premier pas vers l’établissement d’un culte dans cette paroisse38. De même l’extrême prudence de Mgr de Montmorin dans cette affaire peut surprendre quand on connaît son zèle à pourfendre la « secte ». En réalité, encouragée par leur hiérarchie, les sœurs de ce village me semblent simplement avoir participé au climat d’exaltation collective de tout institut religieux qui s’efforce d’obtenir la canonisation de son fondateur.

  • 39 Ce qui provoque l’admiration de son biographe, l’abbé Dettey (auquel Mgr de Caylus avait confié l’a (...)
  • 40 Arch. dép. Yonne, G 1604, p. 38-40 ; G 1634 et surtout H 1415 (procès-verbal des cérémonies). Sur l (...)

20De son côté, quelques années plus tard, Mgr de Caylus, qui avait rejeté les convulsions et laissé retomber la funeste agitation de Seignelay, pouvait témoigner de sa parfaite orthodoxie en permettant de nouvelles expositions de reliques (au moins deux cas à Auxerre en 1751-1752) sans paraître se renier (il en avait autorisé en 1730 chez les bénédictines de La Charité-sur-Loire, assortie d’une indulgence). Mieux, il tint à assister personnellement le 16 novembre 1749, à 83 ans39, à l’examen des restes de saint Edme et à leur translation dans une somptueuse châsse, bien exposée dans l’abbaye de Pontigny, au-dessus du nouveau maître-autel qu’il consacra. Cette célébration s’étant déroulée le jour de la fête de saint Edme et en présence d’un nombreux clergé séculier (beaucoup venaient d’Auxerre) et régulier (dont les abbés de Clairvaux et de Pontigny), la foule et les élites locales se pressèrent en masse, étant donné la forte dévotion traditionnelle à ce saint dans toute la région40. Alors revanche sur Monsieur Vincent ? – Peut-être, mais avec discrétion. Succès pour le vieil évêque, capable de rassembler ainsi tout son troupeau ? – Certainement.

  • 41 Même si des deux côtés des doutes ou des opinions hostiles ont pu s’exprimer.
  • 42 Sur ce thème : Alphonse Dupront, Du Sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, 198 (...)

21Néanmoins la poursuite de ces manifestations jusqu’en 1789, leur échelonnement sur la longue durée conduisent à penser que leur ressort premier est la croyance très largement partagée entre clercs et fidèles41 sur l’efficacité médiatrice des reliques et donc leur caractère hautement bénéfique. En conséquence renouveler ces cérémonies ne pouvait qu’entretenir ou développer la ferveur ou, comme on disait alors, la « dévotion ». Là est sans doute l’essentiel. Accessoirement, comme à Pousseaux en 1786, installer des reliques dans une nouvelle paroisse revenait à sacraliser un lieu de culte en y faisant participer activement les habitants42.

***

  • 43 Jean de Viguerie, « Quelques aspects du catholicisme des Français au dix-huitième siècle », Revue H (...)
  • 44 Philippe Loupès, L’apogée du catholicisme bordelais. 1600-1789, Bordeaux, 2001, p. 141. Cette local (...)
  • 45 Yves Breton, Les Génovéfains en Haute-Bretagne, en Anjou et dans le Maine. Une congrégation réguliè (...)

22En étendant nos regards au-delà de l’espace considéré ici, force est de constater que Bourgogne et Champagne n’ont aucune originalité. On observe de la sorte au xviiie siècle que les translations de reliques donnent lieu à des cérémonies en nombre tout à fait comparable dans le diocèse d’Angers43. Il en est de même dans celui de Bordeaux durant toute l’époque moderne. Encore en 1749, près de 10 000 personnes assistent à une telle manifestation dans la modeste paroisse de Saint-Romain-la-Virvée, honorée de la présence de l’archevêque, Mgr de Lussan, qui est allé à l’abbaye de Saint Denis (près de Paris) chercher le précieux dépôt44. En Bretagne, à Fougères, les Génovéfains de l’abbaye de Rillé, toute proche, ont un rôle majeur dans l’installation de reliques, venues par caisses de Rome (!), en 1660, puis dans leur transfert solennel dans de nouvelles châsses au goût du jour en 172945. On pourrait multiplier les exemples.

  • 46 Ainsi en 1768, à Varades (diocèse de Nantes), c’est un capucin, le P. Jean-Marie de Redon, qui offr (...)

23Partout les évêques et davantage encore les réguliers46 sont les instigateurs de ces cérémonies. Or, surtout dans les petits villages, elles prennent une ampleur considérable et attirent les foules, d’autant que par leur caractère exceptionnel, par les nombreux clercs qui y participent, elles font de ces localités les centres éphémères d’évènements qui marquent les esprits. Il y a une exaltation de la ferveur collective qui s’y exprime. À cet égard il est fort dommage que nos documents ne nous révèlent rien des chants et de la musique utilisée en ces occasions. Car aux yeux de tous cela ranime la foi des populations en la faisant sortir de l’éventuelle monotonie du culte dominical.

  • 47 On peut le penser quand on se rappelle la multiplication de ces grâces au xviiie soulignée pour la (...)
  • 48 D’où la volonté parfois farouche de certaines paroisses lors de la Révolution de conserver ces préc (...)

24Ici et là l’octroi d’indulgences a sans doute accru la participation des fidèles47. Néanmoins les cérémonies qui n’en ont pas été pourvues semblent avoir connu le même succès. Or celui-ci traduit un attachement profond aux reliques qui assurent la protection des lieux48 et celle des personnes. Pour beaucoup, et pas seulement chez les humbles, ces restes facilitent le recours individuel (ou collectif) aux saints. En les suppliant presque directement, comme si on les prenait à témoin, on rend ces intercesseurs attentifs à vos demandes qui ont ainsi beaucoup plus de chance de trouver un écho auprès d’un Dieu qui apparaît souvent lointain, puisque la situation de détresse a persisté malgré une pratique banale des seuls actes extérieurs imposés par l’Église. Regrettons à ce sujet de ne pas avoir rencontré la moindre source révélatrice de l’intimité religieuse de nos populations.

  • 49 Voir les lettres du 23 juin 1761 au pape Clément XIII et au cardinal Passionei : Voltaire, Correspo (...)

25Ajoutons pour terminer que des esprits « forts » se moquent de tout cela : les témoignages sont nombreux au xviiie siècle, mais davantage à Paris que dans les provinces, voyez les Mémoires de Jamerey-Duval ou le Journal de Menetra, sans compter les écrits avoués ou non de Voltaire. Pourtant n’oublions pas que le philosophe, seigneur de Ferney, sollicita (et obtint) des reliques de Rome pour ses ouailles perdues entre les montagnes du Jura et la République de Genève, tout en se vantant en privé de « bafouer Rome et de la faire servir à mes petites volontés49 ».

Notes

1 On laissera de côté les processions de reliques ordonnées lors des grandes calamités (sécheresse, inondation, épidémie…) comme l’image de Notre Dame d’Etang amenée à Dijon ou les reliques de saint Edme transportées à Auxerre ou encore, en dehors de notre cadre géographique, la châsse de sainte Geneviève promenée à travers Paris. En revanche, j’ai déjà évoqué rapidement ces expositions et transferts de reliques dans « La ferveur religieuse dans la France du xviiie siècle », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXXIX, 1993, p. 275-299 (en particulier p. 290-291) et plus longuement dans Religion et société : les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin xvie-fin xviiie siècles), Paris, 1999, t. II, p. 757-761.

2 Rappelons que le diocèse de Dijon a été créé en 1731 par démembrement de celui de Langres.

3 Le concile a consacré un décret dans sa session XXV « sur l’invocation, la vénération et les reliques des saints et sur les saintes images » en décembre 1563. Voir le texte (avec commentaire) dans A. Michel, Les décrets du concile de Trente, Paris, 1938, p. 592-598 et la brève mise au point de J. Lecler, H. Holstein, P. Adnès et C. Lefebvre, Le concile de Trente 1551-1563 (t. XI de l’Histoire des conciles œcuméniques, dir. G. Dumeige), rééd., Paris, 2005, p. 495-496. On verra aussi P. -T. Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 3e éd., Lyon, 1776, t. V, p. 167 (article « reliques ») et t. III, p. 242-244 (article « images ») et l’étude de Stéphane Boiron, La controverse née de la querelle des reliques à l’époque du concile de Trente (1500-1640), Paris, 1989. Rappelons enfin que le bel ouvrage de Nicole Herrmann-Mascard, Les Reliques des saints : formation coutumière d’un droit, Paris, 1975 concerne essentiellement la période médiévale.

4 Ainsi les registres du Bureau pour le gouvernement du diocèse de Langres au xviiie siècle (Arch. dép. Haute-Marne, G 971 à G 975, 1739-1770) dont j’ai plusieurs fois montré l’intérêt (dans « Administration épiscopale et vie religieuse au milieu du xviiie siècle : le Bureau pour le Gouvernement du diocèse de Langres de Gilbert de Montmorin », Revue d’Histoire Ecclésiastique, t. 78, 1983, p. 721-774 et récemment dans « Une figure épiscopale du xviiie siècle : Gilbert de Montmorin (1691-1770) », Au contact des Lumières. Mélanges offerts à Philippe Loupès, Bordeaux, 2005, p. 7-17) ou les registres de provisions de bénéfices, ordonnances et autres décisions épiscopales de l’évêché d’Auxerre (1609-1789, avec lacunes, Arch. dép. Yonne, G 1596 à G 1607).

5 Bouhy (ou Bouy) et Pousseaux alors paroisses du diocèse d’Auxerre, sont aujourd’hui des communes du département de la Nièvre, la première dans l’arrondissement de Cosne et le canton de Saint Amand en Puisaye, la seconde dans l’arrondissement et le canton de Clamecy. Lézinnes, alors dans le diocèse de Langres, est une commune du département de l’Yonne, arrondissement d’Avallon, canton d’Ancy-le-Franc.

6 Même souci de la hiérarchie, en dehors des expositions solennelles de ces reliques : ainsi à Saint Agnan (dépendance de Réclancourt, hameau de la commune de Chaumont en Bassigny, en Haute-Marne aujourd’hui), dans le diocèse de Langres en 1739, où les paroissiens sont charitablement exhortés à éviter tout abus et invités à une attitude en conformité avec les dispositions tridentines : « sans rien diminuer de la dévotion qu’ils ont à leur patron, les prières qu’ils font pour être guéris des fièvres peuvent se faire à genoux, qu’il n’est pas nécessaire que les malades se couchent enveloppés d’un drap mortuaire sur ce tombeau… » (Arch. dép. Haute-Marne, G 971, p. 197, 18 novembre 1739).

7 C’est aussi un moyen utilisé pour les ramener à l’essentiel : au culte de la présence divine, manifeste dans le Saint Sacrement conservé dans le tabernacle, placé au-dessus de l’autel, face au peuple. Cependant si on renferme les reliques au xviie siècle, n’observe-t-on pas l’inverse au xviiie quand on voit les cisterciens de Pontigny mettre en valeur au-dessus du maître-autel les reliques de saint Edme en 1749, à l’instar des bénédictins de Saint-Germain-des-Prés à Paris en 1704 avec celles de saint Germain ? À ce sujet : Dom Charles Rabache de Fréville, Histoire de la paroisse de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés à Paris, éd. P. Gasnault, Paris, 2004, p. 8-11.

8 Arch. dép. Yonne, G 1634.

9 Avec parfois une belle marge d’incertitude ! Ainsi dans le cas des clarisses de Gien et des reliques de Saint Antonin en 1664. Or elles ne savaient pas de quel Antonin il s’agissait. Elles avaient alors sollicité une exposition le 4e dimanche après Pâques « comme le temps le plus favorable tant pour la beauté de la saison que pour la commodité de ceux qui auront la dévotion d’y faire voyage ». De la sorte elles se rapprochaient de la fête de saint Antonin de Florence (10 mai), mort paisiblement en 1459, alors qu’en réalité leur requête évoquait les restes d’un martyr, donc plutôt saint Antonin d’Apamée fêté le 2 septembre. Pierre de Broc, évêque d’Auxerre, apparemment peu versé en hagiographie, leur donna satisfaction le 13 mai 1666 (Arch. dép. Yonne, G 1644 et G 1598, p. 188-190).

10 Dans Religion et société, op. cit., t. II, p. 760-761.

11 La pièce figure dans Arch. dép. Haute-Marne, 55 H 5.

12 Sa canonisation (reconnaissance de sainteté et légitimité du culte) a été proclamée à Rome le 16 juin 1737. Néanmoins la béatification du 13 août 1729 autorise déjà un culte, limité à la France.

13 Précisions à ce sujet dans notre Religion et société, op. cit., t. I, p. 104-105.

14 Où elles l’ont fait déposer, n’ayant, conformément à leur institut et aux vœux de leur fondateur, que l’église de la paroisse pour chapelle.

15 D’autant plus nombreuse que la fête a été déclarée « chômée », pour cette fois seulement, par l’évêque de Langres.

16 Ce personnage est le petit-fils de Michel-François Le Tellier et donc l’arrière-petit-fils de Louvois.

17 Il est dommage que nos documents soient muets sur l’office, les chants et la musique utilisés.

18 Abbé Lebeuf, Mémoires concernant l’histoire civile et ecclésiastique d’Auxerre et de son ancien diocèse, éd. Challe et Quantin, Auxerre, 1855, t. IV, p. 367-368. [Cette édition complète l’ouvrage original publié en 1743 par le chanoine Jean Lebeuf, qualifié d’abbé au xixe siècle, qui fut un grand érudit, bon connaisseur des rituels, de la liturgie, du chant ecclésiastique. Il résida autant à Paris qu’à Auxerre et fut un appelant contre la bulle Unigenitus]. Les flambeaux ou les torches « ardentes » paraissent un élément important du cérémonial lors du déplacement des reliques à travers une cité ou une paroisse. Retrouve-t-on semblable rituel lors de la réunion des reliquaires pour l’ouverture du jubilé au Puy ? (Bernard Dompnier, « Les processions au Puy-en-Velay au xviiie siècle », Au contact des Lumières, op. cit., p. 54 n’évoque pas ce détail).

19 Les deux sœurs du village : Madeleine Dudouet (ou Dudoril ?) et Louise Delachastre, accompagnée de Michèle Dudouet (sans doute parente de la première), supérieure de la maison de Moutier-Saint-Jean, établie en 1661 et distante d’environ 40 km au sud/sud-est. Ce déplacement est en lui-même un signe de l’importance attachée par les Filles de la Charité à cette cérémonie.

20 Abbé Lebeuf, Mémoires…, op. cit., t. IV, p. 370-371.

21 Arch. dép. Haute-Marne, G 974, p. 62-63, 26 juillet 1747. Longchamp aujourd’hui en Haute-Marne, arrondissement de Chaumont, canton de Clefmont.

22 Abbé Lebeuf, Mémoires…, op. cit., Auxerre, 1851, t. II, p. 232-233.

23 Clément Macheret, Journal de ce qui s’est passé de mémorable à Langres et aux environs depuis 1628 jusqu’en 1658, éd. E. Bougard, Langres, 1880, t. I, p. 397. Le fait est également relevé par Louis Prunel, Sébastien Zamet évêque-duc de Langres (1588-1655). Sa vie et ses œuvres, Paris, 1912, p. 339.

24 Vincent de Paul, Correspondance, entretiens, documents, éd. P. Coste, Paris, 1920-1925, t. X, p. 658. Ajoutons que leur comportement réel (fidélité à leurs vœux pourtant simples et annuels !) les rapproche singulièrement des religieuses à vœux solennels.

25 Arch. dép. Côte-d’Or, 3 H 63.

26 A. Vittenet, L’abbaye de Moutier-Saint-Jean. Essai historique, Mâcon, 1938, p. 127.

27 D. Dinet, Religion et société, op. cit., t. II, p. 757-759.

28 En septembre 1751, elles sollicitent avec succès Mgr de Caylus pour exposer des reliques ramenées de Rome par un chanoine de Varzy, oncle d’une de leurs pensionnaires (Arch. dép. Yonne, G 1634, 26 septembre, 1751). Rappelons qu’elles ont été fondées en 1657.

29 Installées en 1642 par « réforme » (c’est-à-dire mise sous clôture et adhésion à l’ordre des récollettes) des sœurs de sainte Elisabeth du tiers-ordre de saint François présentes depuis 1539.

30 Arch. dép. Haute-Marne, G 974, p. 317-318, 1er et 8 avril 1750.

31 Ibid., p. 277, 19 décembre 1749. Vénérable institution que ces chanoinesses qui revendiquent une fondation au viie siècle !

32 Pour la première fois étudiée par le chanoine Jean Lebeuf (encore lui !) dans son Histoire de la prise d’Auxerre par les Huguenots…, Auxerre, 1723.

33 Abbé Lebeuf, Mémoires…, op. cit., t. II, p. 233 et t. IV, p. 364-365. Voir aussi au t. IV, p. 362-363 la pièce relative à l’incrédulité d’un capucin face à ces reliques et au « miracle » accompli alors (5 octobre 1636).

34 Ibid., t. II, p. 258. Mais apparemment il n’y a ni exposition, ni procession de reliques à cette occasion.

35 Ayant plusieurs fois évoqué la question du jansénisme en ces terroirs, en particulier dans « Jansénisme et déchristianisation au xviiie siècle. L’exemple des pays de l’Yonne », Du jansénisme à la laïcité, Paris, 1987, p. 1-34, je me permets d’y renvoyer.

36 Surtout au contenu de la bulle de canonisation, œuvre de Clément XII, d’où les remontrances du parlement de Paris où les magistrats jansénistes ont réussi à entraîner tous les gallicans. À ce sujet : Augustin Gazier, Histoire générale du mouvement janséniste, Paris, 1924, t. I, p. 330-331 et Jules Flammermont, Remontrances du parlement de Paris au xviiie siècle, Paris, 1888, t. I, p. 365 et suiv.

37 Seignelay est à environ 40 km de Lézinnes, au nord-ouest. En outre en 1736 les jansénistes revendiquent dans les Nouvelles Ecclésiastiques un miracle, toujours attribué à l’intercession du même personnage, opéré à Tonnerre. Sur tout cela, voir ma contribution citée à la note 35, p. 21-24.

38 D. Dinet, Religion et société, op. cit., t. II, p. 740-741.

39 Ce qui provoque l’admiration de son biographe, l’abbé Dettey (auquel Mgr de Caylus avait confié l’archidiaconé de Puisaye) : Vie de M. de Caylus, évêque d’Auxerre, Amsterdam, 1765, t. II, p. 183.

40 Arch. dép. Yonne, G 1604, p. 38-40 ; G 1634 et surtout H 1415 (procès-verbal des cérémonies). Sur le culte de saint Edme, il y aurait une enquête à faire (en parallèle au beau travail effectué récemment sur sainte Reine) qui étudie aussi l’influence spatiale de cette dévotion. Je suggère de partir des prénoms, d’autant qu’en Tonnerrois, à près de 40 km au sud/sud-est, Edme arrive encore en première place (ou en seconde) pour les garçons (15 à 20 % des cas) tandis que sa forme féminisée, Edmée, est un peu moins répandue quoique représentant 8 à 12 % des cas.

41 Même si des deux côtés des doutes ou des opinions hostiles ont pu s’exprimer.

42 Sur ce thème : Alphonse Dupront, Du Sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, 1987, p. 515-522 et 534-536 et notre Espace religieux à l’époque moderne (en

43 Jean de Viguerie, « Quelques aspects du catholicisme des Français au dix-huitième siècle », Revue Historique, t. CCLXV, 1981, p. 363.

44 Philippe Loupès, L’apogée du catholicisme bordelais. 1600-1789, Bordeaux, 2001, p. 141. Cette localité est proche de Saint-André de Cubzac.

45 Yves Breton, Les Génovéfains en Haute-Bretagne, en Anjou et dans le Maine. Une congrégation régulière et ses rapports avec une société provinciale. xviie-xviiie siècles, Thèse nouveau régime, Strasbourg, 2005, vol. 3, p. 1017-1022.

46 Ainsi en 1768, à Varades (diocèse de Nantes), c’est un capucin, le P. Jean-Marie de Redon, qui offre les reliques des martyrs romains à la paroisse (J. de Viguerie, op. cit., p. 363).

47 On peut le penser quand on se rappelle la multiplication de ces grâces au xviiie soulignée pour la Bretagne par Georges Provost, La fête et le sacré. Pardons et pèlerinages en Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1998, p. 297-333.

48 D’où la volonté parfois farouche de certaines paroisses lors de la Révolution de conserver ces précieux dépôts, marques du fanatisme pour les révolutionnaires, ainsi à Baon, Saint-Martin (Yonne), Ligny-le-Châtel, Tonnerre pour rester dans la région étudiée (voir les requêtes dans Arch. dép. Yonne, L 707).

49 Voir les lettres du 23 juin 1761 au pape Clément XIII et au cardinal Passionei : Voltaire, Correspondance, éd. T. Besterman adaptée par F. Deloffre, Paris, 1980, t. VI, p. 431-433. Il est exact que le philosophe, en plein conflit avec le clergé du pays de Gex, se vante de sa manœuvre « en droiture » à Rome dans une lettre du 21 juin de la même année adressée au comte et à la comtesse d’Argental (cf. p. 427-428). Il est évident qu’il n’a pas diffusé ce message aux habitants de Ferney. Sur le contexte : René Pomeau, La religion de Voltaire, Paris, 1969, p. 316-318.

Notes de fin

1 Initialement paru dans Les cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque, B. Dompnier (dir.), Presses universitaires Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, 2009, p. 99-112.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search