Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Les ordres religieux dans la ville au XVIIe siècle

(2007)1

Texte intégral

  • 1 Initialement paru dans Les sociétés urbaines au xviie siècle, Angleterre, France, Espagne, J.P. Pou (...)
  • 1 Voyages du P. Labat, de l’ordre des frères Prêcheurs, en Espagne et en Italie, Paris, 1730, cité pa (...)

1On a du mal à imaginer aujourd’hui la place des ordres religieux dans les villes du xviie siècle, d’autant plus qu’on pense immédiatement à des hommes et à des femmes retirées du monde, vivant à l’abri de la clôture dans le silence et la discrétion, donc peu visibles de l’extérieur. Tout au plus apercevait-on leurs bâtiments et leurs chapelles qui se distinguaient à l’attention du public en soulignant par leur décor la spécificité de chaque ordre. Dans beaucoup de cités leur nombre était important. En 1705, un religieux dominicain français, le P. Jean-Baptiste Labat, habitué à cette présence, est cependant étonné lorsqu’il découvre Séville : « Je n’ai jamais vu autant de couvents de l’un et l’autre sexe que dans cette ville. Je crois qu’il y en a près de quatre-vingts très riches et bien bâtis, ce qui est une marque des grandes richesses qui ont été dans cette ville1

  • 2 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social, SEDES, 198 (...)
  • 3 Pour une vision européenne plus large : Dominique Dinet, « Abbayes, couvents et monastères dans l’e (...)
  • 4 Cette liste n’est pas limitative.

2Particularité d’une ville enrichie par le commerce des Indes ? Particularité espagnole au sein d’un pays marqué par le triomphe du catholicisme ? A peine, si on compare avec la France. Voyez Rouen, qui compte une cathédrale, trente-six paroisses, plus de cinquante communautés religieuses d’hommes et de femmes2. Certes, en Angleterre, la réalité est différente puisque toutes ces maisons ont disparu avec les sécularisations d’Henri VIII et le basculement dans le protestantisme, qui dès Luther rejette les ordres religieux3, ce qui n’empêche pas l’existence d’établissements peuplés exclusivement d’Anglais, d’Ecossais ou d’Irlandais – qui se destinent généralement aux missions dans leur pays d’origine – dans les cités catholiques du continent à Gand, Salamanque, Séville, Douai, Saint-Omer, Lille ou même à Bar-sur-Aube et à Wassy en Champagne4.

3Cette présence pose tout de suite de nombreuses questions : est-ce une constante du siècle ? Que représente-t-elle numériquement ? Religieux et religieuses sont-ils originaires des cités où ils se trouvent ? Représentatifs des sociétés locales ? De par leur genre de vie sont-ils bien acceptés par les populations ? Quelle place occupent leurs enclos dans des villes qui sont généralement pourvues de remparts qui bloquent leur extension ? Ces enclos sont-ils concentrés ou disséminés ? Peut-on déceler des tendances générales, ou faut-il apporter des nuances selon les pays considérés ? Nous tenterons de répondre à ces interrogations en examinant successivement l’expansion maîtrisée des ordres religieux par les villes, puis si ces groupes sont le reflet ou non de la population urbaine, et enfin quelle est leur emprise sur la ville.

I – Une expansion maitrisée

  • 5 Il y a deux ordres d’annonciades : celles dites « célestes » (à l’habit bleu) fondées à Gênes en 16 (...)
  • 6 Dominique Dinet, Religion et Société. Les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre (...)

4Rappelons tout d’abord qu’à la suite de la Réforme catholique – mouvement de longue durée commencé avant le concile de Trente et achevé seulement au début du xviiie siècle –, de nouveaux ordres religieux d’hommes et de femmes sont apparus entraînant de multiples fondations d’établissements, essentiellement au profit des villes, d’abord dans les plus grandes, ensuite dans les villes « moyennes » puis dans les cités plus modestes. Ces ordres sont parfois issus de plus anciens à la suite de réformes internes, d’où les Capucins et les Récollets chez les Franciscains ou encore les Carmes déchaux et les Carmélites déchaussées, mais en majorité ils sont les fruits de fondations nouvelles comme les Barnabites, les Charitains, les Jésuites chez les hommes ou les Annonciades5, les Visitandines, les Ursulines et autres instituts éducatifs chez les femmes (telles les religieuses de la compagnie de Marie Notre-Dame de Jeanne de Lestonnac), ces derniers ne pénétrant en Espagne qu’au xviiie siècle. En outre, suivant les recommandations du concile de Trente, de vieilles abbayes féminines, bénédictines et cisterciennes, ont abandonné leur site rural primitif, exposé à tous les dangers, pour se replier en ville, les guerres du xviie siècle ayant parfois contribué à la poursuite de ce phénomène. Ainsi, aux Pays-Bas espagnols, des villes comme Gand ou Bruges accueillent une dizaine d’abbayes supplémentaires. Le mouvement est atténué en Bourgogne, province pourtant située à proximité d’une frontière disputée : à Dijon, ce repli se limite aux cisterciennes de Tart, arrivées en 1623, et aux bénédictines de Rougemont, venues en 1676. Il est vrai qu’entre 1581 et 1682, douze communautés nouvelles s’étaient installées dans la ville, s’ajoutant aux huit établissements fondés à la période médiévale6.

  • 7 Ibid., p. 153-167 (pour la Bourgogne). Cet aspect est rarement souligné, d’où l’intérêt de Frédéric(...)
  • 8 Bernard Peyrous, La Réforme catholique à Bordeaux (1600-1719). Le renouveau d’un diocèse, Fédératio (...)
  • 9 Bartolomé Bennassar, Valladolid au Siècle d’Or, Mouton, 1967, p. 188-189 et surtout Maximiliano Bar (...)
  • 10 Gwenaëlle Rozier de Linage, Les couvents et les institutions religieuses de Séville, Mémoire de maî (...)

5A quelques nuances près, cette vague de créations, qui ne doit pas nous faire oublier les échecs7, se retrouve dans la plupart des villes de France et d’Espagne, même si la chronologie peut être différente d’un pays à l’autre et même d’un lieu à l’autre. Bordeaux qui possédait 7 maisons religieuses à la fin du xve siècle en compte désormais 27 en 17008. Sauf en Galice et dans les Asturies, la croissance apparaît encore plus forte en Espagne : 48 couvents à Valladolid, 23 à Ségovie9, plus encore à Tolède (39), et surtout à Séville, où l’estimation du P. Labat est assez juste, avec davantage de créations au xvie qu’au xviie siècle : 35 contre 23 qui s’ajoutent aux 19 établissements médiévaux10.

  • 11 On notera qu’ultérieurement, sous le régime de l’édit de Nantes, dans les villes à forte majorité c (...)
  • 12 Et parfois précaires : à Dijon, les jésuites et les minimes, établis en 1581 et 1594, sont chassés (...)
  • 13 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, Enghien-Wetteren, (...)

6En revanche en France, du fait de l’apparition du protestantisme11 puis des guerres de religion, les fondations ont été rares entre 1530 et 159812. A Tours, par exemple, après l’arrivée des minimes en 1482, les capucins ne vinrent qu’en 1600, suivis par les carmélites en 1608, les feuillants en 1619, les ursulines en 1622, les jésuites en 1632, les visitandines en 1633… Il y a donc eu un afflux, souvent sous forme de vagues successives, qui a inquiété les élites municipales qui n’avaient pas toujours été enthousiastes devant ces fondations qui leur semblaient avoir été imposées par les ordres – parfois appuyés sur place par de petits groupes dévots –, la royauté, l’épiscopat et quelques grands seigneurs, comme ce fut le cas à Tours avec les jésuites, où Louis XIII et Mgr d’Eschaux firent plier les échevins13.

  • 14 Marc Carnier, « Les couvents des annonciades d’Anvers et de Bruxelles… », Jeanne de France et l’Ann (...)
  • 15 Alain Lottin, Lille citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Les Editions des Beffrois, Dunker (...)
  • 16 Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, SEVPEN, 1960, t. I, p. 235-236.
  • 17 Pierre Deyon, Amiens capitale provinciale. Etude sur la société urbaine au xviie siècle, Mouton, 19 (...)
  • 18 Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Presses de l’Université d’Angers, 1 (...)
  • 19 Dominique Dinet, Religion et société, op. cit., p. 245.
  • 20 Bernard Peyrous, La Réforme…, op. cit., p. 505-511.
  • 21 Voir sa Restauració Politica de España, Madrid, 1619, assez prudente cependant.

7Pourtant leurs réticences, qui peu à peu se transforment en farouche résistance, ne procèdent pas d’un esprit anticlérical ou irreligieux, mais d’un constat de gestionnaires : ces ordres religieux nouveaux ont-ils les moyens financiers de subsister, ou ne risquent-ils pas de tomber à la charge de la cité et d’accroître le nombre des pauvres à secourir ? En outre, bénéficiaires de privilèges royaux, ils vont échapper aux taxes municipales en en faisant retomber le poids sur les habitants. Surtout, par leur enclos dans la ville ceinte de remparts et non extensible, ils vont chasser des habitants, donc des contribuables. Tels sont les arguments – entendus parfois avant 1610 aux Pays-Bas – repris par les bourgeois d’Anvers14, de Lille15, de Beauvais16, d’Amiens17, d’Angers18, de Langres, de Dijon19 ou de Bordeaux20, et partiellement par les « arbitristes » espagnols, tel Sancho de Moncada en 161921. Il convient donc d’empêcher de nouvelles fondations ou, au moins, de les limiter étroitement.

  • 22 Dominique Dinet, Religion et société, op. cit., p. 64-65.
  • 23 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle, op. cit., p. 71-74.

8Mais alors quel ordre choisir ? Cela divise les populations et les corps constitués (chapitre cathédral, municipalité). Voyez à Langres en 1610-1621, où l’on se demande si les oratoriens ne seraient pas meilleurs pédagogues que les jésuites ce qui amène les dominicains déjà présents à proposer leurs services pour reprendre le collège22. Cela exacerbe également les rivalités entre les ordres, particulièrement entre les Capucins et les Récollets, les premiers profitant de leur antériorité pour s’opposer aux seconds qui risquent de leur faire perdre des aumônes, d’où des campagnes d’opinion pour s’opposer à leur venue, menées avec efficacité, comme à Chaumont-en-Bassigny, Autun ou Clermont23.

  • 24 Dominique Dinet, « Les dots de religion en France aux xviie et xviiie siècles », Les Églises et l’a (...)
  • 25 Jean-Pierre Gutton, « Le cahier de doléances de la noblesse du Beaujolais aux États généraux de 164 (...)
  • 26 Roland Mousnier, Jean-Pierre Labatut, Yves Durand, Problèmes de stratification sociale. Deux cahier (...)
  • 27 Christian Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834), Bibliothèque de la Casa (...)

9Au-delà des incidents locaux, qui freinèrent sensiblement l’installation de nouveaux monastères, surtout après 1640-1645, il faut relever les efforts permanents du parlement de Paris à partir de 1632 pour interdire aux communautés religieuses de recevoir des dots en argent ou en immeubles. Sans être toujours couronnée de succès, cette démarche rejoint un courant d’opinion qui estime que les couvents risquent d’absorber à terme la majorité des richesses et des immeubles du royaume24. Plusieurs cahiers de doléances de la noblesse pour les états généraux (avortés) de 1649-1651 s’en font l’écho en Beaujolais25 comme à Troyes26. Il est remarquable que les Cortes de Castille aient exprimé fortement ce point de vue dès le xvie siècle et avaient réussi à convaincre la monarchie de la nécessité de convertir une partie des biens fonciers ecclésiastiques − pas seulement ceux des moines d’ailleurs − en « juros », donc de transformer un patrimoine immobilier en un capital mobilier au profit des finances publiques27. Certes cela ne visait pas spécifiquement les propriétés urbaines des ordres religieux. Il y avait là néanmoins un instrument − réactivé au xviie siècle − pour freiner leur expansion en ville comme à la campagne, sans interdire pour autant toute création jusqu’à la fin du xviiie siècle.

  • 28 Guy du Rousseaud de la Combe, Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale, Paris, 1771, III, (...)
  • 29 Les attentes de Vincent de Paul (et des autres fondateurs) invitant les Filles de la Charité à être (...)

10En France, Louis XIV et Colbert, imprégnés de pensées similaires, y réussirent beaucoup mieux par l’édit de décembre 1666. Toute création nouvelle était interdite sans autorisation expresse par lettres patentes royales octroyées après avis favorable de l’ensemble des autorités locales concernées, dont les évêques et les municipalités28. Le succès fut total : le nombre des nouvelles fondations fut infime. Cependant, l’édit eut d’autres conséquences, tout à fait imprévues lors de sa rédaction. En effet, l’Eglise multiplia désormais les congrégations séculières à vœux simples et annuels, à établissements multiples mais sans clôture, réduits à une modeste maison abritant deux à cinq personnes, sans enclos, à l’image des Filles de la Charité, de Vincent de Paul et Louise de Marillac, qui amorcent à la fin du xviie siècle une implantation systématique dans les paroisses urbaines de cités comme Paris, Dijon ou Bordeaux29.

  • 30 À noter que les chanoines réguliers, tels les Génovéfains en France et les Prémontrés dans les deux (...)
  • 31 Belle description de celle donnée à Anvers aux Pays-Bas espagnols par les Jésuites dans : Louis Châ (...)

11Au-delà des querelles locales, des conflits avec les séculiers, les évêques, les chapitres, ou d’incidents particuliers, force est de constater que ce monde des réguliers a été globalement accepté et souvent apprécié par les citadins du xviie siècle. D’abord, ils offrent dans leurs chapelles des lieux de prière, de méditation et de spiritualité. La variété des ordres présents dans les villes permet de satisfaire des attentes religieuses multiples que le clergé paroissial n’arrive pas toujours à prendre en compte30. En outre les ordres cloîtrés les plus stricts n’oublient pas, en sus de la récitation de l’office, leur devoir de prière pour la cité face aux éventuels malheurs des temps, aux crises frumentaires, aux disettes, aux épidémies si fréquentes. Naturellement, lorsque les calamités s’apaisent, la cité leur en est reconnaissante et le manifeste par des offrandes en argent ou – davantage – en nature. En échange, elle participe largement aux grandes fêtes, organisées par les différents ordres à l’occasion de béatifications ou de canonisations comme celles de Thérèse d’Avila et d’Ignace de Loyola en 162231.

  • 32 P. Raoul de Sceaux, « Les capucins au service des pestiférés en France au xviie siècle », Miscellan (...)
  • 33 Bernard Peyrous, La Réforme…, op. cit., p. 347.
  • 34 Marie-Claude Dinet-Lecomte, Les sœurs hospitalières en France aux xviie et xviiie siècles. La chari (...)
  • 35 Bartolomé Bennassar, Valladolid…, op. cit., p. 147.
  • 36 Mme de Sévigné, Correspondance, éd. R. Duchêne, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1974, t. I, (...)

12De même, il est souvent plus facile de se confesser à tel ou tel religieux – certains sont spécialement formés à ce ministère chez les Franciscains ou les Jésuites – que de se présenter devant son curé, surtout si on s’est trouvé en conflit avec lui pour telle ou telle affaire temporelle. En outre, durant les épidémies de peste, nombreuses dans la première moitié du siècle, seuls les religieux acceptent de se sacrifier pour donner les derniers sacrements et exhorter les malades à bien mourir, d’où le succès des Capucins32. À Bordeaux en 1606, le peuple estime que les ultimes prières du P. Polycarpe, victime volontaire, ont fait reculer le mal33. Plus généralement, on sait reconnaître les services gratuits offerts par les religieux et religieuses, surtout en France, en matière d’éducation et d’assistance dans les hôpitaux et les maisons de charité34. Moins connues mais tout aussi bénévoles et appréciées du public en l’absence de corps de pompiers, sont les interventions des religieux mendiants, cordeliers et capucins, dans la lutte contre les incendies. Si, à Valladolid en 1561, ils ont échoué à circonscrire rapidement le sinistre malgré le renfort des bénédictins35, ils ont été plus heureux à Paris en 1671, au témoignage de Mme de Sévigné36.

13Au-delà de ce qu’ils apportent à la ville, on peut se demander si leur intégration ne résulte pas aussi de leurs rapports étroits et intimes avec la société urbaine, où malgré leur volonté de se couper du monde ils ne sont pas toujours des étrangers.

II – Reflet des élites locales ?

  • 37 À peine 2 % pour la fin du xvie siècle en Espagne, selon Annie Molinié-Bertrand, dans Au siècle d’O (...)
  • 38 Bartolomé Bennassar, Valladolid…, op. cit., p. 390.
  • 39 Alain Lottin, Lille…, op. cit., p. 117 (en raisonnant à partir d’une population de 50000 habitants)
  • 40 Dominique Dinet, Religion…, op. cit., p. 396 (à partir de données postérieures).

14Même si leur nombre nous paraît élevé aujourd’hui, et s’ils sont surtout rassemblés en ville, dans toute l’Europe catholique, religieux et religieuses ne représentent qu’une minorité de la population urbaine, soit environ 2 à 4 % de celle-ci37. La mesure en demeure délicate car si nous connaissons à peu près les effectifs des abbayes, couvents et monastères à une date donnée – par exemple 550 religieux à Bordeaux en 1718 –, nous sommes moins bien renseignés sur le nombre d’habitants de la plupart des villes, ne possédant souvent que des estimations en feux d’une fiabilité relative. On peut cependant proposer 2,9 % pour Valladolid à la fin du xvie siècle38, près de 2 % à Lille un siècle plus tard39, près de 4 % à Langres ou à Châtillon-sur-Seine40.

15A plusieurs titres, cette minorité constitue une élite. La plupart, à l’exception de la grande majorité des convers et converses – soit près de 10 % de l’ensemble –, non seulement savent lire et écrire dans leur langue maternelle, mais beaucoup comprennent le latin (même une minorité de religieuses) et sont capables de l’utiliser, d’autant plus que, chez les hommes, nombreux sont les moines qui ont fréquenté les collèges, tandis qu’une minorité a acquis quelques grades universitaires. Globalement, les réguliers surpassent largement les séculiers (même en ville) au moins jusque vers 1660 dans les deux pays, d’où leur rôle écrasant dans la prédication : encore à la fin du siècle dans le diocèse d’Auxerre, près de 96 % des avents et carêmes sont assurés par eux.

  • 41 Isabelle Poutrin, Le voile et la plume. Autobiographie et sainteté féminine dans l’Espagne moderne,(...)
  • 42 À ce sujet la liste des correspondants de Mabillon, de Rancé, de Jeanne de Chantal ou du carmel de (...)

16Des lectures assidues, facilitées par des bibliothèques qui s’enrichissent au fil des ans, permettent de développer à l’intérieur des cloîtres une culture religieuse de qualité, mais aussi une vie spirituelle intense grâce à une forte pratique de l’oraison mentale, encouragée par la règle des différents instituts religieux mais contrôlée par les confesseurs (et par l’Inquisition en Espagne) pour éviter toute dérive41. En outre, la multiplication des lettres échangées avec le monde extérieur comme avec les autres maisons de l’ordre (sous le contrôle des supérieurs) aboutit à la constitution de réseaux de correspondance, soit nationaux (ainsi à la Visitation Sainte Marie avec extension vers la Savoie), soit à l’échelle de l’Europe savante comme chez les Bénédictins42. De la sorte la cité qui abrite un couvent possédant un ou plusieurs religieux actifs en ce domaine voit son rayonnement accru.

  • 43 Annie Molinié-Bertrand, « Le clergé dans le royaume de Castille à la fin du xvie siècle. Approche c (...)
  • 44 Frédéric Meyer, Pauvreté…, op. cit., p. 170-172 ; Bernard Dompnier, Enquête au pays des frères des (...)
  • 45 Dominique Julia et Lin Donnat, « Le recrutement d’une congrégation monastique à l’époque moderne : (...)
  • 46 Jean De Viguerie, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les Pères de la Doctrine Chrétienne e (...)

17Il n’est pas nécessaire pour autant que le religieux en question soit natif du lieu. Cependant, une importante minorité est dans ce cas, et le phénomène se transforme en majorité massive quand on examine les origines géographiques des religieuses. Ce clergé est donc urbain. Cela est net en Espagne dès la fin du xvie siècle, en partie sous l’influence du poids des ordres mendiants que l’on retrouve jusque dans les plus petites cités43. Cette tendance lourde ne se modifie pas au siècle suivant. Il en est de même en France : Capucins et Récollets sont des citadins comme les Franciscains espagnols44. Chez les Bénédictins, alors que la localisation des abbayes se partage entre ville et campagne, le recrutement est urbain, ainsi dans la congrégation de Saint-Maur où, à l’exception des convers, plus des trois quarts des moines sont issus des villes45. Semblable situation se retrouve chez les Pères de la Doctrine Chrétienne : le recrutement est urbain, dans des proportions presque identiques, les novices étant même en majorité originaires de la ville où se trouve le noviciat, comme à Toulouse46.

  • 47 Dominique Dinet, Vocation et fidélité. Le recrutement des Réguliers dans les diocèses d’Auxerre, La (...)
  • 48 Joëlle Allais, Entre Terre et Ciel. Les religieuses dans le diocèse de Bayeux au xviie et au xviiie(...)
  • 49 Dominique Dinet, « Les entrées en religion à la Visitation (xviie et xviiie siècles) », Visitation (...)
  • 50 Marie-Claude Dinet-Lecomte, Les sœurs hospitalières…, op. cit., p. 220-224. En revanche les sœurs d (...)

18Sauf dans les villes les plus modestes, les femmes sont également en majorité natives du lieu de leur couvent de profession, en dehors des converses. Grâce à une étude systématique des registres de vêture, je l’ai constaté pour tous les ordres présents en Bourgogne et en Champagne47. Cela a souvent été vérifié ailleurs, aussi bien dans le diocèse de Bayeux48 que dans les monastères de la Visitation Sainte Marie (dont ceux de Paris, Caen, Amiens)49, ou chez les Augustines hospitalières50.

  • 51 Dominique Dinet, Vocation et fidélité, op. cit., p. 170-181 ; Dominique Julia et Lin Donnat, « Le r (...)

19En outre, toujours grâce aux registres de vêtures, nous savons que les uns et les autres sont issus de la meilleure société locale, en priorité du monde des offices de justice et de finances (souvent près de la moitié des effectifs), quelques-uns étant même d’origine noble (plus dans les vieilles abbayes que dans les monastères récents). Ensuite, d’importants contingents proviennent des familles de marchands, de négociants, de bourgeois, de rentiers, de notaires, d’avocats, de médecins et parfois d’artisans (maîtres plus que compagnons, et presque uniquement dans les ordres mendiants), bref des couches sociales dominantes de la cité, ce qui a l’avantage de procurer aux religieux et religieuses de solides appuis locaux, comme l’argent nécessaire à la pérennité de leurs maisons par des dons et des aumônes répétés. Certes ce tableau d’ensemble doit être nuancé selon les villes – en particulier selon leur importance – et surtout en fonction des ordres et des établissements51.

  • 52 Dominique Dinet, Vocation et fidélité, op. cit., p. 182-192 et tableaux hors texte I à VIII. Même s (...)
  • 53 Catherine Picard, « La société d’un carmel au xviie siècle : Pontoise », Revue Mabillon, 1994, p. 1 (...)
  • 54 Willem Frijhoff et Dominique Julia, « Les oratoriens de France sous l’ancien régime. Premiers résul (...)
  • 55 Isabelle Poutrin, op. cit., p. 36-37.
  • 56 Janine Fayard, Les membres du conseil de Castille à l’époque moderne (1621-1746), Droz, 1979, p. 31 (...)

20Cette forte intégration à la société locale mérite cependant un correctif, car ce ne sont pas toutes les familles parmi les élites urbaines qui donnent – ou laissent aller – des enfants à la religion, d’ailleurs souvent sur plusieurs générations, mais des groupes dévots apparentés les uns aux autres comme on peut l’observer à partir de la constitution de généalogies croisées à Auxerre, à Dijon, à Langres52, ou au carmel de Pontoise53. Sans pousser si loin l’enquête, le rôle de quelques familles dans le recrutement des réguliers – et pas seulement dans un ordre particulier, cumulé souvent avec des vocations ecclésiastiques – apparaît clairement à Riom54, ou dans un grand nombre de monastères espagnols55. Il est hautement probable qu’en poursuivant l’enquête sur les familles qui ont peuplé le Conseil de Castille et qui sont souvent alliées les unes aux autres, on trouverait des résultats similaires, d’autant qu’un nombre non négligeable de leurs enfants a embrassé l’état religieux56.

  • 57 Et même poussée à l’extrême dans quelques ordres (cisterciens de l’étroite observance, carmel décha (...)
  • 58 Ainsi les clarisses d’Entrains (en Nivernais) fermées en 1688 après quelques décennies, faute de re (...)

21Gardons-nous cependant de qualifier de « bourgeois » ou d’« aristocratique » ce clergé régulier, même si au xviie siècle, il est peu ouvert (sauf dans les ordres mendiants) à des milieux modestes, à l’inverse du siècle suivant. Sans doute dans quelques cloîtres bénédictins ou cisterciens d’hommes et de femmes, en France comme en Espagne, également dans quelques monastères prestigieux de Paris ou de Madrid, la vie n’était pas trop rude malgré les obligations de la règle. En revanche, ailleurs, la pauvreté volontaire a généralement été respectée57, si bien qu’en période d’avent et de carême, les conditions alimentaires sont parfois aussi médiocres que dans le reste de la population et lors des crises de subsistance, quelques établissements, créés avec peu de moyens et dépourvus de toute réserve, ont connu la faim et la misère avant de disparaître à la fin du siècle58. Néanmoins en écartant ces cas extrêmes, force est de constater que ces réguliers sont plus le reflet des élites urbaines que de l’ensemble de la population, ce qui peut contribuer à leur emprise sur la ville.

III – L’emprise sur la ville

22Elle est multiple : religieuse, spatiale, sociale.

  • 59 Ainsi 151 personnes, dont 74 femmes et 22 enfants, sont inhumées chez les cordeliers de Dijon entre (...)
  • 60 Ces dernières sont les mieux connues. À ce sujet : Louis Châtellier, L’Europe des dévots, op. cit. (...)
  • 61 Outre Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, Desclée de Brouwer, 1994, t. I, p. 90- (...)
  • 62 Hervé Barbin et Jean-Pierre Duteil, « Miracle et pèlerinage au xviie siècle », Revue d’Histoire de (...)

23Non seulement les couvents offrent souvent un nombre très élevé de lieux de culte où l’on peut suivre les offices dans une partie de la chapelle séparée de la clôture, se confesser, se faire inhumer parfois (mais la place se fait de plus en plus rare dès le xviie siècle)59, mais encore ils accueillent une partie des confréries de métiers et de dévotion de la cité, sans oublier les tiers-ordres chez les Mendiants ou les congrégations mariales des Ursulines et des Jésuites60... Ajoutons enfin qu’en ce siècle imprégné de merveilleux, la soif du miracle, attendu de l’intercession de religieux ou religieuses morts en réputation de sainteté comme Marie de l’Incarnation (Madame Acarie) au carmel de Pontoise61 ou le Père Honoré de Paris à Chaumont-en-Bassigny62 et, plus généralement, le culte des reliques, souvent aux mains des communautés religieuses, attirent une masse importante de fidèles, surtout jusque vers 1660-1670, venus non seulement de la cité qui abrite le monastère et de ses environs, mais également de beaucoup plus loin.

24Mais l’emprise des couvents sur la ville se voit au préalable et se mesure sur le terrain, avec les enclos de chacun comprenant, à l’abri des murs de clôture, fréquemment un jardin ou un potager (ou les deux), des bâtiments plus ou moins développés, plus ou moins ordonnés autour d’un cloître (quand il a pu être réalisé, ce qui n’est pas le cas au xviie siècle de toutes les fondations récentes) et dominés par la chapelle dont la façade s’efforce par son décor d’expliquer aux passants les gloires, les vertus et les symboles de l’ordre d’appartenance.

  • 63 Plusieurs exemples en Bourgogne et Champagne dans Dominique Dinet, Religion…, op. cit., p. 256-263.

25Leur multiplication au cours du siècle augmente naturellement leur pression sur la surface disponible dans des cités encore majoritairement délimitées par de solides murailles, d’autant qu’au fil des ans les communautés cherchent à acquérir de nouvelles parcelles, pour réaliser une sorte d’enclos idéal, sur le modèle des abbayes médiévales, ou des maisons de rapport, pour se procurer des ressources stables grâce à des loyers. Mais toutes n’y parviennent pas, car ces opérations sont longues, difficiles (elles suscitent fréquemment des conflits), coûteuses, et il y a comme une résistance du parcellaire à toute modification, particulièrement au centre des villes, d’où de nombreux monastères inachevés, juxtaposant et réutilisant d’anciennes habitations transformées de bric et de broc63.

  • 64 À condition de les avoir, ce qui n’est pas toujours le cas en France comme en Espagne. Voir à ce pr (...)
  • 65 Dominique Dinet, Religion…, op. cit., p. 268-269.
  • 66 Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers…, op. cit., t. I, p. 252.
  • 67 Elena Catalan Martinez, « La formación de la propriedad burguesa en una ciudad mercantil. Bilbao (1 (...)
  • 68 Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, Mouton, 1975, p. 619 (estim (...)
  • 69 Gwenaëlle Rozier de Linage, Les couvents…, op. cit., p. 53. En outre ce patrimoine est inégalement (...)
  • 70 Maximiliano Barrio Gozalo, « La economia monastica en la Castilla interior durante la epoca moderna (...)

26Dans ces conditions, la superficie détenue par les religieux et religieuses dépasse toujours notablement leur importance numérique dans la population. En la calculant d’après les plans et les documents fiscaux de l’époque64, elle est généralement comprise entre 10 et 20 % du sol, proportion atteinte à Dijon65. Notons que les contemporains raisonnaient autrement, soit en examinant le pourcentage des habitations détenues par les réguliers dans la cité (16 % à Angers par exemple)66, soit en considérant la part de ceux-ci dans l’ensemble de la propriété immobilière urbaine (en valeur), ce qui était plus significatif et alimentait les débats sur la richesse des couvents, généralement de façon exagérée. Cependant, si on frôlait les 10 % à Bilbao67, on se rapprochait plus souvent des 20 % comme à Caen68, et on les dépassait à Saragosse. En fait, ce qui choquait le plus, même si cela se voyait moins, était l’importance du patrimoine immobilier locatif aux mains des maisons religieuses, particulièrement en Espagne. Celles-ci détenaient 547 habitations à Séville69, 592 à Ségovie70

27En ne considérant que les enclos faciles à observer sur les plans de l’époque et visibles pour les contemporains, on s’aperçoit cependant que leur répartition n’est pas uniforme sur le territoire urbain, même si les différences sont nombreuses d’une ville à l’autre, en fonction de son site, de son importance et de son histoire propre. Le plus souvent, la présence des réguliers est plus faible au centre des villes, plus importante à la périphérie. On l’observe à Caen, à Paris, à Dijon, à Bordeaux, à Valladolid… Le centre est trop resserré, trop étroit pour les abriter, car il est essentiellement composé de parcelles minuscules, voué à des activités économiques intenses à travers une multitude de boutiques, d’échoppes et de petits ateliers. L’espace religieux est alors dominé par la cathédrale, le chapitre, un vieil hôtel-Dieu, quelques paroisses. Juste en bordure de ce noyau central, les couvents de mendiants se sont installés à partir du xiiie siècle, si bien que plusieurs de ces monastères ont accueilli, tels ceux des cordeliers, les assemblées périodiques des institutions municipales (ou provinciales) qui ne se sont dotés de locaux propres qu’à partir des xvie et xviie siècles. En outre à la périphérie (de l’époque médiévale), de grandes abbayes, souvent bénédictines, comme Saint Germain-des-Prés ou Saint Martin-des-Champs à Paris, occupaient de vastes terrains aux limites de zones encore vouées à l’agriculture, que la croissance urbaine ultérieure engloba dans la cité.

  • 71 Dominique Dinet, Religion…, op. cit., p. 270-272.
  • 72 Voir le plan légèrement postérieur (1733) publié par Bernard Peyrous, op. cit., t. II à la fin du v (...)
  • 73 Plan (vers 1580) reproduit par Bartolomé Bennassar, op. cit., p. 137 (hors-texte).
  • 74 Cela est vrai également à Madrid, dont la croissance ne s’affirme qu’après 1561 (date de son choix (...)

28En fonction de cette recherche de terrains disponibles et de moindre coût, de parcelles plus vastes, peu bâties (pour faciliter les démolitions préalables), religieux et religieuses de l’époque post-tridentine se sont établis de préférence dans des zones de moindre densité humaine, près de la périphérie du moment. Cette loi du marché foncier s’est imposée à Dijon71 comme à Bordeaux (jésuites et capucins près de Sainte-Croix, ursulines, annonciades, visitandines et autres sur la paroisse Sainte Eulalie)72, ou à Valladolid (avec une préférence pour les terrains proches du Pisuerga et du Baguava)73. Une telle situation se retrouve à Paris74, en particulier sur la rive gauche, près du faubourg Saint-Germain et au faubourg Saint-Jacques, à proximité de la Sorbonne et des vieilles abbayes de Sainte-Geneviève et de Saint-Victor, d’où des enclos parfois juxtaposés avec les bénédictines du Val-de-Grâce, les cisterciennes de Port-Royal (repliées puis coupées de celles des Champs), les ursulines, les carmélites (aidées par Mesdames Acarie et de Sainte-Beuve), les jacobins, les jésuites et des communautés séculières (Miramionnes…).

  • 75 Voir un plan de 1776 publié en annexe par John Mc Manners, French Ecclesistical Society under the A (...)

29Ajoutons que les couvents des ordres mendiants récents (capucins, carmes déchaux…), vu leur maigre capital de fondation et malgré leur volonté d’être au cœur des villes au contact des populations, ont dû assez souvent s’installer à l’extérieur des cités. Tel est le cas à Angers pour les capucins, les minimes et les récollets75, à Dijon, à Auxerre pour les capucins. De même, à la fois pour des raisons d’hygiène publique et pour trouver l’espace nécessaire, des hôpitaux fondés alors et desservis par des communautés religieuses, comme Saint-Louis à Paris, ont été repoussés au-delà des limites urbaines du moment.

  • 76 Gwenaëlle Rozier de Linage, op. cit., doc. 2 en annexe.
  • 77 Julian Montemayor, Tolède entre fortune et déclin. 1530-1640, PULIM, Limoges, 1996, p. 311.

30Bien entendu, des nuances s’observent ici et là. A Séville, si les réguliers sont rares à proximité de la cathédrale et de l’Alcazar, peu nombreux à l’extrême nord, leur présence est forte et relativement uniforme ailleurs76. A Lyon, à Langres ou à Ségovie, des contraintes de site ont pesé sur leur répartition, tandis qu’à Avila, d’imposantes murailles, non déplacées depuis le xie siècle, ont obligé à une installation fréquente autour de la ville. Inversement, à Tolède, les implantations se sont effectuées sur presque toute l’étendue de la ville à l’intérieur des remparts77.

  • 78 Dominique Dinet, Religion…, op. cit., p. 441-464. Il convient de noter l’engagement volontaire en r (...)
  • 79 Ibid., p. 348-360, 410-420 et 613-623. Pour Bordeaux : Bernard Peyrous, op. cit., p. 833-842.
  • 80 Cet artiste eut la clientèle la plus variée, depuis la Cour et quelques grandes familles (comme les (...)
  • 81 Henry Ronot, Richard et Jean Tassel, peintres à Langres au xviie siècle, Nouvelles Editions Latines (...)
  • 82 Paul Guinard, Zurbaran et les peintres espagnols de la vie monastique, 2e éd., s. l., 1988.

31Dernière forme d’emprise sur la ville, l’impact social et économique de ces maisons religieuses, trop souvent oublié aujourd’hui. Or l’importance numérique des communautés (jusqu’à 70-80 personnes, pas toutes valides) conduit à utiliser de nombreux domestiques dont la modicité des gages facilite l’embauche. A Dijon, 150 à 200 personnes trouvent ainsi constamment un emploi (pour la cuisine, les lessives, le jardin, les gros travaux…)78. De même les couvents constituent une clientèle de choix pour des fournisseurs de denrées de première nécessité (céréales, viandes, tissus…), pour des médecins et chirurgiens comme pour une masse d’artisans, d’ouvriers du bâtiment (maçons, charpentiers, menuisiers, couvreurs, serruriers, plâtriers, peintres…), de facteurs d’orgue, d’artistes… Partout, les travaux de construction et de rénovation, les embellissements successifs sont continuels et étalés sur le siècle entier79. Des ateliers comme ceux de Simon Vouet à Paris80, de Jean Boucher à Bourges, des Tassel à Langres81 ou de Zurbaran à Séville82 ont vécu en plus ou moins grande partie grâce aux commandes monastiques.

***

  • 83 Cité par Marcelin Defourneaux, L’Espagne au Siècle d’Or, Hachette, rééd., 1996, p. 124 qui ajoute l (...)

32En définitive, les ordres religieux représentent un des éléments constitutifs des villes catholiques du xviie siècle, en France comme en Espagne et ailleurs. Cela frappait tous les visiteurs étrangers, tel ce polonais, Jacques Sobieski, découvrant Tolède en 1611, qui estimait que « les églises seules avec les monastères semblent constituer toute la ville83 ». Inversement, il n’y a pas de ville sans monastère.

  • 84 Allocution de Michel Giraud, président du Conseil régional d’Ile-de-France, au colloque « Abbayes, (...)

33Leur importante expansion jusque vers 1660, à la fois appréciée et contestée, facilitée par leur insertion locale, a contribué en son temps à animer la vie de la cité (jusque par ses sonneries de cloches), mais aussi à façonner l’urbanisme de la période. De bons observateurs du monde actuel, gestionnaires plus qu’historiens, voyaient d’ailleurs dans ce monde ecclésiastique le « principal aménageur régional, […] générateur d’emplois qui réinvestissait ses surplus, c’est-à-dire qu’il créait la richesse », insistant sur son avantage par rapport à d’autres institutions, en ce sens qu’il agissait « dans la durée, dans la longue durée84 ».

  • 85 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598-1701), Droz, 1984. Voir (...)

34Sans doute pourrait-on trouver des ombres au tableau présenté sommairement ici. De multiples sondages dans les archives montrent aisément que tout n’était pas parfait à l’abri de la clôture. La littérature s’en faisait même l’écho, tout en reprenant la vieille tradition anticléricale du Moyen Age, en dénonçant la richesse des couvents, le caractère profane de certaines fêtes qui s’y déroulaient, en évoquant en Espagne le galenteo de monjas ou l’art de faire la cour aux religieuses, thème repris jusque dans La vie de l’aventurier Don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous de Francisco de Quevedo (1626, adapté en français dès 1633). Il est cependant significatif qu’à la même époque, en France, on publie infiniment plus de vies de fondateurs ou de fondatrices d’instituts, de religieux et de religieuses exemplaires que d’ouvrages satiriques contre les moines85. L’indignité de quelques-uns ne saurait ébranler l’institution que personne ne conteste en pays catholique.

Notes

1 Voyages du P. Labat, de l’ordre des frères Prêcheurs, en Espagne et en Italie, Paris, 1730, cité par Bartolomé et Lucile Bennassar, dans Le voyage en Espagne. Anthologie des voyageurs français et francophones du xvie au xixe siècle, Coll. Bouquins, R. Laffont, 1998, p. 420.

2 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social, SEDES, 1983, t. I, p. 88.

3 Pour une vision européenne plus large : Dominique Dinet, « Abbayes, couvents et monastères dans l’espace urbain des cités de l’Europe moderne », Mélanges offerts au Recteur Jean-Pierre Poussou (sous presse aux PUPS).

4 Cette liste n’est pas limitative.

5 Il y a deux ordres d’annonciades : celles dites « célestes » (à l’habit bleu) fondées à Gênes en 1604 par Marie-Victoire Fornari et antérieurement (1502) les filles de Jeanne de France ou « Ordre de la Vierge Marie » (à l’habit rouge). Sur ces dernières : Jeanne de France et l’Annonciade, Actes du Colloque de Paris réunis par Dominique Dinet, Pierre Moracchini et sœur Marie-Emmanuel Portebos, Le Cerf, 2004.

6 Dominique Dinet, Religion et Société. Les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin xvie-fin xviiie s.), Publications de la Sorbonne, 1999, p. 43-237.

7 Ibid., p. 153-167 (pour la Bourgogne). Cet aspect est rarement souligné, d’où l’intérêt de Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle. Les franciscains récollets de la province de Lyon aux xviie et xviiie siècles, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1997, p. 68-76.

8 Bernard Peyrous, La Réforme catholique à Bordeaux (1600-1719). Le renouveau d’un diocèse, Fédération Historique du Sud-Ouest, Bordeaux, 1995 et Philippe Loupès, L’apogée du catholicisme bordelais. 1600-1789, Mollat, 2001, p. 84-99.

9 Bartolomé Bennassar, Valladolid au Siècle d’Or, Mouton, 1967, p. 188-189 et surtout Maximiliano Barrio Gozalo, Segovia, ciudad conventual, Universidad de Valladolid, 1995 et « El clero regular : Monasterios y conventos », Historia de la Diócesis de Valladolid, Valladolid, 1996, p. 191-214.

10 Gwenaëlle Rozier de Linage, Les couvents et les institutions religieuses de Séville, Mémoire de maîtrise, multigr., Université Marc Bloch, Strasbourg, 2003, p. 22-30. Voir aussi Maria Teresa Perez Cano, Patrimonio y ciudad. El sistema de los conventos de clausura en el centro histórico de Sevilla, Universidad de Sevilla, 1999. Les fondations plus nombreuses au xvie siècle qu’au xviie se retrouvent dans la majorité des villes d’Espagne où le poids des ordres mendiants est plus important qu’en France.

11 On notera qu’ultérieurement, sous le régime de l’édit de Nantes, dans les villes à forte majorité calviniste comme Nîmes – les ¾ de la population vers 1620 – les implantations monastiques demeurèrent rares malgré les efforts épiscopaux (Robert Sauzet, Contre-Réforme et réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au xviie siècle, Nauwelaerts, Louvain, 1975).

12 Et parfois précaires : à Dijon, les jésuites et les minimes, établis en 1581 et 1594, sont chassés en 1595, du fait de leurs sympathies ligueuses. Ils sont cependant rappelés en 1603 et 1616.

13 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, Enghien-Wetteren, 1956, t. IV, col. 1436-1437.

14 Marc Carnier, « Les couvents des annonciades d’Anvers et de Bruxelles… », Jeanne de France et l’Annonciade, op. cit., p. 226-227.

15 Alain Lottin, Lille citadelle de la Contre-Réforme ? (1598-1668), Les Editions des Beffrois, Dunkerque, 1984, p. 116-127. On passe à Lille de 10 communautés en 1588 à 27 en 1667.

16 Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, SEVPEN, 1960, t. I, p. 235-236.

17 Pierre Deyon, Amiens capitale provinciale. Etude sur la société urbaine au xviie siècle, Mouton, 1967, p. 365-366.

18 Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Presses de l’Université d’Angers, 1984, t. II, p. 142.

19 Dominique Dinet, Religion et société, op. cit., p. 245.

20 Bernard Peyrous, La Réforme…, op. cit., p. 505-511.

21 Voir sa Restauració Politica de España, Madrid, 1619, assez prudente cependant.

22 Dominique Dinet, Religion et société, op. cit., p. 64-65.

23 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle, op. cit., p. 71-74.

24 Dominique Dinet, « Les dots de religion en France aux xviie et xviiie siècles », Les Églises et l’argent, Colloque de l’AHMUF, Paris, 1989, p. 40-42.

25 Jean-Pierre Gutton, « Le cahier de doléances de la noblesse du Beaujolais aux États généraux de 1649 », Revue Historique, 1975, repris dans Pauvreté, Cultures et Ordre social. Recueil d’articles, Lyon, 2006, p. 255-256. La noblesse réclame également la préférence pour ses enfants pour les entrées en religion.

26 Roland Mousnier, Jean-Pierre Labatut, Yves Durand, Problèmes de stratification sociale. Deux cahiers de la noblesse pour les états généraux de 1649-1651, PUF, 1965, p. 138-139.

27 Christian Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834), Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 1988, p. 32-33 ; Id., « La fiscalité monarchique sur l’Église d’Espagne », Les Églises et l’argent, op. cit., p. 16-17.

28 Guy du Rousseaud de la Combe, Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale, Paris, 1771, III, p. 135-136. Notons que les créations récentes furent également astreintes à produire leur autorisation devant les juges royaux sous peine de fermeture.

29 Les attentes de Vincent de Paul (et des autres fondateurs) invitant les Filles de la Charité à être plus vertueuses que « les filles de Sainte-Marie » [= les visitandines, religieuses modèles pour l’époque] n’ont pas été déçues : dans leur immense majorité elles renouvellent leurs vœux jusqu’à leur mort, ce qui nous autorise à les assimiler à de « vraies » religieuses, au sens canonique.

30 À noter que les chanoines réguliers, tels les Génovéfains en France et les Prémontrés dans les deux pays, assurent également la desserte de paroisses.

31 Belle description de celle donnée à Anvers aux Pays-Bas espagnols par les Jésuites dans : Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Flammarion, 1987, p. 70-72. On peut retrouver d’autres exemples dans toutes les villes possédant un carmel ou un établissement jésuite.

32 P. Raoul de Sceaux, « Les capucins au service des pestiférés en France au xviie siècle », Miscellanea Melchior de Pobladura, Rome, 1964, t. II, p. 189-209. En réalité la plupart des ordres religieux ont la même attitude, ainsi les Charitains en Espagne : voir Gabriele Russotto, Saint Jean de Dieu et son ordre hospitalier, Paris, 1982, t. I, p. 153.

33 Bernard Peyrous, La Réforme…, op. cit., p. 347.

34 Marie-Claude Dinet-Lecomte, Les sœurs hospitalières en France aux xviie et xviiie siècles. La charité en action, Honoré Champion, 2005. De telles religieuses n’existent pas alors en Espagne.

35 Bartolomé Bennassar, Valladolid…, op. cit., p. 147.

36 Mme de Sévigné, Correspondance, éd. R. Duchêne, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1974, t. I, p. 164.

37 À peine 2 % pour la fin du xvie siècle en Espagne, selon Annie Molinié-Bertrand, dans Au siècle d’Or : l’Espagne et ses hommes, Economica, 1985, p. 351.

38 Bartolomé Bennassar, Valladolid…, op. cit., p. 390.

39 Alain Lottin, Lille…, op. cit., p. 117 (en raisonnant à partir d’une population de 50000 habitants).

40 Dominique Dinet, Religion…, op. cit., p. 396 (à partir de données postérieures).

41 Isabelle Poutrin, Le voile et la plume. Autobiographie et sainteté féminine dans l’Espagne moderne, Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 1995.

42 À ce sujet la liste des correspondants de Mabillon, de Rancé, de Jeanne de Chantal ou du carmel de Beaune est éloquente.

43 Annie Molinié-Bertrand, « Le clergé dans le royaume de Castille à la fin du xvie siècle. Approche cartographique », Revue d’Histoire Economique et Sociale, 1973, p. 6-53.

44 Frédéric Meyer, Pauvreté…, op. cit., p. 170-172 ; Bernard Dompnier, Enquête au pays des frères des anges. Les Capucins de la province de Lyon aux xviie et xviiie siècles, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1993, p. 284-285.

45 Dominique Julia et Lin Donnat, « Le recrutement d’une congrégation monastique à l’époque moderne : les bénédictins de Saint-Maur », dans Saint-Thierry. Une abbaye du vie au xxe siècle, 1979, p. 578-581.

46 Jean De Viguerie, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les Pères de la Doctrine Chrétienne en France et en Italie. 1592-1792, Les Editions de la Nouvelle Aurore, 1976, p. 213-214.

47 Dominique Dinet, Vocation et fidélité. Le recrutement des Réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie s.), Economica, 1988, p. 143-156.

48 Joëlle Allais, Entre Terre et Ciel. Les religieuses dans le diocèse de Bayeux au xviie et au xviiie siècles, Thèse de Doctorat, Université de Caen, multigr., 1999.

49 Dominique Dinet, « Les entrées en religion à la Visitation (xviie et xviiie siècles) », Visitation et visitandines aux xviie et xviiie siècles, Etudes réunies par Bernard Dompnier et Dominique Julia, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, p. 185-186.

50 Marie-Claude Dinet-Lecomte, Les sœurs hospitalières…, op. cit., p. 220-224. En revanche les sœurs des nouvelles communautés séculières de la fin du siècle sont davantage issues du monde rural, tendance qui s’amplifie au siècle suivant.

51 Dominique Dinet, Vocation et fidélité, op. cit., p. 170-181 ; Dominique Julia et Lin Donnat, « Le recrutement… », art. cit., p. 582-584 ; Jean de Viguerie, op. cit., p. 224-229 ; Marie-Thérèse Notter, Les ordres religieux féminins blésois. Leurs rapports avec la société. 1580-1670, Thèse de IIIe cycle, Université de Tours, multigr., 1982 ; Marie-Ange Duvignacq-Glessgen, L’ordre de la Visitation à Paris aux xviie et xviiie siècles, Le Cerf, 1994, p. 91-98. Dans de minuscules cités des deux pays, quelques rares religieux et religieuses de chœur sont issus du monde rural, souvent des enfants de laboureurs, mais il y en a davantage parmi les convers et converses.

52 Dominique Dinet, Vocation et fidélité, op. cit., p. 182-192 et tableaux hors texte I à VIII. Même situation à Blois (Marie-Thérèse Notter, op. cit., p. 191-312) et à Amiens (Pierre Deyon, op. cit., p. 553-558).

53 Catherine Picard, « La société d’un carmel au xviie siècle : Pontoise », Revue Mabillon, 1994, p. 181-192.

54 Willem Frijhoff et Dominique Julia, « Les oratoriens de France sous l’ancien régime. Premiers résultats d’une enquête », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXV, 1979, p. 254-258.

55 Isabelle Poutrin, op. cit., p. 36-37.

56 Janine Fayard, Les membres du conseil de Castille à l’époque moderne (1621-1746), Droz, 1979, p. 316-318 et 329-333 relève un minimum de 13 % des filles entrées au couvent et de nombreux garçons dans les différents ordres religieux.

57 Et même poussée à l’extrême dans quelques ordres (cisterciens de l’étroite observance, carmel déchaussé…).

58 Ainsi les clarisses d’Entrains (en Nivernais) fermées en 1688 après quelques décennies, faute de ressources suffisantes (Dominique Dinet, Religion…, op. cit., p. 162-164). D’autres monastères du même ordre traînent une existence lamentable avant leur fermeture au début du xviiie siècle : Philippe Loupès, « La condition matérielle des clarisses du Sud-Ouest de la France aux xviie et xviiie siècles », dans Sainte Claire d’Assise et sa postérité, VIIIe centenaire de Sainte Claire, Actes du Colloque de l’UNESCO, réunis par Geneviève Brunel, Dominique Dinet et al., 1995, p. 251-264.

59 Ainsi 151 personnes, dont 74 femmes et 22 enfants, sont inhumées chez les cordeliers de Dijon entre 1630 et 1689.

60 Ces dernières sont les mieux connues. À ce sujet : Louis Châtellier, L’Europe des dévots, op. cit. En outre, les autres confréries ont trop souvent été étudiées à partir d’une source unique, les procès-verbaux de visite pastorale, qui privilégient les paroisses.

61 Outre Jean-Dominique Mellot, Histoire du Carmel de Pontoise, Desclée de Brouwer, 1994, t. I, p. 90-99, voir Albrecht Burkardt, Les clients des saints. Maladie et quête du miracle à travers les procès de canonisation de la première moitié du xviie siècle en France, Ecole française de Rome, 2004.

62 Hervé Barbin et Jean-Pierre Duteil, « Miracle et pèlerinage au xviie siècle », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXI, 1975, p. 246-256.

63 Plusieurs exemples en Bourgogne et Champagne dans Dominique Dinet, Religion…, op. cit., p. 256-263.

64 À condition de les avoir, ce qui n’est pas toujours le cas en France comme en Espagne. Voir à ce propos les remarques de Bartolomé Bennassar, Valladolid…, op. cit., p. 401.

65 Dominique Dinet, Religion…, op. cit., p. 268-269.

66 Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers…, op. cit., t. I, p. 252.

67 Elena Catalan Martinez, « La formación de la propriedad burguesa en una ciudad mercantil. Bilbao (1700-1850) », dans Fiorenzo Landi éd., Accumulation and dissolution of large estates of the regular clergy in early modern Europe, Rimini, 1999, p. 172.

68 Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, Mouton, 1975, p. 619 (estimation valable dès la fin du xviie siècle).

69 Gwenaëlle Rozier de Linage, Les couvents…, op. cit., p. 53. En outre ce patrimoine est inégalement réparti entre les établissements religieux : ainsi à Valladolid seules quelques communautés masculines sont bien pourvues, en particulier les dominicains de San Pablo.

70 Maximiliano Barrio Gozalo, « La economia monastica en la Castilla interior durante la epoca moderna », dans Accumulation…, op. cit., p. 54, valeur estimée vers 1750, soit 24,4 % des immeubles de la ville. Un record, semble-t-il.

71 Dominique Dinet, Religion…, op. cit., p. 270-272.

72 Voir le plan légèrement postérieur (1733) publié par Bernard Peyrous, op. cit., t. II à la fin du volume.

73 Plan (vers 1580) reproduit par Bartolomé Bennassar, op. cit., p. 137 (hors-texte).

74 Cela est vrai également à Madrid, dont la croissance ne s’affirme qu’après 1561 (date de son choix comme capitale). 31 monastères y sont fondés entre 1598 et 1665 et se sont implantés en priorité dans les faubourgs (à peine visibles sur le plan de Teixeira, 1656).

75 Voir un plan de 1776 publié en annexe par John Mc Manners, French Ecclesistical Society under the Ancien Régime. A Study of Angers in the Eighteenth Century, Manchester, 1960.

76 Gwenaëlle Rozier de Linage, op. cit., doc. 2 en annexe.

77 Julian Montemayor, Tolède entre fortune et déclin. 1530-1640, PULIM, Limoges, 1996, p. 311.

78 Dominique Dinet, Religion…, op. cit., p. 441-464. Il convient de noter l’engagement volontaire en religion de quelques-uns de ces domestiques, avec statut particulier comme « donné » et « tourière ».

79 Ibid., p. 348-360, 410-420 et 613-623. Pour Bordeaux : Bernard Peyrous, op. cit., p. 833-842.

80 Cet artiste eut la clientèle la plus variée, depuis la Cour et quelques grandes familles (comme les Séguier) jusqu’aux paroisses (Saint Nicolas-des-Champs, Saint-Eustache…) et aux couvents (jésuites). On lui doit aussi un portrait de la seconde fille de Madame Acarie, en carmélite.

81 Henry Ronot, Richard et Jean Tassel, peintres à Langres au xviie siècle, Nouvelles Editions Latines, 1990.

82 Paul Guinard, Zurbaran et les peintres espagnols de la vie monastique, 2e éd., s. l., 1988.

83 Cité par Marcelin Defourneaux, L’Espagne au Siècle d’Or, Hachette, rééd., 1996, p. 124 qui ajoute les propos d’un autre visiteur selon lesquels « les monastères suffiraient à eux seuls à composer une grande ville ».

84 Allocution de Michel Giraud, président du Conseil régional d’Ile-de-France, au colloque « Abbayes, prieurés et communautés religieuses en Ile-de-France », publiée dans Paris et Ile-de-France. Mémoires, t. 48, Paris, 1997, p. 20.

85 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598-1701), Droz, 1984. Voir aussi Jeanne Ponton, La religieuse dans la littérature française, Québec, 1969, p. 370-373.

Notes de fin

1 Initialement paru dans Les sociétés urbaines au xviie siècle, Angleterre, France, Espagne, J.P. Poussou et P. Evanno (dirs.), Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, Paris, 2007, p. 208-219.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search