Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Familles nombreuses et engagement religieux (XVIIe-XVIIIe siècles)

(2007)1

Texte intégral

  • 1 Initialement paru dans Histoire des familles, de la démographie et des comportements en hommage à J (...)
  • 1 Fernand Boulard, Essor ou déclin du clergé français ? Paris, 1950, p. 149.
  • 2 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, 198 (...)

1En 1950, Fernand Boulard, un des pionniers de la sociologie religieuse historique, estimait que la famille était le facteur fondamental d’éveil des vocations sacerdotales, à deux conditions : « sa solidité chrétienne et sa fécondité1 ». Si la première condition avancée était une évidence, la seconde mettait en valeur la dimension de la famille, laissant entendre, sans chercher à donner d’autre précision, qu’un nombre d’enfants élevé au sein d’un foyer était un élément indispensable pour fournir des sujets à l’Église. Comme en écho, en 1983, Jean-Pierre Bardet, en se plaçant à un autre poste d’observation, à l’opposé, envisageait les couvents comme un « exutoire » quasi nécessaire à la forte fécondité des Rouennaises du xviie et du début du xviiie siècle2.

2Si une relation de cause à effet entre des familles nombreuses et un engagement religieux peut apparaître assez facilement au vu d’exemples précis à différentes époques, il est en revanche beaucoup plus délicat d’établir comme une loi générale en ce domaine, car il existe aussi des familles chrétiennes dont aucun enfant n’a embrassé l’état religieux. En outre, en y regardant de plus près, l’enquête révèle vite une multitude de difficultés, car on ne peut se contenter d’opposer quelques cas singuliers, même si de tels foyers demeurent des illustrations indispensables.

  • 3 On ne considérera que les sources conservées aujourd’hui, fort nombreuses au demeurant.
  • 4 Il y a 12 paroisses à Auxerre, 7 à Autun, 5 à Moulins, davantage dans les grandes cités : 16 à Bord (...)
  • 5 En Tonnerrois après 1750, à près de 200 km de Paris, nous observons des décès de nourrissons parisi (...)

3Il faut d’abord s’entendre sur le terme de famille nombreuse. Quelle dimension du foyer doit-on prendre en considération ? La question nous ramène aux sources et aux aléas de la documentation3 : en effet, grâce à la bonne tenue des registres de baptêmes, généralement dès le xviie siècle, nous pouvons souvent retrouver toutes les naissances d’un ménage mais le mauvais enregistrement (parfois jusqu’au début du xviiie) des sépultures des nourrissons nous gêne pour apprécier convenablement la dimension réelle des familles (puisque du fait de l’énorme mortalité infantile et juvénile tous les enfants ne parviennent pas à l’âge adulte, si bien qu’un couple ayant eu douze naissances, par exemple, peut très bien n’en avoir que quatre ou cinq capables à leur tour de fonder un foyer), sans compter ceux qui nous échappent à la naissance comme au décès du fait de la mobilité des couples, soit à travers les paroisses d’une ville même « moyenne4 », soit entre la ville et la campagne, soit sur des espaces plus vastes, problème accru si des enfants ont été envoyés en nourrice assez loin5. Il y a donc au préalable un très lourd travail de reconstitution des familles. Néanmoins avec un peu de chance, dans quelques cas, de bonnes généalogies apportent une aide précieuse, encore faut-il s’assurer de leur qualité.

  • 6 À défaut ou en complément, les registres des insinuations ecclésiastiques sont des plus précieux. J (...)
  • 7 On y assimilera les congrégations séculières (sans vœux perpétuels) d’hommes et de femmes (celles-c (...)
  • 8 Même si l’évêque du lieu, étant dans la plupart des cas juridiquement le supérieur de ces maisons, (...)

4Quant à l’engagement religieux, il n’est pas plus facile à observer, étant donné la dispersion des sources. Car dans les pays catholiques, il convient de se pencher à la fois vers le clergé « séculier » (prêtres des paroisses, curés, chanoines…) pour lequel on dispose de registres d’ordinations tenus généralement dans chaque diocèse6 et vers le clergé « régulier » (moines, religieux, religieuses…)7. De ce côté, chaque ordre a son recrutement particulier, avec chez les femmes (sauf dans les congrégations à supérieure générale comme les Filles de la Charité ou les Filles de la Sagesse), une autonomie complète au niveau de chaque établissement8.

  • 9 Sans exclure cependant une petite marge d’erreur qu’il serait trop long d’envisager ici.

5Heureusement le handicap se transforme parfois en avantage ! Quand dans une ville nous possédons au moins la majorité des registres de vêtures et de professions religieuses des différentes communautés, nous pouvons alors observer les choix individuels : tel garçon se dirige vers les capucins, tel autre chez les dominicains ou les jésuites, telle fille entre chez les carmélites, telle autre chez les ursulines ou les clarisses… ou encore chez les augustines de l’hôtel-Dieu. Néanmoins une information exhaustive sur l’ensemble des ordres et congrégations demeure tout à fait exceptionnelle, aussi bien en un lieu donné que sur une longue période (même un demi-siècle). À défaut, des états nominatifs dressés à des dates diverses et des registres de sépultures peuvent fournir d’utiles compléments9.

  • 10 Comme celle de Claude Muller en Alsace, présentée à notre séminaire à Strasbourg et objet d’un arti (...)
  • 11 En conservant à ce mot un sens très général, pour ne pas entrer dans une discussion qui nous écarte (...)

6Sans prétendre épuiser ici le sujet qui exige une connaissance et un croisement des sources « démographiques » et des sources « religieuses », contentons-nous modestement, à l’aide des travaux existants et de quelques enquêtes en cours10, d’envisager successivement ces familles nombreuses et fertiles en « vocations11 » sacerdotales et/ou religieuses, puis sur le fait qu’il y a eu sans doute davantage de familles nombreuses qui n’ont pas eu d’enfants dans le clergé, même aux xviie et xviiie siècles, et qu’en définitive ces familles plus portées vers le monde ecclésiastique que d’autres constituent peut-être une microsociété relativement originale dont nous nous efforcerons de définir les traits majeurs.

***

  • 12 Archives départ. [désormais A.D.] Haute-Marne, 22 J 8 et 1 Mi 123 R 2 (archives des annonciades cél (...)
  • 13 A.D. Haute-Marne, 22 J 3, généalogie vérifiée par les registres paroissiaux de Dijon, les professio (...)
  • 14 Archives Communales [désormais A.C.] Auxerre, registres paroissiaux de Saint Mamert et Saint Eusèbe (...)
  • 15 A.C. Auxerre, reg. paroissiaux de Saint Renobert, Saint Pierre en Vallée et Saint Pierre en Château (...)

7Pour illustrer notre propos, livrons tout d’abord quelques exemples (souvent inédits) de ces couples dont l’abondante progéniture a honorablement contribué au recrutement du clergé. À Langres, le ménage de l’avocat François Petitjean et de Marguerite Genuyt, constitué en 1662, a eu onze enfants, nés entre 1663 et 1686. Sept seulement sont parvenus à l’âge adulte. Parmi eux, deux garçons ont contracté les liens du mariage, tandis que deux autres, dont l’aîné, sont devenus prêtres et que deux filles sont entrées en 1684 et 1691 chez les annonciades de la ville12. À Dijon, l’engagement religieux de la postérité du baron Etienne de Clugny (né à Avallon en 1664), conseiller au parlement, et de son épouse Christine Lefoul est encore plus patent : sur huit enfants dont deux filles mortes après quelques semaines, le fils aîné devint chanoine, une fille, Jeanne, prit le voile chez les ursulines de Châtillon-sur-Seine et trois autres fils entrèrent l’un à Cîteaux, l’autre à l’Oratoire et le dernier chez les jésuites13. Aussi éloquent est le destin des sept enfants du président au bailliage d’Auxerre, Claude Briand de Forbois, marié en 1690 à Anne Martineau : si la fille aînée, Marie Anne, puis son frère François se sont établis dans le monde et ont eu une postérité, trois autres filles sont devenues ursulines à Auxerre et les deux derniers fils furent jésuites14. Que dire enfin en voyant six des seize enfants (mais au mieux quatorze, après deux décès sûrs en bas âge) du ménage Edme Grasset – Louise Borne (unis à Auxerre en 1702) se diriger vers différents cloîtres : trois garçons chez les bénédictins de Saint-Maur (dont un comme frère convers), une fille chez les augustines de l’hôtel-Dieu, une autre chez les ursulines de la ville et un autre fils chez les cisterciens de Reigny15 ?

  • 16 Claude Muller, op. cit. (à paraître).
  • 17 Philippe Loupès, « Milieu capitulaire et carrières canoniales en Guyenne aux xviie et xviiie siècle (...)

8Loin de constituer une originalité bourguignonne ou champenoise de telles familles se rencontrent en de multiples contrées. Voyez celle de François-Joseph Munck, membre du conseil souverain d’Alsace de 1717 à 1754 : des dix-sept enfants issus de son union avec Marie Agnès Curié, sept entrent en religion : deux garçons comme chanoines, cinq filles dont deux dominicaines, une clarisse (à Alspach) et deux tiercelines (à Ensisheim)16, ou encore celle, beaucoup plus célèbre, des Secondat de Montesquieu en Bordelais : le philosophe est « entouré de toutes parts d’ecclésiastiques et de religieuses. Du seul côté paternel, à ses deux tantes religieuses s’ajoutent un oncle chanoine, un oncle jésuite et un oncle chevalier de Malte. Son frère Joseph est abbé commendataire et doyen de Saint Seurin [de Bordeaux], tandis qu’une de ses deux sœurs est religieuse17 ».

  • 18 Maurice Gresset, Gens de justice à Besançon. 1674-1789, Paris, 1978, p. 568.

9Des exemples similaires ont été observés dans les foyers des parlementaires comtois, tels ceux des conseillers Denis Petremand (1660-1715) et Antoine-François Mairot de Mutigney (1683-1733), composés l’un et l’autre de onze enfants vivants. Sept chez le premier entrèrent dans les ordres : deux garçons comme chanoines réguliers de Saint Augustin, un autre jésuite, trois filles chez les annonciades de Nozeroy et une quatrième comme cistercienne à l’abbaye de Montigny-les-Vesoul. Cinq chez le second suivirent des voies proches : l’un fut chanoine à la cathédrale de Besançon, deux autres fils furent bénédictins, tandis que deux filles allèrent à Dole chez les tiercelines et les cisterciennes18.

  • 19 Ainsi à Blois (travaux de Marie-Thérèse Notter), à Amiens (voir les familles Pingré, Cornet, de Vil (...)
  • 20 Montesquieu, Œuvres complètes, éd. R. Caillois, Paris, 1949, t. I, p. 305. Il s’agit de la lettre C (...)
  • 21 Dominique Dinet, Vocation…, op. cit., p. 121-124.

10D’autres cas pourraient aisément être relevés ailleurs en France ou aux Pays-Bas espagnols (puis autrichiens) ou dans la principauté de Liège19. Ils ne changeront rien à la démonstration. Pour ne pas alourdir celle-ci, laissons-les (provisoirement) de côté. Nous avons bien là des familles qui alimentent les inquiétudes de Montesquieu, lequel voit dans cette situation la cause majeure de la dépopulation des pays catholiques. Le thème est lancé dès les Lettres persanes (1721) où la fiction des Persans découvrant l’Occident avec quelque naïveté permet toutes les audaces. Usbek affirme donc à son lointain correspondant que « le nombre de ces gens faisant profession de célibat est prodigieux. […] Ce métier de continence a anéanti plus d’hommes que les pestes et les guerres les plus sanglantes n’ont jamais fait. On voit dans chaque maison religieuse une famille éternelle, où il ne naît personne, et qui s’entretient aux dépens de toutes les autres. Ces maisons sont toujours ouvertes comme autant de gouffres où s’ensevelissent les races futures20. » Voltaire, Diderot, le chevalier de Jaucourt reprendront le thème à leur compte et feront croire à la dépopulation21, alors que nous savons qu’il n’en fut rien comme l’avaient aperçu quelques « arithméticiens politiques » intelligents.

  • 22 Cela jusqu’à Paris : François Bluche, Les magistrats du parlement de Paris au xviiie siècle, Paris, (...)
  • 23 Le cas n’est pas isolé : son contemporain, le conseiller Louis Janon, époux de Marie Pérard, est da (...)
  • 24 A.D. Côte-d’Or, H 78 supplément. Cette petite fille du baron de Clugny avait vingt ans lors de sa v (...)

11Sans doute le regard porté par Montesquieu sur sa propre famille et d’autres, justement dans ces milieux parlementaires22, pouvait, en ne considérant que ces cas, faire croire à un risque d’anéantissement de ces lignages à plus ou moins court terme à cause de ce lien très fort entre familles nombreuses et engagement religieux. En conséquence, à Dijon, le baron de Clugny avec un fils unique pour transmettre sa charge avait-il bien pesé les chances d’avenir de sa descendance23 ? La leçon fut-elle méditée ? À la génération suivante, aucun enfant ne persista dans la même voie. La religion ne dépassa pas le stade des velléités de jeunesse avec Claire Christine de Clugny, novice en 1753 chez les cisterciennes de Notre Dame de Tart, qui ne fit pas profession24.

***

  • 25 Les convers sont beaucoup moins nombreux chez les moines à l’époque moderne qu’à la période médiéva (...)
  • 26 Jean de Viguerie, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les Pères de la Doctrine Chrétienne e (...)
  • 27 Les monographies évoquées ici n’ont ni traité, ni envisagé la question en raison de son caractère m (...)

12Cependant une telle vision est insuffisante, car en considérant bien l’ensemble des familles, on aboutit à d’autres perspectives. Non seulement du fait de la sévère mortalité infantile et juvénile les familles sont souvent amoindries presque aussi vite qu’elles se développent, mais encore, en partie à cause des épidémies, les décès relativement précoces du père ou de la mère (parfois des suites de couche également) mettent un terme au foyer constitué à un âge souvent tardif. Il en résulte que les familles ayant plus de quatre ou cinq enfants capables d’atteindre l’âge adulte ne sont pas majoritaires. En outre et surtout, les familles paysannes, même pléthoriques, donnent très peu d’enfants à l’Église. Au mieux un fils s’engage-t-il ici et là dans le clergé séculier, quelquefois parmi les rares convers des ordres religieux25, puis timidement après 1730 vers les ordres mendiants et après 1770 vers d’autres instituts26. Je n’en vois aucun issu des ruraux du Tonnerrois. N’en est-il pas de même à Crulai, en Beauvaisis ou en Quercy27 ? Or le monde rural est largement majoritaire durant toute la modernité.

  • 28 Marcel Lachiver, La population de Meulan du xviie au xixe siècle (vers 1600-1870), Paris, 1969, p.  (...)
  • 29 Pierre Deyon, op. cit., p. 364-367 ; René Favier, Les villes du Dauphiné aux xviie et xviiie siècle (...)
  • 30 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, 1970, p. 476-479. Il est dommage que (...)
  • 31 Yves Durand, Les fermiers généraux au xviiie siècle, Paris, 2e éd., 1996, p. 322-325 et 612 ; Jean- (...)

13Quant aux citadins, peu s’alignent sur les parlementaires observés jusqu’à présent. Sans doute les couvents offraient quelques places aux célibataires des petites villes comme Meulan28. Les grandes cités en offraient davantage, mais à Amiens comme à Grenoble ou à Dijon29 les familles du négoce et de la robe s’étaient assurées une nette prépondérance dans ces institutions tout comme au sein des cures et des chapitres. De la sorte les couches populaires, numériquement beaucoup plus nombreuses, n’y occupaient qu’une place réduite, sauf parmi les convers et converses, ainsi encore à Lyon30. Ajoutons également que des familles aisées semblent bouder la religion. Chez les fermiers généraux du xviiie siècle les vocations sont rares. Faut-il y voir un attrait exclusif de l’argent ? … ou le résultat d’une réduction patente de la dimension des familles où, comme chez les notables de Rouen, l’enfant unique n’est plus l’exception à la fin du siècle31 ?

  • 32 Charles Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute Bretagne au xviiie siècle, Rennes, 198 (...)
  • 33 Encore faut-il, par exemple à propos des jésuites qui généralement refusent les pensionnats, pouvoi (...)

14Au-delà de ces catégories particulières, la relative abstention des milieux « populaires » vis-à-vis du clergé procède aussi de causes matérielles et culturelles. D’abord, il est connu que séculiers et réguliers exigent de plus en plus la fréquentation préalable du collège avant l’accès aux ordres, sauf pour les convers. Chez les femmes, un minimum d’instruction (lecture, écriture, parfois plus) est requis, même dans les nouvelles congrégations à vœux simples, d’autant qu’un nombre important de professes vont dispenser un enseignement élémentaire à forte tonalité chrétienne aux petites filles des villes et des campagnes32. Il y a donc là un premier barrage, nullement négligeable, même si les études sont gratuites chez les jésuites, les ursulines et dans les écoles de charité33.

  • 34 Charles Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 239-254.
  • 35 Adrien Launay, Histoire générale de la Société des Missions Etrangères, Paris, 1984, t. II, p. 57-5 (...)

15Le second obstacle est plus matériel. Depuis le xvie siècle pour mettre ses clercs à l’abri du besoin le plus criant, l’Église impose à tout postulant au sacerdoce (en réalité dès l’accès au sous-diaconat) l’obligation d’un « titre clérical », en l’occurrence la possession d’un revenu minimum de cent livres (en fait de 60 à 150, selon les diocèses et les périodes)34. Quoique cette somme soit faible, atteignant « à peine le gain d’un manouvrier » (Jean Meuvret), elle écarte les plus pauvres. Surtout quand une famille modeste consent cet effort pour un enfant, elle est peu encline à renouveler ce geste. Après tout dans cette société d’Ancien Régime, engager l’un des siens vers le sacerdoce est honorable et permet aux plus talentueux une réelle ascension sociale qui rejaillit sur toute la famille, à l’image de Guillaume Piguel au xviiie siècle, originaire de la campagne rennaise, missionnaire et vicaire apostolique de Cochinchine35.

  • 36 Dominique Dinet, « Les dots de religion en France aux xviie et xviiie siècles », Les Églises et l’a (...)

16Par ailleurs la majorité des ordres et congrégations religieuses, souvent par nécessité, réclament une « dot » (ou « aumône dotale » ou « pension ») à tous ceux et à toutes celles qui aspirent à rejoindre leurs rangs, y compris les convers et converses. Bien entendu il y eut des exceptions et quelques pieuses maisons, à la limite de la gêne parfois, se sont honorées de recevoir sans dot des vocations particulièrement déterminées36. Or, à l’expérience, dès que l’on atteint les strates paysannes ou le monde des artisans et des petits marchands, il est plus coûteux d’établir un enfant en religion que de le marier.

  • 37 Fernand Boulard, op. cit., p. 186-192.

17Doit-on alors penser que le lien constaté entre ces familles nombreuses appartenant à la robe et l’engagement religieux relève au moins autant des stratégies familiales que de la profondeur de la foi ? Les choses sont-elles si simples cependant ? Pourquoi plus ces familles que d’autres dont la fortune est comparable tout comme l’abondante progéniture ? En son temps, Fernand Boulard avait déjà remarqué qu’il n’y avait pas une corrélation générale et absolue entre fécondité des familles et vocation religieuse, ce qui l’avait conduit à envisager des « familles sacerdotales » qui fournissaient davantage de sujets à l’Église que les autres37.

***

  • 38 Esquisse sur ces thèmes : Jean-Pierre Gutton, Dévots et société au xviie siècle. Construire le ciel (...)
  • 39 Dominique Dinet, Religion…, op. cit., t. I, p. 206-208.
  • 40 Jean Joseph Languet fut nommé à l’évêché de Soissons en 1715, avant d’être pourvu en 1730 de l’arch (...)
  • 41 A.D. Haute-Marne, 22 J 9 ; A.C. Dijon (reg. paroissiaux) ; A.D. Côte-d’Or, 106 H (Visitation de Dij (...)

18De la même façon, une longue familiarité avec les religieux et religieuses de Bourgogne et de Champagne (puis d’autres provinces…) nous a amené à reconnaître un « milieu dévot » souvent issu de familles nombreuses mais pas obligatoirement. En outre ces gens ne se contentent pas d’assister aux offices et à de pieux exercices, de visiter les pauvres, de multiplier les gestes de charité, d’animer les confréries, éventuellement de s’enrôler (au xviie siècle) dans la Compagnie du Saint Sacrement38, ils consentent à l’engagement de leurs enfants dans le monde clérical quand ils ne les y poussent pas par une éducation réalisée dans un climat d’intense ferveur. Voyez Claude Rigoley à Dijon, qui, en liaison avec le curé de Saint Philibert, Duchailloux, joue un rôle majeur dans la fondation d’écoles gratuites confiées aux Frères de la Doctrine Chrétienne (1705-1718)39 : de sa première épouse, Anne Marie Chartraire (décédée des suites de couches en 1686), il a six enfants. Or sa fille aînée, Jeanne, et sa cadette, Marie Xavier, prennent le voile à Notre Dame du Refuge et à la Visitation de Dijon, où la rejoint quelques années plus tard Marie Thérèse, cinquième fille issue de son remariage avec Odette Languet, sœur de l’évêque de Soissons40. Claude Rigoley lui-même est le troisième enfant de Denis Rigoley et d’Anne Guye. De ce ménage de huit enfants (dont sept survécurent) se distingua l’aîné, François, prêtre et docteur de Sorbonne en 1672. Lui aussi passa par Saint Sulpice et mourut directeur du séminaire saint Irénée de Lyon en 1721. Deux filles, Anne et Catherine, furent professes de Notre Dame du Refuge à Dijon41.

  • 42 Ainsi cet exemple des 9 enfants (sur 19 et 14 survivants) de Charles Fevret et Anne Brunet de Dijon (...)
  • 43 Dominique Dinet, Vocation…, op. cit., p. 186-187.

19Cependant, au-delà des impressions suggérées par des cas particuliers, force est de constater que ce ne sont pas les foyers dévots les plus pléthoriques, sauf exception42, qui ont le plus contribué au recrutement sacerdotal et religieux. Ce ne sont pas non plus les familles les plus réduites mais celles ayant compté six à neuf naissances, dont la majorité a réussi à surmonter le cap périlleux des premières années de la vie43.

  • 44 Ibid., tableaux I à IV en hors-texte.

20En plus deux autres paramètres entrent en jeu et accroissent sensiblement le rôle de ces foyers dans l’Église : les alliances de ces familles et la transmission du modèle dévot sur plusieurs générations (trois ou quatre le plus souvent), phénomène sans doute fortifié par le précédent. En y regardant de près, des parentés complexes ont été construites par ces lignages. On le voit bien à Langres grâce à ces généalogies croisées qui révèlent les liens entre les Boudrot, les Petitjean, les Barrois, les Mahudel, les Tassel, les Gousselin, les Morelet, les Bournot, les Méat, les Jourdheuil, les Rathier, les Deserrey, les Piot, les Genuyt, les Veron, les Desbarres, les Simonet44

  • 45 Catherine Picard, « La société d’un carmel au xviie siècle : Pontoise », Revue Mabillon, 1994, p. 1 (...)

21On peut l’observer autrement, en scrutant avec attention le recrutement d’un monastère. De ce point de vue le Carmel de Pontoise est un magnifique exemple avec 70 religieuses (sur les 121 professes de la période moderne) qui appartiennent au même réseau d’alliances entre des familles de la ville et des alentours (les Soret, les Guérin, les Fournier, les Cossart, les Duval, les Deslyons, les Dumon, les Machy…) complétées par des relations de parrainage qui les rapprochent de lignages plus célèbres comme les Séguier ou les Villeroy. De même en reprenant l’étude de ces ménages, on les voit, à l’image des Duval et des Deslyons, non seulement peupler le carmel mais également donner des prêtres, parfois d’envergure nationale (André Duval (1564-1638) fut supérieur des carmélites de France), des cisterciennes, des augustines45

  • 46 Claude Muller, « Vocations religieuses et tradition familiale : les Diell de Sélestat », Annuaire d (...)
  • 47 Du même, « Le ciel et les femmes. Les clarisses d’Alspach originaires de Kaysersberg et de Sélestat (...)

22En combinant les approches, comme le fait Claude Muller en Alsace, on remarque aussi bien des familles fortement impliquées dans un ordre précis, tels les Diell de Sélestat, où à la première génération on dénombre un curé et une dominicaine ; à la seconde, un curé, deux dominicaines et un frère prêcheur et à la troisième encore un garçon et une fille dans l’ordre de Saint Dominique46, que des familles à « vocations multiples » comme les Gilgenkrantz ou les Roesch de Kaysersberg dont la nombreuse progéniture pendant plusieurs générations s’engage chez les clarisses, la congrégation de Notre Dame, le clergé séculier (quelques curés et chanoines), les récollets, les jésuites et les cisterciennes47.

  • 48 Ce livre de raison est conservé aux archives de l’évêché de Bâle à Porrentruy (Suisse). Ces extrait (...)
  • 49 Outre Claude Muller, voir aussi André Schaer, Le clergé paroissial catholique en haute Alsace sous (...)

23Bien entendu, il est parfois malaisé de discerner entre véritable vocation et népotisme dans ces familles. Sans prétendre « sonder les reins et les cœurs », arrêtons-nous sur ce témoignage fourni par quelques extraits du livre de raison de François Gobel, conseiller au conseil souverain d’Alsace : « Le 24 mai 1755, mon fils, le P. Ildefonse [François Joseph Gobel], bénédictin à Ebersmunster, a dit sa première messe. Son oncle, le prévôt de Colmar, a été son assistant. […] Le 25 décembre 1755, mon fils [Jean-Baptiste-Joseph], le chanoine de Delémont, a été reçu et a prêté serment au canonicat de la cathédrale de Bâle, vacant par le décès du chanoine Léo, notre parent, à la recommandation de l’ambassadeur de France, le marquis de Stainville, comte de Choiseul48. » Là encore nous sommes plongés dans un réseau dévot dont les préoccupations de carrière s’allient fort bien aux motivations religieuses, d’autant qu’une recommandation (celle de Choiseul, alors ambassadeur à Rome) peut en cacher une autre, celle (antérieure) de Jean-Baptiste Haus, évêque de Messala, suffragant de Bâle (1729-1745), oncle de l’épouse du conseiller, Marie-Thérèse Haus, et donc grand-oncle de Jean-Baptiste-Joseph, bientôt official de Bâle puis évêque de Lyda, suffragant de Bâle en 1772 pour la partie française du diocèse, avant d’être le premier évêque constitutionnel de Paris en 179149.

  • 50 Marie, aînée des filles, née en 1585, fut comme sa mère mise en pension chez les clarisses de Longc (...)
  • 51 Marguerite, née en 1590, prit le voile en 1605. Elle fut également prieure à Bordeaux, Saintes et P (...)
  • 52 Geneviève, troisième fille, née en 1592, eut d’abord une vénération particulière pour Saint Bernard (...)
  • 53 Le meilleur guide en la matière demeure La vie admirable de Sœur Marie de l’Incarnation religieuse (...)

24En revanche comment parler de népotisme à propos de l’engagement religieux des cinq enfants (sur six) de Madame Acarie ? Dans un tel foyer, où l’on parlait quotidiennement de réforme de l’Église et de fondations de nouveaux instituts, entre deux pèlerinages et une suite quasi ininterrompue d’actes de piété, quelle autre perspective s’offrait aux héritiers ? Un fils chez les jésuites, un autre séculier, ultérieurement vicaire général de Rouen, et les trois filles, Marie50, Marguerite51 et Geneviève52 au carmel où elles finiront prieures, respectivement à Orléans, Tours et Chartres paraissent des choix logiques quoiqu’ils aient été certainement l’aboutissement de démarches individuelles plus complexes qu’on ne l’imagine53.

***

25Au terme (provisoire) de cette approche, une relation existe indéniablement entre familles nombreuses et engagement religieux, au sens large, à l’époque moderne, particulièrement en France. Mais ce lien n’est pas direct et automatique, pour de multiples raisons, puisque finalement il n’apparaît guère dans les familles pauvres ou très modestes de la ville et de la campagne. Il concerne d’abord des foyers approchant d’une honnête aisance, appartenant souvent à la robe, vivant dans la dévotion et un climat de ferveur plus intenses que la majorité de leurs contemporains, ce qui n’exclut pas ici et là des formes plus ou moins voilées de népotisme, même si elles nous semblent secondaires.

  • 54 Roger Devos, Vie religieuse féminine et société. Les visitandines d’Annecy aux xviie et xviiie sièc (...)
  • 55 Marc Carnier, « Les couvents des Annonciades d’Anvers et de Bruxelles », Jeanne de France et l’Anno (...)
  • 56 Bernard Vogler, Le clergé protestant rhénan au siècle de la Réforme (1555-1619), Paris, 1976, p. 19 (...)

26D’autre part ce phénomène déborde largement à la fois l’époque moderne (on en trouverait des exemples dès la fin du Moyen Âge et davantage encore à l’époque contemporaine), la France et la chrétienté catholique. On l’a vu à propos de l’Alsace au carrefour des cultures française et germanique, on en a également de belles illustrations en Savoie54 francophone comme aux Pays-Bas espagnols55. On le rencontre enfin dans le monde protestant germanique avec, chez ces pasteurs luthériens ou calvinistes, des traits similaires aux familles catholiques : peu de ruraux, surtout des citadins, des lignages qui fournissent aux églises des pasteurs pendant deux (ou trois) générations, le rôle prépondérant des foyers à 3 ou 4 enfants et là encore des familles alliées les unes aux autres dans des réseaux complexes56.

Notes

1 Fernand Boulard, Essor ou déclin du clergé français ? Paris, 1950, p. 149.

2 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, 1983, t. I, p. 305.

3 On ne considérera que les sources conservées aujourd’hui, fort nombreuses au demeurant.

4 Il y a 12 paroisses à Auxerre, 7 à Autun, 5 à Moulins, davantage dans les grandes cités : 16 à Bordeaux, 37 à Rouen, 52 à Paris… Or comme on est à l’époque plus souvent locataire de son logement que propriétaire, la mobilité des foyers est accrue, quoiqu’elle puisse parfois s’effectuer sur le territoire de la même paroisse.

5 En Tonnerrois après 1750, à près de 200 km de Paris, nous observons des décès de nourrissons parisiens, de familles légitimes, envoyés là vers des parents restés dans les villages alors que l’exode rural est commencé.

6 À défaut ou en complément, les registres des insinuations ecclésiastiques sont des plus précieux. J’ai déjà abordé ces problèmes de source et de méthode dans deux articles auxquels je renvoie : « Les ordinations sacerdotales dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles) », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXVI, 1980, p. 212-221 et « Les insinuations ecclésiastiques », Histoire, Économie et Société, 1989, p. 199-211.

7 On y assimilera les congrégations séculières (sans vœux perpétuels) d’hommes et de femmes (celles-ci étant vite les plus nombreuses) qui observent des normes de recrutement à peu près identiques aux ordres religieux.

8 Même si l’évêque du lieu, étant dans la plupart des cas juridiquement le supérieur de ces maisons, autorise (ou non) les vêtures puis les professions religieuses, les archives diocésaines (passées ou non dans les dépôts publics) en ont rarement gardé la trace. À ma connaissance, des années isolées existent ici et là, jamais des séries continues. À titre d’exemple pour la Bourgogne et la Champagne, je me permets de renvoyer à mon livre Vocation et fidélité, Paris, 1988, p. 98-101 et 304-307 où l’on trouvera les différentes sources possibles et utilisées.

9 Sans exclure cependant une petite marge d’erreur qu’il serait trop long d’envisager ici.

10 Comme celle de Claude Muller en Alsace, présentée à notre séminaire à Strasbourg et objet d’un article : « Ordres religieux et réseaux dévots en Alsace au xviiie siècle » (à paraître dans la Revue Mabillon).

11 En conservant à ce mot un sens très général, pour ne pas entrer dans une discussion qui nous écarterait de notre sujet et des limites imposées à cette contribution.

12 Archives départ. [désormais A.D.] Haute-Marne, 22 J 8 et 1 Mi 123 R 2 (archives des annonciades célestes de Langres). Exemple aussi d’un recours aux excellentes généalogies du Baron de l’Horme.

13 A.D. Haute-Marne, 22 J 3, généalogie vérifiée par les registres paroissiaux de Dijon, les professions des ursulines de Châtillon-sur-Seine (A.D. Côte-d’Or, H 1117) …

14 Archives Communales [désormais A.C.] Auxerre, registres paroissiaux de Saint Mamert et Saint Eusèbe, A.D. Yonne, 2 E 24 (Ursulines d’Auxerre) et L. Carrez, Documenta ad historiam Societatis Jesu in Gallia concinnandam. Catalogi sociorum et officiorum provinciae Campaniae S. J. ab anno 1616 ad annum 1773, Catalauni, 1897-1914, 10 vol.

15 A.C. Auxerre, reg. paroissiaux de Saint Renobert, Saint Pierre en Vallée et Saint Pierre en Château, reg. de réception des religieuses de l’hôtel-Dieu (GG 134), A.D. Yonne, 2 E 24 (ursulines d’Auxerre), Archives Nationales [désormais A.N.], D XIX-11 (religieux de Reigny, abbaye située à environ 30 km au sud d’Auxerre) et Matricula monachorum Professorum Congregationis S. Mauri in Gallia Ordinis Sancti Patris Benedicti, éd. Dom Yves Chaussy, Paris, 1959 (moines no 6254, 6266 et convers no 474).

16 Claude Muller, op. cit. (à paraître).

17 Philippe Loupès, « Milieu capitulaire et carrières canoniales en Guyenne aux xviie et xviiie siècles », Histoire, Économie et Société, 1985, p. 77-78. La famille, à la génération du père de Montesquieu, offre donc cinq enfants à l’Église sur neuf.

18 Maurice Gresset, Gens de justice à Besançon. 1674-1789, Paris, 1978, p. 568.

19 Ainsi à Blois (travaux de Marie-Thérèse Notter), à Amiens (voir les familles Pingré, Cornet, de Villers… : Pierre Deyon, Amiens capitale provinciale, Etude sur la société urbaine au xviie siècle, Paris-La Haye, 1967, p. 554-558), en Bretagne (travaux en cours d’Yves Breton et d’Emmanuelle Daniellou), aux Pays-Bas (recherches de Philippe Annaert et d’autres) et sans doute dans la majorité des pays catholiques.

20 Montesquieu, Œuvres complètes, éd. R. Caillois, Paris, 1949, t. I, p. 305. Il s’agit de la lettre CXVII d’Usbek à Rhedi.

21 Dominique Dinet, Vocation…, op. cit., p. 121-124.

22 Cela jusqu’à Paris : François Bluche, Les magistrats du parlement de Paris au xviiie siècle, Paris, 1986, p. 191.

23 Le cas n’est pas isolé : son contemporain, le conseiller Louis Janon, époux de Marie Pérard, est dans la même situation.

24 A.D. Côte-d’Or, H 78 supplément. Cette petite fille du baron de Clugny avait vingt ans lors de sa vêture.

25 Les convers sont beaucoup moins nombreux chez les moines à l’époque moderne qu’à la période médiévale, en raison d’une économie monastique différente, fondée désormais sur le fermage et la rente. Sur ces problèmes : Dominique Dinet, Religion et Société : les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin xvie-fin xviiie siècles), Paris, 1999, t. I, p. 247-435.

26 Jean de Viguerie, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les Pères de la Doctrine Chrétienne en France et en Italie. 1592-1792, Paris, 1976, p. 234-235 ; Jean Delumeau, La mort des pays de Cocagne. Comportements collectifs de la Renaissance à l’âge classique, Paris, 1976, p. 188-189 ; Dominique Dinet, Vocation…, op. cit., p. 178-182.

27 Les monographies évoquées ici n’ont ni traité, ni envisagé la question en raison de son caractère marginal, sauf à propos de Crulai où une brève indication est donnée par Etienne Gautier et Louis Henry, La population de Crulai paroisse normande, Paris, 1958, p. 75.

28 Marcel Lachiver, La population de Meulan du xviie au xixe siècle (vers 1600-1870), Paris, 1969, p. 137.

29 Pierre Deyon, op. cit., p. 364-367 ; René Favier, Les villes du Dauphiné aux xviie et xviiie siècles, Grenoble, 1993, p. 92 ; Dominique Dinet, Vocation…, op. cit., p. 148-163.

30 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, 1970, p. 476-479. Il est dommage que les multiples travaux conduits depuis sur le clergé et les communautés religieuses de la ville n’aient pas fait l’objet d’une publication d’ensemble.

31 Yves Durand, Les fermiers généraux au xviiie siècle, Paris, 2e éd., 1996, p. 322-325 et 612 ; Jean-Pierre Bardet, Rouen…, op. cit., t. I, p. 264-288.

32 Charles Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute Bretagne au xviiie siècle, Rennes, 1984, p. 135-198 (pour les séculiers, exemplaire à ce titre) ; Dominique Dinet, Religion…, op. cit., t. II, p. 554-564 (pour les réguliers).

33 Encore faut-il, par exemple à propos des jésuites qui généralement refusent les pensionnats, pouvoir résider dans la ville où se trouve le collège. Inversement la cléricature est un débouché naturel pour de nombreux enfants des catégories sociales modestes : Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, L’éducation en France du xvie au xviiie siècle, Paris, 1976, p. 195-196.

34 Charles Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 239-254.

35 Adrien Launay, Histoire générale de la Société des Missions Etrangères, Paris, 1984, t. II, p. 57-59. Un vicaire apostolique est un évêque. J’ignore en revanche si Piguel est issu d’une famille nombreuse.

36 Dominique Dinet, « Les dots de religion en France aux xviie et xviiie siècles », Les Églises et l’argent, Paris, 1989, p. 37-65 ou encore Marie-Thérèse Notter, « Les contrats de dot des religieuses à Blois (1580-1670) », Revue Mabillon, 1991, p. 241-266, à compléter pour le Québec par Micheline d’Allaire, Les dots des religieuses au Canada français (1639-1800), Montréal, 1986.

37 Fernand Boulard, op. cit., p. 186-192.

38 Esquisse sur ces thèmes : Jean-Pierre Gutton, Dévots et société au xviie siècle. Construire le ciel sur la terre, Paris, 2004.

39 Dominique Dinet, Religion…, op. cit., t. I, p. 206-208.

40 Jean Joseph Languet fut nommé à l’évêché de Soissons en 1715, avant d’être pourvu en 1730 de l’archevêché de Sens. Auparavant, peu après sa sortie du séminaire de Saint Sulpice, il fut vicaire général d’Autun, ce qui le mit en contact avec la Visitation de Paray-le-Monial. De là sa biographie de Marguerite Marie Alacoque (qui choqua Montesquieu par son insistance sur les visions de Marguerite Marie) et son engagement en faveur du culte du Sacré Cœur. Son frère aîné, Jean-Baptiste, se rendit célèbre par ses charités comme curé de Saint Sulpice, la plus grande paroisse de Paris à l’époque. Un autre frère, Lazare, est moins connu : ce cistercien fut pourtant élu abbé de Morimond en 1729.

41 A.D. Haute-Marne, 22 J 9 ; A.C. Dijon (reg. paroissiaux) ; A.D. Côte-d’Or, 106 H (Visitation de Dijon), 108 H (Notre Dame du Refuge, Dijon) ; Louis Bertrand, Bibliothèque sulpicienne ou Histoire littéraire de la compagnie de Saint Sulpice, Paris, 1890. Claude Rigoley fut secrétaire des États de Bourgogne avant de devenir en 1712 premier président de la Chambre des Comptes de Dijon.

42 Ainsi cet exemple des 9 enfants (sur 19 et 14 survivants) de Charles Fevret et Anne Brunet de Dijon devenus bénédictin (un), cistercien (un à Cîteaux), franciscain (un), chanoine (un), ursulines (quatre, trois à Dijon et une à Beaune) et visitandine (une).

43 Dominique Dinet, Vocation…, op. cit., p. 186-187.

44 Ibid., tableaux I à IV en hors-texte.

45 Catherine Picard, « La société d’un carmel au xviie siècle : Pontoise », Revue Mabillon, 1994, p. 179-205.

46 Claude Muller, « Vocations religieuses et tradition familiale : les Diell de Sélestat », Annuaire des Amis de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat, 2000, p. 76-80.

47 Du même, « Le ciel et les femmes. Les clarisses d’Alspach originaires de Kaysersberg et de Sélestat au xviiie siècle », Annuaire des 4 Sociétés d’Histoire de la Vallée de la Weiss, 2002, p. 117-132.

48 Ce livre de raison est conservé aux archives de l’évêché de Bâle à Porrentruy (Suisse). Ces extraits sont donnés d’après Claude Muller, article cité note 10. De celui-ci, voir également Les Bénédictins d’Alsace dans la tourmente révolutionnaire, Langres, 1990, p. 98-99.

49 Outre Claude Muller, voir aussi André Schaer, Le clergé paroissial catholique en haute Alsace sous l’ancien régime. 1648-1789, Paris, 1966.

50 Marie, aînée des filles, née en 1585, fut comme sa mère mise en pension chez les clarisses de Longchamp. Elle refusa tout mariage et après un pèlerinage à Notre Dame de Liesse, prit l’habit de carmélite le 23 mars 1608, après ses deux sœurs, au premier monastère parisien, rue du faubourg Saint Jacques.

51 Marguerite, née en 1590, prit le voile en 1605. Elle fut également prieure à Bordeaux, Saintes et Paris (rue Chapon) où elle mourut en 1660 en réputation de sainteté.

52 Geneviève, troisième fille, née en 1592, eut d’abord une vénération particulière pour Saint Bernard, d’où son premier désir d’être feuillantine avant de prendre l’habit du carmel le 24 juin 1607. En religion, elle devint justement Geneviève de Saint Bernard. Morte prieure du carmel de Sens en 1644.

53 Le meilleur guide en la matière demeure La vie admirable de Sœur Marie de l’Incarnation religieuse converse en l’ordre de Nostre Dame du Mont Carmel et fondatrice d’iceluy en France appelée au monde la demoiselle Acarie par André Duval, Paris, 1621. Cet auteur issu du milieu dévot de Pontoise évoqué ci-dessus eut lui-même plusieurs neveux et nièces en religion. Sur la qualité de son témoignage : Madeleine Foisil, « La figure de Madame Acarie, Marie de l’Incarnation, à travers l’historiographie du xviie au xixe siècle », Carmes et carmélites en France du xviie siècle à nos jours, Actes du Colloque de Lyon (1997) réunis par Bernard Hours, Paris, 2001, p. 155-170.

54 Roger Devos, Vie religieuse féminine et société. Les visitandines d’Annecy aux xviie et xviiie siècles, Annecy, 1973, p. 109-193, en particulier les familles Nouvellet, Famel, Burquier, Blondet et Saillet, parfois alliées entre elles.

55 Marc Carnier, « Les couvents des Annonciades d’Anvers et de Bruxelles », Jeanne de France et l’Annonciade (sous la dir. de Dominique Dinet, Pierre Moracchini et Sœur Marie-Emmanuel Portebos), Paris, 2004, p. 223-233 (avec notamment les De Smidt à Anvers et les Pecquius à Bruxelles).

56 Bernard Vogler, Le clergé protestant rhénan au siècle de la Réforme (1555-1619), Paris, 1976, p. 19-21, 210-211 et 217.

Notes de fin

1 Initialement paru dans Histoire des familles, de la démographie et des comportements en hommage à Jean-Pierre Bardet, J.P. Poussou, I. Robin-Romero, (dirs.), Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, Paris, 2007, p. 421-432.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search