Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Les ouvrages protestants dans quelques bibliothèques monastiques des XVIIe et XVIIIe siècles

(2003)1

Texte intégral

  • 1 Initialement paru dans Terres d’Alsace, Chemin d’Europe. Mélanges offerts à Bernard Vogler, D. Dine (...)
  • 1 Conservés pour la France, soit aux Archives nationales (série F 17), soit surtout dans les archives (...)
  • 2 Ainsi, à la fin de l’inventaire de la bibliothèque des Bénédictins de Saint Bénigne à Dijon, cette (...)
  • 3 A ce sujet, voir les récentes remarques de Bernard Dompnier et de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « (...)

1L’étude des bibliothèques monastiques suscite depuis quelques années un regain d’intérêt. Grâce aux sources massives qui nous sont parvenues, principalement les inventaires relativement détaillés de la période 1790-17921, nous commençons à mieux connaître leur contenu, à leur état terminal, au moment de la fermeture brutale par la Révolution des institutions religieuses qui les abritaient. Certes ces documents comportent des imperfections (lacunes du fait de la distraction non signalée de quelques volumes, imprécisions quant aux volumes jugés sans valeur marchande2, erreurs sur quelques auteurs ou titres, surtout avec ceux rédigés en latin lorsque ces inventaires ont été effectués par des enquêteurs municipaux peu compétents…) et ne nous renseignent guère sur l’utilisation précise de ces ouvrages par les moines3.

  • 4 Dominique Dinet, Religion et Société : les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerr (...)

2Nous étant déjà penché sur cette question pour tenter d’apprécier les « instruments de culture » à la disposition des religieux et des religieuses de Bourgogne et de Champagne aux xviie et xviiie siècles, nous avions réuni un corpus nous donnant un aperçu sur 53 collections4. Outre leur inégalité d’une maison à l’autre, l’infériorité de celles en possession des femmes, l’extraordinaire diversité des contenus, nous avions été amené à constater, partout, la primauté du livre religieux au sein de ces bibliothèques.

3À l’intérieur de cette catégorie, nous avions remarqué que certaines comportaient, en nombre très variable selon les établissements, des titres concernant les controverses de l’époque entre catholiques et protestants, avec dans quelques cas un véritable fonds constitué d’auteurs appartenant aux diverses confessions réformées. Les contraintes de l’édition nous ayant empêché de poursuivre l’analyse en ce domaine, nous souhaitons la reprendre ici, en partant directement des sources.

4Cela va nous conduire à envisager successivement l’importance ou l’insignifiance du livre « réformé » dans ces collections monastiques et l’émergence de quelques (rares) fonds à ce sujet, puis à nous pencher sur les œuvres rencontrées. Concernent-elles tous les courants de la Réforme ? Quelles générations sont-elles particulièrement présentes ? De quels genres d’ouvrages s’agit-il ? Permettent-ils d’offrir une vision précise des positions de la Réforme ? Au-delà, puisqu’il y eut controverse, les mêmes collections disposent-elles des ouvrages catholiques répondant à ceux des réformés ou davantage des premiers ? Par là, avons-nous des indices d’une bataille inégale entre les confessions chrétiennes ou au contraire d’un débat honnête entre gens différents mais capables de s’estimer ? À la limite, à la faveur de la « réunion » des chrétiens, tant prônée du côté catholique au xviie siècle (non sans arrière-pensée !), pouvons-nous supposer des convergences sur des terrains possibles de rapprochement entre ces confessions, notamment à propos de l’opposition aux libertins ou aux athées ?

5Bien entendu, nous nous efforcerons, au-delà de cet exemple bourguignon et champenois, d’élargir notre investigation vers d’autres bibliothèques monastiques ou ecclésiastiques, principalement à l’aide de travaux déjà réalisés faute d’avoir pu entreprendre dans le cadre de cette contribution des recherches de première main dans une foule de catalogues.

***

  • 5 Seule la bibliothèque des Dominicaines de Dijon dépasse ce seuil lors de la fermeture (pour faillit (...)
  • 6 Ajoutons que si un ouvrage de ce genre leur était donné par un laïc, même un parent, le confesseur (...)

6En reprenant ceux des bibliothèques de Bourgogne et de Champagne disponibles, un premier constat se dégage immédiatement : les ouvrages d’origine protestante sont totalement absents des collections féminines. Cela ne surprend guère l’observateur averti, étant donné la faiblesse générale de ces collections (il est exceptionnel qu’elles dépassent le millier de volumes5), leur orientation majoritaire vers le livre de piété et d’édification, l’attitude de prudence et de grande réserve de ces communautés de femmes vis-à-vis de toute controverse. En outre, il est vraisemblable que les confesseurs et directeurs spirituels de ces maisons (souvent des jésuites ou des franciscains) ne les ont pas incitées à posséder ou à consulter de tels ouvrages, généralement prohibés par l’index romain6… Précisons encore que, dans tous les registres de comptes consultés, jamais des achats de ce genre n’apparaissent, même si des acquisitions assez fréquentes de livres furent effectuées notamment par les Cisterciennes de Tart (transférées à Dijon en 1623) ou les sœurs de l’Union chrétienne d’Auxerre après leur renaissance en 1765-1766.

  • 7 Archives dép. Yonne, L 626.
  • 8 Bib. municipale d’Auxerre, ms 260-g.
  • 9 Archives dép. Haute-Marne, 1 Q 320.

7Il est indéniable également que nous ne rencontrons pas davantage de livres protestants dans un nombre important de bibliothèques d’abbayes, de prieurés ou de monastères d’hommes, ainsi chez les Cisterciens de Quincy (dont le fonds est bien maigre : 260 titres en 1790)7 ou les Prémontrés de Saint Marien d’Auxerre8 ou chez les Carmes déchaussés de Langres, encore que les sources à notre disposition pour ce fonds (à la fois un inventaire sommaire du 27 avril 1790 et un état de la vente aux enchères des livres du couvent entre le 1er et le 5 mars 1791) soient fragmentaires et privilégient les gros ouvrages ou les titres ayant quelque valeur marchande sur le moment au détriment des autres9. En définitive une telle indigence apparaît dans près d’une collection sur quatre.

8Sans comporter forcément de nombreux titres nous sortons cependant du dénuement total dans environ une bibliothèque masculine sur deux. Ainsi nous pouvons repérer quelques ouvrages comme à la chartreuse de Lugny, chez les Génovéfains du Val des Ecoliers ou dans plusieurs fonds bénédictins (Bèze, Molosme, Pothières, Tonnerre…) ou dans des couvents de Cordeliers (Châtillon-sur-Seine, Tanlay), peut-être parce que ces derniers ont été confrontés, notamment à Châtillon, à l’existence d’une communauté calviniste sur place.

  • 10 A noter que dans ces deux bibliothèques, d’après les cotes relevées dans les inventaires, les ouvra (...)

9Enfin quelques bibliothèques possèdent un lot plus fourni de livres « hérétiques », en particulier chez les Bénédictins (Molesme, Saint Bénigne à Dijon), les Cisterciens (Pontigny et Morimond notamment)10, les Minimes (Tonnerre), soit parfois plus d’une centaine de titres (environ 3 % du fonds).

  • 11 Archives dép. Côte-d’Or, H 399 (cote provisoire, anciennement 68 H registre, travée 208).
  • 12 Sur le protestantisme bourguignon : Jacques Fromental, La réforme en Bourgogne aux xvie et xviie si (...)
  • 13 D. Dinet, Religion et Société…, op. cit., t. I, p. 86-87.

10Au-delà se distingue la collection la plus riche en ce domaine en Bourgogne, celle des Capucins de Dijon, sur laquelle nous sommes renseignés par un catalogue de 1699, mis à jour au fur et à mesure jusqu’à la fin du xviiie siècle11. Cet imposant registre (245 p. in-4°), bien classé selon les critères du temps, nous donne une description sommaire de chaque titre (avec son format et le nombre de volumes) malheureusement sans nous indiquer les lieux et dates d’édition. Néanmoins nous pouvons avoir une assez bonne information sur les ouvrages protestants de cette collection, presque tous regroupés dans la catégorie des « livres prohibés », dont ils constituent la plus grosse masse : 504 titres. Sur un ensemble de 4450, nous avons là une proportion de 11,32 % tout à fait exceptionnelle dans ces provinces. Sans doute le devons-nous à la grande activité pastorale de ce couvent, à l’existence d’un noviciat, à la volonté de faire bonne figure dans d’éventuelles controverses avec les protestants bourguignons, minoritaires certes, interdits de culte à Dijon après l’édit de Nantes mais autorisés à s’assembler à Is-sur-Tille et à Vosnes12. Justement pour contrer leur influence (les réformés se flattaient de quelques conversions), les Capucins s’étaient établis en 1643 à Is-sur-Tille, avec le concours du couvent de Dijon13.

  • 14 Archives dép. Haute-Marne, 2 H 9.
  • 15 Bib. municipale Châtillon-sur-Seine, ms 26.

11Si dans ce cas nous pouvons déceler une volonté systématique pour se procurer ces ouvrages, ailleurs nous sommes plus perplexes : s’agit-il d’achats volontaires ? de dons ? d’ouvrages figurant dans un lot acquis dans une vente ou par un legs ? Nous l’ignorons. En revanche nous constatons la présence chez les Capucins de Dijon comme dans beaucoup d’autres bibliothèques monastiques, même dans celles (chez les hommes) dépourvues du moindre auteur appartenant à la Réforme, comme chez les Cisterciens de Beaulieu14 ou les Génovéfains de Châtillon-sur-Seine15, d’un nombre plus ou moins important d’ouvrages de controverse d’origine catholique et ne donnant pas toujours l’information la plus honnête (c’est un euphémisme !) sur les positions de l’adversaire. Nous y reviendrons.

***

  • 16 Archives dép. Yonne, L 626, Cordeliers de Tanlay : no 283 du catalogue (un volume in-f°, sans autre (...)
  • 17 Archives dép. Côte-d’Or, 1 Q 830/3 : no 728 du catalogue (sans date).
  • 18 Bib. municipale Auxerre, ms 260/l : nous n’avons pas la date de cette édition in-f°.
  • 19 Archives dép. Yonne, L 626, Bénédictins de Tonnerre : Bible éditée à Genève en 1564.

12L’inégalité des collections quant à la possession de « livres réformés » étant soulignée, il est intéressant de signaler aussi bien les titres les plus fréquents que ceux d’une grande rareté, en essayant de les regrouper en quelques catégories. L’Ecriture sainte étant au cœur des préoccupations des réformés, il est légitime de commencer cet examen par la présence de Bibles et autres textes à ce sujet édités par les protestants. Notons alors la rareté de ces Bibles : une « huguenote » en français et en latin chez les Cordeliers de Tanlay16, une autre, attribuée à Calvin, à Saint Bénigne17 comme à Pontigny18 et chez les Bénédictins de Tonnerre19 et, exception, une trentaine, essentiellement calvinistes, chez les Capucins de Dijon.

  • 20 A ce sujet : Patrice Veit, « Le chant, la Réforme et la Bible », Le temps des Réformes et la Bible (...)
  • 21 Archives dép. Côte-d’Or, 3 H 66. D’après ce catalogue, ce livre aurait été publié à Charenton en 16 (...)

13Les commentaires, les éditions et traductions partielles, les paraphrases se rencontrent un peu plus souvent : ainsi à Pontigny les Commentaires de Calvin sur les épîtres de Saint Paul, sur l’Harmonie évangélique (présent également chez les Bénédictins de Pothières), sur les Psaumes ; chez les Minimes de Tonnerre, ses Commentaires sur les prophètes Isaïe et Ezéchiel ou ceux de Melanchton sur Daniel chez les Capucins de Dijon. Ajoutons Les psaumes en rimes françaises avec leurs mélodies commencés par Clément Marot (+ 1544) et achevés en 1562 par Théodore de Bèze20 à la demande de Calvin chez ces mendiants comme chez les Minimes de Tonnerre. En plus petit nombre se remarquent des commentaires ultérieurs comme les Paraphrases sur les épîtres de saint Paul de Pierre de Launay (1573-1661) chez les Bénédictins de Bèze21. Relevons enfin l’absence de la Bible de Luther, sans doute à la fois pour des raisons linguistiques (les religieux connaissant l’allemand constituent ici une infime minorité) et confessionnelles : les protestants qu’ils pouvaient côtoyer étaient pour la plupart des calvinistes.

  • 22 Archives dép. Haute-Marne, 8 H 74 : édition de Genève, 1637 (no 1791 du catalogue).

14À un degré moindre, une telle orientation se remarque aussi parmi les textes des « grands » réformateurs au sein de ces bibliothèques monastiques. Les œuvres de Calvin l’emportent toujours et même parfois sans partage comme chez les Cordeliers de Châtillon. L’institution de la religion chrétienne, jusque dans des rééditions du xviie siècle comme à Morimond22, est l’ouvrage le plus répandu, ainsi à Bèze, Pontigny, chez les Minimes de Tonnerre et les Capucins de Dijon (en quatre exemplaires chez ces derniers !). Ici et là on aperçoit encore des Lettres (souvent en latin) de Melanchton et de Théodore de Bèze. Les Capucins de Dijon sont une nouvelle fois plus curieux : outre la Confession de la foy chrestienne de Théodore de Bèze (1559), des œuvres de Bucer, de Luther et de Zwingli y sont présentes, en latin seulement.

  • 23 Julien-Eymard d’Angers (dans le monde Charles Chesneau), L’apologétique en France de 1580 à 1670. P (...)
  • 24 Plusieurs éditions latines et une italienne (1602-1612) ont été signalées par Louis Desgraves, Répe (...)
  • 25 Pour une première approche : Léopold Willaert, Après le concile de Trente, la Restauration catholiq (...)

15Mais, comme en majorité ces bibliothèques ne sont pas figées, elles abritent des ouvrages plus récents, notamment des titres relatifs à l’apologétique chrétienne, terrain susceptible de rapprocher les différentes confessions tout en les maintenant dans l’émulation. En conséquence connaître les arguments protestants peut aider moines et religieux à combattre l’incroyance ou le libertinage, objet des efforts du xviie siècle23. L’un des premiers du genre, repéré chez les Minimes de Tonnerre, est du à Philippe de Mornay, dit Du Plessis-Mornay (1549-1623) et est intitulé De la vérité de la religion chrétienne contre les athées, les épicuriens, les païens, les juifs, les mahométans et autres infidèles24. Ce livre marque d’ailleurs le premier effort des calvinistes français vers une union « fédérale » des églises chrétiennes25.

  • 26 Sur ce livre : Jean Roth, Une apologie protestante au xviie siècle : le « Traité des Religions » de (...)
  • 27 L’édition originale est de 1627. A ce sujet : J. Ter Meulen et P. J. J. Diermanse, Bibliographie de (...)
  • 28 Hans Bots et Pierre Leroy, « Hugo Grotius et la réunion des chrétiens : entre le savoir et l’inquié (...)

16Moins ambitieuse fut la démarche de Moïse Amyraut (1596-1664) avec son Traité des Religions contre ceux qui les estiment toutes indifférentes (Saumur, 1631), ouvrage figurant chez les Capucins de Dijon26. Dans le même genre les Cisterciens de Morimond disposaient du traité De la Vérité de la religion chrétienne de Grotius (1583-1645), en traduction française tardive (1728)27. Savaient-ils que cet érasmien avait fini par pencher vers Rome sans pour autant se convertir28 ?

  • 29 E.-G. Léonard, Histoire générale du protestantisme, Paris, 1961, t. II, p. 347. Au passage rappelon (...)
  • 30 Dominique Dinet, « Mourir en religion aux xviie et xviiie siècles », Revue Historique, t. CCLIX/I, (...)

17Autre thème pouvant rapprocher les chrétiens : les consolations de la religion pour affronter la mort. À cet égard notons la présence à Morimond comme chez les Minimes de Tonnerre des Consolations de l’âme fidèle contre les frayeurs de la mort (Paris, 1652) du pasteur Charles Drelincourt, encore que celui-ci ait été davantage engagé dans de vives controverses avec les catholiques que dans des démarches iréniques. Cependant son ouvrage, qui connut un vif succès29, s’apparente fortement aux Préparations à la mort et à l’Ars moriendi très en vogue chez les catholiques, et plus particulièrement dans le monde monastique30.

  • 31 Les deux premiers volumes, parus à Rotterdam en 1684, furent suivis d’un troisième en 1689 intitulé(...)
  • 32 Madame de Sévigné, Correspondance, éd. Roger Duchêne, Paris, 1978, t. III, p. 347 (lettre du 13 aoû (...)
  • 33 Bib. municipale Châtillon-sur-Seine, ms 26. En revanche, on ne voit nulle part sa Vérité de la reli (...)
  • 34 Alfred Desautels, Les Mémoires de Trévoux et le mouvement des idées au xviiie siècle. 1701-1734, Ro (...)

18Même après 1685, l’apologétique protestante trouva un second souffle qui lui valut une audience considérable notamment grâce au Traité de la vérité de la religion chrétienne de Jacques Abbadie (1654-1727) que l’on rencontre à Bèze, à Saint Bénigne, à Morimond, chez les Capucins de Dijon, chez les Bénédictins de Tonnerre31… En revanche, nous ignorons si ces moines partagèrent l’enthousiasme de Mme de Sévigné écrivant à Bussy-Rabutin : « C’est le plus divin de tous les livres. (…) Je ne crois pas qu’on ait jamais parlé de la religion comme cet homme là32. » Néanmoins sa renommée fut telle jusque dans les cloîtres que ceux-ci n’hésitèrent pas à acquérir d’autres ouvrages de cet auteur comme son Art de se connaître soi-même ou recherche sur les sources de la morale (Rotterdam, 1692), attesté chez les Bénédictins de Molesme33 et à Morimond. Les Jésuites (dont nous ignorons complètement le contenu de la bibliothèque du collège de Langres, détruite par un incendie en 1746) estimaient également cet auteur tout comme le traité de Grotius relevé précédemment34.

  • 35 E.-G. Leonard, op. cit., t. II, p. 367 et t. II, p. 45.
  • 36 No 1692 du catalogue. Sur cet ouvrage : A. Monod, op. cit., p. 253-254.

19Le Traité de l’excellence de la religion (Amsterdam, 1714) de Jacques Bernard, qui dut fuir la France en 1683 pour s’établir finalement à Leyde où il mourut en 171835, n’eut pas la même fortune : nous ne le voyons guère qu’à Morimond, peut-être du fait de la pauvreté de son argumentation en faveur de l’utilitarisme de la religion36

  • 37 Même si certains ministres comme Louis Leblanc à Sedan (+ 1675) cherchèrent à minimiser les différe (...)
  • 38 A ce sujet : La controverse religieuse xvie-xixe siècles, (1er colloque Jean Boisset), Montpellier, (...)

20Seulement si catholiques et protestants pouvaient reconnaître le même Dieu et l’excellence du christianisme face aux libertins et aux athées, leur désaccord était total sur les sacrements, sur l’Église, sur la messe37…, d’où de multiples ouvrages sur ces questions, objets de polémique aux xvie et xviie siècles, sans compter d’autres titres illustrant de façon plus générale la controverse entre confessions chrétiennes38.

  • 39 L’auteur est le célèbre Du Plessis-Mornay. Cet ouvrage connut de nombreuses rééditions, parfois en (...)
  • 40 En fait la première version parut en 1626 sous le titre : Conformité de la créance de l’Eglise et d (...)
  • 41 La suite du titre est parfaitement explicite : contre la présence corporelle et transsubstantiation (...)
  • 42 Cet ouvrage de La Place (1596-1665) eut plusieurs éditions. Les premières (1639-1640) sont plus iré (...)
  • 43 La suite du titre est claire : Où est monstré par l’Escriture saincte, et par les témoignages de l’ (...)
  • 44 Plusieurs rééditions à Amsterdam en 1671, 1675…

21Sur ce terrain, De l’institution, usage et doctrine du saint sacrement de l’Eucharistie en l’Eglise ancienne. Ensemble quand, comment, et par quels degrez la Messe s’est introduite en sa place (Saumur, 1604, in-f°) de Philippe de Mornay39 illustre assez bien la nature du débat avec les catholiques. Sans doute pour cette raison ce titre figure dans plusieurs collections monastiques comme celles des Bénédictins de Molosme et de Tonnerre ou chez les Capucins de Dijon. Ces derniers, comme les Cisterciens de Pontigny, possédaient d’Edme Aubertin, ministre à Charenton, L’Eucharistie de l’ancienne Eglise…, Genève, 1633, de la même veine40, auquel répondirent différents auteurs catholiques. Auparavant le célèbre Pierre Du Moulin (1568-1658), pasteur à Charenton puis professeur à Sedan, avait défendu les positions calvinistes traditionnelles dans son Apologie pour la saincte Cène du Seigneur… (Genève, 1630)41, que détenaient les Capucins de Dijon tout comme l’Examen des raisons pour et contre le sacrifice de la Messe de Josué de La Place (Saumur, 1639)42. Dès 1636, Du Moulin avait encore précisé sa position dans l’Anatomie de la Messe aux mains des Bénédictins de Saint Bénigne43. À son tour, Matthieu de Larroque, ministre à Vitré, donna une Histoire de l’Eucharistie en 166944, présente à Morimond.

  • 45 En outre dès 1671, Nicole lance dans l’anonymat les Préjugés légitimes contre les Calvinistes. A la (...)
  • 46 Sur ce débat, outre les précisions fournies par L. Desgraves, op. cit., t. II, la meilleure introdu (...)

22En fait le débat sur l’eucharistie allait rebondir à partir de textes de Nicole, restés manuscrits mais diffusés dans quelques cercles dévots, avec une publication de Jean Claude (1619-1687), pasteur à Charenton : Réponse aux deux traitez intitulez la Perpétuité de la foy de l’Eglise catholique touchant l’Eucharistie (1665), où celui-ci reprochait à ses adversaires de ne pas prendre en compte les arguments d’Aubertin. La réplique catholique par Arnauld et Nicole reprit le titre de Perpétuité de la foi en 1669 en lui ajoutant des développements considérables puisqu’un second volume parut en 167245 et un troisième en 1676, bientôt suivi de suppléments moins iréniques avec les Prétendus Réformés convaincus de schisme (1684) et l’Unité de l’Eglise (1687). Dès 1670, Claude avait donné une Réponse au livre de Mr. Arnauld…, renouvelée et amplifiée en 1671 (diffusée depuis Genève, Paris et Rouen)46. Morimond, Pontigny, Saint Bénigne et les Capucins de Dijon détenaient tous ces ouvrages. Cependant, en majorité, les bibliothèques monastiques ne possédaient que la vision catholique, souvent limitée à la Perpétuité de la foi d’Arnauld (ainsi chez les Bénédictins de Pothières et les Doctrinaires de Noyers).

  • 47 Ouvrage absent du Répertoire de L. Desgraves, sans doute postérieur à La conversion du Sr. Pelletie (...)

23On était donc en pleine controverse. Mais cela n’était pas une nouveauté. À cet égard des relations de la célèbre dispute de Fontainebleau (1600) entre Du Plessis-Mornay, le compagnon d’Henri IV, et l’évêque d’Evreux Davy Du Perron, bientôt cardinal, se rencontrait assez souvent et jusque chez les Cordeliers de Tanlay. D’autres réfutations d’ouvrages catholiques légèrement postérieurs étaient nettement moins fréquentes dans ces collections. La chasse de la beste romaine de George Thomson (1re édition, 1608), le Bouclier de la foy de Pierre Du Moulin (1619) et le Coton plagiaire ou la Vérité de Dieu et la fidélité de Genève de Théodore Tronchin (Genève, 1620) sont repérés seulement chez les Capucins de Dijon. De même la Réponse aux deux apostats Matthieu Delaunoy et Henri Pelletier ne figure que chez les Minimes de Tonnerre47.

  • 48 En son temps, Véron fut un auteur célèbre comme le rappelle Bernard Dompnier, Le venin de l’hérésie (...)
  • 49 Ouvrage posthume et inachevé, publié en 1651. A ce sujet : Roland Mousnier, L’homme rouge ou la vie (...)

24Inversement les réponses catholiques aux ouvrages réformés se remarquaient davantage, notamment le Rabelais réformé du jésuite Garasse (1620), réplique à La vocation des pasteurs de Pierre Du Moulin (1618). Si les deux titres se côtoyaient chez les Minimes de Tonnerre, le premier était seul chez les Cisterciens de Beaulieu. Assez répandus également divers volumes du curé de Charenton, François Véron, dont son Abrégé de l’art et de la méthode nouvelle de bâillonner les ministres de France (1618)48, et le Traité qui contient la méthode la plus facile et la plus assurée pour convertir ceux qui se sont séparez de l’Eglise de Richelieu49.

  • 50 Sur ce témoignage : Marc Lienhard, Martin Luther, un temps, une vie, un message, Paris-Genève, 1983
  • 51 A. Lods, « Une polémique entre Théodore de Bèze et Jacques Andreae », Bulletin de la Société de l’H (...)
  • 52 Pour une relecture de cet ouvrage : Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu, Paris, 1990, t. I, p. 213 (...)

25Ici et là, des échos de joutes plus lointaines demeuraient : les Bénédictins de Pothières, à défaut des œuvres de Luther, disposaient de l’Histoire des actes et écrits du réformateur par son adversaire Jean Dobeneck, dit Cochläus (1479-1552), premier pamphlet catholique (1549), violent et malveillant50 ; les Minimes de Tonnerre conservaient aussi bien la Réponse de Théodore de Bèze à la conférence de Montbéliard (1586), où luthériens et calvinistes n’avaient pu se mettre d’accord51, que le Discours sur le saccagement des églises Catholiques par Claude de Sainctes (1563) qui dénonçait les méfaits des Huguenots52. En y regardant de près, les ouvrages catholiques l’emportaient donc sur ceux des protestants. Nos bibliothèques servaient davantage à fortifier chez les moines l’horreur de la Réforme qu’à tenter de la connaître véritablement.

  • 53 A ce sujet François Gaquere, Le dialogue irénique Bossuet-Leibniz, Paris, 1966 ne dispense pas de l (...)
  • 54 Mais ces répliques sont absentes de la bibliothèque de Morimond.
  • 55 C’est une réponse au Renversement de la morale de Jésus-Christ par la doctrine des Calvinistes touc (...)

26Une tendance similaire se retrouve dans l’examen des ouvrages relatifs au renouveau de la controverse à la veille et au lendemain de 1685. Ceux de Bossuet sont de beaucoup les plus nombreux, en particulier l’Histoire des Variations des Eglises protestantes (1688) et ses Avertissements aux protestants (1689-1691). À côté néanmoins, ainsi à Molesme et à Morimond, figure De la tolérance des religions, lettres de M. de Leibniz et réponses de M. Pellisson (Paris, 1692), signe des derniers efforts du philosophe allemand en faveur de l’unité53. Encore à Morimond peut-on remarquer divers titres de l’avocat de Montpellier, David-Augustin de Brueys, dont son Examen des raisons qui ont donné lieu à la séparation des Protestants (Paris, 1683) qui suscita de vives répliques de la part de Jurieu, Jacques Lenfant et Daniel de Larroque54. L’Apologie pour la morale des réformés de Pierre Jurieu (Quevilly, 1675) s’y trouvait également55. À Saint Bénigne les Prejugez légitimes contre les Calvinistes de Pierre Nicole (Paris, 1671) font face à La Défense de la Réformation de Jean Claude (Quevilly, 1673).

  • 56 Les querelles internes au calvinisme sur la grâce, la prédestination… amenèrent Isaac Papin (1657-1 (...)
  • 57 Jean Dez fut le premier supérieur des Jésuites de Strasbourg, établis par Louis XIV après la « réun (...)
  • 58 En revanche les œuvres (antérieures) du pasteur Bebel (à Strasbourg) sont absentes de ce fonds. Pou (...)

27Cependant sur ce terrain Morimond affiche la plus large curiosité puisque nous y apercevons La tolérance des protestants et l’autorité de l’Eglise d’Isaac Papin (Paris, 1692), réplique à un ouvrage de Jurieu, publié au moment de sa conversion entre les mains de Bossuet56, mais aussi La réunion des protestants de Strasbourg à l’Eglise romaine, également nécessaire pour leur salut et facile selon leurs principes du jésuite Jean Dez (1643-1712)57, rare signe d’un intérêt pour le monde luthérien58, peut-être en raison de sa relative proximité, l’abbaye étant située juste sur la frontière entre Champagne et Lorraine.

  • 59 Sur l’importance de cette prédication : Françoise Chevalier, Prêcher sous l’édit de Nantes. La préd (...)
  • 60 Le titre exact est : Six Sermons de la nature, étendue, nécessité, dispensation et efficace de l’Ev (...)
  • 61 Le catalogue est ici imprécis. Ne s’agit-il pas plutôt de l’Exposition familière de l’oraison de No (...)
  • 62 La première édition, posthume, date de 1565. D’autres ont suivi : 1574, 1583, 1589, 1602...
  • 63 Cet auteur (1610-1674), originaire du Bordelais, eut un itinéraire complexe : il fut successivement (...)

28Notons qu’au-delà de 1700, aucune trace de la production du Refuge n’est présente dans ces collections, sans doute parce que, pour les religieux bourguignons et champenois, le protestantisme n’est plus à cette date un adversaire sur le terrain. Le jansénisme va le remplacer ! En revanche quelques bibliothèques conservent des sermons et des ouvrages de piété dus aux réformés, en particulier celle des Minimes de Tonnerre et surtout celle des Capucins de Dijon59. A Tonnerre figurent un recueil de 47 Sermons sur les prophéties de Daniel par Calvin, Cinq Décades de Sermons d’Henri Bullinger (1504-1575), successeur de Zwingli comme doyen des pasteurs de Zurich, et les Sermons de la nature… de Moyse Amyraut (1636)60. L’ensemble dijonnais est beaucoup plus riche : plus de 70 titres, dont se détachent des œuvres de Calvin, Théodore de Bèze, Du Plessis-Mornay, Amyraut, Jean Claude, les Epîtres (?) de Pierre Viret (1511-1571)61, les Dialogues de Jacques Tahureau (1527-1555)62, la Pratique des deux oraisons mentale et vocale de Jean de Labadie (Montauban, 1656)63

  • 64 Appelé à Paris par Henri IV, il quitte la France en 1610 pour l’Angleterre de Jacques Ier dont il a (...)
  • 65 François Laplanche, « A propos d’Isaac Casaubon : la controverse confessionnelle et la naissance de (...)
  • 66 Le plus souvent dans la traduction d’Amelot de la Houssaye, Amsterdam, 1683.
  • 67 Jacques Lenfant après des études à Saumur et à Genève devint pasteur de l’église française à Heidel (...)

29Dernier domaine où les auteurs protestants occupent une place non négligeable : l’histoire. Certes elle est parfois un instrument de la controverse comme avec les De Rebus sacris et ecclesiasticis exercitationes XVI (Londres, 1614, in-f°) du grand helléniste genevois Isaac Casaubon (1559-1614)64, présentes à Morimond et à Pontigny, répliques aux Annales de Baronius et aux travaux de Bellarmin65. Pontigny possédait également l’Abrégé de l’histoire du concile de Trente de Jurieu (Genève, 1682, 2 vol. in-12). Plus généralement comme la force du sentiment gallican chez ces moines leur faisait apprécier les auteurs manifestant quelque indépendance à l’égard de Rome (d’où le succès de l’Histoire du concile de Trente du servite vénitien Paolo Sarpi66), il n’est pas étonnant que les ouvrages de Jacques Lenfant (1661-1728)67, en particulier son Histoire du concile de Constance (1714), son Histoire du concile de Pise (1724) et son Histoire de la guerre des Hussites et du concile de Bâle (1731) soient fort répandus. Nous remarquons les trois à Morimond, à Molesme, chez les Génovéfains de Châtillon-sur-Seine, mais seulement celui relatif au concile de Constance à Pontigny et à Saint Bénigne.

  • 68 Histoire du Luthéranisme, Paris, 1680 (nombreuses rééditions), Histoire du Calvinisme, Paris, 1682 (...)

30Est-ce également la liberté d’esprit et de ton manifestée par le P. Maimbourg (elle lui valut d’être invité à quitter la Société de Jésus) qui explique le succès de ses histoires sur les hérésies, le calvinisme ou le luthéranisme68 ? Nous les rencontrons non seulement dans toutes les grandes collections mais aussi dans des fonds où elles constituent pratiquement la seule source d’information sur les confessions issues de la Réforme comme chez les Cisterciens de Beaulieu, les Carmes de Langres ou les Prémontrés d’Auxerre. Il est vrai que sur ce terrain, il fut davantage l’homme de la controverse antiprotestante la plus affirmée, d’où en réponse la Critique générale de l’Histoire du Calvinisme de Mr Maimbourg par Pierre Bayle (Genève, 1682) … jamais repérée à l’intérieur de ces cloîtres !

  • 69 Le titre exact de cet ouvrage de Théodore de Bèze est : La vie de Jean Calvin, Genève, 1581.
  • 70 Cette Histoire ecclésiastique des Eglises réformées au royaume de France, Anvers, 1580 (rééd. à Par (...)
  • 71 En revanche je n’y ai rencontré ni le recueil de Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Eglises (...)

31Une fois encore les Capucins de Dijon se distinguent par la possession d’une Histoire de la vie de Calvin69 et de l’Histoire des églises réformées attribuées à Théodore de Bèze70, d’un Recueil des synodes réformés (1559-1608) par David du Protet71, d’une Histoire des Vaudois par Jean-Paul Perrin (Genève, 1619) dont on sait que certains rejoignirent la Réforme.

  • 72 Mais non son Histoire des trembleurs [Quakers] publiée en 1733.
  • 73 Il s’agit de l’Historia Quakeriana, sive de vulgo dictis Quakeris…, Amsterdam, 1695.
  • 74 Celle-ci (en fait éditée à Nancy) est absente à Morimond mais présente chez les Bénédictins de Tonn (...)

32Les Cisterciens de Morimond s’ouvrent à d’autres sujets, mais uniquement avec des auteurs catholiques, même si tous ne sont pas d’une parfaite orthodoxie et d’une fidélité absolue à Rome. De la sorte on y voit l’Histoire des anabaptistes (Paris, 1706) du jésuite François Catrou (1668-1737)72, l’Histoire des Quakers de Gérard Croese (1695)73, ou encore, preuve de l’intérêt persistant pour une réunion des églises : La vraie manière de contribuer à la réunion de l’Eglise anglicane à l’Eglise catholique (Paris, 1728) de François Vivant, ouvrage qui est une réponse à la Dissertation sur la validité des ordinations des Anglais (Bruxelles, 1723) du génovéfain Pierre-François Le Courayer (1681-1776) qui finit par s’enfuir en Angleterre en 172874.

***

33Inégalement les bibliothèques monastiques de Bourgogne et de Champagne possédaient donc non seulement des livres sur le protestantisme mais encore des titres (en nombre non négligeable) écrits par des réformés, calvinistes pour la plupart. De ce point de vue quelques grandes collections comme celles de Morimond ou des Capucins de Dijon disposaient de fonds importants. La confrontation rapide avec d’autres collections monastiques ou ecclésiastiques a l’intérêt de poser une nouvelle fois la question de l’originalité ou non de l’exemple bourguignon et champenois au sein de l’espace français.

  • 75 Ainsi chez les Minimes de Dôle : Michel Vernus, « La bibliothèque des Minimes de Dôle en Franche-Co (...)
  • 76 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle. Les franciscains récollets de la province de Ly (...)
  • 77 Dominique Varry, « La bibliothèque des Capucins de Lure (Haute-Saône) en 1790 », Les religieux et l (...)

34Or, en nous penchant sur les bibliothèques de quelques ordres en d’autres provinces particulièrement bien analysées, nous retrouvons aisément l’inégalité du contenu des collections sur ce thème (allant parfois jusqu’à l’indigence totale75) comme la présence plus fréquente d’ouvrages calvinistes. Ainsi tout en étant des missionnaires plus nettement confrontés aux réformés que les religieux bourguignons, les récollets de la province de Lyon n’avaient, sauf sans doute à Lyon et à Grenoble, que peu de livres d’origine protestante et le nom de Luther n’y apparaît pas76. Luther mais aussi Calvin sont également absents de la bibliothèque des Capucins de Lure en Franche Comté. Cependant ces derniers possédaient quelques titres d’apologétique et de controverse, mais en très petit nombre et en majorité d’origine catholique. Une édition latine de la Confession d’Augsbourg, un volume de Moyse Amyraut et les Lettres pastorales adressées aux fidèles qui gémissent sous la captivité de Babylone de Pierre Jurieu ont néanmoins pu y être repérés77.

  • 78 Joël Fouilleron, « Tradition et modernité dans le miroir des livres. La bibliothèque des Minimes de (...)
  • 79 Marie-Hélène Froeschlé-Chopard et Gilles Sinicropi, « Lire pour croire. Etude de quelques bibliothè (...)
  • 80 Bernard Dompnier, « Le souvenir des affrontements confessionnels dans les bibliothèques conventuell (...)
  • 81 Archives dép. Bas-Rhin, Q 4324, inventaire de l’abbaye, 17 janvier 1791, cité par Claude Muller, Le (...)

35Une telle tendance se remarque aussi chez les Minimes de Béziers qui préfèrent aborder la controverse à travers des représentations polémiques et le miroir catholique qui renvoie et réfute l’ouvrage protestant, si bien qu’un seul titre de Du Moulin figure dans leur fonds78. En revanche une timide ouverture se manifeste chez les Carmes déchaux de Vic-sur-Seille en Lorraine et chez ceux de Toulon où l’on rencontre deux exemplaires des Consolations de l’âme fidèle contre les frayeurs de la mort de Drelincourt79. Il est difficile d’en dire autant de la bibliothèque des Capucins de Toulon, où Calvin et Daillé pèsent peu (en nombre) face à la multitude des champions du catholicisme, alors que, toujours dans cette cité, les Minimes possèdent des auteurs comme Claude, Josué de La Place, Drelincourt ou Jacques Saurin et que les Dominicains avec l’Institution de la religion chrétienne de Calvin, les Actes du synode de Dordrecht, des ouvrages de Rivet, Lenfant, Grotius, Bayle, Abbadie ont quelques instruments utiles pour connaître les Églises réformées80. Peut-être était-ce le cas également des Bénédictins d’Ebermunster en Alsace où les livres « hérétiques et défendus » (en partie luthériens ?) constituaient 11,65 % du fonds (1 049 volumes sur près de 9 000)81 ?

  • 82 Odile Krakovitch, « La vie intellectuelle dans les trois couvents minimes de la place Royale, de Ni (...)

36À Paris, la belle bibliothèque des Minimes de la place Royale (environ 20 000 volumes au xviiie siècle) comptait des ouvrages de polémistes aussi bien catholiques (de Du Perron à Bossuet) que protestants, calvinistes ou luthériens. Comme dans certaines collections bourguignonnes, ces derniers étaient groupés à part. Mais les Minimes avaient souvent préféré les éditions originales, imprimées aux Pays-Bas, aux Provinces Unies ou dans l’Empire. Deux éditions des Œuvres complètes de Luther et davantage encore de celles de Calvin, de nombreux textes de Théodore de Bèze, de Melanchton, de Farel, de Zwingli… permettaient un accès direct à la pensée des réformateurs. Mieux composée en ce domaine que les meilleures collections bourguignonnes et champenoises, cette bibliothèque surpassait de beaucoup celles des autres couvents « parisiens » de l’ordre où, à Vincennes comme à Nigeon, les œuvres « hérétiques » étaient nettement moins fournies, avec par exemple seulement quelques éditions partielles de Luther et de Calvin82.

  • 83 Evelyne Picard, « Une bibliothèque conventuelle au xviiie siècle : les Théatins de Sainte-Anne-la-R (...)
  • 84 Marie de Laubier-Lagarde, Les Capucins à Paris au xviiie siècle, Thèse de l’Ecole Nationale des Cha (...)

37La bibliothèque des Théatins de Sainte-Anne-la-Royale (environ 8 000 volumes) se rapprochait de ces dernières : la Bible de Luther, celle de Genève, des auteurs comme Grotius ou Lenfant y ont été remarqués83. Toujours à Paris, l’ensemble amassé par les Capucins du couvent de Saint Honoré, quoique plus important (environ 18 000 volumes), ne paraît pas plus riche en ouvrages protestants84.

  • 85 Nous préférons cet exemple à celui contemporain de Bossuet (le neveu, évêque de Troyes) dont la bib (...)
  • 86 Catalogue de la bibliothèque de Jean-Baptiste Massillon, édité et présenté par J. Ehrard et J. Renw (...)
  • 87 Archives dép. Haute-Marne, L 859. Cet inventaire du 3 prairial an VI fait état de très importantes (...)

38Sans prétendre à l’exhaustivité, deux sondages du côté de bibliothèques épiscopales, comparables par leurs dimensions à certaines collections monastiques, témoignent d’une présence des auteurs protestants assez proche de celle constatée chez les Cisterciens de Morimond. Ainsi Jean-Baptiste Massillon, évêque de Clermont, laisse-t-il à sa mort en 1742 près de 2 700 volumes85, où figurent des éditions et commentaires de la Bible par Luther, Calvin, Théodore de Bèze, Amyraut, l’Institution de la religion chrétienne de Calvin, des ouvrages de Pierre Viret, Jacques Lenfant, Du Plessis-Mornay, Isaac Casaubon, Jean Claude, André Rivet, les Synodes nationaux des Eglises réformées de France de Jean Aymon, le Traité de la vérité de la religion chrétienne de Jacques Abbadie86… Un peu plus tard, à Langres, la bibliothèque de l’évêché, saisie après le départ en émigration de Mgr de La Luzerne, comporte encore en 1798, malgré d’énormes pertes, environ 6 650 volumes parmi lesquels on remarque des œuvres de Bucer, Calvin, Grotius87

  • 88 Odette Barenne, Une grande bibliothèque de Port-Royal. Inventaire inédit de la Bibliothèque de Isaa (...)
  • 89 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société…, op. cit., t. II, p. 945-946 ; Michel Marion, Les bi (...)
  • 90 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730), Paris, 1998, p. 2 (...)
  • 91 Charles Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute Bretagne au xviiie siècle, Rennes, 197 (...)
  • 92 Jean Queniart, Culture et Société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Paris, 1978, (...)

39Une ouverture beaucoup plus timide à de tels auteurs se rencontre dans la bibliothèque laissée par Isaac-Louis Le Maistre de Sacy à sa mort en 1684. Certes la collection est relativement modeste : 1 040 ouvrages, parmi lesquels les auteurs protestants se limitent à Calvin (notamment son Institution de la religion chrétienne), Théodore de Bèze, André Rivet et Grotius88. Encore en trouve-t-on chez ce grand érudit de Port-Royal. En revanche, dans leur immense majorité, les bibliothèques de curés ou de chanoines semblent totalement dépourvues de titres écrits par tel ou tel courant de la Réforme, aussi bien à Paris89 qu’à Rouen90 ou en Bretagne91 et plus généralement dans l’ouest français92. Au mieux les positions protestantes sont aperçues (négativement) par l’intermédiaire des controversistes catholiques, Nicole, Arnauld et Bossuet en particulier.

  • 93 Dont nous n’avons pas envisagé le contenu des bibliothèques dans le cadre de cette contribution. En (...)
  • 94 Originaire de Nîmes, il devint un des maîtres de la chaire protestante française au Refuge, exerçan (...)
  • 95 Didier Boisson, « La bibliothèque d’un marchand de vin protestant à la fin du xviiie siècle », Bull (...)
  • 96 Philip Benedict, « Bibliothèques protestantes et catholiques à Metz au 17e siècle », Annales. Econo (...)

40Pour achever ce tour d’horizon, il nous a paru intéressant de jeter un regard sommaire du côté des réformés eux-mêmes, sans vouloir en tirer des conclusions, vu le petit nombre des études réalisées et utilisées ici. Chez les particuliers, comme chez les catholiques93, l’inégalité des collections est manifeste : est-ce un affadissement de la foi qui explique l’absence d’œuvres des réformateurs chez François-Pierre Pétineau, marchand de vin à Paris à la veille de la Révolution ? Il détient cependant quelques volumes de sermons écrits par des pasteurs comme Saurin (1677-1730)94 et le Traité de la vérité de la religion chrétienne d’Abbadie95. Au contraire à Metz au xviie siècle, Luther, Zwingli, Bucer, Calvin, Bèze sont omniprésents, tandis que Du Moulin, Drelincourt, Amyraut ou La chasse de la Bête romaine de Thomson sont fréquents dans les bibliothèques protestantes96.

  • 97 Jacques Fromental, op. cit., p. 124-125, d’après un inventaire réalisé vers 1623. L’ensemble est ma (...)
  • 98 Yves Gueneau, « Inventaire de la Bibliothèque de l’Église réformée d’Issoudun au xviie siècle », Bu (...)
  • 99 La domination des titres protestants à Issoudun (226 contre 86 d’origine catholique) est cependant (...)

41Plus comparables à celles des abbayes et couvents, les rares bibliothèques des églises réformées connues (grâce à des inventaires dressés par les consistoires) présentent des caractères qui les rapprochent parfois des collections catholiques. Deux retiendront notre attention, malgré leur nette antériorité par rapport à celles des religieux : Beaune (en Bourgogne)97 et Issoudun (en Berry)98. Dans les deux cas, les perspectives sont renversées puisque les ouvrages protestants l’emportent nettement sur ceux d’origine catholique, surtout à Beaune99. Mais comme dans les collections monastiques bourguignonnes s’affirme la prépondérance de Calvin et des auteurs dans son sillage : Beaune ne dispose en traduction française que de la Déclaration entière des fondements de la doctrine chrestienne de Luther et en latin de commentaires de l’Ecriture de Bucer et de Bullinger, ainsi que des sermons de ce dernier, alors que Calvin et Théodore de Bèze sont nettement mieux représentés. À Issoudun, Luther et Melanchton occupent un peu plus de place, même si Calvin, Bèze, Du Plessis-Mornay, Du Moulin figurent en plus grand nombre. Cette collection, plus riche que celle de Beaune, contient également des textes catholiques utiles pour saisir la nature des controverses entre confessions chrétiennes : Jean Eck, Bellarmin, Cotton, Coëffeteau… Bien entendu les auteurs réformés dominent dans ce registre avec notamment Daillé, Ferry, Du Moulin, Pierre Viret, Thomson. Enfin l’insistance sur l’Ecriture s’aperçoit aisément grâce à de multiples éditions et commentaires de la Bible, en énorme majorité œuvres de protestants.

***

  • 100 Marie-Elisabeth Montulet-Henneau, Les cisterciennes du pays mosan. Moniales et vie contemplative à (...)
  • 101 Les rares collections protestantes retrouvées montrent des tendances similaires : les positions cat (...)

42Poursuivre cette confrontation entre bibliothèques « ecclésiastiques » catholiques et protestantes serait d’un grand intérêt. Du fait de l’inégalité des sources, elle paraît difficile. En revanche, nous pouvons dégager quelques conclusions relatives aux collections monastiques et conventuelles de Bourgogne et de Champagne, valables à quelques nuances près pour l’ensemble de l’espace culturel français. Leur ouverture inégale au monde des réformés semble en effet acquis : les religieuses demeurent fermées à cet univers jusqu’au pays de Liège100 et les petites collections possèdent au mieux de rares titres sur le sujet, presque toujours d’origine catholique. Seules des bibliothèques importantes, dans des ordres tournés vers l’étude (Bénédictins, abbayes cisterciennes à la tête d’une filiation et pourvues d’un noviciat) ou la prédication (Dominicains, Capucins, Minimes… au moins autant que les Jésuites), possèdent des instruments permettant de connaître les positions de l’adversaire. Globalement la curiosité est donc limitée. Mais la priorité n’est-elle pas d’ignorer volontairement le huguenot, comme s’il n’existait pas ? ou alors d’en avoir une sainte horreur pour s’en préserver ? éventuellement de le pourfendre en utilisant d’abord les armes élaborées par le camp catholique, d’autant que celui-ci est largement majoritaire101 ?

43D’autres constats ressortent ensuite : en France, le protestant est d’abord un calviniste. Les œuvres luthériennes (sauf exception) sont peu nombreuses ou absentes de ces collections monastiques, du fait de la langue parfois (d’où en ce domaine une majorité de textes latins) mais surtout en raison de leur situation (sauf à propos de Vic-sur-Seille et d’Ebermunster) au sud et à l’ouest de la Lorraine, véritable frontière de catholicité face au monde germanique luthérien. De ce fait également le puritanisme anglais et ses héritiers n’intéressent pas nos moines, tout au plus attentifs, par le biais d’une minorité, à des perspectives de rapprochement avec les anglicans jusqu’au xviiie siècle.

44Chronologiquement les éditions protestantes des xvie et xviie siècles ont plus pénétré dans ces abbayes et monastères que la littérature du Refuge, si bien qu’on a l’impression que pour les moines et les religieux français, passé les années 1685-1700, l’adversaire n’est plus en face (le réformé) mais à l’intérieur (le janséniste), impression renforcée quand on considère la place occupée dans nos bibliothèques par les ouvrages sur le jansénisme, globalement plus nombreux.

  • 102 L’Histoire des variations des Eglises protestantes contient une multitude de références précises au (...)

45Enfin des questions demeurent : quel usage nos religieux faisaient-ils de cette littérature ? Qui parmi eux l’utilisaient réellement ? librement ou sur commande ? comment ces ouvrages sont-ils arrivés là ? Dans de nombreux cas, faute de sources, nous n’aurons jamais de réponse sûre à ces interrogations. Cependant, en se penchant de plus près sur les ouvrages imprimés de nos religieux, et pas seulement dans le domaine de la controverse, on pourrait apprécier leur base documentaire, leurs citations (exactes ? tronquées ? déformées ?) des auteurs protestants et leur utilisation. Il y a là encore un terrain d’investigation102.

Notes

1 Conservés pour la France, soit aux Archives nationales (série F 17), soit surtout dans les archives départementales en fonction des lieux où elles se trouvaient (principalement dans les séries H, L et Q), soit dans les bibliothèques municipales dont elles ont parfois constitué le premier noyau des collections. Ajoutons qu’il existe aussi, mais en très petit nombre, des inventaires à des dates antérieures pour quelques-unes de ces bibliothèques.

2 Ainsi, à la fin de l’inventaire de la bibliothèque des Bénédictins de Saint Bénigne à Dijon, cette indication de « 14 paquets de vieux livres sur divers sujets » (Archives dép. Côte-d’Or, Q 830/3).

3 A ce sujet, voir les récentes remarques de Bernard Dompnier et de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « Le livre au couvent », Les religieux et leurs livres à l’époque moderne, (sous la dir. des mêmes), Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2000, p. 9-18.

4 Dominique Dinet, Religion et Société : les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin xvie-fin xviiie siècles), Paris, 1999, t. II, p. 564-594. Depuis cette enquête, deux inventaires supplémentaires (vers 1790) ont été repérés : celui des Cisterciens de Notre Dame des Roches (Archives dép. Nièvre, 1 Q 863) et celui des Génovéfains du Val des Ecoliers (Archives nationales, F 17, 1175). Ce dernier a été étudié par Catherine Guyon, « Les livres des Écoliers. État de la question », Les religieux et leurs livres…, op. cit., p. 21-38.

5 Seule la bibliothèque des Dominicaines de Dijon dépasse ce seuil lors de la fermeture (pour faillite) de cette maison en 1768 (Archives dép. Côte-d’Or, H 1090).

6 Ajoutons que si un ouvrage de ce genre leur était donné par un laïc, même un parent, le confesseur cherchait (nous en avons quelques indices) à se le faire remettre ou en demandait la destruction.

7 Archives dép. Yonne, L 626.

8 Bib. municipale d’Auxerre, ms 260-g.

9 Archives dép. Haute-Marne, 1 Q 320.

10 A noter que dans ces deux bibliothèques, d’après les cotes relevées dans les inventaires, les ouvrages protestants sont tous regroupés et constituent comme un fonds à part (près de 180 titres à Morimond déjà).

11 Archives dép. Côte-d’Or, H 399 (cote provisoire, anciennement 68 H registre, travée 208).

12 Sur le protestantisme bourguignon : Jacques Fromental, La réforme en Bourgogne aux xvie et xviie siècles, (Publications de l’Université de Dijon, t. XLI), Paris, 1968.

13 D. Dinet, Religion et Société…, op. cit., t. I, p. 86-87.

14 Archives dép. Haute-Marne, 2 H 9.

15 Bib. municipale Châtillon-sur-Seine, ms 26.

16 Archives dép. Yonne, L 626, Cordeliers de Tanlay : no 283 du catalogue (un volume in-f°, sans autre précision).

17 Archives dép. Côte-d’Or, 1 Q 830/3 : no 728 du catalogue (sans date).

18 Bib. municipale Auxerre, ms 260/l : nous n’avons pas la date de cette édition in-f°.

19 Archives dép. Yonne, L 626, Bénédictins de Tonnerre : Bible éditée à Genève en 1564.

20 A ce sujet : Patrice Veit, « Le chant, la Réforme et la Bible », Le temps des Réformes et la Bible (dir. G. Bedouelle et B. Roussel), Paris, 1989, p. 664-666.

21 Archives dép. Côte-d’Or, 3 H 66. D’après ce catalogue, ce livre aurait été publié à Charenton en 1650. Sur la place de cet auteur dans le protestantisme français : Emile-G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, Paris, 1964, t. III, p. 74.

22 Archives dép. Haute-Marne, 8 H 74 : édition de Genève, 1637 (no 1791 du catalogue).

23 Julien-Eymard d’Angers (dans le monde Charles Chesneau), L’apologétique en France de 1580 à 1670. Pascal et ses précurseurs, Paris, 1954, p. 38-40 souligne cette convergence entre catholiques et protestants.

24 Plusieurs éditions latines et une italienne (1602-1612) ont été signalées par Louis Desgraves, Répertoire des ouvrages de controverse entre Catholiques et Protestants en France (1598-1685), Genève, 1984-1985, mais la première date de 1581, chez Plantin à Anvers : Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598-1701), Genève, 1984, t. I, p. 176-177.

25 Pour une première approche : Léopold Willaert, Après le concile de Trente, la Restauration catholique (1563-1648), (t. 18 de l’Histoire de l’Église dirigée par A. Fliche et V. Martin), Paris, 1960, p. 326-327 et René Voeltzel, Vraie et fausse Église selon les théologiens protestants français du xviie siècle, Paris, 1955.

26 Sur ce livre : Jean Roth, Une apologie protestante au xviie siècle : le « Traité des Religions » de Moïse Amyraut, Strasbourg, 1953.

27 L’édition originale est de 1627. A ce sujet : J. Ter Meulen et P. J. J. Diermanse, Bibliographie des écrits imprimés de Hugo Grotius, La Haye, 1950. La première édition de cette traduction par le P. Le Jeune parut en 1691 à Paris.

28 Hans Bots et Pierre Leroy, « Hugo Grotius et la réunion des chrétiens : entre le savoir et l’inquiétude », xviie siècle, 1983, p. 451-469.

29 E.-G. Léonard, Histoire générale du protestantisme, Paris, 1961, t. II, p. 347. Au passage rappelons qu’il perdit lui-même huit de ses enfants.

30 Dominique Dinet, « Mourir en religion aux xviie et xviiie siècles », Revue Historique, t. CCLIX/I, 1978, p. 29-54.

31 Les deux premiers volumes, parus à Rotterdam en 1684, furent suivis d’un troisième en 1689 intitulé Traité de la divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, également présent dans ces collections monastiques. A ce sujet : Albert Monod, De Pascal à Chateaubriand. Les défenseurs français du christianisme de 1670 à 1802, Paris, 1916, p. 99-141.

32 Madame de Sévigné, Correspondance, éd. Roger Duchêne, Paris, 1978, t. III, p. 347 (lettre du 13 août 1688).

33 Bib. municipale Châtillon-sur-Seine, ms 26. En revanche, on ne voit nulle part sa Vérité de la religion chrétienne réformée, Rotterdam, 1718 !

34 Alfred Desautels, Les Mémoires de Trévoux et le mouvement des idées au xviiie siècle. 1701-1734, Rome, 1956, p. 189.

35 E.-G. Leonard, op. cit., t. II, p. 367 et t. II, p. 45.

36 No 1692 du catalogue. Sur cet ouvrage : A. Monod, op. cit., p. 253-254.

37 Même si certains ministres comme Louis Leblanc à Sedan (+ 1675) cherchèrent à minimiser les différences, notamment dans ses Thèses théologiques soutenues à l’Académie de Sedan, ouvrage figurant dans la bibliothèque de Morimond.

38 A ce sujet : La controverse religieuse xvie-xixe siècles, (1er colloque Jean Boisset), Montpellier, s. d. [1980], 2 vol. et Jacques Solé, Le Débat entre protestants et catholiques français de 1598 à 1685, Paris, 1985, 4 vol.

39 L’auteur est le célèbre Du Plessis-Mornay. Cet ouvrage connut de nombreuses rééditions, parfois en latin (notamment à Hanovre et à Francfort). Sur ce livre et le débat ouvert alors : Louis Desgraves, « Les controverses sur la messe à la fin du xvie et au début du xviie siècle », Histoire de la messe xviie-xixe siècles, Angers, 1980, p. 37-50.

40 En fait la première version parut en 1626 sous le titre : Conformité de la créance de l’Eglise et de S. Augustin sur le sacrement de l’Eucharistie, opposée à la réfutation des cardinaux Du Perron, Bellarmin et autres… (L. Desgraves, op. cit., t. I, no 3404).

41 La suite du titre est parfaitement explicite : contre la présence corporelle et transsubstantiation...

42 Cet ouvrage de La Place (1596-1665) eut plusieurs éditions. Les premières (1639-1640) sont plus iréniques, portant en sous-titre : Pour servir d’eschantillon au vray moyen de nous reünir en mesme religion…, alors qu’à partir de 1643, l’autorité de saint Jean est invoquée contre les catholiques : L. Desgraves, op. cit., t. II, p. 81, 87 et 114.

43 La suite du titre est claire : Où est monstré par l’Escriture saincte, et par les témoignages de l’ancienne Eglise, que la Messe est contraire à la parole de Dieu et esloignée du chemin de salut...

44 Plusieurs rééditions à Amsterdam en 1671, 1675…

45 En outre dès 1671, Nicole lance dans l’anonymat les Préjugés légitimes contre les Calvinistes. A la suite de la « paix de l’Eglise » (1668), les jansénistes rejoignent les rangs catholiques dans le combat commun contre les protestants…

46 Sur ce débat, outre les précisions fournies par L. Desgraves, op. cit., t. II, la meilleure introduction demeure C.-A. Sainte Beuve, Port-Royal, 6e éd., Paris, 1901, t. IV, p. 443-460. Voir aussi R. Voeltzel, Vraie et fausse Eglise, op. cit., p. 24-30, 139 et suivantes.

47 Ouvrage absent du Répertoire de L. Desgraves, sans doute postérieur à La conversion du Sr. Pelletier à la foy catholique, 1609. Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris sous Henri IV, Paris, 1911 fait seulement allusion à ce personnage (p. 536-537), de même Pierre de l’Estoile dans son Journal en septembre 1609 (éd. André Martin, Paris, 1958, p. 531). Plus généralement sur ce problème et l’utilisation polémique des conversions (dans les deux sens) : La conversion au xviie siècle, XIIe Colloque du C.M.R. 17 (1982), Marseille, 1983 et en particulier : Louis Desgraves, « Un aspect des controverses entre catholiques et protestants, les récits de conversion (1598-1628) », p. 89-110.

48 En son temps, Véron fut un auteur célèbre comme le rappelle Bernard Dompnier, Le venin de l’hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au xviie siècle, Paris, 1985, p. 179-186.

49 Ouvrage posthume et inachevé, publié en 1651. A ce sujet : Roland Mousnier, L’homme rouge ou la vie du cardinal de Richelieu (1585-1642), Paris, 1992, p. 617-622.

50 Sur ce témoignage : Marc Lienhard, Martin Luther, un temps, une vie, un message, Paris-Genève, 1983.

51 A. Lods, « Une polémique entre Théodore de Bèze et Jacques Andreae », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1897, p. 192-215, à compléter par Jill Raitt, The Colloquy of Montbéliard. Religion and Politics in the Sixteenth Century, New York and Oxford, 1993.

52 Pour une relecture de cet ouvrage : Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu, Paris, 1990, t. I, p. 213 sq. et 482 sq. Rappelons que nos abbayes avaient subi ces violences, ici plus en 1567-1568 qu’en 1562 : D. Dinet, Religion et société, op. cit., t. I, p. 27-33.

53 A ce sujet François Gaquere, Le dialogue irénique Bossuet-Leibniz, Paris, 1966 ne dispense pas de la consultation d’Alfred Rebelliau, Bossuet, historien du protestantisme, Paris, 1892, de Jean Baruzi, Leibniz et l’organisation chrétienne de la terre, Paris, 1907, de Jean Orcibal, Louis XIV et les protestants, Paris, 1951, d’Aimé-Georges Martimort, Le gallicanisme de Bossuet, Paris, 1953 (en particulier p. 277-290) et de Jean Deprun, « Classicisme et baroquisme religieux : la controverse Bossuet-Leibniz », Bossuet. La prédication au xviie siècle (Colloque de Dijon, 1977), Paris, 1980, p. 361-373. A noter que Paul Pellisson (1624-1693), protestant converti et décrié pour son rôle dans la « Caisse des conversions », s’est toujours efforcé de continuer le dialogue avec ses anciens coreligionnaires. Il laissa même un Traité de l’eucharistie publié peu après sa mort en 1694, œuvre possédée par les Cisterciens de Morimond.

54 Mais ces répliques sont absentes de la bibliothèque de Morimond.

55 C’est une réponse au Renversement de la morale de Jésus-Christ par la doctrine des Calvinistes touchant la justification d’Arnauld (Paris, 1672), lui aussi présent à Morimond (no 842 du catalogue).

56 Les querelles internes au calvinisme sur la grâce, la prédestination… amenèrent Isaac Papin (1657-1709) à recevoir après 1685 les ordres anglicans, puis après une polémique avec Jurieu à passer au catholicisme : E.-G. Leonard, op. cit., t. II, p. 342 (bibliographie).

57 Jean Dez fut le premier supérieur des Jésuites de Strasbourg, établis par Louis XIV après la « réunion » de 1681. Il fut aussi le premier recteur du collège ouvert en 1685 et plusieurs fois provincial de Champagne (Pierre Delattre, Les établissements des Jésuites en France, Enghien-Wetteren, 1956, t. IV, col. 1140-1150). Morimond possédait les deux éditions françaises de 1687 et de 1689, mais non la traduction allemande, œuvre du « prêteur royal » Obrecht, converti au catholicisme en 1684.

58 En revanche les œuvres (antérieures) du pasteur Bebel (à Strasbourg) sont absentes de ce fonds. Pour replacer ce débat en Alsace et plus généralement dans les perspectives de « réunion » avec Bossuet, Leibniz…, voir Louis Chatellier, Tradition chrétienne et renouveau catholique dans l’ancien diocèse de Strasbourg (1650-1770), Paris, 1981, p. 259-280. Voir également Bernard Vogler, « Louis XIV et les protestants alsaciens de 1680 à 1690 », La Révocation de l’Edit de Nantes et le protestantisme français en 1685, (Colloque de Paris, 1985), Paris, 1986, p. 173-186 et les précisions de Marc Lienhard, « Les controverses entre Luthériens et Catholiques à Strasbourg entre 1682 et 1688 », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1986, p. 213-237 et de Thierry Sarmant et Hervé Lemoigne, « Les douces violences : Dominique Dietrich et la politique religieuse de la monarchie à Strasbourg. 1681-1694 », Ibid., 2000, p. 367-390.

59 Sur l’importance de cette prédication : Françoise Chevalier, Prêcher sous l’édit de Nantes. La prédication réformée au xviie siècle en France, Genève, 1994.

60 Le titre exact est : Six Sermons de la nature, étendue, nécessité, dispensation et efficace de l’Evangile, Saumur, 1636.

61 Le catalogue est ici imprécis. Ne s’agit-il pas plutôt de l’Exposition familière de l’oraison de Notre Seigneur Jésus-Christ, Genève, 1548 ? Sur cet auteur voir les récentes contributions réunies dans le Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, oct-déc. 1998, p. 759-898 et l’ouvrage plus ancien de J. Barnaud, Pierre Viret, sa vie et son œuvre, Saint Amans, 1911.

62 La première édition, posthume, date de 1565. D’autres ont suivi : 1574, 1583, 1589, 1602...

63 Cet auteur (1610-1674), originaire du Bordelais, eut un itinéraire complexe : il fut successivement jésuite, chanoine d’Amiens (accusé alors de jansénisme et de penchants vers la Réforme [Pierre Deyon, Amiens capitale provinciale. Etude sur la société urbaine au 17e siècle, Paris-La Haye, 1967, p. 409-420]), carme, pasteur à Montauban, Orange, Londres, Genève, Utrecht, Middelbourg, « sectaire » à Amsterdam et à Altona (E.-G. Leonard, op. cit., t. III, p. 74-75, bibliographie).

64 Appelé à Paris par Henri IV, il quitte la France en 1610 pour l’Angleterre de Jacques Ier dont il admire l’organisation ecclésiastique : J. Pannier, op. cit., p. 469-472.

65 François Laplanche, « A propos d’Isaac Casaubon : la controverse confessionnelle et la naissance de l’histoire », History of European Ideas, t. 9/4, 1988, p. 405-422 et du même : « Réseaux intellectuels et options confessionnelles entre 1550 et 1620 », Les Jésuites à l’âge baroque (dir. Luce Giard et Louis de Vaucelles), Grenoble, 1996, p. 89-114.

66 Le plus souvent dans la traduction d’Amelot de la Houssaye, Amsterdam, 1683.

67 Jacques Lenfant après des études à Saumur et à Genève devint pasteur de l’église française à Heidelberg. Chassé par les troupes de Louis XIV en 1688, il se fixe alors à Berlin. Homme du Refuge, il garda néanmoins un ton modéré vis-à-vis des catholiques dans ses œuvres historiques, d’où leur succès en France.

68 Histoire du Luthéranisme, Paris, 1680 (nombreuses rééditions), Histoire du Calvinisme, Paris, 1682 (nombreuses rééditions). Louis Maimbourg (1610-1686) était encore dans la Compagnie en 1680. Il en fut chassé en 1681, à la demande d’Innocent XI, pour avoir fait preuve d’indépendance vis-à-vis de la papauté médiévale. Sur le succès de ses ouvrages : H.-J. Martin, Livres, pouvoirs et société, op. cit., p. 716-717.

69 Le titre exact de cet ouvrage de Théodore de Bèze est : La vie de Jean Calvin, Genève, 1581.

70 Cette Histoire ecclésiastique des Eglises réformées au royaume de France, Anvers, 1580 (rééd. à Paris en 1883-1889 et réimprimée à Genève en 1974) a été longtemps attribuée à Théodore de Bèze. En réalité, c’est un recueil de matériaux historiques réunis à son initiative et mis en œuvre par Simon Goulart.

71 En revanche je n’y ai rencontré ni le recueil de Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Eglises réformées de France, La Haye, 1710 ni l’ouvrage catholique mais bien informé de Florimond de Raemond, L’Histoire de la naissance, progrès et décadence de l’hérésie de ce siècle, Paris, 1605, livre présent à la chartreuse de Lugny et chez les Doctrinaires de Noyers.

72 Mais non son Histoire des trembleurs [Quakers] publiée en 1733.

73 Il s’agit de l’Historia Quakeriana, sive de vulgo dictis Quakeris…, Amsterdam, 1695.

74 Celle-ci (en fait éditée à Nancy) est absente à Morimond mais présente chez les Bénédictins de Tonnerre. Sur ce débat : Edmond Préclin, L’union des églises gallicane et anglicane. Une tentative au temps de Louis XV. P.-F. Le Courayer et Guillaume Wake, Paris, 1928. Du même voir aussi : Un traducteur et historien de la Réforme : P.-F. Le Courayer, Besançon, 1950. Rappelons que ce génovéfain a été censuré par le concile d’Embrun puis par un bref de Benoît XIII (1728).

75 Ainsi chez les Minimes de Dôle : Michel Vernus, « La bibliothèque des Minimes de Dôle en Franche-Comté », Les religieux et leurs livres, op. cit., p. 73-85.

76 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle. Les franciscains récollets de la province de Lyon aux xviie et xviiie siècles, Saint-Etienne, 1997, p. 403.

77 Dominique Varry, « La bibliothèque des Capucins de Lure (Haute-Saône) en 1790 », Les religieux et leurs livres, op. cit., p. 65-67.

78 Joël Fouilleron, « Tradition et modernité dans le miroir des livres. La bibliothèque des Minimes de Béziers à la fin du xviiie siècle », Ibid., p. 96-97.

79 Marie-Hélène Froeschlé-Chopard et Gilles Sinicropi, « Lire pour croire. Etude de quelques bibliothèques de Carmes déchaux », Ibid., p. 127. Cet ouvrage de Drelincourt a été plusieurs fois repéré en Bourgogne.

80 Bernard Dompnier, « Le souvenir des affrontements confessionnels dans les bibliothèques conventuelles de Toulon », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 83, 1997, p. 45-55. Bordeaux est un autre exemple méridional à considérer : Philippe Loupes, « A propos des bibliothèques des couvents franciscains de Bordeaux à la fin de l’ancien régime », Revue Française d’Histoire du Livre, no 53, 1986, p. 547-555.

81 Archives dép. Bas-Rhin, Q 4324, inventaire de l’abbaye, 17 janvier 1791, cité par Claude Muller, Les Bénédictins d’Alsace dans la tourmente révolutionnaire, Langres, 1990, p. 24-25. On notera la proximité de ce pourcentage avec celui des Capucins de Dijon. Le contenu mériterait d’être étudié de plus près. Cela figure parmi les enquêtes prioritaires que nous envisageons en Alsace.

82 Odile Krakovitch, « La vie intellectuelle dans les trois couvents minimes de la place Royale, de Nigeon et de Vincennes », Bulletin de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile de France, 109e année, 1982, Paris, 1983, p. 23-175 (en particulier p. 74-76, 100 et 107). Le couvent de Nigeon, le premier implanté, du vivant même de saint François de Paule, était situé à Chaillot.

83 Evelyne Picard, « Une bibliothèque conventuelle au xviiie siècle : les Théatins de Sainte-Anne-la-Royale », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. XXVII, 1979, p. 235-255. C’est le seul couvent de Théatins installé en France, à l’initiative de Mazarin.

84 Marie de Laubier-Lagarde, Les Capucins à Paris au xviiie siècle, Thèse de l’Ecole Nationale des Chartes, 1996.

85 Nous préférons cet exemple à celui contemporain de Bossuet (le neveu, évêque de Troyes) dont la bibliothèque (connue par un catalogue imprimé en 1742, réalisé pour la vente de cette collection) est formée en grande partie des livres hérités de son oncle, pour lesquels nous ne disposons que d’un inventaire sommaire dressé en mai 1704 et publié dans la Revue Bossuet, 1901, p. 139-147 et 149-157.

86 Catalogue de la bibliothèque de Jean-Baptiste Massillon, édité et présenté par J. Ehrard et J. Renwick, Clermont-Ferrand, 1977.

87 Archives dép. Haute-Marne, L 859. Cet inventaire du 3 prairial an VI fait état de très importantes lacunes, de nombreux titres ayant été distraits de ce fonds, parfois au profit de la bibliothèque de l’Ecole centrale du département.

88 Odette Barenne, Une grande bibliothèque de Port-Royal. Inventaire inédit de la Bibliothèque de Isaac-Louis Le Maistre de Sacy (7 avril 1684), Paris, 1985. On sait que celui-ci fut à l’origine d’une traduction française (commentée) de la Bible qui connut un vif succès au xviiie siècle (Sacy mourut avant l’achèvement de cette grande entreprise éditoriale, poursuivie grâce aux papiers qu’il avait laissés).

89 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société…, op. cit., t. II, p. 945-946 ; Michel Marion, Les bibliothèques privées à Paris au milieu du xviiie siècle, Paris, 1978, p. 171-176. Soulignons cependant l’imprécision de la source, l’inventaire après décès, qui met en avant quelques titres considérés comme ayant à l’époque une valeur marchande et en néglige beaucoup d’autres. Cette remarque vaut également pour les ouvrages cités dans les trois notes suivantes.

90 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730), Paris, 1998, p. 228, 443 et 675 (minuscule ouverture après 1700).

91 Charles Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute Bretagne au xviiie siècle, Rennes, 1974, p. 556-560.

92 Jean Queniart, Culture et Société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Paris, 1978, p. 195-202.

93 Dont nous n’avons pas envisagé le contenu des bibliothèques dans le cadre de cette contribution. En ce domaine, beaucoup ressemblent à celles des curés et chanoines évoquées à l’instant.

94 Originaire de Nîmes, il devint un des maîtres de la chaire protestante française au Refuge, exerçant plus de vingt-cinq ans la fonction de pasteur à La Haye (E.-G. Leonard, op. cit., t. III, p. 73, bibliographie).

95 Didier Boisson, « La bibliothèque d’un marchand de vin protestant à la fin du xviiie siècle », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 147, 2001, p. 201-224. Originaire de Gien (alors dans le diocèse d’Auxerre) sa modeste collection contient cependant près de 15 % d’ouvrages religieux.

96 Philip Benedict, « Bibliothèques protestantes et catholiques à Metz au 17e siècle », Annales. Economie, Société, Civilisation, 1985, p. 343-370.

97 Jacques Fromental, op. cit., p. 124-125, d’après un inventaire réalisé vers 1623. L’ensemble est maigre : 44 titres seulement.

98 Yves Gueneau, « Inventaire de la Bibliothèque de l’Église réformée d’Issoudun au xviie siècle », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 131, 1985, p. 71-104. Celui-ci date de 1679 et la liste complète des titres (tous antérieurs à 1639) figure en appendice à cet article. Peu d’autres collections similaires sont connues et ont fait l’objet d’une étude. Signalons cependant celle de Charenton analysée par Jacques Pannier dans la même revue, t. 55, p. 40-68.

99 La domination des titres protestants à Issoudun (226 contre 86 d’origine catholique) est cependant moins forte que celle des ouvrages catholiques dans les collections monastiques.

100 Marie-Elisabeth Montulet-Henneau, Les cisterciennes du pays mosan. Moniales et vie contemplative à l’époque moderne, Bruxelles-Rome, 1990, p. 556-566.

101 Les rares collections protestantes retrouvées montrent des tendances similaires : les positions catholiques sont d’abord connues par le prisme déformant des controversistes réformés. En outre, souvent du fait des circonstances, ces collections sont peu fournies et guère à jour : à Issoudun, aucune acquisition n’a eu lieu depuis 1638.

102 L’Histoire des variations des Eglises protestantes contient une multitude de références précises aux ouvrages réformés, page après page. Cette habitude n’est ni propre à Bossuet, ni réservée aux livres de controverse, mais commune à l’époque jusque dans les volumes de sermons. Une enquête systématique (et non pas seulement sur un ouvrage) aurait donc quelque intérêt.

Notes de fin

1 Initialement paru dans Terres d’Alsace, Chemin d’Europe. Mélanges offerts à Bernard Vogler, D. Dinet, F. Igersheim, (dirs.), Presses Universitaires de Strasbourg, 2003, p. 155-175.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search