Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

L’abbaye de Notre-Dame de Tart à l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe siècles)1

(2001)2

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend et développe une conférence donnée au Musée de la vie bourguignonne le 24 janvier (...)
  • 2 Initialement paru dans Cîteaux : commentarii cistercienses, t. 52, fasc. 3-4 (2001), p. 351-366.
  • 1 À ce sujet, outre H. Helyot, Dictionnaire des ordres religieux, rééd. Migne-Badiche, t. III, Paris, (...)

1L’abbaye de Notre-Dame de Tart est généralement mieux connue pour la période médiévale que pour la période moderne. Il est vrai qu’elle fut la première abbaye de filles de l’ordre de Cîteaux, fondée vers 1124. Son excellente réputation initiale lui valut des recrues distinguées par leur naissance et leur vertu tandis que de grandes dames s’y retiraient pour y finir leurs jours à l’exemple d’Alix de Saxe, sœur de l’empereur Lothaire II et veuve du duc de Lorraine Simon Ier. La maison fut alors capable de fonder d’autres monastères. En 1200, plus de 18 abbayes constituaient une filiation féminine de l’ordre de Cîteaux avec un chapitre général qui se tenait chaque année à Tart, à la fête de saint Michel. Un siècle plus tard, le pape Boniface VIII supprimait tout cela et soumettait plus étroitement les religieuses et l’abbesse à la clôture tout en les plaçant sous la juridiction de l’abbé de Cîteaux, tout proche1.

2Dès lors l’histoire de cette abbaye intéressa peu les chercheurs. Tout au plus rappelait-on qu’elle avait été transférée à Dijon en 1623 et « réformée » à ce moment selon l’esprit du concile de Trente. Or les bâtiments construits aux xviie et xviiie siècles existent toujours pour l’essentiel, représentant aujourd’hui le seul ensemble monastique de cette époque conservé à Dijon. Mais du fait de l’installation en 1803 dans ces locaux de « l’hospice Sainte-Anne », institution créée également au xviie siècle, le touriste de passage croit découvrir l’église ou la chapelle Sainte Anne, convertie en 1979 en Musée d’Art Sacré tandis que le cloître abrite depuis 1982 le Musée de la Vie Bourguignonne, à la suite d’une restauration intelligente menée par la Ville de Dijon.

  • 2 Objet de nos thèses de doctorat de 3e cycle (1985) et de doctorat d’État (1996), publiées l’une sou (...)

3Ayant souvent rencontré ces moniales au cours de nos recherches sur les Réguliers (hommes et femmes) de Bourgogne et de Champagne et leurs rapports avec la société de l’époque moderne2, il nous a semblé utile de livrer ici quelques éléments majeurs de ce dossier et de dégager les traits essentiels de la vie de cette maison aux xviie et xviiie siècles. Nous nous arrêterons particulièrement sur la réforme et le transfert de l’abbaye à Dijon, donc d’abord sur une courte période : 1622-1629, moins d’une décennie, puis sur la difficile recherche d’un équilibre pour cette nouvelle maison, ce qui a nécessité un temps beaucoup plus long (de 1629 jusqu’à la fin du xviie siècle, pratiquement) et enfin sur son éclat au xviiie siècle qui se manifeste jusqu’à la Révolution.

La réforme et l’établissement à Dijon

4Au préalable il faut rappeler que l’abbaye et ses domaines, situés au sud-est de Dijon, assez près de Saint Jean-de-Losne, ont plus ou moins subi les outrages des guerres de religion au xvie siècle. Cependant elle paraît avoir souffert davantage encore d’un relâchement de l’observance régulière, peut-être depuis la fin du xve siècle. Sous l’influence d’un recrutement très aristocratique, la clôture avait disparu si bien qu’un mode de vie plus mondain que cistercien s’y était établi. Quant aux abbesses, elles se succédaient en apparence par résignation les unes au profit des autres, en réalité selon les accords conclus entre quelques familles avec le bon vouloir de l’abbé de Cîteaux.

  • 3 Allusion dans une lettre du 13 juillet 1622, publiée par Louis Prunel, Lettres spirituelles de Séba (...)

5En conséquence les témoignages sur les « dérèglements » de la maison s’étaient multipliés. En 1622, l’abbaye était « ouverte aux gentilshommes du pays », d’après les propos de l’évêque de Langres Sébastien Zamet, fils d’un financier au service d’Henri IV, mais chaud partisan de réforme (religieuse), selon l’air du temps3.

  • 4 Texte moderne dans A. Michel, Les décrets du Concile de Trente (Hefele-Leclercq, Histoire des conci (...)
  • 5 Guy du Rousseaud de Lacombe, Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale, Paris, 1771, III, p (...)
  • 6 Statuta capitulorum generalium Ordinis Cisterciensis ab anno 1116 ad annum 1786, éd. J.M. Canivez, (...)
  • 7 À ce sujet, voir Jean-Luc Cousinat, « Les initiateurs de l’Etroite Observance », Réformes et contin (...)
  • 8 Dominique Dinet, Religion et Société…, p. 122-125.

6En effet le concile de Trente dans sa XXVe et dernière session avait pris un décret de réforme des réguliers et des moniales, en insistant sur le respect de la clôture et en invitant les moniales à quitter des campagnes peu sûres pour s’abriter derrière les solides remparts des villes (1563)4. Certes en raison de la puissance du gallicanisme et des manœuvres gouvernementales vis-à-vis des protestants, le concile ne fut pas « reçu » en France, mais ses dispositions relatives à la réforme des moniales passèrent dans la législation royale, en particulier grâce à l’édit de décembre 16065. D’autre part, les chapitres généraux de l’ordre de Cîteaux en 1601 et en 1605 avaient déjà pris quelques mesures pour mieux contrôler les abbayes de femmes6, tandis que quelques moines et abbés s’efforcèrent de ramener l’Ordre à la pureté de la règle primitive et tentèrent d’organiser une « étroite observance7 ». Surtout l’opinion voulait une véritable réforme du clergé, y compris des abbayes de filles. On en a de multiples indices en ces provinces de Bourgogne et de Champagne, notamment dans les délibérations municipales de quelques villes et dans les cahiers de doléances présentés aux États généraux de 16148.

  • 9 Polycarpe Zakar, Histoire de la stricte observance de l’ordre cistercien depuis ses débuts jusqu’au (...)
  • 10 À Migette, en Franche Comté, communauté qui suivait la règle urbaniste, donc atténuée par rapport à (...)
  • 11 Née en avril 1591, aînée d’une famille noble de Bourgogne, elle accède à la direction d’une abbaye (...)

7On eut donc à Tart dans les premiers mois de 1622 trois autorités favorables à ce mouvement : l’évêque du lieu, Sébastien Zamet ; l’abbé de Cîteaux, Nicolas Boucherat et l’abbesse Jeanne de Courcelle de Pourlan. Cependant Mgr Zamet, évêque de Langres depuis 1615, n’a en principe aucun pouvoir sur l’abbaye qui relève de la juridiction exclusive de l’abbé de Cîteaux. Or celui-ci, élu depuis 1604, est acquis à l’idée de réforme et l’a prouvé au cours de ses nombreuses visites des abbayes de l’ordre à travers l’Europe jusqu’en Pologne9. De son côté, l’abbesse de Tart, pourtant parvenue par résignation de Mme de Boisselet en sa faveur en 1617, cherche à entraîner sa communauté vers une véritable observance, sans doute parce que cette ancienne clarisse10 avait un sens profond de la vie religieuse : ne l’avait-elle pas montré à son arrivée à Tart en suivant, comme le voulait la règle, un nouveau noviciat sous l’habit cistercien11 ?

8Dès lors avec de tels acteurs, le processus de réforme va s’accélérer, le transfert à Dijon en constituant la manifestation la plus éclatante.

  • 12 Les deux frères Gault furent évêque de Marseille successivement en 1639 et en 1643. Jean Bence (156 (...)

9L’entreprise fut préparée avec beaucoup de soin et de sérieux presque conjointement par Mgr Zamet et l’abbé Boucherat. L’évêque se rendit plusieurs fois à Tart, eut une correspondance suivie avec quelques moniales et envoya à plusieurs reprises des Oratoriens de talent comme les frères Gault, les Pères Bence et Lejeune12, tandis que l’abbé visita lui-même l’abbaye, procéda minutieusement au scrutin en interrogeant chacune des religieuses sur son attitude et ses intentions face à la réforme, puis au chapitre général de Cîteaux tenu au début de mai 1623 permit la réforme et le transfert dans la capitale de la Bourgogne.

  • 13 Jeanne de Chantal arriva à Dijon le 8 mai 1622, mais n’installa la nouvelle communauté dans ses mur (...)
  • 14 Edme-Bernard Bourrée, La vie de Mme de Courcelle…, p. 165-171.

10Sans perdre un instant, Zamet vint chercher les moniales à Tart le 24 mai 1623, veille de l’Ascension, pour les emmener à Dijon où elles sont d’abord reçues à la Visitation, ouverte un an plus tôt par Jeanne de Chantal13, puis dans une petite maison rue du Verbois, peu commode. Une autre demeure plus pratique ayant été achetée rue des Craies, Zamet revient les installer solennellement au terme d’une procession de trois à quatre heures à travers la ville, le 2 juin 1624, jour de la Sainte Trinité14.

  • 15 Ibid., p. 134-135. Dom Urbain Plancher dans son Histoire générale et particulière de Bourgogne, Dij (...)

11Les autorités locales finirent par entériner cette installation : la Chambre de ville s’y décida le 30 juin 1623 et le Parlement le 8 juillet suivant, non sans de très fortes réticences, car la ville, d’une part craignait la multiplication des couvents après l’arrivée successive des Capucins, du Carmel, des Ursulines, des Dominicaines, des Oratoriens et des Visitandines, d’autre part connaissait, comme le Parlement, la profonde division de la communauté qui s’était manifestée dès la visite à Tart de l’abbé Boucherat : 7 professes et 2 novices avaient adhéré à la réforme, mais 6 autres moniales s’y étaient catégoriquement opposées15. Ces dernières avaient d’ailleurs obtenu de se retirer avec une pension dans l’abbaye de leur choix, ce qui évita tout incident et en particulier un conflit entre « Tart de Dijon » et « Tart des Champs ».

  • 16 Archives départementales de la Côte-d’Or, H 1042. Cette liasse rassemble en original ou en copie to (...)

12Mais alors en quoi consistait la « réforme » en dehors de ce transfert à l’abri des remparts dijonnais ? Naturellement pour ses promoteurs cette œuvre fut jugée exemplaire et digne d’être imitée par les autres abbayes féminines de Bourgogne et de Champagne. Zamet et Mme de Pourlan, qui se flattaient d’appliquer à la fois le concile de Trente et l’édit royal de 1606, réussirent à rétablir une clôture stricte, à donner à l’évêque de Langres la supériorité sur l’abbaye, toute juridiction de l’abbé de Cîteaux étant écartée (après un conflit porté devant différentes instances, la décision fut entérinée par le pape Urbain VIII, le 27 mai 1627), à mettre en honneur l’abstinence de viande comme le voulait dans l’ordre cistercien la minorité de « l’Etroite observance » et à faire accepter par Louis XIII en 1626 l’élection des abbesses par les moniales tous les trois ans16.

  • 17 Outre Polycarpe Zakar, Histoire de la stricte observance… (important), voir [Jérôme Besoigne], Hist (...)

13Pour autant beaucoup de bons esprits estimaient que plusieurs de ces dispositions étaient des « nouveautés », étrangères à un véritable retour à la règle primitive de Cîteaux. En effet l’élection triennale des abbesses y était inconnue, alors que c’était le système de gouvernement des nouvelles communautés religieuses de l’époque, comme les ursulines ou les visitandines. Quant à l’abstinence de viande, elle était l’objet, comme d’autres austérités, de vives querelles à l’intérieur de l’ordre. Surtout la supériorité épiscopale était une innovation qui aboutissait à une rupture avec Cîteaux. En 1625-1627, n’était-elle pas une illustration supplémentaire du schisme dans l’Ordre activé par la minorité de l’Etroite Observance, qui, ne pouvant s’imposer, cherchait l’appui des autorités extérieures (non seulement Rome, mais davantage encore les évêques et la royauté) et semblait utiliser les communautés de femmes en les détachant de Cîteaux pour affaiblir la Commune Observance groupée derrière la célèbre abbaye ? N’a-t-on pas le même résultat à Port-Royal, sous l’influence de dom Maugier, abbé de La Charmoye ? La tension est particulièrement vive après la mort de l’abbé Boucherat à Cîteaux (8 mai 1625) et son remplacement par Pierre Nivelle17.

  • 18 En particulier Polycarpe Zakar, Histoire de la stricte observance…, et Louis Lekai, Les moines blan (...)
  • 19 Une ou deux professes de Tart séjournèrent de ce fait plusieurs mois à la Visitation avant le trans (...)
  • 20 Dans une lettre à sœur Anne-Marie Rosset, alors à Tart selon la volonté de Mgr Zamet, Jeanne de Cha (...)

14Une telle vision de ces évènements semble épouser plus ou moins la tradition historique de la Commune Observance, entretenue avec talent par certains de ses héritiers18. Tel n’est pas notre propos. Il convient simplement de chercher à comprendre comment réagissaient les contemporains. Or ceux-ci étaient très divisés sur ces questions. Observons également qu’à la Visitation de Dijon, les religieuses estimaient néfastes les liens prolongés avec Tart, imposés par Mgr Zamet19 et Jeanne de Chantal elle-même ne tenait nullement à ce que l’esprit de l’Oratoire, omniprésent à Tart depuis la réforme, se substitue à celui de François de Sales chez les Visitandines20.

15De son côté, Mgr Zamet voulut prolonger ces liens entre différentes familles religieuses et lança la communauté réformée de Tart dans une véritable « aventure », en l’utilisant avec d’autres, pour créer de façon très aléatoire un nouvel institut parisien voué au Saint Sacrement. En outre, à peu près dans le même temps, la conjoncture se révéla particulièrement néfaste pour l’abbaye bourguignonne qui mit plusieurs années à retrouver son équilibre, aussi bien pour le temporel que pour le spirituel.

Tart à la recherche d’un nouvel équilibre

  • 21 De ce fait Agnès Arnaud vint à Tart, dont elle fut élue abbesse en 1632, tandis que Jeanne de Pourl (...)

16Tout en se gardant de vouloir entrer dans le détail des faits et des polémiques de l’époque, il convient de rappeler que, dès 1625, Mgr Zamet devint également « directeur » des moniales de Port-Royal des Champs qu’il contribua à faire venir à Paris et à distraire de l’autorité de Cîteaux (1627) pour les placer sous la juridiction de l’archevêque de Paris. De nombreux aspects de la réforme imposée à Tart furent repris à Port-Royal de Paris, si bien que très vite une union étroite entre les deux communautés fut établie. En outre, toujours en contact avec l’Oratoire, l’évêque de Langres se mit en tête (en 1629 ?) de créer un nouvel institut sous l’invocation du Saint-Sacrement, installé à Paris, rue Coquillière, qui devait dépasser singulièrement l’union réalisée entre Port-Royal et Tart, manifestée à partir de 1629 par des échanges de religieuses entre les deux maisons21. La règle n’était plus celle de saint Benoît, mais celle de saint Augustin. On s’éloignait encore plus de Cîteaux…

  • 22 Sur cette période, on consultera les versions différentes de Jérôme Besoigne, Histoire de l’abbaye (...)

17Cependant si le projet aboutit en 1633, la division ne tarda pas à s’installer entre les promoteurs du nouvel institut (Zamet, Gondi, archevêque de Paris, et Bellegarde, archevêque de Sens) comme entre les moniales de Paris et Zamet (1635), par suite de la désunion entre les « directeurs » de Port-Royal : Zamet et le fameux abbé de Saint Cyran, Jean Duvergier de Hauranne22. Ni la maison de la rue Coquillière ni l’union entre Port-Royal et Tart ne purent survivre à cette épreuve.

  • 23 H. Helyot, Dictionnaire des ordres religieux, t. III, col. 611-612.

18L’échec ramena peu à peu les moniales dans leurs abbayes respectives. Mme de Pourlan regagna Dijon dès la fin de 1635. Elle y fut réélue abbesse en 1636 et 1639, puis en 1646 et 1649 avec le souci de pérenniser la réforme initiée en 1623. Dans ce but, peu avant sa mort en 1651, elle réussit à faire approuver par l’évêque de Langres les Constitutions de son abbaye. Ce texte marque un retour à l’esprit cistercien même s’il est assorti de quelques nouveautés en accord avec l’époque. Ainsi l’abbesse est-elle élue tous les trois ans et la maison soumise à la juridiction épiscopale à l’image des règles en vigueur dans les communautés post tridentines. Quant à l’abstinence de viande, elle ne fut maintenue que pendant l’avent et le carême (sauf pour les malades), assortie de l’interdiction du beurre et des laitages durant ces temps liturgiques23.

  • 24 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1043.
  • 25 Ibid., H 1042.

19Malgré ce rapprochement les rapports avec l’Ordre demeurèrent tendus jusqu’à la fin du xviie siècle. Cela se vérifie à propos d’une contestation sur des dîmes en 165524 et surtout quand l’abbé de Cîteaux, Jean Petit, appuya Mme de Bellebat, abbesse nommée par Louis XIV en 1681 au mépris des engagements de Louis XIII. L’abbé cherchait simplement à reprendre à cette occasion sa supériorité sur l’abbaye. Les moniales saisirent alors la justice, si bien qu’on plaida jusqu’en 1685, quand le Grand Conseil donna raison aux religieuses de Notre-Dame de Tart25.

  • 26 D’après plusieurs lettres de Rancé à Nicaise, datées des 7 février, 6 et 16 mars 1693 : Abbé de Ran (...)
  • 27 Le fait a été assez tôt relevé par Courtépée dans sa Description générale et particulière du duché (...)
  • 28 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1043.

20Néanmoins la crise passée, une volonté de renouer avec l’Ordre se manifesta à plusieurs reprises mais le contact direct avec Cîteaux ne fut rétabli qu’après bien des étapes ! En 1693, par l’intermédiaire de l’abbé de Rancé, une association de prières avec La Trappe fut conclue à la demande des moniales de Tart26. En 1706, pour mieux attester de son appartenance à l’Ordre, un Journal des Saints de l’Ordre de Cîteaux pour être honorés chaque jour dans l’abbaye de Notre-Dame de Tart, due à une moniale, était publié à Dijon27. Enfin dans la seconde moitié du xviiie siècle, les abbesses n’hésitaient plus à solliciter divers conseils juridiques auprès de l’abbé de Cîteaux, François Trouvé, en particulier à propos de contestations avec le clergé séculier concernant les inhumations28.

21Il fallut donc beaucoup de temps pour rétablir la sérénité dans les rapports avec l’Ordre. Il en fallut presque autant pour restaurer le temporel.

22Déjà le transfert à Dijon avait entraîné des charges importantes : aux pensions versées aux religieuses qui avaient refusé la réforme (mais qui devaient s’éteindre avec elles) s’étaient ajoutées les sommes nécessaires à l’achat des maisons et terrains de la rue des Craies (certes à la périphérie de la ville, donc un peu moins élevées) et les frais de justice pour l’octroi et l’enregistrement des lettres patentes de 1626 (octroyant la garantie de l’autorité royale à l’installation à Dijon) et surtout pour se soustraire de la juridiction de l’abbé de Cîteaux avec quantité de sollicitations à Rome et à Paris.

  • 29 Ibid., H 1042. Voir aussi Edmond de Vernisy, L’invasion de Gallas, Paris, 1936, p. 57-67 et 123-124

23En revanche, j’ignore si Tart a contribué financièrement à l’établissement du nouvel institut du Saint Sacrement. Néanmoins les échanges de religieuses avec Port-Royal occasionnèrent des frais et ces dépenses tombaient mal. Elles n’étaient pas amorties quand Richelieu lança ouvertement la France dans la guerre de Trente Ans. On sait que les débuts furent désastreux pour les Français, particulièrement sur les frontières du Nord (Corbie) et de l’Est, donc sur la Saône à l’époque. La rivière fut franchie par les armées étrangères, sous la conduite de Gallas. Ces troupes ravagèrent particulièrement les campagnes autour de Saint-Jean-de-Losne en 1636, si bien que les fermes de Tart furent ruinées tout comme les anciens bâtiments de l’abbaye, sauvagement saccagés. Les récoltes étaient dévastées, le cheptel anéanti à tel point que la royauté dut remettre une partie des décimes que devaient les moniales. Cependant cette générosité du fisc était compensée par l’action des agents des fermes qui contestaient à l’abbaye son droit de franc-salé29. Il fallut plus de dix ans pour rétablir la situation.

  • 30 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1044 (nombreuses pièces dans cette liasse sur le temporel à des dates diver (...)

24Heureusement la base du temporel était saine. Comme la plupart des vieilles abbayes médiévales, Tart disposait de ressources relativement importantes. En temps normal, le domaine foncier assurait plus de 60 % des recettes de la maison, grâce à de belles fermes, surtout comprises entre Tart et Saint-Jean-de-Losne, représentant environ 700 hectares, dont plus de 300 en bois et près de 350 en terres labourables, le reste en prés. L’essentiel était affermé ainsi que quelques dîmes (celles de Rouvres notamment) et la seigneurie de Tart-l’Abbaye. Ajoutons des vignes à Morey, sur la Côte, acquises par donation aux xiiie et xive siècles, bien travaillées par des vignerons à gages en sorte qu’elles fournissent des vins de grande qualité, parmi les meilleurs et les plus chers de la région. En revanche à Dijon, les moniales ne possèdent en dehors de leur enclos qu’une maison dont le rapport locatif est maigre30.

  • 31 Nous ne connaissons les dots qu’à partir de 1676 (Arch. dép. Côte-d’Or, H 408, cote provisoire). La (...)

25Mais bien géré, cet ensemble assure des ressources appréciables, supérieures à celles de la majorité des communautés féminines de Dijon. Si on y ajoute quelques bonnes coupes de bois et des dots correctement négociées31, l’abbaye a les moyens de construire son établissement dijonnais, mais à condition d’étaler le chantier dans la durée. Or nos moniales ont su bâtir avec prudence.

  • 32 Dominique Dinet, Religion et société…, p. 259-260.
  • 33 Edme-Bernard Bourrée, La vie de Mme de Courcelle…, p. 276.

26La demeure initiale de 1624, rue des Craies, semble avoir été longtemps aménagée très sommairement en monastère, au moindre coût, comme ce fut le cas, par exemple, à Auxerre, à l’abbaye cistercienne des Isles jusque dans la seconde moitié du xviiie siècle32. Cette installation présentait dans l’immédiat un double avantage : d’une part, elle était assez retirée par rapport à la ville, ce qui ne pouvait que faciliter la vie contemplative, d’autre part, elle comprenait des jardins et était entourée de maisons en ruine ou en très mauvais état, d’où l’espoir d’une extension future relativement aisée. Le terrain étant éloigné du centre et peu bâti avait des chances de ne pas être d’un prix prohibitif. Néanmoins l’affaire « du Saint-Sacrement », puis la ruine du domaine rural en 1636 ont obligé temporairement les religieuses à vivre dans la plus stricte économie et même à réaliser des objets en paille pour survivre33. Cela a également empêché la construction rapide d’un véritable monastère.

  • 34 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1042. Cette visite du 6 décembre 1672 est effectuée par l’abbé de Saint Eti (...)

27En conséquence, il n’existait toujours pas en décembre 1672. C’est alors que l’abbé Claude Fyot, au cours d’une visite effectuée par commission épiscopale, constatant l’inadaptation des lieux, la place disponible et l’état du temporel, invita les moniales à reconstruire l’abbaye « trop petite et incommode34 ».

  • 35 Nombreuses pièces à ce sujet dans Arch. dép. Côte-d’Or, H 1043, 1044 (notamment un état de 1691) et (...)

28Le chantier s’ouvrit bientôt et fut mené dans des délais raisonnables. Le cloître était achevé peu après 1680, mais il fallut ensuite procéder, entre 1688 et 1692, à de nouvelles acquisitions de parcelles à proximité pour parfaire l’enclos. Heureusement pour la communauté une religieuse nouvellement recrutée (Marie de Saint Pierre) y contribua en amenant en dot une maison partiellement enclavée dans ce périmètre35.

  • 36 Dominique Dinet, Religion et société…, p. 378-379.
  • 37 C’est pourquoi nous l’avons choisi en illustration de la première page de couverture de Religion et (...)

29La prudence fit donc étaler les travaux sur la longue durée. Peut-être sous l’effet de la conjoncture36, les moniales attendent 1699 pour bâtir leur chapelle définitive, œuvre originale d’un architecte de talent et membre de l’Oratoire, Louis Trestournel, et d’un entrepreneur célèbre à cette époque à Dijon : Pierre Lambert (on lui doit la Place Royale, actuelle place de la Libération). Nous pouvons encore l’admirer, sauf la toiture, refaite en cuivre au xixe siècle, alors qu’elle était primitivement en tuile vernissée. Incontestablement c’est le sanctuaire le plus complexe réalisé à Dijon à l’époque moderne et qui marque une évolution dans l’art religieux37.

  • 38 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1043.

30En revanche, dans l’immédiat cette église cause de multiples soucis aux cisterciennes, étant donné que l’entrepreneur ne respecte ni les délais convenus, ni toujours la qualité des matériaux retenus, d’où des contestations qui se terminent devant la justice ! Le dôme n’est terminé qu’en 170838. Dès lors l’abbaye de Tart apparaît comme le monument religieux le plus éminent de la ville.

L’éclat de Notre Dame de Tart au xviiie siècle

  • 39 Ibid. Le devis s’éleva à 59 232 livres. Rappelons que depuis Colbert les possesseurs de forêt ne pe (...)

31Le prestige monumental n’est pas sans conséquence pour l’abbaye. Le fameux dôme, souvent et justement comparé à celui du Val-de-Grâce à Paris, se révéla vite d’un entretien dispendieux : dès 1738, il exigea des réparations considérables qui nécessitèrent la mobilisation du quart de réserve des bois de l’abbaye. On en profita heureusement pour rénover l’ensemble des toitures39. Le monastère n’était pas pour autant terminé. Il fallut encore élever le bâtiment des tourières et diverses dépendances dans la seconde moitié du siècle et enfin acheter un jardin aux Cordeliers, en 1784, sans compter des travaux fréquents d’entretien, généralement confiés à l’entrepreneur Joseph Taisand, auteur du logis des tourières et très actif à cette époque à Dijon. Au total, ces travaux coûtèrent plus de 50 000 livres à l’abbaye après 1750. Ils furent en partie financés par des emprunts, mais néanmoins en majorité par les ressources du domaine.

  • 40 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1044 et H 408 à 410.

32Cependant celui-ci réclamait aussi la sollicitude des moniales. Elles durent en effet reconstruire complètement la ferme de Tart en 1779 (d’où une dépense de 14 000 livres), reprendre de nombreux bâtiments ici et là sur les différentes fermes et même reconstruire le clocher de l’église paroissiale de Rouvres, foudroyé en 1732, puisque l’abbaye y percevait la dîme40.

  • 41 Dominique Dinet, Religion et société…, p. 398-399.

33Mais grâce à des ventes de bois, de vins de Morey, très prisés par les négociants de Beaune, Nuits, Dijon, par les parlementaires et la noblesse locale et par de bons connaisseurs étrangers41, et par les dots des nouvelles professes, l’abbaye put faire face. Ces dots, explicitement utilisées à cette fin à cette période, furent toujours d’un montant compris entre 4 000 et 6 000 livres après 1726, donc parmi les plus élevées payées à Dijon, d’autant qu’elles furent généralement augmentées de suppléments substantiels, notamment pour le « présent d’église ». Ceci n’a rien d’étonnant si on se rappelle que ces filles appartiennent à la meilleure société de la ville et de la province. Parmi les cloîtres bourguignons, Notre Dame de Tart eut le recrutement le plus aristocratique. Le phénomène était ancien, antérieur à la réforme de l’abbaye. Il persista très largement après.

  • 42 Arch. dép. Côte-d’Or, E 2166 bis, pièce 15. Voir aussi Dominique Dinet, Vocation et fidélité…, p. 1 (...)

34Nous en avons la preuve à travers le « livre des dots », qui nous donne la quasi-totalité des professes à partir de 1676, et ultérieurement grâce aux registres de vêtures et de professions, complets de 1737 à la Révolution. De la sorte nous pouvons affirmer le caractère aristocratique de la communauté, nettement majoritaire jusque vers 1740. Sans disparaître, celui-ci s’amenuise ensuite légèrement au profit surtout de familles de négociants ou de marchands aisés. Certes cette noblesse est d’abord une noblesse de fonction, issue du parlement et de la chambre des comptes de Dijon. Vous y trouvez les Fevret, les Perreney de Grosbois, les Quarré d’Alligny, les Gagne de Perigny, les Fleutelot, les Lebelin…, bref un milieu cohérent et puissant, d’autant qu’on y rencontre à la fois la succession selon les générations, ainsi les tantes et les nièces (Françoise Quarré d’Alligny devient professe en 1702, alors que sa tante est abbesse. Elle même accueille sa nièce Antoinette, qui prononce ses vœux en 1746) mais aussi les cousines plus ou moins proches, selon les alliances complexes de ces lignages42.

  • 43 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1042 et Gallia christiana, in provincias ecclesiasticas distributa qua seri (...)

35Il en résulte que ceux-ci contrôlent aisément l’abbaye, si bien que le système de l’élection triennale des abbesses, tant vanté par les réformateurs du xviie siècle, aboutit, avec une rotation plus rapide certes, au même phénomène que la nomination royale pour donner un gouvernement aristocratique à la maison, finalement sans discontinuité de 1687 à la Révolution43 !

  • 44 La communauté compte 24 moniales en 1691, 44 en 1728 et 26 en 1790. Le caractère pléthorique du déb (...)

36Est-ce ce sage gouvernement des abbesses qui a contribué à filtrer soigneusement les entrées et de ce fait a permis à la fois de maintenir la prépondérance nobiliaire dans la maison et à la communauté de retrouver une taille raisonnable en rapport avec ses revenus, après le temps des effectifs pléthoriques du début du xviiie siècle44 ?

  • 45 Arch. dép. Côte-d’Or, H 409.
  • 46 Ibid. et H 78 supplément.

37En outre, ce recrutement se prépare précocement : ayant ouvert un pensionnat, comme la plupart des autres communautés de la ville, les Cisterciennes y reçoivent d’abord les filles de leur parenté plus ou moins proche, même si la majorité de celles-ci finissent par rester dans le monde sans s’engager en religion, à l’image des demoiselles Morel de Corberon ou de Blaisy ou des deux filles du Trésorier Chartraire de Montigny en 174845. Quelques-unes, comme Marie Opinel, fille d’un commerçant de Dôle, qui entre au noviciat en mars 1748, se laissent séduire par les charmes de la clôture46.

38Ne soyons pas surpris de la nourriture de qualité, relativement variée, de nos moniales et de leurs pensionnaires. À cet égard, une comptabilité bien tenue nous renseigne plus sûrement que des textes réglementaires. Sa consultation nous prouve que nous sommes loin de l’abstinence de viande tant prônée par les réformateurs de l’Ordre durant les années 1620-1630. Mais ne tombons pas dans l’excès inverse qui ferait de nos moniales des religieuses relâchées : les achats montrent que les avents et carêmes sont toujours parfaitement respectés.

39Cette fidélité à l’observance se remarque également grâce à une lecture attentive des livres de comptes. Chaque année une multitude de petites sommes sont consacrées à des aumônes, telles ces six livres octroyées en janvier 1772 à un pauvre de Tart mordu par un chien, ces 28 livres cinq sols à un de leurs fermiers au même moment à l’occasion de son mariage, ces cent vingt livres en juin de la même année offertes aux Visitandines de Dijon (en souvenir de l’accueil de 1623 ?) pour les aider à payer les fêtes consécutives à la canonisation de Jeanne de Chantal (1767), ou naguère en janvier 1748 ces dix livres pour les étrennes des sœurs tourières, sans compter les dons fréquents aux sœurs de la Charité (notamment pour habiller des enfants pour leur première communion) ou à l’hôpital général ou encore ceux effectués au profit de pauvres habitants de Tart, insolvables, pour leur permettre de payer leurs impôts en 1787.

  • 47 Toutes ces dépenses figurent dans les registres de comptes de cette communauté, conservés aux archi (...)

40Même leurs embellissements ne s’apparentent pas à des opérations de prestige (en y regardant de plus près, leurs locaux demeurent simples) et gardent une finalité religieuse : c’est le cas de leur magnifique chapelle comme de la réparation et de l’augmentation du nombre des jeux de leur orgue en 1775, pour leur permettre de s’adapter à la musique liturgique de leur temps, travaux réalisés par le facteur Joseph Rabiny, neveu du célèbre Charles Joseph Riepp, venu d’Ottobeuren47.

  • 48 Marie-Elisabeth Montulet-Henneau, Les Cisterciennes du pays mosan. Moniales et vie contemplative à (...)
  • 49 Arch. dép. Côte-d’Or, H 408 et H 78 supplément.

41En outre, comme les Cisterciennes du pays mosan, ces dernières toujours fidèles à l’Ordre48, nos moniales ont conservé jusqu’à la Révolution l’usage du nom de religion. Si les références aux saints (saint Joseph et saint Bernard en tête) et aux saintes (sainte Anne en particulier) l’emportent constamment, on relève, sur toute la période, des choix visant à une identification au Christ et à ses mystères (Incarnation) ou à sa Passion, mais peu à la Vierge (quelques-unes seulement au xviie siècle)49.

  • 50 Id., L 1814.

42Dans ces conditions, la fidélité aux vœux prononcés au moment de la Révolution n’est pas surprenante. Malgré la perte des domaines à l’été 1790 et des difficultés économiques croissantes au fil des mois, à la quasi-unanimité, la communauté veut rester dans l’abbaye à la fin de 1791, converses et tourières comprises, et continuer à y observer sa règle50. Seule une moniale de 37 ans, Jeanne Robert, avait manifesté son désir de quitter la maison et en était sortie en mai 1791 pour une raison qui nous demeure inconnue. Sa vocation était-elle très sûre ? On peut se poser la question, car sa sœur cadette, entrée au noviciat en même temps qu’elle, en 1777, n’a pas persévéré et a quitté le cloître avant sa profession.

43De la sorte, les Cisterciennes de Tart partagent dans l’épreuve ultime les options des moines de Cîteaux ou du Val Saint Lieu et de beaucoup de Cisterciens de la région ou celles de moines d’autres ordres (la majorité des Chartreux, des Minimes et des Capucins de Dijon, par exemple). Comme la plupart des religieuses de Bourgogne et des autres provinces, elles ne sont parties de leur abbaye en 1792 que sous la contrainte.

44Certes la communauté ne s’est pas reconstituée ultérieurement. Vu les circonstances, cela ne constitue pas, dans le cas de Notre Dame de Tart, une preuve de tiédeur vis-à-vis de la vie religieuse. N’oublions pas en ce qui concerne ces moniales les obstacles majeurs à une renaissance dès l’Empire, époque où certaines communautés ont réussi à se rétablir. Laissons de côté leur caractère contemplatif, puisque, ici et là, des religieuses de ce type ont fait semblant de se transformer en sœurs de charité, à l’image des Carmélites de Sens, devenues « sœurs de la Charité de sainte Thérèse » ! Retenons davantage qu’elles étaient trop âgées : la moyenne d’âge de la communauté était de 49 ans en 1790, soit nettement plus en 1804 pour les survivantes. En fait, huit seulement avaient moins de 50 ans en 1790 et elles étaient sans parenté à Dijon même. Or les communautés reconstituées ne l’ont été qu’en se perpétuant en petits groupes vivant sur place dans une semi clandestinité. Il est évident que les origines aristocratiques de la majorité de ces moniales ne facilitaient pas une telle option…

***

45Si les moniales de Tart ont été chassées en 1792, l’abbaye a eu la chance de subsister du fait de sa transformation en caserne, puis de la reconversion de sa chapelle en temple de la Théophilanthropie. En 1803, l’installation dans ses locaux de l’hospice Sainte Anne a sauvé durablement ses bâtiments, qui sont désormais les seuls lieux monastiques de l’époque moderne conservés et restaurés à Dijon. Leur affectation partielle au Musée d’Art Sacré permet de rappeler le souvenir de Notre Dame de Tart.

46Cependant cette abbaye n’a pas été édifiée rapidement, en quelques années, à la suite du transfert à Dijon des religieuses de Tart acceptant la « réforme ». Celle-ci, en apparence vite réalisée en 1623 et, de ce fait, parfois montrée en exemple, a eu des conséquences moins sereines qu’on ne l’imagine souvent, peut-être en raison d’une historiographie exclusivement favorable au promoteur de la réforme, Mgr Zamet. Cet évêque de Langres, piètre connaisseur des réalités cisterciennes, a imposé une réforme selon ses vues : non seulement en coupant les liens avec Cîteaux mais surtout en ayant le souci de créer un nouvel institut religieux, il a causé un trouble indéniable, aggravé ensuite par la guerre de Trente Ans qui a sérieusement ébranlé le temporel.

47Il a donc fallu du temps à ces moniales pour retrouver à la fois un nécessaire équilibre matériel et une spiritualité capable d’allier les exigences tridentines à une tradition cistercienne. L’église, quoique conçue à la fin du xviie siècle par un oratorien, illustre assez bien ce phénomène : le chœur du sanctuaire, parfaitement éclairé depuis le dôme, met en valeur la célébration de la messe selon les canons tridentins. Les moniales pouvaient la suivre sans effort, installées dans une partie de la chapelle qui rappelle la nef unique de la plupart des églises cisterciennes. L’originalité du plan, l’ampleur de l’édifice en firent l’église monastique la plus remarquable de Dijon.

48Le caractère aristocratique de sa communauté l’était presque autant. Mais n’était-ce pas aussi une tradition cistercienne ? Tradition qu’une abbesse de mérite, Jeanne de Courcelle de Pourlan, avait voulu remettre en honneur au delà des péripéties imposées par Mgr Zamet. Sa ténacité tranquille avait d’ailleurs peu à peu contribué à lui donner un immense prestige, à tel point qu’Anne d’Autriche avait tenu à la rencontrer lors de son passage à Dijon en 1650. Curieusement cette ancienne clarisse devenue moniale cistercienne, mais en rupture avec son Ordre, apparaissait comme l’image éclatante de l’abbesse réformatrice et même comme une figure capable de régénérer Cîteaux, peut-être aussi parce que, tout en étant en contact étroit avec les Pères de l’Oratoire, elle avait su garder des liaisons, non seulement avec Port-Royal, mais également avec les Bernardines de Maubuisson et celles (réformées) de Grenoble. Discrètement, celles qui lui ont succédé ont continué à faire de cette abbaye un symbole du renouveau religieux de l’époque tout en se rapprochant doucement des moines de Cîteaux. Il y a là un parcours singulier qui méritait d’être souligné.

Notes

1 À ce sujet, outre H. Helyot, Dictionnaire des ordres religieux, rééd. Migne-Badiche, t. III, Paris, 1862, col. 603-605, voir Brigitte Degler-Spengler, « La filiation de Tart », Naissance et fonctionnement des réseaux monastiques et canoniaux, Colloque du CERCOR, Saint-Etienne, 1991, p. 53-60 et Jean de la Croix Bouton, « L’établissement des moniales cisterciennes », Mémoires de la société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 1953, p. 83-116.

2 Objet de nos thèses de doctorat de 3e cycle (1985) et de doctorat d’État (1996), publiées l’une sous le titre Vocation et Fidélité. Le recrutement des réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles), Economica, Paris, 1988, l’autre sous le titre Religion et Société : les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin xvie fin xviiie siècles), Publications de la Sorbonne, Paris, 1999.

3 Allusion dans une lettre du 13 juillet 1622, publiée par Louis Prunel, Lettres spirituelles de Sébastien Zamet, Paris, 1912, p. 63. Néanmoins le tableau livré par cette correspondance est peut-être excessif, d’autant qu’il est dressé par quelqu’un qui avait intérêt à noircir la réalité pour mieux exalter son rôle ensuite.

4 Texte moderne dans A. Michel, Les décrets du Concile de Trente (Hefele-Leclercq, Histoire des conciles d’après les documents originaux, t. X), Paris, 1938, p. 600-609.

5 Guy du Rousseaud de Lacombe, Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale, Paris, 1771, III, p. 102-104.

6 Statuta capitulorum generalium Ordinis Cisterciensis ab anno 1116 ad annum 1786, éd. J.M. Canivez, Louvain, 1939, t. VII, p. 197-250.

7 À ce sujet, voir Jean-Luc Cousinat, « Les initiateurs de l’Etroite Observance », Réformes et continuité dans l’ordre de Cîteaux. De l’étroite observance à la stricte observance, (Cîteaux commentarii cistercienses, Textes et Documents, vol. VI), Brecht, 1995, p. 23-35.

8 Dominique Dinet, Religion et Société…, p. 122-125.

9 Polycarpe Zakar, Histoire de la stricte observance de l’ordre cistercien depuis ses débuts jusqu’au généralat du Cardinal de Richelieu (1605-1635), Rome, 1966, p. 45-46.

10 À Migette, en Franche Comté, communauté qui suivait la règle urbaniste, donc atténuée par rapport à la première règle, notamment quant à la pauvreté.

11 Née en avril 1591, aînée d’une famille noble de Bourgogne, elle accède à la direction d’une abbaye non dans l’enfance (elle y fut seulement pensionnaire) comme d’autres réformatrices célèbres, mais à l’âge adulte. La meilleure biographie la concernant demeure celle de l’oratorien dijonnais Edme-Bernard Bourrée (1652-1722), La vie de Madame de Courcelle de Pourlan, Lyon, 1699. Cet auteur, faute d’avoir pu la connaître, a travaillé très honnêtement avec des documents de première main. Sur son arrivée comme abbesse : p. 24-66.

12 Les deux frères Gault furent évêque de Marseille successivement en 1639 et en 1643. Jean Bence (1568-1642) fut un actif missionnaire, proche collaborateur de Bérulle (qui l’employa à la fondation des collèges de Riom (1618) et de Beaune (1624)). Jean Lejeune (né à Poligny en 1592 et mort en Limousin en 1672) est considéré comme un des plus grands missionnaires de son temps. Aveugle à la fin de sa vie, ses sermons ont été publiés.

13 Jeanne de Chantal arriva à Dijon le 8 mai 1622, mais n’installa la nouvelle communauté dans ses murs définitifs que le 15 juillet : Dominique Dinet, Religion et société…, p. 73-75.

14 Edme-Bernard Bourrée, La vie de Mme de Courcelle…, p. 165-171.

15 Ibid., p. 134-135. Dom Urbain Plancher dans son Histoire générale et particulière de Bourgogne, Dijon 1739, t. I, p. 431-432, ne donne que 6 opposantes, alors que Bourrée en indique 9, mais sans livrer leur nom comme Dom Plancher.

16 Archives départementales de la Côte-d’Or, H 1042. Cette liasse rassemble en original ou en copie toutes les pièces sur la réforme et le transfert à Dijon.

17 Outre Polycarpe Zakar, Histoire de la stricte observance… (important), voir [Jérôme Besoigne], Histoire de l’abbaye de Port-Royal, Cologne, 1752, t. I, p. 135-138.

18 En particulier Polycarpe Zakar, Histoire de la stricte observance…, et Louis Lekai, Les moines blancs. Histoire de l’ordre cistercien, Paris, 1957, p. 114-132 et 302-304. Voir aussi du même : The rise of the cistercian strict observance in XVIIth century France, Washington, 1968.

19 Une ou deux professes de Tart séjournèrent de ce fait plusieurs mois à la Visitation avant le transfert de la communauté à Dijon, ce qui suscita des réserves de la Mère Favre, supérieure, que Jeanne de Chantal s’efforça de dissiper dans une lettre du 2 mars 1623 (Sainte Jeanne de Chantal, Correspondance, éd. M.-P. Burns, Paris, 1987, t. II, p. 166), d’autant qu’elle ne voulait pas heurter l’évêque de Langres dont l’appui lui avait été utile pour fonder le monastère de Dijon.

20 Dans une lettre à sœur Anne-Marie Rosset, alors à Tart selon la volonté de Mgr Zamet, Jeanne de Chantal, tout en qualifiant de « très bon » l’esprit des Pères de l’Oratoire, observe qu’il est différent de celui de François de Sales qu’il faut « chérir et conserver précieusement » tout en « laissant chacun suivre sa voie » : Jeanne de Chantal, Correspondance, t. II, p. 389-391.

21 De ce fait Agnès Arnaud vint à Tart, dont elle fut élue abbesse en 1632, tandis que Jeanne de Pourlan fut amenée à Port-Royal de Paris par Mme de Pontcarré. Il semble que seule une converse de Tart fut envoyée à la nouvelle maison du Saint Sacrement, rue Coquillière, en 1633, qui reçut davantage de moniales issues de Port Royal.

22 Sur cette période, on consultera les versions différentes de Jérôme Besoigne, Histoire de l’abbaye de Port-Royal, t. I, p. 132-186, de Charles-Augustin Sainte-Beuve, Port-Royal, 6e éd., Paris, 1901, t. I, p. 310-340, de Louis Prunel, Sébastien Zamet, évêque-duc de Langres, Pair de France (1588-1655). Sa vie et ses œuvres. Les origines du jansénisme, Paris, 1912, p. 200-283 et de Jean Orcibal, Jean Duvergier de Hauranne abbé de Saint-Cyran et son temps (1581-1638), Louvain-Paris, 1947, p. 420-476.

23 H. Helyot, Dictionnaire des ordres religieux, t. III, col. 611-612.

24 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1043.

25 Ibid., H 1042.

26 D’après plusieurs lettres de Rancé à Nicaise, datées des 7 février, 6 et 16 mars 1693 : Abbé de Rancé, Correspondance, éd. Alban-John Krailsheimer, 1993, t. IV, p. 231, 236 et 239. Le premier contact semble avoir été difficile à établir, puisque Rancé note que la demande de Tart est parvenue à La Trappe par des chemins détournés qui ont pris plus de deux mois.

27 Le fait a été assez tôt relevé par Courtépée dans sa Description générale et particulière du duché de Bourgogne, Dijon, 1774-1785, t. II, p. 258-259, d’abord parce qu’il est peu fréquent que les moniales de ce temps prennent la plume… et éditent !

28 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1043.

29 Ibid., H 1042. Voir aussi Edmond de Vernisy, L’invasion de Gallas, Paris, 1936, p. 57-67 et 123-124.

30 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1044 (nombreuses pièces dans cette liasse sur le temporel à des dates diverses).

31 Nous ne connaissons les dots qu’à partir de 1676 (Arch. dép. Côte-d’Or, H 408, cote provisoire). La plupart sont comprises entre 3 000 et 4 000 livres à cette époque (soit 5 000 à 7 500 livres de 1726 !) et quelques-unes dépassent 10 000 livres comme celle de Marie-Anne de Jésus, fille de l’avocat Fevret en 1676. En réalité, avec différents suppléments (présent d’église, pension du noviciat, festins de vêture et de profession…) cela apporte 10 à 20 % de plus à l’abbaye, qui peut placer ces sommes – à Dijon, c’est assez facile, vu le marché de la rente – et les mobiliser ensuite en bloc pour des travaux importants.

32 Dominique Dinet, Religion et société…, p. 259-260.

33 Edme-Bernard Bourrée, La vie de Mme de Courcelle…, p. 276.

34 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1042. Cette visite du 6 décembre 1672 est effectuée par l’abbé de Saint Etienne (de Dijon), accompagné d’un échevin (Michel Gault), d’un maître arpenteur (Jean Chavardin) et d’un architecte et entrepreneur (Nicolas Delorme). Il y a donc un véritable projet à cette date.

35 Nombreuses pièces à ce sujet dans Arch. dép. Côte-d’Or, H 1043, 1044 (notamment un état de 1691) et H 408 (dots). En outre, une maison insérée dans l’enclos projeté fut léguée par le sr Gautier, confesseur des moniales, en 1666, contre une messe à perpétuité pour le repos de son âme. Néanmoins ces acquisitions de terrains occasionnèrent une dépense de près de 25 000 livres.

36 Dominique Dinet, Religion et société…, p. 378-379.

37 C’est pourquoi nous l’avons choisi en illustration de la première page de couverture de Religion et société, en présentant une vue extérieure sur le tome I et une vue intérieure sur le tome II. Un plan commenté figure p. 639-642.

38 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1043.

39 Ibid. Le devis s’éleva à 59 232 livres. Rappelons que depuis Colbert les possesseurs de forêt ne peuvent les exploiter en totale liberté et qu’un quart doit toujours être maintenu en réserve. On peut cependant y faire des coupes sous le contrôle de l’administration pour se procurer les sommes nécessaires à des travaux jugés indispensables.

40 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1044 et H 408 à 410.

41 Dominique Dinet, Religion et société…, p. 398-399.

42 Arch. dép. Côte-d’Or, E 2166 bis, pièce 15. Voir aussi Dominique Dinet, Vocation et fidélité…, p. 171.

43 Arch. dép. Côte-d’Or, H 1042 et Gallia christiana, in provincias ecclesiasticas distributa qua series et historia archiepiscoporum, episcoporum et abbatum Franciae…, rééd., Paris, 1876, t. IV, col. 851.

44 La communauté compte 24 moniales en 1691, 44 en 1728 et 26 en 1790. Le caractère pléthorique du début du xviiie se retrouve non seulement à Dijon mais presque dans toute la France.

45 Arch. dép. Côte-d’Or, H 409.

46 Ibid. et H 78 supplément.

47 Toutes ces dépenses figurent dans les registres de comptes de cette communauté, conservés aux archives dép. Côte-d’Or, H 408 à 410 (cote provisoire).

48 Marie-Elisabeth Montulet-Henneau, Les Cisterciennes du pays mosan. Moniales et vie contemplative à l’époque moderne, Institut Historique Belge de Rome, Bruxelles-Rome, 1990, p. 316.

49 Arch. dép. Côte-d’Or, H 408 et H 78 supplément.

50 Id., L 1814.

Notes de fin

1 Ce texte reprend et développe une conférence donnée au Musée de la vie bourguignonne le 24 janvier 2001, dans le cadre de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon. Remercions à ce sujet Mademoiselle Madeleine Blondel, Conservateur en Chef et M. le Doyen Jean Richard pour leur accueil chaleureux.

2 Initialement paru dans Cîteaux : commentarii cistercienses, t. 52, fasc. 3-4 (2001), p. 351-366.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search