Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Quelle place pour les missions en Bourgogne et en Champagne aux XVIIe et XVIIIe siècles ?

(2001)1

Texte intégral

  • 1 Initialement paru dans Les missions intérieures en France et en Italie du xvie au xxe siècle, C. So (...)
  • 1 D’où les études consacrées à un ou des missionnaires, comme le no 41 de xviie siècle, 1958, intitul (...)
  • 2 « L’effort qui se révéla fondamental fut celui des missions diocésaines » écrit, par exemple, E. Pr (...)
  • 3 Comme le rappelle L. Pérouas dans Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale (...)

1Depuis plus de quarante ans les historiens ont redécouvert les missions intérieures à l’époque moderne dans les pays catholiques. Destinées à réveiller et à renforcer la foi des populations, le cas échéant à tenter de convertir les protestants, ces prédications exceptionnelles assurées ici et là par des personnages de talent ont fasciné les chercheurs1. D’après la plupart des témoignages qui nous sont parvenus, ces missions semblent avoir assez profondément touché les contemporains, si bien que leur multiplication aux xviie et xviiie siècles a donné l’impression d’une christianisation réussie des localités concernées2. En élargissant cette influence, certains historiens ont même attribué un peu vite des résultats à tel ou tel missionnaire, ainsi dans le cas de Grignion de Montfort présenté comme l’apôtre de la Vendée3.

  • 4 D. Dinet, Religion et Société : les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Lang (...)

2Il est donc tout à fait légitime de procéder à une investigation plus fine sur le terrain, en utilisant un cadre géographique assez vaste pour avoir valeur d’exemple, mais sans excès pour pouvoir être appréhendé. M’étant intéressé depuis longtemps aux réguliers, aux congrégations et aux instituts séculiers à l’œuvre dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon de la fin du xvie siècle à la fin du xviiie, j’aboutis à me demander s’il ne convient pas de relativiser l’effort de ces pasteurs itinérants. Je les vois beaucoup plus prêcher dans le cadre liturgique habituel des « stations » d’avent et de carême que dans celui des missions4.

3Je reprendrai donc ce dossier ici en scrutant de nombreuses sources et en élargissant mon propos en envisageant également les diocèses d’Autun, Chalon-sur-Saône, Mâcon, Sens et Troyes, ce qui me fera parfois franchir les frontières de la Bourgogne et de la Champagne sans pour autant appréhender la totalité des missions effectuées dans ces provinces, faute d’une enquête sur les évêchés de Châlons-sur-Marne et de Reims.

4Il me paraît alors nécessaire d’examiner quelles furent les paroisses concernées, leur caractère urbain ou rural, leur poids dans ces diocèses, mais aussi leur fréquence. Furent-elles uniques ou répétées et selon quelle périodicité ? Plus nombreuses au xviie qu’au xviiie siècle ? Bien réparties sur l’ensemble de ce territoire ou concentrées en quelques zones privilégiées ? Quels en furent les acteurs ? Quelle fut la participation des séculiers et des réguliers, des ordres et des congrégations ?

  • 5 Avec parfois des incertitudes, ainsi dans le cas du capucin Germain de Jaucourt, du couvent de Chau (...)

5Mais avant d’essayer de répondre à ces questions, nous devons nous arrêter au problème des sources. Celles-ci sont très nombreuses, de nature variée mais inégales, souvent très dispersées, parfois allusives ou indirectes. En effet, certaines missions ne se découvrent que par une brève mention ou une allusion rapide dans un document sans rapport apparent avec cet objet. Ainsi au hasard d’un acte de sépulture d’un religieux, apprenons-nous qu’il est mort en tel lieu dans l’exercice de cette fonction5. Il en résulte que, malgré tous nos efforts, nous ne parviendrons pas à un tableau exhaustif de ce type de prédication.

***

  • 6 P. T. Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, Lyon, 3e éd., (...)

6Malgré son caractère exceptionnel, une mission devrait en principe laisser des traces. Juridiquement comme elle suppose « une commission donnée par le pape ou les évêques à des ecclésiastiques » pour aller dans tel ou tel pays « travailler à la conversion des âmes6 », on devrait en théorie pouvoir retrouver ces autorisations soit du côté de Rome, soit dans les archives des évêchés. Or malheureusement la réalité n’est pas aussi simple.

  • 7 À ce sujet : B. Jacqueline, « Missions en France », Sacrae Congregationis de Propaganda Fide memori (...)
  • 8 Au mieux trouvera-t-on une ou deux indications avant 1660 dans les archives (romaines) de cette ins (...)

7À Rome, la Congrégation de Propaganda Fide, créée en 1622, ayant également dans ses attributions l’apostolat vis-à-vis des contrées protestantes ou en partie gagnées à cette confession, intervint dans l’activité missionnaire en France, mais plus en accordant des pouvoirs à des ordres (de fait essentiellement aux Capucins) ou à des compagnies de prêtres qu’en définissant des lieux précis à évangéliser. Si elle eut soin d’éviter toute concurrence entre groupes religieux dans une même région, elle se préoccupa surtout de maintenir la juridiction de l’Ordinaire sur tous les clercs de son diocèse7. De la sorte, avec des prélats jaloux de leur autorité comme Mgr Zamet à Langres (1615-1655) et du fait d’une présence protestante relativement faible, son intervention en Bourgogne et en Champagne semble très peu probable. Encore conviendrait-il de le vérifier8.

  • 9 Nous ne disposons pour ce diocèse et cet épiscopat (1734-1770) que des autorisations de prêcher et (...)
  • 10 Aucun indice à ce sujet pour les diocèses d’Auxerre, Chalon-sur-Saône, Dijon, Langres, Mâcon et Tro (...)

8Néanmoins si le contrôle épiscopal s’imposa pleinement sur les missions en ces provinces, les traces n’en ont pas toujours été conservées. Tel est le cas, par exemple, avec les Jésuites employés au xviiie siècle par Mgr de Montmorin à Langres9 et Mgr de Condorcet à Auxerre (1754-1760) dans le but de combattre l’influence des jansénistes, assez bien implantés ici. Or c’est grâce à ces derniers que nous connaissons l’existence de ces prédications qu’ils dénoncent vivement en les considérant comme scandaleuses ou comme des agressions à leur égard, notamment par l’intermédiaire des Nouvelles ecclésiastiques qui permettent de donner un certain retentissement à leur protestation. En revanche une longue investigation dans les papiers des évêchés permet souvent des découvertes indirectes, plus dans les approbations de confréries (certaines ayant été érigées à la suite d’une mission) que dans les procès-verbaux de visite pastorale où il en est très rarement question10.

  • 11 Notamment par les catalogues chez les Jésuites (celui de leur province de Champagne ayant été édité (...)
  • 12 Assez riche à ce sujet. Voyez par exemple la mission de 1657 à Nogent-sur-Seine effectuée par ses c (...)
  • 13 Ainsi la marquise évoque-t-elle les sermons bourguignons du P. Honoré de Cannes en 1679, en particu (...)
  • 14 Bib. municipale de Langres, ms 39.

9En conséquence, la prospection dans les fonds laissés par les ordres religieux ou les compagnies de prêtres missionnaires se révèle ici beaucoup plus fructueuse. Si les relations de mission demeurent très rares pour ces diocèses, les annales de telle ou telle province (chez les Capucins en particulier) et les sources sur ces personnels apportent souvent des indications intéressantes11, quoique les renseignements les plus riches soient fournis par les fondations de mission et leur exécution au fil des temps. Nous les avons complétées par la consultation des correspondances, aussi bien celles des acteurs comme Saint Vincent de Paul12 ou le baron de Renty, qui assure les ressources nécessaires à Saint Jean Eudes pour venir dans le diocèse d’Autun en 1645, que celles des auditeurs et de leur entourage qui livrent leurs impressions ou y font allusion comme Bussy-Rabutin ou Mme de Sévigné13. On peut également consulter les journaux ou mémoires manuscrits laissés par tel ou tel contemporain soucieux de noter quelques propos d’un missionnaire à l’image de l’apothicaire Africain Sénault à Langres au début du xviie siècle14.

  • 15 A.D. Haute-Marne, 37 H 4.
  • 16 Saint Vincent de Paul, op. cit., t. I, p. 538.

10Etant par nature éphémère et non forcément répétée en un lieu donné, la mission a donc tendance à ne guère laisser de traces, passé les réactions immédiates. De la sorte l’historien est gêné dans sa quête des documents et ne peut parvenir à une évaluation exacte du phénomène, d’autant que les auteurs du xviie siècle n’ont pas notre souci de la précision : en 1675, les Capucins de Chaumont évoquent seulement leur mission dans « les villages » aux environs15 tout comme Vincent de Paul dans une missive du 3 février 1639 relatant le « travail » de ses confrères à Joigny et « aux villages » proches16.

***

  • 17 Rappelons que le diocèse de Dijon a été créé en 1731 par démembrement de celui de Langres.

11Le caractère minoritaire des paroisses concernées en ces provinces me semble la première certitude au terme d’une longue investigation. Dans aucun des diocèses envisagés nous ne dépassons, pour l’ensemble de la période, 10 % des paroisses et annexes. Je ne parviens au mieux à cette proportion que dans celui de Langres (dans ses limites de 1731)17, alors que j’arrive à peine à 1,5 % dans celui de Sens, à 2 ou 3 % dans celui de Dijon et à une fourchette comprise entre 4 et 7 % dans les autres évêchés.

Diocèse

Nombre de paroisses du diocèse

Nombre de paroisses concernées

% de ces paroisses

Autun

708

Environ 30

4,2

Auxerre

208

Environ 20

9,6

Chalon

200

Environ 12

6

Dijon

263

Environ 8

3

Langres

700

60 à 70

10

Mâcon

268

Environ 10

3,7

Sens

796

Environ 10

1,2

Troyes

437

Environ 30

7

  • 18 Pour Auxerre, Langres et Dijon : D. Dinet, Religion et Société…, op. cit., t. I, p. 49-237.
  • 19 P. Theotime de Saint Just, Les Capucins de l’ancienne province de Lyon. 1575-1660, Saint-Etienne, 1 (...)
  • 20 A.D. Haute-Marne, 37 H 7. Peut-être une investigation dans les archives des différentes localités a (...)

12Partout les villes semblent relativement favorisées. Non seulement la totalité des cités épiscopales ont connu une ou plusieurs missions, mais également (à l’exception du diocèse d’Auxerre) un nombre important de villes : Nuits, Beaune, Arnay-le-Duc, Avallon, Semur-en-Auxois, Moulins dans l’évêché d’Autun, Tonnerre, Bar-sur-Seine dans celui de Langres, Nogent-sur-Seine, Sézanne, Arcissur-Aube, Brienne dans celui de Troyes… On a l’impression d’un effet direct de la nouvelle géographie cléricale consécutive à l’implantation des instituts religieux post tridentins, davantage tournés vers les villes18. De la sorte, la mission la plus facile consiste à prêcher sur place comme le font, par exemple, les Capucins à Mâcon en 1655 à l’occasion de leur chapitre provincial19, ou en faisant un petit effort, à évangéliser les villages à proximité à l’image de ceux de Chaumont en 1675 et en 1682, sans que nous puissions savoir s’ils se sont rendus dans les mêmes localités ou dans d’autres à sept ans d’intervalle20.

  • 21 Le registre des confrères passés à Dijon (A.D. Côte-d’Or, 67 H) est éloquent à cet égard tout comme (...)

13De cette façon les missionnaires touchent un auditoire a priori plus fourni sans être astreints à de continuels et fastidieux déplacements. N’exagérons pas cependant, car une telle méthode n’a pas toujours été utilisée ni par les Capucins, ni par d’autres. Ainsi les prêtres de la Mission sont-ils restés extrêmement mobiles jusqu’à la Révolution, étant en plus souvent changés de résidence21.

  • 22 D. Dinet, Religion et Société…, op. cit., t. II, p. 678-681. Globalement pour les avents et carêmes (...)
  • 23 A.D. Haute-Marne, 37 H 1. Notons toutefois que cette exigence se limite aux avents et carêmes et qu (...)

14Les campagnes apparaissent alors relativement délaissées. En deux siècles, la grande majorité des paroisses rurales de ces régions n’ont jamais vu de mission à proprement parler, car beaucoup, notamment les plus peuplées, ont reçu la visite de religieux venus prêcher pour l’avent ou le carême, comme on en a la preuve pour le diocèse d’Auxerre22. Il en résulte que le semis des missions (au sens propre) est extrêmement lâche. Même dans des évêchés comme Sens ou Dijon, leur nombre est si faible qu’aucune géographie du phénomène ne se dégage. Sans doute les religieux les plus adonnés à ce type d’apostolat en avaient-ils conscience puisqu’on voit les chapitres provinciaux des Capucins de Champagne insister sur la nécessité de bien envoyer les frères prêcher dans les campagnes, ainsi à celui de Sainte Menehould tenu en 166923.

  • 24 Sur le protestantisme en Bourgogne : J. Fromental, La Réforme en Bourgogne aux xvie et xviie siècle (...)
  • 25 Gaston de Renty, Correspondance, éd. R. Triboulet, Paris, 1978, p. 588. Même chose le 2 juin 1645 ( (...)
  • 26 D’ailleurs je ne constate que peu de tentatives nettes pour convertir les protestants. En outre, le (...)

15N’en déduisons pas pour autant une répartition au hasard. Quelques missions sont manifestement destinées, non à la conversion des protestants, mais à renforcer la foi des catholiques face à ceux-ci comme à Couches, Arnay-le-Duc, Pont-de-Veyle24… Quand on voit le Baron de Renty, membre de la Compagnie du Saint Sacrement, faire venir Jean Eudes en Bourgogne et s’efforcer de trouver les moyens matériels nécessaires à une telle expédition, on a vite cette certitude, d’autant que les lettres du baron n’évoquent jamais les réformés, mais seulement la mission pour elle-même, « œuvre de Dieu », en particulier dans une missive du 22 septembre 164525. En outre royauté et épiscopat n’ont pas envisagé en ces provinces où le protestantisme est très minoritaire des missions de grande ampleur. Champagne et Bourgogne ne ressemblent ni au Languedoc, ni au Poitou… et plusieurs localités pourvues de foyers protestants, notamment dans la vallée de la Loire ne furent jamais le théâtre de mission. Il est vrai que l’implantation de couvents d’ordres mendiants dans des cités où se trouvaient des réformés, comme Châtillon-sur-Seine ou Is-sur-Tille, pouvait sembler plus efficace sur la longue durée qu’une mission éphémère26.

  • 27 P. Delattre (sous la dir. de), Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles, Eng (...)
  • 28 Nouvelles Ecclésiastiques, 1746, p. 91 et 1751, p. 12.

16Au xviiie siècle, certaines entreprises menées avec la bénédiction de prélats « constitutionnaires » comme Languet à Sens, Condorcet à Auxerre ou Montmorin à Langres eurent pour but à la fois de fortifier les fidèles soumis aux décisions de l’Église et aux attaques jansénistes venues des diocèses d’Auxerre (du temps de Mgr de Caylus) et de Troyes (où Mgr Bossuet, le neveu, les protégeait) et, sinon d’ébranler la conscience des autres, du moins de leur rappeler où étaient les forces vives du catholicisme, d’où les sermons du P. Bridaine à Sens en 174127, des Capucins dans le diocèse de Langres en 1745 ou encore ceux du P. Duplessis à Tonnerre, Chablis et Noyers en 175028. On pourrait donc esquisser partiellement une cartographie des missions de cette époque en liaison avec les zones touchées par les querelles entre jansénistes et antijansénistes.

  • 29 Vincent de Paul le reconnaît lui-même : Correspondance, op. cit., t. I, p. 38 (et note 3).
  • 30 Outre différentes mentions dans la correspondance de Saint Vincent de Paul, voir A. Prévost, Saint (...)
  • 31 A.D. Haute-Marne, D 16, liasse 2.

17Cependant la géographie des missions réalisées alors n’obéit que secondairement à ce problème, car de plus en plus, elles sont soit le fruit de fondations dévotes, souvent d’origine cléricale, soit d’initiatives isolées à la demande des évêques. Les missions « fondées » ont d’ailleurs existé auparavant. Déjà au xviie siècle, la venue de Vincent de Paul à Joigny en 1628 est liée à la possession du comté de Joigny par les Gondy, ses bienfaiteurs29. Peu après, en 1638, les missions rurales confiées aux Lazaristes dans les paroisses dépendant de l’ordre de Malte à l’intérieur du diocèse de Troyes sont l’œuvre d’un ami de Vincent de Paul, le commandeur Noël Brulart de Sillery qui a donné les ressources nécessaires après avoir contribué à l’installation de la Mission à Troyes30. D’autres imitèrent plus modestement ce geste en plein xviiie siècle, telle Nicole Guiot en 1726, tante d’un curé de Langres, fondatrice d’une mission confiée aux Jésuites dans le village de Thivet, au nord de Langres31.

***

18Cette continuité permit à des diocèses comme ceux de Troyes ou de Langres de connaître à peu près autant de missions au xviiie siècle qu’au xviie. Ailleurs elles semblent plus nombreuses au xviie, sauf dans l’évêché de Mâcon où le xviiie paraît l’emporter. Mais le caractère incertain de l’exhaustivité de notre information nous conduit à demeurer très prudent à ce sujet, tout en soulignant qu’au delà d’une opposition entre les deux siècles peu marquée, la période allant des années 1620-1630 jusque vers 1750-1760 regroupe l’essentiel des missions repérées.

  • 32 D. Dinet, Religion et Société…, op. cit., t. II, p. 676-677. Par exemple, Saint François de Sales y (...)
  • 33 H. de Grèzes, Vie et missions du Père Honoré de Cannes, Paris, 1895, p. 156.
  • 34 E. Bavard, Vie du vénérable Bénigne Joly, Dijon, 2e éd., 1892, p. 309.
  • 35 Theotime de Saint-Just, op. cit., 2e partie (1660-1814), t. I, p. 365. Sans doute en 1690.
  • 36 P. Delattre, op. cit., t. II, col. 82-85. Le P. Perussault (décédé en 1753) prêcha en 1731 le carêm (...)
  • 37 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 303. Renty fut également l’organisateur et le bienfaiteur de (...)
  • 38 Theotime de Saint-Just, op. cit., 1re partie, p. 382 et 477-480.
  • 39 T. J. Schmitt, L’organisation ecclésiastique et la pratique religieuse dans l’archidiaconé d’Autun (...)
  • 40 Theotime de Saint-Just, op. cit., 2e partie, t. I, p. 364-365.
  • 41 L. Prunel, Sébastien Zamet évêque-duc de Langres, pair de France (1588-1655), Paris, 1912, p. 67-68 (...)
  • 42 G. Viard, Langres au xviiie siècle, Langres, 1985, p. 411. François-Xavier Duplessis (1694-1771) fu (...)

19Plus important sans doute pour l’effet de ces entreprises est leur répétition en un lieu donné. À cet égard, une ville comme Dijon est nettement favorisée, d’autant qu’elles s’ajoutent aux stations d’avent et de carême prêchées chaque année sans interruption par de nombreux prédicateurs de talent32. Or de grands orateurs parmi nos missionnaires s’y arrêtent : le capucin Honoré de Cannes en 167933, Bénigne Joly assisté des prêtres de la Mission en 168734, le capucin Archange de Bourbon-Lancy peu après35, les jésuites Dunod et Bouot en 17111712 et le P. Perussault en 173736… Autun eut droit également à de fortes personnalités : Jean Eudes du 1er décembre 1647 au 14 février 164837, le capucin Léandre de Dijon en 1649 à l’occasion du chapitre provincial de son ordre38, d’autres religieux du même ordre moins illustres en 166439, puis le Père Archange de Bourbon-Lancy à la fin du siècle40 et quelques jésuites en mai-juin 1702… Les autres cités épiscopales ne paraissent pas avoir bénéficié autant de ces manifestations, même si Langres reçut au début du xviie siècle le Père Coton, jésuite, et l’oratorien Lejeune, avant qu’il ne gagne le Limousin41, et au milieu du xviiie siècle, le Père Duplessis, jésuite42.

  • 43 A.D. Côte-d’Or, D 43. Nolay était alors dans le diocèse d’Autun. Assez vite, semble-t-il, ces missi (...)
  • 44 A.D. Haute-Marne, D 16, liasse 2.
  • 45 A. Prévost, op. cit., p. 12, 119 (Unienville par fondation de 1716) et 160.

20À cette époque, et parfois depuis le siècle précédent, la mission se répète également à la campagne ou dans quelques gros bourgs, avec même une relative régularité grâce aux pieuses fondations déjà signalées. De la sorte les Jésuites de Dijon se rendaient à Montbard, Pisy et Nolay depuis 171343. Ceux de Langres prêchèrent tous les sept ans à Rolampont à partir de 1706, à Gilley et Sacqueney à partir de 1715, tous les cinq ans à Dammartin à compter de 1714, tous les dix ans à Thivet et à Colombey-les-Choiseul, suite à des fondations de 1726 et de 173944. De leur côté les Lazaristes, dès 1637, s’étaient engagés à se rendre tous les cinq ans à Sancey-Saint-Julien, Serre, Bonlieu, Auxon, Rouilly-Saint-Loup… dans le diocèse de Troyes. Ultérieurement, ils allèrent tous les douze ans à Montieramey et tous les vingt ans à Unienville45.

  • 46 « Les Lazaristes à Dijon », Annales de la Congrégation de la Mission, t. 122, 1957, p. 540-548.
  • 47 D. Dinet, Religion et Société, op. cit., t. II, p. 675.
  • 48 Ainsi le séminaire de Troyes (à la Congrégation de la Mission) est-il déchargé de quelques missions (...)
  • 49 A.D. Haute-Marne, D 16, liasse 2.

21En réalité de telles fréquences furent impossibles à maintenir partout jusqu’à la Révolution. Quelques missions furent naturellement affectées par la dispersion autoritaire des Jésuites en 1762-1763, même si l’épiscopat s’efforça de leur substituer d’autres prédicateurs comme les Lazaristes à Montbard46 ou les Capucins à Rolampont47. En d’autres lieux, soit par manque de missionnaires à la date voulue, soit par une baisse sensible du revenu des fondations48, soit par objection du clergé local jugeant la mission trop courte (10 à 15 jours par exemple) pour être efficace, l’œuvre fut remise à plus tard ou même franchement abandonnée. Ainsi dans l’évêché de Langres, à Dammartin où elle était prévue tous les cinq ans, elle ne fut exécutée qu’en 1720, 1725 et 1732, tandis qu’à Thivet elle cessa après 174649.

  • 50 Outre la Correspondance de Vincent de Paul, op. cit., t. I, p. 38-39, 175-177 et 536-538, t. III, p (...)

22D’autres semblent même arrêtées beaucoup plus tôt, en particulier celle de Joigny et de ses environs, pourtant objet de sérieux efforts de la part de Vincent de Paul qui y dépêcha jusqu’à dix missionnaires, souvent choisis parmi les meilleurs. Prévue à l’origine tous les cinq ans, cette mission fut réalisée en 1628, 1632, 1639, 1650 et durant l’hiver 1655-1656. Ensuite aucune trace de son renouvellement ne nous est parvenue50.

  • 51 P. -T. Durand de Maillane, op. cit., t. IV, p. 58. L’affaire de Vézelay est longuement évoquée par (...)

23Sans doute la congrégation manqua-t-elle de sujets, car une opposition des curés concernés est peu probable, d’autant que, peu après, plusieurs arrêts du Conseil rappelèrent à l’ensemble des ecclésiastiques la vanité d’une telle attitude. Ainsi en janvier 1673, la collégiale de Vézelay dut se soumettre devant la volonté de l’évêque d’Autun. En 1675, un arrêt similaire, pris à la demande de l’Assemblée du Clergé en faveur de l’archevêque de Bordeaux, débouta un curé de ses prétentions51.

  • 52 A.D. Yonne, 3 E 22, 266, pièce 103 (15 février 1757).
  • 53 Nouvelles Ecclésiastiques, 1746, p. 91.

24Bien entendu cela n’empêcha pas les protestations et les clameurs indignées contre les missionnaires. En 1757, le chapitre cathédral d’Auxerre, acquis aux jansénistes et donc en guerre ouverte avec Mgr de Condorcet, dénonce publiquement ce prélat qui « fait prescher des jésuites dans sa cathédrale, les employe à faire des missions dans son diocèse et notamment sur ce que certains auraient alors avancé des propositions répréhensibles52 ». Chaque semaine, les Nouvelles Ecclésiastiques alertent l’opinion sur de tels méfaits, sur les agissements de ces missionnaires venus semer la discorde et tenter comme les Capucins à Montsaugeon (diocèse de Langres) en décembre 1745 de se faire remettre tous les livres de piété détenus par les paroissiens, comme s’ils s’agissaient de mauvais livres, remplis d’impureté ou d’hérésie53.

  • 54 H. de Grèzes, op. cit., p. 156. Parfois la mission s’oppose aussi aux débordements du carnaval, not (...)
  • 55 J. de Viguerie, op. cit., p. 361.
  • 56 J. Laurent dans P. Delattre, op. cit., t. II, col. 82.

25Car à toute époque, la mission se juge à ses effets immédiats. L’élimination des mauvais livres en est un. À Dijon en 1679, à la suite de la prédication du P. Honoré de Cannes, on relate qu’on en apporta un si grand nombre qu’il en fut brûlé plusieurs voitures au pied de la Croix élevée à la porte Guillaume54. Le « plantement » de la croix marque, là comme ailleurs, l’apogée de la mission55, son mémorial également (l’acte en est même parfois consigné dans les registres paroissiaux, comme à Maligny, près de Chablis, le 19 janvier 1763) et rappelle la réconciliation opérée au cours de l’exercice. En effet, au terme de la mission, les confessions sont nombreuses et exigent souvent des prêtres supplémentaires. À Dijon en 1679, outre Honoré de Cannes et sa petite troupe, il fallut les services de tous les religieux du couvent de la ville et encore ceux de 26 confesseurs envoyés en renfort par le provincial des Capucins de Lyon. Après quoi les fidèles s’approchent de l’eucharistie. Toujours à Dijon, mais en juillet 1737, les Jésuites, satisfaits, comptabilisent près de 10 000 communions à la cathédrale Saint-Etienne, soit un peu moins de la moitié de la population de la ville56.

  • 57 Dans une lettre adressée au P. Bouhours, jésuite, le 9 septembre 1679, Bussy évoque assez longuemen (...)
  • 58 Mme de Sévigné, Correspondance, op. cit., t. II, p. 685 (lettre du 26 septembre 1679).
  • 59 P. Coste, op. cit., t. I, p. 117-124 (Joigny) et A.D. Haute-Marne, 2 G 472 (cette confrérie d’Arc-e (...)

26De telles manifestations ne laissaient personne indifférent. En 1679, Bussy-Rabutin, plus dévot qu’on ne l’imagine, attiré par la réputation du P. Honoré de Cannes, était allé exprès à Semur-en-Auxois pour l’écouter. Il ne fut pas déçu57. De son côté, Mme de Sévigné, qui en avait entendu parler, est persuadée que le comte de Guitaut, sur place, va « retourner aux sermons » de ce prédicateur58. En outre, pour ne pas seulement satisfaire leur auditoire par de belles paroles ou par de simples émotions fugitives, la plupart de ces missionnaires organisaient des « restitutions » en complément des réconciliations avec le Seigneur ou avec les hommes : les pénitents rendaient alors ce qu’ils avaient perçu pour intérêts usuraires, pour fraudes au jeu… et ce qui n’était pas réclamé était versé au profit des pauvres ou des hôpitaux. D’ailleurs avec Saint Vincent de Paul et ses successeurs la mission s’accompagnait toujours d’actions de charité, avec souvent comme à Joigny en 1628 ou à Arc-en-Barrois en 1696, l’établissement d’une confrérie de ce type, durable59.

  • 60 A.D. Haute-Marne, 2 G 472 et 473. À Fontaine-Française, les Jésuites se bornent à assister à cet ét (...)
  • 61 P. Delattre, op. cit., t. I, col. 1191. Sur cette dévotion : B. Dompnier, « Un aspect de la dévotio (...)
  • 62 P. Delattre, op. cit., t. III, col. 3-21. Louis Dinet est le frère du jésuite Jacques Dinet (1584-1 (...)

27Des confréries de piété furent également instituées pour prolonger les effets de ces missions. Dans le diocèse de Langres, à Gyé-sur-Seine en janvier 1702, à Fontaine-Française en mars 1725, les Jésuites laissent derrière eux, ici une confrérie du Saint-Sacrement, là une confrérie du Rosaire, au gré des habitants60. À défaut, ceux de Chalon-sur-Saône achèvent en 1664 leur mission, au début du carême, par la prière des Quarante Heures afin d’accroître, au moins temporairement, la dévotion eucharistique en cette cité61. Mieux à Mâcon, le succès des Jésuites de Lyon, venus prêcher de mai à juillet 1642, facilita leur implantation ultérieure en ce lieu, voulue par l’évêque Louis Dinet (1621-1650)62.

  • 63 Presque toutes ont un budget pour rémunérer ce prédicateur : C. Lamarre, Petites villes et fait urb (...)
  • 64 D. Dinet, Religion et Société, op. cit., t. II, p. 676-683. Pour le diocèse de Troyes : A.D. Aube, (...)
  • 65 Ainsi avec les Jésuites de Langres (A.D. Haute-Marne, D 16, liasse 2) ou les Capucins bourguignons (...)
  • 66 A. Prévost, Saint Vincent de Paul…, op. cit., p. 85-86 et J. Mauzaize, Le rôle et l’action des Capu (...)

28Car, quelle que soit sa longueur, la mission est toujours éphémère et, sauf dans le cas d’une fondation, elle n’est pas forcément répétée en un lieu donné, à l’inverse, la plupart du temps, des stations d’avent et de carême, dont les villes, grandes ou petites, sont généralement pourvues chaque année63. Une fréquence moindre existait dans les campagnes, au moins pour les villages assez importants. De la sorte, plus de la moitié de la population d’un diocèse, – nous en avons la preuve pour celui d’Auxerre, des indices sérieux pour ceux de Langres et de Troyes –, pouvait écouter un prédicateur durant ces temps forts de la vie liturgique, au minimum tous les cinq ou dix ans et pour une durée qui excédait souvent celle des missions64. De ce côté, au Fayl-Billot, dans le diocèse de Langres, la fondation ne prévoyait qu’un séjour d’un seul religieux pour huit à dix jours. Ailleurs un mois avec deux ou trois prêtres semble la norme la plus courante65, si bien que les entreprises plus longues comme celle des Capucins à Troyes en 1681 (du 1er juin au 13 juillet) mobilisant 42 religieux autour du P. Vincent de Troyes ont davantage retenu l’attention des contemporains, par leur caractère exceptionnel et spectaculaire66.

***

29Dans ces conditions, même si nous rencontrons des missionnaires venus d’horizons très variés, il n’est guère étonnant de constater qu’ils sont d’abord issus des ordres et congrégations possédant le plus grand nombre de prédicateurs, même si les sources à notre disposition amplifient peut-être légèrement cette vision. En Bourgogne et en Champagne, en fonction aussi de l’implantation des uns et des autres, de leurs disponibilités en personnel et de leurs visées apostoliques, nous remarquons une participation plus forte des Capucins, des Jésuites et de la Congrégation de la Mission.

  • 67 A. Prévost, Saint Vincent de Paul…, op. cit., p. 6-17.
  • 68 A.D. Côte-d’Or, H 1003. Les trois premiers arrivent en novembre 1682.
  • 69 Entre 1688 et 1768, au moins trois prêtres de la Mission (les Pères Luchet, Fohanno et Cerisier) so (...)
  • 70 Voir ci-dessus note 47 et A.D. Côte-d’Or, D 43.
  • 71 A. Prévost, Le diocèse de Troyes…, op. cit., t. III, p. 244-245.

30Cette dernière, établie précocement à Troyes (dès 1637)67 et seulement à la fin du xviie siècle à Dijon68, rayonna à partir de ces deux points d’attache, en débordant d’ailleurs assez souvent le territoire de ces provinces, en particulier du côté de la Franche Comté, comme le révèlent les sépultures de plusieurs lazaristes de la maison de Dijon morts à la tâche en ce terroir69. En apparence, leurs capacités leur permettent même de remplacer les Jésuites chassés du royaume en 1762-1764 et donc de maintenir des missions fondées naguère comme celles de Montbard, Nolay ou Pizy, d’autant qu’ils ont été mis en possession de certaines propriétés des bons Pères à Dijon70. Mais il convient de ne pas exagérer leurs possibilités, car à la même époque, leur établissement troyen est contraint, pour des raisons matérielles, de réduire ses activités missionnaires71.

  • 72 P. Delattre, op. cit., t. IV, col. 1462-1479.
  • 73 Ibid., t. IV, col. 1083-1097 et G. Dubois, Henri de Pardaillan de Gondrin, archevêque de Sens (1646 (...)
  • 74 P. Delattre, op. cit., t. I, col. 1279.

31Auparavant les Jésuites avaient joué un rôle non négligeable en ce domaine, plus en Bourgogne qu’en Champagne, où le gallicanisme exacerbé d’une large fraction de la population, du clergé local et de quelques évêques avait réduit sensiblement leur influence en les empêchant de s’établir à Troyes (en conséquence, ils n’y prêchèrent que le jubilé de 1751)72 et en les cantonnant strictement dans leur fonction d’éducateurs de la jeunesse à Sens, sauf durant l’épiscopat de Mgr Languet (1730-1753) qui leur était très favorable à l’inverse de Mgr de Gondrin (1646-1674) et d’autres73. Ailleurs, les faibles ressources de quelques collèges (ainsi à Chalon-sur-Saône) et l’absence de fondation destinée à cet objet limitèrent singulièrement les possibilités de mission en dehors des villes où ils étaient établis. Au mieux, pouvaient-ils assurer les stations d’avent et de carême sur place comme à Chaumont ou dans le diocèse comme à Auxerre (sauf à l’époque de Mgr de Caylus qui leur avait interdit toute prédication, de 1725 jusqu’à sa mort en 1754). En définitive, seuls les établissements d’Autun, Dijon, Langres et Mâcon disposèrent de véritables missionnaires capables de rayonner sur un territoire assez vaste tout en s’acquittant des obligations de cette nature contractées par fondation. Ainsi une douzaine de prédicateurs purent chaque année sillonner ces provinces, soit à peu près le même nombre que celui des religieux de leur province de Champagne en exercice dans les missions lointaines74. À l’expérience, il ne faut donc pas surestimer la place des Jésuites.

  • 75 B. Dompnier, Missions de l’intérieur et Réforme catholique. L’activité missionnaire en Dauphiné au (...)
  • 76 La province de Lyon des Capucins, qui déborde largement l’espace bourguignon, passa en effet de 55 (...)
  • 77 J. Mauzaize, op. cit., t. I, p. 274-277.

32En comparaison, les fils de Saint François étaient nettement plus nombreux. En Bourgogne, les Capucins de la province de Lyon chargés de ce ministère passèrent, pour l’ensemble de cette circonscription, de 217 en 1650 à 576 en 1702 pour retomber à 425 en 174775. En réalité, selon les périodes, cela offrait de 4 à 9 prédicateurs par établissement76, le plus souvent accaparés par les stations d’avent Quelle place pour les missions en Bourgogne et en Champagne… 491 et de carême, sur place ou dans les lieux relativement proches. Il en allait de même dans leur province de Champagne et dans celle de Paris, incluant une partie de l’espace considéré ici77.

  • 78 P. Hyacinthe Le Febvre, Histoire chronologique de la province des récollets de Paris, Paris, 1677, (...)
  • 79 F. Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle. Les franciscains récollets de la province de Lyon aux (...)
  • 80 D. Dinet, Religion et Société…, op. cit., t. II, p. 679-680. Dans le diocèse d’Auxerre au xviiie si (...)

33Les Récollets, dont les effectifs étaient globalement plus faibles, semblent avoir eu un rôle missionnaire sensiblement plus réduit en dehors des environs immédiats de leurs couvents. Les historiens de l’ordre le reconnaissaient déjà au xviie siècle pour leur province de Paris78. Un travail récent le confirme pour celle de Lyon79, ces deux entités débordant le territoire envisagé ici. En revanche, leur place dans les prédications d’avent et de carême est tout à fait honorable, comme j’ai pu le vérifier dans les diocèses d’Auxerre et de Langres80.

  • 81 Bib. municipale Auxerre, ms 171, Nécrologe des frères mineurs de la province de France (xviie-xviii(...)

34Enfin les Cordeliers paraissent avoir donné quelques missions au xviie siècle à partir de leurs nombreux couvents, à en juger par les décès de ceux d’Auxerre à Lindry, Appoigny et Coulanges-la-Vineuse dans l’exercice de cette fonction81. La réduction ultérieure de leurs effectifs les a sans doute contraints à se limiter à un apostolat local, sauf durant les avents et carêmes.

  • 82 T.J. Schmitt, op. cit., p. 199.
  • 83 A.D. Haute-Marne, 2 G 473.
  • 84 A.D. Aube, 27 H 1 et 2. Voir aussi A. Prévost, Le diocèse de Troyes…, op. cit., t. III, p. 115.

35Carmes et Dominicains n’ont guère été plus actifs en dehors des lieux de leur implantation, sinon pour l’érection de confréries, les seconds ayant le monopole de celles du Rosaire. Or le réseau de ces associations continue de s’étendre à notre période, grâce aux Dominicains de Mâcon et de Lyon dans l’évêché d’Autun82, grâce à ceux de Langres dans ce diocèse (encore dans 22 paroisses au xviiie siècle)83, grâce à ceux de Troyes à Brévonnes, Géraudot, Bouilly, Pouan, Maizières-les-Brienne, là en 1645, justement à la suite d’une mission84.

  • 85 L. Prunel, op. cit., p. 66-68. En 1622-1623, ils sont surtout employés à la réforme de l’abbaye de (...)
  • 86 Abbé J. Lebeuf, Mémoires concernant l’histoire civile et ecclésiastique d’Auxerre, Auxerre-Paris, 1 (...)
  • 87 Ce prélat loge souvent chez eux, par économie, durant ses séjours parisiens, d’où les liens noués a (...)
  • 88 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 303-305.

36Les autres ordres et instituts ont eu un rôle plus épisodique, car lié finalement à tel ou tel évêque ou personnalité qui les appelle à un moment donné en fonction de ses relations personnelles. Ainsi les Oratoriens se dépensent-ils sans compter à Langres et aux environs en 1619-1621 à l’initiative de Mgr Zamet85 ; les missionnaires de Saint-Joseph viennent de Lyon en 1672 évangéliser pendant plusieurs mois des paroisses rurales de l’Auxerrois à la demande de Mgr Nicolas Colbert86 ; les prêtres des Missions Etrangères accompagnent souvent Mgr de Montmorin dans ses tournées pastorales au milieu du xviiie siècle87, tandis que Jean Eudes et ses confrères, cédant aux sollicitations de Gaston de Renty et de ses amis bourguignons, avaient séjourné plusieurs semaines à Arnay-le-Duc, Couches, Autun et Beaune en 1645-164888.

  • 89 J. de Viguerie, op. cit., p. 344.
  • 90 A.D. Haute-Marne, D 16, liasse 4.

37Dans ces conditions, la part des prêtres séculiers n’appartenant pas à un institut spécialisé est extrêmement modeste. Les curés de ces diocèses ne participent pratiquement pas à l’œuvre missionnaire, comme cela a pu se vérifier en d’autres provinces où cette activité a été beaucoup plus forte et où le clergé local a assuré en quelque sorte le relais une fois les missionnaires partis vers d’autres horizons89. Au mieux, ils nous apparaissent comme les suppléants occasionnels des Jésuites après 1762 ! Voyez la mission de Rolampont, au diocèse de Langres, en 1786, où le sieur Henry, curé de Bannes, se borne à assister deux Capucins du couvent de Langres, sur commission de Mgr de La Luzerne90.

***

38En conclusion rappelons une nouvelle fois les difficultés documentaires d’une telle enquête. La mission par son caractère souvent exceptionnel et éphémère laisse peu de traces. Cependant, malgré les incertitudes liées à l’état de nos sources et à leur extrême dispersion, il apparaît bien que ces prédications ont été relativement peu fréquentes en Bourgogne et en Champagne, qu’elles ont finalement surtout profité aux villes les plus peuplées, sans plan préconçu et sans périodicité particulière. Les initiatives épiscopales ou personnelles ont eu un rôle déterminant dans leur réalisation, d’où cet appel à des prédicateurs amis ou à des instituts avec lesquels les relations sont privilégiées, si bien que là prêchent les Jésuites, ailleurs les Capucins, les prêtres de la Mission ou d’autres…, mais toujours des ordres, des congrégations ou des individus réputés pour leur talent oratoire et leur capacité à émouvoir les foules.

39À cet égard, la mission ne se distingue guère des prédications d’avent et de carême. L’énorme différence réside dans la rareté des missions, particulièrement en ces provinces, par rapport aux stations liturgiques. Même renouvelée en moyenne tous les vingt ou vingt-cinq ans (au mieux) comme à Dijon, elle demeure un évènement singulier en comparaison des avents et carêmes prêchés chaque année non seulement dans cette capitale provinciale, mais encore dans toutes les cités de quelque importance et même dans les gros bourgs ruraux (où on ne reçoit pas forcément un prédicateur tous les ans).

  • 91 Sans doute sont-elles aussi différentes dans la forme : la mission cherche davantage à émouvoir et (...)
  • 92 D. Dinet, Religion et Société, op. cit., t. II, p. 680.

40Une dernière confrontation pour nous éclairer sur cette disproportion entre ces deux types de prédication91 nous est offerte par la situation du diocèse d’Auxerre : pour la période 1678-1788, nous observons moins de 10 missions dans une quinzaine de paroisses alors que dans le même temps 2140 avents et carêmes ont été effectivement recensés dans plus de 70 paroisses regroupant près des deux tiers de la population92.

  • 93 R. Sauzet dans J. de Viguerie, Histoire religieuse de l’Orléanais, Chambray, 1983, p. 194 ; A. Play (...)
  • 94 J. Ferté, La vie religieuse dans les campagnes parisiennes. 1622-1695, Paris, 1962, p. 196-218 et 2 (...)

41Néanmoins si les prédications d’avent et de carême l’ont nettement emporté en France sur celles procurées par les missions, il semble que le tableau présenté par la Bourgogne et la Champagne ne soit pas valable partout à un tel degré, même si nous rencontrons des situations comparables en Orléanais, en Boulonnais et dans le Maine93, alors que des efforts plus importants en faveur des missions ont été consentis aussi bien dans le diocèse de Paris que dans celui de Bordeaux, où les résistances ont été moindres également94.

42Une enquête globale des missions sur l’espace français serait donc souhaitable. Non réalisable dans l’immédiat, nous nous contenterons de proposer quelques hypothèses à ce sujet. Par commodité, j’en retiendrai trois, concernant leur chronologie, leur géographie et les initiatives qui leur ont donné naissance.

43Tout d’abord la conjoncture religieuse paraît avoir un rôle en ce domaine. La volonté d’une pénétration en profondeur de la réforme tridentine, le souci de raffermir la foi des catholiques face aux protestants, l’idée de gagner ces derniers ou encore de fortifier l’enracinement des « nouveaux convertis », la crainte d’un jansénisme susceptible de stériliser la pratique religieuse ont toujours intensifié ce type de prédication. Mais la chronologie des missions obéit-elle uniquement à ces phases de tension religieuse ?

  • 95 A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie – La mort – La foi, Paris, 1981, t. II, p. 121 (...)
  • 96 On l’observe au xviie siècle aussi bien dans le Maine que dans les Pyrénées (J. F. Soulet, Traditio (...)

44Ensuite toutes les observations déjà effectuées n’attestent-elles pas une œuvre inégale non seulement d’une région à l’autre, mais également à l’intérieur d’une même province comme en Bretagne au xviie siècle où la Haute-Bretagne est nettement moins visitée95 ? En outre malgré une volonté souvent affirmée, les missions ne se sont-elles pas autant ou davantage déroulées dans les villes jusqu’aux plus petites que dans les campagnes96 ?

  • 97 Mais de longues missions souvent répétées entraînent une participation active des curés qui devienn (...)

45Enfin l’initiative en faveur de la mission semble surtout le fait d’individus : évêques, curés zélés, dévots généreux. Il en résulte qu’en un lieu donné la mission est unique ou répétée, confiée à un ordre ou à un institut dont le personnel est connu97 pour ses aptitudes à la conversion des foules, d’où ont émergé ces figures qui ont fasciné les contemporains comme le P. Maunoir en Bretagne, le P. Lejeune en Limousin ou le capucin Honoré de Cannes et le jésuite François-Xavier Duplessis à travers de plus vastes espaces.

Notes

1 D’où les études consacrées à un ou des missionnaires, comme le no 41 de xviie siècle, 1958, intitulé : Missionnaires catholiques à l’intérieur de la France pendant le xviie siècle, qui s’attache à cinq prédicateurs : François de Sales, Vincent de Paul, Jean Eudes, Honoré de Cannes et Louis Grignion de Montfort ou encore le livre de F. Renaud, Michel Le Nobletz et les missions bretonnes, Paris, 1954.

2 « L’effort qui se révéla fondamental fut celui des missions diocésaines » écrit, par exemple, E. Préclin dans Les luttes politiques et doctrinales aux xviie et xviiie siècles (t. XIX de l’Histoire de l’Église dirigée par A. Fliche et V. Martin), Paris, 1955, p. 281. En réaction, d’autres sont plus perplexes, tels F. Lebrun, « La pastorale de la conversion et les missions intérieures : l’exemple des lazaristes en Haute-Bretagne au xviie siècle », La conversion au xviie siècle, Marseille, 1983, p. 254-255 ou auparavant L. Pérouas dans sa conclusion de l’édition du Mémoire des missions des Montfortains dans l’Ouest (1740-1779) de Pierre Hacquet, Fontenay-le-Comte, 1964, p. 137-166.

3 Comme le rappelle L. Pérouas dans Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, 1964, p. 467-468.

4 D. Dinet, Religion et Société : les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin xvie-fin xviiie s.), Paris, 1999, t. II, p. 673-692.

5 Avec parfois des incertitudes, ainsi dans le cas du capucin Germain de Jaucourt, du couvent de Chaumont-en-Bassigny, décédé à Biesles (Haute-Marne) en « mission » en décembre 1744 : s’agit-il d’une « mission » ou d’une « station » d’avent ? Le document ne permet pas de trancher (A.D. Haute-Marne, 37 H 4).

6 P. T. Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, Lyon, 3e éd., 1776, t. IV, p. 58.

7 À ce sujet : B. Jacqueline, « Missions en France », Sacrae Congregationis de Propaganda Fide memoria rerum, Rome-Fribourg-Vienne, 1973, t. I, vol. 2, p. 111-147 et B. Dompnier, « La congrégation romaine « de Propaganda Fide » et les compagnies de prêtres missionnaires (1627-1664) », Vincent de Paul, Actes du Colloque International d’Etudes Vincentiennes, Paris, 1981, Roma, 1983, p. 42-63.

8 Au mieux trouvera-t-on une ou deux indications avant 1660 dans les archives (romaines) de cette institution, car après cette date, celles-ci sont très pauvres en documents sur la France. En tous cas, aucune trace de son activité n’a été relevée dans les sources bourguignonnes et champenoises.

9 Nous ne disposons pour ce diocèse et cet épiscopat (1734-1770) que des autorisations de prêcher et de confesser accordées aux religieux, sans indication particulière du type d’apostolat exercé, donc sans la moindre mention d’une mission en un lieu donné : A.D. Haute-Marne, G 971 à G 975.

10 Aucun indice à ce sujet pour les diocèses d’Auxerre, Chalon-sur-Saône, Dijon, Langres, Mâcon et Troyes à en juger d’après le Répertoire des visites pastorales de la France. Anciens diocèses, Paris, 1977-1985, 4 vol. Pour notre période, à Sens, ce type de source ne m’a apporté qu’une preuve de mission (à Etampes en 1676).

11 Notamment par les catalogues chez les Jésuites (celui de leur province de Champagne ayant été édité par L. Carrez, Châlons, 1897-1914, 10 vol. et celui de la province de Lyon a déjà été exploité dans ce but par B. Dompnier : « L’activité missionnaire des Jésuites de la province de Lyon dans la première moitié du xviie siècle. Essai d’analyse des Catalogi », Mélanges de l’Ecole Française de Rome. Moyen Age et Temps modernes, 97/2, 1985, p. 941-959), les nécrologes et les registres de sépultures des différents couvents des ordres mendiants, les « livres de tous les pères et frères passés » en telle ou telle maison de la Congrégation de la Mission (pour Dijon : A.D. Côte-d’Or, 67 H) …

12 Assez riche à ce sujet. Voyez par exemple la mission de 1657 à Nogent-sur-Seine effectuée par ses confrères de Troyes : Saint Vincent de Paul, Correspondance, éd. P. Coste, Paris, 1922, t. IV, p. 372 (lettre 2320).

13 Ainsi la marquise évoque-t-elle les sermons bourguignons du P. Honoré de Cannes en 1679, en particulier dans sa lettre à Guitaut du 26 septembre : Mme de Sévigné, Correspondance, éd. R. Duchêne, Paris, 1974, t. II, p. 685.

14 Bib. municipale de Langres, ms 39.

15 A.D. Haute-Marne, 37 H 4.

16 Saint Vincent de Paul, op. cit., t. I, p. 538.

17 Rappelons que le diocèse de Dijon a été créé en 1731 par démembrement de celui de Langres.

18 Pour Auxerre, Langres et Dijon : D. Dinet, Religion et Société…, op. cit., t. I, p. 49-237.

19 P. Theotime de Saint Just, Les Capucins de l’ancienne province de Lyon. 1575-1660, Saint-Etienne, 1951, p. 383 (d’après les Annales capitulaires).

20 A.D. Haute-Marne, 37 H 7. Peut-être une investigation dans les archives des différentes localités autour de Chaumont nous apporterait-elle quelques lueurs ? Faute de temps, j’y ai renoncé.

21 Le registre des confrères passés à Dijon (A.D. Côte-d’Or, 67 H) est éloquent à cet égard tout comme la lecture suivie de la correspondance de Vincent de Paul antérieurement. En moyenne, un prêtre de la Mission réside rarement plus de 5 à 6 ans au même endroit, sans compter ses déplacements à partir de la maison possédée en tel ou tel lieu par la Mission.

22 D. Dinet, Religion et Société…, op. cit., t. II, p. 678-681. Globalement pour les avents et carêmes, les villes sont également favorisées par rapport aux campagnes. Plus elles sont importantes, plus elles sont assurées de la présence d’un prédicateur à chaque avent et à chaque carême (ibid, p. 676-677).

23 A.D. Haute-Marne, 37 H 1. Notons toutefois que cette exigence se limite aux avents et carêmes et que les chapitres provinciaux n’abordent jamais la question des missions (preuve de leur rareté ?).

24 Sur le protestantisme en Bourgogne : J. Fromental, La Réforme en Bourgogne aux xvie et xviie siècles, Paris, 1968.

25 Gaston de Renty, Correspondance, éd. R. Triboulet, Paris, 1978, p. 588. Même chose le 2 juin 1645 (p. 559). Voir à ce sujet : C. Berthelot du Chesnay, Les missions de Saint Jean Eudes, Paris, 1967, p. 126-129 et également A. Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement, Paris, 1990, p. 59-61.

26 D’ailleurs je ne constate que peu de tentatives nettes pour convertir les protestants. En outre, les efforts des Capucins en ce sens à Is-sur-Tille rencontrent peu de succès face à un groupe solide et déterminé (D. Dinet, Religion et Société…, op. cit., t. II, p. 686-687).

27 P. Delattre (sous la dir. de), Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles, Enghien-Wetteren, t. IV, 1956, col. 1096.

28 Nouvelles Ecclésiastiques, 1746, p. 91 et 1751, p. 12.

29 Vincent de Paul le reconnaît lui-même : Correspondance, op. cit., t. I, p. 38 (et note 3).

30 Outre différentes mentions dans la correspondance de Saint Vincent de Paul, voir A. Prévost, Saint Vincent de Paul et ses Institutions en Champagne Méridionale, Bar-sur-Seine, 1928, p. 6-12.

31 A.D. Haute-Marne, D 16, liasse 2.

32 D. Dinet, Religion et Société…, op. cit., t. II, p. 676-677. Par exemple, Saint François de Sales y prêcha le carême de 1603, l’abbé de Besplas, célèbre en son temps, celui de 1782.

33 H. de Grèzes, Vie et missions du Père Honoré de Cannes, Paris, 1895, p. 156.

34 E. Bavard, Vie du vénérable Bénigne Joly, Dijon, 2e éd., 1892, p. 309.

35 Theotime de Saint-Just, op. cit., 2e partie (1660-1814), t. I, p. 365. Sans doute en 1690.

36 P. Delattre, op. cit., t. II, col. 82-85. Le P. Perussault (décédé en 1753) prêcha en 1731 le carême devant le roi et fut ensuite son confesseur. Sa renommée lui valut de figurer dans le Dictionnaire portatif des prédicateurs français d’Antoine Albert, Lyon, 1757, p. 206-208.

37 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 303. Renty fut également l’organisateur et le bienfaiteur de cette mission comme en témoigne sa Correspondance, op. cit., p. 697 (août 1646), 761 (14 juin 1647), 796 (24 octobre 1647) et 798 (décembre 1647).

38 Theotime de Saint-Just, op. cit., 1re partie, p. 382 et 477-480.

39 T. J. Schmitt, L’organisation ecclésiastique et la pratique religieuse dans l’archidiaconé d’Autun de 1650 à 1750, Autun, 1957, p. 176.

40 Theotime de Saint-Just, op. cit., 2e partie, t. I, p. 364-365.

41 L. Prunel, Sébastien Zamet évêque-duc de Langres, pair de France (1588-1655), Paris, 1912, p. 67-68 (à partir du Journal d’Africain Sénault). Le Père Coton (1565-1626) fut un des jésuites les plus célèbres de son temps et le Père Lejeune (1592-1672), aveugle à partir de 1635, acheva sa carrière comme apôtre du Limousin (N. Lemaitre, « Un prédicateur et son public : les sermons du Père Lejeune et le Limousin. 1653-1672 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. XXX, 1983, p. 33-65).

42 G. Viard, Langres au xviiie siècle, Langres, 1985, p. 411. François-Xavier Duplessis (1694-1771) fut un des missionnaires jésuites les plus actifs du xviiie siècle, à travers plusieurs provinces de France (L. Chatellier, La religion des pauvres. Les missions rurales en Europe et la formation du catholicisme moderne. xvie-xixe siècles, Paris, 1993, p. 158-160), souvent pour combattre les influences jansénistes comme l’avait déjà remarqué J. de Viguerie, « Quelques aspects du catholicisme des Français au xviiie siècle », Revue Historique, t. CCLXV, 1981, p. 342-343.

43 A.D. Côte-d’Or, D 43. Nolay était alors dans le diocèse d’Autun. Assez vite, semble-t-il, ces missions annuelles à l’origine, eurent lieu au mieux tous les 3 ans à Montbard et tous les 6 ans à Pisy : J. Laurent, « Dijon » dans P. Delattre, op. cit., t. II, col. 82.

44 A.D. Haute-Marne, D 16, liasse 2.

45 A. Prévost, op. cit., p. 12, 119 (Unienville par fondation de 1716) et 160.

46 « Les Lazaristes à Dijon », Annales de la Congrégation de la Mission, t. 122, 1957, p. 540-548.

47 D. Dinet, Religion et Société, op. cit., t. II, p. 675.

48 Ainsi le séminaire de Troyes (à la Congrégation de la Mission) est-il déchargé de quelques missions rurales à la fin du xviiie siècle : A. Prévost, Le diocèse de Troyes. Histoire et documents, Domois, 1926, t. III, p. 244-245.

49 A.D. Haute-Marne, D 16, liasse 2.

50 Outre la Correspondance de Vincent de Paul, op. cit., t. I, p. 38-39, 175-177 et 536-538, t. III, p. 621-622, t. IV, p. 26 et t. V, p. 470, voir P. Coste, Le grand saint du grand siècle. Monsieur Vincent, Paris, 1932, t. III, p. 51-52. Si la Charité fondée alors subsista, aucune trace en revanche de mission après 1660.

51 P. -T. Durand de Maillane, op. cit., t. IV, p. 58. L’affaire de Vézelay est longuement évoquée par J. H. Pignot, Un évêque réformateur sous Louis XIV, Gabriel de Roquette, évêque d’Autun, Paris-Autun, 1876, t. II, p. 22-26 et 34-35.

52 A.D. Yonne, 3 E 22, 266, pièce 103 (15 février 1757).

53 Nouvelles Ecclésiastiques, 1746, p. 91.

54 H. de Grèzes, op. cit., p. 156. Parfois la mission s’oppose aussi aux débordements du carnaval, notamment en 1679 à Moulins où le P. Honoré, selon ses biographes, parut changer ce temps en celui du carême (Ibid., p. 155). Même chose à Beaune en 1648 avec Saint Jean Eudes.

55 J. de Viguerie, op. cit., p. 361.

56 J. Laurent dans P. Delattre, op. cit., t. II, col. 82.

57 Dans une lettre adressée au P. Bouhours, jésuite, le 9 septembre 1679, Bussy évoque assez longuement ce prédicateur qu’il a écouté « trois fois en deux jours » et sa façon pour émouvoir ses auditeurs. Ce texte est reproduit par C. Rouben, Correspondance de Bussy-Rabutin avec le Père Bouhours, Paris, 1986, p. 66-67.

58 Mme de Sévigné, Correspondance, op. cit., t. II, p. 685 (lettre du 26 septembre 1679).

59 P. Coste, op. cit., t. I, p. 117-124 (Joigny) et A.D. Haute-Marne, 2 G 472 (cette confrérie d’Arc-en-Barrois fut établie par Jean Petit, supérieur à deux reprises de la maison de la Mission à Dijon : en 1692-1698, puis en 1708-1718). Au passage, soulignons que c’est grâce à l’établissement de cette confrérie que nous avons retrouvé la trace de cette mission.

60 A.D. Haute-Marne, 2 G 472 et 473. À Fontaine-Française, les Jésuites se bornent à assister à cet établissement, les Dominicains ayant du Saint Siège un privilège exclusif pour les ériger.

61 P. Delattre, op. cit., t. I, col. 1191. Sur cette dévotion : B. Dompnier, « Un aspect de la dévotion eucharistique dans la France du xviie siècle : les prières des Quarante Heures », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXVII, 1981, p. 5-32.

62 P. Delattre, op. cit., t. III, col. 3-21. Louis Dinet est le frère du jésuite Jacques Dinet (1584-1653), confesseur de Louis XIII. Cette installation ne fut réalisée qu’en 1650, année où l’évêque fonda également une mission à Romenay-en-Bresse, baronnie des évêques de Mâcon, confiée justement aux Jésuites.

63 Presque toutes ont un budget pour rémunérer ce prédicateur : C. Lamarre, Petites villes et fait urbain en France au xviiie siècle. Le cas bourguignon, Dijon, 1993, p. 282. D’autres l’obtiennent gratuitement par envoi de religieux commis par l’évêque ou ont, comme Montbard, des missions fondées à notre période.

64 D. Dinet, Religion et Société, op. cit., t. II, p. 676-683. Pour le diocèse de Troyes : A.D. Aube, G 127.

65 Ainsi avec les Jésuites de Langres (A.D. Haute-Marne, D 16, liasse 2) ou les Capucins bourguignons (entre 21 et 25 ou 28 jours au milieu du xviie siècle, d’après Théotime de Saint Just, op. cit., 1re partie, p. 494-504). Reconnaissons cependant que dans de nombreux cas, nous ignorons la durée exacte de ces missions.

66 A. Prévost, Saint Vincent de Paul…, op. cit., p. 85-86 et J. Mauzaize, Le rôle et l’action des Capucins de la province de Paris dans la France religieuse du xviie siècle, Lille-Paris, 1978, t. II, p. 1007-1008. Vincent de Troyes, dans le monde Vincent Boilletot, originaire de la ville, était également un prédicateur réputé qui avait prêché au Louvre en présence du roi en 1661.

67 A. Prévost, Saint Vincent de Paul…, op. cit., p. 6-17.

68 A.D. Côte-d’Or, H 1003. Les trois premiers arrivent en novembre 1682.

69 Entre 1688 et 1768, au moins trois prêtres de la Mission (les Pères Luchet, Fohanno et Cerisier) sont décédés dans cette province où ils avaient été envoyés comme prédicateurs occasionnels : A.D. Côte-d’Or, 67 H.

70 Voir ci-dessus note 47 et A.D. Côte-d’Or, D 43.

71 A. Prévost, Le diocèse de Troyes…, op. cit., t. III, p. 244-245.

72 P. Delattre, op. cit., t. IV, col. 1462-1479.

73 Ibid., t. IV, col. 1083-1097 et G. Dubois, Henri de Pardaillan de Gondrin, archevêque de Sens (1646-1674), Alençon, 1902.

74 P. Delattre, op. cit., t. I, col. 1279.

75 B. Dompnier, Missions de l’intérieur et Réforme catholique. L’activité missionnaire en Dauphiné au xviie siècle, Thèse de 3e cycle, Université de Paris-I, 1981, p. 147.

76 La province de Lyon des Capucins, qui déborde largement l’espace bourguignon, passa en effet de 55 à 60 couvents entre 1650 et 1747 : B. Dompnier, Enquête au pays des frères des anges, Saint-Etienne, 1993, p. 315.

77 J. Mauzaize, op. cit., t. I, p. 274-277.

78 P. Hyacinthe Le Febvre, Histoire chronologique de la province des récollets de Paris, Paris, 1677, p. 121.

79 F. Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle. Les franciscains récollets de la province de Lyon aux xviie et xviiie siècles, Saint-Etienne, 1997, p. 282-287 et 309-313 (aucun des exemples retenus ne concerne la Bourgogne).

80 D. Dinet, Religion et Société…, op. cit., t. II, p. 679-680. Dans le diocèse d’Auxerre au xviiie siècle, les Récollets assurent près de 15 % des stations d’avent et de carême, soit cinq fois plus que les Jésuites !

81 Bib. municipale Auxerre, ms 171, Nécrologe des frères mineurs de la province de France (xviie-xviiie siècles).

82 T.J. Schmitt, op. cit., p. 199.

83 A.D. Haute-Marne, 2 G 473.

84 A.D. Aube, 27 H 1 et 2. Voir aussi A. Prévost, Le diocèse de Troyes…, op. cit., t. III, p. 115.

85 L. Prunel, op. cit., p. 66-68. En 1622-1623, ils sont surtout employés à la réforme de l’abbaye de Tart.

86 Abbé J. Lebeuf, Mémoires concernant l’histoire civile et ecclésiastique d’Auxerre, Auxerre-Paris, 1848-1855, t. II, p. 276 (la 1re édition est de 1743). Les prêtres de Saint-Joseph sont ceux fondés par Jacques Crétenet (1603-1666), séculiers, sans vœu. On ignore malheureusement combien de paroisses ils ont visité et lesquelles.

87 Ce prélat loge souvent chez eux, par économie, durant ses séjours parisiens, d’où les liens noués alors. Il meurt d’ailleurs là, rue de Babylone, le 19 mai 1770.

88 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 303-305.

89 J. de Viguerie, op. cit., p. 344.

90 A.D. Haute-Marne, D 16, liasse 4.

91 Sans doute sont-elles aussi différentes dans la forme : la mission cherche davantage à émouvoir et à « convertir » que la prédication d’avent ou de carême.

92 D. Dinet, Religion et Société, op. cit., t. II, p. 680.

93 R. Sauzet dans J. de Viguerie, Histoire religieuse de l’Orléanais, Chambray, 1983, p. 194 ; A. Playoust-Chaussis, La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au xviiie siècle, Arras, 1976, p. 270-272 ; Dom G.-M. Oury, Histoire religieuse du Maine, Chambray, 1978, p. 128 et 144-148 et M. Ménard, Une histoire des mentalités religieuses aux xviie et xviiie siècles. Mille retables de l’ancien diocèse du Mans, Paris, 1980, p. 125-127.

94 J. Ferté, La vie religieuse dans les campagnes parisiennes. 1622-1695, Paris, 1962, p. 196-218 et 223-228 et B. Peyrous, La réforme catholique à Bordeaux (1600-1719), Bordeaux, 1995, p. 582-584 et 919 (ici prépondérance écrasante des Lazaristes : 370 missions sur les 420 recensées).

95 A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie – La mort – La foi, Paris, 1981, t. II, p. 1211-1242 et en particulier p. 1212-1214.

96 On l’observe au xviie siècle aussi bien dans le Maine que dans les Pyrénées (J. F. Soulet, Traditions et réformes religieuses dans les Pyrénées centrales au xviie siècle, Pau, 1974, p. 242-251). En revanche l’effort prioritaire vers les ruraux se remarque alors en Bretagne ou en Limousin (J. Aulagne, La réforme catholique du xviie siècle dans le diocèse de Limoges, Paris-Limoges, 1906, p. 195-204).

97 Mais de longues missions souvent répétées entraînent une participation active des curés qui deviennent à leur tour des missionnaires, comme on le voit en Bretagne dès le xviie siècle : A. Croix, op. cit., t. II, p. 1214-1215.

Notes de fin

1 Initialement paru dans Les missions intérieures en France et en Italie du xvie au xxe siècle, C. Sorrel et F. Meyer (dirs.), Institut d’Etudes Savoisiennes, Chambéry, 2001, p. 117-132.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search