Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Les grands domaines des réguliers en France (1560-1790) : une relative stabilité ?

(1999)1

Texte intégral

  • 1 Initialement paru dans Revue Mabillon, Nouvelle série, vol. 10 (t. 71), 1999, p. 257-269, p. 362-36 (...)
  • 1 Par exemple ceux des abbayes de Saint-Ouen de Rouen et de Montivilliers en Normandie, étudiés par D (...)

1L’étude des grands domaines des réguliers à l’époque moderne n’a guère passionné les historiens français jusqu’à présent, pas plus que les historiens étrangers qui se sont intéressés à ce pays. Au mieux, l’examen du temporel d’une abbaye était-il envisagé1, ce qui ne livre des informations que sur un cas dont on peut toujours se demander s’il est singulier ou habituel. En outre la notion de temporel déborde quelque peu le cadre domanial et s’étend aux bâtiments abbatiaux, aux rentes, aux emprunts… et aux propriétés urbaines. Mais pourquoi exclure celles-ci, surtout quand elles comportent des granges et des celliers où s’entassent une partie des récoltes ?

  • 2 Par opposition aux biens de « seconde origine », constitués ensuite par les biens des émigrés confi (...)

2De leur côté, les historiens du monde rural ont souvent rencontré ces grands domaines et les ont intégrés dans leurs enquêtes étant donné la bonne qualité des sources monastiques, mais sans forcément les distinguer des autres exploitations et sans jamais leur consacrer une attention exclusive. De la sorte de nombreuses thèses des années 1955-1975 fournissent des renseignements utiles pour notre sujet. Plus généralement, à la suite de la Révolution française qui a fait disparaître la totalité des biens du clergé par leur mise de principe à la disposition de la Nation le 2 novembre 1789, les historiens ont pris l’habitude, en fonction des sources, notamment des inventaires de 1790-1792, puis de la vente de ces « biens nationaux » de première origine2, de considérer l’ensemble des propriétés de l’Église, depuis les terres jusqu’aux constructions urbaines, sans généralement s’occuper s’il s’agissait de biens d’abbayes, de couvents, de chapitres ou de cures. Ces multiples enquêtes, menées dans un cadre départemental ou plus étroit, nous apportent des indices solides sur leur situation juste avant leur disparition, leur importance globale comme leur inégale répartition à travers le territoire, d’autant qu’il n’est pas toujours difficile d’apercevoir la part approximative des réguliers dans cet ensemble.

  • 3 Première approche de la question par Victor Carrière, « Les épreuves de l’Église de France au xvie  (...)
  • 4 En fonction des sources, cette séparation n’est pas toujours possible, ainsi à propos de l’aliénati (...)

3Il est ensuite plus délicat de « remonter le temps » pour tenter d’apprécier la situation après les malheurs des guerres de religion et les aliénations imposées par la royauté depuis les lendemains du contrat de Poissy (en fait à partir de 1563) jusqu’au début du xviie siècle3. Là encore les chercheurs qui se sont penchés sur ces aliénations les ont davantage considérées en bloc, par diocèse le plus souvent, qu’en séparant les différentes catégories de détenteurs de ces biens au sein de l’Église4. Or faute d’un état général des biens à cette époque ou à la fin du Moyen Age, comparable à ceux de 1790-1792, on est obligé de partir de la situation de la fin de l’Ancien Régime, relativement facile à connaître, puis d’envisager les modifications antérieures, dont les plus importantes se produisent entre 1562 et 1598 et qui représentent une secousse majeure au début de l’époque moderne.

  • 5 En outre les contemporains raisonnaient davantage en termes de revenus et de charges globales pour (...)
  • 6 Par exemple quelques thèses de l’Ecole des Chartes abordent ces questions comme celle de Magali Per (...)
  • 7 Signalons le travail pionnier de B. Pocquet du Haut-Jussé, La vie temporelle des communautés de fem (...)
  • 8 De tels travaux sont rares. Aucun n’a l’ampleur de l’enquête que j’ai menée pour ma thèse de doctor (...)
  • 9 Il est vrai aussi que certains ordres bien étudiés récemment comme les Capucins (par Bernard Dompni (...)

4Enfin il reste à mesurer l’évolution de ces biens entre l’ébranlement du xvie siècle et l’élimination révolutionnaire, ce qui ne peut se faire qu’en consultant des fonds monastiques assez riches par leur continuité documentaire, ce qui est très rare5, ou, à défaut, pour gagner du temps, de recourir à ces travaux d’histoire rurale déjà évoqués comme à des études portant sur des prieurés ou des abbayes6, des couvents et des monastères (de femmes en particulier)7 ou sur l’ensemble des réguliers implantés dans un territoire déterminé8, car les travaux portant sur un ordre particulier ont rarement abordé ces problèmes9.

5Dans ces conditions, loin de prétendre apporter des réponses définitives à la question d’une stabilité ou non des domaines des réguliers à l’époque moderne, nous nous bornerons à proposer des voies d’exploration, des pistes d’enquête, à avancer des hypothèses que des recherches ultérieures pourront approfondir, tester, valider… ou invalider. Cette démarche prudente va nous guider ici. Malgré ses imperfections, elle nous semble la plus adaptée en fonction des sources disponibles et des travaux déjà effectués.

  • 10 Georges Lefebvre, « Répartition de la propriété et de l’exploitation foncières à la fin de l’Ancien (...)
  • 11 Les travaux sur telle ou telle région s’étant multipliés, il est impossible de les citer tous ici. (...)
  • 12 Dominique Dinet, Les Réguliers, op. cit., p. 279.

6C’est donc au moment de la nationalisation de 1789-1790, grâce à la richesse des sources, que nous pouvons le mieux appréhender les domaines des réguliers. Sans doute les travaux réalisés envisagent-ils en priorité l’ensemble de la propriété ecclésiastique, mais l’obstacle n’est pas insurmontable. À cet égard, le tableau dressé par Georges Lefebvre dès 192810 a bien résisté à l’usure du temps si bien qu’il fut repris en 1954 légèrement complété et largement confirmé par la suite11. Globalement pour l’ensemble de la France, le clergé avait moins de terres qu’on ne l’avait cru : sans doute 6 % en moyenne, chiffre trompeur à la vérité car ses propriétés étaient très mal réparties à travers le pays. Ses biens n’étaient vraiment importants que dans le nord du bassin parisien (Beauvaisis, Picardie, Lannois et davantage en Cambrésis où cela frôlait les 40 %), tandis que s’ils pouvaient encore atteindre 19 % en Bourgogne et 18 % en Champagne orientale, ils ne représentaient que 10 à 11 % en Flandre ou dans la Sarthe, moins de 4 % dans les bocages de l’Ouest, environ 4,5 % en Savoie et à peine 1 à 2 % dans le Midi. Au sein du clergé, les biens des réguliers l’emportaient légèrement à partir du moment où on les estime pour une région assez vaste. On proposera alors 11 à 12 % de la superficie totale des diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon12, 7 % de celui du Mans…

  • 13 Ce phénomène, net en Bourgogne et en Champagne, se remarque également en Savoie où la propriété ecc (...)

7Mais une observation plus précise montre que les domaines des réguliers ne comptaient vraiment que dans les paroisses où une vieille abbaye bénédictine ou cistercienne (ou une chartreuse) était implantée et où elle possédait la seigneurie, ainsi qu’à sa périphérie immédiate et qu’ensuite son influence décroissait rapidement, si bien que dans des villages à l’écart entre deux abbayes, les possessions des réguliers étaient souvent inexistantes13.

  • 14 À Paris au xviiie siècle, ces loyers ne procuraient que 10 % des recettes des Cordeliers (Laure Bea (...)
  • 15 D. Dinet, Les Réguliers, op. cit., p. 266 (la proportion est donnée en superficie et non en valeur)
  • 16 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, 198 (...)
  • 17 Georges Lefebvre, Etudes orléanaises, Paris, 1962, t. I, p. 152-159. Faute de pouvoir déterminer la (...)
  • 18 Bernadette Truchet, « Renouveau ou continuité des congrégations ? L’exemple lyonnais. 1794-1816 », (...)

8La situation était différente en ville où les monastères étaient nombreux surtout depuis la fondation d’ordres nouveaux dans le sillage du concile de Trente et où, à proximité de leur enclos (parfois plus loin), ils possédaient des maisons locatives et des boutiques qu’ils savaient généralement faire valoir14. Dans ces conditions, l’exemple de Dijon avec près de 20 % du sol entre leurs mains15 n’avait rien d’exceptionnel, notamment avec des villes épiscopales comme Amiens, Beauvais, Rouen16, Orléans17 ou Bordeaux. Si ce pourcentage était sans doute inférieur à Paris, il était encore plus élevé à Lyon où environ le tiers de la cité intra-muros (en y incluant justement les immeubles locatifs) était détenu par les réguliers et les instituts séculiers (dont le genre de vie était comparable et dont le statut juridique des biens était identique)18.

  • 19 Abel Poitrineau, La vie rurale en Basse-Auvergne au xviiie siècle, Paris, 1965, t. I, p. 145-147 et (...)
  • 20 Jean Jacquart, La crise rurale en Ile-de-France. 1550-1670, Paris, 1974, p. 111-112.
  • 21 D. Dinet, Les Réguliers, op. cit., p. 283.

9Néanmoins, si on envisage ces domaines dans le sens restrictif mais le plus courant d’exploitations rurales, on peut se demander si les réguliers ne disposent pas dans une région déterminée des meilleures terres comme cela semble le cas en Auvergne, où ils sont davantage propriétaires en Limagne que dans les terres d’altitude où, malgré tout, une abbaye comme celle de La Chaise-Dieu, seigneur de plus de 70 paroisses, compense peut-être la médiocrité par l’étendue19. Jean Jacquart estime également qu’en Hurepoix leurs domaines ne « sont pas répartis au hasard » et se concentrent principalement sur les bonnes terres limoneuses des différents plateaux depuis Rungis jusqu’à la plate-forme beauceronne20. La situation est beaucoup moins nette en Bourgogne et en Champagne, même si je vois les paysans de Molosme se lamenter en 1789 de ne pouvoir cultiver que « des terres stériles » alors que les meilleures sont aux mains des Bénédictins21.

  • 22 J. Bottin, op. cit., et « Le temporel des abbayes de Montivilliers et de Saint-Ouen, 1550-1650 », L (...)
  • 23 P. Loupès, op. cit., p. 308-309 (n’indique malheureusement pas la superficie).
  • 24 M. Perbost, op. cit., p. 78-79 (sans indication de la superficie).

10Un autre enseignement ressort de toutes les enquêtes : l’énorme inégalité entre les réguliers quant à la possession de ces domaines. Les femmes sont trois à quatre fois moins pourvues que les hommes, certains ordres (les mendiants notamment) n’ont presque rien à l’inverse des Bénédictins, des Cisterciens et des Chartreux. Seulement si les ordres dotés dès le Moyen Age sont partout les plus riches, des différences s’observent entre le nord et le sud de la France : Saint-Ouen de Rouen en sus de son bel enclos urbain possède plus de 4 000 hectares de terres22, tandis que La Sauve-Majeure, bien que « riche » pour le diocèse de Bordeaux, a un domaine réduit à la baronnie de La Sauve, compensé dans ses revenus par de nombreuses dîmes23. Ne généralisons pas trop vite cependant car Saint-Sever, sur l’Adour, dispose d’un patrimoine foncier plus vaste comportant des bois, des vignes et trente-quatre métairies24.

  • 25 Sur ce thème, récente mise au point de Dominique Dinet : « Une institution méconnue : la commende » (...)

11N’oublions pas également que les abbayes et prieurés les mieux pourvus sur l’ensemble du royaume, sauf dans les provinces frontières rattachées depuis Louis XIV, sont pour la plupart (à l’exception des abbayes chefs d’ordre : Prémontré, Cîteaux, ou à la tête d’une « filiation » chez les Cisterciens : Clairvaux, Morimond, Pontigny) soumises au régime de la « commende », avec un abbé nommé par le roi qui n’appartient pas à l’ordre mais perçoit à lui seul une part substantielle des revenus. Néanmoins comme cela n’affecte pas la possession du domaine mais en complique et en perturbe parfois la gestion, il est inutile de s’y arrêter plus longuement ici25.

  • 26 Id., Vocation et Fidélité, Paris, 1988, p. 233-237.
  • 27 Id., « Les dots de religion en France aux xviie et xviiie siècles », Les Églises et l’Argent, Assoc (...)
  • 28 Bien que séculières, j’englobe ces religieuses (ou Filles de l’Union chrétienne) parmi les régulier (...)
  • 29 B. Pocquet du Haut-Jussé, op. cit., p. 99-100.

12En revanche il importe de signaler que les ordres apparus après le concile de Trente, ceux de femmes notamment, chichement dotés à leur fondation, ont très peu de terres, la constitution de leur enclos, la construction de leurs bâtiments (parfois achevés en 1780 seulement : voyez les Visitandines d’Auxerre pourtant établies en 1659 !), l’entretien de communautés souvent pléthoriques (de temps en temps le double de ce qui avait été prévu par les fondateurs…)26 ayant absorbé presque toutes leurs disponibilités, à peine maintenues par les dots des nouvelles professes27. Dans ces conditions rares sont les communautés qui ont réussi à s’offrir un véritable domaine. Dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon, seules les Ursulines de Langres et de Dijon, les Carmélites de Dijon et les Providenciennes d’Auxerre28 possèdent plus que de minuscules parcelles dispersées aux alentours de ces cités. Le constat est le même à Rennes où seules les Visitandines du Colombier ont des biens ruraux assez conséquents29.

  • 30 Celle-ci possède également avec le clos de Vougeot un des meilleurs vignobles de la Côte.
  • 31 À tel point qu’elles absorbent l’essentiel des ressources en bois de l’abbaye, pourtant considérabl (...)
  • 32 Guy Lemarchand, « Les monastères de Haute-Normandie au xviiie siècle. Essai d’un bilan économique » (...)

13Cependant leurs domaines demeurent médiocres en comparaison de ceux des vieilles abbayes bénédictines et cisterciennes. Déjà les Cisterciennes de Notre-Dame de Tart, repliées à Dijon en 1623 pour échapper aux dangers du plat pays, avaient de plus belles fermes autour de Tart, des bois juste à côté, des vignes à Morey (parmi les meilleurs crus de la Côte), léger patrimoine en réalité face à ceux des abbayes de Cîteaux, toute proche30, ou de Saint-Bénigne de Dijon, ou encore de Clairvaux, plutôt concentré et bien diversifié à la fois avec des immeubles à Paris, Troyes, Reims et Dijon, deux auberges dont une à Provins, mais surtout des terres et seigneuries à proximité, plus de 9 000 hectares de bois et les forges les plus puissantes de la région31. Sans atteindre ce niveau, Saint-Ouen de Rouen, grâce à ses 4 000 hectares de terres regroupés dans 27 fermes et ses 1 400 hectares de forêts, ressemblait aux plus belles seigneuries normandes, sans compter ses 77 maisons en ville. Assez peu éloignée, l’abbaye de Fécamp dispose d’un domaine comparable32 que surpassent largement les prestigieuses abbayes parisiennes de Saint-Germain-des-Prés, de Sainte-Geneviève et le prieuré de Saint-Martin-des-Champs avec de grandes et nombreuses exploitations (et seigneuries) sur les bons plateaux autour de la capitale. Néanmoins de telles fortunes foncières semblent exceptionnelles. Encore faudrait-il le vérifier par des enquêtes provinciales ou diocésaines, ou pour un ordre déterminé.

  • 33 Outre D. Dinet, Les Réguliers…, op. cit., p. 27-29, longs développements dans Ambroise Challe, Hist (...)
  • 34 Michel Cassan, Le temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), s.l., 19 (...)
  • 35 J. Jacquart, op. cit., p. 173.
  • 36 Dom P. Monsabert, « L’abbaye de Sainte-Croix de Poitiers et la troisième guerre de religion », Revu (...)

14La situation était nettement moins brillante au lendemain des guerres de religion. Des abbayes avaient été dévastées, leurs archives détruites (dans l’espoir d’abolir tous les droits qu’elles percevaient), des exploitations plus ou moins ravagées et pendant ce temps l’impôt royal, là où il avait pu être levé par le biais des décimes, s’était fortement accru, pesant sur le clergé comme jamais auparavant. Ces malheurs avaient été d’autant plus sérieux que les huguenots n’avaient pas été les seuls à frapper les monastères. Toutes les forces manœuvrant dans le pays, ligueurs ultracatholiques compris, s’étaient plus ou moins acharnées contre eux. En Bourgogne, Saint-Marien d’Auxerre, Molesme, Moutier-Saint-Jean, les chartreuses de Basseville et de Lugny sont sérieusement endommagés alors que l’abbaye de Bourras et la chartreuse de Bellary ont été la proie des flammes33, exactement comme les abbayes d’Aubepierre et de Beaulieu en Limousin dont les occupants ont été massacrés34. Il en fut de même en Hurepoix, où le prieuré de Longpont a été pillé dès 1562 et une des fermes de Saint-Germain-des-Prés, celle d’Antony, incendiée35, comme en Poitou, où les domaines de l’abbaye de Sainte-Croix de Poitiers à Rochereuil, Maillé, Vasles… ont subi de très importants dégâts en 1569-157036. On pourrait en dresser une longue liste.

  • 37 A V. Carrière, op. cit., on ajoutera : Ivan Cloulas, « Les aliénations du temporel ecclésiastique s (...)
  • 38 P. Loupès, op. cit., p. 307.
  • 39 Emmanuel Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris, 1966, p. 363, d’après Paris, Archives Nat (...)
  • 40 J. Jacquart, op. cit., p. 227-231.
  • 41 D. Dinet, Les Réguliers…, op. cit., p. 31.
  • 42 Quelques enquêtes existent, sans toujours distinguer les réguliers, ainsi : J. Valette, « Les alién (...)

15Or à ces dévastations et à un impôt accru se sont ajoutées les aliénations du temporel ecclésiastique (pas seulement sur les abbayes d’ailleurs) sur injonction d’un pouvoir royal aux abois, réduit à cet expédient devant les menaces d’une société prête à s’emparer de la totalité des biens de l’Église37. Si La Sauve-Majeure s’en sort en vendant quelques pièces de son trésor sous Charles IX38, Saint-Gilles dans le Languedoc doit céder en 1563 un fief et des moulins « pour une bouchée de pain » à un magistrat de Nîmes (passé à la Réforme) grâce à une adjudication scandaleuse39. Les abus furent tels lors de cette aliénation que le clergé obtint du roi le droit de racheter ses biens dans un bref délai, ce qui permit à l’abbaye des Vaux de Cernay de récupérer de belles fermes cédées à vil prix. De la sorte les aliénations se résumèrent à une ponction fiscale supplémentaire sans perte importante de patrimoine au moins pour les plus riches abbayes telles Saint-Germain-des-Prés avec ses domaines du Hurepoix40 ou Cîteaux en Bourgogne. Les autres en revanche furent contraintes à des sacrifices répétés comme les Prémontrés de Septfontaines en Bassigny41. Il y a là une enquête à reprendre (quand elle est possible, ce qui ne semble pas le cas partout) en confrontant systématiquement les sources locales à la fois au niveau des diocèses et bénéfice par bénéfice avec les documents de l’Agence générale du Clergé conservés aux archives nationales dans la série G842. Néanmoins la conclusion provisoire ne laisse guère de place au doute : les domaines des réguliers ont été réduits, peut-être de 10 à 15 % (ou plus ?) à la suite de ces épreuves de la seconde moitié du xvie siècle. C’est donc l’ampleur de cette réduction et son inégale importance entre les provinces (le Midi ne serait-il pas plus touché en proportion ?) et entre les abbayes et prieurés qui posent problème.

16L’évolution générale entre la fin du règne d’Henri IV et la Révolution donne l’impression d’une récupération, mais les questions majeures ne sont pas réglées : est-ce une simple récupération (pas forcément des seuls domaines aliénés, disons en superficie ou en valeur) ? ou assiste-t-on à une emprise encore plus forte des réguliers (comme en ville où cela se vérifie aisément) ? Là encore, l’évolution, en dépassant tel ou tel cas singulier, est-elle uniforme ? obéit-elle à des nuances régionales ? est-elle sélective selon les ordres ? À cet égard, un élément est acquis : les ordres mendiants les plus stricts comme les Capucins et les Récollets n’ont jamais possédé d’autre bien foncier que leur couvent.

  • 43 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 3e(...)
  • 44 J. Jacquart, op. cit., p. 729.
  • 45 D. Dinet, Les Réguliers…, op. cit., p. 276.

17La récupération (partielle) est indéniable au sens propre d’abord, car jusqu’en 1702, les nouveaux détenteurs de biens ecclésiastiques n’ont pas eu la garantie perpétuelle de leur possession et au contraire les réguliers ont eu la possibilité de les racheter, sauf si les acquéreurs se précipitaient pour payer des taxes supplémentaires au Trésor43. En conséquence des abbayes ont usé de cette faculté, pas toujours avec succès d’ailleurs puisqu’en 1637 Saint-Germain-des-Prés échoue pour rentrer en possession de la seigneurie de Châtillon-les-Bagneux, aliénée en 1597, le propriétaire ayant acquitté la taxe in extremis44. D’autres sont plus heureux, tels en Bourgogne les Bénédictins de Saint-Seine qui récupèrent en 1702 les forges et le moulin de Molois45.

  • 46 M. Perbost, op. cit., p. 77-78. Ils y parviennent aussi par des échanges de parcelles, ce qui n’aff (...)
  • 47 J. Jacquart, op. cit., p. 729-730.
  • 48 Jean-Marc Moriceau, Les fermiers de l’Ile-de-France. xve-xviiie siècles, Paris, 1994, p. 85 et note (...)

18Ensuite, soit par des dons, soit par achats successifs, des établissements monastiques ont accru leur patrimoine, mais cet accroissement demeure assez souvent limité : à Saint-Sever, les acquisitions des Bénédictins concernent surtout de petites parcelles pour remembrer plus commodément le domaine46. Dans le bassin parisien, ce mouvement prend davantage d’ampleur. Ainsi l’abbaye de Saint-Denis profitant d’un legs de Louis XIII ajoute la ferme de Torfou à sa seigneurie de Trappes, soit une centaine d’hectares de terres, prés, bois et vignes, tandis qu’à proximité, la persévérance des dames de Port-Royal permet de convertir en exploitations agricoles les dons qui affluaient et en conséquence de doubler l’étendue des fermes47. De même l’abbaye de Sainte-Geneviève arrondit son domaine de Vemars en 1681 en achetant une ferme de 53 hectares48. Importante localement, cette extension de la propriété monastique est cependant plus modeste au niveau d’une province, où fatalement elle se trouve diluée.

  • 49 J. De Viguerie, op. cit., p. 336-343.
  • 50 Ce carmel parvint à créer un grand domaine à Gonesse (181 hectares) entre 1632 et 1677 (J. M. Moric (...)
  • 51 Renseignements aimablement communiqués par mon collègue Bernard Hours (Lyon III) que je remercie.
  • 52 À ce sujet : Dominique Dinet, « Du temporel au spirituel : la comptabilité des Carmélites de Dijon (...)
  • 53 Jean Jacquart, « La politique foncière de Monsieur Vincent », Vincent de Paul, (Colloque internatio (...)

19Enfin parmi les nouveaux ordres de l’époque moderne, quelques établissements au sein de chaque institut se sont, il est vrai, lancés dès que possible dans les investissements fonciers afin de se procurer des revenus jugés plus sûrs. Cette politique, qui eut des effets relativement faibles en Bourgogne et en Champagne, ne me paraît pas très différente ailleurs, au moins quant à ses résultats. En reprenant le dossier selon les ordres, on s’aperçoit également que quelques maisons seulement ont pu se constituer un patrimoine foncier conséquent, ainsi à la Doctrine chrétienne celles d’Avallon, de Moissac et de Lavaur, parfois grâce à une fondation initiale comme à Avallon49. Un sondage du côté des Carmélites laisse entrevoir qu’environ un carmel sur six réussit à se doter de terres, en particulier ceux de Bourges, Chartres, Morlaix, Reims, Douai, Pontoise, Paris (celui de la rue Saint-Jacques)50, Dijon, Dôle et Salins51. En revanche, la pauvreté des autres était réelle et faillit en faire sombrer plus d’un ! En Bourgogne, le mieux pourvu (au xviiie siècle seulement), celui de Dijon, qui vit chichement et doit observer une stricte économie, tire les bonnes années 40 % de ses recettes de ses terres de Longvic et de ses vignes de Fixin52. Il fait figure d’exception. Peut-être la Congrégation de la Mission, composée de séculiers au demeurant, eut-elle plus que d’autres une véritable ambition foncière, aussi bien du temps de Vincent de Paul qu’avec ses successeurs, d’où ces belles fermes méthodiquement constituées en région parisienne, au Bourget et à Gonesse au nord comme sur le riche plateau de Saclay au sud (près de 450 hectares autour de Saclay)53.

20On peut poursuivre la recherche vers les autres ordres et instituts ou vers d’autres horizons provinciaux, mais ne convient-il pas de considérer que leurs efforts fonciers furent plus ou moins liés à la richesse initiale des biens ecclésiastiques dans une région donnée autant qu’à la qualité de leur réseau de relations ? Impression personnelle qui mériterait un examen plus approfondi.

  • 54 P. Goubert, op. cit., p. 235-236.
  • 55 Voir Dominique Dinet, « Ouvertures et fermetures des cloîtres de Bourgogne et de Champagne (fin xvi(...)
  • 56 Texte de l’édit dans Guy du Rousseaud de Lacombe, Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale (...)

21Cela étant, l’indéniable conquête (ou reconquête) du sol par ces gens de mainmorte inquiéta très vite le reste de la société, surtout en ville où à Beauvais, dès 1627, on dénonce sans nuance la mainmise de l’Église sur les richesses de la région, les onze douzièmes, disait-on54. Sans doute la présence des murailles contribuait-elle à amplifier cette crainte d’extension continue (d’autant que les implantations de couvents se succédaient à un rythme élevé à cette époque) dans un espace fermé, alors que vingt-cinq ans plus tôt magistrats et élites dévotes appelaient de leurs vœux les nouvelles fondations monastiques55. Très vite hostile à l’extension des biens de mainmorte, la royauté écoute favorablement les arguments de ses parlementaires comme les doléances des nobles et des bourgeois : l’édit de décembre 1666 interdit toute création non autorisée par lettres patentes et subordonne au préalable l’octroi de celles-ci au bon plaisir de l’ensemble des autorités locales concernées (ville, évêque, bailliage ou parlement, gouverneur, seigneur le cas échéant…)56. Le résultat fut automatique, si bien que les maisons religieuses ultérieures, assez nombreuses, se présentèrent sous la forme de communautés des plus réduites, logées dans une maison dont elles n’avaient le plus souvent que la jouissance ou dans un hôpital existant, pensionnées au moindre coût par l’institution qui les abritait ou le bienfaiteur qui les avait appelées. Pratiquement aucune ne fut dotée d’un domaine.

  • 57 Ibid., III, p. 279-281. Ce texte n’a peut-être pas assez retenu l’attention des historiens, sans do (...)
  • 58 A.D. Yonne, H 1799. Cette solution a été choisie faute de pouvoir obtenir les fameuses lettres pate (...)

22D’autres mesures visèrent à décourager les dons, les fondations aux couvents, à limiter les dots de religion (1693) et enfin à empêcher tout accroissement des biens de mainmorte par l’édit d’août 1749 en subordonnant tout achat ou don « de terre, maison, droits réels, rentes foncières… » à une autorisation spéciale par lettres patentes royales obtenues dans des conditions encore plus strictes qu’en 166657. Dès lors, l’observatoire régional est pratique à cet égard, les acquisitions foncières du clergé devinrent tout à fait exceptionnelles, même si je vois la supérieure des Providenciennes d’Auxerre (dites aussi de l’Union chrétienne) tourner la loi à la suggestion de l’évêque, Champion de Cicé, pour acheter en son nom propre (étant séculière à vœux simples, cela lui est légalement possible) le domaine de La Gallarderie en Puisaye (1770)58 et en tenir désormais une comptabilité séparée qui permet de comprendre qu’un faible profit n’a commencé à être dégagé qu’à la veille de la Révolution, fruit des investissements persévérants d’une supérieure de talent.

  • 59 Environ 450, d’après Pierre Chevallier, Loménie de Brienne et l’ordre monastique (1766-1789), Paris (...)

23En outre au xviiie siècle, la ruine de certaines communautés et abbayes, la fermeture de quelques maisons religieuses pas toujours sauvées d’un désastre financier par la possession d’un véritable domaine comme les Ursulines d’Arc-en-Barrois et de Noyers au diocèse de Langres (1750) et les suppressions ordonnées par la Commission des Réguliers59 pouvaient faire espérer un retour des terres concernées (mais les maisons fermées n’en avaient pas toutes) sur le marché et donc diminuer – sur les marges – l’emprise ecclésiastique. Or dans la plupart des cas, il n’en fut rien, les procédures de suppression de communautés étant complexes, lentes et se terminant presque toujours par une union avec un autre bénéfice, ce qui maintenait ces biens en mainmorte, parfois au profit des séculiers.

  • 60 L’affaire (qui concerne des bois) peut être envisagée du côté des moniales (A.D. Yonne, H 1749) ou (...)

24En conséquence le bilan de l’ensemble de ces mouvements est très délicat à dresser entre le début du xviie siècle et 1790, la seule certitude me paraissant un arrêt de l’extension des domaines des réguliers après 1749. Ajoutons encore, en suivant la situation par établissement, que nous avons des cas d’appauvrissement de ces domaines par usurpation de droits, non-paiement de redevances… : les Bénédictins de Bèze s’en plaignent tout autant que les Cisterciennes des Isles à Auxerre qui accusent des bourgeois de la ville d’avoir profité de leur position au bailliage et même le très puissant Colbert, un peu trop attaché à faire valoir sa terre de Seignelay à leur détriment. Que faire contre ce dernier ? Surtout quand l’abbesse est sa cousine et que deux Colbert occupent successivement l’évêché d’Auxerre et ont donc juridiction sur l’abbaye depuis sa « réforme60 »!

  • 61 Contributions intéressantes en revanche pour les pays italiens de Fiorenzo Landi, « L’exploitation (...)
  • 62 Même si les éléments d’une telle étude sont fort nombreux dans la plupart des thèses d’histoire rur (...)
  • 63 Respectivement A.D. Yonne, H 990 (1682-1789) et A.D. Côte d’Or, 7 H 78 à 81 (1648-1789).
  • 64 Claude Michaud, L’Église et l’argent sous l’Ancien Régime. Les receveurs généraux du clergé de Fran (...)
  • 65 Dominique Dinet, « Quelques réflexions sur les rapports financiers entre l’Église et l’Etat dans la (...)

25Car un domaine ne se résume pas à une simple exploitation foncière dont il suffirait de connaître la superficie et la nature du sol. Des droits divers, des dîmes, des cens (faibles), des champarts (plus lourds), une multitude de redevances variées en chaque lieu (parfois symboliques, d’autres en nature ou en travail…) y sont associés, souvent liés à une seigneurie, parfois par fraction avec un autre propriétaire en fonction d’une histoire multiséculaire, sans compter les activités annexes (moulins, tuileries, forges…) généralement confiées à des exploitants particuliers possédant les qualités techniques requises. Peu d’analyses précises en France61 ont été menées pour l’époque moderne à ce sujet. Nous n’avons guère de travaux sur ces domaines monastiques, leur évolution (taille, nombre des parcelles et des fermes, nature des terres, droits annexes liés ou non à la seigneurie), examinant à la fois l’exploitation sous toutes ses formes, ses méthodes, les revenus qu’elle procure, les investissements qu’elle exige, les rapports qu’elle engendre lorsqu’elle n’est pas en faire valoir direct (la majorité des cas, sauf pour les chartreuses et certaines maisons cisterciennes comme Sept-Fons ou le Val-Saint-Lieu où les convers sont nombreux)62. Or à lire les délibérations capitulaires des Bénédictins d’Auxerre ou de Molesme par exemple63, ces questions intéressaient les moines, même s’ils s’en remettaient généralement à un ou des fermiers dont la solvabilité et les capacités financières les préoccupaient sans doute davantage que les compétences en agriculture. L’ascension de ces fermiers, méthodique de génération en génération, n’a-t-elle pas lentement préparé la dépossession des moines peu à peu transformés en simples rentiers du sol ? Surtout la perception qu’a l’opinion de l’importance de ces domaines n’est-elle pas capitale pour notre propos ? Or au milieu du xvie siècle comme en 1789, la richesse foncière du clergé dans son ensemble est jugée fabuleuse et digne d’être mobilisée au profit de l’Etat d’abord, des autres propriétaires ensuite, qui guettent la vente éventuelle de ces biens par un Etat qui ne saurait les exploiter et devrait avoir le souci de les écouler au plus vite (donc à bas prix) pour se procurer les liquidités dont il a un pressant besoin. Sentant la menace, le clergé a accru sa participation à l’impôt au xvie siècle et même plus ou moins consenti à une réduction de ses propriétés (par les aliénations) pour sauver l’essentiel64, alors qu’en 1787-1789, agacé par les manœuvres répétées du fisc depuis 1749, il s’est raidi dans l’opposition en négligeant l’opinion et a tout perdu65.

  • 66 Les tentatives de reconstitution aux xixe et xxe siècles demeurent modestes (au delà des polémiques (...)
  • 67 Marc Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, 2e éd., Paris, 1964, t. I, p. (...)

26Cette globalité qui amène à confondre biens des réguliers, biens des chapitres, des évêchés, des cures… est donc une des difficultés de l’enquête à de nombreuses époques. Mais ce n’est pas un obstacle insurmontable en raison de l’état des sources de 1789-1792 qui permettent une étude précise de ces domaines au moment de leur disparition66. Ensuite la méthode régressive s’impose, avec prudence certes, comme Marc Bloch l’avait bien senti pour d’autres voies de l’histoire rurale67. Or si la photographie de ces biens à la fin de l’ancien Régime demande seulement à être améliorée, davantage de questions demeurent auparavant, telles la réduction réelle de ces domaines au xvie siècle et la récupération postérieure. Surtout le xviie et la première moitié du xviiie n’ont-ils connu qu’une simple récupération (au moins globalement) ou au contraire une accumulation supplémentaire de biens fonciers par les réguliers ? Les historiens sont divisés à ce propos, souvent selon leur territoire d’observation.

  • 68 Série G8 des A.N. (Paris).

27De nouvelles investigations sont donc nécessaires, cumulant de préférence des recherches dans les sources « locales » (bénéfice par bénéfice et ordre par ordre), « régionales » (diocèse par diocèse) et « nationales » (avec les fonds de l’Agence générale du Clergé en particulier)68. Néanmoins il me semble, vu l’échelle des grandeurs en cause et les 6 % nationaux de 1789 (et sans doute 3 à 4 % pour les réguliers) que la relative stabilité entre 1560 et 1790 soit mathématiquement juste, étant donné les limites de la récupération, le faible nombre de monastères apparus alors et ayant réussi à constituer de véritables domaines et les pertes qui ont pu se produire ici et là.

  • 69 Charles-Louis de Secondat de Montesquieu, Œuvres complètes, éd. R. Caillois, Paris, 1949, t. I, p.  (...)

28Bien entendu, pour un espace déterminé, on peut avoir à juste titre une vision totalement différente, surtout là comme en Ile-de-France et dans le nord du bassin parisien où la propriété ecclésiastique est plus forte qu’ailleurs. Mais sachons garder la tête froide face aux polémiques de 1561-1563 ou de 1789-1790 qui amplifiaient dans la conscience collective la richesse du clergé pour orienter vers lui seul la rigueur fiscale que personne ne voulait subir et n’oublions pas qu’une partie des français jusque parmi les clercs était pénétrée de l’idée exprimée par Montesquieu dans ses Pensées, nettement avant la Révolution, pour remédier à la crise des finances du royaume : « On supprimeroit les monastères inutiles, c’est-à-dire tous, et on en vendroit les maisons et fonds69… »

Notes

1 Par exemple ceux des abbayes de Saint-Ouen de Rouen et de Montivilliers en Normandie, étudiés par Danielle Chantereau et Jacques Bottin dans leurs thèses de l’Ecole des Chartes soutenues en 1973.

2 Par opposition aux biens de « seconde origine », constitués ensuite par les biens des émigrés confisqués.

3 Première approche de la question par Victor Carrière, « Les épreuves de l’Église de France au xvie siècle » dans le t. III de l’Introduction aux études d’histoire ecclésiastique locale, Paris, 1936, p. 247-509. Précisons aussi que les aliénations se poursuivent localement jusque sous Louis XIII.

4 En fonction des sources, cette séparation n’est pas toujours possible, ainsi à propos de l’aliénation de 1574 dont très peu d’archives ont été conservées, comme le remarque Claude Michaud, « Les aliénations du temporel ecclésiastique dans la seconde moitié du xvie siècle. Quelques problèmes de méthode », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXVII, 1981, p. 63.

5 En outre les contemporains raisonnaient davantage en termes de revenus et de charges globales pour l’établissement qu’avec des comptabilités séparées par domaine. Il en existe néanmoins.

6 Par exemple quelques thèses de l’Ecole des Chartes abordent ces questions comme celle de Magali Perbost, Saint-Sever : une abbaye dans la cité, 1589-1791, 1996, p. 71-92. D’autres auteurs malheureusement devant l’ampleur du sujet y ont renoncé, ainsi Camille Houdaille à propos de l’abbaye de Saint-Denis-en-France (1993). En outre de multiples colloques régionaux comportent des contributions sur ce thème (qu’il faudrait recenser), ainsi celle de Philippe Loupès, « Le temporel de l’abbaye de la Sauve-Majeure à l’époque moderne », L’Entre-Deux-Mers et son identité, Actes du 5e Colloque, La Sauve-Majeure, septembre 1995, s. l., 1996, t. II, p. 307-311. En revanche beaucoup d’historiens, marqués par une approche conjoncturelle (étudier le mouvement des prix) et parfois idéologique (examiner le prélèvement féodal) des problèmes économiques, n’ont utilisé les sources monastiques que pour enquêter sur les dîmes ou la rente foncière à l’image de Jean-Paul Desaive avec l’abbaye de Montmartre (à Paris, mais dotée d’un domaine foncier à l’extérieur de la capitale) dans Les fluctuations du produit de la dîme, Paris, 1972, p. 44-57.

7 Signalons le travail pionnier de B. Pocquet du Haut-Jussé, La vie temporelle des communautés de femmes à Rennes au xviie et au xviiie siècles, Paris, 1916… qui n’a guère fait d’émules.

8 De tels travaux sont rares. Aucun n’a l’ampleur de l’enquête que j’ai menée pour ma thèse de doctorat d’Etat sur les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin du xvie-fin du xviiie siècle), université de Paris-I, 1996, 1187 p. multigraphiées (publiée sous le titre Religion et société, Paris, 1999). Les références qui suivent sont données d’après l’édition imprimée, légèrement allégée par rapport à la thèse consultable sur microfiche.

9 Il est vrai aussi que certains ordres bien étudiés récemment comme les Capucins (par Bernard Dompnier) ou les Récollets (par Frédéric Meyer) ne peuvent, de par leurs statuts, posséder de tels domaines. D’autres comme les Pères de la Doctrine chrétienne, tantôt réguliers, tantôt séculiers, n’en ont guère : Jean de Viguerie, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les Pères de la doctrine chrétienne en France et en Italie. 1592-1792, Paris, 1976, p. 333-359. Enfin quelques auteurs ont une démarche trop « impressionniste » pour être utilisés ici.

10 Georges Lefebvre, « Répartition de la propriété et de l’exploitation foncières à la fin de l’Ancien Régime », Revue d’Histoire Moderne, 1928, p. 103-125 repris dans les Etudes sur la Révolution française, Paris, 1954, p. 201-222.

11 Les travaux sur telle ou telle région s’étant multipliés, il est impossible de les citer tous ici. On retiendra comme exemplaire pour notre sujet celui de Charles Girault, Les biens ecclésiastiques dans la Sarthe à la fin du xviiie siècle, Laval, 1953, ou ceux plus généraux de Pierre de Saint-Jacob, Les paysans de la Bourgogne du Nord au dernier siècle de l’Ancien Régime, Paris, 1960 (rééd. 1996), de Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, 1960, 2 vol. (rééd. 1982), ou encore le travail plus récent de Jean-Jacques Clère, Les paysans de la Haute-Marne et la Révolution française, Paris, 1988.

12 Dominique Dinet, Les Réguliers, op. cit., p. 279.

13 Ce phénomène, net en Bourgogne et en Champagne, se remarque également en Savoie où la propriété ecclésiastique est beaucoup plus faible (Jean Nicolas, La Savoie au xviiie siècle. Noblesse et bourgeoisie, 2 vol., Paris, 1977-1978, t. I, p. 139-141).

14 À Paris au xviiie siècle, ces loyers ne procuraient que 10 % des recettes des Cordeliers (Laure Beaumont-Maillet, Le grand couvent des Cordeliers de Paris, Paris, 1975, p. 127). Les Carmes déchaussés de la rue de Vaugirard semblent avoir été plus habiles en élevant des immeubles de rapport sur leurs terrains (Preston Martin Perluss, « Monastères et couvents d’hommes à Paris au xviiie siècle », Abbayes et prieurés, communautés religieuses en Ile-de-France, dans Paris et Ile-de-France. Mémoires, t. 48, 1997, p. 401-406) tout comme les Augustins à Lille (Alain Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ? 1598-1668, Dunkerque, 1984, p. 420-421).

15 D. Dinet, Les Réguliers, op. cit., p. 266 (la proportion est donnée en superficie et non en valeur).

16 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, 1983, t. I, p. 89-91.

17 Georges Lefebvre, Etudes orléanaises, Paris, 1962, t. I, p. 152-159. Faute de pouvoir déterminer la superficie des biens ecclésiastiques, l’auteur les compare au nombre des propriétés : 26,4 %, soit 17,5 % de la valeur locative globale. Là aussi les réguliers l’emportent.

18 Bernadette Truchet, « Renouveau ou continuité des congrégations ? L’exemple lyonnais. 1794-1816 », Religieux et religieuses pendant la Révolution, Lyon, 1995, t. II, p. 243.

19 Abel Poitrineau, La vie rurale en Basse-Auvergne au xviiie siècle, Paris, 1965, t. I, p. 145-147 et 655-657.

20 Jean Jacquart, La crise rurale en Ile-de-France. 1550-1670, Paris, 1974, p. 111-112.

21 D. Dinet, Les Réguliers, op. cit., p. 283.

22 J. Bottin, op. cit., et « Le temporel des abbayes de Montivilliers et de Saint-Ouen, 1550-1650 », Les abbayes de Normandie, (Rouen), 1979, p. 198. En comparaison le domaine de Montivilliers est très peu étendu.

23 P. Loupès, op. cit., p. 308-309 (n’indique malheureusement pas la superficie).

24 M. Perbost, op. cit., p. 78-79 (sans indication de la superficie).

25 Sur ce thème, récente mise au point de Dominique Dinet : « Une institution méconnue : la commende », Mélanges en l’honneur du Recteur Yves Durand, Presses de Paris-Sorbonne, Paris, 1999, sous presse.

26 Id., Vocation et Fidélité, Paris, 1988, p. 233-237.

27 Id., « Les dots de religion en France aux xviie et xviiie siècles », Les Églises et l’Argent, Association des Historiens Modernistes des Universités, Paris, 1990, no 13, p. 37-65 et en particulier p. 56-63.

28 Bien que séculières, j’englobe ces religieuses (ou Filles de l’Union chrétienne) parmi les réguliers car, à l’expérience, il n’y a aucune différence dans les comportements. Plus précisément leur domaine, situé en Puisaye, appartient en théorie à la supérieure. On verra pourquoi ci-dessous. En conséquence il ne figure pas dans l’inventaire de leurs biens en 1790 : Archives Départementales (désormais A.D.) de l’Yonne, Q 340.

29 B. Pocquet du Haut-Jussé, op. cit., p. 99-100.

30 Celle-ci possède également avec le clos de Vougeot un des meilleurs vignobles de la Côte.

31 À tel point qu’elles absorbent l’essentiel des ressources en bois de l’abbaye, pourtant considérables.

32 Guy Lemarchand, « Les monastères de Haute-Normandie au xviiie siècle. Essai d’un bilan économique », Annales Historiques de la Révolution Française, 1965, no 1, p. 1-28 et « L’abbaye de Fécamp », Annales de Normandie, 1965, t. 15/4, p. 525-549.

33 Outre D. Dinet, Les Réguliers…, op. cit., p. 27-29, longs développements dans Ambroise Challe, Histoire des guerres du calvinisme et de la Ligue dans l’Auxerrois, le Sénonais…, Auxerre, 1863, 2 vol. et dans Henri Drouot, Mayenne et la Bourgogne. Etude sur la Ligue (1587-1596), Dijon, 1937, 2 vol.

34 Michel Cassan, Le temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), s.l., 1996, p. 165-166.

35 J. Jacquart, op. cit., p. 173.

36 Dom P. Monsabert, « L’abbaye de Sainte-Croix de Poitiers et la troisième guerre de religion », Revue Mabillon, t. 11, 1920, p. 106-127 et 1921, p. 171-177.

37 A V. Carrière, op. cit., on ajoutera : Ivan Cloulas, « Les aliénations du temporel ecclésiastique sous Charles IX et Henri III (1563-1587). Résultats généraux des ventes », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 44, 1958, p. 5-56 et plus généralement : Claude Michaud, « Finances et guerres de religion en France », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. 28, 1981, p. 572-596.

38 P. Loupès, op. cit., p. 307.

39 Emmanuel Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris, 1966, p. 363, d’après Paris, Archives Nationales (désormais A. N.), G8 reg. 1336.

40 J. Jacquart, op. cit., p. 227-231.

41 D. Dinet, Les Réguliers…, op. cit., p. 31.

42 Quelques enquêtes existent, sans toujours distinguer les réguliers, ainsi : J. Valette, « Les aliénations des biens des bénéficiers du diocèse de Sarlat en 1563 et 1569 », Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, t. 82, 1955, p. 87-94 ; Noël Becquart, « Les aliénations du temporel ecclésiastique au diocèse de Périgueux de 1563 à 1585 », Annales du Midi, t. 86, 1974, p. 325-333 et l’importante contribution de Claude Michaud, « Redistribution foncière et rentière en 1569. Les aliénations du temporel ecclésiastique dans quatre diocèses du centre de la France », Revue Historique, 1982/2, p. 305-356.

43 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 3e éd., Lyon, 1776, t. V, p. 64-69 : article « rachat » avec texte et commentaire de la déclaration de juillet 1702.

44 J. Jacquart, op. cit., p. 729.

45 D. Dinet, Les Réguliers…, op. cit., p. 276.

46 M. Perbost, op. cit., p. 77-78. Ils y parviennent aussi par des échanges de parcelles, ce qui n’affecte pratiquement pas la taille du domaine.

47 J. Jacquart, op. cit., p. 729-730.

48 Jean-Marc Moriceau, Les fermiers de l’Ile-de-France. xve-xviiie siècles, Paris, 1994, p. 85 et note 31.

49 J. De Viguerie, op. cit., p. 336-343.

50 Ce carmel parvint à créer un grand domaine à Gonesse (181 hectares) entre 1632 et 1677 (J. M. Moriceau, op. cit., p. 85, note 31). Pour les autres exploitations de ce monastère, voir : Jean-Baptiste Eriau, L’ancien carmel du faubourg Saint-Jacques (1604-1792), Paris, 1929, p. 214-217.

51 Renseignements aimablement communiqués par mon collègue Bernard Hours (Lyon III) que je remercie.

52 À ce sujet : Dominique Dinet, « Du temporel au spirituel : la comptabilité des Carmélites de Dijon au xviiie siècle », Carmes et Carmélites en France du xviie siècle à nos jours, (Colloque de Lyon, 1997), sous presse.

53 Jean Jacquart, « La politique foncière de Monsieur Vincent », Vincent de Paul, (Colloque international, Paris, 1981), Rome, 1983, p. 129-143.

54 P. Goubert, op. cit., p. 235-236.

55 Voir Dominique Dinet, « Ouvertures et fermetures des cloîtres de Bourgogne et de Champagne (fin xvie-fin xviiie siècles) : un révélateur des rapports entre la société et le monachisme ? », Journal des Savants, juill.-déc. 1998, p. 159-182.

56 Texte de l’édit dans Guy du Rousseaud de Lacombe, Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale, Paris, 1771, III, p. 135-136. Celui-ci prévoit même la suppression de toutes les maisons établies depuis trente ans non autorisées par lettres patentes, si bien que beaucoup se précipitèrent pour les obtenir. Mais la royauté ne semble pas être allée au delà des menaces.

57 Ibid., III, p. 279-281. Ce texte n’a peut-être pas assez retenu l’attention des historiens, sans doute parce qu’il fut enregistré sans la moindre difficulté par le parlement de Paris dès le 2 septembre 1749, alors que le vingtième a suscité d’autres résistances !

58 A.D. Yonne, H 1799. Cette solution a été choisie faute de pouvoir obtenir les fameuses lettres patentes. Mais en en faisant don par testament sous seing privé à la communauté, cela retarde simplement le problème tout en réglant le cas dans l’immédiat, qui ne provient pas d’une « soif de terres » mais d’une situation complexe cumulant dot et charité (Dominique Dinet, « Une congrégation diocésaine : les sœurs de l’Union chrétienne d’Auxerre », La vie, la mort, la foi, le temps. Mélanges offerts à Pierre Chaunu, Paris, 1993, p. 544-545).

59 Environ 450, d’après Pierre Chevallier, Loménie de Brienne et l’ordre monastique (1766-1789), Paris, 1959-1960, 2 vol. (les suppressions sont étudiées au t. II).

60 L’affaire (qui concerne des bois) peut être envisagée du côté des moniales (A.D. Yonne, H 1749) ou du côté de Colbert (voir l’étude solidement documentée de Jean Villain, La fortune de Colbert, Paris, 1994, p. 175-176).

61 Contributions intéressantes en revanche pour les pays italiens de Fiorenzo Landi, « L’exploitation des paysans et l’organisation productive dans les grandes propriétés ecclésiastiques du territoire de Ravenne au xviiie siècle », Prestations paysannes, dîmes, rente foncière et mouvement de la production agricole à l’époque préindustrielle, Joseph Goy et Emmanuel Le Roy Ladurie éds., Paris, 1982, p. 215-226 et son approche plus synthétique Il paradiso dei monaci. Accumulazione et dissoluzione dei patrimoni del clero regolare in età moderna, Rome, 1996.

62 Même si les éléments d’une telle étude sont fort nombreux dans la plupart des thèses d’histoire rurale sur une région donnée et si les remarques de méthode de Jean Jacquart, « La rente foncière, indice conjoncturel ? », Revue Historique, t. CCLIII, 1975, p. 355-376 demeurent importantes tout comme les « Recherches sur la propriété et l’exploitation des hauts fourneaux du Châtillonnais » publiées par Guy Antonetti dans les Annales de Bourgogne, t. XLIII, 1971, p. 167-211 et 233-273.

63 Respectivement A.D. Yonne, H 990 (1682-1789) et A.D. Côte d’Or, 7 H 78 à 81 (1648-1789).

64 Claude Michaud, L’Église et l’argent sous l’Ancien Régime. Les receveurs généraux du clergé de France aux xvie et xviie siècles, Paris, 1991, p. 11-14.

65 Dominique Dinet, « Quelques réflexions sur les rapports financiers entre l’Église et l’Etat dans la France du xviiie siècle », Paris et ses campagnes sous l’Ancien Régime. Mélanges offerts à Jean Jacquart, Paris, 1994, p. 309-318.

66 Les tentatives de reconstitution aux xixe et xxe siècles demeurent modestes (au delà des polémiques du moment !) par rapport à la situation de l’époque moderne.

67 Marc Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, 2e éd., Paris, 1964, t. I, p. x-xiv et t. II, p. xxvi-xxvii.

68 Série G8 des A.N. (Paris).

69 Charles-Louis de Secondat de Montesquieu, Œuvres complètes, éd. R. Caillois, Paris, 1949, t. I, p. 1517.

Notes de fin

1 Initialement paru dans Revue Mabillon, Nouvelle série, vol. 10 (t. 71), 1999, p. 257-269, p. 362-363.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search