Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Le Val-Saint-Lieu. Une fondation monastique au temps des Lumières

(1995)1

Texte intégral

  • 1 Initialement paru dans Réformes et continuité dans l’Ordre de Cîteaux. De l’Etroite Observance à la (...)

1Alors que les philosophes dénoncent les moines oisifs et inutiles, que Diderot écrit La Religieuse, que les parlements anéantissent les jésuites et qu’on cherche par tous les moyens à fermer des couvents, les cisterciens de Sept-Fons, saisissant judicieusement l’occasion qui leur est offerte en 1759 par l’évêque de Langres, Gilbert de Montmorin, fondent la colonie du Val-Saint-Lieu sur l’ancien grandprieuré du Val-des-Choux et réussissent à faire prospérer cette maison qui heurte l’esprit des Lumières jusqu’à la Révolution. Loin de jeter le froc avec enthousiasme, ses occupants demeurent alors et gardent farouchement leur habit, ce qui exaspère les « patriotes » qui finissent par chasser les moines avec violence de ce site paisible pour les conduire en prison à Dijon à la fin de juin 1792.

  • 1 Dom Alexis Presse, « Aperçu sur les derniers temps de l’ordre cistercien en France avant la Révolut (...)

2Le Val-Saint-Lieu apparaît donc comme un paradoxe pour une historiographie marquée par les Lumières. Suffisamment gênant pour la thèse de la décadence monastique du xviiie siècle, le sujet n’a jamais été traité1.

  • 2 Je tiens à remercier chaleureusement tous ceux qui m’ont aidé dans cette quête des documents, soit (...)

3La grande dispersion des sources a dû également décourager les chercheurs pressés… Pourtant, le dossier est abondant et mérite examen2. Il oblige à réviser les visions traditionnelles encore colportées aujourd’hui à propos des cisterciens ou de l’épiscopat de l’époque et nous montre qu’une spiritualité forte, ancrée solidement dans un passé lointain, peut parfaitement s’épanouir en pleine contradiction avec son temps. N’est-ce pas aussi une des leçons de l’expérience du Val-Saint-Lieu ?

4Pour en prendre connaissance, nous envisagerons successivement la fondation et ses circonstances, où se mêlent la raison et l’irrationnel, l’inéluctable et le hasard dont triomphent les volontés individuelles. Puis nous tenterons, grâce aux textes de dom Jalloutz, abbé de Sept-Fons et du Val-Saint-Lieu, aux registres de vêtures et de professions, aux documents comptables et aux témoignages des contemporains, de faire revivre cette communauté monastique en ne négligeant ni sa spiritualité, ni sa vie quotidienne, ni ses difficultés, ni ses succès… Enfin nous rappellerons sa ferveur, sa dignité face à la Révolution, sa fidélité à ses vœux qui honorèrent particulièrement l’Ordre cistercien, notamment sa branche réformée de Sept-Fons.

  • 3 Sur ces questions, comme sur l’histoire du grand-prieuré au xviiie siècle, on se reportera à notre (...)

5En ce milieu du xviiie siècle, le Val-des-Choux avait non seulement perdu tout rayonnement, mais semblait promis à une disparition proche. Tel devait être le sentiment des observateurs perspicaces. Qu’on en juge ! Les religieux, de moins en moins nombreux, se querellaient sans cesse. En outre, un arrêt du Conseil interdisait depuis 1737 d’y recevoir des novices. Même, en 1750, un économe laïc avait été désigné pour gérer les biens – relativement importants – du grand prieuré et verser une pension par quartier aux religieux. On retrouvait là les mécanismes qui précédaient l’extinction des communautés monastiques de l’époque3

  • 4 Le Val-des-Choux, alors dans le diocèse de Langres, est situé au fond d’une vallée, sur l’actuelle (...)
  • 5 Je cite d’après l’édition de 1716, t. 2, p. 279.

6En fait, la crise était bien antérieure au xviiie siècle et trouvait son origine dans le faible respect de l’observance, si bien que les sujets épris d’un idéal rigoureux avaient abandonné depuis longtemps ce lieu magnifique et solitaire, au cœur de l’immense forêt de Châtillon-sur-Seine4. D’autres l’avaient fui, à l’image de François Le Digue, né à Vignory, qui s’était réfugié à La Trappe à la fin du xviie, où il devint dom Bruno et mourut le 28 septembre 1691. Rancé, qui lui a consacré une notice dans sa Relation de la vie et de la mort de quelques religieux de la Trappe, avait justement relevé sa profonde déception au Val-des-Choux, où l’on remarquait peu « de vestige de l’austérité primitive5 ». La formule est charitable.

  • 6 Dom Jean-Baptiste Leleu, grand-prieur de 1731 à 1739, avait des vues très personnelles de réforme, (...)
  • 7 Dominique Dinet, « Administration épiscopale et vie religieuse au milieu du xviiie siècle : le Bure (...)

7Depuis, les tentatives de redressement n’avaient pas manqué, mais l’absence de continuité, les divisions de la communauté, les singularités de dom Leleu6 n’avaient abouti qu’à dégrader davantage la situation. Pour y remédier, dom Bruno Le Picard, grand prieur en septembre 1739, s’était résolu à démissionner pour laisser le champ libre à l’évêque de Langres, Gilbert de Montmorin, réputé pour son autorité7. Rome accepta cette solution, entérinée ultérieurement par la royauté, et Montmorin reçut en avril 1741 les bulles lui confiant toute autorité et juridiction, au spirituel comme au temporel, sur l’ensemble de l’Ordre. Cadeau empoisonné ?

  • 8 Archives départementales de la Haute-Marne, G 910, fos 128-130. En fait, c’est l’abbé cistercien de (...)
  • 9 Archives de l’Abbaye de Sept-Fons, AR 11, « manuscrit Jalloutz », p. 19-20.

8Malgré sa rapidité habituelle de décision et d’exécution, l’évêque de Langres ne se hâta pas. Dès le départ, il temporisa et ne prit possession du Val-des-Choux que le 21 août 17428. En notant qu’il « était incertain sur l’usage que Dieu vouloit qu’il fit de ce grand prieuré », dom Jalloutz exprime parfaitement la réalité9. Les actes que nous avons retrouvés dans les insinuations ecclésiastiques comme la comptabilité tenue alors attestent que Mgr de Montmorin chercha à remettre en honneur la régularité, mais avec prudence et en laissant le soin au temps, à la Providence de faire leur œuvre.

  • 10 Archidiacre du Tonnerrois, puis du Langrois, il fut en outre pourvu de l’officialité en 1746. Cf. A (...)
  • 11 Sept-Fons, au diocèse d’Autun avant 1789, est située sur la Besbre, près de son confluent avec la L (...)
  • 12 L’abbé Jalloutz dans son manuscrit, p. 20, parle seulement d’un vicaire général et official du dioc (...)
  • 13 Outre Firmin Lamy, Histoire de Notre-Dame de Saint-Lieu-Sept-Fons, t. 1, p. 125-233, voir Alban-Joh (...)
  • 14 Dom Jalloutz fut nommé abbé en 1757. Cf. Firmin Lamy, Histoire de Notre-Dame de Saint-Lieu-Sept-Fon (...)

9En juin 1759, tout se précipita, fortuitement. Martin Dufau, l’un des hommes de confiance de Montmorin – il était vicaire général depuis son arrivée à Langres en 1735 et cumulait honneurs, dignités et responsabilités10 –, sans prévenir qui que ce soit, se présenta à l’abbaye de Sept-Fons11 afin de rompre avec le monde et se rapprocher de Dieu12. Depuis la réforme accomplie dans la seconde moitié du xviie siècle grâce à dom Eustache de Beaufort, Sept-Fons était une communauté renommée pour sa ferveur qui attirait des sujets de tous âges, de toutes conditions, venus de toute la France13. En 1759, l’abbaye, sous l’habile direction de dom Jalloutz, abritait avec ses novices, ses donnés et quelques domestiques environ 200 personnes. Quel contraste avec beaucoup de maisons de l’Ordre de Cîteaux et avec le Val-des-Choux moribond14 ! Mais le temporel était moins brillant : d’importantes réparations devenaient indispensables et même urgentes. En outre, Sept-Fons manquait de bois et souffrait du mauvais écoulement des eaux de la Besbre, ce qui occasionnait des fièvres fréquentes.

  • 15 Archives départementales de l’Allier, H 9 bis, registre 1757-1762.
  • 16 Nos seules sources à ce sujet se réduisent aux notes de dom Jalloutz, p. 19-20.

10Dès qu’il apprit la venue de Martin Dufau à Sept-Fons, Mgr de Montmorin se rendit à son tour à l’abbaye, sans doute avec l’intention de ramener à Langres le fugitif. De ce côté, il échoua totalement. Martin Dufau, malgré ses 60 ans, ayant pris l’habit de novice de chœur depuis le 1er juillet 175915. En revanche le prélat en profita pour nouer des contacts fructueux avec dom Jalloutz, auquel il semble avoir vite proposé le Val-des-Choux, dans l’espoir que la communauté de Sept-Fons y détache une colonie pour y ranimer une authentique vie religieuse. Déjà fort préoccupé par le rétablissement de son abbaye, dom Jalloutz refusa16.

  • 17 N’était-ce pas dans la nature de ce personnage ? Né à Bordeaux en 1699, cet ancien élève des jésuit (...)

11Mais l’évêque de Langres renouvela si bien ses offres dans chacune des nombreuses lettres qu’il adressa à frère Martin Dufau que l’abbé se décida à visiter les lieux, peu avant Noël 1759. L’ancien vicaire général, qui ne put faire profession à Sept-Fons, se révéla donc un intermédiaire efficace, quoique toujours discret17. Son rôle, volontairement effacé, me paraît beaucoup plus grand que les sources ne le laissent penser.

12La découverte du Val-des-Choux fut pour dom Jalloutz un enchantement. Ecoutons-le :

  • 18 Archives de l’Abbaye de Sept-Fons, ms Jalloutz, p. 20-21 [écriture très postérieure à la découverte (...)

« On ne saurait imaginer un désert plus profond, plus beau dans son espèce, ni plus propre à tenir une communauté telle que saint Benoît prétend la former dans sa Règle pour la séparation d’avec les séculiers, pour la facilité de pourvoir, sans s’écarter, aux principaux besoins des offices et surtout pour entretenir le recueillement et l’union avec Dieu.
Le monastère, situé comme au milieu d’une forêt royale de vingt-cinq mille arpents, est dans un fond resserré de trois régions entre des coteaux d’une égale hauteur et couverts de bois taillis, lesquels font un fer de cheval. Les coteaux à la bise s’élargissent un peu, et se rapprochant après, ils vont aboutir à une haute montagne qui est à un bon quart de lieue et qui ferme, pour ainsi dire, hermétiquement le désert. On ne voit de l’endroit des bâtiments que des arbres et le ciel avec le petit enclos.
Cependant rien de plus sain que tout l’endroit. La grande vivacité de l’air de ce climat, qui est le plus haut pays de la Bourgogne, devient tempéré par l’humidité des bois et du fond. Il n’y a point de marais ; après un demi-pied ou un pied au plus d’une terre bonne et légère, on trouve le roc partout et les eaux y sont les plus belles, les plus limpides et les meilleures qu’il y ait dans le royaume18. »

13Dans ces conditions, le Val devenait le complément indispensable à Sept-Fons…

14La négociation fut alors rondement menée d’autant que Mgr de Montmorin accepta toutes les demandes de dom Jalloutz. Dès le 10 février 1760, un brevet était obtenu de la royauté, prononçant l’union du Val-des-Choux à l’abbaye de Sept-Fons. Néanmoins, l’accomplissement des procédures juridiques d’une part, la réalisation concrète de l’union d’autre part, nécessitèrent davantage de temps.

  • 19 Archives départementales de la Haute-Marne, G 915, p. 226-228. À noter que l’union se fit sans exti (...)
  • 20 Archives départementales de la Côte-d’Or, 66 H, registre des comptes, Val-Saint-Lieu (1760-1771), c (...)

15En droit, une bulle de Clément VIII, du 17 septembre 1761, ratifia l’accord. Les abbés de Sept-Fons héritaient du titre de grand prieur du Val-des-Choux avec tous les droits, privilèges et revenus de l’Ordre. Les cinq anciens religieux appartenant à celui-ci, âgés et infirmes, non prêtres, choisirent pour la plupart de se rendre dans d’autres monastères avec une pension payée par Sept-Fons. La seule obligation permanente de l’abbaye était de maintenir au Val une communauté suffisante pour assurer le service divin. Au printemps de 1764, les formalités étaient accomplies : toutes les pièces, lettres patentes comprises, furent enregistrées à la fois par les insinuations ecclésiastiques de Langres19 et par le parlement de Bourgogne. Il en coûta aux moines près de 2 000 livres20.

  • 21 Tout ceci, comme le paragraphe suivant, est tiré pour l’essentiel de l’analyse du registre de compt (...)

16En pratique, l’installation des cisterciens au Val-des-Choux exigea d’abord quelques réparations et des achats de meubles, de livres, de matériels pour les divers ateliers de la future communauté – menuiserie, forge, imprimerie… On fit travailler les artisans des environs, comme le menuisier Fevre de Vanvey ou le maçon Oriot de Giey-sur-Aujon. Malgré un grand souci d’économie, on dépensa plus de 20 000 livres. Les revenus du Val n’y suffisaient pas et les disponibilités de Sept-Fons étaient maigres, en raison des grands travaux de restauration. Heureusement, Montmorin se montra généreux : il fournit près de 10 000 livres. Martin Dufau, toujours abbé commendataire de Fontgombault, imita son geste en donnant 1 200 livres21. Le Val, désormais appelé Val-Saint-Lieu, pouvait revivre.

  • 22 Le coût de ces rotations s’établit à 703 livres.

17Le 6 mars 1762 arrivèrent de Sept-Fons les premiers religieux : trois moines et cinq convers, sous la conduite du prieur, le frère Louis. En cinq autres rotations, deux voitures amenèrent le reste de la colonie, soit onze religieux de chœur et six convers22, sans doute soigneusement choisis par dom Jalloutz.

  • 23 Archives de l’Abbaye de Sept-Fons, ms Jalloutz, p. 21-23 et 626-645. Dom Jalloutz avait beaucoup ét (...)

18La nouvelle communauté, loin de se contenter de répéter les usages de Sept-Fons, répondit pleinement aux vœux de son abbé : l’union devait être d’abord l’occasion d’un retour aux sources de la Règle. Elle observa donc avec plus de rigueur les constitutions primitives de Cîteaux jusque dans les moindres détails, en insistant notamment sur le travail manuel, la nourriture frugale, en s’abstenant de viande − sauf à l’infirmerie –, mais aussi la plupart du temps, de laitage, de beurre et de fromage, la boisson – vin et cidre doivent être coupés d’eau –, l’oraison – courte en commun, selon l’attrait de la grâce, en particulier –, la confession et la communion hebdomadaires, la pauvreté volontaire, l’égalité absolue entre tous23

  • 24 Outre ms. Jalloutz, p. 21, voir Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/1. Sur l’esprit de (...)

19En peu de temps, la ferveur exceptionnelle du Val-Saint-Lieu se répandit et dom Jalloutz, après avoir personnellement pris possession du grand prieuré le 28 février 1764, eut la joie d’en voir les observances adoptées à Sept-Fons même, à la suite d’un vote unanime et d’une cérémonie de renouvellement des vœux le 21 novembre 1764, fête de la Présentation de la Sainte Vierge. Ainsi renaissait l’esprit véritable de Cîteaux en Bourgogne, dans le silence et la discrétion, pendant que l’opinion s’occupait davantage du départ et du remplacement des jésuites qui furent chassés de Dijon en juillet 176324.

20Fondé en pleine époque des Lumières, le Val-Saint-Lieu devait vivre sans problème majeur jusqu’à la Révolution sous la conduite successive des abbés de Sept-Fons, dom Jalloutz – jusqu’à sa mort en mai 1788 – puis dom Bernard et sur place des prieurs qu’ils désignèrent, ne pouvant en raison de la distance séjourner souvent au Val – dom Jalloutz le visita cependant presque tous les ans.

  • 25 Ms. Jalloutz, p. 612. Les comptes attestent qu’en année de récolte « normale », fermages et redevan (...)
  • 26 Cela nécessita le recours à un architecte de Châteauvillain, Massol, qui en dressa les plans, à une (...)

21Le temporel, jugé facile à gérer par dom Jalloutz parce que l’essentiel des revenus consistait en fermages et en redevances de froment, de méteil et d’avoine25, exigeait malgré tout beaucoup d’attention d’autant que l’entretien des bâtiments qui avaient été longtemps négligés imposait des dépenses rarement inférieures à 2 000 ou 3 000 livres par an. En fait, le Val, tout comme Sept-Fons, fut un chantier permanent, pratiquement de 1769 à 1789, représentant selon les années entre le quart et la moitié des dépenses de la communauté26.

  • 27 II est vrai que les droits du grand-prieuré étaient négligés depuis longtemps, malgré les efforts d (...)
  • 28 Outre Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/1 et 2, comptabilité Archives de l’Abbaye de (...)

22Dans ces conditions, il fallait veiller de près aux ressources, ce qui entraînait souvent des procédures27 et donc des frais qu’il importait de limiter pour rentrer en possession de dîmes ou d’autres redevances contestées par les populations. Si en 1766, 108 livres avaient suffi pour faire céder les habitants de Brion-sur-Ource, en 1768, il fallut dépenser 603 livres en procès, puis près de 3 000 livres vers 1780, période marquée par le zèle du procureur, dom Eugène Huvelin, d’ailleurs plus à l’encontre des institutions ecclésiastiques – chapitre de Châteauvillain, par exemple – qu’à l’égard de pauvres villageois28.

  • 29 Dom Jalloutz estimait qu’au milieu du siècle, à Sept-Fons, un moine consommait environ pour 116 liv (...)
  • 30 Dom Jalloutz parlait d’environ 40 lieues entre les deux monastères. La comptabilité du Val-Saint-Li (...)
  • 31 Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/1 et 2. En outre, dom Jalloutz, avait réussi à repl (...)

23Heureusement les redevances en céréales fournissaient des excédents – d’autant que la communauté vivait chichement29 –, tout comme le domaine, ce qui permettait des ventes de bétail – 66 cochons en 1769, 41 en 1777 avec en outre 14 bovins… –, de fromages, de beurre et surtout de bois – au mieux 6 000 livres en 1780, soit environ le tiers des recettes –, puisque, en raison de la distance et de la médiocrité des communications avec Sept-Fons30, il valait mieux le vendre sur place que de le transporter vers l’abbaye-mère31.

  • 32 Tout ceci d’après Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/1 et 2.

24Néanmoins le budget du Val-Saint-Lieu – 10 000 à 20 000 livres par an – ne parvint à un équilibre fragile qu’à partir de 1775. Auparavant, le déficit plus ou moins important – 300 livres en 1766, mais 3 000 en 1768 – ne fut épongé que grâce au concours répété de Sept-Fons et, de façon exceptionnelle en 1772, par un emprunt de 3 500 livres auprès des ursulines de Langres. Même après 1775, dom Jalloutz dut encore procurer des subsides pour payer des travaux de remise en état du grand-prieuré, ainsi en 1777 et 177832.

  • 33 Archives de l’Abbaye de Sept-Fons, ms Jalloutz., p. 23. On pourrait ajouter à ce propos que l’union (...)

25L’examen scrupuleux de l’excellente comptabilité tenue alors au Val-Saint-Lieu confirme parfaitement les remarques de l’abbé de Sept-Fons : « Ce n’est donc pas proprement pour mettre Sept-Fons plus à son aise que l’union a été faite, mais bien plutôt pour procurer le plus grand bien des âmes dans ce nouveau désert33… »

  • 34 Soit 5,5 % des recettes de 1788.
  • 35 Cela est nettement affirmé dans le registre 1772-1790, Archives départementales de la Côte-d’Or, H (...)

26De ce point de vue, les registres de comptes apportent encore quelques renseignements significatifs, en recettes comme en dépenses. Du côté des premières, il est typique que les messes dites au Val-Saint-Lieu aient fourni des ressources croissantes, jusqu’à 1 209 livres en 1788, pour 2 418 célébrées34. À l’égard des secondes, il faut souligner l’importance de l’aumône, qui volontairement représenta réellement une « dîme » pour la communauté35, sous des formes variées : entretien de l’hôpital – cinq lits –, achat et distribution de « drogues », dons alimentaires par le portier, secours aux paroisses voisines…

  • 36 Celle-ci se constitua seulement à partir de 1762, d’où sa faiblesse. Parmi les auteurs acquis au dé (...)

27Notons aussi, que malgré leur pauvreté, les moines consacrèrent toujours quelques sommes pour embellir leur église : 418 livres en 1768 pour une suspension réalisée à Dijon pour le maître-autel, 124 livres 10 sols – port compris – en 1778 pour un tableau représentant saint Antoine acheté à Paris… et afin d’accroître leur bibliothèque36 : 121 livres 10 sols en 1765 pour des titres religieux comme le Dictionnaire des cas de conscience de Collet et les Vies de saint François de Sales et de Marie de l’Incarnation, 33 livres en 1767 pour quelques ouvrages juridiques indispensables, droit bourguignon notamment, 41 livres en 1787 : achat de cinq Nouveau Testament, six Imitation de Jésus-Christ, un traité d’orthographe et une Histoire du Japon en six volumes…

  • 37 Les chiffres de 1771 sont donnés par Archives départementales de l’Allier, H 31, publiés par Firmin(...)
  • 38 Cf. Dominique Dinet, Vocation et Fidélité, p. 238-241. Il y a 70 religieux, dont 39 convers, à Sept (...)

28Les registres de comptes ne sont pas les seuls documents attestant la vitalité de la communauté du Val-Saint-Lieu en cette fin du xviiie siècle. Plus sommairement, quelques états prouvent que ce « désert » non seulement ne connut alors aucun déclin, mais réussit à se peupler davantage ! Même, en août 1789, comme indifférent aux événements, il s’enrichit encore de trois novices et de deux profès. Auparavant, en 1762, la colonie envoyée par Sept-Fons comprenait 26 moines, dont 11 convers. En 1771, ils étaient déjà 41, dont 23 convers, et en 1790, les autorités révolutionnaires recensèrent 44 religieux, dont 26 convers37. Alors que les grandes abbayes cisterciennes des environs connaissaient un certain fléchissement des effectifs, Sept-Fons et le Val-Saint-Lieu affichaient leur dynamisme38, leur originalité aussi, puisque les convers y représentaient presque toujours plus de la moitié du personnel.

  • 39 Archives de l’Abbaye De Sept-Fons, ms Jalloutz, p. 643.
  • 40 Ibidem, p. 612.
  • 41 Pour le Val-Saint-Lieu : Archives départementales de la Côte-d’Or, 66 H, 2 registres (1764-1773 et  (...)

29À cet égard, il convient d’être prudent et de ne pas trop vite considérer cette catégorie de moines comme des inférieurs ou des domestiques au service des religieux de chœur. Dom Jalloutz est formel à ce sujet : « On les reçoit pour travailler tout le jour et remplir les divers emplois qui exigent l’absence du chœur pour les faire. » Mais ils ont également de solides obligations spirituelles : office, trois temps de lecture par jour, assistance à la messe, un chapitre quotidien…, approchent des sacrements et prononcent des vœux aussi solennels que ceux des religieux de chœur. Bref, ils « forment une seconde communauté dans la maison » qui se sanctifie d’abord par le travail. En outre, l’abbé recommande de ne recevoir parmi eux que des gens sachant lire et écrire et possédant un « métier utile », sans conseiller pour autant de les affecter automatiquement à cette tâche au monastère39. En tout cas, ces convers dominent largement parmi les nouveaux profès du Val-Saint-Lieu. Dom Jalloutz nous en livre la raison : le noviciat n’a pas été établi au Val de façon permanente, mais du fait de la distance et selon les nécessités, on y reçut presque toujours des convers40. Ajoutons qu’après avoir dépouillé les registres de vêtures et de professions du Val-Saint-Lieu et ceux de Sept-Fons pour la période 1764-178941, nous avons constaté des échanges assez fréquents de personnes entre les deux communautés, dont nous avons naturellement tenu compte.

  • 42 Exactement 74 pour 407, années 1764-1789. Plus généralement, voir notre Vocation et Fidélité, p. 64 (...)

30Au total, 13 religieux de chœur et 28 convers firent profession au Val, quelques-uns ayant commencé leur noviciat à Sept-Fons. Mais le phénomène le plus digne d’attention est l’extrême sélection réalisée, non par des renvois – d’ailleurs difficiles à percevoir, cependant je les crois très rares –, mais par une multitude d’abandons devant la difficulté à vivre concrètement une telle austérité. En effet, à la vêture, les novices de chœur étaient trois fois plus nombreux ! Cependant, par rapport à Sept-Fons, peut-être aussi à cause des ordres de grandeur différents, davantage de novices persévérèrent, puisqu’à l’abbaye-mère, les profès représentaient moins du cinquième des novices42.

  • 43 Nous avons déjà noté cette particularité du Val-Saint-Lieu ; cf. Vocation et Fidélité, p. 50-51. Es (...)

31Pourtant plusieurs d’entre eux, même parmi les frères convers, fascinés par la communauté et sa réputation, tentèrent de reprendre le chemin du noviciat, certains tel Pierre-Cyprien Guédon, prêtre du diocèse de Meaux, jusqu’à quatre fois… en vain ! Quelques-uns sont sans doute trop âgés pour s’adapter facilement43.

  • 44 Fils d’un marchand de Besançon, bénédictin de Saint-Vanne à Luxeuil en 1733, il fit ensuite profess (...)

32Justement comme à Sept-Fons, tous les âges, toutes les conditions – même si les catégories modestes l’emportent, surtout parmi les convers – se rencontrent et se mêlent. La présence parmi les novices de nombreux prêtres et religieux en quête d’un autre idéal est également remarquable. Mais beaucoup n’ont pas atteint leur but : un prêtre sur quatre seulement prononça des vœux solennels, un ermite sur trois – un lorrain, Louis Florentin –, un religieux sur sept – Maurice Nelaton, de la congrégation bénédictine de Saint-Vanne44.

33Ces novices proviennent aussi des horizons géographiques les plus variés, souvent très éloignés : s’il en vint de la région, la majorité est originaire de provinces parfois lointaines : Franche-Comté, Lorraine, Alsace, Champagne, Picardie, Normandie, Ile-de-France, Bretagne, Poitou, Quercy, Auvergne, Lyonnais, Dauphiné et Provence. Cependant, avec le temps, plus qu’à Sept-Fons, et notamment du côté des convers, l’aire de recrutement des novices eut tendance à se rétrécir : surtout après 1780, les sujets nés dans les diocèses de Langres, de Dijon et d’Autun devinrent majoritaires.

34Faut-il y voir un signe de succès et d’intégration réussie du Val-Saint-Lieu au sein de ces populations ? Il convient sans doute de nuancer cette appréciation en se rappelant que le noviciat du Val-Saint-Lieu n’eut jamais l’importance de celui de Sept-Fons et que le grand prieuré ne put jamais rétablir et repeupler ses anciennes dépendances. Rien n’indique d’ailleurs que telle ait été l’intention de dom Jalloutz.

35Cette sélection, beaucoup plus forte que dans les autres abbayes à proximité, contribua vraisemblablement à établir la réputation du Val-Saint-Lieu et à entraîner l’incompréhension de nombreux contemporains peu attirés par une telle austérité. Voyez Buffon, représentant modéré des Lumières et souvent bon observateur des réalités depuis ses terres de Montbard. Dans son Histoire naturelle, il évoque

  • 45 J’ai déjà cité ce texte dans « Mourir en religion aux xviie et xviiie siècles », Revue Historique, (...)

« ces pieux solitaires qui s’abstiennent de tout ce qui a vie et qui par de saints motifs renoncent aux dons du Créateur, se privent de la parole, fuient la société, s’enferment dans des murs sacrés contre lesquels se brise la nature : confinés dans ces asyles, ou plutôt dans ces tombeaux vivants où l’on ne respire que la mort ; le visage mortifié, les yeux éteints, ils ne jettent autour d’eux que des regards languissants. […] Ils vivent moins qu’ils ne meurent chaque jour par une mort anticipée et ne s’éteignent pas en finissant de vivre, mais en achevant de mourir45. »

  • 46 Dom Jalloutz leur recommande dans ce but d’aller « tous les jours prier au cimetière pour les défun (...)
  • 47 Archives de l’Abbaye de Sept-Fons, lettres des 1er décembre 1779 et 24 août 1787. Dom Eugène Huveli (...)

36En fait, il porte un regard extérieur, lointain et ne les a pas vus. S’il est parfaitement exact que ces moines ne craignent pas la mort46, il est faux d’imaginer le Val-Saint-Lieu comme un endroit funèbre. La joie de vivre éclate au contraire à travers les lettres de dom Eugène Huvelin, qui y exerça la charge de procureur. Dans sa correspondance avec son homme de loi habituel à Dijon, Bonnard, humour et bonheur de sa condition de cistercien se rencontrent à maintes reprises. Ainsi en lui adressant en 1779 du cidre fabriqué au Val, reconnaît-il que « c’est une liqueur champêtre dont je doute fort que vous puissiez faire usage, à moins que ce ne fût par mortification. » Plus sérieusement, lorsqu’il annonce son retour au Val-Saint-Lieu en 1787, après un long passage à Sept-Fons, il exprime son « espérance de jouir plus à son aise du bonheur de son état47. » Claude Courtépée, un des responsables du collège de Dijon après 1764 et surtout principal auteur d’une excellente Description générale et particulière du duché de Bourgogne, est, lui, venu visiter le monastère. Un peu comme dom Jalloutz, il a été d’abord frappé par la grandeur sauvage du site :

« La maison est située au milieu de la vaste forêt de Villiers-le-Duc, dans une vallée profonde et étroite. Un silence religieux, un saisissement de respect sont l’hommage que l’on rend d’abord à l’Auteur de la Nature. Le murmure des eaux, l’affreuse solitude du lieu, l’aspect effrayant des montagnes, le sombre des hautes forêts, le précipice rapide où est situé le monastère font naître ensuite je ne sais quelle forte émotion qui tient de l’étonnement. »

  • 48 Beguillet et Courtépée, Description générale et particulière du Duché de Bourgogne, Dijon, 1774-178 (...)

37Dépassant les impressions pré-romantiques, sachant observer sans préjugés particuliers, il constate à son tour « la joie sur les visages », et en réponse à Buffon, qu’il cite, « des yeux non éteints », l’absence de malades qu’il attribue à la salubrité de l’air et de l’eau48. Regrettons seulement son incapacité à saisir la spiritualité originale de la communauté…

  • 49 État figurant dans Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/7, plus précis que celui des Arc (...)

38Les révolutionnaires n’en furent pas plus capables. Néanmoins, alors que l’Assemblée Nationale avait supprimé par décret du 13 février 1790 tous les ordres à vœux solennels et invité leurs membres à profiter de la « liberté », les officiers municipaux de Villiers-le-Duc purent constater que les cisterciens du Val-Saint-Lieu étaient encore tous présents le 11 janvier 1791 et n’avaient aucunement l’intention de quitter leur désert. Tout au plus acceptèrent-ils les pensions qu’on leur fixa, puisque, depuis le 1er janvier, ils avaient perdu tout usage de leurs biens dont la Nation s’était emparée49.

  • 50 Avant 1789, le bailliage de Châtillon-sur-Seine était connu sous le nom de « bailliage de la Montag (...)
  • 51 Outre notre Vocation et Fidélité, p. 262-263 et 265-268, on trouvera une mise au point, avec référe (...)

39Certes au début de 1791, comme les décrets l’avaient projeté, on agita l’idée en Côte-d’Or de maintenir une maison au Val-Saint-Lieu pour regrouper tous les religieux du département, quel que soit leur ordre d’origine, qui seraient déterminés à poursuivre « la vie commune ». Ce projet, loin d’être un hommage rendu à nos cisterciens qui surent faire de ce désert un haut lieu de la spiritualité en Bourgogne, loin d’être une concession aux moines fidèles à leur état de la part d’une révolution libérale, représentait en réalité une sorte d’épouvantail destiné à vider au plus vite et sans heurts couvents et monastères de la région afin de les vendre pour le plus grand bien du Trésor. Le calcul, assez cynique, était juste : la perspective de se retrouver perdus dans cette « montagne50 » et surtout de voir toutes les observances confondues et donc impossibles à respecter entraîna les communautés qui étaient restées fidèles à leurs vœux, tels les chartreux de Champmol ou les minimes de Dijon et de Notre-Dame d’Etang à faire le choix douloureux de se retirer dans « la vie privée51 ».

  • 52 Cf. : Firmin Lamy, Histoire de Notre-Dame de Saint-Lieu-Sept-Fons, t. I. p. 306-311. Le manuscrit d (...)

40Au Val-Saint-Lieu, pratiquement abandonné par son abbé52, la situation devint de plus en plus précaire au fil des mois et, par prudence, de nombreux religieux dont le prieur Pourpoint et le procureur Huvelin s’éloignèrent peu à peu. Mais un petit groupe demeura, ce qui irrita les « patriotes » du département déjà aux prises avec de multiples incidents consécutifs au schisme religieux de 1791.

  • 53 On remarqua notamment Marie, maréchal à Vanvey, Michel Chauvot, laboureur du même village, Rouger j (...)
  • 54 Il s’agit de Barthélémy Dieu, ici depuis 1762, Elie Arnoux, Sabas Coquart, Joachim Mongin, Pacôme R (...)

41L’entrée en guerre, le 20 avril 1792, les premières défaites – incompréhensibles pour la masse de l’opinion –, la mort d’un volontaire natif d’Aignay-le-Duc provoquèrent dans les rangs révolutionnaires une véritable explosion de haine contre les religieux qui exaspéraient les sans-culottes en gardant leur habit. Le 21 juin 1792, une foule, composée de cinq cents à six cents personnes des environs, persuadée que les cisterciens étaient en relation avec les ennemis de la Patrie, excitée par quelques meneurs vite identifiés par la justice53, se précipita au Val-Saint-Lieu, déborda complètement les autorités légales et décida l’arrestation des trois religieux – Ambroise Turel, Odon Plassart et Bernard Corselle, tous prêtres – et des dix convers encore présents54.

  • 55 Cf. J. Charonnot, Mgr de La Luzerne et les serments pendant la Révolution, Paris, 1918, p. 31-71.

42La perquisition, rondement menée, livra les papiers attendus ou presque : on trouva plusieurs exemplaires des brefs de Pie VI condamnant la constitution civile du clergé et de l’instruction de l’évêque de Langres, La Luzerne, en exil, de mars 1791 allant dans le même sens55, avec en outre diverses lettres privées dont la populace furieuse exigea la lecture publique pour en connaître immédiatement le contenu. Cela ne révéla que des sentiments hostiles à la Révolution !

  • 56 Le 15 octobre 1791, le ministre de l’intérieur, Delessart, en avait dit autant au directoire du dép (...)

43La foule, se prenant alors pour un tribunal, somma les moines de s’expliquer. Très calmement, ceux-ci se contentèrent de déclarer qu’ils ne connaissaient aucun décret les obligeant à quitter leur habit56, qu’ils n’avaient pas à prêter serment n’étant pas des fonctionnaires publics et qu’ils ne pouvaient pas empêcher des gens de leur écrire.

44Cette dernière réponse, jugée impertinente, offensa tellement les révolutionnaires qu’ils emmenèrent de force et au plus vite les moines à la prison de Châtillon-sur-Seine. Le Val-Saint-Lieu était vide. Le dernier monastère d’hommes de la région avait vécu.

  • 57 Notre source – le juge de paix d’Aignay-le-Duc, Nicolas Frochot – ne relève que des paysans parmi l (...)

45Pourtant cela ne suffit pas à calmer les patriotes déchaînés contre les cisterciens. On trouvait leur incarcération trop douce. Attroupements et vociférations poussèrent les autorités locales à s’en remettre à celles du département, dans l’espoir, en éloignant la décision, d’éliminer le désordre sur place, d’autant que la garde nationale de Châtillon ne s’était pas laissée entraîner par la horde paysanne57.

  • 58 Tout ceci d’après la liasse Archives départementales de la Côte-d’Or, L 1183.

46En conséquence, le directoire du département de la Côte-d’Or prit le 3 juillet un arrêté interdisant aux moines de retourner au Val-Saint-Lieu et, pour plus de sûreté, les fit enfermer à Dijon. Cependant, dès le 30 juin, alerté on ne sait comment, le ministre de l’intérieur récemment nommé par Louis XVI, Terrier, avait protesté contre ces arrestations et requis la justice pour violation et abus de pouvoir par les municipalités. La journée parisienne du 10 août 1792 anéantit évidemment de tels efforts58.

  • 59 Archives départementales de la Côte-d’Or, L 1181. Parmi ces moines, les cisterciens Lallemand, reli (...)

47À ce sujet, il convient, au-delà des incidents du Val-Saint-Lieu qui témoignent bien des sentiments profonds des révolutionnaires vis-à-vis des ordres religieux et illustrent presque par anticipation les dérives du slogan bien connu : « la liberté ou la mort ! », de rappeler qu’à la même époque, entre le 18 juin et le 6 juillet 1792, exactement, Dijon fut le théâtre de troubles graves. Là aussi une foule excitée et violente s’en prit particulièrement aux prêtres et aux ci-devant religieux qui n’adhéraient pas aux principes de la Révolution : 115 furent enfermés au séminaire. On proféra des menaces contre eux, on jeta des pavés contre les fenêtres du bâtiment, on tira même des coups de feu ! Parmi les détenus, à côté de quelques curés, d’anciens jésuites, de bénédictins, de religieux mendiants, on relève également des cisterciens de « la commune observance » qui partagèrent ainsi le sort, dans des prisons toutes proches, des « réformés » du Val-Saint-Lieu59

48Dernière communauté monastique d’hommes subsistant au printemps 1792 en Bourgogne, dispersée de force par les révolutionnaires, le Val-Saint-Lieu conserve jusqu’au terme de son existence une valeur symbolique. Alors que dans d’autres abbayes, pas seulement cisterciennes, de nombreux moines réagirent sans gloire et sans courage devant l’épreuve, que d’autres – plus minoritaires qu’on ne le croit souvent – renièrent leurs vœux à la première occasion – il y en eut même à Sept-Fons ! –, ceux de ce désert châtillonnais et d’abord les humbles convers – même les ultimes profès de 1789 – manifestèrent longtemps une fidélité sans faille, une unanimité rare, signe de la solidité de cette fondation pourtant réalisée à une époque où les élites dénonçaient la « crise des réguliers » et où les beaux esprits « éclairés » se complaisaient dans les récits les plus sordides sur les couvents, présentés comme des lieux atroces, contre nature, peuplés de fous, de débauchés, de pervers – relisez la Religieuse…

49Il faut rendre hommage aux artisans de cette résurrection du Val-des-Choux : l’évêque de Langres, Mgr de Montmorin, l’abbé de Sept-Fons, dom Jalloutz, ce vicaire général hanté par son salut, Martin Dufau, qui resta volontairement dans l’ombre, à tel point qu’on ignore son action en faveur du grand-prieuré.

  • 60 Dominique Dinet, « Une congrégation nouvelle à la fin de l’Ancien Régime : les ursulines de Mussy-l (...)
  • 61 Le biographe de dom Huvelin, l’abbé Clerc, assure, sans indiquer sa source, que l’évêque de Langres (...)
  • 62 Mention dans Archives départementales de la Côte-d’Or, 66 H, 1er registre des vêtures et profession (...)

50Gilbert de Montmorin, qui ranima en même temps les ursulines de Mussy-l’Evêque et sut en faire une congrégation diocésaine prometteuse – elle survécut à la Révolution60, après avoir hésité sur la réforme à opérer au Val, dès sa visite à Sept-Fons consécutive à la fuite du monde de Martin Dufau, se décida promptement : il avait trouvé là l’observance capable de métamorphoser le Val-des-Choux. S’il renonça, selon une tradition61, à y prendre lui-même l’habit, il se voulut toujours proche de cette communauté. Pour attester de ses sentiments, selon ses dernières volontés, peu après son décès en 1770, son cœur y fut porté le 2 octobre par le curé de Mussy, localité où les évêques de Langres possédaient une résidence62.

  • 63 Tout au moins, tel qu’à la suite d’une longue réflexion et d’une étude approfondie, dom Jalloutz l’ (...)

51De son côté, dom Jalloutz, grâce à ses capacités exceptionnelles pour le temporel comme pour le spirituel, choisit avec discernement les religieux susceptibles non seulement de restaurer un prieuré quelque peu délabré, mais surtout de faire du nouveau Val-Saint-Lieu un foyer de la réforme cistercienne la plus authentique en revenant au véritable esprit de Cîteaux, dans la discrétion et l’humilité, sans tapage ni procès63

  • 64 Dom Huvelin, après s’être réfugié en Suisse, revint en France prendre en charge une paroisse et s’e (...)

52Ce ne fut pas un feu de paille. Après avoir gagné Sept-Fons, l’œuvre perdura et prospéra lentement. Tout en allant à contre-courant des Lumières, sa réputation grandit, imposant le respect à la majorité des élites provinciales. Des hommes à la foi profonde, venus de presque toute la France, se présentèrent. Les difficultés réelles ne découragèrent pas tous ceux qui échouaient à la première épreuve. Ils recommençaient. Ainsi la communauté s’étoffa et gagna en cohésion. Des moines équilibrés et heureux comme dom Huvelin y étaient pour beaucoup. La tourmente révolutionnaire pouvait anéantir le site du Val-Saint-Lieu, les survivants, avec dom Huvelin, iraient ranimer ailleurs la flamme cistercienne64.

Notes

1 Dom Alexis Presse, « Aperçu sur les derniers temps de l’ordre cistercien en France avant la Révolution », Revue Mabillon, 1956, p. 183-199 ignore tout du Val-Saint-Lieu. La notice due à Jacques Laurent dans J. Laurent et F. Claudon, Abbayes et prieurés de l’ancienne France, t. 12, 3e partie : « Diocèses de Langres et de Dijon », Ligugé-Paris, 1941, p. 425-429 est complètement dépassée.

2 Je tiens à remercier chaleureusement tous ceux qui m’ont aidé dans cette quête des documents, soit par des vérifications dans les sources locales, soit en mettant à ma disposition des manuscrits inédits, en particulier les frères Jean-François Holthof, François de Place et Jean Menry, o.c.s.o. et Mme Isabelle Maurin, directeur des archives départementales de l’Allier.

3 Sur ces questions, comme sur l’histoire du grand-prieuré au xviiie siècle, on se reportera à notre thèse d’État : Réguliers et vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin xvie-fin xviiie siècle) – en voie d’achèvement –, en particulier an chapitre vi de la 1re partie.

4 Le Val-des-Choux, alors dans le diocèse de Langres, est situé au fond d’une vallée, sur l’actuelle commune de Villiers-le-Duc, en Côte-d’Or, au sud-est de Châtillon-sur-Seine.

5 Je cite d’après l’édition de 1716, t. 2, p. 279.

6 Dom Jean-Baptiste Leleu, grand-prieur de 1731 à 1739, avait des vues très personnelles de réforme, jugées « outrancières » par l’abbé de Sept-Fons, dom Jalloutz, voir notre thèse d’État, 1re partie, chap. vi, en particulier la note 21.

7 Dominique Dinet, « Administration épiscopale et vie religieuse au milieu du xviiie siècle : le Bureau pour le gouvernement du diocèse de Langres de Gilbert de Montmorin », Revue d’Histoire Ecclésiastique, 1983. t. 78. p. 721-774. Voir aussi le témoignage du marquis d’Argenson, Journal, éd. Rathery, Paris, 1860, t. III, p. 281.

8 Archives départementales de la Haute-Marne, G 910, fos 128-130. En fait, c’est l’abbé cistercien de Longuay qui prit possession par procuration de l’évêque.

9 Archives de l’Abbaye de Sept-Fons, AR 11, « manuscrit Jalloutz », p. 19-20.

10 Archidiacre du Tonnerrois, puis du Langrois, il fut en outre pourvu de l’officialité en 1746. Cf. Archives départementales de la Haute-Marne, G 1161, f° 17r° et reçut en commende l’abbaye de Fontgombault.

11 Sept-Fons, au diocèse d’Autun avant 1789, est située sur la Besbre, près de son confluent avec la Loire. Cette abbaye existe toujours et se trouve aujourd’hui sur la commune de Diou, dans l’Allier.

12 L’abbé Jalloutz dans son manuscrit, p. 20, parle seulement d’un vicaire général et official du diocèse de Langres, sans livrer son nom. C’est grâce à la Vie de Dom Eugène Huvelin, du Val-Saint-Lieu, manuscrit du à l’abbé Clerc [1841], en possession de l’abbaye cistercienne de Tamié (Savoie), que j’ai pu l’identifier, voir p. 72 ; l’ouvrage de Firmin Lamy, Histoire de Notre-Dame de Saint-Lieu-Sept-Fons, t. 1, L’ancien Sept-Fons (1132-1789), Moulins, 1937, p. 267 ne faisant que reprendre le texte de dom Jalloutz.

13 Outre Firmin Lamy, Histoire de Notre-Dame de Saint-Lieu-Sept-Fons, t. 1, p. 125-233, voir Alban-John Krailsheimer, « Sept-Fons de 1700 à 1723 : analyse du registre des entrées », Cîteaux, 1987, t. 38, p. 245-262.

14 Dom Jalloutz fut nommé abbé en 1757. Cf. Firmin Lamy, Histoire de Notre-Dame de Saint-Lieu-Sept-Fons, t. 1, p. 259-263. Sur le peuplement des abbayes cisterciennes proches : Dominique Dinet, Vocation et Fidélité, Paris, 1988, p. 238-239. L’ordre du Val-des-Choux ne compte plus alors que huit religieux, dont la moitié réside au Val.

15 Archives départementales de l’Allier, H 9 bis, registre 1757-1762.

16 Nos seules sources à ce sujet se réduisent aux notes de dom Jalloutz, p. 19-20.

17 N’était-ce pas dans la nature de ce personnage ? Né à Bordeaux en 1699, cet ancien élève des jésuites très lié à Montmorin dès son épiscopat à Aire-sur-l’Adour, joua un rôle capital dans les « AA », associations secrètes, spontanées, visant à la sanctification personnelle, à une meilleure formation du clergé et à l’évangélisation des peuples. De la sorte, tout en participant à l’administration du diocèse de Langres à l’invitation de Mgr de Montmorin, il occupa des responsabilités croissantes au séminaire des Missions Etrangères à Paris. C’est là qu’il se retira finalement et mourut le 24 janvier 1778. En revanche, son passage et son rôle à Sept-Fons ont échappé aux historiens qui lui ont consacré des notices dans différents dictionnaires ou qui ont étudié tel ou tel aspect de son action, notamment Yves Poutet et Jacqueline Roubert, Les « Assemblées » secrètes des xviie-xviiie siècles en relation avec l’AA de Lyon, Piacenza, 1968, p. 35, 60-62, 66-69… – tirage à part de Divus Thomas – ou dom Jacques de Bascher, L’abbaye royale Notre-Dame de Fontgombault, Poitiers, 1991, p. 278-281.

18 Archives de l’Abbaye de Sept-Fons, ms Jalloutz, p. 20-21 [écriture très postérieure à la découverte de 1759].

19 Archives départementales de la Haute-Marne, G 915, p. 226-228. À noter que l’union se fit sans extinction, sauf celle de trois prieurés dépendant du Val-des-Choux qui lui furent réunis.

20 Archives départementales de la Côte-d’Or, 66 H, registre des comptes, Val-Saint-Lieu (1760-1771), cote [provisoire en 1989] H 396/I.

21 Tout ceci, comme le paragraphe suivant, est tiré pour l’essentiel de l’analyse du registre de comptabilité de la période 1760-1771, cf. note précédente.

22 Le coût de ces rotations s’établit à 703 livres.

23 Archives de l’Abbaye de Sept-Fons, ms Jalloutz, p. 21-23 et 626-645. Dom Jalloutz avait beaucoup étudié ces questions qui occupent environ 600 pages de son texte, résumé aux pages indiquées ci-dessus. Sa réflexion s’appuie sur une masse considérable de citations de saint Bernard, des Pères, des anciennes constitutions de Cîteaux, des premiers Chapitres généraux de l’Ordre, de Rancé… qui témoignent de son exceptionnelle culture. Dans ces conditions, on s’est demandé si cet effort n’aboutit pas à une conception étroitement « pointilliste » de l’observance. Je ne le pense pas, d’autant que le « résumé » final donne de la souplesse à tout cela, alors que le très long texte qui précède paraît l’exposé d’une importante méditation sur la règle, textes à l’appui.

24 Outre ms. Jalloutz, p. 21, voir Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/1. Sur l’esprit de Cîteaux, ne voulant pas me prononcer sur le fond, je devrais dire tel que dom Jalloutz le concevait. Sur la fin des jésuites à Dijon : mise au point dans notre thèse d’État, Ire partie, chap. vi.

25 Ms. Jalloutz, p. 612. Les comptes attestent qu’en année de récolte « normale », fermages et redevances, dont les dîmes, fournissaient bien la plus grosse part des recettes.

26 Cela nécessita le recours à un architecte de Châteauvillain, Massol, qui en dressa les plans, à une grue montée sur place en 1772 et surtout à de très nombreuses journées de travail de maçons et de tailleurs de pierre : Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/1 et 2.

27 II est vrai que les droits du grand-prieuré étaient négligés depuis longtemps, malgré les efforts du procureur, frère Victor Lenormand, qui avait rétabli en 1741-1743 des droits oubliés depuis trois siècles ! Cf. Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/5.

28 Outre Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/1 et 2, comptabilité Archives de l’Abbaye de Sept-Fons, lettres de dom Eugène Huvelin (1778-1788), qui attestent à la fois sa probité et sa charité. Il convient de rappeler aussi que le procureur de Sept-Fons, dom Xavier de la Croix, semble l’avoir poussé à la rigueur. Est-ce pour cela, par peur de représailles ( ?), que dom Xavier pratiqua « la fuite en avant » dès 1789 ?

29 Dom Jalloutz estimait qu’au milieu du siècle, à Sept-Fons, un moine consommait environ pour 116 livres par an, cf. Firmin Lamy, Histoire de Notre-Dame de Saint-Lieu-Sept-Fons, t. I, p. 276-277. Rappelons que dom Jalloutz, avant d’être abbé, avait exercé avec talent les fonctions de procureur.

30 Dom Jalloutz parlait d’environ 40 lieues entre les deux monastères. La comptabilité du Val-Saint-Lieu révèle des dépenses notoires pour voyages à Sept-Fons ou à Dijon et ailleurs pour affaires, généralement plus de 1 000 livres par an.

31 Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/1 et 2. En outre, dom Jalloutz, avait réussi à replanter du taillis sur le domaine de Sept-Fons et obtenu de la royauté la liberté de procéder aux coupes de bois indispensables à la communauté avant même la réalisation de l’union avec le Val-des-Choux : Firmin Lamy, Histoire de Notre-Dame de Saint-Lieu-Sept-Fons, t. I, p. 273.

32 Tout ceci d’après Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/1 et 2.

33 Archives de l’Abbaye de Sept-Fons, ms Jalloutz., p. 23. On pourrait ajouter à ce propos que l’union permit l’expansion de Sept-Fons.

34 Soit 5,5 % des recettes de 1788.

35 Cela est nettement affirmé dans le registre 1772-1790, Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/2, p. 117 sq., année 1775. Cette année-là, l’aumône entraîne 1 097 livres de dépenses, soit en fait 9,1 % de la dépense totale : quelle différence avec Clairvaux, par exemple, où l’aumône représente une charge infime en valeur absolue comme en pourcentage : toujours moins de 0,5 % ! De son côté, dom Jalloutz veut que le dixième du revenu revienne aux pauvres : ms cité, p. 641 (tout en invitant à se méfier des faux pauvres). Parmi les drogues, toujours achetées à Marseille, on relève du quinquina, de l’opium, de la thériaque…

36 Celle-ci se constitua seulement à partir de 1762, d’où sa faiblesse. Parmi les auteurs acquis au départ, on relève : saint Augustin, Saint-Jure, saint François de Sales, Croiset, Bernières, Bourdaloue…, soit un choix assez large d’auteurs, ce qui confirme une nouvelle fois la profonde unité – transcendant les ordres – de la réforme catholique post-tridentine.

37 Les chiffres de 1771 sont donnés par Archives départementales de l’Allier, H 31, publiés par Firmin Lamy, Histoire de Notre-Dame de Saint-Lieu-Sept-Fons, t. I, p. 276. Ceux de 1790 sont fournis aussi bien par Archives Nationales, D XIX, 10, que par un état conservé dans Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/7, mémoire du 11 janvier 1791, signé par le maire de Villiers-le-Duc et les religieux.

38 Cf. Dominique Dinet, Vocation et Fidélité, p. 238-241. Il y a 70 religieux, dont 39 convers, à Sept-Fons en 1790 : Archives départementales de l’Allier, H 10, état du 29 oct. 1789.

39 Archives de l’Abbaye De Sept-Fons, ms Jalloutz, p. 643.

40 Ibidem, p. 612.

41 Pour le Val-Saint-Lieu : Archives départementales de la Côte-d’Or, 66 H, 2 registres (1764-1773 et 1774-1789) et pour Sept-Fons : Archives départementales de l’Allier, H 9 bis, registres 6 à 10 (1762-1789).

42 Exactement 74 pour 407, années 1764-1789. Plus généralement, voir notre Vocation et Fidélité, p. 64-69.

43 Nous avons déjà noté cette particularité du Val-Saint-Lieu ; cf. Vocation et Fidélité, p. 50-51. Est-ce cette raison qui motiva un religieux à en appeler de ces vœux ? Je l’ignore, ne l’ayant remarqué récemment que par le coût du procès en annulation qu’il entraîna pour la communauté en 1785, environ 4 800 livres, comptabilisées à part et réglées par Sept-Fons : Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/2. De son côté, dom Eugène Huvelin évoque ce cas douloureux incidemment dans une lettre du 13 décembre 1778, Archives de l’Abbaye de Sept-Fons. L’affaire se termina devant le parlement de Paris, semble-t-il.

44 Fils d’un marchand de Besançon, bénédictin de Saint-Vanne à Luxeuil en 1733, il fit ensuite profession au Val-Saint-Lieu, à 50 ans, en 1765.

45 J’ai déjà cité ce texte dans « Mourir en religion aux xviie et xviiie siècles », Revue Historique, 1978. t. CCLIX/I, p. 37. Il faut préciser que Buffon veut prouver à travers cet exemple que l’abstinence totale de viande ne convient pas à la nature humaine…

46 Dom Jalloutz leur recommande dans ce but d’aller « tous les jours prier au cimetière pour les défunts et réfléchir un peu sur les fosses ouvertes » [ms cité, p. 606].

47 Archives de l’Abbaye de Sept-Fons, lettres des 1er décembre 1779 et 24 août 1787. Dom Eugène Huvelin, dans le monde Désiré Huvelin, fit profession à Sept-Fons le 19 septembre 1762, Archives départementales de l’Allier, H 9 bis, 6e registre.

48 Beguillet et Courtépée, Description générale et particulière du Duché de Bourgogne, Dijon, 1774-1785, t. VI, p. 492-493.

49 État figurant dans Archives départementales de la Côte-d’Or, H 396/7, plus précis que celui des Archives Nationales.

50 Avant 1789, le bailliage de Châtillon-sur-Seine était connu sous le nom de « bailliage de la Montagne ». N’oublions pas qu’au xviiie siècle la montagne fait peur à la masse des contemporains.

51 Outre notre Vocation et Fidélité, p. 262-263 et 265-268, on trouvera une mise au point, avec références, sur ces questions dans notre contribution aux 10es Journées d’art et d’histoire de Haute-Marne : « Religieux et religieuses de l’ancien diocèse de Langres face à la Révolution », La Haute-Marne pendant la Révolution, Chaumont-Langres-Saint-Dizier, 1989, p. 57-72.

52 Cf. : Firmin Lamy, Histoire de Notre-Dame de Saint-Lieu-Sept-Fons, t. I. p. 306-311. Le manuscrit de l’abbé Clerc, cité à la note 12, nuance légèrement ce point de vue.

53 On remarqua notamment Marie, maréchal à Vanvey, Michel Chauvot, laboureur du même village, Rouger journalier de Magny-Lambert.

54 Il s’agit de Barthélémy Dieu, ici depuis 1762, Elie Arnoux, Sabas Coquart, Joachim Mongin, Pacôme Roussel. Colomban Chitry, Fal Jouvenot, Marc Vanet, Bénigne Perret et Hyppolite Minet, dernier profès du Val, le 23 août 1789. On notera que tous ont porté leur nom de religion et non leur prénom de baptême, par exemple, Minet s’appelait Jean-Baptiste. Encore un signe de fidélité !

55 Cf. J. Charonnot, Mgr de La Luzerne et les serments pendant la Révolution, Paris, 1918, p. 31-71.

56 Le 15 octobre 1791, le ministre de l’intérieur, Delessart, en avait dit autant au directoire du département de la Côte-d’Or : Archives départementales de la Côte-d’Or, L 1153.

57 Notre source – le juge de paix d’Aignay-le-Duc, Nicolas Frochot – ne relève que des paysans parmi les meneurs. Il conviendrait peut-être de pousser la recherche plus loin ?

58 Tout ceci d’après la liasse Archives départementales de la Côte-d’Or, L 1183.

59 Archives départementales de la Côte-d’Or, L 1181. Parmi ces moines, les cisterciens Lallemand, religieux de Cîteaux, et Gentil, prieur de Fontenay. Sur intervention du ministre de l’intérieur, ils furent libérés dans la nuit du 5 au 6 août – furtivement, par crainte d’une réaction populaire ? Tout ce dossier mériterait d’être repris, à Dijon comme ailleurs, pour éclairer d’un jour nouveau la « révolution du 10 août » et la chute de la royauté. En tout cas, la coïncidence entre les émeutes de Dijon et les violences du Val-Saint-Lieu ne semble pas fortuite.

60 Dominique Dinet, « Une congrégation nouvelle à la fin de l’Ancien Régime : les ursulines de Mussy-l’Evêque », Les religieuses enseignantes. xvie-xxe siècles, Angers, 1981, p. 89-100.

61 Le biographe de dom Huvelin, l’abbé Clerc, assure, sans indiquer sa source, que l’évêque de Langres songea à imiter Martin Dufau et à se retirer à Sept-Fons [ms cité, p. 72].

62 Mention dans Archives départementales de la Côte-d’Or, 66 H, 1er registre des vêtures et professions.

63 Tout au moins, tel qu’à la suite d’une longue réflexion et d’une étude approfondie, dom Jalloutz l’avait compris. En procédant ainsi, sans chercher à imposer la réforme ici et là, il évita tout procès et toute querelle avec l’ordre de Cîteaux, ce que ne surent pas faire certains de ses « devanciers » du siècle précédent. Sur ce thème, pour le début du xviie, le meilleur livre demeure : Polycarpe Zakar, Histoire de la stricte observance de l’ordre cistercien (1606-1635), Rome, 1966. Voir aussi les travaux de Louis Lekaï et de Marie-Elisabeth Henneau.

64 Dom Huvelin, après s’être réfugié en Suisse, revint en France prendre en charge une paroisse et s’efforça très tôt de regrouper quelques-uns de ses anciens confrères pour reprendre avec eux la vie régulière. En raison des obstacles législatifs, il dut attendre la Restauration pour réaliser son projet, en 1817-1819, dans l’ancienne abbaye de Bellevaux. Après plusieurs déplacements cette communauté se trouve aujourd’hui à Tamié, en Savoie, près d’Albertville.

Notes de fin

1 Initialement paru dans Réformes et continuité dans l’Ordre de Cîteaux. De l’Etroite Observance à la Stricte Observance, Cîteaux. Commentarii Cistercienses, Brecht, 1995, p. 117-131.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search