Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Les dots de religion en France aux XVIIe et XVIIIe siècles1

(1990)2

Texte intégral

  • 1 Abréviations utilisées : A.D. = Archives départementales ; A.N. = Archives nationales ; Bib. = Bibl (...)
  • 2 Paru initialement dans Les Églises et l’Argent, Association des Historiens Modernistes des Universi (...)

1Si, à l’intérieur du monde des réguliers, les vieilles abbayes disposant de richesses foncières accumulées de longue date furent généralement capables aux xviie et xviiie siècles de faire vivre honnêtement un certain nombre de religieux et de religieuses, sans parler des abbés commendataires, à condition d’être bien gérées et de n’avoir subi ni aliénations, ni destructions graves, il en fut tout autrement dans la majorité des observances, en particulier dans les congrégations apparues après le concile de Trente. Certes des fondations parfois importantes ont permis leur établissement, mais leur développement, leur pérennité ne semblent avoir été possibles que grâce aux apports de leurs nouveaux membres, en d’autres termes grâce aux dots de religion.

2Sans vouloir décourager ces dons, l’Église a veillé à ce que cette ressource ne contredise pas le vœu de pauvreté, général chez les réguliers (et même chez les membres des instituts à vœux simples), et surtout ne pousse pas les supérieurs à recruter de riches sujets dépourvus de toute vocation. De son côté, la société s’est vite émue de la multiplication des couvents, notamment de femmes, de leur succès susceptible d’entraîner une réduction de la masse des patrimoines et une extension des biens de mainmorte ; de là une vigoureuse action des magistrats qui a précédé des mesures législatives de la part de l’État pour limiter ces dots, aussi bien en France que dans des pays voisins comme la Savoie.

  • 1 À ce titre, cette communication s’insère dans le cadre de notre thèse de doctorat d’État : « Réguli (...)

3Dans un deuxième temps notre communication s’efforcera d’analyser ces dots, leur montant, leurs variations, leur inégalité d’un couvent à l’autre, d’une ville à l’autre, et de rechercher la signification de ces phénomènes. Seront également envisagées la négociation, la conclusion du contrat, la composition de ces aumônes, d’autant que ce sont des éléments révélateurs des rapports entre les monastères et la société ambiante1.

4Enfin nous nous demanderons ce que représente cet apport pour les abbayes, couvents et monastères, comment il est employé, sans oublier les difficultés éventuelles de paiement de la part de quelques familles qui peuvent aboutir, après de longs, coûteux et stériles procès, à ruiner tout espoir des maisons religieuses d’obtenir les sommes promises et à les charger d’un sujet supplémentaire.

  • 2 Voir les fines analyses de Moheau, Recherches et considérations sur la population de la France, Par (...)
  • 3 La seule étude d’ensemble date et reste étroitement juridique : C. Loysel, Des aumônes dotales ou d (...)

5Ajoutons que ces questions qui nous paraissent témoigner de l’importance du problème chez les réguliers, dont le nombre excéda souvent celui de séculiers2, n’ont pas assez retenu l’attention des chercheurs3 qui ont trop négligé cette période de l’histoire des ordres religieux, notamment ses aspects matériels.

I – Les recommandations de l’Église et les prescriptions de l’État

  • 4 Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 3e éd., Lyon, 1776, (...)
  • 5 A. Michel, Les décrets du concile de Trente, Paris, 1938, p. 601-607.

6Dès le second concile de Nicée en 789, l’Église avait autorisé les donations en faveur des monastères, tout en interdisant à ceux-ci de les exiger comme un prix de l’entrée en religion, ce qui serait une pratique simoniaque. En 1215, le concile de Latran confirma ces dispositions4, reprises par le concile de Trente lors de sa XXVe session dans le Décret sur les réguliers et les moniales qui invita ces pieuses maisons à fixer le nombre de leurs occupants en fonction de leurs ressources et à ne rien accepter des novices ou de leur famille avant leur profession afin de préserver la liberté absolue de celle-ci. Tout au plus pouvait-on percevoir de quoi assurer « leur nourriture et leur vêtement pendant le temps du noviciat » (canon XVI). En revanche, sauf dans certaines observances franciscaines, en particulier chez les capucins, les monastères eurent tous la permission de posséder des biens-fonds et de recevoir des dons pour les aider à assurer la subsistance de leurs membres qui, eux, n’ont rien en propre5.

7Bien entendu, l’application des principes conciliaires connaît quelques variations d’un ordre à l’autre en fonction de la finalité de chacun, des conseils laissés par son fondateur, ou des constitutions qui le régissent. Ainsi les directives de saint François de Sales aux visitandines souhaitent concilier l’esprit de pauvreté et les nécessités de la vie des communautés :

  • 6 Saint François de Sales, « Constitution V. De la pauvreté » dans Œuvres complètes, Annecy, 1892-193 (...)

« On ne prendra… pour la réception des filles… que ce qui sera requis pour conserver et maintenir bonnement la juste suffisance du monastère6. »

8Dans les règles destinées aux Filles de la Sagesse, le Père de Montfort, en 1715, indique simplement :

  • 7 Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, Œuvres complètes, Paris, 1966, p. 732.

« On n’exige d’elles aucune somme d’argent ni aucune pension ; mais si elles apportent quelque argent, il est reçu comme une aumône, qui est mise dans la bourse commune et qui sert à l’entretien de toute la communauté7. »

  • 8 A.D. Yonne, G 1643. Ultérieurement, une ordonnance après visite de l’évêque d’Auxerre, André Colber (...)
  • 9 J.-F. Soulet, Traditions et réformes religieuses dans les Pyrénées centrales au xviie siècle, Pau, (...)
  • 10 A. Guerrier, « De la Réforme cistercienne à la congrégation moderne : le cas des Bernardines au xvi (...)

9Cependant les difficultés initiales ou passagères conduisirent certaines congrégations à exiger des dots, ainsi les ursulines de Gien dans leurs constitutions de 1629 : « Ne pourra aucune fille et sœur être reçue à profession qu’elle ne donne à la maison la somme de 2 400 livres8 », ou celles de Tarbes, par délibération capitulaire du 23 avril 1679, qui en fixèrent le montant à 2 300 livres9. Des considérations analogues sur « la grande incommodité » du temporel et la « grande quantité » de réceptions gratuites avaient déterminé les bernardines de Marseille, en 1646, à demander 900 écus, puis 1 500 en 1676, sauf pour les filles dont le talent serait reconnu « très excellent10 ».

10Plus que ces exigences relativement modestes, le secret des négociations entre les familles et les couvents, et surtout la multiplication des monastères au début du xviie siècle suscitèrent de vives inquiétudes. Partout, jusque dans les petites villes, de nouveaux cloîtres s’édifiaient. On voyait s’établir les capucins, les récollets, les minimes, les jésuites… Les couvents de femmes, très rares auparavant, semblaient s’ouvrir avec une soudaineté qui frappait les contemporains. Les seules ursulines bâtissaient 240 maisons à travers la France entre 1604 et 1662. Une partie de la société se préoccupa tout naturellement des sommes absorbées par ce mouvement d’extension accélérée des réguliers. Or cet argent allait se trouver, pensait-on, stérilisé par la mainmorte et, de ce fait, détourné de la masse des héritages.

  • 11 C. Loysel, op. cit., p. 64 et surtout Guy du Rousseaud de La Combe, Recueil de jurisprudence canoni (...)

11Dans ces conditions, la législation civile paraissait insuffisante. Certes l’article XXVIII de l’ordonnance de Blois de 1579 interdisait aux postulants à la vie religieuse de disposer de leurs biens en faveur des couvents et s’efforçait d’assurer leur transmission au sein de leur famille, sans clairement exclure toute aumône dotale au profit du couvent qui les recevrait11.

12Nobles et bourgeois s’en alarmèrent. Quelques cahiers de la noblesse pour les états généraux convoqués en 1649 et, en 1651 expriment parfaitement leurs sentiments et réclament l’intervention législative du souverain. Voyez les doléances de la noblesse du Beaujolais en 1649 :

  • 12 J.-P. Gutton, « Le cahier de doléances de la noblesse du Beaujolais aux États généraux de 1649 », R (...)

« II y a pourtant un abus qui a besoin sy semble d’être corrigé, c’est qu’en la quantité des couvents qui se fondent tous les jours en votre royaume, les filles qui s’y mettent au lieu de n’avoir de leurs maisons que des pensions viagères et réversibles, elles emportent des dots qui n’y reviennent plus… Plaise donc Sire à V. M. ordonner que dorénavant on se contentera auxdits couvents comme on faisait anciennement de pensions viagères et réversibles à nos familles12. »

13Les articles 17, 19 et 20 du cahier de la noblesse du bailliage de Troyes en 1651 sont encore plus nets :

  • 13 R. Mousnier, J.-P. Labatut, Y. Durand, Problèmes de stratification sociale. Deux cahiers de la nobl (...)

« Que les religieuses des monastères et couvents qui seront fondés seront tenues de recevoir des filles pour être religieuses… sans prendre aucune dot…, sauf une médiocre pension viagère… Et pour le regard des nouveaux monastères… qui ne sont fondés, sera s’il plaît à Sa Majesté fait règlement de ce qu’elles pourront prendre et ce qu’il leur sera donné médiocrement pour la dot d’une fille religieuse… Sera remontré à Sadite Majesté que s’il n’est pourvu promptement pour telle chose, que les religieux et religieuses tireront à leurs couvents la plus grande partie de l’argent et des immeubles de ce royaume13. »

  • 14 G. du Rousseaud de La Combe, op. cit., I, p. 250.
  • 15 Mère Marie de Chantal-Gueudré, Histoire de l’ordre des ursulines en France, Paris, 1958, t. 1, p. 9 (...)
  • 16 J. B. Denisart, Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence actuel (...)

14Crainte sûrement excessive, puisqu’à cette date, à défaut d’une loi générale, les parlements, toujours soucieux des intérêts des familles, avaient déjà rendu plusieurs arrêts pour combattre l’éventuel enrichissement des communautés religieuses. En 1626, celui de Dijon avait limité les dots d’un couvent de Chalon-sur-Saône à 3 000 livres ou au quart des biens dont les filles disposaient. En Bourgogne, cette décision fit jurisprudence : en 1627, la cour n’autorisa une postulante chez les ursulines de Saulieu qu’à leur donner 500 livres, soit le quart de ses biens14. Le parlement de Paris en 1632 alla plus loin et interdit aux ursulines du faubourg Saint-Jacques comme « à toute autre supérieure de couvents de filles de prendre... aucune somme de deniers d’entrée pour la réception ou profession » d’une religieuse, mais seulement une pension viagère d’un montant maximum de 500 livres. Si l’assemblée du clergé parvint en 1636 à faire casser cet arrêt15, la cour récidiva en 1659 lors de l’affaire d’Anne d’Argis contre les religieuses de sainte Véronique à Blois, puis, sans grand succès, par un nouvel arrêt, le 4 avril 166716.

  • 17 A.D. Côte-d’Or, H 1094.
  • 18 A. Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme (1598-1668), Dunkerque, 1984, p. 117-119.

15D’un autre côté, les autorités locales estimèrent parfois ces dots indispensables pour éviter que les nouveaux monastères, notamment ceux, qui paraissaient les plus bénéfiques à la cité, ne soient réduits à la mendicité et ne tombent tôt ou tard à leur charge, d’où l’accord de la ville de Dijon au moment de l’établissement des ursulines en 1608 pour réclamer une dot minimale de 1 200 livres17 ou, plus généralement, à l’extérieur du royaume, l’attitude du Magistrat lillois18.

  • 19 P. Blet, Le clergé de France et la monarchie, Rome, 1959, t. II, p. 327-329.
  • 20 Texte de l’édit dans G. Du Rousseaud de La Combe, op. cit., III, p. 135-136. L’édit d’août 1749 se (...)

16Ces influences contradictoires jointes à la faible utilité des couvents aux yeux de Colbert et de Louis XIV, persuadés que le nombre des réguliers était trop élevé, déterminèrent la politique royale qui sut néanmoins prendre en compte les résistances du clergé manifestées lors de l’assemblée de 1665-166619. Un premier édit, en décembre 1666, interdit la création de nouvelles communautés religieuses sans autorisation expresse donnée par lettres patentes après avis des diverses autorités concernées. En outre les maisons fondées depuis moins de trente ans durent immédiatement présenter devant les juges royaux les lettres en vertu desquelles elles avaient été établies. À défaut leur fermeture était envisagée20.

  • 21 Ibid., III, p. 180-181. L’amélioration des rapports entre l’Église et Louis XIV en 1693 explique en (...)

17Les dots elles-mêmes furent réglementées par la déclaration royale du 28 avril 1693, enregistrée au parlement de Paris le 7 mai. Elles devaient obligatoirement faire l’objet d’un contrat passé par devant notaire et ne pas excéder 8 00 livres à Paris et dans les villes où siégeait un parlement, 6 000 livres ailleurs. Elles pouvaient en toute liberté être composées avec de l’argent ou des immeubles, des rentes ou des terres. Les familles avaient également la faculté, à la place de la dot, de fournir une pension viagère dont le montant maximum était fixé, selon les mêmes distinctions de lieux, respectivement à 500 et 350 livres. Un supplément unique de 200 ou de 120 livres était autorisé pour les frais de meubles, habits et autres nécessités au moment de l’entrée en religion. Notons que ce texte ne s’appliquait qu’aux monastères de carmélites, de visitandines, d’ursulines et autres, « non fondées » et établies depuis 1600 en vertu de lettres patentes. Cependant une procédure faisant intervenir l’évêque permettait aux autres monastères, et même aux abbayes ou prieurés ayant des revenus résultant d’une fondation mais qui s’estimeraient incapables d’entretenir leurs nouvelles religieuses, de recevoir les dots ou pensions viagères déjà mentionnées. Avec habileté et souplesse, la déclaration de 1693 pouvait sans doute satisfaire les familles et les couvents21.

  • 22 Voyez l’arrêt du parlement de Paris du 13 février 1716.

18De fait, elle n’apaisa pas complètement les inquiétudes des possédants et les parlements l’interprétèrent de la façon la plus restrictive22. Montesquieu, excellent représentant de cette société, s’en fait encore l’écho dans L’esprit des lois, où il souhaite limiter les biens de l’Église :

  • 23 Montesquieu, Œuvres complètes, éd. Caillois, Paris, 1973, t. II, p. 740-741. Voir aussi : P. Barrie (...)

« Les familles particulières peuvent périr : ainsi les biens n’y ont pas une destination perpétuelle. Le clergé est une famille qui ne peut pas périr : les biens y sont donc attachés pour toujours et n’en peuvent pas sortir. Les familles particulières peuvent s’augmenter : il faut donc que leurs biens puissent croître aussi. Le clergé est une famille qui ne doit point s’augmenter : les biens doivent donc y être bornés23. »

19Des personnages de moindre renommée, tel le conseiller au présidial de Langres Jean-Claude Gousselin (1692-1734), partagent pleinement cette opinion comme l’atteste un passage de ses Mémoires demeurés inédits :

  • 24 Bib. diocésaine de Langres, ms 93, I, fol. 224 v°. Sur Gousselin : Georges Viard, « À l’aube des Lu (...)

« Il est de l’utilité et du bien public en général d’empêcher les vues immodérées d’agrandissement qu’ont tous les moines24. »

  • 25 P. Barriere, op. cit., p. 6-7 et Philippe Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xv (...)
  • 26 D. Dinet, Vocation et Fidélité. Le recrutement des réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres e (...)

20N’oublions pas cependant que Gousselin et Montesquieu appartiennent à des familles qui ont donné beaucoup d’enfants à l’Église. Le baron de La Brède eut, du seul côté paternel, deux tantes religieuses, un oncle chanoine, un oncle jésuite et un autre chevalier de Malte. Son frère Joseph fut abbé commendataire et doyen de Saint-Seurin, tandis que sa sœur Thérèse prononça des vœux perpétuels25. Jean-Claude Gousselin est issu d’une famille tout aussi fertile en vocations religieuses et sacerdotales, fort liée par le sang et les alliances à ce milieu dévot langrois que j’ai cherché à mettre en valeur26.

  • 27 P. Chevallier, Loménie de Brienne et l’ordre monastique (1766-1789), Paris, 1959, t. 1, p. 320-331.
  • 28 Durand de Maillane, op. cit., t. IV, p. 81. Signe des temps, les cahiers de doléances pour les état (...)

21La persistance de cet état d’esprit, le redoublement des attaques contre les « moines inutiles » de la part des « philosophes » du xviiie siècle aboutirent aux dispositions de l’édit de 1773, inspirées par la Commission des Réguliers animée par Loménie de Brienne27. Celles-ci, moins favorables aux religieux que ne l’était la déclaration de 1693 pour les religieuses, limitaient d’abord la pension durant le noviciat à 500 livres par an. Surtout l’article quatre interdisait strictement d’exiger ou de recevoir aucune somme en vue de la vêture ou de la profession. Tout au plus, l’article cinq admettait le versement d’une pension viagère d’un montant maximum annuel de 400 livres28.

  • 29 R. Devos, Vie religieuse féminine et société. Les Visitandines d’Annecy aux xviie et xviiie siècles (...)

22Constatons pour en finir avec ce thème que les problèmes se posèrent de façon similaire dans les États voisins de la France. Par exemple, on retrouve les mêmes craintes des familles, les mêmes arguments et, à la suite, une législation très proche en Savoie. Dès 1685, le Sénat fixe les dots des religieuses à 5000 florins, décision renouvelée en 1687. Un édit plus général et plus contraignant fut pris par Victor-Amédée II le 3 mai 1702. Les religieux pouvaient accepter pour l’entrée en religion 1000 florins plus une pension viagère variant selon les cas de 50 à 200 florins et les religieuses avaient droit à une dot limitée à 4000 florins à Chambéry, à 3000 florins ailleurs, frais de noviciat, vêture, profession et ameublement compris. Enfin en 1773, cette valeur était relevée pour les religieuses tandis que les hommes étaient autorisés à apporter au monastère un tiers de leurs biens meubles pourvu qu’il n’excède pas 1 200 livres29.

23Sous la pression des familles, l’État a donc, dès le xviie siècle, cherché à contrôler et à limiter les apports des nouveaux profès lors de leur entrée en religion. Cependant s’il est indispensable de connaître la législation et son évolution, les conditions de son élaboration, il est tout aussi nécessaire, à partir des cas concrets, d’apprécier son application. Il nous faut donc maintenant examiner les dots et leur montant au cours de ces deux siècles.

II – Les dots et leur montant

  • 30 Ce phénomène me paraît avoir été beaucoup plus fréquent pour les religieux mais la rareté et le sil (...)
  • 31 Marie de l’Enfant-jésus, Carmélites d’hier et d’aujourd’hui, Paris-Colmar, 1967, p. 190 ; M.-A. Jeg (...)
  • 32 D’après « l’abrégé de ses vertus » inséré dans le Livre du couvent : A.D. Yonne, H 1834, p. 283.
  • 33 A.D. Yonne, H 1801 et 2 E 24 (1er registre).

24Au préalable reconnaissons que des religieuses furent admises sans dot30, ainsi chez les bernardines de Marseille, chez les carmélites de Franche-Comté, chez les ursulines du faubourg Saint-Jacques à Paris grâce à la fondation de Mme de Sainte-Beuve31 ou encore à la Visitation d’Auxerre, où Thérèse-Marie Langlois fut reçue en 1683, à condition de servir la communauté comme sœur domestique32. Dans la même ville, au xviiie siècle, les filles séculières de l’Union Chrétienne, malgré leurs faibles ressources, se montrèrent plus généreuses : elles admirent par charité, en 1769-1770, Hyacinthe et Ursule Mullot sans dot, ni pension. Même, elles achetèrent les maigres biens de leur père pour lui assurer son pain33 !

  • 34 A.D. Yonne, H 1834, p. 313. Même chose avec Marie-Nicole Briois de la Visitation de Dijon, morte en (...)
  • 35 A.D. Yonne, H 1801.

25Néanmoins dans la grande majorité des cas, l’entrée en religion s’accompagne d’une négociation entre les familles et les couvents pour aboutir à un contrat notarié. L’accord n’est pas toujours aisé à obtenir, comme en témoignent différentes sources. Si l’Abrégé des vertus d’Edmée-Marie Robert, décédée à la Visitation d’Auxerre en 1718, se contente de mentionner avec discrétion que son père « fit des difficultés pour son temporel34 », les pièces concernant la réception de Catherine Boullé chez les séculières de l’Union Chrétienne de cette ville attestent l’incapacité des sœurs à se procurer la somme souhaitée. La famille, ne voulant pas aller au-delà de 1 200 livres, resta fermement sur ses positions et fit valoir « la rareté des sujets » qui postulaient alors, si bien que l’affaire traîna pendant plus de trois ans. Finalement, la communauté céda et Catherine put prononcer ses vœux en novembre 177835.

  • 36 A.D. Côte-d’Or, 85 H, registres capitulaires, I, p. 20 et 214 ; II, p. 19. Précisons que ce médecin (...)

26D’autres couvents modérèrent leurs demandes en tenant compte des qualités particulières des futures recrues. Les délibérations capitulaires des dominicaines de Dijon nous apprennent l’admission en 1646 d’une sœur converse qui n’amène que 800 livres mais a des talents pour la confection des chaussures des religieuses. De même en 1662, Catherine Roy, avec seulement 2 000 livres, « est reçue en considération qu’elle sait fort bien toucher l’orgue ». En 1681, Rosé-Catherine Rapin est acceptée avec une dot de 1 500 livres parce qu’elle est la fille du médecin des sœurs. Les services rendus, la reconnaissance des soins prodigués ne sont pas oubliés36.

  • 37 Archives Annonciades de Langres, « Livre du chapitre (1674-1734) », 21 août 1706.
  • 38 A.D. Côte-d’Or, 108 H, 3e registre capitulaire (1713-1725), 24 août 1713.
  • 39 A. N., G9, 131, dossier 8, lettre du 4 mars 1728. Cet avocat général d’origine dijonnaise défraya l (...)
  • 40 Vérification d’après A.D. Côte-d’Or, 85 H, registre des professions (1614-1761).

27Mais certaines discussions échouent : en 1706, les annonciades de Langres renvoient la fille d’un parfumeur de Dijon qui ne consent à donner que 2 000 livres pour sa dot, proposition jugée très insuffisante37. À son tour, en 1713, le chapitre de Notre-Dame du Refuge à Dijon refuse une postulante dont la dot n’atteint que 4 000 livres et non les 5 000 réclamées par la communauté38. Quelques intermédiaires entre les monastères et les familles ne réussissent pas mieux. Le vicaire général Gagne à Dijon, en 1728, ne se fait guère d’illusions sur les novices qu’il place chez les dominicaines de la ville dont les difficultés sont connues de tous. « Je fais les dots sur le casuel de la Providence, ce qui est un grand ouvrage », écrit-il avec humour. « L’une de ces novices est une Caillet, fille de Bénigne-Joseph, avocat général [au parlement] de Besançon. Le sujet est excellent, une vocation admirable, mais [n’a] d’autre bien que la confiance que j’ai en Dieu39. » Il voyait juste : elle ne fit jamais profession dans ce couvent40.

  • 41 A.D. Côte-d’Or, H 1117. Indications sur les conditions encore plus onéreuses d’entrée chez les chan (...)

28Heureusement, dans la plupart des cas, les conversations préliminaires menées pendant le temps de la postulante permettent de s’entendre et de conclure un ou plusieurs actes notariés, selon les habitudes de chaque communauté. Chez les ursulines de Châtillon-sur-Seine, un traité est signé à la veille de la vêture, le contrat définitif ne l’étant qu’à la veille de la profession. Ainsi le 1er décembre 1758, Didier Etienne verse pour l’entrée de sa fille au noviciat : 15 livres pour le « présent d’église », 21 livres de « cierges et luminaire », 100 livres pour les « festins » suivant les cérémonies, 40 livres pour frais divers, 150 livres pour « frais funéraires » éventuels (si la novice meurt avant de prononcer ses vœux), 300 livres de pension alimentaire par année de noviciat, plus son trousseau et ses meubles dont chaque pièce est énumérée (6 paires de draps, 2 douzaines de chemises…). Lors de sa profession en octobre 1760, le père fournit 3000 livres pour sa dot et ajoute encore le 1er mai 1761 une pension viagère de 30 livres par an41.

  • 42 A.D. Haute-Saône, H 957. Plusieurs cas analogues chez les augustines de l’Hôtel-Dieu de Blois : M.- (...)
  • 43 A.D. Vienne, 2 H 5, I. 77 cité par Jacques Marcadé, « Les filles de Notre-Dame à Poitiers au xviiie(...)
  • 44 A.D. Côte-d’Or, 85 H, 2e registre capitulaire, p. 162.

29Naturellement le détail de ces contrats varie à l’infini. Le paiement de la somme principale est parfois fractionné entre plusieurs échéances, ainsi pour Anne Roidet qui s’engage chez les annonciades de Champlitte en 1663. Les parents règlent comptant 300 F en monnaie du comté de Bourgogne, promettent 1 350 F à la veille de sa profession et un solde identique un an plus tard, « en argent ou contrats de rente42 ». En période de difficultés monétaires, les communautés préfèrent du numéraire, plus sûr pour elles ! C’est pourquoi le 4 mars 1720, les filles de Notre-Dame à Poitiers font stipuler dans le contrat de Marguerite Richard que ses 3 000 l. de dot seront versées en espèces43. Le 1er mars 1721, les dominicaines de Dijon, fortement ébranlées par l’effondrement du système de Law, accordent deux ans de délai à la famille d’une novice, « à condition que sa dot de 4 000 l. soit payée en monnaie et non en billets44 ».

  • 45 A.D. Yonne, H 2187 ; A.D. Aube, D 128. Coussegrey est situé à 13 km au nord de Tonnerre. Autres exe (...)
  • 46 M.-T. Notter, Les ordres religieux féminins blésois. Leurs rapports avec la société. 1580-1670, thè (...)

30En de nombreuses occasions, plus fréquentes au xviie qu’au xviiie siècle semble-t-il, la dot est composée partiellement en terres ou en immeubles, en rentes, accessoirement en argent. Tel est le cas avec les ursulines Claude Duhamel à Noyers en 1653 et Louise Dodun à Tonnerre en 1688. La première apporte une maison à Paris, la seconde quelques champs à Coussegrey45. Tout dépend finalement des possibilités des familles et des besoins conjoncturels des monastères, même si le numéraire ou les rentes sont d’un emploi plus facile, d’où la préférence des couvents de Blois pour ce type d’apport46.

  • 47 A.D. Nièvre, 3 E 4, 22, acte du 14 février 1632. La prononciation des vœux entraînant la mort civil (...)
  • 48 A.D. Côte-d’Or, H 932, contrat du 29 mai 1711.
  • 49 R. Devos, op. cit., p. 204.

31En échange de la pension ou de la dot qui leur est consentie, les novices, par testament ou par un acte particulier, renoncent à toute succession et abandonnent leurs biens ou leur part d’héritage au profit de leur famille qui est donc moins dépouillée que certains ne le prétendent. Marguerite de La Souche, bénédictine à La Charité-sur-Loire en 163247, François Pasquier, dominicain à Dijon en 171148, Gabrielle Famel à la Visitation d’Annecy en 172749 agissent ainsi…

  • 50 A.D. Haute-Marne, 49 H 3.
  • 51 Bib. Société historique et archéologique de Langres, ms 39, p. 65.
  • 52 A.D. Aube, D 128 où plusieurs pièces concernent sa dot (1661-1663) qui dédommage cette maison de l’ (...)

32Rappelons enfin que le montant de la dot détermine généralement le statut à l’intérieur de la clôture. En 1680, chez les ursulines de Chaumont sont reçues à quelques mois d’écart Anne Berthelier et Françoise Gautherot, l’une comme religieuse de chœur, l’autre comme sœur converse. La première, fille d’un receveur des tailles, amène 2 500 l. tandis que la seconde, dont le père est cordonnier, ne peut offrir que 300 l. et son trousseau50. En revanche, malgré une dot convenable, Marie Péronne ne voulut jamais quitter son emploi de sœur domestique à la Visitation de Langres où elle mourut en 168651. Cependant le paiement d’une somme exceptionnelle confère de véritables privilèges : 12 300 l. plus une pension viagère de 200 l., en 1662, valent à Anne-Françoise Baillot la « première place » parmi les ursulines de Tonnerre et une chambre particulière meublée et tapissée aux frais de ses parents. À l’époque, les dots culminent à 3 000 l. dans cette maison qui accorde aussi une atténuation des rigueurs de l’observance à cette religieuse de santé délicate52.

33L’évolution de la valeur des dots aux xviie et xviiie siècles ne manque pas d’intérêt, même s’il ne faut jamais oublier que ces sommes, fruits d’une négociation cas par cas, ne s’alignent pas forcément sur une sorte de tarif. En outre, elles diffèrent sensiblement d’une localité à l’autre et, à l’intérieur d’une ville abritant plusieurs communautés, d’une maison religieuse à l’autre.

34L’examen sériel des dots demeure délicat. De trop nombreux contrats ont disparu. La recherche dans les minutes notariales est longue. Par bonheur, certaines communautés, assez rares il est vrai, à travers leurs délibérations capitulaires et surtout en conservant dans leurs archives une expédition de la plupart de ces actes, dont elles pouvaient avoir besoin en cas de contestation ultérieure ou d’inobservation de telle ou telle clause, nous ont laissé des sources plus rapides à exploiter. Afin de nous rapprocher le plus possible de la somme réellement versée par les familles au moment d’une entrée en religion, nous avons indiqué un montant global comprenant la dot, les frais de vêture et de profession, la pension de noviciat, mais non les pensions viagères payées ultérieurement.

  • 53 R. Devos, op. cit., p. 206-209.
  • 54 Sources : ursulines, Châtillon : A.D. Côte-d’Or, H 1117-1118, Chaumont : A.D. Haute-Marne, 49 H 3, (...)

35Cependant, en raison de multiples lacunes et donc d’une faible représentativité des données à telle ou telle époque, nous ne pouvons fournir aucune courbe de la moyenne des dots sur deux siècles pour un établissement, mais seulement des fragments de plus ou moins longue durée. À quelques exceptions près dont les deux couvents de la Visitation à Annecy53, ce médiocre résultat paraît général. Pour les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon, sur lesquels nous travaillons principalement, nous avons regroupé les moyennes des dots par décennie pour les religieuses de chœur de sept communautés54.

  • 55 La « réforme » menée chez les bénédictines et les augustines permet de les assimiler à de nouvelles (...)
  • 56 D. Dinet, Vocation et Fidélité…, p. 233-235.
  • 57 M. C. Dinet-Lecomte, op. cit., p. 164-167.
  • 58 J. Marcadé, op. cit., p. 81-82.
  • 59 En revanche on note une baisse des dots des bénédictines d’Ardres au xviiie siècle : A. Playoust-Ch (...)

36Il en ressort presque toujours une élévation assez sensible de la moyenne jusque vers 1650-1670, époque où ces nouvelles maisons sont désormais bien enracinées55, puis une baisse de ces dots dans la seconde moitié du siècle, comme à Annecy, phénomène qu’il faut certainement mettre en rapport avec la pléthore des effectifs constatés alors56, ce qui permet à ces établissements d’abaisser leurs exigences malgré la conjoncture. La plus grande stabilité à l’Hôtel-Dieu d’Auxerre tient à la médiocrité de ces dots, nettement inférieures à celles prévues par le règlement de 1645 (1 800 l.) ou à celles observées à l’Hôtel-Dieu de Blois57. En revanche leur baisse au xviiie siècle se remarque aussi bien à Blois qu’à Auxerre pour ce type d’observance, car pour les autres (visitandines d’Annecy, filles de Notre-Dame à Poitiers58, ursulines de Châtillon-sur-Seine…) les dots paraissent plus stables et même parfois se relever légèrement, sauf à la fin du siècle où ces maisons s’ouvrent à des couches sociales plus modestes59. On constate également de moindres écarts par rapport à la moyenne, comme si au fil des temps un véritable tarif, propre à chaque maison, se mettait lentement en place. Ce phénomène se manifeste plus précocement pour les sœurs converses reçues avec des dots toujours plus modestes, généralement comprises entre 300 et 800 l., quel que soit le lieu considéré.

  • 60 R. Devos, op. cit., p. 220 ; M. A. Jegou, op. cit., p. 103 ; Jean-Baptiste Eriau, L’ancien Carmel d (...)
  • 61 A.D. Côte-d’Or, 73 H, registre du chapitre (exemples en 1701, 1711…).
  • 62 M. T. Notter, op. cit., p. 313-346 ; R. Sauzet, Contre-Réforme et réforme catholique en Bas-Langued (...)
  • 63 4 000 l. est une belle dot en 1750 chez les carmélites : Alype-Jean Noirot, Le Carmel de Sens, 1625 (...)
  • 64 4 000 1. est le maximum chez les ursulines vers 1700-1705 : A.D. Yonne, G 195.
  • 65 Archives Ursulines de Jésus, registres 2 et 4 (p. 18-19 : Anne Letexier). Voir aussi : D. Dinet, «  (...)

37À l’inverse, le montant des dots des religieuses de chœur varie selon l’importance des villes où les communautés sont établies. À cet égard la déclaration de 1693 entérine d’abord un état de fait. Le niveau le plus élevé est atteint à Paris où des dots supérieures à 10 000 l. sont fréquentes au xviie siècle (ainsi à la Visitation de la rue Saint-Antoine, chez les ursulines ou les carmélites du faubourg Saint-Jacques)60 et sans doute après 1693, quelques maisons connaissant fort bien l’art de tourner les règlements. Dans les grandes villes de province, aussi bien dans les cités marchandes comme Lyon que dans les localités où siège un parlement, les dots, moins considérables, restent très honorables. Au début du xviiie siècle, un minimum de 6 000 l. semble nécessaire pour entrer chez les bénédictines de Dijon61. En revanche, au xviie et au début du xviiie siècle, entre 3 000 et 4 000 l. constituent des sommes suffisantes pour les meilleurs couvents de Blois, de Nîmes62, d’Auxerre, de Chaumont, de Sens63, de Melun64… Dans les villes les plus petites, – Noyers (en Bourgogne) en est un bon exemple –, et dans les instituts à vœux simples, plus récents et moins prestigieux, les dots dépassent très rarement 2 000 à 2 500 l. Aucune n’atteint cette valeur chez les filles de l’Union Chrétienne d’Auxerre et dans la nouvelle congrégation des ursulines de Mussy-l’Evêque, longtemps mal assurée sur son avenir, avant la dot exceptionnelle d’Anne Letexier en 1773 (près de 5 000 l., tout compris, plus une pension de 100 l. annuelles). La majorité des apports fait songer à celui des sœurs converses des autres communautés65.

  • 66 D’après divers états ou rapports fournis à la Commission des Secours en 1728-1730 : A. N., G9, 131, (...)
  • 67 M. T. Notter, op. cit., p. 313-346 ; M. C. Dinet-Lecomte, op. cit., p. 155-167.
  • 68 A. Lottin, op. cit., p. 137-139. Les 6 000 florins sont jugés excessifs et suscitent des plaintes.

38À l’intérieur d’une ville, une hiérarchie des dots se remarque aisément, calquée sur la considération portée à chaque maison religieuse. À Dijon, les cisterciennes ou les bénédictines, héritières des vieilles abbayes médiévales de Tart et de Rougemont, obtiennent les meilleures dots qui dépassent parfois le maximum autorisé depuis 1693. Au début du xviiie siècle, les ursulines, les contemplatives de la Visitation et du Carmel parviennent à recevoir au moins 5 000 l. Les dominicaines, dont la réputation est ternie par de graves difficultés financières et des procès inconsidérés, les sœurs de Notre-Dame du Refuge, tout en s’efforçant de n’accueillir que des débauchées volontairement repenties et soucieuses de leur salut, doivent peu à peu abaisser leurs exigences nettement en dessous de 5 000 l.66. À Auxerre, les dots des religieuses cloîtrées (bénédictines, ursulines, visitandines…) l’emportent sur celles des filles séculières de l’Union Chrétienne et surtout sur celle des « humbles servantes des pauvres » de l’Hôtel-Dieu. La situation est identique à Blois, où les carmélites et les véroniques, à un degré moindre, les ursulines et les visitandines ont des dots supérieures à celles des augustines de l’Hôtel-Dieu67. À Lille, au milieu du xviie siècle, les contemplatives comme les capucines réclament jusqu’à 6 000 florins et les ursulines, au moins 3 000. Les autres sœurs se contentent de moins68

  • 69 A. N., G 9, 77, dossier 9 (mémoire anonyme, vers 1780).

39Néanmoins en période de conjoncture délicate et de crise des vocations traditionnelles cette concurrence entre les communautés a des effets fâcheux que l’on déplore vivement à la Commission des Secours où l’on estime au xviiie siècle « que les pensions et les dots sont pour ainsi dire mises au rabais69 ». Les années précédant la Révolution illustrent assez bien cette appréciation.

  • 70 Même constat de Laure Beaumont-Maillet, Le grand couvent des cordeliers de Paris, Paris, 1975, p. 1 (...)
  • 71 A.D. Côte-d’Or, 8 H 48. Donc nettement avant l’introduction de la réforme de Saint-Maur dans cette (...)
  • 72 A.D. Aube, 3 H 292. L’importance de certaines évoque autre chose qu’une pension de noviciat !
  • 73 A.D. Côte-d’Or, 11 H 35. Contrat passé à Pontoise le 8 mai 1675. Ce fils prit l’habit le 6 juillet (...)
  • 74 A.D. Haute-Marne, 8 H 80, pièce 40. En fait il mourut avant de prononcer ses vœux et les moines dur (...)
  • 75 A.D. Yonne, H 1568, actes de 1747 et 1752.
  • 76 A.D. Haute-Marne, G 1163, pièce 10. Affaire Barbin de Broyes analysée dans D. Dinet, Vocation et Fi (...)

40En revanche, nous devons souligner la médiocrité de notre information du côté des communautés masculines dont les archives, même les livres de comptabilité, sont souvent d’une étonnante discrétion en la matière70. Certes, quelques pensions pour le noviciat ont été décelées : une de 60 l. chez les bénédictins de Moutier-Saint-Jean en 160871, une série variant de 50 à 800 l. pour 21 novices à l’abbaye de Clairvaux en 167272. Mieux, de rares contrats d’entrée en religion ont été retrouvés pour les cisterciens. L’un en 1675 contient l’engagement de Nicolas Dazenne à verser 1 200 l. pour la profession de son fils à Cîteaux73. Un autre, passé à Paris en 1702 par l’abbé de Morimond et Marie-Geneviève Braulard pour son fils Pierre-Alexandre Lallier, prévoyait la profession de celui-ci comme religieux de chœur à Morimond contre 300 l. par année de noviciat et 1 500 l. pour « frais d’études et autres à l’occasion de sa profession » payées immédiatement74. Vers 1750, deux actes capitulaires des moines de Reigny, au diocèse d’Auxerre, nous précisent que deux novices de Cîteaux sont autorisés à devenir « profès » de l’abbaye de Reigny contre des versements de 2 400 l. pour l’un, de 2 000 l. pour l’autre, payables au plus tard la veille de la profession. Les frais de noviciat, de cérémonies, de déplacement, sont en sus, de même ceux occasionnés par la poursuite éventuelle de leurs études à Paris75. Enfin c’est au hasard d’une requête devant l’officialité de Langres contre des vœux forcés en 1748 que nous avons découvert les 5 500 l. reçues par le prieur de l’abbaye de Longuay pour cette profession « à condition que la famille ne pourrait rien retirer en cas de réclamation76 ».

  • 77 A.D. Côte-d’Or, H 928.
  • 78 A.D. Côte-d’Or, H 913.
  • 79 A.D. Côte-d’Or, H 932.

41Certains ordres mendiants ont conservé davantage de pièces sur les dons fournis aux nouveaux profès. Ainsi en 1663, les cordeliers de Châtillon-sur-Seine reçoivent-ils 500 l. pour accueillir le fils d’un marchand de Dijon. En 1692, le total des sommes octroyées par la mère de Bernard de Versy atteint 2 750 l., plus une pension viagère de 20 l.77. À Dijon, les traités conclus entre les cordeliers et les familles dans la seconde moitié du xviiie siècle révèlent des versements compris entre 500 et 2 100 l. pour « frais de noviciat, vêture et profession78 ». Les dominicains ne parlent que de « pensions ». Néanmoins l’arrangement négocié avec Pierre Gourdan en 1754, malgré un échelonnement sur cinq ans, aboutit à une dot de 2 000 l., sans compter une pension ultérieure de 150 l. annuelles79.

  • 80 J.-D. Levesque, Les frères prêcheurs de Lyon. Notre-Dame de Confort, 1218-1789, Lyon, 1978, p. 284.
  • 81 J. Mauzaize, Le rôle et l’action des capucins de la province de Paris dans la France religieuse du (...)

42À Lyon, ces pères semblent avoir perçu des sommes analogues dès le début du siècle sous forme de « dons » à l’occasion des professions, par exemple 2 000 l. en 1709 de la part du P. Louis Renaud80. De telles pratiques furent infiniment plus rares chez les capucins, en principe astreints à de plus grandes obligations de pauvreté. Les apports substantiels de novices comme Edme de Chabannes (1 200 l.) et Nicolas de La Boderie (2 900 l.) dont profitèrent au xviie siècle les couvents d’Auxerre et de Falaise constituent des exceptions81.

  • 82 J. Nicolas, op. cit., p. 255-256. Pour passer de la livre de Piémont à la livre tournois, il faut r (...)
  • 83 A. Lottin, op. cit., p. 129-139.

43Il ressort de ces quelques chiffres qu’établir un moine coûte généralement moins cher que de doter une religieuse. Des exemples aux limites du royaume le confirment. En Savoie au xviiie siècle, 1 500 à 2 500 livres (de Piémont) suffisent pour un religieux tandis que 2 000 à 3 000 livres sont nécessaires pour faire entrer une fille dans un cloître82. C’est parfois moins vrai à Lille vers 1650, en raison des très fortes dots (jusqu’à 6 000 florins) payées chez les augustins. En écartant cette maison, le constat précédent est vérifié83. De là, sans doute, l’inquiétude de l’opinion, plus vive à l’égard des dots de religieuses qu’à l’égard de celles des religieux.

44Dernière question : que représentent ces apports pour l’ensemble des ordres et congrégations ?

III – Les dots : une ressource souvent vitale

45II est indéniable que pour des abbayes comme Clairvaux disposant d’un « revenu net » estimé par la chambre ecclésiastique du diocèse de Langres à 100 000 l.

  • 84 A.D. Haute-Marne, G 1092. Le « revenu net » d’une abbaye est obtenu par déduction des charges ordin (...)
  • 85 A.D. Aube, 3 H 275. Les 10 autres novices firent profession pour diverses abbayes.
  • 86 Voir ci-dessus, note 76.
  • 87 A.D. Yonne, G 1739.

46en 175484, les ressources fournies par les dots des nouveaux profès (deux cette année-là)85, – admettons d’après les témoignages des contemporains 1 000 l. pour chaque86 –, représentent un appoint très faible dont elles peuvent aisément se passer. Déjà pour les cisterciens de Reigny un apport de 2 000 ou 2 400 l. vers 1750 est moins négligeable, leur revenu net approchant les 7 000 l.87.

  • 88 A.D. Yonne, G 1743, f° 236.
  • 89 A.D. Côte-d’Or, G 11, déclaration au promoteur et syndic du diocèse de Dijon, 3 janvier 1758.

47Les abbayes féminines ont souvent un point de vue différent. Certes les bénédictines d’Auxerre, en déclarant, en 1781, 17 735 l. de revenus pour 2 849 l. de charges, connaissent une aisance relative88. La situation de celles de Saint-Julien de Dijon, malgré le prestige dont elles jouissent, est beaucoup moins confortable. En 1758, si leurs revenus atteignent 8 054 l., leurs charges s’élèvent à 2 862 l., non compris le lourd entretien de leurs fermes et la rénovation d’un terrier qui les entraîne dans des procès89. Dans ces conditions, une dot de 6 000 l. est un apport sérieux.

  • 90 À la réserve des collèges tenus par divers instituts (jésuites, doctrinaires, oratoriens…) qui reço (...)
  • 91 A.D. Côte-d’Or, G 11 (1758) et 108 H, registres capitulaires, en particulier reg. II : 7 juillet 16 (...)
  • 92 D. Dinet, « Les réguliers des diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon face à la richesse (xviie-xviiie(...)

48Cette appréciation vaut davantage encore pour la plupart des communautés, masculines ou féminines, issues de la réforme catholique90. En prenant l’exemple de Notre-Dame du Refuge à Dijon, on s’aperçoit que le revenu net est de l’ordre de 1 400 l. en 1758, ce qui doit faire vivre 57 religieuses ! Cela impose le recours constant à l’emprunt et à la sollicitation de secours multiples. Leur détresse n’est pas nouvelle. Dès la fin du xviie siècle, elles étaient contraintes d’emprunter pour régler leurs dettes envers le boucher91. Les dots sont donc pour ces sœurs une ressource vitale. Il en est de même pour de très nombreuses maisons religieuses, non seulement dans ces diocèses bourguignons et champenois92, mais également dans toute la France.

  • 93 Etienne Catta, La Visitation Sainte-Marie de Nantes, 1630-1792, Paris, 1954, p. 75-76 et 88.
  • 94 Louis Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, 1964, p. 4 (...)
  • 95 R. Devos, op. cit., p. 198.
  • 96 J.F. Soulet, op. cit., p. 215. Or elles vivent davantage.
  • 97 M.M. de Chantal-Gueudré, op. cit., t. II, p. 148-149.
  • 98 A.D. Yonne, H 1834, p. 431. Elle s’engagea ensuite à la Visitation d’Auxerre.

49À Nantes, dès 1630, la principale source de revenu des visitandines provient des dots. Les fluctuations monétaires de la fin du siècle, le système de Law ensuite ont failli perdre cette communauté, sauvée « grâce à l’apport financier que procurèrent plusieurs riches vocations93 ». Dans le diocèse de La Rochelle, les maisons religieuses, déjà peu à l’aise vers 1650, se sont encore appauvries à la fin du xviie siècle, beaucoup n’ayant reçu que des dots et pensions minimales. La seule construction de leurs bâtiments les avaient obligées à recourir à des emprunts très onéreux, mettant leurs budgets en déficit malgré une stricte économie94. À propos des couvents de Chambéry, le cardinal Le Camus, évêque de Grenoble de 1671 à 1707, observe, après avoir examiné leurs comptes chaque année, que, même s’ils passent pour les plus riches de la Savoie, ils ne peuvent subsister avec leurs revenus propres et sont contraints de prendre sur leur capital, donc sur les dots pour subvenir aux « dépenses ordinaires95 ». À Tarbes, à la même époque, une dot permet à peine l’entretien d’une religieuse pendant dix ans96. Or une détresse patente vide les noviciats, les parents soucieux de l’avenir de leurs enfants se refusant à les laisser courir le risque de mourir de faim. De la sorte les ursulines de Quimperlé perdent Mlle de Montfleury et ses 4 000 l. de dot97. Vers 1695, Jean Chacheré, conseiller au bailliage d’Auxerre, dissuade sa fille Marie de rester chez les ursulines de Gravant pour cette raison98. L’agonie par manque de ressources et de sujets menace ces maisons…

  • 99 A.N., G 9, 77. Sur cette institution existe la thèse de l’Ecole des chartes d’A. Sabbagh, La politi (...)
  • 100 D. Dinet, Vocation et Fidélité…, p. 90-93.
  • 101 A.D. Yonne, G 190 et 194 ; A.N., G 9,160.

50L’effondrement du système de Law n’arrangea rien, d’autant que beaucoup de ces communautés vivaient pour l’essentiel grâce aux revenus procurés par les rentes constituées : 77 % des recettes des dames du Refuge à Dijon, 95 % de celles des ursulines et des visitandines d’Auxerre en provenaient. Or ces rentes avaient été obtenues grâce à la dotation des religieuses, directement ou indirectement par placement ultérieur. La gravité de la secousse en 1720 fut telle que l’assemblée du clergé réussit à émouvoir l’autorité royale pour en obtenir des subsides. En 1727, le roi créa dans ce but la « Commission des Secours » et lui affecta le produit d’une loterie. Cette institution aida les communautés qui paraissaient, après enquêtes des évêques et des intendants, pouvoir se rétablir, étaient considérées comme utiles à la société, avaient bonne réputation et quelques protecteurs. Aux autres fut notifiée l’interdiction de recevoir des novices, afin de les supprimer en douceur, puisqu’on échange on versa de modiques pensions aux religieuses99. Plusieurs comprirent le danger et s’engagèrent dans la voie des économies les plus sévères. L’équilibre financier à peine rétabli, elles retrouvèrent souvent l’autorisation de recruter des novices qui leur apportèrent les dots indispensables à leur survie. D’autres en furent incapables et sombrèrent dans la ruine à laquelle contribuèrent ici et là des accidents ou une mauvaise gestion. Dans nos diocèses, cinq monastères d’ursulines, un de dominicaines et l’abbaye de Prâlon disparurent après 1740 principalement pour ces raisons100. Semblables difficultés conduisent à la fermeture dans l’archevêché de Sens durant la seconde moitié du xviiie siècle des bénédictines de Villechasson, des cisterciennes de Bray-sur-Seine, des annonciades et des ursulines de Melun101. Le mouvement est général.

  • 102 À la limite, la promesse d’une dot énorme n’a-t-elle pas un effet identique, même si les formes « l (...)

51Antérieurement les dots étaient apparues tellement vitales pour de nombreuses communautés que celles-ci s’étaient arrangées pour les percevoir, sinon en totalité, du moins pour toucher une avance substantielle de la famille dès la prise d’habit, ce qui était en contradiction absolue avec les dispositions des conciles visant à préserver la liberté de choix des postulants qui découvraient réellement leur aptitude ou non à la vie religieuse au cours du noviciat. Certes dans les accords conclus une clause prévoyait toujours de reverser l’essentiel au cas où les vœux ne seraient pas prononcés. Cela ne créait-il pas la tentation de garder de tels sujets même si leur vocation se révélait bien mince102 ? Le sérieux des examens avant la profession, la sélection qui en découlait, l’extrême rareté des procédures d’appel contre les vœux permettent de répondre par la négative.

  • 103 A.D. Haute-Marne, 49 H 3, G 892, f o 150-151 (vêture) et G 893, f o 119 v° (vœux). Autres cas chez (...)
  • 104 A.D. Yonne, G 1643. L’évêque donna sans doute son accord et elle prit l’habit le 9 avril.

52Parmi les exemples de cette pratique assez répandue, je retiendrai celui de la dot d’Anne Graillet, 2 618 l., payées comptant par son frère le 11 février 1696 aux ursulines de Chaumont, alors qu’elle ne prit l’habit que le 2 octobre avant de devenir professe le 8 avril 1698103. Il est vrai que la responsabilité était normalement partagée avec l’évêque qui avait juridiction sur la plupart des communautés féminines. C’est pourquoi la supérieure des ursulines de Gien écrivait le 2 janvier 1679 à celui d’Auxerre pour lui demander si elle pouvait accepter l’argent offert par le père de Marguerite Poysonnet avant sa vêture104.

53Soulignons cependant que les ursulines de Châtillon-sur-Seine, celles de la congrégation de Mussy-l’Evêque pourtant peu favorisées par la fortune, plusieurs Carmels, les cordeliers de Dijon… se refusèrent à cette apparente sécurité, se contentant d’obtenir la promesse de la dot à la veille de la vêture et son règlement seulement à la profession.

  • 105 A.D. Haute-Marne, 49 H 3.
  • 106 A.D. Côte-d’Or, H 1118.
  • 107 A.D. Aube, D 111, 30 pièces… En définitive pour nos diocèses ces difficultés se rencontrent dans mo (...)

54Là encore, il fallait parfois déchanter, même si les mauvais payeurs ne furent pas très nombreux. Heureusement, pour les ursulines de Chaumont, deux lettres de rappel suffirent pour percevoir, en 1659, les 4 000 l. prévues dans le contrat de réception de Marie Chuppé, originaire de Paris105. Les ursulines de Châtillon-sur-Seine mirent davantage de temps à récupérer une partie de la dot de Bénédicte Destany, qui prit le voile en 1628. De la patience et surtout une longue et coûteuse procédure furent nécessaires avant d’aboutir à une solution acceptable en 1671106. Les ursulines de Bar-sur-Aube eurent moins de chance avec la belle dot de Marie Delaroche, promise en 1711 et jamais payée. Son père devait lui fournir une pension de 100 l. dont il n’acquitta pas le premier terme. Un procès n’y changea rien. Une tante, veuve d’un contrôleur général des décimes à Caen, lui avait fait don de 4 000 l. à prendre sur sa succession, plus un collier de perles ou 500 l. pour orner le soleil du Saint-Sacrement du couvent et une pension de 30 l. À sa mort en 1713, l’opposition des héritiers jointe à l’inertie d’un notaire parisien empêchèrent tout versement et bloquèrent le cours de la justice, si bien qu’en 1726, devant une telle mauvaise volonté et en raison des frais entraînés, les ursulines abandonnèrent les poursuites107.

  • 108 M. T. Notter, op. cit., p. 64-69.
  • 109 J. Nicolas, op. cit., p. 294 et 330.
  • 110 A. Guerrier, « La Visitation Sainte Marie de Rumilly », La Revue Savoisienne, 1969, p. 83.
  • 111 R. Devos, op. cit., p. 212.

55À Blois, dès la fin du XVIe siècle, les véroniques avaient éprouvé de semblables difficultés, souvent de la part des familles nobles qui contribuaient alors de façon importante à leur recrutement (plus de 40 %)108. Au siècle des Lumières, J. Nicolas constate aussi que la noblesse savoyarde s’acquitte plus mal des dots – des filles en religion comme des filles mariées – que la bourgeoisie, en partie à cause de la rigidité de son patrimoine composé essentiellement de biens fonciers109. À la Visitation, à Rumilly110 comme aux deux couvents d’Annecy, cela se vérifie et conduit R. Devos à estimer que les bourgeois règlent « d’autant mieux qu’ils se trouvent à un niveau plus modeste de l’échelle sociale, comme si leur parfaite solvabilité rachetait en quelque sorte leur roture111 ».

  • 112 A.D. Yonne, H 2185. Elles arrivèrent à Noyers en 1632.
  • 113 A.D. Côte-d’Or, 73 H, registres capitulaires, 22 juillet 1701.
  • 114  l. Welter, op. cit., p. 141 et 223.

56Une fois payées, les dots étaient immédiatement utilisées. Pour les nouvelles communautés créées au début du xviie siècle, elles servirent d’abord à leur installation, à acheter terrains et maisons nécessaires pour parfaire leur enclos, puis à bâtir le monastère. À Noyers en 1667, la moitié de l’apport des ursulines – environ 60 000 l. – avait été consacré à cet objet, des sommes plus faibles ayant permis de commencer l’établissement de ces sœurs à Montbard et à Epernay112. À l’abbaye bénédictine de Saint-Julien de Dijon en 1701, une dot a tout de suite contribué à régler un bâtiment en cours de construction113. À Clermont, les ursulines qui doublèrent vite leurs effectifs purent de la sorte acquérir, de 1624 à 1630, les granges, jardins et bâtiments qui les mirent moins à l’étroit, puis construire leur monastère définitif. Les bernardines durent employer la quasi-totalité des dots des premières novices à cette fin114.

  • 115 A.D. Côte-d’Or, H 1101 et Henri Ronot, « Les dessins des peintres langrois récemment découverts » B (...)
  • 116 J. D. Levesque, op. cit., p. 279-284.

57Cette étape franchie, les embellissements, la décoration de l’église conventuelle sont envisagés. En 1648, les ursulines de Dijon s’adressent aux Tassel de Langres dans ce but115. À Lyon, les dominicains de Notre-Dame de Confort, avant de songer à reconstruire leur couvent entre 1713 et 1760, commandent en 1711 un nouvel orgue au célèbre facteur parisien Julien Tribuot, en prévision des cérémonies de canonisation de Pie V qui avait appartenu à l’ordre de saint Dominique. La dépense totale, 7 109 l., fut en grande partie (5 185 l.) couverte par les dons effectués lors des professions des religieux116.

  • 117 A.D. Côte-d’Or, H 1094.

58Mais plusieurs établissements eurent également le souci de placer l’argent représenté par les dots afin de faire fructifier leur capital pour assurer leur avenir. Certains cherchèrent à acquérir des immeubles en ville et à les louer à des particuliers. Les ursulines de Dijon, après avoir acheté ou reçu en dot (notamment rue de la Bussière) plusieurs maisons pour terminer leur enclos, se déterminèrent à partir de 1662 à de tels investissements rue Porte-Neuve, rue des Minimes, rue des Champs... En 1689, cela leur avait coûté 45 577 l. pour un rapport annuel de 2 292 l.117.

  • 118 M. A. Jegou, op. cit., p. 104-105.
  • 119 A. Lottin, op. cit., p. 134.

59Les ursulines du faubourg Saint-Jacques à Paris en avaient fait autant dès 1614, si bien qu’elles traversèrent la Fronde sans véritable gêne118. Les dots contribuèrent aussi à l’achat de plus de 40 maisons par les augustins de Lille à proximité de leur demeure119.

  • 120  l. Welter, op. cit., p. 104.
  • 121 A.D. Yonne, H 2187. Néanmoins, après l’affaire de Law, les dominicaines de Dijon cherchent délibéré (...)

60Sans doute davantage par un réflexe traditionnel hérité des milieux sociaux dont ils étaient issus que par une volonté de diversifier encore leurs placements, quelques communautés consacrèrent une partie notable des dots à l’acquisition de terres ou de domaines. Certains choix se révélèrent malheureux, ainsi à l’abbaye Sainte-Claire de Clermont vers 1630120, ou plus tard, entre 1677 et 1684, de la part des ursulines de Noyers. Les frais d’entretien, les coûts d’exploitation, l’insolvabilité d’un fermier leur montrèrent la faible rentabilité de l’opération121.

  • 122 A.D. Côte-d’Or, 108 H, registres capitulaires et livres de comptes.
  • 123 E. Catta, op. cit., p. 77-79.
  • 124 J. Marcadé, op. cit., p. 80

61Cette expérience détermina en 1678 les dames du Refuge à Dijon à vendre leurs vignes et à s’engager dès 1681 à « donner à cours de rente » toutes les sommes qu’elles recevaient. Selon divers conseils, elles placèrent leur argent auprès de particuliers, d’autres communautés religieuses ou des États de Bourgogne en fonction du meilleur taux122. Les visitandines de Nantes s’étaient lancées plus tôt dans de telles affaires dont le rapport fut souvent médiocre123. Si la chute du système de Law entraîna la perte de quelques établissements trop aventurés dans ces opérations, il faut reconnaître que la leçon fut oubliée peu à peu : à peine rétablies, les filles de Notre Dame à Poitiers consentirent des prêts importants durant la dernière décennie de l’Ancien Régime124.

  • 125 A.D. Yonne, G 195. Autres exemples dans ce diocèse, dans celui de Clermont (L. Welter, op. cit., p. (...)
  • 126 A.D. Côte-d’Or, 108 H, comptes : recettes des dots et emploi des fonds (1719-1744).
  • 127 A.D. Côte-d’Or, H 1090 et chronique de C. Micault : Bib. Dijon, ms 742, p. 633 et suivantes.

62Néanmoins, surtout au xviiie siècle, beaucoup de communautés furent réduites à consommer tout de suite les dots reçues. Voyez les annonciades de Melun en 1705 : les charges excèdent le revenu de plus de 4 500 l. sur une année, sans compter quelques dettes qui traînent ici et là. Dans ces conditions, une dot ne peut que supprimer temporairement le passif, sans vraiment l’éteindre125. À Dijon, les dames du Refuge vers 1732-1743 sont obligées, non seulement de verser l’essentiel des dots à la mère économe pour acheter le bois, le blé et les provisions de bouche indispensables mais encore de contracter de nouveaux emprunts pour couvrir les dépenses les plus ordinaires126. Une telle politique, alliée à une très mauvaise gestion, conduit les dominicaines de Dijon à la faillite en 1767 par incapacité à rembourser des dettes considérables, peut-être 300 000 l. selon certaines estimations127. Un cas extrême sans doute, où les dots ont perdu toute efficacité.

63Ainsi, contrairement à une opinion largement répandue dans les milieux dirigeants aux xviie et xviiie siècles, les dots de religion, loin d’appauvrir les familles et d’enrichir les réguliers, constituèrent une ressource indispensable, souvent vitale pour beaucoup de communautés. Finalement cette source de revenu se révéla parfois à peine suffisante, plus en raison d’erreurs de gestion, du manque de générosité d’une partie des familles que par suite des contraintes législatives, puisque dans l’immense majorité des cas les limites autorisées, relativement élevées, n’ont pas été atteintes.

  • 128 Nous nous permettons de renvoyer aux conclusions de notre livre Vocation et Fidélité…, p. 273-277.

64Justement, à l’inverse des contemporains, les historiens se sont demandé si ces dots, souvent inférieures à celles des filles mariées dans les couches sociales les plus aisées, n’avaient pas arrangé quelques familles et aidé à la constitution de leur fortune. Sans doute, mais il serait bien téméraire d’en déduire la cause essentielle du succès des couvents. Nous avons déjà montré que leur recrutement obéit principalement à d’autres critères et que, sauf exceptions, la vocation l’emporte sur les considérations matérielles128. À la limite, cette vision utilitaire, rarement vérifiée, rejoint celle de la littérature romanesque de la fin du xviiie siècle, dominée par La Religieuse du Langrois Diderot, où les sœurs ont été forcées à entrer au cloître pour arrondir les dots matrimoniales des aînés.

65En réalité l’étude des dots de religion nous semble mériter un autre regard. S’il est indéniable que cette question a inquiété – à tort – les familles, d’où la législation restrictive appliquée avec zèle par les magistrats, elle soulève surtout deux problèmes majeurs. Le premier, l’évolution du montant de ces versements, renvoie, autant qu’aux possibilités des familles, à leur capacité à consentir une forme de don à l’Église. C’est un signe d’attachement (ou non) à une dimension fondamentale de la vie religieuse, un témoignage de confiance en la force de la prière, de l’oraison, de la contemplation…, toutes notions de moins en moins comprises par les élites de l’époque des Lumières.

66L’autre problème, révélé par l’utilisation de ces dots, est de parvenir pour une communauté religieuse à s’assurer des moyens d’existence dans la longue durée. Cette petite société qui veut se couper du monde et préfigurer une éventuelle cité de Dieu doit-elle accepter les contingences terrestres et les menaces d’anéantissement qui pèsent sur elle en cas de ressources insuffisantes et instables ? Doit-elle, comme l’ont affirmé de nombreux fondateurs d’ordres et de congrégations, s’en remettre d’abord à la Providence ? Force est de constater que ce conseil n’a pas toujours été suivi.

Notes

1 À ce titre, cette communication s’insère dans le cadre de notre thèse de doctorat d’État : « Réguliers et vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles) », quoique l’espace envisagé ici soit différent.

2 Voir les fines analyses de Moheau, Recherches et considérations sur la population de la France, Paris, 1778, p. 101-102 (ou éd. Gonnard, Paris, 1912, p. 61).

3 La seule étude d’ensemble date et reste étroitement juridique : C. Loysel, Des aumônes dotales ou dots moniales avant 1789, Paris, 1908.

4 Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 3e éd., Lyon, 1776, t. II, p. 392-393.

5 A. Michel, Les décrets du concile de Trente, Paris, 1938, p. 601-607.

6 Saint François de Sales, « Constitution V. De la pauvreté » dans Œuvres complètes, Annecy, 1892-1931, t. XXV, p. 61 (l’édition originale est de 1645).

7 Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, Œuvres complètes, Paris, 1966, p. 732.

8 A.D. Yonne, G 1643. Ultérieurement, une ordonnance après visite de l’évêque d’Auxerre, André Colbert, le 10 juillet 1699, invite les sœurs à ne pas se rendre « difficiles pour la dot lorsqu’il se présentera de bons sujets ».

9 J.-F. Soulet, Traditions et réformes religieuses dans les Pyrénées centrales au xviie siècle, Pau, 1974, p. 212.

10 A. Guerrier, « De la Réforme cistercienne à la congrégation moderne : le cas des Bernardines au xviie siècle », Naissance et fonctionnement des réseaux monastiques et canoniaux (colloque international du C. E. R. C. O. M., Saint-Etienne, 1985), Saint-Etienne, 1991.

11 C. Loysel, op. cit., p. 64 et surtout Guy du Rousseaud de La Combe, Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale, Paris, 1771, III, p. 94.

12 J.-P. Gutton, « Le cahier de doléances de la noblesse du Beaujolais aux États généraux de 1649 », Revue historique, t. CCLIII/I, 1975, p. 109.

13 R. Mousnier, J.-P. Labatut, Y. Durand, Problèmes de stratification sociale. Deux cahiers de la noblesse pour les états généraux de 1649-1651, Paris, 1965, p. 138-139.

14 G. du Rousseaud de La Combe, op. cit., I, p. 250.

15 Mère Marie de Chantal-Gueudré, Histoire de l’ordre des ursulines en France, Paris, 1958, t. 1, p. 93-95.

16 J. B. Denisart, Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence actuelle, Paris, 1771, t. II, p. 211-212.

17 A.D. Côte-d’Or, H 1094.

18 A. Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme (1598-1668), Dunkerque, 1984, p. 117-119.

19 P. Blet, Le clergé de France et la monarchie, Rome, 1959, t. II, p. 327-329.

20 Texte de l’édit dans G. Du Rousseaud de La Combe, op. cit., III, p. 135-136. L’édit d’août 1749 se contenta d’ajouter quelques précisions à ce texte.

21 Ibid., III, p. 180-181. L’amélioration des rapports entre l’Église et Louis XIV en 1693 explique en partie les termes de ce compromis (à ce sujet : P. Blet, Les assemblées du clergé et Louis XIV de 1670 à 1693, Rome, 1972, p. 567-580.).

22 Voyez l’arrêt du parlement de Paris du 13 février 1716.

23 Montesquieu, Œuvres complètes, éd. Caillois, Paris, 1973, t. II, p. 740-741. Voir aussi : P. Barriere, Un grand provincial : Charles-Louis de Secondat, baron de la Brède et de Montesquieu, Bordeaux, 1946, p. 478-480.

24 Bib. diocésaine de Langres, ms 93, I, fol. 224 v°. Sur Gousselin : Georges Viard, « À l’aube des Lumières, la philosophie et la religion du conseiller au présidial de Langres Jean-Claude Gousselin (1692-1734) », Les Cahiers Haut-Marnais, 1985, no 162, p. 1-12.

25 P. Barriere, op. cit., p. 6-7 et Philippe Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1985, p. 247.

26 D. Dinet, Vocation et Fidélité. Le recrutement des réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles), Paris, 1988, p. 182-193 et 337.

27 P. Chevallier, Loménie de Brienne et l’ordre monastique (1766-1789), Paris, 1959, t. 1, p. 320-331.

28 Durand de Maillane, op. cit., t. IV, p. 81. Signe des temps, les cahiers de doléances pour les états généraux de 1789 ne s’en prennent plus aux dots de religion mais à l’institution monastique elle-même.

29 R. Devos, Vie religieuse féminine et société. Les Visitandines d’Annecy aux xviie et xviiie siècles, Annecy, 1973, p. 196-199 et Jean Nicolas, La Savoie au xviiie siècle. Noblesse et bourgeoisie, Paris, 1978, t. 1, p. 257 et t. II, p. 1127.

30 Ce phénomène me paraît avoir été beaucoup plus fréquent pour les religieux mais la rareté et le silence des sources m’empêchent de l’affirmer.

31 Marie de l’Enfant-jésus, Carmélites d’hier et d’aujourd’hui, Paris-Colmar, 1967, p. 190 ; M.-A. Jegou, Les Ursulines du faubourg Saint-Jacques à Paris. 1607-1662, Paris, 1981, p. 103-104.

32 D’après « l’abrégé de ses vertus » inséré dans le Livre du couvent : A.D. Yonne, H 1834, p. 283.

33 A.D. Yonne, H 1801 et 2 E 24 (1er registre).

34 A.D. Yonne, H 1834, p. 313. Même chose avec Marie-Nicole Briois de la Visitation de Dijon, morte en 1703 (B. N. 4° Ld 173.2.50).

35 A.D. Yonne, H 1801.

36 A.D. Côte-d’Or, 85 H, registres capitulaires, I, p. 20 et 214 ; II, p. 19. Précisons que ce médecin – rétribué 30 livres par an – est le fils du premier médecin retenu par les dominicaines. Des liens affectifs et charitables ont donc eu le temps de se créer.

37 Archives Annonciades de Langres, « Livre du chapitre (1674-1734) », 21 août 1706.

38 A.D. Côte-d’Or, 108 H, 3e registre capitulaire (1713-1725), 24 août 1713.

39 A. N., G9, 131, dossier 8, lettre du 4 mars 1728. Cet avocat général d’origine dijonnaise défraya la chronique : Maurice Gresset, Gens de justice à Besançon. 1674-1789, Paris, 1978, p. 594-596.

40 Vérification d’après A.D. Côte-d’Or, 85 H, registre des professions (1614-1761).

41 A.D. Côte-d’Or, H 1117. Indications sur les conditions encore plus onéreuses d’entrée chez les chanoinesses nobles de Poulangy (diocèse de Langres) dans D. Dinet, Vocation et Fidélité…, p. 82.

42 A.D. Haute-Saône, H 957. Plusieurs cas analogues chez les augustines de l’Hôtel-Dieu de Blois : M.-C. Dinet-Lecomte, L’assistance et les pauvres à Blois au xviie et au début du xviiie siècle, thèse de 3e cycle, Tours, 1982, p. 159.

43 A.D. Vienne, 2 H 5, I. 77 cité par Jacques Marcadé, « Les filles de Notre-Dame à Poitiers au xviiie siècle », Les religieuses enseignantes. XVIe-XXe siècles, Angers, 1981, p. 79.

44 A.D. Côte-d’Or, 85 H, 2e registre capitulaire, p. 162.

45 A.D. Yonne, H 2187 ; A.D. Aube, D 128. Coussegrey est situé à 13 km au nord de Tonnerre. Autres exemples dans A.D. Yonne, H 2201 et 2203.

46 M.-T. Notter, Les ordres religieux féminins blésois. Leurs rapports avec la société. 1580-1670, thèse de 3e cycle, Tours, 1982, p. 320.

47 A.D. Nièvre, 3 E 4, 22, acte du 14 février 1632. La prononciation des vœux entraînant la mort civile du nouveau profes, celui-ci doit tester avant.

48 A.D. Côte-d’Or, H 932, contrat du 29 mai 1711.

49 R. Devos, op. cit., p. 204.

50 A.D. Haute-Marne, 49 H 3.

51 Bib. Société historique et archéologique de Langres, ms 39, p. 65.

52 A.D. Aube, D 128 où plusieurs pièces concernent sa dot (1661-1663) qui dédommage cette maison de l’incapacité de cette sœur à remplir toutes ses obligations.

53 R. Devos, op. cit., p. 206-209.

54 Sources : ursulines, Châtillon : A.D. Côte-d’Or, H 1117-1118, Chaumont : A.D. Haute-Marne, 49 H 3, Noyers : A.D. Yonne, H 2185-2187 ; carmélites : A.D. Côte-d’Or, H 1083 ; annonciades : A.D. Haute-Saône, H 957 ; bénédictines : A.D. Yonne, H 1672 ; augustines : A.D. Yonne, H sup. 2571 et E dépôt 3, GG 96.

55 La « réforme » menée chez les bénédictines et les augustines permet de les assimiler à de nouvelles maisons. Même mouvement des dots dans le diocèse de Clermont : Louise Welter, La Réforme ecclésiastique du diocèse de Clermont au xviie siècle, Paris, 1956, p. 227.

56 D. Dinet, Vocation et Fidélité…, p. 233-235.

57 M. C. Dinet-Lecomte, op. cit., p. 164-167.

58 J. Marcadé, op. cit., p. 81-82.

59 En revanche on note une baisse des dots des bénédictines d’Ardres au xviiie siècle : A. Playoust-Chaussis, La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au xviiie siècle, Arras, 1976, p. 80. Ce fait paraît typique d’une communauté en difficulté. Même chose à Dijon chez les dominicaines avant leur faillite en 1767.

60 R. Devos, op. cit., p. 220 ; M. A. Jegou, op. cit., p. 103 ; Jean-Baptiste Eriau, L’ancien Carmel du faubourg Saint-Jacques. 1604-1792, Paris, 1929, p. 224 (Melle d’Epernon apporte 60 000 l. …).

61 A.D. Côte-d’Or, 73 H, registre du chapitre (exemples en 1701, 1711…).

62 M. T. Notter, op. cit., p. 313-346 ; R. Sauzet, Contre-Réforme et réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au xviie siècle, Louvain, 1979, p. 453.

63 4 000 l. est une belle dot en 1750 chez les carmélites : Alype-Jean Noirot, Le Carmel de Sens, 1625-1975, Auxerre, 1975, p. 40.

64 4 000 1. est le maximum chez les ursulines vers 1700-1705 : A.D. Yonne, G 195.

65 Archives Ursulines de Jésus, registres 2 et 4 (p. 18-19 : Anne Letexier). Voir aussi : D. Dinet, « Une congrégation nouvelle à la fin de l’Ancien Régime, les ursulines de Mussy-l’Evêque », Les religieuses enseignantes. XVIe-XXe siècles, Angers, 1981, p. 89-100.

66 D’après divers états ou rapports fournis à la Commission des Secours en 1728-1730 : A. N., G9, 131, dossier 8. Dès 1710, au Refuge, certaines dotes sont inférieures à 2 500 l.

67 M. T. Notter, op. cit., p. 313-346 ; M. C. Dinet-Lecomte, op. cit., p. 155-167.

68 A. Lottin, op. cit., p. 137-139. Les 6 000 florins sont jugés excessifs et suscitent des plaintes.

69 A. N., G 9, 77, dossier 9 (mémoire anonyme, vers 1780).

70 Même constat de Laure Beaumont-Maillet, Le grand couvent des cordeliers de Paris, Paris, 1975, p. 117.

71 A.D. Côte-d’Or, 8 H 48. Donc nettement avant l’introduction de la réforme de Saint-Maur dans cette abbaye.

72 A.D. Aube, 3 H 292. L’importance de certaines évoque autre chose qu’une pension de noviciat !

73 A.D. Côte-d’Or, 11 H 35. Contrat passé à Pontoise le 8 mai 1675. Ce fils prit l’habit le 6 juillet mais le quitta au printemps suivant.

74 A.D. Haute-Marne, 8 H 80, pièce 40. En fait il mourut avant de prononcer ses vœux et les moines durent restituer 1 000 l. à sa mère.

75 A.D. Yonne, H 1568, actes de 1747 et 1752.

76 A.D. Haute-Marne, G 1163, pièce 10. Affaire Barbin de Broyes analysée dans D. Dinet, Vocation et Fidélité…, p. 219-222. Les témoignages recueillis au cours de cette procédure attestent des dots de l’ordre de 1000 l. à Clairvaux à cette époque.

77 A.D. Côte-d’Or, H 928.

78 A.D. Côte-d’Or, H 913.

79 A.D. Côte-d’Or, H 932.

80 J.-D. Levesque, Les frères prêcheurs de Lyon. Notre-Dame de Confort, 1218-1789, Lyon, 1978, p. 284.

81 J. Mauzaize, Le rôle et l’action des capucins de la province de Paris dans la France religieuse du xviie siècle, Paris-Lille, 1978, p. 328-330.

82 J. Nicolas, op. cit., p. 255-256. Pour passer de la livre de Piémont à la livre tournois, il faut réduire la somme d’un quart.

83 A. Lottin, op. cit., p. 129-139.

84 A.D. Haute-Marne, G 1092. Le « revenu net » d’une abbaye est obtenu par déduction des charges ordinaires (entretien de vicaires, d’églises, travaux courants…) du revenu brut. Il doit permettre le paiement des décimes et l’entretien de la communauté.

85 A.D. Aube, 3 H 275. Les 10 autres novices firent profession pour diverses abbayes.

86 Voir ci-dessus, note 76.

87 A.D. Yonne, G 1739.

88 A.D. Yonne, G 1743, f° 236.

89 A.D. Côte-d’Or, G 11, déclaration au promoteur et syndic du diocèse de Dijon, 3 janvier 1758.

90 À la réserve des collèges tenus par divers instituts (jésuites, doctrinaires, oratoriens…) qui reçoivent des subventions publiques (des villes, des états provinciaux…).

91 A.D. Côte-d’Or, G 11 (1758) et 108 H, registres capitulaires, en particulier reg. II : 7 juillet 1696 (la dette est de 900 l.).

92 D. Dinet, « Les réguliers des diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon face à la richesse (xviie-xviiie siècles) », Bulletin du Centre Interuniversitaire d’Histoire Religieuse (Lyon), n o 5, 1987, p. 44-63.

93 Etienne Catta, La Visitation Sainte-Marie de Nantes, 1630-1792, Paris, 1954, p. 75-76 et 88.

94 Louis Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, 1964, p. 438-440.

95 R. Devos, op. cit., p. 198.

96 J.F. Soulet, op. cit., p. 215. Or elles vivent davantage.

97 M.M. de Chantal-Gueudré, op. cit., t. II, p. 148-149.

98 A.D. Yonne, H 1834, p. 431. Elle s’engagea ensuite à la Visitation d’Auxerre.

99 A.N., G 9, 77. Sur cette institution existe la thèse de l’Ecole des chartes d’A. Sabbagh, La politique royale à l’égard des communautés de filles : la Commission des Secours (1727-1788), 1969.

100 D. Dinet, Vocation et Fidélité…, p. 90-93.

101 A.D. Yonne, G 190 et 194 ; A.N., G 9,160.

102 À la limite, la promesse d’une dot énorme n’a-t-elle pas un effet identique, même si les formes « légales » sont respectées ?

103 A.D. Haute-Marne, 49 H 3, G 892, f o 150-151 (vêture) et G 893, f o 119 v° (vœux). Autres cas chez ces sœurs au xviiie siècle. Ailleurs, voir notre thèse, p. 126-127.

104 A.D. Yonne, G 1643. L’évêque donna sans doute son accord et elle prit l’habit le 9 avril.

105 A.D. Haute-Marne, 49 H 3.

106 A.D. Côte-d’Or, H 1118.

107 A.D. Aube, D 111, 30 pièces… En définitive pour nos diocèses ces difficultés se rencontrent dans moins de 5 % des cas.

108 M. T. Notter, op. cit., p. 64-69.

109 J. Nicolas, op. cit., p. 294 et 330.

110 A. Guerrier, « La Visitation Sainte Marie de Rumilly », La Revue Savoisienne, 1969, p. 83.

111 R. Devos, op. cit., p. 212.

112 A.D. Yonne, H 2185. Elles arrivèrent à Noyers en 1632.

113 A.D. Côte-d’Or, 73 H, registres capitulaires, 22 juillet 1701.

114  l. Welter, op. cit., p. 141 et 223.

115 A.D. Côte-d’Or, H 1101 et Henri Ronot, « Les dessins des peintres langrois récemment découverts » Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 1955, p. 86-95. Même utilisation des dots à Blois : M. T. Notter, op. cit., p. 340.

116 J. D. Levesque, op. cit., p. 279-284.

117 A.D. Côte-d’Or, H 1094.

118 M. A. Jegou, op. cit., p. 104-105.

119 A. Lottin, op. cit., p. 134.

120  l. Welter, op. cit., p. 104.

121 A.D. Yonne, H 2187. Néanmoins, après l’affaire de Law, les dominicaines de Dijon cherchent délibérément ce type de placement, sans en avoir les moyens. Les résultats sont

122 A.D. Côte-d’Or, 108 H, registres capitulaires et livres de comptes.

123 E. Catta, op. cit., p. 77-79.

124 J. Marcadé, op. cit., p. 80

125 A.D. Yonne, G 195. Autres exemples dans ce diocèse, dans celui de Clermont (L. Welter, op. cit., p. 256-258)…

126 A.D. Côte-d’Or, 108 H, comptes : recettes des dots et emploi des fonds (1719-1744).

127 A.D. Côte-d’Or, H 1090 et chronique de C. Micault : Bib. Dijon, ms 742, p. 633 et suivantes.

128 Nous nous permettons de renvoyer aux conclusions de notre livre Vocation et Fidélité…, p. 273-277.

Notes de fin

1 Abréviations utilisées : A.D. = Archives départementales ; A.N. = Archives nationales ; Bib. = Bibliothèque ; B. N. = Bibliothèque nationale

2 Paru initialement dans Les Églises et l’Argent, Association des Historiens Modernistes des Universités Françaises, Paris, 1990, p. 37-65.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/13704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search