Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Les insinuations ecclésiastiques1

(1989)2

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été présenté au séminaire de M. le Professeur Pierre Chaunu, de l’Institut, au Centre de (...)
  • 2 Paru initialement dans Histoire, Économie, Société, 1989, p. 199-221.
  • 1 Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 3e éd., Lyon, 1776, (...)

1L’insinuation est une formalité qui a pour but de rendre public des actes que la société a intérêt à connaître. II y a eu en France, sous l’Ancien Régime, deux sortes d’insinuations : les laïques, qui concernent les donations, les testaments, les achats, les ventes… et les ecclésiastiques, « parce qu’elles regardent des actes qui se rapportent aux choses ou aux personnes ecclésiastiques1 ». Nous ne traiterons ici que de ces dernières. À notre avis, elles ont une importance considérable, car les registres qu’elles nous ont laissés, où sont consignés ces renseignements, apportent une masse énorme d’informations, éventuellement sérielles, sur les clercs, tant séculiers que réguliers, et sur d’assez nombreux aspects de la vie de l’Église depuis le milieu du xvie siècle jusqu’à la Révolution.

  • 2 C. Berthelot du Chesnay, « Le clergé diocésain français et les registres des insinuations ecclésias (...)
  • 3 Abbé Roussel, Le diocèse de Langres. Histoire et statistique, Langres, 1873-1879.
  • 4 Notamment dans : D. Dinet, « Les ordinations sacerdotales dans les diocèses d’Auxerre, Langres et D (...)

2Ce fait n’a pas échappé à des historiens avisés comme le P. Berthelot du Chesnay, aussi bien dans un article de 1963, donné à la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, que dans sa thèse publiée plusieurs années après sa mort2. Ajoutons que des prêtres érudits du xixe siècle en avaient parfois tiré des monographies diocésaines, ainsi pour l’évêché de Langres avec les quatre gros volumes (grand in-8°) dus à l’abbé Roussel3. Ma fréquentation de ces documents, les questions nouvelles qu’il est possible de leur poser, les résultats qu’ils m’ont déjà permis d’obtenir4, me conduisent à souligner la valeur de cette source qui éclaire, avec des limites qu’il convient d’envisager, des réalités majeures de l’Église d’Ancien Régime que nos mentalités contemporaines ne perçoivent pas toujours nettement.

3Dans ce but, j’attirerai l’attention dans un premier temps sur l’institution elle-même et ses réformes successives, particulièrement sur l’édit de 1691 qui lui a donné son organisation la plus parfaite. Ensuite, à partir de l’exemple – plutôt exceptionnel à ma connaissance – des registres de l’évêché de Langres, je dégagerai les principaux apports de cette source. Enfin, en élargissant le champ géographique et en souhaitant une recension systématique de ces registres et de leur contenu, je serai amené à suggérer quelques études et pistes de réflexions sur des aspects de l’Église d’Ancien Régime, que j’ai tendance à croire un peu négligés, sans doute parce qu’ils sont jugés austères et peu à la mode. Il est vrai que la manipulation de ces gros registres poussiéreux apparaît souvent longue, fastidieuse, très répétitive. Pourtant elle nous introduit non seulement dans le monde clérical, mais aussi au cœur du système bénéficial sur lequel repose assez largement la vie matérielle de cette Église.

  • 5 Vues neuves sur ces problèmes dans : M. Venard, « Une réforme gallicane ? Le projet de concile nati (...)
  • 6 G. du Rousseaud de Lacombe, Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale, Paris, 1771, partie (...)
  • 7 Ibid., p. 62-63. Rappelons qu’une résignation « in favorem » permet soit une permutation de bénéfic (...)
  • 8 Imposées par l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 (art. 132) et organisées par l’édit de mai 1 (...)
  • 9 Indiquons seulement que les gradués des universités pouvaient obtenir une « nomination » auprès d’u (...)
  • 10 G. du Rousseaud de Lacombe, op. cit., II, p. 67-68.

4Si l’édit royal créant les insinuations ecclésiastiques est l’œuvre d’Henri II en 1553, il semble que les origines de l’institution soient légèrement antérieures. Je pense qu’elle est à mettre en rapport avec les intentions réformatrices de la royauté et du clergé au milieu du xvie siècle5 pour assainir les mutations de bénéfices qui paraissent avoir été l’objet de véritables trafics et de fraudes multiples. Dans ce but, dès septembre 1547, un édit donné à Fontainebleau cherchait à restreindre le nombre des notaires apostoliques habilités à recevoir les résignations de bénéfice6. En juin 1550, un autre texte réglementait celles-ci, notamment celles faites « in favorem » qui transitaient toujours par Rome, mais devaient être soigneusement enregistrées au préalable7. Enfin, en mars 1553, les insinuations ecclésiastiques étaient organisées, avant même les insinuations civiles8. Dans chaque diocèse était établi, sous la responsabilité épiscopale, un ou plusieurs greffes où seraient consignés tous les actes concernant les « collations, présentations et autres quelconques provisions de bénéfices » (article I). En outre, les pensions sur ceux-ci, les tonsures et les lettres d’ordres, les professions des religieux, les nominations des gradués des universités9, les « fondations de divins services » (de messe par exemple) étaient astreintes aux mêmes formalités. Le tarif était proportionnel à la longueur des actes10.

  • 11 Sur ces offices : R. Mousnier, La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Paris, 2e éd., (...)
  • 12 R. Mousnier, op. cit., p. 130 rappelle que de 1594 à 1597 s’effectuèrent la plupart des créations d (...)

5À la fin du siècle, en 1595, Henri IV transformait ces greffes en offices royaux, séculiers et domaniaux11. Même si le souverain affirmait sa volonté de réforme à cette occasion, les intentions financières étaient évidentes, en raison des besoins d’argent d’un pouvoir qui n’avait pas encore réussi à s’imposer dans tout le royaume12.

  • 13 G. du Rousseaud de Lacombe, op. cit., II, p. 110.

6Ultérieurement, l’ordonnance du 15 janvier 1629 consacre trois articles à l’institution, en l’améliorant sur deux points. Elle exclut les domestiques des Ordinaires des fonctions de greffier et prescrit de faire chiffrer et parapher les registres par les archevêques ou évêques au commencement de chaque année13.

  • 14 Ibid., II, p. 113-116. Ces registres comprenaient 300 feuillets, cotés et paraphés, disposition ado (...)

7Un nouvel édit, en novembre 1637, affaiblit cette fois les insinuations ecclésiastiques, puisque toutes les procurations d’actes concernant les bénéfices lui échappaient désormais au profit d’autres officiers : les « contrôleurs des procurations », créés en nombre très limité (onze pour toute la France : à Paris, Toulouse, Bordeaux, Rouen, Rennes, Dijon, Grenoble, Aix, Metz, Pau et Lyon), qui tenaient des registres particuliers dans ce but14. L’application de l’édit se révéla difficile (on ne savait pas toujours auquel s’adresser notamment) et semble avoir indisposé fortement le clergé, même si des assouplissements mineurs furent apportés à ce texte par lettres de jussion du 7 septembre 1638 (deux contrôleurs supplémentaires étaient installés à Angers et à Béziers).

  • 15 Arch. Nat, G 8 *, 6 avril 1646. P. Blet, Le Clergé de France et la Monarchie. Etude sur les Assembl (...)
  • 16 G. du Rousseaud de Lacombe, op. cit., II, p. 121-122.

8Les longues discussions de l’Assemblée du Clergé de 1645 pour le renouvellement du don gratuit et la gêne d’une monarchie appauvrie par la guerre de Trente Ans aboutirent aux habituels concessions réciproques : le clergé finit par accorder de nouveaux subsides en avril 1646 contre divers avantages dont l’abandon de « l’édit du contrôle des expéditions bénéficiaires15 ». En conséquence, en octobre, la Régente, au nom du jeune Louis XIV, annulait par une déclaration royale l’édit de 1637. Les greffiers des insinuations ecclésiastiques récupéraient toutes leurs attributions. Ce personnel était exclusivement laïque, âgé d’au moins vingt-cinq ans, dégagé de toute attache avec l’Église comme avec les banquiers d’expéditions en cour de Rome. Des commis pouvaient éventuellement les assister afin que tous les actes soient enregistrés avec célérité, c’est-à-dire dans le mois qui suivait leur date, sous peine de nullité16.

  • 17 Le texte intégral de l’édit figure aussi bien dans G. du Rousseaud de Lacombe, op. cit., II, p. 170 (...)

9Des divergences d’application selon les tribunaux, notamment en matière de délai pour l’enregistrement de certains actes, incitèrent Louis XIV à promulguer un nouvel édit, en décembre 1691, plus précis et rigoureux jusque dans l’ordre logique de ses articles. Le souci d’uniformisation de la jurisprudence était également affirmé dans le préambule de ce texte qui ne devait plus subir désormais que des retouches mineures jusqu’à la Révolution17.

  • 18 Les fonctions de greffier des insinuations ecclésiastiques et de notaires (royaux ou apostoliques) (...)
  • 19 Op. cit., t. III, p. 367.

10En apparence, les changements étaient profonds. Une lecture plus attentive de l’édit conduit à nuancer cette appréciation. Certes les anciens offices, créés en 1595, étaient tous supprimés et leur rachat prévu à l’article 2. De nouveaux offices de greffiers des insinuations ecclésiastiques, « héréditaires, domaniaux, royaux et séculiers » étaient érigés dans « chaque diocèse, pays, terre et seigneurie » sous l’obéissance royale18. En réalité, il serait intéressant de vérifier l’attitude des anciens possesseurs face aux nouveaux titres dont les privilèges étaient accrus, puisqu’ils obtenaient, outre leurs gages (400 livres) et les droits fixés selon un tarif, l’exemption du logement des gens de guerre, de la collecte des tailles, de guet et de garde… (article 23). Dans ces conditions, la réforme ne serait-elle pas d’abord une invention fiscale, particulièrement opportune au moment de la guerre délicate contre la Ligue d’Augsbourg ? D’autant que d’autres dispositions visaient à rendre cet office plus attractif : on prévoyait le paiement effectif et rapide de trois quartiers de gages aux nouveaux titulaires ; surtout le nombre des actes à enregistrer augmentait notablement, accroissant ainsi avec certitude les profits potentiels de la fonction. D’ailleurs, dans son commentaire, Durand de Maillane reconnaît que les juristes de l’époque regardèrent vite cette loi comme « bursale19 ». Eux aussi y virent donc un expédient financier.

  • 20 Les prises de possession, les décrets d’érection, de suppression et union de bénéfices y étaient ég (...)
  • 21 Les « dimissoires » ou « lettres dimissoriales » étaient des autorisations délivrées par un évêque (...)
  • 22 Procédure gratuite pour les ordres mendiants.
  • 23 Un « indult » est une grâce que le pape accorde par bulles à un individu contre la disposition du d (...)
  • 24 Il en coûtait trois livres.
  • 25 Procédure gratuite pour les « pauvres » (les curés attestent presque dans tous les cas cette pauvre (...)

11Néanmoins, il me paraît exagéré de la réduire à cet objet. Elle améliora certainement l’institution en tentant de l’uniformiser sur la majeure partie du territoire. Les registres furent mieux tenus et soumis au double contrôle préalable de l’évêque et du lieutenant-général du bailliage ou de la sénéchaussée. En outre, leur contenu s’étoffa très sensiblement, puisque non seulement l’ensemble des actes concernant la collation ou la résignation des bénéfices étaient astreints à cette procédure (même les bulles portant provision d’évêché ou d’abbaye)20, mais encore on y ajouta la totalité « des actes concernant l’état des personnes ecclésiastiques » (article 9) depuis les lettres de tonsure jusqu’à celles de prêtrise, les dimissoires21, les dispenses pour être promu aux ordres avant l’âge, les protestations pour réclamer contre les ordres de sous-diacre et de diacre, les nominations des gradués, les vêtures et professions des religieux et religieuses22, les réclamations contre ces professions dans les cinq ans qui suivent, les indults de translation d’un ordre dans un autre23, les brefs de nullité d’une profession religieuse… Enfin devaient y être aussi enregistrées les dispenses d’un ou deux bans de mariage24 et les dispenses de mariage (de consanguinité notamment)25. Par ce biais, les laïcs pénétraient dans les insinuations ecclésiastiques.

12Ajoutons qu’à la suite de l’édit du contrôle, d’octobre 1703, les actes sujets à l’insinuation devaient au préalable être « contrôlés » et supportaient une taxe supplémentaire, au profit des fermiers du roi, égale à la moitié de celle des insinuations. Diverses déclarations royales limitèrent les actes assujettis au contrôle à ceux concernant le temporel. Le plus souvent d’ailleurs, le greffier des insinuations fut en même temps le contrôleur, beaucoup de ces offices ayant été rachetés par les diocèses qui utilisèrent des commis dans ces fonctions.

  • 26 L’expérience m’a montré qu’il faut légèrement nuancer cette affirmation. Cela est vrai pour le dioc (...)
  • 27 Articles XXV à XXIX de cette déclaration si importante pour la tenue des registres paroissiaux. Pou (...)
  • 28 La nouvelle procédure était gratuite, alors qu’il en coûtait 1 livre 10 sous auprès des insinuation (...)
  • 29 Par l’article XXXII de la Déclaration du 9 avril 1736. Là aussi se retrouvait l’avantage de la grat (...)
  • 30 G. du Rousseaud de Lacombe, op. cit., II, p. 267.

13On voit donc tout l’intérêt de cette source pour les historiens, à condition d’une observance correcte de l’édit de 1691, lequel n’a jamais été appliqué en Franche-Comté26, ni ultérieurement en Lorraine. En outre, il est fort probable que la déclaration royale du 9 avril 1736, prescrivant la tenue en double exemplaire de registres de vêtures et de professions dans toutes les communautés religieuses avec l’obligation de déposer un de ces registres au greffe des tribunaux royaux (bailliage ou sénéchaussée)27 poussa religieux et religieuses à ne plus faire enregistrer ces actes auprès des insinuations ecclésiastiques, d’autant que les nouvelles formalités étaient moins coûteuses et avaient une valeur légale identique devant les tribunaux28. N’en était-il pas de même pour les tonsures et les ordres sacrés, désormais consignés sur des registres propres aux évêchés et archevêchés29 ? Enfin, un arrêt du Conseil du 12 juillet 1746 permit de ne plus y faire insérer les dispenses de mariage obtenues avec absolution de toute irrégularité30.

14Ainsi le champ d’information de cette source, considérablement étendu par l’édit de 1691, se serait peu à peu rétréci au cours du xviiie siècle. Mais la meilleure façon d’apprécier l’application de tous ces règlements étant encore de consulter ces registres, nous allons maintenant nous tourner vers une série de grande qualité et que nous avons quelque peu examinée, celle du diocèse de Langres. Nous verrons ensuite pourquoi elle nous paraît, sinon exceptionnelle, du moins tout à fait exemplaire.

  • 31 Arch. Dép. (désormais A.D.) Haute-Marne, G 866 à G 880.
  • 32 Cette numérotation semble avoir été établie vers 1740.
  • 33 A.D. Haute-Marne, G 881-882 (1665-1672) et G 883 à G 922 (1679-1791), soit 40 registres depuis 1679 (...)

15Les archives départementales de la Haute-Marne conservent en effet 57 registres provenant de cette institution. Les premiers couvrent la période comprise entre septembre 1556 et décembre 1588, mais présentent quelques lacunes chronologiques. S’ils sont tous de même format in-folio, leur épaisseur est variée : les plus minces comprennent 249 feuillets (de papier), les plus gros atteignent 887 feuillets31. Ensuite manquent 14 registres, autrefois numérotés de 16 à 2932. Après deux autres volumes couvrant les années 1665 à 1672, la série est désormais continue depuis le 5 août 1679 jusqu’au 31 janvier 179133. L’application de l’édit de 1691 se remarque d’abord à l’uniformité de ces registres qui contiennent chacun 300 feuillets ou environ.

  • 34 Les archives des officialités diocésaines peuvent également servir dans ce but. Tel est le cas à La (...)

16Leur lecture montre aussi, à partir de cette date, l’enregistrement de toute une série d’actes qu’il n’était pas nécessaire de soumettre à cette formalité auparavant, telles les dispenses de bans ou celles de consanguinité, toujours accordées sur le simple témoignage des curés. Signalons l’intérêt de ces indications, qui comprennent au moins le lieu du mariage, les noms et prénoms des futurs conjoints. La généalogie, la démographie historique, l’histoire sociale gagneraient à en tirer profit pour la reconstitution des familles. D’assez nombreuses unions pourraient rapidement se retrouver ainsi, notamment en cas d’absence ou de lacunes des registres paroissiaux (le fait est tout de même fréquent avant 1736) ou, quelquefois, avec des couples dont on ne parvient pas à identifier la paroisse où l’union a été célébrée34.

  • 35 Je me permets de renvoyer pour des indications plus précises à ma thèse sur Le recrutement des Régu (...)

17Naturellement les renseignements sur le monde clérical sont beaucoup plus abondants. Par souci de clarté, je distinguerai les séculiers et les réguliers. À propos des seconds, je crois avoir déjà montré ce que l’on peut tirer de cette source qui a été rarement sollicitée dans ce but35. Je le rappellerai donc brièvement, tout en apportant des éclairages nouveaux.

  • 36 Ainsi la profession de Marie Monot chez les Ursulines, le 2 juin 1699, est insinuée dès le 3 juin ! (...)
  • 37 A.D. Haute-Marne, G 895, f os 228-229, insinuation du 20 août 1701. Même chose pour les Visitandine (...)

18D’abord, à la suite de l’édit de 1691, des communautés religieuses s’empressèrent d’y faire enregistrer leurs vêtures et professions. Le fait est d’autant plus intéressant que les registres propres de beaucoup de ces maisons n’ont pu être retrouvés, au moins pour les années antérieures à 1736. Cependant, à l’exception des monastères féminins de la ville de Langres où ces actes figurent au jour le jour et dans les délais prévus36, plusieurs communautés les firent insinuer par périodes pluriannuelles, comme les Ursulines de Tonnerre dont les prises d’habit et les vœux de 1693 à 1700 se rencontrent en bloc dans le registre de 170137. Les indications fournies sont inégales. Si elles comportent toujours la date de la cérémonie, le nom de religion, le nom de famille, les prénoms et l’âge de la nouvelle religieuse (ou novice), les noms, qualité, profession et domicile de ses parents y figurent plus rarement et seulement lors de la vêture.

  • 38 A.D. Haute-Marne, G 890, fos 119 v °, insinuation du 29 décembre 1692 donnant toutes les profession (...)
  • 39 Pour cette communauté, nous avons donc les entrées en religion pour une période de près de 40 ans, (...)

19De plus, il nous faut bien constater qu’un grand nombre d’abbayes, couvents et monastères négligèrent cette formalité. Malgré la gratuité dont ils bénéficiaient, les ordres mendiants ne s’y plièrent jamais. On peut en dire autant des Bénédictins et des Bénédictines, des Carmélites, des Chartreux… Parmi les Cisterciens, seuls ceux de Clairvaux accomplirent cette démarche en 1692, sans malheureusement la renouveler38 ! Le plus fâcheux est que beaucoup de religieux et de religieuses les imitèrent, si bien qu’après 1700, en dehors des Ursulines et des Annonciades de Langres, seuls les chanoines réguliers de Saint-Geosmes (aux portes de la ville épiscopale) et les religieux du Val-des-Choux persistèrent quelques années dans ce respect de l’édit. Les Ursulines de Langres demeurèrent les plus fidèles… jusqu’en 173039. En matière d’entrées en religion, cette source ne nous offre donc, au mieux, qu’un complément d’informations.

  • 40 Plus longs développements dans Vocation et Fidélité, p. 211-214.
  • 41 A.D. Haute-Marne, G 903, fos 73-75, insinuation du 19 août 1718. Il fit enregistrer aussi la fulmin (...)

20Elle est de qualité identique pour analyser les passages d’un ordre à l’autre, peu à peu interdits, mais accordés dans des cas exceptionnels par « indult » pontifical que les intéressés faisaient vite transcrire dans nos documents. Les infirmités rendant difficile l’observance constituent le motif généralement invoqué pour ces transferts, peu nombreux d’ailleurs : dix cas observés entre 1692 et 179140. Certains, à cette occasion, entraient en possession d’un bénéfice et avaient donc tout intérêt à faire enregistrer leur indult pour ne pas s’attirer de contestation de concurrents malheureux. C’est pourquoi Antoine de Mermety, en 1718, qui avait obtenu le prieuré de La Ferté-sur-Aube, lors de sa prise de possession, produisit devant les insinuations ecclésiastiques non seulement ses bulles lui accordant ce bénéfice, mais également son indult de translation de l’ordre de Cîteaux dans celui de Saint-Benoît41.

21En revanche, déplorons l’absence totale dans notre source des religieuses dans cette situation. Il est vrai qu’étant presque toutes soumises à la juridiction épiscopale, l’autorisation de l’évêque leur suffisait et leur évitait des frais supplémentaires. En outre, les moines déçus par leur ordre et à la recherche de plus grandes austérités s’affranchirent souvent de ces formalités. Encore à la fin du xviiie siècle, des Capucins ou des Bénédictins passèrent ainsi chez les Cisterciens réformés du Val-Saint-Lieu.

  • 42 Notamment sur celle, très complexe, de Marie de Massol qui se termina, comme d’autres, devant le pa (...)
  • 43 Les archives de l’officialité de Langres, excellentes alors, ont seules permis de les appréhender.
  • 44 La Religieuse (du langrois Diderot), écrite vers 1760, mais publiée seulement en 1796, est un chef- (...)
  • 45 Seulement deux cas de religieuses pour le diocèse de Langres…
  • 46 A.D. Doubs, G 633 à G 641. Le nombre légèrement plus élevé de ces affaires que dans le diocèse de L (...)

22Sans être absolument exhaustive, notre source est plus riche, après 1691, sur les procédures d’annulation de vœux, admises par le concile de Trente en cas de contrainte et dans un délai de cinq ans à compter de la date de profession. Soit lors de l’enregistrement d’un bref pontifical annulant les vœux prononcés, soit lors du dépôt d’une réclamation dans ce but par devant notaire, nos documents nous livrent plus ou moins de détails sur ces affaires qui ont toutes pour origine des pressions parfois violentes de la part des familles pour se débarrasser d’un enfant mal-aimé et surtout l’exclure d’une future succession. Avant 1720, cela permet de suppléer aux lacunes des archives de l’officialité de Langres. Au delà, cela fournit des compléments d’information sur certaines affaires42. Cependant, après 1745, quatre cas échappèrent aux insinuations ecclésiastiques43, signe supplémentaire de la moindre qualité de notre source dans la seconde moitié du xviiie siècle. Au passage, insistons une fois de plus sur la rareté de ces demandes malgré toutes les affirmations de la littérature romanesque : quinze cas pour un siècle… et des milliers de professions ! Ajoutons également que contrairement aux allégations des gens de lettres44, les hommes furent beaucoup plus souvent victimes que les femmes de ces sordides procédés familiaux45. Des recherches récentes que j’ai menées dans les archives de l’officialité de Besançon confirment pleinement ce point de vue : entre 1700 et 1789, ce tribunal eut à instruire 33 dossiers en la matière, dont trois seulement pour des religieuses46.

23En dehors de ces cas – somme toute marginaux –, les insinuations ecclésiastiques de Langres nous renseignent encore sur les élections abbatiales dans l’ordre cistercien, en fait uniquement à Clairvaux et à Morimond, puisque partout ailleurs les abbayes masculines étaient en commende et celles de femmes étaient à la nomination du roi (mais les abbesses devaient appartenir à l’ordre ou obtenir leur translation dans celui-ci). En revanche, les élections de supérieures dans les nouvelles communautés féminines issues de la réforme post-tridentine (carmélites, annonciades célestes, visitandines, ursulines…) ne s’y rencontrent jamais.

  • 47 Là encore, je renvoie à Vocation et Fidélité, p. 225-246.

24En outre, pour toutes les abbayes, en commende ou non, notre source apporte, à chaque prise de possession par le nouveau titulaire (ou presque toujours son fondé de pouvoir), l’état nominatif des religieux ou religieuses présents à la cérémonie, élément utile pour apprécier la vitalité de la communauté et ses variations dans le temps47.

  • 48 A.D. Haute-Marne, G 909, fos 234-235.
  • 49 A.D. Haute-Marne, G 920, fos 14, prise de possession du 9 décembre 1779. Est-ce un témoignage de sa (...)
  • 50 A.D. Haute-Marne, G 922, fos 215 v°. La prise de possession est du 24 juillet 1789. Est-ce une réco (...)
  • 51 A.D. Haute-Marne, G 909, fos 99-101 (insinuation de ses bulles… 11 novembre 1737) et fos 103 (prise (...)

25De même, les prises de possession, accompagnées des bulles et du brevet royal de nomination, nous éclairent sur ces abbés commendataires. Mes relevés systématiques depuis 1690 attestent qu’à peine un tiers ne sont pas prêtres. Quelques-uns, simples clercs tonsurés, appartiennent à de « grandes » familles qui, grâce à leurs relations, obtiennent cette faveur pour un des leurs, tel Nicolas-Charles de Saulx-Tavannes pourvu de l’abbaye de La Crête en 174048. Les autres, en majorité, ajoutent à la prêtrise des diplômes de théologie et surtout des fonctions de vicaires généraux. Le clergé et la royauté ont là un moyen de récompenser des talents ou d’accroître le prestige et les revenus de responsables ecclésiastiques. Exceptionnellement des évêques ont bénéficié de cette grâce, notamment celui d’Auxerre, Champion de Cicé, nommé abbé de Molesme en 177949 et Georges-Gaspard de Plan des Augiers, évêque de Die depuis 1741, qui reçut l’abbaye de Longuay en 178950. De façon plus inattendue, un cistercien, docteur en théologie, Jean Richard Maillard, fut pourvu en 1737 de l’abbaye de Vaux-la-Douce, du même ordre51.

  • 52 A.D. Haute-Marne, G 916, fos 283-284.
  • 53 D. Dinet, « Une congrégation nouvelle à la fin de l’Ancien Régime, les Ursulines de Mussy-l’Evêque  (...)

26Au delà des personnes, notre source nous aide à pressentir quelques crises suivies de régénération d’établissements religieux. Je me bornerai à deux exemples : les Ursulines de Mussy-l’Evêque et le prieuré du Val-des-Choux. À la date du 26 avril 1768, nous voyons les premières faire insinuer leur requête pour continuer leur œuvre et la permission de l’évêque Montmorin (du 25 octobre 1766 !) leur accordant de recruter des novices et « d’instruire les jeunes filles, de consoler les affligés, de soulager les pauvres malades », tout en limitant provisoirement leur nombre pour des raisons financières52. Les objectifs particuliers exposés ici attestent une communauté originale, différente des Ursulines de l’époque. D’autres archives, plus abondantes, nous ont permis de compléter ces informations et de saisir à cette date la naissance d’un nouvel institut, capable de survivre à la tourmente révolutionnaire53.

  • 54 Celle de Jean-François Plubel, fils d’un procureur à Langres, le 27 février 1713. L’insinuation est (...)
  • 55 A.D. Haute-Marne, G 903, fos 252-253. Voir aussi Abbé Roussel, op. cit., t. III, p. 63-64 et J. Lau (...)
  • 56 A.D. Haute-Marne, G 907, fos 92 v°. Election du 16 mai, insinuation du 28.
  • 57 A.D. Haute-Marne, G 910, fos 128-130.
  • 58 Voyez les Nouvelles Ecclésiastiques de 1742, p. 149.
  • 59 L’insinuation du 19 mars 1764 suit les lettres-patentes de Louis XV, les bulles (1761) et leur enre (...)
  • 60 J’ai déjà reproduit ces opinions dans « Mourir en religion… », Revue Historique, t. CCLIX/I, 1978, (...)

27Dans le cas du Val-des-Choux, après, sans doute, la dernière profession dans ce prieuré, chef d’ordre, en 1713 au sein d’une maigre communauté54, les insinuations révèlent une crise sérieuse puisqu’on assista, en 1720, à la destitution par les religieux du grand prieur et à l’élection immédiate de dom Bruno Brand qui devait tenter de réformer l’institut55. Sa mort en 1731 fut suivie de l’élection de dom Jean-Baptiste Leleu56, qui semble avoir eu sur la réforme d’autres vues que son prédécesseur. Entré en conflit avec les religieux, il se replia dans un des prieurés de l’ordre, dans le diocèse de Troyes. Dès lors, la crise s’amplifia et la communauté s’étiola : quatre religieux la composaient en 1741, au moment de la démission du prieur Bruno Le Picard, remplacé par l’évêque Montmorin que la papauté, sollicitée d’intervenir, pourvut par bulles insinuées au mois d’août 174257. Ce prélat, très favorable à l’ordre monastique, loin de vouloir cumuler les bénéfices comme l’en accusèrent bêtement et faussement ses adversaires jansénistes58, s’efforça sans se hâter de bâtir une œuvre durable. Il y réussit par l’union avec l’abbaye de Sept-Fons. Le nouveau Val-Saint-Lieu qui en résulta s’incorpora en 176459 dans une réforme cistercienne particulièrement austère qui impressionna beaucoup les contemporains, dont Buffon et l’abbé Courtépée, et eut un grand rayonnement60.

  • 61 A.D. Haute-Marne, G 917, fos 7 v°. L’acte donne sa filiation, les qualité et profession de ses pare (...)
  • 62 D. Julia, « Le clergé paroissial dans le diocèse de Reims à la fin du xviiie siècle », Revue d’Hist (...)
  • 63 T. Tackett, « Le recrutement du clergé dans le diocèse de Gap au xviiie siècle », Revue d’Histoire (...)
  • 64 Jusqu’à présent, nous n’avons pu mener cette enquête ni à cette période, ni au xviiie siècle. Avant (...)

28Incontestablement, nos registres des insinuations apportent davantage d’informations sur les séculiers, surtout après 1691. Déjà auparavant, les jeunes gens qui se destinaient à l’état ecclésiastique y faisaient figurer ce qu’on appelle à Langres leur « patrimoine » (on parle ailleurs de « titre sacerdotal », de « titre clérical » ou de « titre patrimonial ») pour satisfaire à l’ordonnance qui exigeait un revenu minimum bien modeste de 100 livres avant toute ordination au sous-diaconat. Après beaucoup d’autres, Edme Blanchot fit insinuer son patrimoine, le 13 novembre 1768, soit une pension garantie par quelques terres à Bricon, près de Chaumont, provenant de la succession de son père61. À partir de sources assez proches, D. Julia est parvenu à connaître les origines sociales du clergé séculier du diocèse de Reims62. On peut procéder aussi, comme T. Tackett à Gap, en établissant un fichier de l’ensemble des sous-diacres et en vérifiant s’ils parviennent à la prêtrise63. Tout en sachant que ces dernières précisions sont alors impossibles à obtenir, il serait intéressant de mener l’enquête à Langres pour le xvie et la seconde moitié du xviie siècle64.

  • 65 Dans la Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXVI, 1980, p. 211-241.
  • 66 Sans compter ceux – assez nombreux – qui renoncent à cet état avant leur profession. Sur ce point : (...)

29C’est seulement à partir de 1691 que nous avons pu étudier les ordinations de ces clercs et publier, en 1980, l’essentiel des résultats65, mettant en lumière les difficultés des années 1730-1740 avant le redressement opéré sous l’épiscopat de Montmorin, phénomène qu’il convient de nuancer selon les zones géographiques grâce aux indications fournies par notre source au moment de la tonsure. En revanche, malgré une distinction soigneusement établie entre séculiers et réguliers, il n’a été possible ni de reconstituer les entrées en religion à partir des ordinations pour suppléer aux lacunes des registres de vêtures et de professions (par exemple à Morimond), ni de suivre constamment les réguliers jusqu’à la prêtrise et déceler ainsi ceux qui s’y refuseraient, indice d’une vocation tout à fait différente de la « vocation sacerdotale ». Deux réalités m’en ont empêché. D’abord des réguliers sont déjà tonsurés ou sous-diacres avant leur vêture qui ne coïncide pas avec telle ou telle ordination. Surtout, la prêtrise n’étant conférée qu’à vingt-cinq ans, un nombre très élevé a prononcé ses vœux auparavant et a été envoyé loin du diocèse de Langres (cas fréquent chez les Cisterciens ou dans les ordres mendiants), échappant par là à notre observation66, d’autant, qu’à la différence des séculiers, ils n’ont pas besoin d’« exeat » pour quitter l’évêché.

  • 67 Mais ces diacres sont ordonnés prêtres peu après.
  • 68 Rôle important de ces « bastions » pour les réguliers souligné dans Vocation et Fidélité, p. 156-16 (...)
  • 69 D. Dinet, « Les ordinations… » p. 224-225 et plus largement : D. Dinet, « Le jansénisme et les orig (...)

30En effet, grâce à ces autorisations ou au contraire par les actes d’incorporation, les migrations interdiocésaines des prêtres séculiers apparaissent dans notre source. Lorsqu’elles sont peu nombreuses, elles sont liées simplement au système bénéficial. La croissance des incorporations de diacres67 ou de prêtres à Langres à la fin du xviiie siècle est un indice supplémentaire des difficultés de recrutement du clergé. Leur venue en majorité du diocèse de Toul met en valeur le rôle de ces bastions de la Contre-Réforme qui ont fourni davantage encore des moines et des religieux68. L’enquête menée également dans l’évêché d’Auxerre, qui a subi plus lourdement l’épreuve janséniste, a confirmé ces phénomènes qui atteignent là une toute autre ampleur69.

  • 70 En collaboration avec D. Mc Kee, article cité à la note 62, p. 563-583.

31Au delà du recrutement des clercs, les insinuations ecclésiastiques demeurent la source essentielle pour l’examen de leurs « carrières ». Grâce à elles, à la fin du siècle dernier, l’abbé Roussel a pu dresser la liste (quasi complète depuis la fin du xviie siècle) des curés et des vicaires ou desservants de chaque paroisse et succursale. Il faudrait reprendre ce travail selon d’autres modalités, éventuellement à la manière de ce que D. Julia a réalisé à Reims70.

32Il en ressortirait vraisemblablement une relative instabilité au niveau des succursales (ainsi à Ricey-Hauterive où la plupart des vicaires restent moins de cinq ans en place) et le contraire dans les cures dotées des revenus les plus substantiels − pas seulement procurés par le bénéfice lui-même, mais aussi alimentés par les fondations et le casuel − sans doute aux mains de prêtres plus âgés. Néanmoins divers facteurs peuvent corriger ce schéma, tel l’attachement d’un pasteur à ses ouailles (ou leurs mauvais rapports) ou le désir d’un prêtre de se rapprocher de son milieu familial ou de l’endroit où il possède quelques biens.

33En outre, la relative rigidité du système bénéficial due à ses caractères propres (nombre quasi stationnaire des bénéfices, inamovibilité des titulaires) et accrue par l’allongement de la longévité du clergé au xviiie siècle freine la mobilité. Les « bonnes » cures gardent longtemps leurs pasteurs, c’est-à-dire entre trente et cinquante ans. Je m’en suis aperçu en Tonnerrois. À Ancy-le-Franc, Jean Chatat occupe la cure de 1699 à sa mort en 1749 ; à Ancy-le-Serveux, Robert Collet, pourvu en 1749, ne résigne qu’en 1788 ; à Lézinnes, Jean-François Baillot réside de 1751 à 1784…

34Les permutations, supposant l’accord réciproque entre clercs, ne doivent être guère fréquentes. Plus nombreuses sont certainement les résignations « in favorem », souvent avec réserve de pension, qui permettent les successions d’oncle à neveu (moins nombreuses au xviiie siècle qu’on ne le pense a priori) et surtout à des prêtres âgés et en mauvaise santé de se décharger complètement de leur paroisse, sans entretenir un vicaire (solution plus coûteuse semble-t-il), et de jouir d’une retraite rémunérée.

  • 71 A.D. Haute-Marne, G 917, fos 1-3. En fait, tous les actes ont été insinués entre le 26 septembre et (...)

35À cette occasion, non seulement la procédure ne manque pas d’intérêt, mais surtout elle nécessite un personnel qu’elle contribue à faire vivre, comme nous le rappelle l’exemple, pris au hasard, de Christophe Degriselle à Blessonville qui a résigné sa cure en 1768 (tout en se réservant une pension) au profit de son neveu, Nicolas. Il dut le faire entre les mains du pape, d’où le recours aux services de Mes Garnier et Petit d’Harcourt, avocats en parlement et banquiers expéditionnaires en Cour de Rome, qui se chargèrent aussi d’obtenir un arrêt du parlement de Paris permettant d’exécuter ladite résignation. Après quoi, Nicolas, muni en plus du « visa » de la cure par l’évêque de Langres, put en prendre possession le 4 octobre, acte qu’il fit contrôler et insinuer le 971.

36Il faudrait également étudier les démissions pures et simples, examiner si certaines n’ont pas été plus ou moins forcées par l’évêque, les moyens et les méthodes d’intervention de ce dernier dans un système qui lui échappe en partie, puisqu’il n’a pas dans ce diocèse − et de loin − le droit de présentation à l’ensemble des cures.

  • 72 En ce domaine, je renvoie, outre à l’abbé Roussel (op. cit., t. IV), à la thèse de G. Viard, Chapit (...)

37De même, il serait nécessaire de se pencher, − à Langres comme ailleurs −, sur les collations de chapelles, de prieurés simples et sans charge d’âmes. Est-ce un moyen pour une partie du clergé d’accumuler discrètement des bénéfices parfois modestes pour accroître leurs ressources ? Est-ce un recours pour des clercs à « portion congrue » ou pour les prêtres « habitués » d’un nombre important de paroisses urbaines, surtout dans les grandes villes et notamment à Paris ? Quel est le rôle des réguliers, particulièrement des bénédictins, dans cette recherche ? Là encore un dépouillement intégral des insinuations ecclésiastiques apporterait des réponses valables, quantitatives. Signalons aussi leur utilité pour l’étude des chapitres, à Langres comme dans les autres villes du diocèse72.

  • 73 Qui a trois bénéfices et plus est sujet aux gradués : le tiers des bénéfices leur est réservé depui (...)
  • 74 G. du Rousseaud de Lacombe, op. cit., II, p. 21 (et aussi tout l’article, p. 17-26). Voir également(...)

38Enfin l’exploitation de cette source est indispensable pour comprendre les problèmes des gradués. À Langres au xviiie siècle, ce sont presque toujours des individus qui ont reçu de l’université de Paris une lettre de « nomination » adressée à un ou plusieurs collateurs de bénéfices73, souvent l’évêché et le chapitre de Langres, souvent des abbayes comme Molesme ou Saint-Michel de Tonnerre. Ils commencent par « notifier » ou « signifier » cette lettre, accompagnée de leur grade ou de leur temps d’études (cinq ans au moins, d’où les « lettres de quinquennium ») auprès de ceux-ci et des insinuations ecclésiastiques afin d’être nommé par ce collateur au premier bénéfice vacant (par décès uniquement) pendant les mois affectés aux gradués : avril et octobre d’une part, janvier et juillet d’autre part. Les premiers sont mois de « faveur ». Pendant ce temps, le collateur a la liberté de choix parmi les gradués. Durant les deux autres mois, dits de « rigueur », le gradué le plus ancien nommé et le plus titré a priorité. Cependant la déclaration royale du 27 avril 1745 reconnaît cette liberté au collateur également pendant les mois de rigueur et donne aux docteurs et aux professeurs de théologie la priorité absolue, à la demande des Assemblées du Clergé, pour tous les bénéfices ayant charge d’âmes74. Si, jusqu’au carême suivant, un cas de vacance ne se présente pas, le gradué doit, – uniquement en temps de carême désormais –, « réitérer » ses grades selon une procédure simplifiée, éventuellement chaque année.

  • 75 Vers 1715-1720 comme vers 1730-1735, le phénomène est lié à l’encombrement des bénéfices d’autant q (...)
  • 76 A.D. Haute-Marne, G 917-918. Claude Gousselin de Richecourt, simple acolyte en 1771, était-il prêtr (...)
  • 77 A.D. Haute-Marne, G 920, fos 147-148, 167 v° et 241, G 921, fos 29, 189, 281 et G 922, fos 50… À Sa (...)

39Or vers 1715-1720, vers 1735 et, de façon moindre, vers 1770 et à la veille de la Révolution, on dénombre jusqu’à vingt ou trente réitérations de grades par an75, soit cinq à six fois plus qu’à l’ordinaire. Pour certains, l’attente est longue et peu fructueuse. Claude Gousselin, Jacques Hure, Paul Delacroix réitèrent ainsi en 1770, 1771, 1772. En janvier 1773, Claude Gousselin conçoit quelques espérances puisqu’un canonicat de Langres vient d’être vacant à la suite du décès de Sébastien Viney. Il s’empresse de faire insinuer sa « réquisition » auprès du chapitre, étant donné qu’on est en « mois de rigueur » et qu’il est « le plus ancien nommé ». Mais il lui faut déchanter car le chapitre lui préfère Pierre-Jacques Grenier. Jacques Hure paraît plus heureux en mars 1773, tandis que Paul Delacroix continue à réitérer, lui sur l’abbaye de Molesme, jusqu’en 177676. Pour augmenter ses chances, Etienne Breton, originaire de Bar-sur-Seine, se fait nommer, en avril 1781, sur les abbayes de Molesme et de Poulangy. II obtient de la seconde dès juillet une chapelle, dont il prend possession le 27 août. Mais ce maigre bénéfice ne satisfait guère ce prêtre « habitué » de Saint-Laurent à Paris puisqu’il réitère ensuite sur l’abbaye de Molesme jusqu’en 178877.

  • 78 Même constat en Normandie par le P. Berthelot du Chesnay, art. cit., p. 262.
  • 79 Je suis en train de recenser justement tous ces appels en vue d’une communication au prochain collo (...)

40Bien que cela touche au total un faible nombre de clercs, il serait intéressant de mesurer l’étendue géographique de ces encombrements passagers des bénéfices « réservés78 » et voir si l’insatisfaction qu’il engendre chez les gradués n’a pas nourri et accru les tensions internes qui agitent parfois intensément l’Église de France, aussi bien vers 1720-1730 avec les appels contre la bulle Unigenitus, – signés justement par de nombreux gradués79 –, qu’au moment de la Révolution.

  • 80 Les limites en sont fixées dès 1726 : A.D. Haute-Marne, G 905, f° 219.

41En définitive, à travers tous ces regards portés sur cette source, tous les problèmes qu’elle permet d’aborder, surtout si on sort du cadre d’un diocèse et si on la confronte avec d’autres documents, on perçoit mieux la richesse des registres des insinuations ecclésiastiques, au moins à Langres. D’ailleurs on pourrait encore en retirer d’autres renseignements, notamment sur la géographie diocésaine (ainsi lors de la création de l’évêché de Dijon en 1731)80, sur les unions et suppressions de bénéfices…

42En conséquence, il me paraît utile de suggérer l’établissement d’un répertoire complet de ces registres pour l’ensemble de la France, à l’image de ce qui a été réalisé pour les statuts synodaux et les visites pastorales, avec l’indication sommaire du contenu des différentes séries, très variable d’un diocèse à l’autre, semble-t-il, d’où la nécessité de noter l’existence de documents proches. Faute d’avoir réalisé ce vaste travail, je me bornerai à décrire les sources que je connais, tout en élargissant les perspectives d’après quelques inventaires d’archives départementales qu’il faudrait compléter par une consultation directe des documents, toujours indispensable.

  • 81 A.D. Côte-d’Or, G supplément 3/1 à 4. Dijon, de par son importance et la présence du parlement, dis (...)
  • 82 A.D. Côte-d’Or, G supplément 1/8 à 10.

43Pour Dijon, on possède, antérieurement à la création du diocèse, quatre registres « d’insinuations » couvrant la période 1681-1731, concernant les bénéfices de l’archidiaconé de Dijon. On y trouve aussi des dispenses de bans, de consanguinité et même un ensemble de monitoires souvent publiés à la suite de plaintes pour vol, informations qui n’ont jamais été insinuées à Langres81. Après 1731, à défaut d’insinuations, on dispose pour les années 1739 à 1787 de trois registres « d’actes épiscopaux », dont le contenu est à peu près similaire à celui des insinuations langroises82.

  • 83 A.D. Yonne, G 1771.
  • 84 A.D. Yonne, G 1773 à G 1788.
  • 85 A.D. Yonne, G 1772.
  • 86 Les périodes couvertes sont les suivantes : avril 1640-juillet 1642, novembre 1663-octobre 1669, 16 (...)
  • 87 A.D. Yonne, G 1601 à G 1607.
  • 88 Exemples dans A.D. Yonne, G 1598, p. 279-280, 378-382, 404-408, 448-449…

44À Auxerre, les insinuations ecclésiastiques, en dehors d’un registre 1678-169183, ne commencent qu’en 1729 pour s’achever en 178784. Malheureusement deux lacunes, en 1739-1742 et en 1765-1766 entachent la série que l’on peut compléter sommairement pour le début du xviiie siècle grâce à un registre de « contrôle des insinuations » (1706-1736), donnant la liste des actes avec leur date et leur tarification85. En outre, à part quelques lettres d’ordres isolées, les ordinations sacerdotales n’y figurent pas. Il faut donc recourir aux « provisions de bénéfices » qui ne couvrent que partiellement le xviie et le début du xviiie siècle86, avant d’être complètes à partir de la fin de l’année 171587. Contrairement à ce que leur titre annonce, ces registres contiennent de nombreux actes concernant les communautés religieuses, même celles dépourvues de bénéfice, et, au xviie siècle, les dispenses de consanguinité et autres relatives au mariage – en latin – avec un luxe de détails ignoré à Langres88.

  • 89 A.D. Yonne, G 603 à G 622. Seule l’année 1565 manque.
  • 90 Les registres conservés (A.D. Yonne, G 623 à G 627) couvrent seulement les années 1598-1601, 1606-1 (...)
  • 91 A.D. Yonne, G 628 à G 659. Les lacunes sont les suivantes : 1678-1679, 1692-1693, 1728-1729 et 1744 (...)
  • 92 A.D. Yonne, G 9-10 et 1 J 442-443. J’ai publié ces courbes dans « Le jansénisme… », p. 10.
  • 93 Plusieurs registres isolés entre 1653 et 1769, mais les lacunes sont considérables : A.D. Yonne, G (...)
  • 94 Voir A.D. Yonne, G 11 à G 19 et 1 J 523 à 527.

45À Sens, après une belle série de registres pour les années 1558 à 157789, les lacunes sont fréquentes jusqu’en 166990, plus rares ensuite. Mais la seule période sans interruption ne s’étend que de 1748 à 178891. Comme à Auxerre, il faut chercher les ordinations dans d’autres documents qui restent assez fragmentaires puisqu’il ne m’a été possible de reconstituer des courbes que pour les années 1689 à 1715 et 1734 à 176292. De même, les dispenses de consanguinité sont enregistrées à part et les volumes conservés ne permettent pas une étude sérielle de la question93. Enfin, certaines provisions de bénéfices figurent dans des registres isolés et séparés qui apparaissent aujourd’hui comme des épaves de cet immense fonds94.

  • 95 A.D. Aube, G 66 à G 125.
  • 96 A.D. Aube, G 36 à G 60.

46Au delà de ces diocèses sur lesquels je travaille, comment se présentent ces documents en Champagne et en Bourgogne ? En ces matières, le diocèse de Troyes semble posséder la plus belle collection, peut-être comparable à celle de Langres. Les insinuations y débutent très tôt, dès 1554. Les lacunes n’affectent que le xviie siècle (années 1623 à 1626 et 1628 à 1632 en particulier) et l’ensemble s’achève en 179195. Cependant, en dehors des lettres d’ordres insérées comme justificatifs pour postuler tel ou tel bénéfice, les ordinations doivent être consultées dans les « actes des évêques », conservés pour la période 1651-177996.

  • 97 A.D. Marne, G 56 à G 68 et G 75 à G 89.
  • 98 A.D. Marne, G 241 à G 249 et G supplément 3 (registre 1787-1791).
  • 99 A.D. Marne, G 229 à G 239.

47En revanche les fonds similaires du diocèse de Châlons-sur-Marne sont plus pauvres. Les registres, très rares pour le xvie siècle, n’offrent des séries continues que pour les années 1601 à 1670 et 1729 à 179197. Il faudrait en outre s’assurer de leur contenu exact. À Reims, les insinuations ecclésiastiques conservées ne commencent qu’en 1747 pour s’achever à la Révolution98. Elles paraissent avoir enregistré les mêmes actes qu’à Langres. Auparavant, on dispose de quelques liasses, sans doute incomplètes, pour les provisions de bénéfices et les titres cléricaux99.

  • 100 A.D. Saône-et-Loire, G 887 à G 905.

48En Bourgogne, les fonds de l’évêché de Maçon sont d’une indigence extrême. Ceux de l’évêché d’Autun ne couvrent que les années 1737-1787100. De plus, les ordinations sacerdotales, les réitérations de grades, les titres cléricaux sont consignés à part.

49Dans ces conditions, les registres des insinuations ecclésiastiques de Langres, malgré leurs lacunes chronologiques, constituent une remarquable et rare collection à la fois par l’ampleur de la série et par la variété des actes qui y sont insérés en conformité avec les édits royaux, dont celui de 1691. L’application de ce dernier ne fut donc pas aussi uniforme et parfaite que le souhaitait Louis XIV, même si cette impression est accrue par une conservation très inégale de ces documents.

  • 101 Pour les diocèses normands, voir les articles du P. Berthelot du Chesnay et de J.- L. Normand, cité (...)
  • 102 D’après la thèse du P. Berthelot du Chesnay, citée à la note 3.
  • 103 A.D. Charente-Maritime, G 79-80 et Archiv. communales La Rochelle, E supplément 1146 (pour le derni (...)
  • 104 A.D. Gironde, G 799 à G 825, d’après P. Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne, Paris, 1985, p.  (...)
  • 105 A.D. Hautes-Pyrénées, G 1425, utilisé par J.-F. Soulet, Traditions et réformes religieuses dans les (...)
  • 106 D’après R. Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au xv (...)
  • 107 A.D. Hautes-Alpes, G 870 à G 880.
  • 108 T. Tackett, Priest and parish…, p. 309.

50Ce constat champenois et bourguignon me paraît avoir une valeur plus large au vu de quelques confrontations rapides, sûrement superficielles, avec d’autres régions. Dans plusieurs diocèses normands (Bayeux, Lisieux, Coutances…) comme dans celui de Boulogne, les registres subsistants sont rarement antérieurs à la fin du xviie siècle. En outre, à Boulogne, les ordinations n’y figurent pas101. En Bretagne, on rencontre des registres du xviiie siècle pour les évêchés de Saint-Brieuc, de Rennes et de Saint-Malo, mais pour celui de Nantes, seulement deux volumes qui concernent les années 1702-1710102. La Rochelle n’est guère mieux pourvu : trois registres, sans continuité, couvrent une partie de la période 1681-1711103. Dans le Sud-Ouest, la seule série importante est sans doute celle de Bordeaux104. Quel contraste avec Tarbes qui ne possède qu’un registre pour 1696-1700105 ! Plus à l’est, le diocèse de Nîmes est plus riche, les registres y commençant en 1598. À part une lacune de 1674 à 1692, ils sont ensuite disponibles jusqu’en 1707, mais les collations de bénéfices constituent une autre série106. À Gap, les insinuations couvrent les années 1687-1771107, mais n’ont enregistré ni les ordinations, ni les nominations et réitérations des gradués108.

51Bref, une enquête systématique révélera les collections les plus riches et permettra de faire avancer la recherche, peut-être de renouveler l’histoire administrative, sociale et religieuse, à condition de confronter cette source avec d’autres. Le recours aux insinuations ecclésiastiques devrait nous éclairer une nouvelle fois sur la distance entre les édits royaux et leur application, donc nous inviter à parler avec prudence de la monarchie « absolue ». Cela nous fera découvrir ce monde des greffiers, des banquiers expéditionnaires en Cour de Rome, des bureaux diocésains. La connaissance des clercs du xvie et du début du xviie siècle y gagnerait beaucoup, de même, sur une longue durée, celle des réguliers, celle des gradués des universités. Surtout, on devrait mieux percevoir certaines habitudes sur l’estimation, la recherche, la négociation discrète des bénéfices, leur cumul, les résistances à ces manœuvres, les conflits qu’elles suscitent et se demander quel a été le résultat concret et tangible de la Réforme catholique en ce domaine. Des surprises sont possibles de ce côté !

52De plus, améliorée au fil des temps, l’institution des insinuations, mineure en apparence, a contribué à enraciner, à renforcer telle ou telle de ces pratiques relativement récentes (certains types de résignation, la « nomination » des gradués…) qui ont laissé au clergé une marge (ou un espace) non négligeable de liberté face à l’épiscopat jusqu’à la Révolution française.

53De même, il faudrait s’interroger sur le rôle des résignations « in favorem », parmi d’autres éléments, dans la montée, lente, discrète de l’influence romaine sur l’Église de France, rechercher si cela n’a pas contribué, plus qu’on ne le pense souvent, à un recul du gallicanisme en profondeur, quoique celui-ci se soit manifesté plusieurs fois avec éclat jusqu’en 1790, avec la Constitution civile du Clergé.

54Enfin une réflexion sur les apports des insinuations ecclésiastiques devrait aboutir à une vision renouvelée du système bénéficial qui est au cœur des assises matérielles de l’Église d’Ancien Régime. Il a certainement été fortifié au xvie siècle par la mise en place de ces insinuations qui ont eu pour but premier de l’assainir, de le réguler, d’effacer ou d’atténuer les irrégularités les plus flagrantes, de diminuer le nombre des contestations (qu’il faudrait mieux connaître).

  • 109 On laissera de côté ici les menaces extérieures qui pèsent sur lui (critiques philosophiques, proje (...)

55La possession de longues séries chronologiques de nos documents permettra de saisir les évolutions de ce système bénéficial et d’apprécier sa vitalité à la fin du xviiie siècle. Osons proposer, – au moins à titre d’hypothèse –, quelques remarques suggérées par l’observation des réalités bourguignonnes et champenoises. Tout au long du xviiie siècle, le système paraît vivant, mais il en émane des signes contradictoires sur sa santé109. Trois problèmes me semblent émerger.

  • 110 D. Julia, « L’éducation des ecclésiastiques en France aux xviie et xviiie siècles », Problèmes d’hi (...)

56Si la recherche des bénéfices se poursuit, si des contestations se manifestent toujours entre clercs concurrents (on le voit bien lors des oppositions suscitées par des prises de possession), l’attrait même du bénéfice se réduit au sein du monde clérical, par suite d’une valorisation du sacerdoce qui a enfin porté ses fruits. On paraît chez les jeunes être davantage attiré par le pouvoir sacré du prêtre que par la « chasse » aux bénéfices. Les ordinations apportent à cet égard un indice révélateur. Au xviie siècle encore, une foule de jeunes gens ne dépassaient guère la tonsure ou les ordres mineurs, niveau suffisant pour l’obtention d’un bénéfice sans charge d’âmes. Peu à peu au xviiie siècle (et parfois dès la fin du xviie siècle), les tonsurés, dont les effectifs diminuent sensiblement, persévèrent en beaucoup plus grand nombre jusqu’à la prêtrise, ce qui n’empêche pas des variations du taux de persévérance des tonsurés à la prêtrise, influencé par la sévérité ou non des examinateurs diocésains110.

  • 111 Par exemple, François Bodet, curé de Fiez-les-Chablis, la préfère aux aléas des dîmes (insinuation (...)

57Seconde question : le nombre des clercs intégrés dans le système bénéficial, donc intéressés à son maintien, à sa survie, est-il aussi grand ? On peut émettre des doutes à ce sujet, étant donné la situation d’une large fraction du clergé urbain qui n’en tire pas la majeure partie de ses ressources. Ajoutons-y dans les campagnes les curés et vicaires à « portion congrue », plus nombreux encore après l’édit de mai 1768 qui offre l’option entre des dîmes incertaines et une somme de 500 livres par an, venant en supplément du casuel et du revenu des fondations. Dans l’évêché de Langres, plusieurs dizaines d’entre eux s’empressent de choisir la nouvelle pension et de faire insinuer ce choix qui leur assure, pensent-ils, un traitement régulier et garanti et leur évite de multiples contestations, toujours coûteuses, avec les gros décimateurs111.

  • 112 A. D. Haute-Marne, G 915, fos 263-265. Il est vrai que les difficultés de recrutement du clergé ne (...)

58Enfin, n’oublions pas les coups portés au système par l’épiscopat qui, tout en vivant grâce à lui, n’aime guère cette structure qui échappe en grande partie à son contrôle. Or, je crois observer une politique des évêques, plus ou moins intense selon leur personnalité, pour éteindre les bénéfices sans charge d’âmes, les prieurés simples et les chapelles en « ruines » ou non, les abbayes vite qualifiées de moribondes et les unir soit aux évêchés, soit à d’autres bénéfices, généralement des œuvres « utiles », dans la pensée du siècle, des séminaires, des collèges, des hôpitaux… Même Montmorin à Langres participe à ce mouvement vis-à-vis du prieuré de Saint-Geosmes, qu’à la différence du Val-des-Choux, il n’a pas songé à ranimer. En 1764, cet établissement est incorporé au séminaire de Langres, à la fois pour servir de « maison de retraite aux curés infirmes » du diocèse et pour accueillir de « pauvres jeunes gens de famille qui auraient des dispositions à l’état ecclésiastique112 ». À la même époque, à Sens, le cardinal de Luynes supprime sans scrupule apparent plus d’une centaine de bénéfices ! Ailleurs, d’autres accélèrent ce mouvement… Tout cela ne prépare-t-il pas la voie qui aboutit à la démarche radicale et extrême de Talleyrand, le 2 novembre 1789 ?

59Voilà quelques réflexions, fruits d’un contact prolongé avec ces volumineux registres. Comme quoi, une institution, modeste en soi, les insinuations ecclésiastiques, par sa durée, par le travail laborieux, répétitif, ingrat et pourtant soigné qu’elle a accompli, peut se révéler un observatoire de grande qualité. En fonction des édits royaux et de l’intérêt qu’on avait à les respecter, cette source a enregistré une masse énorme d’informations, variables selon les diocèses et les époques, sur le clergé et la vie de l’Église (au sens le plus large) pendant près de deux siècles et demi. D’autres questions peuvent certainement être posées à ces documents, d’où la nécessité de mieux les connaître et d’abord de mieux recenser leurs richesses. Un vaste chantier est ouvert.

Notes

1 Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 3e éd., Lyon, 1776, t. III, p. 361.

2 C. Berthelot du Chesnay, « Le clergé diocésain français et les registres des insinuations ecclésiastiques », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1963, p. 241-269 et du même, Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, Rennes, 1984. D’autres historiens en ont plus ou moins tiré profit, tels T. Tackett, Priest and parish in Eighteenth-Century France. A Social and Political Study of the Curés in a Diocese of Dauphiné. 1750-1791 (Gap), Princeton, 1977 et J.-L. Normand, « Un essai d’utilisation des registres des insinuations ecclésiastiques. Etude sur les bénéfices ecclésiastiques du diocèse de Bayeux (1740-1790) », Annales de Normandie, 1977, p. 295-319. Cet article, qui reprend un mémoire de maîtrise, est loin d’épuiser le sujet.

3 Abbé Roussel, Le diocèse de Langres. Histoire et statistique, Langres, 1873-1879.

4 Notamment dans : D. Dinet, « Les ordinations sacerdotales dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles) », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXVI, 1980, p. 211-241 et Vocation et Fidélité. Le recrutement des Réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles), Paris, 1988.

5 Vues neuves sur ces problèmes dans : M. Venard, « Une réforme gallicane ? Le projet de concile national de 1551 », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXVII, 1981, p. 201-225.

6 G. du Rousseaud de Lacombe, Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale, Paris, 1771, partie II, Lois canoniques et bénéficiales par ordre chronologique, p. 59.

7 Ibid., p. 62-63. Rappelons qu’une résignation « in favorem » permet soit une permutation de bénéfices, soit une transmission à une personne désignée nommément, généralement avec une réserve de pension sur le bénéfice. Cette pratique, qui s’est développée au début du xvie siècle et s’est généralisée alors, contient une sorte de succession et transmission d’une personne à une autre, défendue par la discipline traditionnelle de l’Église. C’est pourquoi le pape seul peut régulariser cela (Durand de Maillane, op. cit., t. V, p. 207-216).

8 Imposées par l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 (art. 132) et organisées par l’édit de mai 1553. R. Doucet, Les institutions de la France au xvie siècle, Paris, 1948, t. I, p. 261 y voit surtout une invention fiscale. Il est vrai que c’est l’ancêtre de l’administration de l’enregistrement.

9 Indiquons seulement que les gradués des universités pouvaient obtenir une « nomination » auprès d’un collateur de bénéfices afin d’être préférés à d’autres clercs, sous certaines conditions. Nous y reviendrons plus loin.

10 G. du Rousseaud de Lacombe, op. cit., II, p. 67-68.

11 Sur ces offices : R. Mousnier, La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Paris, 2e éd., 1971, p. 102 et 176-177.

12 R. Mousnier, op. cit., p. 130 rappelle que de 1594 à 1597 s’effectuèrent la plupart des créations d’offices du règne.

13 G. du Rousseaud de Lacombe, op. cit., II, p. 110.

14 Ibid., II, p. 113-116. Ces registres comprenaient 300 feuillets, cotés et paraphés, disposition adoptée en 1691 pour les insinuations ecclésiastiques.

15 Arch. Nat, G 8 *, 6 avril 1646. P. Blet, Le Clergé de France et la Monarchie. Etude sur les Assemblées Générales du Clergé de 1615 à 1666, Rome, 1959, t. II, p. 90 signale le fait sans en mesurer toute l’importance.

16 G. du Rousseaud de Lacombe, op. cit., II, p. 121-122.

17 Le texte intégral de l’édit figure aussi bien dans G. du Rousseaud de Lacombe, op. cit., II, p. 170-173 que dans Durand de Maillane, op. cit., t. III, p. 361-367. Il fut enregistré au Parlement de Paris, le 2 janvier 1692.

18 Les fonctions de greffier des insinuations ecclésiastiques et de notaires (royaux ou apostoliques) étaient rigoureusement séparées pour prévenir toute fraude.

19 Op. cit., t. III, p. 367.

20 Les prises de possession, les décrets d’érection, de suppression et union de bénéfices y étaient également soumises.

21 Les « dimissoires » ou « lettres dimissoriales » étaient des autorisations délivrées par un évêque (ou un abbé pour les réguliers) pour conférer les ordres à des jeunes gens ou à des clercs dans un autre diocèse que le leur.

22 Procédure gratuite pour les ordres mendiants.

23 Un « indult » est une grâce que le pape accorde par bulles à un individu contre la disposition du droit commun. En effet, la plupart des ordres religieux interdisent ces translations par leurs constitutions.

24 Il en coûtait trois livres.

25 Procédure gratuite pour les « pauvres » (les curés attestent presque dans tous les cas cette pauvreté…), taxée 12 livres pour les « riches ».

26 L’expérience m’a montré qu’il faut légèrement nuancer cette affirmation. Cela est vrai pour le diocèse de Besançon, mais l’étude des sources prouve que l’édit a été appliqué dans les paroisses du Comté de Bourgogne relevant du diocèse de Langres.

27 Articles XXV à XXIX de cette déclaration si importante pour la tenue des registres paroissiaux. Pour l’ordre de Malte, voir l’article XXXI. Texte dans Durand de Maillane, op. cit., t. V, p. 113.

28 La nouvelle procédure était gratuite, alors qu’il en coûtait 1 livre 10 sous auprès des insinuations ecclésiastiques. De même, les extraits délivrés par les supérieurs de communauté religieuse étaient gratuits, à la réserve du papier timbré seulement.

29 Par l’article XXXII de la Déclaration du 9 avril 1736. Là aussi se retrouvait l’avantage de la gratuité, alors que 10 sous étaient nécessaires pour chaque lettre d’ordre auprès des insinuations ecclésiastiques. Notons cependant que pour les ordinations, la loi ne prévoyait qu’un seul registre détenu par les évêchés.

30 G. du Rousseaud de Lacombe, op. cit., II, p. 267.

31 Arch. Dép. (désormais A.D.) Haute-Marne, G 866 à G 880.

32 Cette numérotation semble avoir été établie vers 1740.

33 A.D. Haute-Marne, G 881-882 (1665-1672) et G 883 à G 922 (1679-1791), soit 40 registres depuis 1679. Signalons cependant une lacune : de septembre à décembre 1706, 50 feuillets d’un registre ayant été arrachés (G 899). Ajoutons aussi qu’une table des bénéfices contenus dans ces registres a été dressée au milieu du xviiie siècle, par Luc-Gabriel Gaucher, secrétaire de la Chambre du Clergé du diocèse (G 923).

34 Les archives des officialités diocésaines peuvent également servir dans ce but. Tel est le cas à Langres pour le xviiie siècle. Evidemment, cela ne concerne que la minorité (parfois importante dans les petites paroisses : 18 % à Argentenay en Tonnerrois, par exemple) ayant eu besoin de recourir à ces dispenses.

35 Je me permets de renvoyer pour des indications plus précises à ma thèse sur Le recrutement des Réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles), Doctorat de 3e cycle, Paris-I, 1985, 543 p. dactyl. ou à sa version imprimée, – qui reprend l’essentiel –, Vocation et Fidélité, Paris, 1988 (voir en particulier, pour les entrées en religion, l’annexe II, p. 304-307).

36 Ainsi la profession de Marie Monot chez les Ursulines, le 2 juin 1699, est insinuée dès le 3 juin ! (A.D. Haute-Marne, G 894, fos 20-21).

37 A.D. Haute-Marne, G 895, f os 228-229, insinuation du 20 août 1701. Même chose pour les Visitandines et les Cisterciennes de Dijon en 1700…

38 A.D. Haute-Marne, G 890, fos 119 v °, insinuation du 29 décembre 1692 donnant toutes les professions de l’année à Clairvaux.

39 Pour cette communauté, nous avons donc les entrées en religion pour une période de près de 40 ans, ce qui comble partiellement la perte de ses registres propres, détruits dans l’incendie de l’hôtel de ville de Langres en 1892.

40 Plus longs développements dans Vocation et Fidélité, p. 211-214.

41 A.D. Haute-Marne, G 903, fos 73-75, insinuation du 19 août 1718. Il fit enregistrer aussi la fulmination de l’indult et de ses bulles par l’officialité de Langres (c’est-à-dire, pour simplifier, la vérification de ces documents, avec interrogatoire éventuel de l’intéressé et de témoins. Procédure normale).

42 Notamment sur celle, très complexe, de Marie de Massol qui se termina, comme d’autres, devant le parlement et le Conseil du roi (Vocation et Fidélité, p. 216-217).

43 Les archives de l’officialité de Langres, excellentes alors, ont seules permis de les appréhender.

44 La Religieuse (du langrois Diderot), écrite vers 1760, mais publiée seulement en 1796, est un chef-d’œuvre en la matière, mêlant très habilement, pour mieux attaquer l’institution monastique, la réalité et la fiction.

45 Seulement deux cas de religieuses pour le diocèse de Langres…

46 A.D. Doubs, G 633 à G 641. Le nombre légèrement plus élevé de ces affaires que dans le diocèse de Langres est à mettre en rapport avec des professions religieuses elles-mêmes beaucoup plus nombreuses.

47 Là encore, je renvoie à Vocation et Fidélité, p. 225-246.

48 A.D. Haute-Marne, G 909, fos 234-235.

49 A.D. Haute-Marne, G 920, fos 14, prise de possession du 9 décembre 1779. Est-ce un témoignage de satisfaction de la Cour pour son habileté à étouffer le jansénisme dans son diocèse ?

50 A.D. Haute-Marne, G 922, fos 215 v°. La prise de possession est du 24 juillet 1789. Est-ce une récompense pour cet évêque âgé (né en 1709) ? ou un supplément de revenu, l’évêché de Die ne procurant que 15 000 livres annuelles ?

51 A.D. Haute-Marne, G 909, fos 99-101 (insinuation de ses bulles… 11 novembre 1737) et fos 103 (prise de possession, 21 novembre).

52 A.D. Haute-Marne, G 916, fos 283-284.

53 D. Dinet, « Une congrégation nouvelle à la fin de l’Ancien Régime, les Ursulines de Mussy-l’Evêque », Les religieuses enseignantes. xvie-xxe siècles, Angers, 1981, p. 89-100, où l’on trouvera toutes les références nécessaires.

54 Celle de Jean-François Plubel, fils d’un procureur à Langres, le 27 février 1713. L’insinuation est du 26 mars (A.D. Haute-Marne, G 901, fos 172 r°). Un acte précédent, en 1710, prouve la présence de six religieux seulement.

55 A.D. Haute-Marne, G 903, fos 252-253. Voir aussi Abbé Roussel, op. cit., t. III, p. 63-64 et J. Laurent, F. Claudon, Abbayes et prieurés de l’ancienne France, t. XII, 3e partie, Diocèses de Langres et de Dijon, Ligugé-Paris, 1941, p. 425-429. Cependant, ces notices sont à reprendre complètement. Nous y reviendrons dans notre thèse de Doctorat d’Etat (en cours) sur Les réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles).

56 A.D. Haute-Marne, G 907, fos 92 v°. Election du 16 mai, insinuation du 28.

57 A.D. Haute-Marne, G 910, fos 128-130.

58 Voyez les Nouvelles Ecclésiastiques de 1742, p. 149.

59 L’insinuation du 19 mars 1764 suit les lettres-patentes de Louis XV, les bulles (1761) et leur enregistrement au parlement de Bourgogne (7 février 1764) : A.D. Haute-Marne, G 195, fos 226-228. Vêtures et professions reprennent alors : les premiers vœux d’un convers sont prononcés le 29 février (A.D. Côte-d’Or, 66 H, 1er registre des professions).

60 J’ai déjà reproduit ces opinions dans « Mourir en religion… », Revue Historique, t. CCLIX/I, 1978, p. 37-38. Voir aussi Vocation et Fidélité, p. 60, 66-67, 121 et 239. Nous évoquerons également dans notre thèse d’Etat l’attitude et le sort de ces moines sous la Révolution. Disons seulement qu’ils honorèrent l’ordre cistercien.

61 A.D. Haute-Marne, G 917, fos 7 v°. L’acte donne sa filiation, les qualité et profession de ses parents, le détail minutieux des parcelles garantissant ce patrimoine. Edme Blanchot, ordonné prêtre en décembre 1769, fut professeur au séminaire de Langres, chanoine de Mussy-l’Evêque de 1777 à 1779, puis curé de Ravières et de Montsaon.

62 D. Julia, « Le clergé paroissial dans le diocèse de Reims à la fin du xviiie siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1966, p. 195-216 et surtout D. Julia & D. Mc Kee, « Le clergé paroissial dans le diocèse de Reims sous l’épiscopat de Charles-Maurice Le Tellier : origine et carrières », Ibid., 1982, p. 529-583 (en particulier p. 545-556 où l’échantillon est solide et sa représentativité soigneusement mesurée).

63 T. Tackett, « Le recrutement du clergé dans le diocèse de Gap au xviiie siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1973, p. 497-522 qui montre bien les limites du procédé. En revanche l’étude d’Y. M. Le Pennec, « Le recrutement des prêtres dans le diocèse de Coutances au xviiie siècle », Revue du département de la Manche, t XII, 1970, p. 191-234 n’a pas la même rigueur de méthode.

64 Jusqu’à présent, nous n’avons pu mener cette enquête ni à cette période, ni au xviiie siècle. Avant 1691, faute de sources sur les ordinations, il sera difficile d’établir l’exhaustivité des résultats.

65 Dans la Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXVI, 1980, p. 211-241.

66 Sans compter ceux – assez nombreux – qui renoncent à cet état avant leur profession. Sur ce point : D. Dinet, Vocation et Fidélité, p. 48-69 et sur les problèmes de mobilité des réguliers : p. 142-148.

67 Mais ces diacres sont ordonnés prêtres peu après.

68 Rôle important de ces « bastions » pour les réguliers souligné dans Vocation et Fidélité, p. 156-167.

69 D. Dinet, « Les ordinations… » p. 224-225 et plus largement : D. Dinet, « Le jansénisme et les origines de la déchristianisation au xviiie siècle : l’exemple des pays de l’Yonne », Du jansénisme à la laïcité, Paris, 1987, p. 1-34.

70 En collaboration avec D. Mc Kee, article cité à la note 62, p. 563-583.

71 A.D. Haute-Marne, G 917, fos 1-3. En fait, tous les actes ont été insinués entre le 26 septembre et le 9 octobre, lorsque l’essentiel des formalités a été accompli et que les deux hommes furent en possession de toutes les pièces nécessaires, ce qui n’est pas absolument conforme à l’édit de 1691, la résignation notamment aurait du être insinuée plus tôt. Le coût de l’ensemble de la procédure, qui demanda environ six mois, serait aussi intéressant à connaître.

72 En ce domaine, je renvoie, outre à l’abbé Roussel (op. cit., t. IV), à la thèse de G. Viard, Chapitre et réforme catholique au xviie siècle, le chapitre cathédral de Langres de 1615 à 1695, 3e cycle, Nancy, 1974, dactyl. qui a utilisé les insinuations ecclésiastiques. À défaut de ce travail, qui n’a malheureusement pas été imprimé, on peut consulter de cet auteur : « Le chapitre cathédral de Langres au xviie siècle », Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres, t. XVI, 1975, p. 337-353 et « Les chanoines de Langres au xviie siècle : recrutement, origines, fortunes », Annales de l’Est, 1976, p. 87-138.

73 Qui a trois bénéfices et plus est sujet aux gradués : le tiers des bénéfices leur est réservé depuis la Pragmatique Sanction et le Concordat de 1516.

74 G. du Rousseaud de Lacombe, op. cit., II, p. 21 (et aussi tout l’article, p. 17-26). Voir également Durand de Maillane, op. cit., t. II, p. 129-156. En réalité, en raison de la mortalité cléricale peu différente de celle des moines, les possibilités des gradués sont plus réduites qu’il ne parait : la mortalité saisonnière des prêtres est plus forte en janvier et en avril qu’en juillet et en octobre (D. Dinet et H. Le Bras, « Mortalité des laïcs et mortalité des religieux : les bénédictins de Saint-Maur aux xviie et xviiie siècles », Population, 1980, p. 374-375).

75 Vers 1715-1720 comme vers 1730-1735, le phénomène est lié à l’encombrement des bénéfices d’autant que le nombre des nouveaux tonsurés et prêtres est lui-même très élevé, d’où peut-être la chute des ordinations constatée à ces périodes, même si après 1730, la création de l’évêché de Dijon et la crise janséniste y contribuent principalement. Vers 1770 et à la veille de la Révolution, l’augmentation des réitérations de grades est plus faible. La lenteur à être pourvu d’un bénéfice tient sans doute à une augmentation de la longévité du clergé.

76 A.D. Haute-Marne, G 917-918. Claude Gousselin de Richecourt, simple acolyte en 1771, était-il prêtre en 1773 ? Jacques Hure, après avoir été élu par le chapitre, fut évincé pour ne pas avoir reçu la prêtrise (abbé Roussel, op. cit., t. IV, p. 118).

77 A.D. Haute-Marne, G 920, fos 147-148, 167 v° et 241, G 921, fos 29, 189, 281 et G 922, fos 50… À Saint-Laurent, sa principale fonction consistait à célébrer la grand-messe quotidienne (L. Brochard, Histoire de la paroisse et de l’église Saint-Laurent à Paris, Paris, 1923, p. 359). Tous ces exemples attestent qu’il ne s’agit nullement de pratiques « anachroniques » comme l’écrit un peu légèrement J.-L. Normand, « Le système bénéficial : l’an mil au temps des Lumières ? », Annales de Normandie, 1976, p. 135.

78 Même constat en Normandie par le P. Berthelot du Chesnay, art. cit., p. 262.

79 Je suis en train de recenser justement tous ces appels en vue d’une communication au prochain colloque international de la Société des Amis de Port-Royal (Versailles, automne 1989).

80 Les limites en sont fixées dès 1726 : A.D. Haute-Marne, G 905, f° 219.

81 A.D. Côte-d’Or, G supplément 3/1 à 4. Dijon, de par son importance et la présence du parlement, disposait d’un greffe des insinuations comme d’une officialité. En revanche ces registres ne contiennent rien sur les ordinations sacerdotales.

82 A.D. Côte-d’Or, G supplément 1/8 à 10.

83 A.D. Yonne, G 1771.

84 A.D. Yonne, G 1773 à G 1788.

85 A.D. Yonne, G 1772.

86 Les périodes couvertes sont les suivantes : avril 1640-juillet 1642, novembre 1663-octobre 1669, 1685-février 1691 et 1702-1709 : A.D. Yonne, G 1597 à G 1600.

87 A.D. Yonne, G 1601 à G 1607.

88 Exemples dans A.D. Yonne, G 1598, p. 279-280, 378-382, 404-408, 448-449…

89 A.D. Yonne, G 603 à G 622. Seule l’année 1565 manque.

90 Les registres conservés (A.D. Yonne, G 623 à G 627) couvrent seulement les années 1598-1601, 1606-1608, 1610-1611, 1624-1626 et 1645-1656.

91 A.D. Yonne, G 628 à G 659. Les lacunes sont les suivantes : 1678-1679, 1692-1693, 1728-1729 et 1744-1747.

92 A.D. Yonne, G 9-10 et 1 J 442-443. J’ai publié ces courbes dans « Le jansénisme… », p. 10.

93 Plusieurs registres isolés entre 1653 et 1769, mais les lacunes sont considérables : A.D. Yonne, G 240 à G 244 et G 25 à G 27.

94 Voir A.D. Yonne, G 11 à G 19 et 1 J 523 à 527.

95 A.D. Aube, G 66 à G 125.

96 A.D. Aube, G 36 à G 60.

97 A.D. Marne, G 56 à G 68 et G 75 à G 89.

98 A.D. Marne, G 241 à G 249 et G supplément 3 (registre 1787-1791).

99 A.D. Marne, G 229 à G 239.

100 A.D. Saône-et-Loire, G 887 à G 905.

101 Pour les diocèses normands, voir les articles du P. Berthelot du Chesnay et de J.- L. Normand, cités à la note 2. Pour Boulogne, les insinuations de 1724 à 1790 (A.D. Pas-de-Calais, 1 G 18 à 1 G 30) doivent être complétées par d’autres registres pour les ordinations (1 G 5 à 1 G 12), d’après A. Playoust-Chaussis, La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au xviiie siècle (1725-1790), Arras, 1976.

102 D’après la thèse du P. Berthelot du Chesnay, citée à la note 3.

103 A.D. Charente-Maritime, G 79-80 et Archiv. communales La Rochelle, E supplément 1146 (pour le dernier), d’après L. Pérouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, 1964, p. 20 qui en souligne lui aussi l’intérêt.

104 A.D. Gironde, G 799 à G 825, d’après P. Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne, Paris, 1985, p. 502.

105 A.D. Hautes-Pyrénées, G 1425, utilisé par J.-F. Soulet, Traditions et réformes religieuses dans les Pyrénées centrales au xviie siècle, Pau, 1974.

106 D’après R. Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au xviie siècle, Louvain, 1979, p. 12-13.

107 A.D. Hautes-Alpes, G 870 à G 880.

108 T. Tackett, Priest and parish…, p. 309.

109 On laissera de côté ici les menaces extérieures qui pèsent sur lui (critiques philosophiques, projets fiscaux et autres de la royauté…), même si elles ne sont pas négligeables.

110 D. Julia, « L’éducation des ecclésiastiques en France aux xviie et xviiie siècles », Problèmes d’histoire de l’Education, Ecole Française de Rome, 1988, p. 181-183 (à partir des exemples de Saint-Malo – thèse de C. Berthelot du Chesnay – et du Mans – thèse de 3e cycle d’A. Poyer, Devenir curé dans le diocèse du Mans au xviiie siècle, Rennes-II, 1986).

111 Par exemple, François Bodet, curé de Fiez-les-Chablis, la préfère aux aléas des dîmes (insinuation du 22 novembre 1768 : A. D. Haute-Marne, G 917, f° 9 v°).

112 A. D. Haute-Marne, G 915, fos 263-265. Il est vrai que les difficultés de recrutement du clergé ne sont pas terminées et que l’apport de nouvelles couches sociales devient indispensable. Mais ce ne sont pas, apparemment, tellement celles auxquelles songe Montmorin qui ont rejoint les rangs du clergé.

Notes de fin

1 Ce texte a été présenté au séminaire de M. le Professeur Pierre Chaunu, de l’Institut, au Centre de Recherches sur les Civilisations de l’Occident Moderne (Université de Paris-Sorbonne), le 8 novembre 1988. Nous remercions très vivement M. Chaunu pour son accueil toujours chaleureux, ses remarques et ses riches suggestions.

2 Paru initialement dans Histoire, Économie, Société, 1989, p. 199-221.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search