Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Les communautés religieuses féminines de Bourgogne et de Champagne face à la Révolution

(1988)1

Texte intégral

  • 1 Paru initialement dans Pratiques religieuses, mentalités et spiritualités dans l’Europe révolutionn (...)
  • 1 Boussoulade (Jean), Moniales et hospitalières dans la tourmente révolutionnaire. Les communautés de (...)
  • 2 Langlois (Claude), Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale a (...)
  • 3 Dinet (Dominique), Le recrutement des réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xvii(...)

1Jusqu’à présent les communautés religieuses féminines, en dehors de celles de l’ancien diocèse de Paris, n’ont guère fait l’objet d’une étude d’ensemble durant la période révolutionnaire1. Certes, des travaux sur tel ou tel département, des monographies de couvent ou d’ordre apportent quelques éléments à ce dossier qu’il convient de rouvrir pour comprendre comment le xixe siècle a pu devenir l’âge d’or des congrégations après les tentatives de la Révolution française pour les anéantir2. Si les efforts des révolutionnaires, pénétrés des idées philosophiques estimant contre nature les vœux monastiques, ont vite abouti à la fermeture des maisons religieuses et, le plus souvent, à la dispersion de leurs membres, rendant plus difficile la tâche des chercheurs, ils n’ont pas toujours obtenu leur suppression définitive car ces communautés de femmes étaient sans doute plus vivantes et plus attachées à ce genre de vie qu’on ne le pensait à l’époque. Notre enquête sur le recrutement des réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon aux xviie et xviiie siècles l’a clairement établi3. Un examen de la vie religieuse durant la Révolution ne peut donc les ignorer.

  • 4 À ce titre, cette recherche s’inscrit dans le cadre de la thèse de doctorat d’Etat de dinet (Domini (...)

2À partir des acquis de notre thèse, cette communication vise à prolonger notre recherche, en l’élargissant légèrement puisque les anciens diocèses ont disparu dès 1790 pour se mouler dans la nouvelle organisation départementale4. Bien entendu dans le cadre qui nous est imparti nous ne pouvons ici que proposer quelques réflexions appuyées sur un choix d’exemples. Dans l’avenir, d’autres articles permettront de compléter et de nuancer ce tableau. Dès maintenant il nous semble important de souligner la vitalité de l’immense majorité de ces communautés lorsqu’éclate la Révolution, puis à mesure que s’évanouissent les espoirs de survie des couvents et des monastères, l’hostilité de la plupart des sœurs au nouveau régime s’affirme, même si elles tentèrent constamment de maintenir les œuvres qu’elles assuraient. Généralement chassées de leurs maisons à l’automne 1792, leurs attitudes furent dès lors plus variées : l’isolement, la gêne, la pression des familles engendrèrent la résignation et l’abandon ; inversement des petits groupes fragiles subsistant avec difficulté ça et là, en liaison étroite avec le clergé réfractaire sous la protection d’une partie de la population, surgirent les éléments d’une renaissance plus ou moins précoce.

  • 5 Arch. nat., D XIX, I, 8 ; D XIX, 4, 53 et Tartat (Pierre), Avallon au xviiie siècle, II. La Révolut (...)

3En 1790, le premier signe de vitalité des communautés féminines est leur nombre. Dans les seuls diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon, on en comptait soixante-dix, chiffre jamais dépassé au cours des deux siècles précédents. Certes leurs effectifs étaient inférieurs à ceux, pléthoriques, des années 1700-1730. Néanmoins on recensait encore plus d’une vingtaine de religieuses de chœur et quelques converses dans la plupart des monastères. Elles étaient même trente-trois plus six converses à la Visitation d’Auxerre, autant à celle d’Avallon, trente-six et sept converses chez les annonciades de Langres, vingt-neuf chez les Ursulines de Tonnerre5

  • 6 Dinet (Dominique), op. cit., p. 322.

4Cependant ces communautés, à la suite de difficultés de recrutement au milieu du xviiie siècle conjuguées souvent à la crise janséniste et à des problèmes matériels consécutifs à l’effondrement du système de Law, étaient composées de femmes relativement âgées, autour de cinquante ans. En 1790, dans les trois diocèses déjà cités, à peine un tiers (31,8 %) des cinq cent soixante-douze sœurs d’âge connu avaient moins de quarante ans6. Etait-ce suffisant pour assurer l’avenir ? La présence de novices dans presque toutes ces maisons permettait de l’espérer d’autant que des postulantes s’étaient encore présentées en 1789, ainsi chez les ursulines de Chaumont. Celles-ci, à l’image des autres communautés, étaient en majorité originaires de la cité ou de localités assez proches si bien qu’elles demeuraient en relation avec la société environnante qui généralement appréciait leurs services et souhaitait les conserver.

  • 7 Arch. nat. D XIX, 16, 234, pièces 16 et 239, pièces 34-35.
  • 8 Arch. dép. Haute-Marne, 1 Q 320 à 322, déclarations des religieuses.
  • 9 Dinet (Dominique), op. cit., p. 329.
  • 10 Arch. dép. Côte-d’Or, L 2286 et 1815 ; Tartat (Pierre), op. cit., p. 143.

5Dès le premier décret de l’Assemblée nationale suspendant l’émission des vœux de religion, le 29 octobre 1789, les carmélites de Châtillon-sur-Seine et de Chaumont comme les annonciades de Champlitte, inquiètes, conjurèrent les députés de perpétuer leurs ordres7. En vain. La mise à la disposition de la nation des biens de l’Église le 2 novembre 1789, puis le décret du 13 février 1790 supprimant tous les ordres à vœux solennels montraient nettement la volonté des Constituants d’en finir tôt ou tard avec ces institutions contre-nature qui renfermaient malgré elles, croyaient-ils, d’innocentes victimes. On leur offrit donc la liberté de quitter la clôture et on leur laissa espérer une pension pour subsister. La loi permettant néanmoins aux sœurs qui le souhaitaient de rester provisoirement dans leur couvent, on doit constater comme à Langres au printemps 1790 que la quasi-totalité y demeurèrent, même les novices8. Un an plus tard, alors que leur existence devient de plus en plus précaire et que se multiplient les vexations à leur égard, la cohésion et l’intégrité des communautés n’ont guère été entamées : les sorties volontaires n’atteignent pas dans les diocèses étudiés 4 % des religieuses de chœur et 3 % des converses9. Situation analogue à proximité : en 1791 aucune des ursulines de Flavigny, de Saulieu, de Nuits ou d’Avallon n’avait quitté le cloître10.

  • 11 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1181.

6Mieux, en février 1792, les sœurs du Refuge à Dijon renouvelaient solennellement leurs vœux dans leur chapelle ouverte au public pour la circonstance comme pour mieux prouver leur détermination à vivre sous leur règle. Cet acte fut reçu comme une provocation par la municipalité qui dénonça les sœurs à la justice. Le 1er mars, le tribunal de police correctionnelle de Dijon les condamnait à des amendes et ordonnait la dissolution de la communauté sous quinzaine, mesure annulée en appel par le tribunal de district11.

  • 12 Arch. dép. Yonne, L 710.
  • 13 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1181.
  • 14 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1183. Même chose à Auxonne, L 2083.
  • 15 Arch. dép. Aube, E dépôt 261/39, délibérations municipales (1789-1793), f° 71. Sur ces religieuses  (...)

7Dans ces conditions, les menaces contre les couvents ne pouvaient que rendre les religieuses hostiles à la Révolution. En outre la Constitution civile du clergé n’avait rien arrangé. Or la plupart des chapelains attachés à ces maisons refusèrent de prêter le serment prescrit. L’attitude des évêques Champion de Cicé et La Luzerne fortifia également les sœurs dans leur opposition. Non seulement, comme les Ursulines de Mussy et de Saulieu, elles dédaignent les offices des prêtres jureurs, mais leurs chapelles servent de refuge aux réfractaires et accueillent une foule de fidèles chaque dimanche plus importante, si bien que les autorités réagissent. À Auxerre, le 12 avril 1791, la municipalité, « ayant appris que le curé de Saint-Renobert se faisait une petite paroisse secrète dans l’église des dames de la Visitation », fit fermer les portes extérieures de la chapelle12. Le lendemain, le directoire du district de Dijon en fait autant pour l’ensemble des couvents de la ville13. Le 17 décembre 1791, le directoire de la Côte-d’Or maintient cette mesure, en particulier envers les clarisses de Seurre, qualifiées de « centre du fanatisme » par la municipalité14. Le 10 janvier 1792, François Miedan, procureur de la commune de Mussy-sur-Seine, allait plus loin et invitait les élus à la rigueur contre les ursulines qui se sont « montrées ennemies de la Constitution15 ».

  • 16 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1181, adresse au directoire du département, 26 avril 1791.
  • 17 Lettre du curé Chéron, 17 novembre 1789, publiée par porée (Charles), Sources manuscrites de l’hist (...)

8Antérieurement, des accusations graves avaient été lancées à Dijon en avril 1791 par plus de cent cinquante paroissiens de Saint-Philibert contre les communautés de femmes « où des discours séditieux ont été prononcés » et surtout contre les sœurs de la Charité qui « refusent aux indigents amis de la Révolution les secours qu’elles prodiguent à ses ennemis (…), qui infectent l’âme des enfants du poison de l’insubordination aux lois et (les rendent) criminellement dociles aux leçons des prêtres réfractaires16 ». Pires étaient les bénédictines de Saint-Fargeau, selon une adresse du curé de Saint-Martin-des-Champs à l’Assemblée : elles dilapidaient leurs biens pour que la nation ne puisse rien en tirer17.

  • 18 Arch. dép. Haute-Marne, L 2523.

9Au-delà de ces accusations, pas toujours fondées, cette résistance des religieuses à la Révolution aboutissait à des incidents plus sérieux et parfois à des suites judiciaires. À Chaumont, en novembre 1791, les ursulines n’avaient fait qu’encourager leurs jeunes élèves à la lecture d’une brochure anonyme intitulée L’instruction familière sur l’église en forme de catéchisme mise à la portée des simples fidèles et d’un placard sur les Maximes de l’Eglise catholique, apostolique et romaine à l’usage des fidèles pendant le temps de schisme et de persécution diffusés par l’aubergiste Royer et sa femme. La dénonciation vint du curé constitutionnel de Rizaucourt qui en avait trouvé à sa porte. Les autorités se bornèrent à recevoir de nombreuses dépositions sans aller plus loin18.

  • 19 Arch. dép. Yonne, L 1152. Vireaux était avant 1789 succursale de Lézinnes. Nicolas Blanchard fut fi (...)

10En Tonnerrois, en mars 1792, la justice fut moins clémente. Sans doute, la sœur Gossard, fille de la Charité à Lézinnes, ne fut pas inquiétée pour avoir enseigné ces Maximes aux enfants du village, mais le vicaire de Vireaux, Nicolas Blanchard, qui distribuait ces brochures, fréquentait les réfractaires (en particulier J.-B. Jobard, vicaire à Noyers) et recommandait au prône le ci-devant évêque de Langres, émigré, fut arrêté, transféré à la prison d’Auxerre, d’où il s’évada durant la nuit du 23 au 24 mai, et condamné par contumace le 18 juillet par le tribunal criminel de l’Yonne. On le suspecta immédiatement d’avoir des complices, dont la tourière de la Visitation d’Auxerre et les ursulines de Noyers, de la congrégation de Mussy, qui tenaient « des écoles publiques quoiqu’elles n’ayent pas prêté serment19 ».

  • 20 Arch. dép. Aube, E dépôt 261/39, délibérations municipales, f° 81-83.
  • 21 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1181.
  • 22 Arch. dép. Yonne, 1 J 231, f° 25.

11Ailleurs, si la justice ne s’en mêlait pas, les « patriotes » intervenaient. Des émeutes plus ou moins tolérées par des municipalités débordées éclatèrent, par exemple, à Mussy contre les ursulines en mai 179220 ou à Dijon contre les sœurs de la Charité du faubourg Saint-Pierre le 8 août suivant21. Plus généralement, sous l’influence de la guerre et des difficultés économiques, les événements se précipitaient, d’où les décrets des 4 et 18 août 1792 abolissant l’ensemble des congrégations. Dès lors, en septembre ou au début d’octobre, les sœurs furent chassées de leurs maisons avec, presque toujours, le concours de la force publique. Aussi le chanoine Duplessis, à Auxerre, n’avait-il pas tort d’écrire que ces « libérateurs n’ont été reçus qu’avec les accents de la douleur et de l’indignation et ces prétendues esclaves n’ont gémi que de la liberté qu’on voulait leur offrir et qu’on leur ravissait effectivement22 ».

  • 23 Arch. dép. Yonne, L 599. Ces sœurs appartiennent, comme celles de Noyers, à la congrégation de Muss (...)
  • 24 Léger (Charles-Paul), Histoire municipale de Châtillon-sur-Seine, Châtillon, 1928, p. 154.
  • 25 Arch. dép. Yonne, L 201.

12Les couvents fermés, les communautés étaient-elles détruites pour autant ? Quelques-unes subsistèrent ouvertement au delà d’octobre 1792 avec l’appui d’une partie de la population et l’accord des municipalités, telles les ursulines de Chablis23 et de Châtillon-sur-Seine24 qui avaient proposé de poursuivre leur œuvre d’éducation. Certes, elles durent abandonner leur habit mais purent continuer à vivre en commun. Il en fut de même à Noyers jusqu’à l’intervention indignée de la Société populaire qui aboutit le 7 juin 1793 à la fermeture des classes des ursulines25.

  • 26 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1209.
  • 27 Arch. dép. Haute-Marne, L 908 et 911. Voir aussi Prevost (A.), Histoire du diocèse de Troyes pendan (...)

13En outre les hospitalières devaient, en vertu du décret du 18 août, continuer leur service, à titre individuel. À Dijon, non seulement des religieuses assurèrent, semble-t-il, soins et consolations aux malades de l’hôpital général durant toute la Révolution – des comptes du 25 brumaire an V (15 novembre 1796) attestent la présence de douze « sœurs » –, mais encore un arrêté du directoire du département autorisa, le 29 octobre 1792, le recrutement de trois « postulantes » avec dispense d’âge en raison de leur extrême jeunesse26. À Langres, les filles de la Charité restèrent également au service des pauvres. Pour cela, des sœurs comme Marie-Claude Bailly de Bain ou Madeleine Boivin prêtèrent tous les serments exigés. Certaines se rendirent là où on avait le plus besoin d’elles : Marie-Ursule Bailly de Bain soigna les victimes d’une épidémie à Rivière-les-Fosses en vendémiaire an III (septembre-octobre 1794) tandis que Marguerite Bertrand occupa la charge d’économe aux hôpitaux de Bar-sur-Seine puis de Bar-sur-Aube d’où les sœurs de Besançon avaient été expulsées en avril 179227.

  • 28 Arch. dép. Yonne, L 710, assemblée générale de la commune, 18 brumaire an II (8 novembre 1793).
  • 29 Arch. dép. Yonne, L 740.

14À Auxerre, les augustines de l’Hôtel-Dieu demeurèrent à leur tâche en s’efforçant de conserver quelques pratiques religieuses ce qui leur valut plusieurs fois la réprobation des autorités en l’an II. On suspecta notamment les ci-devant sœurs, « dont le cœur est toujours enraciné du système monacal », de calomnies contre le chapelain Marie qui, « en abjurant tous les principes de fanatisme et de superstition », avait l’intention d’épouser la citoyenne Monnot, professe de cette maison depuis 178628. Ainsi là où les religieuses étaient assez nombreuses, les communautés hospitalières ont généralement réussi à subsister malgré des menaces fréquentes. Ailleurs, comme à l’Hôtel-Dieu de Joigny, les deux sœurs de Sainville, qui prêtèrent pourtant le serment de Liberté-Egalité le 7 novembre 1792, ne paraissent pas y être demeurées longtemps29.

  • 30 Arch. Annonciades de Langres, Annales mortuaires.
  • 31 Arch. Congrégation romaine de Saint-Dominique, Langres, reg. B 10.
  • 32 Arch. dép. Yonne, L 741 ; Arch. Ursulines de Jésus (Troyes), reg. 2, p. 5-6.
  • 33 Solidaire de sa communauté en 1790, elle demanda ultérieurement sa réconciliation avec l’Église : A (...)
  • 34 Arch. dép. Côte-d’Or, L 2286.

15Naturellement pour les autres catégories de religieuses, après la dispersion de l’automne 1792, il était beaucoup plus difficile de maintenir les communautés d’autant que parents et amis cherchèrent souvent à héberger telle ou telle sœur. Les plus âgées s’accommodèrent plus ou moins bien de cette situation et moururent peu après comme Anne Geoffroy, annonciade de Langres, à Nogent-le-Roi, son pays natal, le 30 mars 1793, à quatre-vingt-huit ans30 ou la dominicaine Catherine Durget à Vesoul, le 17 avril 1794, à soixante-dix-huit ans31. D’autres furent dans le dénuement le plus complet, surtout lorsque les pensions cessèrent d’être payées. Tel fut le cas de Marguerite Camus à Noyers. Cette ursuline de la congrégation de Mussy, coupée de son milieu d’origine, dut solliciter son admission à l’hospice le 22 prairial an VI (10 juin 1798) et s’y retira32. Est-ce également la détresse qui poussa au mariage en 1795 Ursule Mairet, fille de paysan et ancienne converse à Notre-Dame de Tart à Dijon33 ? Quelques-unes eurent peu de scrupules : une ursuline de Semur-en-Auxois se retrouve mère peu après sa sortie du couvent34.

  • 35 Arch. dép. Yonne, L 707.
  • 36 Gauchat (Gabrielle), Journal d’une visitandine pendant la Terreur, Paris, 1855, p. 10-11, 19-20, 84 (...)
  • 37 Ibid., p. 27, 106, et 238-240. Voir aussi Arch. dép. Haute-Marne, L 1345 ; et Charonnot (Joseph), M (...)

16Néanmoins les véritables abandons furent très minoritaires. Beaucoup de religieuses voulurent rester fidèles aux vœux prononcés et conserver le souvenir de leur vie cloîtrée. Dans cet esprit, on en vit tenter de soustraire à la vente des biens de leur couvent quelques objets vénérés : le 11 janvier 1793, Madeleine Robinet, ex-supérieure des ursulines d’Auxerre, et une de ses parentes visitandines obtinrent de la municipalité chacune deux tableaux représentant de saintes figures de leur ordre35. Davantage s’efforcèrent dans leur retraite de poursuivre l’observance de leur règle. La visitandine de Langres, Marie-Gabrielle Gauchat est exemplaire à cet égard. Son journal tenu alors en témoigne. À peine sortie du monastère et logée dans une maison de la ville avec sœur Constance, elle cherche à vivre « éloignée du monde » et à être « plus religieuse que jamais ». Le 23 octobre 1792, elle a la joie de communier et en profite pour renouveler ses vœux. L’exécution à Langres du prêtre Nicolas Blanchard, le 13 juin 1793, accusé sans preuve d’avoir fomenté une rébellion contre la levée de trois cent mille hommes décidée par la Convention, l’impressionne vivement : « il est le saint Etienne de Langres » écrit-elle, « c’est-à-dire le premier martyr de cette révolution ». Les persécutions ne font que fortifier sa résolution, si bien qu’en juin 1794 elle confie à son journal : « je voudrais bien être traduite aux tribunaux pour y confesser hautement ma foi36 ». En réalité, elle ne connut ni la prison, ni le martyre alors que Constance fut arrêtée en décembre 1794. Elle perçut même plusieurs années sa pension de six cents livres, tout en refusant avec obstination le serment de Liberté-Egalité que ni Rome, ni Mgr de La Luzerne n’avaient condamné37.

  • 38 Arch. Ursulines de Jésus, reg. 3, f° 23 et 25 (non consultées par Gueudré (M. Marie de Chantal), Hi (...)
  • 39 Arch. dép. Haute-Marne, L 2272 ; Arch. nat., W 394, 914 ; et Bresson (abbé), Marguerite Jobard, Lan (...)

17Si plusieurs religieuses de ces provinces ont subi la réclusion, la seule victime de la Révolution fut la dernière novice de la congrégation de Mussy, Marguerite Jobard, reçue le 18 avril 1789. Ne pouvant espérer prononcer des vœux, elle quitta cette maison à regret le 8 mars 1792 et retourna dans sa famille au sud de Langres38. Voulant rester en relation avec un de ses frères, ancien vicaire de Noyers, réfractaire un temps présent à Vireaux à la demande de Nicolas Blanchard, arrêté, évadé puis contraint à l’exil en Suisse, elle commit l’imprudence de lui envoyer une lettre non codée qui fut interceptée. Pour entretenir une correspondance avec les « ennemis de la Révolution », elle est traduite devant le tribunal criminel de la Haute-Marne qui la renvoie le 12 prairial an II (31 mai 1794) devant le tribunal révolutionnaire à Paris où elle est vite condamnée à mort et guillotinée le 5 messidor an II (23 juin 1794)39.

  • 40 Demay (C.), Procès-verbaux de l’administration municipale d’Auxerre pendant la Révolution, Auxerre, (...)
  • 41 Arch. dép. Haute-Marne, L 907, 909 et 912.

18Cependant la plupart des sœurs qui vécurent dans la discrétion ne furent pas inquiétées. Un nombre assez important, il est vrai, prêta tel ou tel serment, notamment celui de Liberté-Egalité, peut-être plus pour toucher leur pension que par conviction, ainsi à Auxerre entre septembre et novembre 179240. De même, sous le Directoire après le coup d’Etat du 18 fructidor an V (4 septembre 1797), plusieurs religieuses de Langres, comme les ursulines Anne Artillot, Thérèse Barolle, Anne Boudard, prêtèrent celui de « haine à la royauté et à l’anarchie, d’attachement et de fidélité à la République et à la constitution de l’an III41 ».

  • 42 Arch. nat., F7 7237, publié par Porée (C.), op. cit., t. II, p. 236-237.

19D’autres, à la perception de la moindre ère de tolérance, s’empressèrent de les rétracter. Un rapport d’un commissaire du directoire de l’Yonne, Housset, sur l’exercice des cultes nous apprend que, le 29 vendémiaire an IV (21 octobre 1795), les ex-religieuses annonciades de Sens se sont présentées en groupe pour désavouer leur serment de Liberté-Egalité. L’administration a naturellement refusé cette démarche42.

  • 43 Gauchat (Gabrielle), op. cit., p. 83.
  • 44 Roserot de Melin (J.), Le diocèse de Troyes des origines à nos jours, Troyes, 1957, p. 251.
  • 45 Prevost (A.), op. cit., t. II, p. 263 et 227-228.
  • 46 Hardy (C.), Histoire de la congrégation des Ursulines de Tonnerre, Auxerre, 1917, p. 31.
  • 47 Arch. dép. Haute-Marne, L 1345 et Bayonne (E. C.), Le monastère des dominicaines de Langres (1621-1 (...)

20Cet exemple sénonais nous montre également la persistance de fait de quelques communautés. Certes, elles paraissent en survie précaire d’autant qu’elles n’ont pas la possibilité de se renouveler. Les décès les réduisent peu à peu. En outre, elles sont souvent amputées des éléments les plus âgés ou en mauvaise santé et rarement réunies sous le même toit, mais les contacts à l’intérieur d’une ville se maintiennent grâce aux religieuses originaires de la cité. Dans son journal, Gabrielle Gauchat nous rapporte qu’en juin 1793 les visitandines étaient encore douze à Langres43. À Troyes, bénédictines, visitandines et carmélites avaient aussi conservé leur cohésion. Mieux, les carmélites réussirent à se regrouper en 1794 dans un logement de la rue du cloître Saint-Etienne44. Les visitandines en firent autant en louant trois habitations de la rue du Dauphin. De même une partie des ursulines de Bar-sur-Seine se retirèrent au village de Maisons et y tinrent une petite communauté45. Situation identique à Tonnerre où un administrateur de l’hôpital, Claude Bazile, en hébergea onze46. Par petits groupes également subsistèrent à Langres environ la moitié des dominicaines47.

21Ainsi ces communautés avaient éclaté en petites cellules, les liens avec le noyau central autour de l’ancienne supérieure étant assurés par des prêtres réfractaires, des parents ou des amis. Les circonstances imposèrent en plus des modifications sensibles au genre de vie prescrit par la règle : disparition du costume et de la clôture, nécessité fréquente du travail pour subsister. Les contemplatives, telles les carmélites de Troyes, durent se rendre « utiles » : elles donnèrent une éducation chrétienne aux enfants pauvres en pleine période de déchristianisation officielle.

  • 48 Arch. Ursulines de Jésus, reg. 3, F 25.
  • 49 Briffaut (abbé) et Mulson (abbé). Histoire de la vallée de l’Amance, Arcis-sur-Aube, 1891, p. 118.
  • 50 Arch. dép. Yonne, L 75.

22La Terreur passée, les instituts spécialisés en ce domaine reprirent lentement leur tâche, notamment dans les bourgs où on commençait à les regretter : à Gyé-sur-Seine, Jeanne Goublot et Edmée Aubert, des ursulines de Mussy, rouvraient les classes dans leurs anciens locaux, non aliénés48. Au Fayl-Billot, privé de toute école depuis près de trois ans, la municipalité rappelait les sœurs de Saint-Charles en octobre 179649. Dans des villes comme Auxerre, les ursulines surent profiter des lois autorisant les écoles libres pour accueillir à nouveau des élèves. L’esprit de ces établissements n’ayant guère changé, cela leur valut parfois des difficultés : on ferma le 25 floréal an VI (15 mai 1798) la pension de la citoyenne Robinet (ancienne supérieure des ursulines) car elle s’efforçait « d’inspirer à ses élèves des principes contraires au système républicain50 ».

  • 51 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1153. Il s’agit de la Valsainte.

23Plus généralement, les autorités craignaient toujours la renaissance des congrégations, en particulier à partir des pays voisins. Une correspondance entre le gouvernement et l’administration de la Côte-d’Or depuis août 1797 jusqu’à février 1798 révèle que deux jeunes filles de Seurre et une de Saint-Jean-de-Losne avaient été « embauchées » par une femme pour un couvent près de Fribourg, en Suisse. Des démarches, par voie diplomatique, furent entreprises pour les récupérer. On ne sait si elles aboutirent51.

  • 52 Arch. Congrégation romaine de Saint-Dominique, Langres, reg. B 6 ; et Bayonne (E. C.), op. cit., t. (...)
  • 53 Noirot (A. J.), Le département de l’Yonne comme diocèse, t. I, Auxerre, 1979, p. 309.

24Peu après, le Consulat et l’Empire allaient bientôt, par nécessité tolérer ces associations religieuses en leur permettant même de se perpétuer en recrutant de nouveaux membres. Certes l’utilité sociale (assistance, enseignement) était exigée. Les gênait-elle vraiment ? Les dominicaines de Langres, qui avant 1789 avaient tenu un pensionnat devinrent donc en 1806 les « Dames institutrices de Saint-Dominique » et retrouvèrent leurs locaux grâce à l’appui des notables. Toutes les sœurs valides (la moitié de la communauté de 1790) regagnèrent le monastère et en 1810 les vêtures reprenaient52. D’autres, telles les carmélites de Sens, ne réussirent à se reconstituer qu’en se pliant à la nouvelle législation : en 1804, elles sont « religieuses de la Charité dites de Sainte-Thérèse53 ». Naturellement les congrégations comme les ursulines de Mussy ou les augustines hospitalières d’Auxerre eurent plus de facilité par leur finalité à renaître rapidement. En définitive, en prolongeant l’enquête jusqu’à la Restauration, on s’aperçoit que près d’un tiers des communautés religieuses féminines de Bourgogne et de Champagne ont survécu au choc révolutionnaire. L’essor des nouvelles congrégations allait évidemment augmenter le nombre de ces maisons.

  • 54 Reinhard (Marcel), Le département de la Sarthe sous le Régime directorial, Saint-Brieuc, s. d. (193 (...)
  • 55 Boussoulade (Jean), op. cit., p. 186-191.
  • 56 Lallié (Alfred), Le diocèse de Nantes pendant la Révolution, Nantes, 1893, t. 1, p. 559.
  • 57 De Roux (marquis), Histoire religieuse de la Révolution à Poitiers et dans la Vienne, Lyon, 1952, p (...)

25L’évolution des communautés religieuses féminines durant la Révolution esquissée ici semble plus générale et déborder le cadre géographique retenu : après les mesures de 1792, la dispersion n’est ni complète, ni définitive. Un peu partout sous le Directoire les religieuses tiennent des écoles, ainsi dans la Sarthe54, d’autres cherchent à reprendre la vie commune à Paris55, en Loire-Inférieure56 ou dans la Vienne57. La Révolution a donc échoué dans sa tentative pour les éliminer. Son action aurait-elle été trop brève pour être efficace ? Fait-on disparaître par quelques lois des institutions séculaires mais toujours apparues comme nécessaires ? En outre, le caractère radical des décrets de 1792 fut singulièrement atténué par l’incapacité des révolutionnaires à mettre en place un système d’éducation et d’assistance. On fut heureux de garder des sœurs hospitalières, même ayant un esprit entiché de « fanatisme ».

26En fait la Révolution a surtout méconnu une réalité sociale et religieuse infiniment plus vivante, en particulier chez les femmes, qu’on ne le pensait. Une erreur assez semblable (sur le fond) avait déjà été commise par la Commission des secours sous l’Ancien Régime qui supprima – en douceur – moins de monastères qu’elle ne l’escomptait.

27D’autre part, l’enracinement local profond de ces couvents les a aidés à survivre grâce au soutien d’une partie importante de la population qui en découlait. Cependant la volonté de la grande majorité de ces sœurs, appuyée sur la prière et nourrie par une foi intense, reste essentielle. A cet égard, la Révolution est un formidable test de fidélité à leur vocation.

28Notons enfin que cette période et son aboutissement, l’Empire, ont accéléré les mutations internes à ce monde des communautés féminines, déjà perceptibles au cours du xviiie siècle. C’est d’abord, ultime victoire des Lumières, la forte prédominance désormais des religieuses « utiles », charitables ou enseignantes, les premières autorisées à renaître. Ensuite nous assistons à un développement considérable des congrégations à supérieure générale (filles de la Charité, filles de la Sagesse ou, en nos régions, sœurs de l’Instruction chrétienne à Troyes – les anciennes ursulines de Mussy –, sœurs de la Charité et de l’Instruction chrétienne de Nevers, pour n’évoquer que des instituts antérieurs à 1789) alors que dans le sillage de la Réforme catholique avaient fleuri en priorité des communautés autonomes sous juridiction épiscopale.

Notes

1 Boussoulade (Jean), Moniales et hospitalières dans la tourmente révolutionnaire. Les communautés de religieuses de l’ancien diocèse de Paris de 1789 à 1801, Paris, 1962, 259 p. Signalons aussi Bliard (P.), « Les religieuses et la Révolution », Etudes, septembre 1907, p. 615-643 ; et Aulard (A.), La Révolution française et les congrégations, Paris, 1903, 325 p.

2 Langlois (Claude), Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au xixe siècle, Paris, 1984, 776 p.

3 Dinet (Dominique), Le recrutement des réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles), thèse de 3e cycle, Paris-1,1985, 543 p., édition remaniée et allégée sous le titre Vocation et Fidélité, Economica, 1988.

4 À ce titre, cette recherche s’inscrit dans le cadre de la thèse de doctorat d’Etat de dinet (Dominique), « Réguliers et vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles) ».

5 Arch. nat., D XIX, I, 8 ; D XIX, 4, 53 et Tartat (Pierre), Avallon au xviiie siècle, II. La Révolution, Auxerre, 1953, p. 142.

6 Dinet (Dominique), op. cit., p. 322.

7 Arch. nat. D XIX, 16, 234, pièces 16 et 239, pièces 34-35.

8 Arch. dép. Haute-Marne, 1 Q 320 à 322, déclarations des religieuses.

9 Dinet (Dominique), op. cit., p. 329.

10 Arch. dép. Côte-d’Or, L 2286 et 1815 ; Tartat (Pierre), op. cit., p. 143.

11 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1181.

12 Arch. dép. Yonne, L 710.

13 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1181.

14 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1183. Même chose à Auxonne, L 2083.

15 Arch. dép. Aube, E dépôt 261/39, délibérations municipales (1789-1793), f° 71. Sur ces religieuses : dinet (Dominique), « Une congrégation nouvelle à la fin de l’Ancien Régime, les ursulines de Mussy-l’Evêque », Les religieuses enseignantes, xvie-xxe siècles, Angers, 1981, p. 89-100.

16 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1181, adresse au directoire du département, 26 avril 1791.

17 Lettre du curé Chéron, 17 novembre 1789, publiée par porée (Charles), Sources manuscrites de l’histoire de la Révolution dans l’Yonne, Auxerre, 1918, t. I, p. 300-301.

18 Arch. dép. Haute-Marne, L 2523.

19 Arch. dép. Yonne, L 1152. Vireaux était avant 1789 succursale de Lézinnes. Nicolas Blanchard fut finalement condamné à mort et exécuté à Langres en 1793 : Arch. dép. Haute-Marne, L 2250 ; et Bresson (abbé), Les prêtres de la Haute-Marne mis à mort pendant la Révolution, Langres, 1914, p. 31-108.

20 Arch. dép. Aube, E dépôt 261/39, délibérations municipales, f° 81-83.

21 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1181.

22 Arch. dép. Yonne, 1 J 231, f° 25.

23 Arch. dép. Yonne, L 599. Ces sœurs appartiennent, comme celles de Noyers, à la congrégation de Mussy.

24 Léger (Charles-Paul), Histoire municipale de Châtillon-sur-Seine, Châtillon, 1928, p. 154.

25 Arch. dép. Yonne, L 201.

26 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1209.

27 Arch. dép. Haute-Marne, L 908 et 911. Voir aussi Prevost (A.), Histoire du diocèse de Troyes pendant la Révolution, Troyes, 1908, t. II, p. 212-214.

28 Arch. dép. Yonne, L 710, assemblée générale de la commune, 18 brumaire an II (8 novembre 1793).

29 Arch. dép. Yonne, L 740.

30 Arch. Annonciades de Langres, Annales mortuaires.

31 Arch. Congrégation romaine de Saint-Dominique, Langres, reg. B 10.

32 Arch. dép. Yonne, L 741 ; Arch. Ursulines de Jésus (Troyes), reg. 2, p. 5-6.

33 Solidaire de sa communauté en 1790, elle demanda ultérieurement sa réconciliation avec l’Église : Arch. dép. Côte-d’Or, L 1814 et Arch. nat., AF IV 1907, dossier 9, pièces 99-103.

34 Arch. dép. Côte-d’Or, L 2286.

35 Arch. dép. Yonne, L 707.

36 Gauchat (Gabrielle), Journal d’une visitandine pendant la Terreur, Paris, 1855, p. 10-11, 19-20, 84-85 et 223-224. Sur Nicolas Blanchard, voir note 19.

37 Ibid., p. 27, 106, et 238-240. Voir aussi Arch. dép. Haute-Marne, L 1345 ; et Charonnot (Joseph), Mgr de La Luzerne et les serments pendant la Révolution, Paris, 1918, p. 144-145.

38 Arch. Ursulines de Jésus, reg. 3, f° 23 et 25 (non consultées par Gueudré (M. Marie de Chantal), Histoire de l’ordre des Ursulines en France, t. III, Paris, 1963, p. 177-178).

39 Arch. dép. Haute-Marne, L 2272 ; Arch. nat., W 394, 914 ; et Bresson (abbé), Marguerite Jobard, Langres, 1911, 74 p.

40 Demay (C.), Procès-verbaux de l’administration municipale d’Auxerre pendant la Révolution, Auxerre, 1894, p. 285-297.

41 Arch. dép. Haute-Marne, L 907, 909 et 912.

42 Arch. nat., F7 7237, publié par Porée (C.), op. cit., t. II, p. 236-237.

43 Gauchat (Gabrielle), op. cit., p. 83.

44 Roserot de Melin (J.), Le diocèse de Troyes des origines à nos jours, Troyes, 1957, p. 251.

45 Prevost (A.), op. cit., t. II, p. 263 et 227-228.

46 Hardy (C.), Histoire de la congrégation des Ursulines de Tonnerre, Auxerre, 1917, p. 31.

47 Arch. dép. Haute-Marne, L 1345 et Bayonne (E. C.), Le monastère des dominicaines de Langres (1621-1880), Langres, 1881, t. II, p. 6-28.

48 Arch. Ursulines de Jésus, reg. 3, F 25.

49 Briffaut (abbé) et Mulson (abbé). Histoire de la vallée de l’Amance, Arcis-sur-Aube, 1891, p. 118.

50 Arch. dép. Yonne, L 75.

51 Arch. dép. Côte-d’Or, L 1153. Il s’agit de la Valsainte.

52 Arch. Congrégation romaine de Saint-Dominique, Langres, reg. B 6 ; et Bayonne (E. C.), op. cit., t. II, p. 36-100.

53 Noirot (A. J.), Le département de l’Yonne comme diocèse, t. I, Auxerre, 1979, p. 309.

54 Reinhard (Marcel), Le département de la Sarthe sous le Régime directorial, Saint-Brieuc, s. d. (1935), p. 458-459.

55 Boussoulade (Jean), op. cit., p. 186-191.

56 Lallié (Alfred), Le diocèse de Nantes pendant la Révolution, Nantes, 1893, t. 1, p. 559.

57 De Roux (marquis), Histoire religieuse de la Révolution à Poitiers et dans la Vienne, Lyon, 1952, p. 294-302.

Notes de fin

1 Paru initialement dans Pratiques religieuses, mentalités et spiritualités dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820), Plongeron (Bernard, dir.), Brepols, Turnhout, 1988, p. 475-484.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search