Version classiqueVersion mobile

Au cœur religieux de l’époque moderne

 | 
Dominique Dinet

Les visites pastorales du diocèse de Sens aux XVIIe et XVIIIe siècles

(1987)1

Texte intégral

  • 1 Paru initialement dans Annales de Bourgogne, 1987, vol. 59, no 1-3, p. 20-55.
  • 1 Abréviations utilisées :
    A.C. = Archives communales
    A.D. = Archives départementales
    À l’initiative de (...)
  • 2 t. IV, p. 293-296, 309-338 et 341-351.
  • 3 Ces paroisses sont groupées en 5 archidiaconés : Sens (doyennés de Sens, Courtenay, Marolles, la ri (...)
  • 4 Pour notre période : mention de quelques visites dans Bouvier (H.), Histoire de l’Eglise et de l’an (...)

1Après l’achèvement de la publication du Répertoire des visites pastorales de la France pour l’Ancien Régime1 et la multiplication des études menées à partir de ces documents, l’intérêt mais aussi les limites d’une telle source sont maintenant bien connus. Notre contribution à cette œuvre collective pour le diocèse de Sens aux xviie et xviiie siècles2 permet néanmoins d’éclairer les multiples aspects de la vie religieuse d’un espace assez vaste (796 paroisses et annexes à la veille de la Révolution) situé aux confins de la Bourgogne, de l’Ile-de-France, de la Champagne et de l’Orléanais3, d’autant que cette documentation n’a pas toujours été assez sollicitée jusqu’à présent4.

2Malgré des pertes pour la seconde moitié du xviiie siècle, ces procès-verbaux représentent une masse imposante presque toute conservée aux Archives départementales de l’Yonne. Naturellement, comme en d’autres provinces, ces pièces contiennent des informations d’inégale valeur.

  • 5 A.D. Yonne, G 72 et 73, pièces 28-29.

3Cela dépend d’abord des visiteurs, de leur personnalité, de leur culture, de leur sens de l’observation et du temps qu’ils consacrent à la tâche. À l’exception d’Edme Himbert, à la fin du xviie siècle, qui agit avec précipitation uniquement pour percevoir les droits attachés à la visite sans l’accomplir réellement, ce qui suscita plaintes et poursuites par l’officialité en 16985, la plupart d’entre eux s’acquittent consciencieusement de leur fonction.

  • 6 Ibid., G 76 (archevêque), G 91, pièces 3 (Vauthier) et 39 (Violette).

4Certains le font mieux que d’autres. En 1672, en prenant une journée pour inspecter avec un soin méticuleux deux paroisses voisines dans l’archidiaconé d’Étampes, l’archevêque Louis-Henri de Gondrin nous renseigne davantage que Pierre Violette, doyen de Saint-Florentin, qui a alors examiné cinq paroisses. Mais tout n’est pas affaire de nombre. L’investigation menée par Louis Vauthier, doyen de Melun, le 9 juillet 1672, selon un horaire très strict depuis six heures du matin jusqu’à plus de cinq heures le soir, à travers sept villages, se révèle plus riche que celle de Pierre Violette6.

  • 7 Venard (M.), « Le Répertoire des visites pastorales : premiers enseignements d’une enquête », Rev. (...)

5Les instructions reçues par le visiteur (quand il ne s’agit pas du prélat) conditionnent également le contenu du document. À cet égard, au cours du xviiie siècle, comme en d’autres diocèses de la France du nord, la visite devient plus « administrative » et moins « pastorale », à tel point que la vérification des comptes des fabriques occupe vite les ¾ du procès-verbal. Dans ces conditions, le reste est forcément rapide ou… négligé (?) et passé sous silence. Les visites effectuées dans les paroisses du patronage du chapitre métropolitain en fournissent l’exemple le plus net7.

  • 8 A.D. Yonne, G 219, pièces 2 et 3.

6En outre, ces documents en général signés par le visiteur et par le desservant de la localité paraissent parfois prudents ou anodins, surtout si quelque différend existent entre le curé et ses ouailles. Heureusement dans certains cas, des brouillons ou des notes annexes destinées uniquement à l’archevêque ou à ses plus proches collaborateurs apportent d’utiles compléments et constituent de véritables rapports d’inspection du personnel ecclésiastique et de ses relations avec les fidèles : ainsi au doyenné de Ferrières en 1721, parcouru par l’archidiacre Amette8.

  • 9 Ibid., G 714 à G 717.
  • 10 Cela nous a conduit à consacrer un article particulier à cet archidiaconé (également étranger à la (...)

7Au total, les visites des paroisses du patronage du chapitre cathédral, malgré leurs belles séries chronologiques du Moyen Age à la fin du xviiie siècle9 ne livrent pas une information aussi substantielle que celles réalisées par les prélats, les archidiacres ou les doyens, notamment entre 1665 et 1740. Certes l’ensemble du diocèse est rarement appréhendé par ces procès-verbaux, sinon vers 1670-1674, à la fin de l’épiscopat de Louis-Henri de Gondrin. Géographiquement, l’archidiaconé d’Étampes avec trente visites complètes de 1665 à 1723 apparaît comme privilégié10. Il en est de même des communautés religieuses dont la visite fut presque toujours effectuée par l’archevêque.

8Pour celui-ci, il ressort de notre source que la visite, plus qu’un instrument direct de la pastorale, est en priorité l’occasion d’un contrôle du clergé, de son respect des règlements ecclésiastiques, de son orthodoxie (surtout lors de la grande vague janséniste du xviiie siècle) et de sa façon de remplir sa mission auprès des populations. Ensuite l’intérêt se déplace vers les églises, les fabriques, le peuple chrétien, son comportement, ses pratiques qui ne doivent pas s’écarter de celles définies par l’Église. Enfin les abbayes, les couvents et les monastères forment un monde à part auquel les prélats semblent attacher de l’importance et qu’ils veulent garder sous leur autorité.

Le contrôle du clergé

9Si nos documents attestent le respect des prescriptions de l’Église par une grande majorité de clercs qui accomplissent honorablement leur tâche, ils mettent en valeur les cas individuels de manquement pour en corriger au plus vite les effets.

  • 11 A.D. Yonne, G 85, pièce 1.
  • 12 Ibid., G 89, pièce 3.
  • 13 Ibid., G 91, pièce 3.
  • 14 Ibid., G 73, pièces 40 et 85. Sur ce problème : Gasnault (M.-C.), « Le clergé dans les paroisses ru (...)

10Parmi les fautes graves figure toujours l’absence du prêtre car celle-ci entraîne l’abandon spirituel des populations : ainsi à Beauchery dans l’archidiaconé de Provins, en 1671, où la visite révèle les séjours fréquents du curé à Paris sans la moindre autorisation11. Quelques autres paroisses ou succursales connaissent alors une situation analogue, si bien qu’à Chambeugle, dans le doyenné de Courtenay, plusieurs habitants n’ont pu satisfaire au devoir pascal12. Heureusement, à Perthes, près de Melun, en 1672, un religieux appelé par la « dame du lieu » a permis de suppléer au curé défaillant depuis deux mois13. Encore en 1701, la cure de Louesme dans l’archidiaconé de Sens est-elle déserte, sans doute en raison de l’insuffisance manifeste des revenus qu’elle procure. Survivance médiévale14 ?

  • 15 A.D. Yonne, I J 528, f° 90 et suivants (en particulier vers 1780). Le bilan paraît meilleur dès la (...)

11Dans le courant du xviiie siècle, les procès-verbaux de visites ne fournissent plus d’exemple d’une telle carence et laissent croire à une amélioration définitive. Impression fallacieuse en réalité, due à leur médiocre représentativité après 1740, car les comptes rendus des séances du conseil archiépiscopal à la fin du siècle témoignent de la persistance de ce problème tout en reconnaissant son caractère limité15.

  • 16 A.D. Yonne, G 91, pièce 7 (Provins) et G 89, pièce 3 (Courtenay). Dubois (G.), op. cit. [4], p. 349 (...)
  • 17 A.D. Yonne, G 91, pièce 7 (doyenné de Provins).
  • 18 Ibid., G 79, visite du 29 septembre 1697.
  • 19 Ibid., G 73, pièce 81. En 1670, dans le doyenné de Provins, le curé de Vieux-Champagne, autrefois « (...)
  • 20 Vallery-Radot (M.), op. cit. [4], p. 87-88.

12En revanche de nombreuses négligences sont relevées à rencontre des curés. En 1670-1673 dans les doyennés de Provins et de Courtenay, plus d’un sur cinq était concerné sans que le détail des griefs nous soit toujours précisé16. Çà et là on retrouve le lot habituel des prêtres violents, comme en 1670 à Melz et à Fretoy où le curé est l’objet de poursuites judiciaires pour avoir battu un paysan17. En 1697, celui d’Obsonville, près de Nemours, effraie les habitants avec sa baïonnette et sa manie de tirer des coups de fusil le soir18… En outre, à Vaugré en 1702, le desservant s’adonne à la boisson et n’enseigne plus le catéchisme depuis près d’un an, se sachant assuré de la protection du seigneur19. Ultérieurement, à défaut d’indications livrées par nos documents, les poursuites entamées par l’officialité de Sens en 1770 contre le curé de Gron pour ivrognerie nous montrent que ce phénomène n’avait pas complètement disparu20.

  • 21 A.D. Yonne, G 85, pièces 4 et 5.
  • 22 Ibid., G 91, pièce 7.
  • 23 Ibid., G 73, pièce 96. À noter que le règlement de l’archevêque de Paris, homologué par le parlemen (...)
  • 24 A.D. Yonne, G 89, pièces 9 et 10.

13D’autres cultivent la chicane à plaisir, tel le curé de Sainte-Croix de Provins en 1676 qui intente des procès à tout le monde et irrite l’ensemble des fidèles qui s’en plaignent fortement. L’archidiacre Gabriel Sorèze dans ses remarques confidentielles note que « les esprits faibles disent qu’ils se rendront huguenots si cet homme ne sort de leur paroisse21 ». Quelques-uns exagèrent sur le casuel, tels les curés de Sourdun en 167022 et de Maisoncelles en 1702. Ce dernier exige quatre livres pour un mariage et 50 sous pour l’inhumation d’un enfant de moins de quatre ans, ce qui indigne ses ouailles23. Plusieurs refusent la visite, ainsi le pasteur de Villebougis en 1671, accusé par la rumeur publique d’être le père d’un enfant24.

  • 25 Ibid., G 89, pièce 9.
  • 26 Ibid., G 89, pièce 4. Situation identique dans les campagnes parisiennes : Ferté (J.), op. cit. [15 (...)

14Les relations avec les femmes inquiètent toujours la hiérarchie, soucieuse depuis le concile de Trente de la perfection du prêtre. Or certains sont très éloignés de la sainteté en ce domaine, d’où l’interdit jeté contre le desservant de Villethierry en 1671 qui refuse obstinément de renvoyer la femme avec laquelle il vit25. Le scandale est tout aussi grand à Fleury en 1684, où le curé paraît être le concubin d’une châtelaine des environs séparée de son mari26.

  • 27 A.D. Yonne, G 89, pièce 9.
  • 28 Ibid., G 73, pièce 85.
  • 29 Dinet (D.), « Administration épiscopale et vie religieuse au milieu du xviiie s. : le Bureau pour l (...)
  • 30 A.D. Yonne, G 91, pièce 7.

15Sans méconnaître de la sorte leurs devoirs, d’autres suscitent la méfiance des responsables en raison de la jeunesse excessive de leur servante : en 1671, celle du desservant de Vinneuf n’a que vingt ans27, en 1702, celle du curé de Champcevrais vingt-quatre ans28… Comme en de nombreux diocèses, nous sommes loin de l’âge fixé par les canons29 ! De même à Melz, en 1670, la présence d’une nièce de vingt-deux ans au presbytère déplaît souverainement au visiteur30.

  • 31 Ibid., G 89, pièce 3.
  • 32 Ibid., G 85, pièce 4.
  • 33 Ibid., G 73, pièce 96.
  • 34 Ibid., G 91, pièce 18. Là aussi le curé fait rarement le catéchisme.

16Néanmoins les carences pastorales préoccupent davantage les autorités, en particulier à propos du catéchisme qui n’est pas assuré avec sérieux et régularité dans toutes les paroisses, ce qui conduit à la médiocrité de l’instruction religieuse des fidèles de Saint-Loup et de Saint-Pierre d’Ordon en 167331, de Vieux-maisons en 167632, de Conflans et de Maisoncelles en 170233. À Pont-sur-Vanne, en mai 1673, plusieurs enfants ayant communié à Pâques avouent ne pas savoir ce qu’est l’eucharistie34. Sans atteindre ce niveau, l’investigation méthodique de Louis Vauthier dans le doyenné de Melun en 1671-1672 nous fait percevoir la fragilité de l’œuvre réalisée çà et là. Les prédicateurs de Carême, généralement des moines appartenant aux ordres mendiants, n’apportent pas toujours le concours espéré. À Moigny-sur-Ecole, le P. Cogneret, cordelier, estime ne pas être tenu de faire le catéchisme ; à Yèbles, le P. Cyrille, carme, oublie d’interroger les enfants et de vérifier leurs connaissances. À Dannemois, les cordeliers ne catéchisent que les adultes alors qu’à Soisy-sur-École, ils s’adressent à tous, mais seulement le mercredi. Quant au curé, il se borne à lire le catéchisme diocésain en guise de prône le dimanche et à questionner les enfants uniquement pendant les périodes d’Avent et de Carême en se réfugiant derrière ses infirmités et l’argument d’une faible assistance. Heureusement le maître d’école y supplée, mais il juge le manuel diocésain trop difficile pour les enfants : on peut se demander ce qu’il leur enseigne réellement. De la sorte le clergé ne serait-il pas responsable de « l’impiété » de quelques fidèles qui négligent le devoir pascal comme ce domestique de Grandpuits qui « paraît tout ignorer de la foi » ?

  • 35 Ibid., G 91, pièces 1 à 3. Nous avons là un indice des rapports parfois difficiles entre séculiers (...)
  • 36 A.D. Yonne, G 85, pièce 5. Aujourd’hui Beton-Bazoches.

17En outre le rigorisme étroit de certains pasteurs rebute dès la fin du xviie siècle. À Dannemois en 1671, une famille se trouve ainsi à l’écart de l’Église parce que le curé a chassé la mère du confessionnal à la suite de l’insolence de son fils dans le sanctuaire, si bien qu’à son tour le père n’ose plus approcher des sacrements. De leur côté, les parents reprochent à cet ecclésiastique d’avoir fouetté leur fils à la porte de l’église35. Cinq ans plus tard, à Bazoches, le prêtre manifeste son désaccord avec l’archevêque sur la pratique, dans de tels cas, des billets de confession. Au visiteur, l’archidiacre de Provins Gabriel Sorèze, qui lui reproche sa sévérité, il dit « comme en se moquant qu’il fallait qu’il fit imprimer plus de 400 billets » pour satisfaire ses ouailles36.

  • 37 Ibid., G 219, pièce 2.
  • 38 Répertoire des visites pastorales de la France : Anciens diocèses, Paris, 1985, t. IV, p. 331-334.
  • 39 A.C. Sens. Document étudié par Parruzot (P.), « Au temps du jansénisme dans le Sénonais : à propos (...)
  • 40 Dinet (D.), « Le jansénisme et les origines de la déchristianisation au xviiie s. : l’exemple des p (...)
  • 41 A.D. Yonne, G 91, pièce 7. Serait-il à l’image de Philippe Gourreau à Villiers-le-Bel, signalé par (...)
  • 42 A.D. Yonne, G 91, pièce 16.
  • 43 Ibid., G 89, pièce 3.
  • 44 Ibid., G 219, pièce 2.

18Comportement « janséniste » d’une fraction de ce clergé ? On ne s’inquiète guère alors d’une semblable adhésion doctrinale (pourvu que les paroissiens puissent se confesser ailleurs) à l’inverse du xviiie siècle où, peut-être plus encore que l’attitude pastorale, la soumission à la bulle Unigenitus importe à la hiérarchie, surtout avec des prélats comme Jean-Joseph Languet de Gergy, archevêque de Sens de 1730 à 1753. En fait déjà sous son prédécesseur, Denis-François Bouthillier de Chavigny (1716-1730), le respect de la bulle constituait un sérieux critère d’appréciation des ecclésiastiques comme en témoigne une note anonyme de 1721 concernant le doyenné de Ferrières, sans doute rédigée à l’initiative de l’archidiacre Amette lors de sa visite. Une forte minorité de clercs (près du tiers) rejetait la bulle ; néanmoins le visiteur savait leur reconnaître des qualités (par exemple, le curé de Gy est « très bon, studieux et capable ») et cherchait plutôt à les ramener en douceur à l’obéissance37. Les méthodes de Languet de Gergy étaient peut-être plus autoritaires. Malheureusement la plupart des visites effectuées alors et conservées aujourd’hui, en dehors de celles des communautés religieuses sur lesquelles nous reviendrons, ne contiennent aucune indication à ce sujet38, sauf en 1742 à Saint-Maurice-lès-Sens dont le curé janséniste, Edme Roblot, venait d’être exilé à la suite d’une lettre de cachet et où l’on constata un léger recul de la pratique religieuse39. Il faut donc recourir à d’autres sources pour apprécier l’ampleur, les effets et les conséquences du jansénisme dans ce diocèse au xviiie siècle40. Si ces documents ont leurs limites, comme nous venons de le souligner à plusieurs reprises, ils ne se bornent pas à dévoiler les imperfections et les erreurs des ecclésiastiques. Plusieurs visiteurs se plaisent à mentionner leurs mérites. Nicolas Bourée, inspectant les paroisses du doyenné de Provins en 1670, rencontre à Soisy un bon curé, « lettré et même écrivain41 ». En 1672, Olivier Mocquot dans le doyenné de la rivière de Vanne remarque à Cerisiers un pasteur « estimé et exemplaire42 ». Plus simplement, l’année suivante, Jacques Regnard note que « tout va bien » à Etigny dans le doyenné de Courtenay43. Globalement ces appréciations positives, parfois élogieuses, concernent environ le tiers des desservants, proportion semblable en 1721 dans le doyenné de Ferrières, où le curé de Chuelles, Pin, est tenu pour un « très bon prêtre, zélé et édifiant » et où celui de Chevannes, Trélat, est regardé comme « un excellent sujet, sage, doux, prudent qui mérite d’être mieux placé »44.

  • 45 Ibid., G 78, pièce 14 et G 219, pièce 1.

19Plus rarement, cette source nous renseigne encore sur les origines géographiques du personnel clérical, en particulier pour l’archidiaconé d’Étampes en 1688 (74 paroisses et succursales) et pour celui de Melun en 1738 (121 paroisses et annexes)45. Dans les deux cas, la part des clercs étrangers au diocèse est forte : plus de la moitié (56,7 %) dans le premier, légèrement moins (40,5 %) dans le second. Si quelques-uns proviennent des évêchés voisins comme Paris ou Orléans (mais peu d’Auxerre et de Troyes, aucun de Langres), un nombre substantiel est normand, surtout des diocèses d’Avranches, de Sées et de Coutances, principalement dans l’archidiaconé d’Étampes.

  • 46 Julia (D.), McKee (D.), « Le clergé paroissial dans le diocèse de Reims sous l’épiscopat de Charles (...)
  • 47 Goubert (P.), Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, 1960, t. I, p. 199, note 10 (28 % en (...)
  • 48 Cette situation semble commune à une large partie du centre du Bassin parisien dont beaucoup de cle (...)
  • 49 A.D. Yonne, G 9 et 10. Courbe dans Dinet (D.), « Le jansénisme et les origines de la déchristianisa (...)
  • 50 Dinet (D.), « Les ordinations sacerdotales dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xvi (...)

20Bien entendu le système bénéficial explique partiellement ce phénomène. Cependant la force de ce concours extérieur, plus considérable que dans les diocèses de Reims46 ou de Beauvais47, résulte sans doute d’une certaine faiblesse des vocations sacerdotales dans le Sénonais48. Dès cette époque, le niveau des ordinations à la prêtrise, que nous avons pu mesurer entre 1689 et 171549, oscille entre 20 et 25 par an, soit nettement moins que dans le diocèse de Langres, voisin et de taille comparable50.

  • 51 A.D. Yonne, I J 442-443 et notre article cité à la note 40.
  • 52 A.D. Yonne, I J 528, f 5. Le fait est exact et vérifié par le Pennec (Y. M.), « Le recrutement des (...)
  • 53 Julia (D.), McKee (D.), « Les confrères de Jean Meslier : Culture et spiritualité du clergé champen (...)

21Dans ces conditions et après la chute des ordinations, certaine à Sens entre 1735 et 175051, on comprend l’inquiétude de l’archevêque de Luynes, en 1771, pour disposer du personnel nécessaire à la desserte des paroisses ; d’où l’idée judicieuse de ce prélat de s’adresser à l’évêque de Coutances « qui abonde de sujets52 ». Signalons enfin que ces mêmes procès-verbaux de visites de 1688 et de 1738 nous livrent également les grades universitaires de ce clergé. Leur extrême rareté est frappante et contraste avec la situation du diocèse de Reims à cette époque53. On ne rencontre en effet dans l’archidiaconé d’Étampes qu’un bachelier et un docteur en théologie, l’un et l’autre étrangers au diocèse. Un demi-siècle plus tard, dans l’archidiaconé de Melun, plus étendu, cinq prêtres (dont deux seulement sont originaires du diocèse) sont bacheliers ou licenciés en théologie. Convenons néanmoins que des omissions sont possibles et qu’une information plus complète pourrait modifier cette vision. En revanche nos sources sont plus prolixes sur l’état des églises et la pratique religieuse des fidèles.

Églises et fidèles

22Rares pour le début du xviie siècle, les renseignements sur les sanctuaires deviennent abondants à la fin de l’épiscopat de Louis-Henri de Pardaillan de Gondrin, particulièrement pour les années 1670-1674, où plus de la moitié des édifices du diocèse peuvent être appréciés. Il ressort des visites effectuées à cette époque que près de 10 % des bâtiments méritent des réparations plus ou moins importantes, proportion inégale selon les différentes parties du diocèse.

  • 54 A.D. Yonne, G 91, pièces 2-3, 7-8, 14 et 41.

23En effet, les églises des doyennés de Melun, de Provins, de la rivière de Vanne et de Trainel54 sont dans un état plus médiocre que les autres. Dans plusieurs localités les couvertures devraient être refaites, ainsi à Savigny-le-Temple, à Sergines, à Bray-sur-Seine… L’urgence est plus grande encore aux Forges et à Saint-Jean-lès-Montereau où la pluie pénètre à l’intérieur des sanctuaires. Pire, celui de Maisoncelles menace ruine.

  • 55 Ferté (J.), op. cit. [15], p. 80-85 et Jacquart (J.), La crise rurale en Ile-de-France : 1550-1670,(...)
  • 56 A.D. Yonne, G 78, pièces 1 à 3.
  • 57 Ibid., G 219.
  • 58 Ibid., G 62, pièces 73.
  • 59 Ibid., G 56, pièces 23 et 28 à 30. Sur Saint-Martin-du-Tertre, voir aussi Vallery-Radot (M.), op. c (...)

24Comme dans les campagnes parisiennes, la vétusté des bâtiments et le rôle des intempéries paraissent davantage responsables de cette situation que les dévastations de la Fronde, moins intenses ici, sauf en Brie et aux environs d’Étampes55. Or la première inspection conservée de cet archidiaconé en 1665 ne signale rien de particulier56. Les dommages les plus graves ont sans doute été vite réparés. Certes, indirectement, les troubles de la Fronde en entraînant la paupérisation des ruraux ont dû rendre çà et là le simple entretien d’édifices déjà anciens plus délicat. Avec le temps ces problèmes persistent plus ou moins. La visite des 121 paroisses et succursales de l’archidiaconé de Melun en 1738 atteste une amélioration indéniable : moins de 5 % des lieux de culte nécessitent des travaux, de faible ampleur le plus souvent : du carrelage, quelques vitres, des lambris à restaurer. Nulle part la reconstruction n’est à envisager, même à Notre-Dame de la Rochette où il suffit de reprendre la toiture57. En outre, les plaintes concernant l’absence de sacristie ou de confessionnal, le mauvais état du tabernacle ou des vases sacrés cessent peu à peu. Cependant l’œuvre accomplie demeure fragile. Les seuls procès-verbaux disponibles pour la seconde moitié du xviiie siècle, presque tous relatifs aux paroisses dépendant de l’archevêque, aux environs de Sens, nous le rappellent. Ainsi en 1764, l’église de Mouy a-t-elle été gravement endommagée par une violente crue de la Seine58, tandis qu’en 1778, la nef de celle de Fontaine-la-Gaillarde menace de s’écrouler et que le sanctuaire de Bussy nécessite de grosses réparations, comme celui de Saint-Martin-du-Tertre, complètement rebâti alors : en 1772, le chœur vient d’être reconstruit, mais la nef n’est achevée qu’en 178059.

  • 60 Cette lutte est générale à la fin du siècle, ainsi à Chartres (Sauzet (R.), op. cit. [15], p. 280), (...)
  • 61 A.D. Yonne, G 85, pièce 1. Plus généralement : Julia (D.), « Discipline ecclésiastique et culture p (...)
  • 62 A.D. Yonne, G 85, pièce 1 (Aunoy) et G 91, pièce 2 (Fontaine-le-Port) ; Sauzet (R.), op. cit. [15], (...)
  • 63 A.D. Yonne G 91, pièce 2. Sur Saint Sébastien : Réau (L.), Iconographie de l’art chrétien, Paris, 1 (...)

25À l’intérieur, la chasse aux « images indécentes » ou « ridicules », « grossières » semble s’être achevée victorieusement dès la fin du xviie siècle60. Très active vers 1670-1674, elle vise particulièrement saint Martin représenté en cavalier et saint Sébastien dont la nudité totale, legs de la Renaissance italienne, choque les visiteurs. Ceux-ci invitent donc à enlever les représentations litigieuses à Sourdun, à Sainte-Croix de Provins, à Gimbrois. Là, le changement paraît d’autant plus facile à réaliser qu’existe dans l’église une autre image du saint, en évêque, parfaitement conforme aux normes tridentines61. À Aunoy en 1671 et à Fontaine-le-Port en 1672, la présence du cavalier sur le maître-autel irrite davantage les visiteurs, sans doute pour les mêmes raisons que dans le diocèse de Chartres : élever l’hostie aux pieds du cheval ou peut-être sous son derrière est un manque de respect envers le Saint-Sacrement62. L’existence supplémentaire sur le maître-autel des églises de Fontaine-le-Port et de Grandpuits d’un saint Sébastien inspiré du type païen de l’Apollon nu ne pouvait qu’accroître l’indignation des visiteurs63.

  • 64 A.D. Yonne, G 56, pièce 18. En revanche nous avons relevé un cas de conflit dans l’archidiaconé d’É (...)

26Nos documents ne témoignent pas cependant d’un véritable conflit entre le clergé et la population à ce propos. Celle-ci semble plus habituée que profondément attachée à ces figures. Au xviiie siècle, la seule controverse entre un visiteur et des paroissiens concerne la décoration du chœur du sanctuaire de Beton-Bazoches. Une ordonnance après visite prescrivait de vendre les colonnes de cuivre supportant des anges placées autour du chœur. La venue de l’archevêque de Luynes le 13 septembre 1766 donna satisfaction aux habitants : le prélat cassa l’ordonnance contestée qui blessait leur sensibilité esthétique et prétendait les dépouiller d’un élément de leur église64.

  • 65 A.D. Yonne, G 85, pièce 3.
  • 66 Ibid., G 73, pièces 3, 96 et 100.
  • 67 Ibid., G 56, pièces 13, 17 et 19. Autres exemples dans Vallery-Radot (M.), op. cit. [4], p. 106.
  • 68 A.D. Yonne, G 85, pièce 1 et G 56, pièce 11.
  • 69 Le Bras (G.), L’église et le village, Paris, 1976, p. 71-72 et les travaux de Ph. Ariès, dont L’Hom (...)

27Comme en de nombreux diocèses, aussi bien au xviie qu’au xviiie siècle, la clôture des cimetières causait bien du souci aux visiteurs. En 1673, à Ecurie, dans l’archidiaconé de Provins, l’endroit servait de pâture pour le bétail65. L’année précédente, à Ferrottes en Gâtinais, il faut en prononcer l’interdit dans l’espoir de hâter la réparation du mur d’enceinte. Même chose à Conflans en 1702 ou à Sognes en 171166. Encore en 1759, le vicaire général de Gabriac doit-il en menacer les habitants de Villefolle. Peine perdue, puisque Louis de Chambertrand, en 1766, constate le même délabrement de la clôture. Ce n’est qu’en septembre 1769, lors d’une nouvelle inspection, que les travaux sont enfin engagés67. Aussi lorsque les cimetières sont bien entretenus, les visiteurs ont-ils plaisir à le souligner, comme à Voulton en 1671 ou à Saint-Denis-lès-Sens en 175768. Incurie de trop de communautés villageoises ? Mauvaise volonté ? En partie. Mais c’est aussi le signe d’une plus grande « familiarité » avec le monde des morts69.

  • 70 Du Rousseaud de la Combe (G.), Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale, Paris, 1771, III, (...)
  • 71 A.D. Yonne, G 85, pièce 1.
  • 72 Ibid., G 73, pièce 96 et G 219.

28Néanmoins l’administration des biens de la paroisse par la fabrique était souvent médiocre et source de contestations, malgré une relative clarté des textes juridiques, puisque toutes les ordonnances royales reprises par l’édit d’avril 1695 laissaient à la charge des habitants l’entretien de la nef, du cimetière et du presbytère et à celle des décimateurs toutes les réparations du chœur des sanctuaires70. En 1671, l’archidiacre de Provins Jacques Lefebvre, visitant l’église Notre-Dame de Flaix, s’aperçoit du non-respect d’une ordonnance précédente prescrivant d’importants travaux nécessaires par suite de la négligence d’un « gros décimateur », abbé commendataire de surcroît. Devant une situation identique à Saint-Genest, il invite le marguillier Claude Ledet à faire saisir les dîmes pour permettre les réparations71. Sans être très fréquent, ce type de conflit apparaît également à Chenoult en Gâtinais en 1702 et à Saint-Nicolas-lès-Montereau en 173872.

  • 73 Ibid., G 85, pièce 1.

29La mauvaise tenue des comptes des fabriques, parfois l’inexistence de registres, la non-reddition des comptes lors des visites, souvent l’absence des marguilliers fautifs, les amendes qui les frappent, occupent une place considérable dans nos documents. Dans l’archidiaconé de Provins en 1671, les procès-verbaux de visites s’étendent longuement sur ces questions dans 15 paroisses sur 53. Il est vrai que les revenus de certaines fabriques sont minimes et très insuffisants par rapport aux besoins : c’est le cas à Cerneux, à Moutils, à Aunoy (17 livres par an !), à Vieux-Champagne… Mais à Leudon, la fabrique est riche : pourtant les marguilliers indélicats doivent plus de 800 livres73.

  • 74 Ibid., G 91, pièce 1.
  • 75 Ibid., G 85, pièce 10.

30Reconnaissons que la charge n’est pas toujours convoitée. À Soisy-sur-École, près de Melun, en 1671, le curé avoue que les marguilliers « sont élus dans l’église car il faut y enfermer les habitants parce que tout le monde s’enfuit lorsqu’il s’agit de choisir des collecteurs74 ». En 1717, à Boisdon, aux environs de Provins, « Jean Lebœuf, procureur fiscal, requis, a refusé avec insolence et les habitants intimidés ont refusé d’en désigner un autre75 ».

  • 76 Ferté (J.), op. cit. [15], p. 63-75 ; Pérouas (L.), Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724 : Soci (...)
  • 77 Sauzet (R.), op. cit. [15], p. 213-223.
  • 78 A.D. Yonne, G 219 et G 714 à 717.
  • 79 Playoust-Chaussis (A.), La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au xviiie siècle, Arras, 1976 (...)

31En définitive, jusque vers 1720-1730, comme dans les diocèses de Paris et de La Rochelle76, moins que dans celui de Chartres77, la mauvaise volonté semble l’emporter sur la négligence dans la gestion de beaucoup de fabriques de cet archevêché. Au xviiie siècle, du fait d’une grande attention des autorités ecclésiastiques, la situation s’améliore peu à peu, au risque, – en apparence – de détourner les visiteurs de tâches plus pastorales : en 1738, dans l’archidiaconé de Melun, ce sujet accapare les deux tiers de nos documents. Quelques années plus tard, dans les paroisses dépendant du chapitre cathédral, la proportion atteint les trois quarts78 ! À ce prix, la gestion nous paraît comparable à celle constatée dans le diocèse de Boulogne, moins bonne néanmoins que celle relevée dans l’évêché de Langres à la fin de l’épiscopat de Montmorin79.

32Il serait téméraire d’en déduire que les visiteurs négligent les aspects strictement religieux au cours de leurs tournées. D’ailleurs ils ne séparent jamais leur mission en différents domaines. En outre, c’est surtout à la fin du xviie siècle et au début du xviiie qu’ils s’efforcent de promouvoir une religion marquée par l’empreinte tridentine avec d’autant plus de chances que le clergé visité est de mieux en mieux formé par des séminaires où règne cet idéal. Il convient donc en priorité d’épurer la religion vécue par les fidèles de tous les éléments archaïques ou coutumiers qui s’écartent de près ou de loin d’un véritable christianisme. Surtout, il faut rapprocher les populations du Christ, d’où le soin méticuleux accordé à la minorité qui est éloignée de l’Église comme à la régularité du catéchisme et de l’assistance à cet enseignement élémentaire mais indispensable. Au cours du xviiie siècle, l’effort initial ayant porté quelques fruits, assurer la pérennité de l’œuvre en veillant à la christianisation de nouvelles générations devient essentiel.

  • 80 A.D. Yonne, G 91, pièces 2 et 3. Les statuts synodaux de 1659 prescrivent d’arrêter la sonnerie de (...)
  • 81 Ferté (J.), op. cit. [15], p. 334.
  • 82 Malgré un interdit épiscopal de 1657 : Matet (J.), Pannet (R.), « Vialart de Herse, évêque de Châlo (...)

33Éliminer au xviie siècle telle ou telle habitude des populations n’est pas toujours facile. En 1672, Louis Vauthier, doyen de Melun, note le « désordre » qui règne à Maincy durant la nuit de la Toussaint au 2 novembre : on sonne les cloches pour les morts sans arrêt. Malgré une précédente ordonnance, cette coutume persiste également à Ballancourt80. Encore n’existe-t-il pas ici l’obligation de rétribuer les sonneurs par la fabrique comme à Villiers-le-Bel, au nord de Paris, où J. Ferté a trouvé trace de cette très ancienne tradition81, perpétuée aussi en Champagne82.

  • 83 A.D. Yonne, G 91, pièces 2 et 3. Interprétation suggérée par Matet (J.), Pannet (R.), op. cit. [82] (...)

34Très délicate à déraciner apparaît en 1672 dans plusieurs paroisses proches de Melun, l’habitude de boire du vin dans l’église le Jeudi-Saint, en dépit de l’interdiction de l’archevêque de Gondrin. À Cesson, c’est un véritable repas ; à Lady et à Bombon, on se contente de boire ; à Ballancourt, on prétend qu’une fondation le permet. Sans doute s’agit-il de la subsistance déformée de la célébration de la Cène, comme en Champagne83.

  • 84 A.D. Yonne, G 91, pièces 1 et 3.
  • 85 Ibid., G 85, pièce VI. Dans le diocèse de Paris, les fiançailles, obligatoires, devaient précéder l (...)
  • 86 Catéchisme sur le mariage, Sens, 1739, p. 25.

35Toujours en 1671-1672, plusieurs pratiques accompagnant les fiançailles déplaisent au clergé. À Soisy-sur-École et à Ballancourt, après la cérémonie, le fiancé est « enlevé », entraîné au cabaret par les garçons de la paroisse et il « doit leur donner quelque argent84 ». En 1702, dans l’archidiaconé de Provins, les curés se plaignent des festivités qui « se font le soir de la veille du mariage, les parents et amis s’assemblent comme à la noce, c’est-à-dire en aussi grand nombre ; on y boit et on y mange toute la nuit, on y dit des chansons déshonnêtes… et loin de laisser l’époux et l’épouse libres pour s’y préparer à recevoir la grâce du sacrement, on les excite à faire comme les autres et à danser une partie de la nuit ». Ils sollicitent donc de l’archevêque une ordonnance pour les séparer nettement du mariage, ajoutant qu’ainsi « on ôterait aux gens de la campagne l’occasion de faire bien de la dépense85 ». La préoccupation sociale vise à mieux combattre ces festivités que les prélats semblent avoir tolérées. Ultérieurement, le Catéchisme sur le mariage, imprimé sur l’ordre de Mgr Languet, se contente d’allusions aux fiançailles. Quant à la noce, « la joie et les festins ne sont pas défendus en cette occasion, mais bien les excès, les actions et les paroles trop libres86 ».

  • 87 A.D. Yonne, G 91, pièces 2 et 3. Notons encore les sérieuses difficultés du clergé pour obtenir la (...)
  • 88 Le Bras (G.), « Etat religieux et moral du diocèse de Châlons au dernier siècle de l’Ancien Régime  (...)
  • 89 A.D. Yonne, G 62, pièce 98. Davantage d’exemples au xviiie s. dans le diocèse de Langres (Dinet (D. (...)

36Les danses constituent un autre sujet de plaintes fréquentes de la part des curés, sans grande efficacité. En 1672, à Blandy, près de Melun, le prêtre regrette de ne pas pouvoir empêcher celles qui ont lieu sur une place toute proche de l’église que les habitants appellent malicieusement « le jardin d’enfer ». À Perthes, le curé paraît plus heureux. Erreur ! S’il a réussi à faire cesser les danses des dimanches et jours de fête, « la jeunesse se donne maintenant à jouer aux cartes87 ». L’offensive et son échec nous rappellent d’autres exemples, ainsi dans le diocèse de Châlons-sur-Marne88. D’ailleurs on ne pouvait tout interdire, sinon on risquait, comme à Villeblevin, près de Sens, en 1757, une véritable révolte populaire89.

  • 90 A.D. Yonne, G 89, pièce 7.

37En ces domaines, archevêques et visiteurs, instruits par l’expérience, se révélèrent plus tolérants, plus libéraux, plus prudents que les simples curés de campagne, même si ceux du Gâtinais admirent certains rites agraires de protection très répandus à la fin du xviie siècle, notamment le 1er mai où les villageois avaient l’habitude de « planter une épine blanche devant chaque porte des bestiaux avant soleil levé » et à la vigile de saint Jean-Baptiste où l’on cueillait « des herbes qu’on porte sur soi, « les herbes de la saint Jean », les hommes à leur chapeau, les femmes à leur ceinture90 ».

  • 91 Ibid., G 91, pièce 2. Le recours des estropiés à saint Eutrope est fréquent (Réau (L.), op. cit. [6 (...)
  • 92 A.D. Yonne, G 91, pièce 3. Il guérit donc tous ceux qui ont de la peine à marcher et pas seulement (...)
  • 93 A.D. Yonne, G 91, pièce 1. Attitude différente de celle des visiteurs du diocèse de Chartres, plus (...)
  • 94 A.D. Yonne, G 91, pièce 41 (visite du 26 mai 1672).
  • 95 Ibid., G 91, pièce 43.

38De même, un visiteur comme Louis Vauthier en 1672, malgré l’absence de permission épiscopale, ne s’opposa pas à la vénération des paroissiens de Courpalay pour saint Eutrope, d’où la présence de « jambes et de membres (sic) à son autel de la part de personnes qui ont eu recours à ce saint pour être délivré de diverses incommodités91 », ni à celle des habitants de Guigneville envers saint Firmin. Là aussi, juste à droite de l’autel, il y avait des « béquilles pendues à la muraille que l’on dit être de personnes incommodées et qui ont été soulagées et guéries par l’intercession » de ce saint92. Notons enfin que l’existence d’un guérisseur « d’hommes et d’animaux par paroles et superstitions » qui lui fut signalée à Soisy-sur-École ne parut guère l’émouvoir93. Même attitude de Jean Paussures apprenant à La Motte-Tilly que Nicole Pautras, veuve et infirme, prétendait avoir un pouvoir sur les animaux94. Cependant Jean Prugurel, inspectant en 1671 le doyenné de Trainel, relevait avec plus d’inquiétude qu’à La Louptière, les infirmes s’adressaient « à une femme de Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes qui a la réputation de devin et se sert de certains mots pour reconnaître la qualité des maladies95 ».

  • 96 Ibid., G 91, pièce 3. C’est la même crainte de voir ce sacrement profané qui explique l’attention p (...)
  • 97 Ferté (J.), op. cit. [15], p. 298.
  • 98 Dinet (D.), « Administration épiscopale… », op. cit. [29], p. 750-751.
  • 99 À ce sujet : Gélis (J.), « De la mort à la vie : les sanctuaires à répit », Ethnologie française, 1 (...)

39Sans attacher trop d’importance aux guérisseurs et aux éventuels charlatans, la hiérarchie se montre beaucoup plus stricte envers des pratiques religieuses qui s’écartent de l’orthodoxie. En particulier elle rappelle nettement au curé de Pringy, en 1672, l’interdiction des « sanctuaires à répit » où elle estime le sacrement de baptême profané. Au cours de sa visite, Louis Vauthier fit inscrire dans le procès-verbal : « On a notifié audit curé la défense à lui faite par Mgr (…) de tolérer, en aucune manière que ce soit, souffrir l’abus et la superstition des enfants mort-nés que l’on apportait à Notre-Dame de Pringy et à qui l’on conférait le baptême comme si la vie leur eut été rendue par miracle pour le recevoir96.» Comme dans la région de Pontoise vers 1630, où l’intercesseur est également la Vierge Marie97, ou dans le diocèse de Langres au milieu du xviiie siècle98, le clergé local, sensible à l’angoisse et à la détresse des parents, a du mal à appliquer les directives épiscopales99.

  • 100 A.D. Yonne, G 89, pièce 9.
  • 101 Ibid., G 91, pièce 1.

40Il lui fut sans doute aussi difficile de ramener à la religion les fidèles qui s’en étaient écartés. Nos documents fourmillent d’indications sur ce thème à propos de l’observance de la communion pascale. Vers 1670-1674, ceux qui n’ont pas satisfait à ce devoir ne constituent qu’une infime minorité de diocésains. Dans la majorité des paroisses ce problème ne se pose même pas. Ailleurs, cela concerne soit des individus isolés, vite repérés, soit dans quelques rares villages des groupes non négligeables qui dépassent parfois la centaine de personnes : ainsi à Courlon au doyenné de Marolles en 1671100. La source, se contentant de mentionner le fait, en rend l’interprétation délicate. Peut-être s’agit-il de paroissiens en conflit avec leur curé sur des questions temporelles, comme à Dannemois, où Louis Vauthier apprend que deux personnes sont dans cette situation à la suite d’une dispute avec leur pasteur à propos d’un testament101 ? Dans ce cas les visiteurs s’efforcent de réconcilier les uns et les autres.

  • 102 Ibid., G 91, pièce 2. Un tel mariage est prohibé par le concile de Trente et par toute la législati (...)
  • 103 A.D. Yonne, G 91, pièce 3. Autres exemples ci-dessus, p. 220.
  • 104 Ibid., G 91, pièce 2.
  • 105 Ibid., G 89, pièce 3. Tableau quasi identique à celui du diocèse de Châlons (Le Bras (G.), Etudes d (...)

41Parmi les isolés, on doit en réalité distinguer deux catégories : d’une part les refoulés, d’autre part ceux qui se sont plus ou moins volontairement éloignés de l’Église. Les premiers ont enfreint les censures ecclésiastiques, telle la jeune Michèle Forêt à Nandy, privée de sacrements en 1672 pour avoir contracté un mariage clandestin à Paris contre la volonté de son père102, ou subissent les rigueurs de quelque clerc comme ces paroissiens de Saint-Sauveur-sur-École qui n’ont pas été « jugés dignes et capables d’approcher de la communion103 ». Les seconds sont souvent dénoncés pour leur « impiété », ainsi ce manouvrier de Moigny, sinistre individu connu de la justice séculière104. Ce sont plutôt des hommes, des cabaretiers, des vignerons, des meuniers, plus rarement des laboureurs, des procureurs et même des hobereaux, davantage des artisans et d’humbles domestiques. Ces dissidents, tels ceux de Piffonds au doyenné de Courtenay, choquent les dévots par leur « mauvaise vie ». Quelques-uns ignorent le mariage et même, comme à Branches, ne font pas baptiser leur enfant105.

  • 106 A.D. Yonne, G 91, pièce 2. Le baptême est alors conféré sans aucun délai, au plus tard dans les tro (...)
  • 107 A.D. Yonne, G 85, pièce 4.
  • 108 Ibid., G 85, pièce 1.
  • 109 Ibid., G 85, pièce 6.

42Sauf exceptions, le clergé n’abandonne pas ces marginaux pour autant, utilisant selon les circonstances la persuasion, la menace ou la contrainte. Ces méthodes permettent d’obtenir à Livry, en 1672, le baptême du fils d’un carrier endurci, sept semaines après sa naissance106. De même à Saint-Loup-de-Naud en 1676, le visiteur a reçu la soumission d’une femme mariée qui avait « juré publiquement le saint nom de Dieu et dont la bouche était remplie de saletés et mille impuretés107 ». Plus souvent, les fautifs sont menacés d’être traduits devant l’officialité, parfois avec la possibilité de se racheter dans un bref délai en se confessant à un autre prêtre, ainsi à Courtacon en 1671 dans l’archidiaconé de Provins108. Mais à Cucharmoy en 1676, Nicolas Fleury et Jean Chavanne sont directement dénoncés au tribunal ecclésiastique109.

  • 110 Ibid., G 73, pièces 22 et 96.
  • 111 Ibid., G 79.

43Vers 1700, la situation n’a guère évolué. Le curé de Sognes se plaint de l’indévotion de quelques irréductibles ; celui de Foucherolles dénonce en 1702 à l’archidiacre et official de Sens le concierge du château, non pascalisant de longue date, qui « vit dans un commerce public d’impudicité avec la nommée Anne Roger, ci-devant sa servante, de laquelle il a déjà deux enfants, ce qui cause d’autant plus de scandale dans la paroisse qu’il est marié et a actuellement sa femme dans sa maison110 ». Mais lorsque le coupable appartient au monde seigneurial, on hésite à le poursuivre, d’où l’exhortation de Jacques Decosse, archidiacre du Gâtinais, au pasteur de Saint-Germain-des-Prés, en 1697, pour qu’il fasse assigner devant l’officialité le sieur de Birague qui « continuait son commerce avec une de ses domestiques dont il a déjà deux enfants » et vivait éloigné de toute religion111.

  • 112 Ibid., G 85, pièces 21, 13 et 8.

44On perçoit en même temps l’amorce d’un changement dans l’attitude cléricale à l’égard de ces insoumis : peu à peu les voies de la douceur sont préférées à celles de la rigueur. Aux Ormes, près de Provins en 1705, le curé « tachera de les ramener à leur devoir le plus tôt qu’il lui sera possible ». En 1714, dans la même paroisse, on se borne à « espérer qu’ils vont s’acquitter de leur promesse d’accomplir ce devoir » et en 1719 à constater la persistance du fait112. N’est-ce pas s’y résigner ? En outre était-il très habile et très heureux de présenter la communion pascale comme un « devoir » ?

  • 113 Ibid., G 56, pièces 11 et 12. Vallery-Radot (M.), op. cit. [4], p. 107-108, l’avait aussi remarqué. (...)

45Au milieu du xviiie siècle, les rares documents conservés démontrent le relatif échec du clergé en la matière. Certes dans le Sénonais, les non-pascalisants restent une poignée. Une visite de 1757 les mentionne seulement à Paron et à Saint-Denis-lès-Sens. L’année suivante cependant, le vicaire général de Gabriac en rencontre à Villefolle, Nailly, Saint-Martin-du-Tertre, Voisines, Saint-Denis-lès-Sens, Saint-Clément ; il approuve le curé de ce dernier village qui refuse de les dénoncer « dans l’espérance d’un prochain retour sur eux-mêmes » et lui conseille de les ramener par les « voies de paix et de douceur ». La tolérance s’installe, la rigueur est désormais exclue113.

  • 114 A.D. Yonne, G 91, pièces 2 et 3.
  • 115 Ibid., G 89, pièce 3.
  • 116 Ibid., G 85, pièce 4.
  • 117 Ibid., G 73, pièce 96.
  • 118 Dinet (D.), « La déchristianisation… », [40], p. 130.

46Cependant les efforts du clergé ne se limitent pas à ramener les « brebis égarées ». Les visites pastorales témoignent de l’intérêt porté par la hiérarchie à l’enseignement religieux et d’abord au catéchisme, à sa régularité, à sa diffusion dans la totalité de la population, surtout entre 1670 et 1700. Là encore, la fin de l’épiscopat de Louis-Henri de Gondrin révèle de sérieuses carences, plus marquées dans certaines zones. Le doyenné de Melun en 1672 semble une des plus mauvaises de ce point de vue. Si les clercs y ont une responsabilité, comme nous l’avons souligné, les parents sont tout aussi fautifs. Beaucoup d’enfants ne s’y rendent qu’occasionnellement ou jamais, notamment à Réau, Aubigny, Aubepierre, Courances, Saint-Germain-sur-École, Perthes, Moigny (où pourtant le curé a modifié les horaires pour qu’ils conviennent mieux aux fidèles), Guigneville dont le prêtre a vainement offert de compléter le catéchisme par un enseignement gratuit de lecture et de prières. À Boissise-la-Bertrand, les familles lors des moissons et des vendanges jugent plus utile de les envoyer au travail114… En revanche le doyenné de Courtenay paraît meilleur en 1673 : à Grandchamps, à Senan, à Villiers-sur-Tholon, le visiteur repart édifié115. Même chose en 1676 dans l’archidiaconé de Provins, où Gabriel Sorèze a remarqué les réponses « pertinentes » des enfants sur les principes de la foi à Courtacon, à Gimbrois, à Chenoise116… Ultérieurement les seuls procès-verbaux abordant cette question demeurent ceux de la visite de l’archidiaconé de Sens en 1702. Aucune déficience n’est relevée dans les 211 paroisses et annexes parcourues117. Néanmoins il faudrait reprendre la recherche à partir d’autres sources et scruter les années 1730 et au-delà pour vérifier la qualité et la fréquentation de cet enseignement, souvent lamentables dans le diocèse d’Auxerre voisin118.

  • 119 A.D. Yonne, G 73, pièce 3 et G 91, pièces 1 à 3 et 17.
  • 120 Ibid., G 73, pièce 69 et G 219.
  • 121 Queniart (J.), Les hommes, l’Eglise et Dieu dans la France du xviiie siècle, Paris, 1978, p. 294-29 (...)
  • 122 A.D. Yonne, G 67. Le fait est signalé par Vallery-Radot (M.), op. cit. [4], p. 111-114. Pour la com (...)

47Déplorons enfin que nos documents nous apportent si peu de renseignements sur les confréries. Au mieux leur existence est signalée dans quelques villages des doyennés de Melun, de la rivière de Vanne et de l’archidiaconé de Sens en 1672, mais jamais de façon systématique et sans aucun indice sur leur vitalité119. Il en est de même en 1702 et en 1738-1740 pour quelques paroisses du Sénonais et de l’archidiaconé de Melun120. Il serait téméraire d’en déduire un déclin de ces associations121. Simplement, songeons qu’avec le temps consacré à chaque paroisse, il est difficile à un visiteur de se rendre compte de tout. Heureusement d’autres sources montrent que, comme dans l’évêché de Langres, les confréries connaissent une belle renaissance à partir du milieu du siècle des Lumières… jusqu’à la Révolution, car il est évident que certaines confréries érigées alors sont rétablies plutôt que créées. Au total, durant son épiscopat, le cardinal de Luynes approuva l’érection de 46 confréries, dont 26 du Saint-Sacrement et 10 dédiées à la Vierge : comme à Langres, les dévotions mariales et christocentriques l’emportent nettement. L’importance du nombre des signatures au bas des requêtes présentées à l’archevêque à cet effet atteste la profondeur du mouvement. Certes il peut paraître limité quand on se rappelle l’étendue de ce diocèse. Encore faudrait-il connaître l’état des autres confréries pour en juger122.

Les communautés religieuses

  • 123 De même envisager les « ressources matérielles » sans leur composition ni leur emploi, parler seule (...)

48Elles forment un monde à part, insuffisamment analysé par l’enquête de Gabriel Le Bras qui s’intéressait beaucoup moins aux réguliers qu’aux séculiers et en a sans doute sous-estimé l’importance à l’époque moderne. Les rubriques du Répertoire des visites pastorales restent superficielles sur cet objet. Parler d’« observance » est trop vague et témoigne d’une vision figée des réalités conventuelles, les règles et les constitutions pouvant évoluer, même aux xviie et xviiie siècles. Ne pas envisager la spiritualité, la vie mystique, est regrettable. Se contenter de rechercher un simple « état des personnes » en ignorant le terme et la nature du « scrutin » auquel procède normalement le visiteur en interrogeant longuement sur toute la vie de la communauté, son action, ses rapports avec le monde, chacune des personnes qui la composent confirme pleinement notre jugement123.

  • 124 Outre Michel (A.), Les décrets du concile de Trente, Paris, 1938, p. 423-424 et 600-609, voir Duran (...)
  • 125 A.D. Yonne, G 185. Cette abbaye est située sur la paroisse de Chenoise, près de Provins. Notons qu’ (...)
  • 126 A.D. Yonne, G 190, à compléter par Chaussy (Y.), Les Bénédictines et la réforme catholique en Franc (...)

49Obéissant à leurs devoirs, rappelés par le concile de Trente dans ses xxie et xxve sessions, la plupart des archevêques de Sens de notre période visitèrent eux-mêmes les communautés établies dans leur diocèse, sauf dans quelques cas où ils déléguèrent leurs pouvoirs à un ecclésiastique spécialement commis à cet effet. Si cette inspection ne posa guère de problèmes avec les monastères soumis à la juridiction épiscopale, notamment avec la quasi-totalité des couvents de femmes implantés dans le sillage de la Réforme catholique, en revanche les réguliers jouissant de l’exemption contestèrent, surtout au début du xviie siècle, à l’ordinaire le droit de les visiter124. Le 28 août 1626, l’archevêque Octave de Bellegarde se heurte ainsi au refus du prieur des Cisterciens de Jouy de le laisser pénétrer dans l’abbaye. Cependant quelques mois plus tard, onze moines désavouent cette attitude brutale et acceptent de recevoir le prélat, tout en « réservant leurs privilèges et droits de leurs supérieurs125 ». Autre échec d’Octave de Bellegarde, durable celui-là, avec les Bénédictines de Gy-les-Nonnains, qui refusèrent sa visite le 4 octobre 1628 et persistèrent dans leur opposition le 11 novembre, malgré une censure d’excommunication contre la prieure. Une longue bataille juridique s’engagea, mais les liens entre ce prieuré et l’abbaye de Faremoutiers ne permirent pas aux archevêques de Sens d’avoir raison de cette opiniâtreté. La solution trouvée en 1676 sauvegardait les droits de chacun : l’archevêque Jean de Montpezat affirmait sa supériorité sans effectuer lui-même la visite confiée par « provisions » à Dom Alexis David, procureur général de l’ordre de Cluny, avec l’accord de l’abbesse de Faremoutiers126.

  • 127 Autre cas à Étampes : voir notre article cité à la note 10.
  • 128 A.D. Yonne, G 196.

50De telles contestations demeurèrent très rares127 et les communautés religieuses furent généralement visitées avec un soin remarquable, d’autant que les prélats ne ménagèrent pas leur temps à cette occasion. Voyez Languet de Gergy qui reste successivement du 23 au 25 juillet 1733 chez les Visitandines de Montargis, puis du 25 au 28 juillet chez les Ursulines de cette cité. Les ecclésiastiques commis à cet effet sont aussi scrupuleux : Jacques-Nicolas Heaulmé de la Neufville séjourne à l’abbaye du Lys du 9 septembre au 26 octobre 1726 et son procès-verbal comprend 115 pages dont la majeure partie s’efforce de démêler la gestion des Cisterciennes et d’y remédier128.

  • 129 Ibid., G 43, pièce 1. Cet avis précise que dans le procès-verbal ou son brouillon, les sœurs seront (...)

51La visite est aussi l’occasion de raffermir la foi de ces maisons. Un mémoire de la fin du xviiie siècle, rédigé par un des proches collaborateurs du cardinal de Luynes et intitulé « Avis pour la visite des communautés religieuses », rappelle justement qu’aussitôt avertie, la supérieure fera « réciter tous les jours jusqu’à l’ouverture de la visite le Veni Creator en commun ». Outre « une communion générale pour attirer la bénédiction de Dieu sur la visite », les sœurs devront relire leurs règle et constitutions. La visite elle-même commence tôt le matin, dès sept heures. Après la célébration de la messe, la reprise de quelques chants (dont le Veni Creator) et une brève exhortation, le visiteur examine l’église et les lieux extérieurs de la communauté, puis les religieuses viennent une par une à la grille du parloir pour le « scrutin », élément essentiel et fondamental de la visite, autant par sa durée (éventuellement plusieurs jours) que par les questions posées aux religieuses, qui portent sur l’observance de la règle, sur la fidélité à leurs vœux, leur prière personnelle, leur pratique de l’oraison, de la confession, de la communion, leurs retraites spirituelles, leurs lectures et tous les aspects de la vie commune. Ensuite, accompagné de la supérieure et de ses assistantes, le visiteur se rend à l’intérieur de la clôture, voit le réfectoire, les cellules, puis il retourne au parloir pour connaître les comptes du monastère et termine sa visite en se rendant à la grille du chœur pour donner à la communauté (à l’exclusion des novices, postulantes et pensionnaires) les avis et règlements nécessaires. Un Te Deum clôt la cérémonie129.

  • 130 Analyses et comparaisons dans Dinet (D.), « Le recrutement des réguliers dans les diocèses d’Auxerr (...)

52Quels enseignements majeurs retirer de cette masse documentaire qui concerne presqu’exclusivement les communautés féminines, dans le cadre forcément limité de cet article ? Au-delà des difficultés pour insuffler l’esprit de la réforme tridentine dans toutes ces institutions, il convient de mentionner le relâchement de quelques-unes d’entre elles à la fin du règne de Louis XIV et sous la Régence, phénomène peut être exagéré par le rigorisme manifesté par l’épiscopat à leur égard. Cependant cette période connaît les plus grandes facilités de recrutement jusqu’au moment où les problèmes financiers, croissants après 1720, et les querelles autour du jansénisme mettent en péril plusieurs de ces maisons – toutes tendances qui ne sont pas propres au diocèse de Sens130. Enfin n’oublions pas l’apport des autres visites quant au regard porté par les séculiers sur le rôle et l’action des réguliers (des hommes, cette fois) dans les paroisses.

53La contestation du droit de visite aux archevêques de Sens par les Bénédictines de Gy-les-Nonnains en 1628, déjà évoquée, est aussi un moyen pour empêcher l’introduction de la « réforme » caractérisée par un renforcement du contrôle épiscopal sur les communautés, d’où l’intérêt pour les prélats de dénoncer le « désordre » régnant pour mieux justifier leur intervention, qui débouche souvent sur une longue procédure leur permettant à terme, en cas de succès, d’obtenir la supériorité.

  • 131 A.D. Yonne, G 193. Longue analyse dans Dubois (G.), op. cit. [4], p. 448-488. Même Mireaux (E.), op (...)

54Même si elle a été amplifiée, la licence ne fait aucun doute au monastère du Mont-Sainte-Catherine de Provins en 1663, à tel point que plusieurs religieuses scandalisées s’en plaignirent. L’affaire était sérieuse, car après une première inspection en juin 1664, Mgr de Gondrin y retourna du 3 au 6 septembre. Non seulement par suite d’une mauvaise gestion les sœurs étaient criblées de dettes, mais surtout l’anarchie frappe le visiteur qui n’a pas de peine à en déceler l’origine : la supérieure et quelques sœurs entretiennent des relations d’amitié amoureuse avec des Cordeliers voisins qui, sous prétexte de confession, s’introduisent même de nuit en escaladant les murs avec des échelles ! Il fallut des années pour ramener la régularité dans cette maison, soustraite à toute immixtion des Cordeliers par un arrêt du parlement de Paris pris à la demande du prélat131.

  • 132 A.D. Yonne, G 191. Voir aussi Dubois (G.), op. cit. [4], p. 489-500 (sur les origines du conflit, c (...)

55Contrairement à ce qu’on pourrait attendre, une communauté récente, les Ursulines de Melun, causa également du souci à Mgr de Gondrin. Venues de Bar-sur-Seine en 1642, elles se déplurent vite à Melun où elles rencontrèrent de gros obstacles pour acheter le terrain qui leur convenait pour bâtir leur monastère, d’où leur intention en avril 1659 de quitter la ville, sans doute pour embarrasser l’archevêque avec lequel elles étaient en conflit. Mais Louis-Henri de Gondrin n’était pas décidé à les laisser partir. Devant leur refus de montrer tous leurs titres de fondation et de présenter leurs comptes lors de sa venue, le 13 août, il déposa la supérieure et plaça trois Visitandines de Paris à la direction de cette maison, ce qui en accrut singulièrement les divisions. Une nouvelle visite du prélat en juin 1660, malgré quelque tumulte, aboutit à la soumission complète des Ursulines, d’autant qu’il fit conduire l’ancienne supérieure à l’abbaye du Lys132.

  • 133 Autres éléments concernant les bénédictines dans Chaussy (Y), op. cit. [126], t. I, p. 285-338.
  • 134 Ferté (J.), op. cit. [15], p. 109-140 (passim).
  • 135 Dinet (D.), « Le recrutement… », op. cit. [130], p. 154-156 et 255-256. Le problème sera repris dan (...)
  • 136 Roure (H.), « Le clergé du Sud-Est de la France au xviie s. : ses déficiences et leurs causes », Re (...)

56Cependant les procès-verbaux de visite conservés ne nous rendent pas compte de l’ensemble des difficultés qu’éprouvèrent les archevêques de Sens dans leurs tentatives de réforme des vieilles institutions monastiques, ni des limites de leur action133. Au total, cette réforme paraît légèrement moins délicate que dans les diocèses voisins de Paris134, d’Auxerre et de Langres135, ou ceux, plus lointains, du Sud de la France136. De même il faut recourir à d’autres sources pour mesurer l’ampleur des nouvelles implantations du xviie siècle.

  • 137 Outre Dinet (D.), « Le recrutement… », op. cit. [130], p. 259-262, Viguerie (J. de), « Y a-t-il une (...)
  • 138 A.D. Yonne, G 191.
  • 139 Ibid., G 192. Liqueur doit être entendu au sens de boisson sucrée.
  • 140 A.D. Yonne, G 191.

57Le relâchement de l’observance régulière déjà constaté à la fin du règne de Louis XIV137 se manifeste également dans le diocèse de Sens, sans toutefois atteindre le scandale. L’archevêque Fortin de La Hoguette déplore en 1712 les conversations excessives et les amitiés particulières aboutissant à la formation de « partys » parmi les Hospitalières de Melun. Son ordonnance vise à ramener les sœurs à une pratique plus stricte de leurs règlements, notamment à interdire l’entrée des personnes extérieures à la communauté. En outre les religieuses, surtout les plus jeunes, s’approchant trop rarement des sacrements, sont invitées à une communion plus fréquente138. Son successeur, Bouthillier de Chavigny, très soucieux de l’idéal de perfection attaché à ce genre de vie, fit preuve d’un certain rigorisme à leur égard qui le conduisit à proscrire l’usage du « café, chocolat, thé et autres liqueurs » à la congrégation de Notre-Dame de Nemours au printemps 1719139 et celui du tabac aux Visitandines de Melun en mai 1722140.

  • 141 Noirot (A.-J.), Le Carmel de Sens. 1625-1975, Auxerre, 1975, p. 104-105.
  • 142 A.D. Yonne, G 195. Même pléthore ailleurs : Dinet (D.), « Le recrutement… », op. cit. [130], p. 292 (...)

58Mais la majeure partie des abbayes, couvents et monastères édifient plutôt les visiteurs. D’ailleurs toutes ces communautés sont florissantes, sinon sur le plan matériel, du moins quant à leurs effectifs souvent pléthoriques. Divers états de leur personnel retrouvés pour les années 1695, 1705 et 1717-1718 en témoignent. En 1695, on dénombre à Montargis 53 Ursulines (dont 6 converses) et 51 Visitandines (dont 8 converses), à Melun 48 Ursulines, autant d’Annonciades et 62 Visitandines, tandis que l’abbaye du Lys abrite 46 Cisterciennes de chœur et 17 converses. L’austérité ne rebute pas : en 1695-1697, six nouvelles professes enrichissent le Carmel de Sens141. En 1705, à quelques unités près, ces maisons conservent des effectifs comparables. En outre, on relève 54 Bénédictines à Montargis, 48 à Notre-Dame de Champbenoît près de Provins, 28 à Villeneuve-le-Roi, mais 37 Carmélites à Sens où l’on rencontre également 29 Annonciades, 45 Ursulines et 61 Visitandines. La Congrégation de Notre-Dame compte 40 sœurs à Joigny, 52 à Provins et 72 à Nemours. Les sommets sont atteints (on a du mal à loger toutes les sœurs), si bien que les rares chiffres disponibles pour 1717-1718 attestent une légère décrue de ce personnel sans que l’on puisse l’attribuer à un déclin du recrutement : la congrégation de Notre-Dame à Nemours dispose de six novices et une postulante142. L’avenir n’est-il pas assuré ?

  • 143 Sur ces problèmes, outre Faure (Ed.), La banqueroute de Law, Paris, 1977, p. 545-552, Dinet (D.), « (...)
  • 144 Sabbagh (A.), « La politique royale à l’égard des communautés de filles : la Commission des Secours (...)

59L’effondrement du système de Law en 1720, en ébranlant les assises matérielles de la plupart des communautés apparues au xviie siècle dont l’essentiel des ressources provenait du revenu des rentes, menaça leur existence même143. L’utilité évidente de beaucoup (on connaît le rôle des Ursulines dans l’éducation des filles) obligea l’Assemblée du clergé à intervenir auprès du roi. Il en résulta la Commission des Secours, aux moyens très limités, qui versa quelques pensions et se préoccupa surtout de supprimer en douceur, par l’arrêt du recrutement, le maximum de ces maisons jugées trop nombreuses par les autorités depuis longtemps144.

  • 145 A.D. Yonne, G 192.
  • 146 Ibid., G 196 et 190.

60Les visites pastorales nous livrent un écho affaibli de ces problèmes pour un petit nombre de couvents. La venue de Jean-Joseph Languet chez les Ursulines de Montargis en octobre 1732 nous éclaire sur le poids de leurs dettes par rapport à leurs revenus : 15 834 livres contre 2 755. Pour redresser une telle situation, l’archevêque s’en tient à une politique d’économies rigoureuses… et contrôlées : un économe est nommé, les comptes seront vérifiés tous les mois, le superflu sera proscrit. De la sorte une seule tourière fut maintenue et la vaisselle d’argent vendue en 1733 pour 2 201 livres145. En revanche à Bray-sur-Seine, le prélat, à la suite de sa visite des 25 et 26 septembre 1733, envisagea la fermeture pure et simple des Bernardines, mesure réalisée effectivement en 1760146.

  • 147 Ibid., G 190 qu’il faudrait compléter par des recherches dans la série G 9 des Archives nationales.
  • 148 Vallery-Radot (M.), op. cit. [4], p. 168-184.

61Ultérieurement, dans un état dressé en 1737, l’archevêque pouvait établir un bilan : 19 communautés avaient reçu de maigres subsides de la Commission des Secours. En contrepartie, 10 avaient l’interdiction de recruter des novices. Le rapport prévoyait la suppression du Carmel de Sens, soulignait le danger encouru par les Ursulines de Montargis et la Congrégation de Notre-Dame à Nemours et s’apitoyait sur « l’affreuse misère » des Visitandines de Montargis147. Partout le nombre des religieuses avait sensiblement diminué. Pourtant ce ne sont pas forcément les maisons menacées alors qui furent fermées au cours des années suivantes148.

  • 149 A.D. Yonne, G 192. Ce miracle s’inscrit dans la suite de celui survenu à Port-Royal (Taveneaux (R.) (...)
  • 150 Sa visite d’août 1734 ne remarqua rien de suspect à cet égard (A.D. Yonne, G 192).
  • 151 Sur ce cas, se reporter à notre article cité à la note 10.
  • 152 A.D. Yonne, G 197, Nemours.
  • 153 Ibid., G 196. Affaire évoquée de façon inexacte par Franjou (Ed.), La querelle janséniste à Joigny (...)

62Il est vrai que l’agitation janséniste de nombreuses communautés modifia les perspectives envisagées par Jean-Joseph Languet, prélat remarqué pour sa fougue contre les appelants qui lui vouèrent une haine tenace. Si le premier jansénisme s’était introduit dans le diocèse de Sens du temps de Louis-Henri de Gondrin jusqu’au sein de la Congrégation de Notre-Dame à Provins, où le culte de Port-Royal était tel qu’en 1656 la sœur de Sigy s’estima guérie de ses maux grâce à un linge ayant touché la Sainte Epine envoyé par cette abbaye, ce qu’un vicaire général authentifia149, ce n’est pas dans ce couvent que Jean-Joseph Languet rencontra une résistance acharnée150 mais dans d’autres maisons de cette Congrégation : à Nemours, à Joigny et à Étampes151. À Nemours, dès sa première visite en septembre 1732, l’archevêque trouva en face de lui une majorité janséniste bien décidée à le rester, si bien qu’en octobre 1733, lors de son second passage, il sanctionna les plus endurcies en les privant de voix dans toutes les délibérations de la communauté, ce qu’elles n’acceptèrent pas. Connaissant vraisemblablement l’opinion des parlementaires parisiens, elles utilisèrent la procédure de l’appel comme d’abus à laquelle Languet, grâce au concours de l’autorité royale, répliqua par des lettres de cachet exilant les plus excitées, ce qui amena les premières rétractations en 1739152. À Joigny, le scrutin du 22 octobre 1732 révéla à l’archevêque une communauté presque unanime dans son opposition : une seule religieuse sur dix-neuf était franchement éloignée du jansénisme et subissait les reproches et les menaces de damnation éternelle des autres qui pouvaient compter sur de nombreux et solides appuis en ville. En les empêchant de donner l’habit à des novices, Languet semble avoir espéré les fléchir sans recourir au bras séculier, mais il lui fallut attendre 1746 pour obtenir quatre soumissions153

  • 154 Ceci apparaît dès les premières lignes : « Est-il important de venir au catéchisme ? – Oui, parce q (...)
  • 155 A.D. Yonne, G 196, bien cité par Franjou (Ed.), op. cit. [153], p. 24.

63Le jansénisme, déjà insinué çà et là du temps de Louis-Henri de Gondrin, avait largement pénétré dans d’autres ordres. Grâce à ses visites, Languet put en mesurer l’audience parmi ceux relevant de sa juridiction et constater que les Ursulines penchaient souvent en faveur des appelants, les Bénédictines plus rarement. Notons que ce sont surtout des religieuses chargées de l’éducation des filles qui entrèrent en conflit avec l’archevêque, ce qui ne surprendra pas si on se souvient qu’un des premiers actes de celui-ci fut d’imposer en 1731 un nouveau catéchisme (qu’il avait fait adopter à Soissons en 1716) qui, malgré les habiletés du mandement qui le précédait soulignant la continuité dans l’exposition des principes de la foi avec ses prédécesseurs, témoignait d’un esprit différent de celui de Louis-Henri de Gondrin, à tonalité janséniste, en insistant d’abord sur le salut et sur les façons relativement simples d’y accéder154 plutôt que sur la damnation et les difficultés pour figurer au nombre des élus avec l’aide de la grâce de Dieu, don de sa seule miséricorde. Or, outre leur hostilité à la bulle Unigenitus, les scrutins attestent le refus de ces sœurs d’enseigner le « nouveau » catéchisme, telle la supérieure de la Congrégation de Notre-Dame de Joigny répondant au prélat : « nous a dit ne pouvoir enseigner notre catéchisme dans les classes et non plus, ne vouloir l’enseigner, car sa conscience l’en empêchait. Que l’ancien, celui de Mgr de Gondrin, était orthodoxe et qu’elle ne voulait pas en changer155 ».

  • 156 A.D. Yonne, G 196, Montargis, visite du 25 au 28 juillet 1733.
  • 157 Ibid., G 196, Melun, Ursulines, visite des 2-4 janvier 1733. Voir aussi Chantal-Gueudré (M. De), Hi (...)
  • 158 A.D. Yonne, G 197, Sens, Ursulines, visite des 22 au 22 décembre 1732 et Chantal-Gueudré (M. de), o (...)
  • 159 Nouvelles Ecclésiastiques, 1744, p. 167.
  • 160 A.D. Yonne, G 194. Même opposition des « hospitalières » (sans vœux) de Joigny, remplacées alors pa (...)

64Chez les filles d’Angèle Merici, les opposantes à la bulle étaient minoritaires à Montargis156, mais davantage en force à Melun et à Sens. À Melun, où dès 1657, des prêtres jansénistes parisiens exilés avaient exercé leur ministère, la communauté était violemment partagée sans qu’un des partis puisse l’emporter : huit sœurs étaient pour et huit autres contre la bulle que Languet voulut leur faire accepter au début de janvier 1733, tout en leur ordonnant de renvoyer leurs pensionnaires. Dès le 17 avril, les Nouvelles Ecclésiastiques s’emparaient de cette affaire et rapportaient cet épisode en dénonçant l’attitude du prélat ce qui fortifia ces sœurs dans leur résistance157. À Sens, quoique divisées, elles étaient en majorité contre la bulle, si bien qu’après sa visite de décembre 1732, Languet leur fit supprimer les subsides de la Commission des Secours avant de leur imposer une supérieure étrangère. Il maintint naturellement l’interdiction de recevoir des novices158. Le résultat fut des plus médiocres puisqu’en 1744 les Nouvelles Ecclésiastiques louaient encore ces religieuses pour leur opposition au prélat159 comme elles avaient encouragé auparavant les « sœurs » (séculières, sans vœux) jansénistes de la Maison des Orphelines de la ville. En 1734, l’archevêque les brisa en écartant trois d’entre elles, exilées par lettres de cachet160.

  • 161 A.D. Yonne, G 196 (Châtillon, Montargis, Moret) et 197 (Champbenoît).
  • 162 Ibid., G 197 (Villeneuve-le-Roi), Hohl (C.), op. cit. [40], p. 77 ; Dauphin (J.-L.), « Le jansénism (...)
  • 163 A.D. Yonne, G 197, Sens, abbaye Notre-Dame, visite des 22-24 décembre 1733.

65Jean-Joseph Languet fut plus heureux avec les Bénédictines. Au cours de ses tournées, ni à Châtillon-sur-Loing en juillet 1733, ni à Champbenoît en juillet 1734, ni à Montargis en novembre, il ne découvrit de jansénistes. À Moret, en décembre 1734, celles qui étaient suspectées évitèrent soigneusement de le heurter. Différentes visites ultérieures confirmèrent cette soumission complète161. Quel contraste avec celles de Villeneuve-le-Roi qu’il rencontra en octobre 1732 : la majorité, dont la prieure Marie-Anne Dufourny, était furieusement janséniste, à l’image des notables de la cité que le passage de l’abbé d’Asfeld, exilé à l’Hôtel-Dieu de 1721 à 1727, avait conforté dans cette opinion162 que partageaient à un degré moindre quelques Bénédictines de Notre-Dame de Sens, comme l’archevêque put le constater en décembre 1733163.

  • 164 Ibid., G 196.
  • 165 Ibid., G 190. Ce carmel existe toujours.
  • 166 Pour la congrégation de Notre-Dame à Joigny, cette interdiction ne fut levée qu’en 1773.
  • 167 Dinet (D.), « Le recrutement… », op. cit. [130], p. 120-122 (avec les précisions et les références (...)

66En revanche les Cisterciennes de l’abbaye du Lys, les Visitandines de Montargis ou les Carmélites de Sens demeurèrent dans l’orthodoxie164. À propos de ce dernier monastère, faut-il chercher là la raison profonde qui permit de lever la défense de recevoir des novices en 1739 et qui, en définitive, sauva ce carmel165 ? Observons seulement que cette interdiction fut maintenue chez les Bénédictines de Villeneuve-le-Roi, chez les Ursulines de Melun et de Sens166 qui ne s’en relevèrent pas : ces trois maisons, dont le personnel se réduisit au fil des temps, disparurent successivement en 1759, 1773 et 1784, malgré les protestations des habitants. Leur détresse financière, l’appui de l’autorité royale aidèrent grandement les archevêques de Sens dans cette liquidation de foyers hostiles. Des prélats aussi différents dans leurs options doctrinales que Caylus à Auxerre et Montmorin à Langres agirent de la sorte avec les communautés qui s’opposaient à eux : les Ursulines de Gien et de Cravant d’un côté, celles de Noyers ou les Filles de la Croix de Chablis de l’autre167. Languet ne fut donc pas plus brutal que d’autres, loin de là.

  • 168 A.D. Yonne, G 196.
  • 169 Ibid., G 191.

67En outre ce prélat ne doit pas être considéré comme uniquement préoccupé d’extirper l’hérésie des monastères et des couvents ! À plusieurs reprises au cours de ses visites, il s’attache au progrès spirituel des religieuses qu’il rencontre, ainsi chez les Bénédictines de Châtillon-sur-Loing lors de ses passages de 1733, 1736 et 1740. De même est-il édifié par la ferveur de celles de Montargis en 1734168. Auparavant, Jacques-Charles de Brisacier, supérieur du séminaire parisien des Missions Étrangères, commis par Fortin de la Hoguette, durant un long séjour (du 2 octobre au 22 novembre 1709) chez les Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Melun, de l’ordre des Annonciades, s’efforce de développer la pratique de l’oraison mentale et la fréquente communion chez ces sœurs partagées entre le service des pauvres et la vie contemplative. Son ordonnance, confirmée par l’archevêque, laisse clairement entendre que cette dernière doit l’emporter169.

  • 170 Thérèse d’Avila, Autobiographie, dans Œuvres complètes, éd. M. Auclair, S. l., 1964, p. 147-156 et (...)
  • 171 Noirot (A.-J.), op. cit. [141], p. 38-40 et 53, faute de visites conservées.

68L’observance de beaucoup de ces communautés confinait à la perfection. Au carmel de Sens, les exercices de piété réglés par le coutumier étaient pratiqués avec intelligence et discernement. Les moniales étaient habituées à la confession bihebdomadaire, sans « s’étendre en discours superflus », poussées « par un ardent désir de la grâce et non pour se délivrer des inquiétudes de conscience ». Elles pouvaient alors accéder à l’eucharistie trois fois par semaine. Les supérieures s’attachèrent toujours à préserver la vie de recueillement et de prière tout en cherchant à l’enrichir. Fidèles à la spiritualité thérésienne invitant les sœurs à l’humilité et à la simplicité, très favorable à la contemplation de l’humanité du Christ170, elles accueillirent dans leur église à la Noël 1696 une confrérie du Saint Enfant Jésus qui s’ouvrit aux laïcs comme à d’autres religieuses de Sens, de Troyes, de Paris171

  • 172 Sur celle-ci : outre Chesneau (C.), Le Père Yves de Paris et son temps : I. La querelle des évêques (...)
  • 173 AD. Yonne, G 91, pièce 1.
  • 174 Ibid., G 62, pièce 31
  • 175 Ibid., G 89, pièce 9.176 Ibid., G 91, pièce 7.

69Du côté des religieux, les visites effectuées par les supérieurs de leur ordre en vertu de leurs privilèges n’ayant pas été recherchées pour cette enquête, les seuls documents envisagés ici concernant leurs activités touchent à leur rôle dans la desserte permanente ou occasionnelle des paroisses. Ces pièces émanant de séculiers, on sent poindre çà et là une hostilité feutrée, sans doute héritée du temps de la grande querelle des années 1630-1638172. N’est-ce pas ce qui incite Louis Vauthier en 1671 à transcrire fidèlement dans son procès-verbal le jugement du curé de Dannemois sur la prédication assurée pendant le Carême par les Cordeliers qui n’auraient « traité dans leurs sermons que des choses peu utiles173 » ? De là un clergé assez prompt à relever leurs défaillances. Déjà en 1628, l’archevêque Octave de Bellegarde écoutait avec complaisance les plaintes des paroissiens de Saint-Maurice-sur-le-Fessard contre les négligences d’un Dominicain de passage174. En 1671, le doyen de Marolles note que le prieur-curé de Serbonne, augustin, ne porte pas l’habit de son ordre175

  • 176 Ibid., G 73, pièces 3 et 69.
  • 177 Ibid., G 56, pièce 24.

70Néanmoins en 1670, Nicolas Bourée, doyen de Provins, souligne les qualités du prieur-curé de Sourdun, génovéfain, dont les paroissiens apprécient le zèle pastoral tout en regrettant certaines exagérations de sa part en matière de casuel176. De même plusieurs archidiacres, doyens et chanoines s’accordent pour reconnaître leur utilité dans la desserte des paroisses, notamment en 1672 à Bonnard et aux Ormes, en 1702 à Chanvres176 ou encore en 1772 à Saint-Denis-lès-Sens177.

71Il apparaît donc à la lecture de cette documentation que les visiteurs, les archevêques les premiers, attendent des réguliers – hommes et femmes – une plus grande perfection. Leurs remarques semblent avoir pour but majeur de les élever davantage à la sainteté, comme si ce milieu n’était composé que d’âmes d’élite. N’est-ce pas finalement le plus bel hommage qui puisse leur être rendu ?

  • 178 La comparaison nous est fournie par Gasnault (M.-C.), op. cit. [114].
  • 179 Si possible, la France des vastes évêchés, celle du « Nord », depuis les diocèses de Bordeaux, Rode (...)
  • 180 Certes Perouas (L.) pour La Rochelle et surtout Sauzet (R.) pour Chartres (op. cit. [15], p. 45-76) (...)

72Si ces procès-verbaux de visite pastorale du diocèse de Sens aux xviie et xviiie siècles ont enrichi notre connaissance de la vie religieuse de ce vaste espace, ils en ont montré aussi la grande variété. Au passage, ils nous ont fait découvrir des hommes, en particulier ces desservants de campagne qui ne furent pas tous de « saints prêtres » quoique la réforme catholique ait sensiblement amélioré la qualité de ce clergé178. Mais ces documents nous ont davantage introduits dans la familiarité des visiteurs. Ces curés, doyens, archidiacres, chanoines et vicaires généraux semblent doués d’une solide perspicacité, d’une intelligence vive et capable de trouver les solutions pratiques. Nicolas Bourée, Louis Vauthier, Gabriel Sorèze, Olivier Mocquot, Julien Amette et d’autres se révèlent d’excellents administrateurs sans cesser d’être des pasteurs soucieux du soin des âmes, capables de participer au gouvernement de cet immense archevêché. Cela nous conduit à suggérer aux chercheurs une belle étude, à partir d’un espace plus large encore179, sur ce personnel d’encadrement qui a été plutôt négligé jusqu’à présent180. Or cette hiérarchie reste plus au contact des réalités que l’épiscopat dont les séjours à Paris sont fréquents, autant pour les besoins de leur diocèse que pour l’exercice de responsabilités nationales. Elle participe à la gestion quotidienne, donne les impulsions, anime, surveille, informe… Sur elle repose concrètement la vie diocésaine.

  • 181 Saint-Simon, Mémoires, éd. G. Truc, Paris, 1963, t. VI, p. 459-462. Colportant une fois de plus tou (...)
  • 182 Non seulement sa Vie de la Mère Marguerite Marie (Alacoque) qui lui valut une attaque en règle de l (...)

73Bien entendu ces procès-verbaux nous éclairent également sur quelques archevêques, notamment sur ceux qui n’ont pas encore trouvé leur biographe. À cet égard Jean-Joseph Languet de Gergy se distingue par sa forte personnalité et paraît devoir être mis au nombre des grands évêques du xviiie siècle, trop souvent décriés et caricaturés. Victime de l’injustice, de la calomnie et de la haine de ses adversaires jansénistes (voyez les Nouvelles Ecclésiastiques) dont il fut une des cibles favorites, comme Montmorin à Langres, – ce qui est une façon de lui reconnaître quelque capacité – méprisé par Saint-Simon pour ses origines « bourgeoises » et pour son zèle en faveur de l’orthodoxie181, il se montra ferme, résolu mais humain, respectueux des personnes, cherchant la conciliation et fit preuve d’une grande patience avec beaucoup de clercs et de religieuses. Surtout sa théologie et sa pastorale, fondées sur la confiance en la miséricorde de Dieu, son attachement au culte du Sacré-Cœur méritent l’attention. Plusieurs de ses ouvrages connurent d’ailleurs un vif succès182.

74De même nous croyons avoir montré l’intérêt des visites pastorales pour une investigation à l’intérieur des communautés religieuses féminines relevant de la juridiction des archevêques (c’est-à-dire la quasi-totalité), tout en ayant volontairement limité ici notre examen à des questions générales ou en rapport avec l’ensemble de la vie religieuse du diocèse.

75Au-delà des hommes, ces procès-verbaux attestent, comme en d’autres évêchés, l’effort de contrôle du clergé et de la vie des églises locales par la hiérarchie mais aussi sa volonté de faire pénétrer dans le cœur de chacun un christianisme imprégné de l’idéal tridentin, débarrassé des superstitions et des habitudes profanes. Le résultat, fragile, inégal d’une paroisse à l’autre, témoigne cependant d’un progrès de la christianisation, relativement tardif, entre 1670 et 1700 pour l’essentiel.

  • 183 Chaunu (P.), Eglise, culture et société : essais sur Réforme et Contre-Réforme : 1517-1620, Paris, (...)

76En revanche l’opposition entre une religion des clercs et celle du peuple, affirmée quelquefois aujourd’hui de façon tranchée et brutale, n’apparaît pas toujours clairement, les responsables diocésains ayant eu, pour la plupart, le souci d’élever le prêtre sans en faire un « étranger », de ne pas heurter de front les populations, de leur expliquer ce qu’elles ne comprenaient pas, de se montrer patients devant leurs négligences ou leur inobservance des ordonnances précédentes. À l’exception sans doute de Mgr de Gondrin, ils eurent aussi la sagesse de combattre le rigorisme excessif de quelques pasteurs, de tolérer certaines coutumes, avec timidité parfois et à condition qu’elles n’entraînent pas une profanation des sacrements, bref, d’accepter, selon le mot de P. Chaunu, « la présence d’un espace temps hétérogène au Sacré183 ».

  • 184 Notamment Sauzet (R.), dans son étude sur les visites du diocèse de Chartres, op. cit. [15], p. 95- (...)

77Cependant à de très nombreuses reprises nous avons dû, après d’autres184, souligner les limites de cette documentation et recourir à de multiples sources supplémentaires pour répondre à telle ou telle interrogation, à cause des lacunes chronologiques dans les séries qui nous sont parvenues ou du fait de leurs silences, ainsi à propos des confréries. Il n’en demeure pas moins vrai que ces documents constituent une masse importante, généralement de grande valeur, indispensable pour l’étude de la vie religieuse des diocèses français, mais elle ne peut pas être utilisée seule. À l’heure de la consultation aisée du Répertoire de ces procès-verbaux et des recherches trop souvent menées à la hâte, il semble nécessaire de le rappeler.

Notes

1 Abréviations utilisées :
A.C. = Archives communales
A.D. = Archives départementales
À l’initiative de Gabriel Le Bras, Paris, Editions du CNRS, 1977-1985, 4 vol.

2 t. IV, p. 293-296, 309-338 et 341-351.

3 Ces paroisses sont groupées en 5 archidiaconés : Sens (doyennés de Sens, Courtenay, Marolles, la rivière de Vanne, Saint-Florentin et Trainel), Gâtinais (doyennés de Ferrières, Gâtinais et Milly), Melun (doyennés de Melun et Montereau), Provins et Étampes.

4 Pour notre période : mention de quelques visites dans Bouvier (H.), Histoire de l’Eglise et de l’ancien archidiocèse de Sens, Paris, 1906-1911 ; utilisation rapide de cette source par Binet (A.), « Quelques remarques sur les visites épiscopales dans le diocèse de Sens avant la Révolution », La semaine religieuse du diocèse de Meaux, t. 89, 1958, p. 173-181 et par Vallery-Radot (M.), Un administrateur ecclésiastique à la fin de l’Ancien Régime : le cardinal de Luynes, Archevêque de Sens (1753-1788), Meaux, 1966 ; recours à cette source plus important par Dubois (G.), Henri de Pardaillan de Gondrin, archevêque de Sens (1646-1674), Alençon, 1902.

5 A.D. Yonne, G 72 et 73, pièces 28-29.

6 Ibid., G 76 (archevêque), G 91, pièces 3 (Vauthier) et 39 (Violette).

7 Venard (M.), « Le Répertoire des visites pastorales : premiers enseignements d’une enquête », Rev. d’hist. de l’Église de France, t. LXIII, 1977, p. 220.

8 A.D. Yonne, G 219, pièces 2 et 3.

9 Ibid., G 714 à G 717.

10 Cela nous a conduit à consacrer un article particulier à cet archidiaconé (également étranger à la Bourgogne) : « L’archidiaconé d’Étampes aux xviie et xviiie s., d’après les procès-verbaux de visites pastorales », Paris et Ile-de-France, 1988, p. 267-298.

11 A.D. Yonne, G 85, pièce 1.

12 Ibid., G 89, pièce 3.

13 Ibid., G 91, pièce 3.

14 Ibid., G 73, pièces 40 et 85. Sur ce problème : Gasnault (M.-C.), « Le clergé dans les paroisses rurales du diocèse de Sens à la fin du Moyen Age », L’encadrement religieux des fidèles au Moyen Age et jusqu’au concile de Trente : 109e Congrès national des sociétés savantes, Dijon, 1984, Section d’hist. médiév. et philologie, Paris, 1985, p. 320-324.

15 A.D. Yonne, I J 528, f° 90 et suivants (en particulier vers 1780). Le bilan paraît meilleur dès la fin du XVIIe s. dans le diocèse de Paris : Ferté (J.), La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-1695), Paris, 1962, p. 177. En revanche dans celui de Chartres au début du siècle la situation est comparable : Sauzet (R.), Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié du xviie siècle, Rome, 1975, p. 128.

16 A.D. Yonne, G 91, pièce 7 (Provins) et G 89, pièce 3 (Courtenay). Dubois (G.), op. cit. [4], p. 349-353, a déjà dressé un sombre tableau de ce clergé rural vers 1670-1674, malheureusement ignoré par Mireaux (E.), Une province française au temps du grand roi : la Brie, Paris, 1958.

17 A.D. Yonne, G 91, pièce 7 (doyenné de Provins).

18 Ibid., G 79, visite du 29 septembre 1697.

19 Ibid., G 73, pièce 81. En 1670, dans le doyenné de Provins, le curé de Vieux-Champagne, autrefois « terrible », « distille bien » et celui de Saint-Genest est « abbruty par le vin » (G 91, pièce 7). Même problème dans le diocèse de Paris : Ferté (J.), op. cit. [15], p. 180.

20 Vallery-Radot (M.), op. cit. [4], p. 87-88.

21 A.D. Yonne, G 85, pièces 4 et 5.

22 Ibid., G 91, pièce 7.

23 Ibid., G 73, pièce 96. À noter que le règlement de l’archevêque de Paris, homologué par le parlement en 1693, fixait, pour honoraire des curés de la ville et des faubourgs de Paris, à 6 livres la célébration d’un mariage et à 30 sous le convoi des « petits corps au-dessous de sept ans » (Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, Lyon, 1776, t. IV, p. 176-178).

24 A.D. Yonne, G 89, pièces 9 et 10.

25 Ibid., G 89, pièce 9.

26 Ibid., G 89, pièce 4. Situation identique dans les campagnes parisiennes : Ferté (J.), op. cit. [15], p. 181-182.

27 A.D. Yonne, G 89, pièce 9.

28 Ibid., G 73, pièce 85.

29 Dinet (D.), « Administration épiscopale et vie religieuse au milieu du xviiie s. : le Bureau pour le Gouvernement du diocèse de Langres de Gilbert de Montmorin », Revue d’hist. ecclésiast., t. LXXVIII, 1983, p. 732-733 ; Vernus (M.), Le presbytère et la chaumière, Rioz, Togirix, 1986, p. 58.

30 A.D. Yonne, G 91, pièce 7.

31 Ibid., G 89, pièce 3.

32 Ibid., G 85, pièce 4.

33 Ibid., G 73, pièce 96.

34 Ibid., G 91, pièce 18. Là aussi le curé fait rarement le catéchisme.

35 Ibid., G 91, pièces 1 à 3. Nous avons là un indice des rapports parfois difficiles entre séculiers et réguliers.

36 A.D. Yonne, G 85, pièce 5. Aujourd’hui Beton-Bazoches.

37 Ibid., G 219, pièce 2.

38 Répertoire des visites pastorales de la France : Anciens diocèses, Paris, 1985, t. IV, p. 331-334.

39 A.C. Sens. Document étudié par Parruzot (P.), « Au temps du jansénisme dans le Sénonais : à propos d’une visite de l’archevêque de Sens à la paroisse de Saint-Maurice-lès-Sens au xviiie s. », L’abbé Lebœuf : le jansénisme, Auxerre, 1961, p. 275-280 (« XXXIe Congrès de l’Assoc. bourguign. des Sociétés Savantes : Auxerre, 20-22 mai 1960 »).

40 Dinet (D.), « Le jansénisme et les origines de la déchristianisation au xviiie s. : l’exemple des pays de l’Yonne », Du jansénisme à la laïcité : Le jansénisme et les origines de la déchristianisation, Paris, Ed. de la Maison des sciences de l’homme, 1987, (« Les entretiens d’Auxerre »), p. 1-34, ill. et « La déchristianisation des pays du Sud-Est du Bassin parisien au xviiie s. », Christianisation et déchristianisation, Angers, 1986, p. 121-136. Voir aussi [Exposition Auxerre, Maison du Coche d’Eau, 1986.] Le jansénisme dans l’Yonne, [Catalogue par Cl. Hohl], Auxerre, 1986, 108 p. (« Les Cahiers des Archives », 4).

41 A.D. Yonne, G 91, pièce 7. Serait-il à l’image de Philippe Gourreau à Villiers-le-Bel, signalé par Ferté (J.), op. cit. [15], p. 188 et étudié par De Buffévent (B.), « Pastorale et prédication d’un curé de campagne au xviie siècle : Philippe Gourreau, prieur-curé de Villiers-le-Bel, de 1648 à 1694 », Transmettre la foi : xvie-xxe siècles : Pastorale et prédication en France : 109e Congrès national des sociétés savantes, Dijon, 1984, Section d’hist. mod. et contemp., Paris, 1984, p. 197-210.

42 A.D. Yonne, G 91, pièce 16.

43 Ibid., G 89, pièce 3.

44 Ibid., G 219, pièce 2.

45 Ibid., G 78, pièce 14 et G 219, pièce 1.

46 Julia (D.), McKee (D.), « Le clergé paroissial dans le diocèse de Reims sous l’épiscopat de Charles-Maurice Le Tellier : origine et carrières », Rev. d’hist. mod. et contemp., t. XXIX, 1982, p. 533 (16 % de prêtres extérieurs pour la période 1671-1711).

47 Goubert (P.), Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, 1960, t. I, p. 199, note 10 (28 % environ de prêtres étrangers au diocèse en 1708).

48 Cette situation semble commune à une large partie du centre du Bassin parisien dont beaucoup de clercs proviennent justement de Normandie, ainsi dans les diocèses de Paris (Ferté (J.), op. cit. [15], p. 42-43), et de Chartres (Sauzet (R.), op. cit. [15], p. 122).

49 A.D. Yonne, G 9 et 10. Courbe dans Dinet (D.), « Le jansénisme et les origines de la déchristianisation… », op. cit. [40], p. 10.

50 Dinet (D.), « Les ordinations sacerdotales dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie s.) », Rev. d’hist. de l’Église de France, t. LXVI, 1980, p. 232.

51 A.D. Yonne, I J 442-443 et notre article cité à la note 40.

52 A.D. Yonne, I J 528, f 5. Le fait est exact et vérifié par le Pennec (Y. M.), « Le recrutement des prêtres dans le diocèse de Coutances au xviiie s. », Rev. du département de la Manche, t. XII, 1970, p. 199 et surtout par Berthelot du Chesnay (C.), « Le clergé diocésain français au xviiie s. et les registres des insinuations ecclésiastiques », Rev. d’hist. mod. et contemp., 1963, p. 241-269 et Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, Rennes, 1984, p. 55.

53 Julia (D.), McKee (D.), « Les confrères de Jean Meslier : Culture et spiritualité du clergé champenois au XVIIe s. », Rev. d’hist. de l’Eglise de France, t. LXIX, 1983, p. 69-70.

54 A.D. Yonne, G 91, pièces 2-3, 7-8, 14 et 41.

55 Ferté (J.), op. cit. [15], p. 80-85 et Jacquart (J.), La crise rurale en Ile-de-France : 1550-1670, Paris, 1974, p. 646-680.

56 A.D. Yonne, G 78, pièces 1 à 3.

57 Ibid., G 219.

58 Ibid., G 62, pièces 73.

59 Ibid., G 56, pièces 23 et 28 à 30. Sur Saint-Martin-du-Tertre, voir aussi Vallery-Radot (M.), op. cit. [4], p. 105-106. Pour d’autres sanctuaires : [Exposition, Sens, Musée, 1987.] Le Sénonais au xviiie siècle : Architecture et territoire, Paris, 1987. Plus généralement : Venard (M.), « La construction des églises paroissiales du xve au xviiie s. », Rev. d’hist. de l’Eglise de France, t. LXXIII, 1987, p. 15-16.

60 Cette lutte est générale à la fin du siècle, ainsi à Chartres (Sauzet (R.), op. cit. [15], p. 280), dans les campagnes parisiennes (Ferté (J.), op. cit. [15], p. 104), à Autun (Schmitt (T. J.), L’organisation ecclésiastique et la pratique religieuse dans l’archidiaconé d’Autan de 1650 à 1750, Autun, 1957, p. 112), dans le Maine (Ménard (M.), Une histoire des mentalités religieuses aux xviie et xviiie siècles : Mille retables de l’ancien diocèse du Mans, Paris, 1980, p. 118-119). En revanche aucune mention ici au xviiie s. à l’inverse du diocèse de Langres et de la Lorraine : Dinet (D.), « Administration épiscopale… », op. cit. [29], p. 745.

61 A.D. Yonne, G 85, pièce 1. Plus généralement : Julia (D.), « Discipline ecclésiastique et culture paysanne aux xviie et xviiie s. », La religion populaire : Colloque international du CNRS, Paris, 17-19 oct. 1977, Paris, 1979, p. 202 et surtout Ménard (M.), op. cit. [60], p. 118-119.

62 A.D. Yonne, G 85, pièce 1 (Aunoy) et G 91, pièce 2 (Fontaine-le-Port) ; Sauzet (R.), op. cit. [15], p. 279-280.

63 A.D. Yonne G 91, pièce 2. Sur Saint Sébastien : Réau (L.), Iconographie de l’art chrétien, Paris, 1958-1959, t. III, p. 1192-1193.

64 A.D. Yonne, G 56, pièce 18. En revanche nous avons relevé un cas de conflit dans l’archidiaconé d’Étampes en 1674.

65 A.D. Yonne, G 85, pièce 3.

66 Ibid., G 73, pièces 3, 96 et 100.

67 Ibid., G 56, pièces 13, 17 et 19. Autres exemples dans Vallery-Radot (M.), op. cit. [4], p. 106.

68 A.D. Yonne, G 85, pièce 1 et G 56, pièce 11.

69 Le Bras (G.), L’église et le village, Paris, 1976, p. 71-72 et les travaux de Ph. Ariès, dont L’Homme devant la mort, Paris, 1977.

70 Du Rousseaud de la Combe (G.), Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale, Paris, 1771, III, p. 184 (art. 21 et 22 de l’édit). T. Tackett rencontre dans le diocèse de Gap cette mauvaise volonté dès que les réparations sont vraiment coûteuses : Priest and Parish in Eighteenth Century France, Princeton, 1977, p. 181. Dans le Jura, elle se manifeste particulièrement à propos des presbytères : Vernus (M.), op. cit. [29], p. 154-156.

71 A.D. Yonne, G 85, pièce 1.

72 Ibid., G 73, pièce 96 et G 219.

73 Ibid., G 85, pièce 1.

74 Ibid., G 91, pièce 1.

75 Ibid., G 85, pièce 10.

76 Ferté (J.), op. cit. [15], p. 63-75 ; Pérouas (L.), Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724 : Sociologie et pastorale, Paris, 1966, p. 154.

77 Sauzet (R.), op. cit. [15], p. 213-223.

78 A.D. Yonne, G 219 et G 714 à 717.

79 Playoust-Chaussis (A.), La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au xviiie siècle, Arras, 1976, p. 199-201 ; Dinet (D.), « Administration épiscopale… », op. cit. [29], p. 749-750. Naturellement une telle étude pour être moins « impressionniste » devrait reprendre les comptes de fabrique conservés.

80 A.D. Yonne, G 91, pièces 2 et 3. Les statuts synodaux de 1659 prescrivent d’arrêter la sonnerie de la Toussaint vers 8 heures du soir et de ne la reprendre le lendemain qu’à partir de 4 ou 5 heures du matin, ce qui est tout de même une concession aux usages locaux.

81 Ferté (J.), op. cit. [15], p. 334.

82 Malgré un interdit épiscopal de 1657 : Matet (J.), Pannet (R.), « Vialart de Herse, évêque de Châlons-sur-Marne (1640-1680) : le sens et les limites d’une réformation », Plongeron (B.), Pannet (R.), dir., Le Christianisme populaire, Paris, 1976, p. 165.

83 A.D. Yonne, G 91, pièces 2 et 3. Interprétation suggérée par Matet (J.), Pannet (R.), op. cit. [82], p. 155.

84 A.D. Yonne, G 91, pièces 1 et 3.

85 Ibid., G 85, pièce VI. Dans le diocèse de Paris, les fiançailles, obligatoires, devaient précéder la publication des bans (Ferté (J.), op. cit. [5], p. 324).

86 Catéchisme sur le mariage, Sens, 1739, p. 25.

87 A.D. Yonne, G 91, pièces 2 et 3. Notons encore les sérieuses difficultés du clergé pour obtenir la fermeture des cabarets pendant les offices, ainsi à Aubigny en 1672, pendant les vêpres (G 91, pièce 2) ou à Chuillon en 1702 dans le Sénonais où ils restent toujours ouverts (G 73, pièce 96).

88 Le Bras (G.), « Etat religieux et moral du diocèse de Châlons au dernier siècle de l’Ancien Régime », Nouvelle Revue de Champagne et de Brie, 1935 (repris dans Etudes de sociologie religieuse, Paris, 1955, t. I, p. 66) ; Matet (J.), Pannet (R.), op. cit. [82], p. 163.

89 A.D. Yonne, G 62, pièce 98. Davantage d’exemples au xviiie s. dans le diocèse de Langres (Dinet (D.), « Administration épiscopale… », op. cit. [29], p. 753) et plus généralement : Plongeron (B.), « Le procès de la fête à la fin de l’Ancien Régime », Plongeron (B.), Pannet (R.), op. cit. [82], p. 171-198.

90 A.D. Yonne, G 89, pièce 7.

91 Ibid., G 91, pièce 2. Le recours des estropiés à saint Eutrope est fréquent (Réau (L.), op. cit. [63], t. III, p. 474), même s’il est invoqué pour d’autres causes dans le diocèse de Paris (Ferté (J.), op. cit. [15], p. 353 et 355).

92 A.D. Yonne, G 91, pièce 3. Il guérit donc tous ceux qui ont de la peine à marcher et pas seulement les enfants comme l’avait indiqué L. Réau, op. cit. [63], t. III, p. 501.

93 A.D. Yonne, G 91, pièce 1. Attitude différente de celle des visiteurs du diocèse de Chartres, plus tôt il est vrai (Sauzet (R.), op. cit. [15], p. 264-265).

94 A.D. Yonne, G 91, pièce 41 (visite du 26 mai 1672).

95 Ibid., G 91, pièce 43.

96 Ibid., G 91, pièce 3. C’est la même crainte de voir ce sacrement profané qui explique l’attention portée aux sages-femmes, à leur moralité, à leur connaissance des formules du baptême beaucoup plus qu’à leur capacité (exemples à Pecqueux en 1672, à Saligny en 1757…), d’où l’originalité et la modernité d’un prélat comme Montmorin à Langres : Dinet (D.), « Administration épiscopale… », op. cit. [29], p. 772.

97 Ferté (J.), op. cit. [15], p. 298.

98 Dinet (D.), « Administration épiscopale… », op. cit. [29], p. 750-751.

99 À ce sujet : Gélis (J.), « De la mort à la vie : les sanctuaires à répit », Ethnologie française, 1981, p. 211-224 ; « La mort et le salut spirituel du nouveau-né : le “sanctuaire à répit”, xve-xixe s. », Rev. d’hist. mod. et contemp., 1984, p. 361-376 et L’arbre et le fruit : la naissance dans l’Occident moderne (xvie-xixe siècles), Paris, 1984.

100 A.D. Yonne, G 89, pièce 9.

101 Ibid., G 91, pièce 1.

102 Ibid., G 91, pièce 2. Un tel mariage est prohibé par le concile de Trente et par toute la législation civile française : Durand de Maillane, op. cit. [23], t. I, p. 496-506.

103 A.D. Yonne, G 91, pièce 3. Autres exemples ci-dessus, p. 220.

104 Ibid., G 91, pièce 2.

105 Ibid., G 89, pièce 3. Tableau quasi identique à celui du diocèse de Châlons (Le Bras (G.), Etudes de sociologie religieuse, [88], t. I, p. 59-60).

106 A.D. Yonne, G 91, pièce 2. Le baptême est alors conféré sans aucun délai, au plus tard dans les trois jours qui suivent la naissance.

107 A.D. Yonne, G 85, pièce 4.

108 Ibid., G 85, pièce 1.

109 Ibid., G 85, pièce 6.

110 Ibid., G 73, pièces 22 et 96.

111 Ibid., G 79.

112 Ibid., G 85, pièces 21, 13 et 8.

113 Ibid., G 56, pièces 11 et 12. Vallery-Radot (M.), op. cit. [4], p. 107-108, l’avait aussi remarqué. Voir encore notre article « La déchristianisation… » [40], p. 129.

114 A.D. Yonne, G 91, pièces 2 et 3.

115 Ibid., G 89, pièce 3.

116 Ibid., G 85, pièce 4.

117 Ibid., G 73, pièce 96.

118 Dinet (D.), « La déchristianisation… », [40], p. 130.

119 A.D. Yonne, G 73, pièce 3 et G 91, pièces 1 à 3 et 17.

120 Ibid., G 73, pièce 69 et G 219.

121 Queniart (J.), Les hommes, l’Eglise et Dieu dans la France du xviiie siècle, Paris, 1978, p. 294-297. Observations plus nuancées chez Viguerie (J. de), « Quelques aspects du catholicisme des Français au xviiie s. », Rev. historique, t. CCLXV, 1981, no 538, p. 352-353.

122 A.D. Yonne, G 67. Le fait est signalé par Vallery-Radot (M.), op. cit. [4], p. 111-114. Pour la comparaison avec Langres : Dinet (D.), « Administration épiscopale… », [29], p. 762-767.

123 De même envisager les « ressources matérielles » sans leur composition ni leur emploi, parler seulement des « œuvres » …

124 Outre Michel (A.), Les décrets du concile de Trente, Paris, 1938, p. 423-424 et 600-609, voir Durand de Maillane, op. cit. [23], t. V, p. 495-508. Même problème avec les chapitres, ainsi avec celui de Saint-Quiriace de Provins en 1672 : A.D. Yonne, G 51, pièce 61 et Dubois (G.), op. cit. [4], p. 551.

125 A.D. Yonne, G 185. Cette abbaye est située sur la paroisse de Chenoise, près de Provins. Notons qu’ultérieurement les archevêques respectèrent ces privilèges et s’abstinrent de visiter les maisons jouissant de l’exemption.

126 A.D. Yonne, G 190, à compléter par Chaussy (Y.), Les Bénédictines et la réforme catholique en France au xviie siècle, Paris, 1975, t. I, p. 289-291 qui a utilisé d’autres sources.

127 Autre cas à Étampes : voir notre article cité à la note 10.

128 A.D. Yonne, G 196.

129 Ibid., G 43, pièce 1. Cet avis précise que dans le procès-verbal ou son brouillon, les sœurs seront seulement identifiées par des marques ou des lettres afin d’assurer le secret du scrutin. Souvent un autre papier permet l’identification des religieuses. Plusieurs exemples de ces documents dans les liasses A.D. Yonne, G 196 et 197.

130 Analyses et comparaisons dans Dinet (D.), « Le recrutement des réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles) », Thèse de 3e cycle, Université de Paris-I, 1985. Version allégée à paraître en 1988 sous le titre Vocation et Fidélité.

131 A.D. Yonne, G 193. Longue analyse dans Dubois (G.), op. cit. [4], p. 448-488. Même Mireaux (E.), op. cit. [16], p. 289-290 y fait allusion, mais seulement à partir d’imprimés.

132 A.D. Yonne, G 191. Voir aussi Dubois (G.), op. cit. [4], p. 489-500 (sur les origines du conflit, car sur sa conclusion l’auteur oublie la visite du 22 juin 1660, décisive).

133 Autres éléments concernant les bénédictines dans Chaussy (Y), op. cit. [126], t. I, p. 285-338.

134 Ferté (J.), op. cit. [15], p. 109-140 (passim).

135 Dinet (D.), « Le recrutement… », op. cit. [130], p. 154-156 et 255-256. Le problème sera repris dans notre thèse d’Etat, « Réguliers et vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (xviie-xviiie siècles) », en cours d’élaboration.

136 Roure (H.), « Le clergé du Sud-Est de la France au xviie s. : ses déficiences et leurs causes », Rev. d’hist. de l’Église de France, t. XXXVII, 1951, p. 153-187 et Pillorget (R.), « Réforme monastique et conflits de rupture dans quelques localités de la France méridionale au xviie s. », Rev. historique, t. CCLIII, 1975, p. 77-106.

137 Outre Dinet (D.), « Le recrutement… », op. cit. [130], p. 259-262, Viguerie (J. de), « Y a-t-il une crise de l’observance régulière entre 1660 et 1715 ? », Sous la règle de saint Benoît : Structures monastiques et sociétés en France du Moyen Age à l’époque moderne, Genève-Paris, 1982, p. 135-146.

138 A.D. Yonne, G 191.

139 Ibid., G 192. Liqueur doit être entendu au sens de boisson sucrée.

140 A.D. Yonne, G 191.

141 Noirot (A.-J.), Le Carmel de Sens. 1625-1975, Auxerre, 1975, p. 104-105.

142 A.D. Yonne, G 195. Même pléthore ailleurs : Dinet (D.), « Le recrutement… », op. cit. [130], p. 292-294.

143 Sur ces problèmes, outre Faure (Ed.), La banqueroute de Law, Paris, 1977, p. 545-552, Dinet (D.), « Les réguliers des diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon face à la richesse (xviie-xviiie s.) », Bull. du Centre régional interuniversitaire d’histoire religieuse, Lyon, no 5, 1987, p. 44-63, en attendant notre thèse d’Etat.

144 Sabbagh (A.), « La politique royale à l’égard des communautés de filles : la Commission des Secours (1727-1788) », Thèse, Ecole des Chartes, Paris, 1969. Point de vue plus critique sur cette institution dans Dinet (D.), « Le recrutement… », op. cit. [130], p. 134-137 et 434-435.

145 A.D. Yonne, G 192.

146 Ibid., G 196 et 190.

147 Ibid., G 190 qu’il faudrait compléter par des recherches dans la série G 9 des Archives nationales.

148 Vallery-Radot (M.), op. cit. [4], p. 168-184.

149 A.D. Yonne, G 192. Ce miracle s’inscrit dans la suite de celui survenu à Port-Royal (Taveneaux (R.), La vie quotidienne des jansénistes, Paris, 1973, p. 182) comme l’avait déjà noté Racine, Abrégé de l’histoire de Port-Royal dans Œuvres complètes, éd. R. Picard, Paris, 1966, t. II, p. 87. Le miracle de Provins a été mentionné par Hermant (G.) dans ses Mémoires… sur l’histoire ecclésiastique du xviie siècle (cité par Sainte-Beuve, Port-Royal, Paris, 1901, t. III, p. 192) et récemment par Viguerie (J. de), « Le miracle dans la France du xviie s. », xviie siècle, no 140, 1983, p. 319 et 330.

150 Sa visite d’août 1734 ne remarqua rien de suspect à cet égard (A.D. Yonne, G 192).

151 Sur ce cas, se reporter à notre article cité à la note 10.

152 A.D. Yonne, G 197, Nemours.

153 Ibid., G 196. Affaire évoquée de façon inexacte par Franjou (Ed.), La querelle janséniste à Joigny et dans le Jovinien au xviiie siècle, Auxerre, 1970, p. 23-25 et 49-50 (ignore la procédure des visites pastorales, en particulier celle du scrutin) et par Hohl (C.), op. cit. [401], p. 76 (qui qualifie ces religieuses de « bénédictines »).

154 Ceci apparaît dès les premières lignes : « Est-il important de venir au catéchisme ? – Oui, parce qu’on y apprend à se sauver » … (p. 12 de l’édition de 1750 que j’ai utilisée).

155 A.D. Yonne, G 196, bien cité par Franjou (Ed.), op. cit. [153], p. 24.

156 A.D. Yonne, G 196, Montargis, visite du 25 au 28 juillet 1733.

157 Ibid., G 196, Melun, Ursulines, visite des 2-4 janvier 1733. Voir aussi Chantal-Gueudré (M. De), Histoire de l’ordre des Ursulines en France, Paris, 1960, t. II, p. 186 et 192 (d’après les Nouvelles Ecclésiastiques, l’auteur n’ayant pas consulté les visites pastorales).

158 A.D. Yonne, G 197, Sens, Ursulines, visite des 22 au 22 décembre 1732 et Chantal-Gueudré (M. de), op. cit. [157], t. II, p. 195.

159 Nouvelles Ecclésiastiques, 1744, p. 167.

160 A.D. Yonne, G 194. Même opposition des « hospitalières » (sans vœux) de Joigny, remplacées alors par les sœurs de Sainville.

161 A.D. Yonne, G 196 (Châtillon, Montargis, Moret) et 197 (Champbenoît).

162 Ibid., G 197 (Villeneuve-le-Roi), Hohl (C.), op. cit. [40], p. 77 ; Dauphin (J.-L.), « Le jansénisme à Villeneuve-sur-Yonne au xviiie s. », L’Echo de Joigny, no 14 à 18, 1974-1976. Jacques-Vincent Bidal d’Asfeld (1667-1743), proche de Duguet, se distingua en Sorbonne pour l’appel (Saint-Beuve, op. cit. [149], t. VI, p. 75-76) et fut en relation avec les principales personnalités jansénistes du temps. Les archives d’Utrecht conservent une partie de sa correspondance et quelques pièces sur Marie-Anne Dufourny.

163 A.D. Yonne, G 197, Sens, abbaye Notre-Dame, visite des 22-24 décembre 1733.

164 Ibid., G 196.

165 Ibid., G 190. Ce carmel existe toujours.

166 Pour la congrégation de Notre-Dame à Joigny, cette interdiction ne fut levée qu’en 1773.

167 Dinet (D.), « Le recrutement… », op. cit. [130], p. 120-122 (avec les précisions et les références nécessaires).

168 A.D. Yonne, G 196.

169 Ibid., G 191.

170 Thérèse d’Avila, Autobiographie, dans Œuvres complètes, éd. M. Auclair, S. l., 1964, p. 147-156 et 198. Voir aussi ses Poésies sur la naissance et la petite enfance de Jésus : p. 1091-1103.

171 Noirot (A.-J.), op. cit. [141], p. 38-40 et 53, faute de visites conservées.

172 Sur celle-ci : outre Chesneau (C.), Le Père Yves de Paris et son temps : I. La querelle des évêques et des réguliers, Paris, 1946, voir Blet (P.), Le clergé de France et la monarchie, Rome, 1959, t. I, p. 305-329. Une certaine « concurrence » entre les deux clergés anime aussi cette tension de façon presque permanente, très vive sous l’épiscopat de Gondrin, soucieux de soumettre tous les réguliers à son autorité (Dubois (G.), op. cit. [4], p. 154-159 et 359-447).

173 AD. Yonne, G 91, pièce 1.

174 Ibid., G 62, pièce 31

175 Ibid., G 89, pièce 9.176 Ibid., G 91, pièce 7.

176 Ibid., G 73, pièces 3 et 69.

177 Ibid., G 56, pièce 24.

178 La comparaison nous est fournie par Gasnault (M.-C.), op. cit. [114].

179 Si possible, la France des vastes évêchés, celle du « Nord », depuis les diocèses de Bordeaux, Rodez, Vienne, là où cet encadrement est rendu indispensable par l’immensité de l’espace à appréhender dans les conditions de l’époque.

180 Certes Perouas (L.) pour La Rochelle et surtout Sauzet (R.) pour Chartres (op. cit. [15], p. 45-76) ont abordé ce problème, à peine évoqué en revanche à Autun par Schmitt (T. J.), op. cit. [60], p. 11-12, ou examiné de façon étroitement normative par Ferté (J.) à Paris, op. cit. [15], p. 28-37.

181 Saint-Simon, Mémoires, éd. G. Truc, Paris, 1963, t. VI, p. 459-462. Colportant une fois de plus tous les ragots en vogue, il accuse Languet avec beaucoup de légèreté, malgré les apparences.

182 Non seulement sa Vie de la Mère Marguerite Marie (Alacoque) qui lui valut une attaque en règle de la feuille janséniste, mais surtout son Traité de la confiance en la miséricorde de Dieu (10 éditions jusqu’en 1781) pour lequel H. Bremond a des mots élogieux : Histoire littéraire du sentiment religieux en France, Paris, 1923, t. IV, p. 374. Lui aussi mériterait une thèse.

183 Chaunu (P.), Eglise, culture et société : essais sur Réforme et Contre-Réforme : 1517-1620, Paris, 1981, p. 430. Certes ils tentèrent de le limiter plus ou moins étroitement…

184 Notamment Sauzet (R.), dans son étude sur les visites du diocèse de Chartres, op. cit. [15], p. 95-113.

Notes de fin

1 Paru initialement dans Annales de Bourgogne, 1987, vol. 59, no 1-3, p. 20-55.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search